AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Première assignation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Ven 25 Avr - 3:22

Il faisait frais ce matin ci, et il était bien tôt au vu de la rosée qui brillait encore sur les fleurs de son balcon. Dommage que ça ne l'intéressait plus que ça, il était d'une humeur mitigée. Commencer à harasser les autres dès le matin c'était un de ses jeux favoris.

Ludwig ne mangeait jamais vraiment le matin, pas tellement d'appétit pour ça. En général il ne faisait que boire et avalait les petites choses que Wilhelm amenait spécialement pour lui après l'escrime. Ca ne manquait jamais de le mettre en appétit.
Il avait déjà avalé la moitié de son café quand Ajite prit sa première bouchée. Henri avait déjà avalé un croissant entier et en entamait un deuxième. Il leva un sourcil aux remerciements d'Ajite, visiblement il était un peu gêné. Parfait.

-Il est dit messieurs, que l'homme civilisé recherche une bonne et intelligente compagnie. Et à travers le discours il peu surpasser le sauvage et se rapprocher des dieux... Personnellement, moi je préfère commencer la journée avec de complets imbéciles pour me rappeler que je suis le meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mar 20 Mai - 0:46

Ajite manqua de s'étouffé et retint le morceau de croissant qu'il allait cracher sous la surprise des paroles du prince. Toussant dans ses manches, il essayait de faire un minimum de bruit pour ne pas imposer sur lui le regard des autres mais comment il en aurait été autrement. Ils étaient trois sur une immense terrasse terriblement vide et silencieuse alors une toux étouffée cassant ce silence ne pouvait être que bruyante.
Si son statut n'était pas de seconder Ludwig, elle n'aurait pas maché ses mots. Hélisa aurait fait sentir ses paroles autant que la provocation de cet homme. Pour qui se prenait-il, comme si sa petite personne pouvait être meilleure que les autres. C'était vraiment un muffle de la pire espèce.
Ajite remonta ses lunettes, essuyant une larme qui se formait dans le coin de son oeil. La gorge le grattait encore et s'était désagréable. Chaque respiration le menaçait de tousser de nouveau. La réaction du Seigneur Sviles était toute autre, surement habitué à ces sarcasmes, il riait à gorge déployée, comme si la blague était la meilleure du monde.

-Cela faisait longtemps que t'as pas sortis une connerie aussi grosse Ludwig. Regarde ton pauvre intendant qui s'étouffe. Tu es un maître bien cruel, il a l'air si gentil. Ménage le.

Ajite n'arrivait pas à savoir si il le défendait ou si il le rabaissait. Malgré son mutisme forcé, le côté chipie ressortit au grand dam de sa fonction.

-Une réplique telle qu'elle ait, venant d'un prince aurait pu être prise au sérieux si celui-ci n'avait pas eut un intendant pour faire le travail à sa place. Quand je serais démis de ma fonction, lorsque vous prendrez vos responsabilités, vous pourrez vous vanter autant que vous voulez que vous êtes le meilleur... Et je serais le premier à vous en féliciter.
Là il était foutu...


Dernière édition par Hélisa le Mer 21 Mai - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mar 20 Mai - 1:39

Ludwig avala calmement sa gorgée de café, ignorant superbement Henri et fixant Ajite avec une détermination alarmante. Son visage ne montrait rien, rien autre qu'un calme olympien, même si intérieurement il souriait avec malice.
-Rira bien qui rira le dernier très cher Ajite, nous verrons si vous êtes aussi parfait que vous le prétendez. Vous venez de placer la barre tout seul.
Défendre sa cause ne servirait à rien, Ajite était aussi persuadé que son cher paternel, qu'il était un parfait incapable fixé seulement sur la prochaine fille qu'il pourrait faire tomber dans son lit. Son père en avait toujours été persuadé, alors pourquoi le décevoir dans la conception qu'il se faisait de son fils ? Le prince se leva.

-Sur ce, faites ce qu'il vous plaira. Je vais à la cour interne du palais pour mon entrainement. Il replia la serviette sur ses genoux, la posant et l'aplatissant sur la table avant de tourner les talons et de partir.
Dégrafant sa veste brodée il la plia au dos et l'envoya à Wilhelm, se retrouvant en chemise ivoire les manches bouffantes qu'il remonta jusqu'au coude tout en marchant. Les dés étaient lancés, et si Ajite était si persuadé qu'il était incompétent il n'allait certainement pas l'en dissuader. Il attendrait le bon moment et prouverait à cette petite chiure qu'il n'avait rien à faire là, et certainement pas qu'il avait le droit de se la ramener avec ses leçons de morale.

Yddryin son entraineur depuis qu'il avait été en âge de tenir une rapière le salua d'une tape amicale sur le dos. C'était une des seules autres personnes qui avait le droit de prendre autant de libertés avec lui -sans oublier Henri- principalement parce que Ludwig ne se considérait pas du tout comme le meilleur sur un terrain de combat où des hommes de la garde avant combattu avant même qu'il soit né. Ces hommes il les respectait, et il était à un niveau égal avec eux, ce qui était très rafraichissant. les titres ici on les laissait au placard, et même s'il avait une éducation très différente d'eux il pouvait se dérider un peu et se détendre quelques heures. Quelques soldats le saluèrent d'un bras levé, avec quelques majestés lancés par les nouveaux, et il leva la main en reconnaissance sortant un lacet de la poche de sa chemise et s'attachant les cheveux avant de prendre sa rapière d'entrainement que lui tendait l'elfe chef entraineur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mar 20 Mai - 1:56

Heureusement pour lui, la réaction du prince était loin d'être désastreuse. il n'avait rien laissé paraître, Ajite pouvait il se reposer sur ses lauriers? Ludwig s'était levé pour aller à son entrainement, le fait de pas l'avoir sereiné pendant des heures était bon signe. Quelques efforts inutiles en moins. Il pourrait s'arranger pour caler cette discipline le plus souvent possible le matin.
Suivant son maître jusqu'au centre d'entraînement, Ajite remarqua que tout le monde saluait amicalement Ludwig, presque comme si il était leur égal. Quelle bien étrange atmosphère, bien moins tendue qu'à la cour. Yddryin avait rejoins le prince, saluant de la tête l'intendant, sans dire mot. Il allait de soit que sa présence ne devait pas attirer l'attention, une simple salutation était déja une gratification et une reconnaissance. Cela ne sera pas toujours ainsi.
Ajite s'asseya dans un coin, laissant l'entraînement commencer. Il ouvrit un livre et commença à calculer les dépenses du voyage et le trajet. Le roi avait proposé ce voyage mais il était dans le devoir du prince de tout organisé mais Ajite n'avait pas jugé utile de lui en parler, il avait mieux à faire et cela occuperait l'intendant pendant ses heures de latence.


Dernière édition par Hélisa le Mer 21 Mai - 1:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mar 20 Mai - 3:17

Esquive, attaque, feinte. Des mouvements qu'il avait apprit tant bien que mal sous la tutelle de Yddryin dès que son père avait jugé utile de lui mettre les mains aux armes. Huit an pour tout dire, mais au moins cela avait ses avantages d'avoir commencé si tôt, l'apprentissage de base et les autres entrainements étaient très vite rentrés. Ludwig avait de lui était un élève très appliqué dans son enfance et adolescence, c'est un peu plus tard que les choses s'étaient gâtées.
Ludwig feinta vers la droite, faisant un pas de côté vers la gauche au dernier moment pour éviter Yddryin et lui flanquer un coup de botte sur l'arrière train. L'elfe se retourna avec une grimace exaspérée et énervée de s'être fait avoir de la sorte, puis se mit à rire en voyant l'expression qu'affichait Ludwig. Le maître d'arme lui frappa l'arrière du crâne, et le poussa nonchalamment vers un banc pour boire avant la reprise.

C'était une bonne heure plus tard et quelques boutades que Ludwig s'installa à côté de son colle-au-cul officiel, bouteille d'eau à la main, jetant un coup d'œil rapide sur les papiers. Une liste énorme, qu'il reconnu immédiatement. Tout ce dont ils auraient besoin pour aller à Dangweth, un trajet qui durerait trois, voir quatre jours dépendant des chevaux ou du temps. Ludwig se pencha un peu sur la feuille, bras et jambes croisés, les sourcils légèrement levés.
-Dites, la nourriture pour les gens qui nous accompagnent d'accord. Mais pour les chevaux pensez au grain, sinon on mettra deux jours de plus.
Yddryin l'appelant le fit se relever avec un soupir. Et c'était reparti pour un tour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mer 21 Mai - 1:14

Il n'avait pas tord pour cette réflexion mais il n'avait, semblerait-il, pas daigné regarder tout en détails. Elle avait une carte répertoriant les différentes auberges, on pouvait en trouver une tous les 50Km, ce qui était largement suffisant pour nourrir les chevaux sans les fatiguer outre mesure.
Ajite ne tint donc pas compte de cette réflexion qui semblait venir d'un prince dépensier. Dire que des pauvres crevaient la dalle alors que monsieur s'inquiètes des chevaux, près à gâcher de la nourriture. Il ne la mangerais pas, pour ne pas la gaspiller.
Marmonnant dans ses papiers, calant sa bouteille d'encre contre le creux de son aine, comme toujours, Ajite se sentait comme dans sa chambre, il commença à se laisser aller dans ses pensées, comme Hélisa le fait dans ses appartements. Il s'étala sur le sol, scribouillant dans calculs interminables et des points de repères sur des cartes qu'il reproduisait. Tout ceci était comme une transe que personne ne pouvait interrompre, exceptions de certains cas bien sur, coup de pied, vol de document, dégradation de documents, prise de ses lunettes etc.
Les bruits d'épées claquaient dans l'air mais glissaient sur le corps de l'intendant, n'arrivant pas à l'attendre, même si ceux ci se rapprochaient dangereusement. Ajite y était presque, après 5 cartes, 38 parcours potentiels dessinés et 24 comptes calculés, il allait arriver à un point ou le trajet optimal serait posé sur papier, assez bien rédigé pour le présenter au roi.

-Parfait!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Dim 25 Mai - 17:43

Ça faisait au moins deux heures qu'il y était et Yddryin proposa d'en rester là, surtout que Wilhelm arrivait comme d'habitude à l'heure fixe avec une bouteille de cidre, du beurre et du pain chaud directement sorti du four. C'était une de ses extravagances, mais Yddryin ne refusait jamais le verre de cidre proposé, de ce fait c'était devenu une de leurs habitudes.
Ludwig se dirigea en direction du banc de tantôt en compagnie du maitre d'armes, et s'arrêta près d'Ajite allongé par terre. Son colle au train avait les cheveux légèrement en broussaille sur la tête et les doigts tachés d'encre, non seulement ça mais sa posture ne laissait absolument rien à l'imagination.
-Continuez comme ça Ajite et vous allez vous faire sauter dessus par la moitié du palais.
Il n'avait pas remarqué avant, c'était peut-être simplement la vue des jambes dénudés qui se balançaient dans l'air mais...Ajite avait apparemment un physique plutôt efféminé sous tout ce tissu. Ludwig avala une gorgée de cidre, toussa en écarquillant les yeux et de ce fait avalant de travers. Tandis que Yddryin lui tapait énergiquement le dos et qu'il toussait quelques gouttes lui piquant les yeux, tournait dans sa tête quelques mots éberlués. Ajite se rase les jambes ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Lun 26 Mai - 12:26

Malgré que cette réflexion lui soit passé à mille lieux au dessus de la tête, Ajite releva la tête pour voir la tête du prince souriant. Encore une remarque désobligeante surement, il n'allait pas se soucier de ce qu'il avait dit, vaut mieux laisser couler quand il remarqua sa posture. Flûte, zut et crotte! Totalement étalé sur l'herbe, laissant apparaitre des parties de son corps, enfin que les jambes, il y avait une belle vue à ceux qui auraient pu se trouver derrière l'intendant. Heureusement ce n'était pas le cas.
Se relevant très rapidement, il commença à se débarbouiller les doigts quand Ludwig venait de s'étrangler avec sa boisson. Avait-il remarqué quelque chose, la situation continuait d'empirer, c'était son second jour et aurait-il encore plus de doutes sur sa sexualité? Ajite repris rapidement ses papiers, les classa en toute hâte puis retrouva son maître.

-Reprenez vous, je vous prie. Sans vouloir vous presser, il sera bientôt tant de passer à votre cours de théorie tactique. Je m'en excuse auprès de vous maître Yddryin.

Le maître d'arme fit signe de la main qu'il acceptait que l'intendant récupère son élève pour le mener à ses prochaines occupations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Ven 30 Mai - 0:11

Ludwig roula les yeux au ciel, tout en ignorant les commentaires plus ou moins crus sur le caractère d'Ajite. de toute façon ce n'était pas de lui que l'on parlait alors les hommes pouvaient bien s'amuser comme ils le voulaient. Yddryin lui donna une dernière frappe énergique dans le dos, échangeant un regard qui en disait long avec le prince, semblant comprendre que celui-ci n'avait vraiment pas envie d'Ajite dans son entourage.
Ludwig flanqua une serviette propre sur ses épaules en essuyant d'un revers de main la transpiration qui lui goutait dans l'œil. Il avait chaud, beaucoup trop chaud pour cette période de l'année, mais apparemment la chaleur avait décidée de montrer son affreuse tête quelques semaines en avance. Il détestait l'été pour ça, parce qu'avoir chaud signifiait transpirer, transpirer signifiait puer, et puait ça voulait dire au moins trois à quatre douches par jour au lieu de ces deux habituelles. Il déboutonna sa chemise aux manques roulées par delà les coudes et entreprit de se sécher le torse en agitant, tirant, le tissu avec deux doigts.
-Allez y, allez y... Je vous suis...
Il roula de nouveau les yeux au ciel, de toute façon son précepteur pourrais bien attendre parce qu'il devait au moins se passer dans un baquet d'eau pour éviter d'empester la pièce. Wilhelm était déjà partit pour se charger de tout ça.

Marchant derrière son intendant en direction de sa chambre, pour faire ce rapide détour Ludwig se prit plusieurs fois à observer la posture, la démarche d'Ajite et même plus bas. Il n'avait pas fait attention avant -il n'en avait pas non plus eu l'envue- mais Ajite avait des traits très féminins, délicats même. Que ce soit dans sa démarche ou dans la ligne de sa machoire, voire ses lèvres qui, quand elles ne grimaçaient pas en le regardant- était très embrassa- Il se secoua soudainement, arrêtant de marcher quelques secondes pour secouer la tête. Il se dégoutait lui-même, mais refusait d'afficher une telle expression sur son visage. Ca aurait été n'importe qui d'autre, homme ou femme il n'aurait jamais fait un plat pour ça (pas qu'il aurait dragué la personne concerné si elel avait été de sexe masculin oh non) mais là il s'agissait d'Ajite ! L'intendant casse noisette dont il devait se débarasser le plus rapidement possible parce que...Parce qu'il n'aimait pas son attitude, et qu'en plus il avait été sélectionné par son père pour l'espionner. Faire le mouchard, il en était persuadé.

Avec une précipitation contenue Ludwig s'enferma dans sa salle de bain tandis qu'Ajite l'attendais assis dans un des petits canapés dans sa chambre. Wilhelm le détailla avec une expression légèrement inquiète parce qu'il était agité, et que ces doigts refusaient de coopérer correctement, laissant glisser une brosse d'entre ses doigts. Je ne suis PAS un souleveur de chemise ! Et encore moins si c'est Lui
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Ven 30 Mai - 0:34

pendant la douche de Ludwig, Ajite eut présumé qu'il avait largement le temps donner les détails du voyage à un messager afin qu'il le fasse parvenir au roi mais aussi changer certains formulaires et livres dans sa chambre. Limite prendre une douche aussi? Non, il ne fallait pas abuser, le prince ne serait pas de ses genres de personnes à se laver pendant trois heures, à se pomponner et se bichonner pour paraître plaisant pendant quatres heures et à choisir quel ruban à cheveux collerait le mieux à ses chaussettes pendant deux heures... En fait, réflexion faite, il aurait même le temps de repousser une guerre entre Dieux et sauver quinze fois le monde avant que monsieur ait fini sa toilette.
Il partit de ce pas faire ce qu'il avait prévu, le message passé, le roi ne tarderait pas à le recevoir et à mettre tout en oeuvre pour préparer au mieux le voyage, même si ils partaient dns seulement 6 jours. Un rapide passage dans sa chambre pour prendre un traité sur les déploiements stratégiques de l'ancienne égypte, classé suivant les périodes pharaonique et retour chez Ludwig.
Se pressant d'aller vers la porte de la salle d'eau, Ajite allait frapper à la porte quand le prince l'ouvrit en grand, presque entièrement dépoilé, une serviette tombante devant son sexe, tenu par sa main droite qui essuyait ses cheveux lisses et soyeux. Une vive chaleur monta aux joues de Hélisa qui détourna rapidement la tête pour ne pas montrer qu'elle était rouge comme une groseille. Avançant vers le lit, et sans détourné la tête, il fallait détourner l'attention en se montrant encore une fois désagréable.

-Seigneur, maître Exalion vous attends pour son cours, vous avez encore dix minutes pour être à l'heure. Je ne souhaites pas vous donner d'ordre mais vous savez que maître Exalion peut se montrer tatillon et que vous en subirez les conséquences.

Il fallait qu'elle s'aère, la chaleur ne voulait pas redescendre, pourquoi tout ça lui arrive à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Ven 30 Mai - 17:37

Quand Ludwig sortit de la salle d'eau...il eut toutes les peines à ne pas claquer la porte au nez de son intendant. D'une, parce qu'il était assez secoué, et de deux parce qu'Ajite venait de s'empourprer comme une jeune fille de bonne famille.
Pourtant, il résista l'envie du mieux qu'il pu et alla calmement se mettre derrière le paravent de change pour s'habiller. Wilhelm lui avait laissé des vêtements propres avec un petit message sur le dessus s'excusant de ne pas être disponible parce qu'il portait un message au Roi de la part de son intendant.
Ludwig pesta pour une fois, il pouvais se le permettre caché comme il l'était des yeux de quiconque. Sa lèvre supérieur se retroussa légèrement et il entreprit de se vêtir seul. Devoir s'habiller seul n'était absolument pas un problème, d'ailleurs il avaiat toujours détesté être habillé par d'autres quand il avait été enfant. Non ce qu'il le dérangeais c'était qu'Ajite se comportait de façon pire que son père ne l'avait jamais fait. Le prendre pour un lambin ? Lui donner des ordres ? Ha !
Ce type l'horripilait au plus haut point et il fallait vraiment, oui vraiment, se débarrasser de lui. C'était le comment qui posait problème. Enfilant un veston noir par dessus sa chemise crème il sortit de derrière le paravent et marchant s'attacha les cheveux avec une lanière de cuir. Wilhelm avait bien capté son humeur comme d'habitude, tout noir avec seulement la chemise de claire pour ne pas faire enterrement. C'était presque dommage que Wilhelm ne soit pas une femme, presque.
Ludwig faillit claquer la porte de ses appartements mais décida qu'il ne valait mieux pas même s'il portait comme d'habitude son masque d'exaspération suprême.

-Vous venez ?


Dernière édition par Ludwig le Dim 22 Juin - 0:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mar 3 Juin - 0:39

-Oui Seigneur.

Ajite n'ajouta pas un mot. Même si il était éreintant de rappeler les règles à ce prince, il fallait le faire régulièrement. C'était aussi appréciable quand il prenait les devants, faire des reproches n'était pas plaisant, loin de là, si seulement il pouvait le faire plus souvent, cela économiserait la santé de l'intendant, déjà surchargé de tâches.
La salle de cours se trouvait à l'aile opposée à celle de la chambre de Ludwig. Le silence était roi, aucun des deux ne s'adressa la parole, venant d'Ajite, cela aurait paru orgueilleux et déplacer de parler à son supérieur et le prince ne pouvait pas blairer son intendant, il n'allait donc pas chercher à communiquer le moindre mot à cette personne.
La porte se referma aussi calmement et en douceur que le silence qui avait accompagné les deux personnes dans le couloir. Maître Exalion attendait, près de la fenètre, observant tranquillement le centre d'entraînement. Cette homme faisait partie des professeurs qu'Ajite avait pendant ses cours afin de devenir intendant. C'était une personne d'une immense sagesse et d'une réflexion posée et appliquée quand à l'art de la guerre. L'odeur de la pièce enivra les narines de Hélisa. Une odeur de vieux cuir, de parchemins et de papier jaunit. Le bois d'ébène apportait une note sombre et vernis à ce maelstorm de senteurs. Tout ceci fit frissonner la demoiselle.
Le maître les salua, humblement pour Ludwig et légèrement pour Ajite. Il ne laissa rien paraître. Pour cet homme, il était l'heure de commncer, les mots seront de trop, il fallait réfléchir. Il sortit un goban, deux pots remplis de pierres blanches et dans l'autre noirs et s'installa sur un tapis arabe, a côté d'un thé encore fumant qu'il venait probablement de préparer. Il invita alors le prince à prendre place, le cours allait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Dim 22 Juin - 1:42

Ludwig se déchaussa, laissant ses bottes près de la porte et indiquant à Ajite de faire pareil, sauf que l'intendant avait prit les devants. Avec un léger haussement des épaules Ludwig, alla s'installer face à Maître Exalion, faisant bouger la première pièce avant d'avoir été proprement installé.
Le silence était roi ici. Quand il avait été plus jeune ce n'était pas avec ces jeux de stratégies qu'il faisait ses cours. La méditation avait été la première chose qu'il avait du savoir faire sans siller, sans s'endormir aussi. À cette époque, Wilhelm avait été élève avec lui. C'était peut-être pour ça que son valet était si posé. Lui c'était normalement un certain flegme qu'il affichait, une expression d'indifférence totale. Sainte palabre.

Il avait quelques difficultés à rester concentré sur le jeu -la faute à ce parasite qui était assis à moins de cinq mètres- et le maître lui lançait quelques regards quand il déplaçait tel ou tel pièce, comme pour lui montrer son erreur et l'interroger en même temps sur le malaise qui planait dans la tête de son élève. Il n’était pas dupe, il savait très bien que les deux ne s’entendait pas, et ça venait surtout du prince et son attitude. Ajite était un très bon élève, avec une soif de connaissance qu’il n’avait que trop rarement rencontré. Il secoua la tête, amusé. S’ils ne s’entendait pas, c’était parce qu’ils se ressemblaient trop.
Voyant qu’il n’arrivait pas à grand-chose avec son élève ils changèrent de jeu à la fin de la partie. Passant au majong, un terrain plus connu pour lui. Et Ludwig se redressa un peu, prenant du même coup un peu plus d‘intérêt pour le jeu. Ca faisait longtemps qu’il n’avait pas joué au majong, ou aux échecs. Il lui arrivait toujours de jouer au solitaire, mais c’était plus une manie quand il était seul dans ses appartements.
Pourtant il ne gagna pas, il ne gagnait jamais en réalité, assez pour piquer son intérêt et le forcer à revenir pour une autre partie. Ludwig était sûr -même s’il ne l’admettrait jamais publiquement- qu’il reviendrait souvent ici pour jouer avec le vieil homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Dim 22 Juin - 2:01

Portant un grand intérêt pour les parties qui s'enchaînèrent, Ajite était quelque fois amusé par les petites erreurs du prince. Certains coups, bon à la base, se retournaient contre lui par un manque d'attention dans sa défense. Ainsi en 3 coups, le maître réussi, au go, à récupérer des petits territoires qui étaient censés être mort et laissés à l'abandon. C'est une erreur fréquente quand on ne blinde pas ses pierres en laissant à certains endroit la possibilité de jouer 2 coups. Si l'un est bouché, l'autre sera toujours là pour protéger.

Le mahjong, ce jeu était quelque peu inconnu de l'intendant mais en voyant jouer le peu de partie que faisaient Maître Exalion et Ludwig, il put déceler quelques règles et retins certains coups qui semblaient interressant. Même si Ajite n'aurait pas fait mieux que le prince, il voyait que celui-ci ne pouvait pas se concentrer pleinement à cause de sa présence. Il fallait faire quelque chose, un truc tout simple afin d'améliorer l'apprentissage de Ludwig.

-Seigneur, Maître, je vous laisse à vos occupations. J'ai une affaires urgente à régler avec sa Majesté. Prince, détendez vous, je reviendrais après le déjeuner afin de vous menez à votre prochain cours. D'ici là, profitez du temps que vous avez pour vous concentrer sur votre cours présent.

Ajite se leva, prit ses chausses sans les remettre puis quitta la pièce sans bruit. De l'autre côté de la porte, Il les enfila doucement. Une affaire à régler... quel mensonge mais au moins le prince ne lui posera pas de questions, vu que son père est dans le sujet. Qu'allait-il faire à présent, il prit quelques minutes pour réfléchir, se trouver une occupation en dehors de ses appartements...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Dim 22 Juin - 3:30

Ludwig sursauta intérieurement tellement il avait été prit dans le cours du jeu. Ajite partait, peut-être qu'il pourrait mieux se concentrer ? Quand la porte se referma doucement derrière l'intendant et qu'il leva les yeux à ceux de Maître Exalion il avait un doute, le vieil homme souriait. C'est avec ce sourire qu'il rapprochait le plus à quelque chose de paternel qu'il écarta le plateau de jeu et entreprit de servir du thé nâa-naa. Ludwig accepta le petit verre de liquide presque bouillant; ce genre de thé ne se refusait pas. Lorsqu'il en avait bu pour la première fois, il avait manqué de s'étouffer au goût amer parfumé à la menthe. Auquel le maître lui avait souri une lueur pétillante d'amusement dans le regard et avait cité un des tout premiers dictons d'un longue liste.
Le premier verre est aussi amer que la vie. Le deuxième est aussi doux que l’amour. Le troisième est aussi apaisant que la mort.
Tous ces dictons n'avaient pas forcément d'importance, mais ils restaient, éduquant à leur manière. Enfant, il avait suspecté -et encore aujourd'hui- que son père ne connaissait pas réellement les précepts de ce "professeur", mais il n'avait jamais été accès curieux pour demander ou chercher à savoir.
-Tu devrais aller profiter du beau temps au lieu de rester à l'intérieur pour tenir compagnie à un vieil homme. Les juments poulinent, il y a sûrement beaucoup que tu puisse faire.
Le Prince pencha la tête sur le côté regardant la porte en fronçant les sourcils, puis reporta son regard sur le maître en ronflant -pour ainsi dire- par les naseaux.
-Oh ton intendant ne doit pas être loin, mais je te connais assez pour savoir que quand tu veux être seul tu sais le rester. Ajite viendra sûrement me voir. Je le garderais ici jusqu'au déjeuner, ça te donnera assez de temps pour aller voir tes protégés.
Ludwig hocha la tête. Ce n'était pas tellement une suggestion, et il était plus qu'heureux de sauter sur l'occasion. Il fallait de toute façon qu'il sélectionne les chevaux aptes pour le voyage, et puis il allait profiter de ce voyage à Dangweth pour emmener quelques bêtes. Rien que pour emmerder Ajite.
Il enfila ses bottes et avec un signe de tête et un très rare sourire il ouvrit et referma doucement la porte derrière lui. Il connaissait ce palais sans dessus dessous, et échapper à la vigilance des gens passants n'était pas une difficulté. Bientôt, il passait par une des portes de fond des écuries, pénétrant dans cet espace qui sentait la paille et au flottait la légère odeur d'ammoniaque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Dim 22 Juin - 4:04

Ajite errait dans les couloirs, plus pour se détendre qu'autre chose. Ainsi, traversant l'immensité du palais, il pouvait se laisser aller dans des pensées plus sereine. Finalement il se posa sur un banc dans les jardins, à l'abri des regard et s'allongea de tout son long sur la pierre polie. La fraîcheur du banc le fit un grand bien. Le ciel était dégagé, seul quelque volutes dégradait le bleu clair de cette voûte. Le prince lui donnait la migraine, et ce n'était que le début. Pendant encore combien de temps allait-il se comporter comme un adolescent en pleine crise.

L'heure du déjeuner approchait, il fallait aller reprendre des forces pour ne pas ce décourager de cette après-midi qui s'annonçait très très longue. Finalement, Hélisa aurait peut-être mieux fait de rester dans sa maison d'enfance et vivre comme une bourgeoise. Au moins elle n'aurait pas à subir tous ces sarcasmes pitoyable. La mine maussade, elle avalait en grimaçant la nourriture qu'on lui avait servi. Mangeant dans une salle à part, une sorte de pièce commune à tous les fonctionnaires, elle fut rejoins par le maître Exalion. Ce fut une énorme surprise de le voir mais aussi il était seul.

-Puis je m'assoir à côté de vous mon cher Ajite.

Celui-ci répondit par un geste bref de la tête.

-Je vois que le jeune prince vous donne du fil à retordre. Il a toujours été chamailleur, vous ne devriez pas trop en tenir compte. Je sais que votre faculté de réflexion est assez grande pour que vous jugiez convenablement vos adversaire, je me trompe?
-Je ne sais pas bien, avec lui on sait d'avance qu'on se prendra des attaques violentes, froissantes mais pas assez poussées. Comme si il tenait même pas à continuer ce qu'il commence.
-Je pense qu'avec le temps, vous prendrez conscience de pas mal de chose à son sujet. C'est comme une partie de go, tout n'es pas joué, avant que le plateau soit presque recouvert.
-Je suis vraiment découragé, cela fait deux jours que je suis ici, je ne fais qu'enchaîner les bourdes et même si je m'applique à la tâche, je n'ai aucun retour favorable de sa part. Je pense que je vais partir, si je me projettes plus loin, je ne vois que de la souffrance pour moi et de la colère pour lui. Si il ne veut pas se sortir de sa légèreté d'esprit, je ne pourrait rien faire de mieux.
-Vous devriez réfléchir plus posément à la chose. Je vais voir si je peux demander qu'on vous congédie toute l'après midi dans vos appartements et faites quelques exercices que l'on a vu ensemble. Ensuite prenez une vraie décision, pas avant. Je vais retrouver le prince pour le prévenir.

Le vieil elfe sourit et tapota l'arrière du crâne de l'intendant. Celui-ci était déjà perdu dans ses réflexions à un tel point que son repas refroidit au point d'en devenir infect. Par la suite il fit ce que le vieux maître lui avait suggéré, il s'enferma dans sa chambre et commença son rituel habituel, se dévêtir, se prélasser sur les papiers et les livres puis commença à méditer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Jeu 17 Juil - 5:04

Ludwig avait chassé les garçons d'écurie qui trainait sur les ballots de paille stockés dans un boxe vide. Ca n'avait pas été son intention, au mieux il les aurait ignorés, mais ils avait prit la poudre d'escampette, et c'était peut-être pour le mieux.
Roulant ses manches il ouvrit la porte d'un de ses étalons favoris, pas qu'il le dirait de vive voix, ça allait de soit. Voarick était un animal magnifique, un frison issu d'un lignée pure avec des sabots aussi gros que des assiettes, une crinière fournie et ondulée, une large tête proportionnelle à sa masse et de gros yeux bruns qui le regardait à chaque fois l'air de dire : 'Qu'es'ce que t'as toi ?'
Ca allait sans se dire qu'il le monterait pour le voyage, de toute façon il fallait qu'il le ramène au palais d'été pour le mettre sur les juments là bas. Pinçant le nez il passa la main sur la robe noire luisante, inspectant sa main pour voir si les garçons d'écurie avaient bien faire leur travail. Avec un snort dérisif il inspecta les fers, étant obligé de donner un coup d'épaule dans celle de Voarick pour que celui-ci daigne lui donner la jambe, Jean-fouttre. C'était passable.

-Mon Prince !
Ludwig roula les yeux au ciel. Si c'était pas l'un c'était l'autre. Et quand il était dans la compagnie de l'un il préférait celle de l'autre. Sauf pour découvrir qu'en fait ils étaient aussi chiants l'un que l'autre. Il avait pensé que c'était dommage que Wilhelm ne soit pas une femme ? Une insolation, très certainement. Il porta son regard condescendant sur celui que -visiblement- rien ne pouvait descendre.
-Oui, Wilhelm ?
-Ah, erm, j'ai pensé que vous auriez faim, et comme vous semblez vouloir éviter votre intendant le plus possible...
Oh. Quoique, réflexion faite...
-Moui, et qu'as-tu à proposer dans ce cas ?
-Erm, je suis allé en cuisine et-
Ludwig secoua la tête et sortit du boxe attrapant le bentô que Wilhelm avait à la main. Oh, c'était presque mignon (ouais, c'est ça) c'était quand même son boulot de penser à tout. Essuyant ses doigts sur son pantalon il mâchouilla quelques onigiris puis fourra la pomme dans le deuxième compartiment dans sa bouche. Il redonna le bentô à peine entamé à Wilhelm, croquant dans la chair de la pomme pour pouvoir parler avant de la refourrer dans sa bouche et d'aller dans un autre boxe.
-Mange. C'est un ordre.
Con comme il l’était il n’aurait même pas penser à aller manger, couillon. Wilhelm s’empressa de manger en vitesse, rougissant comme une tomate avec des cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Ven 18 Juil - 2:48

Hélisa avait fermé comme à l'accoutumée sa porte à clef pour éviter toutes intrusions imprévues. Elle s'étala sur son lit, glissant légèrement sur quelques feuilles de papier qui produisirent un petit bruit de frottement très agréable. La jeune métis soupira, le menton dans ses mains, le regard baissé, perdu dans le vague. Elle se mit alors à réfléchir sur ce que le vieux maître lui avait dit à table. Après tout, cela ne faisait que quelques jours et elle craquait déjà. Sans maison, discréditée devant son père, elle n'aurait plus rien à faire si elle abandonnait tout.

-Quel sacré salopard quand même, je me demande de qui il tient ce sale caractère... A moins que ça ne soit moi qui ne tienne pas de notre père...

Elle prit son oreiller dans ses bras et colla sa tête dedans. et se laissa aller, les yeux clos. Le sommeil allait s'installer quand la porte sonna de coups puissants. Hélisa se redressa vivement, faisant rebondir sa poitrine et rajusta ses lunettes, simple geste instinctif.

-Qui est là?, s'exclama-t-elle.
-Le prince et vous êtes conviez à un dîner diplomatique regroupant quelques nobles et le roi. Votre présence sera requise dès les 19h dans la salle du Lion d'argent.

Hélisa Fit une mine renfrogné, souffla un grand coup par les narines par dessus son épaule. Elle remonta la bride de son soutien gorge, releva deux mèches de cheveux avant de se décider de se lever et se rhabiller.
Juste avant d'ouvrir la porte pour rejoindre le prince, son demi-frère, elle noua sa ceinture de tissu autour de ses hanches. Deux tours de clé et la porte illumina la pièce qui ne la voyait jamais, Ajite s'imprégna de cette douce chaleur et alla frapper à la porte de la chambre du prince afin de lui donner la nouvelle, mais il était absent, l'intendant regarda sa montre à gousset et fit les yeux ronds. Il n'avait que quarante cinq minutes pour retrouver Ludwig dans tout le palais. Il faudra utiliser toutes les ressources et les serviteurs pour retrouver ce sale type.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mer 23 Juil - 1:20

Ludwig avait méticuleusement sélectionné chaque cheval qui ferrait le voyage jusqu'à Dangweth. Son étalon bien sûr, et toutes les juments qu'il avait sélectionné spécialement pour les laisser sur les pâturages pendant au moins un an et sa moitié pour les mettre à la reproduction. Ce n'était pas de sa faute si son père n'avait aucun intérêt pour les équidés, lui capable de ruiner le souffle d'un cheval juste pour arriver une demi-journée en avance au palais d'été. Avant que Ludwig ne reprenne l'élevage de certains des meilleurs chevaux de Celebalda, la lignée la plus pure, celle-ci avait été en ruines. Quel gâchis.

C'est avec un calme olympien, une expression neutre mais sereine qu'il rentrait seul des écuries. Chemise à jabots aux manches remontés au delà des coudes et cheveux défaits. Pour un peu on aurait pu croire qu'il avait batifolé dans le foin. Tss, comme s'il manquait autant de style. Déjà ça pique, ensuite ça pue, et pour finir ça fait éternuer...Et pourquoi pas dans la sellerie pendant qu'on y est ! Oui, son expression ne correspondait absolument pas avec ses digressions mentales.
Le Prince poussa les portes de sa chambres pour voir un Wilhelm en panique. Qu'il flanqua sans ménagements dehors avec un coup de botte magistral. Qu'il puisse se préparer en paix marde ! Il se sentait bien d'emmerder Ajite en faisant semblant de lambiner. Il se pressa dans la salle de bains, attrapant le change d'habits que Wilhelm lui avait préparé avant de s'enfermer. Bwah ah ah.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mer 23 Juil - 12:54

Ajite fut rejoins par Wilhelm tandis qu'il arpentait la grande cour afin de trouver un prince, presque dénudé, batifolant dans les buissons avec quelques courtisanes. Rien qu'à l'idée de le voir torse nue le dégoûtait, si seulement il pouvait s'épargner cette vue d'apocalypse...
Tout haletant, le servant avait du mal à reprendre son souffle, il avait dû courir de tout son sous. Entre deux souffles, il lâcha un petit "dans... sa chambre" ce qui suffit à l'intendant pour s'élancer vers les appartements de Ludwig, abandonnant Wilhelm, seul dans la grande cour.
Encore quinze minutes, Hélisa bouillonna, quel type irresponsable, si c'était un dîner regroupant plusieurs grands nobles, cela frôlait l'incident diplomatique. En plus de ça, c'est elle qui est responsable de ce grand couillon, elle va se faire taper sur les doigts à cause de lui. Si il était pas son supérieur, si elle était considérée comme sa soeur, il se ferait souffler dans les bronches correctement.

-Fais chier ce crétin, il mériterait que je lui botte le cul dans la salle, même si il n'est pas habillé.

Quelques serviteurs se retournèrent à l'intonation de la voix plus que des paroles. Entendre l'intendant avec une voix de femme, ce n'était carrément pas habituel. Se travestissait-il? Etait-il une grande folle? En tout cas, ceux ne connaissant pas le secret de son identité pouvait le penser maintenant mais tout cela lui passait au delà de la tête, le temps n'était pas à sauver sa réputation. Dans quelques heures, des rumeurs circuleront déjà entre les serviteurs, parlant de voix trop aigu pour être un homme équilibré, que vu sa corpulence, il pouvait se déguiser en femme, ou bien que le roi a pris un gosse qui n'avait pas encore mué pour intendant ou encore que c'était une femme qui se travestissait... Cette idée l'arrêta net, il ne fallait pas que les rumeurs se propagent.
Une petite halte ne changera rien au fait qu'ils seront en retard, Ajite fila vers les deux qui l'eurent entendu et leur tandis une pièce d'or chacun.

-Je compte sur vous pour stopper toutes rumeurs à mon sujet, c'est bien compris?

Acquiescent, ils partirent, heureux d'avoir reçu presque un an de salaire, sans demander leur reste.
Devant la porte de la chambre du crétin irresponsable de prince, Ajite tambourina fortement, enfin le plus fort qu'il était capable, et attendit une réaction. Juste un bruit d'eau répondit à son appel. Il fit tourner la poignée mais Ludwig avait fermé à clef. Bordel, ils vont vraiment être en retard à présent.

-Prince! Dépéchez vous! Le temps presse et nous devons dîner avec le roi!

Même si il n'appréciait pas son père, il pouvait au moins faire l'effort de se dépécher, même si dix minutes seraient trop courte pour arriver à la salle du Lion, ils pouvaient arriver encore à temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mar 5 Aoû - 5:18

Hurlant de rire en son fort intérieur Ludwig fit claquer l'eau sur les bords de la baignoire avec le poing, prenant garde au passage de ne pas mettre de l'eau sur ses habits propres. Pas qu'un peau d'eau ferrait du mal, mais disons le cul mouillé (parce que vous vous êtes assis sur le rebord) parce que l'eau vous à léché les fesses, ça ne le fait pas du tout.
Maître de la mode en tout genre et laveur en vitesse extraordinaire il était plus que prêt à partir, mais son arrogance et sa gaminerie le poussait à appuyer sur les boutons de son intendant, rien que pour emmerder Ajite qui devait paniquer. Et surtout être dans un sale état. >8D Bwah ah ah.

-J'arrives, j'arrives... eût-il sitôt fait de répondre, passant une main dans ses cheveux et se grattant de façon lasse derrière la nuque. Il lança un coup d'œil à la pendule mécanique, il avait encore quelques minutes pour faire paniquer Ajite, après quoi il aurait tout le loisir de ses cinq minutes pour arriver à l'heure.
Oh il pouvait bien tambouriner tant qu'il le voulait, la chaise coinçant la poignée ne cèderait pas, et puis les nobles qui viendrait il les connaissait, ils arriveraient tous avec un quart d'heure de retard comme le dictait l'étiquette. Son intendant pouvait bien se féliciter d'avoir une éducation de noble, mais ses connaissances laissaient à désirer, parfois.
Ludwig se laissa choir sur le bord de son lit, inspectait une botte puis l'autre. De toute façon cette mascarade il savait très bien ce que c'était. Son père n'avait qu'une envie depuis des années et ça c'était de le dompter, il essayerai tout, même lui trouver une femme. Mariages politiques de m-bref, il était encore dans de beaux draps. Au moins aucunes de ces pintades que son père avait sélectionnés ne serraient là. Ils dîneraient en parlant de toutes les alliances politiques entre telle ou telle famille et la leur. A la suite de quoi son cher paternel ou l'autre lui parlerait de la/sa fille, de combien elle l'admirait et patati et patata. Encore une joyeuse soirée en perspective.
Il tiendrait sa langue, si ce n'est pour ne pas se mettre ces familles à dos pour quand il serrait sur le trône. Mais ça ne l'empêcherait pas de décliner et retarder l'inévitable par tous les moyens. Avec un soupire las, très las il se força à se lever, à ouvrir la porte ayant dégager la chaise. Glisser entre Ajite et la porte et se diriger -les mains dans les poches- vers la salle de banquet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mar 23 Sep - 14:58

Ajite remonta ses lunettes sur le nez puis suivit Ludwig sans prononcer un seul mot. Il savait très bien que le prince se foutait royalement, si l'on peux dire, de sa gueule, mot qu'il ne prononcerait jamais en fasse de Louis, et que n'importe quelle remontrance ne changera pas la donne. Ils ne peuvent pas mutuellement se supporter mais l'un est avantagé, il est prince et maître de l'autre.

* Si seulement j'avais été présentée comme sa demi-soeur, j'aurais pu lui décoller les oreilles pour le trainer jusqu'à la salle* Pensa Hélisa.

Encore une fois, en elle s'insinua le sentiment de tout vouloir laisser tomber. Laisser ce prince idiot et désinvolte dans la fange dans laquelle il s'enlise... Mais le roi son père risque de ne pas apprécier. Si le royaume a des problèmes, ce serait à cause de sa lâcheté? Parce qu'elle a préféré laisser cet idiot seul et sans surveillance?

Ajite lança un regard mêlant tristesse et colère dans le cou du prince puis regarda de nouveau le couloir silencieux et froid qui allait les mener au banquet.

-Je suis désolé de vous avoir autant pressé, c'est de ma faute si l'on est en retard. Je vous ai laissé seul trop longtemps...

Bon, ces paroles ne risque de rien changer ni d'avoir de retour concluant mais Hélisa tenait à s'excuser pour ce manque de professionnalisme. Arrivé à la porte, le roi, fulminant attendait le prince avec impatience. Autant de mauvaises ondes ne pouvait pas, au début d'un repas, annoncer quelque chose de bien... Dans quelle galère Hélisa s'était finalement fourrée?


-Hé bien! J'espère que vous avez une bonne excuse pour justifier votre retard.

Aucune excuse ne le pouvait. Maintenant, on va porter un coup dans le dos du prince...

-Excusez nous majesté, rien de ce que l'on pourra vous dire ne pourra être pardonné. Toutefois, pour que cela ne se reproduise pas, je tiens à vous demander les clefs de la chambre du prince afin que celui ci ne s'enferme plus dedans.

Et toc!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Lun 22 Déc - 4:20

Merde, merde, merde...

Ludwig eût toutes les peines du monde à ne pas se tourner vers Ajite qui était resté deux pas en arrière à sa droite. A la place, il soutena le regard du Roi pendant deux longues minutes, le silence oppressent. Puis détourna les yeux, fulminant en son fort intérieur. Il incendia du regard le trône sur le dais, seul ses yeux trahissait ses émotions bouillonnantes, et le Roi s'avança impérieux. Bottes luisantes claquant sur le sol, cape pourpre trainante, et cane de mithril à la main.


-Une clé ? Balivernes Ajite, faites enlever les serrures de sur les portes de ses appartements. Il s'arrêta juste à côté de Ludwig, et appuyant le pommeau de sa cane contre la joue du Prince, força son visage vers le sien.
-Nous discuterons plus tard, fils. Et j'ose espérer pour toi, que tu te montrera digne de ton rang ce soir. Suis-je tout à fait clair ?
Ludwig fixa le long nez droit sous ses yeux, plutôt que regarder dans ses yeux, et hocha la tête. Il avait l'impression d'avoir perdu sa langue. Et le pire c'était de savoir qu'Ajite et Wilhelm ne se tenaient pas si loin derrière. Son père reprit d'une voix faussement enjouée, collant un sourire aussi faux sur son visage.
-Bien ! Que les musiciens s'installent, nos hôtes ne vont pas tarder.

Il s'ensuivit, durant deux heures, une cacophonie semblant interminable pour Ludwig. Diner diplomatique, mon cul ! Il haïssait ces 'soirées mondaines' ou on ne parlait que flatteries et commérages. Oui, ça avait explosé en proportions, comme d'habitude. Il fallait faire plaisir au peuple, pah !
Il s'était éclipsé au bout d'une heure, de sous les griffes de son père et de l'œil d'Ajite, même s'il devait saluer la Duchesse de ci, et le machin de ça c'était déjà mieux que rien.
Mais, à présent, il semblait désespérément vouloir se noyer dans son verre de vin. Face à lui, une pintade gloussait. L'alcool l'aidant à oser elle s'était pendue à son bras, et bien qu'il aurait bien voulu la dégager, il ne pouvait pas devant tout le monde. Il plaqua ce qu'il espérait être un sourire sur son visage.
-Et vous savez, la chose la plus curieuse, c'est que...blah blah blah
Je veux me tirer connasse.

Quelque part, un grand gong résonna. Miracle ! Et pour ainsi dire, sauvé par le gong. Il profita de l'instant d'inattention de la glousseuse pour glisser son bras hors du sien et filer. C'est avec un soupir de soulagement à peine audible, qu'il s'installa à la grande table à la droite du Roi ...et en face d'Ajite. Chier.


-Je vois que la fille du Général, Agaetë-vodhr, a retenu ton attention. Ce serrait une alliance judicieuse...
Son expression à lui devait être comique, face à lui Ajite pouffait silencieusement dans son verre de vin. Ses yeux s'étrécirent puis son visage reprit une expression neutre. Sous la table, il réussi à déchausser sa botte comme si de rien n'était. Il n'avait pas particulièrement envie de faire ça, Ajite était un homme après tout -berk- mais sa mesquinerie le poussait à le faire. De toute façon il n'irait pas bien loin, il en fallait si peu avec Ajite. Et avec un peu de chance Ajite penserais peut-être même que c'était le Roi qui lui faisait du pied. Il s'engagea dans une conversation avec Henri qui avait été installé à sa droite. Et contrairement à ce début de soirée immonde, la conversation était intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Mar 23 Déc - 18:13

Durant le début de la soirée, quand les invités se rassemblaient encore et n'en finissaient plus dans les formules aristocratique interminable, dès que l'un avait fini avec courbette, félicitation dans la tenue, comparaison de leur tenue, des noms et titres infinissable et incroyablement long, ceux ci passaient au suivant.
Les discussions s'installèrent, les nouvelles tendances, les modes à suivre et les choses désuètes qui rendaient les nobles ridicules. Toutes ces futilités qui n'amélioreront que le train de vie de leur petite personne et pas celle du peuple et du royaume. Une réunion diplomatique... C'était donc ce terme si grandiloquent qui finalement cache la frivolité et la bêtise de la noblesse. Si elle avait su, elle se serait faite porter pâle pour rester dans sa chambre avec sa paperasse à ranger et ses livres à étudier.
Pendant un instant, et profitant de l'occupation du prince, elle s'éclipsa quelques minutes pour faire retirer la serrure de la chambre de Louis. Celui ci risquant fortement en fin de soirée de fermer les yeux sur sa dignité et repartant avec des libertines, il n'aimera pas être dérangé le lendemain, raison de plus pour le lever en fanfare.
Quand Hélisa revint, Louis était acoquiné d'une charmante noble d'un rang élevé, gloussante et pompeuse, c'était flagrant qu'il désirait plus décamper en vitesse plutôt que de rester avec sa charmante personne. Hélisa mit sa main devant le visage afin de réprimer un gloussement mesquin en faisant mine de remonter ses lunettes. Cette situation l'amusait au plus haut point, il payait enfin de ses méfaits, même si ce n'est pas une vengeance de sa part, elle se délectait de sa situation.
Malgré tout un léger picotement dans la poitrine la rendait sensiblement jalouse, elle aussi voulait faire parti de ses personnes, qui se complaisent dans leur luxe. Elle était la fils d'un roi, son sang se sentait insulté d'être renié comme ça au rang des invisibles servants de la cour. Personne ne lui prétait attention, voir même la contraignait de s'écarter de leur chemin, comme une souillon qui venait de salir leur monde parfait. Il fallait qu'elle reste à sa place et rien ne changerait la donne.



Voilà enfin le dîner. Cet apéritif surchargé en courtoisie, hypocrisie et bouffe laisse place sur un étalage... de bouffe, de courtoisie et d'hypocrisie... Mais assise. Cette fois-ci on accorde un peu plus de considération à la personne de Hélisa, enfin la conversation tourne plus autour du prince que des affaires d'état. Entre une pintade contant ses plans pour rentrer dans le lit de Louis tout ceci orchestré par le voisin de gauche en alégro roto goinfro, le chef d'orchestre est un duc au faciès porcin, nourrissant plus son jabot que sa bouche. Quelle horreur!
En face, Louis se faisant encore draguer par quelques vieilles peau cherchant son cul, cette pensée failli faire éclater de rire Hélisa qui retint son gloussement le plus possible, ses yeux plissés, ses pommettes remontées et ses épaules sursautant ne purent passer inaperçus aux yeux pas assez imbibés du prince.
Cherchant quelque chose d'autre à regarder pour ne plus croiser le regard furieux de Louis, Hélisa sentit quelque chose contre sa jambe. Au départ, elle crut que c'était un coup perdu parmi tant d'autres mais cela recommença, insista et soulignait la longueur de sa jambe. En plus le pied était nu. Elle regarda autour d'elle et vit un sourire narquois du prince, un coup d'oeil rapide et une étincelle de méchanceté qui passa dans la pupille. Il feignait parler au seigneur Sviles mais il avait l'air de plus s'occuper de son intendant que de la conversation.
La jeune fille sentit la rougeur monter aux joues, elle tremblota puis gigota, ce que ses voisins n'appréciais nullement. Hélisa tenta de repousser le pied qui ne cessait de monter et frotter la jambe. Il était doux et les frissons qui parcouraient Hélisa n'étaient pas si désagréable mais sa pudeur la mettait mal à l'aise. A un moment, le pied monta trop haut, presque à toucher l'entrejambe, ce qui fit pousser un petit cri aigu à l'intendant. A présent tous les regards étaient braqués sur elle/lui. Encore plus rouge qu'une pivoine, l'intendant prit congés rapidement, sous les huements, les critiques piquantes et les ragots insultant qui régissaient désormais le dîner.
Hélisa claqua la porte, les larmes aux yeux et s'élança dans les couloirs sombre et froid pour regagner sa chambre et s'y enfermer. Sur le chemin, l'un des serviteurs annonça que la porte de la chambre du prince était dépourvu de serrure mais Hélisa n'avait plus le cœur à sourire sur son coup. A présent, elle voulait simplement disparaître des mémoires, de la honte qu'elle eut, de celle qu'elle avait procurer à son père et des ricanements incessant qui résonnaient dans son crâne, le visage du prince en premier plan, les yeux débordant d'une victoire totale.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première assignation   Dim 23 Aoû - 21:54

Henri avait passé la soirée à essuyer les demandes plutôt directes et successives de quelques dames, il ne saurait dire si c’était l’appât du gain, sa réputation de coureur de jupons qui le rendait si attirant, voir alléchant au regard d’une certaine jeune veuve. Il avait retenu son nom, simplement parce qu’elle l’avait regardé comme s’il était un délicieux dessert sur lequel elle aimerait mettre ses ongles manucurés, ça l‘avait grandement amusé. Peut-être qu’il passerait encore une soirée bien accompagné, sait-on jamais.
En tout et pour tout il avait passé une bonne soirée, jusqu’à ce que Luis recommence à faire des siennes durant le diner. Il avait bien compris que le Prince ne suivait pas tellement le fil de la conversation même si c’était plutôt discret, mais il ne pouvait se tromper sur la lueur dans ses yeux. Il ne pensait pas que ça irait plus loin que ça alors il se resservi un verre de vin, gratta l’arrête du nez en soupirant et s’enfonça un peu dans son siège. Enfin, jusqu’à ce qu’il ne remarque l’inconfort de l’intendant. Henri donna un coup de coude discret mais assez fort à Luis persuadé qu’il devait en être la source et regard aux sourcils froncés qui lui fût adressé ne pouvait que le confirmer. Henri se pencha un peu vers les sourcil froncé lui aussi.
-Arrête. Qu’Est-ce que ça t’apporte ?
Le Prince lui adressa de nouveau un regard agacé mais ne l’écouta pas plus que ça. Ajite ne réussi pas à tenir, pas étonnant. L’intendant s’excusa sous les rires et moqueries et par la rigidité de sa posture Henri savait qu’il se retenait de courir. Pauv’ jeune. Henri s’excusa à son tour, flaquant discrètement un coup de coude «accidentel sur l’arrière du crâne de Luis. Il déambula calmement jusqu’à ce qu’il ai fermé la porte puis trotta pour rattraper Ajite, sauf qu’il avait détalé comme un beau diable. Henri se dirigea vers les appartements de Luis et donc ceux d’Ajite. Le noble toqua doucement à la porte, il allait être la personne à laquelle Ajite s’attendait le moins.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première assignation   Aujourd'hui à 11:26

Revenir en haut Aller en bas
 

Première assignation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Première assignation
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Première mission
» "Ne lui jetez pas la première bière..." [The Simpsons]
» Le 26 mai... La première armée permanente française...
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Inwerin :: Celebalda Capitale Elfique :: Aranalda-
Sauter vers: