AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Paladin Silencieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Lye'oso
Marchand
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Mer 23 Jan - 21:27

Sans qu'elle puisse l'éviter, Lye eu un sourire tendre envers le voyageur qui rougissait, enfin, qui norcissait un peu plus au niveau des joues. C'était adorablement touchant, très mignon, elle avait une envie irresistible d'aller toucher cette joue du bout des doigts pour savoir si elle était chaude et douce...
Son bras s'était légèrement décollé, quand elle eu le droit à une leçon de morale et de savoir vivre de la part de Nat, ce qui la fit aterrir de son nuage. Ce fut comme si une bulle venait d'éclater dans son esprit, et la centaurette se mordit un peu les lèvres en entendant Nat lui signifier qu'arriver au beau milieu d'une conversation -et donc l'interrompre- ce n'était pas poli. E qu'en plus elle lui avait prit son copain. Figée, pour ne pas dire mortifiée Lye prit une teinte plus rouge au niveau des joues, ses yeux cherchant à fixer une quelconque aspérité du bois du bar. C'est vrai qu'elle était arrivée comme ça, d'un coup, sans se demander si Nat et l'inconnu ailé parlaient, ou si elle dérangeait. Ca ne lui ressemblait pas, d'habitude elle allait à une table, et quelques fois Nat les y rejoignait.
Posant les mains sur le bar pour leur trouver une occupation, et une place, Lye baissa un peu a tête, et les oreilles ett s'adressa directement au petit MacFragan qui avait les cheveux ébourrifés par Veltan, qui l'avait un peu sauvée de la morale de Nat. Même s'il avait raison pour le coup.

-Excuse moi Nat, je ne voulais pas vous interrompre, ni te piquer ton copain. Je ferais plus attention à l'avenir s'est promis. Tu ne m'en veux pas trop quand même ?

Le regard de Lye passa de Nat au drow derrière lui qui semblait gêné. Elle n'entendit pas ou peu de la réponse de Nat à sa question, ses yeux regardant fixement le Drow. Ce dernier ne semblait pus si fragile vu de près.
Il était bien moins bâti que Veltan, mais les ailes qu'il avait lui conféraient une bonne musculature dans le dos, qu'elle ne pouvait apprécier de loin, mais de près... Il avai aussi des lèvres ourlées de noir, qui bougeaient un peu sous l'effet de petits tic peut-être ? Un signe de nervosité qui prouvait que c'était un mâle n'étant pas que force brute, mais aussi qu'il avait des émotions. Avait-il déjà une favorite ?


-Lye ?

De nouveau, sa bulle était percée, sans qu'elle ai la moindre idée de ce qui s'était dit, fait. Pourquoi est-ce que Veltan l'appelait , Il lui avait déjà posé une question ? Ses joues prirent encore feu. Il avait du la voir dévorer des yeux le drow, qu'allait-il penser ? Et surtout elle qu'est-ce qu'elle devait penser, sortie de sa bulle elle ne le trouvait que faible d'apparence, sans aucun attrait, après tout il était d'air, elle était de terre. Rien ne lui indiquait qu'il savait être valeureux, et surtout quand elle y repensait sans le regarder, rien ne saurait l'atirrer réellement vers l'être ailé.

-Pardon je réfléchissais, de quoi sagissait-il ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeon MacFragan
Aubergiste
avatar

Peuple : Humain, originaire du Maëldan
Second(s) Métier(s) : Ancien Forgeron
Nombre de messages : 22
Localisation : Offrant le calme, le gîte et le couvert au Paladin Silencieux
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Dim 27 Jan - 16:12

Aeon fut sauvé par l'apparition soudaine de son fils. Nat était parfois une bénédiction, même si ces derniers temps, il était surtout une véritable boule de mana, s'ennuyant parfois ferme, depuis que Caleb avait été puni pour... Pour Aeon ne savait plus quoi. Caleb était souvent puni depuis le départ de Hallbjorn, son père, pour le Sud. Kalie, sa mère, semblait être obligée de serrer la visse. Tout comme Aeon se devait parfois de mener son fils à la baguette, Nat ayant tendance à se disperser. Les joues rougies, son fils revenait du petit jardin à l'arrière, ce n'était pas très grand, mais mieux de le savoir en train de jouer, quelque part dans Fainros tout entier.
Sans répondre à son fils, Aeon avait apporté une tasse énorme remplie à ras-bord de lait chaud vanillé, et deux pattes d'ours, d'une taille moindre que celles qu'il avait servie au Drow. Cela donnait l'illusion à Nat qu'il y en avait plus, et Aeon ne serait pas obligé de le forcer à finir son assiette le soir. Zee était posé sur le comptoir, le tigre en peluche en voyait de toutes les couleurs, mais c'était le premier et meilleur ami de Nat. Le Drow semblait toujours gêné, et à le regarder, Aeon se surprit à rougir derrière ses mèches de cheveux de sombre. Bourru et timide, il faillit dire quelque chose, pour éviter que son client ne continue à être mal à l'aise, mais Nat s'en chargea à sa place. Le Drow ailé ne le vit pas, mais Aeon fut soulagé de l'entendre converser si joyeusement avec son fils.
Cela donna le change à Aeon, qui s'éclipsa en cuisine, avec ses gâteaux. Gâteaux qu'il plaça sur les grilles du grand four. Il fit l'inventaire de ce que lui présentait la cuisine, et en allant regarder dans la chambre froide, il trouva ce qu'il cherchait pour les plats qu'il servirait ce soir. L'auberge avait plus de clients ce mois-ci, notamment avec le groupe de mercenaire, Veltan qui crècherait encore pendant au moins une semaine, et des négociants arrivés avec une caravane venant de l'Inwerin.
Il servirait de l'Eartheau rôti avec de l'ail et des herbes, et comme d'habitude, il ferait plusieurs accompagnements, carottes au miel, légumes simplement cuits à l'eau, et une purée de pomme de terre, le tout servit avec une sauce brune et épaisse, et des tranches de pain frai. Pour ceux qui n'auraient pas autant d'appétit, il servirait une soupe de potiron avec des brisures de châtaignes, un peu de crème, et des tranches de lard grillées à souhait. Cela devrait suffirent à sa petite clientèle...

Aeon revint derrière son comptoir entendant la clochette de la porte teinter, l'avertissant qu'on venait d'entrer, ou de sortir. Passant la porte de la cuisine en posant sa main sur le haut du chambranle, courbant légèrement la tête pour passer, il vit que les deux visiteurs n'étaient autre que Veltan et Lye'Oso, une nouvelle boutiquière, installée plus bas dans la rue. La centaure venait presque tous les jours, manger soit le midi, soit le soir, souvent en compagnie de Veltan. Aeon ne s'était pas attendue à ce qu'elle aussi, devienne bizarre en voyant le Drow Ailé. Et Nat éclata, mécontent de l'approche de la centaure, qui l'avait interrompu. Aeon soupira, ses larges épaules s'affaissant, il allait donner une rouste derrière la tête à Nat, mais Veltan agit le premier, savonnant la tête de son fils, qui émit des grognements et cris de protestations, sous le regard amusé de la tablée de mercenaires. Ce qui n'empêcha pas à Aeon de faire les gros yeux à son fils, qui grimaça en retour, pointant Lye du pouce, lorsqu'elle avoua n'avoir rien entendu. Le regard d'Aeon glissa sur le Drow, puis sur Lye, qui semblait perdue.


-Veltan te demandait simplement ce que tu voulais prendre.

Mis à part le Drow, songea Aeon avant de chasser cette pensée. L'aubergiste se retourna pour servir sa bière brune à Veltan, se saisissant d'une chope, avant de tirer sur le robinet planté dans le fût, la brune en sortie riche et mousseuse, d'un brun tirant sur le rouge. Aeon activa, passant son pouce dessus, la rune sur le verre, rafraichissant immédiatement le breuvage alcoolisé, constellant le verre de petites gouttes de condensation et de buée. Aeon posa la chope presque sans bruit, surveillant le Drow du coin de l'oeil. Celui-ci semblait se rendre compte de ce qui se passait, ou bien était-il simplement mal à l'aise. Nat quand à lui boudait, faisant la moue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyeral
Assassin
avatar

Peuple : Tieffelin
Nombre de messages : 23
Localisation : Dans un lit, peut-être le vôtre...
Date d'inscription : 25/02/2011

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Dim 10 Fév - 21:42

La proximité de la Centaure était une certaine gêne pour le Drow, surtout à cause du fait que son physique, qu'il trouvait étrange, le poussait à scruter son anatomie avec une fascination purement esthétique sans aucune forme d'attirance, mais elle visiblement, n'était pas insensible à son charisme. Cela était encore plus perturbant pour celles -et même ceux- qui n'avait habituellement aucune affinité avec le "type d'homme" auquel il était pour ainsi dire affiliée ; ils devenaient relativement confus, ne comprenant pas ce qu'il pouvait lui trouver. Kyeral était rarement en prise directe avec de telles personnes charmées, et pour cause, jusqu'ici il était contraint d'éviter les foules, et de ne séduire que des cibles déjà définies, et susceptibles de succomber à sa morsure.
De l'amour à la mort, avec lui, il n'y avait qu'un pas.
Mais rien de tout cela ne l'agitait à présent, pas lui directement ; l'hybride était au cœur d'une tempête qui commençait à tournoyer autour de lui. La Centaure qui s'incrusta, le garçon qui s'emporta -et le Drow lui en fut reconnaissant-, puis un homme l'accompagna réprimanda gentiment l'enfant. La tension du pauvre homme à la peau de cendre s'en retrouva au plus haut, se crispant au plus haut point, figeant un sourire gêné sur son visage, ayant la vague impression d'être au centre d'une agitation sans l'avoir le moins du monde désiré. A la base, il devait se contenter d'attendre quelqu'un, et il se retrouva d'abord à minauder à cause de son instinct et de la réaction du tenancier.
Puis il avait un peu de répit en discutant avec un jeune garçon adorable et curieux, qui lui changeait agréablement les idées et lui permettait de souffler un peu, que cette moitié d'équidé le troublait... il n'y pouvait rien, son aura, sa présence, son charme, qu'importe le nom que l'on donnait à cette héritage démoniaque, il ne pouvait en aucun cas le contrôler. Et la Centaure semblait captiver, perdue, et soudain rappelée à la réalité, qui semblait lui échapper, alors qu'elle posait les yeux sur lui, ça ne faisait aucun doute.

Il gardait du mieux possible son calme face à cette situation des plus tendue pour lui, la respiration devenant plus difficile, en faisant tout pour que cela ne se remarque pas ; mais cela devait être visible. Inspirant et expirant un grand coup, pour se donner du courage, il pris ce dernier à deux mains, et se tourna d'une manière un peu raide vers la Centaure, lui adressant un sourire maladroit, les joues plus rouges que de raison, et la voix légèrement hésitante.

"E-excusez-moi madam-m-moiselle, mais v-votre présence, s-sans m'importuner, me m-met assez m-mal à l'aise..."

Kyeral ne bégayait pas normalement, sauf sous l'effet de la pression, dans des situations où il aurait sans doute préféré fuir. Mais il ne pouvait pas décemment partir, tant pour Darena, que pour le respect, et le fait qu'il n'avait pas encore payer ce qu'il avait consommé. Alors il resterait là, mais il préférait mettre un peu de distance avec cette fille un tantinet... envahissante...


"Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage,
puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant.

Se souvient-on d'un nuage ?"


~/¤ Nymphomaniac Fantasia ¤\~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nat MacFragan
Inwillissien
avatar

Peuple : Métis, humain et fey
Second(s) Métier(s) : Aide parfois son papa à l'auberge, parfois.
Nombre de messages : 15
Localisation : Un jour j'serais l'plus grand dompteur de tigres !
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Jeu 14 Fév - 13:07

Nat grogna de protestation, agitant bras et jambes, cherchant à se défaire de l'étreinte de Veltan, qui s'en donna à cœur joie. Une fois que le Paladin l'eut relâché, Nat se retourna, lui jetant un regard furibond, alors que des ses mains, il tentait d'aplatir ses cheveux sur son crâne. Il foudroya Zee du regard, le tigre se moquait de lui pour s'être ainsi laissé prendre par surprise. Nat renifla, l'air digne, et pourtant boudeur, sa petite bouche pincé. Il jeta tout de même un coup d’œil à son père, qui lui, lui jeta un regard sans équivoque. Le jeune garçon se dandina mal à l'aise, se tassant un peu sur lui même, décidant que le contenu de sa tasse était soudain très intéressant. Étrange comme les grains de vanille formaient des motifs...

Au bout d'un moment, Nat se détendit, sentant que l'orage était passé. Sans doute grâce à Veltan, il ne s'y trompait pas. Sans le shampoing, il aurait eu droit à un regard courroucé, et il aurait filé sans demander son reste. Ce n'était pas très courageux, mais mettre en colère papa n'était pas très intelligent. Il ne s'excusa pourtant pas auprès de Lye. Lye était une fille, et les filles, elles étaient toutes bizarres. Sauf Scout. Scout, elle, elle était terrible ! Et trop forte avec ça ! Et, il n'aimait pas beaucoup Lye, non plus, parce qu'elle lui piquait son tonton, et qu'elle minaudait comme le faisait sa sœur avec les garçons qui lui plaisaient. Mais là, Nat observa la centaure. C'était étrange, elle n'écouta même pas tonton, ce qui franchement était des plus bizarres de l'étrange ! L'intérêt de Zee fut éveillé, lui aussi se redressa, aux aguets. Le regard de Nat se posa sur son nouveau copain, le monsieur Drow avec des ailes. Avoir des ailes étant pour Nat était juste trop topissime. Lye regardait le pauvre monsieur comme si elle allait le manger. En plus, au lieu de se mettre à coté de tonton, il avait fallut qu'elle se mette de l'autre coté du Drow. Nat fit la moue, croisant les bras, désapprouvant totalement. Boudant presque. Le Drow aussi la regardait, mais c'était pas pareil, il ne devait jamais avoir vu de centaure. Ce regard là, Nat le connaissait bien, tout le monde il avait le même, quand il voyait un centaure ou un dragon pour la première fois. Nat les voyait juste dans le ciel les dragons. Par contre, il avait vu un griffon de près ! Un de ceux des Griffons d'Argent. Anecdote qu'il allait raconter avant de se faire interrompre par une centaure mal polie. Hmpf.
Finalement, son nouveau copain sortit une phrase et un air triomphant se peignit sur le visage de Nat.

-Ah ah ! s'exclama le môme, j'avais raison ! Vous les filles, vous ne comprenez rien à rien ! Tu vois, tu l'embêtes. En plus, on peut pas parler d'homme à homme si t'es à coté. Et puis, ça se fait pas de regarder les gens comme tu le fais.

Nat se tourna vers son père.

-Papa, j'veux pas être mal poli, je sais c'est pas bien, mais, elle l'embête, tu vois bien quand même ?! plaida-t-il se faisant l'avocat et défenseur du Drow une fois de plus, demande lui de le laisser tranquille. On embête pas les clients ! Tu le dis toujours !

Sans attendre de réponse de la part de son père, et prenant les devant, pour éviter un châtiment, une punition d'origine paternelle face à tant d'effronterie, Nat sauta de son tabouret, chopant Zee au passage. Il avait terminé son goûter. Sa main libre attrapa le poignet du Drow.

-Viens, on va aller là où y'aura pas de filles pour nous embêter.

Nat tira la langue à Lye, tiraillant le poignet du Drow pour qu'il le suive.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lye'oso
Marchand
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Mer 20 Fév - 14:11

Se fixant sur Veltan puis sur aeon, le regard de Lye en disait long sur le fait qu'elle ne savait plus trop où elle était. Enfin si, mais elle était perdu. Qu'est-ce qu'elle avait à regarder si fixement cet étranger en pensant qu'il est la plus belle merveille du monde, alors qu'il n'avait vraiment rien pour lui quand elle n'avait pas les yeux posée dessus ? La croupe posée à même le sol, la centaurette joignit ses mains devant elle, tordant nerveusement ses doigts en les cachants un peu sous l'ourlet de son pull. La laine lui donnait l'impression un peu réconfortante d'être un peu cachée des regards, même si là, elle aruait voulu qu'un gros pull la recouvre entièrement.
Elle s'humidifia les lèvres et se râcla très légèrement la gorge avant de répondre à la question de Veltan, tout en regardant Aeon vu que c'était plus à lui que s'adressait la réponse.

-Je prendrais une bière blonde, pas trop mousseuse et une petite patte d'ours a la canelle s'il te plait.

Elle aurait aimé oublié ce qui venait de se passer, et faire oublier aux autres ce qui s'était passé. A prèsent elle ne devait plus regarder le Drow ailé. Lye ne savait pas pourquoi, mais son instinct était aussi curieux qu'en alerte. Elle savait, sentait qu'elle n'était pas normale lorsqu'elle le regardait, et s'en méfiait. Elle n'avait encore rien mangé ni bu donc on ne pouvait avoir mit quelque chose dans sa boisson ou son assiette. Et même, l'aubergiste n'était pas un inconnu, c'était aeon, il n'aurait rien mit pouvant altérer ses sens.
Elle eu le reflexe malheureux de se tourner vers le drow quand il lui adressa la parole, et repartit rapidement au milieu de sa bulle douce et chaleureuse, les sabots ne touchant plus le sol.

-Ah, je me... Je... Je ne voulai spas vous mettre dans l'embarras, au contraire... Excusez moi si je l'ai fais, qu'est-ce que je peux faire pour être pardonnée ?

L'air hypnotisée, Lye se penchait doucement vers le drow, sans s'en rendre compte, les mains toujours jointes en bas de son pull. Il était si mignon, timide comme il était, si craquant qu'elle le croquerait presque, comme un poulain effrayé, mais en plus grand bien sur, en plus mâle. Mais Nat arriva entre elle et le drow, enfn plus précisément elle se rendit compte de sa présence quand il parla. Loin de percer sa bulle, le voir prendre le drow pour l'entrainer au loin, tout en lui tirant la langue, l'énerva et la désespéra. L'ailé était assez grand pour parler en son nom non ? Il n'avait pas besoin d'un enfant pour parler. Et puis pourquoi l'emmener au loin, elle voulait qu'il lui pardonne, et qu'il voit qu'elle était gentille. Elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise, et elle ne voulait pas qu'il parte non plus.
La centaure amorça un geste pour essayer d'attraper l'autre bras du drow, pour lui demander de rester avec elle, ils pourraient discuter, elle ne lui ferait rien de mal elle voulait juste qu'il reste près d'elle. Du coin de l'oeil elle apperçu Veltan, et son geste s'arrêta net, suspendant son bras, alors que ses yeux noisettes se tournaient vers le métissé. Elle devait avoir l'air parfaitement idiote, mais elle fixa le visage de Veltan, chassant toutes les émotions se rapportant au drow, se concentrant sur celles que lui inspirait le paladin. Elle ne savait pas où elles menaient, pas encore, mais ça lui permit de mettre de l'ordre dans son esprit, même si les ressentis de bases semblaient les mêmes.
Se détendant un peu, tout en gardant un couleur de joues un peu plus prononcée qu'à l'habitude, Lye reposa son bras contre elle, proche de l'autre et ferma les yeux pour se tourner vers le comptoir où l'attendait sa bière et ses pattes d'ours.

-Merci Aeon.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeon MacFragan
Aubergiste
avatar

Peuple : Humain, originaire du Maëldan
Second(s) Métier(s) : Ancien Forgeron
Nombre de messages : 22
Localisation : Offrant le calme, le gîte et le couvert au Paladin Silencieux
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Jeu 21 Fév - 21:33

Un faible sourire éclaira le visage sombre d'Aeon, dont la distance était due à une timidité maladive, qui en faisait un parangon de discrétion, chose appréciée de ses clients. Le Paladin Silencieux portait bien son nom, et Aeon savait, parce que Tanalda adorait les ragots, que ceux qui revenaient chaque soir, appréciaient sa cuisine, mais aussi les prix qu'il pratiquait, accessible aux bourses les plus modestes. Un hochement de tête signifia à Lye qu'il l'avait entendu. Il se retira en cuisine, et en profita pour souffler. Depuis l'arrivée du Drow, les gens se comportaient étrangement autour de lui, mis à part Belphoebe, Veltan, ou même son fils, qui avait ce tempérament de feu, rappelant à Aeon combien sa défunte Mina, avait pu être passionnée. Lui même semblait affecté par la proximité du jeune homme à la peau grise, se sentant étrangement mal à l'aise. Mais Lye semblait... subjuguée, oui subjuguée était bien le mot.

L'aubergiste trancha, dans une énorme miche de pain au sel des Falaises Blanches, une large tranche pour Veltan, qu'il coupa en deux, avant de couper quelques parts de fromages. Le tout atterrit dans une petite assiette. Il se saisit d'une Patte d'Ours pomme-cannelle, et déposa le tout sur le comptoir, à la charge de Veltan de donner sa pâtisserie à Lye. Il prit le temps de se rendre dans sa réserve, et de revenir chargé d'un fût de bière, remplaçant le fût vite encastré dans l'étagère.
Aeon brassait une partie de la bière lui même, dans l'arrière cours, là où Nat jouait souvent, l'autre, il l'achetait à un petit fabriquant habitant près des Falaises. Celui-là lui fournissait sa bière brune et sa bière rouge, plus sucrée, plutôt prisée de la gente féminine. En salle, Aeon avait creusé le mur derrière l'étagère où les chopes, cruches, pichets et verres s'alignaient. Il avait fixé une grille, prolongement de l'étagère, et dessous, un petit baquet en métal. Sur les grilles, et encastrés, trois fûts, bière brune, blonde et rouge. Chaque fût était creusé, avec un robinet fixé. Aeon s'empara de deux chopes, et tira les bières une par une. Il retira l'excédant de mousse pour celle de Lye, à l'aide d'un petit bâton de bois, la mousse tombant dans le baquet métallique. Derrière lui, la voix hésitante du Drow se fit entendre, alors qu'Aeon retirait l'excédant de mousse. La réaction de Lye fit s'arrêter l'aubergiste, alors qu'il allait lui donner sa bière. Finalement, ce fut Nat qui sauva la situation, triomphant, ce qui arracha un sourire à son père, qui aurait peut être dû le réprimander, mais son fils avait toujours eu ce caractère et cette passion pour défendre les autres. Il y avait ça, et sa passion irraisonnée pour les tigres, qu'Aeon ne s'expliquait pas autrement que par les histoires rocambolesques racontées par Veltan. Et cette peluche que son vieil ami avait offert à son fils, celui-ci encore au berceau.
Aeon déposa la bière devant Lye, puis il servit Veltan, qu'il était redevenu l'objet des attentions de la jeune centaure, comme si le regarder pouvait lui éviter de baver et de dévorer des yeux le Drow. Son fils en appela à son jugement, et Aeon soupira.


-Nat !

L'aubergiste fit les gros yeux un instant, avant de hocher la tête. Son fils lui lança un regard équivoque, et Aeon savait le Drow très mal à l'aise. Derrière eux, Belphoebe regardait la scène, alors que ses compagnons continuaient de discuter bruyamment. La mage souriait, d'une bouche peinte en rouge. Aeon leva les yeux au ciel, tant mieux si Belphoebe s'amusait de tout ça, lui, ne trouvait pas ça très drôle, autant pour Lye, que pour le Drow qui ne semblait pas contrôler, ni même apprécier les attentions qu'on pouvait lui porter.

-D'accord, d'accord, tu peux y aller. Mais s'il te plait, évite d'aller dans le grenier. Et...

Aeon regarda le Drow, que son fils allait presque finir par trainer. Un sourire sincère, n'ayant pas la moindre trace de gêne apparut brièvement sur le visage de l'aubergiste.

-Si ton nouvel ami est d'accord, montre lui le jardin. Je pense qu'un petit tour, entre garçons, lui fera du bien.

L'aubergiste avait suffisamment confiance pour laisser son fils seul avec le Drow, qui semblait plus à l'aise avec lui, qu'avec n'importe qui d'autre dans cette pièce. Aeon ne comprenait pas bien ce qui se produisait, mais si le Drow avait besoin qu'on le laisse tranquille, Lye avait besoin de reprendre ses esprits. Veltan s'était raidit, et Aeon avait senti le chevalier reprendre une attitude de guerrier, n'ayant rien avoir avec sa désinvolture habituelle. Aeon, malgré une large carrure, ne prisait pas la violence, et détestait faire usage de la force, même s'il lui était arrivé, parfois, de devoir en user, lorsqu'il venait d'ouvrir, que certains avaient cru pouvoir l'intimider. L'ancien forgeron n'aimait pas ceux qui tyrannisaient les autres. Il était plutôt droit, et croyait en un idéal de justice. Aeon encourageait donc le Drow ailé à faire un tour, autant pour lui, que pour les autres personnes qui gravitaient autour de lui. Son fils se comportant normalement avec lui, Aeon n'avait rien à craindre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veltan Talfort
Chevalier/Paladin
avatar

Peuple : Humain, Falastois, ascendance Maëldanaise.
Second(s) Métier(s) : Sorcier mineur.
Armée/Guilde/Institution : Manoir d'Aeguishor.
Nombre de messages : 27
Localisation : Par monts et par vaux. Ou à une bonne table.
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Mar 26 Fév - 14:20

L'air désinvolte, détendu, Veltan s'adossa au comptoir, y posant les coudes. En entrant, il avait bien senti l'étrange malaise qui pesait sur Aeon, mais Nat discutait allégrement avec le métis ailé - les elfes noirs n'étaient pas naturellement ailés - et Veltan avait mis ça sur le compte de la timidité légendaire du propriétaire du Paladin Silencieux, établissement qui portait bien son nom, en dépis de quelques soirées parfois assez arrosées, que les clients terminaient en braillant des chansons populaires du Nord, le Corset de la Dame d'Argent, ou encore le Chant des Falaises Blanches. Si Aeon ne semblait pas d'un naturel festif, son excellente cuisine et ses alcools détendaient l'atmosphère et les clients se débrouillaient seuls pour l'ambiance, bien que généralement, les journées soient très calmes ici. C'était reposant, parfois, même si Veltan sortait assez souvent durant la journée. Et autre point positif, les jeunes femmes qui venaient, et que Veltan se faisait un devoir de distraire, ce qui occupait grandement ses heures de libres. Rien que du plaisir, et pas d'obligations après. Dans la salle, il n'y avait qu'eux, Belphoebe la magicienne et ses mercenaires. Vu l'heure, les habitués d'Aeon n’arriveraient qu'une ou deux heures plus tard. Aeon avait déjà commencé à cuisiner, vu les odeurs qui embaumaient la salle, l'odeur des gâteaux qui seraient servis ce soir. Ici, il n'y avait qu'un plat ou deux de servi par soir, mais tout le monde avait une part généreuse, et Aeon ne mégotait jamais sur la quantité. Nat continuait de bouder, tentant de se recoiffer après le shampoing intempestif qu'il venait de subir. Veltan fronça les sourcils en voyant l’attitude de Lye, qui se rapprochait petit à petit du métis ailé, qui piquait maintenant un fard. Aeon fourragea dans sa cuisine, le temps de trouver ce que Veltan et Lye avaient demandé. Lye qui semblait perdue dans ses pensées, qui dévorait des yeux le pauvre métis, et Veltan ignorait qu'il aimait ce genre d'homme, jusqu'ici, elle avait semblé apprécier le genre mercenaire, beau parleur, mais charmant. La mâchoire de Veltan se crispa, il y avait quelque chose d'étrange. Finalement, l'homme demanda à Lye de s'éloigner. Dans le même temps, Aeon les avait servi, et Veltan se retourna, le remerciant d'un hochement de tête. Bière brune en main, ses yeux bruns croisèrent les yeux noisettes de Lye, qui sembla sortir d'un rêve éveillé. Finalement Nat demanda à faire un tour avec le métis, et Veltan reposa simplement sa bière.
Il ne s'en était pas rendu compte, mais il s'était tendu, près à recourir à la méthode forte, si problème réel il y avait. Cela ressemblait à des cas d'exposition prolongée à une quelconque influence magique, mais personne ici ne semblait s'en servir délibérément. Et ce n'était pas le genre de Belphoebe, qui jouait à d'autres jeux, comme se montrer charmante et séduisante avec Tanalda, la fille d'Aeon, sans avoir besoin de recourir à de la magie. Non, l'influence provenait du jeune homme à la peau sombre, mais rien n'indiquait qu'il en faisait usage délibérément. Il semblait même sur le point de partir en courant. Si Lye l'avait touché, c'était probablement ce qu'il aurait fait. Veltan prit sa chope, et calla pain et fromage dans sa bouche et dans son autre main. Il se déplaça jusqu'à Lye, s'installant de l'autre coté, lui donnant au passage un coup dans l'épaule.

-Goûte donc cette bière, mais avale un morceau avant. La bière est brassée par Aeon, tu feras, elle est fameuse.

Veltan s'accouda au comptoir, alors que Nat demandait s'il pouvait donc emmener son copain faire un tour. Le mercenaire espérait que le métis dise oui, puisqu'il était aussi pénible pour lui que pour Lye, d'être côte à côte. Aeon donna son consentement, ce qui dénotait d'une certaine confiance, pour laisser son fils crapahuter avec le métis. Il était vrai que Nat ne semblait guère affecté. Il n'y avait que Lye, et peut être le Mornien à la table de Belphoebe, qui se faisait ramener régulièrement à la réalité. Gwyn avait quitté les épaules de Veltan pour aller escalader les étagères derrière le comptoir, passant sans faire bouger le moindre verre, ou la moindre bouteille. La furet adorait grimper partout, se comportant plus comme un écureuil qu'autre chose. Veltan insista en suite.

-Mange, ça t'évitera de dire des ânneries grosses comme toi, fit le chevalier en souriant.


Gwyn, fidèle compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyeral
Assassin
avatar

Peuple : Tieffelin
Nombre de messages : 23
Localisation : Dans un lit, peut-être le vôtre...
Date d'inscription : 25/02/2011

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Mer 27 Fév - 13:24

Un léger sourire s'épanouit sur le visage du Drow, alors qu'il donnait raison à l'enfant, qui s'enflamma, content d'affirmer sa position. Kyeral n'avait seulement dit qu'elle le mettait mal à l'aise, sans pour autant en être des plus offenser. Même s'il préférait vivement s'en aller, s'éloigner de cette centaure, qui portait sur lui un regard des plus insistant, à croire qu'elle ne pouvait guère poser ailleurs ses yeux, alors que lui-même pouvait volontiers poser ses iris rouges où bon lui semblait, hormis sur la centaure, tentant de ne pas en approcher même le regard.
Elle se rapprocha, pour s'excuser, et Kyeral se sentit rougir, son sourire s'élargissant maladroitement, alors qu'il balbutiait comme il put un vague "je vous en prie", mais la jeune femme se montra assez pressante quand à un moyen de se faire pardonner. Il ne pouvait guère l'esquiver, se sentant paralysé sur place. L'incube se sentit raidir sur son tabouret, ses mains ayant un léger tremblement ; son souffle s’accélérait, alors qu'il ne pouvait guère détourner son attention d'elle. Sa bouche légèrement entrouverte, il respirait plus fort, sentant la tension l'envahir...

La curiosité, voila une chose bien mystérieuse. La tension était à son comble, quand l'esprit du jeune semi-Drow sembla se vider, une simple question crevant l'espace qui s'était comme formé au creux de ses pensées chaotiques : comment est-ce, le corps d'une centaure ?... Son instinct reprenait le dessus, confronté à la proximité de ce corps, de cette femme charmé... ses muscles relâchèrent la pression, sa respiration le dessus ; il ne se sentait plus vraiment lui-même, le contrôle exercé sur sa soif de sang et de débauche avait trouvé une faille dans sa logique, dans une curiosité qui allait devenir bien morbide, quand passant la question de l'anatomie du centaure, il abordera celle de la reproduction, puis du goût de leur sang...
L'effet ne dura qu'un instant, durant lequel le jeune Nat demanda l'autorisation d'accompagner l'hybride ailé à l'extérieur, loin des filles -ou plus précisément de la seule fille qui les dérangeait-, et à peine la bénédiction du père accordé, il s'empressa de toucher l'objet sa propre curiosité, mettant comme une barrière devant la dangereuse ligne rouge qui se dressait entre le jeune homme et la captive de son charme démoniaque, le faisant revenir à la raison, comme s'il sortait d'un songe éveillé, et qu'il avait été possédé, que son corps avait éprouvé des envies, avait eu des réactions, que lui n'avait ni voulu ni désirer, simple pantin d'un infernal instinct.
Son soulagement s'exprima autant par un soupir que ses traits, qui se détendirent, ses muscles qui commencer à légèrement trembler, contrecoup d'une pression qu'ils n'appréciaient guère. Kyeral suivit donc Nat, qui avait rompu de charme en lui attrapant le poignet, se laissant donc faire, le jeune garçon lui servant, quelque part, de faire, le guidant à nouveau à une réalité qui cette fois ne lui échapperait plus, prisonnier d'une chair qui ne lui laissait guère le choix des armes, sensible à une pression dont il ne savait pas se départir.

L'air frais lui fit du bien. Il suivit avec diligence son nouvel ami, et prit une grande bouffée d'air revigorante. Quand il était à l'extérieur, libre d'étendre ses ailes, il se sentait mieux. D'ailleurs il le fit, étirant tout ses muscles, déployant largement les longues phalanges d'os, recouverte de chair noir, avec tendue entre elles de fines membranes d'un noir violacé, parcouru de minuscules veines. Kyeral souffla, soulagé, puis adressa un sourire à son jeune ami, et passa sa main dans ses cheveux de neige, se sentant un peu gêné.

"Désolé, je fais souvent un drôle d'effet aux filles, je... je ne sais pas pourquoi..."

Il s'en voulut de légèrement mentir à l'enfant, puisqu'il savait très bien pourquoi c'était ainsi ; mais il ne pouvait pas lui expliquer, même s'il tenait à s'excuser. Ses ailes étaient à nouveau pliée dans son dos, mais quelque chose lui dit qu'il pourrait très bien chasser cette mauvaise expérience, autant pour lui que pour Nat, en les utilisant de nouveaux.

"Tu veux voir comment je les utilise, mes ailes ?" Demanda-t-il en souriant.


"Le baiser frappe comme la foudre, l'amour passe comme un orage,
puis la vie, de nouveau, se calme comme le ciel, et recommence ainsi qu'avant.

Se souvient-on d'un nuage ?"


~/¤ Nymphomaniac Fantasia ¤\~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lye'oso
Marchand
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Dim 26 Mai - 14:42

Lye se sentait encore dans le flou, comme lorsqu'on se réveille trop tôt le matin et qu'on se trouve assis à regarder dans le vide, cherchant à rassembler ses esprits, à clarifier ses pensées confuses et embrumées. Bien que là ses idées n'étaient pas réellement confuses, elle savait ce qu'elle avait fait, mais elle avait du mal à l'admettre. Elle voulait se cacher derrière ses cheveux, derrière le comptoir, ou plus simplement chez elle dans l'enceinte réconfortant de sa petite boutique qu'elle avait pesé comme un bout de prairie. Comment avait-elle pu agir comme ça, papillonnant des yeux pour le premier venu alors qu'il y avait autant de monde autour d'eux, et surtout alors qu'il y avait Veltan aussi proche d'elle. Elle se sentit blanchir en même temps que rougir au niveau de ses pommettes. Elle avait ouvertement fait les yeux doux à quelqu'un, qui ne lui plaisait pas en plus, alors qu'il était là juste à coté d'elle. Comment allait-il la voir à présent ? Comme une centaure facile, n'ayant pour lui aucun égard alors qu'elle était arrivée avec lui à la base, et donc qu'elle aurait du être avec lui et pas ailleurs... Et ce drow qu'elle avait mit mal à l'aise autant qu'il l'avait mise dans tous ses états, elle n'arriverait pas à lui demander de l'excuser pour la simple raison qu'elle ne devait plus le voir, au cas où.
Il la bouscula doucement, comme pour la tirer de sa rêverie, ce qui fut un peu le cas. Elle lui offrit un sourire un peu forcé, à mi chemin entre l'amical et le gêné, tout en prenant sa patte d'ours après avoir hésité à prendre la bière. Mais elle n'y toucha pas, la faisant tourner entre ses doigts nerveusement, comme s'il s'agissait d'une mèche de cheveux, d'un crayon.

Le chevalier ouvrit de nouveau la bouche, l'incitant à manger avant de redire des anneries. Sa queue s'agita, balayant le sol de l'auberge dans le meme temps, et elle eu un sourire un peu plus assuré pour le blond qui avait raison. C'était passé, il lui suffirait de ne plus croiser le regard du drow de sa vie, et ça irait mieux.
Elle porta la patte d'ours à sa bouche et croqua dedans, appréciant le gout tiède de la compotte de pomme faite maison mélangé à de la canelle en petite quantité, pas trop sinon c'est écoeurant. Puis, la bouchée avalé, la main frele de la centaure s'empara de l'anse de sa chope, et prit une longue gorgée. Le gout malté et la fraicheur de la boisson lui plurent et ravirent sa gorge. Elle se lécha les lèvres après avoir reposé la chope de bière.

-Elle est délicieuse Aeon, c'est vraiment toi qui la brasse ? C'est impressionnant. Oh ! J'ai des petits quelques choses pour vous, c'est vrai.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeon MacFragan
Aubergiste
avatar

Peuple : Humain, originaire du Maëldan
Second(s) Métier(s) : Ancien Forgeron
Nombre de messages : 22
Localisation : Offrant le calme, le gîte et le couvert au Paladin Silencieux
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Sam 1 Juin - 22:22

Le soulagement l'envahit brutalement, Aeon joua des épaules, détendant celles-ci. Il n'avait pas remarqué qu'il s'était crispé. Le Drow ailé était parti avec son fils, fier de sa victoire sur la centaure. L'aubergiste jeta un oeil à la centaure qui semblait mortifiée. Il aurait voulu dire quelque chose, mais n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait dire. Jusqu'ici, il n'avait jamais connu une telle situation. Le Drow semblait avoir eu une certaine influence sur ses clients, notamment sur les femmes, à l'exception de Belphoebe. Aeon croisa le regard de la magicienne, du moins, son unique œil bleu, l'autre était caché par ses cheveux, elle était accoudée au dossier de sa chaise, ses compagnons continuant de discuter sans même s'apercevoir qu'elle n'écoutait rien. Un sourire énigmatique étira les lèvres peintes de pourpre de la mage, et elle hocha imperceptiblement la tête, se retournant alors vers ses compagnons, retournant à leur discussion animée. Aeon hocha la tête également. Le Drow devait avoir un genre de glamour qui influençait les gens, particulièrement les femmes, d'où l'état de Lye. Quand à lui, Aeon était mal à l'aise dès qu'il s'agissait d'engager la conversation, quel que soit son interlocuteur, exception faite des habitués, mais la plupart de ses clients ne venaient pas ici pour sa conversation, plutôt pour ses prix, sa cuisine et ses boissons. La carrure de l'aubergiste, ses muscles noueux, saillant sous sa tunique, lui assurait le respect, et s'il détestait recourir à la violence, il avait parfois du jeter des fauteurs de troubles dehors. Veltan fit alors ce qu'il savait faire de mieux. Il détendit l'atmosphère avec une légère moquerie, ce qui sembla soulager Lye qui fixait ses mains, soigneusement posées sur le bord du comptoir, devant la patte d'ours, depuis quelques minutes, cachée derrière ses cheveux.
La salle s'emplissait d'une délicieuse odeur de gâteau, chaude et sucrée. Les pâtisseries de pâte feuilletée de beurre et de sucre commençaient à cuir, ils auraient d'ici quelques minutes un belle couleur dorée, croustillant à l'extérieur et fondant à l'intérieur, le beurre et le sucre ayant fondu les couches de pâte. Lye s'adressa à lui, et Aeon eut un sourire timide.


-Avec mes modestes moyens. La bière de mon fournisseur des falaises est meilleure, mais il ne fait pas de bière blonde.

Quand Lye mentionna des présents, Aeon émit un simple : ah. Non pas qu'il n'était pas enthousiaste, mais plutôt d'une timidité maladive, ce qui n'était pas le cas de Veltan. Le paladin s'était installé à coté de la centaure, prévoyant sans doute de soustraire Lye au Drow, lorsque ce dernier reviendrait dans la salle. Nat ne pourrait pas l'occuper éternellement dehors.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veltan Talfort
Chevalier/Paladin
avatar

Peuple : Humain, Falastois, ascendance Maëldanaise.
Second(s) Métier(s) : Sorcier mineur.
Armée/Guilde/Institution : Manoir d'Aeguishor.
Nombre de messages : 27
Localisation : Par monts et par vaux. Ou à une bonne table.
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Dim 30 Juin - 17:30

-Qu'est ce que je disais ! s'exclama le paladin, de la bonne ripaille et une bonne bière, c'est tout ce qu'il te fallait.

Lui même croqua dans un morceau de pain frai, à la mie assez compacte, tartiné de fromage frai aux herbes. Sa tirade acheva de détendre l'atmosphère entre eux trois, et le départ du métissé ailé n'y était pas pour rien non plus. Lye semblait redevenue elle-même, et lui même s'était détendu, oubliant la tension et la jalousie maladive qui l'avait saisi. Veltan ne se faisait pourtant pas d'illusions, il était Maëldanais, appartenant à la guilde d'Aeguishor, et ses vacances méritées touchaient à leur fin, si bien que si... Si quoi ? Il connaissait à peine la centaure, et bien qu'elle soit fichtrement à son goût, et Veltan avait même eu un aperçu de ce qui trouvait sous ses vêtements, la partie humaine était tout à fait correcte, plutôt jolie, et la partie chevaline ne le dérangeait pas. Les métisses, les feys, Veltan avait croisé bien des jolies femmes, qui ne présentaient pas un physique régulier, ou commun, comme ceux des humaines, ou des elfes, et Lye était jolie. Elle était aussi enjouée et sympathique, et jusqu'à maintenant, il lui avait semblé qu'elle n'avait d'yeux que pour lui. Il devait bien l'admettre, ne pas être le centre de l'attention de ses dames l'agaçait. Chassant ses pensées avec une bonne rasade de bière brune, dont la richesse des arômes lui collait à la bouche, comme il aimait.
Veltan ricana en voyant Aeon redevenir soudain timide, quand Lye mentionna des cadeaux. D'où me sac bombé qu'elle portait. Gwyn s'était assise sur ses pattes arrières, museau dressé, et elle reniflait l'air, avant de se diriger, rapide et ondulante jusqu'à Veltan. Elle fit un tour sur elle même, avant de quémander un morceau de pain. Le paladin détacha un petit morceau de son pain, et le furet s'empressa de le saisir dans sa gueule. Elle rejoignit l'espace entre Lye et Veltan de sa démarche sautillante, s'y installa pour manger. Une fois terminé, Gwyn frotta son museau, et se décida à grimper le long du bras de Veltan, qui d'une main, poussa son arrière-train. Le furet s'installa sur son épaule, se nichant dans son cou.

-J'en ai un moi aussi, j'espère, de cadeau, après tout ce travail acharné dans ta boutique.

Veltan jeta un de ses sourires enjôleurs, dévoilant ses dents blanches et faisant pétiller ses yeux bruns d'une lueur malicieuse. Donnant un petit coup d'épaule à la centaure, le paladin s'enfila une nouvelle gorgée de bière.


Gwyn, fidèle compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lye'oso
Marchand
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Jeu 19 Sep - 15:56

La réponse d'Aeon, et surtout sa réaction lorsqu'elle parla des présents lui tirèrent un sourire tendre. Il était adorable, vraiment, un grand mâle avec des réactions aussi craquantes que celles d'un poulain, c'était amusant à voir, et plus elle connaissait l'aubergiste plus elle l'appréciait, lui et sa famille, même si Net avait un peu de mal avec elle. Enfin, avec les filles en général.
Veltan lui décrocha un sourire plein de dent, enjôleur, charmeur, en lui demandant q'il en aurait un. Le sourire de Lye s'empourpra un peu. Comment est-ce qu'elle avait pu rester ainsi fixer sur le drow ailé alors que Veltan était assit à coté d'elle. Il lui rappelait ces étalons solitaire, se pavanant devant les femelles pour gagner leurs coeurs et leur charmes. Et elle était loin d'être indifférente à ce genre de cour, même si elle tentait de ne pas trop le montrer. "Ne batifolle jamais avec le premier qui te propose d'aller cabrioler" lui avait dit sa mère dès qu'elle était devenu une jeune pouliche en âge de trouver un mâle. Et elle suivait son conseil au mieux, même si dans le cas présent, Veltan ne lui avait jamais proposé d'aller cabrioler.

-Bien sur que tu en as un. Et même Gwynn.

La centaure offrit un clin d'oeil à la boule de poil lovée sur l'épaule de Veltan. Elle mangea encore un peu de patte d'ours, et reprit une gorgée de bierre fraiche avant de donner suite à ce qu'elle avait commencé, prenant un paquet pas très grand enveloppé d'une peau de daim claire, un un plus petit enveloppé dans un tissu en coton.

-Ce n'est pas grand chose, mais dans mon troupeau, lorsqu'on est aidé, on est redevable, et l'ont doit offrir un objet fait à la main en gage de remerciement et d'attachement. Et vous m'avez tous rendu service et aidée quand je suis arrivée.

Elle ouvrit la peau retenue par une simple ficelle et dévoila à l'intérieur plusieurs petits flacons, quatre pour être précis, remplis de diverses choses, scellé par une résine ambrée, et tenu par un lacet de cuir. Elle prit l'un des flacons, contenant des charmes, par le lacet, et le tendit à Aeon.

-Celui là, est pour toi Aeon. Il contient, de la poussière de Pierre de Lune, pour favoriser les échanges; de la poudre de citrine, pour repousser les maladies et favoriser les guérisons; une plume de fauvette, pour la protection de la famille et de ton foyer; et des trèfles séchés, pour favoriser ta chance et ta réussite autant en réussite que dans ta vie personnelle.

Elle lui donna et en prit un second, qui avait de figé dans la résine ambré, deux cheveux de la centaure. Elle le tendit à Veltan cette fois, réussissant à le regarder dans les yeux sans trop rougir, enfin, moins que d'habitude.

-Celui là, j'ai mis à l'intérieur, un éclat d'onyx noir, pour que tu n'oublie j'amais de revenir ici un jour; de la poudre de cristal de roche, pour que tu sois protégé des dangers; une plume de moinneau pour te porter chance; des graines de coriandre et de marjolaine, pour veuiller sur ta santé, te porter chance, te protéger et...

Elle suspendit sa phrase, ne sachant pas si elle devait donner le dernière signification qu'avaient la coriandre et la marjolaine. Elle eu uun petit rire.

-Et c'est déjà pas mal je pense.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeon MacFragan
Aubergiste
avatar

Peuple : Humain, originaire du Maëldan
Second(s) Métier(s) : Ancien Forgeron
Nombre de messages : 22
Localisation : Offrant le calme, le gîte et le couvert au Paladin Silencieux
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Dim 20 Oct - 16:03

Veltan acheva de détendre l'atmosphère, faisant comme si rien ne s'était passé. Aeon vit son fils se glisser dans la cuisine, et ressortir avec un boite en fer contenant des sablés sous le bras, deux gobelets en terre cuite, et un pichet qui devait sans doute contenir de l'eau de fraises, puisque son fils en raffolait. L'odeur du sucre et du beurre chaud envahissait peu à peu la salle, venant des énormes fours de la cuisine, où cuisaient les gâteaux qu'il avait confectionné durant une bonne partie de l'après midi, et qui termineraient dans les ventres affamés des clients de ce soir. Il essuya machinalement son plan de travail, regardant Lye ouvrit son sac et en sortir deux paquets, l'un d'une taille moyenne, à l'emballage en peau, et un second plus petit, emballé lui dans du tissus. Les paquets, nota Aeon, avaient tous été fait soigneusement. Les joues de l'aubergiste se teintèrent d'un rouge léger quand elle les remercia pour l'aide qu'ils lui avaient apporté. Aeon n'avait pas grand chose, puisqu'il gérait son auberge, et il avait seulement fournis quelques repas, le temps que Lye s'installe, et fait passer le mot quand il avait fallu réparer le toit de sa boutique, après une après-midi d'orage, où elle avait eu la mauvaise surprise de découvrir une fuite qui avait bien failli ruiner les plantes qu'elle avait déjà commencé à faire sécher. En dehors de ça, c'était plutôt Veltan, qui lui n'ayant rien à faire d'autre de ses journées que de trainer dans la salle commune et de faire glousser la moindre demoiselle un tant soit peu ouverte à la discussion, avait aidé Lye à s'installer. A dire vrai, il avait alors passé le plus clair de son temps à remettre en état l'échoppe de la centaure, et à lui apporter les repas préparés par Aeon, quand il ne l'accompagnait pas pour venir manger au Paladin Silencieux.

Lye retira la ficelle qui maintenait le premier paquet fermé, écarta la peau de daim pour dévoiler quatre flacons, de petites tailles, scellés et passés sur des liens de cuir. Des charmes que confectionnait beaucoup d'apothicaire comme Lye, ou même boutiquier faisant dans le commerce d'ingrédients, potions, et autres onguents ou poudres. Elle lui tendit un flacon, qu'il saisit dans une de ses grandes paluches, délicatement, comme s'il ne contrôlait pas sa force, et risquait de l'écraser entre ses doigts. Aeon avait de la poigne et des muscles, hérités de son ancien métier de forgeron, avant qu'il ne s'installe ici, rachetant l'auberge et offrant une vie plus stable à ses deux enfants après la mort de Mina. Aeon leva le flacon devant ses yeux, examinant le contenu, tandis que Lye lui énumérait les ingrédients qu'il contenait. Et ce petit flacon en contenait beaucoup. Aeon eut un sourire chaleureux, alors qu'il reposait doucement le charme sur le comptoir.


-Merci Lye, je le garderai près de moi, c'est comme ça qu'il se porte.

Aeon portait déjà un pendentif de ce genre, celui qu'il avait offert, encore tout jeune forgeron, à Mina. Le lien de cuir et pendentif fait d'un alliage de métaux, qu'il avait collecté dans la forge où il avait fait son apprentissage. Le pendentif avait la forme d'une femme aux ailes de fey, référence aux origines de Mina, perchée sur un cristal de roche. Aeon le portait sous ses vêtements, et s'en était servi pour s'éclaircir les idées, lorsqu'il s'était senti bizarre à l'approche du Drow ailé, qui devait maintenant déguster des sablés et boire de l'eau de fraises dans la jardin. Lye prit alors un second flacon, qu'elle tendit à Veltan. Aeon avisa le caractère très personnel de ce charme lorsque la centaure en énonça le contenu. L'aubergiste dissimula son sourire en essuyant à nouveau le plan de travail, avant de s'excuser :

-Je vais faire un tour de salle.

L'aubergiste quitta le rempart de son comptoir, laissant Veltan, qui décidément, les faisait toutes tomber, et une Lye rougissante. Pour donner corps à son prétexte, Aeon allait remuer les braises de l'âtre, ravivant les flammes en mettant quelques brindilles bien sèches qui craquèrent, puis une bûche de petite taille. Le feu servirait ce soir à la rôtisserie, mais aussi à chauffer la salle, les nuits étaient toujours fraîches dans le Nord.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veltan Talfort
Chevalier/Paladin
avatar

Peuple : Humain, Falastois, ascendance Maëldanaise.
Second(s) Métier(s) : Sorcier mineur.
Armée/Guilde/Institution : Manoir d'Aeguishor.
Nombre de messages : 27
Localisation : Par monts et par vaux. Ou à une bonne table.
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Mar 22 Oct - 22:33

Le chevalier termina son morceau de pain généreusement garni de fromage. Il fit passer le tout avec une nouvelle rasade bière brune. Du coin de l’œil, il regarda la centaure poser deux paquets sur le comptoir, et déballer le premier. Veltan reposa sa chope, pivotant légèrement pour se tourner vers Lye. Il eut un sourire moqueur en voyant la maladresse d'Aeon. Le grand et massif Maëldanais était capable de faire preuve d'une délicatesse surprenante, comme en témoignait la plupart des sculptures qui ornaient les pieds de chaises et de tables, ainsi que le linteau de la cheminée. Le fumet provenant des cuisines s'en alla titiller ses narines, et il se promit de faire un sort aux gâteaux qui sentaient si bons. Une odeur de sucre et de beurre caramélisant, lui rappelant l'odeur des boulangeries et auberges, tôt le matin, alors que le pavé des rues d'Armenelos était encore couvert par des lambeaux de brouillard, et qu'Aelius se levait à peine. Aeon en possession de son cadeau, s'excusa, prétextant un tour de salle. Oui, son vieil ami savait preuve d'une délicatesse surprenante. Aeon les laissait seuls tous les deux, et il fallait être aveugle pour ne pas voir que Lye l'appréciait autant que Veltan se plaisait à la faire rougir ou rire. Le mercenaire pivota complètement sur son tabouret, et se faisant, tournant complètement vers elle. Lui aussi reçut un petit flacon, contenant un charme concocté sur mesure par la boutiquière. Veltan fit comme Aeon, levant le flacon, le tenant par le cordon, et sous sa base, le portant jusqu'à hauteur de ses yeux pour en examiner le contenu. Lye avait les joues délicieusement rougies. Gwyn, son furet avait sauté de ses épaules pour se placer sur le comptoir, le museau remuant, ses moustaches agitées. Veltan lui montra le flacon, qu'elle renifla avant d'estimer que ça n'était pas comestible, ni un rival,  et elle préféra alors renifler le comptoir à la recherche de miettes.

-Et bien, si avec tout ça je ne suis pas protégé... Sois sûre que je reviendrai rien que pour me plaindre, fit-il en souriant de toutes ses dents.

Le flacon reposait maintenant dans le creux de sa main. Son regard brun et chaud allumé de cette lueur caractéristique de malice, Veltan attrapa Lye, passant un bras autour de ses épaules, l'attirant contre lui, le temps de déposer un baiser sonore sur une de ses joues rougies.

-Merci, poursuivit-il en la relâchant, j'en prendrais soin, et je l'emmènerai partout avec moi. Avec ma chance légendaire, et ton charme, je ne devrais rencontrer aucune infortune. Gwyn, si tu mets ta tête dans mon verre, tu seras privée de dessert.

Le furet émit un couinement de protestation, alors qu'elle allait véritablement tenter de boire la bière qui restait dans la chope de Veltan. Pour se donner une contenance, Gwyn se frotta le museau avec ses pattes, avant d'aller jusqu'à Lye de son pas sautillant, comme pour aller quémander son cadeau.


Gwyn, fidèle compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lye'oso
Marchand
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Mar 22 Oct - 22:59

La réaction d'Aeon lui réchauffa le cœur, tandis que ce dernier s'emballait déjà à l'idée qu'il lui fallait maintenant attendre celle de Veltan. Elle devait être aussi discrète qu'un garman au milieu d'un troupeau de mouton, avec ses joues rouges, le contenu de ce flacon, sa tête quand elle l'avait détaillé. Aeon était heureusement partit faire un tour en salle, il y avait moins de témoin la voyant si ridicule. Mais en même temps il n'y avait personne vers qui elle pourrait détourner l'attention si elle se sentait trop gênée. Veltan regardait son flacon avec attention, beaucoup plus d'attention. Lorsqu'il prit le flacon dans le creux de sa main, elle s'attendit à un "merci" ou même à un "c'est gentil Lye" mais pas à ce qu'il passe un bras autour de ses épaule, et qu'il l'embrasse. Un baiser sur la joue, un peu sonore, mais, c'était tout de même un baiser, bien qu'elle eu peur -ou espéré ?- qu'il l'embrasse tout court.
Elle lui offrit un sourire plein de dents, orné de joues toujours aussi rouges, avant de lui répondre.

-C'est le but, qu'il ne t'arrive rien, sinon tu pourras revenir me gronder dans le cas contraire, j'assumerais ma faute.

Gwyn arriva près d'elle. S'arrêtant pour se nettoyer le museau, couinant un peu, faisant même la belle en la regardant. Elle avait bien comprit qu'elle avait aussi un cadeau, et venait sûrement le demander. La centaure replia un peu la peau de daim, recouvrant du même coup les deux flacons restant qui étaient pour Nat et Tanalda. Leurs charmes à eux étaient assez simples. Santé, réussite, imagination fertile pour Nat, grand amour pour Tanalda, et richesse pour les deux, elle ne pouvait que leur souhaiter tout ça pour leur avenir qu'ils avaient largement devant eux. Pour Nat, elle avait même mit une pierre dite œil de tigre, non réduite en poudre, mais en fragment, juste parce que ça s'appelle œil de tigre. Et que ça faisait office de protection en passant.
Elle attrapa le paquet en tissu et le déballa.

-Pour toi Gwynn, pas de flacon, je sais que tu t'es serais fichue. Mais quelque chose de comestible.

Du tissu, Lye sortit quatre biscuits sec aux amandes et noisette, bien dorés sur lesquels elle avait dessiné dans la pate un motif de feuille. Elle les présenta à la furette avant de poursuivre l'explication de ce qu'était son cadeau.

-C'est l'une de mes première tentative de biscuit. Je te rassure, ils sont parfaitement mangeable, et j'oserais presque dire qu'ils sont bon. J'espère que ça te plait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veltan Talfort
Chevalier/Paladin
avatar

Peuple : Humain, Falastois, ascendance Maëldanaise.
Second(s) Métier(s) : Sorcier mineur.
Armée/Guilde/Institution : Manoir d'Aeguishor.
Nombre de messages : 27
Localisation : Par monts et par vaux. Ou à une bonne table.
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Mar 29 Oct - 17:52

-Oh mais sois certaine que je reviendrai si ton charme fonctionne. Ce serait dommage de ne pas te le dire. Et dommage aussi de me priver de mon lieu de vacances favoris. Même si la prochaine fois, j'irai peut-être voir ma soeur à Nargoryth...

La lueur de malice qui faisait pétiller les yeux de Veltan ne s'éteignit pas, mais il diminua en éclat. Une des raisons pour laquelle le chevalier ne se fixait jamais, et bien, c'est qu'il était chevalier d'Aeguishor, et que le plus souvent, il courait partout dans le Maëldan. Ses longues vacances étaient généralement l'occasion de venir passer quelques semaines à Fainros, ou bien dans le Sud, mais le voyage jusqu'au cœur de l'Eredmorn était beaucoup plus long. La centaure avait toujours les joues rouges, mais elle arrivait encore à se maîtriser. Gwyn lui offrit un sujet de conversation bienvenue. Entendant son nom, la furette qui avait bien compris que la centaure allait lui offrir quelque chose se dandinait devant elle. Se redressant sur ses pattes, pour voir ce que Lye déballait, moustaches frémissantes, la furette émit un bruit de gorge ronronnant et assortit d'un couinement. Gwyn observa avec attention ce que Lye lui présentait.
Veltan se mit à rire lorsque Gwyn lança un regard de reproche à la centaure, semblant se demander s'il ne lui manquait pas de case. Vexée, Gwyn délaissa les biscuits, traversa de sa démarche sautillante le comptoir, pour grimper sur le bras de Veltan, qui l'aida à aller se percher sur son épaule.

-Navré, Gwyn est du genre carnivore. La plupart du temps, elle se nourrit toute seule, de souris ou de rats. J'ai bien peur que tes biscuits ne trouvent pas preneur. Même s'ils ont l'air délicieux. Et les furets ne sont pas faits pour manger des choses sucrées.

Veltan gratta distraitement le menton de la furette qui semblait s'être remise de ce moment de déception.

-Mais je les goûterais pour le dessert, histoire que tu ne les ai pas amenés pour rien. Et puis comme ça, je pourrais toujours dire que j'ai eu deux cadeaux.


Gwyn, fidèle compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lye'oso
Marchand
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Jeu 23 Oct - 18:48

Ca lui fit plaisir de savoir que le guerrier reviendrait les voir, et si ce n’était pas pour son charme –sans mauvais jeu de mot-, ce serait parce qu’il aimait venir ici. Elle apprit qu’il avait une sœur, avant de se rappeler qu’il en avait déjà parlé une ou deux fois. Mais elle n’en savait pas plus sur elle que le seul lien de parenté les liants tout deux.

Le rougissement reprit Lye une nouvelle fois en voyant l’air déçu de Gwyn. La furette ne mangeait pas ses gâteaux, et elle eut rapidement la raison de ce délaissement. Le fait qu’elle n’ait pas pu offrir de cadeau à Gwyn la rendit un peu mal à l’aise, tout en la peinant. Elle qui avait voulu faire plaisir à tout le monde, c’était gâché, la centaurette aurait du se renseigner un peu quand même, avant de faire ses gâteaux. Si elle avait su, elle aurait préparé de la viande séchée, du jambon, ou quelque chose de ce genre à base uniquement de viande. Dans un joli petit emballage pour le coté cadeau. Là, même si elle avait mit tout son cœur à l’ouvrage, ça faisait un flop, et elle n’avait pas de solution de rechange pour rattraper sa boulette.

Sur l’épaule du chevalier, la furette se faisait gratter le menton, n’ayant plus de trace de la déception qu’elle avait eu quelques secondes avant. Une petite consolation pour Lye, qui se sentit quand même un peu nulle pour le coup. Veltan reprit la parole, expliquant qu’il les gouterait au dessert, et là, son cœur fit un bond, pendant que sa tête paniquait.

-V-vraiment ? Ce serait très gentil, mais je ne suis pas sûre qu’ils vaillent ceux d’Aeon. J’ai fais de mon mieux, et je les trouve bon, mais si tu as l’habitude d’en manger venant de personne très doué en cuisine, le goût pourra te sembler peu réjouissant...

Ses oreilles se baissèrent un peu, pour mieux s’agiter alors qu’une idée lui vint en tête. Ses biscuits étaient humbles, elle y avait mit son cœur, mais ce qui lui manquait était l’expérience. Il fallait voir l’état de sa petite cuisine pour le constater, elle ne savait pas trop quoi faire en cuisine. Il lui faudrait s’entrainer pour offrir à Veltan des biscuits digne de ce nom.

-Mais, quand tu reviendras, je me serais entrainée, et je t’en referais d’autres rien que pour toi, et tu pourras juger de l’évolution que j’ai eu en pâtisserie, qu’en penses tu ?

Elle eut un regard pour Gwyn, et surtout un large sourire pour la furette. Elle lui aurait bien caressé la tête, la raison le lui interdit sachant que c’était à ses risques et périls, la boule de poil étant un peu sauvage. Mais elle était si mignonne aussi.

-Et pour toi j’aurais de la viande, pour me faire pardonner des biscuits, j’ignorais que tu n’en mangeais pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veltan Talfort
Chevalier/Paladin
avatar

Peuple : Humain, Falastois, ascendance Maëldanaise.
Second(s) Métier(s) : Sorcier mineur.
Armée/Guilde/Institution : Manoir d'Aeguishor.
Nombre de messages : 27
Localisation : Par monts et par vaux. Ou à une bonne table.
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Jeu 30 Oct - 22:53

Lye était... entière. A défaut d'avoir un véritable qualificatif. Que Gwyn ne puisse pas manger ses biscuits semblaient être presque aussi grave que... et bien que si Aelius s'était éteint. Le furet ne semblait même pas s'en formaliser, ayant déjà passé à autre chose, à savoir trépigner d'impatience, ou bien trépigner tout en réfléchissant à la prochaine bêtise qu'elle pourrait faire. Un froncement, léger, de sourcils accompagnant l'expression à la fois amusée, étonnée, et un peu déboussolée qui passa sur le visage du chevalier. Il trouvait amusant que Lye considère Gwyn avec autant d'importance, alors qu'en vérité, elle était simplement un furet, et c'était tout. Ni Gwyn ni lui n'avaient été touchés par la grâce de Cùan, si bien qu'ils n'avaient pas ce lien particulier qui unissaient mortels et animaux, leur permettant de se comprendre, mais aussi de développer des capacités chez l'un et l'autre, qu'ils n'auraient jamais acquis autrement. Et Veltan en remerciait les Dieux. Il n'osait imaginer ce que cela donnerait... Enfin, il aurait été capable de faire des acrobaties pour épater la galerie - ce qu'il faisait déjà parfois constata-t-il avec une certaine consternation - et de se percher et de se planquer dans des endroits improbables. Quant à Gwyn, elle aurait peut être développée sa capacité à être encore plus énervante, et il se serait retrouvé avec trois fois plus de morceaux de viandes, bouts de rongeurs et de petits oiseaux à moitié dévorés dans ses affaires, sans compter qu'ils auraient pu se parler. Il grimaça intérieurement. Un tigre, un griffon, ou même un Earthaë, avaient sans doute plus de cervelle que son furet. Veltan jugea qu'il serait peut-être judicieux d'informer Lye que Gwyn n'était pas capable de s'arrêter deux secondes pour réfléchir et lui en vouloir ne pas avoir apporter de viande.

-Tu sais, ce n'est pas comme si Gwyn pouvait comprendre, ou même t'en vouloir. Elle n'est qu'un furet, c'est tout.

C'était un peu étrange pour lui de dire ça, vu que lorsqu'ils étaient seuls, ou que Veltan trouvait le temps long, il lui arrivait de taper la discute à sa boule de poils. Mais... Gwyn ne lui répondait pas, ou du moins pas comme l'auraient fait des Compagnons, et elle était un animal ordinaire, avec son intelligence, mais pas celle proche d'un être pensant et doué de raison comme un humain ou un centaure. Après Aelius, ce fut comme si Mizuki était tombée du ciel. Lye semblait paniquée à l'idée qu'il mange ses biscuits.

-Oh mais par Nevaeh, s'exclama-t-il en riant, tu crois vraiment que j'ai des goûts de luxe ? Si tu savais ce qu'on nous refourgue comme ration... Et je ne suis pas un grand seigneur habitué à goûter des mets raffinés à chaque repas, Ma Dame.

Il se moquait d'elle, gentiment, et la lueur de malice qui animait ses yeux flamboyait de plus belle. La centaure était trop entière, et trop spontanée pour avoir le temps de réfléchir et de mettre de la nuance dans ses sentiments et ses propos. Cela l'amusait, l'étonnait, et cela dénotait d'une certaine naïveté qu'il trouvait rafraichissante. Et un brin craquante. Lye'Oso était une centaure comme Veltan n'en avait jamais vu. Généralement, les centaures, hommes ou femmes, étaient plutôt des masses de muscles, et du genre caractériel.

-Et Aeon a tout appris de sa femme pour la cuisine. Et il a eu plusieurs années pour se perfectionner. On peut dire qu'il y a eu des ratés...

Veltan se souvenait des premières bières que l'ancien forgeron avait brassées, elles n'avaient pas toujours été du meilleur goût, et il avait parfois dîner de viandes trop cuites et de légumes trop bouillis. Mais Aeon avait quand même un don pour confectionner de succulent repas comme Veltan en mangeait rarement, même s'il imaginait bien que cela ne valait pas la table d'un prince ou d'un roi. A lui, cela lui convenait parfaitement. Tout repas cuisiné des mains de quelqu'un était meilleur que la viande d'Earthaë séchée ou les biscuits de voyage, qu'il fallait ramollir dans de l'eau pour pouvoir être mangés.

-Mais je goûterai à tous les gâte aux que tu me feras, avec plaisir. Par contre, tu éviteras de gaver Gwyn, ou je risque de vraiment me retrouver à devoir me promener avec une véritable boule de poils. Et elle se nourrit toute seule la plupart du temps, ne t'en fais pas pour elle, c'est une grande fille.

Il gratifia la furette d'une énième grattouille sous le menton, riant de plus belle.

-Je trouve amusant que tu t'inquiètes autant de plaire à un furet... Peut-être même plus que de savoir si tes biscuits avec leur jolie forme de feuille me plaisent ou non, il se retourna pour héler l'aubergiste agitant sa chope après avoir vidé d'un trait ce qu'il restait, hé ! Aeon, une deuxième s'il te plait !


Gwyn, fidèle compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeon MacFragan
Aubergiste
avatar

Peuple : Humain, originaire du Maëldan
Second(s) Métier(s) : Ancien Forgeron
Nombre de messages : 22
Localisation : Offrant le calme, le gîte et le couvert au Paladin Silencieux
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Mar 11 Nov - 22:23

Son tour en salle fut rapide. Aeon n'avait pas vraiment de monde en fin d'après midi. Sa salle se remplirait dans la soirée, comme souvent. On ne pouvait pas dire que le Paladin Silencieux était la plus luxueuse des tavernes, mais Aeon l'avait décorée de ses mains lors de ses quelques heures de temps libre. S'il avait passé sa vie à être un forgeron avant d'être aubergiste, il avait aussi fait dans la sculpture, ornant le plus souvent, le bord ses lames, ou encore les manches des armes. Il s'était souvent fait la main sur des morceaux de bois, et aujourd'hui, il avait appliqué son savoir faire sur la plupart des pieds des meubles dans la salle, et sur le linteau de la cheminée. Donnant un petit coté Maëldanais à l'ensemble. Sa fille avait insisté pour qu'il pende de grandes bandes tissus colorées entre les poutres du plafond, donnant un à sa salle des airs de tentes Andanoréennes, ou de campement de cheminants. Sa fille et son fils étaient fascinés par les artistes. Même si, pour son plus grand soulagement, Tanalda avait choisi la voie de la guérison, effectuant son apprentissage auprès d'un guérisseuse locale. Quant à Nat, il était encore trop jeune pour avoir autre chose que dompteur de Tigre ou Compagnon de Cùan en tête.

Le jour baissait à l'extérieur, et Aeon tourna un petite molette, fixée sur une poutre au mur, près de l'arche qui menait vers l'escalier et les trois étages. Les chandeliers - forgé par lui-même - qui pendaient au plafond s'allumèrent, et quelques bûches supplémentaire dans la salle suffirent à redonner vie et chaleur à l'endroit, en dépits des tables vides. Il y avait bien la tablée de la mage, Belphoebe, qui attendait là depuis une semaine que ses compagnons arrivent, et ces derniers étaient arrivés au compte goutte. Aeon se demandait vraiment ce que les groupes d'aventuriers pouvaient avoir encore à trouver, quelle quête pouvaient-ils avoir encore à accomplir... Lui, n'avait jamais vraiment aimé à l'aventure. Il n'avait d'ailleurs quitté son petit village natal du bord de mer en Maëldan, que parce qu'il ne supportait plus d'y vivre. Mina et lui y avaient longtemps vécus heureux, et après sa mort, alors que Nat était encore au berceau, Aeon avait pris la décision de partir pour Fainros, après que Veltan lui ait parlé d'une bicoque en mauvais état qui cherchait un propriétaire. La bâtisse mal en point était devenue le Paladin Silencieux, qu'il avait rebâtit de ses mains. Il en était fier. Et ses enfants se plaisaient ici, et lui, avait pu faire tranquillement son deuil. Le travail ayant été d'un meilleur réconfort que les dires des prêtres de Dämons.

L'odeur des gâteaux embaumait toute la salle. Il était sans doute temps de les sortir des fours de sa cuisine, et d'entamer la longue cuisson de l'énorme morceau d'épaule d'Earthaë qu'il mettrait à rôtir pour le repas de ce soir. Il y avait aussi les restes de viandes à découper en morceaux, pour en faire une immense timbale de ragout, avec une sauce épaisse et goutteuse, sans doute avec un peu de bière brune. S'il restait du ragout, Aeon en ferait des tourtes, la viande serait alors savoureuse et les légumes aussi. Veltan le héla. Le chevalier était assis au côté de Lye. La centaure affichait un air embarrassé et ses joues étaient aussi rouges que si elle venait de courir sur des lieux. Il se demanda ce que le beau parleur avait bien pu lui dire. Aeon appréciait Lye, bien qu'il n'ait pas vraiment eu l'occasion de parler longuement avec la centaure, c'était une boutiquière, et par là même une collègue. Elle était fondamentalement gentille et ouverte, même s'il semblait facile pour elle d'être déstabiliser. Veltan s'amusait souvent à le faire, ce qui la faisait rougir jusqu'à la racine de ses cheveux. Ce dernier agita sa chope. Aeon déplaça alors sa masse avec un pas souple et silencieux, qu'un homme de sa carrure et sa taille ne devrait pas avoir normalement. Mais le grand Maëldanais était réservé, et les années lui avaient appris à se mouvoir avec discrétion. Inutile pour lui d'être comme un taureau, cela n'aurait fait qu'entretenir les clichés qui circulaient sur les Maëldanais... L'aubergiste débarrassa une table vidée de ses occupants au passage, et retourna à son comptoir.


-Si tu peux patienter quelques secondes, j'aimerai ôter mes gâteaux du four, ou bien mes clients devront se contenter de pain et confiture ce soir.

Aeon s'interrompit quelques secondes avant de reprendre, pour Lye :

-Si ce brigand qui se prétend champion de l'amour courtois t'importune, n'hésite pas à le lui faire savoir. Ou je pourrais toujours lui servir un plat trop bouilli...

Aeon eut un petit sourire. Le Maëldanais ne riait jamais très fort, ou ne souriait jamais de toutes ses dents, sauf quand son fils lui contait sa journée. Nat réalisait toujours au moins dix prouesses à la journée s'il l'écoutait. Enfin, la boutade signalait à Veltan qu'il avait parfaitement entendu cette partie de la conversation. Il passa alors en cuisine, et retira rapidement les plats où les gâteaux parfaitement dorés et luisants furent posés sur la grande table de bois qui lui servait de plan de travail. En revenant, il se saisit de la chope de Veltan, la remplissant de bière brune qu'il tira du tonneau derrière lui, encastré dans l'étagère.

-Comme tu n'as rien à faire, et que tu crèches ici depuis des jours, rend toi utile, et aide moi, j'ai une épaule d'Earthaë à embrocher.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nat MacFragan
Inwillissien
avatar

Peuple : Métis, humain et fey
Second(s) Métier(s) : Aide parfois son papa à l'auberge, parfois.
Nombre de messages : 15
Localisation : Un jour j'serais l'plus grand dompteur de tigres !
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Mer 12 Oct - 22:04

Fier comme un paon, Nat se précipita à l'intérieur. Il prit quand même le temps de s'essuyer les pieds. Il avait une fois dû nettoyer le sol, était la pire corvée du monde. Même ranger sa chambre, s'était du gâteau à coté. Alors il prit bien soin de s'assurer que ses chaussures ne laissaient aucune trace sur le sol. A peine entré, une énorme bouffée de chaleur l'assaillit. Les fours fonctionnaient à plein régime, et ça sentait bon le sucre, la vanille, les gâteaux quoi. En avançant, l'odeur de la viande commençant à rôtir se mêla, un peu écœurante, à celle des gâteaux. Zee préférait la viande aux gâteaux. Mais Zee, des fois, il ne savait pas trop ce qui était bon dans la vie.
La salle n'était pas très pleine, même si tonton Veltan et la centaure étaient toujours là. Lye avait l'air d'aller mieux. Nat nota qu'elle collait quand même un peu trop tonton Veltan. Mais bon..

-Papa ! Papa !

Son père se tenait derrière son comptoir, comme à son habitude. Nat était très fier de son père, qui touchait parfois presque les plafonds, et qui était aussi large que son armoire. Il était encore plus fier quand il le voyait travaillait. Nat, lui, voulait devenir dompteur de tigres plus tard, mais il savait que son papa travaillait dur et qu'il aimait ça. Parfois, il lui donnait un coup de main, parfois.

-Araal est dans la cour. Avec un copain. Ou une copine, je sais pas trop. J'ai pas bien vu. Mais il demande si tu as de la nourriture, à emporter je suppose, parce qu'il est avec Tëhernëtar. Il demande aussi si tu peux venir !

Nat avait eu un débit de paroles élevé, excité comme il était. ll se balança d'un pied sur l'autre.

-Vite, parce que j'ai laissé Kyeral tout seul dehors. Je sais bien qu'Araal va rien lui faire, mais bon, on sait jamais s'il se passe encore un truc bizarre comme avec la dame...

Et Nat jeta un regard équivoque à la centaure. Zee ricana sur son épaule. Le petit garçon détourna en suite dignement la tête, se hissant sur un tabouret pour regarder son père s'activer.

-Je peux aller leur dire que tu arrives ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lye'oso
Marchand
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Ven 14 Oct - 19:58

Lye eut a nouveau les joues rougies. Décidément, elle avait l'impression d'enchainer les petites erreurs, même si Veltan ne semblait absolument pas mal prendre le fait qu'elle les enchaine, s'en amusant même. C'était vrai qu'elle accordait de l'importance à Gwyn, peut-être plus que ce qu'elle devrait, mais elle voyait la furette plus que comme une simple boule de poil. Elle surestimait certainement l'intelligence et la compréhension de l'animal, qui ne devait pas comprendre la notion d'excuse et beaucoup de nuance d'émotion, mais la centaure ne pouvait s'empêcher de la traiter comme une égale. Elle adressa un petit sourire à l'animal qui furetait un peu partout, et répondit à Veltan après qu'il ait demandé une autre bière à Aeon.

-C'est juste que, ça m'embête un peu de savoir qu'elle n'aura pas eu de cadeau. Elle m'a laissé la caresser une fois et à été d'une aide précieuse pour m'amuser en faisant des cabrioles.

La boule de poil s'était laissé faire quand Lye avait voulu la caresser alors qu'elle venait de manger et qu'elle somnolait en marchant sur le petit comptoir de sa boutique. La centaure s'était sentie comme si elle avait été élue par les Dieux pour accomplir une noble tâche, et n'avait pas insisté trop longtemps, de peur de perdre ce petit privilège et de gâcher l'instant.
Replaçant une mèche bouclée derrière son oreille, elle porta son regard sur le guerrier qui se moquait d'elle et profitait de sa tendance à être impressionnable. Enfin, surtout par lui.

-Mais soit ! Je t'offrirais d'autres gâteaux, en faisant quand même attention à leur goût même si tu me dit que tu n'as pas de goûts de luxe. Et je déduis que si tu trouve leur forme jolie, ils te plaisent au moins de visu. Non ?

Elle eut un petit doute, peut-être se moquait-il de la forme de ses biscuits ? Ou les trouvait-ils vraiment jolis ? Sa petite confiance précédemment gagnée laissa place à une légère confusion, sitôt repérée par l'aubergiste qui vola gentiment à son secours, proposant de punir son tourmenteur d'un plat trop bouilli. Aeon eut un sourire auquel elle répondit. Il était vraiment gentil, elle ne regrettait pas son choix d'avoir quitté sa harde pour venir en ville, et ici même. Elle rencontrait des gens formidables, bien que certains se méfient d'elle ou la dénigrent de par sa race, à cause de la guerre bien trop récente. Elle avait regardé ses mains un long moment, en silence, songeant à toutes les choses bien qui lui étaient arrivées ici et à la vie peut-être trop monotone qu'elle aurait eut au sein de sa harde.
Elle serait peut-être devenu une guérisseuse au sein de sa famille et les aurait tous soigné au fur et à mesure de leur cheminement. Elle aurait rencontré des bipèdes, marchandant avec eux. Peut-être même aurait-elle finit par prendre la place de Vesyck’o en tant que Chef Guérisseuse, et elle aurait elle même formée de nouveaux poulains et pouliches pour prendre sa succession. Elle se demandait ce qui serait advenu d'Unt et Syul, son frère et son amis d'enfance auraient-ils continués à être amis, se seraient-ils battus à la mort de Ach, son père, afin de reprendre la place d’étalon au sein de la Harde ?


-Lye ?

Veltan la regardait depuis plusieurs secondes déjà, se demandant sûrement pourquoi il n'y avait plus de bruit d'un coup, ce à quoi elle réfléchissait. Elle eut une seconde de floue, avant de regarder de nouveau ses mains.

-Je me disais que je suis vraiment contente d'être venue ici lorsque je suis partie de ma harde. J'ai rencontré beaucoup de gens très gentils que je n'aurais jamais rencontré si j'étais resté avec ma famille. Je n'aurais jamais rencontré Aeon, Tanalda... Je ne t'aurais jamais rencontré toi. Je pense que, que quelque chose aurait manqué, de ne pas t'avoir connu...

L'aubergiste revint en salle, avec la pinte demandé par Veltan plus tôt, et il lui demanda de venir l'aider pour mettre une épaule d'Earthaë sur la broche. Elle avait finit de parler en soit, mais elle avait l'impression que ce petit instant pendant lequel elle avait parlé était hors du temps, et la bulle avait éclatée. Elle mit les mains sur sa chope à elle et but un peu, pendant que Nat entrait et demandait à son père de venir en urgence dans la cours pour parler à quelqu'un que visiblement il connaissait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veltan Talfort
Chevalier/Paladin
avatar

Peuple : Humain, Falastois, ascendance Maëldanaise.
Second(s) Métier(s) : Sorcier mineur.
Armée/Guilde/Institution : Manoir d'Aeguishor.
Nombre de messages : 27
Localisation : Par monts et par vaux. Ou à une bonne table.
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Le Paladin Silencieux   Sam 18 Fév - 22:16

-Gwyn n'est pas rancunière. Et ne sait pas ce que c'est qu'un cadeau. Elle prend. Je perds régulièrement des chaussettes parce que madame a décidé qu'elles faisaient des matériaux à tanière parfaits.

Il secoua la tête, agitant ses lourdes boucles blondes.

-Insupportable ce furet.

Veltan allait boire et interrompit son geste. Ses yeux bleus se posèrent sur Lye, un sourcil arqué. Il reposa sa chope, un sourire ravageur sur le visage. La centaure avait les joues délicieusement rouge et elle semblait gênée puisqu'elle regardait ses mains. Une habitude avait noté

-T'es tombée dans le bon quartier. J'en connais des moins sympas. Et t'es tombée aussi sur un chic type. Moi-même, si tu n'avais pas compris.

Il lui fit un clin d'oeil. Et l'effet aurait pu être aussi dévastateur que son sourire, quand Aeon le ramena sur le plancher des vaches.

-Oh je t'en prie, tu n'oserais pas !

Finalement, l'aubergiste lui demanda un service. Il était vrai que si Veltan payait tout de même ses repas, à défaut de payer pour la chambre, il n'avait pas fait grand chose de ses journées, à par paresser avec Gwyn et aider Lye à s'installer. La boutique avait eu besoin d'un coup de neuf, et la peinture n'avait pas été du luxe, pas plus que de remettre des tuiles neuves sur certaines parties du toit, après la découverte de fuite lors d'une journée pluvieuse. Avec un soupir, il se décolla de sa chaise, délaissant sa pinte.

-Tu vois comme on m'exploite ? Se plaignit-il. Oui oui, ça va, je viens t'aider. Qu'est ce que tu ferais sans moi hein...

Gwyn avait décidé d'arrêter de faire n'importe quoi dans les étagères, pour aller s'installer sur la croupe de Lye, avant d'essayer de jouer avec ses cheveux. La grande main de Veltan s'empara du furet, qu'il plaça sur sa propre épaule. Gwyn poussa un petit cri de contentement. Il aida Aeon à placer l'énorme épaule d'earthaë sur la broche, avant de la placer dans la cheminée. La viande était piquetée d'ail, assaisonnée. Avec habitude, Veltan tira de sous la cheminée un bac rectangulaire de métal, qu'il plaça sous l'épaule. Il servirait à récupérer le jus de cuisson pour arroser la viande. Aeon rôtissait la viande comme personne. Nat débarqua comme une tornade dans la salle, appelant son père. Il avait son tigre en peluche sur une épaule. Le petit garçon ne s'en séparait que rarement, lui parlait et en parlait comme si son jouet était vivant et capable de le comprendre. Il y avait des visiteurs dans la cour. Ce qui n'empêcha pas Nat de faire une réflexion sur Lye. Veltan ne priva pas pour lui donner une légère tape à l'arrière du crâne.

-La dame a un nom. Sois gentil Nat. On veillera sur la salle pour toi Aeon, vas-y.
Voyant l'air du gamin, Veltan choisit d'être très mature et de lui tirer la langue avant de s’asseoir. L'aubergiste suivit son fils, filant vers la cour à l'arrière de l'auberge.

-Rassure moi, tenir une auberge, c'est un peu comme tenir une boutique, non ? Parce que même si je sais où tout se trouve ici, je ne suis pas vraiment doué pour le service. Aeon dit que je suis le pire serveur qu'il ait jamais vu. Même Zee doit mieux s'en sortir que moi je crois.

C'était un petit mensonge. Il était parfaitement capable de servir une table, à condition de ne pas faire ça toute la soirée.

-Je suis plus doué pour la rénovation. Un truc de soldat. On apprend vite à creuser des latrines ou à remettre en état des bâtiments pour pouvoir dormir dedans.A ce propos, encore besoin d'aide pour la boutique ? Les Aylis, ceux de la forge à deux pâtés de maison de chez toi, on dit qu'ils pouvaient te prêter leur fils si tu avais besoin de bras, et que tu n'aurais pas besoin de payer pour les clous la prochaine fois.


Gwyn, fidèle compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le Paladin Silencieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Morwei, Le Paladin.
» LE PALADIN
» Uriel, Paladin.
» ? Alrick Thysley ~ Paladin ~ Ombre ~ Libre
» La paladin et l'oiseau (Alex Artaïs) [fini]
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Falast :: Fainros Siège de l'Alliance :: Le Paladin Silencieux-
Sauter vers: