AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Entrez dans le Cercle des Fées !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Kalem
Technomage
avatar

Peuple : Elfe noir
Nombre de messages : 43
Localisation : Loin de Cemenwin...
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Jeu 18 Oct - 11:41

C'est un duo plutôt curieux qui m'accueillit, je dois bien avoir affiché une certaine surprise, nuancée d'un sourire amusé, et dans le bon sens du terme je vous prie de me croire. Ni narquois ni sarcastique, juste un sourire un peu charmé par cette jeune demoiselle à couettes accompagné d'un grand canidé. Un couple quelque part mal assorti, mais terriblement attachant, surtout qu'elle jouait les aubergistes. Enfin elle devait l'être par procuration, la mention de sa tata me laissait à penser qu'elle était de la famille des gérants. Cela expliquait cet accueil, elle était sans doute la future tenancière de l'établissement, ou espérait le devenir.

"Et bien, en voila un charmant petit bout de serveuse, même si j'ai l'impression qu'il manque quelques centimètres pour que l'on te voit dépasser derrière le bar." Je marquais une pause. "Ceci dit, c'est un bon début, et j'accepte avec plaisir de commander ce que vous avez de plus typique du Maëldan, et des gâteaux à condition que tu les manges, en me parlant des environs ; je viens de débarquer et je n'ai jamais mit les pieds ici avant."

Ma mère disait toujours que j'avais un don avec les enfants, que je ferais un père formidable si je daignais "trouver une fille qui soit pas aussi frivole que la dernière, non mais franchement qu'est-ce qui t'a pris de t'enticher d'une fille pareille ?". Faudrait que je pense à lui envoyer un mot pour l'avertir que tout allait bien, ma fuite ne devait pas l'avoir rassurée. Surtout qu'elle ne s'était jamais vraiment remise de ce qui fut arrivé il y a cinq ans.
Mais je chassais ces sombres pensées, et regardais, tout sourire, l'apprentie tavernière, et son loup. Je n'avais jamais vraiment aimé les animaux, enfin, disons que je les laissais tranquille, et ils faisaient de même. Furtivement je repensais à Mess en regardant le quadrupède, et me demandais comment pouvait aller Duncan. Mal, c'était évident. Dommage, je l'aimais bien, malgré les ennuis qu'il m'avait apporté et tout le reste. J'en venais presque à regretter la bagarre dans la taverne de Tolceleg, c'était amusant quelque part, surtout de manger alors que le monde autour de soi est en proie au chaos, et de rester impassible. Assez intéressant.
Quelle étrange sensation que la nostalgie. Et relativement désagréable. Je m'empressais d'ajouter :

"Je voudrais aussi un verre de vin rouge, s'il te plait. Ou plutôt la bouteille."


Dernière édition par Kalem le Jeu 18 Oct - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Jeu 18 Oct - 11:57

Reineen à coté d'elle, son bras et sa main dans son pelage tout doux -elle aimait surtout quand elle pouvait mettre sa tête contr lui, quand elle allait dormir et qu'il montait sur le lit avec ellle, même si maman dès fois le grondait- Maëlle sourit quand le monsieur noir l'appela "charmant petit bout de serveuse". Il la prenait pour une serveuse, un peu petite, mais une serveuse tout de même. Elle gonfla un peu la poitrine fière d'être la nièce de sa tata. Le monsieur passa commande, les casseroles se turent.
En même temps, les casseroles ne parlaient pas, donc c'était normal, la fillette à couette nota ce que demandait le client. Il voulait quelque chose du Maëldan, et des gateaux qu'elle mangerait. Et du vin rouge, en bouteille. La fille de Dierde sourit.


-Bien monsieur, mais pour les gateau je pourrais pas en manger, je viens de gouter, par contre je veux bien que vous me prennez un jus d'orange et répondre à vos questions alors. Et peut-être juste une ou deux bellicorne, c'est des super gateaux que tata fait. Je vais lui demander de vous faire à manger et je vous apporte la bouteille.

Trotinnant joyeusement jusqu'au cuisine, très contente d'elle et de son accueil, la fillette entra dans la cuisine, précédée de Reineen qui se posa à coté de Dierde. La grande dame aux cheveux rouges était toujours là. Maëlle se mit au garde à vous, les bras le long du corps.

-Tata y a un monsieur tout gris avec des casseroles et qui fait pas de chez nous qui vient d'arriver. Il veut quelque chose qui pique du Maëldan, du vin rouge en bouteille, des bellicornes et un jus d'orange. J'ai tout fait comme toi, je lui ai dis bonjour et bienvenue, et lui ai dis vous aussi. Même Reineen a été très sage, il n'a pas grogné.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 124
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Jeu 18 Oct - 23:39

Mogweed ne pouvait imaginer, ou plutôt si, elle imaginait très bien la douleur de sa sœur. Mais, l'ainée des Fardale avait la chance de savoir que Hart était en vie quelque part. Hart était un messager, et parfois, il ne revenait pas la voir, avant des mois, parfois presque une année entière, où l'aubergiste ne recevait aucune nouvelle. Non, pour Dierdre s'était différent. Elles étaient, et même Dierdre qui n'osait pas l'avouer, presque certaines que Sithys était mort. Il ne revenait pas, n'avait rien laissé, ou rien envoyer pour la rassurer, et, il ne semblait pas être du genre à se comporter de cette manière. C'était un loup, les loups étaient tous des territoriaux, surtout vis à vis de celles qu'ils choisissaient pour compagnes, ou compagnons. La seule possibilité était que Dämons avait appelé Sithys à lui, et depuis... Mogweed marchait sur des charbons ardents en la présence de Dierdre, qui était souvent maussade, morose, et désagréable. Une des raisons, en dehors du fait, au départ, que son nez cicatrisait, et qu'elle ne voulait pas se présenter avec un pansement disgracieux, qui faisait que Dierdre ne venait pratiquement jamais en salle. L'hostilité qu'elle lui renvoyait, peinait Mogweed, qui aurait aimé que Liadan soit là, elle qui avait si proche de leur frère ainé, qui était sans doute mort lui aussi. Au fond, elle espérait que Sithys finirait par franchir un jour cette porte, mais Mogweed avait cette terrible certitude que cela n'arriverait pas. Le chagrin dans le regard de sa sœur la mortifiait, mais elle devait tenir, ne pas s’apitoyer sur sa sœur, qui le faisait déjà très bien toute seule. Et si elle pouvait paraitre insensible, il y avait aussi Maëlle, qui attendait le retour d'un père qui ne reviendrait probablement pas. Et Mogweed avait le Cercle des Fées à faire tourner, et si elle se laissait aller à ses angoisses vis à vis de sa sœur, cela ne fonctionnerait pas. Elle n'était pas non plus la confidente idéale pour Dierdre, qui semblait, lui reprocher le départ de Sithys, comme si, le fait, que Mogweed soit intervenue dans les landes, quand sa sœur avait été séquestrée, avait fait que Sithys avait du partir. L'ainée des Fardale en était désolée. Elle eut un sourire de façade pour Eileen, ne se sentant pas le cœur à continuer cette conversation. L'officier non plus, puisqu'elle décida de partir, après un moment de silence.

-Bien sûr, des Bellicornes, répéta distraitement Mogweed qui fut tirée de son apathie par Maëlle et Reineen.

Elle se retourna, écoutant attentivement la petite fille, avant de sourire. Ce fut un sourire franc et amusé qui s'épanouit sur son visage, alors qu'elle hochait la tête, lorsque la commande du client fut énoncée. Mogweed réussit sans problème à déchiffrer ce que lui disait Maëlle, alors que Reineen allait paresseusement se coucher jusqu'à la paillasse que Mogweed lui laissait près des feux de la cuisine, là où il faisait le plus chaud. Il ne faisait pas encore très froid à la saison, Meirion régnait sur le Nord, colorant les feuillages de rouges et ors, mais d'ici peu, ce serait le règne d'Athanasius, et les flambées du Cercle des Fées seraient une bénédiction pour les voyageurs. Déjà maintenant, quand les pluies d'automne s'abattaient sur Armenelos, les clients de l'auberge adoraient avoir un feu près du quel ils pouvaient sécher.


-C'est très bien ma chérie, va lui dire que j'arrive, et demande lui quel vin il préfère, du Sud ou Nord, s'il te plaît.

Retrouvant son aplomb, parce qu'elle avait quelque chose à faire, Mogweed repoussa les sombres pensées qu'elle ruminait un instant plus tôt. Elle ouvrit une boîte en osier tressé, sorti un sac blanc, moiré, et y fourra des bellicornes, pour Eileen.

-Tiens, pour toi et Noorah. Je sais que tu adores celles au rhum. Maintenant, si tu veux bien m'excuser, j'ai un client tout gris, avec des casseroles, fit-elle en riant.

Mogweed noua ses cheveux en un tour de main, usant d'un crayon pour les faire tenir en chignon. Elle avait deviné, que quelque chose qui pique du Maëldan, était en fait, typique, elle se rappela qu'elle devrait corriger Maëlle plus tard, après tout, il fallait savoir parler correctement, à son age. Remontant ses manches, Mogweed se dirigea près des feux, sur lesquels mijotaient ses plats. Elle choisit de servir une potée de chou, à laquelle elle avait ajouté, au chou, carottes, poireaux, et pommes de terre, le tout cuit avec du lard et un os de jambon, pour donner du goût. Elle servirait cette potée, avec des tranches fines de jambon d'Earthaë braisé, et un petit pain à la croute de miel et romarin. Tout ça, se retrouva très vite dans un plateau, et, Mogweed franchit les portes de la cuisine, entrant sa chaleureuse salle commune. Un des marins qui créchait souvent ici le soir, leva sa chope, et Mogweed fit signe qu'elle l'avait vu. Le monsieur tout gris, avec casserole, devait être... Eh bien, elle savait qui s'était, parce que Maëlle était avec lui. C'était un Drow, accompagné d'une étrange armure, qui était comme rangée dans son coin. Et Maëlle avait raison, en disant que celui-là ne venait pas du Maëldan, il sentait l'étranger, le voyageur. Mogweed connaissait bien ses habitués et ses clients Maëldanais, la différence était évidente pour elle.


-Je suis Mogweed Fardale, se présenta-t-elle au Drow, bienvenue au Cercle des Fées. Je vous ai pris, une poté au chou, avec légumes, si vous voulez, on peut y ajouter du fromage, de l'Earthaë braisé, et un petit pain miel et romarin, pour la croute. J'espère que vous aimerez ma cuisine. Je vous apporte le reste quand je saurais quel vin vous voulez. Pour le Sud, j'ai oublié de dire à Maëlle, que nous avons du vin de l'Empire, ou de Freyr, le plus cher venant des vignes des Aelfwine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalem
Technomage
avatar

Peuple : Elfe noir
Nombre de messages : 43
Localisation : Loin de Cemenwin...
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Ven 19 Oct - 10:26

Je souriais en l'entendant corriger ma commande, du moins ce que je voulais lui laisser manger de ce que je prenais pour elle. Mon ancienne compagne me manquait à cet instant, et je me demandais si, un jour, j'aurai aussi la joie d'élever une petite charmeuse à couettes. Tout cela semblait bien éloigné de mes actuels problèmes. Aeril s'assit derrière moi, à même le sol, l'ayant interdit de prendre une chaise, à cause de son poids. Je songeais aussi que je devais toujours trouver un forgeron pour retaper l'acier, toujours lacéré par endroit, le casque défoncé. Quand la petite serveuse revint, son sourire chassa mes sombres pensées.
Le vin. Bonne question. Je n'avais pas un bon rapport avec le jus de raisin fermenté. Mon père en était un consommateur occasionnel, jusqu'à ce que le désespoir frappe ma famille, et que les quantités furent revues à la hausse, assez pour faire de mon pauvre père l'ombre de celui qu'il avait été. C'était triste. Cela transparut un instant sur mon visage, avant que je ne me reprenne, et que la tenancière -l'authentique- ne vienne chargé d'un plateau se présenter. Je lui souris et, écoutant ceci dit jusqu'à la fin, une petite chose sembla me gêner. Fermant les yeux, je cherchais dans ma mémoire.

"Le Cercle des fées... mais bien sûr ! Une amie a moi m'avait chaudement recommandé cet endroit ; et dire que je suis tombé dessus par hasard. C'est fou quand même... Calypso Blodwen m'a demandé de vous saluer si je venais poser mes fesses ici."

Ah, Calypso. Une Lios de passage sur Cemenwin, peu avant mon départ. J'avais du réparer ses headlisteners, et nous en étions venu à discuter, à bien nous entendre, le temps d'un bref échange. Charmante. Je lui avais dit que j'avais l'intention de partir vers le Nord, probablement Armenelos, apparemment là d'où elle venait. A l'entendre c'était la plus belle ville du monde, et je dois lui reconnaitre beaucoup de charme, mais elle disait aussi bien connaître l'établissement, et les sœurs Fardale, dont l'une d'elle se tenait devant moi. Avec un plateau portant tout le nécessaire pour me sustenter.
Dans ma jeunesse, j'avais rarement bien mangé, et quand je me suis mis à gagner ma vie, je ne mangeais pas toujours à satiété. Cette potée de choux seul me donnait déjà l'eau à la bouche, mais l'annonce de ce qui venait avec manqua de me faire saliver. Puis la question du vin, qui n'était toujours pas résolu, et je m'empressais d'ajouter à ma précédente remarque :

"Oh, et du vin du Nord s'il vous plait. Je viens pour essayer de nouvelles saveurs après tout !"

Et espérer protéger mon derrière des représailles de la Légion Noire, que je supposais qu'elles seraient cinglantes. Mais pour l'heure, j'étais face à un bon repas, et en charmante compagnie à couettes.

"Alors, jeune serveuse, que peux-tu me dire sur cette belle ville d'Armenelos ?" M'enquis-je, posant sur elle un regard exagérément interrogateur, tout en souriant.


Dernière édition par Kalem le Sam 17 Nov - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Ven 16 Nov - 11:52

Sous les ordres de sa tante, Maëlle retourna en salle, Reineen resta couché sur son lit au chaud. La fillette se posta devant l'homme gris et ses casseroles, et attendit qu'il la regarde avant de lui parler. Elle le détailla un peu pendant qu'elle attendait, il ne ressemblait pas aux gens de chez eux, ils faisait moins... Moins normal, enfin trop habillé et tout fin pour être d'ici. Il y avait des tas de gens ici bien plus grand et avec plus de muscles aussi. Comme l'armure derrière lui mais avec de la peau.

-Monsieur, vous m'avez pas dit qu'elle vin vous voulez. Il y en a du nord et du sud, comme les gens, donc il faut choisir si c'est un du nord ou du sud que vous voulez. Et ma tata arrive très vite aussi.

Alors que le client semblait beaucoup refléchir, elle attendait gentiment, car elle savait qu'il fallait les gens tranquilles dans ces moments là. C'était pareil pour elle quand elle reflechissait sur un devoir, ou devant des bonbons et qu'elle n'avait le droit qu'à un seul. Par habitude sa main chercha la fourrure de Reineen, mais comme il était partit se coucher dans la cuisine, il n'était pas à coté d'elle, et sa main ne trouva que du vide.
Et bientôt sa tante arriva avec tout ce qu'il fallait par l'homme. Des légumes, de la viande, du pain. Ca sentait bon, et la fillette espérait qu'elle mangerait ça ce soir aussi. Voyant que sa tante prenait tout en main, Maëlle se posa devant l'homme, et quand il lui demanda qu'est-ce qu'elle pouvait dire sur la ville, elle s'empressa de répondre.


-Et bien il y a plein de choses à dire. L'auberge de tata est la meilleure de toute la ville, il y a toujours du monde, et elle m'a aussi dit que des tas de gens voulaient ses bellicornes, et que donc elle les vendait partout, c'est impressionnant. Il y à aussi le marché qui est très grand, et on y trouve pleins de choses.

La petite se dandina un peu pour poser ses bras croisés sur la table. Autant être bien installé pour raconter tout ce qu'il y avait dans la ville.

-L'autre jour avec maman on y est allé, et comme Reineen avait joué avec mes chouchous et mes rubans j'en avais presque plus, donc je lui avait demandé, à maman pas à Reineen, si on pouvait m'en racheter, et bien quand on y a été j'ai vu le plus grand étalage avec des rubans et des chouchous de toute ma vie. Il y avait toutes les couleurs du monde entier. J'ai eu du mal à choisir... Et Reineen ce qu'il préfère c'est l'étalage du boucher, il y a plein de viande, mais aussi plein de monde devant, et puis heureusement, car si on l'achète pas la viande et que Reineen la prend c'est du vol, et...

La fillette continua un long moment sur toutes les histoires qu'elle avait sur le marché. Les jouets en bois qu'on pouvait animer avec des ficelles qui lui faisaient peur quand elle passait à coté, les étalages de poisson qui sentaient mauvais, ceux de légumes et d'épices plein de couleurs et d'odeur. Etc.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 124
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Ven 16 Nov - 22:25

La chevelure de Mogweed pétilla de petites étincelles entre ses mèches noir bleuté, à la mention du nom de Calypso Blodwen, une des énièmes têtes blonde des Blodwen, avec un caractère bien trempé, cherchant les rixes comme un marchand flaire la bonne affaire, ou le bon pigeon à qui refourguer sa camelote. La Sil'ura eut un sourire, les Blodwen débarquaient parfois au Cercle des Fées, faisant une joyeuse tablée. Entre temps, l'aubergiste déposa le contenu de son plateau sur la table. Le geste rapide et sûr, Mogweed fit attention à ne pas se brûler les doigts avec l'assiette chaude, contenant la potée de choux et légumes, qui côtoyait trois tranches d'Earthaë braisé, savamment repliée sur elles-même. Un petite miche de pain, ovale, fleurant bon le romarin, et la saveur sucrée du miel, rejoignit l'assiette, suivis des couverts, et
d'un verre bleutée, orné d'une fée dansante peinte en doré.


-Calypso hein ? Cette fripouille est donc toujours en vie à parcourir le vaste monde d'Inwilis.

Mogweed eut un nouveau sourire et de nouvelles étincelles illuminèrent ses cheveux, comme les étoiles dans le ciel, lorsqu'elles accompagnaient Mizuki. Le plateau retourna sur la hanche de Mogweed, le long de sa cuisse, à la verticale, maintenant vide.

-J'espère que vous ne serez pas déçu. Il faudra me dire où vous l'avez rencontrée, il y a longtemps qu'elle n'a pas posé ses fesses sur un de mes bancs. Je vais vous chercher du vin du Nord. Du Falassost. Les
Maëldanais préfèrent leurs bières et leur eau-de-vie.


Mogweed avisa que Maëlle s'installait en face du Drow, qui finalement, malgré les premières impressions qu'elle avait ressentie, ne semblait pas être de la haute. Mais, la plupart des Drows donnaient l'impression d'être noble. Qu'il connaissait une Blodwen venait démentir ce qu'elle avait pu penser, d'autant qu'il avait eu l'air d'être pressé de goûter. Faisant un détour par la table du marin réclamant une deuxième pinte, elle s'en alla reprendre du service, après ce moment tendu entre Dierdre et elle. S'occuper du Cercle des Fées lui permettait d'oublier un peu, le malaise de sa sœur. Soupirant, elle délaissa son plateau, tira la bière directement du fût, manquant d'avoir de la mousse sur les doigts. D'un coup d'épaule, elle entra en cuisine, s'arma d'un pichet, et fut soulagée de voir que sa sœur n'y était plus. Adieu la souriante et enthousiaste, optimiste, Dierdre. Elle remplit le pichet peint de vert d'or, avec des fées dansantes, d'un vin rosé du Nord. Elle prit le temps de râper du fromage dans une petite coupelle. Sortant de la cuisine, elle refit un détour pour reprendre son plateau. Elle déposa la pinte sur la table du marin, avant de poser le pichet sur la table du Drow, entendant la fin du babillage de Maëlle.

-Et il y a, sur la grande esplanade du Marché d'Hossë, de bons forgerons, qui régleront les problèmes de votre euh...

Mogweed désigna du doigt l'espèce d'armure qui était assise dans un coin, à même le sol.

-Armure, termina-t-elle, je vous ai pris un rosé des Falaises, il est frai, j'espère que vous aimerez. Je vous ai aussi apporté du fromage.

Et la coupelle rejoignit le pichet, alors que le plateau retournait le long de ses jupes. Elle regarda en suite plus attentivement le Drow, avant d'ajouter, reprenant le fil de la conversation de Maëlle à nouveau :

-Il y a aussi de bons tailleurs. Habillé comme vous êtes, vous ne survivrez pas dans le Nord, ce n'est pas l'hiver, mais la pluie a vite fait de vous glacer jusqu'aux os quand elle tombe ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalem
Technomage
avatar

Peuple : Elfe noir
Nombre de messages : 43
Localisation : Loin de Cemenwin...
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Sam 17 Nov - 13:56

Quelle extase visuelle que la promesse d'un si bon repas, qui rien qu'à l'odeur nous faisait voir du pays ! Ceci dis, j'avais dors et déjà mal à la bourse rien qu'en imaginant la valeur d'un repas pareil, mais je me dis que ce devait être la plat du jour, de cet auberge qui était quand même assez accessible. Ma mémoire mit en avant ce que j'avais aussi manger chez les pirates, qui fut délicieux et qui n'était pas volé quant au prix, même si finalement si, mais c'était mon ami voleur et moi qui avions dupé le tenancier durant la rixe. J'en conclus donc que ce n'était qu'à Cemenwin que les plats un tant soit peu décent était aussi cher. Nous n'avions vraiment pas les mêmes valeurs.
L'ambiance était en tout cas des plus chaleureuse, d'autant que la charmante Mogweed sembla se rappeler de Calypso, cette blondinette qui n'avait pas froid aux yeux, et le terme de fripouille lui collait bien à la peau, en plus de me faire largement sourire. Elle était venu faire réparer ses headlisteners, qui avaient été endommagé suite à une bagarre de taverne. Elle n'avait pas sa langue dans sa poche et était bon vivant, ce fut un plaisir de la rencontrer, et partager un verre dans ma petite boutique après que j'eus effectué les réparations. J'avais bien envie de la revoir.
Mais avant que j'ai pu donner les tenants et aboutissants de ma rencontre avec la Lios survoltée, la tenancière pris le partie d'aller chercher de quoi boire, ce qui n'était pas une mauvaise idée, d'autant que mon amie couettée entama le récit de ses aventures en la fabuleuse ville d'Armenelos.

Le repas était exquis, rustique, appétissant, une véritable symphonie de saveur qui ne pouvait que faire chavirer mes papilles. Couverts en main, je commençais à bon train à dévorer mon plat tout en écoutant le récit de ma nouvelle amie, avec une grande attention. On aurait pu croire que je m'en fichais, que je ne la laissais parler que pour être gentil, mais si cette dernière affirmation était vrai, il était tout aussi vrai que l'histoire de la jeune serveuse en devenir m'intéressait, piquant au vif ma curiosité. C'était sympathique, et me rappela les dîners en famille d'antan, lorsqu'on était tous à table et heureux d'être ensemble. Ma mère, mon père, mes deux sœurs, mon beau-frère, ma nièce, sans oublier mon frère. Et tout le monde a quitté la maison, puis tant de choses sont arrivés...
Tout comme la reste de la commande, même si Mogweed eut l'amabilité de laisser la jeune demoiselle à couette finir de me conter son histoire, très douce attention de sa part, ce qui ne prit à la petite que de ponctuer sa phrase de quelques détails avant de s'arrêter. Je pris un peu du fromage et en saupoudra la potée pour la parfumé d'un soupçon de produit laitier, avant de me servir un verre de vin, écoutant les recommandations de l'aubergiste pour orienter mes recherches. Quand elle pointa Aeril du doigt, cherchant le mot pour la désigner, elle réagit, le gantelet d'acier se levant et faisant un "coucou" de la main comme je lui avais appris. Un léger sourire s'épanouit au coin de mes lèvres.
Et puis il fallait bien me vêtir remarqua-t-elle, pour ne pas subir le temps des environ, qui aux dires de la dame se révélait humide, temps que ma chemise un peu sale ne saurait trop supporter. Mon esprit -et mes narines- tiltèrent un brin, se souvenant qu'avec difficulté quand avais-je pris un bain pour la dernière fois, sans compter la baignade improvisé lors de mon escapade chez les pirates. Encore une chose à noter sur ma liste de chose à faire ; mais au préalable, je revins sur un sujet abordé plus tôt.

"Pour répondre à votre question, j'ai rencontré Caly à Cemenwin il y a trois mois, mais elle m'a dit qu'Armenelos lui manquait. Si vous la revoyez, dîtes-lui qu'un escroc de là-bas pense à elle, je suis sûr que ça lui fera plaisir."

Ah, j'en pinçais un peu pour la blondinette oui, autant l'avouer. Aeril restait ma seule priorité mais... comment ne pas penser à cette fille si charmante et aventureuse ? De toute façon, il y avait peu de chances que je la revois un jour... Je fis toutefois taire mes pensées, et piqua de ma fourchette un légume avant de le mâcher et l'avaler.

"Et merci pour ces précieux conseils, j'avoue que mon voyage dans vos contrés s'est fait à la hâte, sans emporter de valises... Oh, mais je ne vous ai pas présenté Aeril. Aeril, fait coucou." Mon armure réitéra son geste un peu mécanique de la main, et je me penchais vers la petite Maëlle, lui murmurant. "C'est une armure vivante, la seule qui existe dans tout le monde. J'ai essayé de lui apprendre à jongler, mais rien à faire elle y arrive pas."

Ponctuant ma confidence d'un clin d'œil et d'un sourire, il était clair que je disais cela pour rire, un sourire complice sur le visage. Même s'il était vrai qu'Aeril a jamais été foutu de faire valser des balles correctement... pas demain la veille que je monterais un spectacle d'armures saltimbanques...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 124
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Dim 18 Nov - 0:21

-Cemenwin ? Je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller. C'est un peu loin, et j'aime trop mon Maëldan natal. Mais ça ne m'étonne pas de Calypso. Vous venez de loin. Bienvenue à Armenelos alors !

Mogweed n'avait voyagé que dans le Nord, contrairement à Liadan qui avait vu et traversé beaucoup de lieux et de contrées encore sauvages, pour porter les messages d'Aériaplume. Dierdre avait également voyagé, plus loin que les deux autres sœurs, jusqu'à Freyr, vivant de ses spectacles de danses, et racontant ses histoires. Une véritable Cheminante. Mogweed s'assombrit un peu, les étincelles dans sa chevelure disparaissant, alors qu'elle se demandait si sa sœur pourrait un jour danser comme avant, voyager comme avant. Maëlle avait besoin d'une mère, mais dans son état, Dierdre n'était même pas une bonne mère. Mogweed se reprit, retrouvant son habituelle chaleur, et son sourire avenant.

-Je transmettrai, lorsqu'elle mettra les pieds ici. Caly est toujours partie par monts et par vaux, comme c'est souvent le cas avec les Blodwen, fit-elle en riant, et voyage précipité ou pas, vous aurez besoin de vous vêtir. Je peux vous donner le nom de quelques boutiques, pour ce don vous jugerez avoir besoin. Si vous dites que vous venez de la part des Sœurs Fardale, vous aurez une ristourne. Et si vous mentionnez les Blodwen, les gens du coin vous accueilleront avec de grands sourires.

La Sil'ura s'arrêta pour répondre au coucou d'Aeril, faisant de même avec sa main, un peu intriguée. Si une armure animée voyageait avec lui, le Drow devait être technomage. Une déduction facile. Bien que les mages adorent animer des objets, jusqu'à en faire profiter les autres, comme les Plumes et stylos écrivant tous seuls, pourvus qu'on leur laisse un encrier, et qu'on surveille. Quelques défauts de fabrication existaient, et parfois, cela pouvait devenir embarrassant. Mogweed eut soudain l'air de se souvenir de quelque chose d'important, ce qui l'était.

-Vous ne m'avez dit, passerez-vous la nuit ici ? Mes tarifs ne sont pas très cher, et si vous prenez une chambre, le prix du petit déjeuné, ou bien des provisions de route, est compris dans celui de la chambre. Et pour le marché, peut être que si Virva ne déverse pas ses bienfaits depuis le ciel, Maëlle pourrait peut être vous guider. Reineen aurait bien besoin d'un plus d'exercice.

Cette dernière partie s'adressait à sa nièce. Le loup s’empâtait à vue de nez, à force de profiter des restes, des morceaux de viandes, distribués ça et là, durant la journée, à passer son temps, pendant que Maëlle était à l'école, à rester coucher devant les foyers de la cuisine. Une ballade ferait également du bien à Maëlle.

-Et tu pourrais aller t'acheter cette pince à cheveux qui te faisait tant envie, ajouta-t-elle pour la fillette, celle avec le loup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Dim 3 Mar - 15:29

Maelle avait raconté tout ce qu'elle savait du marché au monsieur noir mangeant le repas de Tata comme s'il n'avait pas mangé depuis longtemps. Mais les plats de tata étaient si bons que dès fois ça donnait l'impression qu'il fallait manger vite sinon ça disparaissait avant qu'on ai finit.
Elle prit un peu de jus d'orange, adorant la pulpe qui lui chatouillait la gorge, et le gout sucré de l'orange. C'était si bon qu'elle en boirait tout le temps, mais maman ne voulait pas qu'elle en boive le soir, lui expliquant que ça la faisait devenir une vraie pile électrique d'en boire, et si elle la laissait en boire le soir elle ne se coucherait pas. Et puis, ça faisait aller aux toilettes très vite, donc meme si elle avait dormit elle se serait réveillée pour y aller.
Elle écoutait d'une oreille sa tante et le voyageur discuter, jettant des coups d'oeil à ce qui ressemblait aux casseroles de tata, posées les unes sur les autres, avec un casque de guerrier.

Quand ce qui était une armure fit coucou la petite eu un large sourire et répondit vivement en secouant la main. Le voyageur lui expliqua que c'était une armure vivante, et qu'en plus c'était la seule. Trop génial. Et reineen qui dormait dans la cuisine au lieu de venir voir ça... Qu'il était bete ce loup quand il s'y mettait. Mais bon, elle l'aimait son loup, meme s'il dormait et qu'il loupait des choses bien, il était toujours là lui, et il ne la laisserait jamais.

Et là tata Mogweed dit des mots magiques. Sortir, aller se ballader et se promener sur le marcher pour aller accompagner le voyageur à l'armure. Maelle tourna la tete vers sa tante, avec le meme sourire qu'elle avait adressé à la seule Armure vivante du monde. En emportant bien sur Reineen avec elle. La petite fille agita les pieds sous la table, impatiente de partir. Ils partiraient là tout de suite ?
La mention de la pince à cheveux avec le loup dessus acheva de la rendre impatiente.


-Vraiment ? Celle qui fait comme un loup qui hurle sculptée en bois avec des perles pour les yeux du loup ?! Oh oui !! oui oui oui ! Je veux bien t'accompagner avec ton armure monsieur ! Tu verras je suis une très bonne guideuse, et Reineen il est très sage et tout gentil aussi, tu seras comme un coq dans une pate !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalem
Technomage
avatar

Peuple : Elfe noir
Nombre de messages : 43
Localisation : Loin de Cemenwin...
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Jeu 7 Mar - 15:53

Cela me surpris quelque peu, les paroles de la tenancière, dire venir de sa part pour avoir un prix ou brandir connaitre les Blodwen pour pouvoir avoir la sympathie des gens. Les choses ne marchaient guère ainsi par chez moi, ou les marchands et boutiquiers, moi compris, vivait dans une relative méfiance envers tout les monde, et surtout les clients, même si certains se révélait charmant, comme Calypso. Mais ici apparemment les règles du jeu étaient tout autre, de même que le prix de la chambre ici incluait des provisions pour la route ; non seulement le Nord était charmant et me mettait à peu près hors d'atteinte de la Légion, mais en plus la vie y semblait beaucoup plus plaisante qu'elle ne le fut à Cemenwin, sous la coupe de la cruelle Marquise Rouge.
Je m'étais d'ailleurs paré d'un certain sourire à la mention que Mogweed n'eut jamais été jusque là-bas ; ce n'était pas un bon endroit pour les gens honnêtes, et elle avait bien raison de se cantonner à cette charmante cité portuaire. Ceci dit, je ne comptais pas trop y traîner, malgré le bien-être qui se dégageait de cette ville, elle se trouvait encore trop proche de ceux qui pouvaient en avoir après mon derrière et celui en acier d'Aeril. Me faire oublier était primordial, même si pour l'heure, j'estimais avoir assez d'avance pour prendre un jour ou deux pour changer mes frusques quelque peu défraîchies par l'océan, et l'odeur quelque peu collante de Tolceleg.
Sans aller jusqu'à dire qu'il exhalait de moi des fragrances pestilentielles, je ne fleurais pas le printemps non plus. Ceci dit, le parfum de l'assiette était pus fort que tout, alors que j'achevais de quelques coups de fourchette le met si délicat que la Sil'ura avait préparé avec talent.

La mention de Virva manqua de me faire m'étouffer, me rappelant avec quelle délicatesse j'eus été confronté, bien malgré moi, à la colère de la déesse. Enfin, elle nous avait plutôt sauvé, mais sans faire montre de beaucoup de douceur à mon égard ; je l'avais cependant bien cherché, et d'un commun accord muet, l'on avait plus ou moins décidé d'ignorer l'existence de l'autre... pourtant j'avais dans l'idée qu'elle ne souhaiterait pas être clémente avec ma mécréante personne.
Cela ne m'empêchera pas pour autant de faire quelques emplettes, avec la bourse garnie du coupe-jarrets dont les activités quelque peu malhonnêtes avaient trouvés fin sur le fil de ma lame ; je portais d'ailleurs sur ma chemise et ma veste les vestiges de cette péripéties. Acheter de nouveaux vêtements était maintenant une priorité, autant pour avoir bien chaud que pour passer plus inaperçu, et par souci d'hygiène.

"Je passerais volontiers la nuit ici, peut-être même deux, je ne sais pas encore ; je suis parti à l'aventure un peu à l'aveuglette. Je vous dirais exactement combien de temps je compte rester demain, quand j'en saurai plu sur une future destination."

J'avais une idée bien précise sur le but que je désirais atteindre, sans pour autant savoir comment y parvenir, et par quel moyen précisément. J'avais besoin d'information, que j'allais quérir, mais pas das l'immédiat ; aujourd'hui, ce serait marché, avec ma jeune amie à couette, qui semblait enthousiaste à l'idée de s'offrir une pince à cheveux que sa tante lui rappela avoir vu, comme pour l'enjoindre à se dégourdir les jambes avec moi, et me guider puisque je ne connaissais absolument pas la ville.
D'un coup de fourchette expert, j'achevais mon repas, m'essuyais la bouche ,et fis signe à Aeril de se lever.

"Et bien, chère demoiselle, pourquoi n'irions-nous pas voir cette pince à cheveux, avant que Virva ne nous gratifie de ses bienfaits ?" Dis-je à l'intention de Maëlle, avec un grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 124
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Dim 17 Mar - 22:11

-Oui vraiment, sourit Mogweed avant de lever son index et de prendre un ton professoral, et on dit comme "un coq en pâte", et non pas, comme "un coq dans la pâte". Et guideuse n'existe pas, on dit guide, tout simplement. Oui, même pour les filles.

L'aubergiste reprenait souvent Maëlle, s'amusant de ses expressions parfois alambiquées, au lieu de faire simple. Et ce n'était qu'en la reprenant que sa nièce apprendrait à parler correctement, en plus de bonnes séances de lecture, et d'une certaine assiduité à l'école. Mogweed avait toujours été très ferme sur ce point avec ces sœurs, elle avait insisté pour qu'elles sachent lire et écrire correctement, même Liadan qui n'aimait pas tellement ça, contrairement à Dierdre qui raffolait des histoires, et qui était une très bonne conteuse. Pensant à ce passé doré, malgré la disparition de leur frère aîné, Islwyn, dont aucune d'entre elles ne parlaient presque jamais, comme s'il n'avait pas existé, Mogweed fut cruellement frappé par les changements opérés chez sa dernière petite sœur. Ce qu'elle avait vécu avait comme cassé quelque chose à l'intérieur. Et ce quelque chose, Mogweed ne se savait pas en mesure de le réparer. Voir le Drow s'attaquer l'assiette de potée de légumes, généreusement saupoudrée de fromage râpé, et accompagnée de ses tranches fines d'Earthaë braisées, mit du baume au cœur à Mogweed. Au moins, elle pouvait se raccrocher à sa cuisine, et son auberge. Visiblement, l'homme était affamé, et il mangeait de bon cœur, ce qui fit plaisir à l'aubergiste. Finalement, il parla de passer la nuit ici, et Mogweed hocha la tête, sa chevelure libérant de nouvelles gerbes silencieuses étincelles argentées, un peu comme de la neige tombant, où les flocons finissent par fondre en touchant le sol.

-Je vous ferais préparer une chambre, vous l'aurez à votre retour. Les bains sont communs, ceux des hommes se trouvent au premier, au fond du couloir.

Vu l'état du Drow, un bain ne lui ferait pas de mal, de même que quelques vêtements supplémentaires. Alors qu'elle terminait ses explications, en précisant que le Drow n'aurait qu'à se servir des panières mises à dispositions, et contenant de quoi se laver et se sécher, Mogweed fut hélée par un de ses clients, un guerrier musculeux, cheveux bruns, barbe de trois jours, et vêtements de peau et de cuir, arborant un des tartans des clans. Un Maëldanais typique en somme. Elle lui fit signe qu'elle venait.

-Maëlle, tu viendras me voir, que je te donne les sous, ajouta-t-elle avant de se détourner.

De son pas vif et léger, Mogweed rejoignit le Maëldanais et s'en retourna en cuisine, avec une large assiette visiblement récurée jusqu'à briller, pour en ressortir quelques minutes plus tard avec des tranches de viande fumante, une généreuse portion de légumes, arrosés de sauce brune. L'aubergiste tira une nouvelle chope de bière fraîche, et servit le guerrier, qui mangea de bon appétit. Elle repéra une cliente discrète, assiette au bout du comptoir, dos à la salle tout entière. Elle venait de lui faire un signe discret de la main, ne hélant pas l'ainée des Fardale avec l'engouement habituel de ses autres clients. Son absence de nez était caché par un bandeau de cuir, piqueté de trous, de même, elle n'avait aucune poitrine, et Mogweed savait qu'elle n'était pas Ai-Esu. Vêtu de cuir et tissus brun, gris et noir, elle était discrète, armée également, et ses cheveux cachaient une partie de son visage. Mogweed lui apporta une théière brûlante, et une part de tarte pommes et confiture de lait. Elle eut droit à un remerciement du bout des lèvres, et Mogweed lui fit son plus beau sourire, ajoutant qu'elle était là, si elle avait besoin de quoi que se soit. Le regard de reconnaissance de la jeune femme, suffit à l'aubergiste fantasque pour qu'une gerbe nouvelles d'étincelles saupoudre sa chevelure bleu nuit.
Quelques secondes après, Mogweed glissait une petite bourse en peau dans la main de Maëlle, qui avait passé chaussures et manteau, et elle passait, sur les épaules du Drow, une cape imperméable, après avoir insisté, et avoir prédit qu'ils risquaient de se retrouver sous la pluie. Le Drow lui rendrait la cape en revenant, il aurait alors sa chambre de prête.


-Et surtout, ne dépense pas la monnaie en bonbons, tu en auras autant que tu veux ici. Et soit sage, si tu as un problème, tu sais chez qui aller, et n'embête pas... C'est quoi votre nom ? Demanda-t-elle au Drow, qui avait bien présenté l'armure mobile avec lui, mais qui ne s'était pas nommé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Lun 18 Mar - 14:48

-"Un coq en pâte", et "un guide". D'accord tata. Mais c'est bizarre de ne pas dire ça d'une autre manière pour une fille, mais si tu le dis c'est que ça doit être vrai.

La petite fille repartit rapidement dans ses pensées, occupées par une barette qui ferait très jolie dans ses cheveux, en forme de loup. Maëlle se demandait ce qui serait mieux pour la mettre, ses cheveux relevés, ou juste mit en arrière et tenus. Où avec une coiffure qu'elle aurait fait pour, elle avait vu des filles avec des tresses qui portaient des barrettes comme ça, et elles avaient le visage dégagé, et ça faisait plus comme les coiffures de grandes.
Oh oui, ça serait joli comme ça, elle se coifferait toute seule et ferait la surprise se soir à sa mère et sa tante. Est-ce qu'elles lui feraient des compliments ?
La fillette sursauta un peu quand sa tant l'interpela, lui demandant de venir la voir pour prendre l'argent. Après un "d'accord" fort affirmatif, Mëlle s'excusa auprès de son auditeur, mais il fallait qu'elle s'habille et fasse bouger Reineen. Elle rejoignit son loup dans la cuisine.


-Reineen, Reineen, allez debout on va dehors. Reineen ?

Le loup dormait, et ronflait presque. La petite fille à couette soupira bruyament, et faisant la moue alla directement secouer le loup. Enfin, le gratouiller.
La langue pendante, Reineen se mit alors sur le dos, savourant les petits doigts qui grattaient sa fourrure et sa peau, haletant et agitant la patte pour montrer qu'il aimait. Sa queue battait la mesure sur le sol alors que la course des doigt s'accelérait. C'est là, juste, là qu'il fallait gratter.


-Tu adore ça hein ? Si tu veux pleeein de gratouilles il faut te lever gros paressseux. On va faire des courses dehors avec notre client à nous. Il faut le bichonner pour qu'il soit content du service de l'auberge de tata.

Elle tira un peu sur le loup pour qu'il bouge mais ne le déplaça pas de beaucoup. Reineen quand à lui affichait un air moins heureux qu'il y avait juste quelques secondes.

-Pfff t'es devenu gros tu sais. Tu manges trop et tu dors tout le temps. Tata a raison t'a besoin d'exercice, même si c'est pas les même que moi à l'école.

Le loup se leva, grand aux yeux de la petite fille. Mais pas que, il était grand comme un grand loup normal, Maëlle ayant quand même la stature d'une fillette d'une douzaine d'années, le dos de l'animal lui arrivait au coude. Un coup de tête dans l'épaule de Maëlle montra l'affection du loup envers la petite, qui, une fois son loup levé, s'empressa de mettre ses chaussures, un manteau, et une écharpe pas trop épaisse pour ne pas attrapper froid.
Elle se regarda avec son manteau marron, sa robe bleue, ses couette et son écharpe prune. Elle se trouvait jolie, et Reineen approuva sa reflexion par un jappement joyeux.
Le duo fillette-loup retrouva le duo client-armure et Tata Mogweed pour partir. Tata habillait le client pour qu'il ne soit pas trempé, en insistant. il la rendrait plus tard. Maëlle avait une capuche elle sur son manteau imperméable, donc pas besoin de cape en plus. Et Reineen se fichait de l'eau, même si après il sentait le loup mouillé. Maëlle se demandait si un bain ne lui ferait pas du bien à Reineen. Surtout qu'il avait tendance à sentir la cuisine, vu qu'il y restait tout le temps.
La petite main prit la bourse, sans oublier de dire merci bien entendu, elle était bien élevée tout de même. Elle hocha positivement la tête quand sa tante lui dit de ne pas prendre de bonbons, de faire attention, et qu'elle savait où aller en cas de problème. Et le où aller c'était chez presque tout les marchands, qui connaissait tata et aussi maman.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalem
Technomage
avatar

Peuple : Elfe noir
Nombre de messages : 43
Localisation : Loin de Cemenwin...
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Mar 19 Mar - 21:07

La langage enfantin de ma jeune "guideuse" ne manqua pas de m'arracher un sourire, et imagina la patience qu'il fallait pour administrer à ces esprits turbulents de quelconques notions sans qu'elles ne leur sorte par l'oreille opposée à celle où ça leur était entré. Mais la jeune Maëlle ne fit pas cas de ces étrangetés linguistique de grandes personnes, et à la demande de la maîtresse de maison fila se préparer, après bien sûr que ma demande de chambre eut trouvé satisfaction. L'idée d'avoir un bon lit douillet qui m'attendrait à mon retour avait quelque chose d'extrêmement plaisant... pour un peu je n'aurais pas eu envie de quitter cette petite auberge, même si je devrais être amené à ne pas m'éterniser. Mon regard se reporta sur Aeril, alors que Mogweed s'éloigna à son tour, et malgré le bruit ambiant, j'avais la vague sensation d'être seul, une fois de plus, et qu'il n'y avait que ce tas de métal mouvant dans ma triste existence.
Mais l'aubergiste revint bien vite, m'arrachant à ma contemplation, et effaçant bien vite les vestiges d'une fugace mélancolie, me présentant une cape qu'elle désirait me voir revêtir. Je ne pus que décliner, par pure politesse ; je n'étais qu'un étranger, elle ne connaissait même pas mon nom -ce qu'elle me souligna ensuite- et pourtant me laissait la partielle surveillance de sa nièce, et désirait me voir porter une cape qu'elle me tendait de bon cœur.
Mais les arguments furent inattaquables, il y aurait sans doute de la plus, et puis je lui rendrait après, et je cédai, plus parce que le refus insistant aurait été malpoli là encore, et je n'avais étrangement pas du tout envie de contrarier cette si gentille tenancière, qui s'était montré si spontanément accueillante, même si cela devait être avec tout les clients ; ça restait tout de même assez plaisant. Maëlle arriva, paré à sortir, accompagné de son loup qui donnait plus l'impression d'un animal domestique que sauvage...
La question de Mogweed me prit de court, et j'espérais que l'on ne me vit pas rougir, ce qui était probable au vu de la couleur sombre de ma peau ; en effet, je n'avais pas donné mon nom. La conversation s'était enchainé avec une telle décontraction que j'en avais omis de me présenter dans les formes, chose que je me décidais à bien vite corriger, effectuant au préalable une petite courbette pour la forme, car après tout, malgré leur modeste statut social parmi les gens de Cemenwin, les Elric avaient une certaine éducation. Même si je n'étais pas très brillant par moment concernant la politesse et toutes ces choses.

"Mon nom est Kalem Elric." Répondis-je en souriant. "Et ne vous inquiétez pas je veillerais sur elle."

Je n'avais jamais eu le plaisir d'enfiler un vêtement imperméable, bien souvent à l'abri de la pluie dans ma boutique, qui elle-même était sous le dôme de Cemenwin. La matière qui la composait me paraissait étrange, mais je n'étais pas à ça près dans ma folle aventure. Alors que je tournais les talons et allais inviter mes compagnons de route à aller au dehors, le grincement d'Aeril me signifia qu'elle voulait venir. C'était probablement une mauvaise idée, et je me rendis compte sur le moment à quel point l'armure était devenu un élément si présent à mes côtés que sa présence semblait normal, banal, alors qu'elle était sujet de beaucoup d'étonnement en général de la part des badauds. Soupirant, je me retournais vers Mogweed.

"Je crains qu'il faille que je vous la laisse," fis-je en désignant l'armure, "inutile de me trimbaler avec une batterie de casseroles, surtout s'il se met à pleuvoir. Vous n'aurez qu'à lui demander de monter dans la chambre et attendre, elle le fera." Me tournant vers le tas de ferraille concerné, je continuais d'une voix ferme. "Aeril, tu obéiras à cette charmante femme le temps que je ne serais pas là, comme si c'était moi qui te parlais à travers elle. Tu as compris ?"

L'armure acquiesça avec un léger grincement, le casque défoncé protestant quelque peu sous l'effort. J'étais assez fier de cette intelligence créée de toute pièce. C'est moi qui l'avait modelé, même si j'avais du collaboré avec la Légion pour obtenir un cristal viable, ainsi que les moyens d'extirper de l'éther pur et le canaliser ; mais le reste était mon œuvre, celle d'une vie, et encore inachevé...
Mais je plaignais aussi un peu Mogweed. L'air désolé, je lui adressais un regard compatissant, conscient de potentiellement lui coller un poids sur le dos ; ceci dit, quelque part, elle me laissait sa nièce, alors je pouvais lui laisser mon armure, en sorte de gage en quelque sorte, en plus des raisons évidentes de ne pas déambuler avec un colosse d'acier maladroit dans un marché.
J'espérais ceci dit, qu'il n'arriverait rien de fâcheux, au vu de la tendance très fâcheuse d'Aeril de tout prendre au premier degré...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 124
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Dim 24 Mar - 22:35

-Enchanté Kalem Elric, fit-elle presque solennelle, soyez le bienvenu à Armenelos.

Mogweed attacha donc la cape, ferma celle-ci à l'aide de l'attache en os, sur l'épaule de Kalem, puisque c'était ainsi qu'il se nommait. L'aubergiste avait l'habitude de donner son nom lorsqu'elle se présentait, la moitié de sa renommée et celle de son établissement avait été bâtie ainsi. Et avant d'être aubergiste, Mogweed avait travaillé pour Aeguishor, et ceux qui l'avaient vu se battre dans les tounoirs organisés par la guilde d'Aeguishor, s'en souvenait encore. L'autre partie de sa gloire et de sa popularité venait de là, avant qu'elle ne se range en cuisine, et ne se calme. A l'époque, gagner des combats avaient été le meilleur moyen de pouvoir payer ce qu'il fallait pour que ses sœurs et elle puissent vivre décemment. La métamorphe eut un sourire, accompagnée d'une nouvelle gerbe d'étincelles.

-Et je crois plutôt que c'est ma nièce qui veillera sur vous. Elle connaît le quartier du Marché d'Hossë comme ça poche.

Par habitude, Mogweed lissa la cape sur les épaules de Kalem, avant se poser les mains sur ses hanches, jetant un coup d’œil à l'armure. La chose, qu'elle n'avait pas bien détaillée, était énorme. Encombrante était plutôt le mot exacte pour définir l'armure. C'était une armure, un peu grossière, et cabossée également. Une création qui sentait la magie, et que Mogweed qualifiait sans hésiter de techno-magique. Elle hocha donc la tête.

-Je vous la garde, elle ne me gênera pas si elle reste bien sage dans son coin. Je la ferais... ou plutôt, je lui dirais de monter avec moi quand je préparerai votre chambre, et je lui dirais d'y rester. D'ailleurs, si vous avez des envies de la réparer, vous pouvez toujours aller voir à l'université, ils ont un département technomagie plutôt efficace. Donner mon nom ne vous apportera rien, par contre. Même si certains professeurs viennent crécher ici à la fin de la journée.

Mogweed se tourna pour arranger Maëlle, et insister pour qu'elle fasse bien trois tours avec son échappe. Elle vérifia si les bottes de sa nièce étaient lacées correctement. Une fois ces dernières vérifications d'usage terminées, au grand ennui de Maëlle, sa tante les laissa donc partir. Elle savait que Kalem reviendrait pour chercher son étrange compagne de métal. Et Maëlle ne serait pas à trainer comme une âme en peine dans l'auberge.

-Bien, à tout à l'heure. Profitez bien tous les deux, et ne revenez pas trop tard.

L'ainée des Fardale les regarda donc partir, l'air un peu ailleurs. La porte se referma, et le bruit de la clochette fixée au chambranle, le tira de sa rêverie. Elle regarda alors l'armure, pendant quelques minutes, avant de lui ordonner d'entrer dans la cuisine, et Mogweed lui tint même la porte. Elle demanda alors à l'objet techno-magique de se placer dans un coin, certaine qu'ici, elle ne gênerait personne. Appelant alors Dierdre, Mogweed lui demanda si elle pouvait préparer trois chambres, une simple pour Kalem, une double pour deux Orcs, et la dernière pour une riche marchande, venue négocier avec les Erskine. Il y avait également deux autres chambres à nettoyer.
Mogweed pour sa part, vérifia qu'en salle tout se passait bien, allant de table en table, resservant généreusement soiffards et affamés, venus trainer à cette heure, habituellement vide, en dehors de quelques gros mangeurs tardifs. Une tablée de marins attendaient la prochaine marée pour sortir. La jeune femme au nez coupé s'était retirée à une table, le dos contre le mur, sirotant un verre de liqueur de pomme, et grignotant des bellicornes. Certaines que rien ne se passerait, et qu'elle serait avertie si quelqu'un entrait, la métamorphe retourna en cuisine, les portes battantes claquant derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mavrag
Mercenaire
avatar

Peuple : Thuatann
Second(s) Métier(s) : Chef du clan Alaric
Nombre de messages : 11
Localisation : Là où les Alaric vont.
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Sam 14 Juin - 0:20

D'un geste rendu fluide par l'habitude, Mavrag défit les boucles et sangles qui retenait sa selle et ses fontes. Le Alaric avait conduit Rocan, le mastodonte qui lui servait de monture, dans les écuries du Cercle des Fées. Il déposa fontes et selle à terre, en dehors du box. Il retira en suite le harnais, gratifiant l'imposant cheval de quelques caresses sur le museau, avant de sortir du box, de le refermer, et de reprendre ses affaires. Le palefrenier et un de ses apprentis arrivaient avec nourriture et eau. Mavrag les salua, et sortit. A l'extérieur, le soleil commençait à descendre, Aelius laisserait sa place à Mizuki d'ici quelques heures. Le ciel était encore clair. La place était pleine du monde. Plus loin, la foule affluait et refluait, en direction du Marché d'Hossë. Mavrag ne s'y était pas trompé. En quittant Helmet Hall, il avait emprunté les rues les moins fréquentées, évitant ainsi d'avoir à fendre la foule avec son destrier. Le cheval de bataille se tenait tranquille, mais on ne pouvait pas toujours en dire autant des hommes. En arrivant devant la porte, les fées de l'enseigne se mirent à danser et à tourner.

Sa grande main se plaqua contre la porte, qu'il poussa sans effort en dépit de sa lourdeur. Celle-ci s'expliquait par sa hauteur et sa largeur : elle était faite pour laisser entrer un Maëldanais sans qu'il doive se mettre de côté ou se baisser. Pourtant, les épaules du Alaric frôlèrent presque le cadre. Une bouffée de chaleur et des odeurs alléchantes l'accueillirent. Le bruit aussi. Un brouhaha joyeux, peut être un peu fort. Des cris saluèrent son entrée. La moitié de ses frères et soeurs Alaric étaient attablées, la plupart ayant commencé à festoyer. Mavrag prit le temps de jeter un coup d'oeil à la ronde, cherchant les boucles noires à étincelles de l'aubergiste, Mogweed. La Versipellis n'avait pas l'air d'être en salle. Elle devait être occupée en cuisine. Elle en ressortirait sans doute en portant un plat débordant de tranches de viande rôtie, ou bien de légumes et de sauce savoureux. Les odeurs réveillèrent sa faim et sa soif. La bière et l'eau de vie Maëldanaises n'avaient pas leurs pareilles. Après plus d'un an dans le Sud, Mavrag avait hâte de gouter à nouveau à la cuisine du Nord. L'imposant chef de clan traversa la salle, et déposa ses affaires près de celles de ses compagnons, qui prenaient une sacrée place. Ses hommes se poussèrent pour le laisser s'installer. Bientôt, on lui tendit un verre de bière fraîche et mousseuse. Il s'en délecta. La bière brune du coin était délicieuse et rafraîchissante, avec un gout si particulier. On lui lança un morceau de pain, ce dernier fleurait le thym et le miel. Mavrag le rompit et mordit à belles dents, calmant un peu sa faim.

-Alors, comment est-elle ?

Il mit sa bouchée de coté pour répondre à la question. Tous ici savaient qu'il était parti présenté ses vœux à leur souverain et à sa nouvelle épouse. Les Alaric attendaient un compte rendu de l'entrevue.

-Comme une Fingal, plaisanta-t-il, plus douée pour parler agriculture que pour éviter de congédier un invité à peine celui-ci est-il arrivé.

Quelques rires secouèrent la tablée, et ses hommes partagèrent leurs avis sur la question :

-C'est toujours mieux qu'une Beathan nan ?

-Évidemment. Sans les Fingal, la moitié du royaume crèveraient de fin pendant le règne d'Athanasius.

-C'est une dryade non ? Elle doit être belle.

Mavrag sourit dans son gobelet. Il s'essuya d'un revers de manche, reposant en suite son verre.

-Une dryade, et oui, elle est mignonne. Et oui, sans les Fingal, le royaume fonctionnerait moins bien. Et n'importe quelle femme est toujours mieux qu'une Beathan.

D'autres rires éclatèrent.

-Parthalan a fait un bon choix, je regretterais presque de ne pas avoir assisté au mariage.

-A ce point là ?

Mavrag sourit et tendit son verre pour qu'on le resserve. Lui et ses hommes occupaient presque un quart de la salle à eux seuls, d'autres viendraient sans doute plus tard, poussés par la faim. Chacun dormirait où il pouvait, quitte à partager les lits les plus petits, ou à dormir dans le foin. Ils étaient bruyants, mais ils étaient heureux d'être enfin de retour. Demain, aux premières lueurs de l'aube, ils se mettraient en route pour Miervaldis. Il leur faudrait encore quelques jours à bonne allure pour atteindre leur fief natal. Des vivats lui signala que Mogweed ou quelqu'un, venait de sortir des cuisines apportant de quoi remplir convenablement leurs ventres.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 124
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Lun 16 Juin - 19:36

Depuis sa cuisine, Mogweed entendit de nouveaux vivats venus de la salle. Elle roula des yeux et sourit. Sa soeur avait levé la tête des légumes qu'elle épluchait, elle lui jeta un regard interrogatif.

-Oh, ils font ça depuis, deux heures maintenant, à chaque fois que l'un des leur pousse ma porte.

L'aubergiste s'appliquait à découper des tranches dans un jambon fumé. Autour d'elle, la cuisine était en ébullition, et ce depuis deux bonnes heures. L'arrivée massive de Alaric dans son établissement laisser présager une très bonne soirée pour elle. Depuis qu'elle les connaissait, c'est à dire depuis son autre vie de concurrente dans les tournois, elle avait commencé à fréquenter les Alaric, qui se faisaient toujours un plaisir de participer, quand la moitié d'entre eux n'accomplissaient pas quelque sale boulot quelque part dans un autre royaume. Ce clan un peu particulier de guerriers se divisait en deux, une moitié restant à Miervaldis, leur fief, l'autre s'était faite mercenaire et courait les routes. A chacun de leur retour du Sud, quand ils débarquaient à Armenelos, ils ne manquaient de passer par le Cercle des Fées. La cagnotte de Mogweed s'en trouvait quadruplée en une soirée, elle remplissait toutes ses chambres, certaines accueillant plus de locataires que d'ordinaire, ses écuries, et si ses celliers et sa cuisine subissaient le cataclysme, la soirée et la nuit étaient largement rentables pour elle, en plus d'être agréables. Leur joie de revenir au bercail était contagieuse, et sa salle baignait dans une atmosphère festive depuis leur arrivée. Depuis deux heures, les Alaric se déversaient par grappe ou bien un par un dans sa salle, et chaque nouvel arrivant était accueilli et acclamé. C'est avec le sourire que Mogweed avait distribué les clefs de ses chambres aux premiers arrivés. Ceux là avaient déposé leurs affaires dans leurs chambres, mais les nouveaux avaient formé un pyramide de selles et de paquetages dans un coin. Elle avait commencé à les servir, les faisant patienter avec d'énormes pintes de bière brune, fraîche et goûteuse, des pichets de cidre, d'hydromel et de vins, et des tranches de pains à la croûte de miel et de thym, et des galettes garnie de fromage frai et de ciboulette. Maëlle l'avait aidée à les servir, suscitant admirations et faisant craquer ces tas de muscles bourrus. Elle avait d'ailleurs laissée sa nièce en salle, elle était apte à installer les habitués, ou à venir la chercher quand il y avait besoin d'un remplissage de pichets, ou qu'une commande arrivait. Les Alaric n'étaient pas les seuls en salle, même s'ils en donnaient l'impression.

Mogweed avait embauché Dierdre en cuisine, et toutes les deux, elles s'étaient activées afin de pouvoir nourrir l'énorme et bruyante tablée. Elles avaient commencé par éplucher des légumes, pommes de terre, brocolis, choux-fleurs carottes, et avaient mis de grosses marmites d'eau à bouillir, sur les grands feux. Mogweed avait ajouté des haricots mange tout, et le tout cuisaient joyeusement. Pour les pommes de terre, elles les avait coupées en carrées pour en suite pouvoir les faire rissolées dans une généreuse quantité de beurre, afin de les rendre dorées et croustillantes, mais aussi moelleuses à l'intérieure, avec un gout presque inimitables. En suite, elle avait réclamé l'aide de gros bras en salle, pour embrocher une énorme pièce d'Earthaë, qui rôtissait à présent dans l'âtre de la salle. Mogweed l'avait enduite de miel et de moutarde, et de quelques herbes. Elle avait confié les tours de broche réguliers à un des Alaric, qui s'en acquitteraient à merveille, sous peine de gâcher le repas de ses compagnons. En cuisine, elle avait embroché des chapons qui rôtiraient ainsi tout simplement, et des épaules d'Eartheau enduites du même mélange que l'énorme morceau qui cuisait lentement dans la salle. Les odeurs embaumaient sa cuisine. Mogweed avait ensuite décroché deux jambons, et elle en découpait quelques tranches, les disposant autour des deux jambons sur deux grosses planches de bois. Le jambon permettrait de les faire patienter, et la soirée risquant d'être longue, elle avait encore une de ses sauces à préparer, brune, épaisse et pleine de goût pour en arroser les légumes simplement cuits à l'eau, ainsi que quelques tartes supplémentaires à faire pour le dessert. Les Alaric mangeraient sans doute durant des heures, et elle avait de longues heures devant elle. Sans compter les habitués. Mogweed se saisit d'une première planche de bois, sur laquelle trônait le jambon, les tranches qu'elle avait découpées, et un couteau pour qu'ils se servent eux-même. D'un coup de hanche habile, elle ouvrit la porte, lançant à sa soeur avant de sortir :

-Quand tu auras fini, il y aura des pommes à éplucher, pour les tartes. Je reviens tout de suite.

Dierdre se contenta de hocher la tête. Sa soeur allait mieux, mais l'incident avait cassé quelque chose en elle. Mogweed lui jeta un regard inquiet, comme elle le faisait depuis des semaines, mais sa soeur ne disait rien, restant muette. Maëlle, elle, avait réussi à parler, mais il était clair qu'elles avaient encore besoin de temps. L'absence de Sithys ne résolvait rien, mais Mogweed doutait qu'il revienne un jour. Elle soupira, et sortit des cuisines, souriante.

-Mesdames, Messieurs, voila de quoi faire patienter vos estomacs !

Son arrivée fut accueillie avec autant de vivats que tout à l'heure. Elle déposa sa planche et son jambon, avisant que le chef des Alaric était installé, et déjà en train de boire et de manger.

-Et bien ! Même pas un bonjour et te voila déjà le nez dans la bière et la nourriture ! Pour ça au moins, tu ne changes pas Mavrag !

La Versipellis eut un sourire sincère et joyeux. Elle n'eut pas besoin de poser la question, la silhouette flamboyante de Mahadev n'était pas là, l'Andain devait être ailleurs.

-Je vois que Mahadev t'as fait faux bond, encore le nez dans les livres, je parie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anya
Serveur/Serveuse
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 14/08/2011

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Lun 16 Juin - 23:55

Depuis quelques heures, le vieux troll pouvait en voir passer du monde. De grands hommes, des guerriers, rentrant au bercail d'après leur mines à la fois fatiguées et réjouies. Des Alarics, foi d'Erchzim, ces maëldanais là ne passaient pas inaperçus. Pas comme lui, vieux troll sans toit, ayant faim et juste un chien à ses cotés. Oh il n'en voulait à personne de pas le remarquer, dans son coin il se blottissait contre le mur, son fidèle ami contre lui et cherchait à dormir un peu pour faire passer le temps.
Cette vie il l'avait acceptée à présent, il était trop vieux pour travailler, et n'avait plus de famille. Il mangeait quand on lui offrait de quoi se payer un repas, et il avait même dès fois où la propriétaire de l'auberge des fées lui apportait quelque chose de chaud sans qu'il ne paye rien. C'était une gentille fille, elle et ses sœurs il les connaissait bien, de vue au moins. Et il y avait la petite nouvelle de la famille, une gamine et son loup qui appelait la plus jeune sœur maman. Sûrement adoptée, vu qu'il n'y avait pas tant de différence d'âge entre elles. Il renifla et ouvrit les yeux, Irz son chien s'agitant et se redressant un peu.


-Couché Irz...

Il s'arrêta de parler. Face à lui une jeune femme était penchée et gratouillait la tête de son chien. Elle était blonde, ses cheveux tombant sur son œil gauche et un sourcil étrange surplombant son œil visible, et il avait les yeux directement sur deux preuves bien évidentes de son appartenance à la gente féminine. Elle  s'accroupit sans un mot. Le vieux mendiant resté bouche bée. Il n'avait jamais vu cette fille ici, il s'en souviendrait, lui qui à défaut d'avoir des défenses, avait bonne mémoire. Elle posa son sac de voyage et fouilla dedans. Elle en sortit un sac de toile sentant la nourriture, une gourde d'eau et une couverture, qu'elle déposa devant lui. Le sac de nourriture, elle le lui tendit.

-Tiens, je pense que tu en aura plus d'utilité que moi, c'est des vivres de voyage alors tu pourras les conserver quelques temps. Et à mon avis, une bonne couverture peut aider, je me souviens qu'il fait froid la nuit ici.

Les mains grisâtres d'Erchzim se refermèrent, tremblantes, sur le sac. Irz agita la queue et lêcha les doigts de la jeune femme qui lui sourit. Elle referma son sac, et fit mine de se lever. Quand le mendiant se rendit compte qu'elle allait partir et qu'il avait pas été fichu de dire un seul mot, il émit un drôle de son peu cohérent signifiant qu'il voulait dire quelque chose. La blonde s'arrêta de se lever à mi-chemin, et leva son sourcil d'une manière interrogatrice.

-Aeuha... M-merci, merci beaucoup mademoiselle. Est-ce que tu... Tu, vous, comment je peux...

-Me remercier ? Elle sourit encore. Pourrais-tu juste me dire où est l'auberge, l'auberge... Du cercle des fées ! Je dois m'y rendre, mais je ne me souviens pas du chemin.

-Ah ! Oui je sais ! Je sais où s'est attends.

Erchzim se releva un peu vite, tirant un jappement de protestation à son chien qui ne s'était pas attendu à ce que son compagnon se redresse. Le mendiant rassembla le sac, la gourde et la couverture dans un plus grand sac qu'il traînait avec lui, usé et sale, il tenait bon et portait ses affaires vaillamment. Il mit le sac sur son dos par la suite, et Irz se mit debout, prêt à les suivre. La jeune femme semblant surprise de prime abord, qu'il se lève, puis comprit qu'il voulait juste la mener jusqu'à bon port. C'était le moins qu'il puisse faire, et ça lui fera faire un peu d'exercice. Et il y avait un bon coin pour dormir près de l'auberge, pas très sale et à l'abris du vent, il y dormirait ce soir. Sans se parler, ils se mirent en route, comprenant l'intention l'un de l'autre.
Erchzim prit le temps de la route pour détailler un peu plus la jeune femme généreuse qu'il accompagnait. Généreuse était ce qui pouvait la décrire le mieux aussi. Outre la poitrine qu'il avait eu plaisir à avoir dans son champ de vision, elle avait aussi des hanches superbes et une forme de sablier, la taille fine. Il avait toujours apprécié les femmes à la taille fine, même si maintenant elles ne l'appréciait plus vraiment. Mais dans son jeune temps, ça n'était pas le cas. Elle avait aussi de longues jambes, fuselées, et presque vertigineuses. Sûrement un effet d'optique, il savait les femmes douées pour se mettre en valeur, et se grandir, et elle devait s'aider de ses bottines à talons, et de sa jupe marron, qui semblait courtes. Mais rien n'était dévoilé, elle portait un de ses collant très opaque, qui ne laissait rien voir. En haut, elle portait une veste en cuir ouverte -certainement à cause de ses gros...- et son sac de voyage sur le dos. Quelques fois elle posait une question sur telles ou telles boutiques qu'ils croisaient, et il put aisément deviner qu'elle était déjà venue ici, enfin il y avait quelques temps car certaines boutiques avaient changées depuis. Puis enfin, leur destination se dressa devant eux. Il alla pousser la galanterie jusqu'à lui ouvrir la porte et la lui tenir pendant qu'elle lui demandait une dernière fois.


-Tu es sur que tu ne veux pas que je t'offre un repas chaud ? Ce sera toujours meilleur que mes vivres, et ça te permettra de les économiser un peu plus longtemps.

-Nan, certain. Je ne me sens pas à l'aise dans une grande foule, et la salle à l'air bien pleine ce soir. Ca ira très bien pour moi.

-Bon, je ne vais pas non plus vous trainer ton chien et toi à une table. En tout cas merci de m'avoir guidée, j'aurais errée comme une âme en peine sans toi.

-Merci à toi. N'hésite pas si tu as besoin à nouveau d'un guide.


-Et toi si tu as faim n'hésite pas non plus. Au revoir le chien.


Gratifiant d'une dernière caresse la tête du chien qui montra sa joie par un petit jappement, Anya termina d'entrer dans l'auberge. Elle n'avait pas trop changée depuis qu'elle y était venue. C'était il y a quoi... Douze ans ? Elle était adolescente et ses parents l'avait emmenée ici pour la consoler de leur déménagement proche. Avant elle n'avait pas pu aller à l'auberge, parce qu'ils trouvaient que c'était fait pour les voyageurs uniquement, alors elle était passée une ou deux fois devant l'enseigne, sans entrer. Et elle s'était doutée de quelque chose dès que sa mère avait dit de manière enjouée que ce serait bien de dîner à l'auberge pour une fois. Et même si ça avait été pour lui dire que son père avait trouvé du travail chez un de ses frères, à Halvardheim, ce qui lui semblait être le bout du monde, elle avait aimé cette auberge. La chaleur qui s'était dégagée de l'auberge, qui ne l'était que depuis deux ans à peine, lui avait plu. Le repas, l'ambiance de la salle. C'était cette auberge, et cette aubergiste qui lui avait donné l'envie de faire ce métier.
A Halvardheim, elle avait arrêté d'étudier à ses dix-huit ans, pour aller apprendre le métier de cuisinier. Tout d'abord ce fut trois ans passés dans les cuisines du château, puis quand elle se présenta à l'auberge, avec une lettre de recommandation de son maître cuisinier, elle fut acceptée par l'aubergiste, Kerlam. Entre temps, elle se forgea son petit caractère en côtoyant les gens de mines. Les garçons s'intéressaient à elle, et elle a eux, mais ils étaient bourrus, et quelques fois bourrés. Elle se trouva un second maître en plus de l'aubergiste, un pour apprendre à se défendre, et ce dernier lui apprit à se défendre principalement à l'aide de ses jambes. Pourquoi ses jambes ? Parce qu'un cuisinier à besoin de ses mains pour cuisiner pardi, et elle démontra qu'elle avait des jambes à la force extraordinaire, sûrement grâce à sa parenté sidhe. Et c'était maintenant, cinq ans après le début de son apprentissage en auberge, douze ans après que cet endroit et sa propriétaire ne lui ai donné son coup de cœur pour ce métier, elle était là. Accueillie par une charmante demoiselle, aux cheveux savamment relevés par une flamboyante pince.


-Bonjour et bienvenue au cercle des fées !

-Bonjour ! En voila une bien adorable petite réceptionniste, la fillette sourit largement, je recherche l'aubergiste, Mogweed.

-Tata ? Là bas, avec le grand monsieur, au milieu des autres grands monsieur, et devant le jambon.

-Ah, merci beaucoup mademoiselle.

Le cœur battant Anya avait pu voir de visu les boucles étincelantes de celle qui lui avait donné l'amour de la cuisine, de la réception, du contact humain. Mais aussi son second amour, les hommes. Mais attention, pas n'importe lesquels, les vrais, ceux qui sont musclés, cicatrisés, viril et qui lui font avoir un frisson qu'en les regardant. Comme tout ceux qui entouraient l'aubergiste en ce moment même, et qui composait la quasi totalité de la clientèle. C'était toujours comme ça ? Si oui, elle voulait vivre dans cette salle, et y travailler gratuitement s'il le fallait. Elle avança vers son objectif: Les hommes, enfin, l'aubergiste, l'aubergiste. Elle s'infligea une douche froide mentale. D'abord, le travail, son maître ne l'avait pas recommandée à Mogweed par lettre pour qu'elle gâche tout en se mettant à papillonner de l'œil devant des clients, si attirants étaient-ils. Elle eu a gorge nouée deux secondes avant que Mogweed ne se tourne vers elle.
Et si l'aubergiste n'avait pas reçu le courrier de Kerlam, son maître, qui l recommandait en temps qu'aide et aubergiste, mettant en avant ses qualités ? Son maître avait ajouté que si elle n'avait pas de travail à proposer à Anya, elle serait gentille de voir si quelqu'un avait besoin d'elle, lui même devant prendre un nouvel apprenti dans le cadre des échanges cette fois, et ne pouvant plus offrir de travail à la jeune femme. Elle n'eu pas le temps de réfléchir plus car les yeux de Mogweed étaient sur elle, et il fallait qu'elle dise quelque chose.


-Bonsoir. Je suis Anya, mon maître, enfin, ancien maître, Kerlam, a du vous envoyer une lettre. Enfin si elle est arrivée, j'espère...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mavrag
Mercenaire
avatar

Peuple : Thuatann
Second(s) Métier(s) : Chef du clan Alaric
Nombre de messages : 11
Localisation : Là où les Alaric vont.
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Mer 18 Juin - 14:42

Les vivats redoublèrent lorsque ses frères et sœurs Alaric virent le jambon fumé que l'aubergiste apportait sur une énorme planche de bois. Mogweed Fardale traversa la salle de son pas énergique, comme si ce qu'elle avait entre les mains ne pesait rien. Mavrag la connaissait depuis l'époque où elle sillonnait les routes, participant aux tournois. Elle avait gagné parfois, et de façon suffisamment éclatante pour qu'elle se soit bâtie une réputation qui était même parvenue aux oreilles des Alaric. Quant à l'auberge, les Alaric et lui ne manquaient jamais d'y séjourner, même le temps d'un repas, lorsqu'ils mettaient à nouveau le pied sur leur chère terre du Nord. Le Cercle des Fées leur offrait les premiers goûts du souvenirs, ravivant leur amour pour leur terre, ne faisant qu’exacerber leur joie. Ici, ils festoyaient jusqu'à plus faim et plus soif, repartant au petit matin dans un bruit de tonnerre. C'était presque devenu un rituel, comme s'ils avaient besoin de ça pour être sûr d'avoir le meilleur retour possible. Certains ne venaient pas, comme la moitié de ses hommes, partis pour Miervaldis, avec l'aide de Ceallach, ils les rattraperaient peut-être dans la lande.C'était une chance pour Mogweed, que tous les Alaric qui chevauchaient et parcouraient le monde avec lui, ne soient pas tous venus, où la salle aurait été plus que pleine. Elle semblait déjà déborder de monde, et cela était sans doute du à leur bruyante façon de célébrer leur retour. Les rires, les cris, les braillards s'en donnaient à coeur joie, hommes comme femmes. Le jambon fut accueilli par des applaudissements et des vivats, au point que Mavrag se demanda si le jambon n'était pas mieux accueilli qu'il ne l'avait été. Des mains avides s'en emparèrent, ses hommes se mirent à faire le service, servant leurs voisins et faisant se passer des tranches ou le jambon lui même, avec une efficacité presque toute militaire. Mogweed l'apostropha, avec sa familiarité habituelle. Il leva son verre, hochant la tête en guise de bonjour.

-Je ne fais que mon devoir de faire honneur à ta table.

Il ne plaisantait qu'à moitié en disant cela. Les Alaric étaient peut-être des brutes braillardes, mais ils faisaient toujours honneur à leur hôte, quel qu'il soit, et quel que soit le repas. C'était une question de respect. Enfin, dans le cas de Mogweed, le festin était payé. Un festin qui s'étalerait sur plusieurs heures, et où certains s'effondreraient, roulant sous la table, envoyés dans les limbes par l'alcool ingurgité. D'autres resteraient éveillés presque toute la nuit, partageant des histoires au coin de l'âtre, un dernier verre à la main. Certains se lèveraient pour aller pisser un coup, et d'autres attraperaient les endormis pour les trainer jusqu'à l'étage ou dans les écuries. Les moins atteints par la gueule de bois réveilleraient les autres demain matin, et les plus récalcitrants auraient droit au fameux seau d'eau froide en plein visage.

-Tu ne changes pas beaucoup non plus Mogweed Fardale.

Mavrag la gratifia d'un de ses rares sourires. Il était vrai que si lui ne perdait pas ses habitudes, ou sa façon de vivre, le temps ne semblait pas avoir de prise sur elle. Elle avait bien quelques rides au coin des yeux, mais cela ne faisait qu'ajouter à son charme. Elle ne s'était pas départie de cette façon de faire jaillirent des étincelles de ses cheveux à chacun de ses mouvements. Les Versipellis pouvaient avoir l'air de ce qu'ils voulaient, ils faisaient d'ailleurs de formidables espions ou éclaireurs, Mavrag en savait quelque chose, mais certains devenaient fous à force de s'inventer des personnalités. Mogweed, elle, avait choisi cette apparence, et elle l'avait déjà durant le temps où elle était une guerrière. Elle avait fait chavirer bien des cœurs, mais n'avait jamais pris de mari. Mavrag savait son cœur pris, et il fait en sorte qu'un de ses frères ou sœurs ne viennent la troubler à ce sujet. Il appréciait sa cuisine et son hospitalité, il ne comptait pas qu'un imbécile vienne tout gâcher. Même Mahadev s'y était fait. C'était lui qui lui avait appris que l'aubergiste avait quelqu'un. Et c'était du temps où elle venait de lancer son affaire, ou bien peu après. Mavrag n'y attachait guère d'importance.

-Tu le connais bien. Il doit encore être à trainer à l'université. Peut-être nous fera-t-il le privilège de pointer sa tête enflammée ici, je l'ignore. Je crois qu'on te réclame.

Le chef des Alaric s'était assis de manière à avoir la porte en face de lui. Une vieille habitude. Et les habitudes étaient dures à perdre, même chez soi. Il avait vu la blonde entrer, ou plutôt, on l'avait faite entrée, mais le Troll qui l'avait accompagnée, ne l'avait pas suivie à l'intérieur. Sur le pas de la porte, elle lui avait dit au revoir, et s'était en suite mise à scruter la salle, à la cherche de Mogweed. Elle s'était avancée d'un pas décidé, ayant l'air de ceux qui viennent pour demander quelque chose. Un air qu'il connaissait bien. Les jeunes Alaric avaient le même lorsqu'ils venaient lui demander d'être intégrer à la troupe de mercenaire. Il vit ses yeux s'attarder sur la tablée, sa résolution fléchir, perturbée, avant qu'elle ne se reprenne, et elle alla se plante derrière Mogweed. Mavrag but une nouvelle rasade de bière, alors que le jambon passait sur ses yeux. Quittant les deux femmes du regard pour se couper quelques tranches, il le passa en suite à son voisin, qui s'en empara en riant à une blague de la femme assise à coté de lui. Mavrag vit que certains de ses frères regardaient la nouvelle venue. Le Alaric se racla simplement la gorge, fronçant légèrement les sourcils. Ce qu'elles se disaient ne les regardaient pas. Ses hommes prirent un air contrit, et s'en retournèrent se préoccuper de leur estomac.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 124
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Jeu 19 Juin - 17:14

-Oh, attention, pour un peu, je pourrais croire que tu essaies de me flatter, Mavrag des Alaric.

Le sourire de Mogweed se fit plus large. Le chef des Alaric n'était pas particulièrement connu pour sa joie de vivre, mais c'était un homme, qui en dépit des apparences, avait bon cœur. Et il était suffisamment doué pour tenir sa bande de guerriers qui lui obéissaient presque au doigt et à l'oeil. Il y avait du respect chez les Alaric, et cela sentait à travers eux et à travers les relations que chacun entretenaient au sein du groupe. A Miervaldis, c'était la même chose. Ils étaient peut-être un peu porté sur les traditions, et quelques fois un peu rigides, mais Mogweed ne s'en formalisait pas. Elle comprenait. Et n'importe quel Maëldanais était attaché ses traditions, et était fier de celles-ci, de son pays. Même si les clans aimaient autant se taper dessus que de faire la fête. Elle-même était fière d'être Maëldanaise et de servir une cuisine typique. Elle secoua la tête lorsqu'elle l'entendit parler de Mahadev. Le frère de Mavrag était un peu particulier, et n'avait pas l'air d'un Alaric. Mahadev était un mélange de flammes, d'Aérial et d'humain. Il était sans doute le plus excentrique de tout le clan réunit. Il vouait aussi une passion incommensurable aux livres, aussi, cela n'étonna pas Mogweed d'entendre parler de l'université. Elle allait répondre, quand elle sentit une présence dans son dos. Mavrag la lui désigna d'ailleurs. L'aubergiste pivota et une gerbe d'étincelles jaillit de ses cheveux pour s'évanouirent dans l'air en retombant. Une jeune femme blonde se tenait devant elle. Ses cheveux cachaient un de ses yeux bleus, et l'autre était surmonté d'un sourcil se terminant en spirale. Une coquetterie de Versipellis peut-être ? Mogweed remarqua aussi ses jambes vertigineuses. Elle n'était pas la seule. Les deux Alaric qui les encadraient dévisageaient presque la blonde.

-Oui ?

Ah. Mogweed se mit à fouiller dans sa mémoire. Avait-elle reçu une telle lettre ? Le nom de maître Kerlam ne lui disait rien. Elle ne se souvenait pas l'avoir lue. Mais ces derniers temps, elle n'avait pas vraiment été très... concentrée. Ce qui s'était passé avec Dierdre l'avait chamboulée, et l'état de sa sœur l'inquiétait. Même maintenant. Quelque chose s'était cassé en Dierdre, et Mogweed savait que cela ne venait pas forcément de l'incident, mais plutôt de la disparition de Sithys. Contrairement à Maëlle, qui en parlait librement, Dierdre n'en disait pas un mot. Et puis... Mogweed avait aussi pensé à Hart, se demandant comme son ranger se portait, s'il viendrait bientôt. Il lui manquait soudainement. Elle se souvenait avoir eu des nouvelles par sa sœur, Lindir, et donc avoir reçu des lettres. Elle soupira. Un raclement de gorge rappela à l'ordre les deux Alaric qui s'en retournèrent mettre le nez dans leurs verres. Mogweed prit un air désolé, qui était sincère. Elle était même assez embarrassée. Cela ne lui ressemblait pas de ne pas se souvenir.

-Je suis désolée, je ne me souviens pas d'avoir reçu une telle lettre. Et le nom de Kerlam ne me dit rien.

Autrefois peut-être, alors qu'elle sillonnait les routes. Elle aurait peut-être su. Mogweed remit nerveusement une boucle noire en place, alors que de minuscules étincelles se mirent à flotter dans l'air. Elle n'eut pas besoin de réfléchir pour poursuivre :

-Je vais voir si je ne peux pas retrouver cette lettre. J'ai été assez occupée ces derniers temps, peut-être que je n'y ai pas fait attention, ou que je ne l'ai pas encore lue. Suis moi, nous serons plus tranquille pour parler en cuisine qu'ici.

Elle fit signe à Anya de la suivre. Elle sourit et fit un clin d’œil à Maëlle qui discutait avec un client qui l'écoutait à la fois attentif et amusé. Sa nièce pouvait être surprenante, et quand il s'agissait de raconter des aventures - les siennes souvent - elle arrivait presque à la cheville de Dierdre, et tout prenait une dimension héroïque. Elle traversa la salle bondée et poussa la porte de la cuisine, où elle s'engouffra. Dierdre avait commencé à éplucher des pommes, elle releva la tête.

-Ma sœur, Dierdre, fit-elle en guise de présentation.

Mogweed continua jusque dans l'arrière cuisine, où elle ouvrit une seconde porte, dévoilant une pièce minuscule, mais qui contenait un petit secrétaire, et une solide armoire de métal, fermée par un système de serrures magique. Au dessus de secrétaire, une étagère à casier, d'où dépassait quelques papiers. Elle rangeait là ses lettres, après les avoir trier. Les lettres les plus personnelles étaient ailleurs, mais les autres, étaient ici. Elle se mit à fouiller, cherchant une missive de maître Kerlam.

-Comme je te le disais, il s'est passé beaucoup de choses ces derniers temps, j'ai bien peur d'être passée à coté. J'ai une bonne mémoire d'habitude, normalement je devrais m'en souvenir si je l'avais lu ou même reçu, mais cela ne coûte rien de vérifier. En attendant, raconte moi plutôt pourquoi tu es venue me trouver. C'est pour travailler ici j'imagine ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anya
Serveur/Serveuse
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 14/08/2011

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Jeu 19 Juin - 23:19

Elle se sentait observée par plusieurs paires d'yeux. Certaines purement masculines, et quelques unes féminines, et partout dans l'auberge. Anya s'en sentait flattée, et prit même appui plus sur une hanche que l'autre, la faisant légèrement chalouper d'un coté à l'autre dans un mouvement gracieux et naturel. Ses bras elle les fit se croiser par derrière elle, pour éviter d'avoir l'air d'une cruche les bras ballants, et d'une enfant si elle les avait mit devant elle. Ses yeux à elle étaient fixés sur l'aubergiste. La métisse attendit que Mogweed termine de réfléchir, mordillant l'intérieur de sa lèvre en sentant que la lettre n'était pas parvenue jusqu'à sa destinataire. Dans ce pli se trouvait toutes ses recommandations, si il avait été perdu, elle les perdait elles aussi, et pour de bon. Elle pourrait toujours demander de nouvelles lettres à ses anciens maîtres, mais ce serait long, et elles ne seraient pas les même. Il pouvait aussi avoir simplement du retard. Après quelques secondes, l'aubergiste déclara qu'elle n'avait peut-être tout simplement pas eu le temps de la lire. La blonde eu un petit soupire soulagé. De toutes manières, si le pli n'était pas arrivé, elle se vendrait elle même, demandant à faire ses preuves directement. Elle n'aurait simplement pas de support ou d'appréciation de personnes extérieures.
Lorsque la brune lui demanda de la suivre, Anya avança une jambe avec lenteur, puis elle la suivit tout à fait normalement, sans pour autant oublier d'offrir un regard doux à l'un des hommes attablé qui la regarda brièvement lorsqu'elle fut à son niveau.


-Bien sur, je te suis.

Le tutoiement lui vit naturellement après que Mogweed la tutoie elle même. Son cœur battait la chamade. Elle avait une sensation semblable à celle ressentit lorsqu'elle était arrivée chez Kerlam, à la différence près qu'il n'était pas quelqu'un d'important pour elle à l'époque, il n'était qu'un tremplin pour se lancer dans sa grande aventure. Puis il était devenu comme un oncle avec qui elle passait du temps et qu'elle respectait, et puis, un peu avant qu'il soit question qu'elle parte, ils étaient simplement devenu ami, sans cette notion de patron et employée. Anya était devenue son égal, une aubergiste talentueuse qui avait juste besoin de sauter dans l'aventure des deux pieds, même si elle lui avait dit qu'elle préférerait peut-être continuer à travailler pour quelqu'un, pour être sûre d'être à la hauteur, même si pour lui, elle était prête, mais juste pas assez confiante en elle. C'était vrai qu'en matière de travail, elle se remettait beaucoup en question, et n'avait pas l'impression d'être assez bien. Mais étrangement, en matière de séduction, elle était sûre d'elle lui avait rétorqué Kerlam un soir après le service. Il lui avait dit qu'elle devrait peut-être draguer sa cuisine et son linge de lit pour avoir plus confiance en elle. Pour la défense de son maître, il était tard le soir, et quelques verres avaient été consommés avant cette tirade.
Elle s'engouffra derrière Mogweed, et salua sa sœur, Dierdre d'un large signe de tête accompagné d'un sourire radieux. Est-ce qu'elle l'avait vue il y a douze ans ? Elle ne se souvenait pas, elle n'avait en tête que l'aubergiste et sa chaleureuse petite salle de l'époque. Elle termina de suivre l'aubergiste dans une petite pièce qui était le centre administratif de l'auberge, et postal
.

-Tu dois recevoir beaucoup de courrier, et avoir pas mal de travail, ce n'est pas si grave si tu ne te souviens pas d'une lettre. J'espère juste qu'elle n'est pas perdue ailleurs, donnée au mauvais coursier, il y avait mon premier courrier de recommandation à l'intérieur, il a une valeur sentimentale.

Lavarnia lui avait mis cette lettre entre les mains un matin, quand elle était arrivée pour travailler. La cuisinière lui avait dit qu'elle devrait se bouger les fesses et aller voir à l'auberge un vieil ami, Kerlam. Elle n'avait plus rien à lui apprendre sur la cuisine en elle même, et même si elle devait se perfectionner, c'était auprès de quelqu'un qui lui apprendra son métier et non pas qu'une partie. Elle l'avait ensuite boutée hors du bâtiment en lui beuglant qu'elle ne remette plus les pieds ici sans un autre emploi. Son premier maître avait des méthodes bien à elle.

-Et oui, je suis venue dans l'ambition de travailler ici. Enfin, si tu as du travail à me donner, je ne tiens pas à être payée à ne rien faire, et je pense que toi non plus tu n'apprécierais pas. Si tu n'as pas de travail et que tu sais que quelqu'un cherche de l'aide, en auberge, ou en cuisine, si tu pouvais me l'indiquer... Mais sache que la première fois que j'ai mis les pieds dans une auberge, c'était celle-ci.

Anya prit le chambranle de la porte comme appui, nostalgique dans ses paroles et son regard qui ne lâchait que peu l'aubergiste aux boucles brunes. Dire qu'elle s'en souvenait comme si c'était hier n'était pas du tout mentir, parce que chaque petits détails lui étaient restés en mémoire. Sa main alla sous son menton, son coude tenu par son autre main.

-C'était il y a douze ans à peu près, et mes parents voulaient me faire avaler plus en douceur qu'on allait déménager à Halvardheim, le fin fond du monde pour moi. Ils ont eu la bonne idée de m'emmener ici, parce que la chaleur de la salle, celle du repas fait avec du cœur, celle que tu dégageais, ça m'a fait oublier que je n'avais aucune envie d'y aller. C'est comme ça que je me suis dis que je voulais travailler dans ce genre d'ambiance, et pourquoi pas un jour recréer ma chaleur, mes repas, ma salle... Mais bon, ouvrir une auberge c'est pas du jour au lendemain.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 124
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Ven 20 Juin - 16:44

-D'ordinaire, je me souviens de ce qu'on m'envoie. Je ne reçois pas tant de lettres que ça.

Ses doigts soulevaient les lettres, ou les écartaient, selon la façon dont elles étaient rangées, à plat ou bien à la verticale, dans les petits casiers en bois de l'étagère. Mogweed avait poussé la chaise de devant le secrétaire, et s'était penchée en avant, pour mieux voir ce qu'elle faisait. De temps en temps, elle tirait une lettre, pour en regarder le contenu, avant de la remettre à sa place. Cela ne lui ressemblait pas d'être passé à coté d'un courrier de ce genre, mais enfin, personne n'était infaillible. Elle avait pris un air concentré, les sourcils légèrement froncés, alors qu'elle fouillait et retournait à présent les papiers qui se trouvaient sur le plateau du meuble où elle faisait sa comptabilité, gérait ses stocks, et répondait parfois à son courrier. Elle hocha la tête aux paroles d'Anya.

-Oui, en général, j'évite d'embaucher quelqu'un pour qu'il se tourne les pouces. Ce ne serait pas très correct.

Mogweed ouvrait à présent les tiroirs, elle regarda à l'intérieur de quelques uns. Elle se redressa, s'arrêtant, le sourcil toujours froncé, les poings sur les hanches. Elle fit un tour d'horizon de la petite pièce, cherchant où elle avait pu mettre cette lettre, si elle était jamais arrivée, par tous les tours de Feardorcha ! Elle se dit que Rune cachait parfois trop bien ce que les gens cherchaient. Elle écoutait pourtant Anya, et eut un sourire, qui lui fit retrouver toute sa chaleur. Elle se tourna vers la nouvelle venue, dans une nouvelle gerbe d'étincelles.

-Halvardheim hein ?

Elle se mit à rire.

-On ne peut pas dire que j'aurais été ravie moi aussi, d'avoir à quitter Armenelos pour la cité des mines. Mais enfin, elle a son charme. Mais quand on est enfant, on est rarement heureux de quitter ce qui a été son chez soi pendant longtemps.

L'aubergiste se souvenait de sa propre réticence à partir de la demeure familiale de Borghild, il y avait... Il y avait tant d'années maintenant, qu'elle se souvenait parfois à peine de à quoi avait ressemblé l'intérieur de leur maison. Elle se souvenait de la cuisine, où elle avait passé du temps avec son père, et de la salle de séjour, mais pour le reste... Et puis, elle s'était mise à avoir les voyages dans le sang quand elle avait commencé son périple sur les routes avec Katasha. Elle nota dans un coin de sa tête, qu'il faudrait qu'elle prenne des nouvelles de la guerrière orc, qui devait toujours fracasser des boucliers et briser des os durant les tournois.

-Aha !

Une révélation venait de la frapper. Sans doute un coup de pouce d'Hikmat ou de Lior, lui montrant la voie. Elle les remercia tous les deux, et ouvrit, derrière elle, l'armoire de métal, d'une simple pression de ses doigts sur le mécanisme. Ce dernier se mit en branle, cliquetant plusieurs fois, avant que la porte ne s'ouvre d'elle-même. Mogweed ouvrit en grand les deux battants, disparaissant derrière.

-J'ai mis un peu moins de huit ans pour réunir l'argent nécessaire, avant d'ouvrir le Cercle des Fées. Et ce n'était qu'un modeste établissement au début. Mais Lior m'a sourit, et les clients n'ont jamais cessé d'affluer. Cela doit te faire bizarre, si tu n'étais jamais revenue, de voir que tout est plus grand ici maintenant, enfin sauf tout... sauf cette pièce. Non, pas là dedans non plus...

Mogweed referma l'étroite armoire, et refit un tour sur elle-même, scrutant la pièce. Avant de prendre un air exaspéré, et de tirer, le coin d'un morceau de papier, dépassant d'entre deux gros registres de comptes.

-Ce qu'on cherche le plus est toujours sous notre nez... Au moins, elle n'a pas été perdue. Je tenais quand même à te la rendre, tu risques d'en avoir besoin.

La Versipellis tendit la lettre soigneusement rangée dans son enveloppe. Elle se souvenait l'avoir lue, mais n'y avait pas plus prêté attention que ça, n'ayant alors pas le projet de prendre quelqu'un pour travailler avec elle. Elle vit au regard d'Anya qu'elle avait compris. Mogweed était sincèrement navrée.

-Je peux te prendre pour cette soirée, j'ai besoin de bras, et ça m'évitera d'avoir à courir après mes aides occasionnelles habituelles. Comme tu as pu le voir, il y a du monde. Plus que d'ordinaire avec tous ces Alaric. Si tu leurs fais bonne impression, en gros, tu leur donnes de quoi se remplir le ventre, je glisserai un mot à leur chef. Ils ont toujours besoin de monde à Miervaldis, les gens bougeant beaucoup par là. Je ne sais pas étonnée qu'il y ait une place pour toi dans une auberge. Qui sait, tu pourrais même te lancer dans ta propre affaire plus tôt que tu ne le crois... Et que ça te va ? Si non, je t'emmènerais à Aeguishor demain, ils se tiennent à jour au niveau des demandes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anya
Serveur/Serveuse
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 14/08/2011

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Dim 22 Juin - 0:30

Alors qu'elle se remémorait les images de la petite salle de l'époque, Anya pu voir l'aubergiste chercher. Son acharnement fit plaisir à la jeune femme, mais lui fit un peu peur. Si la lettre n'était jamais arrivée, et qu'elle ne la revoyait plus, et si Mogweed n'avait pas de travail pour elle, ce serait un peu plus difficile d'en trouver avec juste un sourire et une présentation dynamique. La preuve était Kerlam, il lui avait fallut la lettre de Lavarnia pour le convaincre totalement. Quand elle évoqua son déménagement, et surtout l'auberge de l'époque, Mogweed eu un sourire qui lui rappela instantanément celui qu'elle avait eu en leur apportant leurs plats et qui lui avait réchauffé le coeur. Son rire fut aussi un peu contagieux, tirant quelques éclats à Anya. Oui elle avait cru qu'on l'envoyait aux cachots ou carrément dans les mines en elles même quand on lui avait annoncé.

-Elle a son charme en effet, finalement je m'y suis fait, mais c'était quand mêmepeut-être un peu trop froid et trop minier pour moi.

La métisse y crut lorsqu'une exclamation de victoire s'était échappée de la bouche de l'aubergiste, mais en fait, ce n'était pas une exclamation de victoire, mais plus une de révélation, de celle qui vous fait vous dire "mais oui c'est bien sur". Mogweed regarda sur les étagères de l'armoire, mais ne sembla vraisemblablement pas trouver ce qu'elle recherchait. A la réflexion que ça devait sembler bizarre à la jeune femme, de revoir l'auberge après tant d'année, Anya se décolla du chambranle de la porte.

-Oui, mais ça m'a fait plaisir de voir que c'était bien plus grand, ça veut dire que l'auberge a du succès, donc que je ne suis pas la seule a avoir trouvé de la chaleur dans ta salle.

Ce ne fut pas sans un peu de peine pour l'aubergiste qu'elle la vit se retourner encore. Elle avait une salle pleine, et donc beaucoup de travail, il faudrait qu'elle lui dise de laisser tomber, au moins pour ce soir. A peine commença-telle à entr'ouvrir les lèvres, que Mogweed tirait la lettre d'entre deux registres. Soulagée, Anya referma les lèvres, et prit la lettre, non sans un petit pincement au coeur. Mogweed venait de dire qu'elle en aurait besoin, cela ne pouvait signifier qu'une chose, elle n'avait pas besoin d'aide, donc aucun travail pour elle. C'était dommage, vraiment dommage. Elle glissa son sac devant elle afin de ranger soigneusement le pli, pour le ressortir lorsqu'elle en aurait l'utilité.
L'aubergiste lui expliqua dans le même temps qu'elle acceptait de la prendre au moins pour cette soirée là, l'auberge était pleine et un coup de main n'était pas de trop. Elle lui proposa d'ensuite parler au chef des Alarics pour qu'ils l’emmènent avec eux, ayant toujours besoin de monde chez eux. A la mention du nom Alarics, il ne fallut pas longtemps à Anya pour faire le rapprochement entre le nom, les récits, et les hommes débordant de muscles et de testostérone de la salle. Mais oui, les Alarics, ces grands guerriers qui ne manient pas la magie et qui sont connus et reconnus pour leurs exploits au combat. Leur forces, leur courage, et leur virilité n'étaient plus à refaire.


-Si ça me va ??

Ses yeux durent se remplir d'étoiles. A la mention que Mogweed voulait glisser un mot pour elle, pour que ces hommes, les Alarics, l'emmène avec eux, dans leur cité, pour servir ou tenir une de leur auberges, elle avait cru se trouver dans un rêve. Anya sourit, dévoilant un sourire aussi radieux que sincère.

-Bien sur que ça me va ! Tu peux compter sur mes bras et moi ce soir, et si après tu peux en effet glisser un mot sur moi, je crois que le jour où j'aurais ma propre auberge je t'y dédirais un autel.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Lun 23 Juin - 22:30

Maëlle était entrain de raconter son incroyable après midi à un client qui lui avait demandé où elle avait eu sa jolie pince. Elle lui avait donc expliqué l'histoire en détail. Kalem, le monsieur qu'elle devait guider dans le marché pour des vêtements et le forgeron, avait justement besoin de vêtement et de faire réparer une énorme armure qui bouge. Si, si, qui bouge toute seule, elle l'avait vue de ses propres yeux à elle, enfin ce n'était pas trop la question du comment, la question c'était de savoir comment elle avait eu sa pince.
Donc ils étaient partis aux marchés, tata Mogweed prêtant un manteau anti-pluie à Kalem et lui demandant de bien fermé son manteau à elle, pour éviter d'attraper du mal. Bien sur Reineen était venu avec eux, parce qu'ils leur fallait un vrai garde du corps, et que le loup devenait tout rond et tout feignant à force de rester près du feu et de manger, et il avait eu du mal à bouger au début, mais finalement, il avait tellement aimé aller dehors que là il patrouillait autour de l'auberge, trottinant et revenant un peu à l'intérieur pour boire. Tata avait dit que c'était parce qu'il s'était rendu compte qu'il avait besoin d'exercice, voila pourquoi. Donc, une fois dehors, elle avait prit son rôle de guide trèèès au sérieux. Il s'agissait de ne pas perdre son client, et de l'emmener là où il avait besoin, pour qu'il soit satisfait de sa visite à Armenelos. En même temps il n'était pas d'ici vous vous rendez compte ?
Ca se voyait à ses vêtements, puis il mangeait pas beaucoup aussi. Maëlle lui avait montré toutes les échoppes et lui avait dit tout ce qu'elle savait. La maîtresse disait souvent qu'il fallait partager ses connaissances avec les gens, pour que tout le monde soit savant alors elle lui avait tout dit.

A l'échoppe des vêtements elle avait acheté la pince qu'elle voulait depuis longtemps. Oui elle avait oublié de le dire, tata lui avait donné de l'argent pour qu'elle puisse la prendre, un peu comme un salaire pour guider Kalem en fait, c'était très gentil nom ? En plus cette pince était la plus belle de toute, et la marchande, Meena, elle se souvenait de son nom, lui avait offert un collier pour aller avec. Mais Maëlle l'avait donné à Reineen, comme on fait un cadeau à sa meilleure amie, pour rester les meilleures amies du monde pour toujours, elle avait donné ça à Reineen pour lui montrer combien elle l'aimait fort. C'était son loup à elle, elle l'avait trouvé un jour dans le bosquet qu'il y avait près de la maison. Elle lui avait donné son gouter, et ils ne s'étaient plus jamais quitté depuis.
Une fois à l'auberge, elle avait montré sa jolie pince et le joli collier de Reineen à maman et tata, tout en clamant que Kalem avait dit qu'elle était une très bonne guide, et qu'il était content. Maman avait eu un sourire, pas aussi souriant qu'avant, mais ça lui avait suffit pour qu'elle se sente fière. Elle était une petite fille bien, presque parfaite peut-être. Puis quand les grands monsieurs étaient arrivés, tata et maman avaient vite été débordées, alors elle les aidait. Elle avait même servit des bières aux grands monsieurs, en expliquant que sa tata avait un peu trop de travail, alors elle serait un peu leur serveuse. Certains lui avait dit qu'elle était la plus mignonne des petites serveuses, et que Mogweed avait de la chance qu'elle l'aide. Encore une fois, elle s'était sentit toute fière. Elle avait accueillit des gens qui étaient entrés, pour leur montrer les tables libres, ou tata, comme pour la dame aux longues jambes et blonde. Puis elle était venu le voir pour prendre la commande et elle lui avait expliqué comment elle avait eu sa pince...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalem
Technomage
avatar

Peuple : Elfe noir
Nombre de messages : 43
Localisation : Loin de Cemenwin...
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Mar 24 Juin - 2:53

Absence du Créateur ; dernier ordre émis : "Tu obéiras à cette charmante femme le temps que je ne serais pas là, comme si c'était moi qui te parlais à travers elle." Prise de l'empreinte de Versipellis femelle désignée
[ANALYSE EN COURS]
Utilisateur MOGWEED FARDALE -> Empreinte par défaut si absence du Créateur.
Ordre de mise en veille émis [MODE VEILLE ACTIVÉE]

...

- Attente de nouveaux ordres -

...

/!\ ALERTE /!\ Empreinte connue détectée : Créateur [MODE VEILLE DÉSACTIVÉ]



Les senteurs délicieuse de l'auberge nous accueillîmes, alors que nous revenions Maëlle et moi de notre petit périple, avec une impression étrange de rentrer "à la maison" ; un lieu accueillant, chaleureux. Bien loin de Cemenwin, qui me semblait brusquement bien plus froide... Je ne fus pas surpris de voir Aeril dans un coin ; son cœur cristallin, imprégnée d'une conscience éthérée, avait plus que certainement perçue ma présence. Son casque déchirée tourné dans ma direction, elle semblait me regarder, bien que n'ayant pas d'yeux ni d'un sens de la vue que nous pourrions seulement imaginer...
Souhaitant profiter de mes acquisitions, je décidai de prendre congé, et remerciai chaudement Maëlle pour cette visite, ainsi que Mogweed qui m'avait conseillé une guide aussi exceptionnelle ! A ceci fut ajouté que je désirais la clef de ma chambre ainsi que pouvoir me débarbouillez.

C'est ainsi que je pus avoir accès à ma chambre. Aeril se désactiva dans un coin sur mon ordre, me laissant seul pour ouvrir le paquet reçu au marché. Chaussures, chaussettes, pantalons, vestes et pulls, seul le sous-vêtement n'avait pas de change, et je m'en rendit compte un peu tard. Tant pis, pensais-je, je le laverais et cela n'y paraîtrais pas ; le froid et la pluie me préoccupaient bien plus, et ce n'est pas comme si je songeais à me dévêtir pour une demoiselle.
Je pris tout le nécessaire pour me vêtir, et choisis la veste en feutrine puisque je ne songeais pas à sortir pour la soirée et rangea le reste. Trouvant rapidement les bains, je suivis les quelques recommandations de la tenancière et pris serviette et savon là où il fallait, avant d'abandonner mes frusques dans un coin, et entourant mes hanches d'un minimum d'intimité avant de me décider à retirer la crasse qui me recouvrait depuis... depuis combien de temps déjà ? Cela me parut encore plus urgent de me laver à cette pensée.

Quelle sensation délicieuse que celle d'être propre ! La douche était désormais coupée, l'eau dégoulinant le long de ma peau noir, perlant le long de ma chevelure de neige. Un sentiment exquis de paix m'enlaça, comme si ces derniers jours venaient de disparaître dans le siphon. Un coup de serviette me sécha, puis je sortis pour me rhabiller au plus vite, jetant un regard dédaigneux à mes vieux habits sales. Je m'en débarrasserais plus tard, songeais-je.
Je retournais un instant dans ma chambre, m'allonger quelques instants. Une chambre rustique, Maëldanaise. J'étais à Armenelos, oui. C'était comme is je ne le réalisait que maintenant. Un pantalon imperméable d'un marron sombre terreux, des chaussures épaisses rembourrés de chaussettes en laine, une la veste en feutrine noir par-dessus un pull plutôt léger. Une nouvelle vie, un nouveau lieu. J'avais beau être ici depuis le midi, c'était à ce moment précis que je réalisais.

"Pas ce soir, Aeril... je vais savourer seul ce petit plaisir... penser à moi pour une fois..."

Difficilement, je me relevais, quittant le matelas si confortable pour répondre à l'appel de mon estomac. Refermant la porte sur mon trésor le plus précieux avec un tour de la clef qui finit dans ma poche, mes oreilles fines et en pointes perçurent le brouhaha de la clientèle qui venait prendre le repas du soir. J'eux un peu peur, n'ayant pas l'habitude de l'animation d'une bonne auberge. Tolceleg, c'était autre chose, j'avais Aeril et un pirate avec moi, et puis je savais à quoi m'attendre avec ces brigands. Mais à Cemenwin... hormis les repas de famille, je ne connaissais pas vraiment une telle animation que celle que je percevais en arrivant dans la grande salle. Des Maëldanais... et je n'avais pas Aeril. C'était surprenant ce que je me sentais vulnérable, mais je me dis aussi que ces gens n'étaient pas méchants. Juste très... expressifs.
Timidement, je cherchais Mogweed du regard, et quand je la vis, lui fait signe, un peu hésitant et mal à l'aise, espérant qu'elle puisse m'aider à prendre place dans sa salle si... animée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 124
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Entrez dans le Cercle des Fées !   Mar 24 Juin - 13:43

La mine déçue d'Anya lui fit de la peine. Mogweed ne comprenait que trop bien. Elle était aussi passée par là quand Orion avait refusé de la prendre comme élève la première fois. Il avait fini par céder au bout de la septième, et elle avait commencé ses entrainements après ou entre ses heures de travail en cuisine. Elle avait en suite eu, une carrière de guerrière assez brève, ne se prêtant aux jeux de tournois et des joutes que pour atteindre son but. Elle avait eu de la chance d'avoir en suite Katasha comme mentor. L'orc, comme tant d'autres guerriers, avait joui et jouissait certainement encore, d'une réputation qui n'était plus à faire, et Mogweed n'avait jamais eu à dormir dehors et sous la pluie plus de quelques nuits. Elle savait que d'autres s'acharnaient, voulant à tout prix atteindre une gloire que Ceallach ne leur accorderait jamais. Ceux là passaient leurs nuits sur les bords des routes, à se nourrir de repas frugales. Mogweed éprouvait pour eux de la compassion, et ne pouvait jamais s'empêcher d'offrir un repas chaud ou deux, voire même un lit, ou un abris, lorsqu'elle le pouvait. Bien sûr, tous n'étaient pas honnêtes, mais la Versipellis savait y faire. Elle vit en suite les yeux d'Anya briller d'un nouvel éclat et son visage s'illuminer d'une joie et d'une excitation sincères. Pour être honnête, Mogweed ne s'attendait pas à une telle réaction, surtout que la jeune femme blonde était passé d'un extrème à l'autre. Il ne lui fallut pas non plus longtemps pour répondre par l'affirmative à sa proposition, laissant Mogweed quelque peu abasourdie. La Versipellis finit par avoir un sourire, et elle secoua doucement la tête, levant les yeux au ciel. La jeunesse. Elle aussi, avait été comme ça. Et elle l'était encore parfois. Il suffisait qu'elle sache que Hart venait pour qu'elle s'emballe de la même façon.

-Un autel ? Oh voyons, la seule personne à qui tu devras quelque chose, c'est toi même. Tout dépend de l'impression que tu feras ce soir.

Elle regarda une dernière fois la petite pièce qui lui servait de bureau, comme si elle vérifiait qu'elle n'avait rien oublié, avant de poursuivre :

-Tu seras, bien entendu, payée pour la soirée, car je n'ai pas pour habitude de ne rien donner en échange de service rendu, et tu peux aussi dormir ici cette nuit, j'ai de la place dans les chambres réservées pour l'usage privé.

Anya se recula pour la laisser sortir. Mogweed prit soin de refermer la porte derrière elle. Elle lui désigna des patères auxquelles étaient accrochées des capes et des manteaux, et au pied desquelles reposaient pléthore de chaussures.

-Tu peux laisser tes affaires ici. Et une fois ça fait, te laver les mains, tu n'auras plus qu'à faire des tours en salle. La table des Alaric est ta priorité, je peux gérer les autres, sauf pour les débits de boissons, là, tu sers tout le monde, en général, il suffit de jongler avec le remplissage des pichets. Si tu manques de bière, ou d'hydromel dis le moi, j'irai remettre un nouveau tonnelet. Ou envoie Maëlle, ma nièce, qui t'accueillit. Pour l'eau, il y a un robinet derrière le comptoir.

L'aubergiste avait repris son rôle, et son cerveau fonctionnait rapidement pour organiser le service en tenant compte d'Anya. Sa présence serait précieuse, et elle était la bienvenue ce soir, vraiment. D'autant qu'elle était qualifiée, contrairement aux aides de camps que Mogweed prenait parmi les adolescents d'Armenelos, ou simplement parmi ceux qui avaient besoin de l'argent qu'ils toucheraient la soirée terminée. Elle continua de donner ses instructions, tout en ayant pris un gros couteau à pain, qui s'élevait et s'abaissait pour découper une énorme miche, encore chaude, et croustillant sous les assauts de la lame.

-On commence par les jambons et les viandes séchées, en attendant que les légumes, les viandes et les tourtes aient finis de cuire. Je gèrerai la cuisine avec ma sœur, ce sera plus calme quand tous ces estomacs seront remplis. Si tu as des questions, Dierdre ou moi y répondrons. Et maintenant, en piste. Ce jambon n'attend que toi pour l'apporter aux Alarics.

Elle jeta presque négligemment les tranches qu'elle venait de découper dans une grande corbeille, tapa dans ses mains pour chasser la farine, et s'en fut dans une gerbe d'étincelles, se saisissant de la corbeille et de trois bouteilles de vins. D'un coup de hanches, elle ouvrit les portes et le bruit de la salle l'assaillit. Elle se ressentit une bouffée de joie, comme chaque fois que sa salle était aussi animée. Elle déposa les bouteilles à une tablée de marchands qui s'étaient installés, et leur laissa aussi sa corbeille de pain. Elle leur fit le détail du menu de ce soir, et repartit avec une commande de venaison et de poissons grillés. Elle avisa en suite Kalem, qui semblait un peu perdu, au pied de ses escaliers, dans cet océan tumultueux de Maëldanais. Elle se dirigea vers lui, puisque les escaliers se trouvaient près des cuisines où elle devait retourner.

-Ah ! Je vois que vous avez trouvé tout ce qu'il vous fallait au marché. Et que vous avez su vous débrouiller pour être propre. Vous avez quand même meilleure mine ainsi. Venez, on va vous trouver une table.

Lui faisant signe de la suivre, elle lui fit traverser la salle, l'éloignant ainsi, de l'énorme tablée de Maëldanais joyeusement bruyante. Oh bien sûr, personne ici ne pouvait échapper au bruit, la salle était grande, mais pas si grand que ça, et surtout, elle était presque pleine.

-Une petite table un peu éloignée des fêtards vous conviendrait-elle ?

De la main, elle lui désigna une petite table éloignée de la grosse tablée de Alaric, située devant une des fenêtres, avec de la place pour deux personnes. D'autres tables de même taille ou un peu plus grandes étaient disposées autour, certaines occupées, et d'autres non.

-Si le bruit vous gêne, je peux faire monter votre repas dans votre chambre, si vous préférez. mais ne vous en faites pas, ils ne mordent pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Entrez dans le Cercle des Fées !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Entrez dans le Cercle des Fées !
» Entrez dans la danse ! - La seconde Tour est à l'oeuvre (PV)
» Entrez dans la Kyosphère: le fan-club de Kyo
» Entrez dans la danse * Herbert's links
» Jill Silversmth - Je suis fille des torrents, soeur des rivières. Et nous tournons, tous ensemble dans un cercle, une ronde à l'infini.
Page 10 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Maëldan :: Armenelos Capitale des Clans :: Le Cercle des fées-
Sauter vers: