AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Archives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Feylariel
Noble
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Archives   Sam 31 Oct - 23:07

L'ambiance de l'auberge, le surpris un peu, il ne s'attendait pas à cela. Déjà que le voyage avait été ennuyeux, et le faisait se sentir pas trop à l'aise. Pendant tout le trajet, il avait bricolé des feuilles, n'ayant pas vraiment d'autres choses à faire.
Son idiot de jumeau fantomatique n'avait pas repointé le bout de son nez, et heureusement, il ne l'aurait pas supporté, surtout qu'il avait le chici pour lui faire subir ses colères de manière impromptue.
Il n'était pas descendu de cheval lorsque Conor l'avait guidé dans le marché. Il avait regardé partout. C'était assez beau, illuminé, il n'avait jamais vu pareil ville.

-D'accord.. De toute manière, je vous fait confiance, vous ne m'emmenneriez pas dans un endroit dangereux, hein.
Tobin tenta un sourire timide, pour, dérider un peu son accompagnateur. Une jeune femme blonde, belle, et assez... assez bien proportionnée, arriva, annonçant le nom de son escorte.
Apparemment oui, il se connaissait, et plutôt bien vu qu'elle le tutoyait. Tobin sourit à l'aubergiste qui semblait, radieuse, et pleine de joie de vivre. Une boule se formait dans son ventre, à présent arrivés, il lui faudrait cette nuit, se... "Changer".



Images par Vryl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aubron de Mandiargues
Assassin
avatar

Peuple : Métis, Lios - Sidhe
Second(s) Métier(s) : Mercenaire, Noble déchu
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Dim 1 Nov - 15:11

Conor continua d'observer la salle. Bien inutilement, puisque personne ne les avait suivi. Meadh s'était juste débarrasser d'une affaire mineure, qui trainait depuis des années.
Le mercenaire se demanda ce qu'il faisait dans cette galère. L'argent ? Il en envoyait à sa soeur, mais il aurait pu choisir une autre mission. Enfin, il avait accepté, il devait voir ce qui arriverait à la fin. Plus intéressant encore, jusqu'où Tobin, jeune noble pourrait aller.
Ses doigts se posèrent sur le comptoir, tapotant le plateau. Il prit son mal en patience, et fut récompensé en voyant la plantureuse Skye arriver dans leur direction.
Elle ne semblait pas l'avoir remarqué. Ses yeux glissèrent sur le postérieur joliment moulé dans une jupe courte. Elle se retourna, et une fois de plus Conor se demanda comment une lios comme elle avait pu finir ici.
Il se détendit, et se permit un sourire, qui atteignit même la dureté de ses yeux d'acier.
-Deux chambres, et deux repas. Hm, deux chambres du deuxième étage, je suis là aux frais de la princesse.
Même s'il était dur de qualifier Meadh de princesse, c'était un peu vrai que le roi démon n'avait pas lésiné sur l'argent. Il glissa la main à l'intérieur de son manteau, et tira une petite bourse. Il déposa quelques pièces d'or.
-J'ignore combien de temps notre séjour va durer, je te paye d'avance.
Il fit un signe de tête en direction de l'homme à la tresse noire.
-On dirait que ma soeur n'a pas été la seule à vouloir rester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skye
Aubergiste
avatar

Peuple : Lios
Second(s) Métier(s) : Chanteuse et musicienne, ancienne prostituée.
Localisation : Hitokage, généralement dans la grande salle de son auberge
Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: Archives   Dim 1 Nov - 15:21

-Du deuxième ?
Elle lui jeta un regard étonné, avant d'être un peu perturbée par autant d'argent en même temps.
-Tu surestimes un peu mes tarifs Conor, mes chambres, même celle du deuxième ne te coûteraient pas autant... Tu ne sais pas combien de temps tu restes ? Mais dans quoi tu t'es encore fourré de Watteau...
Skye secoua la tête, et sortit son coffre à clef après avoir empoché une partie de l'argent.
-Chambre 3b, et 4b. Je vous fais monter deux plateaux avec le plat du jour.
Elle poussa les deux clefs devant le mercenaire.
-En parlant de ta soeur, elle a l'air d'aller mieux, elle m'écrit de temps en temps. Je contente qu'elle ait pu continuer son chemin. En revanche toi on dirait que tu t'embourbes dans les ennuis.
Elle soupira, un léger pétillement dans les yeux.
-Geneus est un peu plus qu'un client maintenant. Il est resté. Allez, monte donc au deuxième avec ce jeune homme, qui semble un peu perdu.
Pour la première depuis le début de l'échange, Skye se tourna vers le jeune homme, qui faisait tout petit à coté du mercenaire.
-Bienvenue au Will-o-Wisp, si tu as besoin de quoi que se soit, n'hésite pas à venir nous le demander. Je dois vous laisser, j'ai du monde, et deux diners à envoyer à l'étage. Bonne soirée.

La lios retourna rapidement en cuisine pour donner ses instructions à une des filles, et repartit avec dans une main un plateau plein d'assiettes, et dans l'autre quatre chopes de bière mousseuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aubron de Mandiargues
Assassin
avatar

Peuple : Métis, Lios - Sidhe
Second(s) Métier(s) : Mercenaire, Noble déchu
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Chambre 3b et 4b   Dim 1 Nov - 15:39

Conor avait remercié Skye, et ranger les pièces restantes dans la bourse, qui avait rejoint l'intérieur de son manteau. Il avait fait signe à Tobin, prit les clefs, et ils avaient pris les escaliers.
Le premier étage sentait un mélange des odeurs venant de la salle commune, et celle de l'encens qu'on met pour chasser certaines odeurs. Venant des chambres, Conor percevait des éclats de rires, parfois un cri étouffé. C'était vraiment animé ce soir.
Le deuxième étage sentait seulement l'encens, bien que faiblement. Et le calme régnait dans le couloir.
Il ouvrit la 3b, et posa les sacoches de Tobin.
-Je suis juste à coté. Votre repas arrivera dans quelques minutes.
Il retira la clef de la serrure, et la posa sur la table de chevet, avant de sortir de la pièce.
Conor prit possession de la 4b. Il laissa tomber ses sacs sur le sol. Son manteau suivit bientôt le même chemin, que ses bottes coururent emprunter. Il avait le temps de se changer, et de faire un brin de toilette avant qu'on vienne lui apporter son repas.
Il traina un des sacs jusque dans la salle de bain, emportant son sabre avec lui.
Le mercenaire troqua ses vêtements de voyages pour une simple chemise bleu pâle, et un second pantalon de cuir noir, après s'être rapidement lavé au lavabo. Il avait brossé et avait attaché en catogan sa tignasse blonde.
Sa lame fut jetée sur son lit. La chambre était spacieuse. Il ouvrit à la jeune femme venue apporter le plat du jour, et lui donna un pourboire, avant de presque lui refermer la porte au nez.
Il irait voir comment Tobin s'en sortait une fois qu'il aurait fini de manger, de réfléchir à ce qu'ils allaient faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feylariel
Noble
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Archives   Dim 1 Nov - 16:07

Tobin s'assit sur le bord de son, lit, et attendit sagement que Conor s'en aille pour aller fouiller dans son sac. Il en sortit un petit poignard, deux pots de beame, l'un vert, et l'autre marron-rouge, la poupée contenant les os de son frère, et d'une saccoche, il tira la robe qu'il avait achetée sur un coup de tête, et qui lui servirait, au moins le temps d'acheter d'autres vêtements de femmes. Il espérait que ce serait à sa taille, parce que sinon, elle n'aurait servit à rien. Au pire, il avait un autre kimono aussi.
C’était maintenant qu’il devait retrouver son véritable lui. Enfin, elle devait redevenir femme. Déglutissant, Tobin se saisit du poignard argenté, Frère à coté de lui le dévorait de ses prunelles noires affamées, il prit la poupée, coupa le cordon tressé avec ses cheveux qui maintenait la tête. Glissant la lame au dessous, il coupa net, et le laissa tomber par terre, sans soucis de le ramasser, il éventra la mousseline de la poupée de chiffon et retira ce qu’il y avait dedans, le jettant dans le feu de la cheminée. Il ouvrit son kimono, dévoilant son torse. La présence de Frère lui donnait la chaire de poule.
Tobin alla dans la salle de bain, et se tâta le torse, à la recherche de l’esquille d’os qu’il y avait dessous.

Elle était là, sous ses doigts, fine, presque imperceptible au milieu de points de couture tout aussi fins qui l’avait scellé depuis des années et des années. Il hésita, il n’avait plus si envie d’avoir une nouvelle apparence… Etre un garçon était si simple, il n’avait connu que ça…
Ouvrant le pot de beaume vert, il déposa la pommade là où il ouvrirait afin de na pas souffrir. Il posa la pointe de la lame dessus, et s'arrêta quand on frappa.
Il ouvrit, prit le plateau enremerciant la jeune femme, et referma doucement la porte. Il déposa le plateau sur le lit, et retourna au dessus du lavabo.
Se mordant un peu la lèvre inférieure, il posa la tranche de la lame sur son torse de nouveau. Respirant à fond et se concentrant pour passer outre son instinc de conservation, il fit une première entaille dans la chaire. Ca ne lui fit aucun mal, mais le sang coula. Prenant un bout du kimono, il épongea, appliqua un peu du beau marron rouge, ce qui diminua le flot du sang, et entailla plus profondément. Le jeune homme regarda son reflet, et se sentit mal à la vue du sang et de la chaire mise à nue. Il vit entre la chaire, soudée avec elle, le petit bout d'os qui lui permettait de garder cette apparence. La pointe du poignard alla en dessous, et le décolla, les doigts de Tobin, se fermèrent dessus, et l'arrachèrent d'un seul coup.
Son corps brilla d'un seul coup, et tout ses membres s'engourdirent tout en étant assaillit de piqure et de coup d'éléctricité. S'effondrant à genoux, il eu juste le temps de se pencher sur les toilettes, pour vomir à l'intérieur. Sa tête tournait, il s'allongea sur le sol, à demi conscient, le changement, finissant de s'oppérer.



Images par Vryl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aubron de Mandiargues
Assassin
avatar

Peuple : Métis, Lios - Sidhe
Second(s) Métier(s) : Mercenaire, Noble déchu
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Dim 1 Nov - 17:04

Conor grignota son repas, tout en lisant un journal que Skye avait eu l'amabilité de mettre sur le plateau. Le mercenaire lisait en diagonale, ne lisant vraiment que si le sujet méritait son attention.
On disait pas grand chose d'intéressant, et les détails du coup d'état de Tal-Sùrion, ne figuraient pas dans le contenu.
Il devrait peut être dire sa façon de penser à Tobin. Leur mission était vouée à l'échec, comme un mercenaire et une jeune femme pourraient venir à bout de quelqu'un qui avait terrassé Chyrrlion ? Entre autre. Il regarda par la fenêtre, la nuit devait être bien avancée.
Il se leva, et ferma à clef la porte derrière lui. Conor n'emporta qu'une dague passée dans son dos, dissimulée sous sa chemise. Il frappa doucement à la porte de Tobin. Il répéta l'opération deux fois, et n'obtenant pas de réponse, il préféra tenter d'entrer.
La porte n'était pas verrouillée. Il n'était quand même stupide au point d'oublier de fermer à clef, avant d'aller se coucher ? Il trouva la chambre vide.
-Tobin ?
Une décharge électrique parcouru le dos du mercenaire. L'odeur du sang, ça sentait le sang. C'était faible, mais... Un dunpeal savait reconnaitre l'odeur du sang entre mille autres. En deux enjambées il fut devant la porte de la salle de bain, pour découvrir le jeune homme, face contre terre. Sur le lavabo deux petits pots de baume, et par terre, un couteau, et dans une des mains du jeune homme, du sang.
Le dunpeal réprima une irrésistible envie de goûter à ce sang. Il tendit la main, et frissonna, l'énergie émanant du corps crépitait presque sur sa peau.
Il retourna rapidement le corps, le prenant par une épaule. Il recula. Devant lui, il y avait une poitrine à la place du torse complètement plat d'un jeune homme. Les cheveux raides et sombres, bouclaient, et des reflets châtains les faisaient briller. Le visage un peu anguleux de l'adolescent s'était adouci, pour être un parangon de féminité. Entre ses seins d'une pâle lunaire, Conor regarda ce qui ressemblait à une plaie finirent de se refermer, pour disparaître. Il se rendit compte, après être rester immobile quelques instants, que Tobin fille était à moitié nue, sur le carrelage de la salle d'eau.
Le kimono était souillé. Conor le retira sans grandes difficultés. Il retira ce qu'il tenait dans sa main, et nettoya le sang. Il souleva en suite la jeune femme.
Il la maintint avec un bras autour de la taille pendant qu'il défaisait les couvertures du lit, avant de la glisser dedans, et de rabattre les épaisses couettes que Skye mettait sur chaque lit.
La chambre était un vrai bazar. Il était déstabilisé, même si Meadh avait bien précisé ce fait dans sa missive. Le mercenaire resta un moment debout, avant de se mettre à ranger. Il déposa une robe sur le haut d'une commode, et jeta au feu les restes d'une sorte de peluche éventrée. Dans la salle de bain, il referma les pots de baume, et nettoya le sang sur le sol, ainsi que le poignard.
Il songea que son protégé aurait pu le prévenir qu'il changerait de corps ce soir. Le plateau repas intact, il le posa sur la deuxième table de chevet. Il tira sur le fauteuil, et s'installa dedans après avoir fermé les volets, et ravivé le feu.
Maintenant, il fallait attendre que la belle au bois dormant daigne ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feylariel
Noble
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Archives   Dim 1 Nov - 21:28

Elle avait mal, partout, comme si tout son corps venait de subir une poussée de croissance magistrale. Sa tête était lourde, et le goût désagréable de la bile chaude était encore dans sa bouche. Sa gorge était en feu également. Elle ouvrit ses paupières tout doucement, se tournant dans le lit. Voyant le plateau qu'on lui avait apporté, avec un verre et une carafe d'eau dessus, elle s'assit, et se servit un verre, qu'elle avala doucement. Ca ne chassait pas vraiment le goût horrible de la bile, mais ça appaisait sa gorge.
Hydratée et soulagée, elle prit conscience des changements. Tout d'abord, ses mains, elles étaient, plus fines, plus pâles et même plus douces au touché, que celles qu'il avait avant. Elle les parcouru d'un doigt, presque émerveillée. De ses mains, elle passa à une mèche châtain qui passa devant ses yeux. La prenant entre deux doigts, elle pu voir qu'elle n'était ni raide, ni fine, mais douce, et assez épaisse.

La couverture qui tenait encore par miracle sur sa gorge, glissa, et en la ratrappant, elle put voir sa poitrine. Elle avait eu peur qu'elle soit trop grosse, ou au contraire quasiment inexistante. Elle la trouvait, parfaite. Elle se pencha, pour regarder si entre les deux globes, ne se trouvait pas la cicatrice de tout à l'heure. Mais elle n'y était pas. Regardant toujours, pour s'habituer à voir ça à chaque fois, elle se rendit compte, qu'elle n'était plus dans la salle de bain, mais dans le lit, et surtout, elle était nue.
Enfin, presque il lui restait son caleçon.
C'est alors qu'elle sentit des yeux peser sur elle. Relevant la tête, ses yeux rencontrèrent ceux de Conor de Watteau. Soudainement, elle ressentit comme une gêne, elle remonta un peu le drap. Et elle ne sut pas quoi dire.
-Je.
Elle s'arrêta net, mettant ses mains sur sa gorge. Sa voix était devenue bien plus claire, ça la perturbait.



Images par Vryl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aubron de Mandiargues
Assassin
avatar

Peuple : Métis, Lios - Sidhe
Second(s) Métier(s) : Mercenaire, Noble déchu
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Ven 6 Nov - 21:20

Conor cligna des yeux, et les fixa sur la jeune femme qui s'éveillait. Il l'observa attentivement, elle se découvrait. Peut être un peu trop. Pendant un instant, il eut une vue précise de sa poitrine, qui semblait se montrer fièrement, victorieusement.
Les coudes sur les bras du fauteuil, et le menton posé sur ses mains croisées, il détendit ses jambes. Il fallut quelques minutes de plus à son protéger devenu sa protégée, pour se rendre compte de sa présence.
Elle tourna vers lui un visage délicat, aux joues délicieusement teintées de rouges. Ses yeux transmettaient parfaitement ses sentiments, comme ceux de Tobin. Il y avait tout de même une certaine ressemblance entre les deux.
Ses yeux dérivèrent jusqu'à la gorge découverte, gracile, pâle, de la jeune femme. Ils retournèrent assez vite se plonger dans les yeux bruns qui le dévisageaient.
De Watteau décroisa les mains, et prit une position plus détendue.
-La prochaine fois que vous tenterez quelque chose d'aussi important, prévenez-moi, j'aimerai autant éviter d'avoir à vous ramasser. J'ai rangé, sans fouiller dans vos affaires. La robe que vous aviez laissé sur votre lit, et sur le dessus de la commode. Je vais vous laisser remettre de l'ordre dans votre tenue, et manger, votre corps doit recevoir de l'énergie. En suite, vous ferez ce que vous voulez.
Le mercenaire quitta son siège.
-Je suis à coté, si vous avez besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feylariel
Noble
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Archives   Ven 6 Nov - 22:16

Elle se sentait... Nue, devant lui, même si le drap couvrait sa poitrine, et qu'elle avait une bonne couverture sur elle également. Elle avait l'impression qu'il pouvait la percer rien qu'avec son regard.
Il était vrai qu'elle ne lui avait rien dit quand à son changement de corps, mais de manière un peu, enfantine, elle s'était dit qu'après tout il portait tant d'intérêt à elle qu'elle pouvait se permettre de permutter sans le lui dire. C'était sans compter sur la douleur cuisante qu'elle avait ressentit, et qui l'avait laissée sur le carreau.
Ca, si elle l'avait su, elle le lui aurait dit, et ce serait bien plus couverte avant de faire quoi que ce soit. Enfin, le beaume était sensé éviter la douleur normalement. Avant qu'il ne parte, elle se sentait le besoin de s'expliquer, un minimum.
-Je suis désolée, de n'avoir rien dis, je pensais... Enfin, je ne pensais pas que ça me metterais dans cet état, le beaume devait m'éviter la douleur m'avait dit Sidwell... Enfin, désolée. Et merci, pour, m'avoir "ramassée".

Elle attendit qu'il sorte pour s'enfoncer tête la première dans les coussins devenant rouge, très rouge. Il, l'avait, vue, nue... Elle ne savait pas si elle se sentait honteuse, ou, autre chose... Enfin. Elle se leva et se regarda encore une fois, regardant ses jambes. Elle osa même un regard rapide sous le seul et unique "vêtement" qu'elle portait. Prenant la robe que Conor avait mit sur la commode.
Elle l'ouvrit et l'enfila. N'ayant aucun sous vêtement de femme, elle ne put rien faire quand au maintient de sa nouvelle poitrine, mais elle n'était pas si mal ainsi. Avec cette robe bleue nuit. Se regardant dans le miroir de la salle de bain, elle essaya de se voir en entier. Un nom lui vint en tête. Elle décida de le garder pour demander à son escorte ce qu'il en pensait. Sentant son estomac grogner un peu, elle alla manger ce qu'il y avait sur le plateau.
Une fois cela fait, elle passa timidement la tête dehors, et referma la porte à clef derrière elle, allant frapper à la porte de la 4 b.



Images par Vryl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aubron de Mandiargues
Assassin
avatar

Peuple : Métis, Lios - Sidhe
Second(s) Métier(s) : Mercenaire, Noble déchu
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Sam 14 Nov - 16:06

Conor avait espéré qu'elle ne se montre pas, mais il fallait qu'elle le fasse. Il ne savait plus comment réagir. Il avait voyagé avec un garçon, et il se retrouvait avec une princesse, qui avait un cou qu'il avait eu envie de mordre.
Il demanderait son avis à Liselle. Sa soeur saurait. Peut être devait-il se montrer plus amical ? Il n'avait aucune idée de comment s'y prendre. Skye saurait peut être, étant une femme. Il se leva du fauteuil où il s'était affalé pour médité. Il ouvrit la porte, baissant ses yeux verts sur la jeune femme qui semblait aussi mal à l'aise que lui. Il s'écarta pour la laisser entrer, et referma rapidement derrière elle.
D'un geste il l'invita à s'assoir, il prit place sur le bord de son lit, lui laissa le fauteuil. Ses doigts caressèrent nerveusement le fourreau de son sabre posé en travers de son lit.
Le mercenaire se racla la gorge.
-En quoi puis-je vous être utile ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feylariel
Noble
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Archives   Sam 14 Nov - 22:41

Elle avait sourit de manière encourageante quand il avait ouvert la porte, espérant qu'il réagirait. Le seule réaction qu'elle pouvait sentir c'était qu'il était nerveux, et pas si enchanté que cela de la voir. Elle s'en doutait un peu venant d'une personne ne lui ayant pas parlé, ou le stric minimum vital, pendant toute une journée. Pas très à l'aise, elle s'assit sur le fauteuil les jambes serrées, les mains sur les genoux.
Respirant un grand coup elle prit donc la parole, invitée à s'exprimer.
-Je voulais jsute savoir si vous pensiez comme moi que tout ça, enfin, que toute cette histoire de trône et d'héritière... Ne sert à rien.

Elle haussa un peu les épaules, et eu un air las en voyant un ancien lui en transparent, derrière Conor et le regarder d'un drôle d'air, puis la regarder elle avec un large sourire. Elle avait une de ces envies de l'étrangler parfois...
-Je sais que je ne suis pas la personne la plus douée du monde, mais je ne suis pas assez idiot, idiote, pour croire que parce que je suis légitimement en droit de monter sur le trône, le roi actuel va me laisser la place avec plaisir et remerciement. Surtout que d'après le peu je sais, il a prit le pouvoir de force, alors c'est qu'il le voulait donc... A moins d'un miracle inespéré, et qui n'arrivera jamais, ça ne servirait à rien de tenter.
Elle frappa la main de son frère qui commençait à soulever les boucles de ses nouveaux cheveux, dévoilant son cou. Elle secoua un peu la tête, et fit comme si de rien était, même si elle venait de frapper de "l'air".
-Et pour finir sur une note plus... Moins , négative, je crois que je me suis trouvé un nom. Parce que Tobin, ce n'est plus très approprié maintenant.



Images par Vryl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aubron de Mandiargues
Assassin
avatar

Peuple : Métis, Lios - Sidhe
Second(s) Métier(s) : Mercenaire, Noble déchu
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Dim 15 Nov - 18:54

Conor la regarda, ses yeux se plissèrent légèrement. Un léger sourire passa doucement sur ses lèvres en l'entendant parler.
-Je suppose, que vous n'avez pas mis longtemps à y réfléchir. En effet, nous n'avons pas l'ombre d'une chance. Je ne sais même pas pourquoi Meadh a insisté pour que je vous accompagne, sachant que nous n'allions aboutir à rien.
Le mercenaire venait de prononcer la phrase la plus longue qu'il eut fait depuis le début du voyage. Pour être honnête, il serait peut être temps, qu'il se comporte un peu plus amicalement, sachant qu'elle ne pourrait rien faire, et qu'elle était coincée ici.
-La seule chose certaine est peut être... le fait que Meadh ait voulu que vous ayez votre véritable physique. Pour ce qui est du reste... pour être franc, c'est vouer à l'échec.

Le dunpeal s'arrêta, et la détailla. La robe simple mettait sa silhouette en valeur. Skye pourrait l'aider à choisir sa garde robe, et à apprendre à être une femme.
-Un nom ?
Un éclat d'amusement passa dans ses yeux verts.
-Il est aussi vrai, qu'un changement s'impose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feylariel
Noble
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Archives   Dim 15 Nov - 20:47

Elle en était sûre, qu'il pensait la même chose qu'elle à se sujet. En même temps elle savait qu'il était intelligent, et que seul un idiot, ou bien un fou, pouvait penser une seconde qu'ils avaient ne serait-ce qu'une chance d'accomplir leur mission.
Maintenant tout deux savaient où ils en étaient, même si ça se résumait à être tout les deux coincés dans cette auberge, sans savoir que faire, la mission initiale ne pouvant visiblement et sérieusement pas être "accomplie". Enfin tous deux coincés, ce n'était pas totalement vrai. Conor lui était libre de partir, il devait bien avoir un endroit où aller, peut-être de la famille, enfin elle n'en savait pas grand chose vu le peu de temps qu'ils avaient passés ensemble, et surtout le peu de mots qui avaient été échangés.
Il fallait bien qu'il vienne d'un endroit où d'un autre, il n'était pas juste sortit de terre, rien que pour l'escorter.

Et elle qu'est-ce qu'elle était, une princesse de sang royal sans trône -et pas forcément avec l'envie d'en avoir un très sincèrement- et elle était bel et bien coincée ici, n'ayant nul part où trouver refuge. Sa seule famille se résumait à un frère poltergeist, et une cousine qu'elle ne connaissait que de réputation.
Au moins cette petite discussion montrait que Conor pouvait faire de longues phrases, et même qu'il était capable de sourire. Il parraissait plus humain, ou au moins doté de sentiments, en faisant ça.
-Je songeais à un nom, je ne sais plus trop où, mais que j'ai lu dans un livre.
Le seul passe temps qu'elle avait eu durant des années chez Orun, qui, aussi étrange que cela puisse paraitre, avait une bibliothèque aussi grande que sa cave à vin.
-Feylariel, je pense que ça pourrait aller non ?



Images par Vryl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aubron de Mandiargues
Assassin
avatar

Peuple : Métis, Lios - Sidhe
Second(s) Métier(s) : Mercenaire, Noble déchu
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Dim 15 Nov - 21:57

-Feylariel ? C'est un joli nom. Mais pour ce qui est de l'utiliser, c'est vous qui choisissez.
D'un geste nerveux, Conor vérifia que son sabre coulissait bien dans son fourreau, et fit sortir la petite lame dissimulé à l'extrémité du fourreau. Une vérification un peu superflue.
Personne ne les suivait, personne ne savait, à par peut être la Marquise Rouge, et personne ne viendrait les chercher au Will-o-Wisp, tenu par une prostituée, et qui servait pourtant d'établissement de qualité. Devait-il retourner à la confrérie ? Ou bien laisserait-il tomber ses activités pendant un moment, pour aller joindre Liselle, et passer du temps avec elle ?
Il regarda la jeune femme devant lui. Il ne pouvait pas la laisser ici. Elle avait de l'argent, mais elle était dans une ville qu'elle ne connaissait pas, et Skye ne pourrait pas tout lui apprendre.
Le mercenaire passa une main dans son épaisse tignasse blonde et bouclée. Un geste de pur désarroi.
Que faire ? Il ne pouvait pas décemment demander à Tar-Surion, si celui-ci voulait bien rendre le trône à une jeune femme inexpérimentée, parce que c'était écrit. Cette prophétie n'avait même plus de sens, la lignée Rahl ne subsistait que dans Feylariel, et dans Morween, qui ne portait même par ce nom, mais celui de sa mère, Nil'Dae, tout comme l'avait porté Forbesii. De la prestigieuse lignée, il ne restait que des miettes. De l'antique ville d'Hitokage, il ne restait que les vieux quartiers. Le palais avait été littéralement déplacé jusqu'à Cemenwin, ainsi que les baraquements de la Légion Noire.
Conor ne fit pas part de ses réflexions à sa protégée, mais décida quand même de parler.

-Puisque nous en sommes là... Je doute que ma mission d'escorteur doive se poursuivre, le dunpeal leva une main en signe d'apaisement, cependant, je ne vais pas repartir. Du moins pas maintenant. Vous ne pouvez pas retourner à Zeichen. Il n'y aura personne pour vous. Ici, vous ne connaissez personne, et la ville vous est étrangère. Skye ne vous tiendra pas rigueur de rester au Will. Sachez aussi, qu'elle se fera un plaisir de vous aider en ce qui concerne... les affaires de femmes. Vous êtes de la famille de la Rouge, vous devez posséder quelques pouvoirs qui ne se sont pas encore manifestés.
Conor se leva, et fit les cents pas dans la chambre.
-Peut être vous aideront-ils à trouver ce que vous voulez faire, parce que la question est là. Qu'allez-vous faire ? Vous n'existez pas dans la noblesse, et il est probable que seule le Marquise, se souvienne de votre existence. Evidemment, Meadh et Eire la connaissent, mais... Enfin, c'est à vous de voir. Vous avez le temps d'y réfléchir. Nous ne sommes pas pressés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feylariel
Noble
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Archives   Sam 5 Déc - 21:22

L'ancien Tobin, nouvellement nommée Feylariel, écoutait attentivement son escorte. Quand Conor expliqua que son rôle était terminé, ce qu'elle savait être le cas, et qu'il rajouta qu'il resterait quand même avec elle, au moins le temps qu'elle trouve ce qu'elle allait faire.
Ce qu'elle allait faire.
Toute sa vie, enfin toute celle qu'elle avait vécue jusque lors, elle avait été un garçon, qui voulait juste, vivre, déjà en partant de chez l'autre Orun, puis trouver quelque chose à faire de ses dix doigts, vu qu'elle était assez douée dans toutes les choses manuelles, puis vivre de cela. Mais à présent, même si elle arrivait à le cacher, sa nouvelle identité de femme la mettait mal à l'aise.
Elle s'efforçait de ne pas y penser, mais quand frère, qui avait décidé une bonne fois pour toute de l'embêter, touchait ses cheveux, le tissu de la jupe de sa robe, ou tout autre chose se rapportant à son nouveau corps, elle se rappelait ce qu'elle était, et se demandait comment elle allait faire pour oser se déshabiller pour se laver, ou changer de vêtements.

Et ces pensées se confirmèrent en entendant Conor lui dire que l'aubergiste pourrait l'aider avec ses affaires de femmes, à en devenir une quoi.
Heureusement, il lui précisa qu'elle pouvait y refléchir calmement, et qu'elle devait avoir des pouvoirs enfouit en elle, au vu de son sang. Voir de Watteau faire les cents pas ne l'aidat pas, seulement à avoir un peu le tournis, et à faire se chambouler ce qu'elle pensait.
-Je vais... Attendre, et chercher ces pouvoirs, si ils existent. On va dire que tout ce que je voulais, et l'avenir que je désirait, tout ça c'est trouvé pas mal boulversé ces derniers temps...
Elle passa ses mains sur son visage, et les y laissa, posant ses coudes sur ses genoux, comme lasse.
-J'ai l'impression que je vais avoir un mal fou à m'y faire...



Images par Vryl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Lun 21 Déc - 0:27

Et en effet, je ne risquais pas de me tromper d'établissement, le vendeur avait vu juste. Par mesure de précaution, j'avais repris la main de Letty. Le Will o Wisp grouillait de monde, et était aussi lumineux qu'un dieu ayant décidé de se la jouer illumination du monde.
Des femmes de petite vertu se trémoussaient aux bras de clients, et ça sortait et entrait. Une activité bourdonnante, qui devait faire la joie du propriétaire.
Pourtant, je fus agréablement surpris en rentrant, l'ambiance n'avait rien de graveleuse, et ressemblait à une salle commune d'une auberge normale, peut être même en plus propre. Les serveuses n'étaient pas à moitié dénudées, c'était surprenant. Le vendeur de sacs ne m'avait pas entubé. Je me dirigeai donc vers le comptoir, avec Letty.
Je m'accoudai, regardant les chambres et tarifs proposés. Heureusement qu'Uranach avait été généreux, je devais prendre cher si je voulais être tranquille, et si je voulais éviter des problèmes avec Letty, qui semblait avoir son fanclub dans la salle.


Dernière édition par Sephiroth le Lun 21 Déc - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skye
Aubergiste
avatar

Peuple : Lios
Second(s) Métier(s) : Chanteuse et musicienne, ancienne prostituée.
Localisation : Hitokage, généralement dans la grande salle de son auberge
Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: Archives   Lun 21 Déc - 0:40

Skye n'avait pas une minute à elle, à croire que tout Hitokage avait décidé de venir chez elle ce soir.
Elle allait et venait entre la cuisine et la salle, les tables et le bar. Une danse virevoltante qui allait la laisser sur les rotules. Elle avait hâte que ça se calme, et qu'elle puisse fermer en toute tranquillité, avant d'aller se coucher, ou même de s'assoir pour reposer ses jambes fatiguées.
Elle avait troqué ses talons contre des ballerines pour éviter d'avoir trop mal. De retour au bar, la lios avisa un homme aux cheveux d'argent, qui tenait un adolescent avec des ailes dans le dos, qui attendait patiemment qu'on s'occupe de lui.
Le tableau était étrange, mais son moto était de ne pas poser de questions gênantes. Elle repéra Geneus qui surveillait la salle, adossé contre un mur, et se débarrassa de son plateau.
-Bonsoir messire, que désirez-vous ?
L'aubergiste avait choisit de s'adresser à l'homme, qui semblait mener les opérations, plutôt qu'au jeune garçon qui l'accompagnait.
-Une chambre ? Bien sûr, et deux repas, ils vous seront montés dans quelques minutes. Voila la clef, deuxième étage, chambre 6b.

La lios encaissa les quelques pièces posées sur le bar, et les regarda monter.
Elle soupira, il devait rester encore deux heures avant qu'elle puisse fermer, et aller dormir blottie dans les bras de Geneus, pas d'heures supplémentaires ce soir, elle n'en aurait pas la force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aubron de Mandiargues
Assassin
avatar

Peuple : Métis, Lios - Sidhe
Second(s) Métier(s) : Mercenaire, Noble déchu
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Lun 12 Avr - 22:20

Conor réfléchissait intensément, ses yeux verts suivaient les mains de Feylariel à mesure qu'elle parlait. Ses dents le démangeaient. Ses doigts picotaient. Elle parlait, si insouciante, si ignorante. Il avait envie de rire, de tout lui dire. Elle perdait son temps. Et du temps, il lui en restait très peu. Elle ne savait pas. Son ignoble fantôme non plus. Lui ne savait non plus que Conor pouvait le voir depuis le début.
-Oh, je vous rassure, vous vous y ferez très vite.

Sa lame était trop loin, et le sang serait dur à nettoyer. Conor pivota, continuant de faire les cents pas, jusqu'à être dans son angle mort. Ses pieds bougèrent, ses jambes le portèrent, son corps entier se jeta sur elle. Ses longues et fines mains, se refermèrent sur sa gracieuse personne. Une main sous le menton, l'autre tenant son épaule, le tout d'une poigne de fer. Son bras la maintenait plaquée contre le dossier du fauteuil où elle s'était installée. Il ouvrit la bouche. Le visage déformé par sa bouche démesurément ouverte. Ses yeux verts étincelaient. Ses crocs plongèrent dans la peau tendre de son cou gracile. La chaire céda, ses dents se plantèrent profondément dans l'artère. Sa bouche se referma, pour aspirer le sang qui coulait. Un nectar chaud et brûlant, délicieusement enivrant. Teinté pourtant d'une certaine amertume pour le dunpeal qui venait de franchir le pas. De Watteau usait pour la première fois depuis longtemps, de sa nature vampirique. Il répugnait toujours à le faire.
Feylariel tentait de se dégager, ruant, ses jambes battant l'air, pendant ses mains s'accrochaient désespérément à ses bras, écorchant la peau du dunpeal, sa bouche criant. Conor ne faiblissait pas, son étreinte se resserra encore, il était prêt à lui broyer les os s'il le fallait. Il aspirait toujours, suçant goulument le sang qui s'échappait. Elle, sa résistance s'affaiblissait. Il sentait son corps devenir plus malléable, s'affaler. Ses cris diminuèrent.
Il continua longtemps, s'abreuvant de sa vie, jusqu'à ce qu'il sente le coeur ralentir, au point de cesser de battre complétement. Là, Conor s'arrêta. Il retira ses dents, doucement, léchant le sang, pour éviter qu'il ne macule la robe. Là, il lâcha Feylariel, qui retomba mollement, presque morte. Glissant du fauteuil, elle tomba sur le sol, dans un bruit mate. De Watteau s'essuya les coins de la bouche, avant de venir se pencher sur Feylariel, incapable du moindre mouvement.

-Oh, restez éveillée, j'ai des choses à vous dire.C'est drôle comme vous êtes naïve. Et comme il a été facile de venir jusqu'à vous. Meadh ne m'a jamais envoyé pour vous faire accéder au trône de Morna. Comment quelqu'un d'aussi pathétique que vous... a pu seulement penser un instant pouvoir renverser un roi qui a fait sa place avec un coup d'état magistral, et régner ? Rassurez-vous, avec votre nouvelle apparence, vous serez très belle pour votre mort.
Le dunpeal retira une mèche de cheveux qui pendait devant les yeux de sa victime.
-Et personne ne saura qui vous êtes. Meadh vous a oubliée. En revanche, mon employeur se souvenait parfaitement de vous. Et dire, que vous étiez sensé représenter un danger potentiel. Laissez moi rire, vous n'étiez qu'un pauvre moucheron face à une araignée.
Conor se leva, et fouilla dans son sac pour en sortir un collier ras de cou, noir, orné de perles.
-Voila qui ira très bien avec votre robe. Et cela dissimulera les traces de morsures. Au moins pour vous emmener là où vous allez vraiment mourir. Je ne pouvais pas laisser un cadavre à Skye. Elle m'en aurait voulu, vous comprenez ?
Tout en continuant de parler, le mercenaire attacha le collier autour du cou de Feylariel.
-Je vais vous prêter une de mes capes, elle ira très bien aussi.
Allant chercher la dite cape dans son sac, Conor l'étala sur le sol, avant de placer la jeune femme dessus. Il accrocha la cape, qui se fermait avec une élégante broche sur l'épaule.
-Hm... vos chaussures ? Je suppose que vous n'avez pas pensé à ce détail. Hm... Je reviens, ne bougez pas.
Le dunpeal disparu de la chambre, laissant Feylariel à l'agonie. Il revient quelques minutes plus tard. A la main, il tenait une paire d'escarpins noirs.
-Skye vous les offre. Même tard le soir, elle reste efficace.
Il se baissa à nouveau pour lui faire enfiler les chaussures. Avant de la relever, et de l'assoir sur le fauteuil.
-Bien entendu, vous n'êtes pas bien, vous étouffez dans cette chambre. Vous voulez voir la ville. Vous vous y perdrez, alors que je vous aurai à peine lâcher des yeux pendant dix secondes. Et on vous retrouva morte. J'hésite encore. Oh la, restez avec moi encore un peu. J'hésite encore, sois je prend soin de vous découper, soit je vous maintiens assez en vie, pour vous jeter dans une des rivières artificielles de la ville, et on retrouvera votre cadavre demain matin. J'y réfléchirai en chemin.
Conor s'habilla, et prit sa lame, avant de porter Feylariel. Il venait de parler, naturellement, comme si elle avait pu lui répondre. Il faisait toujours ça avec ses victimes. Une sorte de désordre mental, un peu morbide, et qui le faisait apparaitre comme étant complétement détraqué. Ce qu'il était. Mais, Conor voyait ça comme une marque de respect. Lui aussi aimerait, qu'au moment de mourir, il sache ce qui allait lui arriver, comment son corps allait finir. Et puis, le sang, lui déliait la langue, et le rendait léger, d'humeur à communiquer.
Il sortit par la porte de service, s'engageant dans une petite ruelle.


Conor de Watteau revint avant le petit jour, juste après la sortie d'un homme en noir. Il regagna l'étage, et vida la chambre de Feylariel, rapportant toutes ses affaires dans la sienne. Il avait choisi de jeter le corps dans l'eau. Elle avait agonisé tout le long du chemin. Son corps tout entier avait lutté pour tenter de survivre. Elle avait perdu conscience à plusieurs reprises, comme dans la chambre, pendant qu'il la préparait. Finalement, il était arrivé sur les hauteurs, par les petites ruelles. En haut, à la naissance des chutes d'eau artificielles. Il lui avait dit au revoir. Et l'avait rassurée, elle mourait vite dans son état. Il l'avait assise sur la rambarde, et l'avait doucement poussée dans le vide. Il l'avait regardée tomber, son corps s'était cogné contre les rochers, l'eau l'avait éclaboussé, et puis avait fini par soustraire Feylariel à ses yeux. De Watteau avait quitté les lieux. Et personne ne l'avait vu. Et quand bien même... une silhouette encapuchonnée en poussant une autre dans le vide... C'était monnaie courante dans le monde des assassins et des proches de la mort, des oubliés de celle-ci, comme de ceux qui la faisait.
Dans la chambre, il relégua les affaires de Tobin dans un coin, et alla s'étendre. Il avait mérité quelques heures de sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aubron de Mandiargues
Assassin
avatar

Peuple : Métis, Lios - Sidhe
Second(s) Métier(s) : Mercenaire, Noble déchu
Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Lun 25 Avr - 22:36

Sa soif avait été dure à calmer. Dure à maitriser. Dure à réprimer. Conor de Watteau avait dû puiser jusque dans les limites de sa discipline de fer. Il n'aurait jamais dû goûter au sang de Feylariel. Il était un Dunpeal. Et il aurait dû savoir quel effet le sang aurait sur lui. Il avait été suffisamment âgé contrairement à Liselle, pour savoir que les De Watteau avaient jadis été une longue lignée de nobles vampires sanguinaires. Le sang avait pour effet de rendre un De Watteau plus fort, mais également plus susceptible à la violence, à vouloir prendre pleinement conscience de sa nature vampirique et d'en exploiter toutes les possibilités. Voila pourquoi ils avaient été anéantis, massacrés. Il ne restait que lui, et sa tendre Liselle. Liselle ne semblait jamais avoir eu le moindre problème avec sa moitié vampirique, comme si celle-ci n'avait aucune influence sur elle. Elle n'avait jamais rien dit sur la tentation qu'était l'odeur du sang. Elle n'avait jamais parlé d'avoir un jour gouté à ce nectar. Liselle semblait avoir été épargnée. La malédiction des De Watteau s'était chargée d'elle autrement. Des années de servitudes à passer entre diverses mains. Elle avait eu beaucoup de succès. Liselle était belle, attirante, toutes en courbes voluptueuses. Aussi brune qu'il était blond. Il songea avec amertume qu'ils ne se ressemblaient pas vraiment.
Et il se répéta une fois de plus, qu'il n'aurait pas dû saigner Feylariel, et se gaver de sa vie. Il l'avait jetée du haut d'une des cascades artificielles qui parsemaient la citée, donnant naissance à des voies navigables, et à approvisionnement en eau constant pour la citée impériale.
Par la suite, Conor avait dû resté cloîtré, quand à la tombée de la nuit, il avait eu soif. Une soif qu'une seule boisson pouvait apaiser. Une boisson qu'il se refusait à boire. Une boisson à laquelle il avait déjà cédé. Il savait ce qui allait se passer. Et pourtant, il l'avait tuée de cette façon. La seule façon de ne pas colorer de rouge le parquet rutilant de la chambre, de pas imbiber chaque tissus. De ne pas laisser de traces, même olfactives. Conor s'était enfermé, et était resté des jours et des nuits entières à chercher cette paix intérieure qu'il avait alors perdue. Maitriser son corps est un exercice difficile. L'enfermement l'avait empêcher d'aller mordre la première personne venue. D'étancher sa soif. Il était un vrai monstre. Conor avait réussi, à grand peine, à ne pas briser de meubles. Skye lui en aurait voulu. Peu à peu, la soif avait reculée, comme vaincue. Conor avait attendue qu'elle soit définitivement partie, pour oser déverrouiller la porte de sa chambre. Il s'était alors occupé des affaires de Feylariel. Il les avait jetées.

Ses yeux regardaient le liquide aussi transparent que de l'eau dans sa coupe. Le saké que servait Skye était un des meilleurs. Quand on y mettait le prix. Et ce soir, il y avait encore cette sensation de soif. L'alcool brûlait ses entrailles, avant de lui procurer une douce chaleur. Sa peau d'ordinaire si froide se réchauffait alors. Devant lui, un bol de riz qu'il avait entamé, mangé avec des lamelles de viande d'Earthaë légèrement grillées, pour qu'elles soient encore saignantes à l'intérieur. L'assiette qui contenait les asperges sautées au sésames était vide. Il était rassasié. Ses yeux erraient sur la salle. Il était dos au mur, ce qui permettait au mercenaire d'avoir une vue d'ensemble, dégagée, sur toute la salle. Y compris sur les différentes issues. Et sur les allées et venues des serveuses. C'était une soirée animée. Les tables étaient presque toutes prises, et les plats sortaient de la cuisine suivant la cadence des valses des serveuses. Quelques tablées avaient déjà sorties les dés ou bien les cartes. Sur une des estrades, un couple aisé jouaient au Conquérant.
D'autres encore, comme lui, étaient seuls à leurs tables. Pas loin de lui, une des filles proposait, moyennant paiement, un peu de bon temps à ce qui semblait être un mercenaire. Sous l'œil attentif du gros bras de ce soir. Un de ses trolls, le genre baraqué, la peau bleue, défenses sortant de sa bouche. Geneus n'était pas en salle, et c'était là son replaçant. Pas la première fois que Conor le voyait ici, Skye avait des contacts un peu partout dans la citée, après des années passées à gagner sa vie en vendant son corps. Aujourd'hui elle le faisait encore, pour ceux qui avaient les moyens de se payer du bon temps avec elle. Les filles, et les hommes venaient travailler ici, certains qu'ils ne seraient pas maltraités, et profiteraient de chambres propres, sans vermines, avec des draps changés régulièrement. Un vraie luxe.
Conor reprit une gorgée de saké.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Lun 25 Avr - 22:37

Le problème avec les Samildanach étaient qu'ils avaient cette fâcheuse tendance à tout savoir sur tout. Et quand il s'agissait de Sidwell, Carmine perdait patience. Elle se demanda comment Isil avait pu supporter d'avoir un type pareil pour Maître.
Un mois de ça, elle avait été engagée pour traquer et tuer un Samildanach nommé Sidwell. Elle ignorait alors qui il était, et elle avait passé un mois à lui coller aux basques, sans jamais avoir de véritables confrontations avec lui. Plus retord et pervers, elle ne connaissait pas. Sidwell avait été une véritable anguille, et il l'avait contrée aussi facilement que si elle avait été une gamine de trois ans. Le Samildanach avait même essayé de la peloter, pour ne pas dire plus, lorsqu'elle avait enfin réussi à l'approcher.
Elle ne souvenait plus, si c'était elle, ou lui, qui avait mentionné Isil en premier, mais quand le nom de la jeune Samildanach avait été prononcé, elle avait été piquée de curiosité. Comment un vieux dépravé comme lui pouvait connaitre Isil ? Isil n'avait-elle que des gens louches parmi ses fréquentations ? On ne pouvait pas dire que Rochel était un homme parfaitement sain. Et Sidwell lui rappelait le Nécromancien. Sidwell avait demandé comment Isil avait pu faire du copinage avec une femme aussi emmerdante qu'elle. Avant de déclarer que son élève avait vraiment le chic pour choisir ses fréquentations.
Ce à quoi Carmine n'avait pas répondu, confortée dans l'idée qu'Isil avait vraiment un truc pour attirer les détraqués. Elle se comptait dedans. Fille de Ceallach, Dieu de la Guerre, Carmine avait des tendances belliqueuses. Tendances que Sidwell avait du bien sentir, quand elle lui avait collé son point dans la figure pour avoir eu la main un peu trop baladeuse.
Ils s'étaient séparés quand ils avaient eu une piste, elle, elle allait à Hitokage, et lui, il s'y rendait, mais en faisant une escale à Alatairë, d'où était parti une communication mentale, mentionnant Isil, et sa disparition. Là encore, Carmine émit l'hypothèse qu'Isil avait une fâcheuse tendance à disparaitre trop souvent, et à ne jamais laisser de traces évidentes.
En arrivant à Hitokage, elle et Roz' avaient sauvé une jeune femme d'une mort imminente. Elle l'avait laissé au Temple, où elle était sûre qu'on s'occuperait d'elle. Carmine n'ayant pas vraiment le coeur à jouer les infirmières. Elle avait attendu Sidwell, prenant une chambre dans une auberge du coin, La Fiancée du Tigre. L'auberge était gérée par une Lios du nom de Skye, qui attirait autant sa clientèle avec son physique, qu'avec ses plats. Carmine avait profité de son séjour pour découvrir Hitokage. Elle avait aussi volé autour de la citée sur le dos de Rozurial. Elle n'avait pas recroisé la jeune femme qu'ils avaient sauvée. Et c'était peut être mieux ainsi. Carmine ne tenait pas à avoir une passagère. Elle avait déjà bien assez d'un Samildanach qui ne donnait pas de signes de vie. Elle comprit d'où Isil tenait sa fâcheuse habitude.
Présentement, elle était attablée, près d'un mur, pas loin de la sortie, à la Fiancée du Tigre. Elle n'avait pas dormi deux semaines complète ici, Carmine préférait de loin dormir sur Rozurial, ou à coté de lui, loin de la ville. Après tout, elle connaissait quelques personnes susceptibles de venir l'importuner si elle se montrait trop. Une dragonnière avec un dragon rouge, aussi énorme que Rozurial, cela passait difficilement inaperçu.
Elle appréciait la cuisine de Skye. Elle venait de finir de manger des sushis, et elle s'attaquait maintenant à deux crabes farcis, accompagné d'un bol de riz.
Sidwell avait bien choisi son moment. Carmine n'appréciait pas qu'on la dérange pendant son repas. Un petit coté dragon, du moins le supposait-elle. Le Samildanach était assis en face d'elle, comme par enchantement.
Sidwell disparaissait et apparaissait comme ça, d'un claquement de doigt. Et quand Carmine voulut lui dire qu'elle avait senti son lien avec Isil, elle eut à peine le temps d'ouvrir la bouche, qu'il le lui dit, qu'il avait senti sa disciple, et qu'il savait où chercher.


"Et vous avez su tout ça, rien qu'en vous arrêtant à Alatairë ?"


Dernière édition par Carmine le Ven 4 Nov - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sidwell
Samildanach
avatar

Peuple : Mi-Taltos mi-Sidhe.
Second(s) Métier(s) : Emmerdeur professionnel.
Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Archives   Lun 25 Avr - 22:40

La Fiancée du Tigre était un établissement charmant. Peut être que cela venait du fait qu'il appréciait le joli corps de l'aubergiste. Skye de son petit nom, qui avait gracieusement accepté de passer une nuit avec lui, lors d'un précédent passage. Sidwell adorait s'offrir du bon temps, surtout avec quelqu'un comme la petite Lios. Il avait été presque déçu de voir qu'elle s'était entichée de ce Geneus. Cela dit, elle s'était améliorée coté cuisine. Elle lui avait dit, avoir eu des débuts difficiles.
Que Carmine ait choisi cette auberge-ci, ne le surprenait guère. Sidwell savait que la Fiancée du Tigre avait bonne réputation, et surtout des prix relativement bas. Et un emplacement idéal quand on voulait être discret. Et des filles tout à fait charmantes venaient travailler, tout comme Skye le faisait.
Retrouver Carmine avait été simple. Elle avait une connexion avec Isil, et lui aussi. Et puis, il lui avait pris une mèche de cheveux. Suivre quelqu'un quand on a avec soi, quelque chose lui appartenant, est un sort des plus simples. Il lui avait suffit d'un cercle à la craie, la mèche au centre, et une petite poussée de volonté dans son incantation. Il n'avait eu qu'à suivre la piste la plus récente.
Le Samildanach avait trouvé la Dragonnière attablée, devant des crabes farcis. Sidwell entra, et s'intalla en face d'elle, avec ce petit tour de passe-passe, qui adorait faire. Il faisait croire à tout le monde qu'il pouvait apparaitre comme par enchantement. Ce qui n'était pas le cas. Il appliquait seulement une vieille technique de déplacement rapide, tombée en désuétude, depuis la destruction de la Marche. A l'époque de sa gloire, chaque soldat était capable de le faire. Enfin, c'était seulement un tour mineur.
Quand Carmine releva la tête de son assiette, elle eut d'abord l'air surpris, avant de prendre cet air ennuyé qu'elle avait toujours, quand elle désapprouvait ce qu'il faisait. Sidwell ne l'avait vu en colère -véritablement- qu'une fois. Il avait alors essayé de mettre la main sur son superbe postérieur. Une véritable tentation dans ce pantalon de cuir. Une grave erreur. Elle n'avait pas assez picolé ce soir là, pour qu'il puisse en profiter. Il l'interrompit avant même qu'elle ouvre la bouche.

-La communication avec notre Isil semble s'être rétablie. Bien que je n'obtienne aucune réponse de sa part. Je sais où elle se trouve. Enfin, il y a deux endroits potentiels.

Sidwell héla une petite serveuse, qui se présenta aussitôt pour prendre sa commande. Une petite nouvelle. Sans doute une nouvelle fille du quartier, qui avait rejoint les rangs des vendeuses de charmes.

-Je prendrai un bol de ces nouilles en soupe, avec ce qu'il y a comme poissons et viandes de disponibles. Avec légumes du coin bien entendu. Et avec ça, une bonne bière, s'il te plaît ma jolie.

Du coin de l'oeil, il la regarda s'éloigner. Il repéra la chevelure blonde de Skye qui discutait avec un type aussi blond qu'elle. La salle était bien remplie. Pas de traces de Geneus. Tiens donc, lui qui ne manquait jamais une occasion de jouer les gros bras. A la place, il y avait un de ses Trolls des plaines de Sables, qui appuyé contre le mur, regardait la salle, l'oeil aux aguets, vigilant. Sidwell eut sa bière en première. Il ne se priva pas, et en prit une gorgée, avant de répondre à Carmine.

-Effectivement j'ai appris tout ça, rien qu'en m'arrêtant à Alatairë, où ma chère disciple s'est manifestée, pour venir en aide au Gardien. C'est aussi là, qu'elle a été enlevée, avec un de ses compagnons, un jeune aveugle aux cheveux blancs. Et il semblerait que se soit Liu Fei Long, le grand manitou du monde de l'envers de cette ville, qui se soit chargé de l'enlèvement, d'après la description fournie par le Gardien. Le crabe est bon ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skye
Aubergiste
avatar

Peuple : Lios
Second(s) Métier(s) : Chanteuse et musicienne, ancienne prostituée.
Localisation : Hitokage, généralement dans la grande salle de son auberge
Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: Archives   Lun 25 Avr - 23:06

Geneus s'occupant de Letty à l'étage, Skye avait envoyé chercher Adrastos, un Troll originaire de l'Esgaleithel. Il était aussi efficace que Geneus quand il s'agissait de veiller sur une salle bondée, et de botter quelque arrière train. Elle avait embauché des serveuses et serveurs pour la soirée, comme à son habitude. La petite nouvelle chez les filles de joie, celle que Geneus avait sauvé ce matin, s'était portée volontaire, et d'autres filles faisaient ça avec joie. Faire le service permettait de choisir le client, et de se proposer en fin de soirée, juste avant que celui-ci quitte la table.
La soirée avait démarrée en douceur, quelques personnes, dockers du port aériens qui venaient manger en groupe avant d'aller prendre leur service. Ceux-là passeraient la nuit entière sur les passerelles. Un petit couple de jeunots amoureux, qui avaient demandé une chambre. Et puis la salle s'était remplie doucement, voyageurs, mercenaires, cheminants, gars et filles du coins.
Skye et son équipe de ce soir avait pris le rythme, et tout fonctionnait à merveille. Elle eut la surprise de voir réapparaitre De Watteau, celui-ci se terrait dans sa chambre depuis la disparition du gamin avec qui il était venu. Skye ne voulait rien savoir, elle savait ce que De Watteau faisait pour gagner sa vie, et mettre son nez dans les affaires d'un Faiseur de Mort, merci bien, mais non. Elle avait suffisamment morflé comme ça. Elle lui servit son meilleur saké, le beau blond était morose. L'alcool lui remontrait un peu le moral.
Elle envoya une des filles lui servir son repas, elle même étant occupée en cuisine. Heureusement, deux des filles, des anciennes du bordel où elle avait vécu un moment, savaient cuisiner, et étaient une aide précieuse.
La dragonnière, Carmine, s'installa elle aussi à une table. Elle avait dormi une ou deux nuits à l'auberge, et elle apparaissait parfois le soir pour manger. Skye avait eu la surprise de voir qu'elle était plutôt aimable, et qu'elle connaissait plutôt bien les Fardale. Les Soeurs Fardale tenaient une auberge à Armenelos. Mogweed l'ainée, propriétaire de l'auberge avait été la première à la contacter via le réseau des aubergistes, par la cheminée. Et puis après il y avait eu Fin, l'elfe du Nord, qui faisait une liqueur à tomber par terre.
Skye avait eu alors le sentiment d'appartenir à une petite famille, dont les membres seraient éloignés.

Alors qu'elle retournait des tranches de porc pannées, la petite de ce matin, vint la trouver, lui signalant qu'un vieux type, un peu bizarre venait de passer commande, et s'était assis à la table de la dragonnière. Skye fronça les sourcils. S'il y avait du grabuge, Adrastos se ferait un plaisir de le faire sortir. Elle confia la lourde tâche à la gamine de retourner les tranches, pendant qu'elle préparait ce qu'avait commandé le vieux type un peu bizarre. Elle sortit de la cuisine, et repéra une longue chevelure blanche, et une dragonnière à l'air dubitatif. En s'approchant, elle reconnut, et ça, elle l'aurait reconnu entre mille, un certain magicien.

-Évidemment que mon crabe est bon ! Tu devrais le savoir, qu'ici on ne sert pas n'importe quoi, Sidwell.

Skye déposa le grand bol de ramens, et lui fit un large sourire à, elle l'avait connu sans ses grandes robes noires, alors elle pouvait se permettre d'être aussi familière. Il n'avait pas vraiment changé, toujours le même visage anguleux, et ses yeux très bleus, et la crinière blanche qui lui servait de cheveux.

-J'espère que tu n'embêtes pas la Dame, fit-elle sévèrement, je m'en voudrais de demander à ce qu'on te jette dehors.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 9 Aoû - 17:55

Si le problème commun aux Samildanachs étaient qu'ils savaient toujours tout sur tout, le problème avec Sidwell, c'était qu'il en savait toujours plus et avant tout le monde. Carmine ne se laissa pas impressionner. Elle se méfiait du Samildanach qui s'amusait à passer pour plus faible qu'il ne l'était en réalité. Elle s'était faite avoir elle aussi, et cela aurait pu lui être fatal, si elle n'avait pas découvert qu'il était le mentor d'Isil, et que lui n'avait pas découvert qu'elle avait transporté la jeune femme, enfin c'était Rozurial qui l'avait fait ça. Sidwell était dangereux, il suffisait de regarder ses yeux. Carmine faillit s'étouffer en entendant le nom de Liu Fei Long. Le vieux l'avait-il vraiment envoyé à Hitokage par hasard ? Elle lui jeta un regard dubitatif. Elle adorait sa façon de donner des informations, comme s'il parlait du temps et des derniers ragots du coin, avant de demander si la nourriture était bonne. Carmine ne daigna pas lui répondre sur ce dernier point, occupée à réfléchir.

"Liu Fei Long ? Je n'ai jamais eu affaire à lui, mais on le dit intraitable dans son milieu. Et pourquoi il s'en serait pris à Isil ? Et comment vous savez que c'est bien lui, si le Gardien vous a juste fourni une description ?"

Elle arqua un sourcil, en se disant que vraiment, Sidwell était pire qu'Isil question fréquentations, s'il connaissait Fei Long au point de le reconnaitre à partir d'une description physique. Et que dans ce cas là, le Samildanach n'avait vraiment rien à dire sur sa disciple, puisqu'elle tenait presque tout de lui. Quand elle vit l'air qu'avec le vieux pervers, Carmine sentit venir la grosse bêtise.

"Et si Isil était à Alatairë, pourquoi n'y est-elle plus ? Non, ne répondez pas. Encore un truc de Samildanach ? Et j'imagine que nous allons devoir rendre une petite visite à ce Liu Fei Long ? On va aller frapper à sa porte et : Salut Fei Long, ce serait pour savoir si vous n'auriez pas kidnappé une Samildanach il y a trois mois ? Une petite brune à lunettes ? Hm ? "

La dragonnière n'avait généralement pas de scrupules, de peurs, ou même l'envie de faire preuve de prudence. Carmine était forte et puissante. Une belle Andain, et dragonnière de surcroît. Autant dire que sa force de persuasion suffisait, mais face à quelqu'un comme Fei Long qui dirigeait d'une main de fer le plus gros réseau mafieux d'Hitokage ? Sidwell était sans doute puissant, plus qu'elle, mais ils ne pouvaient pas aller chez le Dragon, et déclencher des hostilités. Pas après que le calme soit revenu à Hitokage après le coup d'état du nouvel Empereur Argental Tar Sùrion. Et Fei Long avait la rancune tenace, il suffisait de savoir écouter. Elle trainait dans les milieux peu fréquentables, et les rumeurs allaient bon train. Par exemple, Rochel Na-Brendel, le nécromant qu'Isil connaissait, et qui lui aussi avait disparu, Fei Long avait mis sa tête à prix. Et selon les derniers ragots, Rochel n'avait plus toute sa tête.
Elle allait continuer quand un bol de nouilles arriva dans son champ de vision. Celle qui venait de déposer le bol, c'était Skye, la belle aubergiste de la Fiancée du Tigre. Et évidemment, elle connaissait Sidwell. Carmin arqua à nouveau un sourcil. Le vieux était vraiment... Enfin le sourire qu'affichait la jolie blonde suffisait.



Dernière édition par Carmine le Ven 4 Nov - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sidwell
Samildanach
avatar

Peuple : Mi-Taltos mi-Sidhe.
Second(s) Métier(s) : Emmerdeur professionnel.
Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Archives   Mar 30 Aoû - 22:23

Carmine était drôlement remontée. Il n'en fallait pas plus pour qu'il se mette à sourire. Il adorait l'énerver, et c'était tellement facile. Isil avait été plus longue à pousser à bout. Enfin, Carmine n'acceptait pas les attouchements, pas plus qu'Isil. Elles avaient la même réaction, elles lui avaient collé un pain en plein figure. Rien qui ne soit assez fort pour le faire souffrir longtemps. Et avec un peu de magie, le coquard disparaissait rapidement. Ce qui énervait surtout Carmine, et ça il l'avait bien compris, c'était simplement qu'Isil avait disparu sans un mot, et qu'il sache où chercher rien qu'en se rendant à Alatairë. Ou peut être était-ce simplement son sourire suffisant.
Sidwell savoura sa bière, la laissant finir sa diatribe. Avant de lui demander si le crabe était bon. Elle sembla sur le point de lui répondre façon fort élégante, quand il nota qu'il avait moins de lumière. Un bol fumant passa sous son nez, alors qu'il reposait sa chope.  

-Oh Skye ! fit-il en levant le nez vers elle, loin de moi l'idée de discréditer ton établissement. Je disais ça pour faire la conversation avec cette charmante jeune femme qu'est Carmine. Je sais très bien que tes crabes sont bons.

Le Samildanach lui fit un sourire plein de dents, et lui prit la main, déposant un baiser dessus. Rien pour gouter un peu, parce qu'elle avait été si douée la petite Skye, et qu'elle était tellement mignonne. Il lâcha sa main, après une dernière caresse du pouce.

-Je crains d'ailleurs, de t'avoir fait quelques infidélités. Certes pas avec Carmine, j'ai été très mal accueilli quand j'ai tenté une approche. Et pauvre de moi, je ne peux même pas profiter un peu de toi. Une de mes disciples s'est mise dans un sacré pétrin, et bien évidemment, je ne peux pas la laisser là dedans. Mais au moins, j'aurais le plaisir de goûter à ta cuisine. Je ne doute pas que ça sera aussi bon que la dernière fois.

En fait, la dernière fois qu'elle lui avait à manger, fut un vrai désastre. Le plat qu'elle lui avait fait été presque immangeable. Mais le bol de ramens fumant devant lui, sentait bon, et n'avait pas l'air mauvais du tout.

-Je suis content que tu ailles bien, ajouta-t-il plus sérieusement, avec la mort de Chyrrlion, j'aurais pensé que Hitokage serait en proie à une guerre civile, mais s'était sans compté l'efficacité du nouvel Empereur. Et sans doute Chyrrlion n'avait-il plus tellement la côte. Comme c'est dommage...

Sidwell lui décocha un nouveau sourire, avant de jeter un coup d'oeil à Carmine. La dragonnière n'avait pas encore ravalé toute sa frustration. Il poussa alors un profond soupir.

-Crois bien que je suis navré de ne pouvoir profiter de ta personne plus longtemps, mais cette damoiselle et moi même devons nous accorder sur certains points. Nous avons une visite à faire, et je voudrais éviter les mal entendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skye
Aubergiste
avatar

Peuple : Lios
Second(s) Métier(s) : Chanteuse et musicienne, ancienne prostituée.
Localisation : Hitokage, généralement dans la grande salle de son auberge
Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: Archives   Sam 3 Sep - 18:07

Affichant une moue d'abord dubitative, Skye ne put s'empêcher de rire. Sidwell avait peut être l'air bizarre, mais elle avait apprécié les quelques fois passées avec lui, lorsqu'elle ne possédait pas encore l'auberge. Il avait été gentil, et elle avait vite su qu'il était comme Zephur son ancien maitre. Il pratiquait la magie, et à la différence de Zephur, ou même Geneus, Sidwell n'avait pas eu besoin de beaucoup puiser en elle. Elle savait de quoi il était capable, et ce qu'il était, bien plus que le simple mage. Il lui avait assuré qu'il n'était qu'un humble mage, mais Skye se doutait bien que ça n'était pas vrai. Et puis, l'autre différence avec les autres clients qu'elle avait pu avoir, Sidwell était généreux, très généreux. Elle avait gagné plus avec lui, qu'en trois nuits avec d'autres. Elle avait alors pu se payer à manger pendant plusieurs semaines, et même des nouveaux vêtements.
Et il se comportait toujours comme si elle était une dame de haut parage. Ce qui ne manquait jamais de la faire rire.

-Vil flatteur, la dernière fois que je t'ai fait à manger, ça a été un désastre. Mais j'ai appris depuis. Mais si j'avais su que c'était toi, j'aurai fait en sorte de te rappeler de bons souvenirs.

Skye posa une main sur une des épaules du mage, jouant avec quelques mèches de cheveux. Elle jeta un oeil à Carmine, qui semblait en effet ronger son frein. Sidwell en fit la remarque, et elle put presque sentir l'exaspération de la dragonnière. Elle se pencha pour déposer un baiser sur une joue osseuse.

-C'est gentil de t'en faire pour moi. Mais oui je vais bien. Je vais te laisser à tes affaires, surtout si ça concerne une des disciples. Je suis un peu déçue que tu ne sois pas venu exprès pour moi, mais je t'ai aussi fait quelques infidélités. Et ne l'embête pas trop, fit-elle en montrant Carmine, je sais que tu excelles dans l'art d'exaspérer les gens, mais soit gentil, c'est une dame aussi.

Sur ce Skye fit un grand sourire à Sidwell, qu'elle laissa donc seul avec Carmine. Elle regarda machinalement du coté des escaliers. Geneus n'était pas encore redescendu. Lui et Letty devaient sans doute parler magie, la cause du malaise de Letty. Si la lios était une Source, elle n'était pas très au fait en matière de sortilège, ou de fonctionnement magique. Zephur ne s'était jamais donné la peine de lui expliquer à quoi servait l'énergie qu'elle lui fournissait.
Chassant des souvenirs, qui n'étaient pas tous agréables, Skye retourna en cuisines, où la fille de ce matin, devait attendre depuis un moment. Elle en profita pour servir une tablée en boissons, et remplir les verres de deux mord sith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Archives   

Revenir en haut Aller en bas
 

Archives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Noblesse du Poitou (Archives)
» Peines Alternatives : Procédures et déroulement (Archives)
» [archives] Scénario I : L'oiseau de feu
» Archives judiciaires
» Archives Plume Sagace
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Est :: L'Empire de Morna :: Hitokage la Capitale Impériale :: La Fiancée du Tigre-
Sauter vers: