AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rhys n' Rory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Rhys n' Rory   Dim 20 Juin - 22:02

Rhys Audenarde Dämons
Ordinarily he was insane, but he had lucid moment when he was merely stupid.

Identité :

Nom : Rhys Audenarde Dämons & Rory Aislinn Aëlfewinn
Âge : Officiellement des vieux
Sexe: Masculin & Féminin
Caste (métier) : Inwilisien, Forgeron, Père des deux terreurs - Capitaine des Rangers Royaux d'Inwerin, Maîtresse de Cyria
Peuple : Andain, mi-sidhe. Hybride, mi-sidhe et mi-elfe.

Physique :

Rhys est presque ce que l’on pourrait qualifier de svelte et souple à la silhouette élancée, mais son torse forme un véritable V, avec une taille et des hanches étroites mais des épaules plutôt impressionnantes. Ses cheveux sont longs, blancs et lui tombent en véritable crinière jusqu’à ses reins coupés de telle manière que quelques mèches lui tombent dans le visage, très légèrement ondulés : il déteste quand il pleut parce que, d‘une, c‘est toujours quand il vient de les laver qu‘il pleut, et aussi parce que ça le fait un peu trop friser à son goût. Ses cheveux sont un peu sa fierté et il refuse de les porter trop courts, de plus la couleur lui est agréable car il ne grisonne pas !
Sa peau est blanche, naturellement pâle mais pas non plus maladivement pâle, quand il reste au soleil autant que sa sœur il devient complètement brun. Son unique œil est gris-bleu la couleur saute d’une couleur à l’autre dépendant de son humeur et du temps, et absorbe facilement les couleurs des surfaces environnantes paraissant alors parfois très bleu voir même un peu violet. Il n’a plus d’œil gauche et porte constamment un patch, lorsque celui-ci devient un peu trop inconfortable il le remplace par un bandeau en tissu fin et doux, empli d‘un petit mélange d‘herbes pour les douleurs. Sous le patch ce n’est pas très beau à voir, un amas de chair cicatrisé est centré sur son orbite vide, dangereusement étiré et d’autres lignes plus fines le traverse de part en part, deux des plus notables coupe son sourcil en deux et fendent sa joue jusqu’au coin de sa bouche, et l’arrête de son nez s’arrêtant dangereusement près du coin de son œil droit.
Son visage est long, peu fin, avec de hautes pommettes, et un nez tout aussi similaire, et des oreilles légèrement et pointe. Sa bouche est bien formée et toujours animée: le sourire généreux ou la fine ligne rageuse, le sourire narquois plus amusé et taquin ou alors carrément vicieux. Quand il taquine un des coins de sa bouche sera toujours relevé, prenant une tournure sensuelle s’il est d’humeur à asticoter ou draguer. Toujours est-il que les attitudes et les émotions se reflètent facilement sur son visage. Il fût l’époque ou il porta le bouc, finement taillé avec soin, il lui arrive encore de la laisser pousser, une lubie dira-t-on. Fût aussi une époque ou Rhys ne portait que du noir et blanc, durant son adolescence principalement. Et un peu plus tard, lors des années les plus obscures de son existence. Il a une garde-robe plutôt étendue mais il favorise un certain style, même s’il a la chance particulière que pratiquement tout lui va. Savoir porter une chemise léopard sans avoir l’air ridicule est un art, messieurs dames, un art…
Communément il porte des chemises blanches, ou très légèrement crèmes aux manches bouffantes ou non, si elles le sont elles seront automatiquement serrées aux avant-bras avec ou non par-dessus des bracelets en cuir aux gravures celtiques. Si les manches ne sont pas bouffantes alors il les remonte -roule- constamment jusqu’aux coudes révélant alors des avant-bras tatoués, tannés et légèrement scarifiés. Par-dessus il met des vestons ou gilets noirs, violets, bruns, beige, rouges -beaucoup de couleurs- avec de fines rayures ou non. Accroché à la rangé de boutons il y a une petite chaine d’or vieilli -qui va jusqu’à la poche sur le devant- de sa montre à gousset. Il lui arrive d’y rajouter de temps en temps une cravate à l’ancienne, soit noire soit violette. Sa montre lui sert de pendentif à portrait avec à l’intérieur une minuscule portrait de sa famille. Ses pantalons sont presque exclusivement en tissus moulants ou en cuir, et enfoncés ou non dans une paire de bottes en peau de dragon ou wyvern qui lui montent jusqu’aux genoux. Ou alors il met simplement une paire de jeans noirs avec ses bottes.  Il lui arrive à l’occasion de mettre une paire de chaps brunes ou noires par-dessus bottes et pantalon, une autre lubie. Par-dessus le tout -et quand il fait un peu froid- il met un de ses manteaux qui lui descendent tous au plus jusqu’aux genoux. Il en possède plusieurs, l’un en peau de wyvern, et d’autres blousons tout aussi chics aux attaches brandebourgs dorés ou argentés. Quant il doit s’habiller pour impressionner -ce qui est relativement rare- sa tenue favorite est un costume trois pièces tout simple mais taillé à sa carrure, et complètement noire. Tout en noir, sauf pour la cravate qui contraste terriblement par sa blancheur.
Tout ceci n’est plus ou moins qu’une ébauche de la garde robe de Rhys. Avec le temps il s’est forgé ce style. Durant les années les plus obscures il traversait les landes sur une créature étrange et ses vêtements étaient particulièrement hideux. Un manteau en patchwork de peaux, principalement humaines, un pantalon en cuir brun, des bottes en daim. Le plus impressionnant c’était les quatre cornes recourbés qui sortaient de sa tête, et ses yeux gris devenus rouges.
Le fait de n’avoir plus qu’un œil est plutôt handicapant bien-évidement, mais Rhys de par ses métiers a une très bonne vue, seulement son œil fatigue alors il s’est fait faire deux monocles de repos qui s’accrochent à l’arrête de son nez, le deuxième si jamais il égare ou casse le premier.
Rory ressemble beaucoup à son frère, à quelques petites différences près. Grande et fine, elle a les épaules presque aussi carrées que celles de son frère dû à sa carrière. Son visage est fin, anguleux, son nez est long, droit, parsemé de taches de rousseur à cause du soleil et ses oreilles d’elfe sont percées du lobe jusqu’aux pointes. Ses yeux sont gris, vifs, expressifs, et tirés aux coins parce que comme son frère sa bouche est toujours animée d’un sourire plus ou moins sournois. Ses cheveux sont presque aussi blancs que les siens, mais d'une blondeur qui éclaircie plutôt qu'une blancheur marquée. Au niveau de la peau le teint est complètement différent puisqu’elle est très bronzée, très foncée. Physiquement elle est très athlétique, féminine aussi, mais simplement masculine sur les bords. Elle porte dignement sa cicatrice de guerre, contrairement à son frère, une longue estafilade qui va de sa clavicule gauche à sa joue. Pour porter plus loin la similitude entre frère et sœur leur style vestimentaire est très similaire. Elle moule ses jambes dans pantalons souples en toile confortable ou de cuir. Des chemises simples, larges et aérées sous lesquels elle doit souvent mettre des débardeurs, le tout enfoncé dans ses pantalons, ou non. Elle porte rarement des robes, et encore même aux occasions spéciales c’est difficile pour elle. Elle met plus facilement des jupes courtes pour courir. Elle porte rarement de petites chaussures féminines, sa préférence va à une paire de cuissardes brunes à lacets. Ou sinon à une paire des bottes brunes à petit talon et avec deux boucles. L’une au genou, l’autre à la cheville, et plus pratique pour y cacher un couteau.
Cyria, quant à elle, est la superbe rapière de Rory, longue et effilée, la garde est joliment décorée de filaments de métal fin mais résistant, et d‘un lapis-lazuli de protection chargé de mana. Cyria est capable de se montrer à ceux qui la touche si elle le souhaite. Elle prend alors forme humaine. Celle d’une grande femme pulpeuse à la plastique tout à fait parfaite. Elle est également toute bleue, de sa peau, à ses yeux, à ses cheveux, jusqu’au bout de ses ongles. Ses cheveux sont plus foncés et tressés, ses lèvres pulpeuses et ses yeux sont, eux, plus foncés que ses cheveux. Ses ongles, des pieds et des mains, sont longs et griffus, et ses doigts sont palmés. Ce corps n'est jamais grandement couvert, seulement par de petites robes d’été qui ne cachent pas grand-chose et ne laissent absolument rien à l‘imagination. Souvent dans des coloris roses ou saumon. Et des plumes multicolores dans ses cheveux et ses habits.

III - Historique, personnalité, armement :

o Histoire : C’est drôle comment le temps passe à une vitesse fulgurante… Mon nom c’est Rhys, Rhys Audenarde Dämons. Ma mère avait bien choisi parce qu’il représente tout ce que j’ai jamais été dans ma vie. Mais pour que vous compreniez je vais commencer au tout début, ça sera plus simple…
La race des sidhes est extrêmement vieille et je fus l’un des plus anciens d’entre nous. Quand je suis venu dans ce monde, l’homme était encore une petite espèce alors que nous, nous étions déjà une race proliférante, nous vivions au grand jour tel des dieux. Les hommes et toutes les autres races nous vénéraient comme si nous en étions et nous en retour nous veillions sur eux. C’était un Âge d’Or le tout début d‘Inwilis quand la magie était abondante et nous prospérions en paix. Mes pouvoirs, eux, faisaient de moi, aux yeux des hommes, un Dieu de la Mort, chevauchant une bête bleue je servais la Justice et la Mort.
L’influence des sidhes grandit et nous avions finis par devenirs arrogants, comme tout peuple nous avons commencé des guerres avec d’autres peuples comme le notre. Les gobelins, les demi-feys, et d’autres encore plus noirs, les sluaghs. Et sur ces peuples nous nous sommes imposés en maîtres tous ces peuples devenant nos vassaux. Bien-sûr il y eu des soulèvement lorsque notre souverain de l’époque fit des Sluaghs une partie à part entière de notre cour, je pouvais comprendre car les Sluaghs sont une armée redoutable. Certains des sidhes n’apprécièrent pas d’être associés avec ces créatures et nous nous divisâmes en deux cours, les Seelies et les Unseelies. La cour Lumineuse et la cour des Ténèbres. Moi le terme cour Lumineuse me fait bien rire, les Seelies sont les êtres les plus racistes et fourbes. Moi en temps que Déité de la Mort, inutile de vous dire dans quelle cour je me retrouvais… On dut s’adapter. Deux cours et donc deux monarques…
Puis les humains finirent par comprendre, bien plus tard, que nous n’étions pas des Dieux et ceux à qui nous avions transmit nos dons se retournèrent contre nous. Les hommes étaient devenus très puissants et nous trop arrogants. Nous perdîmes la bataille et on dut créer l’Innomé, un amalgame de toutes nos plus grosses magies ou être détruits. Nous perdîmes presque tout ce qui faisait de nous un grand peuple mais aucun ne perdis plus que moi. Tous mes pouvoirs, je fus obliger de les perdre. Je passais de Maître d’une des plus affluentes maisons noble à vulgaire laquais de notre monarque.
Les gobelins eux profitèrent de notre faiblesse pour nous déclarer la guerre. Elle dura longtemps et on la gagna mais j’étais tombé entre les mains des gobelins ou plutôt de leurs pattes… J’avais fait des ravages avec mes pleins pouvoirs et sachant que je n’étais plus ce que j’étais ils me tombèrent dessus dès qu’ils le purent.
Je ne connaissais rien de la culture gobelin, ce n’est que très récemment que j’appris que j’aurais pu négocier ma torture, oui aussi bizarre que ça puisse paraître. J’aurais pu négocier ce qu’ils avaient le droit et pas le droit de me faire. Les gobelins adorent la chair sidhe et c’est comme ça que je perdis mon œil. Si j’avais su, j’aurais pu dire pas de torture. Ils me firent bien d’autres choses aussi… La seule chose que je ne pouvais pas négocier c’était le sexe, mais j’avais apparemment aussi le droit de négocier le sexe de mon partenaire. Ma libération fut négociée et mon tourment pris fin, je fus le premier et le dernier des sidhes à tomber entre les mains des gobelins et leur Roi s’amuse à me le rappeler à chaque fois que j’ai le déplaisir de le croiser.
Je gardais ma position de laquais, pardon, de guerrier du monarque. Notre Roi avait trouvé la mort dans cette guerre et la Reine bien que devenue un peu folle avec la mort de son âme-sœur dirigea la cour Unseelie d’une poigne de fer ne nous permettant pas de devenir aussi faibles une fois de plus. La seule chose que je pourrais lui reprocher c’est-ce qu’elle fit des guerriers du Roi. Nous étions ses soldats mais aussi ses amants. Avec la mort d’Owayn ses lignes entre le plaisir charnel, la douleur et la torture se brouillèrent complètement. Ce fut des années noires pour moi et beaucoup des autres gardes de la Reine. Puis arriva Eamon, qui sut, d’un certain moyen, capter l’attention de la Reine. D’un coup nous fûmes tous voués au célibat sous peine de torture, aux mains de sa chose et de la Reine, puis de mort.
Cela dura des siècles… en ces années là ma seule consolation était que je pouvais partir et rejoindre ma sœur ou Uriel. Uriel, un gamin turbulent que j’avais du surveiller durant toute son enfance était devenu, avec la distance, un ami. Sidhe Unseelie pure souche il avait pourtant tourné le dos à notre cour pour se faire une place dans la Marche du Sanctuaire, un ordre très puissant à l’époque. C’est par son biais et celui de Rory, que je rencontrais Finarfin, un elfe barde complètement loufoque qui plus tard ouvrirais la plus grande auberge de Celebalda et me causerais bien des soucis. Rory je ne la voyais pas aussi souvent que je l’aurais voulu, plus elfin que sidhe nous n’avions pas réellement grandis ensemble et elle s’était réfugié à la cité des elfes quand notre mère passa dans l’autre monde. Moi j’avais eu la mauvaise idée de rejoindre les sidhes. Elle venait me voir, mais elle avait la présence d’esprit de ne pas vouloir se joindre à la foule pressée de faire partie de la cour. Parfois je me demande le tournant qu’aurait pris ma vie si j’étais resté avec ma sœur. Mais je m’éloigne du sujet une fois encore.
Plusieurs fois je quittais le monts pour venir à la surface, plusieurs fois je fis le tour d’Inwilis et passa au-delà des frontières connues. Rory participa à la Grande Guerre sur un superbe bâtiment de guerre volant, je lui prêtais main forte à ce moment là. Et heureusement que je fus là pour l’empêcher de se vider complètement de son sang. Je pensais que comme moi une bonne grosse cicatrice calmerait son caractère flamboyant, mais non, pire encore elle est fière de s’être fait trancher la carotide !
J’aidais durant la reconstruction, comme je le pouvais. Finarfin que je connaissais alors très peu revint à Celebalda pour ouvrir son auberge avec lui aussi une magnifique cicatrice. Qui ne l’empêchait pourtant pas de boire comme avec nous autres. Je dois admettre que Fin’ est quelqu’un qui m’intriguait énormément, nous les immortels quand nous prenons de l’âge on devint comme ça, barrés, timbrés, voire carrément gagas. Enfin la plupart d’entre nous, n’en faisons pas une généralité.
Le groupe d’amis que nous étions était comme ça, complètement. Et quand nous roulions sous la table après une bonne soirée arrosée autant dire que les inhibitions disparaissent complètement. Si complètement que je mis des siècles à comprendre que ce que je ressentais pour Fin n’étais pas complètement innocent. Et ça c’était plutôt terrifiant. Je crois que Rory s’en ai toujours douté, peut-être qu’Uriel lui aussi l’a vu, mais que ce soit moi ou Fin nous étions complètement dans le noir. Puis, il épousa la petite humaine, Nioreg, qui travaillait pour lui. Et toujours dans le noir je m’éclipsais de Celebalda pour retourner sous terre. Pourtant je l’aimais bien, mais les sentiments que je développaient pour Fin aurait pu tout gâcher. Et puis je n’étais pas sur de vouloir m’aventurer sur ce terrain là.
Je me réfugiait alors dans ma forge chez les miens. Elle m’avais été jadis interdite et je dus travailler d’arrache-pied pour m’adapter avec mon handicap mais pour finir ce fut faisable. J’excelle dans un art très particulier, celui de forger des lames et d’y accoucher des âmes. Mais bien que je m’exerçais de nouveau je ne forgeais pas vraiment de lames, durant mes voyages j’avais récolté des pierres plus ou moins précieuses, directement des mines de Dragica. Je me versais de nouveau dans mon art préféré et forgeait tout un tas de bijoux, de petites lames, quelques fusils et armes de poing. Ce n’est que lorsque les intrigues de la cour se discutaient jusque dans mon refuge que je pointais mon nez dehors. Rory me rendit visite une seule fois, avec les nouvelles du pays. Cyria fut heureuse de me revoir après tant d’années, après tout j’étais son « père ». Uriel était toujours aussi volage, Fin avait perdu son épouse quelques années auparavant. Puis Rory repartit, avec la ferme déclaration que je ferrais mieux de partir, elle avait hélas raison. Notre cour était en train de s’écrouler sur elle-même, et la Reine avait ouvert une course entre ses deux héritiers pour la couronne, son enfoiré de fils, et sa nièce. Une gamine adorable qui venait souvent me voir avec des paniers garnis. La petite fille qu’elle avait été étais maintenant une femme, le temps avait filé sans que je m’en rende vraiment compte. Ces intrigues là ne m’intéressaient pas du tout, j’y avais pris part beaucoup trop auparavant, je décidais donc de partir de nouveau, mais avec cette fois avec  la ferme intention de ne jamais revenir.
Je revins en Inwilis par le nord, m’arrêtant à Dangweth où je me retrouvais en compagnie d’un des petits peuples que j’avais vu grandir puis retomber peu après. Le Fireicewolf était une auberge que je ne connaissais pas, mais la tenancière était jolie, et ravie de pouvoir parler dans sa langue maternelle. Je me retrouvais aussi en compagnie d’un jeune barde que j’avais croisé sur la route, un jeune homme fort sympathique et qui avait un sacré don pour la cithare. Mais je n’avais pas envie de trainer trop longtemps là-bas, je continuais donc ma route pour finalement arriver à Celebalda. Mon premier stop fut chez Fin, comme par hasard nous nous roulâmes sous la table après avoir honteusement plongé nos nez dans le contenu de son bar. Je me réveillais la bouche pâteuse dans le lit de Fin à l’heure ou le soleil est à son zénith. J’avais pourtant cru entendre Fin se moquer quant il s’était levé pour l’ouverture, oui je m’étale et alors, hein ? Une fois remis ce fut au tour d’Uriel, je passais à l’antre de la bête pour me retrouver un peu stupéfait. Il était effectivement casé, ce que j’avais eu du mal à croire quand Fin me l’avait dit. Je passais encore un bon moment à boire avec Uriel aussi, et à lui avouer que j’avais des sentiments particuliers pour Fin. Impulsif, moi ? Oh oui, avec son encouragement je marchais chez Fin avec la ferme intention de tout lui avouer, mais ça ne se passa as comme prévu. Mon impulsivité eu raison de moi et…pour ma peine…j’eus droit à un bourre-pif et un beau bleu en prime. Donc je partis, retrouvant en route une elfin enceinte jusqu’au cou qui avait été à l’auberge de Fin. Stupidement elle se baladait seule, enfin seule, avec sa chatte et sa jument, une bien maigre escorte. Heureusement que je me joignis à elle en définitive, elle n’étais pas qu’enceinte de jumeaux, mais de jumeaux samildanach et semi-thiefflins que la Triade voulait sous leur pouces. Ils avaient envoyés un laquais, sous guise de prêtresse. On chemina tout trois ensemble, jusqu’à ce que cette peste passe à l’action. Et là tout se déclencha rapidement, d’un coté l’elfin accouchait et moi de mon côté je me retrouvais à batailler avec plus fort que moi niveau magie. Sauf que…mes pouvoirs eurent un brusque revirement, autant dire que ce qui avait été un moteur froid et brisé se réenclencha brusquement. Sous le joug de cette emprise je me perdis un peu, et quand je retrouvais un peu de mes esprits je réalisais ce que j’avais fait. Quelque chose m’avait poussé à arracher les jumeaux à leur mère et je l’avais laissée en compagnie des restes retournés de cette peste de fausse prêtresse.
Aujourd’hui je suis de retour à Celebalda, les jumeaux sont déjà des enfants, je ne le comprends pas mais ils grandissent très vite. Vraiment très vite. Je n’ai toujours pas eu de nouvelles de Rory, et j’évite le sujet Finarfin autant que l’elfe lui-même. Uriel me dit que je suis stupide mais c’est facile pour lui de dire ça. Même son gros matou domestiqué qui est comme par hasard son amant me dit la même chose. Rah ! C’est quand même pas moi qui me suis bourre-piffé tout seul ! Enfin…l’important c’est les jumeaux qui…d’ailleurs, ils sont où ?




Dernière édition par Rhys le Mar 16 Aoû - 4:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rhys n' Rory   Dim 20 Juin - 22:04

Rory Aislinn Aëlfewinn
I am not drunk until I have to be stopped from taking physical challenges and stupid bets.


Moi c’est Rory, je suis la sœur semi-elfe de Rhys. Heureusement ou pas je ne suis pas du tout une andain comme lui, même si je suis aussi vieille, ça ne m‘empêche pas de le traiter de vieux croulant ou d‘autres épithètes du genre. Ma vie n’est pas bien extraordinaire par rapport à celle de Rhys je l’avoue, mais j’ai eu la bonne idée de ne pas me mêler aux cours sidhes, non, moi j’ai préféré de loin la compagnie des autres elfes. Bon parfois ce n’est pas vraiment mieux il faut l’avouer, mais je divague.
Notre mère ne nous a pas couvé, elle nous a à peine élevés pour dire vrai. Sidhe, elle vivait entre deux mondes, le sien et celui de mon père, un elfe d’une petite famille noble. Même si on se ressemble assez pour être jumeaux il était pourtant clair que j’étais moitié elfin et que Rhys était moitié autre. Je crois que c’est ça qui avait fait éclater le mariage de nos parents avant qu’il ne commence réellement. Même s’ils étaient mariés ils vivaient séparés et moi contrairement à Rhys j’étais accueillie très souvent au sein de ma famille elfique. Quand je fus assez grande pour développer un cri formidable, qu’on écoutait plutôt que de chercher à faire taire, j’invitais mon frère plus souvent. Notre mère venait, parfois, mais les intrigues des cours sidhes était son jeu favori, ce qui était plutôt pratique en fin de compte. Quant on est immortel le temps passe très vite, et on ne s’en rend pas vraiment compte, alors en grandissant on avait tendance à se perdre un peu de vue avec Rhys même si on se retrouvait avec joie comme si on s’était quitté la veille. Son chemin prit un tournant un peu plus sombre, moi je me dirigeais vers l’expansion d’Inwilis. Je voyageais énormément durant ce temps là, et je m’attardais partout où il y avait des choses intéressantes, je travaillais partout ou j’allais. Des métiers plus ou moins différents. Quand Aériaplume fut fondée je me précipitais dans les rangs, c’était le meilleur moyen de gagner sa vie, d’apprendre et ça tout en voyageant d’un bout à l’autre d’Inwilis. Diverses technologies se développaient ça et là, tout semblait aller si vite. Quand les premiers vif-nefs apparurent je pris les airs, je crois que je tombais de nouveau amoureuse, voir les terres que j’avais parcouru tant de fois des airs était plus impressionnant et mille fois plus beau.
Je ne savais pas faire grand-chose à par bosser dur pour gagner ma croute, me vint alors l’idée de me servir de mon frangin. Il passait déjà à cette époque tout son temps dans sa forge, à créer des armes et des bijoux. Et pour une fois je voyais un moyen intelligent de mettre mon pouvoir sidhe à l’action. Avec la permission de la terre je faisais remonter à la surface des pierres semi-précieuses que je lui prêtais alors pour qu’il les taille et les façonne ensuite en bijoux. Je dis prêter, parce que le but c’était de récolter une part des bénéfices une fois le produit fini vendu. C’était pratique pour l’un comme l’autre mais les pierres précieuses étaient dures à trouver et pour en sortir une je me vidais de mes forces. C’était très long, et très fatiguant. Mais on s’amassa chacun une bonne petite pile d’argent. Argent que je plaçais soigneusement dans les mains des banquiers de Dangweth histoire de faire fructifier mes intérêts. Un peu trop confiante quant à la sécurité de mon argent ? Pas du tout. Je jure que tous les banquiers doivent avoir du sang de gobelin. Entre temps je m’engageais dans l’armée de Celebalda, me permettant une autre rentrée d‘argent et d'avoir une carrière plus stable.
Durant une permission Rhys me séquestra quasiment dans sa forge, et il me créa Cyria ma rapière adorée. Elle est le contre-poids parfait pour moi, j’ai tendance à agir avant de réfléchir ce qui est parfois un handicap mais s’avère utile dans mon métier. Elle, non, elle est réfléchie et toujours calme, mais quand on s’en prend à moi c’est une sacrée furie. Au début elle n’était qu’une entité dans la lame, aujourd’hui elle est parfois capable de se matérialiser. C’est quelque chose que nous avons dû travailler sans relâche pendant des années. Notre connexion est primordiale, si je suis inconsciente il y a une chance sur mille qu’elle puisse rester hors de la lame. Quand je suis consciente elle peut se matérialiser à souhait, ou bien ne pas répondre à mon appel si elle est d’humeur vindicative, ou quand elle veut elle veut bien me faire comprendre qu'elle boude.
Je crois qu’à force de me voir interagir avec Cyria, Rhys s’est rendu compte que se forger une lame-sœur était une mauvaise idée. Auquel j’ai tendance à lui répondre de se trouver une nana, voir un gars, ou au moins quelque chose. A défaut d’en avoir une forgée de ses mains… Le fait qu’il se soit apparemment pris d’intérêt pour Finarfin me fait rire parce qu’évidement il n’a jamais -vraiment jamais- montré une quelconque attirance pour le sexe masculin. Je veux dire par là qu’aucun de nous à un quelconque problème avec ça, moi je suis de l’avis que le sexe c’est le sexe et l’amour c’est l’amour, c’est la personne avec qui on vit ces sentiments qui est importante, pas son sexe. Je crois que ça ne lui étais tout simplement pas passé par l’esprit qu’il pourrait s’intéresser à un homme. J’arrive à le comprendre d’un certain sens, et puis il a toujours couru les jupons, mais quand même, il faut avouer que c’est le comble ! Moi je caquette doucement dans mon coin, Cyria me dit que je suis mesquine mais d’un autre côté elle a toujours défendu Rhys parce que c’est son « père ». Mais bon…
J'étais chevalier de Celebalda, fût une autre époque. J'avais obtenu ce rang lors de la Grande Guerre, lorsque j'avais été stationnée sur le vif-nef le Passeur du Crépuscule. J’en ai aussi gardé une belle balafre de cette guerre, mais je l'aime bien, elle est pas trop mal placée et elle me donne l'air encore plus espiègle et dangereuse. Et ça attire les hommes autant que les femmes.
Avec la reconstruction est venu un âge de paix, un âge d’or. Sauf que les temps de paix sont évidemment un peu monotones, mais avec la nouvelle royauté en place il y a au moins assez d’action à Aranalda pour le prochain centenaire. Je ne pensais pas étant gamine que la discipline et l'ordre des armées me plairaient tant. Je suis restée très attachée à l'Inwerin, alors quand j'ai fini mon service, je rempile à chaque fois. Aujourd'hui je suis la Capitaine des Rangers Royaux, je suis presque toujours en déplacement parce que j'aime bien me changer des formations de temps en temps, et quand je vois certains des bleus qui me passent entre les pattes je me promets une fois de plus de ne jamais avoir d’enfants, vraiment. Cela faisait quelques temps que j'étais à Dangweth, et j'ai été très surprise de ne rien avoir reçu de sa part. En fait j'ai dû apprendre son retour dans la capitale par un certain ami qui m'a pris grand plaisir à décrire en long, large, et travers ce qui se passait. Je crois qu'il est grand temps que je prennes un congé et que j'aille lui botter les fesses. Oh tiens c’est vrai, c’est demain mon premier jour de congé…

o Caractère : Rhys s’est un peu assagit avec le temps et heureusement, ça ne l’empêche pas d’être assez excentrique. Il est très ouvert d’esprit, et à la risette facile, la boisson facile aussi. Il a tendance à être un peu impulsif et d’agir avant de réfléchir ce qui lui a autrefois donné quelques problèmes. Tout du moins c’est en apparence, dans sa vie professionnelle il sait très bien ce qu’il fait même s’il aborde tout à la légère avec un humour plus ou moins noir et cynique. Il n’aime pas se mêler des histoires des autres, sauf pour les charrier doucement, et il ne prendra en aucun cas parti de l’un ou de l’autre. Il essaye de ne pas juger les gens à la première rencontre, et se fait un avis au fur et à mesure… C’est un bon vivant par excellence, toutes les bonnes choses de la vie il en profite parfois même jusqu’à l’excès, mais derrière les portes closes ou dans les bars. Vie personnelle et vie professionnelle il essaye au maximum de les garder séparés. Même si parfois... Mais cela explique la raison pour laquelle il fait du sport, pour garder la forme (s’il a les épaules carrées c’est à cause des haltères et le travail à la forge…ou tout simplement parce qu‘il à deux irréductibles gamins à charge).
Rory, elle, n’a absolument jamais collé au profil d’elfe qu'on voit dans les romans à l'eau de rose, avec un frère comme Rhys ça n’a rien de vraiment étonnant. Comme lui elle boit comme un trou, fume comme une grande cheminée, joue des coudes et des poings dans les bagarres de bars, est complètement excentrique et pour couronner le tout elle à le sang bouillonnant. Elle a eu plusieurs relations dans sa longue vie, des hommes et quelques-unes avec des femmes aussi, mais vu qu’elle est encore seule rien de bien concluant.

o Passions, phobies : La passion principale de Rhys c’est le travail à la forge. Pendant un grand nombre d’années c’est lui qui fournissait un des types d’armes les plus particulières dans tout Inwilis. L’arme de toute une vie. Il a aussi toujours aimé l’équitation, jouer du saxophone, et se fera un plaisir de jouer quelques morceaux. Il chante aussi, et plutôt bien, il lui arrive de grattouiller sa guitare ou sa lyre pour accompagner, et alors là c’est plutôt sympa à écouter si on aime son style. Par contre, il ne peut pratiquement rien refuser aux gens qui lui sont cher. Une des phobies de Rhys ? Sa sœur. Elle est une des personnes qui a le plus d’ascendance sur lui. Les jumeaux et Finarfin, eux, le mènent par le bout du nez. Quoique ce dernier à un peu cassé ce pouvoir qu’il avait sur Rhys. Enfin...très certainement.
Rory est très attachée à Cyria, si elle venait à être détruite il n’est pas sure qu’elle s’en remettrait. La seule personne plus importante que Cyria c’est Rhys, même si ils ont tendance à s’engueuler presque tout le temps. Elle est aussi championne de rodéo d’Earthas.

o Pouvoirs : Fils de Dämons tous les pouvoirs de Rhys gravitent autour de la mort. Avant de devoir abandonner ses pouvoirs il avait la capacité de tuer de petits ou simples organismes d’un seul toucher. Il ne sait pas s’il a récupéré tous ses anciens pouvoirs, et à vrai dire il n’est pas particulièrement prêt à le découvrir. Il avait le pouvoir de se nourrir des âmes de ses victimes, d’absorber leur magie en certains cas. D’invoquer la chasse sauvage et de la diriger en temps que son chasseur.
Rory, elle, est une relativement bonne magicienne, un bon Capitaine, et très bonne avec les lames. Sa main de pouvoir est celle de la terre, ceci est peut-être dû à son côté elfin qui sait? Elle est capable de parler aux organismes terrestres et de les contrôler jusqu’à une certain point plutôt que de leur demander de coopérer. Vu que son premier métier avant d'être Capitain est Ranger, elle s'est vue capable au fil du temps d’exercer un certain contrôle sur les animaux, plus facilement herbivores que carnivores. C’est un pouvoir dont elle n’abuse pas, se mettre à mal avec Eartha ou Cùan n’est pas son but.    

o Armes : Rhys n’a pas spécialement d’armes, enfin plus. A part son charme indéniable et son physique à se damner? *Ahum* Rory, elle, a Cyria, sa rapière et partenaire bien-aimée. Mais en cas de besoin, frère et sœur savent utiliser ce qu’ils ont sous la main, ou rien à part pieds et poings le cas échéant. Et si Rhys le voulait vraiment il pourrait se forger une arme digne de ce nom.

*Choses particulières à votre personnage : Ce sont tous les deux des vieux fossiles ?
Revenir en haut Aller en bas
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Rhys n' Rory   Dim 20 Juin - 22:10

Voilà voilà, une bonne grosse ré-édition pour moi et l'arrivage de ma soeur, argh...
Je suis plutôt fier pour le moment mais ça se trouve je vais dire que c'est nul dans quelques jours. Bienvenue moi, ouais !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Nombre de messages : 597
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Rhys n' Rory   Dim 20 Juin - 22:35

Woooot !
Here we go guys ! I'm sooo happey. lol.
Welcome again Rhys ! And Rory, Welcome.

Cette édition est très sympathique ! Au plaisir de rp !



Skalds and Shadows
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com En ligne
Finarfin
Aubergiste
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 98
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Rhys n' Rory   Dim 20 Juin - 22:51

J'ose à peine dire bienvenue, après cette... déclaration solennelle.

Bienvenue à vous deux, et ravi de pouvoir bientôt éclaircir toute cette histoire.


Ps : père indigne va !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altariel
Samildanach
avatar

Peuple : Semi-elfe, avec des origines mystérieuses
Second(s) Métier(s) : Truand en devenir
Nombre de messages : 24
Localisation : Dans les écuries et les grands chemins
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Rhys n' Rory   Lun 21 Juin - 7:39

Apaaa ! Apa tu devineras jamais où que cé qu'on est, c'est dans un endroit plein de capoué, et de bonbon, et le patron il est n'au poil !

Bienvenue encore à notre Apa à Inwë et à moi, et super maintenant on n'a une Tata !! Bienvenue Tata Rory !

Ps: Fé quoi un père rin dign'va ?


It's time to see what I can do, to test the limits and break through.
No right, no wrong, no rules for me.
I'm free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nivarel
Chaman
avatar

Peuple : Elfe blonde.
Nombre de messages : 300
Localisation : Cernée par des fous, et une montagne à clochette borgne et brute.
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: Rhys n' Rory   Lun 21 Juin - 8:04

Re bienvenue à notre vieux sidhe croulant, et à sa soeur bienvenue tout court !!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uriel Belestari
Chevalier/Paladin
avatar

Peuple : Sidhe
Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Rhys n' Rory   Lun 21 Juin - 22:09

Ah l'vieux ! Rebienvenue à toi, et charmante soeur, bienvenue.




Mage Pride
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rhys n' Rory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rhys n' Rory
» Confrontation [PV Joshua Rhys]
» (M/LIBRE) JONATHAN RHYS MEYERS
» (m) le bourreau et cousin ? Felton (négociable) - Free
» PV Série Pégasiens 3/4
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Hors Jeu :: Le Hall de Présentation :: Inwilissiens Initiés-
Sauter vers: