AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Après la débandade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Nombre de messages : 75
Localisation : Et mon pied dans ton...
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Après la débandade   Jeu 20 Juil - 23:09

Ce qui aurait pu être une évasion réussie se transformait en une véritable catastrophe. La situation était même complètement partie aux fraises, pour rester polie, Soar ne pouvait se retenir de jurer en voyant le chaos. Ses jurons s’échappaient de sa bouche, comme un dernier mécanisme de défense, bien qu’elle ne fît que les murmurer, comme si parler à voix haute risquait d’attirer l’attention de la chose qu’était devenue Ilory. Elle n’avait plus aucun contrôle sur la tournure des événements depuis longtemps, mais là, elle songea qu’ils avaient probablement atteint le pire degré de merde possible. Quoi que… Elle ne pouvait jurer de rien. Son regard croisa celui de Variel, dont le visage portait une expression qu’elle ne lui avait pas encore vue. Elle vit de la douleur, de la colère, sans doute de la peur, mais elle vit aussi qu’il réfléchissait à une fuite possible. La pensée saugrenue que c’était pour ça qu’elle n’était pas plus gradée que ça, ni n’avait d’hommes sous ses ordres l’étreignit. Soar se sentait incapable de prendre une décision. Variel devait le faire pour sauver ce qui restait de ses mercenaires. Livjatar avait tué l’elfe bleuté qui la surveillait. L’archer était mort, et… le mage de foudre venait de se faire déchiqueter la gorge par Merkan qui ressemblait à une créature sortie des limbes de Mekesh. Le camp ne ressemblait plus à rien, les tentes qui n’étaient pas tout bonnement renversées, tenaient à peine debout. Le feu, allumé plus tôt dans la soirée, ne projetait plus qu’une lumière rougeâtre qui donnait à la scène une atmosphère sinistre, ponctuée par les éclats des éclairs d’Aélior. Le sable déchaîné par Ilory soulevait tissus, débris. Les mercenaires saignaient, tâches sombres sur leurs vêtements sur leurs visages.
Elle ferma les yeux. Elle aurait dû suivre Livjatar. Trop tard pour les regrets. Trop tard pour te rendre compte que cette mission était foireuse et une fumisterie dès le début. Trop tard pour te rendre compte de ta connerie. La prochaine fois… Elle n’était même pas sûre qu’il y ait une prochaine fois. Avec une telle bavure, elle risquait surtout de se faire bannir de la Légion Noire. Elle n’avait même plus l’ordre de mission. Elle savait seulement qu’elle devrait regagner Cemenwin au plus vite. Déserter serait pire.
Elle se demanda si la panique ne l’avait pas submergée pour que ses pensées tourbillonnent et cognent ainsi sous son crâne, alors que devant ses yeux, la scène apocalyptique continuait. Finalement, elle se rendit compte que le Cornu arrivait droit sur elle, accompagné de l’elfe aux muscles saillants. Elle croisa à nouveau son regard, et elle réussit se secouer. Elle ne l’aurait jamais fait quelques minutes avant, mais des boucliers de cuir se déployèrent autour de la magicienne et de l’elfe, qui jouait le rôle d’éclaireur et probablement de voleur et d’assassin dans le groupe, ainsi que dans le dos de ceux qui couraient vers elle. Ce ne serait qu’une maigre protection contre les éclairs qui s’échappaient maintenant du corps moribond d’Aélior, spectacle morbide, et contre d’éventuelles projections de sable venant d’Ilory. Son propre bouclier et son arme disparurent. L’armure se fit plus légère pour lui permettre de courir plus vite et sans gêne. Sans qu’elle se fatigue rapidement. Variel attrapa son poignet et la tira, la relevant – elle se rendit compte qu’elle avait alors gardé un genou à terre – et l’entrainant à sa suite. Comme engourdi, son cerveau songea à Sellan, elle allait protester, mais l’elfe musculeux se saisit du corps de Sellan comme s’il eut s’agi d’une poupée de chiffon et se mit à courir en le portant. Son corps réagissait seul, sous l’impulsion de Variel. Elle fixa son regard sur son dos.

Elle ne vit pas ni n’entendit l’elfe au marteau rappeler les montures des mercenaires. Elle ne jeta pas de regard en arrière, ne vit pas ce que la magicienne et l’elfe aux dagues faisaient. Ilory. Quelle merde. Elle avait voulu rester pour éviter de sacrifier l’humaine. C’était un échec complet. Elle se sentit faiblir, et les boucliers de cuir, qu’elle avait générés, disparurent et elle ne fut plus vêtu que de simples vêtements de coton. Variel l’aida à se hisser sur un lézard, revenue miraculeusement. Ces bestioles devaient être sacrément bien dressées pour revenir malgré le merdier qu’ils avaient sous le nez. Elle aussi, elle était sacrément bien dressée pour ne penser qu’à rejoindre la Légion. Elle vit du coin de l’œil l’elfe mettre Sellan en travers du lézard, comme un sac de farine. Il était dans un état lamentable. Derrière elle, se fut l’enfer. Ses cheveux fouettèrent son visage, le sable se souleva, et elle vit les deux mercenaires restés en arrière surgir de l’ombre du dernier lézard. Derrière eux, une tornade se chargeait de finir le travail de dévastation commencé par Ilory. Commença alors une folle cavalcade.
Les lézards ne se firent pas prier pour détaler à toute allure, peu importait leurs fardeaux. Le vent lui battait le dos, et la force d’aspiration de la tornade l’obligea à se cramponner à Variel, tout en baissant la tête et en fermant les yeux pour éviter le sable. Ses oreilles se débouchèrent, elle entendait les halètements des mercenaires, les grognements, les bruits des pattes des lézards claquant le sol, sa propre respiration. La tornade sifflait, soufflait. Elle entendit alors que Variel murmurait. Elle n’était pas stupide. C’était un chant funèbre qu’il chuchotait ainsi.

Quand Soar refit véritablement surface, la nuit les entouraient encore, avec pour seule lumière la lune et les étoiles. Leur débandade s’était soudainement arrêtée, leurs montures épuisées. Les mercenaires avaient grise mine. Elle devait probablement être aussi pâle qu’une Pleureuse de Yi. Elle sentit ses jambes flageoler quand elle descendit sur le sol, pour que Variel puisse démonter lui aussi. Sellan fut déposé sur le sol. Elle n’avait rien pour le soigner. Il avait l’air à nouveau mort. Elle tituba jusqu’à lui, se laissa presque tomber à genoux. Elle posa ses doigts sur son cou, là où le sang devait pulser au rythme de son cœur. Elle sentit un rythme, faible, mais présent. Elle voulut se redresser, mais mis quelques secondes pour le faire seule, repoussant une main tendue.
Elle se rendit compte qu’elle était entrée en état de choc. Elle n’avait jamais vu une chose pareille. Sûr, des mages craquant finalement leurs robes, elle en avait vu, mais jamais comme ça. Ilory n’aurait même pas dû pouvoir faire une chose pareille. Et Merkan ? La panthère s’était comportée comme un démon, insensible aux coups. Un cauchemar, un désastre. Elle eut envie de rire, un rire nerveux qui la secoua pour finir par lui donner la nausée. Elle aurait pu crever là-bas si Variel ne l’avait pas attrapée. Elle jeta un coup d’œil au Cornu, pour voir qu’il l’observait. Elle avait dû penser tout haut, parce que l’ombre d’un sourire caustique lui barrait le visage. La seule chose que Soar fut capable d’articuler fut une grossièreté :

-Bordel de pute de Selunatsu, celle-là, t’aurais pu prévenir…

Elle secoua la tête.

-Quel gâchis.

Ces morts-là auraient pu être évitées. Mais… si elle était partie. Ilory aurait peut-être réagi de la même façon. Elle soupira. Elle se sentait vide.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sellan
Guerrier
avatar

Peuple : Hybride créé génétiquement.
Nombre de messages : 60
Localisation : Je ne sais pas, je découvre le monde.
Date d'inscription : 29/05/2010

MessageSujet: Re: Après la débandade   Lun 31 Juil - 4:31

Le chaos et la cacophonie s'étaient éteints avec son reste de conscience et d'énergie. La sensation de chute avait été lointaine et l'expérience ne sentit jamais le choc. A la place, sa conscience dériva dans le silence et l'inconnu. Le silence ? Non. Un bruit se faisait entendre, régulier au point de se fondre dans le néant. Un battement, là où il y aurait dû en avoir deux, et faible, si faible... Sa vie était désormais un simple rythme dans les ténèbres, dont l'arrêt signerait sa fin.

On lui avait appris l'existence des Dieux, mais il n'avait rien écouté. Ses Dieux autrefois avaient été ses Créateurs et il avait refusé de se plier à d'autres après avoir brisé ses chaîne et tué ses anciens maîtres. L'identité du Gardien de l'Autre-Monde lui était inconnue, tout comme là où il dérivait. Il ne savait rien mais était toujours prêt à se battre. C'était son but. Sa vie. Même s'il essayait de découvrir, apprendre de nouvelles chose et défier ses gênes, à ses derniers instants il avait essayer de remplir sa fonction.
Et échoué.

Ses yeux étaient ouverts mais ses paupières restèrent closes. Il reconnut le laboratoire dans lequel s'était trouvé sa cuve natale, ou du moins une version fantomatique de celui-ci. Sellan reposait dans la cuve, en face de lui. Il se voyait, ou plutôt ils. Des fragments épars, des cellules pour la plupart, prélevés, arrachés, parfois sur des cadavres. Les corps se souvenaient. Les vivants le ressentaient sans le savoir. Mais lui n'en avait aucune mémoire. Elle avait été réécrite par la scientomagie, manipulée pour servir un but. Et Sellan n'était pas le premier.

Il était le septième. Les six autres avaient-ils ressentis la même chose ? Ils furent morts avant même de naître, lui murmura une voix. Et N°8 ? Elle et lui avaient été des essais. Des prototypes. Et ses gênes lui hurlaient à la fois être parfait et une abomination.
La salle fut tâchée de sang et dévorée par les flammes, comme dans ses souvenirs. Dans son esprit. Le battement faibli, tressailli. Il pouvait sentir quelque chose essayer de le déchirer, de l'attirer au plus profond des ténèbres. Une voix lui rappela avoir envoyé ses Créateurs parmi les morts. Ils l'attendaient, sous forme de feu et de sang. Ils voulaient détruire la cuve dans laquelle il était et l'envoyer les rejoindre. N°7, c'était là son nom, le mot formé par chaque battement. Une simple expérience.

Une forme sombre s'extrait de la cuve, avec un trou béant dans la poitrine. Ses griffes étaient toujours là et les ombres de feu et de sang aussi. Puis la douleur. La rage. Les morts se déchaînèrent contre leur meurtrier... il se sentit déchiré, dévoré... et vivant.

Il y avait une voix. La voix de Soar. Lentement, l'expérience émergea douloureusement. Faible, déboussolé. Sa vue était trouble, ses sens en pagaille ; mais l'un de ses cœurs battait encore. Avec un grognement, Sellan tenta de bouger, nauséeux. Il parvint seulement à cracher du sang. Difficilement, il roula sur le côté au prix de la sensation d'avoir ses membres écorchés. Peut-être même essayait-on de le retenir ; il n'en avait pas la moindre idée. Tout était douleur et confusion. Mais il le sentait. Lourdement l'expérience finie sur le ventre, ses blessures bien en vues. Un trou dans sa colonne vertébrale et un autre à l'emplacement de son cœur.
Un de ses cœurs.
Sa main essaya faiblement d'atteindre l'orifice, bouché par un tissu imbibé de sang.

"R... r't'rer... r'gén... doit m... rég..."

Sellan s'étrangla et cracha un peu plus de sang. Il n'avait plus la force de faire l'effort nécessaire pour enlever sa compresse de fortune, mais continua à tenter pitoyablement. Il ne voulait pas abandonner. Le refusait. Pas avant d'être certain d'avoir sauvé Soar et ne pas avoir au moins échoué à lui avoir porté secours...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Après la débandade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres
» Après le feu et le sang......la reconstruction.....
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Esgal :: Désert-
Sauter vers: