AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Départ pour le Nord.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Départ pour le Nord.   Ven 16 Avr - 21:55

Anorion était enveloppé dans un large manteau gris à large capuche, ses cheveux dorés brillaient sous le soleil du midi. Il se tenait debout, devant la maison d'Haldamir. A ses pieds, son sac de voyage, en cuir souple, brun. La tête baissée sur une carte d'anciens réseaux de routes, il regardait Hinamori lui signaler les passages qui n'existaient plus depuis longtemps.
La petite shinigami avait d'abord insisté pour qu'il reste encore un peu. Et puis en suite, elle avait insisté pour venir avec lui et Lys. Et finalement, elle avait renoncé, et elle était partie aidé Lys à se changer, et à se préparer pour le voyage.
Lui même avait pillé les réserves d'Haldamir en pain de voyage, viande séchée, fruits secs... Et puis, il s'était changé, et avait enfilé une des capes de la Marche, qu'Haldamir conservait précieusement. Ils devaient bouger, remonter dans le Nord. La route ne serait pas très longue, mais... Ils avaient finalement décidé qu'ils prendraient la mer. Les Pierres Levées... c'était trop risqué dans leur état.
-J'imagine que les chemins des falaises n'existent plus non plus ?
-Non, la mer les a mangé. Et de toute façon, c'est pas par là que vous allez.
-Oui mais c'était si joli.
Hinamori le foudroya du regard. Parfois, il se disait qu'Amara et elle se passaient le mot pour le faire revenir sur terre. Le vent souffla. Anorion scruta le ciel.
-Combien de temps pour aller jusqu'à Fendassë ?
-Vous êtes sûr que vous ne voulez pas que je vienne ? Aillil me semble assez grande pour se défendre toute seule.
Anorion fixa de ses yeux couleurs de mer, la jeune femme qui le regardait, ses yeux bruns brillants, plein d'espoir. Le samildanach soupira.
-D'accord. Décidément, dormez un p'tit peu moins d'un siècle, et voila ce qui arrive ! Tout change ! Va cherchez tes affaires.

L'ancien général la regarda filer dans la maison. Lys sortit juste après son entrée, habillée de pied en cape pour le voyage. Elle aussi portait un sac sur son dos. Elle ne ressemblait plus à une princesse, ce qui était mieux pour parcourir une longue distance. Revêtue de la cape grise de la Marche, les cheveux retenus en une queue de cheval un peu lâche, elle faisait Ranger accompli, où jolie barde...
Anorion se tourna pour voir arriver Haldamir, accompagné d'un homme aux cheveux rouges qui flamboyaient sous le soleil. C'était peut être une bonne idée de partir maintenant. Il y avait trop monde ici... Et la discrétion devait être maitresse de leur voyage.

Revenir en haut Aller en bas
Haldamir
Gardien
avatar

Peuple : Serviteur de Mordorun
Nombre de messages : 96
Localisation : Un pied dans la tombe. Sans rire.
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Ven 16 Avr - 21:56

Haldamir avait sourit en voyant Axel si... perdu.
-Je vous guide oui. C'est un vrai dédale ici. Heureusement que vous êtes arrivé de jour, la nuit c'est pire. Allons-y.
Il avait guidé l'homme aux cheveux de feu dans le dédale de rues et petites ruelles d'Alatairë. Enfin, après quelques ruelles en pente raide, ils débouchèrent sur la sienne, ensoleillée. Anorion et Lys se tenaient devant la porte. Je jetais un coup d'œil à Axel, qui ne semblait pas à l'aise du tout. Une fois à leur hauteur, je m'adressai à mon nouveau visiteur.
-Aillil est à l'intérieur, entrez et faites comme chez vous. Je suppose que vous avez hâte de la rejoindre.
La porte étant ouverte, il le poussa gentiment à l'intérieur, avant de se tourner vers son ancien supérieur.
-Déjà ? J'imagine que c'est mieux ainsi. .
Hinamori sortit à son tour, elle aussi vêtue de la cape grise, sac sur le dos, épée au coté. Haldamir lui jeta un regard interrogateur. Le sourire resplendissant qu'elle afficha, lui suffit comme explication pour comprendre.
-Heureusement que tu pars avec lui, il est incapable de suivre son chemin sans être distrait. Et Aillil a de la compagnie, je pense qu'elle saura se débrouiller de toute façon. J'imagine que vous avez déjà tout ce qu'il vous faut...

Le Gardien regarda les trois compagnons drapés de gris. Ils les enviaient, de partir ainsi, libres de pouvoir voyager où bon leur semblait. Lui, il ne le pouvait pas sans que la citée l'appelle, et qu'il doive y retourner le plus vite possible, pour arrêter les milliers de voix dans son crâne qui hurlaient qu'il fallait qu'il revienne. Quand il allait à Fendassë, acheter ce qu'il ne pouvait pas trouver, elles savaient, et ne criaient pas, en revanche, s'il y restait plus longtemps que prévu... là elles s'y remettaient. Pourtant, il aimait cet endroit.
-Bien, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon voyage. Et surtout soyez prudent. Et toi Hinamori, surveille le vioc, manquerait plus que tu le perdes au détour d'une rue.

Dans un geste d'affection ultime, il tapota l'épaule de la petite jeune femme qu'elle était. Anorion grimaçait, et Lys masquait son sourire derrière une main gracieuse. Une fois ça fait... Les trois se mirent en route.
Quand ils furent à bonne distance...
-Que Tuuli soit avec vous ! cria Haldamir en faisant un signe de bénédiction.
Il se retourna pour voir Ulrike qui disait au revoir, en agitant un mouchoir à coté de lui.
-Et oui je sais, Anorion a pris toutes les sucreries.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrike
Haute Prêtresse
avatar

Peuple : Métisse
Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Sam 17 Avr - 19:17

Ulrike était partie vérifier que Kallen dormait bien. Finalement, ellela laisserait dormir autant qu'elle le voulait, après tout elle même était fatiguée de cette poussée de croissance nocturne, mais apparament plus résistante que sa soeur. En tout cas, elle se sentait un peu transportée, maintenant, elle savait qu'elle allait retrouverson corps, et qu'en plus, elle n'était pas "victime" d'un amour à sens unique.
Elle était montée pour s'habiller, rester en pyjama trop court n'était pas quelque chose qu'elle adorait, surtout quand elle savait qu'il y avait du monde. Heureusement, dans un espoir qu'elle avait commencé à croire vain, elle avait gardé des vêtements de grandes tailles, ainsi que ceux qu'elle avait avant d'être changée en enfant. Trouver une robe de prêtrise à sa taille ne fut pas très compliqué. La jeune prêtresse avait même une coiffe qui était assortie. Elle la mit, après tout, autant mettre l'ensemble.

Elle fut le témoin impuissant du carnage fait dans les provisions par Anorion, sans trop pouvoir l'en blâmer. Leur route serait longue, et ils ne pourraient peut-être pas toujours se ravitailler, donc elle le laissa faire, même si elle ne remarqua que plus tard qu'il avait prit aussi toute la jarre de bonbons.
Elle était partie s'assurer qu'Aillil allait bien quand elle remarqua un jeune homme aux cheveux si rouges, qu'on aurait presque pu croire qu'il était un serviteur d'Azar.
-Bonjour, qui êtes vous, et que cherchez vous ?

-Je m'appelles Axel, et je cherche Aillil qui d'après Haldamir est ici.

-Elle se trouve dans la salle de bain, vous pouves l'attendre dans le salo qui juste ici, elle ne devrait pas tarder. Si son joueur à le temps de rp xD.
Elle attendit qu'il se soit installé dans un canapé, pour sortir dire au revoir à Anorion et Lys. Elle ne fut pas très surprise de voir qu'Hinamori avait finallement réussit à s'intégrer dans le groupe, et agita un mouchoir après avoir fait echo au signe de bénédiction d'Haldamir.
-Et oui je sais, Anorion a pris toutes les sucreries.

-En effet... Ce sera dur de contenir Kallen si elle n'a pas ses sucettes à l'orange... Il n'a même pas laissé celles au citron, le goujat. Et, tu vas être très heureux.
Elle lui sourit, lui faisant comprendre qu'elle faisait de l'ironie.
-Vu tout ce qu'il a prit, il faudra refaire des courses dans pas très longtemps. Surtout que maintenant que Kallen et moi même sommes en pleine croissance, il va nous falloir manger plus.
Elle prit une moue pleine de réflexion, un un brin taquin.
-Enfin, ça va, tu adooores faire les courses.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haldamir
Gardien
avatar

Peuple : Serviteur de Mordorun
Nombre de messages : 96
Localisation : Un pied dans la tombe. Sans rire.
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Lun 7 Juin - 14:49

-En pleine croissance voyez-vous ça ? Parce que toi, sortir d'une malédiction, t'appelle ça être en pleine croissance ? Quand on est en pleine croissance, on grandit pas de dix centimètres en l'espace d'une nuit.

Les courses. Haldamir haïssait faire les courses. En fait, c'était surtout le fait d'emmener Kallen. Elle était toujours insupportable, hurlant pour qu'on lui achète ceci, ou cela. Avant, ça ne le dérangeait pas de quitter Alatairë pour une journée ou deux. Maintenant, il voyait ça comme une épreuve supplémentaire que lui infligeait les Dieux. Il faudrait aussi qu'il vérifie l'état des conduites d'eau. Le sable envahissait la ville régulièrement, celle-ci l'évacuait... D'une façon qu'il préférait ne pas connaitre.
-Mais la situation est grave s'il n y a plus de sucettes à l'orange. On partira demain matin. En même temps, c'est rare de recevoir autant de monde, en même temps, ici. D'habitude il faut des mois avant que quelqu'un pointe son nez.

Haldamir se détourna. Le petit groupe partit. Il ne restait plus qu'Aillil, Axel, et Ewanne. Il avait hâte de retrouver sa tranquillité. Tranquillité toute relative avec Kallen et Ulrike. Ulrike qui prenait un malin plaisir en ce moment même à l'idée d'aller faire les courses.
-Et arrête de sourire comme ça, je te rappelle que t'en menais pas large ce matin dans la salle de bain.
Il lui ébouriffa les cheveux en passant. Il s'apprêtait à regagner la fraicheur de la maison. Mais... Aillil et Axel avaient des retrouvailles bruyantes. Haldamir se laissa tomber sur un banc de pierre usé, près de la maison voisine. Étalant ses longues jambes, il soupira.
-Encore un ou deux gêneurs qui doivent partir, et on sera tranquille.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Dim 13 Juin - 16:34

Elle regarda en contre bas la maison qu’elle cherchait. Depuis qu’elle avait reprit conscience de ce qui lui semblait être une léthargie peut habituelle, elle s’était dit qu’il fallait rejoindre les quartiers de la Marche. Au moins pour apprendre ce qui s’était passé depuis son petit somme qui semblait avoir duré un certains temps. Temps qu’elle n’était pas encore en mesure d’évaluer. Elle n’avait pourtant pas perdu ses capacités de capitaines, et bien que Shippuu Tsukiyo se montre un peu plus récalcitrant que d’habitude à lui obéir, il semblait que rien n’avait changé. Et puis elle avait réussi à utiliser parfaitement le Shunpô pour se retrouver ici.
Le capitaine n’avait eu de contact avec aucun de ses subordonnés depuis son réveil. Cela l’inquiétait légèrement, et c’était une des raisons pour laquelle elle était revenue ici. Et puis, elle n’arrivait plus à se souvenir des raisons qui l’avaient décidées à quitter Alataïre. Elle espérait que Haldamir soit de bons conseils, en repensant à la dernière fois où elle s’était présenter ici pour des raisons similaire.

Amara ne sentait aucun reiatsu en provenance de la maison. Peut être le cachait-il, pas d’importance en fin de compte. Elle s’assit non loin de la demeure d’Haldamir, plaçant son katana sur ses jambes repliées, puis elle dévoila son énergie spirituelle, il ne devait pas y avoir de Hollow dans cet endroit et les Arrancars n’avaient aucune raison de trainer là. Si Haldamir lui faisait signe, elle irait à sa rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Haldamir
Gardien
avatar

Peuple : Serviteur de Mordorun
Nombre de messages : 96
Localisation : Un pied dans la tombe. Sans rire.
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Dim 13 Juin - 19:23

Haldamir soupira. Encore deux gêneurs, et il serait tranquille.
Aucune trace de Lusia, ou Hitsugaya, et s'était tant mieux. Les deux capitaines étaient envahissant. C'était sans doute de mauvaise fois, parce qu'Haldamir trouvait tout le monde envahissant. Sa tranquillité n'avait pas de prix, et plus encore depuis qu'il avait recueilli Kallen et Ulrike. Les deux sœurs, même avec une Ulrike plus mature, se chamaillaient souvent, et trop à son goût. Ruinant le silence qui baignait Alatairë, à l'exception des cris des Affamés, Hollows de passages, et Abominations issues des labos de la citée désertée.
Le vent poussa le sable, qui balaya les pavés abîmés de la rue. Le ciel était limpide, et Aelius éclatant. Anorion, Hinamori et Lys partaient avec la bénédiction du dieu rayonnant, et Tuuli accompagneraient leurs pas. Sa tête blonde reposant sur le mur de la maison, il ferma les yeux un instant.
La ville lui parla, doucement, comme des milliers de voix murmurantes, en parfaite harmonie. Puis, il y eut une perturbation. Assez forte pour lui signaler qui en était l'auteur, et où celui-ci se trouvait. Juste à quelques pas.
Haldamir soupira une nouvelle fois.
-J'ai de la visite. Tu peux rentrer, et voir si Ewanne va bien, j'arrive.

Le Gardien d'Alatairë se leva, et posa sa lame encore dans le fourreau sur son épaule. Comme si elle était énorme et lourde. Il se dirigea d'un pas peu pressé vers Amara Kuchiki.
La capitaine attendait assise, son zanpakuto posé sur ses jambes. D'un geste de la main, il lui demanda de rester assise. D'un geste souple, il s'installa en face d'elle, ses grandes jambes repliées également. Il posa sa lame à coté de lui, gardant une main sur la garde.
-Capitaine Kuchiki.

C'était étrange, il donnait toujours du grade, alors que la Marche n'existait plus depuis longtemps. Mais les vieilles habitudes sont dures à effacer totalement. Ce qui lui rappela qu'il n'avait reçu aucune réponse concernant l'appel qu'il avait lancé, quand Isil s'était faite enlevée, avec Inu. A vrai dire, les communications avec les autres membres étaient interrompues depuis très longtemps. A part Hinamori qui était venue régulièrement, les autres avaient disparu dans la nature, jusqu'à ces derniers temps, où Alatairë avait vu plus de monde en l'espace d'un mois qu'en un demi-siècle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Dim 13 Juin - 19:57

Amara attendit que l’homme se soit assis avant de réprimer de nouveau son reiatsu. Le gardien lui avait de la sorte permit d’éviter tous les usages protocolaires dessués. Bien qu’il ne reste que des vestiges de leur ancienne puissance, il fallait préserver les lambeaux de leur histoire qui subsistaient toujours. Mais aujourd’hui, il y avait bien assez à penser. Le gardien n’avait que très peu changé, ce qui n’était pas si étrange à vrai dire. Pourquoi le temps se mêlerait-il de la vie des Shinigamis ? Elle savait qu’elle le dérangeait, il n’aimait pas beaucoup avoir de la compagnie, mais elle savait également qu’elle devait s’entretenir avec lui.

Elle porta un moment son attention autour d’elle. L’énergie qui se dégageait de cet endroit était si faible. Si terne. Elle ne reflétait même pas l’ombre de ce qu’avait été Alataïre. Si le gardien n’avait pas été là, cette terre aurait pu devenir celles de Hollows de bas étage. Rien à en tirer. Elle ne pouvait pas s’empêcher de penser à ce qui se dressait là avant la destruction de la ville. Aujourd’hui, même son grade ne valait plus rien dire. Ce n’était que pour sauver les apparences : son niveau était toujours celui d’un lieutenant, rien à voir avec l’énergie que pouvait utiliser un capitaine. Un détail la frappa soudain, pourquoi Haldamir gardait-il une main sur son arme ? Que craignait-il ? Certainement pas elle.
- Gardien Haldamir. C’est un réel plaisir que de vous revoir.

Et en effet, elle était vraiment heureuse de revoir un visage familier. Tout était allé trop vite depuis qu’elle avait de nouveau quitté Alataïre. Et tout était tellement différent qu’elle pouvait sentir de nouvelles énergies flotter dans l’air. C’était à n’en pas douter des pouvoirs qui dépasser grandement les siens. Elle reporta de nouveau son attention à l’homme qui se trouvait devant elle.
- Je sais que ma venue ici ne fait que troubler la quiétude de ses lieux. Mais il me semblait nécessaire de vous rendre visite.

Elle hésita un peu avant de continuer. Il n’était pas facile d’admettre qu’elle avait certainement été victime d’un quelconque enchantement.
- A vrai dire, je n’ai plus aucun souvenir de ce qui s’est passé après ma dernière visite à Alataïre, et j’espérais que vous pourriez m’éclairer.
Amara baissa les yeux, honteuse, face à cet homme qui lui ne devait éprouver ce sentiment pour aucune des tâches qu’il accomplissait.
Revenir en haut Aller en bas
Haldamir
Gardien
avatar

Peuple : Serviteur de Mordorun
Nombre de messages : 96
Localisation : Un pied dans la tombe. Sans rire.
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Dim 13 Juin - 20:46

Haldamir pencha légèrement la tête. Ses yeux verts brillèrent d'un éclat amusé, et ses lèvres s'étirèrent en un mince sourire, manquant de peu de dévoiler ses crocs. Une petite conséquence de sa transformation en Gardien. Il était sensé être une créature nocturne, mais ses dons liés à sa race, les Sil'uras lui permettaient d'évoluer sans problème de jour.
Et c'était tant mieux, le soleil et le désert auraient été un sacré handicap si ça n'avait pas été le cas. Les Abominations sortaient plus souvent la nuit, mais elles adoraient parfois, la chaleur, et quoi de mieux qu'un tour dans le désert pour manger des voyageurs et profiter des températures brûlantes.

-Ne vous inquiétez pas pour la quiétude de ce lieu, il n'a jamais été calme. En tout, il ne l'ait jamais vraiment.

Étrangement, comme pour lui répondre, la ville s'anima. Une ville de souvenirs, qui se réanimait sur son passage. Et ce quartier-ci n'échappait en rien à la règle. Des faucheurs, ou shinigami en uniformes déambulèrent soudainement dans les rues, certains les saluèrent même. C'était ça le plus terrifiant, ces souvenirs entraient parfois en interaction avec le présent. Des enfants courraient ça et là, jouant à chat, des épouses les surveillaient du coin de l'œil.
Haldamir secoua la tête.
-On dirait qu'Alatairë ne vous en veut nullement de votre intrusion. Elle aime bien avoir de la visite, pour rejouer les scènes de vie qu'elle a pu voir.

La requête d'Amara le fit sourire de plus belle. Ce n'était pas la première personne à lui demander un résumé de ce qui s'était passé. Après tout, il était le seul à être resté, en vie, ici. Oh, les discussions avec des capitaines morts depuis deux siècles étaient intéressantes, mais parfois voir des vivants le rassuraient un peu. Il n'avait qu'un pied dans le royaume de Dämons.
-Vous venez de louper le commandant Anorion, et la lieutenant Hinamori. Ils viennent de partir, une dernière mission d'escorte, pour Lys. Ils sont restés ici pendant plusieurs semaines. Votre absence n'a pas duré si longtemps, si c'est ce que vous pensez. Je n'ai pas de nouvelles des autres, je n'en reçois que peu.

Haldamir joua machinalement avec son épée. Glissant et sortant la lame d'un mouvement du pouce. Autour des deux shinigamis, la scène se déroulaient toujours, comme une vraie pièce de théâtre. Si réelle, qu'on aurait pu attraper les uniformes, sentir les parfums des fleurs, et des oranges que mangeaient deux shinigamis assises sur un banc, à quelques mètres d'eux.
-Les Abominations sortent toujours, et les hollows se font rares. J'ai entendu dire que la résurrection de l'espada se serait mal passée, ils sont tous morts. Ou en tout cas, ils se font oublier. Et pour le reste d'Inwilis, il y a du grabuge dans le Sud, ça s'agite. Avez-vous... des questions plus particulières à me poser ? Je suis d'humeur badine profitez.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Lun 14 Juin - 14:03

Amara s’amusa quelque secondes à regarder les vestiges de l’ancien temps. Ce que cela pouvait lui rappeler des souvenirs. Et pratiquement que des bons. C’était pour cela qu’elle détestait revenir ici. A quoi bon garder des souvenirs de son histoire si l’on sait que rien ne sera plus comme avant, quoi que l’on fasse ? Ca lui était insupportable de rester ici plus de quelques semaines. Le gardien était fort agréable et se montrait très poli comme à l’accoutumé, bien qu’elle ne peut percevoir les raisons de son énigmatique sourire. Le capitaine était également rassuré : elle n’avait pas disparu aussi longtemps qu’elle le pensait, mais c’était quand même troublant, pourquoi tant de variations dans l’énergie d’Inwilis en si peu de temps ? Qu’elles étaient les causes de ces changements ?

Alors qu’elle aller répondre à Haldamir, elle qui avait encore quelques questions sur les priorités actuelles des rescapés de la Marche, ses yeux se posèrent sur la lame qui sortait de temps à autre du foureau d’Haldamir. Et elle eu soudain la sensation intérieure d’être aspiré autre part. Un voile noir emplissait son champ de vision, bien que ses yeux demeuraient ouverts. C’était comme si elle s’endormait. D’ailleurs elle se sentait tout à coup si làs, qu’elle n’eut aucune réaction en opposition à ce qui s’imposait alors en elle. Et puis elle sentait qu’elle n’était pas seule à s’endormir, c’était aussi le cas de Shippuu Tsukiyo qui la rejoignait lentement dans ce monde des songes dans lequel elle s’enfonçait.

Bientôt, elle ne vit plus rien. Mais pourtant un sourire était apparu sur ses lèvres. La jeune femme braqua alors ses yeux qui avait un éclat plus morne que d’habitude sur le visage du Gardien.
- Il n’y a donc plus de Shinigami dans ces lieux ? Quelle bonne nouvelle Gardien. Ce sera d’autant plus simple pour moi.


Le capitaine Kuchiki pointa alors l’index et le majeur de sa main d’autre vers l’homme qui se tenait toujours assis devant elle.
- Bakudo, 61ème voie de liaison : Rikujôkôrô.


Aussitôt six pieux de lumière se figèrent en étoile au niveau de la taille d’Haldamir, l’empêchant de la sorte d’esquisser le moindre mouvement. Amara se leva lentement, prenant au passage son katana dans la main doite. Elle le retira négligemment de son fourreau, puis le fixa brièvement.

- C’est vraiment dommage que tu ne veuilles pas m’obéir Zanpakutô.. Tant pis, je prendrais une autre lame.


Instantanément le katana s’affina, s’étira et pris une couleur rouge bordeau.
- Voilà qui est bien mieux. Puis retournant son attention vers Haldamir. Tu vas mourir aujourd’hui mon ami, ainsi je pourrais utiliser ce lieux pour renaître de mes cendres et je pourrais gagner la place qui me reviens : celle d’un Dieu ! Une chance que j’ai rencontré cette petite, vous autres Shinigami n’êtes pas très difficile à contrôler. Que ton âme repose en paix, Gardien.
Sur ces mots, celui qui contrôler le corps du capitaine Kuchiki abattit son arme sur Haldamir.
Revenir en haut Aller en bas
Ulrike
Haute Prêtresse
avatar

Peuple : Métisse
Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Lun 14 Juin - 20:58

Un bouclier de mana pur dévia la lame de son but, ne craquelant pas, ni ne chancelant sous le coup puissant. Ulrike se tenait sur le seuil de la porte, un bras en avant, pieds ancrée dans le sol, son regard froid et dur n'ayant plus rien à voir avec celui qu'elle arborait d'habitude, aimable et doux...

Ulrike était repartit à l'intérieur, ayant tiré la langue à Haldamir quand il s'était tourné. Elle avait reprit confiance en elle depuis l'épisode de la salle de bain, et puis lui aussi avait eu un peu d'hésitation après tout. Et puis, si elle n'avait pas été gênée, et si elle en avait mené large, Haldamir n'aurait jamais trouvé cela naturel, surtout venant d'elle.
Une fois dedans, elle comprit très rapidement pourquoi Haldamir avait été si prompt à revenir dehors. Ce n'était pas parce qu'elle lui manquait soudainement -non, elle ne l'avait pas pensé du tout sur le coup- mais parce que deux gamins se chamallaient encore plus que si c'était deux petites Kallen déchainées... Enfin, peut-être pas dans cet extrème non plus. Elle hocha la tête, en voyant Axel tenter de se dégager de l'étreinte d'Aillil en la chatouillant, et avait passé la tête dans la chambre où dormait sa soeur.
Elle dormait comme un bébé, ainsi qu'Ewanne qu'elle était partit voir après Kallen. Elle était repassé par le salon, et avait éclaté de rire, en voyant qu'Aillil avait le droit elle aussi à présent à son lot de schampoing sans eau, ni schampoing. La prêtresse en pleine croissance -comment pouvait-elle autrement dire qu'elle commençait à regrandir ?- décida d'adopter la même stratégie qu'Haldamir, le replis extérieur... Et en voyant ce qui se passait, elle avait bien fait.

...D'un mouvement rapide de son bras, elle comprima son bouclier de mana en une boule, qui alla percuter l'estomac de celle qui venait d'attenter aux jours d'Haldamir, l'éloignant de manière significative du Gardien immobilisé par des pointes de lumières, et lui faisant rencontrer quelques bâtiments. Elle s'exusa à voix basse auprès de la ville, sachant pertinement, qu'elle l'entendait. Ulrike sortit de sous ses habits, un collier assez long, avec un pendentif de chaque symbole de chaque dieux qu'elle représentait en temps que haute prêtresse. Certains étaient particulier, comme celui de Lior qui était une boule lumineuse miniature, ou celui d'Azar qui était une petite flamme enfermée dans une sphère de verre.
Chaque symbole lui conférait un pouvoir différent, pour l'instant elle se servait du savoir d'Hikmat, qui lui conférait une plus grande connaissance de ce genre de sort.
Elle n'était pas aussi rapide qu'un membre de la marche du sanctuaire, mais elle se plaça rapidement auprès du Gardien. La haute prêtresse de taille réduite, se doutait qu'Haldamir saurait se dépétrer de ce qu'il avait autour de lui, mais aussi que ça ne se ferait pas en quelques instant. Tout son corps était en alerte, paré à dévier et à repousser de nouveau la femme. Elle avait d'autre don des dieux pour l'aider, et si certains ne pouvaient s'accorder, d'autres en revanche faisait des mélanges interressants.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haldamir
Gardien
avatar

Peuple : Serviteur de Mordorun
Nombre de messages : 96
Localisation : Un pied dans la tombe. Sans rire.
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Lun 14 Juin - 21:40

Merde. Haldamir aurait dû le sentir venir. Le sort de kido le laissa figé sur place. Putain d'art nécromancien shinigami. Il ferma les yeux. Des hurlements assaillirent immédiatement son esprit. Des milliers de voix à l'agonie. Et il voyait très bien la scène. La rue si ensoleillée devint rouge, rouge. Les souvenirs se mirent à pourrir, les souvenirs des hommes et des femmes prirent une teinte de cendre, des vêtements en lambeaux. Pour l'instant s'était dans son crâne.
Il entendit à peine ce que Amara, à la voix subitement changée pu lui dire. Il tenait toujours Kokuhaku dans sa main. L'épée semblait étrangement inerte.
Et pour la première fois depuis longtemps, Haldamir pria Dämons.
L'énergie vibra dans tout son corps. La déflagration fut soudaine, et ses oreilles en bourdonnèrent.

Haldamir rouvrit les yeux, Ulrike se tenait à coté de lui, légèrement en avant, son collier de haute prêtresse entre ses mains. Finalement, sa prière avait été entendue. Le Gardien réprima les hurlements qui tempêtaient dans son esprit. D'un geste souple, du poignet, qu'il pouvait encore bouger, il dégaina Kokuhaku. La lame étincela subitement, libérant un courant d'énergie spirituelle propre à l'esprit enfermé à l'intérieur du métal.
La peau d'Haldamir prit un teint de cendre, ses yeux devinrent rouges, et se mirent à pleurer du sang. Une créature, un Gardien. Il ne servirait pas Mei, mais Dämons en cet instant. Mais d'abord, il devait se débarrasser de ses entraves. Une silhouette brumeuse s'éleva de la lame, et toucha une des six pointes.
L'effet fut instantané. Elle se désagrégea. Les autres suivirent. Les morceaux tombèrent dans un bruit de verre brisé. Haldamir s'ébroua. Cette fois, ce fut Alatairë elle même qui réagit avec lui. La scène qui s'était déroulée dans sa tête se matérialisait sous ses yeux.

Les murs blancs prirent une teinte rouge, sous le soleil qui ressemblait à une énorme boule de feu rouge, brûlante, suffocante. Un vent si froid qu'il en était brûlant balaya la rue. Et des silhouettes noircies, aux visages déformés par la souffrance et l'horreur, tendirent des mains calcinées pour attraper l'intruse qui avait tenté d'assassiner leur Gardien. Hurlantes, comme une bande de Banshees, les morceaux d'âmes figées dans l'esprit de la ville entière, s'égosillaient, leurs bouches s'ouvrant le royaume de Dämons, où des millions de voix appelaient à la revanche.
Le Gardien sont des créatures sacrées, touchées par le Divin, au service des mondes.
Sans prononcer un seul mot, et ses larmes redoublants, Haldamir libéra Kokuhaku. L'esprit ressemblait à s'y méprendre à une vraie Banshee, un esprit des morts, le visage défiguré par son cri. Les lambeaux de ses vêtements flottant autour d'elle.
Comme obéissant à un seul ordre, qui ne fut jamais donné à voix haute, les autres âmes noircies s'amassèrent autour d'Amara, hurlant toujours plus fort, tendant des doigts squelettiques, certaines mains et avant-bras portaient encore les traces de brûlures fraîches, d'autres s'éparpillaient en cendres, pour mieux se reformer. Un des spectres fit tomber ses entrailles, sans le vouloir. Des mains aux ongles crochus se tendirent, pour lacérer l'être vivant qui avaient menacé leur repos. Et qui avait craché à la figure de Dämons et Mei.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mar 15 Juin - 6:49

Il avait senti que la jeune fille allait intervenir, mais il pensait pouvoir infliger des dommages irréversibles au Gardien avant que cela ne l’atteigne. Il faudrait faire attention : le corps du shinigami n’avait pas les mêmes potentialités que le sien. Il concentra alors de l’énergie dans la peau du capitaine afin d’éviter les blessures consécutives à une attaque aussi faible. Et ce qu’il craignait se passa irrémédiablement, le Gardien eu le temps de se transformer et de se libérer. Le combat allé être beaucoup plus long que prévu, et il n’avait pas vraiment de temps à perdre avec ça. La prêtresse s’était mise entre le Gardien et lui même. Il s’en débarrasserai, même s’il ne désirait en aucun cas sa mort.

Un léger sourire apparut sur ses lèvres. Ca allait devenir intéressant. Détruire le Gardien était très simple : il suffisait de détruire la ville ; mais il avait besoin des pierres, donc il devrait l’affronter jusqu’à le blesser réellement. Or ses pouvoirs dans ce corps n’étaient pas limités en quantité, mais en temps. Et il n’avait qu’une approximation du temps restant avant qu’il ne doive partir. Décidément, cette prêtresse l’avait considérablement dérangé, bien plus que ce qu’il en avait pensé au premier regard. Les trépassés se rapprochaient de lui. Comment le Gardien pouvait-il croire que ce genre de tour lui causerait un quelconque dommage ?

Il déploya son énergie spirituelle. Elle n’avait rien à voir avec celui de la shinigami, qui ressemblait à une douce brise, il s’agissait d’une énergie pesante, qui alourdissait l’atmosphère. Elle était rempli de colère et d’amertume, la sienne. Sans se soucier des ombres du passé, il se déplaça à une vitesse bien supérieure à celle d’un simple shinigami et se retrouva ainsi entre l’homme – qui ne ressemblait plus vraiment à un homme maintenant qu’il avait libéré son arme – et la prêtresse. D’un coup, il planta sa lame dans la poitrine de la jeune fille, évitant soigneusement l’aorte, mais sectionnant une grosse partie des coronaires. Retirant sa lame, pour se débarrasser de Ulrike, il lui donna un coup de pied dans le dos. Le bruit fût tel qu’il lui avait probablement cassé au mieux quelques côtes, et s’il elle n’avait pas de chance, il était possible qu’elle ai des vertèbres broyés.

Il vit le corps de la jeune fille retomber non loin des morts qu’il avait laissé et retourna son attention sur le Gardien qui avait libéré son arme. Il n’avait plus vraiment de choix pour en finir rapidement…
- Libération : Iru boofuu reikon yoru.
Son arme s’allongea et prit une teinte argenté, son énergie avait quand à elle considérablement augmenté. De longues ailes argentées lui avait poussées du dos – il eu un léger sourire en pensant qu’Amara possédait elle aussi des ailes dans certaines conditions. Un manteau noir était apparu, mais plus que tout, ses cheveux s’allongèrent et prirent une teinte dorée, la même couleur que celle de ses yeux désormais. La libération lui faisait ressembler un peu plus à sa forme d’origine.

D’un coup que mes les yeux de la shinigami ne purent suivre, il traça une longue estafilade sanglante sur le torse du Gardien, le forçant ainsi à reculer.
Revenir en haut Aller en bas
Haldamir
Gardien
avatar

Peuple : Serviteur de Mordorun
Nombre de messages : 96
Localisation : Un pied dans la tombe. Sans rire.
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mar 15 Juin - 10:42

Ses yeux s'agrandirent, d'horreur ? De surprise ? De douleur ? Des yeux rouges et larmoyants... Juste ses pupilles. Mais le blanc de son œil vira au noir, et les larmes redoublèrent. Inondant son visage au teint de cendres. Sa colère se mua en rage, une folie furieux, oblitérant le reste. Il voyait seulement Ulrike.
La transformation d'Amara ? Le Gardien ne la vit même pas, trop occupé à fixer Ulrike sur le sol. Il tendit la main.
L'estafilade ? Elle se referma aussitôt, tentant d'aspirer la lame qui l'avait faite.
Sa bouche s'ouvrit.
Kokuhaku se jeta derrière l'apparition dorée, se bouchant les oreilles. Une fraction de seconde plus tard...
Haldamir hurla.

Son cri se répercuta dans chaque pierre, faisant trembler la citée tout entière. La peau de ses joues se déchira, à mesure que sa bouche s'ouvrait démesurément, dévoilant une mâchoire qui n'avait plus rien de sil'ura. Une mâchoire énorme, semblable à celle d'un dragon, s'ouvrant sur un cri muet pour les vivants. La peau de sa gorge se déchira, et sans la moindre goute de sang, sa colonne vertébrale fut mise à nue, à un endroit, la peau laissa place aux muscles. Le plus effrayant étant de constater, qu'il n'y avait pas un seul organe...
Les larmes se tarirent, et ses yeux virèrent au blanc, au blanc pur. Des marques noires apparurent sur ses épaules, comme des zébrures.
L'onde de choc se répercuta une nouvelle fois.
Ses cheveux blonds se ternirent, devenant noirs, faisant comme des volutes autour de son crâne. Sa peau devint translucide, et il n'y avait pas la moindre trace de veines.

Ses yeux aveugles se tournèrent vers ce qui aurait dû être Amara. La ville entière semblait vomir sa présence. Haldamir recula donc. Et planta sa lame dans le sol. Kokuhaku se remit à hurler, cette fois, des hurlements de souffrance. Elle s'était tue pendant quelques instants.
La Banshee plaqua les mains sur son visage, lacérant celui-ci, hurlant, se convulsant sur le sol, devenant une flaque noirâtre. Et des visages torturés apparurent dans cette flaque, qui grandissait.
Le Gardien tendit deux bras démesurément longs, qui empoignèrent ce qui restait d'Amara.
-Tu viens avec moi.
Et la voix qui sortit de sa bouche ne ressemblait en rien à la sienne. Des cornes fantomatiques poussèrent sur le haut de son crâne. Le Gardien avait été investit d'une mission, son existence, il la devait à ses créateurs. Mei et Dämons. Et pour l'instant, le Dieu des Morts lui répondait, au point qu'il put atteindre le stade où...
Le Gardien souleva l'apparition, et avança avec elle, jusque sur la flaque noire laissée par Kokuhaku. Il ouvrit la bouche.

Et quand il n'y eut plus qu'une ville noircie, et des spectres parfaitement réels autour d'eux, et que la lune fut aussi aussi rouge que le Soleil. Le Gardien sut qu'ils les avaient emmenés tous les deux dans le Royaume des Morts, ou du moins dans un plan de celui-ci. Et à Alatairë, il n'était pas difficile d'ouvrir le portail. Des Abominations trainaient là.
Les Mécaniques cliquetèrent, et les Sanguines glissèrent vers eux. Les Spectres noircis s'immobilisèrent, comme dérangés, des lueurs rouges ou blanches à la place des yeux. Les Shinigamis reconnaissables entre tous, parce que s'étaient des squelettes en uniformes de la Marche, dont l'apparence terrestre oscillait, apparaissant et disparaissant.
Kokuhaku attendait, flottante, l'air désespérée derrière ce qui était Amara.
-Je ne suis pas un Shinigami. Et... Tu n'es pas un Dieu.

Une faux au manche en os, et à la lame faite de sang et de fumée se matérialisa. Kokuhaku prit un air peiné. Les Abominations se jetèrent sur la forme drapée de noir et d'or. Elles le tenaient, comme elles tenaient tous ceux qui osaient entrer dans la ville.
-Maintenant, rend moi ce qui m'appartient.
Et la voix qui sortait de sa gorge ouverte n'était toujours pas la sienne. Le Gardien cornu, leva la faux, et abattit celle-ci, d'un mouvement transversale. La lame de fumée et de sang traversa Amara, sans lui faire le moindre mal. Mais s'était suffisant. Le vêtement noir se mit à fumer. Et de la bouche du Gardien, sortait des sons gutturaux, d'une langue oubliée.
La Purification par la Mort.
Un exorcisme, qui ne tuait pas ceux qui étaient déjà mort. Et par définition, un shinigami, un faucheur d'âmes, était mort. En revanche, l'entité qui avait pris possession d'Amara, semblait vivante, quelque part. Elle devrait fuir, si elle ne voulait pas finir entre les Mains de Dämons.

Pourtant, Haldamir sentit un genre de tiraillement dans un coin de son être. Quelqu'un d'autre était là.
En plus d'Ulrike. Quelqu'un d'autre, qu'il avait cru perdu. Et cette personne, elle se tenait debout, là, juste à coté de Kokuhaku.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mar 15 Juin - 12:24

Il s’était laissé faire, touché par les mains impures des Abominations. Il fixait le Gardien ; Damöns avait fait du bon boulot sur ce coup là. Heureusement que ce n’était pas tout le temps le cas. Que ça puait ici… Mais bon après toutes ces années, il avait l’habitude. Son reiatsu était encore faible, ce devait être pour cela que ces créatures ne l’avaient pas reconnu. Il ne voyait pas d’autres raisons possibles…. C’était donc ça l’arme du Gardien ? Une faux. Comme c’est original. Alors que cette dernière s’abattait sur le corps d’Amara, il ressentit un léger sursaut dans la conscience de cette dernière. Tout allait bien, elle n’était pas encore prête à se réveiller.

A vrai dire, il avait été très amusé par la tournure des événements. Cela lui facilité grandement la tâche, il n’était pas sûr que le corps de la Shinigami soit capable d’endurer le transfert d’énergie nécessaire à l’ouverture du portail. C’est une bonne journée après tout. Le Gardien ne se doutait probablement même pas du service qu’il lui avait rendu. Il était peut être temps de lui expliquer après tout.
- J’avais choisit de te tuer, et ensuite d’envoyer la ville d’Aaltaïre en ce lieu, en ouvrant moi même le portail. Mais te tuer ici et effectuer le transfert par les restes de ton portail, cela ne me gêne vraiment pas.

Il se concentra ensuite sur les Abominations qui le tenaient encore. Sans plus attendre, des flammes rouge sang s’élevèrent alors qu’une odeur de chair brûlée investit les lieux. Les hurlements ne se firent pas attendre. Quel ennui. Ses assaillants se tordant de douleur le lâchèrent et il put reprendre une pose plus digne de son rang. Son énergie avait considérablement augmenté depuis qu’ils étaient en ce lieu, et cela ne cessait. Il faut bien dire que la quasi totalité de son être et de son pouvoir était en ces lieux. Plus pour longtemps désormais. Il remarqué le regard surpris de son hôte.
- Ta faux ne fauche que les vivants, n’est-ce pas ? C’est vraiment dommage, car vois-tu, bien que j’ai une forme vivante dans votre monde, je suis encore en grande partie ici. Je te l’ai dit : j’ai un potentiel semblable à celui du Dieu. Ce qui explique pourquoi notre ami commun, Damöns, n’était pas pu prendre possession de mon être. Cet idiot de Lior aurait dû me tuer de ses propres mains.

Au fur et à mesure que son pouvoir augmentait, son corps se modifiait légèrement : il grandissait, ses épaules devait plus larges, et les traits du visage d’Amara devenaient plus dur et plus anciens. Le corps de cette pauvre petite était tout à fait incapable de survivre à ces transformations, il le savait bien. Son pouvoir était bien trop grand pour ce corps qui serait obligé de le limiter par la mort. Il restait tout au plus un heure avant que cela ne se produise. Il devait en finir vite, car sans enveloppe corporelle, son pouvoir en ces lieux restait trop diffus. Damöns, enflure! Il n’avait plus de temps à perdre : il devait tuer le Gardien pour rayer la ville d’Alataïre de la carte et retrouver sa place dans ce monde.

- Gardien, je te propose un combat, seulement entre toi et moi. Et puisque tu ignores tout de mes capacités, je m’engages en contre parti à abandonner si l’état de ce corps remet en cause la vie d’Amara Kuchiki. Cela te convient-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Nombre de messages : 595
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mar 15 Juin - 13:56

Isil atterrit durement dans le monde des morts. Elle vociféra. Hurlant après Rochel qui... était mort, qui l'avait conduite jusqu'ici, en bousillant son équilibre mental, enfin celui qu'elle avait réussi à atteindre ses dernières semaines.
-Sincèrement, c'est toujours moi que tu viens emmerder ! Et je sais, t'es encore un mort récent, tu ne peux pas parler...

Isil regarda autour d'elle. Elle savait où elle était. Elle avait squatté la maison en haut de la rue pendant deux semaines, avec Inu. Haldamir. Rochel pointa un doigt fantomatique et lugubre sur le bas de la rue. Isil qui se trouva très translucide pour un esprit. Elle pivota. Rochel s'estompa.

Ulrike gisait sur le sol, et une faille noire et tourbillonnante s'était ouverte dans le sol. Aucune trace de Haldamir. Mais il y avait du sang. Isil baissa les yeux sur son ventre. Rien. Mais maintenant, elle savait d'où sa venait. Elle glissa, oui parce qu'un esprit ne marche pas, jusqu'à Ulrike, qui agonisait sur le sol. La ville étrangement silencieuse, était... oppressante. Elle se pencha, tentant de se rapprocher du sol, pour retourner Ulrike. Sa main passa au travers du corps de la jeune femme. Jeune femme oui. Parce que Ulrike avait grandi, énormément grandi. Tant pis. Isil posa sa main, comme elle put, sans la faire traverser le dos de Ulrike. Elle plaça l'autre par dessus, et... La douce lueur solaire émana de ses paumes sans qu'elle ait de difficulté. Elle laissa la chaleur se répandre dans le corps d'Ulrike, qui commençait déjà à refroidir.
Comme pour Ian, le sang reflua, lentement. Purifié par la lueur jaune orangée, Isil réussit à s'accroupir. Elle se trouva moins translucide. Elle sentait les pulsations du cœur d'Ulrike, ses poumons se gonfler d'air. Isil pensa, un seul mot, un seul ordre : vit.
Elle attendit patiemment. La haute prêtresse resserra sa prise sur son pendentif. La sphère de Lior, celle de Azar, et le pendentif en forme de femme enceinte se mirent à briller, redoublant l'ardeur d'Isil.
La ... samildanach de nouveau ? Peut être ? Toucha les restes du sang, prenant une forme un peu plus consistante, même si le lien avec son corps était plus ténu.
-Je te l'emprunte Ulrike.

Isil réussit à détacher le pendentif de femme enceinte. Elle adressa des remerciements à Mei, déesse de la vie. Après réflexion, elle s'empara de la sphère lumineuse lié à Lior. Son courage s'intensifia. Et une douce chaleur se répandit dans... tout son être spectral, à défaut d'autre chose. Boucliers mental érigés, elle se laissa tomber dans la faille.
La douleur revint, plus ténue, grâce à ce qu'elle tenait dans son poing gauche, fermé, serré jusqu'à ce que ses articulations blanchisses.
Isil crut qu'elle allait atterrir lourdement sur le sol, mais ce ne fut pas le cas.

Elle se secoua. Devant elle se dressait le tableau le plus apocalyptique qu'elle ait pu voir depuis ... depuis l'ouverture des Sceaux sur le pic Eithel, dans l'Eredmorn. Rouge, tout était rouge. Du noir, des spectres, des Abominations. Son estomac se retourna. Si c'était possible sous cette forme. Elle glissa, jusqu'à Kokuhaku. La Banshee flottait elle aussi, dans sa robe, des milliers de visages. Devant elle, se tenait Haldamir, qui faisait face à... Un homme. Isil renifla. L'essence de cet homme avait quelque chose très féminin. Kokuhaku pencha la tête, ses yeux de feu jaune lui envoyèrent des images. Départ de Anorion et de Lys, et Amara Kuchiki. Amara. C'était Amara, et quelqu'un d'autre.
Ce quelqu'un d'autre proposa un duel à Haldamir, qui... n'écoutait visiblement pas. Haldamir, elle ne l'avait jamais vu sous sa forme de Gardien. Terrifiant. A croire que Feardorcha avait mis la main à la patte dans le design. Elle eut un sourire en y pensant. Des yeux aveugles la fixaient, des larmes de sang séchées sur les joues.

L'autre ne l'avait pas vue. Il mentionna Lior. Elle comprit pourquoi la Sphère avait brillé plus fort. Isil ouvrit son poing. Le bras tendu devant elle, ses doigts se déplièrent, et paume tendue, elle regarda la sphère lumineuse s'élever. Matérielle dans ce plan. Contrairement à elle. A lui. Elle ne ferma pas les yeux malgré sa brillance aveuglante. C'est d'une voix qui n'était pas la sienne, qu'elle murmura.
- A moi, ça ne me convient pas. Reçois mon cadeau.
La sphère rayonna, frappant les murs rouges, la frappant elle, Kokuhaku, Haldamir et Amara et L'Autre sans distinction. Elle entendit les Abominations et les spectres fuirent. Mais elle vit seulement de la Lumière, et sentit seulement la chaleur. Peut être même une odeur d'herbe fraîchement coupée...



Skalds and Shadows
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mar 15 Juin - 14:54

Une perturbation dans l’air le troublait depuis quelques instants. Une vague sensation de déjà vu. Cela ne provenait à coup sûr pas du Gardien. Et les bestioles qui étaient maintenant plus agité. Il avait d’abord mit ça sur le coup de sa propre énergie. Mais maintenant, il doutait. C’est alors qu’une sensation de chaleur l’envahit, quelques secondes avant que la boule de lumière ne se forme. C’était donc ça, il y avait donc bien un intrus. Qu’importe… Il décida d’évaluer rapidement la quantité d’énergie nécessaire à contrer l’attaque. Quand il remarqua ce qui lui avait semblé commun aux premiers abords. Il connaissait ce reiatsu !

Ce n’était pas possible : elle était sensé être morte ! Les morts se faisaient étrangement vivant ces derniers temps. Bah ! Il pouvait bien parler. Etonnant, si elle utilisait si peu d’énergie c’est qu’elle ne l’avait pas reconnu. Une chance, pensa-t-il. Mais pourquoi était-elle toujours présente lorsqu’il apparaissait ? Il n’arrivait même plus à se rappeler de leur première rencontre. C’était il y a tellement longtemps. Au premier âge déjà ? Il n’était pas dans les conditions favorable à l’affronter en plus du Gardien. Et il ne lui restait plus qu’une heure…

La boule de lumière se rapprochait, assez lentement pour qu’il puisse lever la main. Ce ne fut vraiment pas compliqué, même s’il restait concentré sur le Gardien. La lumière de Lior n’était pas impressionnante ainsi utilisé. Pourtant se fût suffisant pour faire fuire les Abominations qui n’avait pas été touché par le feu. Il ne fallait pas grand chose pour effrayer ces pauvres créatures. Lentement, il refermer ses doigts sur le centre de la boule de lumière qui continuait de rayonner. Il fût un temps, où il aurait été troublé par la beauté de cela, c’était comme si la lumière luttait pour sa survit. Hélàs, les années étaient passées, encore et encore, et maintenant tout semblait si terne. Si morne.

D’un coup sec, il brisa le centre énergétique de la boule. Les rayons lumineux s’effilochèrent et l’obscurité reprit lentement ses droits dans ce plan. Il n’avait toujours pas détourné le regard d’Haldamir, après tout, c’était lui son adversaire. Le perdre des yeux serait une grave erreur. Plus que cinquante deux minutes… La transformation continuée, ses cheveux s’étaient allongés et la couleur devenait de plus en plus or. La Shinigami n’allait peut être tenir une heure. Il ne savait pas trop qu’elles étaient ses limites. Pourtant son énergie à lui continuait à augmenter. Son sourire s’élargit, il devait en finir vite. Léger rire.

- Hum hum, Ahahah ah. N’intervient pas, si ce n’est pas pour me tuer… Isil.
Revenir en haut Aller en bas
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Nombre de messages : 595
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mar 15 Juin - 15:46

La lumière se dissipa. Interloquée, elle regarda le poing fermé, qui se tenait à quelques ... flottements d'elle. L'odeur d'herbe fraîchement coupée était toujours là pourtant. Et ce qu'elle voyait toujours inondé de soleil. Elle referma sa paume sur le pendentif de Mei. La sphère de Lior ne brillait plus. Ce n'était pas très gênant, il avait la main dessus.
-Haldamir, dégage de là, maintenant.

Cette fois c'était bien elle qui parlait. Ce que sa... prédécesseur lui avait légué, quand elle était morte là haut, dans la neige et la glace, était suffisant pour qu'elle ait quelques souvenirs. Elle fronça les sourcils quand il prononça son nom. Quand Rochel l'avait rejetée, elle et les trois autres âmes, sa créatrice avait eu un avertissement pour elle. Et à l'époque, Isil n'avait pas compris, et ne comprenait toujours pas.
Et une chose était sûre, elle ne se laisserait pas domptée par une force étrangère. Ishimaru Lenwë l'avait fait, Anorion Lenwë également par ce biais, et sa créatrice qui l'avait maintenu en retrait jusqu'à la brisure des Sceaux qui retenaient Lys et Forbesii.
En suite, en suite elle était morte, et de nouveau vivante. Et en suite, on l'avait privé de ses pouvoirs, et du contrôle qu'elle exerçait sur sa vie. Tout lui avait échappé, comme de l'eau qu'on essaye de retenir entre ses doigts. Maintenant, elle avait décidé que ça ne serait plus le cas.
L'autre se mit à rire. Un rire étrangement familier.
Isil pensa soudainement que l'aide d'un Flame Haze aurait été la bienvenue, parce que celui qui se tenait devant elle... Voulait perturber un équilibre déjà précaire. Et les Flame Haze avaient en horreur les perturbateurs d'équilibre.

-Je n'ai nullement besoin de te tuer, tu as déjà tout fait toi même.

Isil sourit, Haldamir avait pris la pour d'escampette. Et Kokuhaku s'était volatilisée en même temps que lui. Sans autre avertissement, elle fonça droit sur l'Autre, qui portait un nom qui ne voulait pas franchir ses lèvres. Elle plaqua lui pendentif de Mei sur le front, son autre main avait attraper ses cheveux, pour éviter qu'il sorte aussi. Dans le poing fermé de l'Autre, la lumière rugit, à défaut d'autre terme plus adéquat, et redoubla de puissance, cette fois, ça n'avait rien d'un test pour évaluer brièvement ce dont il était capable. Elle reprit avec joie, l'Exorcisme des Morts, qu'avait entamé Haldamir. Ses jambes spectrales s'enroulèrent autour des hanches de l'Autre, et elle appuya plus fort, y mettant tout son poids. Elle ne lâcherait pas. Mais d'un autre coté, près de son corps, il fallait qu'il la ramène maintenant.
Elle appuya encore. La peau du front sur lequel elle avait plaqué le pendentif en forme de femme enceinte, fumait doucement. Elle murmurait inlassablement la même phrase. Elle réussit à le faire basculer, perdre son équilibre. Et elle put voir qui il était, quand sa forme se détacha du corps d'Amara. Elle redoubla encore d'effort. Et elle tira avec son autre main, pour séparer l'enveloppe corporelle de l'Autre.
Il résistait, et fichtrement bien le bougre. Isil excédée, retira sa main de son front pour lui donner le Baiser Orc. Un gros coup de tête. Ce fut assez inattendu pour qu'il vacille, et qu'elle puisse le séparer encore un peu plus d'Amara.
La Lumière de Lior s'intensifia à mesure qu'elle les séparait, tirant et poussa de plus belle avec la main revenue sur son front. Brutalement, elle fut projetée en arrière par le pendentif et la lumière, sa main droite tenait Amara, et c'était bien elle.
Elle atterrit lourdement sur le sol avec elle. Devant elle, l'Autre dans toute sa splendeur, nimbé d'un halo à cause de la lumière qui... le mangeait ? Isil déglutit, et attrapa la shinigami inconsciente pour sortir de cet endroit.



Skalds and Shadows
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com
Haldamir
Gardien
avatar

Peuple : Serviteur de Mordorun
Nombre de messages : 96
Localisation : Un pied dans la tombe. Sans rire.
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mar 15 Juin - 16:21

Haldamir resta fixé sur Isil. Parce que c'était elle qui se tenait comme si elle avait toujours été là. Il n'avait plus aucune nouvelle d'elle depuis qu'elle s'était faite enlevée ici même, par un Espada, et un gunner, un fou furieux à capuche rouge, et un autre individu puissant. Qui n'avait rien d'un hollow.
Il avait bien entendu Amara, enfin celui qui parlait par ce qui avait été sa bouche.
Il lui avait proposé un duel. Haldamir n'avait pu que constater à quel point il s'était ramolli avec le temps. Lui ou bien le Gardien ? Il ne saurait dire. Il ferma les yeux quand la Lumière inonda la rue rouge. Ses oreilles perçurent un bref instant des chants d'oiseaux, et le bruit de l'eau. Et le rire de sa soeur.
Et puis tout cessa. L'esprit qui possédait Amara avait stoppé la progression de la Lumière, en enfermant la sphère entre ses doigts. Haldamir se demanda si finalement, il ne ferait pas mieux d'accepter ce duel. Et il avait des questions à poser. Des tas de questions.

Quand elle lui demanda de partir, il ne se le fit pas dire deux fois. Haldamir rappela Kokuhaku, et la Banshee réintégra la faux, qui reprit sa forme originelle, une simple épée, longue, à la lame noire, ornée de craquelures sous lesquelles perçait une lumière jaune un peu malsaine. Un morceau de tissus noir, en lambeaux, était accroché à la garde. Haldamir franchit le portail. La samildanach devait savoir ce qu'elle faisait. Et si ça terminait comme l'ouverture des Sceaux, autant que ça reste dans le Royaume des Morts...

Une fois dans le monde des vivants, il chercha Ulrike, et la trouva toujours par terre, hébétée. Et peut être, horrifiée. Haldamir regarda ses mains, elles étaient toujours pâles, et ses os se voyaient en dessous, selon l'angle de vue et la lumière. Il sut alors qu'il était toujours sous sa forme de Gardien. Celle-ci aurait dû se résorber quand il était revenu dans le plan réel.
Cela ne l'empêcha pas de s'agenouiller près d'Ulrike, et de lui prendre le visage entre ses mains.
-Ulrike... Ulrike...
Haldamir posa son front contre le sien. Sa robe blanche était tâchée de sang, mais la blessure n'était plus là. Il le savait. Et Isil avait pris le pendentif de Lior. Elle n'aurait pas laissé Ulrike se vider sans rien faire.
Le... il ne savait pas trop comment l'appelé, avait mentionné Lior. Dämons également. Le potentiel d'un Dieu. Celui-là se prenait pour Meadh en personne. Et il avait voulu faire disparaitre la ville... Faire disparaitre Alatairë ? Pourquoi ? Il n'y avait que les spectres ici, les Abominations, et des restes vides de vie. Et il y avait lui, un Gardien, un pied de chaque coté de la ligne. Ni mort, ni vivant.
C'était dangereux, très dangereux. Et le mauvais pressentiment qui l'habitait depuis l'arrivée d'Anorion, était maintenant justifié. Et Haldamir était certain, que ceci, n'était que le commencement. Le Sud était en pleine ébullition, et les Morts marchaient dans le monde des Vivants. Rien de bon ne sortirait de tout cela. Il le savait. Sa moitié Gardien le savait, il avait vu ce qui s'était passé, un siècle plus tôt.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrike
Haute Prêtresse
avatar

Peuple : Métisse
Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mar 15 Juin - 21:02

La prêtresse regarda la ville s'animer devant elle. Mais ce n'était pas comme les fois où l'avait vu quand Haldamir passait dans le coin, où elle avait des visage souriant la saluant quelques fois. Non, là ce qu'elle voyait lui tira quelques haut le coeur. Tous ces corps noirs, brûlés, carbonisés, qui semblaient tout ce qu'il y a de plus vivant, mais qui étaient bel et bien morts, lui donnèrent la chaire de poule. Elle eu un geste malheureux, celui de détourner un peu son regard de l'amoncellement de spectres. Quand elle sentit une nouvelle présence derrière elle, qui n'était pas celle d'Haldamir, Ulrike n'eu pas le temps de finir de se tourner vers ce qui venait d'arriver, qu'une douleur vive et déchirante se fit sentir dans sa poitrine.
Déchirant la chaire de son dos, une lame venait de la traverser de part en part, la déchirant de l'intérieur et ressortant entre ses seins. Un coup de pied violent dans son dos, fit casser plusieurs de ses cotes. Atterrissant plus que brusquement sur le sol, la prêtresse n'arriva même pas à articuler un son.

Sa bouche s'ouvrit, mais ne laissa sortir que du sang qu'elle recrachait avec l'air expiré. La femme emprisonnée dans son corps chercha à garder le peu de sang froid qui lui restait. Elle essaya d'amener son collier vers elle, pour se servir des dons qu'il lui conférait. Mais sa main ne répondit pas, pas plus que son bras. Chaque remplissement d'air dans ses poumons lui causait une douleur de plus en plus grande, faisant que son corps ne prenait de moins en moins d'air à chaque fois. Intérieurement, elle céda à la panique. Elle n'arrivait plus à bouger, elle crachait encore du sang, n'avait plus conscience de ce qui l'entourait, un bourdonnement sourd envahissant ses oreilles. Ses sens s'éteignaient un par un, après le son, elle n'eu plus de sensations au bout de ses mains, puis le goût du sang dans sa bouche disparu. Une fatigue rapide l'envahie.
Le peu de concentration qu'elle avait, servit à prier Mei, Primula, Azar, Lior, Dämons, tous les dieux qui pouvaient, de près ou de loin, faire quelque chose pour elle, n'importe quoi, un miracle, une guérison... Une faible lueur d'espoir...
Même si une lueur venait à apparaître, elle ne pourrait la voir, n'ayant pu empêcher ses yeux de se fermer, la plongeant dans le noir, et la tirant plus vers l'inconscience.

Mais ça ne dura pas, une chaleur la ramena vers le haut, et d'instinct elle resserra sa prise sur son collier. Sa main répondit, elle s'agrippa encore plus fort. Elle ne savait pas ce qui, ou qui était entrain de la guérir, mais elle fit appel aux dons de Lior, Azar et Mei, pour aider à la guérison. Son corps reprit ses forces, les douleurs céssèrent, le sang revint apportant la chaleur, et les poumons aspirèrent l'air avec ferveur, comme s'ils voulaient ratrapper le temps perdu à peu respirer.
Elle se redressa un peu, choquée tout de même par ce qu'elle avait subit. Quelqu'un lui prit son collier hâtivement, puis le lui rendit. Une voix familière lui parla, elle hocha doucement la tête. Ce ne fut que quelques minutes après, quand elle se mit sur le dos, afin de regarder le ciel pour être sur qu'elle était vraiment toujours dans le monde des vivants, qu'elle pu mettre un nom sur la voix. Isil, c'était Isil qui l'avait guérie. Comment, par quel moyen elle était revenue par ici après avoir été enlevée, la prêtresse l'ignorait plus que totalement. En tout cas, Isil allait bien. Ca lui réchauffa un peu le coeur.

Des pas rendus crissant par le sable s'approchèrent rapidement, puis on s'agenouilla auprès d'elle. Ce qu'elle vit aurait pu, ou du, la faire hurler et essayer de fuir, mais ce ne fut pas le cas. Elle savait qui c'était, enfin, elle le sentait plus qu'autre chose. Quand ses mains se posèrent sur ses joues, et son front contre le sien, appelant son nom, un déclenchement se fit dans sa tête, la ramenant vraiment à la réalité. Ses yeux se brouillèrent, elle passa ses bras tremblants autour du Gardien, logeant sa tête dans le creux de son cou, et s'agrippant à lui comme la seule preuve du fait qu'elle vivait encore.
-Haldamir ! J'ai faillis mourir, j'avais l'impression de voir la silouhette de Dämons se découper dans le noir, je ne ressentais plus rien, j'ai eu si peur !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Nombre de messages : 595
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mar 15 Juin - 23:54

Isil ne réfléchit pas plus longtemps. Elle n'avait aucune idée de qui était Sieur tout en or, mais elle n'allait pas rester à sa portée pour lui laisser le temps de se présenter. Il la connaissait, c'était suffisant pour qu'il soit foutrement dangereux à ses yeux. Et ce qu'il avait fait, était une preuve de sa dangerosité. Elle devait filer le plus vite possible. Elle espéra que Nivarel ait trouvé un moyen de la ramener dans son corps. Elle maudit Rochel qui l'avait emmené ici, forcée. Encore une fois. Elle maudit sa propre faiblesse. Isil avait peut être un nom qui venait du fin fond de son esprit, pour Je-brille-trop-fort-pour-tes-yeux, mais elle refusa d'y réfléchir plus longtemps.
Amara pesait lourd dans ses bras.
Isil ramassa toute sa force et son courage. Elle courut, shinigami inerte dans les bras, qu'elle traina tant bien que mal, jusqu'à la faille, où elle se jeta, elle et la shinigami.

Retour à Alatairë.
Amara s'écroula comme une poupée de chiffons sur le sol. Et Isil parvint de justesse à ne pas perdre son équilibre de spectre. Elle n'aurait pas aimer valdinguer à travers diverses couches de murs, sans pouvoir s'arrêter d'elle même. Sauf qu'elle se trouvait franchement plus consistante qu'au départ. Elle passait dans le monde des morts. Et elle n'avait pas l'intention d'y retourner pour l'instant. Elle retrouva Haldamir et Ulrike. La prêtresse allait bien. Haldamir... était toujours en mode Gardien.
Elle tenta de le lui faire remarqué, mais aucun son ne sortit de sa gorge. Elle devenait une morte récente, incapable de parler. Isil paniqua. Elle jeta un regard éperdu à Ulrike, la prêtresse pourrait sans doute la renvoyer. Mais avant, elle fit des signes frénétiques pour qu'Haldamir ferme le portail.

Elle s'éloignait. Son pied était transparent. Un intense soulagement l'envahit. Elle ne pouvait plus parler, parce que sa voix était de retour dans son corps. Là bas, loin, dans le Sud. Le bas de son corps spectrale s'en allait. S'estompant doucement.
Elle adressa un signe d'au revoir, et se laissa aller. Le filin ténu qui la reliait à son corps n'avait plus rien d'un filin ténu. C'était une toile qui tirait son esprit jusqu'à son enveloppe. Quelqu'un l'aidait. Elle avait chaud.
Isil disparut d'Alatairë.



Skalds and Shadows
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com
Haldamir
Gardien
avatar

Peuple : Serviteur de Mordorun
Nombre de messages : 96
Localisation : Un pied dans la tombe. Sans rire.
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Mer 16 Juin - 0:31

Haldamir répéta inlassablement son prénom. Ulrike. Il ressentait un incroyable soulagement. Elle était vivante, chaude sous ses mains. Elle s'accrocha à lui, comme on s'accroche à une bouée pendant un naufrage. Un port au milieu de la tempête. Haldamir l'entoura de ses bras.
Il avait été incapable de la protéger, tout comme il avait été incapable de protéger sa famille.
Pleurer ? Il avait déjà trop pleurer. Il serra Ulrike plus fort contre lui. Sa bouche dans ses cheveux blancs. Il tressaillit quand elle mentionna Dämons, il était toujours là. IL savait ce qu'il faisait, du moins Haldamir en eut l'impression, et cela le rassura.
Le potentiel d'un Dieu. L'amertume était grande, et l'arrière goût de cendres dans sa bouche lui indiqua à quel point, il éprouvait de la haine. Contre lui même. Et contre ce fauteur de trouble.
Il voulut demander à Ulrike comment elle avait fait venir Isil ici, mais le portail vibra. Haldamir se dégagea d'Ulrike, et Kokuhaku se matérialisa dans sa main gauche.

Une masse de cheveux d'un blanc presque argenté, et le reste d'Amara tomba sur les dalles ensablées de la rue. Soulevant des grains de poussières et de sable autour d'elle. Isil sortit à son tour. Haldamir se raidit, s'attendant à voir surgir l'autre. Mais rien de vint. Isil articula, mais il ne put entendre ce qu'elle voulait dire. Alors elle agita les bras.
Haldamir s'empressa de s'exécuter.
Il referma le portail, dont il ne resta aucune trace, aucune faille. Comme une mâchoire impitoyable qui s'était refermée d'un claquement sec. Il recula.
L'autre était resté coincé chez Dämons, grand bien lui fasse. Haldamir traça des runes sur le sol, gravant avec la pointe de Kokuhaku. Une grâce. Un arabesque compliqué dans plusieurs carrés imbriqués. Et puis, il joignit à celle-ci, un Aegashjamur, du même nom que la 3ème de Triade. Une étoile à huit branches, chaque branche pourvue d'un triangle ouvert à l'extrémité. Il ajouta le symbole du Heaume de Terreur. D'autres traits s'imbriquant parfaitement.
Les runes s'illuminèrent un bref instant. Haldamir venait de placer une protection infranchissable pour l'Autre. Il avait eu son essence en le frappant avec sa faux. Et ce sort, il venait de la mettre à l'intérieur, comme un puissant répulsif.

Quand Haldamir releva la tête, ce fut pour voir Isil agiter la main, et disparaitre.
-Ulrike... c'est toi qui l'a fait venir ?
Haldamir rengaina Kokuhaku, et s'approcha de la prêtresse pour lui prendre la main.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Jeu 17 Juin - 22:50

Ah ! Toute cette lumière. Ce n'était pas qu'une simple lueur, c'était plus que cela. C’était Lior en personne qui s’infiltrait en lui. Et Dieu sait qu’il le détestait. Et puis rester plus longtemps dans le corps de la jeune femme alors que ses pouvoirs s’intensifiaient était risqué. D’autant plus qu’il avait probablement surestimé le temps nécessaire avant que se corps ne se consume sous la pression imposait. Il n’avait plus qu’une chose à faire, même s’il s’avait que cela donnerait un sérieux avantage à ses ennemis : il devait quitter le corps d’Amara. Ce qu’il fit alors que la lumière de Lior s’intensifiait. Il y eu comme un feulement dans l’air. Aussitôt ses vrais pouvoirs lui furent restitués, car il se trouvait dans le Royaume des Morts.

Mais à peine cela se produisait-il qu’Haldamir se précipitait par le portail. Satané Isil. Pourquoi fallait-il toujours qu’elle se retrouve sur sa route ? Mais comme toujours, il n’avait pas plus de raisons de la tuer, alors il s’en abstint comme toujours. La colère ne servait à rien si elle était dirigé vers des vulgaires mortels, même ressuscités. Il les laissa donc partir. Cela ne servait à rien de les suivre. Ses pouvoirs étaient nettement diminués dans le monde des vivants, car il fallait qu’il s’assure un forme tangible. Ce qui n’est pas chose aisé quand on réside à plusieurs endroit à la fois.


Amara rouvrit les yeux. Elle était si fatiguée. Elle venait de tomber au sol. Pourquoi ? Comment ? N’était-elle pas assise à l’instant ? Il lui semblait pourtant. Et elle parlait à Haldamir. Mais elle était épuisée. Et Haldamir qui restait sous sa forme de Gardien. L’avait-il attaqué ? Pourquoi aurait-il fait cela ? Pourquoi trace t-il des signes de pouvoirs au sol ? Pourquoi… Elle ferma de nouveau les yeux se replongeant dans un long sommeil réparateur pour son organisme.

Il avait tout vu par ses yeux. Ainsi, le Gardien ne le prenait pas au sérieux quand il disait qu’il était l’équivalent d’un Dieu. Il serait peut être temps de le prouver. Il s’était contenté d’être gentil et courtois de toute la journée. C’était peut-être pour cela qu’il ne semblait pas être prit au sérieux. Les humains avaient besoin qu’on leur montre de quoi on était capable ; ils avaient besoin de terreur, de doutes, de colère - souvent contre eux même. Sans avoir à créer un passage il envoya une énorme décharge d’énergie hors du royaume des morts. Elle était destinée à Alataïre et en particulier aux ridicules Cercles du Gardien. A moins de réaliser ceci sur la ville entière en sacrifiant quelques milliers d’individus, ils ne pourraient pas l’empêcher d’intervenir aussi facilement. Il avait le potentiel d’un Dieu.

La roche d’Alataïre sur laquelle était gravé les signes vibra, craqua et un immense zébrure apparue. Le charme fût rompu. Ils devraient maintenant imaginer l’étendu de son pouvoir. Et Isil qui ne l’avait pas reconnue… Qui n’avait pas voulue le reconnaître.
Revenir en haut Aller en bas
Sidwell
Samildanach
avatar

Peuple : Mi-Taltos mi-Sidhe.
Second(s) Métier(s) : Emmerdeur professionnel.
Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Ven 18 Juin - 18:12

Toujours sur les routes, le plus souvent à pieds, parce que selon lui, s'encombrer d'une bête n'était pas utile. L'archétype du mage, grande robes noires, grande cape sombre, capuche rabattue sur son visage anguleux et ses yeux d'un bleu glacial, laissant seulement voir quelques mèches de sa chevelure blanche épaisse. Sa main osseuse tenait un long bâton de marche, et l'autre reposait sur le haut de sa gibecière de cuir. Ses épaisses bottes de marche, et le bas de sa cape étaient pleins de poussière, et de sable. Il avait parfois l'air insignifiant, jusqu'à ce qu'on croise son regard. On pouvait y lire autant de choses qu'il y laissait transparaitre. Selon son bon vouloir. Un mystérieux personnage, qui ne s'embarrassait jamais de convenances ou de protocoles, il était là, parfois où on ne l'attendait pas, parfois oui...

Sidwell parcourait Inwilis depuis... depuis bien avant l'appellation Inwilis. Des disciples, il en avait partout, certains ne lui avaient pourtant pas survécus. Et parfois, il avait fallu qu'il les tue de ses propres mains. Mains un peu abimées, par le temps, et les expériences en tout genre, et diverses blessures. Des mains témoignant de son vécu. Sidwell n'était pour l'oeil du profane, qu'une mince silhouette sombre, d'un vieillard encore bien conservé, peut être un peu maigre, et avec un visage beaucoup trop anguleux, des yeux perçants, et une dentition à faire frémir n'importe qui.
Il avait reçu, ou plutôt, intercepté, un ou deux mois plus tôt, un message, destiné aux membres de la Marche, un avis de recherche. Et la description correspondait complètement à celle de sa dernière jeune disciple en date. Qu'il n'avait pas revu depuis pratiquement six ans. Il l'avait fait sortir du temple où elle était éduquée, et l'avait confiée à deux ex-gradés de la Marche. Et visiblement, elle avait toujours le don de se fourrer dans les ennuis, et de fricoter avec la Mort d'un peu trop près.
Il avait été obligé de s'interrompre, parce qu'une Dragonnière s'était acharnée à le traquer, pour mieux empaler sa tête sur une pique. Finalement, cette dite Dragonnière, nommée Carmine, et son charmant dragon nommé Rozurial, avaient, comme par hasard, transporté Isil pendant un bout de chemin.
Il pensa que sa disciple avec des fréquentations digne des bas-fonds aux coupes-jarrets célèbres. Seulement, sa partie de cache-cache avec Demoiselle et Dragon, avait duré plus d'un mois, le retardant considérablement. Et, pire, il ne trouvait plus le lien qui le reliait à la jeune femme, parce que ce devait plus être une gamine maintenant.

Sauf qu'à proximité d'Alatairë, d'où provenait le message, le lien s'était ouverte brutalement, sans qu'il le demande. Elle était là, tout près. Elle avait dérivée. Et devant les portes ensablées de la citée fantôme, Sidwell avait été refoulé. Elles avaient refusées de s'ouvrir, et il avait dû retirer sa main des portes, parce qu'elle aurait été carbonisée. Quelqu'un attaquait Alatairë, et celle-ci se défendait. Sidwell préféra trépigner et taper du pied quelques minutes, plutôt que de faire montre d'un arsenal de sortilèges offensifs pour ouvrir les portes.
Celles-ci refroidirent au bout d'un moment, et il put entrer. Là, le mage, enfin soi-disant, mage s'était moins effrayant que Super-Samildanach-vieux-de-trois-cent-milles-ans-de-la-mort-qui-tue. Bref, là, Sidwell avait accéléré le pas, elle était toute proche. Étrange pour quelqu'un qu'on cherchait partout.
C'est légèrement essoufflé, que Sidwell la vit disparaitre. Il poussa un chapelet de jurons bien sentis, et de son cru, avant de rejoindre le Gardien qui gravait quelque chose sur le sol.

Heureusement pour lui, il n'était qu'à quelques pas des jolis dessins du Gardien, quand ceux-ci craquèrent, et qu'une intense lumière jaillit du sol. Quelqu'un essayait de renter. Sidwell soupira. Il était plutôt pressé, et il avait envoyé Carmine et Roz en éclaireurs dans le Sud. Il devait les rejoindre, au plus vite. De préférence.
D'un geste nonchalant, il marcha sur la faille, qui se referma aussitôt, close à jamais. C'était tellement simple. Tellement futile. Et tellement inutile. Sidwell eut un léger rictus de mépris. Comme s'il venait d'écraser un insecte particulièrement agaçant.
D'un geste vif, il retira sa capuche. Sa crinière blanche cascada le long de son dos, venant frôler ses reins. En noir, avec tout ce soleil, il avait quand même un petit peu chaud, mais être habillé tout en blanc, avec ses cheveux, ça aurait été de trop, et de mauvais goût.

-Eh bien, Gardien Haldamir, on dirait que vous vous ramollissez, fut un temps, où vous l'auriez mangé. Mais j'imagine que depuis, vous êtes plus regardant sur la nourriture. Les insectes c'est plein de protéines, mais le goût n'est pas terrible.

Sidwell eut un sourire. Son habituel sourire tordu, qui étirait ses lèvres fines. Le "mage" posa une main sur une des hanches.
-On dirait que j'ai loupé ma disciple de peu. Elle ne vous a rien de l'endroit où elle pourrait se trouver par hasard ? Hm ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrike
Haute Prêtresse
avatar

Peuple : Métisse
Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 18/07/2008

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Sam 19 Juin - 20:42

La prêtresse réussit à se calmer un peu, calmant ses pleurs, et son choc. Elle avait vraiment cru mourir, dans le noir où son esprit avait été plongé, une silhouette à la fois inquiétante et apaisante s'était dessinée, et elle avait sans peine deviné que cette silouhette était celle du dieu de la mort en personne. Une fois rappelée dans son corps, elle n'avait plus été très sûre de ce qui s'était produit, comme quand on rêve et qu'on essaye de se rappeler de ce dont on a rêvé le lendemain.
Ce dont elle était certaine à présent, c'est que l'homme qui la serrait contre lui, et qui n'avait de cesse de l'appeler, ne la lâcherait pas, et qu'il ne la laisserait pas partir à jamais.
Haldamir se dégagea d'elle, et Ulrike ne l'en empêcha pas. Isil faisait de grands gestes, un peu paniquée semblait-il. Assise sur le sol, restée un peu amorphe de tout ce qui s'était passé, elle vit le portail se refermer impitoyablement, gardant à l'intérieur ce qui les avait attaqué.

Quand la lame du Gardien fut sortie de son fourreau, la prêtresse recula un peu le souffle court. Elle revoyait la lame d'une épée sortir de son corps. Sa main rencontra l'endroit où ça s'était passé. Ulrike trembla. Les tremblements cessèrent quand la lame fut cachée de nouveau. Adressant un signe à Isil pour lui dire au revoir, et la remercia de ce même signe également. Puis elle s'appuya sur un genou, prit la main tendue et se redressa. Ses jambes lui semblèrent être en coton, vacillantes, elle se ratrappa à Haldamir qui l'atrappa également.
-Non, je ne l'ai pas appelée... Ou je ne m'en rappelle pas, je me souviens que du froid... Du noir.
Quand une voix se fit entendre, dans son dos, elle se retourna plus que vivement, et colla son dos contre Haldamir, perdant les couleurs qu'elle venait à peine de recouvrir. Ce n'était qu'un mage, aux longs cheveux blancs, et avec un sourire tordu. Elle déglutit, une main derrière elle tenant le bras du Gardien. Ce n'était pas l'autre, mais la jeune femme avait eu l'air normale et pacifique avant de se changer en monstre...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haldamir
Gardien
avatar

Peuple : Serviteur de Mordorun
Nombre de messages : 96
Localisation : Un pied dans la tombe. Sans rire.
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Départ pour le Nord.   Ven 25 Juin - 17:25

-Comment ? Si ce n'est pas toi alors... ?
Le sol se fissura.
Haldamir écarquilla les yeux. L'Autre était encore là. La colère l'envahit une fois de plus. Cette... chose, se croyait tout permis, invincible, détournant toutes les attaques, et en infligeant aux autres sans la moindre considération... Se pensait l'égal d'un dieu, se pensait capable de manipuler des plans et des constructions ancestraux. Haldamir avait du mal à croire que ses Dieux n'aient rien fait pour neutraliser une telle infamie, une telle hérésie, un blasphème à la face du monde, à la face de la Création. Son être de Gardien se révulsa, luttant tout entier contre cette pensée. Un pied s'abattit sur les runes brisées, les rétablissant. Ce pied sortait de sous des robes noires, d'une longue silhouette de noir vêtue.
Il se prépara à dégainer, mais s'abstint en voyant l'homme se découvrir. D'épais cheveux blancs sortirent, se déroulant superbement, éclatant sous le regard d'Aelius. Des yeux d'un bleu intense, de glace. Un visage étroit et anguleux. Et un sourire presque... malsain.
Le Gardien se détendit, et fit signe à Ulrike de se calmer.

-C'est un ami, lui signala-t-il, tu n'as plus rien à craindre.
Haldamir regarda le corps d'Amara, comme disloqué sur le sol, là où Isil l'avait jetée. Il soupira. Elle devrait partir d'ici dès son réveil, et ne jamais revenir. En tant que Gardien, il devrait la maudire. Il se contenterait de la bannir. Elle ne pourrait plus jamais revenir sans que son âme ne soit annihilée. Et c'était irrévocable. Il était même tenté d'aller la jetée sur la Piste Brune, là, maintenant, tout de suite.
-Sidwell, voila une arrivée fort opportune. Et je crois que j'ai bien besoin d'une remise en forme. Et avec deux enfants à charge, j'ai dû arrêter de manger n'importe quoi. Quand à votre disciple, elle est apparue comme ça, et elle est repartie comme elle est venue. Je crois que Dämons a envoyé quelqu'un la ramener ici. J'ignore où elle se trouve... physiquement. Pourriez-vous me rendre un autre service ?

En voyant la tête du mage, Haldamir ne put s'empêcher de sourire, enfin, si c'était possible avec la rangée de dents qu'il se payait.
-Quand vous la retrouverez, dites lui merci de notre part. Ulrike, accompagne Sidwell jusqu'à la maison, et assure toi que tout le monde va bien. J'arrive, le temps d'envoyer ailleurs Amara.

Haldamir dégaina, après s'être éloignée d'Ulrike. Il avait à nouveau tracé des runes dans le sol. Celle du Wyrd. Ou Void. Le Vide. Là où passe et trépasse toute chose. Il déposa Amara dessus.

"Amara Kuchiki,
Moi, Gardien de Mort et de Vie,
Je te bannis séant du Royaume d'Alatairë.
Que ton âme te soit arrachée à jamais
Si tu venais à franchir les frontières de notre Empire.
Qu'annihilée elle soit pour de ta malveillance nous prémunir.
"

Ces mots prononcés. Le langue de Dämons et Mei se dessinèrent sur la peau pâle, imprimant le sortilège dans l'essence même de l'être tout entier d'Amara. Jusque dans les fondations de son être, là où les Dieux confirmés, seuls y avaient accès. Le Portail du Wyrd, dessiné, s'ouvrit, des voix hurlèrent leur approbation, et englouti fut le corps de la shinigami. Il se referma, et les dalles couvertes de sable étaient intactes, comme s'il n'avait jamais ouvert de portail. Le Gardien ignorait où elle atterrirait, mais il s'en fichait. Elle avait apporté le déséquilibre. Et Alatairë n'avait certainement pas besoin de déséquilibre. Il cracha à l'endroit où elle avait disparu.
Kokuhaku retourna dans son fourreau. Et le Gardien se détourna. Il rejoignit Ulrike et Sidwell en quelques enjambées.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Départ pour le Nord.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Départ pour la Guerre || PV Tous les Sang-Purs||
» Un départ dans une nouvelle région
» Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat [Pv: Fiora, Atios]
» Le départ de la Délégation pour le Nord
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Esgal :: Altare la Cité Morte-
Sauter vers: