AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Lun 26 Mai - 19:41

Laurëlin avait dû se couper les cheveux pour les avoir de la même longueur que ceux de la servante qui avait pris sa place. Ils avaient échangés leurs vêtements, et sa grande stupéfaction, Lin s'était retrouvé nez à nez avec un double quasi-parfait. Elca avait brièvement expliquer que l'état de sil'ura de la servante permettait d'accuenter les ressemblances entre eux.
En suite, ils avaient pris ses affaires, et les avaient dissimulées dans des panières de linges sales. Il y avait deux kimono de change, des chaussettes, une paire de chaussons en fourrure, une fourrure de la chambre du prophète avec laquelle il avait dormi les dernières nuits, quatre ou cinq livres, ses outils pour tailler les bois. En quittant la chambre, Laurëlin n'avait pas pu s'empêcher d'avoir un pincement au coeur, et de regarder le prophète, en espèrant que celui-ci vienne lui rendre visite dans la partie du temple où il était. Il avait l'impression d'être arraché à un endroit chaleureux.
Il avait suivi Elca, laissant son double, et Masuaro qui n'avait rien dit. Il repèra le chemin. Et découvrit en suite son nouvel habitat.


La partie du temple consacrée aux valars, étaient lumineuses, avec des verrières, et des plantes partout, en l'honneur de Yavanna, valar de la nature, au milieu de ça, de l'eau glougloutait joyeusement, répendant un bruit appaisant, hommage à Ulmo, seigneur des eaux, présent dans chaque fleuve et mer selon la légende. Il y avait même des oiseaux, et plusieurs chats qui vinrent renifler le nouvel arrivant. Alors, Laurëlin fit la connaissance du haut prêtre des Valars, contre lequel Masuaro l'avait mis en garde.
Un vieil elfe, donc, un elfe avec simplement quelques rides autour des yeux et de la bouche, un peu sur le front, avec l'air un peu fatigué, en grande robe blanche s'avança un énorme sourire aux lèvres. Ses cheveux étaient très longs, blancs, retenus en arrière au niveau des tempes, pour dégager le visage.
-Oh voici donc le nouveau protégé de Masuaro ! Quel joli minois !
Laurëlin se demanda si l'étrange accent avec lequel il parlait été encore parlé en Inwilis, peut être les humains, les arendais du moins, parlaient encore de cette façon. Le prêtre lui prit les mains.
-Bienvenue dans mon humblissime demeure, nous sommes enchanté de vous accueillir ici. Je me nomme Bernyl, mais appelez moi Bernie.
Par les Dieux c'était lui. Elca le laissa, un novice ayant pris la panière qu'elle tenait. Laurëlin perdit d'un seul coup tout ses repères.
-Venez donc, venez donc mon jeune ami, nous allons vous conduir à vôtre chambre, vous pourrez ainsi vous installer, Masuaro me fit une joie en me proposant de vous prendre pour quelques instants.
Laurëlin songea que non seulement il faisait des rimes, mais en plus le double sens était vraiment trop explicite, mais ça ne collait pas avec le personnage, aussi, l'hybride se douta que l'étrange personnage n'en faisait vraiment pas exprès.

Quelques minutes suffirent à Laurëlin pour s'intaller, un peu paumé dans ce nouvel endroit, il trouva Bernie dans la verrière, occupé à mettre des chaises blanches en fer forgé autour d'une table elle même en fer, le tout étant peint en blanc. Lin toussota pour signaler sa présence.
-Excusez moi de vous déranger m-...
-Que nenni mon jeune ami ! Vous ne me dérangez point ! Voyez vous, j'installais ceci, pour que mon sucre et moi même prenions une légère collation, mais venez donc vous installer avec nous !
Laurëlin se souvenait qu'Elca avait dit que Bernie avait quelqu'un, une gentille épouse peut être, pour qu'il l'appelle mon sucre. Bernie le pressa pour qu'il s'assaye sur une chaise, alors que le prêtre se posait lui aussi. Un autre elfe, en grande robe bleue sombre, arriva avec un plateau, qu'il posa sur la table. Laurëlin ouvrit la bouche, et...
-Voyez, goutez donc ce que mon coeur à fait !
L'offrande manqua de s'étouffer avec le morceau de fraisier que Bernie venait de lui fourrer dans la bouche. L'épouse était... un homme. Lin comprit aussi l'aversion qu'il pouvait avoir pour le vieil elfe.
-Bernie mon ami, ne fourrez point dans la bouche des gens, du gateau, aussi impunément, c'est trop surprenant, pour qu'il n'y ait pas étouffement !
Et il parlait de la même façon. Il comprit soudain qu'il aurait souvent mal au crâne.
-Nilanwen mon ange, ne vous en faites point, ce jeune homme doit découvrir la surprise des saveurs !
En effet, il devait admettre que c'était bon, en mâchant, il détailla Nilanwen, cheveux noirs, lisses, yeux bleus, et l'air moins vieux que Bernie.
-Délicissime n'est ce pas ?
-MMMh, Lin avala, très bon oui.
-Vois tu Nilanie, ta cuisine est toujours des plus raffinées, elle ravit toujours les palets gourmets !
Nilanwen se mit à rire doucement, servant du thé sentant la vanille, dans les trois tasses présentent sur le plateau. Il avait l'air plus calme que Bernie, au grand soulagement de Laurëlin.
-Bernie chéri, vil flatteur que vous êtes, expliquez donc ce que peut faire ce jeune homme ici, il serait dommage qu'il reste dans sa présente mélancholie.
-Ah ! Dîtes mon jeune ami, j'ai ouï dire que vous sculptiez exquisement le bois, d'une manière fort précise, telle du travaille d'orfèvrie, nous nous demandions, si vous pouviez laisser libre cours à vos rêveries sur les meubles trop sobres de nôtre humble temple... Nous aimerons quelques choses dans un esprit végétale, mais...
- Ne l'accablez pas trop d'informisimes instructions mon bon ami, intervint Nilanwen, laissez le donc laisser libre cours à son imagination !

Laurëlin se demandait vraiment, s'il avait bien fait de dire à la proposition d'Elca et Masuaro.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Mar 3 Juin - 18:52

L’échange s’était passé sans encombre, laissant le prêtre avec un double féminin de Lin, double qui ressemblait plus à une feuille morte qu’autre chose à la vue des tremblements. La jeune femme, assise dans un coin sur une chaise, regardait les pieds griffus du prêtre, reculant lorsqu’ils étaient trop près à son goût. A cause de cette attitude épeurée, Masuaro était encore plus renfrogné et de mauvaise humeur que jamais. Déjà qu’il avait du aller voir Bernie pour lui demander de lui faire la faveur de garder Lin en sécurité jusqu’à ce ça se tasse, le prêtre Valar l’avait serré dans ses bras en le remerciant de l’immensissime confiance que vous m’octroyez, j’en suis tout émotionné. Et après avoir accepté il l’avait traîné derrière lui par la main et avait jubilé sur le bon thé qu’ils allaient enfin partager tout les deux. Sauvé par une servante qui interpella Bernyl et le lézard en avait profité pour prendre la poudre d’escampette. Le Prophète préférait largement s’immoler par le feu ou bien s’écailler lui-même plutôt que de poser une seule griffe chez le prêtre Valar. Seul problème, s’il voulait tenir sa promesse envers Lin, donc aller le voir et passer un peu de temps avec lui pour qu’il se sente un peu plus rassuré le prêtre devrait aller chez Bernie. Pauvre Laurëlin, il était coincé chez cet espèce d’hippie qui doit avoir de la drogue coulant naturellement dans le sang pour agir ainsi… Ou alors le thé qu’on lui fournissait était hallucinatoire.
Ca ne faisait que quelques heures que Lin était partit, qu’accessoirement la feuille tremblait sur une chaise, et, déjà, Masuaro se sentait à bout de patience. Personne pour lui parler et un bruit de fond étant celui des castagnettes jouées par les genoux de la fille. Il fallait qu’il sorte avant que l’un des fragiles câbles, qui maintenaient son envie de tuer la joueuse de castagnettes, ne cède sous la pression grandissante. Pour éviter que la fille, une fois seule, ne se précipite contre la porte en hurlant que le prêtre allait la dévorer vivante et qu’il fallait à tout prix la sauver de ce cauchemar, il faudra user de la bonne vieille, et efficace, méthode de la menace. Art dans lequel il excellait tout particulièrement, comme celui de mettre les menaces à exécution. Attendant qu’elle cligne des yeux pour bouger, il s’approcha d’elle rapidement, dans un geste félin, et plaqua sa main sur sa bouche avant même que ses réflexes eurent temps de la faire hurler. Il approcha sa bouche de son oreille et lui siffla avec mauvaiseté.

-Ecoutes moi avec attention. Si tu bouges, fais du bruit, parle, crie, pleure ou tout autre chose durant mon absence, je te ferais subir tellement d’horreur que tu me suppliera d’abréger tes souffrance… Et bien sur, tout cela en vain. Comprit ou je dois commencer tout de suite ?

Elle agita la tête pour lui signifier qu’elle avait comprit et qu’il ne servirait à rien de commencer quoi que ce soit, elle serait sage, juré. Elle était devenue livide, des larmes retenues dans ses yeux les faisaient briller. La main du Prophète se retira et pas un son ne sortit de la bouche aux lèvres tremblantes, d’ailleurs, elle était même trop terrifiée pour continuer de trembler. Parfait. Il enfila rapidement un kimono masculin de couleur verte et brodé d’argent sur le bord des manches et en bas, sur l’ourlet. Masuaro sortit, sans trop ouvrir la porte, et il ferma sa chambre à clef derrière lui ; il ordonna aux gardes de faire peu de cas s’ils entendaient des bruits parce que l’offrande était nerveuse, elle venait d’apprendre le jour de son sacrifice, le Prophète ayant du l’attacher un peu et il l’avait calmée. Il alla tranquillement vers les jardins, endroit où il adorait aller lorsqu’il se sentait énervé, il y restait de longues heures, avec les plantes et les fleurs pour seules compagnie. Il aimait beaucoup les fleurs, c’était de famille et un peu de culture, il prenait d’ailleurs un plus grand plaisir à honorer une fois par ans le dieu des fleurs que tout les autres. Il fit le tour des serres, se délassant intérieurement tout en gardant son aspect extérieur aigri, tendu et peu accommodant. Du bout des griffes, il caressa avec délicatesse les pétales d’une orchidée blanche, ses préférées.
Il s’arrêta un peu, avant de reprendre sa route beaucoup plus doucement, puis s’arrêta complètement. Il était, de deux pas, entré dans les serres des Valars et, pas très loin, la voix de Bernie se faisait entendre. Les yeux fermés, il écouta le bruit de l’eau tout en se parlant intérieurement.
Du calme, tu entre la dedans, tu trouve Lin, tu passe un peu de temps avec lui, tu prends des nouvelles et tu t’en va avant que l’autre ne te repère. Entrer, trouver Lin, nouvelles, partir, entrer, Lin, nouvelles, partir. Et surtout éviter Bern-

-Masuaro !

Et chiotte…
Après qu’il y eu un raclement de chaise et l’extinction de lui voix portante de Bernie, le vieil elfe était partit voir quelque chose qui l’intriguait. Il était donc sortit de derrière un buisson et avait vu Masuaro planté tel un arbre en plein milieu du chemin. A présent il avançait vers le prêtre Quetz avec les bras grands ouvert et toujours son sourire détestable fiché à la glue sur son visage.

-Il me semblait bien avoir perçu le son de vos pas reptiliens. Quel plaisir vous pute me faire en venant enfin dans notre humblette verrière. Quel merveilleuse hasarditude, vôtre petit protégé, mon Sucre et moi-même prenions le thé en cette fin de journée. Et nous avons assez de douceurs régalicieuses pour nourrir un régiment. Venez prendre ce thé que je veux vous offrir depuis tant d’années !

Un peu, voire beaucoup, obligé de suivre le prêtre Valar, sans pour autant le laisser le prendre par la main cette fois ci, Masuaro pensa que finalement il l’aura eu son fichu thé le Bernie. Le Quetz avait passé tant d’années à l’éviter, pour en arriver là. Arrivé rapidement au coin salon de thé, le Prophète pu voir que Lin avait l’air de se porter bien malgré Bernie et Sucre. Néanmoins, ça lui ferait toujours étrange de voir le jeune homme avec les cheveux courts, le Prophète avait même gardé les cheveux coupés et les avait mit dans un petit coffre de bois noir, avec deux plumes bleues et une blanche tachée de gris. Ces signes apportaient bonnes fortunes et accordaient de choisir sur quoi elle devait se pencher, le prêtre avait demandé que le transfert se passe sans aucuns problèmes, et il avait été exhaussé.
Il y avait aussi Sucre qui était assit, et là c’était un peu plus coton pour le Prophète qui ne supportait pas ce genre d’hérésie. Au moins, avait-il trouvé un point très positif au couple Bernyl x Sucre, ils ne pouvaient pas se reproduire et fonder toute une armées de mini Bernie.
Masuaro se fit asseoir par un Bernie tout enchanté, adressa un signe de tête très raide à Sucre, et un beaucoup plus calme et chaleureux à Lin. Bernie lui apporta une tasse à thé toute fleurie et Sucre la remplie de thé vanillé. Le prêtre Quetz semblait tout aussi à sa place qu’un troll dans un ballet de fées, prenant la tasse de té du bout des griffes, il en bu le contenu du bout des lèvres. Bernie rompu le silence.

-Nous parlions de la fantasmique aptitude de Lin pour sculpter le bois. C’est une jeune servante qui nous en a fait l’élogeantesque éloge rapporté d’une table refaite savamment dans vos appartements. A t’elle dit vrai ?

-En effet, Lin a sculpté une table, elle est même très belle. Et alors ?

-Nous pensions aux sobres meubles de notre temple qui d’ornements sont exempts. Si le jeune Lin s’ennui il pourrait mettre son don à profit. Une personne aussi mignonne ne pourra refuser d’aider…

-Lin est mignon, c’est vrai, mais si jamais je vous voit entrain de l’approcher de trop près à mon goût, ou même entrain de trop le toucher, je peux vous assurer que je vous ferrais comprendre pourquoi tous les autres m’évitent soigneusement dans les couloirs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Jeu 5 Juin - 19:55

Laurëlin allait répondre après avoir avalé un autre morceau de gateau, quand Bernie détala comme une flèche. Le jeune homme referma la bouche et regarda Nilanwen avec interrogation, ce dernier haussa les épaules. Lin baissa les yeux sur sa tasse de thé, thé qui était vraiment bon d'ailleurs. Relevant la tête en entendant la voix de Bernie, son regard s'accrocha à la silhouette familière qui arrivait avec le prêtre. Le Prophète avait délaissé ses vêtements de cérémonie ou l'habituel pagne, pour un kimono suggérant plus qu'il n'était véritablement vêtement. Sentant une légère rougeur lui monter aux joues, il avala rapidement une gorgée supplémentaire de thé. Son coeur battait tout de même un peu trop rapidement. Masuaro était venu très vite, Laurëlin aurait plutôt pensé qu'il attendrait un jour ou deux... mais visiblement il avait l'air ennuyé. Sa remplaçante était-elle sans intérêt ? Un goût amer remplça celui du thé, et pourtant il ne pu s'empêcher de répondre avec son habituel sourire à la salutation du Quertz.
Ce qui pensait sous les yeux de Nilanwen confirmait ce qu'il pensait déjà, et il réprima un sourire en mettant son nez dans sa tasse. La seconde confirmation fut les dernières paroles du Prophète.
Laurëlin se sentit devenir cramoisi, et ses doigts s'agitèrent nerveusement sur sa tasse.
-M-masuaro-sama...
Bernie regardait ce dernier scandalisé, et Nilanwen s'était tout de même raidit, et répliqua le premier d'un ton sec.
-Vos insinuantes suppositions sont offensantes et m'offusquent, nous pourrions le prendre comme de graves insultes, et vos menaces ne sont -
Bernie avait la main pour interrompre son Sucre.
-Vous avez quémandé de l'aide pour nous gardions durant une courte durée, dans nôtre giron sécuritaire vôtre jeune offrande ! Mon ami, j'éprouve une respectissime amitié pour vous, sachez le, et ce, malgré vos frasques et frusques donc vous êtes sans frisk, mais je ne vous permet pas de mettre en doute le serment que mon cher Nilanwen et moi avons scellé il y a maintenant des années en toute sincérité. Surveillez vôtre langage, et vos manières, vous vous oubliez, ça n'est pas digne de vôtre sacrissime rang. Mais cela me rassure, vous n'êtes pas sans avoir de coeur parce que vous réagissez avec une vivacité spontanéisme...

Laurëlin regardait bouche bée les deux prêtres des Valars qui sous leurs airs de gateux et ne payant pas de mine, osaient se dresser contre celui dont la réputation n'était plus à faire dans le Sud et dont la renommée s'étendait jusqu'aux tréfonds des montagnes du Nord. Mais, touché dans leurs sentiments et leur serment sacré, les deux Haut Prêtres révélaient une nouvelle facette, qui fit comprendre à Lin pourquoi les deux elfes occupaient ces fonctions.
Seulement, l'offrande savait que Masuaro réagissait promptement aux provocations, il en avait fait les frais. Il lui jeta un regard suppliant, mais sachant que ça ne marcherait pas, l'hybride prit son courage à deux mains.
-S-s'il vous plait, ne vous disputez pas...
Il faillit ajouter qu'une simple offrande comme lui finirait pas disparaitre totalement, et que ça n'en valait pas la peine. Regardant le prophète, il poursuivit.
-Ils ont été gentils avec moi, je vous assure, je me sens assez bien ici, Laurëlin finit par craquer, de toute façon ce n'est pas comme si vivre ici allait changer quoique se soit à l'issue de mon séjour dans le temple !
L'offrende s'était levée et son ton était monté, s'appercevant de son audace, dont il n'avait pas fait preuve depuis un moment, un frisson le parcourru, il appréhendait déjà les représailles.
-E-excusez-moi, je ne me sens pas très bien, je vais aller marcher un peu, ça... ça me calmera.
Repoussant sa chaise dans des gestes un peu précipité, il s'éloigna rapidement, prenant la fuite, entrant dans la végétation dense qui emplissait l'immense verrière, essuyant ses yeux, partagé entre la colère et le chagrin.
Bernyl regarda avec une certaine tristesse Laurëlin fuir, parce qu'il n'y avait pas d'autre mot, fuir pour un court instant, parce qu'il avait parfaitement conscience de ce qui allait lui arriver. Dans la tête du prêtre germa une idée impromptue, un doute pernicieux qui lui souleva les entrailles. Se tapotant les lèvres, il se leva à la hâte, il devait aller vérifier.
-Veuillez me pardonnez, je viens de me souvenir d'une affaire urgentesque, Nilanie je te laisse la direction des offices.
Marmonant, Bernie quitta la pièce à grands pas. Nilanwen émit alors une rélfexion pertinante, fixant Masuaro.
-Allez le rattraper, il en a besoin, Masuaro-san, ne soyez pas trop dur, mourir n'est pas aisé, surtout par la volonté d'un être aimé.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Sam 7 Juin - 16:58

Masuaro fulminait. Ces deux erreurs de la nature osaient lui répondre, comme si un serment scellé entre deux personnes comme eux pouvait avoir la moindre signification, la moindre once de véracité. Non, les gens comme eux n’ont aucunes paroles et se moque bien de savoir qu’ils se sont promit quoi que ce soit. En plus ils seraient sûrement capables de s’y mettre à deux avec Laurëlin. En plus comment Bernie pouvait-il prétendre avoir de l’amitié pour lui, Haut prêtre Quetz, alors qu’il ne connaissait absolument rien de lui et que Masuaro ne lui avait jamais témoigné que de l’indifférence et du dégoût. Le jeune homme le regarda d’un air suppliant, mais le prêtre n’en eu rien à faire, il devait répondre à ces gens qui venaient de souiller son honneur et de le mettre en rogne. Sa bouche s’ouvrit, se préparant ainsi à répondre à Bernie et Sucre quand, chose surprenante, Lin le coupa dans son élan de réponse.
La fin de l’intervention de lin s’était faite d’une manière assez dure. Le jeune homme avait eu un ton déplaisant, colérique et chagriné, le tout avec cette insolence qui le caractérisait bien. Le Quetz était un peu partagé, entre le fait qu’il détestait qu’on s’adresse à lui de cette manière, et aussi par le fait que cette insolence lui avait manqué.
Il regarda, avec un air extérieur indifférent, Laurëlin partir. Même si il ne le montrait pas, voir le jeune homme partir ne lui faisait pas plaisir, il se retrouvait seul avec les deux autres, et puis il avait une drôle de sensation dans le ventre. Enfin, à sa grande joie, Bernie partit assez vite lui aussi, et pas dans la même direction que lin, lui il partit tout bonnement de la verrière. Sucre lui parla alors qu’il ne lui avait rien demandé.
Il mit un certain temps pour assimiler les paroles dites, surtout les dernières. Que Sucre lui dise qu’il ferait mieux de rattraper Lin parce que celui-ci avait du mal à admettre qu’il allait mourir, ça s’était facile à comprendre, mais les mots être aimé… Qu’est-ce qu’ils faisaient là ? C’était peut-être pour la rime, mais là le prêtre en doutait fort. Lin… L’aimer… Non. Lin l’appréciait, un point c’est tout, Sucre avait bu trop de thé hallucinatoire.

-Je n’ai pas besoin de vous pour savoir ce que j’ai à faire.

Il se leva et s’enfonça à son tour, derrière Lin dans la végétation. Se mettant en quête du jeune homme, il commença déjà à se demander ce qu’il pourrait lui dire pour le calmer et le réconforter un peu. Après tout, il n’était pas doué du tout pour ce genre de chose, même si il avait eu un petit entraînement la dernière fois lorsque Laurëlin avait eu la très mauvaise surprise de découvrir des insectes dans son lit, enfin une fois ne fait pas l’expérience. Lin n’était pas allé très loin et le prêtre pu voir que c’était peut-être un peu plus grave que ce qu’il avait cru. Le jeune homme avait les yeux brillants, comme si il se retenait de pleurer ou qu’il avait un peu pleuré.
Le prêtre s’approcha doucement, ne voulant en aucun cas effrayer Lin, et il lui sourit, un des rares sourires qu’il arrivait à faire en présence du jeune homme seul.

-Ne t’en fais pas pour tout à l’heure, ce n’est rien, tu as le droit de t’énerver, et aussi je dois t’avouer que ton insolence m’a assez manqué, ta remplaçante ne sait rien faire d’autre que de trembler en claquant des dents tout en sursautant au moindre de mes gestes. Très lassant à la longue… Ca fait bizarre que tu ne sois plus chez moi, mais ici.

Il avait l’impression de s’y prendre comme un manche, et il maudissait son insociabilité. Il tenta alors une nouvelle approche de la source présumée du problème. Prenant une voix calme, posée et douce.

-Tu sais, ce n’est pas parce que tu vas être sacrifié que ta vie n’a aucune importance, bien au contraire. Le rituel en lui-même est une célébration de la vie, et il faut en sacrifier une pour que toutes les autres puissent vivre en paix et heureuses. La vie du sacrifiée et la plus importante, c’est elle qui permet le renouveau, sans elle, sans toi, les dieux n’auraient pas leur dose de sang et ils maudiraient les mortels… -Le Quetz prit une main de Lin pour qu’il le regarde vraiment dans les yeux- Tu es très important à mes yeux, et, garde le pour toi, pas seulement parce que tu es une offrande.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Sam 7 Juin - 18:39

Laurëlin y avait cru, et finalement c'était tout, sauf ça. Même malgré la dernière phrase. Il se maudit, et retira sa main, il recula un peu.
-Pourquoi moi ? Je ne crois même pas en vos Dieux, les miens n'ont pas besoin de sang pour avoir du pouvoir et exaucer les mortels, les offrandes qui leurs sont faites sont pour les remercier, et ils ne demandent pas qu'on sacrifie une vie pour les autres, parce qu'elles sont toutes précieuses à leurs yeux. Et pourquoi je devrais mourir pour sauver des gens qui n'ont fait que me montrer du doigt, et me jeter des cailloux ? Des gens qui collent des entrailles de bestioles dans la salle de bain que je devais utiliser, des gens, qui mettent des insectes dans mon lit ? Inutile de mentir, je suis un sacrifice de plus dans vôtre liste, je suis spécial parce que je vous tiens tête un minimum malgré les coups que vous me donnez.

Voyant qu'il énervait le prophète, Lin se dit qu'il allait encore tout gagner, et que finalement ça n'était pas plus mal.
-Allez-y - il tendit presque la joue - vous serez comme tous les autres, et vous ferez comme tous les autres, vous regarderez de vôtre pied d'estale quand je serais par terre, et le pire avec vous, ce que vous ferez tout, jusqu'au bout, là où personne n'a osé aller, parce que vous vous croyez dans vôtre bon droit de prendre la vie de quelqu'un qui n'a jamais voulu être là, et qui a toujours penser à claquer pour éviter de se faire encore mal dans la vie, alors dans un sens merci, parce que vous allez faire ce que j'attend depuis longtemps. Je vous déteste pas, mais c'est mieux que je sois plus avec vous. Vous n'avez pas besoin de venir voir si ceux que vous jugez indigne à cause de leur différence m'ont corrompu, ça à l'air de tellement vous dégoutez que je peux au moins vous épagner ça. Et puis, je dois réellement être dégoutant, parce que je suis un hybride, et que je suis du même bois qu'eux.

Laurëlin avait regardé bien en face Masuaro, qu'il ne pouvait pas vraiment détester, mais qui ne le verrait jamais vraiment qu'autrement qu'une offrande quelconque. Son regard s'était fait dur, autant qu'il se faisait violence, et de nouveau la colère l'avait saisi.
-Autant que vous, je déteste les hypocrites, je n'aurais pas penser que vous le seriez avec moi, dire que je suis important pour vous, et pas parce que je vais être sacrifier, faites avaler ça à la première pucelle en mal de romantisme, mais pas à moi.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Sam 7 Juin - 21:16

Pour la première fois, depuis de longues années, le Prophète avait une enorme boule d'émotion dans la gorge.
Pour la première fois, ce n'étais pas lui qui mettait les autres devant leur quatres vérités, qui crachait à leur figure son venin, qui les rabaissait et les jetait plus bas que terre au point que beaucoup se sont mis à pleurer.
Pour la première fois, il comprenait, il pouvait tout à fait ce qu'il leur avait fait subir et il se mettait même à les plaindre, à détester sa propre manière d'agir qui l'avait pourtant protéger très efficacement toute sa vie.
Pour la première fois, il se demandait si ce n'était pas seulement parce que c'était Lin qui le faisait ce discours, si, si ça avait été quelqu'un d'autre à la place du jeune homme, il n'aurait rien ressentit et puni "comme il se doit" l'auteur des paroles.

Tout ça se passait à l'intérieur de son esprit et de son coeur, rien ne paraissait à l'extérieur, et ce au prix de grands efforts. Il n'aurait jamais cru avoir à dire ça un jour, mais Lin venait d'ouvrir une faille immense au sein de sa carapace de fer. Il avait envie de partir, loin, loin de toutes ces vérités qui le brûlaient de l'intérieur. Laurëlin le provoquait, l'incitait à oser le frapper. Son bras ce serait tendu et détendu à la vitesse de l'éclair et l'aurait frappé avec violence, sûrement répétivement, seulement il n'avait aucune envie de faire ça, pas à cause des paroles... Ses yeux se fixèrent sur la joue portant la marque du dernier coup porté sur l'offrande. Laurëlin continuait, continuait à l'acculer de ses paroles. Le prêtre affichait une expression de totale neutralité, il ne pouvait pas faire mieux.
C'était à son tour de s'être lourdement trompé. Il aurait cru que Lin aurait comprit ce qu'il voulait dire par "important pour lui". C'était la seule et unique personne qui savait ce qu'il était réellement, il concidérait Lin comme un ami, le seul. Il serra les poings, de rage et d'impuissance. Le flot arrêta. Le prêtre resta silencieux. Il du avaler à plusieurs reprise pour avoir l'impression que la boule dans sa gorge diminue.

-Tu as enfin fini ? Tu as entièrement raison, sur tout. La seule chose que je peux te dire c'est que Marquise t'a offert au temple en tant qu'offrande. Tes dieux n'ont peut-être nullement besoin de sang, mais les miens si, je tolère ta religion, peut m'importe de quel culte tu sois, alors ne crache pas sur la mienne en insinuant dans tes paroles qu'elle est barbare. Ils m'ont confié la mission d'entretenir leur culte, je crois en eux, chacun voit le monde à sa façon. Tu es une offrande, et j'en suis désolé. Réellement, sincèrement. Tu croyais que je te disais que tu es important pour moi dans quel sens ?
Tu es la seule personne que je considère autrement que comme une chose inférieure a moi. Pour une fois j'avais quelqu'un en face de moi qui était capable d'autre chose que de la soumission face à moi, tu es insolent, tu as réussis à comprendre pourquoi j'étais ainsi, tu étais tellement gentil avec moi, et patient... J'aurais pu directement éliminer la menace qui pesait sur toi, très facilement, mais par égard pour toi, je savais que ça ne t'aurait pas plu qu'on meurre pour toi, je t'ai fais transférer ici. J'aurais pu le tuer, ça m'aurais causé encore moins de soucis, tu n'aurais pas bougé de la chambre et tout aurait été pour le mieux.
Je n'aurais jamais cru que tu puisse me traiter d'hypocrite, que tu puisse me comparer à ceux qui t'ont fait subir les entrailles et les insectes, alors que je t'ai abrité le temps que ça se calme et même après. J'aurais pu, une fois ta chambre débarassée des insectes et nétoyée des entrailles, faire condamner l'accès principal et t'y renvoyer dans ta chambre. J'aurais peut-être du, ainsi tu n'aurais pas eu à souffrir de ma présence, de la présence d'un hypocrite. Tu dis que tu ne me déteste pas, c'est tout le contraire que je ressent à travers tes paroles. Si je suis venu aussi vite, ce n'est pas que par ennuis, non, c'est aussi par inquiétude envers une personne que je commençais àconsidérer comme un ami, mais ça tu t'en moques bien sur, comment je pourrais me soucier de toi autrement que parce que tu es l'Offrande...
Je pense que tu as raison, si c'est ce que tu veux, je pars, vu que je ne suis bon qu'à prendre les vies des autres et à les frapper. On se reverra, oui, le jour de ton sacrifice. Navré d'avance de t'importuner...

A part avoir souligné quelques mots importants, le ton avait été neutre. Le prêtre avait réussit à ne pas avoir une voix étranglée, c'était déjà ça. Il se tourna, sans regarder Lin et commença à partir dans la végétation, n'ayant qu'une hâte, partir de ce lieu et ne plus y remettre les pieds, vu qu'il se sentait tellement désiré ici. Il avait cru que venir aussi vite ferait plaisir à Lin... Grave erreur. Il se jura de ne plus jamais s'attacher à qui que ce soit, surtout pas à une offrande qu'il allait tuer. Cette pensée accentua la grosseur de la boule.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Sam 7 Juin - 21:45

L'hybride aurait voulu dire que ça n'était pas vrai, qu'il ne voulait pas mourir, mais que si c'était lui, c'était bon, il aurait voulu lui dire à quel point le lézard était devenu un des piliers de son existence en si peu de temps, lui dire à quel point c'était dérangeant d'être ici et pas dans la chambre pleine d'objets bizarres et de fourrures, de ne pas l'entendre régulièrement... Mais il allait mourir, et ça serait dur pour tous les deux, autant commencer et finir maintenant, le jour où ça se passerait, chacun des deux seraient un étranger, et tout serait plus facile. Mais au lieu de ça, il préfèra se taire.
Laurëlin recula encore, se mordant le poing pour ne pas qu'il l'entende pleurer, seulement, finalement, il ne pouvait pas faire ça.
-Masuaro ! Ma-
Il sentit son pied buter contre quelque chose, alors qu'il allait courrir après le Quertz, qui marchait très vite.
Le pied dérapa, c'était glissant. Il battit frénétiquement des bras, cherchant à empêcher sa chute, en vain, et se rétama dans le bassin dans un énorme "SPLASH", son derrière heurta douloureusement le fond, et forcément, la cascade artificielle lui arrivait directement dessus, quelques nénuphares et fleurs de lotus flottaient autour de lui dans l'eau encore agitée, et les poissons s'étaient éloignés affolés.
Lin recracha l'eau qu'il avait dans sa bouche, le goût était vraiment immonde. Ses vêtements collaient, et donnaient l'impression de vouloir le clouer dans le bassin. La douleur pulsait légèrement au niveau de son arrière train, pour un peu, il se serait bien casser quelque chose, et sa cheville commençait à prendre une jolie couleur. Il ne voyait rien avec ses cheveux qui lui bouchaient la vue, le retour de Chewbaca version décolorée. Et sa tentative pour sortir de là, fut un échec totale, sa cheville gauche ne répondait plus de rien, et il dérapa lamentablement pour retomber une deuxième fois dans la flotte, avec le même objectif dans sa tête, rattraper le prophète.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Sam 7 Juin - 22:31

Il partait, aussi rapidement qu'il le pouvait sans faire croire qu'il prenait la fuite. Il entendit son nom, assez vaguement, mais d'un seul coup un énorme bruit d'eau. Il s'arrêta et regarda derrière lui, il se demanda si il devait aller voir ou non... Lin s'était peut-être blessé, mais il avait dit qu'il partait, qu'il le laissait tranquille vu qu'il n'avait pas l'air de lui plaire.
Mais c'était une réaction infantile, et puis si Lin était blessé et qu'il le laissait il s'en voudrait. Rebroussant chemin, il écarta les plantes sru son passage et découvrit Laurëlin dans le bassin, se débattant en vain avec le liquide transparent pour sortir de là. Se cheville gauche semblait enfler, et le kimono collait d'une manière informe le jeune homme.
Masuaro entra doucement dans le bassin et fit queqlues pas pour arriver auprès de Laurëlin, sans tomber dans l'eau. Masuaro le regarda quelque secondes. Il dégagea, sans aucune expression, les yeux de l'offrande des cheveux qui lui obstruait la vue. S'est toujours sans émotions qu'il parla.

-Ne bouge pas, tu as l'air de t'être blessé, je te ramenne au Sucre et je m'en vais. Franchement, regarde où tu marche...

Il prit Lin dans ses bras, se leva et partit du bassin, toujours aussi doucement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Sam 7 Juin - 22:58

Lin se mordit la lèvre infèrieure, gardant les yeux baissés, et tentant de calmer son reste de sanglots. Sentant le Prophète le soulever, il n'opposa aucune résistance, ne protestant que faiblement.
-M-masuaro-kun, vous allez être mouillé si...
Lin s'accrocha au kimono vert du Quertz, quitter le sol le surprenant un peu. Il essuya le tour de ses yeux, qui devaient être déjà rougis, et même trempé, n'importe qui aurait deviné qu'il avait pleuré. La peau écailleuse était bizarrement chaude, comme les mains qui le tenaient. Son coeur commença à s'affoler de la même façon que tout à l'heure quand il avait vu le prophète arriver tout à l'heure. Sincèrement, il devait vraiment être masochiste pour aimer quelqu'un qui l'avait frappé plusieurs fois, verbalement et physiquement. Il se mit à rougir, ses cheveux ne pouvaient rien cacher cette fois. Machinalement, ses doigts touchèrent la peau non couverte par le kimono vert qui finirait comme le siens, trempé, et bon pour un essorage. Les écailles grattaient un peu, comme la sensation rugueuse que peut avoir une barbe de trois jours. Bientôt, il serait entre les mains de Nilanwen, et avec ce qu'il avait dit, ils s'y tiendraient certainement tous les deux.

Réfléchissant rapidement, Laurëlin finit par se redresser un peu, les yeux fuyants toujours, ses bras entourèrent les épaules du prophète avec tendresse.
-Vous pourrez me laisser tomber, me frapper, me haïr, pour ce que je vais faire...
Comme brûlant de fièvre, Laurëlin se dit qu'il n'aurait jamais l'occasion de le faire, et surtout pas pendant le moment de la cérémonie du sacrifice, parce que ça aurait été parfaitement irrespectueux. Relevant la tête, le rouge aux joues, la vue presque brouillée, la poitrine serrée dans un étau, il l'avait l'impression très sérieuse de s'asphyxier. Masuaro avait ralenti, Laurëlin pu se mettre dans une position plus confortable, la tête légèrement penchée sur le coté, ses lèvres mouillés embrassèrent très légèrement celles très foncées du prophète, alors que ses mains aggripaient le tissus si cher du kimono en soie verte.
Les lèvres de Masuaro, elles étaient chaudes, il avait pu le sentir avec ce simple effleurement, qui n'appartenaient qu'à eux deux, les autres n'avaient pas besoin de savoir. C'était peut être un adieu, parce que ce geste amoureux pourrait avec des conséquences encore plus fatales que les demi-mensonges qu'il avait débité quelques minutes avant. Le temps semblait suspendu autour de lui. L'effleurement s'arrêta pourtant, et son corps raidit, retomba.
-Je suis désolé... pour tout.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Lun 9 Juin - 10:21

Ne prenant pas garde aux "protestation de Lin, Masuaro continuait de le porter pour le sortir de l'eau où il était tombé et s'était, en plus, blessé. Le jeune homme était rouge et son coeur battait si vite que le prêtre arrivait à le sentir contre lui. A son grans étonnement ce n'était absolumant pas désagréable, et son propre coeur fut tenté de suivre le même rythme, mais le Prophète l'en empêcha; il devait savoir garder son calme tout de même. Lin se tortilla un pe pour se redresser et passa les bras autour de son cou, pour, certainement, obtenir une meilleure prise afin de ne pas tomber. Le porteur ralentit le rythme pour lui faciliter la tâche et pour mieux l'entendre parler. Et même en l'entendant mieux il eu un peu de mal à saisir le sens des paroles. Il ne l'avait pas frapper tout à l'heure, alors pourquoi devrais-t'il le faire maint?-Le Quetz s'arrêta complètement. Figé, raidit par l'audace du geste de Laurëlin.

- ...

Il ne bougeait plus, pas un cil ne remuait, on aurait dit une statue de marbre décorant le jardin dans lequel ils étaient plantés. Les excuses de Lin résonnaient en boucle dans sa tête, et la sentation du baiser revenait le hanter. Non, pas le hanter dans un sens négatif... Bien au contraire, et cela lui faisait assez peur, très peur même. Cette sentation, ça luirappelait la fois où Lin l'avait forcé à boire la mixture dégoutante pour calmer sa fièvre, le jeune homme l'avait maintenu en se mettant à califourchon sur lui et avait collé sa bouche contre la sienne en deversant le liquide au goût plus qu'horrible, ce dernier avait eu un arrière goût assez doux, maintenant le prêtre savait ce qu'il était. C'étaient les lèvres, les lèvres étaient sucrées, et ce même si elles étaient mouillées ou mélangées à un infâme liquide, elles gardaient cette douce saveur, un peu, de fruits rouges. Il n'avait absolument rien fait contre ce baiser, cet effleurement de lèvres, et pour cause, il commençait à se rendre à l'évidence de quelque chose qui le terrifiait. Le mot "peut-être" ne servait plus à rien, c'était bien parce que Lin lui avait dit toutes ces choses tout à l'heure qu'il avait eu si mal en les entendant; il n'avait absolument pas mentit lorsqu'il avait dit au jeune homme qu'il était important pour lui et que sa vie était précieuse... C'était à lui-même, sur les raisons de pourquoi Lin était important, qu'il avait mentit... Le problème, ce n'était pas qu'il ne voulait pas, non, mais qu'il ne pouvait pas l'aimer. Ce n'était pas ses convictions personnelles qui l'en empêchaient, mais le reste, son appartenance raciale, sa religion, sa culture... Si Lin devait être sacrifié aux dieux, sa gorge se serra à cette pensée, ils seraient tout deux torturés puis tués si quelqu'un venait à apprendre qu'ils s'aimaient... Mais d'un autre coté, il voulait vraiment continuer dans le sens que Lin avait ammorcé, goûter de nouveau aux lèvres sucrées. Et même en connaissance des risques encouru, le prêtre se dit finallement, que le jeu en valait largement la chandelle, il suffirait d'être discret, de faire attention, et de trouver une solution au sacrifice de Lin.
Le jeune homme semblait inquiet du long silence du Quetz, après tout, il était assez difficile de prévoir ses réactions, et il devait se demander ce à quoi le lézard pensait. Mais il ne pensait pas à la sanction qu'il pourrait infliger à Lin, ça il n'aurait sûrement plus besoin de le faire, il réflechissait aux lourdes conséquences et aux solutions qu'il aurait si jamais ils se faisaient prendre tout les deux. Il prit une descision, priant les dieux d'être clément et compréhesifs avec lui, et d'accepter de le laisser choisir sa vie en fonction de son coeur, coeur qui battait désormais en symbiose avec celui de Laurëlin. Le prêtre tourna son visage inexpressif vers Lin, fermant à moitié ses yeux qui regardèrent les yeux mordorés de Lin. Il redressa doucement le jeune homme, afin de ne pas avoir trop de chemin à faire, et de ne pas trop se pencher en avant dans une position ridicule et inconfortable. Il sourit, et se fut au tour de ses lèvres d'aller à la rencontre de celle de Lin, dans un effleurement un peu plus prononcé. Le goût en était exquis, doux, sa prise sur Laurëlin se fit plus forte et douce, le serrant contre lui comme il le pouvait. Si on lui avait demandé combien de temps ils étaient restés comme ça, le prêtre aurait répondu, des heures, des jours... Mais ce ne fut que quelques secondes qui durèrent pour son plus grand bonheur. Lorsque le baiser fut rompu, Masuaro continua de sourire.

-Moi aussi, je suis désolé... Pour tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Mar 10 Juin - 16:44

-Vous êtes vraiment impossible...
Laurëlin s'était plus attendu à se faire jeter, dans tous les sens du terme, aussi bien sur le sol, que le refus catégorique qu'il avait cru avoir obtenu durant le long silence de Masuaro. L'offrande se dégagea doucement, se tenant pourtant toujours au prophète, il enroula ses jambes autour des hanches étroites de celui-ci, pressant son corps mouillé contre la peau écailleuse à peine dissimulée par le kimono vert.
Juste un effleurement des lèvres, ça n'était pas vraiment suffisant, l'offrande écrasa à nouveau avec douceur sa bouche contre celle de Masuaro. Laissan la sienne ouverte, sa langue alla toucher celle du prophète, comme une sorte d'invitation. Le goût du thé vanille était encore présent, ainsi que celui de l'eau qu'il avait bu en tombant dans le bassin. Une de ses mains alla s'accrocher dans les cheveux longs et noir du Prophète, pendant que l'autre restait aggripée au kimono.
Laurëlin finit par se détacher, s'attardant sur sa lèvre inférieur. Il passa sa langue sur ses lèvres, fixant avec intensité Masuaro, des ses yeux mordorés à demi-clos par l'espèce de fièvre grisante qu'il ressentait.

-Si... jamais on nous voyait... vous auriez de gros ennuis, vous feriez mieux de me rammener, Bernie et Nilanie ne diront rien, mais... je veux pas que vous ayez d'ennuis à cause de moi, Masu-kun.
Cela dit, Lin carressait tout de même la peau écailleuse du torse qui n'était pas couverte par le kimono. Le sien étant complètement défait, comme ses cheveux, ce qui n'arrengerait rien si on les surprenait. Lui à moitié à poil, et le prophète tout défait, la situation n'échapperait à personne. Pourtant, Laurëlin aurait été fort capable d'enlever le peu d'entraves qui lui restait pour être habillé un minimum, rien que pour inviter Masuaro à poursuivre ce qu'il avait commencé. Mais, c'était trop dangereux, peut être qu'avant l'exécution, il pourrait se permettre un deuxième caprice.
Laurëlin détacha ses jambes, et se laissa glisser sur le sol, soutenu par les seuls bras du prêtre. Laurëlin remit de l'ordre dans sa tenue, refermant son kimono après l'avoir remis sur ses épaules.
-Vous savez... si c'est vous, quand le jour sera arrivé, si c'est vous, c'est bon.
Laurëlin eut un de ses sourires si particuliers, et voulu avancer, se rappelant trop tard, que sa cheville ne marchait plus, il se rattrapa de justesse au prophète.
-Eh.. désolé, j'avais oublié ce léger détail...



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Mer 11 Juin - 12:09

Le Prophète tenait Laurëlin alors que ce dernier se tortillait pour venir enrouler ses jambes autour de lui. Le contact du corps mouilé du jeune homme lui arracha un frisson, une douce chaleur se répendant en lui, d'autant plus que son kimono commençait à se faire la malle permettant un contact encore plus poussé de lui et de l'offrande. Il n'aurait jamais cru que la peau de Lin soit aussi douce et agréable au touché, et en plus le jeune homme semblait apprécier la rugositée de ses écailles. Le Prophète regarda Lin qui s'approcait de plus en plus, jusqu'à ce qu'il ferme les yeux lorsque Laurëlin l'embrassa d'une manière plus poussée. La langue du jeune homme venant à la rencontre de la sienne, il répondit à l'invitation, caressant doucement la langue de Lin avec la sienne, dans une bouche qui n'était pas à lui. Ses bras entouraient tendrement le torse de l'offrande, évitant qu'il ne tombe et le pressant contre lui plus qu'il ne l'était déjà. Ses bras retombèrent un peu pour tenir Lin au niveau de la taille.
Le baiser fut rompu par celui qui le donna le premier, Masuaro le regardait avec plus d'intensité que jamais, plongeant ses yeux de couleur ambre et sombres dans les yeux mordorés de son "interlocuteur".

Il fut assez content et atristé de voir que Laurëlin avait saisi l'ampleur que leur relation prendrait si elle était découverte par qui que ce soit. Il ne voulait pas que Bernie ou Sucre le sache, par principe et aussi parce qu'il suffisait qu'un seul mot soit entendu par d'autres oreilles que les leurs, et là ce serait une catastrophe que le Prophète ne pourrait même pas tenter d'éviter.
Lin descendit de lui et il le soutint avec ses bras. Il fixa Laurëlin et son manège pour se rhabiller. Le Prophète en fit de même, s'assurant que le jeune homme tienne debout seul pour le lâcher, et refermer les pans de son kimono débraillé. Sa gorge se serra à l'évocation du jour où il devrait le tuer. Il fallait qu'il trouve une solution pour ne pas avoir à le faire, il pourrait peut-être repousser l'échéance, mais l'annuler était mission totalement impossible. Enfin, il pouvait le faire, mais ce serait les condamner à être trainés nus sur des centaines de mètres derrière un char au galop, ce qui n'était pas plus réjouissant. Lin lui sourit et il se ratrappa d'un seul coup au prêtre. Masuaro resourit et hocha tristement la tête.
-Je t'ai déjà dit de regarder où tu marche, ne te blesse pas plus que tu l'es déjà. Viens là.

Il le reprit dans ses bras, évitant à la cheville blessée d'être remise à terre, se remouillant encore un peu, mais au point où il en était ce n'était absolument pas grave. Faisant bien attention à ce que Lin ne puisse pas glisser, il regarda devant lui, et dit à Lin avant de reprendre la route.
-Il ne faudra en parler à personne, et quand je dis personne j'inclue Bernyl et son S-Nilanwen. Tu leur fait confiance, je sais, mais il suffit d'une fois, d'une parole qui leur échappe, ou même qu'ils en parlent ensemble alors qu'ils se croient seuls et que quelqu'un les entendent. Je ferais aussi quelques efforts vis à vis d'eux, si ça peut te faire plaisir et te rassurer, mais ne leur dit rien. Oh, et quand nous sommes seuls, tu peux me tutoyer tu sais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Ven 27 Juin - 23:32

Laurëlin soupira.
-Je garderais le silence, pas un mot sur le sujet. Je peux marché vous savez, seulement il me faut une béquille pour aller jusqu'à ma chambre. Vous avez le temps non ?

Le tutoyer. C'était pour l'instant impossible, et surtout pas ici. La prudence voulait qu'il continue de le vouvoyer, et aussi parce que son éclat d'audace de tout à l'heure serait... difficile à reproduire. Même s'il éprouvait une attirance physique intense pour le prophète, à cause de ce qu'il était, mais...
Ils risquaient gros. Laurëlin étant déjà fixé sur ce qui allait lui arriver en arrivant ici, n'éprouvait qu'un calme serein. S'ils ne trouvaient pas de solution, ils seraient obligés de faire ce qui avait été décidé en premier. Ils ne se connaissaient que très peu. Le jeu en valait-il la chandelle ?
Vraiment ?
Les questions se bousculaient dans son crâne. C'était étrange comme sensation, un peu comme si plus rien n'avait d'importance, et qu'autour de lui aucune chose ne valait la peine qu'on s'y intéresse. Il aurait aimé que Masuaro mette fin à cette avalanche de questions qui tempêtaient dans son crâne, en le faisant taire mentalement en faisant quelque chose physiquement.
Il ne sentait pas très bien, une sensation dérangeant sur laquelle il ne pouvait pas mettre de mots. Il y réfléchirait peut être plus tard, quand ça irait mieux.
-Ah ! Masuaro-dono ! Nous vous cherchions mon ami !
Laurëlin avala de travers, Bernie et Nilanwen le retour.
-Une réunion imprévue est survenue, il est impératifissime que nous y allions, nous sommes attendus. Il ne serait point correct selon la saintissime étiquette, de les faires patienter ne serait-ce que quelques précieuses minutes de trop, ne croyez-vous pas ?
Elca fit son apparition derrière les deux prêtres, dissimulant son sourire derrière les manches de son uniforme.
-Vôtre servante, prendra soin de nôtre jeune ami, n'ayez point d'inquiètude, Nilanwen reste ici. Allons-y.

Laurëlin passa donc, dans les bras d'Elca, un derrière son dos pour le tenir, et l'autre aidant à ce qu'il garde son bras à lui derrière sa nuque à elle. Boitillant, il sourit et agita la main en guise d'au revoir à Masuaro, qui se faisait harceler par Bernie, alors que Sucre restait avec eux.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Jeu 24 Juil - 9:37

Masuaro savait que Lin pouvait marcher, mais c’était une excuse valable pour pouvoir le garder contre lui, dans ses bras, et puis quiconque l’aurait vu entrain de porter l’offrande qui avait une cheville assez douloureuse, ne serait pas allé chercher l’explication plus loin. Le jeune homme semblait assez préoccupé, mais le prophète était lui-même trop absorbé à trouver une quelconque excuse pour reculer, ou éviter la mortelle cérémonie à Lin, qu’il ne chercha pas à savoir quels étaient les préoccupations de l’eldarin dans ses bras. D’ailleurs il n’eu pas vraiment le temps de réfléchir, son pire cauchemar venait de revenir, l’arrachant au moment de solitude qu’il avait avec Lin. Le prêtre aurait voulu hurler qu’il ne voulait pas y aller. Imprévue ou non, les réunions du temple n’était qu’un rassemblement d’hommes gâteux, lui tapant tous sur les nerfs, il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre, même si Bernie et Sucre étaient ceux qui atteignaient les sommets de son horreur, tous les prêtres pouvaient se vanter d’avoir de Masuaro une profonde inimitié. Les trois quarts étaient vieux, autant mentalement que physiquement, ne voulant jamais changer ne serait-ce qu’un millième de leur habitude, donc la réunion imprévue devait être sacrément urgente, grave pour que ces prêtres ressemblant plus à des vieilles dames qui prennent toujours leur thé à la même table et à la même heure décident de chambouler leur si précieuses habitudes.

C’est avec un regret intérieur qu’il donna Lin à Elca pour que lui puisse aller à la réunion. La vieille servante ne se douta pas que le prêtre qui venait de lui donner Laurëlin avec une apparente joie de s’en débarrassé n’avait qu’une envie, rester avec lui. Alors que Masuaro traînait un peu, comme un enfant ne voulant pas suivre, Lin lui fit au revoir, et Bernie le harcela au nom de sa fichue saintissime étiquette. Soupirant un grand coup, le quetz coopéra et marcha même plus vite que Bernie. Comme à son habitude, cet abrutit vantait l’énormissime scéléritude dont Masuaro faisait preuve, au lieu de comprendre que le lézard géant cherchait à s’enfuir le plus loin possible de lui. Mais il ne pu s’empêcher de regarder derrière lui, ayant une étrange sensation. Ok, il allait être séparé de Lin quelques minutes, bons, peut-être une heure, et ce n’était pas ça qui le dérangeait, mais il avait un pressentiment qu’il n’aimait pas, il avait l’impression que quelque chose allait se passer, même si il n’arrivait pas à cerner quoi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Ven 22 Aoû - 0:37

Laurëlin regagna sa chambre avec Elca et Sucre, en Nilanie comme l'elfe lui avait demandé de l'appeler. Il fut assigné à résidence sur son lit, le temps que sa cheville soit bandée. Nilanwen avait prévu une autre collation avec un gateau différent, et un thé différent. Il avait passé une bonne partie de la fin de l'après midi à discuter avec lui, jusqu'à ce qu'une prêtresse le demande poliment pour célèbrer l'office du soir. Il s'excusa gentiment de ne pouvoir rester avec lui, et fut donc tout excusé par l'offrande qui à vrai dire, ne pouvait pas protester.
Restant seul dans la chambre qu'on lui avait assigné, il prit le temps de regarder un peu partout, et de découvrir que les meubles étaient d'une sobriété inquiètante. Personne ne viendrait le déranger, aussi l'hybride déploya soigneusement sa kyrielle d'instruments sur le lit, choisissant avec méthode ceux qu'il allait utiliser pour ajouter un petite touche personnelle. Les motifs dansaient précisement devant ses yeux. C'est avec une patience habituée qu'il se mit au travail, déjà excité à l'idée de voir le résultat. Ca ne lui prendrait que quelques petites heures. Avec entre temps la pose dîner bien sûr. Le premier outil entailla le bois d'une des portes de l'amoire, faisant tomber les premiers copeaux.
Le sol en était jonché quand on toqua à la porte. Laurëlin s'épousseta, et jeta ce qu'il avait dans les mains sur le lit. Les trois dryades sur les deux portes de l'armoire prenaient forme. Il en était plutôt satisfait. Il soupira détachant le regard de son oeuvre, alors qu'on frappait une deuxième fois.
-Ca va, ça va, j'arrive... y'a pas le feu, marmonna-t-il tout en allant ouvrir.
Ses yeux s'agrandirent de stupeur en voyant Troarn. Il avait l'air fatigué, et complètement hagard. Rien qui n'augurait quelque chose de bon. L'offrande eut un large mouvement de recul.
-T-troarn... qu'est ce que vous voulez ?
Ce dernier jetta un coup d'oeil derrière lui, nerveux. Il entra rapidement, et referma la porte avec le même empressement, avant de saisir Laurëlin par les épaules, le regardant les yeux, parlant très vite.
-I-il faut que vous sortiez d'ici, vous ne pouvez pas rester, ça finira par vous tuer.
Laurëlin regarda le garde comme si ce dernier avait la capacité intellectuelle d'un salsifis, mais optant tout de même pour une certaine prudence.
-Merci je suis au courrant qu'ils vont me sacrifier...
-Je ne parle pas de ça !
Le garde le lâcha, et regarda autour de lui, avant de reporter son attention sur le jeune homme.
-Il faut absolument que vous quittiez le temple, mais quelle idée de faire de la sculpture, vous avez toujours été très doué, mais là c'était vraiment pas le moment ! Emportez ce que vous pouvez, je vais vous faire sortir avant qu'il soit trop tard.
-Mais enfin qu'est ce que vous avez à la fin ? Si on part tout les deux, c'est le reste de la garnison et des prêtres de Masuaro qui vont nous traquer, et qui finiront pas nous tomber dessus !
-Croyez-moi, Laurëlin, il y a pire si vous restez ici. Faites ce que je vous dis, nous n'avons pas beaucoup de temps.
Se disant qu'il ne vallait mieux pas l'énerver, Laurëlin balaya du pied les copeaux de bois pour accèder à l'armoire sans en mettre partout. Il tira un draps propre, et commença faire son paquetage. Troarn avait l'oreille collée contre la porte, à l'affut, comme une bête traquée. Finalement, Laurëlin se fit la réflexion qu'il n'avait peut être pas le quotient intellectuel d'un légume, et qu'il avait dû voir quelque chose.
-Faites vite bon sang ! s'impatienta l'homme qui l'avait accueillit si gentiment.
Il hocha la tête, la panique le gagnant doucement mais sûrement.
-Par Belar, grogna-t-il, laissez moi faire ! Occupez-vous plutôt de savoir si on vient !
Le semi-eldarin se retrouva l'oreille contre la porte, et Troarn au paquetage. Déglutissant péniplement, Laurëlin s'appuya plus étroitement sur la porte, le couloir avait l'air silencieux, après tout, dans chaque partie du temple c'était pour la plupart des cultes l'office religieuse du soir. Soupirant de soulagement, il revint sur son idée de départ, Troarn était simplement un petit peu perturbé. Quelque chose le frappa, il se décolla de la porte, pointant du doigt le garde qui dans son esprit ressemblait à un gros ours, genre ours en guimauve enrobé de chocolat, il se rappela où il l'avait déjà vu.
-Vous ! Je vous connais ! Vous êtiez dans le village où je vendais mes créations !
L'intéressé examinait les outils, les brandissant sous le nez de son interrogateur.
-Ca j'en fais quoi ?
-Hein ? Laurëlin secoua frénétiquement la tête, non mais attendez un peu, pourquoi vous n'avez rien dit ? Comment vous avez fait pour vous retrouver ici ?
-Pure coincidence, j'en fais quoi ?
-Une... coincidence ? Vous vous fichez de moi ? Je vois pas pourquoi je vous suivrais !
-Vous avez plutôt intérêt si vous voulez pas finir comme ce qu'il y a eut dans vôtre salle de bain. La porte, surveillez-moi ce couloir !
Laurëlin recula de la dîte porte.
-Alors c'était vous ?
-J'ai pas le temps pour une crise de parano, rétorqua-t-il en fourrant un peu de tout dans le sac improvisé, on y va.
Saissisant l'offrande récalcitrante par le bras, Troarn fut obligé de tirer et de secouer Laurëlin pour essayer de lui faire passer la porte.
-Lâchez moi ! Je vous ai dit de me lâcher !
-S'il vous plait ne rendez pas la chose plus difficile !
-Par les Dieux !
Laurëlin qui se débattait éprouva un instense soulagement en voyant Elca debout dans l'embrasure de la porte. Troarn n'eut pas le temps se retourner qu'il se prenait déjà un plateau sur le coin de la tronche. Sans la pression qu'il exerçait pour tirer Lin hors de la chambre, ce dernier tomba à la renverse, s'étalant dans ses affaires mises sans dessus dessous par Troarn et sa valise expresse, et le lit. Un peu sonné, il cligna plusieurs fois des yeux, avant de relever la tête, sur Elca qui s'acharnait sur le crâne de Troarn.
-Arrêtez ! HEY !
Elle tourna la tête, Laurëlin aurait reculé s'il avait pu. C'était quoi ce temple de cinglés ?
-Maintenant c'est entre vous et moi...
-Elca mais de quoi vous parlez ? J'en ai marre à la fin, entre les deux qu'on croirait tout droit sortis d'une pièce de thêatre, l'autre taré qui veut m'emmener je ne sais où et...
-Rassurez-vous, vôtre chère tête blonde n'aura plus à souffrir.
Cette fois la panique monta pour de bon, en voyant qu'elle se saisissait la dague que portait le garde à sa ceinture. Laurëlin esseya de se relever pour détaler, ce qui lui évita un premier coup, qui larda le lit à sa place. Il se mit à ruer comme un enragé, la repoussant avec ses jambes, elle vacilla, juste le temps pour lui de se dégager et de renverser ce qu'il y avait sur la table pour le lui envoyer en pleine tronche, avant de renverser la table aussi dans un fracas épouvantable. Cherchant une solution, il attrapa un burrin resté sur son dessus de lit alors qu'elle se relevait. Il lui balança les oreillers dans la tête, gagnant la porte restée grande ouverte. Il devait trouver quelqu'un qui pourrait l'aider. Il s'apprêtait à la franchir quand il s'étala, son menton heurtant violement les dalles. Il se retourna pour voir Elca qui lui tenait une cheville. Laurëlin rua, se dégageant en écrasant le visage déformé par la colère d'Elca avec son autre pied, avant de détaler en se relevant précipitament. Le hurlement de rage derrière lui, fit monter l'adrénaline, et il partit plus rapidement dans les couloirs.
Il évita de justesse un chandelier qui se fracassa contre le mur. Il se retourna rapidement pour la voir qui lui courrait après, et qu'elle décrochait les chandeliers du mur avec une facilité déconcertante. Le fait qu'elle n'était pas humaine était maintenant une évidence, surtout avec la longue queue reptilienne qui battait derrière elle, faisant dans des trous dans les murs à chaque fois qu'elle dérapait en prenant un virage un peu trop serré. Lin comprit avec horreur qu'Elca était du même type que Masuaro, et donc, très rapide à la course. Il termina sa course cul pardessus tête, s'étalant dans un banc pour visiteur, alors qu'un chandelier avait finalement atteint ses jambes. Un cri de satisfaction sauvage lui parvint aux oreilles, alors qu'une fois plus, on le saisissait par la cheville. Il valsa dans un mur. Le cliquetis des griffes des jambes de raptor d'Elca sonnant comme un hymne funèbre à ses oreilles. Ses doigts serrèrent le burrin qu'il tenait jusqu'à que les jointures en deviennent blanches. Il fut soulevé sans ménagement, et cogné plusieurs fois contre le mur alors qu'elle continuait de lui hurler dans les oreilles, en produisant des sons articulés cette fois.
-Tout est de ta faute !
Laurëlin secoua vaguement la tête, il ne comprenait rien, strictement rien aux agissements d'Elca. Elle était furieuse, et complètement tarée.
-Créature dégénérée ! J'arracherais moi même ton coeur ! Tu as corrompu tout ceux que tu as croisé !
Chaque phrase était martelée par un nouveau coup contre le mur. L'offrande se demanda comment son crâne n'avait pas encore explosé sous les chocs répètés. Il n'eut pas vraiment le temps d'épiloguer sur la question, parce qu'il étouffait, ou plutôt elle l'étranglait. Son cerveau embrouillé retrouva un semblant de réactivité. Sa main de libre se porta sur celle qui l'étranglait, cherchant à s'en dégager, alors que ses pieds battaient dans le vide.
-Masuaro-sama ne serait pas dans un tel dilemme si cette sorcière ne t'avais pas donné ! Je ne peux pas te laisser le détourner ! Si seulement tu n'existais pas ! Ton existence même est une honte ! Crève ! Crève ! Crève ! Que ton corps malsain pourrisse ! Abjecte tentateur !
Laurëlin leva la main tenant le burrin, et l'enfonça brutalement, dans un mouvement désespèré, dans l'oeil gauche d'Elca. La pression retomba, et lui avec, sa main était poisseuse de sang encore chaud. Il rempa pour s'éloigner de la femme reptile qui piètinait le sol en hurlant de douleur. Le sang inondait son visage, alors que ses griffes martelaient le sol, arrachant des morceaux de dalles. Bientôt, la rage reprit le dessus, et ses hurlements changèrent de registre. Le visage borgne et déformé par la fureur se tourna vers lui. Elle hurla au point que son visage aurait pu se fendre en deux. Elle arracha brutalement le burrin, et eut la mauvaise idée de le jetter en direction de l'offrande, avant d'attraper un des bancs renversés dans l'intention de le fracasser contre l'hybride qui se relevait avec peine. Il plongea au dernier moment, se ramassant donc une nouvelle fois, alors qu'un deuxième banc allait emprunter le chemin du premier, pour finalement s'écraser sur des gardes, qui alertés par le bruit avaient accourru. Profitant de son manque d'attention passager, il se précipita pour attraper de nouveau le burrin, et se jeter en suite de son maigre poid sur elle, évitant l'énorme queue qui lui servait de balancier et de massue par la même occasion. Il s'accrocha fermement à ses vêtements, et enfonça une nouvelle fois le burrin, mais cette fois dans l'oeil valide. Elca se dégagea en poussant des cris à alerter tout le temple cette fois, elle se dégagea avec violence du parasite qui l'encombrait. Lin voltigea une nouvelle fois, pour atterrir sur quelque chose de mou cette fois.
La chose molle, c'était Sucre qui avait accourru en même temps que tout le reste du temple. Elca au centre du hall hurlait en se tenant le visage, secouant la tête, se vidant de son sang. Les dalles sous ses pieds griffus avaient complètement explosées, de même qu'une partie des murs que sa queue avait heurté. Laurëlin le derrière installé sur Nilanwen, complètement embrumé se sentit nauséeux en voyant le sang gicler un peu partout. Son estomac supporta très mal de voir du sang partout sur ses vêtements, le sien et celui d'Elca, aussi un violent haut de coeur le secoua, décorant ainsi les chaussures de Sucre.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Dim 31 Aoû - 13:03

Arrivés dans la salle de réunion, Masuaro avait assisté aux embrassades des hauts prêtres entre eux. On lui adressa de polis bonjours, mais aucun signe d’affection, d’estime, voire d’amitié, et ça ne le dérangeais absolument pas, bien au contraire. Il fut le premier assis… Et assista aux premières loges au concert de l’orchestre vieux schnocks et compagnie. Des « Bonjours ? Comment allez-vous cher ami ? » « Comment se porte votre chère épouse ? « Votre petit dernier fait-il toujours autant de merveille ? », autant de sucreries, de niaiserie et de coulis bien épais de sentiments bienveillant qui le rendait littéralement malade. En fait, au début il trouvait ça tout bonnement idiot, mais utile retardant la réunion dont il ne voulait pas, mais après, plus ça allait, plus les cancanages des dindes servant de hauts prêtres commençait tout doucement de belles envies de meurtres. Il attendit une autre grosse poignée de minutes avant de se racler ostensiblement et bruyamment la gorge. Les prêtres se retournèrent tous vers lui, les trois quart d’entre eux étaient devenus blancs, le reste ne montrait qu’un visage inquiet, et Bernie souriait toujours. Ô écœurement suprême. Le quetz assit les bras croisés, les pieds sur la table et la chaise légèrement penchée vers l’arrière regarda les autres chaises vides de monde, faisant comprendre qu’il faudrait commencer cette fichue réunion. Ils s’assirent tous sans bruit, et, alors que le grand haut prêtre ouvrit la bouche pour enfin dire de quoi d’un coup en grand laissant apparaître un garde.
-Je… Il … Euuuh… La… Truc… Comme…

Masuaro regarda le garde d’un œil noir, ses doigts se crispants dans une irrésistible envie de tuer. Le garde encore plus paniqué, ouvrit et referma la bouche une bonne dizaine de fois, avant d’amorcer un langage des signes de son cru. La consternation régna un bon moment parmi le groupe de hauts prêtres. Le garde gesticulait toujours faisant des gestes toujours aussi approximatifs, agrémentés de petits bruits, gargouillements et autres…
-Bwaaaah graaa !

Le garde levait les bras et faisaient des serres avec ses mains, tout en prenant un air terrible. Passant en suite à un air apeuré, et autre postures digne de l’art dramatique des plus grands acteurs d’Inwilis. Masuaro baissa les bras, complètement dépité. Le garde continuait avec des : ah ! hiii ! grawww ! niaaaa ! bwaaah ! etc… Jusqu’à ce que le raptor serre les poings et en colle une énorme à l’arrière du crâne du soldat, qui manqua du coup de s’étaler.
-Enfin Masuaro, mon ami ce ne sont point là des façons de traiter ce pauvre déboussolé ! Vous voyez bien que son état ne lui permet point de s’exprimer clairement !

Masuaro regarda Bernie avec exaspération, elle n’allait pas s’y mettre la vieille tafiole elfique imberbe.
-Je n’ai pas envie d’y passer cette vie.

Un deuxième garde surgit pour tirer le premier dans l’embarra, ce dernier portait l’uniforme des templars affiliés à la section du temple consacré aux Valars. Masuaro regarda le garde qui avait l’air aussi affolé que le premier. La lumière se fit dans son esprit avant même que l’autre n’ait le temps d’ouvrir la bouche pour expliquer, il bouscula tout ce qui se trouvait sur son chemin, donc accessoirement quelques prêtres et les gardes qui valdinguèrent. Et merde, il avait sentit que si il laissait Lin avec ce machin, il allait lui arriver des trucs. Les dalles s’arrachaient sous ses griffes, quelques gardes tentaient de le suivre, rapidement distancés par sa course effrénée. Il suivit le son des hurlements et le bruit de ferraille fait par les templars qui courraient. Et là, on aurait dit qu’une tornade était passée, les dalles étaient constellées de profondes marques de griffures, les murs ressemblaient plus à du gruyère qu’autre chose, et on égorgeait un goret, ou trois, au vu des hurlements. Un groupe armé de lances entourait les gorets en question, et un autre tirait quelque chose. Ou plutôt quelqu’un. Il se figea, son corps entier se glaçant… Une forme blonde, un peu floue, entourée par des hommes, poussant des hurlements stridents. Lania se faisant tirer en arrière, laissant tant de sang derrière elle, hurlant, lui ne pouvant réagir, n’arrivant pas à bouger. Mais là il pouvait, il pouvait la sauver, les hommes ne l’avaient pas mis hors d’état de nuire. Dégageant les gens devant lui à grand coup de coude, et de queue il se précipita sur le groupe qui cherchait à s’éloigner le plus possible.
-LANIA !

Il envoya valser les gardes qui tenaient la frêle forme blonde. Attrapant avec une douceur qui lui était insoupçonnée la forme blonde couverte de sang, il la prit avec précaution dans ses bras. Il dégagea le visage des mèches sanglantes qui le couvrait. Il eu une petite seconde de blanc en voyant les traits de Laurëlin, et non ceux de Lania. Il regarda les hommes, s’étaient des gardes, et la source des hurlements n’était pas le jeune homme, mais Elca. Il regarda l’état de Lin, reprenant très rapidement ses esprits et essayant de dissimuler son inquiétude. Le pauvre semblait dans un état pitoyable, l’arcade sourcilière éclatée, le menton défoncé, des traces de griffures partout, et presque complètement couvert de sang. La mâchoire complètement crispée dans un effort pour ne pas tuer la première personne qu’il verrait, il se tourna vers les hurlements de goret agonisant il s’y dirigea silencieusement après avoir confié Lin à un garde.
-Un guérisseur, immédiatement.

Le garde à qui il avait dit ça sans même le regardé était partit en courant exécuter l’ordre. Les gens s’écartaient devant lui, un peu figés en voyant son expression. Il arriva devant la quetz transformée, hurlant en se tenant la tête, cherchant à piétiner et à éviscérer toutes choses où personnes s’approchant d’elle. Un coup de queue cinglant passa à quelques centimètres de son oreille, le frôlant. Il ne bougea pas un cil, marchant avec une lenteur funéraire. Balayant d’un coup les jambes de la furie, il lui écrasa littéralement le dos avec son pied et lui enfonça de quelques millimètres sa griffe pédestre à la base de la nuque. Respirant avec autant de lenteur qu’il marchait, il attendit que les cris se calment un peu, avant de prendre la parole, ne criant absolument pas.
-Tu te calmes, et tu arrêtes de me trouer les tympans avec tes cris de cochon égorgé.

Elle arrêta de hurler. Lui continua d’enfoncer sa griffe, tout en gardant son sang froid.
-Bien. Expliques toi.
-Cette créature abjecte veut vous corrompre ! Il veut vous tenter pour sauver sa misérable tête ! Et…
-Et crois tu que je ne sache pas me défendre seul ? Que je ne suis qu’une faible créature ?
-N-Non… Il lui ressemble !! Il lui ressemble et vous le savez ! Il en profite ! Vous n’arrivez pas à voir la différence entre lui et e-
-Ca suffit, il enfonça un peu plus pour la faire taire, je n’ai pas besoin de toi. Tu connais nos lois, tu viens d’agresser une offrande, royale en plus. Je te pensais plus intelligente, tu sais pertinemment ce que tu va endurer.
-Je vous en prie, je faisais ça pour les dieux ! Pour vous ! Cette… Cette chose ne mérite pas de leur être offerte ! Elle est impure !
-Mais oui, mais oui, mais impure ou non, il ne t’appartient pas de décider de ce genre de chose, surtout lorsqu’on vient d’enfreindre les règles. Emmenez-la, et qu’on la soigne, ce serait trop bête qu’elle meure avant le jour, dans une petite semaine ou deux.

Les gardes de sa section, tous Quetz, ou demi-Quetz, eurent quand même un peu de problèmes à emmener la nouvelle aveugle qui hurlait à la trahison, à l’injustice. Mais les gardes ne pouvaient absolument pas douter de leur chef spirituel qui était la droiture même de leur religion et de leur race. D’ailleurs celui-ci retournait vers le groupe de Lin, le garde à qui il l’avait vite confié tout à l’heure n’ayant pas vraiment changé de position. Il vit aussi cette saleté de Sucre qui avait dû laisser Lin seul avec cette folle, il remarqua le bel état de ses chaussures, et n’en était pas désolé le moins du monde, tant mieux. Très franchement, lui qui voyait des choses qui changeraient bien des vies et des destins, n’avait pas vu que sa partisane allait péter un câble, et surtout, il n’avait pas vu qu’elle devinait ce qu’il se passait. Heureusement que c’était tellement improbable que personnes d’autre n’aurait pu se mettre cette idée en tête. Se ré accroupissant l’air totalement neutre devant le pauvre Laurëlin, il vit le guérisseur arriver en courant, précédé du garde. Ce n’était pas trop tôt, il avait l’impression que Lin avait largement eu le temps de se vider de son sang une dizaine de fois. Il reprit Lin, le tenant avec un bras en travers du dos et l’autre ballant ne sachant pas vraiment où le mettre, et le garde recula un peu ne préférant pas rester auprès du lézard énervé. Avant que le médecin les atteigne, il souffla rapidement à Lin.
-Ne t’inquiètes pas, je ne te lâcherais plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Dim 7 Sep - 15:12

Il avait passé quelques minutes dans la confusion la plus complète. Il se souvenait avoir vaguement rendu ce qu'il avait mangé, et il y avait cet étrange goût métalique qui l'embêtait profondément, parce que c'était dérangeant.
Il s'était senti balloté dans tous les sens, mais pour l'instant c'était le cadet de ses soucis, il se demandait pourquoi il avait autant de points lumineux autour de lui. Depuis quand le temple faisait des lâchés de lucioles ?

Il entendait des cris, des voix, c'était aussi confus que les nombreux visages auréolés de lucioles qui défilaient devant ses yeux. Celui de Masuaro-sama apparu au bout d'un moment.
-N'oyoooo Masuaro-samaaa, attention aux lucioles y'en a partouuut...
Laurëlin appuyait à répètition avec son index dans la joue du quertz.
Le médecin faillit éclater de rire en voyant cette scène des plus incongrues.
-Installez le sur un banc, là celui-là fera l'affaire, le temps que je donne les premiers soins à cette demoiselle.

L'hybride nageait toujours dans la plus vive confusion mentale, il sentit qu'on l'asseyait doucement sur quelque chose de froid. La nausée le reprit, il ne se sentait vraiment pas bien.
Le médecin regarda avec appréhension Masuaro, lui aussi connaissait sa réputation, et voyant que ce dernier ne manquerait pas de lui en coller une s'il ne s'activait pas, il se dépêcha d'examiner Lin.
-Les griffures sont sans gravités, et peu profondes, par contre, il a reçu de sacrés chocs au niveau du crâne, il y a risque de séquelles. Allons jeune fille, ne bougez pas comme ça !

Laurëlin le trouvait comique, il se laissait faire, aussi désarticulé qu'une poupée de chiffons, rigolant à chaque fois que le médecin le rappelait à l'ordre avec un : jeune fille.
Les lucioles disparaissaient progressivement, et on lui fit avaler un truc immonde. L'offrande fit la grimace, la mixture du toubib était vraiment mauvaise. Il n'était pas drôle du tout finalement.
-Allez jeune fille, jusqu'au bout.
Il avala tout le contenu du verre, et se mit à rire une fois de plus.
-Neeee Masu-samaa, il sait pas que je suis un g-garçon ? fit-il avec une voix proche de celle qu'il aurait eu bourré en pointant le pauvre médecin du doigt.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Jeu 25 Sep - 19:48

Laurëlin était devenu fou... Ou la folle lui avait décollé le cerveau... Ou il avait bu ? Peu importait à Masuaro, là Lin lui enfonçait un doigt dans la joue en se pleignant de lucioles qui n'était visiblement que dans sa tête. Il failli tuer le médecin en le foudroyant du regard quand il avait sentit un début d'envie de rire de sa part. Se pliant à la demande du médecin, il installa doucement Lin sur le banc indiqué. Le quetz se recula un peu quand Lin eu l'air d'avoir une nausée, mais il ne se passa rien. Masuaro n'eu même pas besoin de regarder le médecin qu'il trouvait trop lent, que ce dernier se mettait à l'action.

Il hocha la tête aux premières conclusion du médecin, sans rien dire sur les "jeune fille" qu'il lançait tout le temps, franchement, il préfèrait que Lin soit prit pour une femme et que l'autre se grouille. Risque de séquelles, il tuerait Elca très, trèèèès lentement si Lin devenait un légume bourré sur pied... Si il remarche un jour après ça. Elle allait soufrir. Il regarda son pauvre Lin "bourré" (de coup sur la tête).
-Non, il n'a pas l'air de savoir. Mais ce n'est pas grave. Tant qu'il te soigne comme il convient pour éviter d'y laisser un bras ou une jambe...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Dim 5 Oct - 22:31

Laurëlin hocha la tête, souriant.
-Tu sais... ça va, j'ai connu pire. Oh pardon.
Le médecin venait de se prendre un doigt dans l'oeil, aussi l'hybride jugea-t-il que rester immobile serait peut être mieux. Dans son intérêt. Se sentant envahir par un calme bienfaisant après la terreur sans borne qu'il avait éprouvé, il se laissa aller contre l'épaule de Masuaro assit à coté de lui.
Laissant le médecin l'examiner sous toutes les coutures, une jeune prêtresse proposa son aide. Très brune, avec des yeux violines, elle s'avança timidement.
-Je suis prêtresse de Lorien, je viens de guérir le templar Troarn, permettez que je fasse de même. Si ça peut aider...
-Ah ! Justement, j'allais faire mander l'une d'entre vous, allez-y, allez-y.
Le médecin s'écarta pour lui laisser la place. Lin remarqua que sa robe bleue, aux effets irisés était tachée de sang. Ses traits étaient tirés, et l'inquiètude se lisait sur son visage. Se décollant de Masuaro, Lin se pencha sur elle, alors qu'elle soignait ses jambes.
-Comment va-t-il ?
Elle sursauta, et la chaude lumière qui émanait de ses mains, mises en coupe au dessus de ses plaies tressauta. Gardant les yeux fixés sur ce qu'elle faisait, elle lui répondit, un léger tremblement dans la voix.
-Il n'est plus en danger...
L'offrande soupira de soulagement. Troarn avait essayé de l'aider, et lui, il l'avait pris pour un fou. Il regarda avec étonnement ses plaies se résorber sous l'effet de la magie de la prêtresse de Lorien.
Lorien... Un des Valar, décidément, ceux qui les servaient avaient tendance à vouloir l'aider. Il ferma les yeux quand les mains arrivèrent au niveau de son visage. Une douce chaleur lui picota la peau, et il se sentit tout de suite mieux.
-Merci, fit-il en rouvrant les yeux et en s'abandonnant à nouveau contre Masuaro, j'ai sommeil...
Ses paupières étaient lourdes, et son cerveau ne semblait plus vouloir réfléchir.
-Masuaro-sama, je vais dormir un peu...
Sa voix mouru alors qu'il dodelinait de la tête. La prêtresse retira ses mains, et se redressa.
-Ne vous inquiètez pas, il dormira pendant deux ou trois jours grand maximum, il faut laisser le temps à son corps de récupérer. En suite, je pense que ça ira très bien.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Ven 21 Nov - 19:56

-Je ne m'inquiète pas, inquiétez vous vous.

Il s'était légèrement raidit au contact de la tête de Lin sur son épaule –pas forcément pour les raisons que purent imaginer ceux le regardant-, le Prophète ne bougea pas trop, retrouvant son sang froid –au sens figuré- en voyant que tout allait mieux. L’autre folle se faisait enfermer et shootée au sédatifs, Lin avait l’air beaucoup plus détendu et ses blessures ne le tueraient pas, et lui dans tout cela restait comme d’habitude. L’hybride contre lui dormait à point fermés. Regardant les serviteurs qui s’étaient massés pour nettoyer, après être venu faire quelques commérages, il s’adressa à eux sans vraiment leur parler.

-Je veux qu’on se prépare à monter un nouveau lit dans ma chambre, et ce avant ce soir. D’ailleurs –il regarda les fidèles de son temple et les petits prêtres qui étaient avec eux- A partir d’aujourd’hui je n’assurerais plus les offices, vu l’incapacité de certains à garder l’offrande, et l’envie d’autres à la tuer, je vais la protéger moi-même. On ne peut compter que sur soit.

Quelques serviteurs partirent dès qu’il eu demandé un lit, ceux de son temple eurent l’air d’enfants pris en flagrant délit d’irresponsabilité. Il se leva et refusa sèchement l’aide de la prêtresse de Lorien qui voulait l’aider à transporter le semi Eldarin jusqu’à sa chambre. Lin dans les bras, porté sans tendresse apparente, il alla vers sa chambre, une aura d’envie de tuer flottant toujours autours de lui. Il ouvrit sa porte en la clachant avec le pied, puis la referma d’un coup de queue, et là toute son attitude changea. Ce fut avec douceur qu’il posa Lin sur le lit, puis lui mit une des ses couvertures poilues jusqu’au menton. Soupirant longuement, il se regarda dans le miroir.
Il ressemblait à Elca, à cette folle qui avait tentée de tuer la pauvre chose sur son lit. Et puis Lin ne l’avait jamais vraiment vu quand il était en… Et puis, ressembler à celle qui avait voulu le tuer ça n’allait pas être la meilleure chose à faire. Prenant une tenue qu’il n’avait plus portée depuis des décennies, il entra dans la salle de bain.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Sam 29 Nov - 18:03

Il avait erré dans ses souvenirs et dans les fantasmes de son imagination. Il avait parfois atteint les limites de la conscience, mais son corps malmené avait refuser de bouger, de faire le moindre geste, aussi s'était-il rendormi profondément pour ne s'éveiller que bien plus tard.
Il remua les doigts, sentant quelque chose de doux en dessous, qu'il indentifia comme étant de la fourrure. Il pensa d'abord au loup qui avait vécu avec lui, avant de se rappeler ce qui c'était passé.
Ses muscles émirent une vague protestation quand il se redressa. Il se frotta le visage pour se réveiller, et rejetta ses cheveux défaits en arrière.

Laurëlin se demanda combien de temps il avait dormi, il regarda autour de lui, clignant des yeux pour avoir une vision correcte. La chambre de Masuaro était un lieu rassurant, et se savoir dedans voulait dire que c'était le prophète lui même qui l'avait mis là. Et qu'il n'avait pas à retourner chez Bernie. Un soupir de soulagement lui échappa.
Du bruit attira son attention.
Il se leva, vérifiant qu'il pouvait marcher sans se ramasser sur le plancher, il s'avança jusqu'à la porte de la chambre, qui donnait sur le bureau où Masuaro travaillait habituellement. Il retrouva avec un certain plaisir la sensation des fourrures sous ses pieds. Il avisa le verre posé au milieu d'un plateau couverts de petits sacs d'herbes médicinales. Saisissant la cruche d'eau à coté, il prit le temps de remplir son verre, et de le boire.
Il entre-bailla la porte, sans faire de bruit, et observa la silhouette massive de...
Où était la queue reptilienne ? Les écailles ? Etait-ce vraiment lui qui se tenait dans la pièce ? Laurëlin n'avait vu aucune trace éventuelle de la disparition du prophète, et personne n'oserait entrer ici sans permission. Et puis, il l'avait tellement familier que...
-M-masuaro-sama ?



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Mer 3 Déc - 21:16

Ca faisait des jours que Lin dormait profondément dans son lit. Et des jours qu'il avait revêtit sa "peau" d'humain. Peau exampt d'écailles, plus de balancier sous la forme de sa queue, rien que cette chose rose pâle et molle qui l'enveloppait de toute part. Il avait encore du mal à se reconnaître dans le miroir, seul les traits "tatoués" sur son visage lui semblaient familier. Ca et la tenue qu'il arborait. Un autre lit avait été apporté, mais il ne dormait pas dedans, il ne pouvait pas. Rester près de Lin était un meilleur moyen de le protéger, et surtout de s'assurer de son état. En effet, plusieurs fois par nuit il se réveillait et observait la respiration de l'eldarin à coté du lui. La journée il remplissait des papiers, des papiers et encore des papiers. Entre deux il mangeait, donnait ses médicaments à Lin, surveillait la visite de la prêtresse de Lorien et faisait -pour la première fois de toute ses vies- le travail des femmes de chambre et des servantes.
La seule chose qui ne faisait pas c'était la nourriture qu'on lui apportait quand il le demandait. Assit à son bureau il remplissait des feuilles de comptes, quand une petite voix timide vint l'interrompre. Il se retournat, regardant étonné un Laurëlin debout. Les jambes a demi ouvertes, avec un regard amusé, il sourit devant l'étonnement de l'endormit et répondit tout simplement.

-Oui Lin, c'est bien moi.

Il se leva et alla vers le blondinet enfin levé. Ses cheveux avaient bien repoussés durant son sommeil, il les avait presque mi-long, un effet des médicament et des plantes qu'il prenait chaque jour. Son Lin n'avait pas l'air mal, mais il le soutint quand même, le trouvant toujours aussi fragile.

-Tu n'aurais pas du te lever. Tu as beaucoup dormis, tu aurais du rester couché au moins.

Comme pour conclure, le prophète l'embrassa tendrement sur les lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Ven 5 Déc - 22:37

Ah. C'était bien Masuaro-sama. La même odeur, les même muscles, la même bouche, la même façon de faire.
Laurëlin s'abandonna, se laissant porter. Il se lova un peu plus contre la peau neuve du prophète. Il s'arracha au baiser devenu langoureux, pour répondre avec son sourire habituel.
-Si ça fait longtemps que je dors, je ne vois pas l'intérêt de rester coucher. Je me sens assez reposé, et je ne sens aucune douleur.

L'hybride passa une main dans ses cheveux, il eut un léger sourire. Les couper avaient été diffcile, d'autant plus qu'il l'avait fait pour rien.
-On dirait que j'ai vraiment dormi longtemps pour qu'ils poussent autant. Et pour que ayez perdu vos écailles.
Une de ses mains glissa le long d'un des bras découverts de Masuaro, courrant sur les muscles contractés. Un puissant sentiment de sécurité et de confort s'empara de l'eldarin qui soupira d'aise. Se hissant sur la pointe des pieds, tendant son visage vers celui de son "boureau", les lèvres sombres étaient tellement tentantes, qu'il en demanda encore. Lin passa ses bras autour des larges épaules du quertz, approffondissant le baiser, se défaisant de toutes inhibitions.
C'était bon, parce qu'il était revenu là où tout -ou presque- avait commencé. Il n'avait pas besoin d'avoir peur, ni de faire attention. Personne ne rentrait ici sans l'autorisation de celui qu'il embrassait.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Dim 4 Jan - 16:16

Il tapait dans le mille. Après avoir dormit autant de temps, il était normal de ne pas vouloir dormir de si tôt, mais il ne pouvait s’en empêcher, il l’avait vu si faible sur son lit… Il était devenu gâteux à force. Si son cousin le voyait, avec un homme, et aux petits soins surtout, ce sale cruor se fendrait la poire et serait capable d'en mourir.

-Tu as dormis assez longtemps je l’admet, mais pour tes cheveux, ce sont surtout les potions qui leur ont rendu cette longueur. J’aime beaucoup quand ils sont comme ça.

Il toucha le bout des mèches blondes. Le Prophète avait passé un bras autour de la taille du blondinet, l'embrassa, puis approfondi de plus en plus le baiser, appréciant grandement les effleurements effectués d’une main douce et frémissante sur ses bras. Il avança, faisant reculer doucement Laurëlin sans le faire trébucher une seule fois, puis en sentant sous ses pieds nus la fourrure de loup garou si familière au pied de son lit. Arrivé au bord du lit, il passa son bras sous les fesses de l'eldarin, le souleva légèrement, avant que de le faire s'asseoir, trouvant une position suffisamment confortable pour les deux. Il savait qu’il était dans son élément, le maître des lieux, personne n’oserait les déranger, il pouvait donc se laisser aller.

-Tu ne peux pas t'imaginer à quel point ton absence m'a pesée.

Repassant sa main de libre dans les cheveux blonds qui avaient retrouvés cette si belle longueur, Masuaro fit basculer la tête de Lin vers l'arrière. Ses lèvres dévorèrent le cou de l'eldarin, le mordillant et l'embrassant. La main libre retirait la chemise, faisant fit des boutons qui l'entravait, dévoilant la peau blanche. Il fit basculer brusquement le corps de Lin sur le lit et se tint au dessus de lui, mains de chaque coté de sa tête, ses cheveux allant chatouiller la peau mise à nue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...   Lun 26 Jan - 17:11

Il faillit se mettre à rire, mais cette envie s'évanouit brusquement, pour laisser place à une vague de frissons.
-M-masuaro...

L'eldarin rougit violement, une de ses mains se portant là où sa nudité était la plus gênante pour lui. En cours de chemin, il frôla celle du quertz. Ses yeux s'écarquillèrent, se tournant pour regarder son visage. Ce qu'il vit le fit rougir plus intensément. Pour un peu, il avait l'impression qu'il allait être mangé tout cru. Les cheveux du prophète dansant sur sa peau soyeuse, lui firent pousser un soupir de contentement. Il se sentait complètement nu, ce qui n'était pas tellement faux. Il marqua un temps d'hésitation, et finalement, il effleura une deuxième fois, du bout des doigts cette fois ce qui se trouvait sous le tissus tendu. C'était... autant le dire, énorme. Il glissa sa main gauche, libre, dans les cheveux si noirs de Masuaro, se redressant légèrement pour l'embrasser. Sa langue gouta chaque centimètres de la bouche de son agréable boureau. Une sensation d'appréhension, et d'attente presque insoutanable lui fit contracter ses muscles. La main glissa des cheveux, jusqu'au visage, avant de descendre sur le cou, une épaule puissante, un bras musculeux, et un torse qui l'était tout autant. Son autre main, caressa une dernière fois l'entre jambe du quertz, avant de se saisir du tissus - ou plutôt du peu de tissus - qui l'empêchait de toucher directement l'objet de ses attentions. Autant dire que ce que le prophète portait, était purement fait pour ce genre d'activités. Rien que d'imaginer ce qui pourrait se passer, Lin avala péniblement sa salive, l'excitation rendant l'attente insupportable. Il arqua son bassin, se collant le plus possible au corps massif pencher sur lui, ses jambes s'accrochant autour du bassin, sa peau était délicieusement irritée par la tenue de Masuaro. Il se frotta légèrement contre lui, la sensation mentale d'écailles râclant à un rythme mesuré l'intérieur de ses cuisses, alluma un brasier dans lequel il se roulait. Laurëlin ferma les yeux, laissant échapper un autre soupir proche du gémissement, rien que d'y penser.



Sleepwalker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nouveaux lieux, nouvelles rencontres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» De nouveaux lieux
» Deux idées de nouveaux lieux
» Nouveaux systèmes, nouvelles classes | Alexia, Victoria && Gynna
» ? Exploration + Nouveaux lieux
» Le Topic des Nouvelles Coupes de Cheveux !
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Est :: Royaume de Cemenwin :: L'Eredmorn & le Col de Cemenwin-
Sauter vers: