AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cavalcade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nivarel
Chaman
avatar

Peuple : Elfe blonde.
Localisation : Cernée par des fous, et une montagne à clochette borgne et brute.
Nombre de messages : 301
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Cavalcade   Mar 29 Jan - 17:51

Les trois voyageurs avaient quittés l'auberge de la Sirène d'or au petit trot. Après un début du voyage silencieux, Nivarel engagea la conversation avec Rhys. Ils parlèrent de tout, de rien, puis la conversation dévia sur les enfants. Ou plus précisément sur les prénoms que la future maman leur donnerait. Nivarel avoua ne pas être sur du tout et même ne pas y avois beaucoup réfléchit, mais qu'elle avait tout de même une vague idée. En classant les noms par ordre de préférenc, elle dit que si c'étaient deux fillettes qui naîteraient, ce serait Inwë, Dela ou Loreleï; et si c'était des petits garçons, Altariel, Ienzo ou Celebrindal... En fait il y avait tellement de noms qu'elle aimait beaucoup. Le sidhe lui fit remarquer, à juste titre, qu'il valait mieux que la future mère se décide rapidement et qu'elle arrête son choix.
L'elfin répondit en riant que oui, c'était vrai il faudrait qu'elle se dépèche de choisir. Elle dit qu'elle avait vaguement parlé de cela avec ses précédents compagnons de voyage, Xan, son dragon Azaroth, Elvynn, Tiry et Johanna. Surtout avec Elvynn dont elle était la plus proche. Mais elle avait dû se séparer d'eux, même s'ils avaient eu du mal à la laisser partir. Nivarel s'était même promit de les revoir une fois que les enfants seraient suffisament forts et en âge de voyager. L'elfin ne dit rien à Rhys de Seith et de pourquoi elle avait quittée ses compagnons de route en pleine grossesse. Ruby était endormie sur ses jambes croisées. Nivarel s'apperçue qu'elle délaissait Luppi qui était si gentiment venue pour l'aider. Elle dirigea son cheval de tel manière que la prêtresse soit entre elle et Rhys. Un petit sourire désolé sur les lèvres, l'elfin s'adressa à Luppi.

"Je suis désolée, vous voyagez seule alors que nous sommes trois, nous vous avons laissée de coté, alors que vous ètes venue pour m'aider les enfants et moi..."




Dernière édition par Nivarel le Ven 22 Fév - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Jeu 31 Jan - 0:48

Ce trajet était vraiment plus long que je ne l'aurais cru, mais au moins j'avais plutôt bonne conversation avec Nivarel.
Son histoire jusqu'ici était intéressante, mais elle n'avait pas du tout parlé de l'homme qui était le père de ses enfants. Mais ça ne me regardait pas alors je la laissais parler de ses projets, me taisant pour une fois et l'ouvrant seulement pour pointer du doigt le fait que si elle voulait arrêter des noms pour ses enfants, qu'elle se fasse une idée plus précise.
Bon sang mais je n'avais jamais entendu une fille aussi excité par à l'idée d'avoir des enfants. Et qui avait autant de noms en tête. J'essayais vraiment de ne pas éclater de rires, même si ça m'amusait terriblement. Elle était heureuse maintenant mais elle verrait dans quelques temps que ce n’était pas de la tarte. Déjà un enfant ce n'est pas facile à gérer, mais deux ?
Moi je lâcherais l'affaire pour descendre une bonne bouteille de tequila. ...Pas que ça ne sorte de l'ordinaire en temps normal, mais en ce moment je ne buvait plus du tout, ce qui là n'était "pas normal". Uriel m'aurait traîné chez le médecin, le bougre, puis m'aurait fait descendre une bouteille de whisky d'une traite.
Les mains posées sur la corne de la selle j'écoutais d'une oreille Nivarel s'excuser auprès de Luppi qui n'avait rien dit depuis ce matin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycurgus
Télépathe
avatar

Peuple : Un beau mélange stabilisé par des scientomages.
Localisation : Ah ça mon cher, comment vous le dire tout en étant correct ?
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Mar 12 Fév - 23:38

Luppi attendit qu'ils soient plus enfoncé dans les marais, et il attendit également que l'offensive à Alatairë. Le temps lui avait paru long, plus long que lorsqu'il était hors des cercles des mondes. De plus, Nivarel conversait avec Rhys, et lui, il était derrière, laissé pour compte. Tche.

Le paysage était morne et humide, morose, Luppi patientait tant bien que mal. Soudain, les vibrations dans l'air l'alertèrent. Nivarel revenait sa hauteur. Oh Dieux, timing parfait.
-Ne vous ex... oh mon dieu non !
Soudain son visage changea.
-Etrangle, Trepadora.
Luppi plongea sur la future maman, amplifiant son reitsu, déscellant sa force, amplifiant les échos de la bataille que se déroulait plus loin, il effraya les chevaux, qui partirent aux galops, Rhrys étant toujours sur le siens, celui-ci complètement paniqué, fonça droit devant lui. La fumée, partout.
Luppi était déjà debout, n'ayant plus rien de la gentille prêtresse. Huit bras avaient poussé dans son dos, tournoyant comme des hélices, tentacules effrayantes, pour un sourire parfaitement jouissif.
-Hiya... Dame Nivarel, je crois qu'il est temps que nous nous séparions...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nivarel
Chaman
avatar

Peuple : Elfe blonde.
Localisation : Cernée par des fous, et une montagne à clochette borgne et brute.
Nombre de messages : 301
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Mer 13 Fév - 10:14

Surprise par l'attitude soudaine de la prêtresse, Nivarel ne pu absolument rien faire lorsqu'elle la jeta à bas de son cheval. Ruby s'était levée et avait craché vers Luppi avant d'être desarçonnée ainsi que sa compagne. Les chevaux, effrayés, s'emballèrent et partir au triple galop, emportant Rhys avec eux.

Le choc de son dos avec le sol lui coupa littéralement le souffle, Ruby vola un peu plus loin. Les yeux et la bouche grands ouvert, Nivarel essayait tant bien que mal à reprendre son souffle. Une douleur foudroyante se fit sentir dans son abdomen, la pliant en deux sur le sol. Elle se redressa sur le coté, s'apuyant sur un de ses coudes, son autre main se crispant sur son ventre et c'est les larmes aux yeux qu'elle regarda Luppi.
Plus rien ne subsistait de la douce et aimable prêtresse qu'elle avait rencontré de manière fortuite sur les quais du port. Maintenant qu'elle y songeait ce ne devait pas être aussi hasardeux que cela cette rencontre. Ce qu'elle voyait lui faisait affreusement peur. Des tentacules avaient poussés dans le dos de Luppi, ils tournoyaient, et pour compléter le tout le sourire à glacer le sang. Une douleur lancinante se faisait sentir dans son ventre. Ruby, qui était allongée pas loin de Nivarel, se redressa lentement. En posant les yeux sur Luppi et ses tentacules dorsales, elle hérissa ses poils devenant deux fois plus grosse que ce qu'elle était, crachant méchament en direction de la soi disant prêtresse. En titubant légèrement elle se plaça devant Nivarel, protégeant sa compagne qui comprit trop tard qu'elle aurait mieux fait de l'écouter dès le début. Mais malheureusement il était trop tard pour faire demi tour et les remords ne serviraient pas à grand chose. Mais Nivarel, elle, n'arrivait plus à bouger, tétanisée par la peur et la douleur. Elle ne parvint qu'à bégayer quelques mots.

"P-pourquoi ? Qu'est-ce q-que vous me voulez ?"

Les yeux de Ruby devinrent lumineux, elle usait du lien pour donner de sa force à sa compagne, sans pour autant lâcher des yeux l'être infect devant elle. Elle ne savait pas pour qu'elles raisons Luppi avait fait ça, mais ce qu'elle savait c'est que la femme ne devait pas s'approcher de la future mère.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycurgus
Télépathe
avatar

Peuple : Un beau mélange stabilisé par des scientomages.
Localisation : Ah ça mon cher, comment vous le dire tout en étant correct ?
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Mer 13 Fév - 18:25

-Je répondrais à vos questions mais d'abord...
Une tentacule se déplia, et s'enroula autour de Ruby, broyant le compagnon de vif, avant de l'envoyer s'écraser contre le tronc d'un arbre un peu plus loin.
-Bien, vôtre dernière et pitoyable défense est tombée. Oh, vous semblez souffrir, quelle tristesse.
Une tentacule vint caresser le visage en sueur et marqué par l'effroi de Nivarel. Une deuxième s'enroulant atour d'elle.
-Laissez moi, me présenter en entier, Luppi, Sexta Espada, fit-il en découvrant sa hanche droite, marquée d'un 6 stylisé noir.

Une troisième tentacule vint caresser le ventre tendu de la future maman.
-Vous savez, vos chers et tendres enfants sont promis à une vie qui vous dépasserait très probablement, mais je vous laisse le choix. Ou vous me suivez, ou...
La tentacule enroulée autour de l'elfe se resserra.
-Je doute que vous laissiez vos enfants mourir n'est ce pas ? Aussi vais-je être bref, vos contractions sont de plus en plus rapprocher, l'heureux évènement dans un moment si tragique. Tche. La Triade, veut vos enfants, ils sont porteurs d'un grand pouvoir, et ce pouvoir, la Triade le veut. Soit vous allez à eux, soit, vous mourez, vous et vos précieux petits anges.
La première tentacule continuait de caresser doucement la joue de l'elfin, tétanisée. Luppi s'était accroupi, son menton dans une main, recouverte par une manche trop longue. Les tentacules inoccupées continuant de s'agiter, il sourit tendrement, mais toujours aussi malsainement.
-Pauvre, pauvre, pauvre Nivarel, vous auriez dû écouter Ruby, mais, oh j'oubliais, elle est morte aussi. Vôtre choix, vôtre choix, faites le vite, ou vous ne me le laisserez pas. Je m'en voudrais d'abîmer ce joli minois...
Une quatrième tentacule, vint pour des caresses un peu trop intimes pour ne pas inspirer le dégoût.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nivarel
Chaman
avatar

Peuple : Elfe blonde.
Localisation : Cernée par des fous, et une montagne à clochette borgne et brute.
Nombre de messages : 301
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Mer 13 Fév - 19:10

La mort subite de sa compagne de vif creusa en Nivarel un vide immense et provoqua une réelle douleur physique. Le lien se brisa comme un miroir, plantant des bris de verre tranchant en son coeur. En quelques secondes des années d'amitié, de complicité, d'une relation intime entre l'elfin et le félin venait d'être réduit en milliers de petits morceaux. Là, elle n'avait plus les larmes aux yeux, elle pleurait, franchement et ouvertement. Son amie la plus tendre était morte... Le contact avec la tentacule la remplie de dégoût et la fit trembler, la ramenant durment à la réalité. Ligotée par une deuxième de ses horrible choses elle fut forcée d'écouter Luppi sans pouvoir bouger, le regardant avec des yeux certes baignés de larmes, mais qui le foudrayait de dégoût.

Elle voulu se débattre violement lorsqu'il toucha son ventre mais la douleur d'une contraction la paralysa. En plus de la douleur, les expliquations lui faisait de plus en plus peur, et un étranglement soudain lui fit encore plus mal. Non, pas ses enfants, il ne faut pas toucher à ses enfants. Pourquoi les menacer eux, ils n'avaient rien fait. Ses yeux s'agrandirent à la mention de la Triade...
C'était cette confrérie noire et malsaine qui voulait ses enfants, en faisant confiance à Luppi elle les avait menée tout droit dans les bras des pires personnes jamais rencontrés sur ces terres. Elle avait le choix... Vivre avec ses enfants en les livrant à la Triade, ou mourir avec eux... Comment voulait-il qu'elle fasse ce choix ? Comment pouvait-elle décider de la vie ou de la mort aussi facilement ? Une vie entravée par le mal... Ou une mort prématurée et violente...
En plus elle devait choisir vite. Luppi prenait un plaisir malsain à lui rappeler sa faute et la mort de son amie. Elle n'aurait jamais du partir d'avec Xan et Tiry. Rapidement elle réfléchit. Les caresses de Luppi lui donnait envie de vomir, ça la revulsait, mais ce n'était pas le moment d'y réfléchir... Priant intérieurement ses enfants de bien vouloir la pardonner, elle prit une décision.

"Je... Je vais vous suivre... Je ferrais ce que vous voudrez... Arrêtez ça je vous en prie... Arrêtez..."

Elle essaya de joindre ses genoux mais une douleur plus violente la fit presque hurler. Elle ettouffa son hurlement du mieux qu'elle pu, mais pas très efficacement... Quelque chose se brisa en elle, et un liquide chaud s'écoula d'entre ses jambes. La respiration haletante, Niva redressa difficilement la tête et fixa Luppi, implorante...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Mer 13 Fév - 20:08

Je courrais, battant les branches qui me fouettaient le visage avec mes mains. Imbécile ! Je ne pouvais pas dire que je m'y étais attendu, non je ne suis pas prophète ou quoi que ce soit d'autre. Mais j'aurais du réfléchir, j'aurais dût savoir ! Complètement impossible et impensable mais je pestais contre moi-même.
Mon cheval m'avait entraîné propulsé en avant et hors de mon contrôle parce qu'il avait prit le mord aux dents. J'avais eu le temps de voir Nivarel être renversée par cette chose qui s'était faite passer pour une prêtresse. J'avais sauté de la selle, tant pis pour les chevaux.
Le bras gauche à auteur d'œil pour me le protéger je fonçais, sautant par dessus un arbuste et déboulant sur la route.
Un dixième de seconde je ne comprenais pas trop ce que je voyais. Nivarel pendue dans les airs comme tenue par quelque chose. Et Luppi qui la regardait, parlait, comme si c'était l'heure du thé.
Mes doigts se contractèrent sur la garde de ma dague attaché dans mon dos, à ma taille. Je n'avais pas envie qu'il arrive quelque chose à Nivarel, même si je ne savais vraiment pas pourquoi elle était menacée. Mais je n'avais pas trop d'autres options. J'avais juré. Et merde.
"Oh ! Conasse !" La dague vola, précise, fendant l'air avec un sifflement métallique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycurgus
Télépathe
avatar

Peuple : Un beau mélange stabilisé par des scientomages.
Localisation : Ah ça mon cher, comment vous le dire tout en étant correct ?
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Mer 13 Fév - 20:59

Luppi pivota, et la dague se ficha entre ses deux yeux. Les tentacules lâchèrent Nivarel, qui retomba lourdement sur le sol.
Les yeux écarquillés, il tituba, reculant de quelques pas. Le sang coulait sur son visage. Les mains figées à la hauteur de son visage, dans un geste de crispation, Luppi... sourit subitement, fixant Rhys, n'ayant plus aucune trace d'une quelconque faiblesse.

-Tche, revoila l'autre énervant.
Une tentacule vint arraché la dague plantée entre ses yeux, pour la jeter plus loin.
-Cette arme, doit être drôlement magique pour pouvoir percer mon hiero aussi facilement, les couches de ma peau sont loin d'être tendres, et pourtant tu as réussi, pour un grossier personnage. Dame Nivarel, je vous ai entendu, j'ai un lèger contre temps, mais permettez en suite, que nous procédions à la naissance de ses deux êtres de pouvoir, et que je vous ammène là où vous auriez pu être bien avant si le borgne n'était pas arrivé.
Une tentacule fonça vers Rhys, s'hérissant de pointes subitement, pendant qu'une deuxième filait devant, pour le paralyser en le maintenant.
-Tu peux choisir, une mort rapide, ou une mort lente et douloureuse, mais je pencherais plutôt pour t'enfoncer vivant dans le sol, et t'y laisser pour l'éternité.
Les pointes se détachèrent, fusant vers Rhys, d'autres repoussant juste après.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Dim 17 Fév - 1:19

Douleur insoutenable et cuisante. Un abattement de chaleur aussi chaude que l'enfer, et de froid tout d'une fois. Pointes dévastatrices qui le transpercèrent avant de l'envoyer bouler un peu plus loin pour mieux attaquer par la suite. Le corps du sidhe retomba avec un bruit mat, roula sur lui-même et stoppa.
Respiration sifflante, douloureuse. Du sang dans la bouche qu'il recracha dans l'herbe verte en toussant. Plié en deux, le souffle difficile témoignant de poumons endommagés. Pourtant il venait tel un flot ardent et le corps poussa avec ses bras tremblants sur le sol, les cheveux mâtés de terre traînant dans l'herbe.
A genoux enfin, les bras serrés autour de la poitrine, et penché en avant. Le souffle court et rauque, haletant. Où se mélangeait progressivement un rire mi-hystérique mi-noir. L'air craquelait d'énergie, les petits éclairs noirs sautant dans l'air avec des craquements de bois sec. Dans la tête du sidhe, deux personnalités se battaient, l'une qui gagnait du terrain facilement parce que ça faisait mal mais c'était tellement bon. Bon de sentir un pouvoir perdu renflouer dans des veines vides, remplissant le centre de son être de ce qui était essentiel. Le pouvoir avait été là, tout ce temps, mais il avait fallu le premier sang pour le ramener, lui assura son ancienne essence.
Tout cliqua en place dans son esprit, redevint une seule et même, tout revenait, était revenu. Mais en même temps le retour de cette part là était tellement forte, presque orgasmique, qu'une part céda sa place à l'autre. Et ce fut Cromm Cruach et non Rhys qui leva son oeil vers Luppi, brillant comme une lune dorée, un sourire très carnassier fendant sa bouche.
L'ancienne déité, qui avait retrouvée en partie ses pouvoirs se releva comme si tous les coups ne l'affectaient pas, et craqua sa nuque. Le sang sur sa peau visible s'éclaircissait jusqu'à ce qu'il disparaisse totalement, absorbé par son organisme. Autour de lui les ombres de douze formes. Et dans sa main un marteau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nivarel
Chaman
avatar

Peuple : Elfe blonde.
Localisation : Cernée par des fous, et une montagne à clochette borgne et brute.
Nombre de messages : 301
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Ven 22 Fév - 19:39

Nivarel tomba violement au sol, son dos fut poignardé sur tout son long, la douleur la parcouru comme un éclair. Elle était traitée sans le moindre égard, sans la moindre compassion envers sa condition. Le masque de Luppi venait de tomber, ce n’était pas cette prêtresse gentille et attentionnée comme elle l’avait dit, ce n’était même pas une femme. Ce n’était qu’une créature qui en voulait à ses enfants pour les faire basculer dans le mal en les livrant à la Triade… Nivarel ne pouvait s’enfuir, son ventre lui faisait tellement mal qu’elle avait pouvait à peine se tenir debout. Ses jambes tremblaient violement. Rhys, le sidhe était arrivé, apparemment sain et sauf de sa cavalcade, mais sain et sauf pour combien de temps ? Nivarel s’en voulait tellement, c’était elle qui avait mené le sidhe dans cette impasse et vers la mort… Qu’elle avait mal au cœur et au ventre…

Soudainement, Nivarel eu le ventre dur comme la pierre, contracté dans une douleur atroce. Elle se redressa sur les coudes avec énormément de peine, étouffant avec difficulté les cris de douleur qu’elle voulait pousser. Elle comprit très vite que le moment était venu. Peut importait si Luppi était là ou non, peu importe le combat livré entre l’arrancar et Rhys, elle ne pouvait faire marche arrière et les enfants avaient décidés qu’il était temps pour eux de venir au monde. Elle rampa, agrippant faiblement des touffes d’herbe pour s’éloigner, autant éviter les fracas de la lutte, mais elle ne devait pas non plus trop s’éloigner, il y avait les marécages pas loin… Elle s’arrêta deux mètres plus loin, elle devait garder ses forces. Dans un ultime effort pour se relever, elle retira fébrilement son manteau, son écharpe et elle releva les jupes de sa robe, découvrant ses jambes. Elle s’allongea ensuite avec beaucoup de précautions et écarta les jambes afin de laisser le champ libre aux nouveaux nés pour sortir.

La douleur était revenu régulièrement, de manière de plus en plus rapprochée durant toute la journée, ça ne prendra pas longtemps avant que les enfants ne viennent. Nivarel, déjà à bout de force, sentait les gouttes de transpiration couler sur sa peau et devant l’imminence de la situation, elle se mit à pleurer plus fort. Pleurer de douleur, pleurer la mort de son amie, pleurer à cause du destin de ses enfants… Ils seraient livrés à la Triade, livrés pour devenir des machines à tuer et à semer le chaos… Elle s’en voulait de ne pas avoir put voir que le danger était à ses cotés durant tout ce temps, elle les avait emmenés droit à leur malheur... Ses enfants, et Rhys aussi. Elle aurait tant voulu ne jamais avoir rencontré Luppi, être allée voir Seith, peut-être les aurait-il acceptés ? Peut-être aurait-il été un père avenant ? Mais maintenant, il avait irrémédiablement disparu, elle avait entendu les rumeurs, il était mort, plus jamais elle n’aurait la moindre chance de lui dire qu’il avait des enfants...

Elle hurla de douleur et de peine lorsque le premier enfant sortit enfin de son ventre. Nivarel, ne l’entendant pas crier, prit peur. Elle se redressa à l’aide d’une force grande, celle de la peur, elle rompit le cordon à l’aide de son petit poignard, le noua au mieux et prit l’enfant dans ses bras, les yeux encore baignés de larmes. C’était un petit garçon, si petit à ses yeux, qui poussa enfin son premier cri quand sa mère la saisit avec peur et tendresse. Nivarel se remit à pleurer, de joie et de désespoir, serrant ce petit être contre son sein. Les contractions annonçant l’arrivée imminente du deuxième enfant, lui arrachèrent un petit cri, elle attrapa son manteau en tâtonnant, fit une sorte de petit nid et posa délicatement son enfant dedans, le couvrant bien avec une manche pour qu’il n’attrape pas froid.
Le deuxième enfant sortit avec plus de facilité et de rapidité. Cette fois ci, l’enfant pleura à sa sortie, causant moins de frayeur à sa mère. Elle coupa également le cordon et le noua. C’était une petite fille, si frêle comparée à son frère. Elle l’enveloppa, les bras et les mais tremblant, dans son écharpe. Elle prit aussi son fils dans ses bras, les mettant de chaque coté d’elle, et regarda ses deux enfants… Ils étaient si beaux, si fragiles, tellement innocents à la fois. Elle pu remarquer une petite mèche de cheveux rouge, une trace de leur père…

Nivarel embrassa avec amour les deux petites têtes, peu importait le sang, elle était si fatiguée, si épuisée, du sang coulait d’entre ses jambes, en trop grande quantité, elle avait une impression de froid et frissonnait… La jeune mère retira doucement le petit garçon de l’intérieur de son manteau, le mit avec sa sœur au sein de l’écharpe et les enveloppa en plus dans le manteau, ils n’auraient pas froid, tant pis pour elle ils passaient avant tout. Ils agitaient leurs petits poings en l’air, poussant de petits cris de temps à autre. Nivarel s’empêchait de fermer les yeux, de s’endormir, parfaitement consciente que tôt ou tard, Luppi se manifesterait… Lui enlèverait ses enfants des bras… Les lui les arracherait sans pitié ni compassion… Sans considérer le fait qu'ils aient besion de leur mère, elle serait certainement laissée pour compte, ils seraient séparés d'elle. Dans son état elle ne pourrait ni protester, ni se défendre contre l’arrancar… Elle voulait rester le plus de temps possible avec ses enfants, les garder contre elle, comme si en restant longtemps dans ses bras, ses enfants ne pourraient jamais basculer dans le sombre et le chaos.

Peut-être se souviendraient-ils dans leur vie guidée par le chaos, qu’une femme les a aimé tendrement depuis qu’elle savait qu’ils étaient en elle, qu’elle ne voulait pas être séparée d’eux, qu’on l’a obligée à les laisser partir, qu’elle n’aurait jamais voulue qu’ils fassent le mal… Alors peut-être qu’en s’en souvenant, ses enfants se rebelleraient contre leur geôliers et reviendraient dans le droit chemin ? C’était une illusion, un espoir vain et chimérique, mais ça aidait la jeune mère à trouver un peu de réconfort dans ses sombres pensées. Les yeux mi clos, allongée à même le sol, elle n’avait plus conscience du combat proche, plus aucune notion de ce qu'il se passait, elle se concentrait sur ses enfants et sur son éveil… Néanmoins, elle priait les Valars pour le salut du sidhe… Pour qu’il vive et les sortes de là. Mais elle, elle ne vivrait pas, elle le sentait, elle ne tiendrait pas. Ses enfants ne seraient pas séparés d'elle par Luppi, ils seraient séparé de leur mère par la mort


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycurgus
Télépathe
avatar

Peuple : Un beau mélange stabilisé par des scientomages.
Localisation : Ah ça mon cher, comment vous le dire tout en étant correct ?
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Dim 24 Fév - 15:11

Touché.
Eeeeeh ! C'était quoi ce regain de reitsu ? Oh. Intéressant, le sidhe semblait plus coriace que prévu, une légère distraction avant d'accomplir sa mission, et de rentrer. L'autre niaiseuse accouchait déjà, et avait eu le bon sens de s'éloigner.
Les tentacules recommencèrent à tourner au dessus de Luppi à moitié penché, fixant son adversaire, qui semblait différent, ça sentait comme Aizen, où plutot comme la Triade. Son sourire se durcit, c'était autre chose maintenant ce qui se tenait devant lui. Mais ce sentiment jouissif ne le quittait pas, il se reforça encore plus, presque orgasmique. Sentir le pouvoir, écraser les autres.
-Ola, ola, ola, c'est quoi ça ? Peu importe, ça m'empêchera pas de te réduir en bouillie.
Les tentacules tournèrent plus vite, encore plus vite, et les aiguilles poussèrent rapidement, et furent décochées rapidement, fusant en sifflant dans l'air, visant le sidhe. Du moins, c'était le cas pour quatre des huits tentacules, les quatres autres fonçaient vers leur cible, tout aussi hérissés de pointes.
-Crève.
Luppi passa une langue démesurée sur ses lèvres, léchant le sang qui avait coulé de la blessure provoquée par le poignard reçu en ses deux yeux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Mar 4 Mar - 1:29

Gwynfor ne bougea pas d’un iota, un sourire d’extase fendant sa bouche. Le Maître des Reliques riait, laissant les épines foncer vers lui, se laissant faire. Une des formes fantomatiques derrière lui s’interposa, écartant ses frêles bras d’un blanc nacré fantomatique. Les épines ne passèrent pas, tombant dans l’herbe, arrêtés par le mur immatériel, la seule chose qui restait de Deirdre première Reine des sidhes.
Mais il n’était déjà plus derrière le fantôme de la jeune femme, tournoyant une fois le marteau dans sa main, infusant son désir dans l’arme pour en changer la forme.
Le bois dans ses doigts mua, se recouvrant de cuir, le reste de son emblème changeant de bois en métal éclatant, plus léger mais beaucoup plus dangereux. Le katana d’Akivri, Uamhas, fenda l’air dans un sifflement, musique à ses oreilles.
Il sauta sur une des tentacules qui le visait, courant momentanément sur l’appendice, pour se jeter dans les airs, corps courbé en arrière. Les deux mains serrées sur la garde, il abattit la lame fine sur un des tentacules, jetant immédiatement des flammes conjurées dessus.
Gwynfor riait, gorge déployée, son envie terrible de se baigner dans du sang le rendait complètement dingue. Sa voix était complètement différente de celle qu'il avait eu pendant ces dernières années, changée, comme des rochers labourant et grattant les uns contre les autres. La voix du Neverworld.
"Alors petit, on se fatigue ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycurgus
Télépathe
avatar

Peuple : Un beau mélange stabilisé par des scientomages.
Localisation : Ah ça mon cher, comment vous le dire tout en étant correct ?
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Ven 14 Mar - 22:51

Luppi hurla et se rétracta violement son tentacule blessé, envoyant les autres sur le sidhe qui n'était plus le même.
Les tentacules se mirent à tourner de plus en plus vite, s'abattant sur le sol à une vitesse folle. La force du mouvement de rotation creusait le sol, arrachant des mottes de terre, tournant vite au point de ne plus être visible. Lames de rasoirs, qui avançaient rapidement cernant le sidhe, cherchant à le broyer.
-Pas encore mortel, pas encore...

Il était le sixième arrancar, il ne pouvait pas perdre, c'était hors de question qu'il perde face à ça. Les tentacules s'écrasèrent sur leur cible, toujours dans leurs mouvements de rotation. Luppi sourit, et se mit à rire, avec démence.
Il ne perderait pas, il servait Aizen-sama.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Dim 16 Mar - 4:14

Uamhas s’abattit sur une autre tentacule, impitoyable. Mais c’est que le petit l’insultait ? Gwynfor se redressa de toute sa stature, regardant de haut, la figure la reine sidhe ayant enroulé ses bras translucides autour de ses épaules pour le rendre intouchable. Un de ses sourcils joua, finement arqué vers le haut avec une expression entre l’amusement et la moquerie.
"Tu m’insultes ?"
Aussi rapide qu’un battement de cils, son pouvoir fenda l’air, traça son propre sillon dans le sol. Gwynfor se retrouva face à son ennemi comme une apparition. La déité laissa couler tout son pouvoir dans la clairière dans un torrent aussi vif que dévastateur qu'il était fort. L’herbe sous ses pieds disparu comme s’il n’avait jamais été là. Les arbres autour d’eux se fendirent et craquèrent comme autant de bois mort. Chien hargneux, il coula aussi rapide et insaisissable que de l’eau sur une roche, passant au dessus des trois formes vivantes, neutres qu’elles étaient.
Gwynfor adressa son sourire réservé à ses boucheries, à Luppi. Sa main darda, attrapa le cou blanc et serra. Dans sa tête se jouait des petits films, qu’est ce qu’il pourrait lui faire ? Lentement et méticuleusement ? Le sidhe claqua sa langue, comme après un bon verre de vin. Mmm bonne idée. Quoique. Bain de sang ?
"Détrompe toi petit, si j’avais voulu je t’aurais renvoyé chez ton maître depuis longtemps. Mais là, vois-tu, j’ai envie de faire joujou."
Ses doigts s’enfoncèrent dans sa chair laiteuse, serrant sa pomme d’adam. Il s’asseya sur l’envie soudaine de la lui arracher, sans, pas de cris.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycurgus
Télépathe
avatar

Peuple : Un beau mélange stabilisé par des scientomages.
Localisation : Ah ça mon cher, comment vous le dire tout en étant correct ?
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Dim 16 Mar - 17:33

Les tentacules revinrent sur Luppi quand le sidhe le prit à la gorge sans qu'il est le temps de le voir. Il ouvrit la bouche, et claqua sa langue, utilisant la technique de Noitora pour lancer un cero de taille magistrale. Laser rouge.
L'impact réussit à dégager Luppi de l'étreinte mortelle du sidhe. Il renforça son hiero, les couches de sa peau, la rendant impénatrable, du style écailles de dragons.
-Tche...

Il cracha le sang qu'il avait dans la bouche, avant d'en lécher le coin. Les tentacules se régénèrent en même temps que le hiero, et recommencèrent de plus bel à tourner, recommençant à frapper le sol, y creusant encore des sillions.
-ça n'est pas fini.
Les tentacules s'affinèrent, en huit lames, le superflu de détacha la manière des aiguilles, fusant à nouveau vers le sidhe, devenant soudain poussière, qui continuèrent à voler jusqu'à lui, tranchantes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Mar 8 Avr - 4:56

"Humf. Tu es d'un ennui." Gwynfor soupira lascivement.
Finalement cette petite peste n'était pas si amusante que ça. Le sidhe faisait mine de bouder un peu, sautant à répétition sur la pointe des pieds et évitant tout simplement les dards de Luppi. Il n'avait pas fait attention, mais son ennemi puait déjà la mort. Il eu un sourire fugace, les morts ça le connaissait.
Le sidhe étendit sa main droite, paume ouverte, crispant ses doigts fins comme s‘il écrasait un fruit invisible dans sa paume. La terre vola en éclat de poussière brune. Les lames tentaculaires transpercèrent sa peau, cachés par le nuage, mais c’était peu dans le grand schéma des choses. L’explosion ramassa la terre, nuages bruns qui voilaient tout de leurs fines pellicules, étouffait l’air.
Prit d’une envie, Gwynfor savait qu’il ne voulait pas tuer ce gamin, simplement le découper, et le laisser à la vie mais dans un état bien pire…déformé serrait drôle.

Le sidhe trancha dans ses souvenirs, à la recherche de la seule personne à qui il pourrait emprunter ce pouvoir assez longtemps pour faire ce dont il avait envie. La princesse était trop loin. Mais plus près il y avait quelqu’un, et qu’il connaissait bien. Un visage lui revint en mémoire. Ce n’était pas du vol, et dans son cas pas impossible. Simplement il ne savait pas comment faire, comment manipuler sa volonté autour de sa magie. Le Maitre des Reliques, modéré par son amitié pour son ami sidhe, se colla à l’esprit du paladin, Uriel. Coulant comme de l’eau de roche, comme passant entre les pores d’une peau humaine. Il s’imprima au cœur du sidhe, sur son pouvoir et la connaissance qui y reposait, le savoir inconscient que chacun de leur race possédait irrémédiablement.
Les sidhes bien qu’arrogants s’étaient toujours limités à deux pouvoirs, ou un seul dans certains cas de puissance. Mais c’était totalement idiot, tout venait de leur chute au final, ils n’avaient pas atteint le tout de leur potentiel avant ça. Il fallait savoir comment faire, mais après tout était une question de volonté. Gwynfor relâcha la pression qu’il exerçait sur l’esprit d’Uriel. Uamhas changea de main et pointa vers la sol, il leva la main gauche, paume ouverte.
Brise.
Plie.
Fond.

Un muscle tressauta dans sa joue, sa mâchoire crispée. Volonté enflammant sa haine et fureur. Il voulait le voir souffrir et se baigner dans ses cris quels qu’ils soient. Les craquements d’os ne tardèrent pas à se faire entendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lycurgus
Télépathe
avatar

Peuple : Un beau mélange stabilisé par des scientomages.
Localisation : Ah ça mon cher, comment vous le dire tout en étant correct ?
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Mar 8 Avr - 14:30

Luppi faillit s'étouffer de surprise, c'était quoi ça ?! Il jeta un rapide coup de d'oeil à Nivarel et aux enfants qui étaient nés, merde, la terre qui volait en éclat risquait de les atteindre.
Les tentacules reprirent leur état d'origine, et quatres des huit s'enfoncèrent comme un mur devant la mère et ses bébés, alors que deux autres stoppaient les cassures du sol, et la paire restante tenta vainement de s'enrouler autour du corps du sidhe.
Essoufflé, Luppi grogna, et sentit la douleur.
C'était quoi ça encore ?
Il se mit à hurler, de plus en plus fort, regardant les différentes couches de son hiero se retourner, une à une, dans des craquements effroyables. Bientôt les capillaires firent la même chose, éclatant en se retournant eux aussi, le sang chaud s'écoula rouge sur le blanc de sa peau. Alors que le seuil de douleur devenait insupportable, et qu'il hurlait à s'en casser les cordes vocales.

Ses tentacules volèrent éclats, Luppi s'effondra, les moignons des huits tentacles suitant le sang, et une sorte de liquide blanc. Au tour des veines plus grosses, le sang jaillit, en gerbes écoeurantes. Les os se cassèrent, craquements atroces, que les hurlements couvraient pourtant largement.
L'effet était terriblement différent de sur les humains, où créatures qui n'étaient pas du type hollow, là la victime gardait son apparence, sauf que tout était retourné. Une vision de l'intérieur vue de l'extérieur. Amas humanoïde de muscles, veines, os...
Luppi ne comprenait pas comment cela pouvait arriver, il n'avait jamais vu ça, c'était quoi ce truc ?

-Ai-aizen-sama... AIZEN-SAMA ! AIZEN-SAMA !
Il ne viendrait pas l'aider, Luppi ne mourrait pas, il le savait, il souffrait, il aurait mal, et il resterait en vie. Tout éclatait, pour se reformer, le sang coulait imbibant la terre. Bientôt se fut les organes, son appareil digestif en premier, puis le respiratoire. Ses cris furent interrompus pour n'être plus qu'une série de gargouillements, des bulles rosâtres, mélange de sang et de salive, sortant de sa bouche, et coulant sur son menton. Luppi à genoux, agonisait, tout en étant toujours maintenu en vie. Son coeur se contractait, toujours enfouis sous muscles et cage thoracique. Ses hurlements reprirent de plus belle, jusqu'à sa langue se retourne. Une gerbe de sang jallit et s'écoula en suite, alors que les yeux de Luppi devenaient blanc, avant de reprendre leurs places initiales. L'espada s'effondra face contre terre, entre quelques craquements et gargouillements.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Cavalcade   Sam 12 Avr - 20:49

Gwynfor écarta les doigts et les gigota, ça picotait son épiderme tout ça. Mais ce n'était pas aussi captivant que le résulta de ce qu'il venait de faire. Les victimes de la main de la chair il en avait vu pas mal, que ce soit avec Uriel ou Merry, mais savoir qu'il venait de faire ça était vraiment exaltant. Le sidhe s'avança avec précaution entre les mottes de terres retournées.
Il ne restait plus rien de joli chez Luppi, rien de beau à par son intérieur extériorisé. Il eut un petit rire malsain, souriant doucement.
-C'est vraiment remarquable, il s'accroupît et toucha du bout du doigt la chair molle et malléable. "Si je pouvait je te donnerais aux gobelins ou aux sluaghs pour qu'il s'amusent un peu avec toi avant de te découper et te manger. Malheureusement ou heureusement pour toi, ton choix, ils ne sont pas là, alors je crois que je vais simplement te laisser là pour que tu te fasses bouffer par la première bête qui passe. Des fourmis rouges, ça pourrait être drôle. Il porta le doigt à son oeil, le tournant dans tous les sens pour voir les différents tons rouges que pouvait prendre le sang à la lumière. Avec un coup de tête il dégagea les cheveux qui pendaient sur son visage et passa la main dedans, rajoutant du sang à la terre qui la maculait déjà.
-Bonne nuit petit.
Gwynfor se releva, faisant craquer ses articulations, et passa par dessus la masse gargouillant de viande étalée, pour se diriger vers les trois autres présences. Il enjamba les tentacules et s'arrêta.
Une jeune femme qu'il reconnaissait vaguement, et deux autres, des enfants. Des bébés qui venaient de naître. Il savait automatiquement leurs sexes, et sentait déjà les pouvoirs qui les habitaient. Il caressa une des petites têtes, obtenant un gazouillement endormi. Les cheveux de l'enfant mâle changeaient doucement de couleur. Il reporta son attention sur la jeune femme qui clignait lentement son œil, se forçant à les rouvrir à chaque fois.
-Hush. La tuer serrait très simple, il lui suffisait tout juste de poser un doigt sur elle et de le vouloir. Envie soudaine mais stoppée par un fantôme qui récalcitrant à le quitter aussi vite qu'il l'aurait voulu. Il soupira en roulant son œil au ciel.
-Qu'est ce que tu fais encore là, n'aurais-tu rien de mieux à faire ?
Penché au dessus de l'elfin, Gwynfor l'observait tranquillement. Il avait envie de lui ôter la vie, peut-être pur s'assurer tout simplement qu'il était bien là, bien réel. Ca faisait tellement longtemps qu'il dormait. Un bruit de clochettes et une douce odeur de muguet le fit tourner la tête vers le fantôme de Deirdre.
-Il ne faut pas que tu te laisse entrainer par tes sentiments Gwynfor. Rhys... Tu le regrettera plus tard, tu n'es pas toi même.
Le Roi des reliques poussa contre la pierre sur laquelle s'était étendue l'elfin, marchant vers le fantôme avec haine.
-Comment peux-tu prétendre ? Comment peux-tu ôser ! Après toutes ces années ne crois pas que tu as le droit de me dire quoi faire et quand !
-Si je suis là c'est bien pour toi non ? Si j'ai décidé de rester plut...
-Plutôt que de rejoindre mon père, oui je sais, tu me l'as assez répété pour que je n'écoute plus tes misérables excuses. Vas t'en.

Le fantôme de Deirdre persista, se fumisant dans les airs pour lui faire face quand il lui montra de nouveau son dos, trop fixé sur les trois petits êtres qu'il serrait tellement facile de détruire.
-J'ai passé trop de temps à détruire cette partie de toi, Cromm Cruach. Ce n'est pas aujourd'hui que tu vas recommencer, je refuse. Gwynfor aboya de rire.
-Tu refuse ? Tu n'as pas changée, tu es toujours une enfant gâtée. Il se gratta le menton distraitement. Mais je suppose que tu as raison, ça ne m'amènera rien. Le sidhe fit mine de faire demi-tour, ce n'était pas grave après tout, il pouvait toujours s'amuser avec les restes de Luppi.
-Et elle, tu vas la laisser comme ça ? Gwynfor !
-Quoi ? Le sidhe tourna la tête, soupirant, exaspéré.
-Ne me dis pas quoi ! Tu as donné ta parole à cette jeune femme, tu t'en souviens ?
-Vaguement.
Très vaguement même, mais il sentait les étaux de sa promesse dans son esprit, très vague.
-Tu propose que je fasse quoi, encore ?
Deirdre flottait près de l'elfin, le bas de sa robe flottant dans un vent inexistant. Regardant la jeune femme avec une expression indéchiffrable.
-Malgré le fait qu'elle était avec enfants, elle voyageait seule. C'était irresponsable, quelqu’un soit les motivations et les faits. Chez nous elle ne serrait pas bien accueillie, mais nous ne sommes plus chez nous n'est ce pas ?
-Non en effet.

Le sidhe avait croisé les bras sur sa poitrine, observant le fantôme tournouiller pour caresser les joues des deux enfants, et celle de leur mère. Faisant voleter ses cheveux fantômes et emplir l'air de cette douce odeur de muguet pour calmer ses esprits, il le savait.
-Ses enfants sont en danger. Quelqu'un les veux, pour les manipuler, en faire des armes. Mais personne ne sait de quoi ils ont l'air, et puis les enfants grandissent. La plus grande liabilité c'est elle, ils savent de quoi elle à l'air. Et, lui, il leur dira ce qu'ils veulent savoir avant de se remettre à chercher.
L'idée ne lui avait même pas effleuré l'esprit, mais finalement ça avait du sens. Une petite partie de lui soufflait que c'était évidant et qu'il le savait. Mais il avait beaucoup de difficultés à remettre ses idées en place.
-Qu'est ce que tu suggère ? Deirdre hésita visiblement.
-Tu as donné ta parole ce jour là, que tu serrais là. Mais tu n'avais pas dit pour qui... Emmène les enfants, c'est ce que tu fais non, Erlking.
Gwynfor aboya de nouveau de rire, se frottant l'oeil comme pour essuyer une fausse larme.
-Je ne joue plus au Erlking depuis des années mère. Ca ne vous plaisait pas quand j'emmenais des enfants. Même quand c'était pour de bonnes raisons.
Gwynfor soupira en damnant tout ce qui existait. Deirdre semblant allongée sur la pierre, jouait avec les cheveux corbeau d'un des enfants.
-Bouge. La Reine sidhe se releva outrée, et avec un geste désintéressé de la main, il lui fît signe de dégager.
-Pour la chose là bas c'est bon, il n'aura rien entendu je m'en suis assurée. Gwynfor lui lança un regard très peu convaincu. Je suis peut-être morte mais j'ai encore des ressources !
-Mais oui... Nouveau roulement de l'œil.
-Tu me croie incapable d..
-Râh ! Mais c'est pas bientôt fini ?
Il y eut une brève bataille de regards, jusqu'à ce que Deirdre croise ses bras frêles en boudant.
-Merci.
Secouant la tête il se tourna de nouveau vers l’elfin, se penchant sur elle et fixant ses yeux vitreux. Elle avait l’air de divaguer entre le conscient et l’inconscient. Il posa une main sur ses yeux, et se mit rapidement au travail. Doucement avec méticulosité, il pénétra dans son esprit et effaça tout. Ca serrait mieux comme ça, si elle ne souvenait de rien du tout depuis cet homme. Il voyait son visage dans sa tête, il avait profité de sa naïveté pour coucher avec elle.
Une amnésie forcée, irréversible et indétectable. Il retira ses doigts après l’avoir plongé dans un sommeil léger, elle reviendrait à elle dans quelques minutes. Juste le temps qu’il disparaisse.
-Je n’ai pas intérêt à le regretter…
-Mais non…

Il secoua la tête, il semblait qu’il faisait beaucoup ça ces derniers temps. Avec précaution il prit les deux enfants des bras de leur mère, Deirdre se penchant sur ses épaules avec un petit rire enfantin, elle était sérieusement atteinte.
Gwynfor se retourna le enjamba de nouveau les tentacules, sentait un petit tintement dans tout son corps. Il eut un petit sourire en sentant la barrière qu’avait érigé Deirdre, puis se dirigea vers les bois. Il avait très envie de dormir, il lui semblait se souvenir d’un temple pas très loin d’ici.
Deirdre ne le suivit pas immédiatement, se penchant par-dessus l’elfin pour souffler doucement contre son visage. Un souffle qui sentait le muguet, doux et réconfortant, passant un message silencieux en faisant ce que son fils n’avait pas eu l’obligeance de faire. Après avoir passé utiliser ses pouvoirs de guérisseuse sur l’elfin, Deirdre fila entre les arbres pour voleter entre les branches tout en suivant Gwynfor.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cavalcade   Lun 14 Avr - 23:00

La faille s'ouvrit dans l'espace, laissant sortir Grimmjow, les mains dans les poches, qui donnait l'impression de descendre une marche. Ses pesquisas, ses nerfs de recherche, sentaient le crépitement des traces d'une forte puissance, et aussi Luppi.
Il éclata de rires en voyant ce qui restait de l'espada 6 qui avait pris sa place.
-T'es pitoyable Luppi !
Du pied, il poussa un peu le paquet sanglant, arrachant des gémissements au reste de l'espada.
-Mais je vais t'aider.
Un gémissement plaintif de nouveau. Grimmjow se mit à sourire, au point que son visage soit presque à se fendre, ses pupilles se dilatèrent, et sa main gauche attrapa les chairs à vif, arrachant un hurlement aux restes de Luppi. Ses doigts s'y enfoncèrent, alors que les tentacules réduits en bouillie tenter vainement de se relever pour le défendre. Petit à petit Luppi retrouva son apparence originelle sous les yeux brillants d'une envie de meurtre flagrante de Grimmjow. Un bref instant, l'arrancar le sentit espèrer, jusqu'à que à ce que.
-Cero.
Le laser de reitsu jaillit d'entre ses doigts, défonçant dans un éclat rouge caractérisant le cero, Luppi, qui afficha une rage débridée, alors que Grimmjow souriait à s'en fendre le visage en deux, sur toute la longueur. -G-grimmjow... enfoiré...
-Bye bye Ex numéro six, fit-il son sourire carnassier redoublant encore d'intensité, alors qu'un deuxième cero explosait Luppi, dont le bout se retrouvèrent éparpillés un peu partout. Grimmjow regarda son avant-bras ensanglanté, blasé.


Il l'essuya sur un des lambeaux des vêtements de Luppi, il allait le jeter quand ses yeux se posèrent sur... Tiens donc, la chère elfin que l'ancien espada aurait dû rammener à Aizen. Il s'en approcha, et répèta le même manège qu'avec Luppi, du bout du pied, il remua un peu l'elfe blond allongée sur le sol. Oh, un gémissement, elle était vivante, et elle pissait le sang, qui coulait lentement, mais qui coulait quand même, entre ses jambes.
Grimmjow chercha des traces des enfants, rien. Ils s'étaient fait la male avec le type qui lui avait mâcher le travail avec Luppi. Impossible de les retrouver, et puis, elle savait peut être quelque chose. L'espada se pencha, regroupant autour du corps les frusques qui gisaient sur le sol, avant de passer un bras sous les cuisses blanches de l'elfin, et un autre dans son dos. Il la souleva avec une facilité déconcertante, le sang coulait toujours.
-Tche...
Il la reposa sur le sol, et sans ménagement, il coinça le tissus des jupes entre les jambes de l'elfin, avant de la reprendre, au moins, il n'aurait pas à sentir le liquide chaud s'écouler. La fissure s'ouvrit dans ce bruit grinçant, un peu comme un violon mal accordé, Grimmjow traversa, et la bouche irrégulière se referma derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cavalcade   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cavalcade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Cavalcade et carambolage dans les rues d'Ambroisie
» Cavalcade
» La Cavalcade
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Andanorië :: Varilë-
Sauter vers: