AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dans le temple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Lun 7 Jan - 23:24

Les jambes tremblantes, un goût de bile dans la bouche, et l'impression d'avoir les os brisés, Laurëlin était resté muet, et n'avait fait que hocher la tête à ce qu'avait dit le prophète. Il était complètement sonné.
C'était humide et ça coulait.
A moitié conscient, il porta les doigts à son nez et sa bouche, avant de les retirer pour les mettre dedans ses yeux. Comprenant lentement qu'il saignait, il alla d'une démarche fantômatique jusqu' à la salle de bain, après avoir remit le meuble et ce qu'il y avait dessus en place.
Pinçant son nez, il attendit que le saignement s'arrête, pour se laver rapidement, s'il tardait trop, il se prendrait surement un autre coup. Il aurait mieux fait de se jeter par la fenêtre au Vampiric's Hotel.
Il brossa rapidement ses cheveux, osant à peine se regarder dans la glace. Sa peau bleuissait déjà, voir devenait carrément violacée, ou marronnasse, et avec une lèvre fendue, il devait vraiment avoir bonne mine tiens...
Prenant le premier vêtement qui lui tomba sous la main, il enfila rapidement... Oh, autre chose qu'un kimono. Une tunique épaisse, douce, crème, comme la chambre, il dénicha un pantalon en velour noir, et des sandales simples. Sa joue devait être noire, il n'avait même pas osé regarder. Le plateau sur la table lui donna la nausée, il ne bu qu'un peu d'eau, et ouvrit la porte de sa chambre.
Les deux même gardes qu'hier, celui de gauche comme son compagnon, paru un peu choqué de voir l'état de Laurëlin. S'entre-regardants, ils attendirent. L'offrande expliqua brièvement.
Le garde de gauche hocha la tête, et durant le peu de chemin qu'ils eurent à faire, Laurëlin apprit que s'il avait besoin de quoi que se soit, il n'avait qu'à demander à Troarn, puisqu'il s'appelait comme ça, juste avant la fermeture de la chambre.
Celui-ci frappa, et annonça l'entrée de L'offrande, poussant Laurëlin à l'intérieur, avec une grimace et une main amicale.

Entrant, en triturant ses doigts, les yeux baissés, Laurëlin attendait les sarcasmes qui ne tarderaient pas à pleuvoir. Il jeta un bref coup d'oeil à la ronde. Des peaux de bêtes partout, à en vomir, un bazard monstre, et un prêtre lézard nommé Masuaro, passablement énervé.
Il pensa qu'il ne survivrait pas, s'il se prenait encore une prune, le prophète avait tendance à démarrer au quart de tour, et à ne pas taper avec le dos de la cuiller. Il s'attendait au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Mer 9 Jan - 18:10

Masuaro leva négligemment les yeux à l’arrivée du garde et sourit ouvertement à l’entrée de Lin. Un petit bémol vint troubler son humeur, l’état de la joue du jeune homme, elle était violacée, bleue et marron. L’odeur du sang arriva à sa langue. Il ne pensait pas avoir frappé aussi fort, et une petite partie de lui s’en voulait un peu de l’avoir abîmé, De lui avoir fait mal.
Mais bon, il l’avait cherché et mérité, même si la prochaine fois il faudrait y aller un peu plus doucement histoire d’éviter tout de même de le tuer trop tôt. Il remit le nez dans ses papiers et finit de remplir celui qui était devant lui. Puis il consentit à relever les yeux sur Lin, qui se taisait… Oh bonheur. Il désigna une chaise en face du bureau d’un geste de la main

-Assied toi, désormais j’espère que tu réfléchiras un peu plus avant de dire ou faire quelque chose, je compte bien t’apprendre à garder et a tourner sept fois ta langue derrière tes dents avant de dire quoi que ce soit. Ce que je t’ai fais n’était qu’un avant goût de ce que je vais te faire subir si tu ne montre pas plus de respect. Si tu n’y mets pas du tien, je crains fort que tu retourneras dans ta chambre dans un sale état… Et nous recommencerons demain, après demain, après après demain, jusqu’à ce que tu comprennes, mais ne t’en fais pas trop, je ne suis pas si méchant, un médecin viendra soigner le gros de tes blessures le soir.
Enfin, si j’étais toi, et heureusement ce n’est pas le cas, je serais sage, très sage. Et maintenant parlons donc de cette table miraculeusement métamorphosée entre l’instant où hier je suis sortit de ta chambre et aujourd’hui quand j’y suis entré. Notons également qu’entre temps il y a eu une longue nuit et que tu as passé beaucoup de temps avec moi… Comment as-tu fais ? Et, surtout, avec quoi ? Et je te préviens, je tolère autant le mensonge, que l’impertinence.

Avec un grand sourire et un air des plus intéressé, le prophète posa un coude sur la table et fit se reposer son menton dans le creux de sa main, attendant la réponse de Lin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Mer 9 Jan - 18:48

"Forcèment... ça serait tellement dommage de m'abîmer au point que j'en crève..." Laurëlin garda sa langue derrière ses dents, n'en pensant pas moins, le prophète voulait jouer, très bien il jouerait, mais qu'il ne s'étonne pas, s'il lui claquait entre les doigts avant d'avoir pu le sacrifier.
C'était décidé, il ne se laisserait pas faire, et cette fois, le battre ne pourrait rien arranger. Il n'aurait ni son nom, ni sa mort.
Ce bref élan de lucidité totale, devint en quelques minutes son credo, profondément ancré en lui même, avant qu'il semble à moitié déconnecté à nouveau. Il sentait son sang pulser dans sa joue, et sa lèvre ne manquerait pas de se rouvrir au moindre mouvement brusque. Laurëlin ne pu s'empêcher d'avoir un mouvement de recul, bien qu'assis sur une chaise, quand il bougea son bras. Il avait presque levé ses deux bras pour protéger son visage.
Tremblant, il répondit pourtant d'une voix un peu éraillée, pourtant vide de tout sentiment, sur un ton monocorde, les yeux un peu vague.
-Je faisais ça pour gagner ma vie avant, je fabriquais des meubles, j'en décorais certains, je faisais même des jouets et d'autres objets, jusqu'à des bijoux... J'ai fait ça hier soir, c'est au moment où j'ai terminé que je vous ai entendu, et que je suis allé voir ce que vous aviez. C'est tout.
Mes outils étaient dans mes bagages. Je les ai trouvé hier. Ils sont dans le tiroir de ma commode. Je travaille vite, je n'ai pas besoin de beaucoup de temps pour vous redécorer une pièce.

Une fois terminé, Laurëlin semblait encore plus déconnecté de la réalité qu'avant, il regardait ses mains, il y avait encore du sang sous ses ongles. Il s'était mal nettoyé. C'était marron, comme la couleur de la fourure du tapis sous ses pieds. Il n'osa même pas lever les yeux pour défier encore un peu Masuaro, c'était trop douloureux quand il le faisait. Il n'avait jamais voulu le frapper, et il avait penser réellement se tenir tranquille, tout en réfléchissant à un moyen d'échapper à son éxécution...
Il aurait dû le laisser clamser dans son lit, terrassé par la fièvre, au lieu d'être aller le soigner, il serait mort plus tôt.
Ses pensées morbides ne cessaient de s'accroitre, durant le peu de temps que mis le prophète à répondre. Laurëlin songea que les espèces de salopards qui l'avaient tabassé parce qu'il était différent, alors qu'il était encore très jeune, auraient dû finir leur boulot correctement, et le tuer. Il n'aurait pas eu à vivre en sursis, ni dans la peur constante d'être briser, ni d'avoir mal, parce que trop fragile. Il se détesta pour ne pas être parvenu à mettre fin à ses jours de ses propres mains, de sa propre initiative avant que cela n'arrive... Tout aurait pu se terminer très vite, et ça aurait été si facile, mais c'était encore trop pour lui, il était pitoyable. En face de lui, il devait bien rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Mer 9 Jan - 19:39

Les yeux levés en l'air, réfléchissant, Masuaro écoutait, les yeux fixés sur une peau de léopard qu'il ne regardait pas vraiment. La réponse était interressante, tout en semblant des plus sincères. Il y avait peut-être quelque chose à faire de cette réponse, autre que de connaitre le passé du jeune homme qui avait l'air si fragile en face de lui. Un petit sourire se dessina sur son visage et il fixa les cheveux d'or de Lin et alla même les secouer un peu, riant intérieurement de la situation pitoyable dans laquelle se trouvait l'ex-fabriquant de meubles et jouets.

-Mmmmh, des outils... Dans ta commode... Tu as été honnête, c'est très bien. Je devrais te faire retirer ces outils, sûrement trachant, dangereux et qui peuvent faire mal, afin d'être sur que moi ou d'autre nous ne soyons pas blessé par toi dans une tentative vaine de t'échapper...
Mais pour te prouver que lorsqu'on est sage et qu'on se tient bien je sais être conciliant et gentil, je te les laisse, amuses toi à refaire ta chambre, d'ailleur je l'ai toujours trouvé déséspérément sobre et d'un ennui mortel, pas toi ?

Le prophète se pencha sur le bureau, alla chercher doucement le menton de Lin, remonta le visage du jeune homme avec douceur et l'obligea à le regarder droit dans les yeux. Il avait fait très doucement pour éviter d'abîmer encore plus le jeune homme qui ne l'avait pas mérité cette fois.

-En attendant que je te rende à cette chambre, qui est la tienne le temps que tu sois avec nous, je pense que tu pourrais être utile. Hier tu as dis savoir lire, écrire, compter, etc... Hier je me suis absenté sans avoir remplit l'administration, pensant qu'ils allait le faire, mais vu qu'apprament ils ne peuvent pas se passer de moi pour remplir de vulgaires bouts de papiers et faire des comptes, je n'aurais jamais le temps de faire tout. Tu vas m'aider en faisant des comptes, c'est dans tes cordes, et ça te feras passer le temps. Tu as une pile de documents à ta droite, c'est de ça dont tu dois t'occuper, et il y a un boulier si tu en as besoin.

Le bureau était suffisament grand pour que deux personnes puissent écrire confortablement. Une deuxième plume se trouvait dans l'encrier et du papier buvard se trouvait aussi sur la table.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Ven 11 Jan - 22:03

Laurëlin ne répondit pas à la question à propos de la chambre, à vrai dire, le prophète n'en attendait pas vraiment une.
Il se laissa faire, toujours un peu amorphe quand il lui saisit le menton, malgré l'envie de se reculer, il n'eut qu'un léger sursaut. Déjà un mieux.
Il pensa que s'il ne mourrait pas avant l'autel, et le sacrifice, il serait tellement habitué, qu'il ne réagirait plus au contact, ni même aux giffles de Masuaro.
Se détacher, c'était aussi un moyen d'oublier, et de vivre à travers un épai filtre.

Ses yeux se posèrent sur la pile en question. C'était énorme, épais, avec plein de feuilles qui dépassaient. Laurëlin fut déconcerté, pendant quelques secondes, avant de se dire que c'était comme ça, et que ça ne changerait rien, retour à la torpeur.
Il serait occupé, il trouverait sans doutes ça répétitif au bout d'un moment, et finirait par être totalement anihilé par les calculs. C'était très souvent comme ça quand on faisait beaucoup à la suite. Il avait eu beaucoup de mal avec les mathématiques, le vieux bûcheron avait eu du mal à lui en inculquer les principes. Il avait passé des heures sur des morceaux de parchemins à faire des opérations, jusqu'à avoir la tête pleine de chiffres, jusqu'à un état où seul comptait les chiffres sur le papier...
Il hocha la tête, se dégagea doucement de la main du prophète qui le tenait par le menton. Son esprit retrouva une comptine pour enfant, il eut un léger sourire, avant de décaler sa chaise, sans bruit, et de prendre un des dossiers.
Gestion des Dépenses pour le temple,
Temple, et maisons du temple.

Il en regarda un autre, avec le même grand titre, sauf que c'était pour les écuries, et les dépenses extérieures, il en regarda un autre, gestion des réserves, aussi bien de nourritures que de bougies, ou autres, donations au temple... Laurëlin soupira légèrement, et reprit le premier dossier, la plume, et commença, avec une précision, et une légèreté de plume, sans un tâche, une écriture régulière, en italique, fine.
Soustractions, additions, multiplications, divisions...
Il en avait pour des jours entiers. Heureusement, tout était tenu avec minutie, et précision, si bien que c'était simple, et clair pour se repèrer.

***

Il ignorait depuis combien de temps il faisait ça, mais Laurëlin avait dû s'aider du boulier à un certain moment. La pile diminuait, mais ne semblait pas vouloir finir. Sa main s'était engourdie plusieurs fois, et il avait dû frotter ses yeux au bout d'un certain temps. Son dos le faisait un peu souffrir, rien de trop grave par rapport à sa lèvre, il l'avait la ferme conviction que s'il parlait sans humidifier ses lèvres, elle se rouvrirait, et il saignerait encore. Il détestait le goût du sang.
L'hybride n'avait pas regardé Masuaro qui avait le nez plongé dans des papiers, avec ses lunettes sur le bout du nez.
Laurëlin avait eu faim, mais maintenant ça semblait loin. Ses jambes étaient engourdies aussi, mais il n'osait pas les bouger.
Les chiffres s'alignaient, se soustrayaient, s'additionnaient, se faisait rayer, de nouvelles cases étaient remplies, avec un compte exact. C'était vraiment répétitif.
Laurëlin ne voyait plus que ça, et ne pensait plus à autre chose, alors qu'au début, son esprit avait voulu s'enfuir. Léthargie mathématique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Dim 13 Jan - 14:52

Ses yeux commençaient à le piquer un peu. Enfin, il ne voyait pas encore le bout des innombrables feuilles et dossiers qu'il remplissait depuis ce matin. Il était tard, suffisamet tard pour que les serviteurs soient venu sans un bruit allumer des lampes pour qu'ils puissent voir. Il écrivit une dernière fois de son écriture serrée et nerveuse. Reposant sa plume dans l'encrier, il s'adossa en soupirant contre le dossier de sa chaise enlevant ses lunettes. Il se pinça l'arrête du nez puis se massa les tempes. Lin calculait toujours, et Masuaro ne pu s'empêcher de remarquer la finesse de l'ecriture du jeune homme. Repliant les branches de ses lunettes, il les posa sur la table.

-Bon, je crois que nous en avons fait assez pour aujourd'hui. Personellement je crois que si je dois encore remplir quoi que se soit, je vais les jeter dans le feu. Et surtout je dois faire autre chose, et j'ai faim. Je suppose que toi aussi, tu n'as rien du manger depuis hier soir.

Le prophète se leva et alla sonner à un cordon, ce qui déclenchait une sonerie dans une loge où il y avait toujours quelqu'un. Le prophète ouvrit une penderie et décrocha une toge décorée de plumes de colibris vertes-turquoises, l'habit qu'il mettait lors de chaque office, le matin et le soir, le reste du temps des prêtres de moindre importance s'occupait du temple quans il ne le pouvait pas. Il mit aussi un collier pectoral certit d'émeraudes et de turquoises. Pendant qu'il enfilait la toge il dit à Lin sans le regarder.

-Un serviteur ne devrait pas tarder, tu n'auras qu'à comander ce que tu veux. Ne bouge pas d'ici, je veux te revoir lorsque je reviendrais. Tu ne touche pas à tout, les fourrures sont plus fragiles qu'on ne pourrait le croire, et certaines choses sont à manipuler précautioneusement sous peine de grandes souffrances qu'elle t'infligeraient elles même.

La plupart des objets dans la chambre étaient des objets magique, et certains avaient même une personnalité propre. Eux étaient dans une vitrine fermée par des sorts, avec quelques autres objets que le prophète considérait comme les plus précieux, même s'ils n'étaient pas forcément les plus beaux. Masuaro sortit de la chambre et après avoir ordonné aux gardes de surveiller sa chambre, il partit pour la cérémonie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Dim 13 Jan - 15:53

Laurëlin avait hoché la tête à chaque demande de Masuaro. La mise en garde... si l'ordre venait à être transgresser, l'offrande subirait une autre punition, et il n'en avait pas envie.
Vraiment pas envie.
Aussi, resta-t-il immobile sur sa chaise. Il ne restait plus qu'un dossier, il avait tout fait, tout mis à jour. Il décida de finir. Il se frotta le visage de ses mains pâles, et reprit la plume qu'il avait soigneusement reposer.
Cette fois, ce fut court, il avait l'habitude, rompu à l'exercice, se fût vite fini, malgré l'interruption d'un serviteur qui lui demande ce qu'il voulait manger. Laurëlin l'avait salué poliment, et avait dit que n'importe quoi lui conviendrait.
Le serviteur avait eu un rictus, et s'était incliné avant de sortir. Laurëlin s'était replongé dans ses calculs.
Puis, une fois fini, il avait attendu. Le serviteur était revenu, il avait entendu les protestations de Troarn, il avait froncé les sourcils. Lin avait compris quand il avait vu son repas. Un ingénieux composé de... raclûres, et d'insects. Il avait regardé, impassible le serviteur, qui avait sourit, et était reparti.
Laurëlin s'était levé, les jambes tremblantes, avec précaution, pour reporter le plateau. Troar, lui avait tendu un morceau de pain, qu'il avait refusé, avant de refermer la porte de la chambre. Il avait manqué de trébucher sur plusieurs objets, et sur les tapis de fourures pour regagner sa chaise.
Il avait rangé les dossiers, en pile, dans l'ordre où il les avait trouvé, avant de trouver le temps long, vraiment trop long, et se s'endormir, assis sur la chaise, les genoux contre sa poitrine, sa tête reposant dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Mer 16 Jan - 19:44

Prier, encenser, bénir purifier, encore prier. Voila ce que Masuaro faisait depuis deux ou trois bonne heures. Il partait de la nef du temple, passant par la cuisine pour prendre de quoi manger et une servante pour porter la nourriture, puis direction sa chambre. Les deux gardes se mirent au garde à vous lorsque le prophète apparu au coin du couloir. Ouvrant la porte, ses yeux tombèrent immédiatement sur Lin endormit sur sa chaise. Ses yeux glissèrent sur la pile bien ordonnée de dossiers et il pu aussi voir que le jeune homme avait fini le travail pendant qu'il n'était pas là, ce geste méritait une certaine récompense... Il laisserait le jeune homme endormit alors. Masuaro fit signe à la servante d'entrer sans faire de bruit et de poser ce qu'elle tenait sur le lit. Après s'être éxécuté elle demanda en chuchottant si le prophète voulait qu'elle aille chercher quelqu'un pour raccompagner le jeune homme jusqu'à sa chambre sans le faire se réveiller , mais le prophète lui répondit qu'il n'était pas infirme, qu'il le ferait lui même et qu'elle pouvait partir.

Après une rapide inclinaison elle partit, il alla relever les gardes en leur rapelant de fermer la porte de la chambre de l'offrande. Une fois que les gardes eurent acquiescés et furent partit, le prêtre, sans faire de bruit, retira sa toge et son collier pectoral et les déposa avec précotion sur le lit. Par la suite, il s'accroupi près de Lin et resta quelques secondes à le détailler, à le regarder, enfin surtout l'état piteux dans lequel était sa joue. Elle était noire-violacée, les lèvres étaient sèchent, un peu gonflées et la lèvre inférieure avait été fendue et menaçait de se rouvrir au moindre mouvement brusque ou choc. Il alla ouvrir la porte entre sa chambre et l'autre, cala les tentures de lin grâce à un meuble. En allant vers le lit, le regard de Masuaro apperçu les vêtements qui avaient servis à Lin comme pyjama. Le prophète tiqua, il faudrait peut-être mettre Lin en pyjama, dormir tout habillé ce n'est pas vraiment le top... Mais pour mettre le jeune homme en pyjama ça voulait dire le déshabil-il dormirait habillé, après tout le prophète n'était pas sa nourrice non plus... Il plaça les couvertures au bout du lit, et retourna auprès de Lin. Il écarta les bras et avant de saisir Lin, il s'arrêta en chemin...

Mais allez bon sang, il va pas te manger... S'il mordait tu le saurais... Ce n'est pas plus difficile que de soulever une femme, et cet impertinent ressemble beaucoup à une femme, et puis ça ne veut absolument rien dire. Alors je ne vois vraiment pas ce qui t'empêche de le faire...
Il passa un bras sous les genoux de Lin, son autre bras allant un peu en dessous des homoplates et il se leva, soulevant doucement Lin dont la tête tomba naturellement sur l'épaule du lézard. Le jeune homme lui sembla étonnament léger Avec milles précotions, il passa la porte, passage périllieux car elle n'avait pas été conçu pour faire passer deux personnes à la fois... La peste soit des architectes qui n'avaient pas prévu ça. Il réussit tout de même à passer en se mettant de coté et en s'amusant avec sa queue, puis il pu déposer l'offrande sur son lit. Le prêtre rabattit les couvertures sur Lin qui dormait encore. Retournant dans ses appartements, il ne ferma pas la porte, et s'installa avec son plateau sur le bureu, après avoir rangé les dossier correctement, de façon à avoir un oeil sur Lin. Il commença avec appetit son repas. Des pates avec de la carbonara et du fromage rapé sur le dessus accompagnées par une belle escalope de poulet. A coté un beau morceau de pain avec du fromage frais finement salé dans un pot blanc, le dessert c'était quelques fruits dispachés dans une petite corbeille. Le tout arrosé de cidre doux. Il mangea tranquillement, attendant que Lin se réveil, ou qu'il tombe lui même de fatigue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Jeu 17 Jan - 19:25

Non, il n'avait rien fait, il leva les bras comme d'habitude pour protéger son visage des jets de cailloux. Chaque coup le brûlait, un de ses persécuteurs lui attrapa une cheville, et tira dessus, il se retrouva projeté sur violement sur le dos, s'étalant dans le sol boueux dans un bruit de sucion. On cherchait à écarter ses bras, il se débattait, il entrevit l'éclat de la barre métalique, le coup partait.
Laurëlin poussa un cri et se recroquvilla sur lui même. Il ouvrit brutalement les yeux, tremblant, en nage. Il ne sentait plus son corps. Il n'osa pas bouger, il était dans son lit.
Il sentit quelque chose ramper le long de ses jambes. Laurëlin souleva doucement les couvertures pour regarder. Il se mit à hurler, sautant hors du lit, cherchant à ses débarasser des répugnants insectes qui grimpaient sur lui. Ils venaient de l'intérieur des draps. Tout en poussant des cris, il prit la fuite, cherchant refuge au près du prophète, peut importait les conséquences, il s'accrocha à lui, tremblant presque spasmiquement, les yeux brouillés de larmes. Il était tombé à genoux, et s'accrochait désespérement aux vêtements de Masuaro.

Laurëlin avait vraiment peur, la personne qui avait ça le connaissait, il ne supportait pas les insectes depuis son enfance, où à cause de son apparence, il avait été la cible de jeux plutôt malsains, la scène des insectes lui étaient étrangement familière, il l'avait déjà vécu, sauf qu'il n'y avait eu personne à qui s'accrocher.
Le serviteur de tout à l'heure y était peut être pour quelque chose, il lui avait servi un plat tout à fait ragoutant... Alors s'il avait changé les draps, forcèment...
Pourtant, une peur sourde le tenaillait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Ven 18 Jan - 16:18

Il commençait un peu à s’endormir, une tartine de pain dans la main, lorsque, aussi soudainement qu’imprévu, Lin se releva d’un bond de son lit. Il exécutait une drôle de danse, et des petits trucs noir avait l’air de tomber au sol… Sans qu’il ait pu esquisser le moindre mouvement le prophète se retrouvait avec un Lin en pleur, à genoux et qui agrippait assez fort ses vêtements. Les deux bras en l’air, la tartine pincée entre deux doigts, Masuaro regardait le jeune homme avec un air mi-effrayé, mi-je dois faire quoi là. Il reposa lentement la tartine et releva aussi sec le bras. Il ne savait réellement pas quoi faire, ces 300 dernières années il n’y avait pas grand monde pour ne pas dire personne qui se soit accrocher à lui désespérément et en pleurant…

Enfin, plus d’une fois même, si mais là ce n’était pas, mais alors pas du tout la même paire de manche. Il se dit qu’il fallait peut-être calmer un peu le jeune homme avant de lui demander pourquoi cette attitude plus que surprenante, de toute manière même si le prêtre le lui demandait maintenant, Lin ne pourrait pas répondre avec tous ses tremblements.
D’un mouvement pas sur, il mit une main sur la tête de Lin et tapota un peu sèchement, un geste qui se voulait un tant soit peu réconfortant. Voyant que c’était d’une part ridicule et que d’autre part ça n’aidait pas, le prophète regarda le ciel et dis d’une voix silencieuse, s’adressant aux dieux qui devaient bien se marrer là haut, ‘‘Dieux, pourquoi moi , pourquoi maintenant? ’’.
Une image lui revint en mémoire… Il était jeune, très jeune, cette image devait remonter à il y a très longtemps alors. Masuaro venait de chuter de cheval pour la première fois, sa mère arriva, pestant contre le maudit animal ayant fait chuter son fils. Le petit quetz pleurait, il avait mal. Sa mère arriva et se mettant à sa hauteur, le prit doucement dans ses bras, en lui murmurant des paroles apaisantes.

Ca lui avait fait tellement de bien d’entendre le son réconfortant de sa voix, il avait cessé de pleurer… Peut-être que ça marchait avec tout le monde, de la douceur… Il n’avait jamais eu à faire ce genre de choses avant aujourd’hui. Il déglutit, pui doucement, il posa une main derrière la tête du jeune homme, sur la nuque et pressa un peu la tête de Lin contre son flanc, il se baissa un peu et mit une main dans le milieu du dos du jeune homme en pleur. Sa main frotta doucement le dos de Lin, d’une voix étrangement calme et même douce et compatissante, il murmura.

-Chhhhhhhhhhhhht… Du calme… Ca va aller, tu n’as plus rien à craindre maintenant. Je suis là. Calme toi… Il ne t’arrivera rien maintenant. Calme toi et explique moi ce qui t’a mis dans cet état d’accord ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Ven 18 Jan - 19:34

-D-des insectes, il y en a partout...
Laurëlin cherchait à étouffer ses sanglots, il était ridicule, se jeter dans les bras de celui qui l'avait frappé au début de la journée, en pleurant. Mais il avait une peur presque tétanique des insectes, il desserra pourtant un peu son étreinte plus que crispée, avant de chercher à maitriser sa respiration, tout en répètant qu'il y avait des insectes.
Jusqu'à ce qu'il finisse par lâcher le prophète, un peu désorienté.
-P-pardon. Pardonnez-moi, je n'aurais pas dû, je...
Il gardait la tête baissée, refusant de voir celui qui lui rappelerait sa honte, et son ridicule. Il tordait ses doigts très mal à l'aise, ne sachant pas trop quoi dire, n'osant pas essuyer ses larmes, ni esquisser aucun geste.
Il le frapperait s'il faisait un geste brusque, il l'avait touché, Laurëlin se ratatina, est ce qu'il allait encore avoir mal ? C'était tout ce qui comptait, cette appréhension de la douleur. Il avait cru, il avait bien cru qu'avoir mal s'était fini quand sa vie allait pour le mieux, il s'était trompé. Il s'était lamentablement persuadé que ça irait mieux, c'était faux, tout était faux. Il ne serait jamais tranquille, et on lui aracherait ce qui serait précieux à ses yeux.
Il n'avait plus rien, rien du tout, et il allait mourir, mais il fallait encore qu'on vienne le tourmenter, lui rappeler son passé, et qu'il souffre. Les autres devaient prendre un malin plaisir à le voir pleurer et crier. Il avait eu le malheur d'ouvrir la bouche ce jour là, sans pitié, ils l'avaient tenu, et avaient enfoncé des insectes partout où ils le pouvaient, tous n'avaient pas son âge, il y avait eu des plus grands, et en suite sa vue brouillée par le sang.
Il était partit après ça, quand il avait retrouvé d'autres insectes dans son lit, il se ne souvenait pas vraiment de son enfance, ni même s'il avait eu une mère, un père, une famille, c'était presque certain, il se souvenait d'une chaleur du coeur, puis, elle avait été brutalement perdue.
-Pardon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Sam 19 Jan - 21:59

Des insectes, Lin devait en avoir sacrément peur pour être venu pleurer contre le prophète. Avec patience, le prophète attendit que le jeune homme se calme un peu. Lorsqu'il le lâcha, Masuaro souffla un grand coup, soulagé, il avait fait preuve de... Comment on appelle ça déjà ? Ah voila, de compassion. Et puis en même temps qu'est-ce qu'il aurait pu faire ? Frapper le jeune homme ? Ca n'aurait servit à rien, il n'avait rien fait de mal, et il n'aurait pas arrêté de pleurer pour autant, ça aurait sûrement doublé les pleurs en plus. Le prophète regarda Lin se ratatiner comme s'il attendait un coup. Le prophète, posa une main sur un des accoudoir et se leva.

- Tu n'as pas vraiment à t'excuser si tu as eu peur, même si tu aurais pu éviter de te coller à moi.

Le prophète s'approcha du jeune homme lui posa une main sur l'épaule, puis il la retira et alla vers la porte ouverte, regardant les insectes rampant sur le sol de la chambre.

- Ne te crispe pas, tu n'as rien fait de mal, tu n'auras rien, tu n'es puni que lorsque tu fais quelque chose de mal. Par contre si je tiens l'abrutit dégénérécent qui a fichu ces insectes dans ton lit je vais lui faire passer le pire quart d'heure de sa vie. Et bien sûr tout le monde dort à cette heure... Et je n'ai pas du tout envie de bouger jusqu'à eux...

Le prophète soupira et ferma un peu les yeux. Lin ne voudrait sûrement pas remettre les pieds dans cette chambre où il y a des insectes... Il va dormir où alors ? Il n'y a qu'un seul lit dans la chambre du prophète même s'il est grand, il est hors de propos que Lin dorme avec lui. Ah, peut-être que...

-Bon je suppose que te demander de retourner dormir dans cette chambre est impossible. Si tu veux dormir tu attrape une ou plusieurs couvertures dans cette armoire et tu t'installe comme tu peux par terre, tu peux te mettre sur toutes les fourrures que tu veux exepté celle du loup garou. Si tu as faim pendant la nuit il reste des fruits, un peu de pain... Enfin tu sauras te débrouiller seul.

Le prophète attendit que le jeune homme est aquiscé avant d'aller se changer pour la nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Dim 20 Jan - 13:57

Laurëlin s'était légèrement détentue quand il avait dit qu'il ne le frappera pas. L'idée saugrenue que le Prophète ne devait sans doute pas frapper les offrandes féminines lui traversa l'esprit. Il aurait mieux fait d'être né fille, ou d'avoir le courage de mourir avant d'arriver ici.
L'auto-appitoiement semblait être son nouveau passe temps. Laurëlin se trouvait vraiment pitoyable.
-Merci...

Il fit comme on lui avait dit, il prit une couverture, mais peu rassuré à l'idée de dormir en direction de la porte donnant sur la chambre où les insectes avaient élus dommicile, il décida en jettant des regards inquiets un peu partout, de s'intaller derrière le lit du prophète, à ses pieds, sur le sol, mais au moins, il avait l'impression d'une immence barrière entre lui et les insectes.
Il s'enroula dans la couverture, s'emmitoufflant jusqu'au nez, il se recroquevilla, hésitant à s'allonger sur le sol, il préfèra adopter la technique de la chaise, appuyé de coté contre le bord du lit, les genoux remontés contre sa poitrine, il avait posé seulement à moitié la tête sur le matelat. Il tomberait certainement pendant la nuit, et finirait allongé par terre, mais il préfèrait rester comme ça.
Sous ses pieds nus, la fourure le chatouillait agréablement, c'était chaud. A vrai dire, Laurëlin aurait pu aisément dormir sur le sol, les couches de fourures toutes aussi exemptes de poussières les unes que les autres s'avèraient être confortable. Il avait faim, mais le fait de penser à la nourriture le rammenait à son plateau et aux insectes lui coupant toute envie de manger. Il avait chaud, et la fatigue le reprit, malgré les protestations de son esprit lui disant qu'il y avait danger à coté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Mer 23 Jan - 18:29

Dans la salle d’eau, le prophète faisait couler de l’eau en grande quantité, la tête sous le filet d’eau coulante, il réfléchissait, les yeux fermés. Durant la journée, rien n’avait laissé paraître de son état. Il n’avait certes plus de fièvre, mais toujours une certaine faiblesse, comme celle qui vous suit à la suite d’une grippe, mais il était trop fier pour se reposer tel quelqu’un de malade. Il avait la réputation de n’être jamais malade et d’être sans pitié même devant des enfants en pleur. Tout cela était vrai, en partie. Jamais il n’avait manqué à ses devoirs par maladie, ou épargné une offrande si jeune soit elle. En fait tout ce qui le ferait passer pour faible, le prêtre le cachait. Lorsqu’il muait il était malade pendant plusieurs jours et nuits, mais rien ne le montrait et il officiait à tout les offices, matins, midi et soir. Il ne manifestait aucun sentiment ni émotion devant les enfants à sacrifier au moi de Tlaloaclt car il devait le faire, mais en fait il détestait faire ça.

Toutes ces pensées lui venaient en tête à cause de Lin. Malgré la sombre réputation de Masuaro, qui était connue partout en Inwilis, le jeune homme lui avait tenu tête, du moins au début. Mais le pire, c’est que le jeune homme l’avait vu malade et l’avait même soigné… Il ne manquerait plus qu’on soit au mois du dieu de la pluie et que le jeune homme le voit après la cérémonie dans toute sa pitoyabilité et là c’était le bouquet… Lin était intrigant, et, d’une certaine façon, ça plaisait assez au prophète que quelqu’un lui réponde un peu comme si il était quelqu’un d’ordinaire. Par habitude Masuaro avait obligé Lin à s’adresser à lui comme le faisait tout le monde, en fait il aurait peut-être dû laisser le jeune homme faire comme il le voulait… Non, il aurait eu l’air faible face à une offrande, et ça il en était hors de question.
Avant d’avoir les écailles toutes fripées, il tourna les robinets et éteignit l’eau. Il prit ses vêtements, les mit dans une trappe les emmenant directement au lavage, et se sécha.
Une fois sec, un éclair de lucidité le traversa, il n’avait pas de vêtements et ses habits de nuit étaient dans la chambre, précisément là où était Lin… Le prophète regarda la serviette qu’il tenait dans la main, elle était trop petite pour couvrir entièrement… Il la noua autour de sa taille et regarda, un mouvement de jambe ou de balancier un peu trop fort et la serviette laissait voir ce qu’elle était sensée cacher. Marchant doucement, gardant la queue immobile, le prophète sortit de la salle d’eau et alla dans sa chambre. Il remarqua que Lin dormait et il se détendit un peu. Attrapant ses vêtements de nuit, il retira la serviette, se découvrant entièrement. Puis il enfila ses habits de nuit constitués d’un pagne long et simple de couleur beige. S’installant confortablement dans son lit sous les couvertures, le prophète s’endormit pour la nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Mer 23 Jan - 20:45

Laurëlin se réveilla en plein milieu de la nuit, terrifié, il avait étouffé ses gémissements en plaquant ses mains sur sa bouche. Il avait dépassé le stade de la faim, et avait l'impression de flotter.
Les ombres dans la chambre lui faisait peur, seul le souffle régulier de Masuaro était une présence rassurante. La porte séparant sa chambre insectifiée et celle du prophète était fermée, mais Lin cru entrevoir de la lumière filtrer. Terrorisé, il se recroquevilla encore plus, fermant les yeux le plus fort possible.
Il fut incapable de se rendormir, il évitait d'ouvrir les yeux dans la nuit qui régnait, il se sentait léthargique, mais la peur qui le tenaillait le ventre était sourde. Il avait l'intime conviction que s'il ouvrait les yeux avant le jour, il serait happé par quelque chose dans les ténèbres. L'impression d'être observée était flagrante, dérangeante, malsaine.
Il resta prostré, figé durant des heures, incapable de dormir, s'il s'abandonnait au sommeil s'était fini aussi.
Il sentit poindre le jour, après avoir prier à l'heure la plus sombre, juste avant l'aube. L'aube. Il savait qu'elle était là, les oiseaux chantaient, mais il était trop tôt.
Son calvaire allait prendre fin bientôt. La lumière à tavers ses paupières closes était bleuté. Il pu les ouvrir. Soulagé.
Il resta pourtant immobile, le moindre geste pourrait rendre furieux Masuaro, et Laurëlin aurait encore mal. Il ne voulait plus avoir mal. Plus jamais. Il entendit quelqu'un pousser un cri de surprise étouffé, la servante venait de découvrir les insectes. Il entendit en suite la voix de Troarn, rassurante. Elle lui rappelait celle de Fitz, l'homme qui avait séjourné chez lui. Il entendit en suite des bruits de pas, le froissement des draps, et l'admiration de la servante pour la table. Il eut un sourire.
Puis ce fut de nouveau le calme.
Il était tôt.
Laurëlin sentit le prophète remuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Jeu 24 Jan - 16:44

Le prophète avait passé une nuit paisible, il en avait eu bien besoin. Le soleil perça au travers de ses paupières clauses, et il put sentir la chaleur de l'astre. Il se tourna un peu sur le coté et enfouit un peu sa tête dans les oreillers. La douce chaleur de son lit, douceur de sa couverture, l'odeur douce qui régnait dans sa chambre, pourquoi il faut qui se lève... C'est tellement bien ici. Enfin, il avait une fonction à remplir et que son lit soit confortable ou pas il devait bouger.
Il se laissa glisser vers le bord de son lit, ouvrit les yeux et secoua la tête. Intrigué il tourna la tête vers un tas de couverture, ses yeux s'écarquillèrent quand il vit Lin. Mais qu'est-c- Ah oui, les insetctes et tout, c'est vrai. Le prophète se leva et alla tirer le cordon. Puis il ouvrit son armoire et sortit ses vêtements. Il les prit, alla se laver en quatrième vitesse et ressortit de la salle de bain tout habillé au même moment où la servante arrivait. Elle s'inclina doucement et demanda ce que voulait le prophète.

-Rien pour moi, ce serait plutot pour lui, il désigna Lin par dessus son épaule. Même chose qu'hier Lin, tu ne touche à rien...

Sur ce, le prophète sortit et alla à l'office du matin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Jeu 24 Jan - 17:18

La servante regarda Laurëlin qui avait hoché la tête. Elle s'accroupit doucement à coté de lui. L'hybride constata qu'elle était plus veille qu'il n'y paraissait. Brune aux cheveux longs, et aux yeux d'un vert luminescent, elle avait le regard doux, et son sourire l'était encore plus. Laurëlin su qu'il pourrait lui faire confiance. Elle posa une main sur les siennes, et lui sourit doucement.
Elle lui dit qu'elle avait ammener un plateau avec une petite salade de fruits frais, du pain grillé, de la confiture de cassis, et un chocolat chaud. Elca, comme s'appelait, avoua être au courrant de ce qu'avait fait son collègue hier soir, elle savait donc aussi que Laurëlin n'avait rien mangé. Elle l'aida à se lever pour aller s'assoir et manger. Elle le soutint par la taille, ses jambes ne portant pas. Il avait l'air complètement amorphe, lui qui avait été poli avec elle, contrairement aux autres offrandes.
-J'ai nettoyé vôtre chambre, vous pourrez aller vous laver après, et vous changer, il ne reste pas un seul insecte, je vous le jure.

Laurëlin sourit en la remerciant, cela lui mit un peu de baume au coeur. Elle resta un peu, pour bavarder avec lui, c'était agréable. Laurëlin mangea donc, sous le regard attentif à ses moindres gestes de la servante. Elca se révèlait être une précieuse source d'information. Laurëlin apprit pas mal de chose sur Masuaro. Finalement, il le comprenait, un peu. Elca regarda l'heure, et s'excusa de partir précipitement, mais elle avait du travail, et elle avait trop tarder. Laurëlin la remercia.
Une fois la servante sortie, il délaissa le plateau coloré, et décida d'aller se laver et se changer. Sa machoire lui faisait mal. Il toucha sa joue, ça faisait mal. Il devait être dans un sale état. Passant une main dans sa chevelure, il ouvrit la porte de la chambre avec précaution. Elca avait dit vrai, tout était propre. Il soupira de soulagement.
Il tira des vêtements propres d'un des coffres, les jettant sur le lit refait. Laurëlin s'étira, ses articulations craquèrent.
Il fronça les sourcils.

Il y avait une odeur bizarre, ou bien était-il devenu parano ? Il chassa ses idées noires, et ouvrit la porte de la salle de bain, perdu dans ses pensées. Il s'arrêta net. Il avait marché dans quelque chose de gluant. Il regarda son pied, et poussa un cri, reculant dans la chambre, en secouant la jambe. Le morceau d'intestint collé à son pied se détachant en partant en charpille. Son cerveau refusa d'enregistrer l'information que ses yeux transmettaient. La salle d'eau était couverte de sang et d'entrailles. Il poussa un hurlement à demi-étouffé par la nausée qui le prit.
La porte de la chambre s'ouvrit avec fracas, les deux gardes s'immobilisèrent devant le spectacle de Lin en train de vomir, et de la salle de bain rouge.
-Va chercher Le Prophète, vite ! ordonna Troarn à son collègue, tout en faisant sortir Lin.
L'autre ne se fit pas prier, et courru chercher Masuaro qui devait avoir fini les offices.

Laurëlin était de nouveau assis sur la chaise, qui semblait être la sienne, tremblant, mais habillé avec des vêtements propres. Elca ayant vomi devant la scène, elle avait dit qu'elle ne pouvait pas nettoyer ça, et qu'il vallait mieux attendre que le Prophète constate, elle était parti voir ce qu'il faisait. En attendant, Troarn le rassurait, touchant son visage, parlant doucement, en disant que c'était fini, touchant ses cheveux, essuyant une ou deux larmes tout doucement sur la joue meurtrie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Ven 25 Jan - 22:08

Le prêtre était à genoux devant l'autel, peu de fidèle était présent. Il faut dire que rare était ceux qui avaient le droit de pénétrer au sein du temple, une grande pièce à l'entrée, et puis c'était tout. Dans un receuillement tout à fait silencieux, il terminait l'office par une prière comme à son habitude et comme il était rédigé des le texte de sa religion. Il venait tout juste de terminer lorsque un des gardes censé surveiller la porte de la chambre de Lin pour ne pas qu'il s'échappe arriva en courant dans la nef, l'air assez paniqué. Lin ce serait-il échappé ? Le garde s'inclina, s'excusa vivement et lui expliqua qu'on venait de trouver du sang et des bout d'entraille dans la salle de bain de la chambre de l'offrande. Qu'est-ce que... Le prophète eu un regard asez vide pendant quelques secondes, secoua la tête et d'un pas furieux il se dirigea vers l'aile où se trouvait les chambres. Le garde le talonna de près et dans un escalier il croisèrent la vielle Elca qui allait chercher le prophète elle aussi. Le groupe de trois, mené par un Masuaro de mauvaise humeur, arriva rapidement au bon étage. Masuaro pu voir Troarn réconforter Lin.
Ca lui fit un drôle d'effet, il savait que Lin devait être pas mal secoué mais... Il ne savait pas pourquoi il n'aimait pas ça, même en sachant que c'était innocent venant de Troarn.. Enfin normalement... Il chassa ces pensées et s'engouffra dans la pièce. Il arriva devant la salle de bain et les odeurs le frappèrent. Du sang, des tripes, de la bile aussi... Mais qui avait fait ça ? Hier les insectes et aujourd'hui... Quelqu'un devait en vouloir au jeune homme quelque chose de bien. Le prophète fulminait. Il était hors de question que quelqu'un soit menacé dans son temple. Certes Lin sera tué, mais là c'était quelque chose de différent. Le prophète ressortir et se racla bruyamment la gorge. Troarn se redressa et s'aligna avec son collègue. Fixant Troarn et Rieg, l'autre garde, il dit d'une voix dure.

-Ca n'est pas la seule chose de ce genre qui c'est passé. Hier soir Lin a eu la mauvaise surprise de trouver des insectes dans son lit... Est-ce que vous avez la moindre idée sur ce qu'il se passe, même si ça à l'air débile...

-Il y a aussi le plateau d'insectes qu'un serviteur à amené au jeune homme hier soir...

-Un plateau d'insectes ? Le prophète souleva un sourcil, intrigué. Je n'étais pas au courant de ce fait...

La vieille Elca ouvrit les yeux un peu plus grand et porta une main tremblante à sa bouche. Elle avait l'air un peu surpprise que le prophète ne sache pas pour la nourriture de Lin au soir. Le prophète lui fit un petit signe de main pour lui signifier que ce n'était rien, puis il passa une main sur son visage. Il devait trouver une solution adéquat pour que Lin soit en paix... Au moins jusqu'à ce que le prêtre règle l'affaire des insectes et autres intestins.

-Bon, Li-l'offrande restera dorénavant dans ma chambre. A part Elca, vous deux et moi, personne ne rentre. Elca entres, restez avec Lin le temps que j'aille trouver quelqu'un pour nettoyer ça, et que je pose quelques petites questions... Faites bien attention à lui...

Toujours aussi furieux, le prophète, toujours en habit d'office, repartit par où il était venu. Direction les cuisines.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Sam 26 Jan - 11:38

Elca avec tact et délicatesse avait repoussé Troarn, qui semblait prendre cette histoire beaucoup trop à coeur. Elle avait apporté du beaume et de l'onguent pour la joue et la lèvre de Lin. Attachant ses cheveux bruns, elle releva les manches de sa tunique, et dégagea le visage de l'offrande en ôtant ses cheveux blonds.
Ils étaient très doux.
De ses doigts fins, elle appliqua ses soins. Troarn et Rieg étaient devant la porte montant la garde, pendant que dans la pièce d'à coté, on s'acharnait à tout nettoyer entre deux haut de coeur.

Le silence s'était installé pourtant entre eux, gênant. Elca malgré ses centaines d'années, ne savait pas trop comment aborder un sujet. Ce fut Lin qui parla en premier, rompant ce moment gênant.
Elca ne disait rien, c'était lui qui parlait. Il avoua s'appeler Laurëlin, et non pas Lin, Elca elle même ne donnait jamais son vrai non, les noms avaient trop de pouvoir. Il lui raconta tout, le Prophète devant être en séance d'interrogatoire, il avait le temps de tout raconter. Il supposa que le serviteur aux insectes était quelqu'un qu'il avait connu dans son village, et qui lui en voulait pour X raison.
Il se mit à pleurer en suite, en rageant contre lui même d'être lâche et ne pas avoir su mettre fin à ses jours, répètant inlassablement qu'il était méprisable.
Laurëlin entra dans une crise, incapable de se calmer, Elca n'en cru pas ses yeux ni ses oreilles. La servante posa une main sur le front de l'hybride, brûlant. Il était brûlant. S'assurant que personne ne regardait, elle passa sa main devant les yeux de Laurëlin, qu'elle rattrapa de justesse avant qu'il ne tombe de la chaise où il était assis. Le portant avec une force qu'on ne lui soupçonnait pas, Elca allongea Lin sur le lit du prophète, rabattant une couverture sur lui. Elle s'intalla à son chevet. Il avait été secoué. Il faudrait qu'elle en parle au Prophète dès son retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Mar 29 Jan - 19:03

Le prophète débarqua dans les cuisines sans avoir prévenu personne. Les serviteurs se retrouvèrent déroutés et pris au dépourvu, et ils le furent encore plus lorsqu'il ordonna d'une voix dure qu'on rassemble tout le monde éxepté Elca, Rieg et Troarn, et en vitesse. Après plusieurs minutes de cohu générale, tous les serviteur, palfreniers, commis de cuisine, cuisinnières, femme de chambre, blanchisseuses, etc. étaient aligné parfaitement et devant lui. Sa queue battait l'air avec fureur, ses bras croisés sur son torse et son regard assassin. Il se décolla du mur sur lequel il avait prit appui, il marcha loguement et lentement devant la ligne. les serviteurs restaient droit, mais le peur et l'inquiétude se lisaient sur leur visage tendus. Qu'est-ce que voulait le Prophète, ce genre de situation n'était jamais bonne. Il s'arrêta et leur fit face, les regardant aussi durement les uns que les autres.

-Je viens de constater que le salle de bain de l'offrande avait été souillée et recouverte par le sang et les entrailles d'un quelquonque animal. Hier soir des insectes ont été trouvés dans les draps de l'offrande. Et toujours hier soir un plateau repas composé d'insectes à été donné à l'offrande... Je ne tolère pas ce genre de choses dans mon temple, et il est donc bien entendu hors de question de ça continue. Je vais vous poser une question, et vous me répondrez en ayant toujours en tête mon point de vue sur le mensonge et la dissimulation. Qui a commit ces actes ?

Les serviteurs se jetèrent des coups d'oeil. Ils ne savaient que trop ce qu'il leur arrivera si ils mentaient ou couvraient l'un d'eux, la sentence tomberait méchament... Et si personne ne répondait, tout le monde aurait la punition. Une jeune femme de chambre s'avança doucement d'un pas et prit la parole d'une voix pas sûre.


- J-je sais que c'était Fronwin qui devait changer et laver la chambre de l'offrande hier... M-mais je ne sais pas si il l'a fait ou non m-monsieur...

Une vieille cuisinière aux cheveux gris et un peu ronde s'avança à son tour. Mais lorsqu'elle prit la parole ce fut d'une voix plus assurée que la jeune femme et avec un accent plus marqué qu'elle.

- C'est lui aussi qu's'était proposé d'apporter l'repas à l'offrande monsieur. Mais l'plateau c'était d'la nourriture, j'le sais parce que c'est moi qu'l'ai fait. C'était du riz, du poulet et d'autre trucs, mais certainement pas des bestioles grouillantes, si c'était des bestioles qu'il a eu le jeune homme là haut, et ben c'est que Fronwin il a remplacé mon r'pas par ces trucs...

Le serviteur dénommé Fronwin avait l'air très mal à l'aise. Il jetait sans arrêt des coups d'oeil nerveux à la porte de sortie et au prophète. Masuaro avait écouté les deux femmes et il leur fit un signe de tête pour qu'elles se replacent dans la ligne. L'avantage d'avoir autant d'années derrière soi, c'est qu'on connait le nom de tout ses serviteurs aussi nombreux soient-ils. C'est donc sans hésitations et sans se tromper que Masuaro se planta devant Fronwin, il plongea ses yeux dans ceux de l'homme. Fronwin devint livide, commençait à transpirer à grosses goutes, ses genoux se cognaient et ses jambes tremblaient. Avec un sourire sarcastique et un ton du même genre, le prophète dit.

-Tu vas avoir une chance inouïe... Tu vas vivre dans le plus horrible des cachots du temple, manger des repas aussi ragoûtants que celui que tu as gracieusement apporté à l'offrande, et au bout de quelques longs jours sombres l'offrande décidera de ton sort... N'est-ce pas merveilleux ?

En un claquement de doigt, le serviteur fut enchainé et trainé de force jusqu'aux cachots.

-Bon, ça c'est fait. Vous pouvez retourner à vos travaux. Merci de votre aide.

Un peu surpris par les dernières paroles du prophète, les serviteurs balbutièrent un "de rien" pas très sychronisé et se remirent à leur tâches. Masuaro, satisfait et de bonne humeur retourna dans sa chambre. Il entra pour trouver un Lin qui n'avait pas l'air bien du tout, allongé dans son lit et une Elca un peu inquiète et l'air soulagé qu'il revienne. Un peu déconcerté, le prêtre demanda à Elca.

-Qu'est-ce qui c'est passé ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Mar 29 Jan - 22:01

Elca se leva, et s'inclina rapidement.
-J'ai du l'allongé sur vôtre lit, il semblerait qu'il est de la fièvre, Mon Seigneur, il est dans un état de faiblesse extrème, il n'a rien mangé depuis deux jours, et le peu qu'il avait avalé, il l'a rendu en voyant le spectacle dans sa salle de bain. Il était... vraiment perturbé, je crois qu'il est malade, il a dû contracté une fièvre quelque part, très franchement, monsieur, quand on vous offre un cadeau humain, il faut faire attention à sa santé, il devait couver ça depuis un moment...

La servante soupira, elle ne pouvait pas raconter elle même ce que Laurëlin lui avait révèlé.
-Je crois aussi, monsieur, qu'il faudrait que vous parliez avec lui, tout à l'heure, il a dit qu'il avait déjà vécu tout ça, et que celui qui faisait ça, le connaissait. Sans vouloir vous ordonner quoi que se soit, je le répète, parlez avec lui, ça lui fera du bien. Et tenez le occupé, je crains le pire si on le laisse trop ruminer ses pensées. Je vais chercher de quoi vous restaurer, pour tous les deux.

Elca n'attendit pas la réponse, et prit congé, laissant Laurëlin sous une surveillance bien plus efficace que celle de n'importe qui d'autre.


C'était un sommeil sans rêve, pourtant il avait trop chaud, mais ses paupières refusaient de s'ouvrir, ses mains se crispèrent sur le drap frai, cherchant par le contact à se sortir de sa léthargie. Il avala douloureusement, sa gorge lui faisait mal. Il devait avoir de la fièvre. Maintenant il en était sûr, il était malade. Il entendait vaguement Elca parler. De l'air frai, la porte s'ouvrait et se refermait pour la deuxième fois. Il toussa, roulant sur le coté, réveillé cette fois. Plaquant les mains sur sa bouche, il continuait de tousser, secoué à chaque quinte, de plus en plus violentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Ven 1 Fév - 21:34

Interloqué, le prophète n'eu même pas le temps de répliquer quoi que ce soit qu'Elca était déjà partie. Il regardait Lin faible et allongé dans le lit. Le jeune homme avait dû attrapper froid quand il l'avait traîné dans les rues de Cemenwin,le jeune homme était pieds nus et pas très couvert, quand il l'avait ramené. Ils avaient été trempés tout les deux, et puis le prophète avait eu de la fievre lui aussi, même si ça semblait désuet à coté de celle dont Lin était affublé désormais...
Le prophète soupira. La toux du jeune homme le fit revenir à la réalité. Il alla le voir. En posant la main sur son front il put constater à quel point il était brûlant, et sa toux sèche et violente ne disait rien qui vaille à Masuaro. Tenant Lin par les épaules et lui évitant du même coup d'être trop violement secoué. Le remettant doucement sous les draps, le prophète lui murmura que tout allait bien se passer, qu'il avait trouvé qui avait fait ça et que désormais plus personne ne viendrais l'embêter, il allait veiller seul sur lui pour que plus jamais il n'ai à souffrir de ce genre de situations... Rassurant le jeune homme, le prophète l'installait bien et un peu plus au milieu du lit, afin qu'il ne tombe pas s'il se penchait trop.

Partant dans la salle de bain, il prit une bassine et mit de l'eau froide dedans et attrappa une petite lavette. Il retourna dans la chambre, s'installa près du lit. Masuaro riait ironiquement sur l'inversement de la situation, il n'y a pas si longtemps c'était lui dans le lit et Lin en medecin soignant. Le prophète essora bien la lavette mouillée et tamponna doucement le front de Lin, puis il la replongea dans l'eau et l'essora moins pour la laisser sur le fornt du jeune homme. D'une voix douce, histoire de ne pas le perturber d'avantage, le prophète lui dit qu'il ne devait pas trop bouger, qu'il allait chercher de quoi soulager la fievre et peut-être la toux.
Il ouvrit l'armoire à 'fouilli' et trouva rapidement ce qu'il cherchait. Les même herbes que Lin avait utilisé pour la fièvre du prêtre, et d'autres pour les différentes maladies. Mais où sont- Ah voila! Camomille, sauge, thym, un peu de réglisse, parfait. Mais ce serait horriblement dégoûtant...

Il alla mettre de l'eau dans la bouolloire qui lui servait principalement à se faire du thé au jasmin ou au lotus, et l'accrocha au crochet pour la suspendre au dessus du feu. Il n'en revenait pas de ce qu'il faisait, mais Elca était peut-être, pour ne pas dire la seule qu'il écoutait réellement. Elle n'en avait pas l'air mais elle était la plus vieille servante du temple, et Masuaro savait qu'elle était très sage, même si lui même était plus vieux qu'elle, ses conseils et recommendations avaient toujours été justes et avisés, et puis une oreille attentive et de la gentillesse n'allait pas le tuer. Il retourna auprès de Lin en attendant que la bouilloire siffle, et rafrachit le jeune homme.

-Lin? Est-ce que tu m'entends ? Où as tu mal, tu peux le dire ?




Dernière édition par le Sam 2 Fév - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Ven 1 Fév - 23:32

Garder les yeux ouverts lui était pénible. C'était flou. Quelque chose de frai, sur ses yeux brûlants, ça faisait du bien. Il déglutit péniblement, c'était le prophète qui s'occupait de lui, forme sombre devant lui, terriblement floue.
A tâtons, ayant perdu toute notion de distance et celle qui permettait de sentir instinctivement où était les choses, l'hybride attrapa le poignet de Masuaro.
-P-pas Lin, m-mais Laurëlin, c-c'est mon nom.

Refermant les yeux, il s'attendit un impact, le prophète entrerait certainement dans une rage terrible. Il lui avait menti, par omission, Lin n'était qu'un diminutif, mais tout le monde l'appelait comme ça.
-C-c'est une juste une crise ça ir...
Secoué de nouveau par la toux, Laurëlin poussa un gémissement plaintif, la brûlure devenait de plus en plus intense. Il n'avait pas mangé, pas assez de force pour lutter, il n'avait pas pris les herbes de préventions, alors c'était plus douloureux. Il sentit sa peau se craqueler aux articulations, et dans le bas de son dos. Sa joue douloureuse lui faisait atrocement mal. La crôute de sa lèvre se fendit, et l'ecchymose violacée vira au jaune. Des écaquilles dorées, aux reflets orangées poussaient. Au moins, il n'aurait pas à se cacher, le prophète était un habitué de ce genre de chose. Son coeur cognait dans sa poitrine.
Puis se fut le calme, aussi subitement que ça avait commencé, il s'apaisa. Le sifflement strident de la bouilloire perça le silence.
Laurëlin était en nage, il tenait toujours le poignet du prophète, il déglutit de nouveau, son esprit était encore dans le brouillard, et ses perceptions faussées, volées, comme un écran épais de brume. Son teint blafare avait dû prendre une teinte plus crémeuse, voire nacrée, iridescente, comme à l'intérieur des coquillages, velouté, et dorée, ses yeux et ses cheveux avaient dû eux aussi foncirent. Encore un changement auquel il faudrait qu'il s'habitue. Haletant, il relâcha le poignet qu'il tenait, sa main était engourdie, comme tout son corps. Ses yeux étaient humides, il avait dû pleurer, comme d'habitude, quand sa faisait trop mal.
-P-ardon, articula-t-il la respiration sifflante, avant de se couvrir le visage de honte.

Dans sa tête les images se bousculaient, une souire radieux se transformant en rictus, de la douleur, une tempête naufrageuse, et pourtant une douce chaleur, une lumière rassurante, et une voix réconfortante. Un sensation de vide dans sa poitrine, déchirante, avec un désir brûlant à en faire mal, les deux se combinant, l'envie d'éteindre la source de la voix. Et autre chose, pas sa vie à lui, une grande solitude, le besoin d'être respecté, voir craint pour survivre, établir son autorité, se montrer digne, être obligé de faire ce dont on a pas envie, acquérir du pouvoir sans en avoir envie, jouer avec les fils de la Tapisserie... C'était dur, et la solitude était tout ce que vous trouviez de certain.
Laurëlin avait honte, il n'avait cessé de s'appitoyer sur son sort, au lieu de regarder autour de lui, il avait eu de la chance d'être une offrande pour celui qui était venu l'aider, il avait eu de la chance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyac
Prophète
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Mer 6 Fév - 14:13

La crise que faisait l'offrande était assez impressionnante quand même. Les seules crises que le prophète avait vu et surtout vécu c'était les siennes, et encore il avait toujours fait attention avant qu'elles n'arrivent. Là Lin, ou plutôt Laurëlin n'avait rien mangé, pas pris d'herbes pour prevenir la crise. De plus, elle était arrivée au moment où il était perturbé.
Lorsqu'il lui avait dit son vrai nom le prophèten'avait pas été très content de savoir que Lin lui avait mentit, mais il n'avait rien fait, il n'allait pas empirer ce que vivait déjà le jeune homme. La crise fini, le sifflement caractéristique de la bouilloire perça le silence qui s'était installé. Le prophète observait, fasciné, la peau du jeune homme. Elle avait prit une teinte semblable à l'intérieur des coquillages, elle était légèrement dorée aussi, tout comme les cheuveux qui ressemblaient à des fils d'or pur tombant en cascade sur les fines épaules de Laurëlin. C'était dommage que le spectacle de ses cheveux soit gaché par les racines et les pointes trempées. Il n'eu pas le temps de voir les yeux de l'offrande cr Lin s'était caché la figure de ses mains, honteux.
Ramené à la réalité par le sifflement de la bouilloire qui continuait et devenait de plus en plus strident et aigu. Le prophète prit le tisonnier et la ramena vers lui, il alla préparer la boule à infuser la mit dans une grande tasse marron, puis il prit la bouilloire par l'anse et versa l'eau bouillante dans la tasse. Il en mit au trois quart, et attendit que ça infuse bien, avant de mettre de l'eau plus froide par dessus histoire que Laurëlin ne se brûle pas en la buvant. Puis il retourna près de l'offrande et s'assit sur le lit, la mixture ne sentant pas très bon.

-Bois ça Cette potion fera passer très rapidement la fièvre et appaisera ta gorge qui doit être brûlante. Par contre j'ai bien peur que ce soit dégoûtant à boire, donc bois la d'un seul coup elle n'est pas trop chaude. Une fois ta fièvre calmée il faudrait que tu te débarrasse de la peau morte, un bain chaud avec du gros sel dans lequel tu te frottera la peu avec une pierre de volcan, c'est la meilleure chose que tu puisse faire pour t'en debarrasser tout en évitant de te saigner et de te blesser. Avant cela tu devrais manger un peu, Elca ne devrait pas tarder à arriver...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurëlin
Artisan
avatar

Peuple : Métis, Ethérie - Eldarin
Second(s) Métier(s) : Sculpteur, ébéniste
Nombre de messages : 72
Localisation : Plongé dans les ténébres éclairées d'une flamme vacillante
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Dans le temple   Jeu 14 Fév - 15:19

Laurëlin se redressa, et prit la tasse que Masuaro lui tendait.
-Merci.
Il regarda le liquide verâtre-brun qui était dans la tasse, avec une grimace, il avala cul sec ce qu'il y avait dedans. Tirant une grimace longue de trois pieds après avoir bu, le goût était effectivement atroce.
-Bleeeh...
Lin se frota la langue avec sa manche. Il s'interrompit voyant que Masuaro le regardait avec un amusement non dissimulé, les yeux modorés encore luminescents, il fixa le prophète, cligna deux fois des yeux, et baissa la main. Redevenant un peu moins ridicule, et se triturant les doigts, Laurëlin prit une inspiration tremblante.
-Je suis désolé, j'aurais dû vous faire confiance dès le début, même en sachant comment j'allais finir, j'aurais dû tout vous dire. Je suis vraiment désolé, mais je ne...

Elca entra à ce moment, coupant Laurëlin dans ses justifcations maladroites, l'odeur du plateau, le fit réagir, et un énorme gargouillement retentit dans toute la pièce. Laurëlin eut un rire nerveux, et Elca un énorme sourire, elle posa le plateau sur les jambes allongées de l'offrande, et se retira.
De la soupe, potiron à juger par la couleur, du fromage et du pain, et de l'eau. Il se mit à manger doucement, appréciant le goût, contrairement à la mixture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Dans le temple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dans le temple
» Dans le temple, terrible temple [Pv Mihawk]
» Dans un temple Shinto près de la forêt [Pv Eiji]
» Un démon dans le temple de Deus
» [Nfolgai - Opération] Suivons Zora l'exploratrice
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Est :: Royaume de Cemenwin :: L'Eredmorn & le Col de Cemenwin-
Sauter vers: