AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Venez donc faire une escale...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Lysa Lagos
Capitaine Pirate
avatar

Peuple : Djinn
Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Mar 24 Sep - 13:04

Si la capitaine pirate fut satisfaite de la réponse de Calant, elle n'en laissa rien paraître, serrant la main de celui qui était le Kraken avec sa froideur habituelle. Elle le laissa de même pérorer sur l'individu qu'elle allait choisir, bien que dans le fond, elle n'en eut rien à faire ; du moment qu'elle avait son guide, elle serait contente, dans la mesure où l'on peut imaginer que Lysandra soit capable d'exprimer une quelconque émotion. Et au vu de son air d'un neutre étonnement agressif, on pouvait fortement en douter. Après le clin d'œil du pirate, la capitaine fit un bond en arrière, et son image sembla se dissiper alors qu'elle touchait l'eau, comme si son corps se mêlait à l'air autour d'elle...
Grif observa cela, juste avant d'emboîter le pas du tavernier, résistant à l'envie de disparaître tout de suite. Son amie - si tant est que l'on puisse considérer les membres de leur profession comme des amis à un moment ou à un autre entre la rencontre et l'inévitable poignardage dans le dos par intérêt - ayant décidé de laisser en paix son esprit, trouvant que mater entre ses paupières bridés les fesses de Calant, et avoir ensuite la vision d'une taverne où elle ne pourrait pas aller descendre un godet ou deux en étant coincé dans la tête d'un personnage aussi ennuyeux que Grif.
Mais ce dernier aimait le calme et être ennuyeux ; tout son être semblait suppurer une sorte d'impression que tout lui était indifférent, ce qui était la plupart du temps le cas. Il salua poliment le membre de la Confrérie, et disparut brusquement, sans demander son reste ni se préoccuper de Baldurian.

Ce dernier était d'ailleurs encore en train de régaler son auditoire, tout en racontant ses blagues ; il pouvait se permettre de sortir ses calembours les plus vaseux, les quelques clients qui l'écoutaient, avec le taux d'alcoolémie grandissant à mesure que les chopes se vidaient, riait aux éclats sans vraiment se demander si cela était vraiment drôle ou pas. L'individu en kilt lui continuait de manger sans toucher à une seule goutte de nectar des tavernes, et se contenta de l'ambroisie qu'on lui proposait, succulent repas qu'il trouva plutôt délicieux, compte tenu des ingrédients qui étaient pour la plupart de Tolceleg.
"Mes félicitations au chef, il réussit l'exploit de transformer la tambouille de cette île pourrie en nourriture plus que comestible !"
Le silence tomba autour de lui aussi brusquement que le derrière d'une obèse sur un tabouret ; malgré les vapeurs éthyliques, les pirates avaient saisis ce qu'il venait de dire, et le regardait avec un air mi-figue mi-raisin, incapable de déterminer de la marche à suivre. Il les avait fait rire, mais pouvait-il se moquer de leur île ? La réponse vint de sa bouche.
"Eh, vous êtes tous formidables, mais vous allez pas me dire que cet îlot vous plait ? Regardez-moi ça, on se pinte dans un bateau recyclé en taverne ! On se croirait aux turbins non ?!"
L'hilarité revint, et l'imposant guerrier eut un sourire en coin, satisfait de son effet. Une fois son assiette finie d'être saucée avec un morceau de pain, il la leva bien haut au-dessus de sa tête, pour signala au tavernier qu'il aimerait avoir du rab'.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamrock
Serveur/Serveuse
avatar

Peuple : Brownie
Second(s) Métier(s) : Guérisseuse
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Mer 2 Oct - 22:30

Déposant les assiettes fumantes devant Jayn et Drex, la Brownie fut surprise par la question du Kitsune. Elle réfléchit un instant, faisant la moue, avant de hausser les épaules tout en secouant négativement la tête.

-Non, pas que je sache en tout cas, mais j'suis pas bien informée de ce que font les capitaines de l'île. Quand ils viennent ici, c'est plutôt pour picoler et se remplir le ventre, et pourquoi pas se trouver quelqu'un avec qui passer la nuit si c'est pas déjà fait. Tu devrais plutôt aller voir sur les qu-ais.

Luaine n'avait pas entendu Calant remonter, et le bras qu'il passa autour de sa taille la surprit tout autant que la question de Drex, mais de façon beaucoup plus agréable. Ce n'était un secret pour personne qu'elle et l'aubergiste se tournaient autour depuis qu'il l'avait amené ici. Depuis hier soir, elle et lui étaient véritablement ensemble, même si c'était plaisant et amusant de continuer leur petit manège. Une nouvelle intimité se formait entre eux, et le geste possessif de Calant lui plut, presque autant que le fait qu'elle se retrouve collée contre lui. Elle lui jeta un regard en coin, et se contenta de prendre un air amusé en l'entendant appeler Drex "la danseuse". Le temps que le Kitsune puisse répondre, Calant déposa un baiser sur sa nuque, lui souffla quelques mots qui faillirent la faire rougir de plaisir. Luaine réussit à se contenir, se contentant de décocher un sourire radieux à l'aubergiste, lui filant entre les doigts pour aller resservir les deux élémentalistes du Cynbel et Gilly Longues-Jambes. Elle leur fit signe qu'elle arrivait. Les deux avaient eu des œufs et du lard, sans compter le bol de soupe. Luaine prit les trois assiettes tendues par la Muette qui contenaient du jambon fumé et des fruits de l'île coupés en morceaux.Approchant de la table des deux élémentalistes et de la fille de joie, la serveuse déclara simplement :

-Merci encore pour vôtre aide, et merci Gilly.

-De rien, Shamrock, après tout, répondit la prostituée avec sa gouaille habituelle, quand on vient te voir, t'as toujours un mot gentil, et du rab' pour nous. Et l'patron, c'est tout pareil. Alors j'pouvais bien vous rendre ce p'tit service. D'autant que ces gars là, c'est pas les plus moches de l'île.

-Trop aimable Gilly, fit l'elfe à la peau brune avec le sourire, qui s'appelait Lore si elle se souvenait bien.

Alon, le Taltos se contenta de pincer les fesses de Gilly qui était assise sur ses genoux. Il ricana un  instant, avant de hocher la tête pour remercier Shamrock :

-Merci bien pour le repas. J'ai même cru comprendre que pour la porte, le salaire serait des repas gratis ici ?

-Oui, mais pour le nombre, faudra voir avec Calant, précisa Luaine, j'vais remplir vos chopes, je reviens.

Traversant la salle, slalomant entre les tables, chaises et bancs qui avaient retrouvés plus ou moins leurs places initiales, Luaine constata que les seules traces du carnage qu'il restait été l'odeur de fleurs qui planait dans l'air à cause du parchemin de nettoyage. Et les filles qui faisaient aussi le service. Autour du Maëldanais en kilt, un auditoire s'était formé, riant de bon cœur. Et puis finalement, alors qu'elle remplissait les trois chopes qu'elle venait de prendre, le Maëldanais fit une première boulette. Qui réussit à passer, pourtant, Luaine jeta un coup d’œil prudent en direction de Calant. Malgré son calme apparent, elle n'était pas certaine que les boutades de ce genre le fassent rire. Surtout en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alycia et Drex
Bretteur/Epéiste
avatar

Peuple : Kitsune
Second(s) Métier(s) : Cheminant(e)
Nombre de messages : 83
Localisation : Sans doute sur une grande place, en train de déchainer la foule...
Date d'inscription : 27/05/2010

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Lun 14 Oct - 12:49

Luaine apporta avec sa réponse un délicieux fumet, émanant de l'assiette qu'il aurait tôt fait de déguster ; mais il la laissa un peu refroidir au préalable, et glissa ses fins doigts dans l'anse de sa chope, afin d'y recueillir le doux nectar qui s'y trouvait. Drex eut une légère moue contrariée en entendant qu'elle ne savait pas, cela l'obligerait à traîner sur le port, et son nez frémissait déjà à l'idée de côtoyer les effluves agressives qui se dégageaient de l'endroit. Calant revint avec l'individu moustachu, qui s'éclipsa, alors que le tenancier écoutait ce que Luaine et le Kitsune pouvait bien se raconter ; ce dernier n'y fit pas trop attention, par habitude, et répondit simplement.

-Je pense que je ferais ça, oui.

Avec un sourire amusé, le renard blond planta son regard dans celui du tavernier, qui se moqua de lui à demi-mot ; c'était de bonne guerre, comment pouvait-il le prendre mal ? Non, la seule chose à faire était de lui rendre la pique, en y mettant les formes. Drex avait la certitude que malgré tout, s'envoyer des fions avec Calant lui manquerait, même si les débits de boisson regorgeaient d'individu de ce genre ; le cheminant se souvenait très bien d'un jeune prêtre aux longs cheveux noirs avec qui il s'était disputé une demoiselle, à Iskandar. Ils s'insultaient avec tant de réparti que les deux affamés en avaient oublié le repas qu'ils se disputaient pour continuer à se jeter au visage des noms d'oiseaux de façon fort imagée.

-Alors il était peut-être temps que je prenne le large, vu ce qu'il advient des meubles par ici. Il but une gorgée. Plus sérieusement, c'est marrant de traîner ici, mais je suis un voyageur, faut que je bouge un peu, que j'vois du pays.

La queue touffue du Kitsune ondula finement alors qu'il vida d'un seul trait sa consommation, et reposa la chope sur le comptoir bruyamment, avant de roter tout aussi fort. Il était content de sa phrase, même si dans son regard brillait tout de même ce léger éclat de mélancolie, alors qu'il repensait à tout ses voyages. Non, il ne pouvait décidément pas se poser quelque part trop longtemps, même s'il appréciait Tolceleg et ses autochtones.
Maniant d'un doigté assuré l'ustensile à dents de métal lui permettant d'apporter jusqu'à sa bouche la nourriture, il commença à manger, appréciant comme toujours ce que préparait Calant. Mais là encore, la nostalgie lui serra de nouveau les entrailles, alors que ses papilles se souvenaient de saveurs bien différentes auquel il avait pu, avec délice, goûter bien loin d'ici... non pas que cela soit meilleur que ce que le tavernier préparait, mais c'était différent. Et Drex avait envie de changement.
Ses oreilles remuèrent d'ailleurs alors que le calme revint à quelques pas de lui, là où un attroupement jusqu'ici bruyant venait de sombrer dans le silence. Un commentaire plutôt douteux rattrapa ce qui devait être une erreur, même si le renard put voir un léger rictus se dessiner aux coins des lèvres de l'homme en kilt...


-Cal', c'est qui ce type ? Je l'ai jamais vu poser ses miches ici jusqu'à présent...


Alycia et Drex

¤ Danseuse à la voix d'Ange & artiste au cœur enflammé ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calant
Aubergiste
avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Ven 11 Juil - 23:10

-Ce type ? Un de ces loups d'mer qui reviennent que rarement sur la terre ferme, c'est pour ça que tu l'as jamais vu. Lui et sa bande viendront peut-être nous tenir compagnie un d'ces soirs, si ils sont pas repartit d'ici là. Mais dis moi tu m'as l'air bien curieuse la danseuse ? Et puis aussi, tu veux vraiment secouer ton joli plumeau poilu ailleurs ? Tu nous manquera mine de rien, si tu veux trouver un capitaine qui fait voile vers le sud traine sur les quais t'auras plus de chance d'en trouver. Et propose tes services, parce que le voyage est rarement gratis, et c'est aussi rarement avec de l'argent qu'on le règle.

Il avait laissé Luaine se glisser hors de son bras, pas sans émettre un faux râle de protestation, comme un enfant capricieux qui ne veut pas que son jeu se termine. La blague du Maëldanais le laissa mitigé. Oui, c'était vrai, une auberge bateau faisait que les matelots rentrant à quais et venus se saouler ici, retournaient là où ils avaient été pendant des semaines, ce qui les renvoyaient sur leur lieu de travail. Mais, la blague n'était pas si drôle que ça. Enfin sauf pour ceux qui avaient été obligé de trimer à ramasser les dégâts. Quand il y pensait, il s'en voulait un peu d'avoir crié comme ça. Mais juste un peu. Ils avaient bien sabordé son auberge.
En voyant le Maëldanais lever son assiette il allait le resservir, sauf que la Muette fut plus rapide que lui. Souriant, il remarqua le sourire charmeur qu'elle avait  en le servant. Il en connaissait une qui semblait avoir succombé aux charmes du nord, même si ce n'était que pour une soirée. Elle lui servit donc du rab, tout en prenant soin de montrer son intérêt par quelques regard, et un rapprochement physique très révélateur. Ça ne faisait pas si longtemps qu'elle faisait ce métier, mais elle connaissait déjà quelques techniques pour appâter le client. Après il fallait qu'il morde à l'hameçon. Soit, il n'avait pas à servir l'homme en kilt, mais à présent que tout était réglé, il avait une salle à gérer de nouveau, Gilly a aller remercier une fois encore, et les élémentaire du Cynbel à voir. Il gratifia Gilly d'un baiser sur la joue, et d'un florilège de compliments. Si si cœur n'était pas prit par Luaine, il l'aurait embrassé en bonne et due forme, mais à présent, il était prit dans des filets, tout comme sa serveuse, et s'y sentait bien. Les gars du Cynbel eurent le droit à une poignée de main franche, des remerciements, et aussi des compliment sur leur travail soigné. Même les défauts de la porte d'origine étaient revenus. Il fut convenu qu'ils auraient le droit à quatre repas chacun, en plus de celui de ce soir, et autant de boissons qu'ils le souhaitaient pour ce soir.

Puis la vie de l'auberge reprit un cour normal. Sa semi transformation n'était qu'un mauvais souvenir, la bagarre aussi. Des musiciens étaient même arrivés, mettant l'ambiance avec quelques chansons rythmées par deux violons, une guitare et un tambourin. Lorsque servir des repas du soir fut arrivé, ce fut un tajine de poisson en ratatouille qui fut servit, ainsi qu'un court bouillon de poisson. Et pour ceux commençant à en avoir marre du poisson, il avait toujours un sauté de poulet aux légumes. La Muette fut embauchée pour aider au service, les autres filles purent reprendre leur travail normal, même s'il laissait la Muette se charger des tables où elle voyait de potentiels clients. Luaine fut surtout de débit de boisson, et lui s'affairait à préparer les assiettes selon les commandes. Il avait quelques fois assez de temps pour pincer une fesse rebondie de sa brunette, pour blaguer avec les cheminants, servir quelques verres. Ceux qui partaient où qui étaient partis avant le repas, avaient réglé ce qu'ils lui devaient et s'étaient encore excusés du désordre.
Lorsque la fin de soirée arriva, annonçant plusieurs hommes ivres, Calant déclara qu'il allait chanter. Luaine du le croire ivre vu les yeux qu'elle fit, mais les gars lui réclamèrent une chanson. Il alla voir les cheminants, et leur expliqua quelle chanson il voulait. Les musiciens ne furent pas surpris, et c'est alors que la mélodie s'éleva, celle de The beast of pirate's bays.

-Gather weary travelers,
I have a tale to tell.
I might just save your life,
But only if you listen well.

'Cause there before the breakers,
And just arround the way.
There's a sign,
That says
"Beware,
The beast of Pirates Bay !"

La voix de Calant était étrangement bien accordée à l'ensemble, un peu moins rauque que lorsqu'il braillait des idiotie, avec un côté un peu suave des moments où il murmurait quelque chose à l'oreille de sa serveuse. Il ne poussait pas souvent la chansonnette, pas sérieusement en tout cas.
Mais cette chanson, c'était la sienne, celle qui avait été forgée par la légende du monstrueux Kraken dans ses débuts, quand personne ne savait ce que c'était en réalité, et qu'il ne savait pas se contrôler et qu'il décimait tout ce qui se trouvait sur son chemin, bateau, animaux, être de l'eau, simples nageurs. La malédiction de Virva l'avait rendu fou les premières années. Puis il avait prit le contrôle de son corps, et était parfaitement conscient. Sauf quand sa chère déesse décidait de l'envoyer contre telle ou telle chose, là il ne pouvait pas aller à l'encontre de sa volonté, même s'il savait ce qu'il faisait. Alors il chantait quelques fois, pour se rappeler ce qu'il avait été. Et le rappeler aux autres en passant. Et il vivait pleinement cette chanson, faisant des têtes plus que convaincues, et convainquantes.

-Some say he's a guppy, a kid threw ine the sea.
He ate so many sailors,
Now he's bigger than a tree.

His teeth are sharp like scissors,
His claws, they are like knives.
And if your think he's ugly,
Wait 'til you see he's insides !

Au moment du refrain,quelques voix se joignirent à la sienne, pas forcément très mélodieuse, mais elles avaient le mérite de connaitre les paroles, et d'être dans le rythme de la chanson.

-Oh don't you sail, don't you row and certainly don't you swim !
'Cause if you aren't careful you'll end inside of him !
He'll eat you up, he'll spit you out.
You'd better stay away.
Heed the sign that says "Beware
The beast of pirates bay!"

Some says he's a serpent
That came straight frome hell,
To ate the souls of pirates
And other never-do-wells.
Some they don't believe it, as for me I've got a hunch.
'Cause they used to have some pirates here.
But he ate them all for lunch !

Oh ! Don't you sail and don't you row and certainly don't you swim
'Cause if you aren't careful you'll end inside of him !
He'll eat you up, he'll spit you out.
You'd better stay away.
Heed the sign that says "Beware
The beast of pirates bay!"

Well captain Brook,
You've heard of him,
He's came to pirates bay.
It seems is little nemesis
Had nearly go away.
He reached into the water,
To grab At Pether Bran...

Il s'était approché de la Muette durant les dernières phrases, et lui attrapa un bras, brusquement, mais sans surprise pour la fille de joie qui l'avait vue arriver.

-There was a Crunch!
And a scream !...

L'instant de suspens vit la Muette prendre un air appeuré tandis que Calant lui tenait les deux bras, souriant d'une manière amusée et vorace.

-And now this scurvy captain's got hooks and both his hands.

Oh ! Don't you sail and don't you row and certainly don't you swim
'Cause if you aren't careful you'll end inside of him !
He'll eat you up, he'll spit you out.
You'd better stay away.
Heed the sign that says "Beware
The beast of pirates bay!"

The Blackbeard the pirate,
You know for what he's feared ?
It's mostly for the dark imposant colour of his beard.
He saw the beast,
And now nobody's scared of him because.
His beard turn white, we're all agree,
He look like Santa Claus !

Les voix accompagnant le refrain furent plus nombreuses sur celui-ci, plus assurées, et plus rythmées encore. Calant savait captiver son auditoire autrement qu'en montrant un part de la bête qu'il devenait suite à sa malédiction.

-Oh ! Don't you sail and don't you row and certainly don't you swim
'Cause if you aren't careful you'll end inside of him !
He'll eat you up, he'll spit you out.
You'd better stay away.
Heed the sign that says "Beware
The beast of pirates bay!"

La mélodie se fit plus basse, plus intime. Une partie rajoutée récemment à cette chanson, et qui ne se chantait que par lui à sa connaissance, car elle ne concernait que lui après tout.Calant prit alors le ton de la confidence, attrapant Luaine par les épaules, comme pour lui raconter une histoire qu'il ne fallait dire à personne, une histoire secrète.

-Now the Tavern's empty,
And it's only you and me.
And if you care, I'd like to share
How this all came to be.
So come a little closer.
If you really want to know.
This very bad and awfull tale happened so long ago...

La partie de son auditoire qui connaissait la chanson était tout comme celle qui l'ignorait encore, attentive, comme si elle avait oublié depuis la dernière fois, ou comme un enfant écoutant son conte préféré une énième fois.

-Well I was just a young boy, when I went to Pirates bay.
And then I saw a creature, full of majesty in there.
Somes dudes want to play with me, they challenged me to strike,
I was innoncent and idiot and then challenge I raised.
I took a knife, and jumped,straight ahead on her back.
And waters of the bay, were tinged with colour red.
It was the beginning of my end,the goddess the godess curses me.
And they wrote the sign that say "Beware...
The beast of Pirates bay!"

And what did it say ?!

Toute l'auberge se mit à chanter les dernières paroles de la chanson, dans une sorte d'explosion de joie. Gilly Longues-Jambes prit la main de Luaine pour l'entrainer à danser avec d'autre filles, et quelques hommes qui leur servait galamment de cavaliers. En plus de chanter les mains battirent la mesure, et les pieds frappèrent le sol.

-Oh ! Don't you sail and don't you row and certainly don't you swim
'Cause if you aren't careful you'll end inside of him !
He'll eat you up, he'll spit you out.
You'd better stay away.
Heed the sign that says "Beware"
Helle I should now ! It's me in there !!
The beast of pirates bay!"

Alors que la musique aurait du s'arrêter là, dans la chanson version taverne de Tolceleg, les musiciens reprirent le refrain rythmé, chantant eux même, avec la taverne en immense choeur derrière eux. La tavernier se joignit à la danse, se retrouvant bien vite à faire virevolter Luaine. Combien de temps le refrain fut reprit, aucune idée, mais une fois que la musique s'arrêta, chacun repartit, encore ivre de la musique et de l'alcool qui avait été servit. Les filles qui avaient aidé lors des réparations de l'auberge se virent payer en compensation du travail accomplit, et lorsque Mizuki fut seule maitresse dans les cieux, Shamrock eu le droit à sa compensation en nature, le versipellis lui prouvant qu'il était tout aussi doué de ses mains humaines qu'avec ses appendices de Kraken.

* * *

Il ouvrit un œil et put voir un spectacle que bon nombre d'hommes sur ce caillou qu'on appelait île, lui envieraient. Une Luaine nue, avec un simple drap pour couvrir son corps, dessinant merveilleusement les courbes de sa poitrine généreuse, se levant et se baissant au rythme de sa respiration. Pour un peu il serait rester trainer au lit rien que pour se rincer l’œil jusqu'à user la rétine. Mais ce matin, il avait un rendez-vous, tôt, donc le devoir le fit se lever sur la pointe des pieds. Il attrapa une chemise d'un blanc un peu passé, un pantalon de toile noir et ses bottes, et sortit après avoir au moins enfilé le pantalon.
Ça devait faire une bonne semaine, depuis l'incident qui avait manqué de le faire exploser de rage. Une semaine et demi même. Il mit sa chemise dans l'escalier menant de sa partie privée aux cuisines. Enfin, à l'arrière cuisine qui servait de buanderie. Il attrapa un paquet de cigarettes en passant, tenant toujours ses bottes de l'autre. Une fois une cigarette derrière son oreille, il mit une pomme entre ses dents, et s'attela à la préparation de la première cafetière du matin. Il eu à peine le temps d'allumer sa cigarette qu'un léger bruit attira son attention. C'était à la porte de derrière, celle qui menait à un chemin en bois qu'il fallait vouloir emprunter, vu qu'il donnait droit sur la mer, sans rambarde de coté, avec pour seul accueil si on tombait, que les récifs du bord de la falaise. Bref, ce passage, il n'y avait que ceux avec qui il traitait qui l'utilisait.
Calant alla ouvrir, et laissa entre un homme imposant, aux cheveux sombres rassemblé dans une queue de cheval grossière, au visage fermé, à la peau tannée par le soleil et à l'air peu fréquentable. Un type passe partout ici en somme. L'homme resta debout au milieu de la pièce, et sourit à l'aubergiste, d'un de ces sourires qui ne vous donne pas vraiment envie de sympathiser. Calant n'en fut pas impressionné pour autan.

-T'es ponctuel dis donc, un peu trop presque, tu as faillis tomber sur du vide, je viens de descendre. Café ?

Le type secoua la tête, pas très causant. Calant se servit alors à la cafetière fraichement finite, sa cigarette en bouche se consumant doucement. Il en tira une bouffée avant de la tenir d'une main, buvant un peu de l'autre.

-Bon, je ne t'ais pas fais venir pour prendre de tes nouvelles. Je voulais savoir si tu avais un peu de temps libre devant toi en ce moment ? J'ai des amis qui auraient besoin d'un guide pour aller à Cemenwin, et s'y repérer. Comme je sais que tu es un habitué des visites dans le sud avec tes p'tits copains rafleurs, j'me suis dis que tu pourrais faire le job. Bien sur, c'est pas du bénévolat, tu seras payé, et pas qu'un peu. Par contre, tu connais les traditions:


-Depuis le temps oui. Discret, pas un mot, pas de questions, peu de réflexions par moi même. Je les emmenne d'un point A à un point B, peut-être à un C s'ils le veulent et quand ils me disent que c'est bon, tu me barre et je ne me souviens pas de les avoir vu.

-Exactement. Alors ?

-J'veux voir le type qui demande ça. J'pense avoir un peu de temps en effet, il faut que je me fasse discret quelques temps chez moi, alors un petit tour au sud ça me va, à condition que ça paie.

-J'm'en doutais. Et bien je te trouve un créneau et je t'envoie un petit message. Ça se fera sûrement ici comme d'habitude.

Son invité matinal et lui regardèrent l'escalier alors qu'un léger grincement se faisait entendre en haut. L'aubergiste savait très bien qui s'était, il n'y avait que la partie privée qui avait accès à cet escalier, et qu'une personne en plus de lui qui y vivait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamrock
Serveur/Serveuse
avatar

Peuple : Brownie
Second(s) Métier(s) : Guérisseuse
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Lun 14 Juil - 16:19

Calant s'était levé. Luaine l'avait senti bouger, puis quitter le lit, un courant d'air froid se glissant sous le draps. Elle tourna, lui montrant son dos, remontant les draps sur elle. Elle enfonça son nez dans son oreiller, peu encline à se laisser réveillée. Elle l'entendit prendre ses vêtements, la ceinture de son pantalon faisant un bruit métallique, qu'il arrêta sûrement en prenant la boucle dans son poing, comme il le faisait pour ne pas la déranger. Luaine avait l'habitude que Calant se lève aux aurores, mais à travers ses paupières closent, elle ne voyait même pas la pâle lumière du jour, qui filtrait habituellement à travers les volets. La fenêtre ouverte laissait passer un air encore trop frai pour être celui, déjà tiède, qui accompagnait généralement le réveil de son pirate de compagnon. Luaine fit encore un tour sur elle-même, entrouvrant les yeux, ne laissant voir d'ailleurs que ceux-ci, les draps remontés jusque sur le bas de son visage. Encore dans un demi-sommeil, elle regarda Calant sortir de la chambre, lui offrant une vue splendide sur son postérieur. Elle nota qu'elle avait décoré ses fesses fermes et musclées de traces d'ongles, quand elle les avait enfoncés un peu plus tôt cette nuit. Elle eut un sourire satisfait, et tâcha de se rendormir. L'odeur du café chaud acheva de la réveiller, éveillant son estomac du même coup. Luaine grommela. Il était vraiment trop tôt, et la nuit avait été courte. Très courte. Elle se demandait si elle n'avait pas des courbatures. Elle se sentait pourtant merveilleusement bien après la nuit qu'elle venait de passer.

La soirée aurait pourtant pu mal se passer après la rixe qui avait mal tourné. Ils avaient pourtant fait la fête comme jamais, une fois les dégâts réparés par les deux gars du Cynbel. Elle avait même cru que son cher Kraken avait un peu trop forcé sur la boisson quand il s'était mis à pousser la chansonnette. Une chanson que Luaine connaissait, puisqu'on la chantait aussi à Muina, enfin... Comme à Muina, à Tolceleg, on braillait aussi le refrain en levant sa chope de bière et en éclaboussant ses voisins au passage. Elle s'était laissée prendre à l'ambiance soudainement survoltée qui s'était mise à régner dans la salle. Les musiciens s'en étaient donnés à cœur joie, et Calant aussi. Elle avait ignoré jusqu'ici, ses talents de chanteur et de danseur. Gilly l'avait entrainée dans la folle gigue, et elle s'était retrouvé aux bras de pirates, étaient passés dans ceux de Jayn, avant de finir la soirée dans ceux de Calant. Oh bien sûr, une fois le dernier client dehors, ils avaient du ranger un peu, mais une fois là haut, dans la chambre de Calant, la fatigue de Luaine s'était envolée. Elle ne l'avait connu que sous sa forme de Kraken, et l'expérience avait été délicieuse, mais cette fois, elle avait goûté son vrai corps, et le sien semblait en vouloir encore rien qu'à ce souvenir. Shamrock se sentit rougir. Elle se redressa, s'étirant langoureusement dans le même temps. Repoussant les draps, elle se leva, jetant ses jambes dans le vide. Le parquet était froid. Elle se leva, encore un peu ensommeillée. Elle retrouva ses vêtements éparpillés par terre, et les rassembla. Elle enfila son pantalon directement, mit en suite son soutient gorge, vu la taille de sa poitrine, il n'était guère raisonnable de descendre les escaliers en mode commando, et passa sa tunique par dessus. Elle démêla et coiffa ses courts cheveux noirs avec des doigts, avant de sortir à son tour de la chambre. Le parquet grinça sous ses pas, juste avant qu'elle n'atteigne les escaliers. Son estomac lui confirma qu'elle allait dans la bonne direction. Hier soir, elle n'avait fait que grignoter des petits morceaux ça et là entre deux services, et n'avait pas vraiment mangé. Calant l'aurait d'ailleurs forcée à s'assoir devant une bonne assiette, s'il n'avait pas lui-même était très occupé. La nourriture gâchée par la rixe risquait de lui coûter cher, surtout le morceau d'Earthaë qui était une rareté ici. Du gâchis donc.

Shamrock hésita. Devait-elle aller se laver ou manger d'abord ? Son estomac était pour la seconde proposition. Elle descendit les marches, rapidement, mais sans faire beaucoup de bruit. En descendant, elle vit deux paires de bottes. Elle fronça les sourcils. Calant ne s'était donc pas levé juste pour le plaisir de se lever tôt. Elle fit la moue. La deuxième paire de bottes gâchaient déjà sa matinée. Elle avait espéré passer quelques heures seule en la compagnie de Calant. Car même s'ils travaillaient ensemble, il était parfois difficile d'avoir de l'intimité. C'est avec la tête encore enfarinée qu'elle entra dans la cuisine. Les deux hommes étaient tournés vers elle.

-Bonjour...

Ses pieds nus claquèrent sur les pavés de la cuisine, le seul endroit de l'auberge, à l'exception des thermes en bas, où le sol était en pierre et non pas en bois. Cela facilitait le nettoyage de l'avis de Luaine. L'invité de Calant était grand, large d'épaules, et tout en lui criait le Nordique. Il avait la peau teintée par le soleil des longues heures passées en mer ou dehors. Le visage taillé à coup de serpe, l'air peu aimable, et sa chevelure hirsute et brune était difficilement disciplinée par une queue de cheval grossière. Shamrock se sentit immédiatement mal à l'aise, mais n'en laissa rien paraître. Un frisson la secoua, et son ventre se noua. Quelque chose chez cet homme la gênait profondément, mais comme à Muina, Tolceleg n'était pas connue pour être un repère de novices de Lior. La lie de la société créchait ici, et comme à Muina, on en venait forcément à côtoyer ce genre de personne. Luaine fit l'effort de sourire à Calant, le dépassant pour aller se servir une tasse de café, deux grosses tranches de pain de la veille, et un morceau de fromage.

-Je vais manger dans la salle, comme tu as du monde avec toi.

Avec un simplement hochement de tête pour l'homme, Luaine sortit par les portes battantes. Une fois certaine d'être hors de vue. Elle posa tasse et nourriture sur le bar, et s'assit, les jambes tremblantes sur un tabouret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calant
Aubergiste
avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Lun 14 Juil - 19:09

Lorsque Luaine descendit, les deux hommes la regardèrent. Sa serveuse se sentit mal à l'aise en voyant l'homme avec qui il était, en même temps s'il n'était pas le Kraken lui même ne serait pas à l'aise avec un type du genre du nordique devant lui. Il ne serait pas non plus à trembler comme une feuille, loin de là, après tout il se trouvait à Tolceleg, trembler de peur devant le premier gars à l'allure peu engageante serait très handicapant dans le coin. L'aubergiste rendit son sourire à sa serveuse, et hocha simplement la tête quand elle lui dit qu'elle allait en salle. Il savait qu'il n'en aurait plus pour longtemps, le nordique s'en irait dans quelques seconde, et il la rejoindrait en salle, histoire de passer un peu de temps avec elle avant que la journée ne commence. Son cher invité eu un sourire un peu torve pour elle quand elle se retourna et parla quand elle sortit par les portes.

-Joli morceau, vraiment, il se partage ?

-Ce "morceau" s'appelle Luaine, elle est à moi et je ne partage rien. Alors efface ce que t'essayais d'imaginer de ton esprit.

-Voyons, je plaisantais. Elle est sous bonne garde si elle est à toi, personne n'osera essayer de te la voler. C'est dommage pour le monde des mecs si tu veux mon avis, tu devrais songer à la prêter de temps à autre.

-Reparle une fois de Luaine comme une chose et je t'arrache une jambe. Je te ferais sonner quand j'aurais prévenu mes amis. Vous vous rencontrerez et tu verras avec eux ce qu'il faut voir. Sors maintenant, j'ai un café à finir.

Il fut assez visible sur le visage du Maeldanais que si ce n'avait pas été Calant devant lui, il y aurait eu un coup de partit. Sauf que c'était Calant, et à moins de vouloir réellement une jambe en moins, il valait mieux se taire et rester tout petit. La frustration fit place à une sorte de neutralité, et ce fut un hochement de tête similaire à celui que Luaine lui avait fait qui servait d'au revoir au nordique. Calant le suivit des yeux jusqu'à ce que la porte se ferme, l'air un peu énervé. Cet air s'effaça dès que la porte fut fermée, le pirate n'étant pas vraiment énervé, c'était plus pour la forme et faire comprendre qu'on ne plaisantait pas au sujet de sa brunette. Il remit du café dans sa tasse, écrasa la fin de sa cigarette, et prit aussi une tranche de pain, avec la motte de beurre demi sel. Il passa dans la salle vide, enfin presque, et se posa à côté de Luaine.
Sa tasse devant lui, sa tranche de pain aussi il entreprit de la beurrer.

-Désolé de t'avoir réveillée. Il est assez tôt, Aélius pointe à peine le bout de son nez. En plus, tu n'as pas eu beaucoup de sommeil ma belle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamrock
Serveur/Serveuse
avatar

Peuple : Brownie
Second(s) Métier(s) : Guérisseuse
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Mar 15 Juil - 18:16

Ses tremblements s'étaient calmés. Ici dans la salle, malgré les chaises remontées sur les tables, et l'odeur encore présente du parchemin de nettoyage utilisé hier soir, Luaine se calma aussitôt. L'homme dans la cuisine lui avait rappelé de mauvais souvenirs, et la cale crasseuse du bateau où elle avait été jetée, encore enfant, avant qu'elle s'échappe par ses propres moyens, grâce à une paire de ciseaux qu'elle avait toujours. Elle resta un instant à fixer sa tasse et ses tartines avant de se secouer, s'ébrouant comme un animal sortant de l'eau. Elle passa une nouvelle fois la main dans ses cheveux courts, soupirant. Elle n'avait pas à se mettre dans des états pareils, Calant ne serait pas du genre à la vendre, ni même du genre à laisser ce genre d'individu lui tourner autour. Elle avait senti le regard de l'homme peser dans son dos, et avait à peine été soulagée quand les portes battantes s'étaient refermées, mettant une barrière entre elle et lui. Elle sursauta quand Calant passa les portes à son tour. Son cœur cognait dans sa poitrine, elle lui jeta un regard un peu paniqué, avant de se calmer. Il s'assit à coté d'elle, avec un air navré. Elle lui sourit, ne pouvant s'empêcher de le faire à la mention de la nuit qu'ils venaient de passer.

-Hm, c'est pas très grave... C'est pas comme si j'avais pas été prévenue...

Luaine se laissa glisser, se penchant sur le coté pour venir poser sa tête contre son épaule, fermant les yeux.

-J'oublie parfois que je me trouve sur une île remplie de hors la loi, et que tous ne sont pas toi...

Elle tourna sa tête, respirant à fond, le nez collé dans le tissus de la chemise du pirate. Quoi qu'il fasse, Calant sentait toujours la mer, une odeur vive et salée, qui lui plaisait. Luaine s'en trouvait apaiser. Depuis qu'elle savait qu'il était le Kraken, et qu'elle avait compris pourquoi il tenait tout le monde en respect ici, la métisse se sentait encore plus en sécurité que lors de leur rencontre. Elle passa un bras sous le sien, s'empara de sa main libre, aimant la rugosité des paumes de l'aubergiste, qui contrastait avec ses doigts fins et déliés qui maniaient si habilement la nourriture. Elle entrelaça ses doigts aux siens.

-Je ne t'ai jamais demandé... Mais... A Muina...

Elle se décolla de son épaule, sans pour autant lâcher sa main, pour le regarder. Elle aimait la barbe qui piquetait ses joues alors qu'il ne s'était pas rasé -ou qu'il n'avait réglé ce détail avec sa magie Versipellis - ses cheveux blonds dorés courts et semblant toujours ébouriffés, et ses yeux qui lui plaisaient tant, et qui semblaient faire échos par leur couleur aux
profondeurs marines qu'il arpentait sous sa forme de Kraken. Elle aimait aussi son sourire.

-Le Glarg, tu aurais pu n'en faire qu'une bouchée ? Pourquoi tu ne l'as pas fait ?

Elle sembla réfléchir, avant grimacer :

-Hm, j'imagine que question saveur, ça n'aurait pas été très fameux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calant
Aubergiste
avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Mar 22 Juil - 19:49

Calant se laissa faire. Il la laissa poser sa tête sur son épaule, prendre son bras puis sa main libre, tandis que l’autre alternait entre café et pain. Sa serveuse caressait ses paumes, lui rappelant qu’elle avait des mains très douces comparées aux siennes. L’aubergiste savait qu’elle respirait son odeur, elle aimait beaucoup faire ça, et lui aimait qu’elle soit contre lui. Mais elle se décolla, semblant avoir une question relativement importante à lui poser. Elle était intéressante comme question, et justifiée. C’est vrai qu’il aurait pu simplement se transformer, partiellement ou non, et il n’aurait plus eu de problème avec de Glarg.

Il eu un sourire, et même un léger rire en voyant sa grimace et en entendant sa reflexion.

-En effet, ça aurait eu un goût horrible, surtout que je ne sais pas où il a trainé avant. Et vu sa tête, je veux même pas imaginer.

Il ressera un peu ses doigts entrelacés avec ceux de Luaine, et porta la main de sa serveuse à sa bouche, en embrassant le dos tendrement. Puis il traça quelques cercles sur le dos de la douce main en reprenant un air plus sérieux.

-J’avoue que ça m’a plut, qu’on vienne m’emmerder alors que je suis le Kraken. Ici quand on a un problème avec moi, on ose à peine le formuler, de peur que je bouffe quelqu’un justement. Là y avait un pauvre type, et sa bande de chiens de garde qui me cherchaient des noises, et qui étaient sûr qu’ils pourraient me trucider. C’était amusant. Oui, même de me recevoir un tas de bleus et de contusions. Surtout que si je l’avais bouffé, je n’aurais pas pu te dévorer toi.

Surtout qu’il n’aimait pas ça, manger les gens. Les écraser, faucher, écarteler, noyer, pourquoi pas, vraiment, mais manger un être humain, ça le dérangeait profondément. Le goût lui restait en bouche à chaque fois, lui donnant une désagréable sensation qu’il allait vomir. Mais bon, le monde entier s’imaginait que la Kraken adorait la chaire humaine, il n’allait pas briser le mythe en clamant qu’il n’aimait pas ça du tout. Il termina son café, et fit un sort au pain.

Puis il entraina Luaine contre lui, remettant la tête de la serveuse sur son épaule, et sa tête à lui contre son front. Il soupira d’aise.

-On a encore au moins, une bonne heure et demie, tranquille, rien que toi et moi. C’est pas mal du tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamrock
Serveur/Serveuse
avatar

Peuple : Brownie
Second(s) Métier(s) : Guérisseuse
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Sam 26 Juil - 22:22

Luaine hocha la tête quand Calant répondit par l'affirmative à sa question. En effet, Bone de Glarg et ses hommes de main n'auraient pas vraiment eu le goût de mets raffinés. Elle se retint de frissonner quand ses lèvres se posèrent sur le dos de sa main. Elle adorait surtout les petits picotements sur sa peau due à la barbe trois jours qui mangeait les joues. Elle laissa un sourire passer sur ses lèvres, avant d'ouvrir des yeux ronds en entendant la suite. Elle cligna des yeux. Plusieurs fois. Avant de les lever au ciel, et de sourire plus largement :

-Tu n'es pas croyable...

Puis, elle se sentit rosir un peu. Il était vrai que quelque part, sans Bone, elle n'aurait jamais rencontré Calant. Elle avait été terrorisée par lui pendant les quelques mois où elle avait travaillé au dispensaire sur les quais, et elle n'avait pas été la seule. Il lui avait semblé normal de faire son possible pour aider Calant, alors que les hommes du main de la petite frappe - car à force de côtoyer de vrais pirates, elle s'était bien rendu compte que de Glarg ne ferait pas le poids face à d'autres - le poursuivait. Elle fit mine de réfléchir, avant de lâcher, faussement pensive :

-Hmm... Si tu l'avais mangé, peut-être que je t'aurais laissé vraiment faire tout ce que tu aurais voulu... Mais enfin, tu as raison, je devrais même le remercier de t'avoir mis sur mon chemin.

Elle lui dédia un grand sourire, et se contenta de déposer un léger baiser au coin des lèvres du pirate. Ils se turent, le temps de manger. A présent, son estomac n'était plus aussi noué, et la nourriture qu'elle avait prise pu alors passer ses lèvres. Et elle serait plus en sécurité ici que nulle part ailleurs sur cette île. L'impression de danger et le malaise qu'elle avait ressenti, s'étaient à présent évanouis. Calant l'avait attiré contre lui, et elle put à nouveau poser sa tête contre son épaule.

-Hm... Une heure et demie, soupira-t-elle, tranquille. Le rêve.

Elle faillit rire. C'était vrai qu'ici, elle comme lui, et surtout lui, n'arrêtait presque jamais. Quand ce n'était pas la cuisine et le ménage, il fallait s'occuper de la litterie, ou aller sur le marché chercher ce qu'il fallait pour les futurs repas qui devaient en suite être préparés... Une certaine routine s'était installée, faisant qu'ils fonctionnaient parfaitement, mais Luaine n'était jamais mécontente quand Calant fermait la porte et éteignait les lumières. Ils avaient alors leur moment à eux, comme ce matin. Elle appréciait d'ailleurs le calme qui régnait durant ces heures matinales. La fraîcheur aussi, la chaleur pouvant parfois devenir insupportable sur l'île, aux plus chaudes journées de l’Été. Elle plaignait souvent Calant qui, en cuisine, travaillait dans un véritable sauna.

Elle se cala un peu mieux contre lui. Elle n'avait pas forcément envie de faire des folies, cette nuit avait été amplement suffisante, mais elle aimait aussi juste rester comme ça avec lui. Ce qui n'était pas non plus pour lui déplaire, enfin, du moins, le pensait-elle. Et qu'ils n'aient rien à faire, en tout cas pour l'instant, était tout aussi appréciable.

-Je resterai bien comme ça toute la journée... Mais ce n'est pas possible hein ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calant
Aubergiste
avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Jeu 9 Oct - 12:54

-Oh voyons Luaine. Il me suffisait d’attendre que mon charme légendaire opère, pour que tu me laisse faire tout ce que je désire, pas besoin de manger quelqu’un.

Ils eurent un instant de silence. Le temps de manger un peu. De se réveiller totalement en somme. Une fois sa tasse terminée le pirate avait santit poindre en lui l’envie d’une cigarette, mais elles étaient dans la cuisine, et pour une fois qu’il pouvait avoir Luaine pour lui seul, sans que personne ne les dérange, il n’allait pas céder à cette envie. Il fumerait plus tard, il en aurait bien l’occasion. Il soupira encore une fois. Vraiment, ils étaient bien là. Sa salle était vide, mais ça ne le dérangeait pas. Pour l’instant elle était leur endroit à tout les deux, personne pour leur passer commande, donc pour les faire se lâcher. C’était vrait qu’ils ne se lâchaient pas vraiment le soir, mais c’était différent.

-Normalement non, on ne peut pas rester toute la journée comme ça... C’est injuste mais les clients finiront bien par descendre et par envahir la salle. Et là il faudra bien travailler pour gagner de quoi vivre.

Il avait dit ça sur le ton de la fatalité, de quelque chose qui ne pouvait pas être changé et qui ne pourrait leur apporter que malheur et désespoir. Il eut une légère moue de reflexion, et regarda Shamrock avec un sourire, avant de reprendre d’une manière tout à fait sérieuse et posée.

-Bon après, je pense que ça pourrait s’arranger si je fais ça.

Il étendit ses deux bras devant eux, les pliants légèrement. Les doigts crochus il griffa l’air, grognant comme un animal enragé, montrant les dents, sans pour autant faire vrai. Il rajouterait presque de la bave aux coins des lèvres, pour se rendre plus crédible.

-Graaaah ! Je suis pas conteeent ! Grrrrr !! Je vais tous vous tuer si vous restez dans l’auberge ! Agrougrou !!

Effrayer tout le monde en grognant qu’il était pas content, juste pour ne pas travailler et passer la journée dans cette position avec sa serveuse, est-ce que c’était mature comme envie ? Il eut un rire franc et joyeux en essayant d’imaginer sa tête pendant qu’il faisait cet exercice pitoyable d’imitation de lui-même en colère. Et son rire redoubla en imaginant la tête de Flint si il avait été là pour le voir faire cette imitation. Son vieil ami penserait qu’il avait siphoné trop d’eau de mer, et qu’il avait décidément plus toute sa tête. Puis il se joindrait peut-être à lui pour terrifer les gens. Il essyua quelques larmes qui avaient commencé à couler aux bords de ses yeux, et embrassa le front de Luaine avant de la regarder avec sérieux.

-Je te propose de jouer le rôle de la pauvre jeune femme innoncente, et pleine de désespoir, que je voudrais manger pour mon petit déjeuner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamrock
Serveur/Serveuse
avatar

Peuple : Brownie
Second(s) Métier(s) : Guérisseuse
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Sam 18 Oct - 0:05

Toujours appuyée contre Calant, une mouse boudeuse passa sur le visage de la Brownie, avant qu'un soupir résigné ne s'échappe de ses lèvres. Elle eut un petit haussement d'épaules.

-Dommage...

La serveuse n'avait rien contre leurs journées bien remplies, au contraire, elle s'ennuyait rarement. Et quand c'était calme, elle aimait parfois profiter des histoires des clients qui trainaient dans la salle l'après midi, ou sur le perron de l'auberge, assis sur les bancs posés contre les murs, une chope ou un verre à la main. Elle adorait les vieux loups de mer qui avaient toujours des histoires à raconter, certaines s'embellissaient même un peu plus à chaque fois. Elle aimait aussi prendre un livre et descendre jusque dans les bains qui donnaient sur la mer, dans la crique. Luaine rejoignait alors un rocher ensoleillé et prenait le temps qu'elle avait pour lire. Les livres lui coûtaient à peine quelques pièces de cuivre, certains étaient vieux, avaient pris l'eau, ou avaient été roussis pas des flammes. Ici, la lecture n'étaient pas le passe temps favoris des gens du coin. Luaine savait lire, pas forcément très bien, il arrivait qu'elle ne connaisse pas certains mots, mais elle se débrouillait. Le vieux du dispensaire lui avait appris pour qu'elle puisse lire les recettes des onguents et les propriétés des plantes. Elle ne savait pas trop si Calant savait lire, mais ça ne la surprendrait pas. Shamrock n'avait généralement qu'une petite heure de libre en journée, parfois deux, quand les corvées ne l'occupaient pas. Pourtant, elle trouvait plus plaisant de laver des draps, débarrasser des tables, servir des platrées et des litres et des litres d'alcool, que d'avoir à jouer les gardes malade. Elle s'écarta de Calant qui après un sourire, était devenu mortellement sérieux. Elle fronça légèrement les sourcils, se demandant un bref instant ce qui se passait. Elle ouvrit des yeux ronds en le voyant essayer de faire le monstre, dans une pâle imitation de lui-même. Elle sentit les commissures de ses lèvres se relever, avant qu'elle n'éclate de rires.

-Agrougrou ? parvint-elle à répéter avant de se remettre à rire de plus belle.

Calant l'embrassa sur le front alors qu'elle se calmait à peine. Elle lui jeta un regard tendre, avant de sourire largement en entendant sa proposition. Luaine se leva légèrement de son tabouret, se penchant en arrière tout en portant une main à son front et en fermant les yeux, prenant un air qui convenait parfaitement à une naïve demoiselle en détresse.

-Oh pitié non, ne me mangez pas ! s'exclama-t-elle en surjouant la peur, je suis trop jeune et trop belle pour mourir, noooooon !

Elle se figea dans cette pause, et ouvrit un oeil.

-Ça va ça, ou je dois encore travailler le personnage ?

Elle se remit à rire, avant de descendre souplement de son tabouret.

-Hm, fit-elle pensive, je devrais sans doute abandonner totalement l'idée d'être cheminante et me contenter de servir les clients...

Elle considéra la vaisselle de leur petit déjeuné, et se demanda si elle ne devrait pas profiter du calme pour manger encore un peu. Shamrock rit de plus belle, en songeant qu'elle avait gardé ses vieilles habitudes. A Muina, quand elle avait de la nourriture à portée de main, elle s'en gavait, ne sachant pas si elle aurait l'occasion de faire un meilleur repas avant longtemps. Elle avait vécu ainsi durant toute son adolescence, et avait continué... Elle oubliait qu'ici, si elle avait faim, elle pouvait attraper un morceau de pain. Le pain était différent chaque jour, les gens de l'île faisant avec ce qu'ils avaient, ou ce qui avait été débarqué des navires : blé, avoine, maïs, mil... Et avec ce qu'on trouvait sur l'île, comme le manioc. Elle pouvait l'agrémenter de beurre ou d'un bout de fromage, ou le tremper dans un peu d'huile et du sel. Luaine faisant quand même attention à ne pas piller les réserves de l'auberge. Beaucoup de denrées coûtaient cher ici, parce qu'elles dépendaient des pillages ou en tout cas, du contenus des cales des navires. En voyant l'air un peu curieux de Calant, elle se contenta d'attraper le devant de la chemise qu'il portait, l'attirant vers elle. Elle déposa un baiser sur les lèvres de Calant.

-Tant que je travaille ici, et que c'est avec toi, je peux bien sacrifier ces longues heures que j'avais prévu de passer à glandouiller et à me tourner les pouces...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calant
Aubergiste
avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Jeu 23 Oct - 18:21

Sa délicieuse serveuse, enfin proie, se prêtait au jeu de bonne grâce. Mais il fallait se rendre à l’évidence, ni elle, ni lui, ne pourrait prétendre être crédible avec ce numéro là. Peut-être qu’avec un peu de bave au bord des lèvres, la donne changerait, et la crédibilité serait de mise. Ou pas. C’était encore secoué de rire qu’il applaudit Luaine, prenant la pose au dessus de son tabouret, et l’acclama sans crier, il n’allait pas réveiller toute l’auberge tout de même.

-Ma, Louaine, tou es soublime, né changé rien.

Il avait prit l’accent de certains personnes venant des contrées du sud, et qui avaient un accent chantant, des manières galantes, malgré un certain machisme envers les dames. Mais c’était l’accent idéal pour ce genre de situation. Sa serveuse annonça le verdict final. Elle ne pourrait être cheminante.

-Et moi donc, je sais à peu près chanter une chanson. Nous sommes condamné à rester dans cette auberge jusqu’à ce que mort s’en suive. Ou jusqu’à ce qu’un imprassario siphoné à l’eau de mer et resté trop longtemps au soleil, soit persuadé que nous avons du talent en tant qu’acteurs.

Elle eut un moment de reflexion avant de rire encore une fois, alors qu’elle regardait la vaisselle. Ce qu’il y avait d’amusant à regarder ça, mais si elle trouvait son bonheur. Lui bloqua aussi dessus en y pensant, et refléchit à ce qu’il allait faire en plat aujourd’hui.
Il ne restait pas assez de viande d’Earthae pour contenter tout le monde, en tout cas pas en cuisant les pièces indivicuellement. Du poisson il en avait toujours pas mal, et devrait recevoir la visite de quelques pêcheurs venus pour vendre leur pêche de la nuit. L’aubergiste se fit la reflexion qu’il aimerait bien servir du crabe farci, accompagné de riz épicé et de légumes, encore fallait-il que l’un de ses fournisseurs puisse lui en fournir. Sinon, il ferait un colombo de poisson et un de poulet, les volatiles vivant sur l’île, ils n’étaient pas rares, tout comme leur œufs qu’il servirait principalement en omelette ce matin. Il lui faudrait refaire du pain, il avait de la farine du Maïs, et de la farine de Seigle. Il avait aussi pas mal de fruit de l’île, il pourrait faire du poulet roti à l’ananas et papayes. Une liste de menus possibles se dressa dans sa tête, Colombo, Crabe Farci, Poulet à l’ananas et papaye. Ses réflexions avait prit que quelques secondes, et Luaine riait toujours, alors il la regarda avec un air curieux, se demandant si elle n’avait tout simplement pas craqué.
Elle empoigna sa chemise et l’embrassa, lui donnant soudainement envie de revenir à hier soir, alors qu’il l’avait mise à nue et embrassée le long du dos, puis sur les fesses. Qu’est-ce qu’il les aimait ses fesses...

-Et tant que tu travaille avec moi je me remettrais très bien de ma carrière artistique ratée. D’ailleurs, ça n’a rien à voir, j’avais un petit quelque chose à te donner, que je n’ai pas encore eu le temps de te donner.

Il se leva de son tabouret et alla derrière son comptoir. S’acroupissant il se mit à la hauteur de ses portes de placard et en ouvrit une. De derrière des bouteilles, il tira un petit coffret plat, fin et long, à peine de la taille de sa main. Le coffret n’était pas très travaillé, en bois brut un peu patiné, il n’avait pas d’autre fioriture qu’une ficelle le refermant. Il contenait en fait un bracelet en argent, déposé sur des feuilles de papier fin, au mailles moyennes, orné d’une pierre d’un beau vert profond, à coté de laquelle était accrochée une petite breloque en argent en forme de trèfle à quarte feuilles. La pierre, elle, n’était pas une pierre ordinaire, elle était enchantée pour briller doucement et vibrer lorsque quelqu’un entrait dans l’auberge.
Il tendit le petit coffret à la brunette avec un sourire.

-Cadeau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamrock
Serveur/Serveuse
avatar

Peuple : Brownie
Second(s) Métier(s) : Guérisseuse
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Sam 1 Nov - 23:58

-Oh ?

Sa curiosité fut immédiatement piquée, si bien qu'elle lâcha Calant sans le moindre regret, ou presque. La Brownie eut la satisfaction de voir cet air si particulier que Calant avait quand il la couvait du regard, le plus souvent quand elle venait juste de l'aguicher, ou quand Lyuben semblait lui souffler quelques idées. Luaine le regarda passer derrière le bar, les yeux brillants, et un peu excitée comme une gamine devant un paquet de bonbons. Ou devant un cadeau en fait. Elle se pencha par dessus le comptoir, se hissant sur la pointe de ses pieds et posant ses avant-bras sur le plateau de bois lustré, faisant attention à ne pas taper dans la vaisselle. Perchée et penchée ainsi, elle regarda Calant, un large sourire sur les lèvres, fourrager dans un des placards sous le bar. Elle eut envie de rire à nouveau, elle n'avait même pas fait attention à ce qui se trouvait à l'intérieur, alors qu'elle l'ouvrait et le refermait au moins cinquante fois par jour. Elle se servait des innombrables bouteilles, en remplaçait parfois quand l'une d'elle était totalement vidée, mais elle n'avait pas remarqué le coffret fin et plat de bois que l'ancien pirate sortit des profondeurs du placard. La boîte n'avait rien de remarquable, la surface étant lisse, même un peu usée, comme patinée par les nombreuses caresses d'une main. Cela ne l'empêcha pas d'être de plus en plus curieuse. Elle suivait chacun des mouvements de Calant avec le même que pouvait prendre un chat guettant sa proie.

Elle descendit de son perchoir quand le pirate se redressa. Elle se mordilla la lèvre inférieure alors qu'elle se saisissait délicatement du coffret. Sa délicatesse contrastant avec l'excitation qui la faisait bouillir intérieurement. Elle eut un petit sourire, le genre de sourire un peu hésitant, traduisant la joie de recevoir un cadeau et l'appréhension de la découverte de ce que contenait le paquet. Vu la taille du coffret, elle était certaine que Calant ne lui offrait pas une bague, et qu'il ne l'emmènerait pas sur le champ devant un autel de Lyuben et un prêtre pour qu'ils s'unissent sous le regard des Dieux. Luaine songea même qu'elle n'avait pas besoin de ça. Ce n'était pas vraiment la coutume sur l'île, et ça n'était pas non plus important pour elle. Elle n'avait pas besoin d'une cérémonie pour savoir qu'elle l'aimait, et que c'était réciproque. A cet instant, elle sentit une bouffée d'amour pour Calant monter en elle. Elle se dit qu'elle était tombée dans les bras du pirate dès leur rencontre. Il y avait quelque chose qui faisait qu'elle se sentait bien, sereine, et comme complète depuis qu'elle était arrivée à Tolceleg et qu'elle savait qu'il n'était jamais bien loin d'elle. C'était un peu étrange pour elle, qui ne s'était pas vraiment attaché à quelqu'un depuis longtemps. Et Calant l'avait prise comme elle venait, Luaine n'avait pas besoin de se cacher, ni de jouer un rôle pour se protéger. Elle ouvrit tout aussi délicatement le coffret après l'avoir posé devant elle. Ses doigts défaisant la ficelle toute simple qui le maintenait fermé. Ses doigts soulevèrent doucement le couvercle.

-Oh.

Elle souleva devant ses yeux bracelet argenté, auquel étaient accrochés une pierre verte et un petite breloque en ferme de trèfle. Un grand sourire s'épanouit sur ses lèvres. Le petit trèfle serait un bel écho de celui qu'elle portait tatoué sur sa joue. La pierre était jolie, taillée en forme de feuille de trèfle elle aussi. Elle se sentit rougir aussi. Elle leva un regard brillant vers Calant.

-Merci.

Un petit rire nerveux s'échappa de ses lèvres.

-Tu... m'aides à le mettre ? Parce que j'imagine que tu ne me l'as pas offert juste pour que je le regarde... si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calant
Aubergiste
avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Mar 23 Juin - 0:36

Le pirate aubergiste voyait bien que Luaine était bouillonnante intérieurement, malgré des gestes mesurés et doux qu'elle avait. Lui même semblait détaché, mais il était tout aussi impatient qu'elle, même si lui c'était de voir si elle aimerait le présent qui l'impatientait. La lueur qui se mit à briller dans les yeux de sa délicieuse serveuse lui fit plaisir et chaud au cœur.
Il avait déjà une pierre du genre de celle du bracelet. De forme simple, elle se trouvait en pendentif au bout d'une lanière de cuir, dans un petit coffre de sa chambre. Le collier lui avait servit avec les serveuses et serveurs qu'il avait déjà eu à l'auberge, pour qu'ils puissent savoir quand quelqu'un entrait. C'était un système pratique qui avait été mis en place par l'un de ses anciens membres d'équipage lorsqu'il avait commencé à avoir du succès, et à ne plus trop savoir où donner de la tête. Il n'avait pas voulu donner ce collier à Luaine, ayant envie de lui offrir quelques chose de bien plus personnel. Après tout, il n'avait pas l'intention de la laisser partir, maintenant comme plus tard, et le trèfle qu'elle avait sur la joue l'avait inspiré. Il avait fallut attendre que le bracelet soit fait, et que la pierre comme la breloque soient taillées, mais le résultat valait largement la somme déboursée pour ce bracelet.

-Ah mais bien sur que je te l'ai offert pour que tu le regarde. File moi ça, et donne moi aussi le poignet gracile sur lequel tu veux le mettre.

Avec un certain tact et un certain doigté, Calant prit le bracelet et le mit alors au poignet tendu de Luaine. Le fermoir se referma avec un petit clic, et le blond garda la main de Luaine dans la sienne pour regarder si le bijou n'était pas trop petit ou trop grand. Il semblait être à la bonne taille, ne la serrant pas et ne pouvant pas non plus glisser hors de la main seul. Elle le portait bien.

C'est une pierre un peu spéciale. Elle vibrera doucement lorsque la porte sera ouverte. Ca permet de pouvoir regarder si c'est une entrée ou une sortie, et d'accueillir le client assez rapidement, sans avoir besoin d'avoir les yeux collés sur la porte toute la journée, comme avec le brouhaha on entend pas forcément quand quelqu'un ouvre. Il te plait ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shamrock
Serveur/Serveuse
avatar

Peuple : Brownie
Second(s) Métier(s) : Guérisseuse
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 03/01/2009

MessageSujet: Re: Venez donc faire une escale...   Lun 29 Juin - 23:35

Elle fit la moue, le regardant avec un air vaguement blasé en entendant sa réponse. Elle lui tira la langue, n'ayant pas vraiment d'autre répartie. Elle lui tendit alors le bracelet, et son poignet droit, qu'elle lui mit presque sous le nez. Luaine se dandina encore un peu, impatiente, excitée, euphorique. Là, il lui passa le bracelet comme si son poignet était en cristal, avec des gestes lents et délicats. Le fermoir se referma, et elle put admirer le bracelet sur son poignet. Calant examina son œuvre, et elle s'amusa de le voir presque sérieux, concentré. Elle leva la main, faisant tourner son poignet de gauche à droite, regardant le petit trèfle tressauter. Son regard accrocha en suite celui de Calant qui s'amusait à son tour de ses réactions. Elle l'écouta en suite, hochant la tête, approbatrice, alors qu'elle touchait le trèfle avec les doigts de sa main gauche. C'était bien pensé, et Luaine appréciait ce genre de cadeau utile. Calant la connaissait bien. Luaine n'était pas très portée sur les objets décoratifs. Elle n'avait jamais vraiment décoré la pièce qu'elle occupait au dessus du dispensaire à Muina, et n'avait jamais fait grand cas de ses possessions, à l'exception de la paire de ciseaux dorée qu'elle adorait.

-S'il me plait ? Évidemment ! C'est joli en plus d'être utile. Et j'aime la petite attention avec le trèfle.

Les yeux baissés sur le bracelet, elle se mordit la lèvre inférieure, souriant en même temps. Elle joua encore un peu avec le pendant en forme de trèfle. La pierre verte était lisse sous ses doigts. Le pendant n'était pas très grand, à peine plus que le tatouage sur sa joue, mais le bracelet en lui-même était très élégant, délicat, presque aérien. La Brownie releva la tête. Elle fit la moue, penchant la tête sur le côté gauche, la bouche en coeur, sourcils levés et regard malicieux.

-Et maintenant je me dis que je devrais te témoigner toute mon affection pour te remercier... Mais un terrible comptoir nous sépare, et je suis déjà sur la pointe des pieds, et je ne suis pas certaine que faire de l'escalade de si bon matin soit recommandé pour ma santé.

Luaine sourit de toutes ses dents, avant d'admirer à nouveau le bijou, s'étant tournée sur le côté pour l'admirer à travers les rayons de la lumière du jour qui filtrait par les fenêtres de l'auberge. Elle regarda tout de même Calant du coin de l’œil, avant de se pencher vers lui à nouveau.

-Mais j'imagine que je trouverai bien un moyen...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Venez donc faire une escale...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Event HRP] Venez faire la fête sur Terra Mystica !
» Desperate Housewives - venez faire la fête -zbaff- plus on est de four, plus on riz !
» Pokémon Soleil et Lune : venez faire le plein d'informations !
» Venez nous faire découvrir de nouveau groupe (ou chanteur ;p)
» [TUTO] Faire des socles
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Océans & Îles :: L'Île de Tolceleg :: Tolceleg, cité renégate :: La Demoiselle & La Pieuvre-
Sauter vers: