AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Grande Cour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Araal Nerevar Vanarden
Officier
avatar

Peuple : Drow, Galaedoran, mais Falastois d'adoption
Second(s) Métier(s) : Soldat de carrière
Grade : Général
Armée/Guilde/Institution : Griffons d'Argent de Fainros
Nombre de messages : 40
Localisation : Veillant sur Densham
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: La Grande Cour.   Mar 22 Juin - 16:16

Tya se prélassait au soleil. La tigresse à dents de sabre venait de manger, une bonne moitié de biche. Elle avait suivi son drow jusque dans la grande cour, ensoleillée. C'était parfait. Elle s'était couchée sur les pavés chauds, sa tête fine posée sur ses pattes avant, elles même délicatement croisées. Dans sa grâce féline, Tya dédaigna l'oiseau qui faisait le malin pas très loin d'elle. Elle jeta un œil à Zephriel, qui s'entretenait avec le capitaine de la garde, un grand homme, assez âgé, aux cheveux courts. Tya était devenue experte en deux pattes, depuis qu'elle avait suivi Zephriel dans tous ses déplacements. Elle bailla superbement, avant de fermer les yeux.


Et si Zephriel était dans la cour en ce début d'après midi magnifique, c'était parce que le palais avait reçu les réponses des différentes contrées, afin de préparer correctement le conseil annuel. Bien sûr, celui n'était que dans quatre mois, mais le temps filait vite. Et les préparations demandaient énormément de travail, que se soit pour le personnel du palais, que pour les militaires. Il fallait éviter qu'un fou furieux n'entre afin d'assassiner un ambassadeur, notamment ceux du Sud qui n'étaient pas très populaire.
Zephriel avait pris sur lui d'aller annoncer la nouvelle au capitaine, qui n'aimait vraiment pas cette période de l'année. Le drow, accompagné de Tya, s'était rendu dans la cour, à l'heure de l'entrainement quotidien des compagnies qui avaient travaillé de nuit. On avait signalé de la fumée dans les Landes Maëldanaises, quelques jours auparavant, mais la pluie qui était tombée pendant la nuit, avait apparemment réussi à éteindre le feu.
C'était calme, mais d'ici un ou deux moins, la populace finirait par affluer, et ce de toutes les contrées. Le Conseil Annuel attirait aussi bien les ambassadeurs que la foule, c'était une période de fête et de faste, et des alliances étaient souvent conclues, d'autres renouvelées... Mais la garde avait alors beaucoup de travail, parce que justement la foule était nombreuse à se presser aux portes de la citée. Parfois Fainros mobilisait des soldats de l'armée régulière, pour prêter main forte à la Garde de la Ville.
Zephriel tenta de calmer un peu le capitaine, qui commençait déjà à râler. Alors le drow pria pour que Densham arrive rapidement. L'intendant avait un don pour calmer les gens, et leur faire accepter n'importe quoi. La seule immunisée, ou presque, était sa soeur, Anissina.
Le deuxième problème était la rumeur à propos de Forbesii et Lys. Elle persistait, et pourtant il n'y avait aucun signe concret des souverains légitimes de Falassost. Et là encore, le palais devait jongler entre les vraies et les fausses déclarations, en envoyant différents groupes, des quatuors, de militaires pour aller vérifier, et éventuellement ramener les souverains jusqu'ici.
Depuis que de Heurteloup était parti, Zephriel avait cru que tout irait à vau l'eau, mais pour l'instant, Densham s'en sortait effectivement très bien. Sirgris avait accompli sa charge à la perfection, l'Intendant se montrait assuré en publique, même s'il mourrait de trouille, parfois... Et il savait se débrouiller quelle que soit la situation.

-Écoutez, Capitaine, nous avons juste une liste encore approximative, mais nous avons pensé que c'était le moment de vous avertir, afin que vous puissiez vous organiser... Je sais qu'ils sont nombreux, et qu'il va falloir disséminer la Garde un peu partout...




Dernière édition par Zephriel le Dim 15 Avr - 23:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Densham
Prince/Princesse
avatar

Peuple : Sidhe
Second(s) Métier(s) : Régent du royaume du Falast
Nombre de messages : 56
Localisation : Fainros
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Jeu 15 Juil - 12:16

Depuis quelques semaines déjà, l'intérieur d'Ar-Inwilis bouillonnait. Les préparatifs pour le conseil annuel commençait déjà, et tout le monde était mobilisé. Bien qu'ils leur restaient quatre bons mois, Densham savait qu'il avalit mieux si prendre à l'avance, plutôt que de tout faire de manière précipité au tout dernier moment.

Personne ne le remarquait, mais sous ses airs calmes, et déterminé de ces derniers temps, il mourrait de peur. Ce serait son premier conseil organisé par lui, autre fois, il y était un spectateur de l'organisation de ce genre dévènement, et était comme n'importe qui, curieux de voir ce qui se passait, qui allait venir, comment... Là il avait l'impression que tout se brouillait dans son esprit, et faisait une espèce de bouillie impossible à déchiffrer. Pourtant, les gens bien plus habitué que lui à qui il demandait conseil sur telle ou telle chose qu'il pensait faire, lui disait qu'il s'en sortait à merveille.
Il était assez heureux que Zephriel soit là pour lui donne run coup de main. Et également d'avoir eu de Heurteloup pour professeur. Sans lui, il serait entrain de s'arracher les cheveux en paniquant...
Il était aussi très fier des gens d'Ar-Inwilis, qui mettaient du coeur à l'ouvrage et qui suivait ses directives. Certains bien sur avaient émit des objections, mais il avait su affirmer son point de vue et faire accepter ses décisions sans trop de mal.

Densham devait rejoindre le drow dans la cour. Ce dernier devait donner la liste provisoire du nombres d'ambassadeurs venant aux chateau, ainsi que les nobles. Autant dire une liste plutôt grande, non exhaustive, mais c'était déjà mieux que rien. Il commença à entrer dans la cour, Tya du le sentir car elle chassa un oiseau qui se trouvait non loin d'elle, et il pu arriver près du capitaine des gardes qui ne semblait pas très content, et Zephriel qui avait également du mal à s'en dépatouiller.
Dès qu'il vit l'intendant, le capitaine se tourna vers lui et agita la liste en disant qu'il ne pouvait pas faire grand chose avec ça, que ça pouvait changer d'un jour à l'autre, qu'il allait devoir mettre ses hommes un peu partout, sans parler des expéditions qui devaient chercher les souverains sans les trouver. Densham leva les mains en signe de paix, et pour le faire cesser de parler.

-Capitaine, je comprend tout à fait ce que vous voulez dire, et si vous le désirez, je ne vous ferais parvenir que la liste définitive et sûre des gens venant pour le conseil. Bien sur ce sera dans des délais assez courts, et nous ne serons sûr de tout cela que peut-être, deux, ou trois semaines à l'avance, mais si vous trouvez qu'il est idiot de vous annoncer la couleur dès maintenant, je compte donc sur vous pour vous organiser efficacement au tout dernier instant ?

Le capitaine ne dit rien, mais son expression en disait suffisament long sur le fait qu'il reconnaissait ne pas y avoir pensé.
-Alors, maintenant que nous sommes d'accord, vous prenez cette liste aussi aproximative qu'elle soit, et n'hésitez pas à demander des gens de l'armée s'il vous en faut. Je sais que ça ne va pas être facile, mais ça ne l'est jamais, au moins vous ètes prévenu suffisament à l'avance pour voir venir. Prévoyez un plan de renforcement s'il venait bien plus de gens, et nous vous tenons au courant sur chaque changement ou nouveauté. Quant aux expéditions concernant les souverains, nous ferons bien plus attention aux rumeurs avant d'en dépêcher, et nous ne vous prendront que le nécessaire d'homme. Cela vous convient ?

Le capitaine hocha la tête, en balbutiant des réponse affirmatives et posa ses yeux sur la liste. Puis il s'éloigna après avoir salué les deux hommes. Une fois le capitaine hors de vue, Densham soupira laissant retomber ses épaules.
Les préparatifs, les quelques conflits, le tout mélanger avec le sentiment d'angoisse qu'il avait depuis qu'Heurteloup était partit, de voir Zephriel plier bagages et aller ailleurs, tout cela allait l'achever. Déjà qu'en temps normal, le drow occupait ses pensées de manière soit heureuse, ou angoissante...
-Pour l'instant, nous n'aurons plus à nous préoccuper de ça... Jusqu'au prochaine râlage du Capitaine pour X ou Y raisons...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Araal Nerevar Vanarden
Officier
avatar

Peuple : Drow, Galaedoran, mais Falastois d'adoption
Second(s) Métier(s) : Soldat de carrière
Grade : Général
Armée/Guilde/Institution : Griffons d'Argent de Fainros
Nombre de messages : 40
Localisation : Veillant sur Densham
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Dim 31 Oct - 22:19

Une bonne semaine et demie s'était écoulée depuis l'altercation avec le capitaine de la Garde.
Depuis trois jours, un flot incessant de chariots entraient et sortaient de l'enceinte du palais. Zephriel et Tya avaient au départ surveillé ça, du haut d'un des balcons. Ils jouissaient alors d'une vue imprenable sur le Cour dans son ensemble. Les chariots contenaient essentiellement du mobiliers supplémentaires, souvent de nouveaux linges de maison, et parfois quelques décorations... Mais en majorité, Zephriel assistait au plus grand déballage de denrées qu'il ait jamais vu.
Le Palais se préparait déjà à accueillir pendant une semaine, voir plus, les ambassadeurs, voire les souverains eux même, de tout Inwilis. Et ceux-ci débarqueraient avec escortes et gens. Et il faudrait loger, et surtout nourrir tout ce petit monde.

Au bout du deuxième jour, le drow s'était vite ennuyé. Tya avait déjà abandonné à la fin du premier, où elle s'était endormie, le ventre plein, au soleil. Zephriel avait fait un effort, et avait finalement abandonné, pour aller faire un tour hors de la ville, à cheval. Cela faisait se dépenser Tya, et lui même. Leur évitant de s'encroûter.
Ce fut bénéfique, au point, qu'il chassa même, et rapporta deux belles biches, et quelques poissons de sa pêche de l'après midi. Zephriel avait dormi sur ses deux oreilles cette nuit là.

Le troisième jour, Zephriel avait abandonné véritablement toute surveillance, et avait reprit sa routine des jours tranquilles. Il s'était levé tôt, avait déjeuné, dans les cuisines, sur le pouce, avant de partir pour le coté de la Cour, qui servait de terrain d'entrainement.
Il suait depuis deux heures déjà. Le maitre d'armes d'Ar-Inwilis était un bon adversaire. Peut être moins que Sirgris, qui était redoutable. Mais Zephriel pouvait se dépenser sans compter, ou presque. Tya observait la scène de loin, l'air peu intéressée.
Zephriel était passé de l'échauffement, à quelques flèches tirées, histoire de ne pas perdre la main, avant d'être rejoint par le maitre d'armes, qui avait voulu s'exercer au combat à mains nues. Zephriel avait été jeté à terre, une ou deux fois, contre cinq pour le maitre d'Armes.
Maintenant, cimeterres en main, il affrontait le capitaine de la garde, qui semblait lui avoir garder rancune de leur dernière rencontre. Parades et attaques se succédaient, à un rythme effréné. Le capitaine était aussi bien le maitre, et Zephriel moins frai.
Ce qui ne l'empêcha nullement de désarmé et de défaire son adversaire, avec sa botte favorite, bloquer la lame de l'adversaire avec ses cimeterres, et envoyer un coup de pied pour, ici repousser le capitaine, mais en réalité, pour assommer d'un coup puissant l'adversaire.

-Sans rancune capitaine ? demanda-t-il souriant, en voyant l'autre se frotter le ventre, là où son pied l'avait atteint.





Dernière édition par Zephriel le Dim 15 Avr - 23:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Densham
Prince/Princesse
avatar

Peuple : Sidhe
Second(s) Métier(s) : Régent du royaume du Falast
Nombre de messages : 56
Localisation : Fainros
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Dim 31 Oct - 23:15

Densham n'avait eu de cesse d'avoir l'esprit occupé pendant le semaine et demi qui était passée. Ses jours étaient remplis de choses à signer d'idée à aprouver ou réprouver, d'ordres à donner de comptes à respecter et à recompter, d'embrouillades à débrouiller. Il était sollicité, questionné, on lui proposait tout un tas de choses pour le conseil, ou on lui parlait des autres conseils qui s'étaient passés avant le siens et des choses à ne surtout pas faire pour éviter tout désastre. La garde était sur les dents, l'armée en partie mobilisée aussi. Sans parler de ce qu'il avait toujours eu en tête et qui le hantait à demi la journée mais qui le tirraillait sans cesse la nuit, tant et tant qu'il commençait presque à devenir insomniaque. Il passait ses nuits à écrire, pleurer, se ronger les sangs et les ongles.
Il commençait à craquer, mais cette fois-ci c'était du sérieux, ses doutes et ses angoisses étaient trop accentués par ses nerfs à fleur de peau.
Il lui semblait entendre dans sa tête la voix de son amie drow et couturière, Darena qui lui disait "Fonce, tu ne trouveras pas le sommeil sans réponses claires. C'est oui, c'est non, mais au moins ce ne sera pas peut-être". Ca lui faisait peur quand son subconscient décidait de prendre le voix de la drow, généralement s'il n'étcoutait pas cette voix, Anissina arrivait dans son esprit et ça devenait pire.Cette nuit il n'avait que peu dormit, et avait prit la décision d'essayer encore une fois comme il se sentait capable de faire, et que si ça ne marchait pas... Il écouterait la drow dans sa tête, quitte à mourir une trentaine de secondes plus tard.

Debout assez tôt, avant que le rythme de la journée ne l'envahisse il observa Zephriel sur le terrain d'entrainement, mettre une bonne raclée au capitaine grognon de la gerde. C'était peut-être sa chance, la seule de la journée pour lui en tout cas. Le sidhe enfila un manteau vert foncé au liserets rouges sang et brodé aussi savament que sa drow savait le faire, dans les même tons que les liserets. Elle lui avait dit que c'était des motifs venant des tribus des gorges de Dragica, et qu'elle y avait mit les motifs de force, de courage et d'envol de l'esprit. Si les motifs pouvaient faire effet, ça l'arrangerait à présent.
Restant sur le seuil de la porte pendant quelques secondes, oreilles tenue, Densham ne mit un pied dehors que quand il fut sur que le chant des oiseaux étaient loin. Le sidhe aux cheveux roses se depêcha de joindre la distance qui le séparait de la porte à au moins la tigresse du drow qu'il trouva entrain de regarder nochalament l'entrainement de son maître. Il capta son attention et lui fit quelques caresses avant de regarder Zephriel. il inspira profondément comme s'il allait lui lancer le défit de le battre -chose qui serait idiote vu qu'il n'a plus touché à une épée depuis des années- et se planta presque devant le drow.
-Zephriel, je dois te parler...
Il regarda le capitaine de la garde qui avait l'air surpris de cette interruption.
-Et, euh, seul à seul.
L'adversaire de Zephriel sembalit avoir comprit et se retira laissant un sidhe qui avait une flamme déterminée dans les yeux qui ne semblait pas vouloir s'éteindre de sitôt, et un drow qui ne devait pas trop comprendre ce qui se passait...
-Tu sais, tout ces vers que je te fait lire, tout ces poèmes, ces textes, ces essais... Tu, tu n'as jamais remarqué quelque chose à-à l'intérieur, entre les lignes... Même quelque fois dans les lignes, en bien visible, quelques chose te concernant, directement...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Araal Nerevar Vanarden
Officier
avatar

Peuple : Drow, Galaedoran, mais Falastois d'adoption
Second(s) Métier(s) : Soldat de carrière
Grade : Général
Armée/Guilde/Institution : Griffons d'Argent de Fainros
Nombre de messages : 40
Localisation : Veillant sur Densham
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Lun 1 Nov - 12:23

Le capitaine écarquilla les yeux, en regardant derrière Zephriel. Le drow en déduisit que quelqu'un venait. Il pivota, et trouva Densham avançant d'un pas déterminé, le regard qui l'était tout autant. L'intendant à la chevelure rose intense se campa devant lui, comme s'il allait le défier dans un duel à mort.
D'un geste de la tête, Zephriel fit signe au capitaine d'aller voir à l'autre bout du palais s'il y était.
Il ignorait ce qui mettait son ami dans un état pareil, mais ce devait être grave. Anissina avait-elle finit par se faire exploser dans une tentative de réinventer la poudre ?
Cette situation l'inquiétait. Il attrapa le bras de Densham, et l'amena plus près de Tya, les éloignant des oreilles indiscrètes.
-Que se passe-t-il ?

Son inquiétude retomba aussitôt que Densham ouvrit la bouche. Il voulait lui parler de poèmes, enfin, de ce qu'il écrivait lors de ses heures de libre. Lire entre les lignes ? Remarquer quelque chose ? Oui, il y avait là maintes références à un drow. Au départ, il avait pensé à Darena. Mais elle n'avait pas les yeux violets. D'un violet lavande.
Le quelque chose le concernant directement vint faire sonner des cloches à ses oreilles. Il resta un moment interdit.
Darena n'avait pas de muscles roulant sous sa peau d'ébène, Darena n'avait pas l'esprit aussi affûté que le fil de ses lames. A la rigueur, elle piquait autant que ses aiguilles. Dans l'entourage de Densham, il y avait deux drow. Lui, et elle. Et ce qu'il disait maintenant, confirmait sa deuxième supposition, à savoir que Densham en pinçait pour lui. Son cerveau réfléchissait si rapidement, qu'il en entendait presque tous les rouages.
-Densham... J'ai besoin de m'assoir.

Le drow se laissa tomber à coté de sa tigresse à dents de sabre. Tya alla lui lécher la main. Il lui gratta le haut du crâne, et derrière une oreille. Le gros félin hochant la tête de plaisir, un ronronnement sourd montant doucement, tel celui d'un petit moteur de Fly High. Passa une main dans son épaisse chevelure de neige, il tenta de reprendre.
-Tu viens de me dire, si j'ai bien compris, que tout ce que tu m'as fais lire, ce sont des déclarations d'amour ? demanda-t-il.

Il restait incertain, tout en sachant qu'il avait déjà la réponse à sa question. Il leva son regard lavande vers Densham, que la flamme de la détermination nimbait d'un halo de flammes. Ou alors, le drow se faisait des idées.





Dernière édition par Zephriel le Dim 15 Avr - 23:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Densham
Prince/Princesse
avatar

Peuple : Sidhe
Second(s) Métier(s) : Régent du royaume du Falast
Nombre de messages : 56
Localisation : Fainros
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Lun 1 Nov - 15:19

Quand Zephriel évoqua un besoin de s'assoir soudain, Densham lui resta debout, les mains jointes et les bras devant lui. Il avait peur que s'il passait d'une position debout à assise, d'une position active à une passive plus exactement, sa léthargie et surtout sa timidité habituelle reviendraient au triple galop, et qu'à la moindre question, réflexion, au moindre soupir, il ai plus l'envie de fuir que de rester. Et il avait décider qu'au bout de tant de temps, un peu de courage et de non reflexion serait la bienvenue. Mais cette envie de s'assoir de la part du drow lui laissait présager qu'il avait peut-être eu raison de prendre l'Earthaë par les cornes. Son ami depuis si longtemps avait-il comprit finalement ? Si ce n'était pas le cas, le sidhe se demandait si se jeter de la fenêtre de sa chambre pouvait lui être fatal...
Une main noire passa dans la chevelure blanche du drow, et ce dernier essaya de voir si il avait bien comprit ce qu'il devait comprendre. Dans la tête recouverte de cheveux roses, une lumière et des chants divins apparurent. Ses yeux bleus soutinrent le regard lavande de Zephriel, un léger sourire se dessinant sur ses lèvres. Lèvres qui s'ouvrirent pour répondre.
-Exactement.

Ce simple mot fit un peu tomber la determination. C'était dingue comme simplement affirmer quelque chose se rapportant à ce qu'il pouvait ressentir le chamboulait. Déjà que depuis des années il n'avait trouvé que le papier pour essayer de faire comprendre ses sentiments à Zephriel, sans pour autant oser les dires hauts et forts. Pourtant à chaque fois il pensait avoir été trop explicite mais à chaque fois il découvrait que ça n'était pas assez. A présent qu'il avait réussit à faire refléchir son ami à toutes les petites ou grosses allusions dans ses poèmes, et que ce dernier avait saisit, il lui fallait aller jusqu'au bout.
-Ca fait à présent un bon moment que j'ai compris ce que j'éprouve pour toi, et que je l'éprouvais depuis la première fois où je t'ai vu, quand tu m'a tiré d'un mauvais pas. Et plus je te connaissais plus c'était confirmé, et fort. Tu ne quitte jamais vraiment mes pensées tu sais... Mais tu me connais, je n'ai jamais réussis à ouvrir la bouche pour te le dire directement, seul ma plume arrivait à traduire ce que je voulais de dire, même si elle le faisait qu'à demi mot.

Plus il parlait plus il se sentait soulagé, comme si ne jamais l'avoir dis de manière audible lui pesait bien plus qu'il ne le croyait. Mais il sentait aussi qu'il lui faudrait peu de temps avant de craquer, et de faire ce dont il avait envie depuis longtemps, avant de finir ses jours dans un coin tant il se serait surpris lui même.
-Mais comme je ne savais pas si tu comprenais ou, ou au moins ce que tu en pensais, je voulais juste. Savoir. Je ne m'attend pas à une réponse positive ne t'en fais pas, je veux juste être, sur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Araal Nerevar Vanarden
Officier
avatar

Peuple : Drow, Galaedoran, mais Falastois d'adoption
Second(s) Métier(s) : Soldat de carrière
Grade : Général
Armée/Guilde/Institution : Griffons d'Argent de Fainros
Nombre de messages : 40
Localisation : Veillant sur Densham
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Jeu 11 Nov - 23:31

Le regard lavande ne quitta pas le sidhe, qui semblait incapable de s'arrêter de parler. Densham avait si peu de confiance en lui. Zephriel l'avait remarqué dès leur première rencontre. Timide et effacé, à coté d'une soeur tyrannique, ou bien d'autres nobles se mettant en avant... Densham avait toujours eu peur de s'exprimer. Sauf aujourd'hui.
Les leçons de Sliabh et de Sirgris avaient servis. Du moins, Densham en tirait-il profit, depuis que de Heurteloup lui avait laissé le champ libre, et toutes les responsabilités dont il s'occupait jusque là. Densham avait changé. Enfin... mettez lui un oiseau sous le nez, et il s'évanouirait, ça, Zephriel était certain que ça ne changerait pas. Au fur et à mesure de sa déclaration, la voix parfois tremblotante, Densham semblait perdre peu à peu la détermination et l'aplomb qui l'avait fait venir jusqu'ici. Zephriel ne put empêcher les coins de sa bouche de se relever. Au final, le sourire aux dents blanches se fit moqueur, mais le regard lavande se fit plein de tendresse.
Avant que Densham ne puisse prendre la fuite, où se mettre à paniquer, le drow lui attrapa la main, et d'une légère traction, le fit se pencher, avant de tirer plus fort, pour le faire tomber. Comme lors de leur première rencontre, le sidhe lui tomba dans les bras, chapeau envolé, et cheveux roses au vent. Les yeux habituellement mi-clos, s'ouvrirent aussi grand que des soucoupes. Glissant une main dans la chevelure fuchsia, et posant son front contre le sien, Zephriel soupira.

-Densham, il aurait été plus simple de me le dire dès le début. Là, tu aurais pu être sûr, sans avoir besoin de te tourmenter pendant tant de temps... Pardonne moi de ne pas avoir été plus clairvoyant que ça.

Et avant que n'apparaisse la moindre expression de déception... Il saisit le fin menton entre ses doigts. Le drow attira doucement le visage du sidhe vers le sien, déposant d'abord un baiser aussi léger qu'une feuille tombant d'un arbre, avant d'embrasser à pleine bouche l'intendant, sous l'oeil peu intéressée de Tya, qui se détourna pudiquement.

-Tu pourras dire merci à Sliabh, fit-il en s'écartant, c'est elle qui m'a mis tes poèmes sous le nez, éclairé par un nouveau point de vue. Maintenant, as-tu assez de certitudes ?




Dernière édition par Zephriel le Dim 15 Avr - 23:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Densham
Prince/Princesse
avatar

Peuple : Sidhe
Second(s) Métier(s) : Régent du royaume du Falast
Nombre de messages : 56
Localisation : Fainros
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Ven 12 Nov - 22:45

Durant sa tirade il avait vu Zephriel sourire, mais avoir tout de même un regard doux.
Il se moquait ? Le trouvait attendrissant ? Allait-il ouvrir en grand les bras en lui disant que c'était tout ce qu'il attendait depuis longtemps aussi ? Peut-être avait-il pitié du fait qu'il lui dise cela alors qu'il n'avait jamais ô grand jamais songé un instant à cela, et qu'il n'y songerait jamais ? Ou pire il pensait qu'il devenait complètement fou avec ses résponsabilitées nouvelles ? Durant le court laps de temps figé de la fin de sa déclaration Densham songea à vitesse grand V à prendre la fuite. Il avait dit tellement de choses, il se sentait presque tout nu, tant pis pour la réponse elle saurait attendre une semaine ou trois le temps qu'il ose ressortir de sa chambre, ou du moins arrêter de jouer les ombres pour esquiver au mieux le drow. Et puis il avait déjà douté tout ce temps, durant plusieurs années, alors attendre quelques jours de plus ne l'anéantirait pas plus. Au moins Darena le laisserait en paix mentalement, et aucune voix de soeur ne menacerait d'apparaitre, il pourrait à peu près dormir.
Une main noire atrappa la sienne. Il ne fit aucun mouvement pour s'en défaire, ou montrer sa surprise. Puis après avoir été légèrement contraint de se baisser, il tomba, droit dans les bras noirs du drow. Son chapeau s'en alla de sa tête, ses yeux s'ouvrirent plus grands qu'ils ne l'avaient jamais été. A genou en face de Zephriel, son front contre le sien, une de ses mains dans ses cheveux, Densham ne savait pas quoi faire, dire, ou même penser.
Même si une immense partie de lui accompagnait le coeur battant la chamade d'un "Oui, lui aussi ressent la même chose", il y avait toujours ce petit point sombre qui lui soufflait "Non, il cherche à t'apporter du réconfort rien de plus, il est désolé".

Les paroles prononcées par la bouche noire faillirent avoir raison de la majeure partie de lui, surtout vers la fin... Jusqu'à ce que ces lèvres viennent se poser doucement sur les siennes, puis qu'elles s'attardent bien plus, lui laissant le plaisir d'enfin savoir ce qu'on éprouvait quand on embrassait quelqu'un, et de surcroît, quelqu'un dont on est fou depuis longtemps.
Il se sentait un peu maladroit, mais n'arrivait pas vraiment à faire autrement. Il devait avoir l'air idiot, à s'accrocher à Zephriel comme pour s'ancrer dans la réalité via lui, ou pour être sur qu'il était vraiment là. Une main blanche alla chercher le contact de la peau du drow, et le trouva sur la nuque de ce dernier. Il ne rêvait pas. Ayant prit doucement la teinte de ses cheveux au niveau de ses joues, l'intendant regardait les yeux lavande, comme hypnotisé. Sliabh. S'il devait la remercier, alors, il lui offrirait au moins une caisse de vin et autres alcool venant du sud. Ou peut-être plus. Tremblant légèrement le sidhe ne su quoi répondre.
Mettant ses deux mains sur les joues du drow, il les fit descendre doucement, le caressant avec soin, avant de retourner de son propre chef goûter encore une fois les lèvres noires tentantes qu'il avait face à lui. Il s'éloigna et réussissant pu répondre.
-Oui, je crois, oui.

Il émit un sorte de rire entre l'amusement et la nervosité, ses épaules s'agitant brusquement alors qu'il posait ses mains sur les épaules de Zephriel. Il avait presque peur de le lâcher. Il n'en croyait pas ses sens, il n'aurait jamais pu s'imaginer ce qui venait de se passer. Il en pleurait presque, et continuait de rire, plus nerveusement qu'autre chose.
-Je, si j'avais su, je crois que je... Enfin j'aurais, dès le début. Quel idiot, vraiment, bien plus aveugle que ce que je pouvais penser que tu étais... Et je ne fais même plus des phrases sensées, je suis dans un état regardez moi ça.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Araal Nerevar Vanarden
Officier
avatar

Peuple : Drow, Galaedoran, mais Falastois d'adoption
Second(s) Métier(s) : Soldat de carrière
Grade : Général
Armée/Guilde/Institution : Griffons d'Argent de Fainros
Nombre de messages : 40
Localisation : Veillant sur Densham
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Dim 28 Nov - 11:54

Entourant de ses bras la taille fine de Densham, et attendit presque patiemment. Un bâillement sonore de Tya, et le bruit d'une chute, lui laissa deviner que la tigresse venait de s'affaler de tout son long sur le sol, étendant sa masse pour se dorer la pilule. Le Drow se laissa volontiers embrasser une seconde fois, juste avant que le Sidhe à la figure aussi rosissante que ses cheveux, ne se mette à rire. Les deux cercles lavandes qui brillaient au milieu des orbites totalement noirs du Drow, cherchèrent les yeux aux teintes rosées, qu'il trouva brillant de larmes.
Zephriel décida d'être franc.

-Si tu l'avais fait dès le début, je ne t'aurais pas cru.

Il était sérieux, chacune de ses histoires d'amour, ou d'amitié s'étaient pour la plupart terminées par de douloureuses séparations. Toujours à cause de ce qu'il était, un elfe à la peau aussi sombre que les entrailles de la terre. Et bien qu'il n'ait jamais vécu parmi les gens de son peuple, les tensions entre les peuples qui régnaient durant son enfance jusqu'à la guerre durant sa jeunesse, ne lui permirent jamais vraiment de trouver sa place. Ce qui lui avait offert l'intendant Arkling avait été comme le plus doux des vins après une longue marche dans les Plaines de Sable. Ce que lui offrait Densham était inestimable. Le sidhe ne savait pas tout de son histoire, mais en connaissait suffisamment pour savoir que Zephriel, en dépit d'une façade assurée, n'était jamais complétement certain de l'aboutissement, ou l'évolution de ses relations. La crainte d'être renvoyé. La présence de Tya atténuait depuis longtemps l'angoissante et la solitude du ranger qu'il avait été, retiré du monde, dans les sommets neigeux et boisés de l'Eredmorn.
Il disait la vérité. Il n'aurait pas cru le Sidhe, et lui aurait demandé de bien vouloir cesser ses moqueries, qui n'auraient pas eues lieu d'être.
L'amitié qu'ils avaient fini par partager avait conforté le drow, Densham semblant vivre parfois dans un monde qui n'appartenait qu'à lui. A tel point, qu'une fois plongé dans l'écriture d'un poème, ou la lecture d'un livre, il risquait de se perdre dans le palais, ou de rater une marche, pire encore, de marcher sur la traine d'une dame, qui se répandrait en injures, qu'il ignorerait superbement, tout à sa rêverie. Quand Al'Daaman avait commencé à montrer des signes de folies, le premier ayant été de renvoyer comme une malpropre la jeune femme avec qui il allait se fiancer, et d'aller, à la fin, jusqu'à mettre le royaume en péril, Zephriel avait pris part à l'organisation visant à recoller les morceaux. A sa tête, de Heurteloup, anobli lui aussi par Arkling, il était respecté, parfois craint, et Zephriel approuva systématiquement ses choix.
Il appuya avec l'aide de Sliabh, la nomination de Densham, et Heurteloup lui aménagea un large chemin, afin de l'aider à endosser son nouveau role. C'est à ce moment là que Sliabh lui colla sous le nez - parfois littéralement - les recueils de poésie, qui étaient connu du grand public, comme étant ceux de Nelwy. Elle lui montra alors ce que ses yeux refusaient de voir, ce qu'il refusait de comprendre. Zephriel eut d'abord du mal à en accepter l'idée, personne ne pouvait ressentir quelque chose d'aussi fort pour lui. Et puis cela lui fit surprendre certaines œillades, certains regards, de Densham, qui pensait sans doute alors, qu'il ne les verrait pas. L'attitude devint alors criante aux yeux du drow, qui se rendit compte, que ses facultés d'observations ne valait pas tripette quand il s'agissait de sentiments. Ces explications restèrent coincées, et rien ne sortit de sa bouche. Muet le drow habituellement expansif.
Ses yeux brillèrent plus fort, alors que sa bouche s'étira en un sourire, dévoilant des dents d'un blanc éclatant. Zephriel laissa en suite échapper un profond soupir.

-Je n'ai pas été très brillant, moi aussi, sur ce coup là. Autant pour ma capacité de déduction du ranger émérite.

Un pouce noir vint essuyer rapidement une petite larme roulant sur une joue pâle, ses doigts s'attardant en suite sur cette joue. Ils devaient avoir l'air de deux idiots, riant à moitié, assis par terre au milieu de la Cour. Le drow déposa un baiser supplémentaire sur le front pâle. Le geste plus assuré que ses pensées, il releva doucement le sidhe en même temps, qu'il se relevait lui. Tya releva la tête, et fixa ses grands yeux qui étaient de ce jaune presque vert. Le silence se fit presque maladroit, et la nature rieuse du drow reprit le dessus.
-Permet que j'aille me rhabiller, même si la vue de mon torse musclé, plein de cicatrices, et luisant de sueur doit te faire de l'effet. Je ne peux décemment pas me promener dans le palais ainsi, juste pour tes beaux yeux.




Dernière édition par Zephriel le Dim 15 Avr - 23:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Densham
Prince/Princesse
avatar

Peuple : Sidhe
Second(s) Métier(s) : Régent du royaume du Falast
Nombre de messages : 56
Localisation : Fainros
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Dim 16 Jan - 17:16

L'intendant en pleurait presque, tout en riant légèrement.
Même s'il ne l'aurait pas cru, Densham se sentait plus qu'idiot de n'avoir jamais rien dit, tout cela par peur. Si après ses avoeux, le drow ne l'avait pas cru, il aurait tout fait pour le lui prouver, lui montrer la sincérité de ses dires... Est-ce qu'il aurait réussit au final ? Mais la question ne se posait pas vraiment, il n'avait pas réussit à articuler ce genre de déclaration jusqu'à aujourd'hui, et là le drow le croyait. Et c'était très bien comme ça. Le sidhe songea même que d'avoir passé tant de temps à attendre, à parfois desespérer et se torturer seul, ce n'était pas si cher payé s'il pouvait enfin prendre dans ses bras, embrasser son cher drow.
Zephriel évoqua lui aussi son absence d'observation vis à vis du sidhe aux cheveux roses. C'était vrai que vu ainsi, c'était un peu honteux pour un ranger de ne pas avoir pu observer ça. Mais ne disait-on pas que l'amour rend aveugle ? Et dans leur cas, ils s'averrait que les deux concernés auraient pu se trouver réellement dans un noir d'encre, ça aurait été la même chose. Une larme coula le long de sa joue, stoppée par le pouce de Zephriel qui laissa sa main glisser très doucement, s'attardant volontairement, sur sa joue.

Sa nature de sidhe aima ce contact, d'autant plus que c'était le sien. Il se releva, aidé par le drow, et ils restèrent comme ça debout. Densham tenant les mains du drow dans les siennes, cherchant à ne pas s'envoler de cette réalité. Le silence commença à peser doucement. Les paroles de Zephriel rompèrent le silence, et Densham rit franchement.
Ses -beaux- yeux roses s'illuminèrent.
-C'est vrai que cette vue ne me laisse pas indifférent du tout. Que ferais-tu si je disais que je ne te permet pas d'aller te vêtir ? Si je devenais un tyran refusant que les drow répondant au nom de Zephriel portent des chemises et autre hauts, parce que j'en ai envie ?
Le sidhe laissa les mains de drow pour mettre les siennes sur les épaules noires tout en s'approchant un peu.
-Mais si je faisais ça, tu pourrais tomber malade, et tout le monde n'aurait d'yeux que pour toi et tu seras convoité par tout le monde. Ah, je te le permet, va te changer, vite, avant que je perde mon sang froid.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Araal Nerevar Vanarden
Officier
avatar

Peuple : Drow, Galaedoran, mais Falastois d'adoption
Second(s) Métier(s) : Soldat de carrière
Grade : Général
Armée/Guilde/Institution : Griffons d'Argent de Fainros
Nombre de messages : 40
Localisation : Veillant sur Densham
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Ven 18 Fév - 19:22

Baissant ses yeux aux iris violets incandescents, Zephriel examina Densham, la tête légèrement penchée sur le coté. Mains sur les hanches, une lueur passa dans ses iris particuliers, alors que les coins de sa bouche remontaient de nouveau. Le Drow éclata d'un rire moqueur.

-Le rôle de l'Intendant tyrannique et autoritaire ne te va pas du tout. Tu es peu crédible. Vraiment.

Son hilarité maitrisée, Zephriel mit sa bouche à la hauteur de l'oreille de son terrible interlocuteur. Le Drow fit en sorte que même Tya ne puisse rien entendre de ce qu'il disait.
Il fallait savoir, que même si la Poésie n'était pas le genre de littérature qu'il lisait volontiers quand il avait du temps, Zephriel avait pourtant retenu chaque ligne lue des poèmes de Nelwy. Le poète n'était autre que Densham. Et il se souvenait parfaitement de certains poèmes trop personnels pour être publiés. C'est le sourire dans la voix qu'il chuchota :

-Non vraiment, surtout quand on sait ce que tu rêves de me faire, et ce que tu as envie que je te fasse. De nous deux, il me semble que c'est toi, qui devrait faire attention. Vêtu ou non.

Et comme pour le prouver, Zephriel ponctua sa phrase par un coup de langue juste sous l'oreille, avant de se redresser en laissant son nez et sa joue frotter contre celle de Densham. Secouant sa crinière de neige, il repoussa doucement les mains posées sur ses épaules pour s'éloigner. Le Drow se pencha pour ramasser sa chemise, qu'il enfila par dessus sa tête. Le geste vif, il dégagea ses cheveux pris dans le col, avant de faire un petit bruit de bouche ressemblant à un claquement.
Tya, tigresse aux dents de sabres bailla paresseusement, s'étira de tout son long, gratifia Densham d'un petit coup de tête affectueux, et vint se placer à coté de son maitre. Son maitre qui se pencha encore une fois, pour attraper sa veste, qu'il mit sur son épaule.
Le ranger gratifia Densham d'un nouveau sourire éclatant.

-Sa seigneurie désire-t-elle faire un bout de chemin avec moi ? Avant que je n'aille profiter d'un bain pour me délasser, après ce rude entrainement. Je crois que notre capitaine était un peu frustré. Mais cela doit être passé maintenant.






Dernière édition par Zephriel le Dim 15 Avr - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Densham
Prince/Princesse
avatar

Peuple : Sidhe
Second(s) Métier(s) : Régent du royaume du Falast
Nombre de messages : 56
Localisation : Fainros
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Sam 30 Avr - 18:51

Le rire du drow était logique. Densham n'avait jamais été crédible en tyran, d'ailleurs, il n'avait jamais essayé de l'être ou de le paraître, manquant donc de pratique, on pouvait bien voir que ça ne lui allait pas du tout. Mais d'un autre coté il y avait eu une part de vrai dans ses propos, il aurait été plus que ravi de garder la vue qu'il avait sur les abdominaux et les pectoraux sculptés de son Zephriel.
Le souffle de son noir interlocuteur lui chatouilla l'oreille et le coup, lui tirant quelques frisson, et la voix suave et chaude murmura des paroles bien destinées qu'à lui seul. Il rougit un peu plus, déglutissant. Il ne savait que trop bien ce dont il avait envie, ce qu'il voulait que le drow lui fasse, chaque fantasme l'habitait et ils leurs arrivaient de surgir dans son esprit alors qu'il ne faisait que regarder en direction du drow. Le coup de langue lui tira une légère exclamation et un petit sursaut. Le drow cacha donc à sa vue son torse musclé, plein de cicatrices, et luisant de sueur, qui lui faisait de l'effet, en enfilant sa chemise, puis après un claquement de langue, Tya le gratifia d'un coup de tête et se plaça aux cotés de son maître.
L'intendant à cheveux roses sourit doucement.
-Oui, sa seigneurie a un peu de temps avant que des personnes ne viennent lui faire l'avancement des achats de vivre et la confirmation du plan des chambres. Pour le capitaine, je crois que malheureusement il n'aura plus le temps de ressentir quoi que ce soit dans quelques semaines. Comme moi.

Densham ne le cachait pas au drow, mais le fait d'avoir été laissé pratiquement seul aux rennes du royaume quelques mois avant le Grand conseil l'affolait. Il arrivait à gérer, enfin c'est ce qu'on lui disait, mais intérieurement il avait peur et revérifiait dans le calme de sa chambre tout ce qui avait été vu dans la journée. L'angoisse grandissante vis à vis de Zephriel de ces derniers temps avait été bénéfique sur ce point, car comme il n'arrivait pas à trouver le sommeil, le temps qu'il daigne venir il pouvait relire.
Au moins il été libéré du poids de l'angoisse de savoir ce que ressentait le drow, par rapport à lui. Il eu un petit soubressaut de rire.
-Au moins, j'arriverais à dormir cette nuit... Enfin je crois. On se retrouvera pour diner ce soir ? Ce midi, je n'aurait très certainement pas le temps.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Araal Nerevar Vanarden
Officier
avatar

Peuple : Drow, Galaedoran, mais Falastois d'adoption
Second(s) Métier(s) : Soldat de carrière
Grade : Général
Armée/Guilde/Institution : Griffons d'Argent de Fainros
Nombre de messages : 40
Localisation : Veillant sur Densham
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Dim 15 Avr - 23:40

-J'imagine que recevoir autant de monde prend du temps, ce qui explique que les préparatifs commencent à trois mois du prochain Conseil Annuel de l'Alliance. Une formalité, n'est ce pas ? Ce sera différent cette année... L'an dernier, Al Daaman avait encore toute sa tête, et il n'y avait pas de guerre à l'horizon.

Zephriel leva le nez, comme pour humer l'air, à la recherche de signes annonciateurs de pluie. En bon ranger, il savait quand la pluie tombait, le changement dans l'air était perceptible. En pleine nature, et selon l'endroit, cela lui avait laissé le temps de se mettre à couvert, et en hauteur. Les montagnes, la forêt de Kétih finissaient souvent par être submergée par le Mokosh et les torrents gonflés d'eau qui dévalaient les pentes rocailleuses. Il en oublia un instant qu'il était au milieu de la cour, les souvenirs vivaces le ramenant des années en arrière. Là où il avait rencontré Tya, tué des soldats, et vu Nargothrond être creusée dans la roche.

-Il va pleuvoir. On ferait mieux de ne pas trainer. Tya sent le tigre mouillée quand elle est trempée. Et elle a la fâcheuse habitude de venir sécher sur mon lit.

La tigresse jeta un regard oblique au Drow, sachant qu'il parlait d'elle. Elle détourna la tête, le snobant royalement, avant de se diriger nonchalamment vers l'entrée du palais. Il lui emboita le pas, Densham à ses cotés. Une vue habituelle pour la garde et le personnel du château, que celle du nouvel intendant aux cheveux roses et du drow marchant ensemble, ou mangeant ensemble, lorsqu'ils le pouvaient. C'était vrai que depuis sa prise de fonction, sans les devoirs délégués au seigneur Heurteloup ou à Sliabh, Zephriel voyait moins souvent Densham, celui-ci ayant moins de temps libre. En revanche ce qui était nouveau, s'était la vue de l'intendant en train de se faire royalement embrasser à pleine bouche sous les arcades qui bordaient la cour intérieur du palais. Juste avant de rentrer, Zephriel n'avait pas pu s'en empêcher, il avait saisi Densham par la taille, profitant de la finesse de ses hanches qu'il sentait sous le tissus. S'en était suivi un second baiser, langoureux, le genre de baiser qui laisse à peine le temps de respirer. La sensualité faisait partie intégrante des Drows, et des Sidhes, un magnétisme que Zephriel ne mettait pas seulement sur le compte de leur peuple respectif.

-Si cela peut au moins te distraire, avant que tu retournes répondre à toutes les sollicitations, et régler toute sorte de problèmes. Tu t'en sortiras très bien. Tu arrives à gérer la scientomage la plus folle et dangereuse de tout Inwilis, alors ce n'est pas un petit conseil entre grands, qui va te faire peur.

Ils pénétrèrent dans le Palais, où une odeur de pain frai régnait en maître sur le couloir, signe que les cuisines étaient toujours en activité, et qu'elles préparaient le ravitaillement des soldats qui terminaient leur tour de garde. La sécurité à Fainros ne s'était relâchée qu'une fois, à l'époque de paix et de prospérité de Arkling, puis pendant la régence d'Al Damaan. Celui-ci était mort assassiné dans ses propres quartiers. Depuis, la garde avait appelé ses réservistes, et la sécurité s'était renforcée, que ce soit en ville, ou dans le Palais. Il restait trois longs mois avant le Conseil Annuel qui réunirait l'Alliance du Nord et les royaumes y ayant un siège. Hors de question que Fainros connaissent un nouveau scandale. Traversant le couloir, ils arrivèrent au point où ils devaient se séparer.

-Va pour ce soir, je te rejoindrai, quitte à ce qu'on mange dans ton seigneurial bureau. Et si tu n'arrives pas à dormir, disons que je peux toujours te tenir compagnie. Nous les Drows, sommes aussi des créatures de la nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Dim 3 Juin - 19:09

Darena était suivit de Kyeral qui était muet, un peu comme une tombe. Elle les avait fait passer par des rues et ruelles moins empreintées, afin d'éviter la foule pour son confrère de race, et aussi pour elle qui aurait été sur les nerfs dès qu'on passait près d'elle. Bien sur si elle avai prévenue, elle savait qu'elle aurait eu le droit à une escorte, pourquoi pas un fiacre ou que savait-elle, ella aimait beaucoup qu'on la dorlotte elle devait l'avouer, même si une vie simple lui convenait tout autant. Sinon pourquoi vivrait-elle dans une roulotte alalnt un peu partout.
Donc ils marchaient simplement, rapidement, les talons bancs de la drow claquant sur le pavé de la route. Darena étant bien trop concentrée sur son chemin pour commencer une conversation.
Elle pu remarquer que son compagnon de route avait un certain succès auprès des femmes, et de quelques hommes, qui se retournaient sur son passage pour le regarder. Magnetisme du à lui même ou à ses vêtements, elle ne saurait le dire, mais en tout cas ça semblait un peu gêner Kyeral. Alors, lorsqu'ils arrivèrent à l'entrée d'Ar-Inwilis, et que des gardes l'arrêtèrent pour vérifier qui elle était, et son compagnon aussi, elle aurait pu se laisser faire s'ils n'avaient pas voulu qu'elle leur remette ses paquets pour vérifier, et qu'en suite il les donnerait à quelqu'un pour vérifier si ce n'était pas dangereux, qui après les redonnerait à quelqu'un pour les transmettre à l'intendat. La drow fit un scandale, puis un peu la conversation à Kyeral, en attendant que Densham ou Zephriel, qu'elle avait réclamés à grands cris en signalant combien elle était outrée de l'accueil qu'on lui reservait alors qu'elle était une amie de l'intendant et qu'elle venait livrer sa commande et qu'elle ne ougerait pas tant qu'e l'un des deux vienne leur signaler l'erreur qu'ils commettaient, arrivent.

-Bon tu as pu remarquer, on est à l'entrée d'un palais, Ar-Inwilis si tu connaissais pas son nom. Mon ami et client de longue date est l'intendant de cet endroit, il a été promu il y a quelques temps et en a profité pour me commander un manteau, trois chemises et pantalons, sans compter quelques gilets courts et même une ceinture, afin d'être présentable devant le Grand Conseil. Qui va avoir lieu dans pas longtemps, d'où ce contre temps scandaleux qui n'aurait pas du être !

Elle avait finit sa phrase en criant sur l'un des gardes qui l'avait stoppée à l'entrée du palais et qui l'empêchait d'entrer. Ce dernier ne bougea pas trop, mais on pouvait voir qu'il était assez tendu, voir appeuré par la drow qui tenait ses paquets comme elle aurait tenu son enfant. Elle avait refusée qu'on touche à ses précieux vêtements, ce qui causait en partie le malaise ambiant.

-Je vous jure, tout ça parce qu'un conseil de gens importants -que je connais pour la plupart en plus !- va se réunir d'ici quelques mois il me faut montrer patte blanche en livrant à leurs mains sales et rudes mes oeuvres, et qu'en plus on me fasse passer par six milles personnes sans pouvoir remettre mes livraisons en main propre. Non mais ils rêvent, si jamais Densham a grossit, ou maigrit, qui va lui faire des retouches hein.
Revenir en haut Aller en bas
Araal Nerevar Vanarden
Officier
avatar

Peuple : Drow, Galaedoran, mais Falastois d'adoption
Second(s) Métier(s) : Soldat de carrière
Grade : Général
Armée/Guilde/Institution : Griffons d'Argent de Fainros
Nombre de messages : 40
Localisation : Veillant sur Densham
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Mer 6 Juin - 17:45

-Je demandais ce qui pouvait faire paniquer le brave soldat qui est venu me chercher, et j'aurai dû me douter que nul autre que Darena la Furie pouvait faire un scandale devant les portes d'Ar-Inwilis.

Zephriel avait été littéralement tiré hors de son bain, par des coups frappés à sa porte, ou plutôt le soldat avait tambouriner comme un forcené sur son battant de porte. Si le Drow ne s'était pas prestement emparé d'une serviette pour la passer autour de ses reins, et ouvert sa porte, il était pratiquement sûr que soldat aurait fini par en faire du petit bois. Il lui avait alors parlé d'une folle, une couturière, qui refusait qu'on fouille ses paquets, et qui était accompagnée par un autre Drow qu'elle, et elle hurlait depuis vingt minutes sur les gardes, prétendant qu'elle connaissait l'Intendant Menel'Willeen, et lui même, le seigneur Ilmatar. Avec un grognement, Zephriel avait demandé au soldat de l'attendre, le temps qu'il s'habille convenablement. Il avait enfilé un simple pantalon de coton noir, enfilé ses bottes, et passé une tunique d'un vert profond, coupée à la mode Fendasséenne. Il avait bouclé sa ceinture, vérifier par habitude, si son sabre coulissait bien dans le fourreau, enfilé sa vieille veste en cuir brun, usée, voir élimée par certains endroits, et avait fit signe au soldat. Il avait traversé l'aile où se trouvait sa chambre, avant de revenir dans la cour. Tya l'avait suivi, l'énorme Smilodon se trouvant toujours à proximité de ranger, ou bien en compagnie de Densham, fidèle garde du corps. Les nuages s'étaient amoncelés, masquant le soleil, plongeant la cour dans une lumière grisâtre, l'air était lourd, chargé de pluie. Le Drow secoua sa crinière blanche qu'il n'avait pas eu le temps d'arranger, congédiant le soldat, l'envoyant retourner à son poste, et se présentant au portail, où deux soldats empêchaient de passer une nouvelle calamité. Quatre autres se tenaient prudemment en retrait, mais prêts à intervenir si besoin était.
La calamité en question s'appelait Darena, couturière et styliste de son métier, et souvent embauchée par Densham. Zephriel avait toujours refusée les tenues extravagantes qu'elle essayait de lui faire porter. Notamment du blanc. Le blanc, il n'en avait porté que dans les montagnes, c'était plus aisé pour se fondre dans le paysage neigeux et rocheux. Il constata le soulagement des soldats en faction à le savoir arrivé.

-Tu aurais dû passer par le manoir des Menel'Willeen en ville, tu aurais obtenu une missive qui t'aurais permis d'entrer, sans avoir à faire perdre du temps aux soldats. Laissez là entrer, et prévenez Densham de son arrivée.

Zephriel n'était pas franchement heureux d'accueillir Darena, encore moins quand il avait espérer se prélasser encore un peu dans l'eau, et passer son après-midi à lire, au lieu d'arpenter Fainros, puisqu'il avait fait dans la matinée, avant de s'entrainer contre le capitaine de la garde. Il s'attendait déjà une riposte de verbale de la part de Darena, aussi, s'empressa-t-il d'ajouter :

-Depuis l'assassinat de Al'Damaan, la garde a été doublée, idem aux portes de la ville. Et normalement, pour rencontrer l'Intendant, il te faut un rendez-vous. Mais j'imagine que Densham sera ravi, et soulager de savoir ses tenues prêtes pour le Conseil Annuel. Et si ça ne te dérange pas, et pour le bien de ton remarquable travail, nous ferions mieux d'entrer avant que la pluie tombe.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyeral
Assassin
avatar

Peuple : Tieffelin
Nombre de messages : 23
Localisation : Dans un lit, peut-être le vôtre...
Date d'inscription : 25/02/2011

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Lun 23 Juil - 11:23

Le jeune hybride n'était pas vraiment à son aise, il avait l'impression, alors qu'il marchait en compagnie de Darena, qu'on le regardait plus qu'à l'accoutumé. Mais puisqu'il regardait toujours vers le sol en rougissant, ce qui lui donnait un air timide, il ne savait pas vraiment si on posait les yeux sur lui plus que d'ordinaire, mais ces vêtements étaient si beau et il se sentait si bien dans sa peau que sa confiance en lui donnait la sensation au jeune incube que son attraction n'en était que plus forte.
Ceci dit, personne ne vint l'importuner, et il se contenta de suivre la couturière sans se poser de questions. Kyeral n'avait, pendant longtemps, connu que Cemenwin et les principales villes de l'Empire Mornien, et ne savait par conséquent pas vraiment où il mettait les pieds dans Fainros. Quand ils arrivèrent devant l'Ar-Inwilis, il fut ébahi par la grandeur du palais, et commença à se demander qui Darena pouvait bien aller voir dans un tel endroit, qui était en prime aussi bien gardé qu'aurait pu l'être le palais de la Marquise Rouge.
La Drow fut d'ailleurs offensée qu'on les arrête à l'entrée, tandis que le jeune Tieffelin se sentait mal cette idée ; mais ce ne fut rien comparé à la gêne qu'il ressentit alors que la couturière fit un véritable scandale, hurlant sur le pauvre soldat qui ne faisait que son travail après tout. Elle lui expliqua d'ailleurs brièvement ce qu'ils fichaient ici, pour souligner au garde qu'elle était importante et qu'on ne devrait pas la faire attendre. Quand un garde posa son regard sur le semi-Drow, l'air désespéré, Kyeral haussa les épaules pour signifier qu'il ne pouvait pas l'aider...

Quelqu'un vint finalement à l'aide de la garde pour calmer Darena, qu'il surnomma la "furie", ce qui, dans la présente situation, lui correspondait à merveille. C'était un autre Drow à l'air peu enchanté qui vint soulagée les gardes de la couturière qui les terrorisait. Le Tieffelin eut un léger sourire en pensant que ces gardes armés faisaient pâles figures face à une femme qui n'avait de dangereux que sa langue acérée et un timbre de voix qui les faisait trembler.
Il ne prêta guère attention aux paroles de l'étranger, qui semblait pourtant connaitre la couturière. Il ne le détailla pas plus, se contentant d'être uniquement présent en silence, au côté de Darena. Il ne connaissait pas la personne dont ils parlaient, devinant seulement qu'il était important. Le jeune homme tressaillit légèrement en entendant le mot assassinat, se reconnaissant bien malgré lui, ayant rempli ce rôle de façon instinctive pour le compte de sa mère, qui en subit d'ailleurs les frais. Il se sentait étrangement mal à l'idée de passer des portes gardées à cause d'un meurtre alors que lui-même il y avait peu de temps en commettait, bien que sans vraiment le vouloir.
Ses ailes frémirent et il les plaqua plus encore dans son dos, et pinça ses lèvres, espérant ne pas révéler ses crocs à l'allure vampiresque, ou autrement dit, son lien de parenté qui pourrait lui attirer des ennuis ; l'Ar-Inwilis était un lieu important, et un enfant à la sanglante lignée n'avait rien à y faire... Il joint ses mains dans son dos, essayant de ses détendre, et souriant gentiment au Drow qui allait apparemment leur permettre d'entrer, et Kyeral l'espérait, vite s'en aller.


"Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage,
puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant.

Se souvient-on d'un nuage ?"


~/¤ Nymphomaniac Fantasia ¤\~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Dim 14 Oct - 17:41

Quand Zephriel arriva, il ne manqua pas de lui faire remarquer, qu'à chaque fois qu'elle mettait les pieds ici, elle se faisait remarquer. Certes, elle n'était pas connue pour être discrète et douce, mais justement, elle était connue que diable, pourquoi l'énerver en lui demandant de montrer patte blanche ? Ce qui en plus vu la noirceur de sa peau, était impossible.

-Oh et comment étais-je sensée savoir qu'il me fallait passer par le manoir avant de venir ici, alors que d'habitude on ne fait pas tout un foin de mes venues. Mais soit, les prochaines fois j'irais me faire délivrer un petit bout de papier qui m'autorise à...

Elle fut coupée par Zephriel qui l'invita à entrer pour ne pas être trempée par la pluie, et surtout pour éviter à son travail -qu'il qualifia de remarquable ce qui lui valait un point de plus dans l'estime de la drow, et ce qui la calma un peu- d'être abimé. Un peu plus calme que tout à l'heure et plus lucide de par ce fait, elle ne pu que confirmer qu'elle avait été bête de penser que suite à l'assassinat du précédent régent on pouvait toujours rentrer dans Ar-Inwilis aussi facilement. Elle se retourna cependant vers Kyeral avant de suivre l'autre drow.

-Tu peux m'attendre ici ? Je n'en ai pas pour longtemps Densham doit être assez occupé, juste quelques essayages, retouches si besoin, et on va te trover une activité à faire ici, j'ai des relations j'pourrais les faire jouer. Tiens, prend ça, si tu veux te ballader vas y, tu me retrouve à l'auberge du Paladin Silencieux ce soir si tu part okay ? C'ets la plus grosse auberge du coin et la meilleure.

Avant qu'il puisse emmettre une quelconque objestion Darena donna quelques pieces au drow ailé, et repartit avec Zephriel, son travail dans les bras. Une fois dans le bâtiment, elle secoua ses mèches blanches et vérifia que les papiers de soie recouvrait bien les vêtements qu'elle avait cousu des heures durant. Ses chaussures claquèrent sur le sol du palais qui était en ébulition.

-Et bien, on sent que le conseil arrive bientot hein , Je sais que tu vas m'envoyer paître, mais tu ne veux toujours pas me laisser t'habiller ? Allez, je te jure que ça t'irais à merveille, et puis tu seras pimpant pour le jour du conseil annuel, tu en mettra plein les yeux aux intendant et aux tête couronnées qui te jalouseront. Rien n'est plus beau qu'un vêtement blanc sur une peau sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Araal Nerevar Vanarden
Officier
avatar

Peuple : Drow, Galaedoran, mais Falastois d'adoption
Second(s) Métier(s) : Soldat de carrière
Grade : Général
Armée/Guilde/Institution : Griffons d'Argent de Fainros
Nombre de messages : 40
Localisation : Veillant sur Densham
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Dim 21 Oct - 23:07

Zephriel regarda l'autre Drow à l'air paumé qui était avec Darena. La couturière le congédia sans ménagement, comme s'il connaissait Fainros, pour pouvoir s'y repérer, ou trouver un endroit où il aimerait passer du temps. Levant un sourcil amusé, l'ancien ranger savait comment faire couper court à Darena qui adorait exagérer quand elle était vexée. Mais Zephriel ne pouvait rien contre les mesures de sécurité qu'il avait lui même conseiller à Densham d'adopter. S'il avait su que c'était la Drow qui demandait à entrer, il n'aurait même pas pris la peine de se déplacer.
Laissant le pauvre bougre qui l'accompagnait derrière les grilles, les deux Drow traversèrent la cour intérieur à grandes enjambées élégantes, se mettant rapidement à l'abri de la fine pluie qui tombait. Ils stoppèrent, juste derrière les lourdes portes ouvragées, gardées par des griffons de chaque coté. Darena vérifia ses paquets, et réajusta sa tenue. Zephriel lui se contenta de secouer sa chevelure, la débarrassant de l'eau. Le reste sécherait tout seul, et il n'avait pas besoin d'être présentable. Ici, à Ar-Inwilis, il était connu comme le loup blanc, et son ancienne profession n'était un mystère pour personne. Si le Drow était parfois élégant, il ne s'embarrassait jamais de tenues complexes, il préférait des vêtements, certes bien coupés, mais confortables, dans lesquels il puisse se battre, en cas de nécessité. Ne pas être à l'aise était un de ses premiers soucis, surtout juste après l'assassinat de l'ancien régent. Il était d'ailleurs maintenant d'autant plus sur ses gardes, qu'il tenait à Densham. S'il pouvait défendre le Régent d'un éventuel assassin, Zephriel le ferait, et il ne fallait pas que ses mouvements soient entravés.

Par habitude, il chercha sa tigresse des yeux, mais se rappela que Tya devait être avec Densham, ou plutôt, devait être en train de se prélasser devant la cheminée de son bureau. Elle servait également de garde du corps au Régent, le protégeant, en l'absence de Zephriel à proximité. C'était comme un accord tacite entre le Drow et la Smilodon, chacun avait sa place, et jouait son rôle. Ses pensées s'arrêtèrent à la mention des vêtements blancs, et la bouche du Drow eut un drôle de rictus. Du blanc, il en avait porté dans les montagnes, ne faisant qu'un avec la neige et la roche. Mais ici, au palais, il évitait le blanc, sauf pour quelques chemises et tuniques, et surtout pour contrarier Darena.

-Le Conseil n'a lieu que dans plusieurs mois, mais certains dignitaires viennent de loin, et ils arrivent généralement plus tôt. Densham veut que tout soit prêt pour les accueillir. Il est un peu nerveux. Et non, je ne te laisserai pas m'habiller, je ne serais même pas à la table des envoyés des différents royaumes. Je m'occupe de la sécurité, en collaboration avec le capitaine de la garde, et un détachement des Griffons. Nous avons demandé trois patrouilleurs dragonniers de Valdis.

Le Drow, tout en parlant, s'était engagé, la couturière marchant à sa hauteur, dans un des couloirs aux murs de marbre d'un rouge, tirant sur le rouge terre, et au sol blanc, entrecoupés de motifs dorés. Ar-Inwilis était un palais somptueux, aux riches décorations, semblant parfois assez froides, notamment dans les halls, et couloirs qu'arpentaient visiteurs de tout rang, dignitaires, ambassadeurs, mais aussi serviteurs. En revanche, les pièces et appartements, ainsi que les jardins, avaient une touche plus chaleureuse, plus personnelle. Le bureau de Densham ne ressemblait en rien à celui de Al'Damaan, un espace qui reflétait le nouveau Régent. L'emblème du Griffon était partout, se croisant avec l'emblème des différentes dynasties montées sur le trône du Falassost.

-Je ne veux pas voir un deuxième assassinat entre ses murs, fit-il sombrement, le Falassost et l'Alliance ont suffisamment souffert avec Al'Damaan. Tu comprendras donc, je ne puisse pas me permettre d'être pimpant.

Zephriel ponctua sa tirade d'un mince sourire, le visage encore assombri par ses pensées. Ses enjambées furent plus longues, reflets de sa fureur contenue, aussi, se força-t-il à ralentir, traversant le couloir, croisant du monde, répondant parfois d'un hochement de tête aux saluts qui lui étaient adressés. Ils empruntèrent un escalier tout aussi somptueux que le couloir, avant d'atteindre les doubles portes en bois du bureau du Régent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Grande Cour.   Mar 12 Mar - 13:32

Darena eu un sourire en l'entendant refuser, poliment cela dit, un millième fois sa proposition de le vêtir. En fait, à présent elle lui demandait sans grande conviction, mais plus par joute, c'était un jeu à présent, enfin pour elle. Et s'il disait oui un jour, bien sur la drow en serait ravie, cela va de soit. Elle lui confectionnerait des atours élégant, clairs, blanc, bleu clair, avec des touches de couleurs sombres pour les bouton, les coutures, ou quelques broderies. Oh oui, elle le voyait déjà, ayonnant, sublime, élevant son art au range de perfection totale. Mais là elle s'égarait en pensée. C'était un non pour le moment, mais elle continuerait à lui demander.

-Quel dommage, j'espère un jour obtenir un oui, ne serait-ce que pour une toute petite tenue. En plus tu ne sentirais même pas la différence enre mes vêtements et les confortables et pratiques vêtements que tu portais en tant que Ranger. Je me demande si un contrat avec Aériaplume, pour faire des tenus spéciales pour les Coursiers se rendant directement dans les chatelleries serait possible... A creuser. J'ai déjà pas mal de travail alors...

La couturière suivit Zephriel avec diligence, jetant quelques coups d'oeil, mais pas comme si elle ne connaissait pas les lieux, s'était surtout pour observer les prépaatifs, les servantes qui allaient à droite et gauche avec du linge entre les bras, ou des objets de décoration. Les gardes qui passaient, patrouillant, ou recevant des istructions, des servants qui dplacait des meubles. Le nettoyage des coins et recoins. C'était une véritable fourmillière, organisée pour un évènement majeur, et autour d'une personne décisionnaire, Densham.
Le connaissant il devait être stressé, sur les nerfs, et surtout anxieu. Est-ce qu'il avait réussis à se débarasser de sa plus grande angoisse ? Avec qui elle marchait en ce moment ? Non, ce n'était pas vraiment Zephriel l'angoisse, mais ce qu'il ressentait pour lui et qu'il n'arrivait pas à sortir depuis un moment, ce qui le troublait au point qu'il ne puisse pas dormir. Elle le boosterait encore cette fois, pour rien peut-être, mais elle le ferait.
Elle s'assombrit un peu aux dernières paroles de Zephriel, lorsqu'il lui parla d'assassinat. Bien sur, personne ne souhaitait ça, même ceux qui ne connaissant pas Densham personnellement ne le voulait, ça chamboulerait la ville de nouveau, l'organisation du Coneil, la tenue du conseil. Et puis plus personnellement, ils perdraient tout deux un être cher. Elle ne pu que hocher la tête.

-Bien sur, mais j'aurais essayé au moins.

Elle n'ouvrit plus la bouche, remarquant le changement dans la démarche du drow, et sentant donc, qu'il valait mieux se taire.
Revenir en haut Aller en bas
 

La Grande Cour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La Grande Cour.
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Le début turbulent d'une grande amitier (PV Pelage Roux)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Falast :: Fainros Siège de l'Alliance :: Ar-Ostirion-
Sauter vers: