AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sachiko Narazyl
Aubergiste
avatar

Peuple : Métisse humaine, Mornienne et Esgaléenne
Second(s) Métier(s) : Mage
Nombre de messages : 59
Localisation : J'espère que ce n'est pas trop épicé ?
Date d'inscription : 10/12/2006

MessageSujet: La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !   Jeu 19 Avr - 18:15



La Racine Rouge porte bien son nom, car personne ne peut passer à côté à Nargoryth. L'édifice tout entier est abrité par une énorme racine ayant une riche couleur rouge. En réalité, la racine est composée d'une racine gigantesque et de plusieurs autres racines de moindre taille qui s'enroulent autour d'une excroissance rocheuse dans la caverne principale de Nargoryth. L'amas de racines s'enfonce dans le sol, mais grimpe aussi jusqu'au plafond de la caverne. A la surface, l'arbre à qui appartenait les racines n'existe plus. On trouve d'autres racines de ce genre à Nargoryth, dans chacune des cavernes qui abritent la cité, mais aucune n'est aussi massive que celle qui abrite l'auberge bien nommée.  La Racine Rouge peut être atteinte depuis plusieurs rues, puisque l'auberge est circulaire, et qu'autour d'elle se dresse d'autres édifices, parfois construits comme le sont les bâtiments d'autres cités, mais aussi des bâtiments troglodytes, creusés dans d'autres excroissances rocheuses, plutôt proche du stalagmites géants. Le quartier ainsi formé est un des plus actifs, se situant à quelques bonnes minutes des portes de la cité mais aussi à quelques minutes de l'énorme place sur laquelle se trouve le marché de Nargoryth. L'auberge a vu le jour peu de temps après la fondation de la cité, et s'est développée lorsque le royaume de Nargoryth s'est finalement ouvert aux autres nations d'Inwilis. La Racine Rouge a été fondée par la famille Narazyl, la même famille qui est à la tête de la guilde de mages du même nom. La Racine Rouge est ce qui permettait à la guilde d'avoir de quoi exister et de subsister, avant que celle-ci ne devienne réputée. La Racine Rouge a finalement acquis sa bonne réputation sous l'égide d'Olabira Narazyl, puissante mage et grand-mère de l'actuelle propriétaire, Sachiko Narazyl.

L'auberge de la Racine Rouge a une façade quelque peu lustrée et lissée par le passage des ans, et est percée de plusieurs fenêtres, celles du bas étant généralement illuminées jusque tard durant la nuit, bien que cela n'ait pas beaucoup de sens  à Nargoryth, même si la lumière artificielle reproduit la course des astres. Entrer dans l'auberge peut se faire par deux portes, l'un située vers le marché, l'autre vers la Clef des Voûtes, nom donné aux portes de la ville. Le rez de chaussé se compose donc d'une enfilade de trois salles, faisant le tour de l’excroissance rocheuse, et n'étant pas forcément sur les mêmes niveaux, si bien qu'il faut parfois monter et descendre les marches. Cette enfilade de salles ne forme pas une boucle, puisqu'une partie de l'édifice est privée, et est accessible, soit par l'extérieur grâce à une porte banale, soit par l'intérieur, en passant derrière le comptoir qui fait le tour de l'excroissance rocheuse. Les murs, les plafonds et les sols sont fait en grande partie dans le bois de la racine ou bien dans la roche à laquelle est accolée la racine. Il n'y a aucune ouverture dans les plafonds, à part de faux puits de lumières, où sont en réalité enchâssé des demi-sphères de lumière, permettant d'éclairer les salles. La lumière reproduit celle du jour, et finit par diminuer à l'heure où le soleil se couche. Des lampes prendront alors le relais pour l'éclairage, et d'autres demi-sphères reproduiront la lumière des flammes d'un bon feu. L'auberge est dépourvue de cheminée, comme les trois quarts des constructions à Nargoryth, la fumée ne pouvant être évacuée. Le chauffage se fait par des pierres aux runes de feu, enchâssées dans les sols, ou au bas des murs. Les plafonds sont voûtés et sculptés tout comme les murs, donnant des allures biscornues et tarabiscotées à l'auberge. Le bois de la racine a été éclairci pour avoir la teinte d'un miel riche, ponctué par des zones plus sombres, notamment au niveau des marches, ou des aspérités des plafonds et murs sculptés.
Un grand escalier s'enroulant autour de l'excroissance rocheuse, et passant en partie au dessus du comptoir permet aux résidents et aux clients d’accéder aux étages, qui sont au nombre de deux. Sous l'escalier, derrière le comptoir, on trouvera une des ouvertures permettant d'accéder aux cuisines et à la partie privée, il y en a trois en tout, donnant sur les différentes salles de l'auberge, pour faciliter le service. Contre le mur, se dresse des étagères fermées ou non, contenant vaisselle, bouteilles, et autres fournitures nécessaire au bon fonctionnement de l'auberge. Le comptoir est en bois plus sombre, avec une devanture décorée de plaques de métal moirées, ayant des couleurs sables, bronze, ou cuivrée. Il est parfois encombré de vaisselle à ranger, ou de ses paniers en bois utilisée pour servir une partie des plats qui sortent des cuisines. Il n'y a aucun obstacle derrière le comptoir, et celui qui s'y tient pour aisément circuler d'une salle à l'autre, bien qu'il y ait aussi des marches à monter ou à descendre.

Pour les salles, des arches ont été construites, marquant le passage de l'une à l'autre. L'entrée côté Clef des Voûtes est la plus grande, et est pourvue de sa propre entrée. La seconde salle, côté marché, a elle aussi sa porte, mais elle est de moindre taille. Quand à la troisième, il faut obligatoirement passer par la première pour pouvoir y accéder. Elle est de plus petite taille, et plus intimiste. Derrière cette troisième salle se trouve la partie de privée de l'auberge, avec les cuisines, la buanderie, l'escalier de service, et l'accès aux cavernes. Le mobilier de l'auberge est entièrement fait du bois de la racine, récupéré après que celle-ci ait été creusée. Tout comme le bois formant les murs, sols et plafonds, il a parfois été éclairci, prenant lui aussi une teinte miel, tirant parfois sur le caramel. Les deux première salles sont meublées de tables rondes, épousant parfois les formes sinueuses des murs irréguliers de l'auberge. Les bancs suivront d'ailleurs le même mouvement, lorsqu'ils sont positionnés contre les murs. Autrement, les tables seront flanquées de chaises, tout comme le bar est flanqué de hauts tabourets. La troisième salle, plus petite, ressemble plus à un salon  qu'à une salle d'auberge. Les bancs sont remplacés par des banquettes, dont l'assise est rembourrée, et de couleur claire, de même que les chaises. Les tables sont plus basses, et l'atmosphère y est plus feutrée.

Les deux étages comportent de nombreuses chambres et chambrées. Contrairement aux salles de rez de chaussé, les chambres n'ont pas de murs décorés, le bois a simplement été éclairci et verni. Les chambres les plus luxueuses auront parfois des panneaux peints. En revanche, les sols sont à la mode mornienne, recouverts de tatamis fait de paille de riz et recouverts de jonc de mer. Aucune chambre n'a sa salle d'eau particulière. Pour se laver, il faut gagner une des deux salles d'eau communes, l'une réservée aux femmes, l'autre aux hommes. Les deux salles d'eau sont faites sur le même modèle, avec une douche et un bain creusé dans la roche. Pour les clients les plus aisés, il est toujours possible de faire monter un baquet et de l'eau chaude dans une chambre pour plus de commodité. Les latrines se trouvent au premier, et elles aussi, sont divisées en deux, une partie pour la gente féminine, et l'autre pour la gente masculine. L'eau est acheminée par des tuyaux qui courent dans le sol et dans les murs dissimulés par le plancher ou bien des encaissements, grâce à un système de pompes situé dans la cave de l'établissement. Le système de chauffe de l'eau s'effectue grâce à des runes apposées sur les bons tuyaux. Les salles d'eaux sont situées dans la partie rocheuse de l'établissement, tandis que les chambres seront plutôt situées dans la partie boisée. Le premier étage compte une petite quinzaine de chambres, que seront plus petites que celles du deuxième, mais qui sont, comme toutes les autres pièces de l'établissement, à configuration variable. Elles ont presque toutes une fenêtre, dont la forme et l'emplacement seront variables, en fonction des murs. Chaque fenêtre est munie d'un volet coulissant, qu'il suffit de relever ou de descendre en tirant sur un cordon. Les chambres sont meublées sobrement, avec un lit double ou bien deux à trois lits simples, d'une commode ou d'une armoire, ainsi que d'une ou deux chaises, parfois un chevet avec une lampe à huile ou une bougie. Les draps seront toujours propres et frais, et des couvertures supplémentaires peuvent aussi être fournies. Les meubles sont à la mode mornienne, bas, épurés et sans la moindre fioriture. Cette apparente austérité est réchauffée par les tatamis dont les bords sont décorés de motifs, par la couleur chaude du bois, ainsi que par les tissus aux couleurs neutres ponctuées de touches plus chaudes utilisés pour la literie.
Les chambres du second étage sont plus grandes, bien qu'elles aient elles aussi, les étranges formes inhérentes à l'auberge. Elles peuvent avoir, en fonction de leur emplacement, une à deux fenêtres, pouvant être occultées par le même système de volets roulants. Ces chambres sont aussi plus décorées. Outre les panneaux peints qui apportent de la couleur, la literie sera plus colorée. Le mobilier restera dans la veine mornienne, avec des lignes épurées. Chaque chambre comporte soit un lit double, soit quatre lits simples. A cela peuvent s'ajouter armoires, commodes, un petit bureau ou une petite table, ainsi que des sièges, et des sphères de lumière pour l'éclairage. Les chambres sont au nombre de dix, et seulement quatre d'entre elles comportent quatre lits simples, les six restantes sont pourvues d'un grand lit double.

Quant à la partie privée de l'auberge, elle n'empiète que sur le rez de chaussé, et sur une pièce sur chaque étage, ou sont rangés draps, couvertures, serviettes, etc. Au rez-de-chaussé, on trouvera les chambres de l'aubergiste et de ceux travaillant pour lui, ainsi qu'une salle d'eau et des latrines privées, après avoir passé un petit vestibule, séparant cette partie des cuisines, de la buanderie, et de l'accès à la cave, où sont entreposées réserves de nourritures et de boissons. C'est aussi là que se trouve le système d'acheminement et d'évacuation de l'eau, ainsi qu'il en est d'usage dans la plupart des demeures de Nargoryth. L'actuelle propriétaire, Sachiko Narazyl est une excellente mage, mais elle a choisi de suivre les traces de sa grand-mère et de s'occuper de l'auberge, ayant une passion pour la cuisine depuis son plus jeune âge. Passion sûrement transmise par Olabira, mais aussi inspirée par les heures passées à trainer dans les jambes de sa grand-mère pendant qu'elle préparait les plats. Les cuisines sont la seule pièce où elle ne tolère pas la présence d'autres personnes,  à quelques exceptions près. Sachiko s'occupe seule de gérer l'auberge, s'aidant régulièrement de la magie pour ne pas être débordée. Il arrive que des membres de sa famille ou de la guilde Narazyl viennent lui prêter main forte de temps en temps.

La cuisine de la Racine Rouge est à la croisée de la cuisine Esgaléenne et de la cuisine Mornienne. Si Sachiko porte le nom de sa mère, comme il est d'usage dans sa famille, puisque le pouvoir se transmet de mère en fille, son père, Istemihan, est originaire de l'Empire de Morna, si bien que sa cuisine est quelque peu influencée par celle de sa famille paternelle. Cependant, la cuisine nargorythe étant un mélange de différentes influences, celle de Sachiko ne dépareille pas.  Les plats servis dépendent en revanche des arrivages, Nargoryth dépendant de ses propres petites productions et de ses importations. Pour le service, Sachiko sert deux plats principaux, un le midi et un le soir, et sert aussi des plats plus rapides durant toute la journée. Pour le service du petit déjeuné, deux versions, l'une sucrée et l'autre salée seront proposées, et varieront aussi en fonction des produits disponibles. L'auberge sert également ses boissons durant la journée, thés, café, jus de fruits, mais aussi vins, et alcools divers.
Le menu ci-dessous répertorie les plats les plus souvent servis :


Le petit déjeuné salé sera généralement composé  :
d'un bol de riz blanc chaud avec un oeuf battu ou bien d'un bol de congee, de la bouillie de riz, d'un bol de soupe claire, de légumes marinés et finement tranchés, ou encore de dan bing, sorte de pancakes faits avec un œuf cassé sur une garniture d'oignons verts, herbes, et légumes marinés hachés, de you tiao, longs morceaux de pain frit, et parfois de baozi. Le tout est souvent accompagné de thé.


Le petit déjeuné sucré sera lui, composé :
de pain au lait fermenté, de gâteaux de nargoryth qui ressemblent à des pancakes mais en plus épais comportant parfois des raisins secs,  de pain au miel, de pain au fromage frai et vanille, de confitures ou gelées de fruits et de fleurs comme celle de bissap, de fruits en salade ou frai, de miel, de beurre, de fromage frai. Servi avec un café, un thé, ou d'un lassi.


Plats principaux, un seul par service :
-Mafé au poulet fumé : poulet fumé avec une sauce onctueuse tomates, oignons et beurre de cacahuète. Servi avec du riz.
-Thiou au boeuf : ragoût de boeuf avec patates douces, pommes de terres, et carottes.
-Poulet ou boeuf Yassa : poulet à la sauce aux oignons et moutarde, servi avec du riz.
-Lapin, poulet ou lézard Kédjénou : lapin ou poulet, avec tomates, aubergines et poivrons, légèrement épicé et cuit à l'étouffé.
-Curry au lait de coco : viande ou poisson, avec une sauce au curry et au lait de coco, avec des légumes et servis avec du riz.
-Soupe de nouilles et poulet caramélisé : nouilles dans un bouillon épicé au lait de coco et jus de citron vert, avec oignons verts, butternut, et asperges. Poulet caramélisé au miel, sésame et piment.
-Nouilles et curry vert, poulet au miel et salade chou mariné
-Curry de pommes de terre et de chou fleur.
-Dahl d'aubergine ou de lentilles.
-Agneau ou boeuf à la nargorythe : boeuf ou agneau avec une sauce à la tomate et aux olives.
-Queue de lézard grillée en croûte de feu : viande de queue de lézard grillée avec une croûte aux épices et aux piments.
-Poulet à l'ananas et aux noix de cajou, servi avec du riz.
-Porc au caramel, servi avec des nouilles aux légumes ou du riz.


Plats rapides, servis tout au long de la journée :
-Galettes de blé  ou pain pita farci à la viande grillée et/ou aux légumes et/au fromage. (servies tous les jours)
-Baozi : petites brioches rondes farcies à la viande et/ou aux légumes.
-Raviolis : plus ou moins gros, farcis à la viande et/ou aux légumes.
-Pastels : bouchées farcies au poisson et pimentée à tremper dans une sauce piment, oignons et tomates.
-Dan Bing : sorte de pancake fait d'un œuf cassé sur une garniture de légumes hachés.
-Nouilles sautées aux légumes et à l'omelette.
-Donborui : grand bol de riz, avec sur le dessus une omelette au poulet, ou des tranches de viande parfois panées selon la viande, ou tranches de poissons de rivière.
-Beignets de légumes, viande ou fromage.
-Mikaté : beignets sucrés.
-Plantain pilé à la sauce d'arachide : grosses bouchées à la banane et au manioc, sauce à la cacahuète, tomate, et piment.
-Riz frit : riz blanc frit avec des épices, de l’œuf, des légumes et de la viande.
-Ailes de poulet au miel et au gingembre
-Salade de pois chiches, tomates, raisins, et fromage de brebis.
-Oeufs brouillés aux herbes et aux piments servis sur une galette.
-Chorba : soupe de légumes, agrémentée de viande, de semoule ou de blé concassé.


Plats sucrés servis toute la journée :
-Makrout : pâtisseries à la pâte faite avec de la semoule et fourrées à la pâte de dattes.
-Roulés au miel, à la cacahuète ou à la pistache, ou aux amendes.
-Baklava : gâteaux de pâte feuilletée fourrée aux noix, pistaches ou noisettes, cannelle et miel.
-Serpentin aux amandes et au miel.
-Flan à la noix de coco et au caramel.
-Gâteaux de pistaches à la crème.
-Crêpes épaisses à la semoule, servies avec du beurre fondu et du miel.
-Lassi : yaourt et lait mélangé, sucré, à la mange, rose, banane, ou nature, servi frai.
-Dango Mochi : brochette de boulettes de pâte de riz gluant, aux haricots rouges, thé vert ou nature, laqué d'une sauce caramel.
-Mochi fourré à la pâte de haricot rouges, pâte de cacahuète, ou de taro.
-Galettes ou pita fourrée au fromage frai et aux fruits secs.


Dernière édition par Sachiko Narazyl le Jeu 14 Mai - 0:09, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amsellem Loghlan
Érudit/Professeur
avatar

Peuple : Humain
Nombre de messages : 14
Localisation : Dans une salle de classe, ou ailleurs, mais toujours sous le joug d'une mini dragonne tyrannique.
Date d'inscription : 20/10/2010

MessageSujet: Re: La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !   Lun 4 Mai - 21:47

Enfin, ils voyaient le bout du tunnel. Littéralement, car Nargoryth ne s'atteignait qu'en passant sous terre, et les contrôles rigoureux de la garde. A présent que sa tête était reconnue, il avait plus de facilité à passer avec Khonyca. Les débuts n'avaient pas été facile entre la dragonne et les lois bipèdes, elle n'aimait pas les bipèdes, et n'avait pas été très coopérative. Il avait fallu pour un membre de la guilde, le chercher, comme un enfant qu'on va chercher à l'école, pour qu'on les laisse passer, lui et sa petite dragonne au caractère de cochon. A présent elle ne bronchait plus trop, ils avaient, au fil des venus, conclu un accord. Il ne lui demandait que d'être sage et relativement sociale, et elle avait la nourriture qu'elle désirait. Les gardes lui firent un signe de tête quand il passa, ne demandant même pas à son compagnon de route de s'identifier ou autre. Le mage avait gagné se réputation ici, et on lui faisait assez confiance. Surtout qu'il allait falloir qu'ils s'habituent à la trogne du jeune homme l'accompagnant.

-Surtout reste prs de moi. Quoi qu'on imagine, c'est tout aussi facile de se perdre sous une montagne qu'à l'extérieur, bon au moin il n'y a pas foule.

Une fois le poste de garde passé, ils prirent la rue pavée qu'Amsellem connaissait à présent par cœur. D'abord une boulangerie, qui servait de bon pains, et quelques pâtisseries à tout heure de la journée. Les propriétaires étaient charmants, leur fils un peu moins, et les prix étaient corrects. Puis il y avait quelques habitations, une retoucherie, un lavanderie, en face d'eux une droguerie. En regardant dans une vitrine, il vit son reflet, et s'attarda dessus un peu, attendant le blond l'accompagnant, qui regardait autour de lui, comme un enfant découvrant une ville pour la première fois. A ceci près que son ami n'était plus un enfant depuis longtemps. Le mage n'avait plus un seul cheveux gris, ils étaient tous devenus blanc, et les marques de brûlures et morsures sur sa figure pourraient le faire passer pour un vétéran de guerre en ayant prit plein la gueule au combat. Sa main droite gantée effleura sa joue, mangée par quelques poils de barbes ayant survécus aux brûlures. Toujours lovée sur une de ses épaules, sa queue enserrant son cou, Khonyca avait la tête posée sur son torse et semblait dormir. Si ça pouvait être le cas, ce serait merveilleux, mais il y avait de grandes chances pour qu'elle ait simplement décidé de fermer les yeux. Elle lui avait coupé son esprit depuis qu'ils étaient arrivés à l'entrée du Tunnel de Nargoryth. Amsellem eut un sourire amusé devant les regards jetés alentour par son compagnon de route.

-Tu sais, tu auras tout le loisir de visiter, encore et encore dans les jours à venir. Seul, ou accompagné, peu importe, mais là j'ai faim, donc j'aimerai qu'on se dépêche.

Amsellem prit le chemin de l'auberge après s'être assuré que le blond l'accompagnant le suivait bien, il tourna sur sa droite et aperçut l'enseigne. Ah, l'auberge de la Racine Rouge, une des premières, donc des plus vieilles, auberges de cette relativement jeune cité. Tenue par la même famille depuis des générations, pas que l'humain en ai connu beaucoup, non non, mais il savait écouter et avait écouté l'histoire de l'auberge. La seule chose qu'on se transmettait dans sa famille, c'était l'art de trouver des femmes au caractère de Reith, et de les garder en plus. Oui, Amsellem comptait sa compagne dragonne comme une femme, étant encore plus lié à elle que s'il avait été marié à une humaine. Sans le coté charnel qu'avait une épouse cela va de soit.
En parlant de la dragonne, cette dernière s'éveilla d'un bond à quelques mètres de l'auberge, sentant l'odeur de nourriture. Si il avait bien quelque chose qui marchait sur cette terreur aux écailles d'or, c'était bien les flatteries bien dosées, et la nourriture. C'était aussi grâce à ça qu'à Nargoryth, elle était moins grognonne et prompte à mordre la première personne qui tenterait de l'approcher à mois de trente centimètres. Khonyca l'avait même surprit lorsqu'elle avait laissé Sachiko, l'actuelle et jeune aubergiste, la toucher une fois, sans grogner ou essayer de lui chiquer les doigts. La dragonne d'or semblait bien l'aimer, sûrement parce qu'elle faisait la cuisine. Elle eut un ronronnement intense de plaisir anticipé. Le mage eut quand à lui, un sourire, et se permit de lui passer un doigt sous le museau pendant qu'elle se sentait heureuse et impatiente. Elle tenta de faire bonne figure avec un grondement noyé dans son ronronnement, Amsellem vit bien que c'était juste pour le principe.


-C'est là ?

-Et oui, c'est ici, tu vas voir, on y mange très bien, c'est une famille qui tient l'endroit, et ils sont accueillant. Alors pas de gaffe hein, j'ai quand même ma petite réputation.

L'heure était assez matinale, il ne fut donc pas du tout surprit d'ouvrir la porte sur une salle presque vide, deux ou trois paires d'yeux se retournèrent brièvement sur le trio, mais retournèrent bien vite à leur petit déjeuner. Khonyca se posa sur une table vide, faisant attention à ne pas la rayer, et le vieux mage retira soigneusement son écharpe, le gant de sa main gauche et son lourd manteau de voyage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sachiko Narazyl
Aubergiste
avatar

Peuple : Métisse humaine, Mornienne et Esgaléenne
Second(s) Métier(s) : Mage
Nombre de messages : 59
Localisation : J'espère que ce n'est pas trop épicé ?
Date d'inscription : 10/12/2006

MessageSujet: Re: La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !   Jeu 14 Mai - 0:03

A cette matinale, les salles de son auberge étaient plutôt vide. Seule une poignée de clients déjeunaient tranquillement. Elle, elle était levée depuis bientôt trois heures, et elle avait préparé ce qu'il fallait pour lui éviter d'être débordée lorsque l'afflux de clients deviendraient plus important, et qu'il lui faudrait servir tout ce monde. La culture mixte de Nargoryth faisait que chacun était un peu différent, selon le pays de ses ancêtres, ou le pays dont on pouvait venir avant d'avoir atterri ici. Sachiko, riche de sa double culture, et parce que sa grand-mère avait toujours fait ainsi, proposait deux types de petit déjeuné, l'un plus accès mornien, et l'autre plus proche de ce qu'on servait en Esgal ou en Cyriaca. Ce matin, elle avait opté pour le mornien, presque entièrement salé. Elle avait servi les quelques clients matinaux, et s'était installée au comptoir pour prendre son repas. Elle s'était servie en congee, la bouille de riz agrémentée de fines lamelles de porc frit, de ciboule ciselée, et assaisonnée de sel. Elle avait dans un petit bol à coté, des légumes marinés, et dans une assiette, un dan bing encore fumant. Une petite théière en fonte rouge était posée à côté. Elle mangeait tout cela avec une paire de baguettes, à la mode mornienne, et avec une cuiller pour manger la bouillie de riz.

Les lampes étaient encore allumées, alors que les disques reproduisant la luminosité du jour, brillaient faiblement, signe que le soleil était à peine levé. Le calme, à l'exception du bruit des couverts, et des pages tournées d'un livre d'un Draemorog en train de lire, était apaisant. Sachiko aimait cette ambiance presque sereine, presque silencieuse, qui contrastait fortement avec l'ambiance bruyante, joyeuse, et surtout trépidante, des moments les plus forts de la journée, notamment à l'approche de la mi-journée, jusqu'au début de l'après midi, puis durant la soirée, jusqu'à une certaine heure. Chaque table rutilait de propreté, de même que son sol, récuré grâce à un parchemin de nettoyage négligemment déchiré la veille au soir. Ce matin, à peine levée, lavée et habillée, elle était descendue aux cuisines préparer ce qui devait l'être. La bouillie de riz avait cuit durant la nuit, si bien qu'elle était à point pour être dégustée ce matin. En suite, elle s'était mise à faire des gâteaux de nargoryth, de la soupe claire, et des baozi. Elle avait aussi haché des légumes pour d'éventuels dan bing, et préparer l'eau pour le thé et fait du café. Bien entendu, elle s'était aidé d'un peu de magie pour pouvoir faire tout cela dans les temps, tout comme sa grand-mère l'avait fait avant elle. L'auberge sentait bon la nourriture, et elle avait commencé à manger, quand les deux premiers clients étaient descendus. Deux négociants en textile, venu acheter de la laine de chèvre pour le compte d'une guilde de tisseurs à Vasundhara, qui prirent un petit déjeuné sucré, se composant des gâteaux de nargoryth, de miel, confiture, et de thé. Sachiko avait servi chaque client, tout en continuant de manger entre deux.

Elle avait la bouche pleine quand elle entendit le bruit qui lui indiquait qu'on venait d'entrer par la porte côté Clef des Voûtes. Elle prit le temps de servir une tasse de thé, avant de se déloger de son comptoir, bien qu'elle vienne de s'enfourner une énorme cuillerée de congee. Elle fit le tour par l'arrière du comptoir, pour gagner la plus grande salle, avec son entrée tournée vers les portes de la cité. Deux personnes étaient en train de retirer leurs manteaux et de s'installer, quand elle passa devant son comptoir. Elle connaissait bien cette tête aux cheveux blancs, mais surtout, elle reconnut immédiatement la petite dragon dorée qui paradait presque sur la table. A moins qu'elle ne trépigne d'impatience. Khonyca adorait sa cuisine, autant qu'elle avait adoré celle de sa grand-mère. Amsellem était le vieux mage qui l'accompagnait, mais il était vieux depuis qu'elle était petite, alors Sachiko ne savait pas vraiment son âge exact. Il faisait partie du collège de mage qui officiait à Cemenwin, et voyageait parfois jusqu'ici, où il était bien connu de la guilde, et de sa famille. Elle-même, le voyait souvent depuis qu'elle était enfant, et de haut de ses dix-neuf ans et de son petit mètre soixante, elle pouvait dire qu'elle l'avait vu de nombreuses fois se régaler de la cuisine d'Olabira et d'avoir de longue discussion avec son père, ou avec n'importe quel membre de sa famille de mage en fait. Elle avala sa bouchée, et s'essuya discrètement la bouche avec son pouce.


-Khonyca ! Amsellem ! s'écria-t-elle en guise de bonjour sans pour autant hurler et perturber la quiétude de la salle.

Elle avait pris soin de dire le nom de la dragonne en premier, son père l'avait souvent mise en garde contre son caractère de garman, mais Sachiko n'avait jamais eu de problème. Peut-être parce qu'elle passait son temps à la gaver de nourriture quand elle était là. Enfant, Sachiko l'avait souvent nourrie de baozi fourré à la viande laquée. Il y avait une troisième personne, un homme bien plus jeune que Amsellem, et elle jugea qu'il avait probablement le même âge que sa soeur Mimei. Elle ne le connaissait pas, mais cela ne l'empêcha pas de sourire de toutes ses dents, en allant vers eux.


-Il y avait longtemps, continua-t-elle en arrivant à la table qu'ils avaient choisi.

Le mage et sa teigneuse dragonne n'étaient pas venus à Nargoryth depuis au moins, deux ou trois ans. Sachiko se permit alors d'être plus que familière, puisque de toute façon, elle considérait Amsellem comme un genre d'oncle qui venait visiter Nargoryth et les Narazyl de temps en temps, et Khonyca comme une cousine un peu capricieuse.


-J'imagine que ma cuisine aura fini par vous manquer, et vous m'amenez un nouveau client, que demander de plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Mage
avatar

Peuple : Métis elfe-versipellis
Nombre de messages : 138
Localisation : Avec une super patronne.. Héhé
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !   Dim 2 Aoû - 23:36

Le chemin qui les avait mené de Cemenwin jusqu’à Nargoryth avait été assez long, la première partie du voyage ayant été faite en aéronef, et la seconde à pied, pour satisfaire la dragonne bougonne du vieux mage. Jacob n’avait pas vraiment marché, préférant prendre la voie des airs au début, profitant des cieux qu’il n’avait encore jamais parcouru. Le soir, Amsellem dressait le camp, et lui racontait alors l’une de ses très nombreuses anecdotes, qu’elles soient sur ses élèves, ou la guilde. Depuis le temps qu’il le connaissait, il avait toujours une histoire à raconter qu’il n’avait jamais entendue. Le blond se demandait alors quel âge pouvait bien réellement avoir le vieil humain, qui avait beau être ridé et avoir la tête chenue, avait autant de vigueur que le jeune homme.

Amsellem l’avait recueilli alors que Jacob avait une quinzaine d’année. S’étant littéralement envolé loin de son paternel et de son navire pirate lorsqu’ils longeaient les côtes du sud, l’adolescent avait pris sa forme d’aigle afin de rejoindre la terre ferme, et de commencer une nouvelle vie, laissant l’ancienne loin derrière lui.
Fils d’un pirate et d’une prostituée de Tolceleg, il avait vécu dans un bordel une grande partie de sa vie. Sa mère s’occupait de lui par intermittence, le filant à d’autres filles du bordel le plus souvent possible, et surtout à l’un des gars chargé de le surveiller. Le gars en question fut ce qu’il avait de plus proche d’un père, vu que son vrai père il ne le voyait qu’une fois de temps à autre, quand il le voyait. Délaissé par son père, et refilé par sa mère, il ne s’était pas sentit malheureux pour autant. Les filles du bordel, les plus jeunes surtout, s’occupait de lui, et l’appelait chouchou ou p’tit loup, et Jacob, son père de substitution, lui apprit pas mal de choses sur la vie, sachant aussi le remettre à sa place quand il y en avait besoin. Il avait dû quitter tous ses repères quand sa mère avait été envoyée dans une autre ville par son mac, pour diriger un autre bordel qu’il possédait à Iskandar.
Depuis ce jour, on l’avait filé à son paternel alors qu’il avait une dizaine d’années. Il ne voyait plus sa mère, une partie des filles, et Jacob. D’ailleurs, il avait lui-même décidé dès ses six ans, qu’il fallait l’appeler Jacob, comme son père de substitution, et pas James junior qui était son véritable prénom. Ce prénom là il n’en voulait pas, comme il ne voulait pas du père de qui il le tenait. C’était également pour ça qu’à quinze ans, maîtrisant sa transformation en rapace et voyant sur la carte qu’ils n’étaient pas loin du royaume de Cemenwin, il avait pris ses affaires, et avait déguerpit. La route avait été plus compliquée et longue qu’il ne l’avait imaginé, l’adolescent avait été balloté et malmené et avait failli lâcher le sac, contenant le peu d’affaire qu’il emmenait, plus d’une fois.
Une fois sur les côtes, il s’était laissé choir sur le sol, à demi transformé, et c’était le dragonnier, qui donnait un cours en extérieur, qui l’avait retrouvé et ramené dans l’académie où il enseignait. Décelant son potentiel magique, il l’avait gardé avec lui, et prit comme apprenti. Le vieux mage était déjà partit à Nargoryth quand Jacob était avec lui, mais d’habitude, le blond attendait à l’académie qu’il revienne, assurant parfois ses cours auprès des jeunes élèves. Si Amsellem allait de temps à autre à Nargoryth, c’était parce qu’il faisait partit de la guilde Nazaryl se trouvant dans la cité sous la montagne, et qu’en tant que membre de cette guilde, il devait bien sur les voir régulièrement, prendre un ou deux ordres de missions, échanger avec les autres mages. Jacob l’avait déjà aidé à mener à bien quelques missions. Et cette fois ci, le vieux mage allait confier Jacob à la guilde. Le blond n’avait plus grand-chose à apprendre en matière de magie de la part du vieux dragonnier, il fallait qu’il développe sa puissance, et qu’il apprenne aussi la patience, mais surtout qu'il apprenne d'autres maîtres.

Jacob découvrait donc pour la première fois la ville de Nargoryth. Le système de l’immense porte qui en barrait l’entrée l’avait beaucoup impressionné, mais ça n’avait été rien en comparaison de la découverte de la ville en elle-même. La montagne était littéralement creuse, il y avait des habitations à même la roche, et un système de lumière qui lui donnait l’impression d’être en extérieur. Et malgré le fait qu’ils soient sous une montagne, c’était immense, grouillant de vie, l’air n’était pas lourd, moite ou vicié. Il devait y avoir tout un système complexe de filtration de l’air, de régulation de la chaleur. Il avait lu dans un livre que c’était justement le guilde Nazaryl qui était à l’origine des sortilèges permettant de se croire en extérieur, elle devait être à l’origine de l’air pur qu’il respirait.


-Surtout reste près de moi. Quoi qu'on imagine, c'est tout aussi facile de se perdre sous une montagne qu'à l'extérieur, bon au moins il n'y a pas foule.

Il n’y a pas foule ? Jacob trouvait que pour l’intérieur d’une montagne, il y avait pas mal de foule au contraire ! Mais il fit ce que son mentor lui demanda, et se rapprocha un peu de lui, essayant de ne pas trop le perdre de vue, malgré que son regard se porte un peu partout. Il regardait l’architecture des bâtiments, qui ne ressemblait en rien à ce qu’il avait connu à Cemenwin ou encore à Tolceleg. Il regarda les vitrines qui n’étaient, elles, pas trop différentes de celles de Cemenwin dans le principe, un tas de produits plus ou moins clinquants selon la boutique, présentés le plus avantageusement possible. Certaines sculpture de pierres semi précieuses et de cristal colorés brillaient tellement qu’elles l’aveugleraient presque. Amsellem lui ré-adressa la parole, avec un sourire et un ton amusé.

-Tu sais, tu auras tout le loisir de visiter, encore et encore dans les jours à venir. Seul, ou accompagné, peu importe, mais là j'ai faim, donc j'aimerai qu'on se dépêche.

Le blond suivit alors son aîné sur le chemin de l'auberge, pressant le pas pour revenir à hauteur du vieux mage et de sa dragonne. Dragonne qui s’éveilla d’un coup à quelques mètres de l’auberge, ayant l’air visiblement intéressée par quelque chose. Sa queue fouettait l’air, et Jacob avait fini par comprendre que c’était un geste de pure impatience. Son mentor caressa la dragonne sous le menton, s’attirant un grondement noyé dans un ronronnement de plaisir. Le blond eut une légère grimace de crispation en entendant la dragonne faire ça, mais elle ne mordit pas cette fois. Il s’éclaircit alors un peu la gorge avant de parler.

-C'est là ?

-Et oui, c'est ici, tu vas voir, on y mange très bien, c'est une famille qui tient l'endroit, et ils sont accueillants. Alors pas de gaffe hein, j'ai quand même ma petite réputation.

- Oooh. Votre petite réputation… De vieux mage décati ?

Jacob suivait son vieux mentor jusqu’à une table où se posa Khonyca, et il ne résista pas à la tentation d’envoyer une petite pique à son mentor. Ce dernier ne releva pas le moins du monde, et la dragonne se posa tandis qu’ils retiraient leurs affaires de voyage. Il déposa avec douceur le sac qu’il avait dans la main, avant de faire glisser de ses épaules celui qu’il avait dans le dos, et celui qu’il avait en bandoulière. Il était plutôt chargé, mais c’était normal, il avait pris presque toutes ses affaires, vu qu’il ne repartirait pas avec Amsellem. Une jeune fille arriva, la peau d’un marron sombre et chaud et les cheveux bouclés. La réaction de Khonyca laissa entendre à Jacob qu’il s’avgissait de la personne qui faisait au moins la cuisine, et les paroles de la jeune fille lui confirmèrent que c’était bien la personne en charge de la cuisine, et même l’aubergiste en fait. Retirant son bonnet, le blond remit bien ses cheveux tandis qu’Amsellem faisait son numéro.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amsellem Loghlan
Érudit/Professeur
avatar

Peuple : Humain
Nombre de messages : 14
Localisation : Dans une salle de classe, ou ailleurs, mais toujours sous le joug d'une mini dragonne tyrannique.
Date d'inscription : 20/10/2010

MessageSujet: Re: La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !   Mer 21 Oct - 12:00

Khonyca grognait de plaisir, et trépignait un peu sur la table. Sa petite tête dorée fixait quelqu’un qui approchait, et Amsellem aurait pu mettre sa main valide à brûler que c’était Sachiko qui pointait le bout de son nez. Un léger demi-tour sur lui-même le lui confirma, et il répondit au sourire éclatant qu’elle lui fit, par un sourire tout aussi large. Cette petite était adorable, il l’avait connu bébé, marchant à quatre pattes. Il avait tenu éloigné sa dragonne de la petite autant que possible, avant de les trouver un jour sous le comptoir, quand Sachiko avait environ cinq ans, en train de se gaver de brioches fourrées à la viande. Nuls doutes que c’était depuis ce jour que la dragonne avait une affection à part pour Sachiko qui avait le droit de l’approcher, et même de la toucher. Lui-même l’adorait comme il adorait sa famille, qui était également un peu la sienne depuis le temps.

-Sachiko !

Elle arriva à leur table, lui termina de poser son sac, l’éjectant souplement de ses épaules et le posant sans bruit sur le sol. Sa main droite toujours gantée se posa sur la tête de Sachiko, sur une sorte de matelas moelleux formé par les cheveux épais de la petite aubergiste, et la caressa dans un geste affectueux.

-Ah ça oui ! Ca va bien faire, deux, trois ans qu’on n’avait pas rallié Nargoryth. Hein Khonyca ?

Il retira sa main, laissant Khonyca gonfler son poitrail et tendre la tête vers les doigts de Sachiko. Elle les renifla, grognant un peu, mais lécha rapidement le bout de l’un d’entre eux, surement avec une odeur de nourriture, avant de faire mine de ne rien en avoir à faire et de grogner sur Jacob qui avait posé sa main sur la table pour tirer sa chaise. Le blond la retira bien vite, regardant la dragonne avec méfiance. Le dragonnier sentit le sentiment de satisfaction et de puissance que ressentit la dragonne à ce moment-là, et hocha la tête, consterné. Il était néanmoins le premier à se crisper quand elle commençait à faire montre d’agressivité.

-Et si ta cuisine nous a manquée, toi aussi Sachiko. Excuse-moi un peu.

Le vieux mage s’assit sur la chaise, soupirant alors qu’il se laissait tomber dessus, sans se jeter comme un sagouin. Il n’était plus tout jeune -depuis un moment à présent-, et souffrait un peu des affres de la vieillesse. Son lien avec Khonyca lui donnait l’avantage d’une vie prolongée, mais il commençait à ressentir les effets de la vieillesse depuis quelques temps. Quelques douleurs de dos, aux articulations aussi, mais rien de très handicapant pour le moment. Le vieux mage désigna de la tête Jacob, qui regardait toujours fixement la dragonne, avec un air qu’il voulait sûr de lui mais trahissant son appréhension de la voir se décider à lui sauter dessus.

-J’avais déjà parlé de lui à ton père, je te présente Jacob, mon apprenti. Je viens le confier aux bons soins de la guilde, il a plus grand-chose à apprendre de moi.

Ce dernier regarda Sachiko quand il fut présenté et lui dit bonjour tout en inclinant la tête, avant de regarder de nouveau Khonyca, de peur de froisser la dragonne en ayant rompu le contact visuel. Amsellem tapota du bout de son doigt sur la table, passablement amusé.

-Et si tu ne le laisse pas tranquille Khonyca, je ne te prends pas de baozi à la viande, ni de viande de canard laquée.

Agitant les ailes comme un serpent à sonnette agite le bout de sa queue, elle grogna entre la colère et le désespoir. Elle savait que si le vieux mage n’achetait pas la nourriture, elle ne mangerait pas, alors qu’elle s’était fait une joie de venir jusqu’ici pour les plats de Sachiko. Amsellem ne pourrait lui refuser de la viande séchée, pour qu’elle ne meure pas d’inanition, mais il savait être ferme quand il le fallait. Enfin il espérait l’être. Finalement, elle claqua ses mâchoires dans le vide, et s’assit simplement sur un morceau de table. Elle avait l’air vexé de ceux qui ne peuvent pas faire autrement que de subir, malgré que si elle le veuille réellement elle pouvait dévaster l’auberge et se servir directement en cuisine. Le vieux mage songea qu’elle n’était pas si mal éduquée que ça en fait, sa petite dragonne sauvage.

Je l’ai laissé tu vois…

Oui, oui. J’ai bien vu. En plus, il voulait juste prendre sa chaise pour s’assoir. Tu es vraiment infernale quand tu t’ennuis.

Prends garde à toi, je sais l’être aussi le ventre plein

Pas besoin de le dire, je l’ai déjà expérimenté.


Puis la tranquillité de son esprit fut interrompue. Il reconnaissait l’esprit de l’une des disciples de Rougeaiguille et fronçait les sourcils tout en la laissant entrer dans une partie de son esprit. Khonyca elle-même se joignis à Amsellem pour « accueillir » cette disciple.

Bonjour. Veuillez me pardonnez Magistère Loghlan, Dragonne Khonyca. Le Doyen a besoin de vous appeler.

Qu’y a-t’il ? Nous avions permission pour nous absenter, pourquoi nous déranger ?

Doucement Khonyca. Le Doyen Mersorth ne nous appellerait pas s’il n’avait pas de bonne raison, que se passe-t-il ?

Il s’avère que nous avons eu une intrusion, une personne a traversé une de nos fenêtres et prétend être la scientomage Araena Myndil, apparemment venue pour vous voir sous votre invitation. Mais nous n’avons aucun moyen de confirmer son identité, le pourriez-vous ?

J’ai bien rencontré Aranea Myndil, je suis allé la voir dans ses laboratoires, et je l’ai en effet invitée à me rendre visite si le cœur lui en disait. Je vais pouvoir la reconnaître oui. Laissez-nous quelques minutes, le temps de nous préparer un peu.

Bien. Merci Magistère.


Pendant la discussion, Jacob avait un peu parlé à Sachiko, se présentant un peu mieux que le magicien l’avait fait. Khonyca sauta d’un bond souple, aidée un peu par ses ailes, sur l’épaule du magistère. Elle s’y installa confortablement. Amsellem soupira, et se releva.

-Sachiko, excuse moi, j’ai une petite urgence de Rougeaiguille, tu aurais un endroit au calme ?

-Va dans l’arrière cuisine, c’est calme.

-Merci. Tu peux commander ce que tu veux Jacob, je t’invite. Il se pencha un peu vers Sachiko et lui dit d’un ton bas et complice, Fais attention à ce qu’il ne vide pas ma bourse quand même, j’aimerais rester plus qu’un repas, oh, reprit-il plus fort, et il va s’en dire que nous prendrons des baozi Khonyca et moi, fourrés à la viande. Un peu de saké pour moi, et une portion de nouilles sautées. Donne nous trente minutes avant de nous servir. Merci.

Le mage prit un sac qu’il avait eu en bandoulière toute la journée, puis s’éloigna d’un pas rapide. Il était fatiguée, et n’aspirait qu’à manger et à peut-être s’allonger un peu, mais Rougeaiguille passait avant tout. Il connaissait l’auberge assez bien, depuis le temps qu’il venait ici, et l’arrière cuisine fut simple à rejoindre. Ils traversèrent bien sûr les cuisines, et les odeurs des plats firent saliver le mage. Une fois là-bas, il avisa un tabouret, et une petite table. Il posa le sac sur la table, Khonyca restant sagement sur son épaule. Il extirpa une petite coupe dudit sac. La coupe était argenté, un peu ternie par le temps, et épaisse. Des runes étaient gravées sur le bord, et le bol en lui-même était très creux, profond, et long à la fois. Le magistère versa dedans le liquide d’un flacon soigneusement emballé dans une peau de chamois. La queue de la dragonne s’enroula autour du bras gauche d’Amsellem, et ils attendirent tous deux l’appel du Doyen, les doigts d’Amsellem posés sur différentes runes. Ces dernières finir par vibrer et s’illuminer, prenant vie, et Dragonne et Dragonnier fermèrent les yeux.




Dernière édition par Amsellem Loghlan le Jeu 4 Mai - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sachiko Narazyl
Aubergiste
avatar

Peuple : Métisse humaine, Mornienne et Esgaléenne
Second(s) Métier(s) : Mage
Nombre de messages : 59
Localisation : J'espère que ce n'est pas trop épicé ?
Date d'inscription : 10/12/2006

MessageSujet: Re: La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !   Mer 3 Fév - 22:24

Un sourire enfantin illumina son visage, avant qu'elle ne roule des yeux alors que Amsellem la traitait encore comme si elle avait cinq ans. Le mage -qui avait toujours été vieux - avait toujours tapoté sa tête en guise de bonjour, même encore maintenant, alors qu'elle avait grandi.

-Presque trois ans oui, papa a dit que la Rouge devait te tenir occupé...

La jeune femme tendit une main vers la petite dragonne qui paradait, poitrail gonflé, les ailes déployée en arrière. Suspicieuse, elle le renifla, avant d'y donner un coup de langue. Sachiko eut un sourire attendrit, et s'empressa de la grattouiller doucement sous le menton, là où les écailles étaient plus tendres. La petite terreur se détourna vivement, avisant que le compagnon de voyage du mage avait osé poser une main sur la table. Elle grogna, montrant les dents, naseaux fumants. Sachiko songea que Khonyca était comme ses enfants capricieux qui, un brin lunatique, faisaient vivre un enfer à leur entourage.

-Je devrais dire vous tenir occupés... Hm, si tu espères une ristourne en y allant sur la flatterie, ça ne marchera pas. Tu oublies que j'ai reçu l'éducation de grand-mère. Elle disait toujours que tu essayais d'obtenir des rabais avec de la flatterie...

Elle s'écarta un peu, laissant le vieux mage s'assoir. Elle retint un commentaire sur la vieillesse en voyant son air fatigué. Le voyage avait dû être rude. Sachiko regarda alors le compagnon de voyage d'Amsellem, hochant elle aussi la tête pour répondre à son bonjour. Apprenti mage, et venant pour être intégrer dans la guilde familiale... Elle le jugea, fit la moue, et haussa les épaules, avant de regarder Amsellem.

-Si papa a déjà dit oui. Il est aux frontières ce matin, mais il devrait être revenu d'ici la fin de la matinée. Si non, maman est disponible, elle est au palais, mais elle peut se libérer si je l'appelle.

Finalement, Amsellem dut intervenir pour calmer Khonyca. Sachiko cacha un sourire derrière une main. Khonyca terrorisait tout le monde. Sauf elle. Elle aurait peut-être dû avoir peur, mais enfant, elle n'avait pas vraiment réfléchi à ce que la dragonne aurait été capable de lui faire. Elle avait simplement donné une moitié de brioche fourrée à la viande confite, et un bout de croquette à la viande hachée et aux oignons verts. Et depuis, elle s'entendait relativement bien avec la dragonne, surtout quand elle lui donnait un petit quelque chose à grignoter. Au début, ni Amsellem ni son père n'avaient été très rassurés, jusqu'à que Khonyca ait eu un jour le ventre tellement plein, qu'elle avait passé sa journée à dormir. Et puis, ils s'absentèrent tous les deux dans leur monde. Sachiko eut un sourire gêné.

-C'est toujours bizarre quand ils font ça. On dirait que rien n'existe.

Finalement, Jacob se présenta un peu mieux que ne l'avait fait Amsellem, et Sachiko fut plus encline à être aimable. Après tout, il allait faire partie de la guilde, et il n'était pas rare que les trois quart de celle-ci passe des soirées entières à l'auberge, sans compter qu'elle risquait de le croiser très souvent. Mais elle n'avait pas non plus voulu être trop accueillante, ne sachant pas ce que le mage valait. Même si c'était Amsellem qui l'avait formé.

-Tu verras, la guilde Narazyl est très... différente de l'ambiance de Rougeaiguille. C'est mon père qui la dirige, mais à l'origine c'est la famille de ma mère qui l'a fondée, au moment où Athelstan premier du nom a créé Nargoryth... Si tu as survécu à Khonyca, tu devrais pouvoir t'en sortir ici.

Finalement, Amsellem et Khonyca émergèrent. L'air grave sur le visage du mage lui laissa penser qu'ils avaient ennuis. Cela se confirma quand il demanda un endroit calme. Elle songea à lui donner une chambre, mais elle opta pour une solution plus rapide.

-Va dans l'arrière cuisine, c'est calme.

Et le mage passa commande.

-Du saké. Alors que le soleil vient de se lever ?

Sachiko leva un sourcil interrogateur, eh ben, grand-mère dirait que tu es devenu un vrai pochetron.

Elle secoua la tête, désapprobatrice.

-Ou alors que tu perds complétement la boule avec l'âge.

Elle lui tira la langue, et le regarda s'en aller, alors qu'il faisait les gros yeux. Elle éclata de rire. La métisse se tourna alors vers Jacob, devenant professionnelle.

-Bien, j'imagine que s'ils sont affamés, tu dois l'être aussi. Qu'est ce que ce sera ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob
Mage
avatar

Peuple : Métis elfe-versipellis
Nombre de messages : 138
Localisation : Avec une super patronne.. Héhé
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !   Mer 12 Avr - 15:59

-C'est toujours bizarre quand ils font ça. On dirait que rien n'existe.

Jacob regardait lui aussi le vieux mage et la dragonne qui regardaient dans le vide, les yeux presque vitreux tant ils n'étaient plus dans ce monde. Si ça surprenait au début, on finissait par s'y faire. Plus jeune, et même encore quelques fois, Jacob avait profité de ces instants de flottement pour dessiner quelques motifs sur le visage du vieux maître, ou pour lui teindre magiquement cheveux et barbe. Il avait eu quelques fois la complicité inattendue de Khonyca qui ne le dénonçait pas et n'informait pas Amsellem du fait que ces cheveux étaient vert pomme et sa barbe bleue. Il finissait par le savoir et le blond finissait soit au plafond -punition favorite du vieux mage envers ses élèves- soit avec une longue liste de corvées à faire en un temps impartit. Il en avait passé des heures à enchanter de vieux parchemins, ranger des réserves, chercher des ingrédients, nourrir des animaux magiques gardés au sein de l'école pour l'apprentissage.
Il regarda Sachiko qui avait un sourire gêné.


-Oui, dans ces moments là le temps semble long lorsqu'on leur parlait avant qu'ils ne décrochent.

Il rendit un sourire plus franc à la jeune femme couleur chocolat devant lui. Autant en profiter pour se présenter un peu plus, le temps que le vieux mage et la dragonne reviennent parmi eux.

-Bon, comme il l'a dit je m'appelle Jacob, Jacob Lazarus. Ravi de te rencontrer : depuis le temps qu'il me parle des Nazaryl j'étais impatient d'en rencontrer un membre. Même si à l'entendre parler de ta famille j'avais du mal à ne pas la voir entièrement peuplée d'enfants. J'ai l'impression qu'avec l'âge il a du mal à ne plus voir les enfants dans les personnes qu'il a connu quand elles étaient petites.

Sachiko eut un hochement de tête avec un regard qui voulait tout dire. Elle même avait été gratifiée d'un léger ébouriffage de cheveux par Amsellem, comme si elle n'avait que quatre ou cinq ans encore, alors qu'il était évident quelle ne les avait plus. Après tout, elle gérait une auberge, ça n'était pas rien.


-J'ai été à Rougeaiguille pendant un peu plus de dix ans maintenant,ça va me faire bizarre de ne plus être dans un lieu plein d'étudiants.

-Tu verras, la guilde Narazyl est très... différente de l'ambiance de Rougeaiguille. C'est mon père qui la dirige, mais à l'origine c'est la famille de ma mère qui l'a fondée, au moment où Athelstan premier du nom a créé Nargoryth... Si tu as survécu à Khonyca, tu devrais pouvoir t'en sortir ici.

Jacob eut un rire franc.


-C'est pas faux, quiconque survit à sa tyrannie peu survivre quasiment n'importe où.

Amsellem et la dragonne revinrent dans le monde normal, l'air grave. Le blond se demanda si il y avait eu un problème à Rougeaiguille, on était jamais à l'abri d'étudiant qui faisaient des expériences illicites en cachette, ou qui tentait des invocations. Le vieux mage demanda un endroit au calme à Sachiko qui lui indiqua l'arrière cuisine. Il s'y rendit en passant une commande de nourriture, avec du saké. Jacob fronça les sourcils. Si son mentor demandait de l'alcool, c'est que c'était quelque chose d'important dont il souhaitait peut-être se remettre. Une lueur bleue passa dans les yeux du blond un bref instant.
L'aubergiste se tourna alors vers lui, supposant qu'il devait lui aussi avoir faim et lui demandant ce qu'il voulait manger.



-Je confirme. Je prendrais bien un bol de riz avec un œuf, des Dan Bing et un Mikaté. Avec du thé noir s'il te plait. Et pour le saké d'Amsellem, il vient d'avoir une mauvaise nouvelle et va partir plus tôt, il en a besoin. D'ailleurs il va arriver en râlant et se cogner le pied dans ton bar.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amsellem Loghlan
Érudit/Professeur
avatar

Peuple : Humain
Nombre de messages : 14
Localisation : Dans une salle de classe, ou ailleurs, mais toujours sous le joug d'une mini dragonne tyrannique.
Date d'inscription : 20/10/2010

MessageSujet: Re: La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !   Jeu 4 Mai - 13:37

Amsellem fronçait encore les sourcils en revenant. Pourquoi les choses devaient-elles toujours se passer mal lorsqu'il partait ou que je décidait de prendre une pause ? Si ça n'était pas les élèves qui manquaient de faire exploser le batiment, c'était donc une convocation polie mais sans appel qui devait le faire revenir. Il était bien entendu que si la princesse lui avait dit que s'il ne pouvait faire autrement ils attendraient qu'il arrive, en réalité il lui fallait ce portail pour venir le plus rapidement possible quoi qu'il en coute. S'il n'avait pas d'autre possibilité, il sentait que l'accueil serait moins bon que celui qu'il avait reçu. Khonyca était aussi exaspérée qu'il pouvais l'être, peut-être même plus, elle qui n'avait eu qu'une hâte : celle de venir ici pour gouter de nouveau à la cuisine de l'auberge et être gavée par Sachiko. Ils devraient tout deux se contenter du repas du midi, peut-être de celui du soir dépendant du temps qu'il faudrait pour ouvrir le portail.

Il ronchonnait en revenant, au diapason de sa dragonne qui restait tranquille sur son épaule tout en boudant dans son coin. Mais le sujet était grave, ils ne pouvaient le nier, alors ils feraient comme on leur avait ordonné. Ils retournèrent dans la salle dans laquelle Sachiko et Jacob discutaient, comprenant simplement le mot bar que le blond venait de prononcer. Amsellem n'eut pas le temps de penser à reprendre un air un peu plus aimable, grommelant encore un peu dans sa barbe clairsemée, qu'il se cogna vigoureusement le coin du pied dans la base dudit bar.


-Aarrh ! Saleté de truc en bois de- qui m'a fichu ça là ? Rho et puis, zut !

Sautillant sur place, s'attirant un grognement de Khonyca qui était secouée à cause de tout ça, il retourna à sa place sous le sourire un peu désolé de Sachiko et l'air hilare de Jacob. Le vieux mage à la tête chenue jeta un regard interrogateur et accusateur au jeune blond, comme si c'était lui qui avait posé le bar dans sa trajectoire. Son apprenti leva ses mains gantées en signe de paix et d'innocence, lui le toisa encore quelques secondes avec un sourcil relevé avant de le lâcher du regard.
Il soupira néanmoins, fermant les yeux quelques instants, avant de s'adresser à Sachiko avant qu'elle ne parte en cuisine.


-Tu sais, ta grand-mère aurait dit ce qu'elle voudra, j'ai vraiment besoin de cette coupe de saké, même si il est vraiment tôt... Ce n'étaient pas de bonnes nouvelles, je vais devoir repartir au plus vite et je vais avoir besoin de la guilde rapidement, si tu avais quelques instants pour appeler ta mère ce n'est pas de refus.

Il avait l'air las, partie la bonne humeur qui l'avait saisie en arrivant. Partie en même temps que ses jours de repos ici. Ou tout court si on lui demandait, comme il serait de nouveau présent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sachiko Narazyl
Aubergiste
avatar

Peuple : Métisse humaine, Mornienne et Esgaléenne
Second(s) Métier(s) : Mage
Nombre de messages : 59
Localisation : J'espère que ce n'est pas trop épicé ?
Date d'inscription : 10/12/2006

MessageSujet: Re: La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !   Dim 4 Juin - 23:57

-On a des apprentis si ça peut te consoler, rétorqua Sachiko, c'est pas tout à fait pareil que des salles pleines d'étudiants en toges, mais la guilde fonctionne avec des apprentissages et des échanges avec d'autres guildes, alors...

Elle eut un petit haussement d'épaules.

-Et on a nos bibliothèques et salles d'études aussi.

Elle eut un sourire.

-L'auberge s'est juste une rentrée d'argent stable pour ma famille, si jamais la royauté venait à se passer de nos services. Ce n'est pas encore le cas, mais ma famille a continué de servir ses plats à Nargoryth. Entre temps, la guilde a acquis un siège-lieu pour avoir pignon sur rue. C'est là que tu passeras ton temps je pense, ça dépendre à quel mage tu es assigné. C'est à deux pas d'ici, vu que l'auberge sert souvent de cantine...

Elle ne nota pas la commande de Jacob, pas plus qu'elle ne l'avait faite pour celle d'Amsellem et Khonyca. Sachiko avait une mémoire auditive prodigieuse, frôlant celle du Samildanach, et était capable de tout retenir. Un don que sa grand-mère avait vite exploité durant le temps d'apprentissage de sa petite fille. Sachiko avait choisi de reprendre l'auberge à la mort de sa chère Yejide, préférant cuisiner et s'occuper de la Racine Rouge, plutôt que d'être toujours par monts et par vaux comme les autres membres, à remplir des contrats pour pouvoir payer sa part à la Guilde. La Guilde prenait un loyer à ceux qu'elle logeait et nourrissait, et prélevait un pourcentage à ceux qui disposaient d'un logement personnel, si non, elle n'aurait jamais tenu. Les revenus de l'auberge aidaient également à soutenir la guilde. Sachiko était fière de contribuer ainsi à la vie de la guilde familiale, même si parfois, elle se disait que s'était moins glorieux que d'aller abattre des barrunbuns corrompus, escorter des caravanes, ou même voyager jusque dans le Nord pour récupérer des marchandises.
Jacob ferait partie des mages qui seraient envoyés hors de Nargoryth, sous l'égide d'un maître de la guilde. Sachiko avait la chance de n'avoir que sa propre famille à qui rendre des comptes, encore que... après trois ans à gérer seule la Racine Rouge, sa famille ne le demandait de guère de faire de rapports, tant elle tenait ses comptes et registres à jour.
Elle haussa un sourcil devant la prédiction de Jacob. Elle fit la moue.


-Hm, c'est pas vraiment impressionnant comme don de prophète.

Elle se moquait gentiment.

-Et c'est pas moi que tu dois impressionner. Même si Amsellem te recommande, il va falloir faire tes preuves devant mes parents et une poignée de maîtres de la guilde. Je te ramène ta commande. Il a dit que j'avais une demi-heure c'est ça ?

Elle n'attendit pas que Jacob confirme ou infirme, et d'un pas léger, elle retourna dans son domaine, sa cuisine. Elle savait que le vieux mage occupait son arrière cuisine. Elle pouvait sentir la magie filtrer par la porte fermée, faisant comme de léger picotements dans son nez. Elle le frotta d'un revers de main, pour chasser la sensation gênante que cela provoquait, s'empêchant ainsi d'éternuer.
Elle se lava les mains avant de se mettre à la cuisine. Elle repassa les deux commandes dans sa tête, s'organisant.

Elle commença par le thé noir, ébouillantant d'une petite théière en fonte dont la peinture s'écaillait légèrement. Elle raviva le feu runique sous une petite bouilloire en passant son index sur la rune. La boîte de thé vola d'elle-même jusqu'au plan de travail et une dose de thé fut fourrée dans un infuseur. Sachiko plongea deux nids de nouilles fraîches dans l'eau qui bouillait en permanence. Elle prit en suite un petit panier d'osier, posant un morceau de feuille de bananier dans le fond, le huila légèrement, et y déposa quatre petites brioches fourrées à la viande de porc confite.
Sachiko ressorti de la cuisine, passant derrière son comptoir. Là, se trouvait sa planche à cuire, en pierre noire. Elle activa les runes et prépara les deux dang bing. L'odeur de l'huile de sésame emplit la pièce, suivit des crépitements de la ciboule et des légumes hachées et marinées. Les œufs s'étaient cassés puis battus d'eux même, et elle les versa pour réaliser les pancakes. Dans la cuisine, le couvercle de bois du cuiseur à riz se souleva, et la cuillère emplit un petit bol, formant un joli bombé. Les nouilles rejoignirent les dang bings, dans une nouvelle bouffée d'odeur d'huile de sésame. Des légumes finement hachés s'y mêlèrent, et Sachiko y ajouta une large rasade de sauce soja épaisse et sucrée, faisant sauter le tout dans un petit wok à poignée.
Devant elle, un plateau de bois laqué se posa sur le haut du comptoir. Deux tasses et un verre à saké -elle avait pris le parti d'écouter Jacob à propos du saké - rejoignirent le plateau, ainsi que deux paires de baguettes enveloppées dans deux morceaux de coton. Le bol de riz fit le chemin, et elle cassa un œuf sur le dessus. Elle déposa les deux dang bing dans une assiette, qui rejoignit le bol. Elle déversa les nouilles, après y avoir ajouté une poignée de ciboule et des graines de sésames, dans un bol évasé. Elle fit rapidement frire un œuf, qu'elle ajouta aux nouilles sautées. Sur un geste, le plateau fit le chemin jusqu'à la table de Jacob. Les plats se disposèrent d'eux même aux bonnes places, tandis que Sachiko garnissait un bol de petits mikaté, attrapant au passage deux coupelles, une de miel d'acacia et une de gelée de bissap. Le plateau revint à elle, et elle posa le tout dessus. Elle y ajouta le petit panier en osier contenant les brioches. Et mit le thé noir à infuser, prenant la théière par son anse. Elle fit le chemin jusqu'à la table, théière dans une main, plateau posé dans l'autre.


-Voil-

Elle se retourna. Amsellem venait de se cogner, et avait l'air contrarié. Sachiko eut un sourire désolé. Le bar avait toujours été à cette place mais le mage avait l'air préoccupé. Amsellem jeta un regard furieux à Jacob, qui prit un air innocent, levant des mains gantées. Sachiko fronça les sourcils. Des gants ? Il ne faisait pas froid au point de porter des gants.

-Ah. Je vois.

Une petite bouteille de saké sorti de la cuisine, et flotta jusqu'à eux, se posant sur la table. Jacob était doué de prescience. Et Amsellem le savait. Elle déboucha la bouteille, faisant sauter le scellé de cire autour du bouchon. Elle servit le vieux mage.

-Mère est au palais, il lui faudra quelques minutes pour venir.

Sachiko plongea les mains dans les poches de son tablier. Elle sortit un morceau de papier carré. Habilement et avec des gestes maîtrisés et fluides, elle forma une petite grue de papier. Elle souffla dessus, et la grue de papier s'envola.

-Et il faut laisser le temps à mon messager de lui parvenir. Installe toi et mange.

***

Chanane Narazyl arriva un petit quart d'heure après avoir reçu le grue de papier provenant de sa fille cadette. Comme la majorité des femmes de sa famille, Chanane était grande et plantureuse. L'âge n'avait fait que l'embellir. Elle portait les cheveux courts, coupés à hauteur de la ligne de sa mâchoire. Ondulant légèrement, sa chevelure était retenue par un serre tête de cuir et de cuivre tressé. A ses oreilles pendaient deux boucles de cuir et de cuivre. Sa peau chocolat était mise en valeur par la robe blanche qu'elle portait. A la mode Cyriacanne, la robe dégageait sa gorge, ornée d'un plastron en cuivre et cuir lui aussi, et était cintrée à la taille grâce à une haute ceinture de cuir caramel. Les manches étaient fendues depuis les épaules et pendaient gracieusement jusqu'à mi-cuisse. La jupe de la robe était fendue sur la longueur de la jambe gauche. Chaussées de simples sandales de cuir tressé, elle entra l'auberge qui restait calme à cette heure si matinale. Pourtant, à l'extérieur, la cité ne tarderait pas à entrer en ébullition. La reine Pwyll était sur le départ pour gagner le Falast. La population se presserait sur le chemin pour regarder passer la jeune femme et son équipage. En tant qu’enchanteresse royale, elle aurait dû être présente, mais elle était excusée auprès de la jeune reine et du son royal frère.
Sachiko se tourna pour voir sa mère entrer. Comme à son habitude, celle-ci était vêtue comme en plein été. Elle avait les yeux clos. Sa mère n'était pas aveugle. Pas plus qu'elle ne souffrait du froid. Bénie par Adras, le dieu du Soleil, elle générait une chaleur constante, et lorsqu'elle ouvrait les yeux, ceux-ci brûlaient comme l'astre à son zénith. Enfant, Sachiko s'amusait à penser que sa mère n'aurait jamais de problème pour voir durant la nuit ou dans la plus sombre des cavernes. Sa mère avait aussi une voix chaude, qui roulait comme le vent roule sur les dunes de l'Esgal.


-Amsellem ! Vieux gredin !

Chanane tendit les mains, un sourire radieux illuminant son visage. Elle avait connu le mage durant toute sa vie. Et celui-ci, sous ses airs de ne pas y toucher, était une sommité dans son domaine. Même si sa réputation était née de son piètre choix en matière de compagnonnage draconnique.

-Maintenant je sais pourquoi ma fille m'a mandée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La Racine Rouge vous ouvre ses portes ! Entrez !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» De copacabana aux favelas, le Brésil vous ouvre ses bras...
» AAP > L'Abbaye de Tastevin ouvre ses portes!
» La Broue-bouffe ouvre ses portes
» Cabine d'essayage ~ Summer & I. Matthew ~
» La chanson ennivrante de la Lullaby des Ombres vous ouvre le passage vers les ténébres infinis ~ Validée.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Royaume de Nargoryth :: Nargoryth des Cavernes :: La Racine Rouge-
Sauter vers: