AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chez Finarfin : description & menu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Finarfin
Aubergiste
avatar

Peuple : Elfe
Second(s) Métier(s) : Ancien barde intinérant
Nombre de messages : 98
Localisation : A Celebalda, oeuvrant à combler des estomacs.
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Chez Finarfin : description & menu   Sam 25 Mar - 18:29

La plus célèbre auberge de Celebalda est sans nul doute celle de Finarfin. Elle est d'ailleurs sobrement nommée après son propriétaire “Chez Finarfin”. Idéalement située, l'auberge se dresse dans les hauteurs des Géants Gris, entre la limite des quartiers les plus aisés et la rive du lac Mellin-Fain, surplombant une grande place marchande, et se trouvant à deux pas ou plutôt deux ponts du siège de la Guilde d'Aériaplume, et à quelques centaines de mètres des portes Sud de la cité.

La bâtisse en elle-même rivalise en taille avec les demeures des plus aisés, dans un style architectural typiquement inwerien. Appuyé contre le tronc d'un Géant Gris, le bâtiment s'étend en longueur et se termine à la façon d'une tour, formant un cercle. L'auberge a donc la même forme que l'extrémité d'un bâton de mage, avec le manche se terminant par une sphère. Il s'avance à la fois dans le vide, suspendue, et creusée dans le flanc du Géant Gris, dont le bois a servi à la construction de la partie suspendue. Construite sur quatre niveaux, l'auberge est pourvue d'un imposant rez de chaussé, où l'on trouve une vaste salle commune et les cuisines ; un niveau inférieur qui abrite les réserves, les quartiers réservés au personnel, la laverie et un accès sur un petit jardin suspendu privé ; enfin, les deux niveaux supérieurs abritent des chambres et des salles d'eau. Chaque niveau a ses murs percés de fenêtres, même là où l'auberge s'enfonce dans l'arbre géant, celles du rez de chaussé forment une large baie vitrée, avec une vue panoramique sur la cité, le lac et les frondaisons. Toutes les fenêtres sont munies de panneaux de bois. Deux coursives en bois en font le tour. La première borde le rez de chaussé. Elle se transforme, à l'extrémité ronde du bâtiment, en terrasse pourvue de toiles colorées, tendues pour abriter ceux qui y mangent des quelques rayons du soleil qui percent le feuillage d'Iricht pendant les beaux jours, et de la pluie pour les courageux qui y restent malgré le mauvais temps. La seconde coure autour du niveau inférieur, formant un genre de balcon le long des quartiers privés. Petite curiosité, l'auberge dispose d'un monte charge à l'arrière, pour y acheminer plus facilement denrées, mobilier, ou encore linge de maison. Il arrive même que le personnel l'emprunte pour aller plus vite.

À l'intérieur, l'auberge est toute de bois, mais dispose d'un âtre central, dont la fumée s'échappe par un conduit de métal montant jusqu'au plafond et perçant le toit. L'âtre se trouve au centre l'extrémité circulaire de la salle commune. Il est suspendu par de puissantes chaînes et forme une large cuve dans laquelle sont jetées les bûches. Il reflète le choix du propriétaire qui préfère un véritable feu, trouvant cela plus convivial que les pierres runiques. Cependant, on trouve des pierres runiques pour se chauffer dans les chambres et pour chauffer l'eau acheminée par un réseau complexe de plomberie.

La configuration du rez de chaussé est la suivante : dans la partie creusée dans le Géant Gris se trouvent les cuisines et un accès vers l'extérieur pour le monte charge. L'entièreté de la partie suspendue est consacrée à la salle, avec dans la partie circulaire l'âtre et un accès à la terrasse. Devant l'entrée des cuisines et face à les doubles portes, entrée principale de l'auberge, se trouve le comptoir, formant un large arc de cercle de bois à l'épais plateau patiné par les ans. Deux longues tablées ovales se font face dans la partie rectangulaire, flanquées de chaises au dossier haut. Elles laissent place à des tables de taille différentes, allant de la table ronde pour six à quatre personne, aux petites tables pour deux, aux sièges au dossier en forme d'ogive. Près de la baie vitrée, dans la partie circulaire, des tables en arc de cercle épouse la forme des banquettes appuyées contre les vitres. Le mobilier est tout de bois clair, parfois presque blanc, et seules les banquettes sont pourvues d'assises moelleux au tissus colorés, prune ou vert anis, brodés d’entrelacs végétaux dorés.  Autre touche de couleur au milieu de tout ce bois, les tentures suspendues au plafond, importées d'Erzamar ou provenant de Caerlion.  Servant de point d'encrage pour les bandes de tissus, à la façon du toit d'une tente, les lustres qui éclairent la salle sont en fer forgé noir et bronze et pourvus de sphères de lumières. Les tentures sont régulièrement changées, donnant ainsi une nouvelle ambiance à la salle, au rythme des saisons et de l'humeur du propriétaire. Quelques objets rapportés de ses voyages décorent les murs ou ornent les tables. Masques et statuettes esgaléens, attrapes rêves et paniers tressés irichtanis, bougeoirs cylindriques de cuivre et de bronze andanoréens, vases morniens, morceaux de mosaïque cyriacanne, peintures falastoises, disques métalliques gravés maëldanais, etc.
La vaisselle dans laquelle sont servis les plats est bicolore, avec une face externe entièrement noire et brillante et une face interne dorée, cuivrée ou bronze selon la nuance. Les grands plats et les couverts sont de métal ou de bois.

L'accès aux étages se fait soit par le monte charge et des escaliers de service pour le personnel, et par un large escalier en colimaçon pour les clients. L'escalier en colimaçon se trouve près du bar au rez de chaussé et débouche entre les chambres et les salles d'eau au premier étage, et près des chambres au deuxième.

La configuration du premier l'étage ne diffère pas vraiment de celle du rez de chaussé. Les chambres se situent dans la partie suspendue tandis que les salles d'eau se situent dans la partie creusée dans le Géant Gris. Il y a deux salles d'eau principale, à l'instar des bains que l'on trouve dans le Sud, une pour les femmes et une autre pour les hommes. Ces deux salles d'eau commune sont équipées de l'eau courante, de baquets de bois et de simples douches, sans compter les paniers contenant de quoi se laver et se sécher dans l'entrée où se trouve également des meubles à casier et des miroirs. On trouve également des salles d'eau individuelle pour ceux qui y mettent le prix, elles sont au nombre de six, deux sont pourvues d'une baignoire, les quatre autres d'une douche.
Les chambres sont construites en enfilade dans la partie rectangulaire, et dans la partie circulaire, elles ont la forme qu'auraient des parts de gâteau amputées de leurs extrémités. Au centre du couloir de la partie circulaire passe le conduit métallique de la cheminée de la salle commune.  Les chambres du bout sont les plus grandes et les plus luxueuses, elles jouissent d'une superbe vue. Pour autant, les autres chambres ne sont pas négligées, le mobilier y est sensiblement le même, une literie de qualité, un guéridon ou deux, un petit secrétaire ou bien une petite table, et un meuble de rangement, armoire, commode ou bonnetière. Chaque chambre a également sa lampe d'appoint, faite d'un gros bloc de quartz brut lumineux et d'un lustre à sphères de lumières. Les murs des chambres sont délicatement sculptés, soient de motifs, soient de scènes forestières, ou encore d'animaux stylisés, parfois à la mode irichtani.

Le deuxième étage n'est composé que de chambres, deux grandes chambrées pour les bourses les moins fournies. Les deux chambrées sont munies de lits individuels, chacun avec une table de chevet et une armoire à un seul panneau et deux tiroirs verrouillables. A coté de chaque lit se trouve une lampe d'appoint similaire à celle des chambres de l'étage inférieur. Outre les deux chambrées, on trouve des chambres de taille plus modeste, et dont les fenêtres sont moins grandes. Le mobilier reste pourtant de qualité, literie, chevet et armoire, et parfois une petite table et un siège. Là aussi, les murs sont sculptés de la même façon, fleurs, entrelacs, animaux. Dans les chambrées, les murs ont des scènes de festivités sculptées sur les murs de bois, interrompues par les fenêtres rectangulaires.

Enfin, le niveau inférieur abrite, dans la partie suspendue, les appartements du propriétaire, qui se situe à l'extrémité, et qui jouit d'une chambre, d'une salle de bain et d'un salon privés, décorés selon ses goûts et où s'entassent les souvenirs de ses voyages. Des chambres plus ou moins spacieuses sont à la disposition du personnel, chacune ayant un cabinet de toilette personnel, et se situent dans la partie rectangulaire. Dans la partie creusée dans l'arbre se trouve cellier, garde manger et chambre froide, ainsi qu'un accès vers un petit jardin et vers la plate-forme du monte charge.

~


Chez Finarfin, la cuisine semble simple, mais les produits sont frais et cuisinés avec un certain raffinement auquel on ne s'attendrait pas forcément. Les plats sont généralement typiques du Nord, bien que l'influence des voyages du propriétaire se sentent parfois dans ses plats du jour et selon son humeur avec l'usage d'épices ou d'ingrédients venus de Norkemar, de l'Ouest et surtout de tout le Sud. Parmi les plats servis le plus souvent, on trouvera : des morceaux de gibier, biche ou sanglier, grillés ou rôtis, servis avec une sauce aux framboises ou aux airelles, ou encore au poivre ; des volailles rôties, farcies, ou encore en cocotte ; des lamelles de viande braisées ou confites servies avec des airelles ou des groseilles ; des poissons grillés ou farcis aux herbes ou en croûte de fruits secs, des écrevisses en ragoût ou grillées ; de nombreuses soupes agrémentées de morceaux de poitrine fumée grillées, de fruits secs ; des terrines de viande ou de poisson ; des poêlées et des purées de légumes parfois laqué au miel, etc. Les desserts sont souvent des pâtisseries simples que l'on peut déguster avec des confitures faites maisons. Les boissons que l'on sert vont des vins les plus légers aux plus capitaux, aux cidres de toutes sortes, quelques bières, et surtout des liqueurs de fruits secs ou de baies typiques de Celebalda, sans compter les thés et cafés importés depuis le Sud.



Quelques de plats :

-Filets de biche grillés sauce aux airelles.
-Canard rôti sauce aux framboises.
-Tranches de sanglier braisées aux groseilles.
-Écrevisses grillées.
-Écrevisses au vin blanc.
-Truite farcie aux herbes.
-Truite aux amandes.
-Brochet rôti en croûte de sel sauce au beurre blanc.
-Croquettes de poissons à la noisette et aux herbes.
-Faisan aux champignons, en cocotte.
-Volaille au cidre.
-Lapin laqué au miel et aux herbes.
-Soupe de courge et chataîgnes.
-Soupe de cresson et morceaux d'écrevisse grillée.
-Terrine de poissons.
-Terrine de lapin.
-Terrine de sanglier.
-Tourte au faisan et aux légumes.
-Salade de cresson.
-Purées ou poêlées de légumes.
Quelques desserts :

-Gâteaux blancs au fromage de Celebalda.
-Biscuits aux noisettes.
-Fromage blanc aux baies et au sucre roux.
-Pain perdu et confiture.
-Grillés aux amandes.
-Tartes aux fruits des bois.
-Doigts de miel.

Quelques boissons :

-Liqueur de fraises de bois.
-Liqueur d'abricots de la Vallée.
-Cidre aux framboises ou aux mûres.
-Thé des Elfes, thé noir fleuri.
-Thé des Irichtanis, thé noir aux baies et aux épices.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Chez Finarfin : description & menu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Description de l'île
» Description physique (PV: Gin et Lil Meyer)
» [Divers] Menu transcendant et prêche
» Cours de description Physique (PV Lokhlass)
» visite chez le gynéco
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Inwerin :: Celebalda Capitale Elfique :: Chez Finarfin-
Sauter vers: