AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Description de la Fiancée du Tigre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skye
Aubergiste
avatar

Peuple : Lios
Second(s) Métier(s) : Chanteuse et musicienne, ancienne prostituée.
Nombre de messages : 34
Localisation : Hitokage, généralement dans la grande salle de son auberge
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Description de la Fiancée du Tigre   Sam 19 Aoû - 11:36

Située dans un des quartiers populaires, la Fiancée du Tigre a ouvert ses portes cinq ans auparavant. L’auberge se situe dans un quartier à la fois marchand et résidentiel, un peu à l’écart des grandes artères commerçantes de la capitale, dans les quartiers populaires. Elle est fréquentée par une population aux moyens modestes et des marchands et des voyageurs aux bourses conséquentes. Les prix pratiqués y sont raisonnables et souvent dans la moyenne des prix des auberges du quartier. Réputée pour ses soirées, la Fiancée du Tigre est tenue par un couple : Skye et Geneus. Skye est une Lios, joueuse de musique et chanteuse hors pair, elle est aussi celle qui fait la cuisine en plus d’animer les longues soirées ou bien les après-midis les plus calmes. Geneus est une étrange figure qui se tient en retrait, faisant parfois le service, mais veillant surtout à l’ordre et au calme dans la salle. Les plats qui y sont servis sont simples, souvent typiquement morniens, préparés en fonction des arrivages et des saisons. L’auberge sert deux à trois types de plats du jour, midi et soir. Elle sert aussi des plats simples à la demande. Chaque matin, l’auberge propose également un petit déjeuné mornien, dont les plats dépendront aussi des arrivages.
On y trouvera cependant toujours du riz, gluant ou non, de la soupe miso, des rouleaux d’omelette, des mochis, des nouilles sautées, et surtout du thé servi toute la journée.  

L’établissement ne paye pas de mine et semble plutôt petit lorsqu’on le compare aux grandes auberges des quartiers les plus riches, ou des auberges construites dans le but d’accueillir de très nombreux clients. La Fiancée du Tigre table plutôt sur une ambiance plus intimiste et conviviale. Le bâtiment en lui-même est la réunion d’une ancienne boutique de tailleur et d’une maison de ville, lui donnant un air un brin tarabiscoté à l’extérieur. Une grande partie de ce qui était la maison de tailleur sert principalement aux pièces destinées à faire fonctionner l’auberge : cuisine, buanderie, garde-manger, ainsi qu’à abriter la partie privée. La maison de ville est entièrement consacrée aux clients. L’auberge dispose d’une cour arrière, où se trouvent les écuries. Pour y accéder, il suffit de passer par le portail se dressant à gauche de l’auberge. La cour arrière est d’ailleurs scindée en deux par une palissade, séparant les écuries du reste, préservant ainsi le linge d’éclaboussures ou autres salissures.
Ainsi la salle commune dispose de deux portes pour y entrer, une à l’avant sur la rue, ouverte en permanence l’été, bien qu’il faille écarte les nattes de bambou qui tombent à mi-hauteur pour empêcher les insectes d’entrer ; l’autre à l’arrière, permettant de rejoindre directement l’auberge depuis les écuries plutôt que d’avoir à faire le tour. Cette porte ci est parfois ouverte au plus chaud de la saison estivale, mais elle est souvent fermée pour préserver la salle des odeurs provenant des chevaux.
La salle est ainsi disposée : lorsque l’on entre par l’entrée de la rue, on tombe directement sur un large comptoir de bois, derrière le lequel grimpent jusqu’au plafonds, des profondes étagères de bois, exhibant vaisselle, boîtes de thé, café, ou encore bouteilles et pots baguettes. A sa droite immédiate, toujours lorsque l’on entre, une arche, donnant sur les cuisines et la partie privée de l’auberge. La salle s’étale en suite sur tout le reste de la surface, uniquement coupée par un imposant escalier. Celui-ci mène aux étages, il est monté sur pilier, et forme un genre de L. Les piliers permettent de garder une vue imprenable sur la salle, et de laisser passer la lumière des grandes fenêtres, aux carreaux ouvragés, qui courent le long de la façade. La porte arrière se situe au fond de la salle commune, ouvrant sur l’immense foyer qui couvre une grande partie du mur. Les flambées y sont fréquentes, même en été. Il arrive parfois qu’une pièce de viande y soit mise à griller ou à rôtir, en particulier pendant la saison estivale, où portes et fenêtres sont ouvertes. Les murs de la salle sont majoritairement occupés par des fenêtres, dont les carreaux sont divisés par des motifs formés par du fer forgé. Des stores de bambou peuvent être baissés à tout moment de la journée. Un soubassement en bois coure sur les murs, s’arrêtant à la hauteur du bas des fenêtres. Les murs sont couverts d’un crépi à la taloche, d’une couleur gris perle. Le sol est fait d’un parquet naturel à larges lames, qui s’arrête autour de la cheminée, où il est remplacé par un dallage de pierres. On peut également apercevoir par l’arche, que le sol de la cuisine est également en pierre. Le cadre des fenêtres, le soubassement, l’escalier, et les étagères derrière le long comptoir sont en bois à la couleur rouge pourpre. Le reste de mobilier est en bois, d’une teinte plutôt sombre. Les tables sont en style mornien, carrées et plutôt basses, entourées de bancs plutôt que de chaises pour s’y assoir. Des lustres en fer forgé pendent du plafond pour éclairer la salle. Afin de la rendre plus chaleureuse, des tentures aux couleurs lin, taupe, ou encore brune habillent les plafonds. Quelques coussins, aux mêmes couleurs ponctuées de rouge pourpre, agrémentent les assises des bancs en hiver. Des plantes en pots sont disposées çà et là, sur les rebords des fenêtres ou bien à même le sol. La décoration de la salle est sobre, quelques lampions en papier de couleurs, des panneaux peints très étroits, et surtout des paravents de bois peints, pour créer des alcôves.
La vaisselle de l’établissement est également typiquement mornienne, en céramique ou bien porcelaine, colorées et à motifs, ou bien blanche avec des motifs de couleurs, des bols aux assiettes en passant par les tasses et les cuillers. Les baguettes utilisées sont en bois, parfois laquées ou simplement vernies.

L’escalier mène donc à l’étage, ou plutôt aux étages. Il y en a trois. Les chambres du premier sont les plus spacieuses et les plus chères, disposant de leur propre cabinet de toilette. Celles du deuxième sont de taille modeste, et on l’on trouvera deux salles d’eau commune à cet étage. Enfin, au troisième, se trouvent les chambres les plus petites et les moins chères.
Si l’ambiance de la salle commune est sobre et cependant chaleureuse, celles des chambres est différente. Elles sont en commun le même sol en bois brut, à larges lames toujours, et des murs aux couleurs sobres, taupe, lin, ou encore blanc. Elles sont également des panneaux de bois peints, représentant des jardins morniens, des scènes du lac Halakaï, des scènes provenant de comtes ou chansons populaires, ou encore de simples motifs floraux ou animaliers. Chaque chambre est éclairée avec une lampe en papier, qui sont changées régulièrement, pourvue d’une pierre de lumière, plutôt que de bougies pour éviter les incendies. En hiver, les chambres sont en partie chauffées par la chaleur provenant de l’énorme cheminée, ainsi que par des pierres de chauffage dissimulées sous les lattes du parquet. Chaque fenêtre est munie de volets et de stores de tissus de couleurs. Le mobilier des chambres est entièrement fait de bois. Le linge de maison est coloré, pourvu de couleurs vives et chaudes, à motifs ou non. Aucun lit n’a la même parure, pas même ceux du dernier étage.
Au premier, chaque chambre est pourvue d’un lit spacieux, d’une large fenêtre, et celles qui donnent sur la rue, sont pourvues d’étroits balcons, d’un petit cabinet de toilette privé pourvu de latrines – il faudra cependant demander un baquet pour prendre un bain – et du mobilier nécessaire : une petite armoire, une petite table, une paire de chaises, etc.
Au second, on trouvera de petites chambres individuelles, aux lits plus étroits, ou bien des chambres pourvues de deux lits individuels. A cela s’ajoutera une ou deux armoires étroites, une petite table et un ou deux tabourets.
Au troisième, les chambres sont encore plus étroites, et les lits sont parfois superposés, avec des rangements encastrés dans les murs ou dans les lits.
Les deux salles d’eau se trouvent donc au deuxième, et sont utilisables par tous ceux ayant payés pour une chambre. On trouvera également deux cabinets de latrines à cet étage. Les hommes et les femmes sont séparés. Dans chaque salle d’eau, des petits paniers individuels garnis du nécessaire pour faire se laver sont disposés sur des étagères. Pas de baignoire ici, simplement un sol plat et dallé, aux cabines séparées par des paravents de bois. Un établissement de bains morniens se situe au bout de la rue pour ceux qui souhaiteraient se relaxer en plus de simple faire en sorte d’être propre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Description de la Fiancée du Tigre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Museau de Tigre !
» Description de l'île
» Description physique (PV: Gin et Lil Meyer)
» Renom et Wanted du tigre marin !
» [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Est :: L'Empire de Morna :: Hitokage la Capitale Impériale :: La Fiancée du Tigre-
Sauter vers: