AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nom: Expérience n° 11. Tale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tale
Apprenti
avatar

Peuple : Être Artificiel
Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Ven 29 Mai - 12:19

I – Identité :

Nom, prénom : Expérience n°11. Tale.

* Age : On ne donne pas d’âge à ce qui est artificiel.
* Caste (métier) : Assistant de laboratoire et expérience.
* Peuple : Il n’en a pas.
* Sexe : Garçon.

II - Physique :

Cheveux de nylons, yeux fait avec des billes de verres gravées, chaire composée de mousseline et de mousse, une peau en latex ayant une texture proche de la peau d’un personne normale, squelette fait d’os en latex dur et de métal le tout articulé par un système très complexe de rouages et d’engrenages, Tale n’est pas un garçon comme les autres. Ce petit rouquin parait tout à fait normal, fait de chaire et d’os, mais c’est en regardant de plus près qu’on peut s’apercevoir de toute ses choses, et notamment des coutures qui tiennent sa peau en place. Le détail est poussé jusqu’à lui mettre des tâches de rousseur sur son petit nez un brin retroussé. Le plus souvent, Tale est habillé avec un pullover muni d’une capuche avec des oreilles de chien et un pantalon tout bête, mais quand il assiste le professeur, il met une blouse blanche, un pantalon noir et un t-shirt à manches longues.

III -Historique, personnalité, armement :

o Histoire :

Je m’appelle Tale, ou expérience n°11. J’ai été crée par le professeur Hatori Masahiro, il est un peu comme mon père. Au début il n’était pas prévu que j’ai une conscience, ou plutôt un semblant de conscience, parce que celle que j’ai n’est qu’une pâle copie de celle des vrais êtres, même si le professeur améliore sans cesse mes capacités, je ne suis pas aussi complexe et divers que les êtres humains. Expérience 11 : Donner le mouvement à un corps qui n’est pas en vie. Pour des raisons de pratiques, le professeur a conçu un patin d’enfant, au lieu de prendre un cadavre, parce qu’un cadavre ça pourri et puis par étique aussi. Comme il fallait que le corps ressemble au maximum à un vrai, il m’a mit de faux organes qui ne fonctionnent pas. Mon père a mit beaucoup de temps et de patience pour me créer. Et je ne fus pas un succès dès le début. J’ai explosé à cause d’un trop plein d’énergie, mes mouvements étaient beaucoup trop raides, puis j’ai beaucoup grincé au niveau des articulations. Une fois tout cela corrigé, il a fallu m’apprendre la coordination. En ce temps là, je n’avais qu’une seule fonction, obéir aux ordres. Bientôt je marchais parfaitement, savais aussi très bien coordonner mes mouvements. Mon père était très heureux et me présenta à quelqu’un qui était vivant, mais mort, et qui ne pouvait pas bouger.
Le professeur refit les mêmes choses qu’il avait faites avec moi, mais sur l’homme mort mais vivant. Moi j’étais assit sur une étagère basse, et je ne bougeais pas, je n’étais fait que pour obéir aux ordres de mouvement. Le professeur Masahiro mit un peu moins de temps à bricoler l’homme que moi. Sans moi il aurait mit encore plus de temps. Et on déménagea, mon père ayant un laboratoire plus grand, et de l’argent pour financer ses recherches. Moi j’étais toujours sur une étagère, mais éteints, parce que je n’avais plus d’énergie. Je ne sais pas au bout de combien de temps, mais le professeur me rechargea et se remit à me bricoler. Mon corps devint un peu plus humain et normal, et ma vision améliorée. Au bout de sept ans, j’étais capable de parler, et de ressentir des émotions basiques, colère, joie, tristesse. Je pouvais même dire si les choses étaient chaudes ou froides, douces ou piquantes et si elles étaient bonnes ou pas pour moi, et le professeur m’avait rajouté quelque chose pour faire plus vrai, je pouvais pleurer. Mon père me fit aussi le don d’une vraie existence, en me donnant un nom et un sexe. Je m’appelais Tale et j’étais un garçon.
Tous les jours, je devais lire des livres, pour apprendre de nouvelles choses dans toutes les matières possibles, et tous les jours je devais écrire ce que j’avais fais dans la journée et ce que j’avais ressentit, de mon réveil le matin, à mon couché le soir. Mon père me disait que c’était pour suivre mon évolution. Pour la suivre, il y avait des tests aussi, comme celui où je devais trouver un chemin dans un labyrinthe qui devenait de plus en plus dur à trouver, ou de dire un nombre manquant dans une suite de chiffre. Parfois mon père était content de moi, d’autres fois non. Moi je voulais qu’il soit toujours content et que les gens me trouvent bien. J’avais appris l’envie, l’envie de faire plaisir et d’être aimé. Puis j’ai apprit que quand on est content on peut pleurer aussi, quand le professeur m’a donné un cadeau. Il m’a dit que les enfants humains en avait tous au moins une dans leur chambre, et que donc il m’offrait ma première peluche. C’était un chien, assit comme un humain, avec des oreilles douces et un corps en tissu. Il était comme moi, sauf que lui était tout mou et qu’il n’avait pas de conscience. Alors j’ai dis merci au professeur, et j’ai mis le chien sur mon lit, dans ma chambre. Elle n’était pas très grande ma chambre, avec un lit un peu plus grand que moi pour une seule personne, une petite commode blanche pour mes vêtements et des murs blancs. Un jour mon père avait décidé qu’il fallait que ma chambre ne soit pas comme ça, mais avec plus de couleurs. Il a dit que c’était pour susciter des émotions et les stimuler. Alors il m’a mit des couleurs, mes murs sont devenus marrons en bas et verts clairs et haut, avec une bande de vert foncé entre deux. J’ai eu une moquette verte toute douce qui ressemblait à de l’herbe, et mon lit a eu des draps marrons et verts aussi.
Je trouvais ça plus joli, et j’étais plus heureux d’aller me coucher le soir. Je l’avais marqué dans mon journal et quand mon père l’a lut, il a sourit. J’avais marqué quelque chose de bien apparemment. Il m’a alors demandé si je voulais mettre d’autres choses dans ma chambre, si quelque chose me ferait plaisir. Alors j’ai demandé à ce qu’on mette des arbres, des nuages et des fleurs dedans, pour faire comme dans les paysages que j’avais vus dans les livres. Des gens sont venus peindre, et le professeur m’a emmené voir quelqu’un qui pourrait m’aider à choisir des fleurs et des petits arbres pour décorer. C’était un homme grand, qui avait des cheveux un peu blancs et un nez crochu, comme un bec. Quand le professeur me le présenta il me dit que c’était le jardinier qui s’occupait des plantes et des fleurs du palais et qu’il s’appelait Arkoniel. Arkoniel était gentil avec moi et il m’a même permit de planter dans des pots les fleurs que j’avais choisies et que j’aurais dans ma chambre. Puis il m’a expliqué ce qu’il fallait faire tous les jours et donné un livre pour que je sache quoi faire plus tard. Le château avait ensuite changé, il était devenu plus sombre, et l’un de ceux que j’avais appris à reconnaître comme un des souverains, avait changé lui aussi. Mais le professeur m’avait dit de ne pas m’en préoccuper et qu’il fallait continuer comme avant.
Le temps passa, Arkoniel était mort, et son petit fils Ansael s’occupait des plantes alors qu’il était encore tout jeune, ayant une douzaine d’années pas plus, et moi j’allais apprendre le sentiment de honte lorsque deux gardes qui venaient d’arriver, me traitèrent de chose contre nature, inhumaine et anormale. Ce jour là j’étais allé ensuite dans ma chambre, très tôt dans l’après midi, et j’y suis resté enfermé, jusqu’à ce que mon père vienne voir pourquoi je n’étais pas au laboratoire entrain d’étudier. Quand il était entré, je m’étais caché sous ma couverture, parce que je ne voulais pas qu’il me voit, j’étais une chose anormale. Il me demanda pourquoi je me cachais, alors je lui ai expliqué que je n’étais pas normal, et que donc je ne devais pas être vu. Le professeur m’a alors prit dans ses bras et moi j’ai pleuré à cause de ce sentiment nouveau. Il m’a ensuite expliqué que si il avait voulu un petit garçon normal et comme tout les autres, il aurait eu un enfant avec une femme, mais qu’il avait voulu d’un Tale pas d’un petit garçon normal, et que c’était parce que j’étais différent que j’étais exceptionnel et que je ne devais pas avoir honte de moi, mais être fier. Etre fier ça voulait dire, content d’être comme je suis, content d’avoir quelqu’un avec moi ou content d’avoir bien fait une chose. En tout cas, j’étais fier que le professeur soit mon père. Puis j’ai pu arrêter de lire toute la journée, et les tests ne se déroulaient plus qu’une fois par mois. Maintenant j’avais le droit d’aider le professeur, et je le faisais avec joie. Parfois on allait voir ensemble celui qui bougeait comme moi qui était roi lui aussi, pour voir comment allait le système et parfois pour le réparer comme le professeur me réparait quand quelque chose cassait ou se déboîtait. Souvent quand ça arrivait, le professeur allait voir le roi Meadh pour vérifier le même endroit et voir s’il fallait le réparer.
Puis, il n’y a pas longtemps, le château a changé encore pour devenir comme avant, la femme qui était reine est morte, et le roi Eire était redevenu gentil. Le professeur allait voir des dames qui étaient arrivées il n’y a pas longtemps, moi je n’y allais pas, le professeur avait dit que c’était parce qu’elles n’étaient pas là par envie et que le roi voulait que peut de personnes les voit que je ne devais pas venir, alors moi je restais avec Eire. L’ange ne se souvenait pas des changements qu’il y avait eu et mon père m’avait dit de ne rien lui dire et de ne pas lui répondre s’il me demandait. Je voyais que ça rendait le roi Eire triste et en colère, mais moi je n’avais pas le droit de le dire.

o Caractère :
Le professeur dit que je suis simple, parce que j’aime, ou je n’aime pas les gens, mais je n’ai pas de milieu, il dit qu’il faut que j’apprenne à être au milieu, c'est-à-dire à aimer et ne pas aimer les gens, aimer une partie de la personne et ne pas aimer une autre partie de la même personne. Je pense que ça va être dur, mais je fais de mon mieux pour essayer. Je ne suis pas souvent en colère, plus souvent je suis content et attentif.

o Passions, phobies :
J’aime le roi Meadh, et il est gentil avec moi, mais c’est normal, parce qu’on est pareil tout les deux, on ne pourrait pas bouger sans le professeur, et on a les mêmes problèmes, quand on est dans l’eau, notre corps fait des bruits bizarre, mais le professeur ne sait pas comment les arrêter et puis ça ne dérange pas le roi. Moi je n’aime pas les bains ou les douches, parce qu’après le bain c’est l’heure de se coucher, donc je sais que je ne serais plus avec le professeur après. J’aime le professeur, et je suis content de l’aider. J’ai peur de l’intendant de Meadh parce qu’il est méchant et que parfois il rend les gens tristes. Je n’aime pas beaucoup de gardes, j’aime les dames qui font les lits et le ménages, et très souvent je n’aime pas les nobles. J’aime le roi Eire quand il est redevenu comme avant, avant qu’il redevienne normal je ne l’aimais pas parce qu’il était comme l’intendant Motoki. J’aime aider le professeur, et faire ma chambre parce qu’avec les arbres qui sont aussi haut que le professeur et les pots de fleurs, je peux faire de choses différentes. J’ai peur du feu parce que mon corps peut s’enflammer très vite, je n’aime pas l’eau et j’aime ma peluche de chien.

o Armes :
Je ne sais pas me défendre, le professeur ne m’a pas apprit à me battre ou à taper, si j’ai un problème avec quelqu’un il faut que j’aille le dire au professeur et c’est lui qui règlera le problème. Si jamais on me tapait dessus, je sais que le professeur sera en colère et triste et qu’il me réparera. Mais j’ai peur pour le professeur, parce que lui il est vrai, donc si on lui fait mal, on ne pourra pas le réparer aussi facilement que moi.

o Pouvoirs :
Je ne peux pas avoir de pouvoirs parce que je ne suis pas un être vrai.

*Choses particulières à votre personnage : Mon énergie je la tire de pierres magiques qui sont dans mon corps, là où un être vrai a son cœur. Régulièrement le professeur recharge mes pierres avec son énergie à lui ou celle d’autre gens, parce que les mettre au repos la nuit ne suffis pas à les garder pleines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nivarel
Chaman
avatar

Peuple : Elfe blonde.
Localisation : Cernée par des fous, et une montagne à clochette borgne et brute.
Nombre de messages : 301
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Ven 29 Mai - 23:11

Welcome sweet little boy !

Il est cro meugnon je trouve I love you Hatori doit être content de l'avoir.

Euh pour le rang, j'crois que ça va être scientifique médecin, au moins le temps qu'Isil fasse peut-être un rang assistant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Nombre de messages : 601
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Sam 30 Mai - 0:18

Bienvenue !
J'ai réduit la signature, qui était beaucoup trop grande, lol !
Bon jeu !
Pour le rang, Apprenti suffira, parce que c'est un peu ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Sam 30 Mai - 0:51

Bienvenue à toi !

Un gosse ... *déglutit et détourne le regard*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Sam 30 Mai - 1:11

Coucou petite poupée animée, sois le bienvenue et occupe toi bien d'Hatori aussi. Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Lun 1 Juin - 18:40

Excusez du retard, un réglage de dernier minute...

Bienvenue à toi, ravi de te voir ici. J'arrive d'ici quelques minutes. Le temps de nettoyer mes lunettes, et de passer une blouse.
Revenir en haut Aller en bas
Tale
Apprenti
avatar

Peuple : Être Artificiel
Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Lun 1 Juin - 19:15

Merci beaucoup. Je vous aime tous, sauf Kazu, parce qu'il n'a pas l'air de m'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Densham
Prince/Princesse
avatar

Peuple : Sidhe
Second(s) Métier(s) : Régent du royaume du Falast
Localisation : Fainros
Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Lun 8 Juin - 11:13

Bienvenue à toi petit patin vivant, puisse tu devenir un vrai petit garçon.
Ca me rappelle une histoire ça.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Mer 10 Juin - 23:50

Bienvenue petit, t'es pas loin d'être un vrai p'tit garçon maintenant.
Petruchka ça sonne mieux que Pinochio quand même, t'es pas d'accord Densham ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tale
Apprenti
avatar

Peuple : Être Artificiel
Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   Dim 14 Juin - 19:25

Je ne m'appelle pas Petruchka, moi c'est Tale monsieur Rhys.
Et oui, je suis presque un vrai garçon mais il me manque encore beaucoup de choses à avoir...
Merci de votre accueil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nom: Expérience n° 11. Tale.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nom: Expérience n° 11. Tale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» My Fairy Tale || RPG City/fantastique
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian
» Teinture naturelle
» Hope is Dead : Lithium Elfensen & Vlad Siegfrey VS Dimitri Vladof
» Description du Colisée
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Hors Jeu :: Le Hall de Présentation :: Inwilissiens Initiés-
Sauter vers: