AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 On the route encore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: On the route encore   Lun 22 Oct - 1:23

On avait marché un bon bout de route quand même il fallait l'avouer, et j'avais chanté tout le long. J'avais finis par abandonner les chansons paillardes pour quelques uns plus sobres et mélodiques jusqu'à pratiquement vider mon répertoire. Je dirais pas que je suis une diva de la musique non plus, j'me débrouille sans plus.
Axel avait marché à mes cotés tout le long, et n'avais pas pipé mot depuis le Tor, du coup je lui jetait des coups d'oeil en coin. Aucune réaction, et que c'est chiant d'ailleurs !
-Bon bah on a encore le temps mais on sera pas en ville jusqu'à demain ça c'est sûr. Beuh, dormir dehors c'est vraiment pas ma tasse de thé en plus...Bah tant pis, de toute façon on a pas le choix..... Eh tu m'écoutes ?
Bwarf dans le style le gars qui joue à la tombe, il est vraiment prix nobel. Ouais bah j'en ai marre de parler aux courants d'air hein alors s'cusez mais je re-chante.
-Eeeeeeeeet mille qutre cents bouteilles de bière sont au frais...!!!
Revenir en haut Aller en bas
Variel
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: On the route encore   Lun 22 Oct - 18:13

Il avait mal, très, très mal à la tête… Elle arrêtait jamais de chanter ?? En même temps il se posait une question silencieuse, pourquoi ne l’avait-il pas poussé dans le trou quand elle était partit chercher ses affaires ? Pourquoi ne l’avait-il pas ré ensevelit ?? Réponse : parce qu’il n’avait aucune idée du calvaire qu’elle allait lui faire vivre…

Elle voulait de la réaction ? Il ne parlait pas assez ? Il ne réagissait pas suffisamment à son goût ? Et bien soit, il réagirait plus, il parlerait et elle laisserait vivre en paix les pauvres tympans d’Axel qui avaient réussit à survivre jusqu’à la 686 ° bouteille…

Il était derrière elle, ses yeux devinrent déments, sa bouche s’étira en un rictus malveillant, exaspéré et à bout, ses épaules et une partie de ses bras s’enflamma de flammes dansant furieusement. Il leva doucement les bras et approcha ses doigts crispés de fureur de la gorge d’Aillil.
Il devait la faire taire !!
Mais ses mains n’arrivèrent pas jusqu’à la gorge, il les arrêtât avant, mais ses doigts tiquaient mourrant d’envie de se serrer sur cette gorge qui le torturait horriblement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Jeu 25 Oct - 23:58

-Eeeeeeeeet six cent quatre-vingt six bouteilles de bière sont au frais !!! Allez Axel chantes un peu avec m-
J'me retournais toujours en train de chanter tue tête, et ouvrait des yeux ronds comme des billes, tout en agitant mes mains avec un sourire grimace.
-Ehé... J'arrête de chanter ! J'arrête de chanter, promis, juré, craché, bavé ! Et pis ça va hein, j'chante pas comme une merde quand j’sors des belles mélodies sérieuses.
Woh l'aut' hé, on aurait dit un espèce de diablotin avec ses cheveux à moitié enflammé et tout l'tra la la. M'enfin je passais ma main sur mon cou quand même.
-T'as besoin de te rafraichir ?.... Quelle question, bien sur que t'as besoin de te rafraichir t'es tout rouge !
Et hop, p'tite agitation des mains et d'l'eau dans la tronche de Môsieur. Euh sauf que ça fait d'la fumée....
Euuuuuuuuh.....
-Hé. Hé hé... C'était une blague ? Demandais-je de ma voix la plus gamine et innocente possible.
-Mmmm désolé... Je sais pas c'qui m'a pris... J’agitais les mains devant lui, histoire de le sécher avec un p’tit sort.
Ca c'est le dire. Je lève les yeux et regarde mon front.
-Oh ta gueule toi. Pas toi Axel, je parle à la voix dans ma tête.... Et je passe aussi pour une grande coche car je viens bien-sûr de le dire tout haut. Bwarf...Oh et pis zut d'abord !
Dans ton oreille la la !
-Toi ta gueule, n'agrave pas ton cas.
Tournant des talons en claquant je repris la route, en espérant qu'Axel ne se venge pas, enfin pas trop...
Revenir en haut Aller en bas
Variel
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: On the route encore   Lun 29 Oct - 12:51

Heureusement pour elle qu’elle s’était retournée avant qu’il l’ai étranglé… Lui s’en serait fichu royalement, mais bon ça aurait peut-être pas été agréable pour les gens retrouvant son cadavre sur la route.
Quand il se reçut l’eau dans la figure il s’était encore plus retenu de la tuer.
Une voix dans la tête… Merveilleux…
Que faire face à une folle… Plutôt belle, nan très belle, mais timbrée.
Il réfléchit brièvement et vit des fruits bien murs… Trop murs même… Il en pris un et le balança dans le dos de la jeune femme devant lui… Il prit un air innocent.

C’est pas moi… Y a quelqu’un qui balance des trucs… Bon tu avances ou quoi ?

Il la regarda l’air de rien, elle l’avait cherché…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Jeu 1 Nov - 3:12

Je n'aurais vraiment, mais vraiment, pas du lui tourner le dos. Grrr le salaud ! Les épaules remontées à cause du choc gélatineux dans mon dos je me tournais lentement vers lui avec des yeux rétrécis. Quel culot, je sais que je suis pas bien placé pour dire ça mais quand même faire ça à une femme, fille, enfin quelqu'un du sexe soit disant faible. Pfff laissez moi rire sexe faible... Il faut vraiment être un abrutit pour croire qu'une fille peu pas vous casser la gueule.
-Ouh toi lâche l'affaire, comment t'aurais pas du ! D'ailleurs tu vas regretter amèrement d'avoir ruiné mon brushing encore plus, salopio.
Avec précision -oui je sais ça étonne toujours- je me ruais droit sur lui déviant à la dernière minute, accroupie au sol et lui balayait les jambes avec ma jambe gauche.
Je balançais mes affaires et m'asseyait à califourchon sur lui, mes bras croisés avec une moue gamine et désapprobatrice.
-T'aurais pas du faire ça, du tout, du tout, du tout...
Au moins j'avais obtenu une sorte de réaction réelle hors de lui, très proche d'une émotion réelle du moins je l'espérais. Bon moyen radical de vérifier hein.
-Tu vas payer amèrement car j'ai...une arme secrète. Je vais te faire gouter..à mon arme secrète...
Comment plomber l'ambiance en une leçon, pas dur du tout mais bon quand on vise le mort de rire c'est très pratique.
Je le coinçais bien assise comme j'étais et je le chatouillais là ou je pouvais. Il pourrait pas enlever ce manteau pourri non ? Avec un air de gamine le jour de noël je continuais, sur les cotés, sous les bras n'importe où de relativement chatouilleux. J'espère qu'il s'enflammera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Variel
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: On the route encore   Ven 2 Nov - 21:02

Il s’était attendu à une réaction, plutôt intempestive mais pas à ça… Il s’était retrouvé par terre et avec une femme à califourchon sur lui qui le regardait telle une gamine à qui on aurait refusé un cadeau qu’elle voulait absolument.
De quelle arme secrète parlait-elle ?
En voyant ses doigts pianoter dans le vide en s’approchant de ses cotes il eu la réaction de rire nerveusement d’avance, réaction purement physique. Quand vinrent les chatouilles proprement dites, là ce fut des hurlements de rire.
Il se tordait sur le sol, enfin comme il pouvait avec Aillil sur le ventre, ses jambes s’agitaient frénétiquement et frappaient le sol.

C’est bon t’as gagnée !! T’es la meilleure !! Arrête s’ihil te plaiiiit !!

Elle ne s’arrêtait pas et les larmes venaient aux yeux verts d’Axel, il avait de plus en plus de mal à respirer. Si elle ne s’arrêtait pas c’est sûrement parce qu’elle voulait des excuses…
Mais autre chose perturbait le rouquin… Une autre réaction purement physique, et surtout purement masculine. En même temps qu’elle autre réaction devait avoir son corps en ayant une belle jeune femme sur lui et dont les s- Non pensées impures…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Ven 9 Nov - 22:57

Je m'arrêtais tout soudainement mes chatouilles, il venait juste de proclamer ma supériorité. Oui je sais, je sais... Grand sourire éclatant.
J'agitais les bras en l'air avec mon sourire donc.
-Woot woot ! Je suis Wiiiinnner, tu es Looooser !
Niark, autant en profiter tant que je pouvais hein, surtout que je suis pas souvent la gagnante. Ouais je suis une salope et alors ? J'adore leur enfoncer le nez dedans quand ils per-nié ?
J'eu alors le grand malheur de gigoter, puis me figeait complètement. Oh mon dieu....
Oh. Mon. Dieu....
Enfin non, mais si. Pas que ça me soit jamais arrivé hein. C'est juste que je m'y attendais pas du tout. Mais alors...Pas. Du. Tout. Surtout que là on était loin du contexte approprié à ce genre de...réaction.
Je devais avoir l'air d'une tomate. Axel lui, bah, il était déjà cramoisi au naturel.
J'aurais pu passer pour une dondon mais je pensais pas que ma connerie tomberais à flot.
-Dis-moi, c'est une dague, un gourdin ou autre chose dans ta poche ?
Pas la peine de dire que je savait exactement ce qu'était la chose qui était sous mon euh...postérieur.
J'aurais pu continuer mais j'n'allais pas insister, j'le connais pas encore assez. Je repassais donc une jambe par dessus son ventre et me laisser retomber sur l'un de ses cotés, les bras derrière moi au sol pour me soutenir et les yeux au ciel en sifflotant.
Revenir en haut Aller en bas
Variel
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: On the route encore   Mar 13 Nov - 18:29

Axel se calma, son corps se détendit et la tension retomba et fut évacuée. Aillil avait tirée une tête des plus hilarante, mais la situation ne prêtait vraiment pas à rire. La réflexion qu’elle lui fit aurait pu le faire rire, ou même le flatter, après tout un gourdin c’est assez respectable comme taille et gabarit…

-C’est ta faut d’abord. Je pouvait tout voir par ton décolleté, et tes entre jambes et ton postérieur étaient collé à moi. Alors je suis désolé d’avoir réagit comma ça, mais tu es ce qu’on appelle une fille très belle… Alors tout homme qui se respecte aurait réagit comme moi…

Parlant d’un ton calme, désolé et montrant qu’il voulait vraiment se justifier, il s’était assit à coté d’Aillil, passant sa main dans ses cheveux en regardant un arbre au loin.
Il la regarda en coin avec une expression assez douce, un petit sourire sur les lèvres.

-Tu m’en veux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Mer 14 Nov - 22:28

Sincèrement j'aurais été une fille, enfin demoiselle, respectable de bonne famille et tout l'bazar. J'aurais pu faire ma mijaurée et lui flanquer une tarte. Sauf que un, une demoiselle ne lui aurait pas sauté dessus et deux bah ma mère était une catin, enfin une dame de petite vertue. J'peux pas vraiment dire que je suis restée innocente jusqu'ici, en fait plutôt le contraire. Ouais et alors ? J'vous prout les rebouteux vieux jeu, nah !
Les jambes croisées, assise en tailleur dans la poussière, je lui adressais un sourire en coin.
-Tu as déjà le mérite d'être désolé et en plus tu me complimente, je crois que tu es tout pardonné non ?
Avec ça je me penchais sur son épaule et lui collait un baiser sur une joue relativement chaude, (température élevée oblige je suppose) me relevait en époussetant mes fesses pleines de poussière et lui tendait la main pour l'aider à se relever.
-Bon on y va ? Sinon on ne va jamais arriver en ville avant la nuit, et je refuse de dormir dehors, surtout qu’il ne fait pas chaud. J'me demande c'est quoi la saison d'ailleurs...
Comme il ne se décidait pas, j'attrapais une de ses mains, le relevait et le tirait à ma suite sur la route.
-Franchement je donnerais n'importe quoi pour un lit douillet et une bouillotte. J'ai les pieds et les mains gelés.
Revenir en haut Aller en bas
Variel
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: On the route encore   Lun 19 Nov - 18:02

Il fut agréablement surpris lorsqu’elle lui dit qu’il était pardonné, et encore plus lorsqu’elle lui fit une bise. Il était resté assez con, assit par terre, regardant vaguement la main d’Aillil tendue devant lui. Elle parlait encore, comme toujours, et après son soliloque, vu qu’elle était assez impatiente, elle le fit se relevé sans qu’il n’ai pu faire quoi que se soit. Il se retrouva donc tiré, ou plutôt traîné, derrière la jeune femme. Il souriait, elle était plutôt attachante sous son apparence de fille cinglé, taquineuse et moulin à paroles…

Et moi je donnerais n’importe quoi pour un bon repas et un bon bain chaud… Ralentit je vais me casser la figure !

Elle le tenait toujours et il avait un bon train de retard. Dans une position hilarante, il manquait de s’étaler par terre presque tous les pas. Il couru un tantiné et se remit à son niveau.

T’es pas croyable toi… Tu sais j’allais me lever et te suivre, et surtout je te donne un scoop je sais marcher tout seul !

Il lui avait dit ça sur un ton plus mort de rire et amusé que de reproche. Elle lui faisait un peu penser à Demyx, c’était l’un des rares réussissant à le faire réagir comme quelqu’un de normal. À la différence près que Demyx était un homme, et qu’Aillil était, de se point de vue, plus attirante et mignonne.
Il enleva sa main de celle d’Aillil et retira ses gants en s’aidant de ses dents. Il les plaça dans les poches de son manteau, puis il prit les deux mains de la mage tout en marchant. Elle avait vraiment les mains gelées, il les plaça bien dans ses mains chaudes et souffla dessus, les réchauffant. Il les gardât et dit.

C’est tout ce que je peux faire pour le moment, si tu as vraiment froid je peux te donner mon manteau, ça ne me dérange absolument pas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Mar 25 Déc - 18:36

J'avais les mains chaudes c'est déjà ça, mais le problème c'est que dès qu'il les lâcha le froid me les paralysa de nouveau.
-Garde ton manteau, le mieux pour moi serait de mettre ma fourrure, mais ça ça sera pour une autre fois.
Je lui adressais un clin d'œil un peu complice; si y'a une chose ou je suis forte c'est bien d'être fière de mes dons multiples et variés. Si si, même ceux là, et même parfois de mes énormes boulettes qui me sauve les roupettes assez régulièrement.
En fait j'allais peut-être finir par répondre à l'appel du poil et des griffes, j'avais beaucoup trop froid. C'est peut-être parce que je suis toute droite sortie de la tombe ? ....Naaan ! Y'avait un autre truc qui me taraudait aussi, j'avais faim, mais faim et les petits arbustes sur le bord de la route étaient parsemés de fruits en tout genre.
-Attends moi là beau gosse, je reviens dans deux petites secondes. Bouge pas hein.
Je quittais la route, essayant de ne pas dégringoler la petite pente herbeuse, et m'enfonçait un peu dans les buissons. Je n'avais pas d'affaires à par mes armes, alors je me débrouillais pour faire un bol temporaire avec des grandes feuilles. Je ramassais tout ce qui se trouvait sous mes mains du moment que c'était comestible. Serrait bête de manger de la belladone, même si apparemment les femmes de petites vertu s'en mettent le jus dans les yeux pour les faire briller. D'où je tiens ça ? Beuh, d'un peu partout ma foi.
Revenir en haut Aller en bas
Variel
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: On the route encore   Mar 25 Déc - 19:12

Axel hocha la tête avec un sourire quand elle refusa gentiment son offre. Il la regardait marcher à coté de lui et voyait qu'elle avait vraiment froid, mais bon, il ne lui donna pas son manteau, elle avait dit qu'elle n'en voulait pas et pour lui ça s'arrêtait là.

Ne pas bouger ? Pour quoi faire ? Il s'arrêta et suivait des yeux Aillil qui glissait sur la pente, pas trop raide non plus, et s'enfoncer dans les buissons. Il restait debout, songeant aux paroles d'Aillil. Beau gosse... Elle le trouvait beau, ça voulait dire quelque chose de précis ou c'était un compliment comme un autre ?

Le coeur humain était compliqué, et celui des femmes est ausi compliqué que celui des hommes. Ca devait être un simple compliment, elle venait de le rencontrer, il n'avait pas de 'coeur', n'était pas bavard et avait fait mine de la tuer quand elle avait commencé à chanter n'importe quoi... Il fixait l'arbre devant lui, attendant qu'Aillil ai terminé ce qu'elle était partie faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Mar 25 Déc - 19:24

J’avais couru sous la forme d’un furet noir, suivant la piste brouillée par une petite pluie, le bouquet ayant rétréci avec moi et se trouvant dans ma petite gueule (Nan, c’est pas un gros mot car un animal a une gueule, pas une bouche…). Ils avaient bien avancés mais je suis plus rapide et je vais finir par les rattraper, surtout qu’ils avaient fait des pauses fréquentes. Les idiots, ils croyaient qu’après avoir pillé une tombe ils pouvaient prendre le loisir de traînasser et de bavarder joyeusement en route en se complimentant sur la belle ‘chasse’ qu’ils avaient fait, c’était sans compter sur moi, j’men vais te la pourrir leur joie mais d’une force.
Je vais les trouver, monter dans le pantalon du premier que je croise, le griffer et le mordre à mort, puis je sors du froque, je laisse la parole à Tic pour faire danser l’autre.
Après leur avoir fait bouffer le bouquet, je les étales par terre je leur met leurs froques sur la tête et j’utilise Tac pour leur faire des petits trous dans le postérieur… J’enfile les bottes d’Aillil et leur botte le cul à grands coups de pieds. Puis pour finir je les fous à poil et les attaches à un arbre, les enduis de miel et je regarde les fourmis rouges les bouffer…
Oh oui, tu vas avoir une belle et tellement douce vengeance Lily…


Je me dressais fièrement sur mes petites pattes postérieures et regarda à la manière des mangoustes. Tient, tient… Une sorte de hérisson rouge au loin. Il est seul, il me tourne le dos et il a l’air d’attendre quelqu’un. C’est sûrement l’un des pilleurs, l’autre doit être dans les bois à faire je ne sais quoi. Faire vite, on ne sait jamais quels sont leurs pouvoirs, et je voudrais éviter d’être abîmée dans l’histoire…
Toujours sous ma forme de furet je courrais, ça va vite ces petites bêtes là, et, arrivée à 5 mètres du rouquin ascendant hérisson, je repris ma forme normale et lui décrocha un coup de bouquet en pleine tronche (et ouai les épines de roses ça fait mal) suivi d’un coup de pied aérien bien placé.
SAL*** !!!

Le gars n’avait rien vu venir, il était étalé face contre terre et moi je balançais le bouquet (un peu beaucoup abîmé) au loin et le retournais pour qu’il me regarde dans les yeux (il a de beaux yeux verts quand même… Mais qu’est-ce que j’pense moi !), je l’agrippais par les épaules en le frappant au sol en le traitant de tout les noms.
Enfoi**, rognure d’ongle !!! Oser piller une tombe, espèce de cou**** molle !! En plus celle de mon ami Salop*** !! J’vais t’apprendre enc*** !!! Et à ton pote aussi dès qu’il revient !!
Je l’immobilisais au sol avec des liens magique et mon pied s’apprêtait à connecter très trèèès fortement avec la collection de pièces molles du devant de son pantalon. Quand un horrible cri perçant, bizarrement pas inconnu, m’arrêta dans mon élan (Ah oui, je tiens à préciser que c’est parce que le cri ne met pas inconnu que je m’arrête, j’voudrais pas amocher le copain d’un ou d’une amie et comme j’en ai des tas un peu partout et de toutes sortes…).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Mar 25 Déc - 19:47

Je me régalais avec des fraises sauvages que je mangeais à peine ramassées. C'était vraiment trop bon de manger, j'avais une de ces faim de loup, m'enfin faudrait que j'en garde pour Axel quand même...naaaaan, tout pour ma tronche, en tout cas les fraises. Je lui avais gardé des mûres et j'avais réussi à trouver un pommier alors j'avais pris deux pommes. Je n'aime pas trop mais tant pis.
Je me levais -abandonnant ce magnifique petit fraisier qui m'avait rempli la panse ou si peu- et entendit crier. Et ce n'était pas la voix d'Axel qui m'appelait oh que non.
Je me mis à courir, abandonnant mon bol de pacotille et sortait de l'orée des arbres. Hé, on ne touche pas mon beau gosse ! Je ne voyais pas qui c'était mais et j'ignorais complètement ce qui était gueulé. J'avais encore une pomme dans la main, alors je la jetais de toutes mes forces sur l'arrière du crâne de la fille qui harcelait mon hérisson de compagnie.
Pourtant avant que la pomme ai même atteint sa cible je courrais et sautait dans les airs, changeant de forme dans ma hardiesse.
La pomme atteint ma cible alors que j'ouvrais mes ailes pour amortir ma chute et pas trop abimer l'imbécile que j'attaquais, oui un gros félin ailé c'est lourd quand même. J'eu une fraction de seconde pour reconnaitre l'assaillant. Des cheveux blonds, des yeux verts, la même tenue, la même coiffure, tout !
Mes grosses pattes frappèrent les épaules de plein fouet et je me retrouvais à califourchon sur ma copine d'enfance. Ma voix résonna bizarrement dans d'entre mes énormes crocs.
-Ravy ?
Je rabattais mes ailes le long de mon corps, fixant la personne la plus saugrenue que j'aurais pu voir ici, le jour exact de ma sortie de terre. Allez parler d'une coïncidence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Mar 25 Déc - 20:56

Je m'étais reçu un projectile en plein à l'arrière de la tête. Saloperie, attaquer quelqu'un de dos quelle lacheté !! Enfin, pour des pilleurs de tombes c'est sur qu'ils vont pas me demander gentiment de repartir et en m'offrant des fleurs pour le dérangement. Et à peine j'ai reçu cette saletée de projectile, un immense machin poilu et griffu m'atterrit dessus, heureusement que je m'étais retourné, je n'en aurait jamais cru mes yeux... Ce félin... Avec des ailes en plus... 'Ravy' il n'y avait qu'elle pour m'appeler comme ça... J'avais les yeux grands ouverts ainsi que la bouche...
Lily ?

Je me redressais sur mes avant bras. Complètement incrédule et désapointée, elle était morte, il n'aurait jamais mentit à ce sujet, jamais. Je fixais le grand fauve ailé, Aillil.
Comment... C'est impossible... Tu es...

Mes yeux s'embuèrent, elle m'avait manquée, j'avais été effondrée pendant des semaines, des mois, j'avais même eu du mal à s'y faire des années plus tard. J'agrippais la fourrure du fauve, sans lui faire de mal, et se serra contre mon amie qui avait disparue pendant 100 ans, qui était morte mais qui m'étais revenue enfin...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Mar 25 Déc - 23:52

Je perdais ma forme avec un pop, et me retrouvais avec les bras plein d'elfin. Je m'en voulais, Ravi avait été la seule compagnie de j'avais eu pendant des années à l'école de magie. Et même si on avait été inséparable et qu'on se disait tout, j'avais omis de lui faire par de mon plan. Quand j'avais appris que mon père était très malade, j'étais parti avec ce que j'avais sur le dos.
J'avais volé jusqu'à l'épuisement vers la seule personne qui m'avait porté un amour sans égal sans même avoir la preuve de ma filiation. J'adorais mon père, et j'avais tout fait pour le laisser partir sans souffrances, j'y avais même laissé la vie, et je le referais si il le fallait.
Rien qu'en y pensant j'avais la gorge nouée, sur un certain plan ça remontait à quelques heures seulement, et je n'avais pas encore eu la chance de pleurer. Mais sur un autre plan j'avais pu faire mon deuil en observant le monde, sauf que je ne me souvenais de rien.
Je ramenais la tête de Ravi sur mon épaule, ma joue posée contre sa tête en murmurant des paroles à voix basse dans toutes les langues que je connaissais. Et fredonnant doucement les notes des chansons que la nourrice de mon enfance nous chantais le soir avant de dormir.

Que quen mel, sa na a luinë, tana undulave i cast arnwa.
Que quen mel, sa na a alcrä, tana olassie, li coacolina a ùraist.
Que quen mel, sa na a medina, an tyel harne maure.
Ni quen mel, sa na a lotse, ar tye, sa milne erde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Mer 26 Déc - 13:02

Je me laissais bercer par ses mots de réconfort, et surtout par cette chanson qui me ramenait vers mon enfance, notre enfance partagée à l'école de magie. Lily chante toujours aussi bien, elle n'avait pas changé en 100 ans de mort... Un siecle, depuis qu'Aillil était partit voir son père je ne l'avait plus jamais revut, et après je l'avait revut, lui, et il m'a apprit sa mort... Il avait du me ramasser à la mini cuillère. Mais je n'ai jamais compris pourquoi ma meilleure amie était morte si jeune.
Je ravalais mes larmes de joie, décollais ma joue de son épaule et la regardais dans les yeux. Mes mains touchèrent son visage, comme pour s'assurer que c'étais elle, pas quelqu'un avec un masque ou une crevette violette déguisée. Je poussais un soupir mélé de soulagement et d'incompréhension, c'était vraiment, bel et bien elle.
Comment c'est possible ? Tu es morte... Il me l'a dit et il n'aurait jamais mentit... Mais il n'a jamais voulu me dire pourquoi, enfin, comment tu es morte alors que tu n'avais que 19 ans ?

C'est vrai quoi, elle ne faisait pas n'importe quoi, bon elle faisait beaucoup de bourde à l'école, un peu voir beaucoup comme moi d'ailleur, mais jamais elle avait fait des choses mettant sa vie en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Mer 26 Déc - 13:59

-Papa était malade. Je commençais lamentablement, comment expliquer les conséquences de ce que j'avais fait, et toutes les choses que j'avais du prendre en compte ? Mon père m'avait expliqué les raisons de sa maladie, les sceaux, ce qu'il avait fait à l'aide du samildanach qui l'avait trahi. Mon père n'avait peut-être pas été un saint, mais au moins il avait essayé de réparer ses fautes. Je n'avais pas le droit de briser ma promesse, mais j'allais le faire quand même. Je lançais un regard très appuyé à Axel, mes yeux devenant vide de toute émotion pendant quelques secondes. Si il partait, et dévoilait ça à n'importe qui, il pouvait être sûr que je n'hésiterais pas à le buter un seul instant. Ça me ferrait de la peine, mais je ne pouvais pas prendre de risque. Les deux souverains serraient en danger, et surtout Lys, tant qu'ils ne serraient pas réunis et en sécurité très loin de Morween.
-Ce que je vais dire, je ne le dirais qu'une seule fois alors ne m'interrompt pas. Je pris une grande goulée d'air, que j'expirais lentement avant de commencer.
-Quand j'ai reçu le message que mon père allait de moins en moins bien, j'ai accouru à ses cotés comme tu le sais. Tu ne peux pas savoir ce que j'ai appris ce jour là, c'était horrifiant. Mon père était l'un de ceux qui a orchestré l'assassina de la haute souveraine Lys, mais je te jure il l'a regretté à l’ instant où il l'a apprit. On l'a manipulé, c'était cette salope rousse, Morween ! Et quand Forbesii est mort lui aussi, quelqu'un, est venu demander des comptes à mon père. Un samildanach, Ishimaru, un des frères Lenwë.
J'en avais les larmes aux yeux rien qu'en y repensant. Je ne voulais pas pleurer, j'étais trop en colère pour pleurer, je laissais les larmes couler mais ma voix resta ferme et dure quand je pensais à ce que cet enfoiré avait fait.
-Ce salopard a manipulé mon père. Ils ont réussis à emprisonner les âmes des souverains dans des sceaux et ils les ont enterrés. Ishimaru à réparti sept sceaux dans tout le pays et il en a mit un dans mon père.
Papa m'avait dit de ne pas en vouloir à ce type, mais je ne peux pas m'en empêcher. Mon père avait repenti toute sa vie après cet assassina, c'était injuste de lui faire ça.
J'ai compris alors ce qui le rendait malade. Le sceaux s'était incrusté dans son organisme comme un mauvais noyau. Il en souffrait, cette chose le tuait, mais il ne pouvait pas mourir parce que cet enfoiré avait tout fait pour qu'il ne puisse pas !
Ma colère avait toujours été comme un profond puits sans fin, ça avait toujours été comme ça. Dur de me mettre en colère, mais en plus de réussir à m'en sortir. J'avais envie d'une cible sur laquelle tout blâmer, et je l'avais, seulement elle n'était pas ici. J'essayais de me calmer, en vain. Axel et Ravi ne méritaient pas d'être des cibles de ma rage.
-Mon père ne méritait pas ça alors j'ai construit un plan que je n'ai partagé avec personne. J'ai contacté Dryas, et avec son aide on a mit en place un plan pour mettre le sceaux dans un objet inanimé, sauf que ça n'aurait pas marché. Je le savais comme le nez au milieu du visage, que ça ne fonctionnerait pas. Mais je n'ai rien dit.
Pendant que Dryas s'occupait de mon père, j'ai arraché le sceau dans le corps de mon père et je l'ai mit en moi, je n'avais pas prévu que ça me tuerait.
Je me souviens juste du sang courant dans mes oreilles et d'entendre que les battements de mon propre cœur. Je n'entendais plus rien, mais j'ai vu mon père prendre expirer ses derniers souffles. Après je ne sais pas, plus, le vide. Avant de me réveiller entre quatre planches de sapinette.
Ma blague retomba à plat, pas étonnant.
-Du coup je me dis que c'était hier, enfin pour moi c'est tout comme...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Mer 26 Déc - 14:55

J'écoutais toute l'histoire, retenant caque mot, chaque mots expliquant pourquoi elle était morte... Je comprenais mieux, même si mon père n'est pas le meilleur du monde, il serait même du genre à ne pas faire attention à moi, je pense que j'aurais fait la même chose pour lui malgré tout. Mais je savais que le père d'Aillil lui était un homme merveilleux qui adorait sa fille, et elle aussi, le nombre de fois où elle m'en parlait, ses yeux pétillaient et elle ne cessait de dire qu'elle l'adorait... Je pouvait aussi comprendre qu'elle en veuille au jumeau Ishimaru Lenwë, il avait mit un sceau à l'intérieur d'une personne qu'elle aime profondément, et il a fait souffrir profondément le père d'Aillil en l'empêchant de mourir alors qu'il était rongé par le sceau. Le pire c'est que pour elle ça remontait à hier, il va falloir que je lui dise combien de temps ça fait que sa mort, celle de son père et ses évenements se sont passés...
Ca ne c'est pas passé hier Lily... Ni il y a une semaine... Ca fait 100 ans aujourd'hui que tu es morte. Je l'ai su en rencontrant par hasard Dryas un jour, il avait pas l'air bien, mais j'étais loin de m'imaginer pourquoi et je pensais que ça devait être moi qui m'imaginais des choses. On est partit manger quelque chose et quand je lui ai demandé si il avait eu de tes nouvelles car ça faisait longtemps que je ne t'avais pas vu, il m'a anoncé avec difficulté ta mort...
Il n'allait pas bien et en plus il a du me ramasser à la petite cuillère, on est resté plusieurs jours ensemble dans la même auberge. toutes nos journées se résumaient à rester allongés sur le lit, l'un en face de l'autre, à se passer les mouchoirs et à se remémorer les bons moments avec toi entre six heures de grand silence...
Quand on en a eu la force on est repartit, ça devait faire trois semaines qu'on était dans la chambre sans en sortir sauf pour manger et encore, il m'a montré ou était situé ta tombe et je m'y suis rendu aussitôt. J'y suis restée pendant trois jours et trois nuits à te parler... Après je t'ai juré de revenir chaque année, le jour de notre rencontre, et je l'ai fait, je venais toujours avec tes fleurs préférées, c'est d'Ailleur ce que je faisait aujourd'hui.


Je lui montrais le reste du bouquet qui lui était déstiné.
Enfin, voila à peu près toute ma vie durant ces 100 dernières années...

Je la fixait, ça devait être dur d'apprendre que 100 ans se sont passés depuis son dernier souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Dim 30 Déc - 20:10

Cent ans... non elle me tirait la jambe. Son expression ne changea pas d'un iota. Elle ne me mentait pas, je connaissais bien cette expression là, qui plus est ces yeux était vides de tout humour et seulement mouillés de larmes.
Je la lâchais doucement, me relevais en carrant les épaules. J'avais envie de frapper quelqu'un ou quelque chose. Pourquoi j'étais en colère ? Je ne saurais pas le dire. Le monde avait changé sans moi, et je n'en avais pas été le témoin direct, seulement un esprit ébréché et décharné qui avait flotté comme un vulgaire fantôme pendant des années. Et en plus je ne me souvenais de rien de ce que j'avais vu, un vide total.
Il fallait que j'aille trouver des gens, que je trouve cette enflure qui avait orchestré tout ça. C'était peut-être noble d'avoir fait ça, mais il avait détruit ce qui m’était le plus cher. Il fallait que j'aille voir les amis de mon père, enfin amis est un bien grand mot. Simplement ceux qui l’avaient informé de son affliction, les shinigamis qu'il avait rappelé quand l'ordre était tombé et qu’ils s’étaient dispersés. Je me retournais vers Ravi et Axel qui avait l'air on ne peu plus perdu.
-Ravi je suis désolé de devoir te quitter si vite, et ne tente pas de m'opposer c'est mon affaire. Ce que je t'ai dit, tu ne devrais pas le savoir. La Pétasse rousse doit essayer d'arrêter les rumeurs, je n’en sais rien du tout. Va au nord, c'est plus sûr là bas, et en temps voulu je te contacterais d'accord. Mais reste profil bas on ne sait jamais, et ne parle pas de moi au gens qui auraient survécus, pour le moment je veux rester anonyme.
Pourquoi en faire autant ? Pourquoi pas ? On ne pouvait jamais être sur de rien dans ces terres.
-N'essaye pas de me suivre, ne te met pas en travers de mon chemin sinon je te jure que je n'hésiterais pas à t'attaquer et te filer à Axel pour qu'il t'emmène.
Ca m'embêtait aussi de laisser Axel, et en plus ce que je faisais était injuste, mais j'avais envie d'être seule, j'avais envie de m'écrouler dans mon coin au lieu de refouler tout depuis que j'étais revenue. J'érigeais un mur en acier imaginé autour de mes sentiments, il y aurait du temps pour tout ça plus tard.
-Partez tout les deux, je vous retrouverais, faites moi confiance. Ceci ne regarde que moi.... Oh et Ravi, ne l'abime pas, il est sympa avec ses airs de hérisson rouge.
J'ajustais Onilwyn dans mon dos, ce serrait bête de perdre mon Baiser d'Hiver. Surtout que je n'avais que cette arme, je ne comprenais pas pourquoi on m'avait enterré avec seulement celle là. Logiquement on aurait du m'enterrer avec mon autre épée. Encore une raison d'aller faire des réclamations aux 'amis' de mon père.
-T'inquiète pas pour moi Ravi, cette fois je promets de ne pas mourir sans te le dire.
Je partais sur un ton de rigolade, faisant un salut militaire un peu sarcastique avec deux doigts. Ensuite je me retournais et courrais, échangeant ma peau humaine et fragile contre de la fourrure, des griffes et surtout des ailes.
Ailes que j'ouvrais, alors que je galopais avec un grondement sourd dans le fond de ma gorge. L'air s'engouffra sous mes plumes, et je donnais un puissant coup de pattes, puis d'ailes. M'élevant dans les airs avec difficulté jusqu'à ce que je trouve les courant d'air chaud et que je puisse planer. Je mettais le cap vers le sud, ce n'étais pas loin. Et disparaissait, un point blanc laiteux dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Dim 30 Déc - 21:55

J'étais toujours assise sur le sol, je regardais Aillil se lever, elle était furieuse... Je l'écoutais sans dire un mot. Elle m'expliquait qu'elle devait partir, que je devais partir avec son ami, Axel le hérisson rouge, vers le nord et dire à personne que je l'avais vue. J'aurais vraiment voulu lui sauter dessus et l'obliger à rester, à ne plus bouger. Je venais de la retrouver, et elle voulait déjà partir. C'était très égoïste de ma part mais j'aurais préféré qu'elle ai oublié tout ce qui c'est passé, pour son père, pour Ishimaru, pour Marquise, afin qu'elle n'ai plus aucune colère et qu'elle reste avec moi. Mais je ne faisait rien et la regardais partir. Quand elle s'envola je me relevais et courrais derrière elle, pas pour l'arrêter, juste pour me rapprocher...
Fais attention à toi Lily !! Reviens moi en entier !! Tu peux me faire confiance, jamais un mot de ce que tu m'as dit ne sera dévoilé ! Je mourrais avant que ce soit fait !! Et t'as interet à m'offrir un beau cadeau en revenant, pour tout mes anniversaires et noël que tu as loupééé !!

Je terminais ma course en m'étalant royalement. Je me redressais l'air de rien, essuyant mes genoux, puis rejetant mes cheveux en arrière avec un geste des plus classe, et regardais le petit point noir qui était Aillil. Puis je retournais vers le copain de Lily, qui n'avait pipé mot depuis que j'avais débarqué...
Euh, salut, Axel... Je sais qu'on est partit sur de trèèès mauvaises bases toi et moi, mais on peut oublier tout ça et se dire que ça n'a jamais existé... Hein ? Qu'est-ce que tu en dis ?...

Il répondait pas et me regardais sans aucune émotion dans le regard, comme si il était figé... En fait s'il il avait été de couleur bleue j'aurais pu croire à une statue en glace des plus réussie. Je regardais les dégats causés par le bouquet de fleur et me grattais la nuque, pas très à l'aise.
Euuuh... Je sui désolée aussi pour le coup de bouquet et les coups de pied que je t'ais donné... J'avais une très, trèès bonne raison je pensais que tu avais pillé la tombe de Lily et ça m'a mit hors de moi... C'est ma meilleure amie et... Et je me sentais un peu responsable de sa tombe, donc la voir sans Lily dedans m'a fait totalement pété les plombs... Euh.. Hello ?

Je passais ma main devant ses yeux. Mais pourquoi il réagit pas ?? J'aurais jamais cr pouvoir dire ça un jour... Mais il est pire que Dryas ! Autant lui c'était une huitre, que le rouquin là c'était... C'était... Le rocher sur lequel s'accroche l'huitre !! J'attribuait le nouveau record du monde du 'je-ne-réagit-pas-du-tout-et-je-reste-tout-seul-dans-mon-coin' à Axel, alias Mister hérisson rouge...
Bon, écoute, si tu réagit pas, bouge au moins ! Hoche la tête, ou envois moi bouler !! Mais réagit !! Bon, allez. T'as entendu Lily ? Tous au nord !! Et bouge le rouge !!
Revenir en haut Aller en bas
Variel
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: On the route encore   Sam 5 Jan - 18:22

(Pardon pour le retard...)

Il s'était prit un bouquet, un coup de pied, il s'était retrouvé immobilisé au sol, cette fille lui avait crié dessus. Une fois Aillil revenue et après qu'elle l'ai 'sauvé' Axel s'était relevé. Le visage plus renfermé que jamais. Il regarda la scène de retrouvaille émouvante, et écouta le récit d'Aillil. Son regard dur lui montra bien qu'il valait mieux que ce qu'il allait entendre ne devait sortir d'entre eux trois.
Après Aillil les laissa, partant en essayant de dédramatiser tout ça. Lui n'avait pas bougé. Debout le regard vide, sans aucune émotions. Enfin son regard normal quoi, mais autant il commençait à peine à réagir un peu, à essayer de paraitre normal, autant le départ d'Aillil ne lui donnait pas envie et pas de raison d'essayer de réagir.
La main de l'amie d'Aillil ne l'incitait pas à réagir. D'un ton monocorde, sans émotions, sans rien, il ouvrit la bouche et répondi.

-Non... Je ne te suivrais pas. Je vais aller au sud. Tu ne pourras pas m'en empêcher. Et je donne ma parole à Aillil de ne rien dire de ce qu'elle a dit.

Il tourna les talons. Et parti dans la direction qu'Aillil avait prise quelques minutes plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: On the route encore   Dim 13 Jan - 16:03

Je restais plantée là, la boucha grande ouverte. Mais il me chante quoi lui ? Si Lily a dit ça c'est pour une bonne raison, c'est qu'au sud il y a les pires villes qu'on peut trouver, et surtout Marquise, la souveraine de Cemenwin. Celle là je l'ai jamais vu et ne je n'ai pas envie de la voir dans un avenir proche. Je me suis mit à courir et j'ai agrippé le grand manteau noir d'Axel tirant vers moi, mais me faisant traîner derrière lui.
Axeeeeeel !! Ecoutes moi !! C'est pas une bonne idée d'aller au Sud ! On est partit sur de très, très, très mauvaises basestoi et moi mais on oubli ok ? Bonjour monsieur je m'appelel Inravel et vous ?? Oui je sais que c'est nul, mais met y un peu du tien. Et puis surtout si Lily me retrouve dans le nord sans toi je suis morte !

Je me faisais trainer sur plusieur dizaines de mètres comme ça. Mes chaussures creusaient des tranchées sur le sol, mes mains commençaient à glisser et je tombait le cul dans la boue. Je me relevais, furieuse et repoussais des mèches de cheveux qui m'aterrissaient dans la figure. Il veut la guerre ? Il l'aura, qu'il fasse ce qu'il veut, sale tête de mule à le noix !!
Bon, tu veux aller au sud ? Vas y !! Je me ferais tuer mais ça tu t'en fiche éperdument ! Sale égoïste ! Hypocrite !! Je vais aller dans le nord moi !! Toute seule !! Et j'irais voir mes amis et toi tu seras toujours tout seul voila. Au revoir môsieur !

Je tournais les talons et levais le nez en l'air. Digne, je partais dans la direction opposée.
Revenir en haut Aller en bas
 

On the route encore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2
» Soumission au parlement de la feuille de route du gouvernement et des ministeres
» Un nouveau compagnon de route
» Sur la route des caravanes
» "La Route Perdue"
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Andanorië :: Routes et cultures-
Sauter vers: