AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Après la ruine...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Après la ruine...   Ven 21 Mai - 19:06

Nous étions parti d'Armenelos, dès que Neldoranthir en ait eu fini avec les Sœurs Fardale. J'aurai préféré revoir la jeune Dierdre en d'autres circonstances, mais je n'ai pas autant de pouvoir que ça. Le cour des événements ne se changent pas.
Nous avions survolé l'épaisse fumée noire qui montait encore du manoir incendié. Neldoranthir était morose. Ce qui ne changeait pas vraiment de son habitude quand nous remontions dans le Nord. J'aimais le Nord, les montagnes qui m'avaient vu naître il y avait de ça assez longtemps pour que je sois le seul à m'en souvenir. Je sentais le sang de lycanthrope, et le dernier que j'avais croqué... me laissait un étrange arrière goût. Mes écailles étaient ternies de suie. Neldoranthir était terni par autre chose. Le fleuve Duinfain serpentait, lacet brillant entre les landes vertes.
Je piquais doucement faire le sol. J'avais besoin d'eau. Et autant l'admettre, j'aime l'eau. Prendre un bain est parfaitement jouissif pour moi. Arroser ce qui trouve à coté aussi. Je descendis doucement, battant lentement des ailes.
Je me redressai, le bout de ma queue toucha le sol, puis mes pattes arrières, et enfin le reste. Je laissai une aile dépliée pour que Nel descende en glissant dessus. Ce qu'il fit avec une aisance déconcertante. Il décrocha son paquetage, et se recula. Ah. Il me connaissait bien. Je soufflai, repliai l'aile.

L'eau coulait rapidement, tentante. Je me secouai, et entrai dans le fleuve. Conscient que je provoquais un mini raz de marée, j'étendis tout de même les ailes, et plongeai la tête dans l'eau. Je sortis la tête rapidement pourtant, de l'eau dans les narines... Je me tournais vers Nel. Et... Je soufflais, l'aspergeant, en ricanant. Lui aussi avait besoin d'un bain. Il était aussi crotté que moi. L'eau était fraîche. Je plongeai simplement la mâchoire dans l'eau. Ouvrant la gueule. Je me rinçais la bouche, me débarrassant de l'arrière goût de rance que m'avait laissé le lycanthrope pyromane.
"Franchement Nel... pourquoi tu t'en veux. Tu as vu ce qu'ils lui on fait. La petite Dierdre n'avait même plus de nez. "
Je me prélassai, regardant mon lié, qui avait un visage parfaitement fermé. J'eus ce qu'un deux pattes appelleraient un froncement de sourcils.
"J'espère que tu ne comptes pas te servir ce que Mogweed t'a donné..."
Revenir en haut Aller en bas
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Ven 21 Mai - 20:53

L'ainée des Fardale m'avait donné le prix de mon service, à contre cœur. Ce qu'elle m'avait donné tenait dans mon poing fermé. J'étais sorti de l'auberge, sans un regard en arrière. Ce qui tramait chez les Fardale ne me regardait plus à présent. Je regrettai, comme mon dragon, de n'avoir pu revoir Dierdre de manière plus... conventionnelle. Surtout en apprenant qu'elle était presque mariée. La cheminante dansait superbement bien, nous l'avions croisée près de l'ancienne citée d'Alatairë. Elle avait dansé pour la caravane avec laquelle elle voyageait, et nous avions regardé. J'avais partagé la place sous l'aile de Sioltach où je dormais avec la jeune sil'ura. Son tempérament enjoué m'avait rappelé mon frère, Finarfin, du temps où il était encore insouciant.
Ce que je tenais dans la main, c'était pour lui. Dans une certaine mesure. Mes deux frères ne me portaient pas dans leurs cœurs, et ce à raison. Ce que je pensais de Finarfin était un peu trop malsain pour ce dernier, et Nefbelethiel ne pouvait pas concevoir ce que j'éprouvais. J'acquiesçai mentalement à l'idée de Sioltach. Le Duinfain n'était pas le fleuve le plus chaud, mais au moins, les sang-sues étaient absentes, contrairement au Varilë.
Sioltach se posa avec la délicatesse d'un Earthaë dansant la gigue. L'elfe que j'étais se permit une légère figure pour descendre via l'aile déployée. Je décrochais mon sac de sa patte. Je voyage sans selle, d'où mes pantalons renforcés, les écailles de dragon écorchaient la peau au moindre mouvement. Je me reculai, la rive trop proche à mon goût. J'évitai d'être aspergé généreusement par Sioltach, qui s'il avait été un deux pattes, serait certainement en train de crâner en nageant sur le dos. Si vieux qu'il soit, il avait ce petit coté "je me dois d'épater mon entourage" qui surgissait de temps en temps. Je rangeais le cadeau de Mogweed dans le fond du sac. Et... Je pris une douche. Je me retournais, détrempé. Sioltach riait. Ce qui faisait des vagues.
-C'est malin... Et dire que tu as plus de deux siècles, c'est navrant.

D'accord, j'étais de mauvaise foi, je l'admets. Et je dois avouer qu'un bain ne me ferait effectivement pas de mal.
-Inutile de m'envoyer l'image d'un môme plein de boue, je sais à quoi je ressemble.
Je fixai les yeux qui me regardait. Et comme si ça ne faisait pas du tout plaisir, je défis les sangles des bracelets de force elfique qui couvraient mes avant-bras. Ils étaient plein de sang. Je les posais dans l'herbe, soigneusement, à coté du sac. Je fis de même avec mes jambières, mes bottes. Le reste de mes vêtements termina en tas. Je constatais que du sang avait coulé le long de mon torse, depuis le col. J'avais été aspergé. Mon visage et mes cheveux ne devaient plus être si blanc.
-J'ai vu oui, ce qu'ils lui avaient fait. Ils ne pourront plus rien lui faire maintenant. Et si je croise ce lycan, je m'assurerai que sa tête ne soit plus accrochée à son corps.
J'avais été profondément en colère de vois le visage moucheté de tâches de rousseurs de Dierdre complétement ensanglanté. Deux lycanthropes, peut être trois, avaient réchappé de mon arrivée dans le manoir, plus loin au Sud des landes. La deuxième question sonnait comme un reproche.
-Je n'en sais rien.
J'étais honnête. De toute façon, je ne pouvais rien lui cacher. Je me glissais dans l'eau.
-Elle est froide.
Je n'aurai pas dû dire ça. Je me retrouvai noyé par une vague, envoyée à grand renfort de battement d'ailes. Avec ça, je serai complétement décrassé. Si je ne me noyais pas avant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Sam 22 Mai - 1:17

" Je te dis que c'est par là!"

"Mais tu ne sais même pas où on est, espèce de deux pattes sans cervelle!"

"Mais si! On est là!"

Alisto accompagna sa parole en pointant du doigt un point sur la carte plus que miteuse qu'il tenait entre les mains.

"Il faut juste que tu t'élèves un peu pour voir la montagne qui est indiquée ici! Ensuite, il nous suffira de marcher dans cette direction pour arriver à Celebalda!"

Le dragon marqua un temps d'arrêt.

"Fais-moi voir de quelle montagne tu parles..."

Le jeune dragonnier s'approcha en soufflant:

"Là! Cette montagne!"

"Ta montagne, comme tu dis, n'est autre qu'une tache de vomi que tu as surement du laisser lorsque je t'ai ramené de ta dernière beuverie..."

"Hein?! de quoi! Mais non regarde..."

Il gratta légèrement la tache en question...

"Ha si... Bon d'accord... on est perdu."

"Pfff... ça ne me surprend même plus venant de toi..."

Zanmaël marqua de nouveau une pause...

"Tu entends?"


"Quoi? "

"De l'eau..."

"Et?"

"Et remplir les outres ainsi que prendre un bain serait une bonne idée."

"Mouais... enfin se laver... ça fait que deux semaines qu'on est parti du dernier village..."

"Tu me désespères..."

C'est dans ce joyeux babillage que les deux compagnons s'avancèrent vers la source sonore. Quand tout à coup:

"HA! Zanmaël regarde! Un mec bizarre aux cheveux blancs et avec des oreilles pointus... Y'a un énorme toi avec lui! Cachons-nous!"

Alisto sauta dans le buisson le plus proche, sous le regard complètement blasé de Zanmaël.

"Tu sais que tu viens de plonger dans un plan d'orties..."

Environ trois secondes plus tard, oubliant sa peur, le jeune homme sorti de sa cachette en courant vers le fleuve, espérant que l'eau fraiche calmerai les piqûres de la plante. Le dragon suivit son deux pattes.

Il salua d'un signe de tête les deux inconnus, tout en restant méfiant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Ven 28 Mai - 15:18

Nel entra dans l'eau. Il était vraiment grognon, à défaut d'autre mot. Parfois, j'ai encore du mal avec les langages des deux pattes. Après tout, en général nous autres dragons, nous les bouffons allégrement, une bonne grillade. Même si un deux pattes crasseux avait vraiment mauvais goût. Neldoranthir était l'elfe qui était le plus de mauvaise foi parmi tout ceux que je connaissais. Autrement dit, une petite poignée.
"Mais non, l'eau est juste un peu frisquette. Ce que tu peux être délicat parfois."

Sans attendre sa réaction, je battis des ailes, lui envoyant une énorme vague de flotte dans la tête. D'accord, c'était digne d'un dragon de cinq ans, bon, peut être de deux ans, mais c'était tellement drôle. Et ça l'aidera à se nettoyer. Ce qui ne m'empêcha pas de ricaner un peu plus fort en le voyant avec un rideau de cheveux devant le visage.
Je relevai la tête, scrutant les environs. Il me semblait avoir entendu autre chose que le bruit de l'eau, Nel qui râlait, et les oiseaux. Je ne m'étais pas trompé.
Un énergumène à deux pattes traversa une distance d'une bonne trentaine de mètre à une vitesse incroyable, pour se jeter dans l'eau. Même moi, coté plongeon je n'aurai pas fait mieux. Seulement plus bruyant. Je notais qu'il s'était foutu à l'eau tout habillé. Je clignai des yeux, et regardai une des mes semblables s'avancer jusqu'à la rive. Noir, comme moi, mais en plus petit. Beaucoup plus petit.
Je le saluais, comme il venait de le faire, inclinant la tête.
"On dirait que ton deux pattes n'a pas compris le principe du bain."

Le jeune homme s'était jeté à l'eau, et semblait se gratter furieusement. Encore un qui s'était frotté à ses plantes piquantes. Nous autres dragons, avec nos écailles, n'étions pas touchés par grand chose. Même les plus petits d'entre nous. Celui qui se tenait sur le bord était de taille respectable. Les dragons pouvaient parfois avoir la taille d'un mouchoir de poche, comme celle d'une montagne. Tout dépendait de l'espèce. Les deux pattes nous prenaient pour une race en voie d'extinction parce que les grandes espèces, de mon genre, s'étaient faites décimées pendant la dernière guerre, mais il y avait encore les autres. Et les Sauvages qui avaient échappé au massacre. Et les endormis, qu'on prenait pour des gros cailloux plein de mousse. C'était toujours un plaisir pour moi de rencontrer l'un des miens. Un peu comme une bonne surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Ven 28 Mai - 15:39

-Délicat ? Franchement Sioltach, délicat ? Tu viens de m'envoyer l'équivalent d'une tempête causée par Virva dans la tronche, et tu me trouves délicat ?

J'écartai le rideau qui me servait de cheveux. Au moins, ils étaient propres, les traces de sang séché avaient disparu. Je rejetai ma chevelure en arrière. Levant les yeux, je m'aperçus que mon dragon était déjà ailleurs, aux aguets. Je me retournai, pour chercher ce qu'il pouvait bien voir. Mes yeux d'elfes les virent tout de suite. Un humain et un dragon, rien de très grave, du moment qu'ils n'approchaient pas de mes affaires sur la rive.
L'humain tenta de se cacher. Seulement, il ressortit aussi vite du buisson qu'il y était entré, et il déboula, rapidement pour un humain, jusqu'à entrer dans l'eau. Tout habillé.
Voila qui était saugrenu. Le dragon suivit, noir, les yeux rouges. Un genre de Sioltach plus petit, sans les anneaux un peu partout, et le coté "je suis énorme et je le vaux bien". Je restai silencieux, contemplant ce spectacle étonnant, ou singulier, peu importait. Peut être un peu ridicule également. Je croisais les bras, et répondais au salut du dragon.
Sioltach engagea la conversation, pendant que je fixais l'humain qui semblait en proie à une crise impliquant l'action de se gratter frénétiquement.
-Il est presque aussi bon que toi, pour les vagues.

Sioltach me donna un coup de queue mental. J'eus un sourire en coin. Et attendit que le bougre se calme. Le buisson ne devait pas être aussi innocent qu'il n'en avait l'air.
-Vous êtes seuls ? demandais-je de but en blanc.
Autant éviter que les rescapés des lycans nous tombent dessus. Je détestais me battre nu, le sang finissait par sécher, et s'était une corvée de devoir l'enlever. Et les vêtements offraient une protection supplémentaire. Il arrivait que ça aidait, quand je tombais sur un adversaire de mon acabit. C'était rare, ceux qui me cherchaient des noises étaient généralement des petites frappes. Mais j'étais parano, et ce pour de bonnes raisons, alors autant rester prêt à toute éventualité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Ven 28 Mai - 18:55

Zanmaël se coucha près du lit du fleuve, à bonne distance tout de même de son deux pattes qui, en se tortillant dans tous les sens, envoyait par vague des trombes d'eau sur la rive.

"Et encore, si seulement ce n'était que ce principe-là qu'il n'avait pas réussi à intégrer..."

Répondit-il à l'immense dragon tout en lançant un regard désespéré à Alisto qui continuait de se gratter comme une bête attaquée par les puces.

"Ton deux pattes aussi m'a l'air bien trempé !"

Ajoutat le dragon qui avait vu la scène de la vague, un sourire en coin.

Enfin, Alisto se décida à sortir de l'eau. Il enleva ces vêtements pour les faire sécher, pris une pomme dans son sac, s'installa près de Zanmaël et répondit à l'elfe qui venait de leur demander s'ils étaient seul:

"Bien sûr... Pourquoi ?"

A ce moment, le jeune homme eut une révélation qui lui parut terrifiante:

"Vous voulez savoir ça, car si nous sommes seuls, vous allez nous détrousser, nous égorger, nous massacrer!!!"

Un rapide coup de queuqe derrière la tête le fit taire immédiatement.
Le reptile noir s'adressa alors aux deux étrangers:

"Veuillez l'excuser, il est un tout petit peu... angoissé. En réalité nous sommes des voyageurs et notre prochaine destination est la grande cité de Celebalda où nous espérons pouvoir commercer avec succès."

La brise qui soufflait agitait les feuilles des arbres, faisant danser les ombres sur l'herbe fraiche près des deux groupes. Alisto admirait la taille et l'allure de l'énorme dragon qui se trouvait face à lui. Zanmaël, les yeux plongés dans le regard presque jaune de l'elfe, se demandait ce que cachait la question plus que méfiante qu'il leur avait posé... Après tous, Alisto avait peut-être raison d'être sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 30 Mai - 15:18

J'eus un sourire qui n'avait rien de joyeux. Les bras toujours croisés, je rendis son regard méfiant au dragon, avant de me tourner vers l'humain.
-Si j'avais voulu te tuer, tu serais déjà mort. Mais il n'y a rien qui soit digne de mon intérêt dans ton paquetage. Et je ne vis pas de rapines et de vols. Je ne peux en dire autant des massacres, on m'embauche parfois pour ça. Mais tu n'es pas une menace. Je te crois quand tu dis que vous êtes seuls.

Je sortis de l'eau. Regagnant la terre ferme, et plus ou moins sèche malgré les vagues provoquées par Sioltach, j'essorai longuement ma chevelure, à deux mains. Je m'installai près de mon paquetage. Sioltach me lança un regard de reproche. Je venais de menacer, et ce d'une façon à peine voilée les deux compagnons, qui n'avaient rien fait pour mériter mon hostilité. Mais on ne survit pas en croyant que le monde est une part de tarte recouverte de crème. Je constatai que j'avais faim.
Je décidai qu'il était temps de nous présenter.
-Je suis Neldoranthir des Ril'Adamanta, et voici Sioltach. Nous aussi, nous regagnons Celebalda, ma ville natale.

J'ouvris mon sac, qui avait miraculeusement eut le temps de sécher. Je sortis un peigne ouvragé, cadeau de mon frère, avant qu'il me haïsse. Un cadeau très féminin. Et pourtant bien utile. Je démêlais patiemment mes cheveux.
-Vous cherchez la gloire et la renommée ?
J'eus un sourire, presque nostalgique. Fut un temps où les Ril'Adamanta avait eu du succès eux aussi. Aujourd'hui de l'imposante maison, il ne restait que trois frères, et des cousins éloignés, et un Arbre désert.
-Celebalda pourra sans doute vous donner ce que vous cherchez. Je vous suggère d'aller faire un tour du coté d'Aériaplume. Vous pourriez les intéresser. Et pas seulement pour distribuer du courrier.

Je rangeai le peine dans sa housse en soie. J'entrepris de faire de ma chevelure une tresse, sans grande finesse. Je laissai Sioltach prendre le relai. Je venais déjà de faire un énorme effort de sociabilité. Qui ne me ressemblait pas. Je tirai du pain de voyage, un peu de fromage, et des fruits secs du sac. Je commençai à grignoter. Je n'avais rien mangé depuis la veille, et la nuit avait été mouvementée. Sioltach avait pu manger lui. Je mordis à pleine dents dans un morceau de pain, puis dans celui de fromage. Mettant ma bouchée dans une de mes joues, je sortis une petite gourde. Je la débouchai avec un bruit sonore, et avalai une bonne rasade ce qu'elle contenait. Après avoir manger, je devrai sans doute regarder l'état des plaies que j'avais reçues la nuit dernière. Même minime, les blessures de lycans crasseux pouvaient très bien s'infecter, et je n'avais aucune envie de suppurer. Si j'allais devenir poilu à chaque pleine lune ? Aucun risque, la génétique ne permettrait pas un tel affront à ma personne. Je m'étais déjà fait bouffer par des changeurs, et rien ne s'était passé.
Je mâchais pendant que Sioltach leur faisait la conversation. Lui plus sociable que moi ? Non, juste plus conciliant. Quand nous nous étions rencontrés, il croquait du deux pattes dès que l'occasion se présentait.




Dernière édition par Neldoranthir le Mer 4 Aoû - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 30 Mai - 15:33

Ah, la question du massacre. Je roulais presque des yeux en entendant la réponse de Nel. Je crois que tous les deux, nous formions la paire la plus associable du monde des dragons et dragonniers. Une vie un peu trop amère sans doute. Mais, mon elfe était honnête. Nous aurions largement eu le temps de nous débarrasser de gêneurs intempestifs... Confrères ou non. J'inclinai légèrement la tête, et mon cou sinueux quand mon nom fut mentionner.
Le dragon sur la rive restait méfiant. Un bon réflexe. Et son humain avait eut un léger instant de panique, semblait prêt à décamper, si le temps venait à se gâter. Ces deux là, avaient dû se fourrer dans autant de situation périlleuses que mon elfe. Mais eux, ils avaient l'excuse de la jeunesse. Ou pas.
Je sortis de l'eau à mon tour, prenant garde à ne pas provoquer de raz-de-marée supplémentaire, en allant plus loin. Je me secouais, de la tête, au bout de la queue. Je m'installai dans l'herbe, écrasant quelques petits buissons. Allongé, je me mis de coté, les pattes étalées sur le sol, et la queue remuant légèrement l'air. Je croisais les pattes.

" Ce que Neldoranthir essaye de vous dire, ce que c'est un bon moyen de commencer. Si vous avez assez de rigueur pour faire partie de l'organisation. Ils demandent parfois l'exploration d'endroits encore inconnus pour installer des relais de Messagers. Pour le reste, vous pouvez toujours trouver quelqu'un qui vous confiera bien une mission..."

Je réfléchissais un instant.
" Pourquoi le Nord ? Le Sud promet bien plus d'aventures... Pour des débutants. Il n'y a pas eu beaucoup d'activité ces temps-ci. Sauf hier soir. Mais nous nous sommes chargés..."
Le Nord était plutôt calme, si l'on exceptait à Armenelos, qui comme toute ville portuaire grouillait de vermines autant que de gens honnêtes. Celebalda avait une sécurité de fer, et le palais, malgré quelques histoires, exerçait un contrôle plutôt constant sur la cité des Arbres. Dangweth ? Pas grande à faire non plus. Nous passions notre temps à voyager, parce que jusque là, le calme de la paix ambiante n'était perturbé que rarement. Le clan de lycanthropes de la veille, avait été l'exception de ces derniers mois. Le Sud... Le simple de traverser les plaines de Sables et en sortir indemnes étaient un miracle, que l'on voyage sur la Piste Brune, ou bien en Aéronef.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Mar 3 Aoû - 23:31

Le jeune homme fit à son tour les présentations :

« Je m’appelle Alisto Ade… »

Il laissa sa phrase en suspend quelques secondes. Son nom de famille… des souvenirs douloureux qu’il préférait oublier… l’ombre de son frère, le bannissement de la demeure familiale…. Tout ça parce qu’il ne rentrait pas dans le moule que l’on avait prévu pour lui… Le dragonnier secoua énergiquement la tête de gauche à droite pour en chasser les idées noires, reprit son habituel sourire et se reconcentra sur la conversation.

« Juste Alisto et l’écailleux renfrogné derrière moi se nomme Zanmaël des Jeraletoutletempspourtout. »

Le susnommé donna un léger coup de queue à l’arrière du crâne de son deux pattes et prit la parole à son tour :

« Pour votre proposition d’aller voir près d’Aériaplume… L’idée de voyager encore plus loin est assez attrayante, mais, malheureusement l’orientation n’est pas vraiment le point fort de notre équipe. Ce qui poserait problème pour la livraison du courrier et encore plus pour la mise en place de nouveaux relais Messager dans des terres inconnues. »

Les deux compagnons échangèrent un regard complice, puis le dragonnier reprit :

« Et si nous partons vers le nord, c’est que nous arrivons du sud. Comme je vie de mon commerce, j’ai besoin de certains produits que je ne pourrai trouver qu’au nord et que je pourrai revendre plus cher dans le sud lorsque je ferai le voyage inverse. J’ai gardé quelques contactes intéressants à Celebada, c’est pourquoi nous nous rendons là-bas. »

Un moment de flottement s’imposa. Zanmaël en profita pour tenter de se faire une opinion plus précise sur leurs interlocuteurs et plongea de nouveau son regard dans les yeux dorés de Neldoranthir. Il y vit une grande souffrance et de la haine, mais pas de menace imminente. C’est tout ce qu’il put en tirer, mais la méfiance dont il faisait preuve à son égard redoubla néanmoins. Il voulut faire la même chose avec Sioltach, mais se retint. Essayer de percer à jour un frère était tout bonnement impoli. Il se contenta de le fixer suffisamment longtemps pour lui faire comprendre qu’il n’avait que peu confiance en lui.
La concentration du petit dragon était tel qu’il n’avait pas vu Alisto fouiller dans son sac, se lever et avancer vers le petit groupe. Lorsqu’il s’en rendit enfin compte, Zanmaël se leva d’un bon, prêt à intervenir en cas de réaction agressive de la part de ces derniers.
De son côté, c’est tout à fait sereinement que le jeune homme lâcha un « Attrape ! » à Neldoranthir en lui lançant un rouleau de bandages en lin. Il s’approcha encore et déposa une petite bouteille en verre aux pieds de l’elfe, puis retourna s’asseoir près de son dragon.

« Tiens, c’est un élixir qui permet d’éviter les infections. Je sais pas dans quel buisson tu es tombé, mais il t’a bien amoché. Et sinon, pourquoi vous vous rendez à la capitale tous les deux ? Famille ? Travail ? Histoire de cœur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Mer 4 Aoû - 18:56

-Renfrogné hein ?

Je mordis à nouveau dans mon morceau de pain. Mon estomac semblait se calmer. Le pain était frai. Tout comme le reste de mes provisions, qui provenaient du Cercle des Fées. Heureusement, elles étaient fournies avec un de ses sacs imperméables qu'ont toutes les auberges. Il aurait dommage qu'elles soient gâchées par de la pluie... Ou de l'eau projetée par un dragon d'humeur enfantine.
Je sentis le regard du dragon, Zanmaël, un léger accrochage avec mon esprit. Le dragon essayait de me lire. Après tout, je les avais menacé, il est donc normal d'être méfiant. Je l'avais aussi été. Mais Alisto ne représentait pas de danger pour moi. Vraiment pas. Et Zanmaël ? Il y avait un dragon trois fois plus gros que lui derrière moi. Sioltach avait pris la pose, les pattes avant sur la rive, la tête posée dessus. Même quand il n'y avait pas de femelles - peu importait que la femelle en question soit une deux pattes ou une dragonne- il fallait qu'il fasse du charme. C'était un petit coté tombeur... Qui lui faisait apprécier la compagnie féminine, et la raison pour laquelle il ne mangeait jamais de deux pattes femelles, comme il le disait si bien. J'aurai mis ma main au feu qu'il était un des dragons à l'origine des Eldarins.
Enfin, là n'était pas le sujet.
Je regardai l'humain fourrager dans sa sacoche. Je haussai légèrement un sourcil. J'eus le temps de mettre ma "tartine" dans ma bouche, pour avoir les mains de libre, et attraper ce qu'Alisto me lançait. Je réceptionnai le rouleau. Je posai le rouleau sur ma cuisse, et le regardai déposer un flacon devant moi. Je retirai le pain de ma bouche, après avoir mordu dedans, et mis à nouveau la bouchée dans ma joue.
-Merci, articulais-je sans en mettre partout.

Je terminai le dernier petit morceau que je tenais entre mes doigts. L'heure était aux soins. J'avais reçu des coups de griffes, et si je me souvenais bien, un des lycans avait voulu s'offrir un morceau de ma cuisse, en plantant ses dents dedans. Je laissai le rouleau sur ma cuisse gauche, et examinai la droite. C'était relativement propre après la douche que j'avais prise. Je pris le flacon, et arrosai la chair à vif. Je serrai les dents. Ça piquait, signe que le liquide fonctionnait. Je fouillais dans mon sac, pour en sortir un nécessaire à couture. Je pris un certain type d'aiguille, et du fil pour recoudre.

-Je suis tombé dans un buisson de lycanthropes, pas très aimable si tu veux mon avis, répondis-je tout en commença à planter l'aiguille dans ma chair, mais le buisson a légèrement pris feu vers la fin. Je retourne chez moi, et Sioltach pourra retourner dans les montagnes près de Dangweth. Il n'aime pas vraiment les arbres de Celebalda. Et j'ai de la famille à voir.

Je grimaçai, et tâtonnai pour attraper un morceau de tissus, pour essuyer le sang qui perlait à chaque point. Ce serait pas beau à voir, et j'aurai une belle cicatrice en prime. Pour ma collection. Restait encore mon bras gauche, qui avait reçu un sale coup. Et j'avais sans doute de beaux hématomes, bien colorés un peu partout.
La conversation mourrait, et bizarrement, je me sentais gêné d'être ainsi observé pendant que je tentai de faire quelque chose de propre. Je m'arrêtai un instant, pour prendre un sachet de bellicornes. Je le lançai à l'humain.
-Tiens, profite, elles ont été faites hier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvia
Inwillissien
avatar

Peuple : Louve. Si si, j'vous jure !
Localisation : Dis-moi d'abord où tu es et peut-être que je te dirai où je suis...
Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 18/03/2011

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 20 Mar - 22:43

L'air était frais, et l'herbe lui chatouillait les pieds. Après avoir courut en riant dans la lande, seule au milieu de l'étendue verdoyante, une jeune femme nue s'était étendu sur le sol, restant avec un sourire béat sous la caresse de sourire, avant de se relever et se précipiter vers une pente, pour la dégringoler, couché sur l'herbe, en criant et riant fortement. C'était ça la liberté, en tout cas sa liberté, pour cette demoiselle revêtant la plus simple des tenues, celle qu'elle eut reçu à la naissance. Debout, le sourire au lèvres, le vent souffla à nouveau, caressant ses longs cheveux noirs, ainsi que sa queue touffue, qui se balançait joyeusement de gauche à droite, ondulant pour traduire sa bonne humeur. Le ciel était clair, quelques nuages à peine passant tels des moutons. Elle se pourlécha les crocs, l'heure du repas étant proche.
Son regard bleu aussi sombre que les eaux profondes de l'océan lui avait-on dit, même si elle ne savait pas ce que c'était. Une grand étendue d'eau apparemment, et elle voulait bien aller voir ça ; mais c'était loin, et d'autres découvertes pouvaient la surprendre bien avant. Et puis, elle n'était pas pressé, loin de là. Il faisait chaud, le vent apportait une note de douceur, et elle aimait ce paysage : de longues plaines, avec des pentes, des creux, des bosses, quelques buissons et des insectes un peu partout. Il y avait aussi des terriers, et sentait l'odeur d'un animal qui n'était pas sans lui rappeler les lapins.
Elle observa les environs, et aperçut un long ruban bleu creusé dans la lande. Une rivière, comme il y en avait dans la forêt d'où elle venait. Tant mieux, elle commençait à avoir soif. Après, elle pourrait aller chasser un de ces lapins, bien que ce n'en soit pas, ceux-là étaient plus maigre et plus taillé pour la vitesse ; bien qu'elle fut doué pour la chasse, elle doutait de réussir à en attraper un, mais elle allait essayer. Se mettant à courir, d'abord avec ses deux jambes, l'habitude la reprit et elle se retrouva à cavaler à quatre pattes jusqu'à la rivière... qui se révéla beaucoup plus grande que ce qu'elle avait connu jusqu'ici... avec un grand sourire elle approcha prestement de l'eau, voulant maintenant s'y désaltérer autant que profiter de la fraîcheur de l'eau.
Approchant du bord de la grande grande rivière, elle plongea son pied dans l'eau, et la trouva un peu froide, mais bonne. Elle rentra peu à peu dans l'eau, frissonnant un peu, puis finissant par y rentrer complètement. Elle plongea dedans, se servi de ses mains comme d'une coupe pour apporter le liquide à ses lèvres pour s'en délecter... Elle s'approcha du milieu de la rivière, faisant tout de même attention car elle ne savait pas nager... sauf que le courant brusquement la fit basculer, et l'emporta... elle se débattit pour récupérer de l'air, et inspira à plein poumon quand elle ressortit, essayant de nager tant bien que mal bien que ça ressemblait plus à une lutte contre le courant ; mais finalement, elle réussit à regagner la berge.
Trempée, secouée, et chancelante, elle se releva... avant de se mettre à rire.

"C'était amusant... mais j'éviterai de refaire ça..." Elle observa les envions, et remarqua qu'elle n'était pas seul. "Euh... bonjour, j'étais en train de me baigner et j'ai été emporter par l'eau."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Sam 26 Mar - 16:12

Je secouais légèrement la tête, chassant l'eau qui dégoulinait. J'appréciais la fraîcheur de l'eau, et ne sortirai pas encore du fleuve pour me sécher sur la rive. Je me prélassais, aimant le contraste entre l'eau, et la chaleur du soleil sur mes écailles. L'endroit était calme, sans surpopulation de deux pattes. J'avais le ventre plein, et je n'aurai pas à bouger tant que Neldoranthir ne commencerait pas à se vêtir, ce qui serait le signe du départ. Pour l'instant mon elfe semblait plutôt occupé à regarder le paysage tout en mangeant. Se séchant au soleil dans le plus simple appareil.
La vue aurait été particulièrement alléchante si j'avais été une femelle, mais Nel n'était guère pourvu d'attributs féminins, et ne trouvait guère d'intérêt sur ce plan-ci à mes yeux.
Je reposais ma tête sur mes pattes avant, soupirant d'aise. Voila ce qu'était une bonne matinée. Je fermais les yeux.

Il s'écoula quelques instants où je n'entendis que le bruit de l'eau, du vent bruissant dans les herbes hautes, le chant des oiseaux, et le bruit léger de Neldoranthir qui mangeait doucement. J'ouvris un œil, le rouge, quand je détectais un son de plus, le son de quelqu'un qui se débat dans l'eau.
Je me redressais en voyant un deux pattes au milieu du fleuve, qui dérivait, en luttant avec acharnement. Finalement, le deux pattes s'échoua plus qu'autre chose à coté de nous. Mon elfe était sur ses gardes, et s'était levé.
Seulement, ce qui je vis en premier de deux pattes, fut une jolie paire de fesses rebondies. Cette chute de reins, appartenait à un deux pattes femelles. La queue touffue, prolongement de sa colonne vertébrale, se balançait envoyant de l'eau. La deux-pattes avaient aussi deux oreilles de loup sur le haut de la tête.
Ni Nel ni moi n'avions vu de femme hier parmi les Lycans. Et à la voir, elle ne faisait certainement pas partie du clan qui avait attaqué Dierdre Fardale.
Le plus intéressant était qu'elle ne semblait pas encore avoir réalisé qu'un dragon faisait trempette à coté d'elle, et que mon elfe se tenait debout, arme en main. Ah Neldoranthir, toujours prêt à toutes éventualités n'est ce pas ? Il ne bougeait pas, incertain.
Elle réalisa, après nous avoir regardé, qu'elle n'était pas seule.
Je trouvais que pour une deux pattes, elle était étrange. Le premier réflexe qu'aurait eu une autre femme dénudée, aurait été de dissimuler sa poitrine et son bas ventre. Au lieu de ça, elle semblait très à l'aise. Peu inquiète de ce retrouver face à un écailleux aussi gros qu'une colline, ou une montagne de taille moindre, et d'un elfe armé.
Comme elle ne se jetait pas sur nous en hurlant que nous avions décimé ses compagnons, je jugeai, tout comme Nel, qu'elle n'avait aucun rapport avec le Manoir, et qu'effectivement, elle s'était baignée, et le courant l'avait déposée là. Elle avait eu de la chance. La deux pattes au joli derrière à queue touffue, aurait pu s'arrêter en se retrouvant projetée contre moi, vu qu'à part mes pattes, mon cou et ma tête, le reste de mon imposante personne était dans le fleuve. Son explication me fit rire.
C'était une entrée des plus maladroites.
Je la regardai, mes deux yeux plongeant dans les siens, accédant à son esprit. Seulement en surface, pas besoin d'entrer dans son crâne de force pour une simple communication par télépathie. Je trouvais alors un esprit pur et sauvage. Curieux.

"Nous avons pu voir ça jeune fille-louve."


Revenir en haut Aller en bas
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Sam 26 Mar - 19:37

Depuis le temps, je m'étais habitué. Faire des points de suture n'était pas une partie de plaisir, mais je savais le faire assez vite. J'avais fini de manger, mon petit déjeuné, après une courte nuit, et un repas vite abrégé pour pour aller sauver une demoiselle la veille. Mon estomac avait alors crié famine, jusqu'à ce que je me sustente. Sioltach n'avait pas ce problème. Il avait pu chasser, et il s'était offert un dessert en croquant un lycanthrope grillé.
Je grimaçais en faisant chaque noeud, tirer et nouer en suite le fil fermement, n'avait rien d'une partie de plaisir. Et il fallait trouver le juste milieu, serrer fermement pour maintenir les bords de la blessure collés, mais pas trop, sous peine d'avoir quelques soucis pour retirer les fils plus tard. Le plus difficile était que la blessure était le résultat d'une morsure. Je pouvais presque reconstituer la dentition du Lycan qui avait voulu s'offrir ma jambe en guise de diner. C'était long, et je devais encore recouvrir le tout d'un bandage, qui éviterait que les cicatrices fraîches frottent sur le tissus de mon pantalon au moindre mouvement.
Sioltach semblait dormir à coté, mais je savais qu'il n'en était rien. Il ne dormait jamais dans les endroits à découvert, et malgré le fait que les landes semblaient désertes, l'arrivée d'un des clans nomades ne seraient guère surprenante, pas plus qu'une troupe de loup-garous enragés nous tombant dessus pour venger la mort de leurs camarades tombés hier.
Mais je pensais plutôt que les lycans d'hier avaient attaqués Sithys sans qu'aucun des leurs ne soit resté en arrière. La poignée d'hommes qui avaient pu réchapper du manoir en flammes devaient à présent garder leur chef que fiancé poilu de Dierdre avait bien amoché. Je profitais donc d'une sécurité relative.

Je terminais de poser la bande autour de ma cuisse, après avoir passé sans doute une heure ou deux sur la morsure, et sur le coup de griffe sur le haut de mon bras gauche, attentif à mes points de suture. J'avais bandé le bras d'abord, c'était le plus pénible à faire.
Sioltach me signala qu'un deux pattes semblait se noyer dans l'eau du fleuve. Je relevai la tête, et regardai mon Dragon qui lui regardait le fleuve.
Un deux pattes en émergea, en toussotant, et à quatre pattes. Et si Sioltach avait pu le voir, je pouvais aussi. Le deux pattes était Une deux pattes, complètement nue, doté d'une paire d'oreilles et d'une queue de loup. Sil'ura ? Les métamorphes adoraient prendre ce genre d'apparence, si l'on exceptait aussi les Kitsune et les Nekos, qui eux aussi étaient pourvus d'oreilles et de queues touffues.
La jeune femme louve était trempée, et totalement inattentive à ce qui l'entourait. Je m'étais levé, arme au poing, sans pour autant la brandir. Je restais décontracté, elle semblait inoffensive, et arrivant à la même conclusion que mon compagnon, je jugeais qu'elle n'était pas une menace pour moi. Aucun rapport avec les lycans de la veille.
Et si Sioltach trouvait la situation comique, au vu de la réaction de la demoiselle, je pensais plutôt que son entrée en matière était maladroite. Je soupirai, jetant mon arme au sol. Une imprudente qui avait failli se noyer, ne m'intéressait guère, et Sioltach se ferait un plaisir de lui parler. C'était une "femelle", donc une cible potentielle pour ce tombeur millénaire. Et le fait qu'elle soit nue, semblait provoquer chez lui une vive curiosité.

-Si tu n'as rien, tu peux retourner là d'où tu viens.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvia
Inwillissien
avatar

Peuple : Louve. Si si, j'vous jure !
Localisation : Dis-moi d'abord où tu es et peut-être que je te dirai où je suis...
Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 18/03/2011

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 27 Mar - 19:25

La jeune femme était tombé nez-à-nez avec un énorme lézard, et un deux-pattes. Elle-même était un deux-pattes, mais en fait non elle était une louve. Une deux-pattes élevé par des loups, mais une louve quand même. Enfin elle n'était pas une deux-pattes normal. Une louve sur deux pattes. Mais une louve. Lui c'était un deux-pattes comme tout les deux-pattes, avec les oreilles bizarres. Pas comme elle, et pointu en plus. Et à côté de lui il y avait une grande créature avec des écailles noirs. Un gros lézard, qui devait pas être méchant, sinon il l'aurait mangé elle, et le deux-pattes mâle ; un homme donc. Elle, selon les deux-pattes elle était une "femme", mais c'est pas vrai, elle était une louve.
Une voix lui parla, mais personne n'avait ouvert la bouche, ni l'homme, ni le gros lézard. Elle regarda à droite, à gauche, se retourna, leva les yeux vers le ciel, sauta d'en l'eau et plongea pour voir s'il n'y avait personne non plus, ignorant superbement les deux autres, qui n'était pas sa priorité du moment ; quelqu'un lui avait parlé mais elle ne voyait pas où était cette personne. Elle ressorti la tête de l'eau, et, les oreilles en arrière, scruta les environs d'un air concentré.

"Chut, quelqu'un parle mais il y a personne qui a dit quelque chose. C'est peut-être un de ces gens qui parle dedans la tête et qui y regarde en même temps. J'aime pas ça." Elle sortit de l'eau, et resta sur le qui-vive, regarda partout avec méfiance, avant de se détendre un peu, gardant cependant l'air peu rassuré et les oreilles en arrière. Elle finit par chuchoter, mais assez fort pour que le gros lézard et l'homme l'entende. "Faite attention il est sûrement enc..."

La jeune femme regarda l'homme avec un air surpris. Ses oreilles se redressèrent, alors qu'elle penchait la tête sur le côté. Elle s'approcha, le dévisageant, avant d'observer son corps de haut en bas, allant jusqu'à lui tourner autour, le reniflant, mais ne le touchant pas, ne faisant que mirer son corps. Elle finit par se reculer, reprenant sa place initial, l'air toujours aussi interrogateur, avant d'en venir à une surprenante constatation, qu'elle énonça le plus innocemment du monde :

"Tu es nu." Elle laissa un léger temps de réaction à l'homme en face, qui ne sembla pas réagir plus que ça. "Les deux-pattes n'aiment pas être nus d'habitude. Tu es bizarre. Et j'ai jamais vu de deux-pattes avec un gros lézards. En faites j'avais jamais vu de gros lézards. Vous venez d'où ? Y a beaucoup de gros lézards comme ça ?" Demanda-t-elle sans s'arrêter, chaque question en entraînant une autre qui lui semblait plus intéressante que la précédente ; elle s'arrêta cependant, réfléchissant un petit moment avant de dire avec un grand sourire. "Oh, j'oubliais, il faut d'abord se présenter. Moi c'est Luvia ! Et toi c'est quoi ton nom ? Et le gros lézard il en a un ? Et pourquoi il te mange pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 27 Mar - 22:49

Je terminai d'attacher fermement le bandage autour de ma cuisse. Je relevai la tête pour voir la jeune fille louve mal à l'aise, comme si un danger imminent s'apprêtait à nous tomber dessus. Méfiante, elle regarda autour d'elle, faisant presque un tour sur elle même.
Je levai un sourcil face à ce manège. Sioltach semblait s'amuser comme un petit fou de cette réaction. Elle ne semblait pas nous voir, ni moi, ni le dragon. Elle était à la recherche d'un télépathe, sans comprendre que c'était mon Dragon qui lui avait parlé.
J'affichai mon ennui, et rangeai mon nécessaire de soin. Elle nous remarqua alors pour la première fois. Je ne masquai pas non plus mon agacement en la voyant tourner autour de moi, allant jusqu'à me renifler, comme si elle n'avait jamais vu d'elfe de sa vie. Ce qui était fort possible, vu son comportement. A moins qu'elle soit vraiment simplette d'esprit.
J'eus un bref sourire, quand elle fit preuve d'un remarquable sens de l'observation, en me signalant que j'étais nu. J'étais face à un cas, qui suscitait un vif intérêt de la part de Sioltach, et qui me laissai à mi-chemin entre l'agacement et l'étonnement devant autant de... devant son comportement. Je la laissai débiter encore quelques phrases, dont la majeure partie fut des questions, dans un flot quasi-ininterrompu. Sioltach riait, et son hilarité redoubla quand elle me qualifia de bizarre. Mais cela fut de courte durée, parce qu'elle le traita de gros lézard. Ça c'était drôle. Je crus un instant que c'était fini, parce qu'elle s'était arrêtée, mais elle recommença, pour se présenter. Au moins, elle avait un nom. Luvia.

-Eh bien Luvia, laisse moi t'apprendre une chose. Les deux pattes ne se lavent généralement pas en gardant leur vêtements.

Je replaçai les bandages dans leur boite, avant de remettre celle-ci dans un petit sac de soie colorée. J'y glissai également la petite bouteille de désinfectant. Et la boîte contenant les aiguilles et le fil. J'avais évidemment nettoyer l'aiguille qui avait servit à me recoudre. Je restai tout de même déconcerté. Devais-je me donner la peine de lui répondre ? Elle semblait avoir autant d'attention et de concentration qu'un chaton. Je laissai là le sac en soie et son contenu, pour prendre mes protections de cuir et de métal. Celles-ci étaient encore encrassées. Suie et sang. J'entrepris de les nettoyer.
Si elle voulait parler, qu'elle le fasse. Sioltach se ferait une joie de lui répondre.
Et moi qui avait trouvé le coin plutôt reposant. Je notai pour la prochaine fois de ne pas m'arrêter ici. Sioltach me rabroua.
Je relevais les yeux, et la trouvai toujours en train d'attendre une réponse. Je levai les yeux vers mon Dragon, qui me fixa. Résigné, je poussai un soupir, et décidai de lui répondre, parce si Sioltach le faisait, elle chercherait sans doute d'où ça venait.

-Je m'appelle Neldoranthir, et le gros lézard, fis-je en insistant sur les mots "gros lézard", s'appelle Sioltach. Et ce n'est pas vraiment un lézard. C'est un Dragon. Mon Dragon, c'est pour ça qu'il ne me mange pas. Maintenant, si tu as fini, tu peux repartir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 27 Mar - 23:07

Amusant. Curieux et amusant.
Et le seul élément manquant à ma matinée parfaite venait d'arriver, grâce au fleuve généreux. Une femelle, qui présentait des atouts qui n'étaient pas désagréables à regarder. Je m'étonnais, alors que Nel semblait agacé. Elle n'avait compris que j'étais l'auteur des quelques mots qu'elle avait entendu. Elle chercha d'où cela pouvait bien provenir, comme si un Artiseur se trouvait dans le coin.
Étrange. La jeune fille louve ne savait pas que les Dragons communiquaient ainsi. Il me semblait bien, que les loups avaient ce genre de communication. Même si c'était plus par images de références que par la parole. Elle tournicota sur elle même, retourna dans l'eau, sans faire attention à nous, comme si nous nous connaissions, et qu'elle ne courait aucun risque.
Je trouvai ça absolument craquant. Je me contentai de rire, ce qui se traduisit par des sons montant de ma gorge, et par des claquements de mâchoires. Je me mis à rire de plus belle en la voyant tourner autour de Nel pour l'examiner et en l'entendant qualifier Nel de bizarre.
Je faillis m'étouffer en l'entendant m'appeler lézard. C'était insultant. Je grognai, dédaigneux. Gardant cependant assez d'amusement pour l'écouter. Elle semblait insouciante, parfaitement à l'aise, comme si les mauvaises rencontres n'existaient pas.
Je me rapprochai pour la renifler, avant de lui souffler dessus, lui ébouriffant la crinière. Je poussai Nel à lui répondre. Après tout, elle venait de poser ses questions avec un grand sourire, et un jeu d'oreilles craquant.

"Si je lui parle, elle va encore chercher d'où ça vient.Nel, tu pourrais faire un effort. Elle demanda ça si gentiment. Allez vieux rabat-joie, tu pourrais faire un effort"

Il se résigna, après m'avoir jeté un coup d'œil, auquel je répondis par un regard fixe. Je roulais des yeux quand il lui demanda de partir. Si j'avais été un deux pattes, je ne me serai pas privé d'envoyer une claque à l'arrière du crâne de Nel. Celui-ci ne savait pas qu'il fallait toujours être en bon terme avec les femelles. Mais peut être était-ce le fait que j'aimais vraiment beaucoup les femelles, qu'elles soient sur deux pattes ou sur quatre. Il y a des choses qu'un vieux dragon dans mon genre est capable de faire, pour satisfaire ses besoins, ou ceux d'une autre. Ou même d'un autre. Mais ça, ça n'avait pas de but reproducteur.
Je clignai des yeux. J'enchainai juste après Nel, touchant l'esprit de Luvia pour lui parler une nouvelle fois.

"Pardonne mon elfe, il ne sait pas parler aux femelles. Ne cherche pas à savoir qui te parle, puisque je suis en face de toi. Neldoranthir t'a dit mon nom. Je suis Sioltach. Et je ne suis certainement pas un gros Lézard. Je suis un Dragon des Montagnes du Nord. Et je ne mangerai jamais Neldoranthir, c'est mon elfe."

Je décidai de sortir de l'eau, histoire de crâner un peu. Je m'éloignai de la rive. Si je trempais Nel une nouvelle fois, je doutai qu'il me le pardonnerait, surtout qu'il devait être sec maintenant. Je marchai dans l'eau jusqu'à me trouver derrière elle. Là, je montai sur la rive, résistant à l'envie de chasser l'eau en m'ébrouant. Je me contentai donc d'attendre qu'elle glisse de mes écailles au sol. Je dépliais cependant les ailes, battis deux fois de celles-ci, avant de les replier, et de m'assoir.
Revenir en haut Aller en bas
Luvia
Inwillissien
avatar

Peuple : Louve. Si si, j'vous jure !
Localisation : Dis-moi d'abord où tu es et peut-être que je te dirai où je suis...
Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 18/03/2011

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Lun 28 Mar - 13:15

L'homme sembla un peu irrité lorsqu'il répondit à la jeune femme, mais elle ne s'en inquiéta pas puisque presque tout le monde avait ce genre de réaction avec elle. Mais ils répondaient toujours ; ou presque. Il n'avait pas de "vêtements" parce qu'il s'était mouillé les pattes. C'était bizarre, les loups eut n'enlevait pas leur pelage pour se laver, vu que ça lavait aussi les poils. Les deux-pattes ne nettoyait pas leur faux pelage ? Elle elle n'en avait pas, mais lavait sa queue. Elle ne pouvait pas la retirer, et même si elle pouvait ne le ferait pas. L'hygiène c'est important pour pas se faire repérer dans les bois. Les deux-pattes pus et son facilement repérable ; pas eux, elle ne les aurait pas senti. Quoi que le gros lézard sentait un peu le souffre.
D'ailleurs elle apprit que c'était un Dragon. Dragon. Un nom étrange, mais il faut bien un nom. Elle était une louve, le deux-pattes un homme, et le lézard un Dragon. Apparemment ils étaient amis. Mais l'homme qui avait un nom long et bizarre avait dit que c'était son Dragon. Le sien ? Le lézard était beaucoup plus gros, ça aurait plutôt été l'homme qui était au Dragon... Neldoran-truc lui demanda de repartir d'où elle venait, et elle le regarda comme si elle ne le comprenait pas vraiment. L'endroit n'était pas à lui, elle restait si elle voulait.
Luvia allait répliquer quand elle entendit à nouveau quelqu'un parler dans sa tête. Elle redevint méfiante, et regarda tout autour d'elle, mais au vu des paroles elle comprit que c'était le Dragon qui parlait dans sa tête. Sûrement parce que sa gueule pouvait pas vraiment lui permettre de parler. Il lui confirma être un Dragon, et prétendit que l'homme -qui était un Elfe- était à lui. C'était son Elfe, et pour lui son Dragon. La méfiance disparut et elle ria.

"Vous êtes drôle."

Le Dragon, Sioltach, nagea un peu avant de sortir de l'eau. Elle se retrouva entre les deux, l'Elfe devant elle et le Dragon derrière. La louve le regarda de haut en bas, bouche bée. C'était plus qu'un gros lézard. Luvia l'approcha, et l'observa, faisant à peu près le même manège que précédemment, à ceci près qu'elle avait l'air beaucoup plus intéressé, et qu'elle ne fit pas entièrement le tour, notamment à cause de la queue ; elle était confiante, mais c'était aussi la première fois qu'elle croisait une bête de ce genre... prudence... Elle l'approcha pour le renifler. Il sentait le souffre, même si l'eau devait avoir atténué l'odeur, qui lui collait à la peau.
Elle leva la main, esquissant un mouvement pour le toucher, mais s'arrêta en cours de route, réfléchissant une dernière fois avant d'oser poser son index sur une écaille, avant de bondir en arrière, et se retrouver à quatre pattes, tapi sur le sol, regardant avec méfiance la réaction du Dragon... elle laissa quelques instants s'écouler avant de se relever.

"Tu sens le souffre. C'est où les montagnes du Nord ? Moi je viens d'une forêt loin, et je n'y retournerai pas !" Lança-t-elle un peu plus fort pour Neldoran-truc. "Je connais pas le monde et je vais un peu partout. Tu sais voler ? C'est comment quand on vole ? Je peux monter sur ton dos ?" Demanda la louve avec un air suppliant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Ven 8 Avr - 22:40

D'accord. Je l'admets. Et ce bien volontiers. J'adore crâner devant les femelles. Un jour ça me perdra peut être. Mais en tout cas, celle-là, elle était mignonne, en plus de me faire rire. Et surtout, elle exaspérait Nel, et faisait comme s'il n'existait pas.
Sa réaction me fit plaisir. Elle ne devait jamais encore avoir vu d'écailleux aussi grands que moi. Ai-je déjà mentionné que mes confrères ont été massacrés lors de la dernière guerre ? Une de plus pour moi. Mais une particulièrement meurtrière. Uranach y avait été pour quelque chose. Mais on avait aussi massacré des nids entiers dans le Sud, et des nœuds entier de dragon-serpents dans les eaux de la Mer du Milieu. Notre espèce, avait depuis lors, eut moins de grands et imposants représentants. Fort heureusement, des dragons de moindre tailles avaient largement proliféré, et nous avions quand même pu nous refaire une santé. Sans compter les Sauvages, qui restent insaisissables.
Je roulais un peu des muscles, faisant étinceler mes écailles, profitant du fait qu'elle découvrait ce que j'étais. Nel m'adressa un regard de reproche. Je ne pouvais que l'encourager avec ce genre de comportement. J'eus un sourire carnassier, qui découvrit brièvement ma dentition, avant de lui dire que Luvia n'était pas si exaspérante que ça. Elle m'avait l'air tout à fait adorable.
Je sentis à peine son doigt. A peine un effleurement sur mes écailles. Elle recula comme je venais de lui cracher de l'acide sur la main.
J'eus un léger rire en la regardant se ramasser sur elle même, comme prête à prendre la fuite. Un comportement plutôt prudent, pour une jeune fille-louve totalement nue devant deux mâles. Enfin, elle ne risquait pas grand chose avec Nel, qui avait dores et déjà défini cette nouvelle amie, comme une enfant. Et Nel n'éprouvait rien pour les enfants, à part de l'agacement.
En voyant qu'elle s'attendait à une quelconque réaction agressive de ma part, je me contentais d'examiner un instant les griffes de ma patte droite, avant de poser un oeil, le bleu cette fois, sur elle.

"Je ne vais pas te manger."

Enhardie, et surtout très curieuse -au point que sa jolie queue touffue semblait frétiller derrière elle- Luvia posa encore beaucoup de questions. Je la regardais, l'amusement dans le fond de l'œil, surtout quand elle s'adressa à Nel. Voila qui la rendait encore plus sympathique à mes yeux. J'adorais quand mon elfe se retrouvait confronté à ce genre de personne, aussi curieuse que spontanée, et parfois un peu étourdie. Elle me rappelait Dierdre quand elle était encore cette jeune Cheminante, dansant devant les flammes d'un feu de camp qui illuminait le cercle formés par des voyageurs d'une des caravanes qui voyageaient sur la piste Brune.

"Bien sûr que je sais volé. J'ai des ailes. A quoi me serviraient-elles d'autre, si je ne pouvais pas voyager dans les airs ? Et les montagnes du Nord, eh bien, elles sont dans cette direction."

Je pointais délicatement, d'une patte levée et griffue, la direction du Nord. Je lui laissai le temps d'assimiler ce que je disais. Luvia me semblait plus qu'étourdie. Même si elle avait de la suite dans les idées, vu qu'elle semblait avoir bien compris que Nel voulait qu'elle s'en aille. Alors que Luvia semblait décidé à vouloir rester. Adorable.
Je penchais vers elle.

"Voler est une sensation unique, que je ne pourrais te décrire jeune fille-louve. Et si tu montes sur mon dos, il faudra faire attention. Mes écailles coupent et écorchent la peau qui est tendre.
Revenir en haut Aller en bas
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Ven 8 Avr - 23:11

Je décidai de laisser Sioltach faire le mâle. Ce dragon avait un sens aigu de la mise en scène. L'effet fut immédiat. Luvia sembla absorbée par la vue du dragon noir dégoulinant d'eau, qui déploya ses ailes, faisant tomber la pluie autour de lui. Ses écailles scintillaient au Soleil. Sioltach prit même la pose. La gamine semblait totalement subjuguée, et c'est à lui qu'elle s'adressa.
Du moins, c'est que je crus, quand elle m'adressa un virulent "je n'y retournerai pas". Oh. Une forte tête. J'eus un sourire en coin. Une vraie adolescente capricieuse. Je ne cherchai même pas à lui expliquer que je ne voulais dire qu'elle retourne chez elle, en lui demandant de retourner d'où elle venait. J'avais plutôt pensé au lieu où elle avait décidé de faire trempette, et de manquer de se noyer. De toute façon, elle ne me regardait pas. Elle n'avait d'yeux que pour mon compagnon à écailles.
Celui-ci semblait très à l'aise avec elle, et positivement ravi de pouvoir se la jouer. J'avais donc l'honneur d'être exempté des questions de demoiselle Luvia, et tout le loisir de me vêtir, sans être ennuyé.
Malgré le fait que j'entendais clairement ce que Sioltach lui répondait.

J'enfilais mon pantalon de voyage, en cuir brun, renforcé à l'entre-jambes, évitant à mes cuisses d'être de la viande hachée à chaque fois que je voyageais sur le dos de Sioltach. Je passais une tunique propre, noire, et enfilait une veste de cuir usé, qui se fermait à l'aide de boucles en métal. Je bouclai ma ceinture, et enfilai chausses et bottes.
Je coinçai mes gants de cuir dans la ceinture. Eux aussi étaient utiles quand nous volions. Ils évitaient à mes doigts de geler, et surtout ils protégeaient mes mains des écailles coupantes. Le plus étonnant, était le fait que je ne protégeais jamais mes yeux du vent glacé. Avec le temps, j'étais immunisé. Je ficelai solidement mon paquetage, et attendis que Sioltach ait fini de parler.

-Autrement dit, il faut des vêtements solides si tu veux voler sur le dos d'un dragon, lançais-je à Luvia.

D'accord, ça n'était pas dit sur le ton le plus aimable du monde, mais eh ! quoi ! je faisais un effort, comme mon compagnon me l'avait demandé. Sioltach s'amusait quand j'étais obligé de me montrer sociable avec les mômes. En tant que dragonnier, quand je débarquais dans une ville, j'avais toujours un tas de gamins sur les talons, jusqu'à ce qu'ils finissent par aller voir ailleurs, lassés, ou bien refroidis par mon attitude.
Seulement parfois, je n'avais pas mon mot à dire.
Comme maintenant. Sioltach adorait les femelles en âge de procréer. Je lui lançai un regard, qui devait le mettre en garde. Qu'il n'y pense même pas. Cela n'apporterait qu'un Eldarin avec des oreilles de loup, et une queue touffue. Et Luvia était une gamine.
Ce petit moment de réflexion, je le mis à profit, je l'examinai d'une façon que la décence n'autorisait pas. Tout comme elle l'avait fait pour moi.

-Oh, mais tiens donc, m'étonnai-je faussement, on dirait bien que tu n'en as pas. Comme c'est dommage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvia
Inwillissien
avatar

Peuple : Louve. Si si, j'vous jure !
Localisation : Dis-moi d'abord où tu es et peut-être que je te dirai où je suis...
Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 18/03/2011

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 10 Avr - 13:59

Le Dragon faisait un peu peur, mais il était gentil ; Luvia avait réagi prudemment, comme tout bon loup qui se respecte, et Sioltach lui dit qu'il ne la mangerait pas. Ce n'est pas parce qu'il lui disait dedans sa tête qu'il ne croquerait pas un bout de louve que c'était forcément vrai, mais elle décidait de le croire ; pour l'instant. En tout cas dans la direction que le Dragon pointa pour indiquer le nord, il n'y avait pas de montagnes, ce qui voulait dire qu'elle était loin, mais avec des ailes les choses sont moins loin puisqu'on y va plus vite, elle avec ses pattes elle allait moins vite qu'avec des ailes, et même moins vite qu'avec un cheval. De toute façon elle n'aimait pas les chevals, leur goût ne valait pas celui des cerfs. Puis le Dragon lui dit qu'elle ne pouvait pas voler sans risquer de se faire mal, et Luvia parut déçu, et c'est à ce moment que l'Elfe vint vers elle, avec des vêtements cette fois-ci.
La louve ne s'offensa nullement du regard baladeur de Neldoran-truc, après tout elle en avait fait de même ; sauf que lui c'était plus pour lui rendre la pareil, et ensuite lui faire constater qu'elle ne pouvait pas monter sur le Dragon sans se faire très mal. C'était... offensant. Qu'elle se fasse reluquer ainsi est loin d'être un souci, les belles choses méritaient d'être contemplées et Luvia savait qu'elle faisait facilement tourner les têtes et avec raison, mais là il ne posait les yeux sur elle que pour lui dire qu'elle ne pouvait pas faire le vol, ce qui était mesquin ; et elle laissa de côté Sioltach pour en revenir

"Toi, t'as pas du rencontré beaucoup de femelles, ça se voit. Pourtant à ce que j'ai vu tu devrais pas avoir de mal à jouer les mâles..." Lâcha-t-elle avec un sourire amusé et un regard exagérément tendancieux, avant de reprendre le Dragon pour centre d'intérêt. "Tu sais, moi j'ai bien une queue et elle sert pas à grand-chose, à part être jolie et couvrir un peu mes fesses ; mais les ailes elles servent à quelque chose c'est vrai. J'aimerai bien avoir des ailes, mais les loups ça en à pas, ce qui est dommage, ça aurait été utile ; moi par exemple je sais grimper aux arbres, mais les autres ils y arrivaient pas, et c'était parfois pratique pour chasser, alors des ailes ça aurait été encore mieux. Vous aimez la chasse ? Moi j'adore. Et jouer ? On peut faire un jeu ?!" Demanda-t-elle avec un grand sourire au Dragon.

Neldoran-truc n'avait pas l'air d'être un Deux-pattes qui aimaient plaisanter, et même si c'était le cas la louve n'aurait pas voulu qu'il joue avec elle parce qu'il n'était pas gentil. Quitte à jouer, ce serait avec le Dragon qui, même s'il était impressionnant, avait l'air d'aimer jouer au moins, ou au moins il était pas comme l'Elfe ; et puis elle avait envie de jouer. S'il y avait bien une chose qu'elle avait appris au contact des Deux-pattes, c'est qu'elle était jolie, mignonne, et craquante, et que cela pouvait servir. Elle savait le faire bien avant, mais seulement avec les autres loups, et apparemment ça marchait avec pas mal d'autres créatures ; elle afficha alors un grand sourire, la tête légèrement penchée sur le côté, les mains jointes dans le dos juste sur la base de sa queue, qui se balançait doucement, le tout avec ses jolis yeux planté dans ceux pas de la même couleur de Sioltach.

"Moi je sais bien jouer à cache-cache, mais je gagne tout le temps à cause des odeurs que je sens et parce que je sais très bien me cacher ; et puis je veux essayer un nouveau jeu. Tu en connais un amusant ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 10 Avr - 22:47

Luvia avait bien compris qu'elle était une jolie jeune fille-louve. Je pouvais le voir, à la façon qu'elle avait de se tortiller. Nel ne l'intéressait pas, parce qu'il ne s'intéressait pas à elle. Tandis que moi... Elle avait bien compris que j'avais, comme bien des mâles, un gros faible pour les membres de la gente féminine. Surtout quand un petit bout, comme elle, me faisait du charme. Comment résister ?
Je faillis rire en voyant l'expression qui passa sur le visage de mon elfe, quand Luvia mentionna sa virilité. Tiens donc, la demoiselle ne s'était pas privée de le regarder, et je me doutais même, qu'elle avait pensé pouvoir obtenir quelque chose quoi que ce fut, en jouant sur ses jolies courbes totalement dévoilées.
Le regard que m'adressa Nel me dissuada de laisser parler mon entre-jambes. Ce n'était ni le lieu, ni l'endroit, pour que je "m'adapte". Bien sûr que j'étais adaptable, enfin voyons, comme aurais-je pu procréer avec des femelles deux-pattes, sans m'adapter à leurs tailles ? C'était tout à fait faisable, même si j'étais toujours plus grand qu'un deux pattes mâles, avec toujours autant d'écailles. Mais avec un aspect proche de celui d'un deux pattes. C'était simple, quand on était aussi vieux que moi. Ma race me permettait de faire ce petit tour. Les Grands Dragons pouvaient tous faire ça. Pourquoi croyez-vous qu'il y ait autant d'Eldarins différents ? Nous autres les vieux Dragons étions capables de bien des choses. J'avais d'abord caché cet aspect à mon elfe, jusqu'à la nuit, où il m'avait surpris avec une humaine. J'avais alors dû lui fournir quelques explications. Depuis, il prenait la poudre d'escampette quand je décidai de m'adapter. Ou pas.
Je n'avais pas fait ça depuis longtemps, à dire vrai, pas depuis qu'Alatairë, le fief des Eldarins soit devenue une partie du Royaume de Dämons.
Oh, je mentais, j'avais pris du bon temps avec des deux pattes, et quelques écailleuses entre deux. Tout comme Nel n'était pas aussi frigide qu'il y paraissait. Mais il avait raison en voyant Luvia comme une gamine.
Elle ignorait ce dont j'étais capable. Elle jouait déjà, et à un jeu dangereux.
Nel m'envoya la vision d'un Eldarin pourvu d'oreilles et d'une queue touffue. Je grimaçai. Intérieurement. Elle semblait vexée de ne pas pouvoir voler. Et elle voulait... jouer. Voila qui était surprenant. Digne d'un petit loup, un peu trop turbulent.

"Pour jouer cache-cache, jeune fille-louve, le seul moyen de me cacher, serait de m'envoler, ou qu'il y ait une montagne à disposition..."

Je soupirai, elle voulait jouer à un nouveau jeu. Je devais vraiment lui paraitre sympathique. Ou bien, elle était tellement vexée, qu'elle faisait ça pour embêter Neldoranthir. Ce dernier croisa les bras, et attendant que je réponde. J'inclinai le buste, penchant ma tête, pour venir ébouriffer les cheveux de mon souffle. Elle me regardait avec ses grands yeux limpides, sa queue touffue remuant doucement, frémissante. Résister fut difficile, mais j'avais passé l'âge, et ce depuis longtemps, de batifoler comme un jeunot. Même si parfois, mon comportement pouvait être particulièrement puéril. Et mes jeux à moi, ne devaient pas vraiment être ceux auxquels elle pensait.

"Et pour jouer, encore faudrait-il que je puisse jouer sans prendre le risque de te blesser. Je suis un peu trop grand pour jouer avec une deux pattes aussi petite que toi, jeune fille-louve."

Toute mignonne qu'elle soit, elle semblait mal mesurer le danger. Jouer avec un Dragon, même en étant une louve, était quelque peu déconseillé. Et mes jeux étaient le genre de jeux que Neldoranthir désapprouveraient, si je les pratiquais avec Luvia. Elle semblait totalement inconsciente. Mais elle savait se défendre, ça, je pouvais en être sûr. Nous autres, nous avons un instinct qui nous permet d'être combatifs. Et je savais qu'elle serait blessée de mon refus, mais je n'avais pas tellement le choix. J'espérai seulement que ce joli minois ne m'en voudrait pas trop.
Voila qui m'apprendrait, si elle réagissait mal. Je me redressais.

"Je suis navré, mais je ne peux pas jouer. Pas de cette façon.
Revenir en haut Aller en bas
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 10 Avr - 22:55

Je haussais un sourcil face à sa réflexion et son attitude aguicheuse. Je devais l'avoir vexée pour qu'elle s'en prenne à mon entre-jambes. J'eus un mince sourire, quand elle décida de se pencher sur le cas de Sioltach.
Mon Dragon était un vieux séducteur, un peu pervers. Je savais ce dont il était capable, j'avais eu la mauvaise surprise de le découvrir, en le prenant sur le fait. Et malgré ce qu'il pouvait bien raconter, comme ce qu'il appelait "l'adaptation", Sioltach n'y avait pas toujours recours, et certaines demoiselles appréciaient la grandeur. Je préférai chasser ce souvenir, et rire du manège de Luvia.
Elle croyait vraiment être la première à avoir tenté d'amadouer Sioltach de cette manière ? On n'apprend pas à un vieux dragon à faire la grimace.

J'avais eu moi aussi, à une époque, assez de galanterie pour jouer un peu, comme mon Dragon le faisait. Je n'avais plus cette patience. J'avais été Dragonnier à une époque où ceux-ci étaient adulés, et je n'avais pas d'effort à fournir pour passer une nuit avec une belle plante. Il y en avait encore, des femmes pour se presser autour de nous, quand nous arrivions en ville. Ça et les mômes, et les hommes qui venaient me donner une accolade virile. Ou pas. Certains venaient parfois minauder, et demander eux aussi la même chose qu'une femme. Je trouvais donc Luvia particulièrement drôle, en me disant que je ne devais pas avoir connu beaucoup de femelles. Mon passé était aussi dissolu que celui de Sioltach. Nous nous étions bien trouvés lui et moi. Et celui-ci avait toujours cette faiblesse pour la gente féminine. Une des raisons qui faisaient qu'il m'avait choisi, moi, un mâle deux pattes, était que je ne risquais pas de lui piquer une crise de jalousie. Et je ne risquais pas de lui faire de concurrence. Et Luvia n'était en aucun cas une preuve pour étayer mon argument. La louve semblait simplement curieuse, et suffisamment retord pour avoir recours à la séduction comme moyen d'arriver à ses fins. Et Sioltach et moi étions beaucoup trop vieux pour ne pas le voir. Surtout Sioltach.
Je croisais les bras, attendant qu'il décline son invitation à jouer. J'avais raison en pensant qu'elle n'était encore une enfant. Certes, ça n'était pas le cas physiquement, mais jouer avec un dragon ! Quelle idée.
J'eus un sourire satisfait quand il lui expliqua que jouer était impossible. Voila qui allait peut être la faire partir. Je n'appréciai pas les parasites.

-Bien, maintenant que la discussion est close, nous pouvons, peut être, enfin partir.

Je n'attendis guère la réaction de Luvia, qui serait sans doute encore plus blessée de ce refus, que de mon attitude, et ma courtoisie légendaire. Je soulevai mon paquetage, la dépassai, contournai mon dragon et escaladai souplement Sioltach, en m'aidant des excroissances osseuses pour me hisser, et arnacher mon paquetage à une de ces excroissances. Je n'avais plus qu'à m'installer correctement, et Sioltach pourrait s'envoler après avoir dit au revoir à cette jeune amie.
Je regardai avec curiosité Luvia, pour voir comment elle allait réagir. Voila qui m'amuserait. Voila qui serait drôle. Je partageai cependant, un point d'accord avec Sioltach... C'était une des rencontres les plus curieuses que nous ayons pu faire ces derniers temps.
Aurait-elle su que mon dragon avait croqué des lycans pas plus tard que la nuit dernière, n'aurait-elle pas déguerpi ?
Je constatais que Sioltach éprouvait, une trop grande compassion à mon goût pour ce qu'il qualifiait de joli petit bout maintenant.
Si j'avais hâte de repartir ? Pas tant que ça, je n'étais guère pressé, mais je n'appréciai pas qu'on perturbe mes moments de tranquillité.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvia
Inwillissien
avatar

Peuple : Louve. Si si, j'vous jure !
Localisation : Dis-moi d'abord où tu es et peut-être que je te dirai où je suis...
Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 18/03/2011

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Lun 11 Avr - 0:20

"C'est sûr que tu serais facile à trouver." Dit-elle en riant quand le Dragon parla de se cacher derrière une montagne.

Elle souriait, visiblement le Dragon, bien qu'immense et inquiétant, n'était pas méchant ; pas avec elle en tout cas. Il ébouriffa les cheveux de son Elfe, et la louve songea qu'ils pouvaient sans doute discuter dedans leur tête, et elle trouva celui un brin vexant qu'ils ne parlent pas ouvertement devant elle si c'était le cas, cependant elle aurait fait pareil si elle pouvait communiquer comme cela avec quelqu'un d'autre, sauf qu'elle ne savait pas le faire, alors quand elle avait besoin de parler sans que les autres entendent, elle parlait à voix basse, ou en grognant moins fort si les personnes étaient des loups, ce qui fut le cas plus souvent qu'avec des Deux-pattes, ou des Dragons.
D'ailleurs, Sioltach fit valoir une nouvelle fois la différence de taille, ce qui fit se faner un brin son expression charmante visant à faire tomber la proie dans son piège, car elle comprit au ton de sa voix dans sa tête que cela allait être non ; et la réponse fut belle et bien négative. Son sourire s'effaça, son regard reflétait sa déception, et sa queue restait immobile. Luvia soupira. Tant pis, il n'avait pas envie de jouer, et même si elle avait envie de faire valoir d'autres arguments, elle ne voulait pas insister ni déranger Sioltach, qui semblait vraiment désolé.
Elle s'apprêtait à leur dire au revoir et à quel point elle avait apprécié de les rencontrer, quand l'Elfe prononça des paroles qui lui déplu fortement. La louve sentit le rouge lui monter aux joues, ses lèvres se pincèrent et les poils de sa queue gonflèrent, alors qu'elle le fusillait du regard comme un chef de meute aurait regarder un mâle qui aurait défier son autorité. Elle s'était montrée gentille et polie, et il lui intimait ainsi de partir ? C'était un peu comme si une proie lui passait sous le nez, et que la proie se retournait pour la narguer ; bien sûr ça n'arrivait jamais ce genre de chose, mais elle aurait ressentit tout pareil. Elle se calma un peu, mais restait tout de même profondément vexée d'être traitée comme un louveteau qui traîne dans les pattes d'un loup à l’affût.

"Non elle est pas close." Lança-t-elle en foudroyant toujours l'Elfe, avant de poser son regard, plus calme, sur le Dragon. "Bien sûr que jouer avec une créature aussi grande que toi ça peut être dangereux, je suis pas une belette, mais que si c'est à des jeux comme chat ou un-deux-trois soleil ; mais vu que tu parles dedans la tête, je pensais que tu connaissais sûrement un jeu... euh... comment on dit déjà... qui se fait avec la tête... ah oui, intellectuel ; mais si vous ne voulez pas jouer, je m'en vais. Et puis j'ai un nom, je te signale." Déclara-t-elle, vexée, en se retournant.

Sa queue battait furieusement l'air, elle avait la tête relevée, les yeux fermés, et les bras croisé devant elle ; plus question de jouer la mignonne petite louve, s'il avait pas envie de jouer avec elle, qu'il s'en aille, elle pouvait s'amuser autrement, bien qu'elle aurait aimé voir ce dont était capable une telle créature. Luvia avait découvert les jeux au contact des deux-pattes, bien qu'il y en existe chez les loups, en moins amusant certes, et elle aimait bien en découvrir de nouveaux moyen de s'amuser. Mais s'ils tenaient tant à partir, tant pis pour eux, elles voulaient rire un peu et passer un moment agréable en découvrant des nouvelles choses, sans pour autant les supplier, bien que les jeux que pouvait connaitre un Dragon, cela l'intriguait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 17 Avr - 15:18

Je regardai d'un air ennuyé Luvia qui nous tournait le dos. La jeune louve venait de piquer une colère parce que Nel l'avait vraiment vexée, et sans doute parce que j'avais refusé de jouer. D'accord, il m'arrivait encore de batifoler quand je séduisais une écailleuse, les deux pattes faisaient pareil, ils semblaient retomber en enfance, mais jouer, je ne le faisais pas, ou plus, je n'étais plus un dragonneau, et ce depuis longtemps. Et j'avais déjà vu pire que le coup d'éclat d'une jeunette frustrée de n'avoir pu jouer. En fait, elle avait le comportement d'une enfant, qui faute d'avoir ce qu'elle veut, se met en colère, avant d'avoir recoure à la bouderie. C'était là un étonnant contraste avec l'attitude aguicheuse qu'elle avait encore quelques instants plus tôt. Je ne cherchai pas à apaiser cette colère. Je ne la connaissais pas au point de vouloir faire en sorte que nous nous quittions en bons termes. Je n'avais aucune obligations envers elle. En revanche, Nel et moi devions reprendre la route. Enfin, les airs. J'ignorai ce qui le poussait à vouloir revenir à Celebalda. Certes, il y avait sa famille, mais j'avais su dès le début de notre lien qu'il n'éprouvait guère d'amour pour celle-ci. Mais je pensais qu'il fallait bien avoir un endroit où revenir. C'était un trait commun à toutes les créatures vivantes : appartenir à un endroit, auquel se raccrocher. Tout comme un dragon aimait parfois revenir sur le lieu de sa naissance. Je devais avouer que revoir le Nord me procurait une sorte de joie teintée de nostalgie. Il fut un temps où les deux pattes tremblaient quand ils étaient en terrain découvert, fut un temps ils avaient peur du noir.
Je humais l'air, rien d'autres que nous et les animaux peuplant les environs de cette rive, et dans le lointain, la vague odeur d'un groupe de deux pattes. Ils se déplaçaient par famille entière dans ces landes.
Il était temps que nous partions, nous n'avions déjà que trop tarder. Nel me rabroua, en me disant que j'étais celui qui nous avait retardé. Mon elfe s'impatientait, ce qui n'était pas son genre. Luvia devait vraiment jouer sur ses nerfs. Je soupirai, me levant doucement -autant éviter faire trembler le sol et Luvia avec- je fis demi-tour, prenant soin à retenir le balancement de ma queue. Je ne voulais pas la blesser. Je m'éloignai alors.

Je fis quelques pas, d'abord mesurés, presque lents, puis j'accèlérai doucement, me laissant le temps de déployer mes ailes, tout en prenant de l'élan. L'élan était essentielle quand on décollait d'un sol plat, et non pas d'un promontaire qui permettait de se laisser tomber dans le vide, et d'avoir juste à déployer ses ailes pour voler. Je devais donc accompagner mon élan de longs battements, qui me permettraient décoller élégament du sol. Cela ne me demandait que peu d'efforts, chaque dragon savait instinctivement voler. Et avec de la pratique, n'importe lequel d'entre nous pouvaient devenir un virtuose.
Le vent était froid, du moins c'était là que ce qui sentait Nel. pour moi, le Souffle de Tuuli ne faisait que glisser mes écailles, sous mes ailes, me facilitant le travail, quand je volais en harmonie avec lui.
Une idée me traversa l'esprit. Luvia voulait jouer. Elle avait pensé que j'étais capable de jouer avec ma tête, mon esprit, mais il était difficile d'avoir ce type de communication avec quelqu'un qui n'était pas habitué à se servir de son esprit pour parler. C'était peut être faisable, je n'avais jamais essayé. Durant une grande partie de ma longue vie, j'avais surtout utilisé la télépathie pour effrayer les deux pattes, en leur envoyant des images cauchemardesques, d'une mort prochaine, que se soit sous une pluie d'acide que j'aurai dignement craché, ou dans un claquement de mâchoire.
Mais l'idée de jeu, s'associait parfaitement avec les mots : farce, blague. Et il était connu, que nous les dragons avions un humour parfois douteux.

"Nel..."

Je lui transmettai par images ce que je voulais faire. C'était ce qui se rapprochait le plus de la conception de jeu pour moi. Luvia risquait de ne pas apprécier, mais je devais d'abord convaincre mon elfe. Cela ne devrait pas être très difficile. Car Nel partageait ce même humour douteux.

"Je te demanda juste ce petit service. Avoue que ça te plait. Et puis, elle voulait jouer non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Après la ruine...   Dim 17 Avr - 15:21

Je faillis rire, mais les débordements d'émotions n'étaient absolument pas mon genre. J'étais satisfait. Je me contentais donc d'un sourire en coin, pour monter mon hilarité. Je m'attendais à ce que Sioltach continue sur sa lancée, mais l'éclat de Luvia semblait l'avoir autant refroidi, que cette femelle des glaces que nous avions rencontrés lors d'un de nos passages dans la Grande du Nord. Enfin, mon dragon se décida à faire demi-tour. Nous laissions derrière nous une jeune louve fâchée.
Je m'installais plus confortablement. C'était tout un art de monter à cru, surtout sur un dragon aussi grand que Sioltach. Celui-ci refusait selle et harnais, à peine supportait-il que j'attache mon paquetage. Même si je soupçonnais que cela n'était qu'une comédie pour continuer de jouer les dragons sauvages et indomptables. Je savais bien qu'il n'avait pas besoin de ça. Nous avions eu des débuts difficiles. Et j'avais bien compris qu'il n'aurait aucun scrupule à me laisser, voir à me croquer, si jamais je tentais de le faire devenir comme ces dragons élevés dans des nids surveillés par des deux pattes.
Je n'avais réussi qu'à le convaincre que sur un point : la nécessité de ces nids. Après la Grande Guerre, de nombreuses espèces draconniques avaient été décimées, notamment les grandes dragons du genre de Sioltach. Le Collège de Turin et Dominationem Nocturnae avaient permis aux dragons de pouvoir se reproduire en toutes sécurités. Et aussi de profiter d'un commerce agréable, quand un dragon s'éteignait. Le cuir, les écailles, le sang, les os, tout était bon à vendre chez un dragon. C'était sans doute là l'aspect qui fâchait Sioltach. Fort heureusement, ces deux institutions étaient assez honnêtes et intelligents pour ne pas fâcher ses partenaires de longues dates. Les écailleux étaient souvent du genre susceptibles, et croire qu'ils étaient domestiqués, était une erreur qui pouvait être fatale. Aucun animal, surtout quand celui-ci est en haut de la chaine alimentaire, ne doit être pris pour un soumis.
Aussi me pliais-je bien volontiers aux exigences de mon dragon, comme celui-ci se pliait parfois aux miennes.
Sioltach prit son envol, mon estomac décolla aussi. C'était une sensation qui m'était familière après tant d'années, je l'attendais souvent avec impatience, cela signifiait toujours que nous allions voler. Le vol est toujours un moment privilégié entre un dragonnier et son dragon. C'est là que s'installe la confiance et la complicité.
Et Sioltach me demandait de mettre les deux à l'œuvre. J'eus un véritable sourire.

"Bien sûr qu'elle voulait jouer..."

Je m'arnachais, j'attachais à ma ceinture, une corde elfique, elle même nouée autour d'une excroissance osseuses à la base du cou de Sioltach. Pour ce que nous allions faire, j'avais besoin d'être certain que je ne risquai pas de tomber. C'est plus difficile de tenir la tête en bas, sans étrier. Je défis mon paquetage, pour attraper ma cape doublée, Sioltach volait assez haut pour que Luvia ne puisse plus nous voir. Je refermais le sac, et signalai mentalement que j'étais prêt. Mon Dragon fit un long demi-tour, avant de plonger vers le sol, se laissant presque tomber, à une vitesse folle. Je tenais fermement la cape, comme un filet. Sioltach plongeait. Le vent et parfois mes cheveux me cinglaient le visage avec la vitesse. Je resserrai l'étreinte de mes jambes, me maintenant fermement en place. Sioltach bascula. Je pouvais voir le sol arriver, mais je savais qu'il n'y aurait aucun impact. Il replia son aile droite sous son flan, dégageant tout son flan droit, et me permettant d'avoir un meilleur angle pour attraper notre proie. Luvia n'aurait pas le temps de se sauver.
Je la cueillis dans la cape doublée de fourrure, refermant mes bras comme un étau autour d'elle, alors que Sioltach remontait à la dernière minute, projetant une gerbe d'eau et exultant dans un rire tonitruant. Je maintins encore un peu la jeune louve, le temps qu'elle réalise, et que Sioltach soit assez haut, et retrouve un rythme plus lent.
Je relâchai mon étreinte quand elle arrêta de se débattre, et vérifiai qu'elle était suffisamment emmitouflée dans la cape, pour ne pas être blessée, ou pour avoir froid. L'air n'était jamais chaud dans les hauteurs.
J'espérai juste qu'elle ne gigoterait pas, elle pouvait tomber. Je laissai un bras autour de sa taille. J'entendis clairement le message que lui adressa Sioltach.

"Alors jeune Luvia, comment trouves-tu les jeux d'un dragon ? Toi qui voulait voler."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la ruine...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Après la ruine...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Après la ruine...
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Maëldan :: Dairine-
Sauter vers: