AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Grabuge dans les latrines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Grabuge dans les latrines   Lun 24 Mar - 13:55

[Warning, explicit yaoi content]


-Oops… Oh attends, j’te donnes un coup de main ?

Second hurlement terrifié et bruit mat se répercutant dans la salle commune par la porte close. Manquerait plus qu’il ai dit avec son énorme sourire : « Bisou Magique ! »

Le bretteur, encore sonné par la douloureuse et brusque fermeture, empoigna Paddy par les cheveux et, comprenant que sa chère lame dormait à poings fermés sur son siège rembourré, la coquine, embarqua le dunpeal jusqu’au mur le plus proche.
Haletant, il marmonna dans sa barbe, après avoir hésité quelques secondes :
_ Tu..
Relâchant la pression de sa main, il la fit glisser jusqu’à l’épaule.
_ Qu’est-ce que tu fais ?
Fort heureusement que Torgan ne sut pas rougir. Il redoutait de comprendre le ridicule et l’explicite de la situation.
Paddy adressa son meilleur sourire débonnaire au bretteur, mettant ses mains sur les épaules de celui-ci avant de faire la moue.
-Quoi, tu n’en as pas envie ? C’est mon minois que t’aimes pas hein ?
_ Beuh.. Mais j’ai rien dit de tel.. ?
Le dunpeal se laissa tomber subitement à genoux, attrapant Torgan par le haut du pantalon pour éviter que celui-ci ne se dégage.
-C’est pas grave, t’auras qu’à penser à quelqu’un d’autre.
Paddy n’attendait pas vraiment une réponse. Il empoigna les lacets en cuir du bretteur et tira les ficelles pour pouvoir lui dégager les hanches, et vit vraiment de face ce qu’il n’avait qu’aperçu.
-Oh…
Il en bavait presque, répondant sans hésitation à l’envie de goûter l’organe qui semblait avoir pris un certain intérêt, alors que Torgan semblait afficher le contraire sur son visage. Faire ça avec quelqu'un qu'il ne connaissait pas, il s'en fichait pas mal. Du moment que le dit choisi ai une belle gueule.
De la pointe de sa langue il traça un sillon mouillé sur la grosse veine du phallus gorgé sous ses yeux; de la base jusqu’à la tête, roulant les yeux vers le haut pour voir le visage du bretteur.
Il les rabaissa, ouvrant la bouche pour l’englober, relaxant les parois de son gosier pour tout prendre, lèvres serrées autour de la chair brûlante.
Alors il fit le chemin inverse, gardant ses lèvres serrées sur ses dents, usant de la bille percée dans sa langue pour -il le savait- augmenter la sensation. Le plaisir. Le goût musqué dans sa bouche lui donnait envie de gémir, appétant comme rien d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Lun 24 Mar - 16:28

En réalité, il était premièrement perplexe, sa bouche affichait un pli inquiet. Mais que..
Ses yeux s’arrondirent lorsque le dénommé Paddy s’accroupit.
Dans un premier temps il joua la sainte nitouche :
_ Arrête ! Arrête ! Cesse ! … Je t’en supplie ! Arrête ça tout de suite !
Mais le gamin -Torgan allait sur sa trentaine- continuait, et même ! Il en remettait une lampée !
Ses gestes lui semblaient atroces, et pourtant, quel délice.. Depuis le temps, il avait oublié à quel point c’était…
_ Ah nan mais ! Arrête ! T’es un mec bon sang de bordel de merde !
Il ne parvenait plus à comprendre la logique de la sensibilité humaine, c’était désormais inutile, on s‘en tamponnait royal en vérité. Il en oublia vaguement que celui qui avait pris en main, et c’était le cas de le dire, la situation, était un homme.
_ Oh.. Ah bah t’as pas la luette atro-ah-phiée toi…
Quand il eût soudain une idée. Une envie. Dans l’état actuel c’était approximativement la même chose, on n’allait pas chipoter.
Il attrapa violemment les joues de Paddy d’une main, lui faisant lâcher le jouet frétillant qu’il avait dans la bouche, et le releva à demi.
Sa voix trembla légèrement :
_ Retourne toi, et mets tes mains face au mur.

Le jeune homme parut hésiter, mais il s’exécuta, plaquant ses mains sur le carrelage blanc brillant.
L’entourant de son bras Torgan resserra à la gorge, le tirant en arrière pour le plaquer contre un autre mur, dans un espace plus intime encore. Les double battants permettraient peut être de diminuer l’intensité du bruit qui pouvait s’échapper de leur gorge se dit-il en reluquant la porte. Torgan ignorait tout du stratagème de la clef. Un semblant de sourire puissant fit ressortir ses dents au ton crayeux. Avec des gestes à la fois lents et précipités, il déculotta Paddy, l’envie lui descendant depuis le creux de l’estomac jusqu’à un point particulier qui était de plus en plus lourd et raide à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Lun 24 Mar - 20:16

Paddy cessa son petit manège, relâchant l’organe dans sa bouche avec un ’pop’ presque indécent. A genoux aux pieds du bretteur il ouvrit des yeux un peu ronds, mais se laissa relever sans ménagement. Dire qu'il était surprit était un sous-estimation.
-Euh attends là, je croyais que- eh !

Tellement étonné il se laissa entrainer comme une poupée de chiffon par le bretteur, jusque dans une des stalles privés, eurf.
S’il n’avait pas mis les mains il se serrait pris le carrelage dans la figure. Plaqué au mur il regardait par-dessus son épaule avec un air légèrement éberlué. Pas que la situation lui déplaisait, juste qu’il n’avait pas visé la tournure que prenait les événements. Mais alors pas du tout. Se faire sauter en vitesse, ‘wam, bam, merci bien’ ça lui était déjà arrivé. Ce n’était pas très flatteur mais en même temps lui il en avait pas grand-chose à faire, ça faisait des mois qu’il n’avait pas couché avec quiconque. Homme ou femme.
-Ah ! Attends. Ne fais pas quelque chose que tu vas regretter.

Il se retrouva déculotté, enfin presque, Torgan semblait visé que sur un seul but. Un frisson remonta le long de son échine, ses ongles cherchant à s’enfoncer dans le carrelage.
-Attends, attends. Si tu fais ça..c’est pas si simple !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Lun 24 Mar - 20:30

« Ca fait un moment que j’en ai envie, mais j’avais oublié depuis quand ça me taraudait. » Souffla Torgan en un murmure rauque dans la nuque tapie sous les cheveux du dunpeal. «En fait, ça fait un bout de temps que je ne supporte plus les femmes, mais l’idée de m’amuser avec le même sexe ne m’avait jamais effleuré… ». Son haleine sentait la bière, et ses cheveux lui revenaient devant les yeux.
Il prit son membre en main et donna un coup de rein en direction du mur, Paddy entre deux. Il le fit descendre lascivement le long de la raie blanche des fesses à la peau de bébé que son partenaire possédait.
« Je suppose que tu ne veux pas que ce soit trop douloureux… Tu termines ce que tu as commencé ? Ca facilitera le passage… Qu’en dis-tu ? »
Le bretteur devenait relativement fou, fou furieux, se passant la langue sur les lèvres il appuya un peu son torse sur le dos tiède qui lui faisait front pour bien lui faire sentir le désir tapi au fin fond de ses bottes qu’il lui avait fait ressortir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Lun 24 Mar - 20:46

Joue plaqué contre le carrelage blanc et froid, Paddy trembla, frissons chauds et froids courant sous sa peau. Il n’aurait jamais pensé que ça irait aussi vite, que le bretteur sauterait comme ça, sur le moment.
Il arrivait à peine à distinguer la forme de Torgan dans le blanc devant ses yeux, la chaleur de son propre souffle haletant embuant le carrelage. Il cambra les reins avec un gémissement, se mettant sur la pointe de ses pieds bottés.
-J-je connais Maeglin. Il est du genre à prévoir ce -ah- genre de chose.
Même s'il clamait le contraire. Cette salle d’eau servait certainement plus aux petites sauteries qu’à leur utilisation première.

Le dunpeal poussa un peu contre le carrelage, se dégageant facilement, mais à regrets. Il frissonna au regard du bretteur, ventre noué d’anticipation, faisant réagir son corps de manière très particulière. En plus, être encore pratiquement habillé rendait le tout encore plus grisant.
Paddy se détourna de ce regard chauffé à blanc, pour aller fouiller dans le petit placard sous l’évier. Derrière les rouleaux de papier, les ustensiles de nettoyage il trouva ce qu’il cherchait.
Le dunpeal se releva, pot d’onguent à la main et vit le reflet de Torgan dans le miroir. Son cœur battait à une allure folle, bouche entre-ouverte. Il hésita un instant, mais ce fût suffisant. Suffisant pour que l'autre se moque, le muffle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Lun 24 Mar - 21:07

En apercevant le pot, le bretteur éclata de rire, un rire franc et frais, poussé par sa vision de Paddy. Il avait l’air d’un agneau qui désirait qu’on prenne soin de lui dans la bergerie, ne manquait plus que la paille à ajouter à leurs ébats. Un faible distance les éloignait, que la donnée indispensable de ce qui se déroulait désignait en se courbant, les caresses se faisant de plus en plus lointaines à sa chair en ébullition.
Torgan baissa la tête et émit un petit rire.
« Y a pas à dire… »
Abattant la distance qui les séparaient, il prit des mains de son beau compagnon de latrines la lotion et les posa gentiment sur le bord du lavabo de la petite cabine, décidément, ce Maëglin avait des goûts de luxe pour étoffer le confort de son auberge. Quand soudain une lumière rouge s’étala brusquement dans son esprit, accompagnée d’un vieux « TILT » grésillant comme un criquet.
« Tu.. La porte est fermée hein ? » Puis, un instant d’hésitation, mêlée à de la réflexion. « T’as prévu le coup petit malin. »
Il avait failli l’appeler, « petite maline ». N’empêche qu’il aurait juste fallu qu’un gars un peu bourru, ou un peu bourré, entre, et c’était foutu pour eux, bastonnade anti-gay, wahoouu.
Détaillant encore la beauté masculine du jeune, il aperçut un léger sourire lui tordre les lèvres. Bah bien sûr… Suis-je con.
Torgan leva les yeux au plafond lumineux latté de bois verni, mais les rabaissa vite en direction de l’origine de son envie furieuse, sur laquelle il se reconcentra vite. Il fit glisser subrepticement ses doigts rugueux vers les lacets qui bloquaient l’accès à ce qu’il voulait. Finissons le travail maintenant. Les filins ne lui résistèrent pas, peut être était-ce une habitude ?
Tout en jetant des coups d’œil dans le miroir au dunpeal, qui faisait une demie tête de moins que lui, il attrapa à son tour l’organe déjà grossi par la situation et commença son manège, tandis que l’autre main avait entamé la découverte du dos et.. Tomba sur une, non deux, billes de métal. Ravi il les titilla, bousculant un peu Paddy contre le lavabo et répandant son haleine chaude dans son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Mar 25 Mar - 1:33

Paddy bouda, sortant sa lèvre inférieure comme pour mieux montrer l'anneau qui passait dans celle-ci. Il osait se moquer de lui ? Mais ça n’avait rien de drôle !
Le piercing de sa langue claqua contre l’intérieur de ses dents. Juste à cause de son physique resté un peu adolescent, le bretteur le prenait vraiment pour un gamin. C’était désopilant. Il secoua la tête, sourcil percé jonglant vers le haut, fixa le bretteur dans le miroir.
-J’ai quatre, peut-être cinq fois ton âge. Ne me prend pas pour un innoc- ah…

Sa tête retomba en arrière avec un gémissement aigu, ses ongles peints en noir grappillant contre les rebords du lavabo. Sa lèvre inférieure se coinça entre ses dents.
Cambrant une fois de plus ses reins, il frottait son derrière contre l’entrejambe du bretteur, avec des petits bruits étranglés. Le mouvement de va et viens sur son membre manquait d’être de trop, sans parler de l’autre main qui jouait avec le piercing sur ses reins.
Il posa une des siennes sur celle de Torgan, arrêtant ses mouvements en agrippant celle-ci au poignet. Il fixa le visage du bretteur dans le miroir, momentanément arrêté par leurs aspects à tous les deux. Lui les cheveux défaits, pantalon baissé autour de ses cuisses et pull moulant remonté sur ses côtes. Torgan encore habillé derrière lui, bras presqu’enroulé autour de sa taille, et yeux brillant d'un lueur de folie, il frissonna.
Le tableau n'avait rien de romantique loin de là, et il aurait pu en rire. Presque. Mais ce regard, il avait croqué plus qu'il ne pouvait en mâcher peut-être ? Non le tableau n'avait absolument rien de romantique, il dépictait seulement une chose, très crue : deux hommes avec une furieuse envie de baiser. Et ça avait le mérite de l'exciter follement.

Sa voix avait pris une tonalité de presque chuchotis, légèrement rauque. Une voix de chambre, faite pour ça.
-Arrêtes de jouer...veux-tu ? Sinon ça sera fini avant que ça ait commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Mar 25 Mar - 21:09

Le bretteur s’ébroua, sursautant de l’arrière train, et se dégagea de l’emprise de la main.
Il se pencha sur le dos de Paddy, l’accompagnant du buste pour qu’il s’incline et puisse se faire dompter ; sa main restante tendue trouva ce qu’elle cherchait : le pot d’onguent. En se retirant il balaya de son menton piquant le creux de la colonne vertébrale du dunpeal, dont le bas s’ornait de quelques billes qui furent découvertes par la langue du bretteur, puis les dents. Jamais il n’avait couché avec quelqu’un possédant autant de bijoux sur tout le corps.
Il avait chaud, la sueur allait s’immiscer bientôt dans ses vêtements déjà négligés par le voyage. Sa veste de cuir dégringola, puis ce fût le tour de sa chemise tâchée de poussière et imprégnée ça et là de gouttes de sang séché, dévoilant son torse quasi imberbe couturé de fine zébrures plus claires sur sa peau ou de marques plus conséquentes. Du coin de l’œil il observait l’autre tête dans le miroir, ces yeux qui ne le quittaient que rarement. Faisant monter en lui cette envie de les lui faire fermer de douleur et de plaisir, de l’entendre haleter et de sentir son corps se cambrer sous son joug.
Paddy était un homme, ouai, mais il allait l’enfourcher comme une femme après lui avoir soulevé ses jupons. Tel est pris qui croyait prendre. Au départ c’était lui qui l’avait provoqué dans ces rest-room, pas Torgan, mais il avait suffi qu’il lui fasse remonter tout ça, d’un regard mi lubrique, mi attendrissant, et noble ou pas noble, le bretteur avait maintenant un fer rouge entre les jambes. Et il n’était pas question qu’il se fasse prendre, cela ne ferait que répandre, que Torgan avait des penchants de minette, or, au grand jamais, il n’avait pas été élevé comme cela, c’était honteux voilà tout.
Le couvercle chuta bruyamment sur le sol carrelé. Ce qui n’arrêta pas le bretteur qui ne prit pas la peine de le ramasser. Il étala la crème suintante de promesses autour de l’orifice tendu vers lui, terminant par une caresse poignante sur son membre et enfin il entra sans crier gare.
Il commença, prudemment tout d’abord, pour ne pas faire mal au dunpeal ni à lui-même, c’étaient sensibles ces choses là. Un « ah » fut trahi par ses lèvres lors de son entrée mirobolante.
Il entama peu à peu son domptage, remuant de la croupe de plus en plus vite, de plus en plus violemment, laissant échapper par intervalles réguliers un soupir rauque crevant de contentement, tandis que ses mains agrippaient les fesses blanches de Paddy. Le passage était rude, il devait avoir mal, mais Torgan n’en pouvait plus, c’était bon, il le savait, en tout cas pour lui, et les petits cris étouffés du dunpeal lui rappelaient une prostituée rousse avec laquelle il s’était acoquiné un dimanche après-midi.
Tout ça montait en déferlantes, le plafond n’était plus très droit, sur sa peau perlaient quelques gouttes de sueur. Il avait le sentiment de cogner, de cogner l’autre jusqu’au fond, il lui arrachait des gémissements, serrant les dents lui-même, jetant la tête en arrière, ouvrant les lèvres. Bordel que c’était bon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Mar 25 Mar - 23:41

Le dunpeal tremblait légèrement sous les assauts de faux préliminaires. Les mains rugueuses par le travail et l’épée, la barbe de plusieurs jours, qui grattaient sur la peau de son derrière et de son dos le faisait frissonner d’anticipation. Le claquement au sol le fit sortir dans la presque torpeur dans laquelle il s’était plongé, et il sursauta au contacte du gel froid. Pourtant le bretteur ne prit pas son temps de le préparer.
Paddy remonta sur la pointe des pieds, sifflant entre ses dents, enfonçant une canine dans la commissure de ses lèvres. Un bruit étranglé força le passage dans sa gorge, comme poussé hors de sa bouche par le bretteur, par ses gestes brusques et infléchissables. Ca brûlait comme les putains de flammes de l’enfer, même si Torgan était obligé d’aller moins vite qu’il l’aurait voulu, mais ça brûlait quand même.
Les bras du dunpeal lâchèrent prise, et il se retrouva étalé sur le comptoir des lavabos, joue pressée contre le marbre froid qui s’embuait à chacun de ses souffles haletants. Ca faisait mal, juste assez près de sa tolérance de la douleur pour que tout son corps se torde partagé entre les deux extrêmes. Torgan prit un rythme sans merci, qui le faisait sauter vers l’avant à chaque coup de boutoir. Sa peau se couvrit bientôt de sueur. Ses cheveux collaient à son front et ses joues. Il haletait, gémissait, miaulait même. Il ne se retenait plus. Le bretteur cherchait presque à le déchirer, attentif à son seul plaisir, son seul besoin. Besoin pressant de jouir au plus vite.
Le dunpeal força ses coudes sous lui et se releva sur ses avants bras tremblants, yeux fermés et cheveux dans tous les sens. Il se pencha plus en avant, cambrant ses reins vers le haut en écartant encore plus les cuisses. Hurla soudainement. Vague de plaisir intense déferlant dans tout son corps comme un coup de fouet électrique.
-Là !
Il poussa contre Torgan, força son rythme sur celui du bretteur. Ses hanches à aller à la rencontre de celles de l’autre. S’il avait pensé qu’il était à sa merci il se fourrait le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! Un gémissement aigu.
…Quoique.
Il ne savait pas si le bretteur l’avait comprit, peut-être pas, mais il avait anglé ses hanches juste comme il le fallait pour- un cri miaulant. Suivit par d’autres.
Chaque piston du bassin de Torgan l’amenait de plus en plus vite vers le paroxysme de son plaisir, la chair entre ses cuisses, brûlante et moite. S’appuyant sur un seul coude il se rallongea partiellement sur le comptoir, glissant sa main entre celle-ci et son torse. Ses doigts glissèrent sur les billes percées dans un de ses mamelons et il tira dessus, se titilla.
Puis sa main suivit la ligne de son ventre. Passa par-dessus son nombril percé jusqu’au lit de poil noir et l’organe dressé là.
Il se négligea lui-même, pour aller plus loin. Glisser sa main entre ses cuisses, caresser autour de son périnée et de l’orifice ou Torgan s’était si hardiment niché. Ses cris étaient étouffés par le marbre, et le bruit de chair claquant contre la chair.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Mer 26 Mar - 22:23

Les balbutiements de la rousse euh.. De Paddy, semblaient jaillir de sa gorge pour finir noyés dans les profondeurs du lavabo auquel il s’accrochait tant bien que mal sous les coups de Torgan ; qui enfourchait sa monture de plus en plus dru, son organe apparaissant toujours plus intensément à son esprit.
Sa bouche s’arrondissait, sa main droite s’enfonçait littéralement dans la peau laiteuse, la creusant, et pressant les fesses de Paddy avec force pour s’équilibrer lui-même dans le mouvement. Manque d’habitude of course. De l’autre main, il se faufila jusqu’au point G, contournant du toucher la hanche fine qui faisait obstacle à ce qu’il voulait, comme s’il cherchait à s’exciter doublement en tâtant un prolongement de son membre érigé comme un pieu acéré.
Son poing saisit le phallus restant qui prenait l’air froid des latrines, abandonné. Alors que Torgan ralentissait la cadence, éreinté par sa précipitation première, il constata avec trouble de la -fort- bonne constitution de ce qu’il tenait.
_ « Oho, pas mal du tout.. » Lâcha-t-il sur un ton un peu abruti par tout ce qui affluait vers son bas-ventre.
Le bretteur essoufflé desserra l’étreinte de ses doigts pour masser l’organe de Paddy, tout en accentuant bien sur la descente avec son pouce. Le corps qui remuait sous lui était brûlant !
C’était donc ça se faire un homme ?
Le bretteur rejeta la tête en arrière pour décoller les quelques mèches qui lui brouillaient la vue et cligna des yeux, réaccélérant ses allées et venues pour ne pas casser le rythme de pénétration. Cette dernière se faisant de plus en plus aisée maintenant que Paddy s’était détendu, au fur et à mesure, et au gré des assauts répétitifs du bretteur en cet univers inconnu.
Quand Paddy hurla de toutes ses cordes vocales.
Un frisson vicieux mais cruellement enchanteur irradia le dos du bretteur, le laissant béat intérieurement, conquis l’espace d’un instant par autant de vigueur. Mais comment pouvait-il se laisser prendre comme ça… Non… C’était une mauvaise id.. « AH.. ! » Dès qu’il aurait eu ce qu’il voulait, il se débarrasserait de cette folle, si tenté qu’elle pourrait marcher droit. Torgan doutait, en proie à une légère panique, il ralentit. Ce qui sembla laisser un répit à Paddy pour .. Miracle ! Doublé d’un miaulement à vous réveiller Morphée.
En rehaussant son petit derrière, Paddy provoqua dans toute la colonne vertébrale de Torgan une vague jouissive de plus. Ce dernier lâcha un de ces jurons qu’il avait appris au fil de ses errances dans les tavernes et, rassénéré, martela le corps perverti d’offensives encore plus ardentes. C’était comme si le corps lui glissait entre les cuisses, pour revenir à nouveau, ravageur, qui donnait envie de se fondre dedans, puis repartait à nouveau, laissant une traînée inassouvie sur son passage.
( Inutile de préciser que Torgan est une grosse brute qui, malgré son charme et sa belle gueule, ne sait pas toujours y faire avec les femmes par manque de.. Tact, délicatesse.. )
Cherchant par tous les moyens à atteindre l’inaccessible, le bretteur stimulé par ce brusque changement, offrit une tape sur les fesses blanches fougueuses sous lui et il reprit sa chevauchée. Sa monture se faisait lourde à manier, son unique rêne durcie et bouillante aussi, il suait sang et eau entre deux miaulements et soupirs rauques. Au fond de lui, il avait envie d’exploser, gerbes d’étincelles de désir pur rougeoyant à l’extrême dans le corps d’un autre, comme le métal chauffé à blanc criblé de coups de marteaux sur l’enclume. Boum. Boum. Boum.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Dim 30 Mar - 5:12

Bouche ouverte sur un cri silencieux, ses yeux khôlés fermés, le dunpeal avait perdu son rythme sous les assauts encore plus vigoureux du bretteur. Son corps semblait déjà être fait de parties liquides, et il avait fini par se rallonger complètement sur le lavabo, en proie à ce mélange de plaisir et de douleur trop intense. Torgan était furieusement rude, comme s’il cherchait à le déchirer à chaque coup de reins. La main qui s’était emparé de la colonne de chair dressée entre ses jambes l‘était tout aussi, le branlant activement, en temps avec chaque coup de boutoir du bretteur. C’était impossible de garder les yeux ouverts, encore moins de bouger.
Ca faisait longtemps qu’on l’avait prit de façon aussi vigoureuse, ça faisait longtemps qu’il s’était laissé prendre tout court, il aimait bien contrôler les situations. Mais là ses habitudes de control freak étaient restés au placard. Enfermés à double tour même.
Une chaleur cuisante était remontée dans ses reins, son bas ventre. Front appuyé sur un de ses avant-bras il murmurait inutilement, chantonnait presque le même mot.
-Presque, presque, presque-ah…

Sa tête bascula en arrière, grand cri sautant hors de sa bouche alors que tout son corps pulsait de la tête au pieds. Il se tordit, se crispa, parcouru de soubresauts, et les vas et viens de Torgan continuait toujours. La preuve de son plaisir maculait la main du bretteur, et le sol, mais c’était loin d’être finit. Tout son corps picotait et frissonait de chaud ou de froid. Derrière ses paupières closes, tout était piqué de blanc.
Le bretteur frappait encore au plus de son être, et là il ne pouvait que subir. A chaque fois qu’il touchait ce petit point de nerfs dans son corps il ne savait même pas si c’était bon ou si ça faisait mal. Ses hanches soubresautaient à chaque fois, c’était bon mais ça semblait de trop.
Jusqu’à ce que le bretteur ne ré-accélère, se retirant presque complètement avant de se renfoncer avec un magistral coup de boutoir, plongeant son esprit dans un statique blanc ou la frontière entre plaisir et douleur se brouilla complètement. Les doigts du dunpeal grappillèrent de nouveau sur la porcelaine blanche du lavabo, il émettait de petit gémissements miaulant, presque pitoyables. C’était bon, c’était trop, il ne savait même plus faire la différence. Capable seulement de s’exprimer avec ses petits cris, tout son corps basculant furieusement d’avant en arrière, le mains du bretteur devenus de vrais étaux sur sa chair.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Mar 1 Avr - 23:44

A chaque nouveau coup de queue, il s’approchait un peu plus de l’orgasme comme il touchait un peu plus Paddy en profondeur. Remuant comme jamais, Torgan ne filait pas doux, mais plutôt dur si vous pardonnez l’expression. Avant même de dire « ouf » la rou.. Euh son partenaire avait joui, s’effondrant un peu plus dans le blanc… Du lavabo. Eructant des bruits de souriceau apeuré tandis que Torgan arrivait loin derrière, mais toujours au grand galop, vibrant à toute allure dans le corps de Paddy. Ca allait venir, il le sentait. Cette impression toujours plus considérable que tout son être patientait au bord du gouffre, au bout de sa queue, attendant pour sortir, jusqu’à ..
Dans un râle rauque, tout son corps le lâcha.
Le bretteur perdit pied sous l’assaut du plaisir enfin satisfait, tout ce que contenait sa chair semblait enfin libéré. Sa vue se troubla autant que son cerveau contenant les mille pensées qui tergiversaient auparavant. Avec un soupir harassé de fatigue brute il déboîta l’affaire, se défaisant du contact vigoureusement ancré qui l’unissait à son partenaire.
Torgan se laissa tomber fesses les premières sur le sol glacé, contact détonnant le ramenant à la réalité. Son cœur faisait gicler moins vite le sang jusqu’à ses tempes, il recouvrait furtivement la vue pour la perdre à nouveau sans vraiment s’en apercevoir tellement ses sens exacerbés par la force et l’ardeur passée tâtonnaient après l’effort. Puis ce fut le vide qui l’envahit, un vide où pénétraient à la fois malaise et soulagement. Il était à demi nu sur, du carrelage, bleuté, dans la lumière tamisée des toilettes d’une auberge. Il était censé boire une bière avec celui qu’il avait pris sauvagement pour assouvir cette envie de sexe qui avait surpassé les autres comme jamais au lieu de les égaler.
« Merde. » Pensa-t-il. Et les larmes faillirent lui piquer les yeux. Il refoula le tout en répétant intérieurement, incapable de formuler autre chose de plus constructif : « Merde. »
Ses deux mains à plat sur le sol froid le long de ses hanches, sa tête penchée en avant, observant sans vraiment la voir la silhouette de l’autre homme presque recroquevillée sur elle-même de douleur.
Une phrase saugrenue lui vint à l’esprit « Après l’effort, le réconfort. » Dans leur cas c’était plutôt l’inverse. Paddy avait sûrement mal, bourrin comme l’était Torgan. Et lui avait mal, mal intérieurement, mal d’avoir fait ça, oui il se sentait sali, souillé, jusqu’au sang, jusqu’à la moelle ; lui, un noble, même déchu de ses fonctions, il avait été anobli quand même, qu’avait-il fait ?

Ne prenant pas la peine de se rhabiller, le bretteur se rua sur le robinet le plus proche.
( pas de connotation mer**que s’il vous plaît, ou alors il faut lire les posts précédents )
Il s’aspergea d’eau froide le visage, histoire de se réveiller, de se sortir de ce mauvais pas, d’annihiler le pétrin dans lequel il s’était fourré. Puis il se tourna brusquement vers Paddy :
« Par mon sang noble j’en conjure, plus jamais je ne me laisserai attraper par un adonis de votre envergure indécente de la sorte ! » Tonna-t-il avec l’air ahuri mêlé de sauvagerie qu’ont les bêtes lorsqu’on leur ouvre leur cage pour leur rendre leur liberté.
Se remettant debout bien droit sur ses jambes, il se reculotta, enfila sa chemise par-dessus sa tunique, trompa le tout en ajustant sa veste en croute de cuir avec des mains pressées et tremblantes. Les sueurs qui l’étreignaient étaient froides à présent. Il se détourna pour ouvrir la porte après quelques grandes enjambées trahissant sa panique.
Paddy sembla esquisser un geste, mais Torgan grogna pour le faire taire, plus apeuré par l’étrangeté de la situation qu’autre chose. La porte refusait de s’ouvrir, bien malgré lui, il ne put s’empêcher de se morigéner de n’y avoir pas songé. Il ne détenait pas la clef pour satisfaire le verrou, et l’idée d’arpenter de nouveau la distance qui le séparait du jeune homme ( et non, raté ! Le désir illusoire l’avait bien eu, c’était bel et bien un homme, pas une rousse ! ) lui était insupportable.
Il dégaina un coutelas ridicule d’urgence, qu’il gardait au fond d’une poche de pantalon. Heureusement il n’était pas tombé pendant l’acte. Il grimaça de nouveau à cette idée, et s’empressa de faire sauter la serrure. Un cliquetis malade se fit entendre. Il avait sûrement dû la casser dans sa brusquerie précipitée.
Se passant une main nerveuse dans sa barbe il jeta derrière lui un rapide coup d’œil, Paddy n’avait pas bougé, Torgan avait des remords, oh et puis mince !
Il retourna dans la salle commune avant que l’autre ne se relève et le suive. Il ne voulait pas qu’il lui demande de comptes, ni rien, il ne voulait plus entendre parler de ça. Pourquoi fallait-il toujours qu’il se fasse avoir par.. Ah tiens, l’aubergiste.
Il déposa son escarcelle remplie d’or sur le comptoir, que le bruit emplisse bien les tympans de l’homme.
« Excusez moi, j’aimerais une chambre et vite, avant que votre ami qui est venu m’agresser dans les toilettes ne me suive, je l’ai un peu assommé, j’espère que vous ne m’en voudrez pas. En sortant j’ai dû clencher un peu trop fort et quelque chose dans la serrure a cédé. Je vous dédommage tout de suite. Si vous le voulez bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Grabuge dans les latrines   Mer 2 Avr - 1:23

Le dunpeal glissa au sol, ou il se laissa choir littéralement complètement vidé. Décoiffant, y'avait pas à dire. Sauf que.
Sauf que Torgan bousillait son afterglow et qu'il commençait à culpabiliser. Le bretteur avait l'air paniqué, ça se lisait facilement. Paddy esquissa un geste, ouvrant la bouche pour parler mais le bretteur le coupa court, remettant à droit ses vêtements et défonçant littéralement la porte pour s'échapper, alors que la clé était sur le comptoir de l'évier.
Il avait royalement, mais royalement merdé.

-Torg- CLAC ! -an...
La porte claqua derrière le bretteur précipité. Paddy essaya de se mettre debout pour le suivre. Mais ses jambes refusèrent de coopérer et il se tuila. Merde, merde, merde !
Il força tant bien que mal, se tenant au comptoir et remontant son pantalon d'une main et baissant son pull de l'autre. Lacer les fils du dit pantalon c'était plus difficile.
Le dunpeal déboula dans la salle du Vampiric's Hotel, pas mal de clients se tournant vers lui à sa sortie branlante. Il tenait à peine sur ses jambes, comme s'il avait couru un marathon.
-Retournez à vos bières ! Y'a eu pire que moi dans ces latrines !
Ce qu'il ne firent pas, forcément. Il se précipita sur la porte d'entrée, le bretteur avait dût s'échapper comme une chauve souris de l'enfer.
Incroyablement déçu le dunpeal claqua un peu trop fort la porte puis retraversa la salle pour se planter devant le comptoir et Maëglin qui lui demanderait surement des comptes.
Sa tête s'abattit sur le bois. Il n'osait pas encore s'assoir, valait mieux attendre un peu. Pourquoi il avait fallu qu'il réagisse comme ça hein ? Comme si c'était de sa faute !


La suite, hors des latrines XD
Revenir en haut Aller en bas
 

Grabuge dans les latrines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Est :: Royaume de Cemenwin :: Cemenwin la Citadelle de la Reine :: Les Plaisirs de Lyuben-
Sauter vers: