AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amthril Filumière
Cheminant
avatar

Peuple : Elfe sylvain
Nombre de messages : 19
Localisation : Sur mes jambes.. Ou en dessous ?
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Dim 1 Aoû - 23:29

La troupe du Val-Dansant.


I - Identité :


Noms, prénoms, noms de scène :
Amthril Llew, dit «Filumière». Siéra Deirmn, dite « Danseflamme ». Tiémen Deirmn, dit « Millépées ». Solan Kali, dit « Siraltier ». Naya Abyssa dite, « Dansécume ».

*Ages :
24 ans. 33 ans. 30 ans. 37 ans. 29 ans.

*Castes (métier) :
Tous sont cheminants. Il y a un jongleur-acrobate-contorsionniste. Une Cracheuse de flamme-danseuse. Un avaleur de sabres-garde du corps. Un joueur de flûte-annonceur. Une danseuse maniant l’eau et le tambourin.

*Peuples :
Elfe sylvain. Hybride, mi fey, mi thuatann. Hybride, mi fey, mi thuatann. Dryade. Mer’aï.

*Sexes :
Homme. Femme. Homme. Homme. Femme.


II - Physique :
-Amthril a les cheveux de la couleur de l’or, entourant un visage ovale  à la peau légèrement hâlée orné de deux yeux bleu-gris. Ses oreilles pointues sont percées et un anneau d’or pend à chaque lobe. Il est fin, très fin, sans pour autant ressembler à un sac d’os se laissant mourir de faim, au contraire, il paraît en très bonne forme. Cette finesse lui confère la possibilité de se plier et de s’étendre plus que le commun des mortels, et cette souplesse exige un habillage particulier. En effet avez-vous déjà essayé de placer votre jambe sur votre épaule en portant une toile rigide ou même du cuir ? C’est tout bonnement impossible. Il port donc uniquement des pantalons en tissu élastique, moulants au point de faire une sorte de seconde peau, fabriqué à l’elfique, pour qu’il ne meure pas de froid en hiver. En haut, quand il travaille, il ne porte rien, ou c’est l’hiver et il a un tissu seconde peau, elfique, comme son pantalon. Sinon il porte comme beaucoup de gens, des chemises. Au pied il a des chaussures un peu comme des mocassins en peau, souples, et des bracelets en or aux chevilles.

- De taille moyenne, Séira est une femme au corps chaleureux. De jolies hanches qui se balancent souvent au son de la flûte de Solan ou du tambourin de Naya, une peau bronzée souvent ornée de dessins marrons-orangés gracieux, cette brune pétillante affiche avec fierté ses origines venant du désert. Ses yeux d’un brun très chaud avec des pointes de rouge à l’intérieur, lui viennent de sa mère, ainsi que ses lèvres foncées naturellement. Aux niveaux des vêtements, elle affichera une nette préférence pour les jupes en tissu léger et aux couleurs chaudes, ou pour les pantalons amples, ainsi que pour des hauts de danseuse du désert, ou des cache cœur laissant voir son nombril. Elle porte des chaussures sans talons, travaillées avec des perles, ou de petites bottines fourrées, selon le temps.

-Tiémen n’as pas l’aspect du cheminant qu’il devrait être. Grand, musclé, les traits burinés, la peau foncée et portant de nombreuses armes, il a plus l'air d’un mercenaire que d’un jongleur-avaleur de sabre. Et il semble beaucoup moins amical qu'il ne l'est en réalité.
On peut cependant voir sa gentillesse dans ses yeux verts et son sourire qu'il adore arborer.
Côté vêtements il est d’un genre très simple. Pull vert sans manche, pantalon noir très flexible ainsi qu'une haute paire de botte noir à sangles. Il a des mitaines en cuir allant jusqu'au milieu de l'avant-bras, bien fixé par des sangles. Ses ceintures – parce qu'il en a deux – portent des anneaux, très utile pour ses épées. L'aspect le plus hors-norme sur lui sont ses cheveux. Non pas parce que la coupe est courte, mais la couleur est originale. Il aime bien les teindre en vert, sa couleur favorite.


- Enfant de la nature, on sent tout de suite chez lui une insouciance naturelle, qui se ressent dans son attitude toujours décontractée et légère. De taille plutôt moyenne, sa carrure n'est clairement pas celle d'un guerrier, mais s'il manque de muscle et s'il n'est pas bien ventru, il n'est pas pour autant mince ou rachitique ; au contraire, l'on voit qu'il est plein de vie, et même s'il est svelte un décèle chez lui une agilité, une souplesse et une dextérité naturelle, qu'il n'exploite pas en temps que talent, préférant jongler avec les mots qu'avec des objets. Son visage mêle à merveille la simplicité et la beauté de la nature, ses traits fins exprimant assez bien sa naïveté et sa bonté d'âme, même si cela le rend un brin androgyne. Ses yeux rose pâle, et ses sourcils fins ajoutent encore plus à la confusion qu'il peut y avoir, d'autant qu'il y a peu de Dryade mâle. Son regard est doux, et donnent l'impression qu'il regarde toujours le monde d'un œil rêveur et insouciant. Ses oreilles pointues, moins longues que celles des Elfes, sont dissimulées par ses cheveux noirs aux reflets légèrement bleuté, qui descendent jusqu'au creux de son dos. Sa peau est clair, relevé d'un léger teint halé, à force de rêvasser au soleil ; mais malgré cela, son teint reste clair, quelque soit le temps qu'il passe au soleil.
Il s'habille le plus souvent de tissus colorés, jamais de couleur sombre, mais jamais de couleur vive. Solan aime les teintes vertes, et les nuances de rouge, faisant un mélange assez colorés qui met en valeur ses liens avec la nature. Il marche toujours pieds nus, aimant sentir sous ses pieds sa mère la terre. Solan tient aussi beaucoup à son hygiène, n’aime pas être sale, et est à la limite du maniaque quand à sa propreté. Il est à noter qu'en toute circonstance, Solan sent un délicat parfum de fleur de cerisier. La flûte qu'il a toujours avec lui a été taillée dans une branche de cerisier, et il l'a sculpté lui-même. Cela lui a prit beaucoup de temps, et l'on voit bien qu'il y a mis tout son cœur, car elle est sublime. Il n'y a pas de motif particulier, mais on peut dire qu'elle est unique, et le son qui en sort est particulièrement pur, mais personne ne sait mieux en jouer que Solan. D'ailleurs, il ne joue qu'avec cette flûte.

- Quand vous la croisez dans la rue, vous ne pouvez pas ne pas vous retournez sur son passage. Naya a l'aura qu'ont tout les nobles de toutes les races, qui impose le respect et l'obéissance. De plus, ordinaire selon les critères de sa patrie, elle est une déesse de la beauté selon le critère des peuples terrestres. Elle est assez fine mais largement gratifiée par dame Nature à un certain endroit. Sa chevelure scintillante semble toujours flotter entre deux eaux et l'on pourrait voir les mêmes reflets bleus et verts à la surface de l'océan. Sa peau, si blanche à sa sortie de l'eau, a fini par se hâler à force de balade à l'air libre. Elle est recouverte ou plutôt parsemée par endroit d'écailles apparaissant et disparaissant au gré de ses humeurs et du danger ressenti, afin de protéger cette peau souple et si fragile. Ses écailles ont la couleur de l'émeraude, ce qui se mari avec la couleur de ses yeux, où l'on se perd si facilement, comme en contemplant les vagues de la mer. On croirait même voir évoluer dans ces yeux tristes le plus souvent, l'écume qui marque une mer agitée. Mais c'est de loin sa danse qui fascine le plus le regard, avec ses mouvements fluides, sa grâce et la passion qu'elle met dedans. Elle rentre en transe et nous invite à faire de même.  Naya s'habille souvent avec des robes souples, qui peuvent ainsi épouser ses mouvements lors de sa danse, et leur teinte se situe toujours dans le dégradé de bleu et de vert. Elle garde toujours sur elle la broche en forme de branche de cerisier en fleur que lui a offert son compagnon, lors de leur rencontre. C'est le premier cadeau qu'elle a reçut et y tient plus que tout au monde.




III - Historique, personnalité, armement :

o Histoire(s) :

Réunis autour d’un feu de camp, entouré par les deux roulottes colorées de la troupe nouvellement formée, les cinq personnes la composant se regardent. Les montures tirant les roulottes renâclent, ou grognent un peu, selon l’espèce. Tout le monde fixe le feu, puis son voisin, personne n’ose parler. Le petit elfe aux cheveux d’or se racle la gorge, et parle alors le premier.






Flexible flexibilité...


Dernière édition par Amthril Filumière le Mer 26 Oct - 9:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séira Diermn
Cheminant
avatar

Peuple : Mi Fey, mi Thuatann
Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Dim 1 Aoû - 23:31

« Je m’appelle Amthril, j’ai dans les dix-neuf, vingt ans. Je viens d’Hitokage à l’origine. Je ne me souviens pas trop de mon père, il est mort quand j’étais tout jeune, et ma mère ne pouvant plus payer la maison, on s’est retrouvés à la rue… Comme j’étais petit, je ne comprenais pas trop, pourquoi ma mère pleurait tout les soirs, même après que la douleur de la mort de papa soit passée. Alors j’essayais de la distraire. A cinq ans j’étais déjà très souple, et pour qu’elle rit, je faisais passer mon pied derrière mon oreille, et allait agiter l’autre du bout des orteils. Si elle ça ne la faisait pas rire ou aller mieux, les passants eux trouvaient ça bien, et ils donnaient des pièces à ma mère. Ce soir là, on a pu manger à l’auberge.
Bon, après, je pense que vous vous en doutez, j’ai continué à faire mes petits tours, ma mère me faisait travailler ma souplesse, et bientôt je rentrais dans un cageot de pamplemousse. On a eu assez pour se payer l’auberge, mais comme s’était encore précaire, ma mère à pris la moins chère. Elle est tombée malade, et sa maladie à durée, dans les deux ans. Au bout de ces deux années, elle a enfin arrêté de souffrir, définitivement, mais je préférais ça plutôt que de l’entendre gémir de douleur et vomir du sang. Moi j’avais continué de me donner en spectacle, le plus souvent dans la salle de l’auberge, avec pour espèce de scène, un tonneau vide. J’ai continué après, mais très franchement, rester là bas me plaisais pas. Ce n’était pas très propre, l’ambiance était très malsaine, et les gens aussi. J’en ai vu avec des regards bizarres…
Je n’avais peut-être que huit ans, mais je n’étais pas né de la dernière pluie non plus. Je suis parti au bout d’un an, parce que je savais qu’il me faudrait de l’argent pour vivre. Où j’en savais rien, mais pas là où des types louches imbibés d’alcool regardait la partie haute de mes jambes quand je me retournais. L’elfe se retient de rire. J’avoue que… Que la plupart des gens le font encore maintenant, mais c’est bien moins apeurant avec Tiémen à présent, mais quand tu es gamin, et que tu sais ce que les regards veulent dire, tu à la trouille. Enfin, bref…
Toutes les auberges de la ville étaient les même, enfin celles qui étaient à porté de bourse pas très pleine. Alors j’ai eu un arrangement avec une vendeuse de charme qui m’avait trouvé trognon, elle me laissait dormir dans une tout petite pièce qu’aurait du être un placard, la nuit, à condition que je lui file le tiers de ce que j’gagnais. J’ai quand même vécu deux ans comme ça. Ma vie était ni joyeuse, ni trop triste. Et là j’ai eu la plus grande et belle peur de toute ma vie.
Un soir que je rentrais d’un spectacle donné dans une auberge, un type m’a suivit. J’ai essayé de le semer, mais il a réussit à me rattraper, et à me coincer dans une ruelle. Si Tiémen n’était pas intervenu j’vous laisse imaginer ce qui se serait passé… Oui, j’ai connu Séira et son frangin d’une bien belle manière. On a sympathisé assez vite. En même, ce genre de sauvetage, ça rapproche rapidement, je ne sais pas pour vous… Enfin ils m’ont proposé de rester avec eux. Ils étaient cheminants, je savais me plier pour entrer dans une valise, on était fait pour s’entendre… Je ne vais pas tout raconter, allez y vous ! »
Le jeune elfe blond poussa du coude sa voisine de droite, une jeune femme brune, avec un petit sourire. Celle-ci regardait presque fixement le feu qui semblait l’hypnotiser.
« Je trouve que le feu a quelque chose d'attirant. Dans le sens où, il suffit d'un rien pour qu'il vacille et s'éteigne, mais qu’en même temps un rien peut également faire de lui un être dévastateur. Vous ne trouvez pas?

La jeune femme brune regarda son auditoire avec un grand sourire interrogateur. Bien entendu aucune réponse ne vint, vu qu’aucune réponse n’était sollicitée.

Mon nom est Séira Deirmn, je suis la fille d'un Thuatann et d'une Fey. Ma mère était une femme gentille, mais notre père lui ne l’était pas tant que ça… On vivait dans le désert et, selon ma mère, le fait de se demander s’il aurait assez d’eau, si il vendrait ses bêtes, tout le mettait à cran, il ne fallait pas lui en vouloir.

Je me suis toujours demandée comment elle faisait pour rester calme avec lui, car il la frappait, et pas rarement… Moi il ne levait la main sur moi que quand je répondais, donc j’ai apprit à me taire.
Tiémen par contre, osait se mettre entre lui et moi, ce qui lui valait de se prendre les gifles m’étant destinées, plus d’autres. J'ai du apprendre à combattre, comme tout les enfants de Thuatann, comme Tiémen, j'ai d'ailleurs très bien retenu la leçon de ces années d'enseignements, car je ne porte aucune arme que l'on pourrait retourner contre moi.
J'ai reçu des dieux le don du feu, sûrement grâce au sang de ma pauvre mère. Dans le désert seul les nuits sont glacées… C'est d'ailleurs là que j'aurais probablement fini ma vie, si je n’avais pas fait la rencontre de Galwin, un cheminant. Il a proposé pas mal d’argent à mon père contre moi, mon père avait besoin d’argent, et à accepté, moi j’étais assez heureuse de m’en aller, même si laisser ma mère et mon petit frère derrière moi m’embêtait. Pour ce qui est de Tiémen, il nous a demandé de venir avec nous, j’ai supplié Galwin, et il a finit par accepté de l’emmener.
Mais mon père s’est aperçu que Tiémen n’était plus là, de plus il était revenu sur sa décision. Il garderait l’argent, mais me reprendrais. Il nous à suivit, mais ni Tiémen, ni Galwin ne ce sont laissé faire. On est repartit chercher notre mère puis nous sommes partit. Après l’avoir laissé dans une tribu de nomade bien plus accueillante que la notre, et qui traitait les femmes avec respect, nous avons parcouru les routes avec Galwin. Nous avons apprit le métier et avons put en vivre.
Nous nous sommes séparés de Galwin quand ça a finit par ne plus aller entre nous deux… J’avais… Mmmh 18 ans, et Tiémen 15. Nous avons donc continué notre chemin seuls et… Tu peux raconter la suite ? »

Séira regarda son frère avec un petit sourire, l’invitant à continuer le récit de leur existence. Tiémen sourit à son tour et regarda chacun dans les yeux.

« Tu ne me laisse pas grand chose à continuer. Enfin, si tu insistes. »

Il ricana un peu puis continua donc l’histoire commencée par sa sœur.

« Comme vous, j’vais commencer par ma jeunesse. Elle n'a pas été trop compliquée, étant né garçon, mon père m'a immédiatement obligé à suivre la voie de son peuple, et j'ai commencé très jeune à apprendre l'art des sabres et des épées. Je suis rapidement devenu rapide et agile ce qui m'a permit non seulement de devenir un jongleur accompli pour passer agréablement le temps que parfois j’avais devant moi, mais aussi pour éviter les coups de mon paternel, tout du moins pour que ça me fasse bien moins mal que si je les avais prit de plein fouet.
J’avais, quoi, treize ans, quand Galwin a achetée ma sœur à notre père. Et il faut dire que je n’ai pas trop apprécié qu’il la vende ainsi. Me retrouver seul avec le paternel ne me disait rien et puis la laisser partir comme ça, ce n’était pas du tout mon genre. Pas qu'elle ne savait pas se défendre – bien au contraire– mais la savoir loin de moi, ne me tentait pas le moins du monde. Alors j’ai insisté, demandé, supplié et… Vous connaissez la suite.
Bon, à partir d’ici je n’ai pas grands chose à dire, vu qu’elle a assez bien raconté la frangine. Je vais donc continuer sur sa lancée. »

Un sourire franc étira son visage buriné.

« Après avoir quitté Galwin, on a voyagé un peu, allant ici et là, suivant le rythme des saisons et nos envies. Deux ans ont passés avant que l'on ne voit un bon concurrent –bien qu’assez jeune tout de même- à Hitokage. »

Il jeta un regard en coin à Amthril.

« On l'a étudié un petit moment, puis, lui trouvant un bon potentiel -et surtout en remarquant qu’il était seul-, on a tenté d’aller lui parler. J’avais remarqué qu'un homme étrange le suivait, et qui n’avait pas l’air très sobre. D’ailleurs le gamin l’avait vu aussi et se faufilait rapidement pour le semer, mais le bougre le suivait... Et nous on les a suivit. Et à un tournant on a vu que ce que voulait l’homme n’était pas très recommandable, alors je suis partit m’en mêler. Le petit était peut-être flexible, mais vu sa stature, il n’allait pas s’en sortir seul, surtout que ce genre de pervers lâche pas facilement. J'lui ai donc donné un bon coup sur la tête pour replacer ses idées mal placées, et on a emmené Amthril avec nous. Après qu’il se soit remit de ses émotions et qu’il ait bu un bon truc chaud, on lui a proposé de continuer la route avec nous. Trois cheminant valent mieux que deux non?
On a alors voyagé encore et il y a deux jours à Fendassë… Bah là on s’est rencontré hein. C’est votre tour… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiémen Diermn
Cheminant
avatar

Peuple : Thuatann
Nombre de messages : 10
Localisation : J'en sais rien. Là où le vent me porte
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Dim 1 Aoû - 23:40

Ce fut donc le tour d'une Dryade, Solan, qui regardait le feu, inquiet, dans les bras de sa compagne... Il ferma les yeux un instant, cherchant ses mots. C'était son tour.

« Mon nom est Solan Kali, et je m'en vais vous conter mon histoire...
Je suis né je ne sais quand,
Une belle journée de printemps,
Au pied d'un jeune cerisier,
Auquel j'étais lié...

Ce compagnon m'a vu naitre
Puis nourrit de son être,
M'offrant ses délicieux fruits,
Alors que je profitais de la vie.

Mais j'avais la tête ailleurs,
Tout comme l'était mon cœur,
La musique en moi se formait,
La poésie en moi résonnait...

Le rythme semblait me tourner le dos,
Quand mon arbre me fit un cadeau,
Sa plus belle branche fut sculptée
En l'instrument que vous voyez.

J'ai laissé mon compagnon
Pour vivre de mes passions,
Emplissant mon cœur d'allégresse,
Errant sur ces terres avec liesse...

Un jour, cependant, elle était là,
Ma tendre et douce Naya,
Mes rythmes si doux l'eurent charmée,
Et sa grâce m'eut touché... »

Il se tut un instant, laissant à son auditoire le temps d'assimiler ce qu'il venait de déclamer en rimes. Les pieds de ses vers n'étaient peut-être pas exact, mais c'était déjà une prouesse de formée des strophes avec tant d'aisances... Mais il continua en parlant normalement, car tenir un rythme aussi soutenu musicalement, il pouvait, mais en vers, c'était plus ardu.

« Au détour d'une place, où l'on m'écoutait jouer de la flûte, cette charmante demoiselle ne sut résister à l'envie de danser... et j'eus continué de jouer, aimant la voir se mouvoir avec tant de grâce, de beauté... Les gens furent charmés, mais pas autant que nous l'étions. Nous sommes dès lors restés ensemble, et l'on a appris... à s'aimer... Chaque jour levé est une aube annonçant la promesse d'une journée idyllique, car le bonheur pour moi est d'être avec celle qu'on aime... et nous voici ici, parmi vous... Je crois que c’est à ton tour de conter ton passé Naya… »

Il se tut, fermant les yeux en restant, sans rien dire, dans les bras de sa belle. Il avait fini son histoire. Quand ce fut son tour, la femme eue une brusque montée de stress, comparable à celle éprouvée lors de sa première rencontre avec Solan. Elle n'aime pas parler d’elle, mais les regards attentifs en disent long sur l’envie de savoir de son auditoire, et puis, elle les avait elle-même entendu raconter leurs histoires. Elle s'attela donc à cette tache ...

« Hem ... Bon ben commençons par le début, je m’appelle Naya Abyssa, je suis née dans une famille noble de la race des Mer'ai, où l'eau est un élément vital. Mes premières années ont été idylliques, j'ai tout eu pour moi, tout le monde prenait soin de moi, mais ... Peu après le jour de mes 10 ans, j'ai eu l'autorisation de nager jusqu'au "plafond" comme ceux de ma race appellent la limite entre l'eau et l'air. Ce fut un grand moment d'excitation, surtout que j'étais avec tous ceux qui m'entouraient depuis ma naissance. Malheureusement mon sentiment fut tellement fort qu'il provoqua en moi la formation de mon pouvoir, encore inactif. Une colonne d'eau jaillit de mes mains tel un oiseau prenant son envol à l'air libre.
Mes proches, d'abord stupéfaits, puis émerveillés, eurent le malheur d'avoir peur de perdre une telle ressource, je fus donc cloitrée dans une chambre, n'ayant le droit de ne toucher que ce qui était "préalablement béni" et seule ma mère pouvait rentrer dans cette pièce obscure, cette chambre devenue prison. Alors, seule, j'ai commencé à jouer de la musique, de l'orgue aquatique pour oublier ma condition, mais cela ne suffisait pas. J'ai demandé de quoi écrire afin de me plonger dans un roman que moi seule au final pourrait lire ... mais au moment d'écrire, ma main réagit toute seule et, contemplant le paysage aquatique par ma fenêtre, je dessine pour la première fois, je dois vous avouer que cela m'a fait un choc... Je dessinais extrêmement mal ! Mais qu'à cela ne tienne, je me suis entrainée et depuis je dessine avec plus de facilité.
Ce fut lors de mon anniversaire des 23 ans, ayant compté un à un les jours de ma vie recluse, que je décidais de fuir ce monde de chimères pour rejoindre celui bien réel de la terre. Ce fut un épisode assez drôle de ma vie quand j'y repense ... Tous les enfants, le jour où ils ne veulent pas dormir remplace la forme de leur corps par une peluche, eh bien j'ai fait la même chose, ma mère n'osant pas me toucher est tombée dans le panneau. Grâce à ma maîtrise de l'eau que j'ai perfectionnée, j'ai pu ouvrir enfin cette porte qui me séparait du monde et nager jusqu'à l'air libre. Une fois arrivée sur terre, j'ordonne à mes écailles de disparaitre et je me fonds dans la masse humaine. J'ai appris beaucoup de choses durant mes pérégrinations mais si je vous les dévoile, ce ne serai pas drôle !

Naya eu un petit sourire sincère et détendu.

En fait, mon histoire commence réellement à l'époque où j'ai rencontré Solan. Certes je vivais bien car mon talent pour contrôler et faire apparaitre de l'eau m'apportait beaucoup de moyens, mais je m'étais renfermée sur moi même plus qu'à l'heure actuelle. Je me souviendrais toujours de ma découverte d'un être qui, je l'avoue était fait pour moi ... Un jour nuageux, où tout semblait morne, j'avais 24 ans à l'époque et comme à mon habitude, je me baladais, sombre dans les ruelles d'une petite bourgade, évitant au maximum les rues surchargées de monde. Vers le début d'après-midi, j'entendis au loin une mélodie attirante. Je me mis donc à sa recherche et trouvais jouant de la flute un charmant jeune homme.
A peine eût-il commencé un morceau que la musique pris comme possession de moi et mon corps ainsi que mon don se mirent à évoluer sur un rythme effréné, mais pourtant gracieux à voir. La musique s'arrêta au bout de quelques instants et cet homme qui jouait si bien me regardait avec des yeux écarquillés de stupeur et d'admiration. Moi je n'étais pas encore bien remise de mes émotions, j'eu donc le réflexe de projeter contre lui un jet d'eau glacial, j'en suis encore désolée d'ailleurs mais il n'a pas bougé d'un pouce, me fixant toujours avec cet air bizarre. Prenant mon courage à deux mains, je fis le tour de cet homme devenu statue, je lui fis de grands signes et quand il se remit à bouger ce fut pour me dire avec une poésie magnifique qu'il voulait travailler avec moi.
La proposition était alléchante mais j'avais peur d'un traquenard, j'acceptais donc et nous allions sans le savoir passer d'associer à compagnons à conjoints. Je dois t'avouer Solan que si tu as réussi à franchir mes barrières, c'est que tu es doux et que tu n'attendais rien de moi, qui pourtant voulait faire le plus possible ... Environ deux années passées par monts et par vaux plus tard, nous nous sommes rendu à Fendassë pour donner un spectacle, et vous savez le reste. On s’est un peu battu pour cette place, mais au final nous nous sommes tous associé grâce à Amthril, et je suis très heureuse d'être parmi vous, la première frayeur passée bien sur. »

Elle avait fini son histoire, elle n’était pas conteuse mais s’en était plutôt bien sortie. Il ne manquait plus que le mot de la fin, et elle ne savait pas quoi dire. Elle regarda alors celui par qui tout avait débuté : Cette soirée pour se raconter ses histoires, mais aussi cette troupe.

« Bon voila qui est fait, j'ai appris beaucoup de choses sur tout le monde, j'espère ne pas vous avoir ennuyé avec mon histoire... Amthril, je te laisse conclure, vu que tu es celui qui a commencé, il est temps de boucler la boucle, que le serpent se morde la queue ... »

Amthril se gratta l’arrière de la tête. On le regardait de nouveau, et lui non plus ne savait pas quoi dire. Alors mettant le poids de son corps sur ses mains, et laissant donc et ses jambes, et son bassin se soulever de terre, il attrapa son verre plein d’hydromel avec les pieds, la rattrapa à la main et le leva.

« Que dire de plus à part, vive notre troupe du Val-Dansant, et que l’on reste tous amis des années et des années ! »

Tout le monde prit son verre, et répondit au toast de l’elfe…




Dernière édition par Tiémen Millépées le Dim 1 Aoû - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Dim 1 Aoû - 23:43

Ainsi s’acheva le tour de feu de la troupe nouvellement formée. Depuis maintenant quatre années, cette troupe de cheminants de tous horizons sillonne Inwilis, émerveillant les passants, se faisait inviter dans les cours des châteaux, pour les banquets. Quelques fois même, des temples demandent leurs services pour agrémenter des cérémonies pour les dieux. Il leur est arrivé pas mal de choses, durant ces quatre ans.
Petites disputes, grands fous rire, achat d’une nouvelle roulotte pour les accessoires et le jeune elfe contorsionniste, mais surtout une chose qui les à tous profondément secoué, et qui les a soudé comme une famille. Alors qu’ils étaient formés depuis à peine un an, Naya qui attendait un enfant depuis six mois, fit un accouchement prématuré, donnant naissance à une petite fille morte née. Elle fut soutenue par tous, ainsi que Solan, le père de l’enfant. Amthril eu aussi le droit à un compagnon de voyage ayant décidé de le coller, et qui le fait depuis deux ans. Un jeune Chamelien. L’elfe à fait avec, et l’a adopté, même si quelque fois le coté sauvage ressort dans des morsures et autres griffages.
A présent, petits et grands, la Troupe du Val-Dansant va sûrement passer dans votre ville, soyez juste patient.


o Caractères :

- Naya a toujours été de nature misanthrope et renfermée. Dès sa petite enfance, le jour où ses parents ont su qu'elle avait ce don de création de l'eau, elle a été cloitrée à l'abri de tout et de tous. Elle est donc devenue un peu (voire beaucoup) claustrophobe. Lors de sa fugue, elle s’est émerveiller du monde "extérieur", mais sa peur des autres va la suivre et la hanter partout où elle va, sauf avec la troupe, et encore, il faudra du temps avant qu'elle ne se sente en confiance. Elle a toujours été très excessive dans ses réactions et a pour définition les contraires. Il n'y a aura jamais avec elle de demi-mesure, ni dans ses passions, ni dans son indifférence. Une seule faculté l'aidera à se rapprocher des autres, c'est son empathie. Elle comprend et ressens ce que ressentent les autres (quelle que soit leur nature). Donc si vous la croisez dans la rue, ne la saluez pas brusquement au risque de prendre une douche froide. La perte de son bébé l'a beaucoup affectée mais comme la plupart de ses sentiments, elle ne le montre pas et préfère tout intérioriser.


- Solan a un tempérament calme, posé, et il est difficile de s'énerver ou de hurler après lui tant il parait gentil et insouciant. Il voit le monde avec simplicité, naïveté, et c'est un rêveur, qui se plait à s'asseoir au pied d'un arbre et contempler le ciel au travers des branches avec émerveillement... Sa naïveté et sa bonté d'âme son autant une qualité qu'un défaut, car sans pour autant prendre tout à la légère, il est assez simple dans sa manière de penser, et il est assez facile de le mener en bateau, même s'il n'est pas idiot. Au contraire, il est intelligent, autodidacte et tout à fois autonome, capable de se débrouiller seul et de faire preuve d'initiative, même s'il préfère se reposer, et vivre d'insouciance sans se préoccuper du lendemain. On peut dire aussi qu'il st très difficile de le mettre en colère... a dire vrai, il ne s'est jamais réellement énervé, tout au pire il a déjà été très impatient, s'est déjà senti humilié, mais même dès lors il n'est pas rancunier.
Sa rencontre avec Naya ne l'a pas beaucoup changé, il est resté toujours avec cette même naïveté et joie de vivre, à ceci près qu'il ne saurait désormais se passer d'elle, car il en est éperdument amoureux. Il est dès lors fidèle, attentionné, et très protecteur, même s'il n'en reste pas moins très calme et non-violent. C'est un compagnon tendre, qui cherche à partager avec elle sa vision du monde si insouciante...
Mais depuis que Naya a fait une fausse couche, il voit la vie de façon un peu moins belle. La peine dut à la perte de leur enfant le touche, et il est bien plus proche de sa compagne, essayant le plus possible de la faire sourire, de lui faire oublier sa peine, et par là même, oublier la sienne...

-De nature joyeuse, Amthril profite de chaque moment de la vie, sachant que tout est éphémère. Il est encore marqué par ce que l’homme que Tiémen à arrêté quand il n’avait que onze ans, a voulu lui faire, et garde donc un mauvais souvenir des hommes s’approchant trop près de lui. Seuls Tiémen et Solan peuvent s’approcher de lui sans qu’il se plaque au mur le plus proche en devenant blanc. Il préfère esquiver les choses, et ne pas mettre de sujet fâcheux sur le tapis, un peu timide il a du mal à s’imposer dirons-nous. En même tems, c’est le petit jeune de tout ce petit monde, dès fois il a vraiment l’impression d’être un enfant. Heureusement qu’il a sa roulotte personnelle.

-Tiémen est un homme d’un genre laisser aller, « On avance, et advienne que pourra ». Pour lui, il n’y a pas de problèmes, que des solutions –même s’il faut parfois chercher longtemps-. Il a le sourire facile et aime bien rire et blaguer. Les seuls moments où il est plus sérieux sont quand il ne prend pas ses épées pour jongler ou se les mettre dans la gorge, ou quand sa sœur se décide à draguer le premier mâle passant. Là il devient carrément surprotecteur et à la limite du jaloux.

-Siéra aime les hommes. C’est ce qu’on pourrait appeler, une allumeuse, aimant beaucoup jouer avec le fait qu’elle est belle pour faire tourner la tête des hommes sans pour autant les laisser la toucher. Dynamique, elle aime bouger, et ne perdra pas un instant pour s’entraîner à danser, ou pour se rendre utile. Par contre, de temps à autre, elle est d’une bouderie sans égal. Pour qui, pour quoi, on ne sait jamais trop.

o Passions, phobies :

- Tiémen adore les épées, les couteaux, les coutelas, les machettes, que ce soit de chasse ou d’apparat… Bref, il aime tout ce qui coupe. D’ailleurs, il se vente de ne jamais avoir subi la moindre égratignure en « jouant » avec ses armes. Il n'a qu'une seule vraie peur, les chiens. Lorsqu’il avait à peine dix ans, son père avait menacé sa sœur avec une de ces bêtes et il s’est interposé quand l’animal a échappé au contrôle de son paternel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Dim 1 Aoû - 23:46

- Naya est passionnée par le dessin bien qu'elle ne soit pas encore tout à fait au point dans ce domaine, à part pour les dragons. Et, ayant jouée de l'orgue aquatique dans sa jeunesse, elle adore aussi tout ce qui est musique. D'ailleurs, celle de Solan la fait rentrer en transe. Sinon elle est amoureuse de l'eau et joue sans arrêt avec son don, ne faisant alors plus aucun cas de ce qui l'entoure. Au niveau des phobies, elle a extrêmement peur des autres êtres de conscience quels qu'ils soient sauf les dragons qui la fascinent. Elle a aussi peur d'être seule, à nouveau, ce qui ce conjugue mal avec sa misanthropie. Enfin, elle ne supporte pas d'être enfermée, cela la fait paniquer à cause de sa claustrophobie. Dans ces moments la, seul Solan peut la calmer car une colonne d'eau et ses écailles la protège et ne laissent passer que lui.

-L’hybride aime, les hommes, rendre un peu jaloux son petit frère Tiémen, elle est toujours surprise par les postures tordues que peu avoir Amthril, et à même l’impression d’avoir mal pour lui. Séira s’est liée d’une amitié très profonde avec Naya, entre filles, on se soutient, surtout quand l’une d’entre elles à perdu un enfant désiré. Séira a peur d’une seule chose… Les chiens. Son père l’a menacée plus d’une fois avec les siens, de les laisser la manger quand elle ne voulait pas faire quelque chose mais qu’elle ne se montrait pas insolente.

- La musique est sa passion, ainsi que la poésie, et il n'a beau ne jamais avoir pris de cours il est naturellement doué dans ces deux domaines. Il y a aussi une chose dont il est passionné, c'est de sa belle compagne, Naya, qu'il aime sans borne. Si on excepte sa crainte qui feu, qu'elle a le don d'apaiser, sa seule phobie, sa seule crainte, serait qu'elle disparaisse de sa vie...

-Amthril aime bien jouer avec son don, se déboitant le bras sur demande, se servant de ses pieds aussi bien que ses mains, il est très fonctionnel comme il dit. Il est très attaché à la troupe, qu’il considère dorénavant comme sa famille, surtout depuis le problème qu’a eu Naya. Il ne s’intéresse pas aux femmes, ni aux hommes, même si il les regarde plus souvent que le gente féminine, mais juste pour être sur qu’aucun d’entre eux ne tentera quoi que ce soit sur lui. Il a un petit Chamelien qui vit avec lui dans sa roulotte qu’il nomme de plusieurs noms : Chabidou, Zig’, Crapidou, Ziggy… Mais officiellement c’est Ziggilys.

o Armes :

-Comme indiqué dans son histoire, Siéra à apprit à se battre, mais elle n’a sur elle aucune arme. Pourtant elle se défend très bien, avec ses poings et ses pieds. Il faut dire que même s’ils sont cinq cheminants des gens tentent tout de même de les voler, et pour les défendre, son frère et elle ne sont pas de trop.

-Sa grande souplesse lui confère une facilité d’esquive très grande. Ca tombe bien, car entre se battre et fuir, l’elfe préfère la seconde option. Amthril sait tout de même se défendre un minimum, un peu obligé par Tiémen et sa sœur sur ce point.

- Il a tout un attirail d’armes blanches sur lui. Des couteaux de lancer sur les bras et cachés par ses manches, deux épées de chaque coté de ses hanches, des poignards dans ses bottes, en plus d’un paquet qui contient une bonne dizaine de couteau de différentes longueurs, dentelés ou pas. Habituellement Tiémen ne les utilise que pour jongler ou les mettre dans sa gorge, mais elles s'avèrent très utiles en cas de problèmes divers.

-A part son pouvoir pour se défendre, Naya n’a aucune d’armes. Mais bon, projeter une colonne d’eau très forte c’est amplement suffisant pour envoyer loin n’importe quel assaillant.

- Sola ne possède aucune arme. Il hait la violence, même s'il se battrait corps et âme pour sa belle Naya.

o Pouvoirs :

- Hormis son affinité innée avec la nature, on ne peut déceler aucun autre pouvoir chez lui.

-Séira manie le feu, avec brio et maîtrise. C’est Galwin qui l’a aidé à se perfectionner, et à monter des numéros où elle danse entourée de feu, ou en crachant le feu tel une dragonne. Elle ne peut jamais se brûler bien entendu.

-Naya a plusieurs types de pouvoirs. D'abord un pouvoir naturel, du à son sang, c'est le contrôle et la création de l'eau. Ensuite, grâce à sa race, elle peut faire apparaitre ou disparaitre à son gré ses écailles. Grâce à cela, elle peut ressembler à une humaine de ce qu'il y a de plus normale autant qu'à sa vraie nature, qui réapparait quand elle manipule l'eau. De plus elle peut respirer sous l'eau à sa guise et donc y vivre même si cela lui rappelle quelques fois des souvenirs qu'elle aurait préféré garder au plus profond d'elle-même.

-Il a un pouvoir fort utile pour le retrouver dans le noir, il brille. Amthril s’illumine comme les sidhes, même si eux, ils leurs faut certaines circonstances pour que leur peau émette une lueur de lune. Sinon on peut considérer le fait qu’il peu aisément rentrer dans une valise, comme un pouvoir.

- Pouvoir mettre dans sa gorge une épée affutée sans se couper compte ? Sinon, plus sérieusement, au niveau des pouvoirs, Tiémen guérit automatiquement. S’il se coupe la coupure a à peine le temps de saigner qu’elle n’existe plus et sans laisser de trace. Peut-être est-ce pour cela qu’il peut se vanter de ne s’être jamais coupé, on ne voit jamais de cicatrices sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Nivarel
Chaman
avatar

Peuple : Elfe blonde.
Nombre de messages : 299
Localisation : Cernée par des fous, et une montagne à clochette borgne et brute.
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Lun 2 Aoû - 0:08

Et bien, c'est d'l'arrivage en masse de cheminants ça XD

Bienvenue à vous cinq, grande, grande fiche que vous avez là dis donc ! J'espère vous croiser en ville un jour pour vous regarder danser, avaler, vous plier ou déclamer !!

Bon jeu !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Nombre de messages : 594
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Lun 2 Aoû - 0:23

Wooot !
Fiesta !

Une troupe de cheminants ! Bienvenue à vous tous !
Et surtout, bon jeu, et bonne route ! Que Nevaeh déesse des Arts soit avec vous !



Skalds and Shadows
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Lun 2 Aoû - 15:01

Ce qu'ils ont dit, un très grand bienvenue !
Quand vous passerez par Celebalda je serrais très certainement au premier rang avec mes enfants !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycia et Drex
Bretteur/Epéiste
avatar

Peuple : Kitsune
Second(s) Métier(s) : Cheminant(e)
Nombre de messages : 83
Localisation : Sans doute sur une grande place, en train de déchainer la foule...
Date d'inscription : 27/05/2010

MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Lun 2 Aoû - 15:37

Alycia : Yay, des nouveaux amis !

Drex : Rêve pas Alycia, ça m'étonnerai qu'ils viennent à Tolceleg...

Alycia : Ce sont quand même des amis ! Et je ne peux que leur dire bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Lun 2 Aoû - 15:48

Bienvenu à vous et au plaisir de voir l'une de vos représentation.
Revenir en haut Aller en bas
Amthril Filumière
Cheminant
avatar

Peuple : Elfe sylvain
Nombre de messages : 19
Localisation : Sur mes jambes.. Ou en dessous ?
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Lun 2 Aoû - 15:51

Merci de votre accueil, pour un peu j'en serais plus retourné que sur mon avatar.

Alycia, Drex, peut-être passerons nous à Tolceleg un jour qui sait ?






Flexible flexibilité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valas
Mercenaire
avatar

Peuple : Eldarin
Nombre de messages : 345
Localisation : Vous saurez où me trouvez quand vous aurez besoin de mes services...
Date d'inscription : 02/05/2010

MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Lun 2 Aoû - 15:58

...

Je vais finir sur la paille si tout les cheminants se mettent à voyager en groupe...

(Vais peut-être me recycler dans le grand banditisme tiens... XP)

Nan je blague. Bonne chance en tout cas, j'ai hâte de voir ce que ça donne ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finarfin
Aubergiste
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 98
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Mar 3 Aoû - 21:16

Bienvenue troupe du Val-Dansant,
D'ancien cheminant à cheminants,
Si par Celebalda vous passez,
Ma porte ne vous sera pas fermée.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...   Mar 3 Aoû - 22:37

Je pense que je ne pourrais pas dire plus de choses que tous ceux avant moi.
Néamoins bienvenue à vous cinq et que le rp vous sourie.
Revenir en haut Aller en bas
 

La troupe du Val-Dansant amusera petits et grands...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» COPAIN BICHON MALTAIS 4 ANS 1/2 PETITS CHIENS GRANDS COEURS
» Pour les enfants, petits et grands ! Venez jouer avec Le gentil Clown du Cirque
» Tim - Les amis c'est comme les seins, y en a des petits, des grands, des vrais et des faux
» Noël, c'est l'anniversaire de tout les enfants, petits et grands.
» Une chasse au trésor pour petits et grands !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Hors Jeu :: Le Hall de Présentation :: Inwilissiens Initiés-
Sauter vers: