AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand le passé nous rattrape...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Quand le passé nous rattrape...   Dim 7 Déc - 13:29

L’avant midi était bien entamer quand la meute foulât le terrain du manoir, le temps était pluvieux et calme. La cheminer du manoir laissait s’échapper une longue traîner de fumer blanche qui disparaissait en se fondant aux nuages plutôt bas qui survolait l’édifice. Le temps humide laissait s’échapper du sol l’humidité enfouit créant une brume épaisse. A l’approche de la meute, de furieux aboiements s’élevèrent jusqu’aux oreilles des lycans don la pluie ne semblait couvrir convenablement l’odeur…

La meute derrière le manoir s’agitait dans tout les sens, grognant et sautant sans cesse. A l’intérieur Reineen comprit rapidement que quelque chose ne tournait rond. Sans attendre il saisit de sa gueule la robe de nuit de Maëlle et la tirat fortement pour lui faire comprendre la direction à suivre. La petite complètement tremper du bain donner à la bête n’eue d’autre choix que de suivre le loup.

A l’étage inférieur Dierdre s’affairait toujours a la remise en ordre du salon a la taille démesurer quand elle entendit la meute s’agiter, avant de pouvoir comprendre de quoi il en retournait Reineen entamait les marches devant Maëlle qui tentait de suivre la cadence imposer par le loup. Rapidement celui-ci la traînât devant la dame, lâchât la robe de nuit de la petite, courut vers la cuisine devant la porte menant vers la cour, stoppât et se retournât vers Dierdre en aboyant…


Dernière édition par Galrak le Mar 25 Aoû - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dierdre Fardale
Cheminant
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Serveuse par intérim au Cercles des Fées
Nombre de messages : 132
Localisation : Armenelos
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Dim 7 Déc - 17:03

Dierdre s'arrêta, quelque chose clochait dehors. Ou du moins, un mauvais pressentiment l'agitait, elle sortit du salon pour voir Reineen trainer Maëlle complétement trempée.
-Franchement Reineen tu aurais pu attendre qu'elle soit sèch-
Le manège du loup était étrange, fronçant les sourcils, la sil'ura eut du mal à communiquer avec le loup, qui ne transmettait que des images confuses.
-Qu'est ce qu'il y a ? Y'a rien dehors à part un temps de chien, fit-elle en enveloppant Mäelle avec une couverture destinée au salon.
Le loup était vraiment nerveux.
Elle lâcha sa fille, et rejoignit le loup devant la porte. Elle souleva le coin du rideau qui masquait les carreaux. Elle plissa les yeux pour essayer de voir à travers le rideau de pluie. D'une main, elle referma la mâchoire de Reineen, faisant signe à Maëlle de se taire aussi.
Elle l'envoya l'image d'une meute chassant en silence à Reineen, qui répondit par une succession d'images montrant le danger. Pourtant Dierdre ne voyait rien à part le reste de la meute s'ajiter devant la porte, transformant le sol détrempé en bouillasse.
-Je ne vois rien.
Les images montrant une proie acculée revinrent en force. Son coté animal la pressa d'aller se cacher, pour échapper à ce qui arrivait. Elle choisit d'écouter le loup, et prit les choses en mains, autrement dit mettre Maëlle en surêtée. Elle se retourna vers elle.
-Ma chérie, il semblerait qu'il y ait quelqu'un dehors qui ne soit pas papa, va te cacher s'il te plait, la meilleure cachète possible d'accord ? Et ne descend surtout pas, même si tu entends du bruits d'accord ?

Une fois certaine que la gosse avait détalé, et monté les deux escaliers qui menait au grenier, elle verouilla la porte, et plaça la lourde barre en bois qui était sensé empêcher quiconque de rentrer. Elle éteignit le feu dans la cheminée, c'était un peu tard, et si quelqu'un approchait, il avait déjà dû répèrer la forêt. Reineen n'aboyait plus, et la suivait lui envoya des images pour lui dire de se presser.
La grande porte du hall était fermée, aussi, entreprit de calfeutrer toutes les fenêtres, et de chercher un objet contendant avec lequel elle pourrait cogner, mettant en pratique ses années d'études. Elle s'avisa que s'ils parvenaient à entrer, ils chercheraient deux personnes s'ils voyaient des affaires pouvant convenir à une petite fille. Ni une, ni deux, elle attrapa les ballots de lingues, et les fourra dans le vaisselier poussièreux.
Niveau arme, elle avait laissé son katana à réparé et n'était pas aller le chercher, vu qu'elle n'avait pas prévu de voyager pendant l'hiver. Elle s'empara d'un couteau de cuisine, et glissa une autre petite lame dans sa chaussette.
Reineen continuait de lui envoyer des images inquiètantes, mais elle avait fait tout ce qu'elle avait pu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Dim 7 Déc - 19:45

Elle n'avait même pas eu le temps de finir de se sécher que le loup la tirait furieusement par sa jolie robe de chambre rose récemment achetée. Elle avait un peu de mal à suivre la rythme, et elle avait beauc demander à son ami canidé ce qui se passait, il ne voulait rien lui dire du tout. Une fois qu'il l'eut lachée elle remit bien les pans de la robe de chambre et maman lui mit une couverture sur les épaules dans la quelle elle se blottit. Le loup avait l'air d'avoir peur et d'être en colère contre quelque chose. Mais quoi... Et sa mère s'y mit elle aussi, à regarder dehors, à lui dire de se taire. La petite commençait à avoir peur elle aussi, mais elle savait pas trop pourquoi. Quand sa maman lui dit d'aller se cacher et de ne pas descendre, elle la regarda et hocha la tête en parlant.
-D'accord.

Elle grimpa les escaliers quatre à quatre et entra dans le grenier. Personne ne pouvait la trouver la dedans, mais il fallait qu'elle se cache endore mieux. Une grande armoire attira son attention et elle entra à l'intérieur. C'était moche dedans, et puis il y faisait tout noir. Elle n'aimait pas trop le noir, on y voyait rien, et elle ne voulait pas laisser sa maman toute seule si il y avait des personnes pas gentilles qui venaient... Elle espérait que Reineen et les autres aideraient bien sa mère, et qu'ils n'auront pas de mal eux aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Mar 9 Déc - 3:54

Galrak s’avancat lentement vers le manoir calme, il entendait des loups qui sonnait l’alarme… des loups !? Il savait maintenant qu’il avait trouver se qu’il cherchait mais ne comprenait pas pourquoi personne ne se présentait a la porte principal. Il ordonnât à ses hommes de s’avancer et de se préparer a prendre le manoir de gréer ou de force. Les hommes se mire en position et le premier de ceux-ci cognat a la grande porte de bois.

- Ouvrez au nom de Galrak prince et souverain des lycans !!

La meute bruyante contournât soudain le manoir et fit face aux lycans qui dégainait un a un leurs armes.

- Garder votre calme, cette meute est sans chef et donc a notre merci, il ne protège que leurs territoire. Nous avons asser attendu… entrons !!

Les loups grognant ne bougèrent effectivement pas mais garderes leurs positions d’attaque en montrant les crocs. Les lycans prirent d’assaut le salon en position circulaire laissant une place de choix a leur chef qui se placat au centre.

- Je sais que la personne que je cherche sois Sithys… n’est pas ici sans quoi il se serait présenter devant moi bien avant mon entrer. Maintenant que la situation est éclaircit quelqu’un doit me répondre et cesser de se cacher sans quoi se manoir sera incendier jusqu'à la dernière planche et ce au grand malheur de ceux qui oseront garder le silence devant moi !!
Revenir en haut Aller en bas
Dierdre Fardale
Cheminant
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Serveuse par intérim au Cercles des Fées
Nombre de messages : 132
Localisation : Armenelos
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Ven 12 Déc - 14:17

Génial. Un psycopathe. Meow.
Elle devait à tout prix éviter que Maëlle soit trouvée, il était évident que les intentions du "Prince des Lycans" étaient toutes sauf bonnes, et avec l'intention de lier amitié.
Dierdre glissa rapidement le couteau dans la manche de sa veste, et décida de se montrer.

-Qu'est ce que vous voulez ?
La sil'ura avait pris un air méfiant. Elle ne comprenait pas pourquoi une bande de lycanthropes se tenaient là, avec des intentions belliqueuses à l'évidence.
Sithys l'avait prévenue qu'il n'avait pas le passé d'un enfant de coeur, et elle après l'école, elle avait survécue en faisant deux ou trois truc pas très correct, mais là, ça semblait grave. Et des lycanthropes, il ne pouvait y avoir de lien qu'avec Sithys. Elle se demanda dans son cher et tendre avait bien pu se fourrer pour qu'un réprésentant en chef et sa délégation ô combien aimable et avenante se présentent à sa porte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Lun 22 Déc - 17:44

Les loups aboyaient, hurlaient contre les intrus. Elle était terrifiée dans son armoire, non elle ne pouvait pas rester là dedans, ça l'angoissait plus qu'autre chose.
Sortant le bout de son nez, Maëlle vérifia qu'il n'y avait personne dans le grenier avant de poser un pied nu par terre. Elle avait froid en robe de chambre, les cheveux mouillés, et sans rien sous sa robe de chambre rose, elle grelotait. La fillette serait bien partie se chercher quelque chose à se mettre dessus dans sa chambre, mais sa mère lui avait dit de rester cacher.

Mais elle ne lui avait pas dit de ne pas écouter, et même si il n'y avait pas à tendre l'oreille très fort pour entendre, elle colla son oreille à la porte. L'homme en bas parlait d'une manière incompréhensible. C'était quoi des lycans ? Et puis si il était prince, il aurait pas besoin de faire autant de bruit et pis il criarait pas aussi fort. Et puis il parlait avec des phrases bizarre. De l'eau dégoulinait de ses cheveux et faisait des tout petits "plic" sur le sol.
Elle n'entendait pas ce qu'elle disait, mais la voix de sa mère s'éleva, au moins elle, elle ne criait pas comme l'autre monsieur, qui avait une voix moche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Mer 31 Déc - 4:06

Les cheveux tremper, Galrak regardât la jeune femme qui sortait de l’ombre en demandant de quoi il était question. Les soldats placers en cercle autour de lui s’écartèrent alors qu’il avançait lentement vers l’inconnue au regard défiant, à la grande surprise du lycan elle ne semblait avoir peur d’affronter les hommes devant elle et pourtant il ressentait en elle une réticence qu’il ne comprenait pas.

- Je veut le lycan qui possède se manoir… mais aurait il trouver une compagne a mettre en danger, cela ne lui ressemble pas. Nous avons des comptes a rendre et l’heure est venu de les réglés mais dites moi, ou puis-je le trouver ?

Un grognement sourd prit en intensité alors que le lycan s’avançait lentement vers la dame encore a demi dans l’ombre. Deux yeux lumineux passèrent devant Dierdre dévoilant sa gueule ouverte, Reineen ne laisserait personne s’attaquer a sa famille et il est certain que la dame n’était pas seul, la loyauté d’un loup est aussi forte que l’esprit sauvage qui l’habite et il avait bien enregistrer le visage de son maître quand celui-ci lui avait confier les deux personnes qu’il aime le plus au monde. Galrak stoppât sa progression et attendit la réponse de l’inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Dierdre Fardale
Cheminant
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Serveuse par intérim au Cercles des Fées
Nombre de messages : 132
Localisation : Armenelos
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Ven 2 Jan - 13:53

Ah.
Elle avait vu juste, il cherchait Sithys. Dierdre le regarda avancer, impassaible, les bras croisés, l'attendant de pied ferme. Elle ouvrit la bouche pour lui répondre quand Reineen lui passa devant.
-Reineen !
Elle fixa ses yeux mordorés sur le loup, et secoua la tête. Pas maintenant. Ses yeux retournèrent se fixer sur le lycanthrope.
-J'ignore où il est.

Elle n'en dirait pas plus, les métamorphes savent quand une personne ment, son odeur change. Elle chercha en elle ses pouvoirs de rêveuse, et les trouva. Ils étaient dangereux. La façon dont il l'avait décrite, une compagne à mettre en danger, la mettait une fois de plus sur ses gardes. Elle repèra Maëlle dans le genier, ce fut facile, elle l'avait "créée", elle repèra aussi la configuration de la pièce, elle devait la faire sortir. Elle mobilisa une partie de son attention sur la création d'un passage secret réservé à la seule et unique utilisation de la fillette. Ca fonctionnait pour l'instant, le contre-coup de sa pratique d'une interdit ne se faisait pas encore ressentir.
-Il n'est pas ici, donc vous n'avez rien à faire ici non plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Ven 21 Aoû - 23:56

Galrak regarda le loup s'immobiliser sous le regard de la jeune femme. Elle avait du caractère, et bien entendu ne se laisserait pas faire s'il décidait de l'utiliser comme appat, ce qu'il ferait bien évidemment, sinon il pouvait toujours rêver pour appâter Sithys.
-Oh, mais je pense qu'au contraire j'ai pas mal de choses à faire ici. J'ai fais l'effort de venir jusqu'à Sithys, or il n'est pas là, et je crains qu'il ne me fasse pas le plaisir d'aller jusqu'à moi, enfin si il n'a pas de bonnes raisons.
Galrak sourit, ses hommes sourirent à leur tour, d'un sourire malveillant et tout sauf rassurant.
-Et je pense qu'une compagne en détresse est un excellent stimulant pour venir revoir de vieilles conaissances.

Deux de ses hommes s'approchèrent de la jeune femme, passant de chaque coté d'elle, allant lentement. Le temps et l'expérience leur avaient apprit qu'il fallait se méfier parce que même le plus petit et gringalet des adversaires pouvait se revéler être un dur à cuire. Et surtout qu'il fallait se méfier des femmes.
Et puis elle était très certainement la compagne du traitre Sithys, qui était tout sauf un enfant de coeur, et Galrak doutait donc qu'elle soit une pauvre petite demoiselle sans défense.
Revenir en haut Aller en bas
Dierdre Fardale
Cheminant
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Serveuse par intérim au Cercles des Fées
Nombre de messages : 132
Localisation : Armenelos
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Dim 23 Aoû - 22:36

La sil'ura fulmina, et souffla par les narines. C'était une intrusion sur son territoire, n'importe quel chat aurait déjà craché, et grondé. Elle fit glisser le couteau, pour avoir son manche bien en main.
-Comment osez-vous, siffla Dierdre entre ses dents, vous êtes sur les terres du Clan Fearghas... Seigneurs de ce pays.

Elle surveillait la progression des deux hommes, et quand ils furent assez près... Dierdre bondit, aussi rapide et agile qu'un chat, elle visa les jambes de l'homme à sa gauche, et le torse de celui à droite. Sa main était poisseuse de sang chaud.
Dans sa tête, la fin du passage secret pour Maëlle déboucha dans les cuisines du Cercle des Fées. Sa tâche était achevée. Elle pouvait se concentrer sur ses assaillants.
La cheminante eut la nausée, et un moment de vertige. Elle aurait pu perdre la vie, mais elle avait créé la surprise.
Elle battit en retraite, pour défendre un passage plus étroit, une porte, qui servirait de goulot, contrôlant le passage de ses adversaires, et surtout, qui diminuerait le nombres de lycans qui attaqueraient en même temps. Elle essuya rapidement sa main droite, et passa le couteau dans sa main gauche.
-Essayez donc un peu, bande de fumier...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Mar 25 Aoû - 22:59

Les lycans s’approchèrent de la jeune femme qui s’était placé stratégiquement. Elle pourrait se défendre plus facilement. Mais elle était seule contre sept, même si les deux hommes qu’elle venait de blesser étaient diminués. Un autre s’y risqua, un peu plus fonceur que les autres. D’emblé il évita un coup de couteau porté par la compagne de Sithys, se faisant tout de même blesser au bras.

Elle n’était pas débutante dans ce genre de chose, mais lui avait gagné sa place de prince des lycans au prix de combat, et qui parfois l’avait presque tué. Il n’avait pas toujours gagné, et ça l’avait rendu plus fort et lui avait apprit à ne jamais sous estimer les gens. Il lui décocha un coup de pied dans les jambes, la déstabilisant, mais pas assez pour qu’elle évite sa main griffue.
Il devait lui faire passer cet encadrement de porte, pour qu’elle perde son avantage, la forcer à reculer, afin qu’ils puissent être bien plus libre de l’attaquer.
Le lycan la harcela, évitant au mieux les attaques qu’elle lui portait, mais en subissant un nombre appréciable. Galrak le remplaça rapidement, harassant la jeune femme plus violement. Elle commença doucement, mais sûrement, à reculer. Le prince lycans gagnait du terrain. Il lui donna un coup de poing dans l’abdomen, elle se plia en deux, il lui donna un coup de genou en pleine figure. Femme ou non, elle n’était pas importante à ses yeux, enfin juste assez pour servir d’appât, et un appât n’avait pas besoin d’être présentable, juste en vie.
Ses hommes entrèrent dans la pièce alors que Galrak la soulevait par les cheveux et lui donnait un coup de tête en plein front. Le lycan la lâcha, la laissant s’écrouler au sol.
-Maintenant, il faut que notre cher Sithys vienne à nous, et qu’il sache que sa chère est entre nos mains.
Revenir en haut Aller en bas
Dierdre Fardale
Cheminant
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Serveuse par intérim au Cercles des Fées
Nombre de messages : 132
Localisation : Armenelos
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Mer 26 Aoû - 16:00

La sil'ura défendait sa porte, ne laissant personne passer. Jusqu'à ce qu'un lycan lui fonce dessus littéralement, sans chercher à éviter complètement le coup de couteau qu'elle lui porta. Elle se reçu un coup d'épaule violent, qui la fit flancher. Elle repoussa le lycanthrope avec le pied, forçant sur ses jambes, pour le rejeter plus loin. Dierdre reprit sa place, mais trop tard, il était déjà là, décochant un assaut vicieux dans ses jambes. Elle se rattrapa de justesse, pour lui envoyer un bibelot dans la tête.
Mais elle avait reculé, et son assaillant fut remplacé par le chef lui même. Elle étouffa un cri de rage, en le loupant de peu. Elle ne fit qu'une entaille dans son manteau.
Une main griffue passa près de sa tête, la sil'ura s'arcbouta pour l'éviter. Elle recula. Elle était trop loin de la porte pour le repousser.
Un second coup, rapide, la fit se plier en deux. De la bile remonta dans sa gorge, le choc avait été violent. Un troisième coup, dans le nez, la fit se relever trop violent, et tomber en arrière, les yeux obstrués par le sang qui coulait de son nez. Elle sentit le couteau lui échapper.
Dierdre hoqueta, recrachant le sang qui l'étouffait. Elle su immédiatement qu'elle avait la lèvre éclatée. Une poigne de fer la saisit par les cheveux. Elle aperçu le visage déformé par un rictus de colère, du lycanthrope qui avait demandé à voir Sithys, avant qu'il s'approche vite. La collision lui fit très mal, un choc sourd qui se répercuta dans son corps, avant qu'il la lâche et qu'elle s'écroule par terre.
Le sol froid était dur, et ses articulations le sentirent. Dierdre essaya de ramper, mais quelqu'un tira sur une de ses jambes, pour la balancer dans un coin de la pièce.
Là, elle se recroquevilla sur elle même, la tête lui tournait, et sa vision oscillait dangereusement. Sa jambe lui faisait mal, son visage aussi. Encore assez consciente pour faire pression sur son nez sanguinolent avec sa main, elle regarda du coin de l'oeil, la meute se mettre en place, pendant que deux autres hommes fouillaient le manoir.
Ils ne trouveraient rien, Maëlle était parti, et Sithys...
Dierdre se mit à prier pour qu'il ne revienne pas cette nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Ven 28 Aoû - 12:23

Une longue et pénible chasse, les animaux semblaient fuir. Je suivais la piste d'une biche, frêle et jeune. Il fut aisé de capturer cette vie, et d'y mettre fin. Une biche inexpérimentée, et se tenant à l'écart du couvert des arbres. Une proie facile.
Ma mâchoire se referma sur son cou gracile, serrant. Le sang chaud dégoulina, jaillissant lentement, dégoûtant sur le sol, et dans ma bouche. J'entendis un craquement, et la bête convulsa encore un peu, avant d'être molle entre mes pattes. Je repris forme humaine, et examinait ma chasse.
J'en avais fait de meilleures. Je la soulevais, et la portais sur mon dos.

Ce n'est qu'en arrivant près du manoir, que je remarquais le silence inhabituel qui régnait. Une tension dans l'air, et maintenant dans mes épaules. Je repris ma forme de loup, souffrant de deux transformations aussi rapprochées. Je laissais glisser mes pattes sur le sol, tout en le reniflant. Une odeur musquée, plusieurs odeurs. Et des traces, beaucoup d'empreintes dans le sol.
Ses odeurs m'étaient familières. Je suivis la piste, elle se rapprochait du manoir. La tension qui avait saisit mes épaules m'étreignit la poitrine. Cela ne me ressemblait en rien. Sithys le chasseur de prime n'avait jamais eu peur de quoi que se soit.
Mais cette odeur...
J'eus comme un sentiment de profonde défaite. Je longeais l'allée, et gagnais l'entrée du manoir. Elle avait été défoncée, par des coups violents. Mes pensées se tournèrent vers Maëlle et Dierdre. Je ne voyais aucune trace de la meute et de Reineen. L'odeur du sang agressa mes narines. Mon esprit s'emballa, et je dû me calmer, retrouver cet état d'esprit qui m'avait permis de tuer bon nombre de personnes sans faiblir, ne serait-ce qu'une seconde.

Je me glissais dans le manoir. L'intérieur était aussi ravagé, et il y avait des traces de sang. Un combat devait avoir été mené ici. Dierdre... Son odeur était à peine perceptible, celle de la meute de loup qui avait pris d'assaut notre foyer, régnait sans partage dans les différentes pièces.
Je me risquais à jeter un oeil dans une des pièces qui avait dû servir de boudoir, de petit salon, pour les y trouver. Debout, plusieurs hommes surveillaient les fenêtres, un autre se tenait devant Dierdre. Elle était vivante, mais l'odeur du sang était encore présente.
Je me mis à gronder en le voyant. Je me découvrais, plantant mon corps massif devant la porte, le pelage hérissé.
-Galrak.
Je crachais son nom, de ma voix devenue gutturale, profonde. Une haine sourde m'envahit.
-Fils de chien, tu es venu jusqu'ici pour moi n'est ce pas ?
Cette silhouette pleine d'assurance et d'arrogance, me mettait hors de moi. Les veilles rancunes sont coriaces.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Jeu 3 Sep - 21:27

Sithys était enfin arrivé. Sa compagne ne bougeait pas de son coin, en même temps la pauvre ne devait pas se sentir à l'aise sur ses jambes, pauvre créature. Sithys avait-il "omis" de dire tout ce qu'il avait fait à a chère, ou bien était-elle au courant, et donc légèrement scuicidaire ? Galrak regarda le loup, avec un sourire malveillant.
Il était là celui qui avait mit sa meute en pièce, tué son père, et disparu comme un lâche.
-Bien sur que je suis revenu pour toi. Qu'est-ce que tu croyais ? Que tu pouvais tuer presque toute ma meute, les femmes, les enfants, mon père, et disparaitre dans la nature sans que je vienne te faire payer pour ce que tu as fais ?
Il fit quelques pas vers la femme dans l'angle, sans lâcher des yeux le loup dans l'encadrement de la porte qui avait été défendu si hardiment il n'y avait pas si longtemps.
-Je serais bien venu plus tôt, mais il a fallu du temps pour que ma meute se remette de ta petite visite. Tout ça parce que tu n'as pas supporté de perdre. Et c'est moi le fils de chien !
Il se transforma d'un seul coup et se jeta sur Sithys.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Ven 4 Sep - 16:00

-Ne la touche pas ! sifflais-je entre mes dents en le voyant bouger vers Dierdre.
Ce devait être trop tard, elle allait avoir des bleus sur son magnifique visage. Je grondais plus fort.
-Ta meute ?
J'eus un rire désabusé.
-Ta meute, répétais-je plus fortement, l'as-tu seulement bien regardé ta meute, des femmes enlevées, battues et violées, donnant naissance à des enfants dont elles n'ont pas voulu librement. Oh oui, une jolie meute bâtie avec le sang des autres...

Tout comme ma propre existence. Mais c'est tuer, ou être tué. Je remarquais la tension dans sa posture, et reculais à temps pour le voir se prendre l'encadrement de la porte, qu'il défonça. Galrak était aussi massif que moi, je parais un coup de griffes vicieux, le frappant du même coup. Mes griffes ripèrent sur son museau, qu'il avait baissé, pour éviter que j'atteigne sa gorge.
Je le repoussais dans un meuble, dont le bois vola en éclat. Je me fit régresser, à mi-chemin entre le loup et l'humain. Je pu ainsi, me tenir debout, et l'attraper à pleines mains griffues.
-Je ne perdrais pas cette fois-ci Galrak !
Une fois de plus, je le jetais contre un meuble, dont il ne resta plus grand chose après ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Jeu 29 Oct - 8:49

Faisant voler le peu de bois qui restait du meuble sous lui, en éclat, Galrak grogna d'une manière sourde, regressant à son tour pour se mettre au même niveau que Sithys.
Lesang commençait à perler de sa blessure au museau, le dérangeant, il l'essuya de la main. Il retourna à l'assaut, et réussit à lacérer de ses griffes le bras de Sithys. Il esquiva de peu un coup de griffe au visage. Cherchant à se mettre dans le dos de son adversaire, il essaya de l'esquiver plusieurs fois, afin d'y parvenir.
Il réussit et enfonça ses griffes dans les épaules du lycan.

Mordant une épaule du plus fort qu'il pouvait, s'acharnant, il ne lâcha pas sa prise même sous les assauts répété de Sithys pour qu'il lâche. Il fut violement poussé contre un mur une fois, deux fais, trois fois avant qu'il ne retire crocs et griffes de la plaie sanglante qu'il venait de faire subir à son adversaire.
Sithys se jetta sur lui, et cette fois-ci il ne put éviter un coup de griffe vicieux en plein torse. Dos au mur, il ne pu que dévier les coups de Sithys de ses points vulnérables, en attendant de trouver une ouverture qui ne se présenta que tardivement, quand Sithys voulu porter un coup des deux mains. Le lycan ceintura son adversaire, et le plaqua au sol.
( J'ai fais au mieux xD)
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Sam 31 Oct - 18:51

Je hurlai de frustration, un mélange entre le cri humain, et le grondement animal.
Galrak utilisait une méthode aussi vicieuse et violente que la mienne. Mon épaule me faisait souffrir, je restais haletant quelques secondes, le temps que mon adversaire secoue la tête pour chasser l'étourdissement provenant des coups. Je repassais à l'action, m'acharnant sur Galrak. Je joignais mes poings, pour le frapper au niveau des cotes, dans l'espoir de les lui enfoncer.
Je me retrouvai ceinturé, je ne pouvais pas perdre, Dierdre attendait dans la pièce à coté.
Les autres lycans qui accompagnaient Galrak regardaient sans broncher le spectacle de deux mâles dominants s'affrontant pour le titre de chef. Une course à la supériorité physique et mentale. Je ruais, autant que possible, avant de me transformer complètement.
Je dégageais rapidement mes pattes avant, et donnais un coup avec les antérieurs, repoussant momentanément mon assaillant. Une fois au sol, je fis volte face, la transformation avait partiellement guéri mes blessures. Je grondais à nouveau, fonçant sur le lycanthrope au pelage brun, le fauchant au passage, mes crocs cherchant à se refermer sur sa gorge. Ses mains empoignèrent mon encolure, m'empêchant d'atteindre mon but, je claquais des mâchoires dans le vide. Mes pattes lui labouraient le torse.
Je renversais la transformation, et retrouvais l'usage de mes mains, qui allèrent se refermer autour de son cou. Je serrais. Ses mains à lui me tenait par les épaules, me poussant pour que je lâche. Je soulevais sa tête, pour la cogner plusieurs fois sur le sol. C'était loin d'être un combat à la loyale.
J'y mettais tout mon poids pour le maintenir au sol.
-Qu'en dis-tu ? Je suis loin du jeune loup que tu as terrassé il y a bien des hivers ! On dirait que face à quelqu'un d'aussi fort que toi, tu peines ! Évidemment c'est plus facile avec des femmes et des enfants !
Mes doigts serrèrent plus fort. Je restais insensible aux tentatives qu'il faisait pour se dégager, en se débattant comme un loup avec un piège.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Dim 3 Jan - 19:20

Prit à la gorge, Galrak savait que paniquer n'aidait pas. Les coups de sa tête sur le sol firent devenir sa vision floue, mais il se concentra pour garder ses idées au clair, ce qu'il réussit. La main sur l'épaule droite de Sithys chercha la blessure qu'il avait faite tout à l'heure. Il savait qu'elle n'était pas totalement guérie par la transformation. Il la trouva finallement, il ne restait plus grand chose d'elle, mais il savait que s'il voulait qu'il le lâche, elle lui serait précieuse.
Bave aux lèvres, l'oxygène commençait à manquer. Il enfonça ses griffes dans l'épaule, grattant, rouvrant la plaie qui était fraîchement, et partiellement guérie. Même si les mains ne se décollaient pas de sa gorge, il les sentait bien plus crispées.
Dégageant en partie, dans le même temps, l'une de ses jambes, il frappa violement de sa botte ce qui se trouvait sur lui, sans chercher où il frappait. Frappant dans un point particulièrement sensible, il sentit la poigne de Sithys grandement faiblir. Renversant la situation en poussant Sithys loin de lui avec toute la force de ses jambes, l'envoyant contre le mur. Se relevant vite, en prenant de grandes gorgées d'air, le lycan à demi transformé, agrippa les cheveux de son adversaire et lui assena un coup de poing directement dans le visage, cassant probablement le nez de celui-ci.
-Tu en es loin, c'est vrai... Le jeune loup que j'ai combattu avant, aurait comprit qu'il est vain d'essayer de se défendre !

Galrak lui avait donc répondu en faisant rencontrer le visage de Sithys avec son genou. Balançant la tête de Sithys dans le mur, il la lui cogna plusieurs fois. Ses jambes furent fauchées par son adversaire, mais cette fois, il ne lui laissa pas le temps de le plaquer. Se transformant en totalité, il évita l'étreinte de Sithys, en lacérant de ses pates postérieures la gorge de l'autre lycan, et le visage avec ses pates antérieures.
Soigné en partie, il reprit sa forme "d'entre deux".
-Avec certaines femmes, c'est plus difficiles, tu sais. Ta compagne à montré une belle résistance avant de comprendre que c'était inutile. Quel dommage d'abîmer un si joli visage non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Mer 6 Jan - 22:19

Après avoir fait embarqué mes deux voyageurs, j'avais décollé souplement, d'une poussée sur mes pattes arrières, et d'un battement d'ailes.
J'avais pris de l'altitude, allant doucement pour éviter des étourdissements à mes passagers.
A présent, je survolai à tire d'ailes les landes du Maëldan. Les deux terrestres sur mon dos ne pesaient pas plus qu'une plume. Je pouvais percevoir le tracé sinueux de la route principale menant à la ville. Quelques voyageurs y avançaient, leurs lumières faisant comme des lucioles à notre hauteur. Je virai vers le nord-est, suivant les instructions que me criait Mogweed.
La sil'ura était inquiète, et sa tension se répercutait dans mon cerveau. Mogweed avait les nerfs pelotes, et je devais faire en sorte de ne rien sentir. Mon elfe se tenait tranquille, et était aussi calme que d'habitude. Je me demandai s'il finirait pas se laisser griser par le vol. Neldoranthir n'était pas du genre expansif, et expressif... Sauf sur quelques sujets. C'était un trait que j'avais apprécié lors de notre rencontre.
La nuit rendait l'herbe verdoyante du Maëldan, noire. Une mer noire, ponctuée de points lumineux, hameaux et campements des clans nomades, voyageurs, s'étendaient sous nos yeux. Le fond de l'air était frai, avec une touche de brise marine.

Je piquai vers le sol, le manoir faisait comme un point massivement sombre, éclairé par endroit, dans la lande, à lisière d'un petit bois. Je ralentissais, laissant l'air me freiner. Je me posais doucement sur le sol humide. Mes griffes s'enfoncèrent un peu dans la terre meuble. Je ne m'était pas trop approché, autant être discret. Je me baissai pour que mes passages puissent descendre.
"Je ne suis pas loin si vous avez besoin d'aide. Où s'il faut croquer un morceau... ou deux."
Neldoranthir leva les yeux vers moi, et je me contentai de lui faire un sourire plein de dents, à la hauteur du gros carnivore que j'étais.
"J ai toujours faim pour un petit encas."
Je savais bien que je l'exaspérai, mais c'était une certaine forme d'affection. Ou d'humour, un humour très certainement douteux.
"Fais attention quand même, je te connais."
Je soufflais, chassant de la poussière de mes naseaux.
Revenir en haut Aller en bas
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 123
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Mer 6 Jan - 22:52

Mogweed était transie de froid. Voler de nuit, à haute altitude, sur le dos d'un dragon géant, n'était pas la meilleur chose à faire quand on ne voulait pas attraper froid. Elle se frotta les bras, regardant le manoir plongé dans la pénombre, à l'exception du rez-de-chaussé, où les fenêtres faisaient des cadres lumineux. Le silence régnait, oppressant. Seule la respiration de Sioltach troublait la nuit. Des bruits de lutte leur parvinrent à mesure qu'ils s'approchaient. La sil'ura fit apparaitre ses couteaux comme par enchantement. Une mécanique bien rouillée qui ne perdait jamais. Dissimulés dans les replis de sa peau, et dans les moindres recoins de son corps, elle pouvait se défendre rapidement, quitte à trouer ses vêtements. Neldoranthir avait dégainé deux couteaux elfiques, longs. Ils avancèrent sans bruit.
La porte d'entrée avait été comme soufflée par un ouragan. Les bruits de lutte provenaient de l'intérieur, accompagnés de jappements et harangues. Mogweed avait le nez assaillit par des odeurs de loup, de sang, et de sueur. Elle ne sentait pas sa soeur. Silencieuse, elle fit signe à l'elfe qu'elle allait faire le tour. Se baissant, Mogweed passa de fenêtre en fenêtre, jetant de discret coup d'oeil à l'intérieur. Les quelques pièces illuminées étaient souvent vides. Elle fit presque le tour du manoir, et s'attaqua à une fenêtre. Elle glissa la lame dans une fente, et crocheta les loquets, avant de faire levier avec sa lame, et de soulever la fenêtre.
Elle songea qu'elle aurait dû envoyer Liadan faire ça, en sa qualité de messagère, elle était plus apte à ce genre de chose. Mais...
La sil'ura se glissa à l'intérieur, prudente, elle prit le temps de se déplacer jusqu'à la porte, et de l'entre-ouvrir en essayant de faire le moins de bruit possible.
Le couloir était désert, éclairé par la lumière venant d'une autre pièce. Elle s'assura que personne ne venait dans sa direction, humant l'air poussiéreux de la maison. Légère, elle s'élança jusqu'à la lumière. Elle aperçu sa soeur, maintenue par une brute. Elle devait faire savoir à Dierdre qu'elle était là. Mogweed fit glisser un couteau entre ses doigts. Elle leva le bras, prête à le lancer.
Un hurlement lui glaça les sangs, Neldoranthir devait être entré. Le hurlement fut brutalement interrompu, et suivit par des cris rageurs, eux aussi vite étouffés. La terre trembla. Sioltach devait avancer jusqu'à eux. Le cri du dragon fut assourdissant. Dierdre avait été poussée par son garde. Mogweed lança sa lame, qui atteignit le lycanthrope entre les omoplates. Elle se précipita pour ramasser sa soeur, l'entrainant à l'abri, par là où elle était entrée.
-Ça va aller Dierdre...
Mogweed tenait sa soeur par la taille. Son visage d'ange était sanguinolent, au niveau de son nez, et elle avait du mal à marcher, sa lèvre était fendue.
-Maëlle est avec Liadan au cercle des fées, ne t'en fais pas, je vais te sortir d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Nombre de messages : 18
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Mer 6 Jan - 23:17

Je fixais Sioltach. Ce dragon me connaissait bien, peut être trop bien. Je me contentai de lui rendre son sourire carnassier.
L'excitation me gagna, faisant battre le sang dans mes veines, l'adrénaline me donnant coup de fouet. Une faim dévorante s'empara de moi, me faisant frissonner.
Je dissimulai mes yeux derrière mes cheveux, pour éviter que leur brillance ne soit trop voyante dans la nuit ambiante. Je dégainai sans bruit, sans le tintement familier du métal, de la lame glissant hors du fourreau. C'est les lames nues, que nous avançâmes Mogweed et moi, sans faire le moindre bruit, jusqu'au manoir, d'où nous parvenait des cris, des coups, et des bruits d'objet que l'on fracasse. L'odeur du sang me frappa de plein fouet. C'était une chose que je connaissais bien. Que nous connaissions bien. Sioltach réagissait également.
Je répondis à peine à la Sil'ura, me contentant de la regarder s'éloigner. Je me rapprochai de la porte, m'adossant au mur, dissimulé dans l'ombre. Je passais ma langue sur mes lèvres, resserrant ma poigne autour de mes couteaux.
J'attendis, ce qui me paru une éternité. Un dos obstrua le flot de lumière, je ne pris pas le temps de voir qui c'était. Mogweed ne m'ayant fait qu'une description sommaire de Sithys, le compagnon de Dierdre, durant le vol. Je plongeai, tranchant d'un coup sec les mollets, laissant mon ennemi hurler, avant de l'achever, plantant les deux couteaux, de manière à les croiser, dans sa nuque, dont les vertèbres craquèrent.
C'était un lycan banal, puant la crasse, la sueur, et la meute.
Je venais de créer l'effet de surprise. Devant moi se tenait une bande de loup-garou, à demi transformé, un loup gisant sur le sol, et deux hommes, dont un que je reconnu à peine comme étant supposé être Sithys se tenait dans une pièce ravagée.
J'enjambai le corps, un sourire en coin sur mon visage que du sang chaud avait éclaboussé.
J'accueillais avec plaisir les autres, qui aveuglés par la colère se jetèrent sans réfléchir sur moi. C'est sans peine, que je les dépassai, avançant dans la pièce.
Je sentis une lame rencontrer une résistance, avant qu'elle glisse. Le bruit de quelque chose d'humide tombant sur le sol, me signala que je venais d'éventrer quelqu'un. Je plantais l'autre couteau dans la gorge d'un autre, le retirant le plus brutalement possible. Un lycanthrope ne meurt pas d'une blessure à la gorge.
-Bien messieurs, il semblerait que vous ayez touché à une charmante dame que je connais fort bien, il est donc regrettable pour vous que nous trouviez sur votre chemin.

Le sol trembla, Sioltach arrivait, en courant, à en juger par la fréquence de tremblement. Cette grande diva de dragon poussa à un hurlement qui aurait fait fuir tous les habitants d'un forêt, ou à réveiller les morts de la Grande Guerre.
Je me contentai de sourire, restant immobile, tout comme la meute, qui ne s'attendait certainement pas à avoir quelqu'un de plus féroce, et surtout de beaucoup plus imposant qu'eux.
-Bien, quel est celui d'entre vous, qui parlait d'abîmer un si joli visage, que je lui arrange le siens.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Dim 17 Jan - 14:28

Poussant un hurlement mélangé à un grognement, je me relevai, poussé par ma colère. J'avais bien vu que Dierdre avait eu l'air misérable, et bien loin de la jeune femme pétillante qu'elle était.
Je poussais sur mes jambes, et avec dos, prenant appui contre le mur que ma tête avait rencontré. L'odeur du sang m'excitait, mes sens en était tout affolé, même sous ma forme humaine j'eus l'impression de claquer des mâchoires pour menacer mon adversaire, sur lequel je me jetais à nouveau, sautant pour tomber de tout mon poids sur ses épaules, que je saisissais à pleine mains.
Le résultat fut un nouveau roulé-boulé dans la pièce, d'autres meubles furent brisés, les échardes s'enfonçaient dans ma peau, me piquant. Mon épaule était douloureuse, ainsi que mon entre-jambe, et mes muscles commençaient à protester contre les transformations trop rapprochées et l'effort qu'ils devaient fournir.
Les coups pleuvaient aussi bien de mon coté que du sien. Tout n'était qu'un tourbillon de griffes, poings, os craquants, et sang éclaboussant... Beaucoup trop de sang.
J'atterrissais sur le sol, Galrak se relevant. Il ne bougeait pas. Je tournais la tête, essuyant le sang et la sueur qui me coulaient dans les yeux. Devant le trou béant qu'était devenu la porte, se tenait un elfe, au regard sauvage, des éclaboussures de sang sur le visage, les bras ensanglantés jusqu'aux coudes.

Mes yeux cherchèrent Dierdre, qui devait se trouver dans la pièce d'à coté. Je vis seulement un morceau de robe, et le cadavre du loup qui devait la garder. Le sol se mit trembler, secousse après secousse. Derrière l'elfe se pointant la gueule ouverte et énorme d'un dragon, qui se mit à rugir. Je me relevai péniblement, tâchant de rester debout.
-Dierdre...
Je titubais jusqu'à la porte, oubliant Galrak, et ses hommes qui venaient de se faire massacrer par l'elfe qui avait surgi de nulle part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Dim 17 Jan - 15:59

Sythis avait réagit comme il l'avait voulu. Son adversaire se jeta à corps perdu sur lui, le faisant rouler dans la pièce. Encaissant en premier lieu, il répondit aux coups de Sythis avec vigueur lui aussi. Le lycan face à lui s'était transformé bien plus de fois que lui, et avait beaucoup prit, il commençait lentement mais sûrement à en ressentir les effets. Mais il en avait encore à revendre, et il lui cassa le poignet.
Se relevant après avoir été expulsé violement loin de Sythis, Galrak resta figé. Un elfe souriant, couvert du sang de ses loups certainement, se tenait là où se trouvait la porte. Et derrière lui, une gueule de dragon arriva, hurlante, menaçante. On demanda celui qui avait parlé du visage. A savoir lui même. Pour lui "arranger le sien".
Galrak était loin d'être fou. Si cet homme, ce dragonnier à en juger par le dragon dont on voyait la tête derrière lui, avait réussit à tuer ses loups qui étaient dans l'entré, et qui étaient loin d'être des enfants de coeur, et se tenait là, de manière assez arrogante, il devait s'en faire. D'autant plus qu'il était salement blessé, s'il avait été en pleine forme, avec sa meute au complet, peut-être aurait-il eu une chance. Mais là, c'était salement compromit.

Sythis alla vers la pièce où était sa charmante compagne, en l'appelant par son nom pour lui même. Les trois loups qui lui restait, étaient tendus, attendant des ordres, de voir comment il réagirait à la provocation de l'elfe.
Aussi vif qu'un éclair, Galrak attrappa Sythis par son épaule blessée, et l'envoya directement sur l'elfe. Les faisant faire plus ample connaissance il se transforma complètement en loup, soignant la plus grande partie de ses blessures, et prit la dircetion de la pièce où était la compagne de Sythis. La fuite était la seule solution, la plus intelligente aussi, se jeter dans un combat, affaibli, contre un elfe en pleine forme, et son dragon qui plus est. Suivit repidement par les trois dernier survivant de sa meute, il bouscula une femme à cheveux noirs tenant la jolie rousse qu'il avait amochée, et sauta par une fenêtre ouverte, gagnant rapidement la forêt alentour avec ses hommes.
Il reviendrait sûrement, un jour, finir ce qu'il avait commencé. Mais oour aujourd'hui, c'était finit.
Revenir en haut Aller en bas
Dierdre Fardale
Cheminant
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Serveuse par intérim au Cercles des Fées
Nombre de messages : 132
Localisation : Armenelos
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Sam 30 Jan - 17:56

Dierdre resta prostrée dans le coin de la pièce où ils l'avaient faite s'assoir. Elle n'osait pas bouger, son garde la surveillait d'un peu trop près, et le lycanthrope qui l'avait acculée, faisait les cents pas dans la salle. Elle vérifia l'état de son nez. Il n'avait pas l'air cassé. Les nez cassés ne se soignent jamais très bien, il y a toujours une marque, une cicatrice où un nouvel angle.
Elle leva la tête, quand elle entendit Sithys. Sa voix se perdait dans des basses et des grognements qui n'avaient rien d'humain. Elle plaqua les mains sur sa bouche, se retenant de crier. Elle ne voulait pas attirer l'attention sur elle. La sil'ura se recroquevilla en entendant les premiers coups, et les meubles voler en éclats. Elle fut bientôt seule dans la pièce, à l'exception d'un des loups pour la garder. Elle resta immobile, les yeux rivés sur l'encadrement de la porte dont il ne restait plus grand chose. Elle voyait parfois deux corps trop emmêlés pour reconnaitre à qui ils appartenaient, passer dans un fracas épouvantable, de grognements, de coups... Le reste du temps, elle n'avait que les bruits pour l'aider à savoir ce qui se passait.
Son geôlier s'effondra, un stylet en travers dans la gorge. Dierdre écarquilla les yeux, et se mit à pleurer en voyant sa soeur devant elle. Maëlle était donc bien arrivée au Cercle des Fées.
-Il faut... Il faut qu'on aide Sithys...
Ses paroles se perdirent dans l'énorme rugissement qui venait faire trembler les murs. Elle perdit l'équilibre en essayant de se lever, la tête s'était mise à trembler. Elle se rattrapa à sa soeur, qui la fit sortir de la pièce.

Elles furent à peine dehors, que quatre loups énormes manquèrent de leur passer dessus. Elles furent secouées, mais pas blessées. Dierdre se retourna vers le manoir.
-Sithys, il faut que j'aille voir Sithys...
Elle jeta un regard suppliant à sa soeur, qui céda. Elles firent donc demi-tour, pour atteindre le manoir par son entrée principale. Devant celle-ci se dressait Sioltach. Le Dragon noir tourna la tête à leur approche, il souffla. Dierdre eut un pauvre sourire, et soupira de soulagement. Neldoranthir soutenait Sithys.
Ils étaient vivants, tous les trois, Maëlle était en sécurité, et maintenant, ils l'étaient aussi. Elle résista à l'envie de courir vers lui, ses jambes de la portait pas, et elle commençait à avoir la nausée doublée d'une affreuse migraine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neldoranthir
Dragonnier
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Mage
Nombre de messages : 18
Localisation : Votre curiosité vous perdra.
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Quand le passé nous rattrape...   Dim 31 Jan - 16:38

Je réceptionnais le lycanthrope qu'on m'avait envoyé, laissant s'échapper les quatre restants, dont un qui semblait être le chef. Les mains poisseuses de sang, je ne repoussais pas celui qui devait être l'élu du coeur de Dierdre, je n'étais pas là pour pourchasser un groupe de lycanthropes effrayés.
Derrière moi le souffle chaud de Sioltach m'indiquait qu'il ne bougerait pas. Je passais un bras sous les épaules de Sithys, et le trainait hors de la maison. Il pesait lourd, mais rien de trop gênant pour moi. Je l'amenai hors du manoir, et laissait Sioltach officier.
Il était trop imprudent de laisser des traces de ce qui s'était passé, surtout avec les cadavres des loups et les pièces sans dessus dessous. Même en ayant nettoyer, il suffisait qu'une patrouille d'Armenelos passe par là, dans leur tournée des landes, et qu'ils découvrent avec l'aide de la magie ce qui s'était passé ici.
Je sortis, et m'éloignai en trainant Sithys. Mogweed et Dierdre venaient vers nous. Quand elles furent à coté, je secouai la tête, posant Sithys sur le sol.
-On ne peut pas se permettre de laisser autant des preuves derrière, et de toutes façons vous n'êtes plus en sécurité ici, ils reviendront si vous retourner vivre ici. Autant attendre que cette histoire s'oublie. On a pas le temps de prendre vos affaires, mais d'après ce que j'ai compris, vous n'étiez pas installé ici dep-...

Je tournais vivement la tête, le manoir venait de prendre feu. Je jetais un regard de reproche à Sioltach, qui secoua la tête à son tour. Ce n'était pas lui, m'informa-t-il mentalement. Le feu venait de l'intérieur. Un loup sortit en se trainant, un rictus de haine sur les lèvres, son pantalon prenait feu, mais il n'avait aucunement l'air de s'en soucier. Il beuglait des insanités, et jetait des malédictions. Sioltach l'écrasa d'un coup de pattes. Je grimaçai, quand il lança le corps en l'air, avant d'ouvrir la gueule, et de le gober. Je détestais quand il jouait avec sa nourriture.
Nourriture m'informa-t-il en partie gâchée, parce que j'avais tuer à l'intérieur, et que ce même intérieur, il ne pouvait pas y accéder, et maintenant tout était en train de brûler.
Le dragon revint vers nous, et se pencha. Avec l'aide de Mogweed, nous fîmes monter Sithys, puis Dierdre. D'une puissante impulsion, Sioltach s'élança dans les airs, s'éloignant de ce qui restait du manoir. Une épaisse fumée noire sortait par les fenêtres, et les flammes projetaient leurs ombres sur le sol.
Bientôt, ce ne fut plus qu'un point lumineux loin derrière nous. Le voyage du retour fut lugubrement silencieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quand le passé nous rattrape...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Loreena&Gideon ? L'avenir nous tourmente, le passé nous retient, c'est pour ça que le présent nous échappe. ? [END]
» Quand le destin nous guide sur le droit chemin [PV Brent]
» Quand l'ennui nous pousse à faire de drôles de choses... [ LIBRE ]
» Quand la vie nous fatigue, à quoi bon s'accrocher ? Certains diront que je suis une lâche mais non, c'est faux.
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Maëldan :: Région Sud-
Sauter vers: