AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Remise sur pieds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Remise sur pieds   Lun 2 Juin - 18:54

Ca m'avait prit une semaine pour me remettre de ma décharge de mana, une semaine de plus pour me faire à l'idée que j'allais devoir m'occuper de deux enfants. Une autre semaine pour que des bribes de souvenirs me reviennent et là j'avais connecté les petits points jusqu'à former un dessin.
Un matin je m'étais réveillé avec la quasi certitude de savoir ce qu'il s'était passé, j'avais invoqué ma mère à nouveau et là ça avait bardé sévère. Enfin invoqué. Ne serrais-ce qu'elle ai voulu que je la vois il aurait juste fallu qu'elle me flotte sous le nez. Mais non madame avait décidé de rester caché le temps que je recouvre mes esprits, comme si elle avait honte de ses actions. Tu parles.
On ne dirais pas du tout que je parle de ma propre mère quand je parle d'elle comme ça. Mais à part être ma génitrice elle n'est rien d'autre pour moi, je ne l'ai connu que tout petit, et encore. Non je suis peut-être trop dur avec elle quand je parle comme ça. Notez le cynisme débordant.

Oui je l'avais invoqué, dans la chambre à coucher dans laquelle on m’avait installé après mon réveil, et malheureusement même si j'avais réussi à regagner ma force, mes pouvoirs, je n'avais plus aucun entrainement pour les canaliser, voir les contenir. J'avais fait exploser les fenêtres, le pichet d'eau et un vase sans même le vouloir, c'était juste arrivé. Autant vous dire que moi aussi je m'étais fait taper sur les doigts par Camus qui était arrivé en courant. Et j'avais envoyé paitre ma mère quand celui-ci avait suggéré des exercices de méditations parce que je coulais partout et qu'elle s'était moqué. Ce n'était pas ma faute si je n'y étais plus habitué, j'étais drôlement rouillé. J'avais de ce fait demandé à Camus combien de temps je pourrais rester et il m'avait répondu que la durée n'étais pas un problème, seulement qu'il ne préférait pas que je parte tant que je ne sois pas totalement rétablis dans tous les sens du terme. Surtout avec les deux petits. pourtant sur ses suggestions je n'avais rien dit de ce qu'il s'était passé, laissons les se faire des idées et construisons notre mensonge sur ce que me débiterais la première personne qui essayerais de savoir.

Les petits, les enfants. Ca c'était quelque chose auquel je n'arrivais toujours pas à me faire, j'avais bien essayé d'interroger ma mégère de mère mais elle m'avait répondu avec une énigme si énorme que seul un imbécile n'aurait pas compris. "Le droit divin". Ce qui voulait dire que quelque chose ou plutôt quelqu'un là haut -voire là en bas- tirait encore les ficelles. Je hais quand on s'immisce dans ma vie, mais là je ne pouvais décemment pas me défiler, surtout en sachant ce que j'avais fait, même si je n'avais eu aucun scrupule à le faire -et même bien pire- avant. Je n'avais pas été le précurseur de la légende du Erlking pour rien.

Avec un soupir d'exténué je me laisser choir sur un banc dans les jardins. J'étais peut-être le "père" de ces deux petits -qui d'ailleurs ne m'appelleraient jamais que Tonton, parce que Papa c'est out of the question- mais les servantes du temple passaient leur temps à s'occuper d'eux à ma place. Je ne savais toujours pas vraiment où j'en étais alors je ne disais rien, j'observais et je m'occupait d'eux quand on me laissait le loisir de le faire entre mes séances de canalisations, médiation et autre. Non pour le moment ça m'amusait de regarder les gamines qui s'occupaient d'eux leur monter tout les recoins du jardin en leur parlant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doriana d'Aelfwine
Samildanach
avatar

Peuple : Ethérie
Second(s) Métier(s) : Demoiselle de compagnie
Grade : Mage Alpha
Armée/Guilde/Institution : Le Bahram (Cyriaca)
Nombre de messages : 21
Localisation : Loin des vignes de mon enfance...
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Lun 2 Juin - 20:25

Elles étaient deux, deux servantes qui tenaient les enfants dans leur bras, et le double pour s'extasier devant les enfants qui gazouillaient gentiment en voulant attrapper les jouets agités devant eux. Tout cela formait un beau tintamarre de rire, de "Oooooh" emerveillés et de compliments divers. Altariel faisait surtout craquer à cause de ses changements de coiffures par intermitance, et Inwë parce qu'elle souriait à tout ce qui se présentait à elle. Le groupe gloussait en voyant les petits qui avaient bien grandit et grossit depuis qu'ils étaient là, même si elles avaient douillées ces derniers temps car ils mangeaient comme quatres ces chérubins, et ils pleuraient beaucoup. Elles trouvaient aussi leur papa assez craquant dans son genre, même si il faisait exploser beaucoup de chose quand il était énervé, il s'occupait de ses petits choux si bien et était si mignon avec eux. D'ailleurs les enfants le lui rendaient bien, jamais on ne les avait vu autant sourire, gazouiller et rire depuis qu'ils étaient arrivés.

Des servantes un peu plus âgées, des dames qui faisaient la lessive, avaient remarquées le sidhe assit sur le banc, regardant le groupe de jeune filles et donc là où était les enfants. Les demoiselles étaient entrain de montrer des arbustes aux bambins interessés, les lessiveuses arrivèrent à leur hauteur et leur parlèrent vivement avec un ton ferme. Le groupe se dispersa et les deux porteuses d'enfants s'avancèrent vers le papa sur le banc. La plus jeune était toute rose, intimidée par le bel homme face à elle, et ce fut celle qui tenait Inwë qui prit la parole.

-Tenez monsieur, je crois qu'ils aimeraient passer du temps seuls avec leur papa. Il faut dire que vous vous occupez tellement bien d'eux aussi.

Elle sourit. Inwë s'agitait vivement dans ses bras, son frère le faisant en cadence avec elle. Les deux poussait des cris d'impatience aigus, n'attendant qu'une seule et unique chose, être prit dans les bras de leur père adoré. Les cheveux d'Altariel prirent même une belle teinte blanche et s'agrandirent quelque peu, il ressemblait à un mini Rhys, mais avec les deux yeux. La petite, elle, se contentait d'éclater de rire et tendant ses petits bras vers le monsieur, attendant son bon vouloir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Sam 2 Aoû - 6:12

J'étais resté là, les bras ballants -pour ainsi dire- quelques secondes. Dur de se remettre dans le bain après un certain nombre d'années, j'étais fatigué. M'enfin je ne devrais pas me plaindre, c'est les filles qui gardaient les petits la nuit, sachant qu'ils ne les faisaient pas entièrement. D'un coté je trouvais ça superbe, de l'autre je les plaignais un peu parce que je m'étais souvent retrouvé dans ce genre de posture. Avec plus ou moins d'envie forcément, Uriel peut bien dire ce qu'il veut mais il n'a pas appris à manier l'épée tout seul non plus.
J'écrasais ma cigarette sous le talon de ma botte, exhalant la fumée par dessus mon épaule dans un nuage tinté bleu et menthol. Pas terrible d'ailleurs. J'avais envie des délicieuses Black Death d'Osgûrth, mais je devais me contenter de ce qu'il y avait pour le moment. Et encore, ce paquet ci, je l'avais acheté à un homme de passage. Les perdants ne choisissent pas, ils se contentent seulement de ce qu'on leur donne.

-Bien, bien. Fort bien, marmonnais-je sans grande conviction en me levant. Les filles me regardaient bizarrement mais ne pipèrent mot tandis que je prenais d'abord Inwë dans un bras, puis Altariel dans l'autre. Avant-bras fermement sous leur fesses, ils auraient tout le loisir de me baver sur les épaules le temps que l'ont arrive à mes appartements attitrés.
De vraies piles électriques. Je les avaient à peine posé par terre dans la partie du salon -que j'avais aménagé avec un peu d'aide en espace de jeu- qu'ils attrapaient tout ce sur quoi ils pouvaient mettre leurs mains. Allez du nerf mon grand ! Repousse la fatigue, ce soir tu vas pouvoir dormir tranquillement ! Mouais, et recommencer demain avec tes entrainements drainants. Ugh. Je les occupais un peu, jouait même. Parlant doucement avec Inwë qui semblait vraiment très intéressée par mes cheveux. Je ne sais pas si c'est la couleur, la consistance, voir le goût qui retient son attention mais elle s'amusait à essayer de déloger mes mèches de mon crâne. Altariel lui, avait décidé que tout cela était d'un terrible ennui, et préférait s'amuser avec un miniature cheval en bois. Pourtant ses cheveux n'avaient toujours pas virés d'une autre couleur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doriana d'Aelfwine
Samildanach
avatar

Peuple : Ethérie
Second(s) Métier(s) : Demoiselle de compagnie
Grade : Mage Alpha
Armée/Guilde/Institution : Le Bahram (Cyriaca)
Nombre de messages : 21
Localisation : Loin des vignes de mon enfance...
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Sam 2 Aoû - 15:00

La petite attrappait les cheveux de son père, fortement interessée par eux comme à son habitude. Déjà quand il l'avait mise dans ses bras, elle avait prit une mèche et s'était amusé à voir ce que ça faisait si on tirait dessus, Rhys avait grimacé mais c'est tout, Altariel, lui, avait été un peu plus interressé par le goût du tissu sur l'épaule du sidhe qui les transportait. Une fois à terre, il avait foncé sur les jouets de bois, elle avait voulu jouer avec son chausson. Petit problème, les femmes du temples lui avait bien attaché, elle avait la manie de les retirer et d'essayer de les manger. Alors elle s'enerva dessus, pas contente, avant de laisser tomber pour regarder le visage de son père qui se penchait sur elle, et surtout, sur ses cheveux. Leur père qui lui même se faisait appeler "tonton" joua un peu avec eux deux, mais Altariel alla vite dans son coin, bien trop absorbé dans sa contemplation des animaux tout en bois pour jouer avec sa soeur et son papa. La petite hybride continuait de jouer avec les cheveux de Rhys.

Malgré qu'elle tire dessus, il lui parlait toujours tout doucement et faisait juste de drôle de grimaces quand elle essayait d'enlever maladroitement ses petites mains qui coinçaient à cause des noeuds. Ca la faisait beaucoup rire et buller, oui elle faisait de très belles bulles avec sa salive et sa bouche, bouche qui fut à pouveau rempli de longs cheveux blancs déjà mouillé. Rhys les retira en disant que ce n'était pas très bon, mais la petite avait déjà une nouvelle idée en attrappant le nez de papa sidhe. Le petit hybride quant à lui, tapait un cheval de bois par terre. Il l'avait goûté et fait la moue, c'était pas bon, il préférait la chose toute verte qui collait aux doigts que les dames lui donnait à manger depuis pas longtemps. D'ailleurs elles ont été très surprises, parce que les enfants mangeait déjà autre chose que leur biberon qui ne leur avaient plus suffis très vite. Le cheval arrêta de bouger, le petit aussi. Il devint tout rouge et tout crispé, puis d'un coup, tout détendu, et odorant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Mar 10 Fév - 1:33

Avec ces deux petits cela faisait maintenant un mois que je me trainais la carcasse au temple. J'avais appris quelque choses en plus depuis qu'ils étaient à ma charge, malheureusement. Comme quoi que deux c'était plus dur qu'un tout seul, même si celui-ci est un démon brun aux yeux verts appelé Uriel.
Non, ils étaient bien pire qu'Uriel, et bien qu'à l'époque je m'arrachais les cheveux à courir après ce chaton sniffeur de crac, je préférerais largement m'occuper d'un Uriel miniature encore une fois. Au moins son obsession pour les seins avait débuté dans son adolescence.
Contrairement à Altariel, Inwë, elle, avait été jusque là la moins turbulente des deux. Mais ça je savais que ça ne durerait pas très longtemps. Une fois qu'elle trouverait une obsession comme Altariel ça serrait l'enfer. Déjà que sur certains points de vue ils me laissaient moi, et les prêtresses, perplexes. En un mois, ils avaient grandi comme si plusieurs mois étaient passés. Maintenant ils avaient l'air d'avoir au moins un an au lieu des quelques semaines qu'ils auraient dû avoir.
***

Je tirais doucement la porte de la nurserie, la laissant entrebâillée un peu pour que la lumière filtre tout doucement dans la chambre. C'était toute une histoire pour la lumière d'ailleurs. Altariel étant un peu plus turbulent qu'Inwë s'endormait tout de suite une fois mis au lit, alors qu'Inwë elle restait un petit moment somnolente. Jetant un dernier coup d'œil je vis qu'Inwë avait fermé les yeux et qu'Altariel ronflait tout doucement à côté d'elle. Me grattant dernière la nuque j'allais me laisser tomber face la première dans le canapé au ton crème de la partie salon et aire de jeu.
Bweh, j'me fais trop vieux pour ce genre de chose moi...
Vu leur développement plus que rapide le dernier mois n'avait vraiment pas été de tout repos. J'ôtais mon patch et le balançait dans un coin de la pièce, frottant les cicatrices et mon orbite vide. Je sentais un mal de tête commencer derrière ce qui avait jadis été mon œil. Ça faisait déjà quelques semaines que c'était comme ça, en fait presque depuis que j'avais les enfants à charge. Je continuais de me masser l'orbite, puis les tempes en tirant ma peau dans tout les sens et grimaçant. Je tombais dans un sommeil agité à regarder les dernières braises craqueler dans l'âtre de la cheminer.
***

Une semaine plus tard je me retrouvais assis dans l'herbe les pattes écartées à jouer à la balle avec Altariel, Inwë, elle, était occupée avec une des jeunes prêtresses à gazouiller devant les fleurs en bourgeon.
Mes doigts repartirent encore sous mon patch, les maux de têtes avaient empirés et j'avais de nouveau du mal à garder le control à peine retrouvé sur mes pouvoirs. Parfois ça dérapait tellement que les objets se remettaient à péter en ma présence, et de ce fait -et sans me faire de reproches- les prêtresses avaient retiré tout ce qui avait la possibilité d'être dangereux en présence des enfants. Ce qui, pour dire vrai, était à peu près tout.
Très rapidement, la terre tourna sur son axe et je me affalé dans l'herbe à me tenir le front comme si on m'avait mit du fer chauffé à blanc dans le crâne. La douleur aveuglante était accompagnée d'images que je ne comprenais pas, que je n'avais pas le temps d'analyser. Pire encore, c'était les émotions qui accompagnaient les images qui me déchiraient littéralement les pensées. La tristesse profonde d'un cœur brisé et d'un esprit brisé, et par dessus tout l'envie de mourir.
Tellement pris dans le flot chaotique d'émotions qui m'était jeté dessus je ne pouvais pas bouger et restait au sol sous les regards horrifiés des prêtresses qui tenaient les enfants qui pleuraient. Une autre voix, un son horrible s'élevaient lui aussi, un cri qui n'avait rien d'humain, et nez dans l'herbe, me tenant la tête à deux mains je savais que c'était la mienne.
Quelqu'un agrippa mes mains en hurlant par dessus mon cri décharné, me retira avec force les mains du visage. Je réussi à remettre ma main sur mon orbite gauche tendis que de la droite j'agrippais le bras de Camus qui grimaça. Mon cri était devenu des gémissements plaintifs que dans d'autres circonstances je trouverais laids, une partie de moi n'arrivait déjà pas à croire que c'était moi qui arrivait à faire ce genre de bruits.
Camus me répétait en une litanie d'être calme, de respirer profondément et de me concentrer sur lui mais le flot d'images continuait et je papillonnais de l'œil sans réussir à suivre le fil de ses instructions. Mon cerveau prît la seule issue possible et s'éteignit. En même temps, je compris.
***

Audenarde...
J'ouvrais l'œil doucement et m'assis dans mon lit, caressant ma joue où j'avais cru sentir des doigts fantômes. Audenarde, voilà des millénaires qu'on ne m'avait pas appelé comme ça, par mon vrai nom, par celui que jadis inspirait quelque chose. Je me relevais, plus calme que je ne l'avais été depuis que j'avais renoncé à mes pouvoirs. Il y avait une voix dans ma tête, distante, celle que j'avais entendue dans le jardin, mais cette fois ce n'était qu'un faible écho dans le coin de mon esprit. Pieds nus avec pour seul habit mon pantalon de nuit en soir noire, je m'avançais vers la fenêtre. En passant j'attrapais mon cache poussière soigneusement plié et l'enfilais pour ensuite faire claquer les fenêtres sur les murs. Une partie de moi me fît quand même me retourner, et je savais en voyant la porte fermée que les enfants étaient sous la garde des prêtresses. Rassuré, je me jetais par la fenêtre disparaissant avant de me fracasser sur le sol. Ma bouche s'étira sur un rictus, j'avais une vœu à exaucer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Mer 1 Avr - 3:39

Je rentrais tout excité, comme un jeune lors de sa première fête quand il savait qu'il aurait dû rentrer largement plus tôt et pas presque au lever du jour. J'avais mes bottes à la main et avec une petite arrière pensée sur ce que je voulais faire, je pu enfin -après des années- me faire léviter jusqu'à la fenêtre de ma chambre. Mêmes les choses aussi simples que ça m'avait été impossibles, c'est les choses simples qui manquent le plus, les gros pouvoirs c'est bien, mais ça ne sert pas à grand chose dans certaines situations.
Je repensais à la conclusion de notre nuit tout en fermant la fenêtre, la déception que j'avais vu sur le visage de certains quand je les avait renvoyé à la Loge de l'Eternel. Ils avaient voulu savoir pourquoi mais ils craignaient trop me le demander directement, pourtant il faudrait bien que je leur explique tôt ou tard. Je n'avais encore envie de partir de chez les vivants, il y avait encore beaucoup de choses qui me rattachaient ici.
Mes bottes atterrirent sur la moquette ainsi que mon manteau, je me dirigeais vers la salle de bain en grimaçant, au moins j'avais eu la bonne idée d'enlever mon manteau et encore le pire c'était mes cheveux. Je me regardais dubitativement dans la glace et dû me retenir au dernier moment de rire comme une baleine. J'avais cru revoir Andais après une séance de son passe temps favori, oh et comme j'avais vraiment envie de la démonter cette vieille harpie, ça me ferrait un bien fou, et à elle aussi d'ailleurs.

Je pris une douche rapide, obligé de me laver plusieurs fois les cheveux sans pouvoir trainer autant que je l’aurais voulu dans la baignoire à cause de mes cheveux justement. On les a long ou pas, et si je voulais qu’ils sèchent c’était pas en trainant une heure dans la baignoire que ça allait se faire. Une demi-heure après je pu enfin sortir de la salle de bains m’habiller. Cette escapade nocturne m’avait quand même fait prendre conscience d’une chose, je ne pouvait pas rester ici, et encore moins avec les jumeaux. Il fallait aussi que personne ne sache qu’ils étaient avec moi, ce qui ne voulait dire qu’une seule chose: Retour en arrière pour moi -sigh-
De la chambre d’Inwë et Altariel j’entendis l’un des deux remuer dans son sommeil avec un gazouillement endormi. Il faisait tout juste jour ils dormiraient peut-être encore une heure ou deux, ça me donnerait le temps d’aller voir Camus qui devait largement être debout. Je me mis quand même en chasse d'un prêtresse pour veiller sur les petits le temps que je revienne, avec un peu de chance ils ne serrait pas réveillés. Mouais, autant demander l'impossible quoi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwë
Samildanach
avatar

Peuple : Elfin, avec des origines un peu mystérieuses.
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Mer 1 Avr - 10:44

Inwë ouvrit des yeux fatigués, et ne voyant rien devant elle dans le brouillard qu'était sa vision, elle se tourna dans le lit pour faire face à son jumeau, babillant quelque chose de pas très clair en executant cette manoeuvre. Sa petite main agrippa une manche du pyjama de son frère, l'autre se porta à sa bouche pour qu'elle suce son pouce, puis tous ses sens s'éteinrent une nouvelle fois. Ils avaient grandit elle et son frère, nés il y a quelques semaines, leur apparence était celle de bébé d'au moin un an. Altariel et elle avaient certes bien grandit, mais les capacités lié à leur âge d'apparence n'étaient pas encore là. Ils ne parlaient pas encore, ou plutôt leur gazouillement et babillage n'était constitué que d'amalgames de voyelles et consonnes ne voulant strictement rien dire, même si eux avaient l'air de savoir tout à fait ce qu'ils voulaient dire par ces choses sortit de leur bouche. Par contre, s'en était fini pour eux du crapahutage à quatre pattes, maintenant, ils marchaient et couraient aussi, malheureusement pour ceux qui s'en occuppaient qui pourtant avaient été tous émus de les voir faire leur premiers pas, sans savoir que ces pas signaient le début de longues courses après eux.

Le temps passa, un rayon de soleil perça au travers des rideaux qui barraient les fenêtre, et ce rayon se posa sur les paupières closes de la petite fille. Sentant la lumière sur elle, elle ouvrit des yeux froncés. Elle avait encore envie de dormir, mais la lumière l'avait réveillée. Ce n'était pas un super réveil que de se faire réveiller par le soleil, en plus ça lui piquait les yeux. Elle grognona un peu, frottant ses yeux humides, quand des mains la soulevèrent pour la sortir du lit. Et là elle se retrouva nez à nez avec une jeune femme, aux cheveux châtains, et aux yeux bleus, affublée aussi, pour ses yeux d'enfants, d'un sourire trop grand et trop plein de dents. Elle gémit un peu, d'une voix encore empreinte de sommeil, des larmes perlant et coulant du bord de ses yeux. La jeune femme commença à la secouer doucement en la calant contre elle, tête sur l'épaule, mais ça n'empêcha pas la petite de continuer à pleurer doucement encore trop fatiguée pour les grandes démonstrations de sentiments.
Son frère ouvrit les yeux à son tour, mais comme si on venait de jouer d'un seul coup un morceau de musique très fort à coté de lui. L'air bien plus réveillé qu'Inwë, il s'agita dans le lit et se mit sur le ventre. De cette position, il posa avec assurance ses mains à plat, et activa ses jambes. Les fesses s'élevèrent bien haut en premier, puis d'une poussée sur les bras le haut du corps se hissa. D'abord en équilibre il agita un peu les bras et du s'agripper aux barreaux pour ne pas tomber. A la différence de sa soeur, il était réveillé, et bien réveillé, et ce ne fut pas qu'un petit cri plaintif qu'il poussa. Il secoua les barreau en criant presque. La jeune femme châtain le regarda, et regarda la fillette se retourner pour tendre les bras à son frère.

Elles commençaient à avoir l'habitude des enfants. Ne jamais les séparer, pour dormir, le bain, ou n'importe quoi, c'était surtout ça qui faisait que c'était dur de s'occuper d'eux. Elle prit donc le frère avec son bras de libre et s'assit sur un fauteuil avec un enfant sur chaque genou regardant leur manège habituel. Inwë mit une main sur la main levée de son frère en gazouillant, toute trace de pleur ou de mauvais réveil ayant disparu d'elle. Altariel changea ses cheveux qu'il avait eu gris foncé, en s'endormant pour les avoir du même noir que sa soeur. Ils se... parlaient dans ce langage que personne ne comprenait, mais que eux semblaient maîtriser à la perfection comme certains savaient parler le nain, l'elfique ou le troll. Le fille au cheveux châtains soupira, espérant que la journée passerait vite et sans trop de problèmes...




I'm delicate, sweet and fragile. But it doesn't mean I can't hit you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Lun 6 Avr - 5:27

Mon entrevue rapide avec Camus s'était finalement transformée en réunion de presque trois heures, d'ailleurs celui-ci n'avait pas été étonné de mon besoin soudain de partir. Ce qui avait prit tout ce temps c'était autre chose, des renseignements sur les enfants eux-mêmes et ce qu'ils représentaient ou pourrait représenter. Et même si le temple était un cadre idéal pour élever les jumeaux et leur apprendre l maitrise de leurs pouvoirs, c'était tout aussi dangereux. Inwë et Altariel étant les seuls enfants résidant pour ainsi dire dans ce temple, les quelques voyageurs qui passaient par là auraient vite de faire circuler quelques bruits qui pourraient atterrir dans les mauvaises oreilles.
Camus m'avait donné des parchemins qu'il avait copié à partir des manuscrits et autres rouleaux sur lesquels il avait pu mettre la main. Ce n'était que des maigres informations: la prophétie annonciatrice, les prédécesseurs, d'autres sur les samildanach, mais je savais que ça représentait des années de recherche, et que ça m'aiderait plus que je ne le pensais. Ca me servirait aussi quand les jumeaux commenceraient à poser des questions.
Après m’avoir donné un sac avec ce précieux contenu il m’avait adressé un sourire connaisseur en me demandant si j’avais trouvé ce qui me troublait depuis que j’avais franchi le seuil du temple. Il en savait beaucoup plus que j’avais cru, et voyant mon expression il avait alors penché la tête sur le côté les sourcils un peu levés l’air de dire: ‘je ne suis pas si bête, maintenant si tu me parlais de tout ça ?’
Ce que j’avais fait, maudit soit-il. Je ne pouvais décemment pas refuser après ce qu’il avait fait pour nous.

Tout cela me trouvait maintenant à faire le chemin inverse en direction de ma chambre, sac débordant de parchemins sur une épaule. Je commençais à fatiguer un peu, peut-être qu’après manger je pourrais faire une sieste en même temps qu’Inwë et Altariel ? Il y avait peut-être une chance qu’aujourd’hui ils veulent bien la faire ? Je l’espérait, mais au fond j’en doutais vraiment, ils ne faisaient pas la sieste, en général si l’un d’eux voulait en faire une l’autre l’embêtait et réclamait son attention, et vice-versa. Mais il y avait peut-être une minuscule chance, aussi infime et improbable soit-elle ?
Je laissais le sac sur la table du salon pour aller dans la nurserie et prendre les jumeaux des bras de la jeune femme qui semblait un peu dépassée par leur singularité. J’embrassais d’abord Inwë puis Altariel sur le haut de la tête avant de les prendre un dans chaque bras. J’aurais pu en dire autant que la pauvre fille, parfois j’étais aussi largué que tout le monde mais j’essayais de tout prendre en quelques foulées pour ne pas me laisser dépasser. Après tout ce serrait dommage, je restais dans ce monde pour eux …et pour autre chose.

-Et comment vont mes amours aujourd‘hui, hum ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altariel
Samildanach
avatar

Peuple : Semi-elfe, avec des origines mystérieuses
Second(s) Métier(s) : Truand en devenir
Nombre de messages : 24
Localisation : Dans les écuries et les grands chemins
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Lun 6 Avr - 9:02

Le réveil pour Altariel s'était fait en quelques secondes. Sentant que sa soeur était réveillée, et pas d'une manière agréable, il s'était empressé de la rejoindre pour l'apaiser. Après avoir "parlé" pendant vingt bonnes minutes, une autre jeune femme avait apporté à mangé et aidée à faire prendre le petit déjeuné aux deux à la fois. Aujourd'hui ils avaient été coopératifs, après tout, elles leurs tendaient à bout de cuillère une mixture marron clair, et il aimaient la chose marron claire. Elles avaient appelé ça "bouillie de flocons d'avoine avec du chocolat", mais c'était trop dur pour les enfants de dire ça comme ça, alors dans leur langue à eux, ils avaient appelé ça "Capoué". Et c'était à grand coup de Capoué qu'ils avaient acceuillit leur petit déjeuné qui fut vite expédié, ainsi que le truc blanc qui avait un gout tout doux. Altariel et sa soeur avaient ensuite été laissé de nouveau avec la jeune femme aux cheveux châtain, après un débarbouillage rapide et efficace.
Ils recommençaient à se parler sur les genoux de la fille qu'ils trouvaient fort confortable et qu'ils n'avaient pas voulu quitter pour aller jouer, quand des pas dans le couloir attièrent leur attention. Toujours main dans la main avec sa soeur, Altariel regardait la porte avec une grande concentration qui en aurait fait loucher plus d'un. L'enfant sentait que la personne qui allait arriver, car elle allait venir ici, était très importante pour eux. Inwë souriait déjà. Les pas se firent entendre dans la pièce juste à coté, et Rhys arriva. A son entrée dans la pièce, la jeune femme sembla assez heureuse et soulagée. Les enfants se laissèrent embrasser, puis, une fois ce petit rituel accomplit, ils allèrent tout droit dans les bras du sidhe aux cheveux blancs qui leur posa une question. Ils lui répondirent avec ferveur, sans forcément répondre à la question de base.

-Apa a boum, wë a pleur a ouar wë a pu a pleur apé a gnoum.


-A gnoum capoué !

-Capoué mam ! Pné am a wou né tjou a né pla tjou.

-Né a catten apa !

Faisant de grands gestes tout en parlant, sans pour autant crever le seul oeil de leur papa avec leur petits doigts, les enfants babillait dans leur langue, sur que "Apa" comprenait absolument tout.


It's time to see what I can do, to test the limits and break through.
No right, no wrong, no rules for me.
I'm free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Jeu 23 Avr - 6:25

J'écoutais avec un intérêt feint Inwë et Altariel déballer avec ferveur tout leur programme de la matinée dans leur langage enfantin. Le seul auquel je ne comprenais vraiment, mais strictement, rien. Eh oui j'avais eût beau m'occuper de gamins lorsque j'avais été à la cour je n'avais toujours pas développé de...décodeur.
-Oh, c'est vrai tout ça ?
Je comprenais 'capoué', ça j'avais compris assez rapidement à la façon dont ils le disaient en boucle dès qu'il y avait du chocolat en vue. Le 'apa' aussi, malheureusement. J'avais tout de suite réalisé ce que ça voulait dire quand un jour j'avais changé Inwë et qu'elle m'avait pointé du doigt en répétant Apa ! Apa ! Pour un peu je me serrais fait harakiri avec le talc, parfois je me sentais vieux comme le monde.

Je fis signe à la fille de filer, ce qu'elle fit avec un sourire on ne peut plus soulagé. Je me renfrognait et la regardait partir avec la moue, mais ils sont très bien mes amours, oh ! Des diables sur pattes je suis d'accord, mais faut pas exagérer.
Oui, je devenais gâteux apparemment. Je soupirais et affichait un grand sourire, m'installant dans le fauteuil que la nénette avait libéré, un jumeau sur chaque genou.
-Apa a une nouvelle très importante d'accord ? On va faire un petit voyage et on va habiter dans une nouvelle maison, que tous les trois.
Je les regardait tour à tour. Bien-sûr les chances qu'ils comprennent tout parfaitement était proche du zéro, mais j'avais toujours été persuadé que même si un enfant ne comprenait pas le sens des mots au moins il comprenait le poids derrière ceux-ci.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwë
Samildanach
avatar

Peuple : Elfin, avec des origines un peu mystérieuses.
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Jeu 23 Avr - 10:10

Inwë, doigts dans la bouche, regardait Apa faire une drôle de tête quand la fille avec plein de dents était partie. Altariel avait agité la main pour faire au revoir à la madame, mais elle n'avait pas vu, alors il mit sa main dans les cheveux de Apa et garda en main une belle mèche. Et pouf, il se retrouvèrent encore dans le fauteuil, mais pasavec la même personne.
Inwë ouvrit la bouche et sortit ses doigts de dedans, pour acceuillir le pouce de son frère qui acceuillit le sien dans sa propre bouche, c'était mieux comme ça. Chacun, avec le pouce de l'autre dans sa bouche, regardait Rhys leur expliquer quelque chose. Ils comprenait pas tous les mots, certains étaient nouveaux, mais ils sentaient qu'il y avait quelque chose d'important dans le sens de la phrase. Les enfants se regardèrent, les yeux de même couleur s'observant. Une lueur passa dans les yeux D'inwë, de l'oeil vert à l'oeil bleu, puis chez Altariel, de l'oeil bleu à l'oeil vert. Les regards des petits retournèrent vers Apa, et le fixèrent intensément quelques secondes. Un petit bruit de sucion se fit quand Altariel enleva son pouce de la bouche de sa soeur.

-A nvelle zon ? Ec Apa Aaiel é mé ? Et ki avoage ?

Lors des deux premières questions, qui n'en était pas vraiment, elle avait regardé Rhys, puis lors de la troisième, elle avait cangé d'interclocuteur. Deuxième petit bruit de sucion.


-Fé pa, a mamal ? Tète a ssieu é né nait pa é Apa i nait ?

-Et koa a nvelle zon ssi ? Et pkoa i vai apa Aaiel é mé ?

-Fé pa ssi, a air potant. Apa i fé ui, é Apa i wou né ien.

-Aaiel a aizon, i Apa di, a ien our né.

La conversation avait été différente des autres fois, ce n'était pas de grands éclats de voix avec de grands gestes à en crever le seul oeil de leur père, mais là c'était calme, intrigé, et sans aucun autre geste que celui de se regarder et de regarder Apa de temps à autre. Finalement, les jumeaux agitèrent la tête, comme d'accord su un point, puis les deux regardèrent Apa avec un grand sourire.

-Apa é ken né ouar Avoage é Nvelle Zon ?


-Né peu tjou ahant ? Ec Apa, é ec a fwal enba ? Wë 'ra incess é Apa ragon, é mé auve Wë fur mé fwal omme an isspoire Apa i li a né ahant dodo.




I'm delicate, sweet and fragile. But it doesn't mean I can't hit you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Jeu 23 Avr - 15:05

Je n'avais pas cru recevoir une réponse aussi, élaborée. Mon œil s'agrandit et je les regardait tour à tour sans comprendre un traitre mot de ce qu'ils se disaient, pour une fois ils se parlaient très calmement, j'en restais sur le cul, ils m'avaient compris ? Au moins un peu...?
Maintenant ils me regardaient tous les deux et je les regardais tour à tour avec une tête d'illuminé, jusqu'à ce qu'Inwë reprenne la parole et que je plisse l'œil avec une presque grimace comme si ça allait d'aider à comprendre. Les sens général de leurs phrases je ne comprenais pas, sauf si j'avais le cul bordé de nouilles, mais parfois grâce à un ou deux mots j'arrivais à saisir ce que ça voulait dire. Forcément c'était plus facile quand j'avais le contexte. Là pour l'occurrence je comprenais 'avoage' et 'nvelle zon'. Mon regard passa de l'un à l'autre.
-On part demain ? hasarda-je.
Puis ce fût au tour d'Altariel, sauf que là j'avais beaucoup plus de mal, des mots comme ‘incess’, ‘ragon’ et ‘fwal’ je connaissais mais le reste de la phrase j’avais du mal à décortiquer. Ce qui m’aidait à comprendre c’était l’agitation qui leur revenait tous les deux. J’essayais de décortiquer tant bien que mal en me répétant la phrase d’Altariel.
-Euh jouer ? Vous voulez jouer, c’est ça ? Mais après on mange et on fait la sieste d’accord, hein ?
Leur expressions ne pouvaient pas êtres plus affirmatives, mais j’essayais encore de comprendre. ‘Fwal’ c’était facile à comprendre, ‘incess’ aussi, le ‘ragon’ en général avec un apa à côté ça voulait en dire que j’étais le grand méchant. J’avais pris moins de cinq minutes pour comprendre, un nouveau record !
Je posais les deux à terre, enlevant mes bottes pour les jeter dans un coin de la pièce avant de me mettre au sol avec eux.

-Roar ! Je suis le vilain dragon de la montagne noire, et j’ai faaaaaaaaaaim ! J’ai mangé toutes les princesses, maintenant il ne reste que la princesse Inwë, je vais la manger elle aussi ! Mais il faut que je fasse attention, il y a le chevalier Altariel avec elle ! Roaaaaaaaaaaar !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altariel
Samildanach
avatar

Peuple : Semi-elfe, avec des origines mystérieuses
Second(s) Métier(s) : Truand en devenir
Nombre de messages : 24
Localisation : Dans les écuries et les grands chemins
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Jeu 23 Avr - 15:57

Une fois à terre, il avait couru vers le cheval à bascule, sa soeur était partit chercher un foulard qu'elle mit sur elle, c'était sa jolie robe de princesse. Lui monta sur le cheval et prit une peluche. Le lapin n'était pas un lapin, non, c'était Xalibur, l'épée la plus puissante du monde entier qui triomphait de tout les dragons du monde. Et le plus pire des dragons arrivait, en grognant et en menaçant la princesse Inwë qui était sur son trône magnifique. Le grand chevalier Altariel chevaucha son brave Fwal et brandi l'épée lapin Xalibur, se dirigeant vers Inwë et le méchant Dragon de la montagne

-Et pa peur incess Wë ! Mé, Fwal é Xalibur né auve té ! Tention ragon mé fui rro for !!


-A mé valier Aaiel ! I vou gnoum mé ! O cour !


Main devant elle pour se protéger du méchant Dragon, Inwë implorait le chevalier de la sauver, dans une tentative désespérée de se protéger, elle balança son royal chat (en peluche) dans la tête du Dragon borgne. Altariel avançait avec difficultés et pas vite, il abandonna donc son cheval Fwal pour courir vers le gros dragon tout pas beau moche, Xalibur en main.

-A aattaaaaaque !! Yaaahaaaaaaaaaa !!

Xalibur s'abattit sur le bras du dragon qui commençait déjà à lui foncer dessus, mais il fallait sauver la princesse Inwë !!


It's time to see what I can do, to test the limits and break through.
No right, no wrong, no rules for me.
I'm free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Jeu 23 Avr - 19:00

J'étais plus écroulé de rire qu'autre chose, un énorme sourire fendant ma poire. Je faisais le gros dos à Inwë, les doigts en imitation de griffes en me balançant sur mes genoux.
-Roar, je vais te mangeeeeeer !
Mais Inwë me balança sa peluche au visage et je reculais à genoux en faisant semblant de me tenir le visage pour mieux réattaquer ensuite.
-Grrrrr tu vas voir ! Je vais te manger en casse-croûte pour çaaaaaa !
Mais le grand chevalier Altariel sur son fier destrier arrivait me menaçant avec son épée lapin qu'il secouait dans tous les sens comme un moulinet. Xalibur venait s'abattre sur mon bras droit, chose effroyable pour laquelle je me mis à rugir. Je fis disparaitre ma main dans la manche de ma chemise.
-Aaaaarg, je suis touché ! Je vais te cracher mes terribles boules de feux dessus chevalier Altariel ! La princesse sera à môaaaa ! Roaaaar ! Piou ! Piou ! Bwahahahahaha !
Je lui balançais donc mes boules de feux et attrapais Inwë par la taille l'emmenant dans ma tanière situé derrière le canapé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwë
Samildanach
avatar

Peuple : Elfin, avec des origines un peu mystérieuses.
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Jeu 13 Aoû - 20:41

Son sauveur venait de trancher la patte du terrible dragon. Le chat royal était mort, mais son sacrifice n'avait pas été en vain, la princesse Ninette (c'était le nom du chat) aurait le droit à des obsèques nationnales digne des plus grands sodats pour être morte en sauvant sa princesse. Mais l'heure n'était plus à la rigolade, Le chevalier Altariel se voyait assaillir de boules de feu (matérialisées par des coussins).
Et elle était enlevée par le gros dragon. Agitant bras et jambes, tapant des poings le dos du monstre, la pauvre princesse en détresse appelait au secour son vaillant chevalier.

-O cour !! O cour !! Le ragon av mé gnoum ec capouéé !!


-Naa, on gnoum pa a incess ec capoué !


Le dragon, ce lâche fourbe et tout moche pas beau qui pu, emmenait la douce princesse hurlante dans sa grande grotte. Ni une ni deux, Altariel se remit sur le dos de Fwal et galopa à bride abattue à travers la grande plaine qui le séparait de la grotte. Bah oui, un dragon ça va vite, mais pas un chevalier, même sur le dos de Fwal, le plus rapide des chevaux du monde. En chemin il tomba sur un ours sauvage femelle, il le savait parce que l'ours avait un noeud dans les cheveux, et du l'assomer à coup de Xalibur. Et il était enfin en face de la montagne Canapé. Il entendait la princesse Inwë appeler à l'aide. Elle appelait à l'aide, mais avait trouvé une arme pour repousser le dragon, mais une arme éphémère, elle lançait des petits cailloux, venu d'un jouet de contruction.


-Ragon noir ké blanc ! Mé evalier Aaiel, n'e aiv te aper é fesses !


Altariel surgit soudain dans la grotte du monstre. Et brandit sa terrible épée, le visage dur, l'air terrifiant. La princesse Inwë joignit les mains, les mettant sur son coeur, des petites étoiles brillantes dans les yeux.
Son grand chevalier venait la sauver, et, comme à la fin de toutes les histoires de princesses et dragon, ils allaient faire griller la dragon au berbecue avant de le manger en dansant autour du feu.

-Aaah mé evalier, n'e ui antante na u eur.




I'm delicate, sweet and fragile. But it doesn't mean I can't hit you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Dim 23 Aoû - 19:14

Je m’étais fait surpasser, oh malheur, le dragon vivait ses derniers instants. J’agitais mes bras, celui amputé encore caché dans la manche. Mon plan machiavélique tombait à l’eau, je n’avais pas eu le temps de manger la Princesse Wë, et Fwal avait été bien trop rapide. Mais le gros dragon noir ké blanc tout pas beau moche que j’étais, ne s’avouerait pas vaincu.
-Ah HA ! Tu es venu à temps chevalier Aaiel je vais pouvoir toi aussi te manger avec du chocolat, bwahahaha !
Paroles fatales car à ce moment les deux se jetèrent sur moi m’assommant à coups de Xalibur et de cailloux, enfin, jusqu’à ce que je me rue tel un diable bourré, donc au ralenti et ce avec un rugissement tout aussi lent. C’est alors que le Chevalier Altariel me mit le coup de grâce -terrible- m’enfonça Xalibur sous le bras gauche (que je refermais sur la peluche).
-AAAAAAARGH !
Je me mis à chanceler sur mes genoux et titubait en dehors de la cave en grognant une lamentation de la mort. J’entendis la porte derrière moi s’ouvrir et avec un amusement non feint -dissimulé par mon faux masque de mort théâtrale- je fît mon speech du ugh, mon dernier monologue du vagin, enfin le truc nul dans le bouquins.
-Tu m’as battu chevalier Aaiel, mais je ne suis pas seul, il y en a d’autres des dragons qui voudront vous manger avec du chocolat !
Je continuais à chanceler puis m’écroulait aux pieds de Camus qui avait toujours une main sur la poignée et qui me regardait avec les yeux un peu ronds. Dans un dernier élan je levais un bras suppliant vers lui et chuchotait.
-Venge moi.
Après quoi je laissais retomber ma tête par terre, fermais l’œil et laissait ma langue dépasser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altariel
Samildanach
avatar

Peuple : Semi-elfe, avec des origines mystérieuses
Second(s) Métier(s) : Truand en devenir
Nombre de messages : 24
Localisation : Dans les écuries et les grands chemins
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Dim 23 Aoû - 20:12

Le dragon noir albinos était mouru, et il avait essayé de demander de l'aide au grand Hibou de la sagesse toute puissante, mais le hibou n'était pas son ami. Le dragon avait bu trop de Whiky avant de vouloir manger la princesse pour croire que le grand hibou de la sagesse toute puissante il allait le venger.
La princesse Inwë sauta au cou de son sauveur et lui donna son gros bisou de princesse royale sur sa joue. Enfin en bavant un peu. Le chevalier alla reprendre son épée, et chaque jumeau prit un pied du dragon noir qui était blanc, et qu'avait plus qu'un oeil aussi et ils commencèrent à tirer dessus.
-Euh, qu'est-ce que vous allez faire a votre père ?

-Naa, né ap apa, né nin ragon noir ké blan, mé ne fui evalier Aaiel.


-Mé né fui a voli incess Wë et né fui da pu voli le monde.

-Aaah, et donc qu'est-ce que vous allez faire au dragon noir qui est blanc ?

-Bah né vé gnoum ragon ec capoué.

-Om en lé n'ispoire.

-Oh, mais ce n'est pas bon le dragon au capoué, c'est bon pour les fourmis enchantées. Mais, le capoué avec de la gimauve c'est très bon. Qu'est-ce que vous diriez si je vous échangiez le dragon, contre de la gimauve et du chocolat ? Et moi je vais me charger de faire manger le dragon par les fourmies enchantées d'accord ?

-Ouiiiiiiiiiiiiii !!! Ien ran Niboo, ren ragon noir ké blan, né on aten la mimauve é capoué.

Camus Prit alors les pieds du dragon qui était toujours mort et le traina dans le couloir, une jeune femme entra dans la chambre pour s'occuper des enfants, une autre fut chargée d'aller chercher le payement en friandises pour les enfants en échange du gros dragon.


It's time to see what I can do, to test the limits and break through.
No right, no wrong, no rules for me.
I'm free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Sam 14 Nov - 15:27

Dieux, trainé dehors par les pieds comme un vulgaire reste de guerre. Je rentrais ma langue et me relevais en m'époussetant, encore heureux que les demoiselles viennent nettoyer mes appartements tous les jours ou bien j'aurais fait serpillère. Par contre voir Camus si rapidement je m’en étonnais un peu.
-Il y a un problème…? Le jeune homme me renvoya un sourire et secoua la tête négativement et se retourna indiquant une pile de choses près de la porte. Et me mit une petite bourse dans les mains.
-Non, je suis simplement allé prévenir que vous repartiriez dans les prochains jours voir dès demain alors tout le monde s’est précipité pour trouver des choses à vous offrir tous les trois. Dans les sacs il y a plein de choses qu‘ils ont jugés utiles, des vêtements de tous âges, des jouets et un peu d’argent… Il y a deux familles qui partent, l’une demain et l’autre dans quelques jours, elles se feront un plaisir de marcher avec vous jusqu’à Fendassë. L’autre part vers Muina, c’est un peu plus proche et si tu veux prendre les pierres levées…
-D’où l’argent.
-Oui.
Je regardais la bourse et refermait les doigts dessus, agitait le poing cherchant quelque chose à dire qui ne paraitrait pas trop stupide. J’étais incroyablement gêné en vérité.
-Je leur passerais le message.
Il me fit un clin d’œil avant de partir et je restais bêtement quelques secondes debout dans mon salon avant d’aller jeter un coup d’œil à toutes ses affaires qu’on nous avait donné. Une fois de plus la gentillesse de tous ces gens m’étonnait, je n’avais jamais eu à demander de l’aide avec les enfants depuis que j’étais arrivé, quand j’avais un peu peiné il y avait toujours eu quelqu’un pour prendre la relève. Je me disais parfois que plus de gens que je le pensais dans ce temple était au courant de cette fameuse prophétie qu’il en était nécessaire, ou alors c’était ma paranoïa qui faisait des siennes… Je pris les deux sacs remplis de cadeaux et les posait sur le lit. Trainant ensuite le coffre à multiples cadenas (que j’avais acheté à prix fort à un marchand de passage) du coin de la pièce pour trouver un compartiment vide.

Mes deux têtes brunes, suivit de la jeune femme, apparurent quand ils entendirent les bruit du coffre qui raclait un peu le sol quand je le replaçais à côté de la porte.
-Alors vous êtes contents ? On va bientôt avoir une maison à nous !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwë
Samildanach
avatar

Peuple : Elfin, avec des origines un peu mystérieuses.
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Sam 14 Nov - 16:05

La jeune femme les avait fait s'asseoir à la royale table du gouté de la princesse Inwë, qui avait invitée quelques poupées et peluches pour célébrer le plus bel échange commercial du royaume de Lachambracouché. Le chocolat chaud arrivé, suivit des gimauves. Xalibur posé à coté de lui le chevalier Altariel atrappa une gimauve à peine elles étaient posées sur la table et allait la manger quand la douce princesse le foudroya d'un royal regard qui tue.
-Kwya ?

-Né incess abor, fé a oliptesse.

-Oh adon...

-Pa gave, mé fésé tention napé hein ?

Alors la princese prit une gimauve avec deux doigts l'air digne... Et la mangea d'une manière tout sauf élégante. Le chevalier fit de même et là tout changea. La grande dragonnière Inwë et le capitaine de navires qui volent Altariel se battirent pour savoir qui mangerait les gimauves. La jeune femme qui les gardait se contenta d'éviter à leurs tasses de tomber par terre, sachant qu'ils ne se battaient pas réellement.
Ninette se tranforma en grande dragonne, un peu poilue, et Xalibur en navire volant de marque Lapinou. Pour mettre fin au "conflit" la dernière gimauve fut mangé par le jeune femme, ce qui fit rire les deux enfants qui retrouvèrent leur normalité. Altariel était redevenu Altariel et Inwë était de nouveau Inwë, les enfants de leur papa.
Papa qui faisait du bruit de l'autre coté.
Alors d'un coup les jumeaux foncèrent, suivis avec un peu de difficulté par la nounou du moment. Papa Kakin'noeil tirait un coffre. Les bras grands ouverts, ils se précipitèrent pour lui faire un câlin, enfin, à ses jambes.
-Owi a nvelle zon !!


-Nvelle zon né ékun nenti ? È Avoage i sra ec ou ?

-Di Apaaa, n'on pe navoar a Ragooon ?

La petite alla se mettre debout sur une chaise, droite digne, comme les dragonniers qu'il y avait dans les histoires du soir.
-Tomme sa né oura voler né tapé lé ossieux pabokipus ! È ne fautrais, Inwë sauta de sa chaise atterrissant accrouppie par terre mais elle se releva bien vite serrant les poings, prête pour taper les fameux méchants pabokipu, é moa é Aaiel ki nnora un atau kivole, non serié lé pu for de le monde !

Altariel, resté à coté de son père à regarder avec exitation sa soeur discourir sur les milles et uns avantages des dragons, applaudit très fort sa jumelle qui prenait une pose victorieuse. Mais la tête de leur Apa d'amour était sans appel, ils n'auraient pas le droit à un dragon tout de suite. Et puis Apa leur avait expliqué que dans le monde on achetais les choses avec les sous, et que plus les choses étaient grosses, plus elle coutaient chères. C'était peut-être trop cher un dragon à acheter ? Alors le petit garçon eu une idée. Il se glissa à coté de sa soeur.

-Mé u fais Apa, fi tu a pas bocou dé sou pour nachter le Ragon, non veut ien un mamal tou piti... Apé u nécomonise né u nachéte le Ragon our Wë.

-È un atau kivole our Aaiel. Kétu ten di ?


* * * * *


Finalement Apa avait dit oui pour le petit animal, mais ne voulais toujours pas du dragon, ni du grand bateau kivole dans son salon. Mais quand il avait dit aux enfants qu'ils pouvaient avoir un petit animal chacun, ils avaient momentanément oublié qu'ils voulaient un dragon et un gros bateau, et demandait qu'à voir les magicals pictures books qui parlaient des petits animaux qu'on pouvait avoir dans une maison. Leur départ pour leur nouvelle maison arrivait à très grand pas, et était imminent. Apa et le Grand Hibou, qu'ils appelaient maintenant Amus, leur avaient expliqué ce qu'était une maison, et une nouvelle maison, et que le voyage était fait pour aller dde l'ancienne maison à la nouvelle.
En fait ce n'était pas des personnes, mais de savoir ça n'avait "déprimé" les enfants que deux secondes, quand ils comprirent qu'ils allaient dans un endroit rien qu'avec Apa, que là bas ils auraient les petits animaux, et qu'ils allaient croiser pleins de nouvelles personnes, les enfants aidèrent à faire les valises, à leur manière. Ils firent d'abord voler tous les vêtements sur les sacs, les dépliants et les mettant surtout au quatre coin de la pièce, puis ils avaient voulus qu'on emporte aussi les murs.

-Mé sé our la nvelle zon, y fo dé murs...
Mais en fait la nouvelle maison aurait ses propres murs, donc pas besoin d'en prendre en plus. Alors ils s'étaient ensuite contenté de regarder Apa faire, assit dans une chaise. Il y aurait d'autres gens avec eux au début aparament.

- Apaa, sé nojoudui non par ?

-Non ve nallé dan la nvelle zon ! Né non veu ouar daute jens... È sé kou kon va nallé dan lé viles ?




I'm delicate, sweet and fragile. But it doesn't mean I can't hit you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Jeu 19 Nov - 3:13

Les jumeaux étaient vraiment très éveillés, peut-être trop parfois, mais d'un autre côté je ne pouvais qu'être fier comme le vieux croulant que j'étais. Malheureusement pour moi ils arrivaient à me mettre dans tous mes états, je passais la moitié de l'après-midi à courir dans tous les sens pour rattraper les vêtements qui volaient ou avait volé dans les quatre coins de la pièce.
La discution du dragon, enfin ragon je la connaissais bien. Inwë était fascinée par les dragons depuis qu'ils avaient découvert l'histoire du dragon récalcitrant dans les magical picture books. Inwë avait posé pleins de questions sur les dragons après, et quand elle avait compris que tous les dragons n'étaient pas comme celui dans l'histoire j'avais du trouver d'autres histoires de 'ragons panuls'. Les quatre livres de la princesse récalcitrante et la dragonne qu'elle servait pour éviter le mariage avec le prince stupide avaient été dévorés par ses yeux avides, et ceux d'Altariel aussi.
Altariel s'était autre chose qui l'intéressait. Il aimait bien les histoires de dragons, certes, mais il leur préférait les histoires de pirates du ciel. Celle de l'île au trésor avec ses bateaux volants avait eu le mérite de capter son attention et de poser des questions sur les bateaux volants, les vif-nefs et leur intelligence presque humaine. Je ne savais pas si c'était une fixation passagère mais en tout cas ils voulaient tous les deux avoir et un 'ragon' et un 'atau kivole'. Pour le moment je les avait dissuadé en leur proposant un petit animal de compagnie chacun mais je savais que l'histoire du dragon et du bateau qui vole reviendrait bien vite. Oh joie...

***


A force d'avoir couru partout comme s'il avait eu une montée de sucre sans sucre, le lendemain matin je peinais à préparer les jumeaux. Mais une fois que tout était fait et dit je les laissais somnoler un peu sur le grand lit pendant que je descendais ma malle et les deux sacs pour les charger sur la charrette des Dunwoody et leur filer un coup de main avec leurs affaires. Comment les gens pouvait accumuler autant de merdes en si peu de temps restait un mystère...
Je rejoignais ma chambre ensuite, secouant gentiment les deux marmottes pour le petit déjeuner. Comme d'habitude ils dormaient face à face, presque collés mais pas tout à fait, et les pouces entres leurs lèvres un peu ouvertes. Je m'asseyais sur le bord du lit et me penchait sur eux, parlant doucement (parce que personnellement je déteste quand on me réveille brutalement)
-C'est l'heeeeeure....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altariel
Samildanach
avatar

Peuple : Semi-elfe, avec des origines mystérieuses
Second(s) Métier(s) : Truand en devenir
Nombre de messages : 24
Localisation : Dans les écuries et les grands chemins
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Jeu 19 Nov - 22:41

Les enfants s’étaient endormis rapidement hier soir, après tout ils avaient aidés à finir leurs valises. Pleines de doudous, jouets, friandises et autres, ils les avaient même décorées avec des collages et de la peinture. Une manière de les tenir calmes pendant les préparatifs avaient dit les jeunes femmes qui s’étaient chargées de les entourer pendant leur loisir créatif.
Le pouce dans la bouche de sa sœur, il ouvrit très doucement les yeux, s’habituant un peu à la lumière ambiante. Et les referma quelques secondes après. Une main se posa doucement sur lui. Il ouvrit un peu plus les yeux et regarda la main et la personne qui se trouvait au bout. Un petit sourire se dessina sur les lèvres du petit un peu endormit. Le pouce de sa sœur s'en alla de sa bouche, et elle aussi ouvrit les yeux. Altariel bailla et frotta doucement un des petits yeux d'Inwë, quand son frère eu fini, Inwë fit pareil avec son frère.
Puis tout les deux se mirent sur le dos et fixèrent leur père avec les yeux entr'ouverts.
-Non sen va ou fuite ?

Inwë attrapa une des mèches de son père, et la tortilla dans ses doigts sans tirer dessus. La petite se remit sur le coté, vers son frère, tout en évitant de trop tirer sur la mèche blanche tenue dans sa main. Baillant, elle referma les yeux, sous ceux de son frère qui la regardait. La petite fille ouvrit sa bouche et marmonna avant de pouvoir dire quelque chose intelligible.

-Né fui aftigué acor...

-Non pe navoar capoué navan non sen va ?

-È non pe navoar nin calin nossi ?

-Owi, nin calin ?
Altariel se mit sur les fesses, sa sœur fit pareil que lui avec un petit temps de retard, et tous les deux tendirent les bras vers leur cher Apa de « lamourtrèforboucou » comme ils disaient.


It's time to see what I can do, to test the limits and break through.
No right, no wrong, no rules for me.
I'm free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Jeu 26 Nov - 0:19

Je ne me considère pas comme un vieux croulant sentimental, enfin, j'évite. Mais quand il y a deux bouts de chou qui sont encore trop dans les vapes pour être turbulents qui vous demandent un câlin, désolé mais je craque.
Je me penchais en avant, leurs petits bras potelés s'enroulant immédiatement autour de mon cou et je les embrassait chacun leur tour sur le front. Avant de retirer gentiment leurs bras pour pouvoir me redresser.
-Je reviens, attendez là deux secondes.
Je courrais jusqu'à la porte de la chambre pour demander à la première servant d'amener un plateau avec un bon petit déjeuner pour les p'tits monstres puis retournait à mon lit, posant un genou sur le bord du matelas.
-Allez, bougez un peu pour votre pauvre papa.
Dieux mais j'avais encore du mal avec ce 'titre' de toute ma vie je n'avais jamais été 'Papa'. Rhyssou, Rhyssounet, 'Ysnet, etc ça je l'avais été plusieurs fois quand j'avais du garder certains monstres maintenant devenus adultes, mais Papa, ça c'était une première. Et même si au début j'avais été réticent à accepter, maintenant je n'y étais plus aussi hostile.

Je m'installais au milieu du lit allongé sur le côté et regardais avec amusement les Altariel et Inwë se tortiller jusqu'à ce qu'ils soient complètement collés à moi. Et Inwë tenta promptement de se rendormir la tête sur mon bras gauche, le droit étant autour d'Altariel.
-Inwëëëë...Il ne faut pas te rendormir, dis-je en lui embrassant de nouveau le front. Je regardais Altariel du coin de l'œil.
-Allez Alta, aide moi à réveiller ta sœur, d'accord ?
Je lui fit un clin d'œil et doucement avec la main droite levait le pan avant du petit pull qui couvrait le ventre d'Inwë, gonflait mes joues...et soudainement collait ma bouche contre son ventre et soufflait entre mes lèvres prodiguant moult bruits...horribles !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inwë
Samildanach
avatar

Peuple : Elfin, avec des origines un peu mystérieuses.
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Sam 28 Nov - 12:33

Inwë et son frère avait fait un gros câlin à leur Apa, un moment tout doux qu'elle aimait beaucoup, et son frère également, mais elle n'avait qu'une envie se rendormir en posant la tête dans le creux du cou de son père. Rhys les dégagea tout doucement, et leur dit qu'il revenait et qu'il ne fallait attendre. Altariel leva les bras en l'air et les tira tant qu'il tomba doucement à la renverse, dos sur le matelas, mais les yeux ouverts commençant à bien émerger de son sommeil. Il en était tout autrement avec la petite.
Inwë restait assise sur le lit, les jambes écartées, le dos un peu vouté et les yeux presque fermés. Elle faisait un joli rêve, plein de Ragons dans un pays où il y avait des nounours en capoué et en mimauve, qui se laissait manger volontier un morceau de bidon sans que ça leur fasse de bobo. Elle voulait y retourner et finir la crème brûlé qu'elle faisait avec un Ragon qui était son ami. Apa revint très vite, et Altariel roula pour lui faire de la place et qu'il vienne avec eux. Puis les deux enfants se tortillèrent pour être complètement collé à leur père. Inwë s'allongea, tête posé sur un bras, et Altariel s'assit et se colla un peu plus au ventre, un bras de leur père autour de lui.

Inwë ferma les yeux et chercha à retrouver son pays de Ragon et plein d'ours à la mimauve capouétisée. Papa Rhys l'embrassa en lui disant de ne pas se rendormir. Mais elle n'en fit rien et commençait à y retourner dans son joli monde. Jusqu'à ce qu'elle ai un peu d'air frais sur le ventre, et qu'un prout le bidon lui soit "infligé". Ouvrant grand les yeux tout en éclatant de rire, la petite fille se tortilla comme un vermissau cherchant à échapper au supplice.
-Naaaan, Apaaaa avrèèèteuh hihihiiii.

Se saisissant de Cheminée Féroce, le dragon tout vert en peluche de sa soeur, Altariel l'abattit sur la tête de son père, cherchant à assomer le vil manant osant troubler le repos de sa soeur chérie qu'il aimait de l'amourtrèbocougrancomléhétoilekibrille. Un deuxième coup de Cheminée Féroce s'abattit.

-Tention ran méchan nobome pa bo, fé ma foeur na mé a pa la tien dabor ! Avrète le prout du bidon inon ma vai te tué nen rondèles !

Apa Rhys de l'amourtrèforbocou, qui était devenu le grand "méchan nobome pa bo", se vit assaillir par la petite Inwë qui essaya de lui infligé le supplice du prout du bidon, mais qui ne réussit qu'à faire un peu de bruit mais à produire pas mal de bave sur le ventre de son père. Altariel lui continuait ses assaut dragonnesque, s'étant placé à califourchon sur son père et lui tapant sur la tête avec Cheminée Féroce, et sautillant à chaque coup. Les deux petits étaient à présent parfaitement réveillé, et la jeune femme du temple qui avait été chargée de rapporter le petit déjeuner des enfants du se retenir de rire devant le spéctacle d'un Rhys qui était débordé par les boules d'énergie qu'il avait réveillé.
-Les enfants ? Le petit déjeuner est servit ?

Dit la jeune femme d'une voix un peu hésitante. D'un seul coup les hostilités étaient terminés, le repas mettait tout le monde d'accord, et cotéaprès avoir un peu ecrasé le visage de son père avec son pied en essayant de refaire passer sa jambe de l'autre , Altariel descendit du lit, précédé par une Inwë qui n'avait plus envie de retourner dormir. Après avoir posé le plateau sur une table, la jeune femme prit Inwë dans ses bras pour la mettre dans une chaise haute, Altariel attendait impatiemment qu'elle eu finit, ou que Apa le mette dans la sienne de chaise kéaute.




I'm delicate, sweet and fragile. But it doesn't mean I can't hit you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Remise sur pieds   Dim 7 Fév - 17:30

Attaqué par deux fronts je tentais vainement de me débattre en bloquant les coups d'Altariel avec mes bras. Puis pace que les coups de peluche abondait j'abandonnais et tentais de le chatouiller là où je pouvais.
-Aha, tu cherche les ennuis microbe !
Sauf que c'est précisément à se moment là que mon deuxième assaillant décida qu'il serrait drôle de me rendre l'argent de ma pièce. En me bavant dessus de surcroit. Je lâchais un cri à la fois horrifié et hilare, battant des pieds sur le matelas.

Une voix filtra à travers le combat acharné que nous nous livrions. Figé je clignais de l'œil, les jumeaux disparaissant soudainement du lit, non sans qu'un pied m'écrase à moitié le visage au passage.
Je frottais ma joue en regardant ailleurs essayant de cacher mon visage stupidement enflammé et regardait ensuite mon ventre, consterné. Eww, de la bave de bébé ! Je m'éclipsais dans la salle de bains.

Plus tard je chargeais les dernières affaires sur la charrette des Dunwoody, sécurisant grosso-merdo avec une corde ce qui pourrait tomber. Les jumeaux partageaient leurs derniers instants avec les jeunes et moins jeunes demoiselles qui s’étaient occupés d’eux tout le temps qu’on avait passé ici. Altariel et la petite blondinette serviable de ce matin, Sorcha je crois, se tenaient par les mains et balançaient leurs bras en papotant gaiement. Inwë, elle, s’agrippait aux jambes de Camus avec une mine résignée. Je fis mes propres adieux, me sentant un peu mal à l’aise et à la fois ravi de voir tant de filles s’aventurer à me faire promettre de leur donner des nouvelles. Je me grattais la nuque pour couvrir ma légère gêne, un peu plus et elles brilleraient ces filles. L’une d’elle prit l’initiative de se jeter à mon cou pour me planter un baiser sur la joue. Les autres filles semblèrent partagées entre la jalousie et le respect quand celle-ci me lâcha enfin, les joues empourprées par sa propre audace. Je levais un sourcil et secouait la tête, partant à sourire un peu bêtement. Quoi c’est tout ? Je l’attrapais par la nuque et l’embrassait réellement, pour donner aux filles un vrai sujet de commérages. Je n’explorais qu’un peu, puis la lâchait doucement sous les exclamations étonnées. Je leur adressait un sourire radieux -à défaut d’un clin d’œil qu’elle n’aurait de toute façon pas reconnu comme tel- puis les saluait et me dirigeait vers Camus.

Celui-ci m’adressa un regard réprobateur qui ne l’était pas du tout vu le sourire qui fendait son visage. Je lui adressais mon expression la plus innocente et il éclata de rire affichant ensuite un vague expression de méfiance.
-Dois-je me préparer à ce que tu m’embrasse aussi ou tu ne réserve ça qu’à Rory ?
Je levais un sourcil et le foudroyait presque du regard, tout en croisant les bras le nez en l’air.
-Elle l’a bien cherché, et puis ça leur donnera une vrai raison d’être jalouses d’elle. Un merveilleux sujet de discussion pour les années à venir. Et de toute façon tu le sais, je ne suis qu’un homme à femmes.
Camus m’adressa son habituel regard qui voulait dire ‘c’est ça, je te crois mon grand’ puis roula les yeux au ciel et secoua la tête.
-File, et ne reviens jamais je t’en conjure.
-Awww, je savais que tu m’aimais au fond !
-File !
Je filais donc avec les jumeaux, et tous les trois installés à l’arrière de la charrette les jambes pendouillantes nous agitions nos mains jusqu’à ce que le temple soit hors de vue. Je dus ensuite convaincre les jumeaux d’arrêter de pleurer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Remise sur pieds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» QUID DU PREMIER MINISTRE PIEDS SENTI ??????
» remise en vente des maisons abandonnees
» Saut de 361 pieds en motoneige
» Amphithéâtre [évènements officiels et remise de diplômes]
» Cérémonie (Remise de seigneuries/Passation de pouvoir) 1/2 - février 1458
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Andanorië :: Necuatica :: La Cité Sacrée-
Sauter vers: