AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Lun 14 Juin - 0:15

Andralis sortit et alluma sa cigarette en regardant le ciel. Une belle nuit. L'éclat bleuâtre du saphir s'amplifia et l'albinos secoua la tête pour garder les idées claires. Quel cadeau lui avait fait sa mère... Il n'a jamais vraiment compris quel était l'utilité de cette amulette, mais quand elle se mettait à briller il se sentait... habité...
Alors qu'il se préparait à partir, la voix de l'aubergiste résonna derrière lui... Un nouveau travail et en plus pour quelqu'un de respectable. Andralis se retourna et fit comprendre qu'il avait entendu en posant l'index et le majeur de sa main droite sur son front et en avançant la main comme un salut militaire. Alors que le tavernier refermait la porte l'homme aux cheveux blancs ressentit un appel dans son crâne.
~Tue le... Tue les...~
Il grogna en serrant les dents et une fois que le tavernier eu fermer la porte le saphir cessa de scintiller. Andralis soupira en se palpant le crâne. Ces pulsions avide de sang étaient vraiment horribles... L'albinos remit finalement sa cigarette dans le coin de ses lèvres et enfila son headlistener pour rentrer chez lui. Demain il aurait du travail...
Revenir en haut Aller en bas
Inwë
Samildanach


Peuple : Elfin, avec des origines un peu mystérieuses.
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Lun 14 Juin - 21:31

Les enfants avaient les yeux qui brillèrent tellement quand Fin leur proposa de dormir dans la banque à capoué. Les enfants s'y voyaient déjà, oh oui, Inwë sauterait sur des gimauve géantes, et Altariel aprendra à nager dans du capoué liquide trop bon, puis ils feraient des batailles de bonbons, et Fin lui, il leur fera du capoué tout chaud, et des gâteaux rigolos en forme d'animaux, et...
Ils restèrent plusieurs minutes sans bouger, en s'imaginant toutes les choses sucrées à boire, à manger, pour dormir et nager, et courire, et manger encore, à regarder. C'était le rêve la banque à capoué. Les ombres elles-même n'avaient qu'un envie, y habiter pour toujours... En fait, non, pas sans Apa. Sauf si Apa venait avec eux, parce que si Apa ne voulait toujours pas aller dans la banque à Capoué, même si ils lui disait que c'était trop super bien, et bien ils préféraient plus manger de capoué et de bonbons, c'était pas grave, ils préféraient leur Apa... Ouai, même si ils devaient manger des légumes pour toujours; ils se sacrifieraient pour rester avec leur Apa, le seul et unique, Ragon noir qu'est blanc. Les enfants eurent plein d'amour dans le coeur pour leur Apa qu'ils aimaient...

Enfin, dormir qu'une seule nuit dans la banque, c'était pas grave, demain Fin il avait dit qu'il les ramenerait, alors ils diront pardon pour avoir mit du bazard, il feront un bisou à leur Apa chéri, et un gros câlin.
Alors ce fut le coeur et les pieds tout léger d'un coup, qu'ils suivirent le grand patron. Ils observèrent son manège. En fait, pour des yeux qui n'avait pas d'espérience, Fin faisait la vaisselle, mais les enfants savaient, qu'en fait, il composait un code secret sous l'eau, pour ouvrir sa chambre, et fermer pour de bon l'entrée à la salle du trésor. Là, où, touuut le capoué et les bonbons étaient en réalité. Inwë s'agrippa à la rambarde pour pas faire de bruit du tout, son frère lui, montra qu'il était fort, et qu'il pouvait le faire sans se tenir.
Elle avait de la chance que son frère soit trop super, ce serait un grand capitaine de bateau kivole. Et elle si elle voulait être ragonnière, elle devrait faire pareil que lui. Mais elle avait pas encore de ragon, donc elle pouvait pas, un ragonnier c'est en équipe que c'est. Ils sautèrent tout de suite dans le lit, enfin dessus. Et quand Fin montra les toilettes... Inwë descendit tout de suite, et ouvrit la porte. Le patron de labanque eu l'air de vouloir aller avec elle, elle tendit la main pour lui dire stop.
-Nan, t'en fé pa Fin, une mamoizelle incess ki sera une rande ragonnière peu se débourrer toute seule. Mé merki du kan même mon chère.

Fière, elle entra donc toute seule, et referma la porte. Mais sans le verrou, elle savait pas trop comment l'enlever après. Retirant carrément tout le bas de son pyjama, elle grimpa comme une grande, et s'installa sur le trône. Elle chantonna pour elle... Et un peu pour le reste de la salle de bain, une comptine pour enfant, une histoire de tortue, et de rat, qui courrait ou pas.
Alors qu'elle chantait, elle vit quelque chose courir sur le mur, ça faisait un éclair blanc. Arrêtant alors sa chanson, elle regarda le coin sans lumière où était allé la chose qui courrait. Elle se pencha vers l'avant, en faisant attention à ce qu'elle tombe pas non plus.
-Bonjour bestiole ?
La bestiole ouvrit deux yeux qui étaient bleus. Elle avait pas l'air très contente, et aussi toute petite. Un peu de fumée s'éleva au dessus d'elle, mais elle disparu très vite. Même la voix de la bestiole était bizarre, c'était comme si elle parlait tout bas dans un seau.

-Je ne suis pas une bestiole.

-Comen tu veu ke je sé ? T'es caché...
Elle conversa alors avec la bestiole, qui n'en était pas une, pendant un bon moment, et ne s'arrêta que quand Fin toqua à la porte, pour savoir si elle était tombée dans les toilettes. La bestiole qui n'était pas une bestiole disparue, et la fillette s'essyua, puis tira la chasse d'eau avant de se rhabiller, et de retourner dans la chambre.
-J'causé ec une nouvelle topine. Elle été dan la salle du bain, caché sou le lav'pabo. Mé kan ta parlé, elle été pu là aprè.




I'm delicate, sweet and fragile. But it doesn't mean I can't hit you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finarfin
Aubergiste


Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 96
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Jeu 17 Juin - 23:44

Je levais les mains en signe de paix.
-Fort bien gente damoiselle, nous attendrons donc, votre frère et moi, que votre royale majesté sorte.

Autant rentrer dans leur jeu, enfin, c'était plutôt moi qui l'avait commencé sur ce coup là. J'eus un sourire et m'éloignai de la porte de la salle de bain. Je regardai Altariel, un silence un peu maladroit passa. J'eus alors la bonne idée de farfouiller dans le haut de mon armoire. J'y dégotai une bouteille, dans laquelle était enfermée un bateau. Je la lui tendis.
-Agite là, et tu verras.

Pendant ce temps là, j'enlevais quelques oreillers, et ouvrai le lit, faisant une place douillette pour les deux enfants. Ce soir, je devrais me contenter du sommeil de l'elfe. Autrement dit, entrer dans une sorte de méditation, qui avait tendance à me faire léviter... Le cliché parfait. Je soupirai. Inwë était une fille pur jus, plus de cinq minutes déjà qu'elle était dans la salle d'eau. Et elle chantait. Son frère me jeta un regard qui signifiait sans doute : que veux-tu, c'est ainsi.
Je me posais à coté de lui, sur le bord du lit. Il était tard, mais vu leur degré d'excitation, je devais trouver quelque chose pour les calmer.
-Je reviens.
Je sortis de la chambre. Cer'ril était toujours en vadrouille avec Dryas, aussi je pus entrer dans la chambre, qu'avait occupé ma défunte épouse pendant un temps. Je pris un des livres dans la bibliothèque. Je n'y avais pas touché depuis... depuis qu'elle était mort. Il y avait de ça, presque une trentaine d'années maintenant.
En retournant dans ma chambre, Altariel était toujours à la même place, et Inwë toujours "enfermée". Je posai le livre sur ma table de chevet. J'allais toquer, doucement.
-Inwë ? Tu y arrives ?

Le bruit de la chasse indiqua que tout allait bien. La porte s'ouvrit. Inwë fit une déclaration surprenante, mais au moins, la salle d'eau semblait entière.
Ce fut au tour d'Altariel. Je tendis la bouteille au bateau à Inwë, qui en fut ravie, le temps que son frère reviennent. Une fois couchés dans mon lit, je leur proposais donc une petite histoire. Celle du capitaine Carcasse.
Un pirate digne des plus grands, qui affrontant maints dangers, réussit à parler à Virva en personne...
Quand je refermai le livre, conte fini, je constatai que les deux mômes dormaient. Je posais le livre, et me dirigeai vers le balcon. Je m'installai, en tailleur, une main dans l'autre, les coudes reposant sur les genoux. Je m'immergeai, et "m'endormais".


La nuit me parut très longue, au point que le jour n'était pas encore levé, que j'étais déjà en bas. Je n'avais pas vraiment réussi à dormir à la manière elfique, je ne l'avais pas fait depuis des années, et je n'avais jamais été très doué.
J'avais donc ouvert l'auberge très tôt ce matin, et c'était désert. Je fumais, recrachant de longues volutes de fumée, tirant longuement sur la pipe fine, en os que j'utilisais fort peu. Mais j'en avais besoin. Des Mountain King, des feuilles du Nord. Au parfum si spécial. Humant l'odeur qui se dégageait de ma pipe, je pris le temps de boire une gorgée de thé, encore un truc avec des feuilles.
L'air matinal était un peu frai, encore humide de rosée. Et Celebalda s'éveillait à peine. Je profitai de ce calme, peu habituel, pour les gens diurnes. La lune s'estompait doucement dans un ciel oscillant entre nuit et jour. La clarté du soleil levant faisait planer des ombres et des couleurs qui me plaisaient beaucoup.
Pour un peu, j'aurai fredonné. Mais je ne chantais plus depuis un moment. D'ici quelques heures, je commencerai à travailler, en essayant d'oublier tout un tas de souvenirs plus ou moins douloureux.
J'étais peut être un peu trop mélancolique ce matin.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhys
Artisan


Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Lun 21 Juin - 18:08

Je haletais, et l’air frais du matin me brulais les poumons. Je déteste parfois ça, courir, mais là j’étais au bord de la panique. Une fugue ! Une saloperie de fugue ?! C’est quand même nager en plein délire là ! Je m’étais réveillé avec une langue sacrément pâteuse, une grosse envie de toilettes, et une grosse envie d’un lit bien douillet parce que j’étais toujours courbaturé par le voyage, et que le fauteuil d’Uriel était beau mais pas confortable. Enfin pas suffisamment pour y passer une nuit, il faudrait que je lui dise que le style était passé de mode et que le tissu était tellement fin qu’on voyais les rembourrages….Oh là, ça ne ma va pas de réfléchir autant avant mon premier café !
Je n’avais même pas complètement lacé mes bottes et je n’avais même pas pris une veste ou un pull. J’étais monté à l’étage pour piquer un petit peu de place aux jumeaux et j’avais vu le lit vide. J’avais fais suffisamment de bruit en déboulant dans les escaliers qu’Uriel avait passé le bout de la tête par la porte de sa chambre. Je parie que ce n’est pas lui qui m’avait mit le plaid sur les genoux, le traitre.

Je fouillais dans tous les recoins de la ville en demandant au peu de gens, principalement des boutiquiers et des lève-tôt s’ils avaient vu les jumeaux. Mais si, des trucs roses avec des bras et des oreilles pointues. Des cheveux noirs et des airs espiègles. Et une mèche rouge sur le front.
J’avais déjà fait le tour de la ville en regardant dans tous les recoins où ils auraient pu se mettre, j’avais aussi une peur bleue que quelqu’un les aient pris, c’était un sentiment très nouveau et très inquiétant.

Enfin ! Quelqu’un se rappelait les avoir vus, une petite boutiquière à l’air hagard qui me regarda avec du reproche dans les yeux en me disant qu’elle les avait vu trainer près du Finarfin’s. Je la remercia en ajoutant qu’ils avaient fugués, mais je ne crois pas que ça me valu des points. Ce n’était pas vraiment mon problème, mais je n’aimais pas qu’on pense des choses à tord à mon sujet.
Je tournais en rond à quelques mètres de l’auberge, à m’adosser et me pencher sur une rambarde en trainant le bout d’une botte sur le sol. Evidement, le seul endroit que j’avais évité comme la peste alors qu’ils avaient montré leur envie d’y aller hier ! Je n’avais pas du tout envie d’y aller, c’est comme si mon nez et ma joue se rappelaient du contact cuisant de son poing. Et merde, je pouvais peut-être demander à Gogram d’y aller pour moi ? Non, ça serrait lâche et Finarfin saurait que le métamorphe cachait les intérêts de quelqu’un. Je tapais du poing et donnait un coup de pied à un poteau puis me passait les mains sur le visage. J’avais mal évidement, et je n’étais as du tout prêt à avoir une explication avec Finarfin. Je passais mes doigts dans mes cheveux, grimaçant aux nœuds que j’y rencontrais, puis m’avançais déterminé.
La poignée était la même, la baisser puis pousser pour ouvrir. Le bruit de la cloche aussi était la même. Je constatais qu’à cette heure bien matinale il n’y avait personne. Finarfin était assis à une table et leva son visage avec ce sourire que tous les aubergistes semblent avoir quand il y a un client qui rentre, celui avec le bienvenue juste sur le bord des lèvres. Moi en tout cas je savais mon visage fermé et crispé, mon masque était complètement émietté sur les bords. Au moins ma voix, fu miraculeusement neutre.
-Salut Finarfin. J’ai entendu dire qu’ils étaient peut-être venus ici, je suis venu chercher mes enfants.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Lun 21 Juin - 21:30

L'albinos s'était levé tôt ce matin. Pour une fois que quelqu'un lui proposait un boulot honnête. Une journée ensoleillé s'annonçait et Andralis décida de revêtir sa tunique blanche, il attacha son fourreau contre sa hanche et serra le poing sur la garde de son arme. Depuis temps d'année ce contact était une des seules choses de rassurante dans sa vie. L'albinos passa son headlistener sur ses oreilles et alluma une cigarette avant de quitter sa demeure. Il déambula un moment dans les rues de la ville. Petit à petit, les rues se remplissaient et des échoppes en tout genre ouvraient leurs portes.
Après quelques minutes il arriva finalement devant le Finarfin's. Comme chaque fois, il éteignit sa cigarette et déposa le mégot dans un petit sac à sa ceinture avant de rentrer.

Il y avait déjà un client dans la salle. Un homme aux long cheveux blanc comme Andralis. Ce dernier esquissa un sourire à la vu de cet homme puis apercevant le tenancier, salua les deux hommes... elfe...personne ! en accompagnant ses paroles d'un geste de main.

-Bien le bonjour. Pour une fois que je viens pas me noyer dans l'alcool sa me ferait presque rire...

L'albinos avisa le regard noir du client et serra les dents se disant qu'il y avait surement un problème quelque part. Après une seconde d'hésitation il bafouilla finalement quelques mots.

-Euh...Quelque chose ne va pas.
Revenir en haut Aller en bas
Altariel
Samildanach


Peuple : Semi-elfe, avec des origines mystérieuses
Second(s) Métier(s) : Truand en devenir
Nombre de messages : 22
Localisation : Dans les écuries et les grands chemins
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Lun 21 Juin - 21:49

Altariel se tourna vers l'intérieur du lit. Il y avait beaucoup de place dans le lit, et il était tout chaud, tout moelleux. Il rêvait de pirate, il avait combattu aux cotés du grand capitaine Carcasse des gros monstres sortit de la mer. Victorieux et super riche, il avait prit un bol de capoué chaud avec Virva la déesse de la mer, qui lui avait dit qu'elle voulait l'épouser. Mais lui non, parce qu'il était trop jeune et trop riche pour épouser une déesse. Et puis il la connaissait même pas. Avant de voir un elfe tout blond, habillé en costume très joli, qui voulait faire rentrer Apa, qui avait des couettes dans les cheveux et qui portait un pyjama, dans un endroit plein de bonbon et de chocolat. Mais Apa il ne voulait pas, et il criait pur que de grosses carrotes géantes l'aide à se sortir de là.
Puis d'un seul coup ses deux yeux s'ouvrirent, il réalisait quelque chose. Ceux de sa soeur également, au même moment, pour la même raison. Les petits se rapprochèrent l'un de l'autre.
-Ou kon né ?


-I-il est ou Apa ?

-Y fé tou noir...

-Wë, Wë veut A-apa...
Les deux enfants commencèrent à pleurer. Ils ne se souvennaient plus d'où ils se trouvaient, et en plus, Apa n'était pas là. Altariel et sa soeur auraient aimés que leur père avec ses cheveux blancs, et son seul oeil tout bleu, vienne d'un coup dans la chambre, parce qu'il les avait entendu pleurer, et qu'il leur fasse un câlin parce qu'ils ne craignaient rien. D'un coup, d'un seul, ils se souvinrent de tout.
Le bazard qu'ils avaient mit tout partout, puis la dispute de Apa, leur départ par la fenêtres pour visiter la banque à capoué, puis le patron Fin qui était un super liseur de pensés des clients de la banque, l'autre monsieur avec des cheveux blancs qui avait fait des grimaces en buvant, et enfin leur dodo dans la banque parce que Fin leur avait proposé. D'un bond ils sautèrent du lit, mais du mauvais coté, car il ne trouvèrent que les rideaux. Mais il les tira avec sa soeur, et avec la lumière, les enfants purent voir la porte pour aller dehors... Et celle pour faire pipi.

La deuxième fut ouverte par Inwë, puis par son frère. Les dames d'abord avait dit Apa. Ils avaient toujours des yeux rouges avec des larmes qui coulaient, mais ils savaient où ils étaient maintenant. Si ils descendaient, ils pourraient demander au patron de la banque de les ramener chez le copain à Apa. Comme il était un super liseur de pensés, il saurait sûrement où c'était. Ou les enfants demanderaient aux gens dans la rue, c'était pas grave. Y avait les ombres aussi qui pouvaient chercher comme pour chercher la banque à capoué.
Les petits pieds descendirent l'escaliers tout doucement, pour pas faire de bruit... Et à mi chemin de l'escaliers, les petits yeux mouillés d'Altariel et de sa soeur s'ouvrirent très grands. Il y avait deux monsieurs aux cheveux blancs ! Et ils oublièrent de ne pas faire de bruit pour descendre, tout en criant, cherchant à foncer le plus vite possible sur leur père, quitte à dire bonjour au sol entre deux. Mais que voulez vous, c'était leur Apa.
-APAA !


-APAA ! APAA!


It's time to see what I can do, to test the limits and break through.
No right, no wrong, no rules for me.
I'm free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finarfin
Aubergiste


Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 96
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Lun 21 Juin - 22:04

Je relevai la tête du journal dans lequel j'étais plongé, pipe à la main, tasse posée sur la table. C'était vide, je pouvais bien m'assoir où je voulais. La cloche tinta, signe que quelqu'un venait d'entrer. Je n'étais pas le seul à être matinal.
Je relevai donc la tête, sourire aux lèvres, prêt à accueillir comme il se devait ce premier client de la journée. Mon sourire s'arrêta, et retomba lentement. Rhys. C'était Rhys. Je passais du calme à l'affolement total, ne sachant ni quoi dire ni quoi faire. Heureusement j'eus assez de présence d'esprit pour ne pas lâcher ma pipe. Je la posai doucement, autant éviter de la casser. Sans rien dire. Par Lyuben s'était Rhys... Et ce que je devais...
Je m'arrêtai aussi net dans mes réflexions en voyant sa tête. Tout ce que je pourrais dire ne servirait à rien maintenant. L'affolement laissa la place à un gouffre profond, où je ne ressentais pas grand chose. Il y avait la même chose quand je repensai à la fin qu'avait eu Nioreg, mon épouse.
Mais en suite, en suite, ce fut le choc.

-Tes enfants ?

Mon cerveau fonctionna rapidement, et... Hein ? Les deux mômes d'hier soir c'était les siens ? Comment ça les siens ? Comment ça ? Je fis rapidement le calcul, impossible qu'il ait pu les faire après mon super coup de poing dans le nez, donc si s'était les siens, la conception remontait à avant son arrivée ici. Pourtant, je n'avais pas vu d'air de famille du tout sur le visage des deux jumeaux. Mais maintenant je comprenais ce que j'avais entendu hier soir. Le copain Minou, devait être Gogram, Rhys devait être chez Uriel. Je restai là, sur ma chaise, l'air complétement hagard.
La porte s'ouvrit, me sortant de ma torpeur. Andralis. Ah, quelle entrée ! La gêne pesante qui s'était installée dans la pièce se retrouva... encore plus pesante, quand Rhys le dévisagea littéralement, comme s'il allait le manger.

Je me levais, refermant mon journal.
-Rien du tout Andralis, la cargaison n'est pas encore arrivée. Va dans la cuisine, il y a du thé dans la... théière, logique, et du pain frai si tu veux. Je t'expliquerai en suite ce qu'on va faire ce matin, après que le sieur ici présent soit parti, avec ses enfants, tu sais, ceux d'hier soir.

Ainsi donc, le père indigne que j'avais fustigé et trucidé intérieurement hier soir s'était Rhys. Aurait-il été mesquin de ma part de dire que ça ne m'étonnais guère ? Sans le moindre doute. Et vu sa tête, je préférai éviter une mort subite.
-Tes enf-
Je fus interrompu par une cavalcade digne de la cavalerie d'Armenelos, et des hurlements dignes des plus grandes harpies ou banshees du coin. Les jumeaux étaient descendus, et visiblement, ils avaient très heureux de revoir leur Apa. Qui n'avait rien du bison volant à six pattes que j'avais imaginé hier soir. J'eus un léger pincement au coeur en voyant toute cette joie. Par Mei, voila que j'devenai aigri, manquerait plus que j'grisonne.
Je restai planté debout, avant de bouger un peu comme un pantin, pour aller chercher des pains au chocolat, que je fourrai dans un sac en papier. Je le posais sur la table.
-J'imagine que prendre un petit déjeuné chez Apa sera le mieux, voila des pains au capoué.

J'évitai soigneusement de croiser l'œil bleu de Rhys, bizarrement, j'avais honte. Honte de quoi ? J'étais sans doute gêné, après tout, je lui en avais quand même mis une, et pas une petite dans le nez, pour un tout petit baiser de rien du tout. Alors pourquoi je me sentais comme ça ? Je clignai des yeux, faudrait que j'arrête de fumer, ça me rendait beaucoup trop sensible.
-Je te laisse avec tes enfants, j'ai du travail.
Un mensonge éhonté, mais je ne pouvais plus tenir. Après un au revoir chaleureux avec les jumeaux, je disparaissais, rapide comme l'éclair, et avec plaisir derrière les portes de la cuisine, où je trouvais Andralis en train de prendre son petit déjeuner.
-Euh, une bonne chose de faite, ces petits ont retrouvé leur père. J'attends une livraison de viande d'Earthaë en provenance du Maëldan, en bas, j'aurai besoin d'aide pour tout remonter ici, et découper la viande pour que je puisse cuisiner plus facilement...

Dingue ce que j'étais professionnel jusqu'au bout. Le travail me sauvera sans doute, ça m'évitera de perdre la tête.
-Bien sûr tu seras payé, et je t'offre une semaine de repas complet, la tâche étant plutôt ingrate...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Mar 22 Juin - 10:48

Andralis mange lentement une tartine en attendant la fin de la discussion.

-Non mais quel abruti tu fait il faut que tu soigne tes entrées !

Il boit une longue gorgée de thé, la chaleur lui brula la gorge et l'œsophage avant de finir dans son estomac. L'albinos resta à respirer le plus fort possible par la bouche pour se rafraichir. Au bout d'un moment il mordit de nouveau dans une tartine. Une bonne journée en perspective avec un travail honnête pour quelqu'un e bien. C'était assez rare pour quelqu'un comme Andralis et il avait du mal à y croire. Peut être que le tenancier allait juste le tuer pour le faire cuire et le donner a manger à la salle. Un elfe éméché lui avait dit que c'était déjà arriver... Non maitre Finarfin ne ferait pas ça.
Le tavernier entra finalement dans la salle apparemment préoccupé mais cela ne concernait pas Andralis.

-Alors c'était leur père.

Il écouta ensuite en quoi consistera le travail avant d'approuvé d'un geste de tête. Le fait de parler boulot semblait apaiser l'lelfe. A la dernière phrase de l'aubergiste il retint presque une larme en regardant le tenancier. Cet hom...elfe, même si il ne l'avait jamais paraitre il le considérait comme le père qu'il n'avais jamais eu. Quelqu'un de bien.

-Cela me va parfaitement merci maitre Finarfin. Merci beaucoup, j'ai déjà dépecé beaucoup de bête après la chasse je devrais pouvoir survivre à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Rhys
Artisan


Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Mer 23 Juin - 17:56

J'étais particulièrement fier, intérieurement, de voir l'expression frappée de Finarfin quand je dis mes enfants. Son expression avait changé du tout au tout quand il avait réalisé que c'était moi sur le pas de sa porte. La tension était tellement épaisse qu'on aurait pu s'étouffer dessus. Ce que fit un client lève tôt qui me semblait déjà avoir aperçu ici auparavant. Ça ne m'empêchait pourtant pas de le fusiller du regard avec mon œil unique.
Finarfin s'empressa de dissiper la gêne, la tension, mais on était embourbé dedans. Intérieurement j'avais envie de lui enfoncer le nez dedans encore plus.
Mais cette fois ce fut les jumeaux qui interrompirent complètement le moment en déboulant comme des furies dans les escaliers et me sautant sur les jambes. Je ne pouvais pas m'en empêcher, un tel soulagement m'emplit en les voyant que je m'asseyais presque sur le sol et les serrait contre moi.
Ils se mirent très vite à protester contre ma prise sur eux et commencèrent à parler dans tous les sens. Je n'écoutais pas, mon œil était fixé sur Finarfin, son air presque... abattu. Une pointe de colère monta, de quel droit il faisait ça ? C'était lui qui m'avait frappé, pas le contraire ! D'un autre côté je n'aimais pas le voir dans cet état, mais ça je l'enfonçais au plus profond de moi en le rouant de coups. Je n'étais pas près à avoir une conversation avec Finarfin, pas du tout. Ce comportement de gonzesse de ma part me surprenait vraiment, j'avais envie de me morfondre sur mon sort, mais rien que le fait de le voir m'avait fait monter la moutarde au nez.
Inwë tira répétitivement sur mes cheveux pour attirer mon attention, je ne la regardait qu'une fois que Finarfin eu disparu dans sa cuisine. Je devrais punir les jumeaux, au moins un peu, et les disputer, certainement. mais que j'étais las ! J'avais envie de m'excuser, à Fin et à son client qui n'avait eu que le malheur d'être là au mauvais moment. Je regardais Inwë et Altariel à tour de rôle, me glissant dans l'attitude « Apa poule ».
-Ne me refaites jamais une peur pareille vous deux, je me suis fais de sacrés idées ! Des trucs vraiment horribles ! Quand vous faites des bêtises c'est normal d'être puni. Ce n'est pas pour rire que je fais ça, c'est pour votre bien, on est d'accord ? La prochaine fois que vous êtes punis, si si je sais très bien qu'il y aura des prochaines fois...si vous trouvez ça injuste vous me le dites et on parlera. Oh, ça ne veut pas dire que votre punition sera levée, loin de là ! Seulement vous pourrez me dire que c'est pas juste et moi je vous dirais exactement pourquoi vous trouvez ça injuste et pourquoi je l'ai fait.
Je me relevais et époussetais mon pantalon, me penchant sur eux pour continuer.
-Pour cette fois je laisse passer, vous étiez excités par tout ces trucs nouveaux et vous n’aviez pas envie de vous coucher, bon. La prochaine fois, je ne serrais pas aussi indulgent. J’ai eu très peur vous savez. Alors la prochaine fois que vous avez envie de vadrouiller en ville, ça sera de jour et accompagné.
Je fouillais dans mes poches pour n’y rien trouver dans un bout de papier froissé, je m’avançais alors vers de bar et attrapais le premier crayon sur lequel je griffonnais un « je te revaudrais ça ». Après quelques secondes j’ajoutais « merci » et signais. Puis je pris un jumeau dans chaque bras et partais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finarfin
Aubergiste


Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 96
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Mer 23 Juin - 19:38

Entendre la clochette de la porte, et le babillage des enfants s'éloigner, me laissa... Soulager. Et je ne pus contenir le soupir qui traversa mes lèvres. J'aurai été bien en peine de retourner en salle, alors qu'ils auraient été encore là. Enfin lui surtout. Je grattai l'arrière du crâne, ébouriffant ma tignasse blonde. Cette fois, je pouvais reprendre ma journée en étant sûr qu'ils ne reviendraient pas avant un moment.
Je posais mes yeux bleus sur Andralis, et fis la grimace.

-Navré que tu aies dû assisté à ça. C'était leur père oui, et un ami avec lequel j'ai eu un différent... Finis de manger, un des oiseaux d'Aériaplume est censé m'avertir quand le chargement sera arrivé.


Je contournai Andralis et son petit déjeuné matinal, pour aller remettre de l'eau dans la bouilloire, et préparer du café, et tout ce qui pourrait servir pour les lèves tôt, et les moins lèves tôt qui prendraient la salle d'assaut durant la matinée.
En suite, je devais prévoir un plat du jour. J'avais refait de la poule au pot hier, ça marchait bien, mais aujourd'hui, je n'allais peut être pas recommencé. Je jetai un coup d'œil à l'heure, enfin dehors, pour voir où Aelius en était de sa course. Je jugeai que Damoiselle Liselle, qui séjournait ici depuis maintenant un mois, ne tarderait plus à se réveiller. L'aveugle adorait Celebalda, et manger. Je n'avais jamais vu une femme manger autant, et tout au long de la journée. Bref... Je devais m'activer un peu.
Je me relevai, après avoir enfourné des pains, à la croûte nappée de miel, comme de celui que Andralis était en train de déguster. Je m'essuyai les mains sur un torchon, un geste machinal.

-Au fait, juste "Fin", ou "Finarfin" ça ira, "maitre Finarfin" me donne l'impression d'être un vieux croulant, genre Maitre épéiste célèbre... Je suis juste aubergiste, rien de plus. Depuis le temps que tu viens ici... tu peux bien juste m'appeler par mon prénom.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Mer 23 Juin - 21:23

Quand la clochette de la porte tinta le tenancier paru soulagé et Andralis le regardant du coin de l'œil commençait à vraiment se demander ce qui s'était passer entre lui et ce borgne. L'albinos continuait de manger et boire lentement en écoutant ce que disait Finarfin. Chacune des personne de ce monde a au moins une histoire qu'elle veut garder pour lui. Quelque chose dont elle à honte ou ne supporte pas sa pensée. Et l'homme aux cheveux blancs savaient qu'il n'avait en aucun cas le droit de demander eu tavernier quel était le motif de ce "différent" qui semblait bien plus grave que l'intéressé ne laissait paraitre.

-Excusez moi Finarfin c'est juste que j'ai l'habitude de vous écouter raconter des histoires depuis que ma jeunesse et pour un humain comme moi tout ce que vous racontez et si impressionnant. Cela fait tant d'années que vous vivez et vous vivrez encore longtemps après moi... C'était une sorte de reconnaissance pour avoir été une des seules personnes avec une attitude positive alors que je grandissais. Mais si cela ne vous plait pas allons pour Fin.

Andralis termina sa troisième tartine. C'était vraiment bon. Survivant grâce à la chasse, son alimentation était presque exclusivement constituée de viande. Sauf quelques fruits parfois il n'avait pas l'habitude de manger autre chose. Chaque repas ici était une félicité pour son estomac. Pointant le tavernier du doigts il enchaina un grand sourire aux lèvres.

-Moi aussi un jour je partirais d'ici et quand je reviendrais j'aurais des histoire à raconter. Et j'espère que vous serez encore là pour que ce soit mon tour de vous parler de mes voyages et mes hauts faits.
Revenir en haut Aller en bas
Finarfin
Aubergiste


Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 96
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Jeu 24 Juin - 21:34

Une main sur une hanche, je ne pus retenir plus longtemps le rire joyeux qui me traversa. Andralis était comme une bouffée d'air frai ce matin. Voila qui me plaisait, un jeune homme avec de l'entrain à revendre. Mais je ne doutais pas que cet entrain aurait vite disparu à la fin la besogne que je lui demandai de faire. Il devait descendre jusque sur la place centrale, et remonter ici avec les chargements, trois paliers de hauteur, et donc trois escaliers à monter charger comme un mulet. Mais un repas aurait vite fait de le requinquer.

-Que tu m'appelles Fin et me considères comme un ami est une marque de reconnaissance amplement suffisante. Pas besoin de plus. Je n'en demande pas tant. Enfin, je te demande quand même de faire quelque chose de fatiguant, mais tu es jeune, tu survivras.

Je lui tapotai l'épaule, l'air compatissant, le sourire toujours aux lèvres. Je lui offrirai peut être une ou deux nouvelles cardisques, pour son ambianceur. Andralis semblait sur la corde raide coté monnaie. Enfin, comme beaucoup de ceux qui vivaient dans les coins les plus reculés de la capitale. Quand l'humain me parla d'aventure, là encore j'eus le sourire large, jusqu'à la pointe de mes oreilles.

-Je n'en doute pas, Andralis, et tes histoires auront le mérite de n'être qu'à toi. Moi je suis un conteur populaire, des épopées des années passées. Qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Oh, et je ne compte pas me retirer avant un long moment encore, je serais sans doute là, les oreilles grandes ouvertes pour t'écouter.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Jeu 24 Juin - 22:36

Je me relevai en m'étirant. Vraiment un très bon petit déjeuner. Je souri de toute mes dents en entendant le rire du tavernier. C'était vraiment un homme sympathique. Après avoir écouté Finarfin, je me relevai pour lui répondre.

-D'accord Fin. Et grâce à cette collation je me sens prêt à déplacer des montagnes alors un chargement de viande sa devrait aller ! Enfin j'espère...

Il me tapota l'épaule alors que j'inspirais fortement. Je me rendis compte que j'avais quelques miettes sur la manche et la secoua pour les faire tomber dans le bol de thé désormais vide. A la seconde tirade du tenancier je me mit à rire.

-En tout cas j'espère bien que vous vivrez longtemps oui, les générations futures mérites d'entendre la multitude d'histoires que vous avez à raconter. Quand aux miennes je verrais bien... Quand j'aurais récolter un peu d'argent je compte bien partir pour Zeichen. Ma soeur n'est jamais revenu de là-bas mais elle m'as dit que c'était un bon endroit pour se faire connaitre dans l'arène. Mais une des choses qui me tente c'est de de me faire engager pour escorter des caravanes ou des bateaux de marchand pour les protéger des bêtes; bandits et pirates. Il parait également qu'il y a une jungle en Andanorië... La jungle skel je sais plus quoi dont on dit que très peu l'ont explorer.Être l'un de ses vainqueur serait un rêve...

Je m'arrête de parler un moment et me rend compte que je me suis laisser emporter par mon récit et je suis maintenant le pied droit sur la chaise et le poing levé.

-Euh... Excusez moi Fin je me suis emporté.

Je me saisit du bol de thé pour le ramener avec des plats sales mais trébuche et m'étale de tout mon long en entendant le bruit élégant du bol se brisant sur le sol. Je me remet à genoux et observe l'accident.

-Euh je suis vraiment désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Finarfin
Aubergiste


Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 96
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Ven 25 Juin - 16:23

[Hrp : Andralis mon jeune ami, votre signature est bien trop grande, réduisez là avant qu'un de nos admins vous tape sur les doigts]

Mon sourire ne faiblit pas en entendant les rêves de gloire d'Andralis. J'avais été comme ça à une époque. Aventureux, des rêves pleins la tête, des exploits, j'avais voulu composer les plus grandes ballades, qui seraient chantées encore longtemps après ma mort, mener une existence de nomade, barde vivant de sa musique et ses histoires.
Et voila que j'étais aubergiste. Et ça ne m'empêchait pas de raconter des histoires à qui voulait bien les entendre, ou de grattouiller ma harpe quand on me le demandait gentiment. Je le regardai prendre la pose. J'éclatai à nouveau de rire.

-La jungle de Selkijiren mon jeune ami, une véritable beauté ! Les tribus de l'Esgaleithel, elles, elles la connaissent plutôt bien, mais elles ne veulent jamais qu'on la cartographie. Et je suis certain que nous sommes encore loin de percer tout ses mystères. Quand à l'Arène, il y a plus près, le Manoir d'Aeguishor, à Armenelos. Mais on dirait que le Sud t'attire. C'est un endroit magnifique, un peu chaud, mais tellement plaisant. Et crois moi, tu es loin de t'être vraiment emporté. Tu n'as pas dégainé, et crier : à l'assaut.

Andralis avait l'air d'un môme pris en faute, contrit, qui aurait joué un peu trop fort au chevalier, d'abord dans son crâne, puis qui ne s'était pas aperçu qu'il le faisait tout haut en plein milieu de la salle de classe. Oui, vous pouvez le dire, ça sent le vécu. J'ai effectivement été victime de mon imagination plus d'une fois dans ma prime jeunesse. Mais, ça forge le caractère d'être envoyé au coin. Ou en tout cas, ça laisse du temps pour poursuivre son aventure.
Et Andralis s'étala superbement. Et je mis à rire de plus bel. Je l'aidai à se relever.

- Mon ami, n'ayez crainte, fis-je théâtral, laissez moi m'occuper la vaisselle et la cuisine, occupez vous plutôt de vos épées, et des travaux qui exigent jeunesse et force ! Rien de grave, avec un coup de pouce elfique, voila que ce bol sera comme neuf.

Et en effet, ma génialissime vaisselle se rassembla d'elle même. Et le bol fut de nouveau parfaitement lisse, intact. Je me penchai pour le ramasser, et le déposai dans le bac qui me servait d'évier.
-Si cela ne t'ennuie pas, retournons en salle, j'y ai laissé ma tasse et mon journal, et ma pipe aussi maintenant que j'y pense. Et j'ai une lève tôt parmi les gens qui séjournent ici, et Dame Liselle sera sans doute un peu déroutée de ne pas me voir derrière mon comptoir, car elle n'y voit goute, il faut le savoir.

Ah voila que je refaisais des rimes. Ma santé mentale m'inquiétait quelque peu. Mais rien de grave pour un barde. Si je perdais cette faculté, c'était plutôt ça qui devrait m'angoisser. De bonnes rimes, c'est important, quand on exerce un métier qui exige du raffinement. Argh, encore une. Je secouai la tête, et repassai en salle, suivi d'Andralis. J'entendis les pas légers de la demoiselle dans les escaliers. J'apercevais l'ourlet de sa robe parme, une de celles qu'elle adorait, m'avait-elle confiée. Demoiselle Liselle y voyait parfois parfaitement, avec un genre de double vue, qui ne fonctionnait pas tout le temps.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liselle de Mandiargues
Prostitué


Peuple : Métisse, Lios - Sidhe. Aveugle.
Second(s) Métier(s) : Noble déchue
Nombre de messages : 21
Localisation : Selon votre vision, ou bien la mienne ?
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Ven 25 Juin - 16:59

Liselle s'était éveillée doucement, comme chaque matin depuis qu'elle séjournait chez Finarfin. La dunpeal s'était prélassée encore un peu dans les draps, avant de se lever, et d'aller se laver rapidement. Elle avait fait sa toilette avec des gestes méticuleux, se fiant simplement à ses mains et à ce qu'elle pouvait sentir. Elle brossa ses cheveux, démêlant patiemment sa tignasse brune. Épingles dans la bouche, elle la releva, l'attachant de façon négligée, d'une queue de cheval un peu lâche. Elle renforça le maintient de celle-ci avec les épingles, des gestes qu'elle connaissait par cœur, et qui lui garantissait un résultat fort convenable en dépit de son regard aveugle. Elle laissa des mèches s'échapper, les arrangeant avec ses doigts. En suite, la jeune cheminante avait choisi parmi ses robes. Celle parme qu'elle portait assez souvent, parce qu'elle l'aimait. Elle pouvait voir à quoi elle ressemblait avec sa double vue. Liselle l'enfila donc, la laçant avec des gestes précis et rapide. Elle vérifia l'ourlet, pour éviter qu'elle marche dessus. Les jupes étaient longues, mais légères. Le col évasé, lâche, seulement fermé par deux points sur ses épaules. Epaules dénudées parce que les manches étaient ouvertes, seulement fermées au niveau des poignets. Sa taille était soulignée par un corset, fermé par des attaches sur le devant, dissimulée sous le velours.
Elle enfila ses sandales, dont elle ne défaisait jamais la boucle, et referma soigneusement à clef la porte de sa chambre. Elle glissa la clef dans son corsage, impossible pour quiconque de lui prendre sans qu'elle s'en rende compte. Elle descendit, le pas léger. Elle connaissait les escaliers par coeur, de même pour le morceau de couloir qu'elle devait traverser, et la configuration des tables dans la salle, avant d'atteindre le bar. S'aidant de la rampe, Liselle descendit, reconnaissant l'avant dernière marche qui avait comme une bosse qu'elle pouvait sentir sur son pied. Le bois de la rampe était usé par les nombreuses mains qui étaient passées dessus. L'aveugle riva ses yeux d'un bleu limpide en direction du bar.
La porte menant aux cuisines venaient de s'ouvrir, elle entendit clairement la voix de Finarfin, et une autre. Qu'elle avait déjà entendu ici, pendant son séjour. Elle n'avait pourtant pas de nom à mettre dessus.
Il était encore tôt, et l'absence d'autres voix, ou bruits, le lui confirma. Liselle se levait toujours avant le reste de pensionnaires réguliers, ou occasionnels. Elle aimait prendre son petit déjeuné dans un calme assez relatif, pour qu'elle puisse entendre les oiseaux de la ville des arbres. Elle connaissait maintenant par cœur le palier où l'auberge de Finarfin était située. Les boutiques qui s'y trouvait, les défauts des passerelles, et l'accès rapide aux Jardins Suspendus à la librairie la plus proche.

-Bien le bonjour à vous Finarfin, à votre ami. La nuit m'a été particulièrement agréable, je vous en remercie.

Liselle lui adressa un large sourire. L'elfe lui demandait toujours si elle avait bien dormi. Liselle répondait immanquablement que s'était le cas. Surtout quand elle recevait des nouvelles de son frère, resté dans le Sud. Conor aurait pu être ses yeux, mais... il avait choisi de ne pas l'accompagner. Comme toujours, elle en ressentait un profond regret. La dunpeal s'installa sur le même tabouret, celui qu'elle occupait tous les matins depuis qu'elle était arrivée. Dans la journée, elle optait pour une banquette, un peu reculée, qui lui laissait assez d'intimité pour faire ce qu'elle voulait, ou ne pas être vue. Sauf par la drow de l'autre jour. Elle ne savait toujours pas quoi lui répondre, ni quoi décider quand à sa proposition.
-Une de vos confitures maisons me tente pour ce matin. Celles aux fraises des bois, d'il y a deux ou trois jours, en avez-vous encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finarfin
Aubergiste


Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 96
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Lun 5 Juil - 11:36

Andralis était resté drôlement silencieux pendant que nous regardions Demoiselle Liselle descendre les escaliers. Je jetais un coup d'oeil à l'humain aux cheveux blancs, avant de sourire largement à la jeune femme qui s'approcha.
Elle connaissait la disposition des tables maintenant. Avant, elle s'était pris quelques coins de table, ou même des chaises, ou bien parfois des gens. Elle descendait toujours la première, sauf exception, et profitait d'une salle déserte pour discuter un peu. Elle me devança sur l'habituelle question que je lui posais tous les matins depuis son arrivée.

-J'en suis ravi, fis-je, mais j'aimerai que vous me laissiez le temps de poser la question, tout de même. Mon ami, s'appelle Andralis. Il me donne un petit coup de main ce matin. Cer'ril n'étant pas rentré cette nuit. Andralis, voici Damoiselle Liselle de Watteau.

Cer'ril était mon serveur, qui était presque en lune de miel avec celui qui me servait de videur, Dryas. Dryas embauché dans des circonstances abracadabrantes, et qui était légèrement irritant. Autrement dit, j'avais bien envie de lui en coller une de temps en temps. Mais si ça pouvait faire plaisir à Cer'ril.

-Bien sûr qu'il m'en reste. Comme d'habitude, avec un grand bol de chocolat ?

Elle hocha la tête, signifiant que c'était oui. Je contournais Andralis pour retourner en cuisine, chercher bol, et lait chaud chocolaté, et petite assiette de tranches de pain frai, recouvertes généreusement de confiture.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Lun 5 Juil - 12:46

Je souris sourit aux réponses de Finarfin, m'imaginant déjà contant mes histoires dans l'auberge à mon retour. Puis je me ressaisi en secouant la tête. j'approuvai d'un geste de tête quand il me demanda de le suivre en salle puis le suivit. Je me souvenais vaguement d'une femme qui en heurtant ma table avait renversé ma bière sur moi mais l'emprise de l'alcool étant déjà forte c'était plutôt flou.
Alors que je prenais place sur un tabouret près du comptoir pour attendre que mon travail commence, des bruits de pas dans l'escalier attirérent notre attention. Cela devait être la cliente dont Fin avait parlé. La jeune femme arriva en bas et avant même que le tavernier puisse parler répondit à ses questions. Je pensais vraiment l'avoir déjà vu... Il faut que j'arrête l'alcool cela ne me réussi pas... Oui mais il faut bien passer le temps alors autant boire. je laissai échapper un petit rire à la réponse de Finarfin Avant de faire un signe de main à la citation de mon nom... Mais me rappelant qu'elle n'y voyait pas grand chose je me dit que parler était une meilleur option.

-Bien le bonjour Damoiselle. Je crois bien me souvenir de vous mais j'ai du mal à me souvenir comment je vous ai rencontrés.

Quand Finarfin sortit de la salle pour aller chercher la confiture je me retournais de nouveau vers Liselle.

-Cela fait longtemps que vous êtes ici apparemment que faites vous à Celebalda ?
Revenir en haut Aller en bas
Liselle de Mandiargues
Prostitué


Peuple : Métisse, Lios - Sidhe. Aveugle.
Second(s) Métier(s) : Noble déchue
Nombre de messages : 21
Localisation : Selon votre vision, ou bien la mienne ?
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Sam 10 Juil - 12:25

Liselle sourit doucement, les mains posées sur le bois du comptoir. Elle inclina la tête sur le coté, écoutant l'aubergiste présenter l'autre voix qu'elle avait entendu. Celle-ci portait le nom d'Andralis. Un homme, le timbre le lui avait indiqué, alors qu'elle descendait les escaliers. Elle opta pour ne pas lui répondre tout de suite, elle le salua tout de même d'un hochement de tête. Son attention fixée sur Finarfin. La dunpeal ne put s'empêcher de rire.

-Ce sera parfait avec un chocolat comme vous savez les faire.

Le chocolat... Liselle raffolait du chocolat. Depuis qu'elle était sortie des bas-fonds où elle avait été enfermée pendant des années, la première chose qu'elle avait mangé, avait été du chocolat. Son frère lui en avait donné, pour lui permettre d'avoir assez de force pour marcher jusqu'à l'auberge de la Fiancée du Tigre, où l'aubergiste Skye l'avait soignée... Remise sur pied. Depuis, elle avait une sacrée collection de chocolat dans son sac de voyage. Dessert et plaisir quand elle était sur les routes, ou quand elle se promenait. La dunpeal l'aimait au lait, accompagné de noisettes, ou bien de raisins secs, ou encore d'amendes caramélisées. Mais ses pensées s'égaraient. Fin faisait un chocolat divin. Mais là, son jugement devait être brouillé. Elle adorait l'aubergiste, qui s'était montré prévenant avec elle. Allant même jusqu'à l'accompagner dans son exploration de la ville, et quand il n'avait pu venir, c'était Cer'ril son serveur, adorable dryade, qui l'avait accompagné. Liselle n'aimait pas Dryas, il lui rappelait un peu trop le Sud, et pas le bon coté.
Finarfin se déplaça, le bruit familier des portes battantes, lui indiqua qu'il venait de passer en cuisine.
Liselle se retrouva donc seule avec Andralis. Elle se tendit légèrement, mal à l'aise. Elle évitait toujours de rester avec un homme, seule, dans une même pièce... Son instinct de survie lui interdisait de se détendre. Trop d'années passées à avoir peur, à craindre de mourir défigurée, désarticulée comme une poupée de chiffons sur une paillasse crasseuse, au fond d'une cave, perdue dans un bouge insalubre...
Finarfin ne comptait pas, l'elfe n'avait pas éveillé ce sens du danger. Et Cer'ril... avait vécu la même chose qu'elle.
La séparation du comptoir entre eux, l'aida à ne pas paniquer, même après plus de trois ans dehors, libre sur les routes. Le silence maladroit n'eut pas le temps de s'installer, Andralis reprit la parole.

-Comme vous avez dû le noter, je n'y vois guère.... Il est possible que j'ai pu heurté quelque peu votre table, ou vous même quand je suis arrivée ici. J'ai eu quelque difficulté à mémoriser la configuration de la salle. Voila un mois, au moins, que je suis ici. Je... je visite. Depuis trois ou quatre ans, je voyage à travers Inwilis, pour en découvrir les merveilles. Et vous ? J'ai cru comprendre que vous veniez souvent ici... J'ai plusieurs fois entendu votre voix. Maintenant je peux y mettre un nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Sam 10 Juil - 13:05

L'auberge était encore vide et calme mais on commençait à entendre des personnes s'animant dans les chambres au dessus. Je regardais cette demoiselle... Comment l'avait-il appelé... Liselle de l'autre côté du bar. Au bout d'un instant elle consentit à me répondre.

-Ce n'est pas grave pour la table je devrais arrêter de me mettre dans des états pareil de toute façon... Pour ma part j'habite en bordure de la ville, et je crois bien que le Finarfin's soit un des seul endroit de réconfort que je connaisse hormis la forêt.

Je la fixait un moment. Elle ressemblait vraiment à ma sœur partie au Sud... Je me perdit un moment dans la contemplation de la bague ornant ma main droite puis secouant la tête pour extraire la tristesse de mon esprit je reportai mon attention sur Liselle.

-Alors comme ça vous visitez Inwilis. Vous avez de la chance je ne suis jamais aller plus loin que Dangweth. C'est l'un de mes rêves de partir d'ici... Vous avez vu beau...

Me rappelant qu'elle n'y voyait pas grand chose je reformula ma phrase rapidement en essayant de me rattraper.

-Visitée beaucoup d'endroit ?
Revenir en haut Aller en bas
Liselle de Mandiargues
Prostitué


Peuple : Métisse, Lios - Sidhe. Aveugle.
Second(s) Métier(s) : Noble déchue
Nombre de messages : 21
Localisation : Selon votre vision, ou bien la mienne ?
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Dim 11 Juil - 18:52

-Ne soyez pas gêné, répondit Liselle en riant doucement, je peux voir, si je le veux. Mais cela m'épuise plus rapidement, et je préfère me fier à mes autres sens... Je voyage depuis quatre ans, ou presque. Je suis partie d'Hitokage. Je dois vous avouer, que je n'ai pas traversé le désert de l'Esgaleithel à pied, j'ai pris une des nombreuses aéronefs qui partent depuis Emaine Macha. Je n'ai pas encore vu Dangweth... Vous n'êtes jamais parti ? Quelque chose vous retiens ici ?

L'aveugle tapota de ses doigts le comptoir, un geste trahissant peut être son impatience. Son estomac lui confirma qu'en effet, elle avait faim. Elle eut un rire gêné, et se sentit rougir.
-Désolée, je n'ai rien mangé depuis hier, en fin d'après-midi. Et je crois que mon ventre est bien décidé à me le rappeler jusqu'à ce que je mange.

La dunpeal réfléchit un instant sur ce qu'Andralis avait dit. Elle pencha de nouveau la tête, cette fois, c'était plus une mimique qu'elle avait quand elle réfléchissait à quelque chose.
-La forêt ? Je ne voyage jamais hors des sentiers battus. Je risquerai de me perdre, de me blesser... Vous avez de la chance de pouvoir connaitre les merveilles qui se cachent parmi ses grands arbres. Même si vous semblez amer quand vous en parlez... Enfin, je ne veux pas être trop indiscrète.

Liselle fit un énième sourire, quelque peu mélancolique. Elle inspira profondément. Et quand elle continua, ce fut d'une voix très douce.
-Vous savez, mon frère et l'endroit où je vivais, avant... Me manquent. Certains aspects de ma vie d'avant. Voyager ouvre l'esprit, et apporte des connaissances. Mais au final, on finit toujours par avoir envie de rentrer, d'avoir envie que quelqu'un nous attende, quelque part, un endroit qu'on peut appeler son chez soi. N'oubliez jamais vos rêves cependant, ils vous pousseront toujours plus loin.


Dernière édition par Liselle de Watteau le Dim 11 Juil - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Dim 11 Juil - 19:23

Encore quelqu'un qui avait eu la chance de voyager. Et avec un handicap bien plus grand que mon trouble de l'équilibre. Je n'ai vraiment pas de chance mais je ne peut m'empêcher comme d'habitude de boire les paroles de ce qui parlent de leur voyage. Le désert ne serais pas une de mes destinations en tout cas il fait trop chaud... Je m'accoudai sur le comptoir avant de répondre.

-Vous en avez de la chance j'espère bien prendre un aéronef un jour. Comme je vous l'ai dit Dangweth fut ma seule destination, c'est beau et sa change de voir une ville avec moins de verdure qu'ici.

A la question des liens qui me retenaient ici je me mis à réfléchir. Puis répondit en essayant de ne pas laisser paraitre la honte dans ma voix.

-Je crois bien que c'est surtout un manque financier et de détermination qui m'as fait rester ici... Et la peur de savoir ce qui est arrivé à certaine personne que j'ai connu. Mais je me suis décidé à quitter Celebalda pour le sud après avoir fait ce travail pour Maitr... Finarfin.

J'eus un petit rire en entendant son estomac sensation que j'ai souvent connu avant de vivre de la chasse quand j'y pense...

-Ne vous inquiétez donc pas je peux le comprendre oui. J'ai moi même un assez gros appétit.

Je me tut à nouveau, plongeant dans mes souvenirs de la forêt à sa phrase suivante. Mes premières années de découvertes avait était une belle période de ma vie. Plus d'expérience étrange, juste moi et la nature.
Quand je finit par répondre c'était d'une voix mal assuré et cherchant mes mots.

-La forêt est très belle et il me désole que vous ne puissiez la visiter. Mais pour ma part, je crois que j'ai beaucoup trop vécu avec elle et abattu trop de ses résidents pour m'y plaire. Peut être que si une fois de plus je repousse le départ de mon voyage, je pourrais vous la faire découvrir.

C'était assez étrange comme sentiment. A par à Finarfin, je n'avais jamais vraiment parlé à quelqu'un. Beuglé à moitié saoul avec d'autres personnes oui. Disputé une augmentation de mes prix de revente de gibier oui. Mais pas de vrai discussion. Je me moqua de moi même en me donnant une pichenette dans la tempe gauche. Puis reportant mon attention sur Liselle, vit qu'elle venait de reprendre la parole. Ma vie ressemble donc à la sienne dans le sens contraire. Un frère au sud et la sœur qui pars au nord. J'espérais bien que ma sœur s'en sortait aussi bien que cette demoiselle.

-Je n'ai plus rien ici, sauf peut être le Finarfin's et le fait que les gens acceptent ma tare génétique. La seule fois ou j'ai rencontré un autre groupe d'humain, ils ont dit que j'étais un démon et qu'il fallait me mettre sur le bucher. Permettez moi cette question mais, si votre frère vous manque, pourquoi ne repartez vous pas vers le sud ?
Revenir en haut Aller en bas
Finarfin
Aubergiste


Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 96
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Dim 11 Juil - 22:50

Ayant entendu le début de conversation, je décidai d'aller voir ailleurs si ma cafetière y était. Bien sûr, il ne me fallait que quelques minutes pour préparer un chocolat chaud, délicatement remué sur le feu, et des tartines de confiture, fraises de bois... Mais je pourrai toujours prétexté des litres d'eau chaude à préparer, enfin, le truc habituel.
Je levais les yeux vers la pendule, et vit que l'aiguille s'approchait de l'heure fatidique où tous les clients descendaient en salle, ou entraient dans l'auberge. Je m'activai un peu plus, mettant ma cafetière en route, et sortant les corbeilles à pain, avant de débiter le dit pain en tranches.

Au bout d'un moment, je finis tout de même pas m'occuper du chocolat chaud et des tartines de Liselle. Et j'avais encore ma tasse, ma pipe et mon journal à débarrasser de la table où je m'étais installé très tôt ce matin. Assiette de tartines dans une main, et tasse fumante dans l'autre, je poussai d'un coup de hanche expert, la porte de ma cuisine.
Je contournai Andralis, évitant sans doute une autre catastrophe... Le pauvre semblait être poursuivit par des esprits malins qui lui mettaient constamment des bâtons dans les roues.
Je posai tasse et assiette devant Liselle.
-Et voila, chocolat, et confiture fraises des bois, demoiselle.

L'oiseau d'Aériaplume choisit cet instant pour entrer dans un bruissement de plumes. Le rapace se percha sur le haut d'un tabouret. C'était l'oiseau que j'attendais. La livraison était arrivée, en bas. Je donnai un morceau de pain à la bestiole volante, et me tournai vers Andralis.
-Je crois que c'est à toi de jouer mon ami. Il semble que la livraison est arrivé. Juste en bas de notre Géant Gris, tu devrais trouver le vendeur en bas des escaliers. En suite, tu n'auras qu'à prier pour que tes jambes, tes bras et ton dos tiennent le coup. Courage.

Je lui tapotai gentiment l'épaule, comme s'il partait accomplir une mission de la plus haute importance. Ce qui était le cas. Pas de viande, pas de plat... Pas de plat, une foule en colère, réclamant son quota de viande rouge, et me traitant de bouffeur de salade... Insulte fortement commune, prononcée par les non-oreilles pointues, et incultes de notre culture. Sur ce point là, Andralis en savait plus, et savait mieux sur nous autres les elfes et autres sidhes, à force de vivre ici. Lui au moins, ne commettait jamais d'erreur face à quelqu'un des peuples féériques.
Sauf quand il était imbibé d'alcool, mais il se faisait toujours pardonner rapidement. Ou pas. Et là l'alcool servait à soulager ses contusions... Erm.
-Et en suite, tu choisiras ce que tu voudras manger ! File, si non tu auras moins de choix, je le crains...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liselle de Mandiargues
Prostitué


Peuple : Métisse, Lios - Sidhe. Aveugle.
Second(s) Métier(s) : Noble déchue
Nombre de messages : 21
Localisation : Selon votre vision, ou bien la mienne ?
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Mar 13 Juil - 21:44

La dunpeal ressentit une profonde sympathie pour cet humain. Il lui ressemblait. Si elle avait utilisé sa double vue, elle put voir où il se trouvait exactement, de quelle façon il s'était positionné, et elle aurait pris sa main. Son frère, ou Skye, qui l'avaient aidé à surmonter ses peurs, avaient souvent pris sa main. Un geste de pur réconfort, un geste banal, symbole de la main tendue, à laquelle s'agrippe une autre. Ce fut d'une voix pleine de tendresse qu'elle répondit à Andralis, souriante, confiante, et certaine.

-Ne baissez jamais les bras. Il y a trop de choses qui valent d'être vécues, et vues. Ce monde est plein de merveilles, et il n'attend que ceux qui sont capables de marcher. Je vous assure que tous les humains ne sont pas comme ceux que vous avez croisé. A dire vrai, je n'en ai jamais croisé d'aussi hostiles. Peut être, êtes-vous tombé sur un de ces groupes de fanatiques qui émergent et disparaissent en même temps que les nouvelles religions... Religion qui finissent pas s'éteindre et mourir. Ne vous en faites pas trop, aucun humain sain d'esprit, et seul, n'irait immoler quelqu'un. Je comprends on ne peut mieux votre désir de partir. La forêt que vous avez toujours connu vous enferme petit à petit. C'est là un sentiment fort désagréable.

Liselle se tut un instant. Il était rare pour elle de s'ouvrir autant à quelqu'un qu'elle connaissait à peine. Mais Andralis faisait de même, alors la dunpeal se dit que finalement, elle n'avait pas grand chose à perdre. Et il n'irait sans doute pas le crier sur tous les toits... Pourtant ses mains se crispèrent, alors que de douloureux souvenirs remontaient doucement. Elle déglutit péniblement, et répondit. Après tout, il lui avait bien répondu, et honnêtement.

-Je n'ai pas toujours été sur les routes. Disons que, dans le Sud, on me plaçait plutôt sur les bords de celles-ci, ou sur les bords des trottoirs. Je n'ai pas choisi. J'étais enfant quand on m'a attrapé. Mon frère m'a retrouvé, il y a de ça à peine six ans. J'ai eu du mal à pouvoir ne serait-ce que mettre un pied dehors après ça. Quand il m'a retrouvé, je priais déjà Dämons de me délivrer. J'ai eu de la chance. Et me suis fait une amie, à qui mon frère m'avait confié, pour m'aider à me remettre. Je suis partie, il y a de ça presque quatre ans. Je n'y retournerai jamais. Trop de mauvais souvenir. Je me contente d'écrire régulièrement à mon frère.

Liselle ferma les yeux un bref instant. Ses mains s'arrêtèrent de trembler. Quand la dunpeal les rouvrit. Elle y voyait. Oh pas de la même façon que des yeux de voyant. Plutôt à la couleur des auras. Finarfin avait une aura brillante, comme le Soleil, qui réchauffait. Quand elle put percevoir celle d'Andralis, en ouvrant les yeux. Elle découvrit une aura timide, un peu tremblante. Comme instable. Mais emprunte d'une clarté foncièrement... comme celle de Fin. Liselle put, en forçant, percevoir son apparence. Elle cligna des yeux, et redevint aveugle.

-Et vous avez parlé de tare. Je n'en ai vu aucune. Croyez moi. Et puis, vous êtes peut être humain, mais vous pouvez toujours vous faire passer pour un Sidhe, dont les oreilles ne sont pas pointues, mais qui ont des couleurs de peau et de cheveux étonnantes.
Liselle s'interrompit. Le bruit des portes battantes. Finarfin revenait avec son petit déjeuné.
-Merci.
Elle sourit dans sa tartine et son chocolat en entendant l'elfe presque déclamer en parlant. Sa manière à lui de montrer son affection, son amitié. Il faisait la même chose avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Mar 13 Juil - 23:24

Je restai un moment sans réaction. Il est vrai que je ne parlais pas souvent de mon histoire que je trouvais fade et pitoyable, mais Liselle avait une vrai raison de ne pas parler de la sienne. Le fait qu'elle s'ouvre à moi de la sorte me fit chaud au cœur, la seconde personne que je pouvais considérer comme une amie, ou du moins une connaissance. Je lui répondit en essayant de cacher cet élan de joie dans ma voie qui n'aurait pas volé avec la situation.

-Et moi qui vous prend la tête avec ma pitoyable survie dans la forêt. Vous avez vécu des choses bien plus difficile et je vous admire de vous en être sortie de la sorte. C'est un bon frère que vous avez là.


Je m'étirais les bras et me tapai le coude contre le rebord du comptoir en le reposant. Je retint un cri de douleur et commença à le frotter énergiquement. Je réfléchit un moment à ce que me disait cette demoiselle... Elle avait bien raison, je pourrais me faire passer pour un Sidhe dans le sud en présence des personnes les moins attentionnés... L'espoir revint peu à peu dans mon être.

-Oui vous avez raison...Je crois surtout que je me met des obstacles moi même sous le nez pour ne pas partir.

Finarfin entra et déposa le déjeuner de la demoiselle en même temps que le volatile entrait dans la salle. Mon travail allait donc commencer... Quand le tavernier me parla je me levai et répondit en faisant une sorte de salut militaire avec mon bras gauche.

-Vraiment très encouragent Fin, je m'en vais braver les escalier et les dalles démissent pour te rapporte cette viande. Je ne faillirai pas à ma tache.

Je me mit à rire en m'approchant de la porte mais m'arrêtai alors que je touchais la poignée. Je me retournai vers Liselle avec un air interrogateur.

-Vous avez utilisée la double vue dont vous m'avez parler pour me voir ?

J'écoutai sa réponse puis me retournai vers la porte pour sortir

-A plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Liselle de Mandiargues
Prostitué


Peuple : Métisse, Lios - Sidhe. Aveugle.
Second(s) Métier(s) : Noble déchue
Nombre de messages : 21
Localisation : Selon votre vision, ou bien la mienne ?
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !   Mer 14 Juil - 21:27

Liselle avait penché la tête, les sourcils légèrement froncés. Elle avait eu un sourire très doux. Andralis avait quelque chose d'assez fragile. Les humains étaient fragiles, dans le sens où certains ne vivaient pas très longtemps. Elle, en tant que dunpeal... Elle avait pu en subir trois fois plus, sans jamais manqué d'y laisser sa vie.

-La vie de chacun, se vit à une échelle différente. Vous avez dû vous sentir seul. Votre survie, n'a rien de pitoyable. Elle est la vôtre. Nous faisons tous de notre mieux pour tenter de vivre. Quand à mon frère, nous avons de la chance de pouvoir nous retrouver. Quand à partir, c'est à vous seulement de décider s'il est temps.

La dunpeal s'était alors tue, Finarfin étant de retour en salle à ce moment là. Andralis l'écouta alors, aussi amusé qu'elle. Liselle savoura ses tartines, la confiture étant sucrée, et légèrement acidulée, parfaite. Le pain frai, et le chocolat était bien entendu divin. Elle regarda Andralis répondre avec entrain et humour, et manqua un instant, de s'étouffer dans son bol. Elle redevint sérieuse, quand Andralis lui posa une question.

-Je l'ai utilisée un bref instant. Pour vous voir oui.

Liselle agita la main, quand elle entendit la porte s'ouvrir, signe qu'Andralis sortait. Elle le reposa, l'autre étant occupée à tenir sa tartine bien entamée. La dunpeal se tourna alors vers Fin.
-Il est gentil. Je l'aime bien.
La dunpeal sourit derrière sa tartine, dans laquelle elle mordit une nouvelle fois, ses dents pointues s'offrant un bref instant à la vue de l'aubergiste, avant de s'enfoncer dans la délicieuse mie de pain confituré. Ce fut le seul commentaire auquel l'elfe eut droit, parce que Liselle garda le silence, maintenant que d'autres clients étaient entrés après qu'Andralis fut sorti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» *Secteur ADJ47, extérieur de la muraille, haute sécurité*
» Hey ! Voyageur ! Te fie pas à l'extérieur !
» Direction pôle Nord (PV Shinzô)
» Description & Plan de table
» ARIANA ; Texane dans l'âme, New Yorkaise à l'extérieur...
Page 9 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Inwerin :: Celebalda Capitale Elfique :: Chez Finarfin-
Sauter vers: