AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Traque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Traque.   Jeu 8 Mai - 0:15

La course rapide et silencieuse de Katsuya s’ensuivit jusque dans l’obscurité dense d’un cul de sac. Cul de sac vide, hormis deux cageots pourris d’où sortirent quelques rats apeurés par cette présence enragée soudainement apparue.
C’étaient de ces rues abandonnées, pourtant rares dans ces villes bien entretenues par ses habitants.
Par ailleurs, les vicieux cercles que formaient les allées donnaient le tournis. Si l’on y courait partout à toute vitesse.
Après avoir passé le temple perdu au milieu des brumes en suivant le chemin escarpé d’Eredhith, il y a de cela deux jours, Katsuya gravit encore les degrés de la montagne, pour redescendre en respectant un chemin rudimentaire à suivre. « Toujours vers le sud », lui avait confié le chef du village, ainsi il mènerait à bien et rapidement sa mission. Dangweth fut sa destination suivante, mais un propriétaire aussi gras que bavard profita d’une occasion pour sortir de sa boutique enluminée et se délier un peu la langue. Il le héla pour lui signaler la présence de son confrère tant haï, un homme qui lui ressemblait énormément. Ce qui n’était pas de la gamme du compliment pour Katsu.

Pauvre fou, ne savait-il pas qu’il fallait tenir sa langue face à un étranger ? Katsuya le remercia pourtant le plus chaleureusement du monde, du moins ce qui lui était possible de manifester à l’égard d’une personne et poursuivit sa route. C’était au bord d’une fontaine ronde qu’il avait senti la proximité de l’ennemi. Cartes en main, Katsu ne se fit pas attendre et finit par le repérer. Seulement il perdit la main, son avantage tourna au désavantage lorsqu’il se vit découvert à son tour. La proie maline et prudente s’enfuit. Ainsi commença la poursuite.

La maigre poitrine meurtrie de jeune femme se soulevait, souffle bruissant par saccades sèches. Il avait chaud, mais sa tunique ample était supportable même dans l’étuve d’un volcan. A la manière d’un grand roi qui sourit à la sottise des courtisans et à la maladie qui l’atteint, un ninja ne se plaignait pas, sa tenue nimbait ses pensées de superficiel, et l’éloignaient de son véritable but.
« Où es-tu Kukoku, sale traître, viens à moi que je te tue. »
Sa soif de sang dévorante lui conférait le plus hideux des regards. De son poing fermé s’allongeaient deux doigts, serrant un shuriken dont les épines tranchantes n’étaient pas réservées à couper du saucisson, mais à d’autres appétits beaucoup plus assassins. Katsuya était habitué à tuer. Mais elle voulait Kukoku vivant, elle voulait le regarder quand elle le ferait saigner, elle voulait le voir se débattre, voir qui était le plus fort, et perdre. Une plainte déchirante envahit son cœur, comme à chaque fois qu’il le perdait de vue.
Ses chausses raclèrent le sol, dégoutées. Il observa la poussière, qui formait des salves irrégulières, comme soulevée par une brise fulgurante.
Ses lèvres se fendirent en un sourire affilé.
« C’est donc par ici que tu te caches » Susurra la femme déguisé en homme.
Elle rebondit, prit la direction du nord et se remit à courir, empruntant un nouvel escalier. Kukoku filait vers les hauteurs. Katsu accélérait l’allure, carnassier traquant sa proie, sans relâche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Traque.   Jeu 8 Mai - 10:37

Glissant sur la pierre trop lisse, Kuko fit un dérapage non anticipé sur le palier menant à l’étage supérieur. Il battit des bras le temps de se rétablir, se retourna pour vérifier la distance laissée par son poursuivant et se remit à courir, à contrecœur. Il avait toujours rudement détesté ce comportement infantile qu’avait Katsuya envers lui. Le tuer parce qu’il avait eu les éloges de ses professeurs, mais il n’avait strictement rien demandé lui ! Il faisait ce qu’on lui inculquait de faire, point à la ligne.

Mais à la longue, c’en devenait éreintant de toujours devoir s’enfuir à chaque apparition de son ennemi. Il lui pourrissait royalement la vie, le liant au sang et l’accusant de maints crimes dont, il en était persuadé, Katsu lui-même en était l’auteur. Ce dernier était obnubilé par l’existence de Kuko. Cette distraction aurait été la bienvenue si seulement il n’avait pas retrouvé au même moment, et Katsuya, et une nouvelle mission, imposante à souhait. Il fallait faire d’une pierre deux coups. Maintenant qu’il était poursuivi et traqué comme un renard chapardeur de volaille de luxe, il lui faudrait du courage et de l’astuce pour se libérer du joug de cette vipère de Katsuya tout en l’écartant de son chemin. En espérant que la rumeur félonne concernant son meurtre n’aille pas jusqu’ici.

Mais il ferait honneur à son maître, celui qui lui apprit à devenir un vrai ninja, auprès de lui tout problème s’évaporait, la nature des hommes devenait limpide et intègre, jamais il n’avait senti cette plénitude jusqu’à ce qu’il l’eut rencontré. Alors il se battrait, avec dextérité, et débarrasserait ce qu’il rencontrerait de tout chagrin et de toute peine. L’homme était fait pour se tenir debout, et non assis ou couché.

Au détour d’un hangar, il disparut.


Dernière édition par Kukoku Fumei le Ven 9 Mai - 22:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Abelio
Marchand
avatar

Peuple : Centaure.
Nombre de messages : 55
Localisation : Peu importe où je suis, un cube me nargue.
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Traque.   Ven 9 Mai - 21:45

Sortant d'un hangar, la canne sous le bras, le haut de forme bien mis, Abelio sortait encore vainqueur d'une affaire jouée aux cartes. Sur sa croupe, des sacs en cuir posé là et emplis d'objet paraissant des plus anodins. Un bol en terre cuite enveloppé dans une peau en cuir tané faisait partit du lot.
Un objet inutile, sans valeur, voila ce qu'aurait dit un non connaisseur, mais le centaure, lui, savait ce que c'était. Le bol de Lhel, artefact magique dont les propriétés magiques étaient encore inconnue à ce jour. En fait, on savait qu'en le penchant il faisait couler du sang à flot. Il avait dû mettre pas mal en jeu pour l'obtenir, lui et quelques pierres magiques. Résultat, le pauvre marchand n'avait plus que ses yeux pour pleurer, il aurait dû les lui céder monétairement, Abelio l'avait prévenu.
Ce fut donc au détour d'un hangar que quelqu'un le percuta en plein abdomen. Il se cabra, tenant les sacs sur sa croupe avec une main, et recula de quelques pas. Ses pattes avant retombant dans un bruit de sabots proprement ferrés, évitant la personne qui venait de le percuter. C'était un jeune homme, vêtu de noir, assez petit vu du haut des deux mètres du centaure. Abelio secoua la tête en riant en son fort intérieur.

-Et bien, et bien, il faut regarder on l'on courre, petit. Ca va aller ?

Toujours la main sur ses sacs, l'autre replaçant son haut de forme tout en tenant sa canne, exercice difficile, mais habituel au jeune centaure.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Traque.   Sam 10 Mai - 14:53

Un choc parut lui morceler la nuque. Kukoku atterrit violemment sur les fesses. Il serra les dents, comme il avait appris. Un bruit de fer accompagna sa chute.
S’accordant une seconde il leva les yeux vers ce qui ne se trouvait pourtant pas là avant qu’il ne s’engage dans cette rue. La lumière du soleil ne jouait pas en sa faveur, il était à contre jour face à un mur immense arborant un chapeau haut de forme. Un mur à quatre pattes.
Le ninja se releva en un éclair, autant être debout pour faire face à une apparition étrange.
Il dût tout de même lever le menton pour apercevoir le visage de cet homme monté sur un corps de cheval jusqu’au torse. Le soleil bas de la fin de l’après midi fut caché par l’imposant mastodonte qui se dressait devant Kukoku, un peu pantois, et il put distinguer les traits avenants qui riaient presque.
Il se rassura de n’avoir rien de cassé et observa les sacs déposés sur la croupe et entourant les flancs du centaure, le crin bai lustré reflétait tout sauf la misère.
« Excusez-moi. Répondit-il, c’est comme si vous étiez sorti de nulle part, je ne vous ai pas vu. » Il ajouta à cela une courte révérence. Rien que le haut de forme, ça prouvait qu’il ne sortait pas de chez le teinturier pour aller boire un coup dans le premier bistrot mal famé du coin. « Je ferai attention monsieur. »
La cargaison, on pouvait appeler ça comme ça au vu du poids que cela pouvait bien faire, n’avait l’air nullement endommagée, il pouvait partir serein. Du moins, c’était le moment de prendre son kimono à son cou pour semer Katsu qui voulait sa peau.
Le regard franc de l’homme quadrupède le rasséréna, cela faisait plusieurs jours qu’il marchait, sans s’attarder sur une auberge, dormant de jour comme de nuit dans les arbres ou au creux d’une ruelle noire.
Il se retourna furtivement pour vérifier que Kastuya n'arrivait pas et lança un regard implorant pour qu'on le laisse s'enfuir avant qu'il ne soit trop tard.


Dernière édition par Kukoku Fumei le Sam 10 Mai - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Traque.   Sam 10 Mai - 18:03

Katsuya observait, les genoux fléchis sur le toit du hangar. Ayant dû forcer l'allure pour retrouver le fuyard, c'était sans compter la diversion que lui accordait cet homme monté sur quatre jambes, ridicule avec son chapeau de maestro, coup de chance que Kuko lui soit rentré dedans. Barf, même d'ici on pouvait voir les grands yeux de biche maquillés de l'homme mi-animal.
Ils faisaient tous deux une cible parfaite, Katsuya avait l'avantage non négligeable d'être en hauteur, tout projectile fendant les airs engendreraient de lourds dommages. Mais l'inconnu ne l'intéressait pas, et la turbulence des rues empêchaient le traqueur de fondre sur sa proie sans avoir préalablement assuré ses arrières.

Il lâcha un juron, et trouva un coin d'ombre, attendant discrètement que Kukoku se décide à arpenter des chemins moins fréquentés.
Il s'assit, le dialogue commençait à s'éterniser. Soupirant, il s'accroupit, incapable de tenir en place, et scruta l'horizon. Il y avait là un labyrinthe circulaire de rue, et leurs escaliers en colimaçon, d'autres raides et plus pointus. Au coin de l'un d'eux il serait bon de tendre un guet-apens.
Il se rassit. La patience n'étant vraiment pas son fort.
Même en reluquant le centaure, qui semblait porter un objet de valeur enrobé dans l'un de ses sacs que protégeait sa grosse main, il ne pouvait rien faire. Il était ninja, pas voleur.
Revenir en haut Aller en bas
Abelio
Marchand
avatar

Peuple : Centaure.
Nombre de messages : 55
Localisation : Peu importe où je suis, un cube me nargue.
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Traque.   Dim 11 Mai - 22:35

Abelio regarda le "gamin" devant lui. Il avait les yeux d'un chiot implorant qu'on le laisse courir un peu partout. Mais aussi, il avait l'air plutôt nerveux et regardait un peu trop ses sacs. Qu'est-ce qu'il faisait dans ce lieu assez mal fréquenté. Sauf aujourd'hui vu qu'il était là, il faut dire que faire dans les deux mètres et avoir un corps de cheval n'était pas une malédiction, il faisait peur, ce qui le faisait bien rire. Les gens de sa maison le connaissait, il était doux, même si sachant bien se défendre, et donc la peur qu'il engendrait les faisait tous rire.
Mais son attention fut attirée par l'aspect de l'homme en noir devant lui. Il n'avait pas l'air très reposé, en mauvaise forme, comme si il avait passé plusieurs jours à dormir sur une pierre et à manger du pain pas très frais. Il avait une mine qu'aurait qualifié sa mère, de papier mâché. Il y avait de la place au manoir, et puis laisser un gamin dans cet état dans la rue, nan, ça reviendrait le hanter. Il fallait trouver un petit compromit tout de même, pour ne pas faire ça de manière totalement bénévole.

-Dis, tu n'as pas l'air d'être en grande forme. Ecoutes, je te propose un deal, je t'enmenne chez moi, je te nourris, je te protège et je te loge quelques jours le temps que tu retrouves des couleurs. Et en échange, tu pourrais m'offrir ce katana... Il a l'air de bonne facture, et puis il est simple, sans fioritures inutiles. En somme j'adore. Qu'en dis tu ?

Le voila son compromit, c'était vrai que cette arme lui plaisait assez, et puis, il lui manquait des armes dans ce genre dans sa vitrine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Traque.   Lun 12 Mai - 13:20

L’air pincé devant tant de pitié, Kukoku lança un regard des plus dissuasifs à son interlocuteur. Il n’était pas tombé sur n’importe qui. Cet homme juché sur quatre jambes lui proposait de l’aide, mais son katana en échange. Un katana vieux de deux cents ans, que son maître avait gardé précieusement pour son meilleur élève ! Il était certes vieux, abîmé, éraflé par endroits et la peinture dorée striée sur le manche s’était écaillée avec la sueur. Ce bon vieux katana n’en restait pas moins une arme redoutable, c’était sa fierté et son plus lourd moyen de défense en combat de front. Impossible de s’en séparer.

Il s’épousseta nonchalamment, dévisageant ensuite l’auguste centaure.
« Avec quoi croyez-vous que je puisse me défendre si je n’ai pas d’arme lourde et efficace comme celle-ci ? Vous avez l’air de laisser entendre que sans votre protection je ne pourrais pas m’en sortir par ici. »

Il avait dû se mordre l’intérieur de la lèvre en tombant car un goût de sang emplissait sa bouche et un filet rougeoya le long de sa mâchoire lorsqu’il parla. Il l’essuya d’un bref coup de manche, le front plissé par la situation. Il aurait bien aimé se laisser soigner par cet inconnu, peu importe qui qu’il fût ; juste un jour de repos, un peu de nourriture saine, un lieu calme où il pourrait penser à l’abri de toute menace de mort.

Souhaitant éviter de frôler les limites de l’impolitesse, Kukoku s’apprêtait à se repentir de l'âpreté du rejet qu'évoquaient ses paroles et à avouer son malaise, lorsqu'une piqûre de moustique vint lui démanger la nuque, il se gratta et sentit son corps s’alourdir, ses paupières, son dos. Non.. Du poison.. Aucun muscle ne répondait à son appel paniqué.
Il tomba à genoux et s’effondra en avant, face contre poussière, paralysé.


Dernière édition par Kukoku Fumei le Lun 12 Mai - 18:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Traque.   Lun 12 Mai - 18:35

Katsuya apparut tel une traînée de cendres que l’on souffle, agile surgissement proche de l’hallucination étoffé d’un bruissement soyeux. Nul œil n’aurait pu le suivre, il surpassait de beaucoup Kuko en technique de dissimulation. Surprenant le quadrupède qui eut un petit sursaut en arrière, il s’agenouilla, faussement précipité et inquiet, aux côtés de Kukoku, pâle comme une rose fanée, qui ne pouvait ni bouger, ni parler. La sarbacane responsable de ceci était dissimulée dans un recoin caché des innombrables poches que Katsuya avait cousu lui-même, pour plus de commodité.
Elle le prit dans ses bras et le serra contre sa poitrine invisible, murant ses paupières. Elle choisit son regard comédien le plus empli de tendresse et plongea dans les yeux du centaure. Il s'était arrêté pour Kuko, rien n'empêchait Katsuya d'en rajouter un peu. L'état misérable du ninja au sol n'altérait en rien son jeu, bien au contraire.

« Ne lui faîtes pas de mal, c’est mon frère, je vous en prie. » Ajoutant à la scène une voix de garçonne, il reposa délicatement la tête de son dit frère en lui passant la main dans les cheveux, pour approcher le centaure, sans une once de crainte.
« Que voulez-vous de lui ? Il est malade vous savez, cela fait deux jours que je le tra.. cherche sans avoir réussi à le trouver. »

Maintenant il était temps de retourner la situation et de partir avec son butin.
« Merci de l’avoir retrouvé monsieur, au revoir. »
Katsu hissa le corps raide et trempé de sueur sur son dos aussi lestement que s’il s’était agi d’un sac de plume d’oie.
Il se retourna et adressa un sourire, le plus correct possible, au quadrupède. S’il partait assez vite, peut être laisserait-il tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Abelio
Marchand
avatar

Peuple : Centaure.
Nombre de messages : 55
Localisation : Peu importe où je suis, un cube me nargue.
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Traque.   Sam 17 Mai - 22:31

Il n'eu pas vraiment de répliquer au gamin qui venait de débarquer et qui était, enfin qui se prétendait, le frère du petit qui était tombé face en avant d'un seul coup. Le "frère" emporta le petit sur son dos, comme si il n'était qu'un sac de patates. Non mais je vous jure. Un sourcil levé, la canne également, il asséna un coup de canne sur le haut de la tête. Pas un coup très fort, plus une sorte d'avertissement assez douloureux pour faire s'arrêter le gamin. Il s'avança vers le gamin alors qu'il l'empêchait de partir en ayant enfoncé la crosse de sa canne dans le col du kimono du gamin. Il prit avec précaution le petit qui ne bougeait toujours pas dans ses bras, libérant du même coup, l'autre de sa canne.

-Le fait que ce soit ton "frère", ça ne te donne pas tout les droits. En outre, si il est malade, prend un peu soin de lui et prend le mieux, on aurait dit que tu transportais un sac de linges sale ! Et puis où comptais tu aller avec un malade, dans la rue, une auberge ? Non, non, non Il a besoin de repos, d'un environnement calme et stable, il n'a pas besoin d'être trimballé dans ses vêtements poussiérreux et par un gamin en plus.

Le ton du grand frère se faisait sentir dans son discours. Fort, et chagriné et blessé, des années de maladies de sa soeur passées constament à son chevet, il savait que si le gamin devant lui disait vrai, il ferait tout pour que son frangin aille mieux au plus vite. Une guérison rapide, efficace et de qualité qu'il offrirait à ses deux enfants pour qu'ils ne souffrent pas comme lui a eu à souffrir. Son visage se radoucit et il sourit plus gentillement au gamin effaré et pas content devant lui.

-Allez, tu es jeune encore, et tu ne pouvais pas savoir. Je vais vous enmenner tout les deux chez moi et je te jure que ton frère guérira vite, je te le promet. Moi aussi j'ai connu quelqu'un de très malade, mais je l'ai perdu, je ne veux pas que ça vous arrive aussi. Avec de la chance, un bon médecin et de la nourriture de qualité et abandondante, il ne lui faudra pas plus de trois jours. Et toi aussi il t'en faudra, tu as une mine de papier maché toi aussi... Tu montes sur mon dos ? Ou tu préfères marcher ? Au fait, moi c'est Abelio, et vous deux ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Traque.   Dim 18 Mai - 2:56

Aïe. Katsu se crispa et enfonça la tête dans les épaules. Elle se retint pour ne pas dégainer et lui transpercer l'abdomen d'un coup sec et vengeur après le coup de canne qu'elle se prit sur la tête. Elle avait toujours été butée et colérique. Son sale caractère l'avait évincée de la première place lors de la promotion ninja.
Il fit volte-face, décochant malgré lui une expression haineuse. « Ne m’arrête pas grand malade, ou tu vas le regretter. » Pensa-t-il, un rictus mauvais déformant sa bouche.
L’homme à quatre jambes saisit Kuko. « NON !! » Hurla-t-il, voix rauque et démêlée. Trop tard, il avait beau être agile et prévoyant, impossible de se permettre d’utiliser ses talents pour récupérer son bien. En espérant au moins que le centaure ne se doute de rien face à leurs armes, c’était louche tout de même, pour des "gamins", de transporter un attirail et un barda de fournitures peu communes dans ces contrées. Il pouvait toujours prétexter que leur grand-père imaginaire leur avait prêté une vieille arme ou deux pour « jouer ».
Le fait de paraître aussi jeune et d’être si faiblement pris au sérieux par ici lui était complètement sorti de la tête. Dans leur village ninja, la taille ne valait rien, du moment qu’il y avait les capacités. Katsuya gronda du fond de sa gorge pour avoir l’air d’un enfant vexé, sous les réflexions de la noble bête parlante. Il avait déjà vu des gosses des rues de cette ville piquer des colères ou faire des caprices. Surprenant, mais ça avait l’air d’être coutume, alors serrant les poings, il marmotta, le genre tête à claque qui n’écoute rien : « J’aime pas votre chapeau, et mère sera attristée du non retour de Kuko. Il n’y a que nous deux qui sache nous occuper de lui. » Et ça pouvait être vrai. Le bout de son index entra dans sa bouche, lui donnant un air songeur. Il hocha ostensiblement la tête, s’affublant d’un air niais.
« Oui, mère aussi est malade, elle est toute palotte, mais son employeur ne doit pas le savoir. » Elle continua sa comédie en mettant un doigt devant sa bouche après ces derniers mots, pour sceller le secret, tout en lançant un regard entendu au centaure.
Celui-ci emmenait Kuko malgré ça, et flûte ! Se faire encore rafler la mise sous le nez.
Elle raffermit ses doigts sur la main de Kukoku, lové dans les bras du quadrupède. Elle était chaude, agréablement chaude, il serait effectivement plus judicieux de se laisser dorloter par un riche que de repartir chargé comme un baudet : Kuko sur le dos.
L’allure du centaure sépara les deux mains.

Il fronça les sourcils. Ayant balancé ses piques, Katsuya pouvait bien le suivre, leur hôte, prénommé Abelio, ferait l’objet d’une petite réflexion en route. Ce n’était pas encore fini.
« Moi ? Katsuya, et je ne monte pas sur votre dos. »
Il releva le menton, le défiant de le faire monter de force.

[Poursuite ici]
Revenir en haut Aller en bas
 

Traque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Charte du Brigandage et de la Traque au Poitou
» Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]
» La traque des preneurs d'otages
» La Traque. (Quête)
» JOUR ET NUIT, JE TRAQUE LES ÉPIPHANIES.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Inwerin :: Dangweth :: Rues & Habitations-
Sauter vers: