AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Traquenard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magnus Flint
Capitaine Pirate
avatar

Peuple : Sluagh
Second(s) Métier(s) : Gunner et épéiste
Armée/Guilde/Institution : Confrérie des Alliés, membre du Conseil des Treize
Localisation : En train de fourailler des tripes mon gars.
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 20/08/2009

MessageSujet: Traquenard   Ven 25 Mar - 23:25

-Abattez moi ces fils de chiens ! beugla dans sa langue natale un Andanoréen par dessus le tumulte ambiant.

Une nouvelle slave de tirs étouffèrent le restant de ses invectives, alors que le Corbeau semblait s'envelopper de fumée épaisse et de l'odeur de la poudre. Les cris se mêlaient au choc des lames et aux bruits sourds des pistolets et autres mousquets, aux craquements et aux grincements des deux bâtiments. Les mages Andanoréens érigèrent à la hâte des boucliers, contre lesquels s'écrasèrent une partie des boulets, l'autre faisant mouche, projetant des éclats de bois partout, et générant plus de cris. D'autres vociférations montèrent depuis le pont adverse, alors que l'équipage du Corbeau passait à l'abordage, ayant profité de la confusion pour lancer des grappins et apposer des échelles. Les élémentalistes du Corbeau érigèrent à leur tour des boucliers, alors que le navire Andanoréen répliquait avec ses propres canons. Thane, le maître technomage en profita pour répondre avec  un canon de son cru, projetant des sphères de foudre, dont les impacts violents couvrir l'avancée du restant de l'équipage.
Flint arma son arme, et tira dans l'Andanoréen le plus proche, qui bascula par dessus bord. Isthios leva son sabre pour le saluer, le remerciant, avant d'embrocher le marin le plus proche. L'équipage adverse s'était vite repris, et cherchait déjà  à repousser les assaillants. Flint se déplaça le long de son propre pont, rechargeant son arme à feu, cherchant une cible. Les six yeux du Sluagh balayait le pont et le gréement Andanoréen, en quête d'une proie. Il ne participait pas à l'assaut brutal, laissant ceux dont le sang s'était mis à bouillir à l'annonce de leur prochain assaut, un dernier avant de rentrer, s'occuper de l'étripage en règle. Flint n'avait plus besoin de participer aux assauts depuis qu'il était capitaine de son propre navire, même s'il continuait de le faire, histoire de ne pas mourir d'ennui, ou de rappeler ce dont il était capable, quitte à se prendre une épée en travers de la cuisse.

En quittant le port d'Hirador, Flint avait mis le cap vers le Sud, vers Tolceleg, sous un ciel bas et uniformément gris, donnant à la mer de Fordaëtha l'aspect d'une gigantesque marre poisseuse. L'accalmie après la tempête de la veille ne durerait pas longtemps, à cette saison, les Dieux de l'Hiver s'en donnaient à coeur joie dans cette partie du monde. Et en quittant le port, il savait aussi que les Andanoréens qui avaient mouillés à quelques rames d'eux, se lanceraient à leurs trousses. Ils avaient été reconnus, mais pas de guerre sur les quais des Galaedorans, l'Archipel était reconnu par tous les partis comme un terrain neutre. Cependant, Flint ne pouvait pas non plus lancer d'assaut ouvertement. Lorsqu'il fut suffisamment éloignée des îles, son pilote, sous ses ordres, mit le cap sur Norfrendre. Les eaux au Nord de l'Inwerin et de Norfendre étaient le théâtre d'affrontements réguliers entre Norfendre et Tiern Il serait facile de mettre la disparition du navire Andanoréen sur le dos du conflit qui opposait la relique du vieil empire nordique au royaume des descendants des farouches Norrois. Il serait aussi aisé de se dissimuler. Le Corbeau avait pris de la hauteur, et Flint avait fait en sorte que le navire et son équipage soient invisibles aux yeux de ceux qui les cherchaient. Le Sluagh n'avait jamais dit à personne son secret, pas même au Kraken, alors que celui-ci avait essayé de lui soutirer l'information, à grand coups de verres de son whisky le plus coûteux. Flint n'avait jamais desserré les dents, au grand damne de Calant, qui avait juste perdu une caisse de ses meilleures bouteilles. Le Corbeau n'avait plus eu qu'à attendre son poursuivant, alors que son capitaine avait beuglé ses ordres, et que son équipage ne se mette à s'agiter dans tous les sens. Il n'y avait que le vrombissement des moteurs qui à une distance suffisamment courte, pouvait le trahir. Les voiles et le pavillon dorés de l'Andanoréen avaient fini par se pointer, et la vigie l'avait signalé. Le Corbeau avait fait en sorte de se tenir à distance, son équipage avait eu le temps nécessaire pour s'armer. L'équipage nocturne manœuvrait le navire, tandis que le diurne donnerait l'assaut. Le Corbeau, sur un cri de son capitaine, avait fondu sur sa proie, apparaissant au milieu des nuages.  Ouvrant les hostilités, le Corbeau avait tiré une première fois, touchant durement sa proie. Le moment de surprise passée, les Andanoréens se reprirent, et les premières ripostes se firent sentir sur la forme de longs traits de balistes, tirés depuis le gaillard arrière. Le Corbeau avait fait le tour du bâtiment adversaire, tirant slave sur slave, avant de se poser avec fracas, presque coque contre coque avec l'Andanoréen.

Flint entendait toujours l'officier Andanoréen jurer et hurler des ordres à l'équipage. Il dégaina son arme, et la pointa dans la direction d'où provenait le son. La voix de l'officier perçait le tumulte ambiant, œuvre d'un sort amplificateur. Euthalia, perchée sur dans le gréement hocha la tête. La rouquine ferma les yeux, et se concentra. Les dernières injures de l'Andanoréen furent brutalement étouffées. Les Sluaghs avaient pris pied sur le pont du navire, poussant les Andanoréens à reculer. Les Andanoréens essayèrent d'empêcher leur progression d'une façon plutôt radicale, en braquant balistes et canons sur les pirates. Sholto hurla quelque chose que Flint n'entendit que lorsque l'ordre fut relayé. Les élémentalistes de son équipage attaquèrent avant que les canons Andanoréens soient chargés. L'un des canons explosa, crevant une partie du pont du navire qui fut ébranlé. Des cris de rage ou d'excitation s'élevèrent en même temps qu'une nouvelle fumée noire et épaisse. Des éclairs traversèrent ce nuage sombre, et les élémentalistes Sluaghs se retrouvèrent à devoir se protéger. Flint leva une nouvelle fois son sabre, pointant une direction. Euthalia relaya son ordre sans qu'il ait besoin de le dire. La télépathe transmit à tout l'équipage. Flint savait qu'elle dormirait pendant quelques heures après ça, mais le voyage de retour ne devrait pas être mouvementé. Il adressa une brève prière à Nìbi. Lui qui ne priait presque jamais en été venu à reconsidérer la chose. Naekan aurait pu être fier, lui qui priait avant, pendant et après chaque voyage en mer, chaque assaut, et chaque escale. Sa dévotion ne lui avait apporté aucune récompense. Le sang fut versé des deux côtés, Flint vit Hajna être éventrée, rattrapée par deux de ses camarades, et renvoyée sur le pont du Corbeau pour y agoniser, alors qu'Iwahara s'empressait d'essayer de faire rentrer ses tripes à l'intérieur. Flint aurait grimacé s'il avait pu. Au lieu de ça, il tira, en même temps que trois autres membres de son équipage, placés stratégiquement, pour abattre les tireurs des balistes.

Ses yeux étaient partout, et le Sluagh devait penser vite et réagir vite. Anticiper. Les Andanoréens étaient bons, pas étonnant qu'ils aient essayé de les suivre. Pour Flint, le bâtiment puait le chasseur de prime ou bien le corsaire à plein nez. La dunette arrière du Corbeau prit feu, jusqu'à ce qu'un élémentaliste n'éclabousse tout le gaillard arrière en ramenant une vague d'eau glacée. Les pensées de Flint allèrent vite. L'élémentaliste reçut son ordre, et fut rejoint par un autre, qui manqua de glisser sur le pont mouillé. Une vague prit d'assaut une partie du navire Andanoréen, avant de geler. La confusion était à son comble, et une nouvelle levée de boucliers crépitants devant chaque coque de navire signala des feux croisés.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Traque
Serviteur
avatar

Peuple : Sluagh araignée
Second(s) Métier(s) : Chieuse
Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Traquenard   Ven 10 Mar - 14:46

Elle avait fait partit des premiers qui s'était jeté sur le navire adverse afin de l'aborder. Quand Flint lui avait parlé de l'attaque, elle s'était sentie réchauffée par son sang bouillonnant de l'envie d'en répandre un peu partout. Elle avait alors enfilé ses harnais, chargé ses armes entretenue avec soin, et enfilé ce qui faisait sur elle une sorte de grande jupe qu’elle avait sanglée à son abdomen, l’empêchant de s’envoler et de la gêner dans ses mouvements. Une fois sortie elle s'était placée là où elle avait la meilleure vue sur leurs adversaires : sous la coque. Avec l’approbation de Sholto bien évidement, La Traque savait qu’elle ne pouvait pas faire ce qu’elle voulait. Elle s’était assuré avec son propre fil, afin de ne pas tomber dans l’océan comme leur mousse il y a quelques temps, et s’était collée au bois pour ne pas être trop visible. Chercher un adversaire tête en bas sous un bateau n’était pas chose courant et comme elle avait été discrète, elle n’avait essuyé aucun tir et pu voir les basanés les chercher des yeux. Le Capitaine avait eu le nez creux en voulant les prendre à leur jeu en attaquant le premier, ces enfoirés ne les auraient pas laissés partir tranquillement.
Les premiers tirs de canons avaient lancés l’assaut et elle était remontée sur le bastingage pour l’abordage.

-Mais où vas-tu trésor ?

Sa langue darda et s'enfonça dans la gorge de l'Andanoréen alors que trois de ses bras l’enserrèrent, l'empêchant de fuir comme il voulait le faire. La voix de ce dernier se perdit dans un gargouillis chaud alors qu'elle injectait ce poison propre aux araignées, celui qui liquéfiait leurs victimes de l'intérieur, ne laissant qu'une enveloppe pleine d'une bouillie d'organe et de muscles. Elle avait volontairement touché sa colonne vertébrale, il s'écroula, paralysé mais encore vivant. Pour l'instant.
Un coup de feu à côté d'elle lui indiqua la position de Ranos qui s’arrêta pour regarder la victime de l’araignée au sol qui était secouée de légers soubresauts.

-Ah ! C'est dégueu, me dis pas que tu l'as r'fait ?

Le bras de l'araignée se déploya, rapide, et elle colla une balle entre les yeux d'une canonnière allant frapper le Thuatann d’une tige de fer. Elle s'écroula, face contre le bois, sa baguette pour tasser la poudre encore en main. La Traque regarda Ranos sans aucun masque condescendant, affichant la sincère fureur qu'elle avait contre à l'instant même. Ils venaient à peine de manquer de se prendre une slave de canon dans la tête, ce n’était pas le moment de se faire avoir bêtement.

-Bordel, te déconcentre pas sinon tes tripes vont décorer le pont sale con ! On prend pas l'thé ! Je m'demande qui t'as laissé venir, merde !  

Un autre bras se saisit d’un fusil qu’elle chargea d’un coup. Deux corps s’écroulèrent quand elle tira en même temps que Ranos plantait une lame dans l’un des matelots. Ces derniers étaient bons, trop bons. L’équipage du Corbeau devait avoir affaire à des chasseurs de prime. Elle frissonna en y pensant. Un frisson de plaisir. Un peu de challenge n’était pas de refus, au contraire, c’était terriblement excitant. Une de ses paires d’yeux capta une ouverture.

-J’lâche tes miches.

-Ok !

L’araignée grimpa avec une vitesse surréelle dans les cordages, lançant un fil de soie par devant elle pour s’assure au cas où elle viendrait à basculer. Les hommes du nid de pie la virent monter, et commencèrent à tirer, elle évita de peu une balle. Une vague pris d’assaut le navire Andanoréen et en gela une partie. Le ballotage fut à l’avantage de La Traque qui profita de la seconde d’inattention des quatre tireurs embusqués dans le nid de pie pour lancer un fil de soie sur l’un d’entre eux et le faire basculer. Elle l’enroula dedans de deux bras sans cesser de grimper, changeant de trajectoire. Elle se prit une balle à l’épaule et redoubla de vitesse. Quand elle fut là-haut, c’était trop tard pour les tireurs pour réagir. L’un d’entre eux préféra sauter, se brisant les jambes sur le pont, elle égorgea les deux autres. Celui qui était empaqueté était un élémentaliste de foudre et lui asséna une décharge électrique. Choix peu judicieux bien qu’efficace. Prise de convulsions elle n’eut plus la maîtrise de ses bras et le lâcha. Il s’écrasa sur quelqu’un, mais elle ne put dire qui s’était ou de quel camp il était. Toujours secouée par l’électricité, elle sentait l’odeur de ses poils roussis, sa peau brûlante, ses tympans bouchés et se recroquevilla autour de son abdomen, prenant la position des araignées lorsqu’elles sont blessées, ou mortes. Mais elle n’avait pas l’intention de crever, et la décharge n’était pas assez forte pour cela.
Sous elle, les corps des deux qu’elle avait tués était encore chaud, autour d’elle elle n’entendait plus vraiment les sons de la bataille. Elle jura intérieurement, fichant tous les dieux et toutes les grossièretés qu’elle connaissait à l’intérieur. Son corps et ses doigts étaient engourdis, des étoiles explosaient devant ses huit yeux. Ca n’était pas la première fois qu’elle se recevait un coup de jus et ce serait pas la dernière, mais bordel qu’est-ce que c’était douloureux.

« La Traque ! Ça va ?

Ouai. Juste un putain d’élémentaliste de foudre. Chui juste secouée. Je retrouve de la sensation dans les doigts et j’y retourne.

Bien, ne meure pas.

Ce serait con en effet. »

Elle agita les mains pour faire circuler le sang. Elle avait des fourmis dans tout le corps. Ironique pour une araignée. Quand elle put plier les doigts  la demande, elle se déplia d’un coup. D’en haut elle avait une bonne vue d’ensemble, elle tira un fusil de son attirail et chercha une cible de ses huit yeux. Les basanés étaient doués, mais plus si nombreux, la vague en avait gelé certains et les canons étaient presque tous hors service. Ranos était aux prises avec une matelot qui semblait lui donner du fil à retorde, mais Ignecus vint lui prêter main forte en peu de temps. L’araignée leva son fusil de précision et visa la tête d’un des canonniers qui venait de braquer le canon en direction du capitaine Flint avant de l’abattre d’un coup.


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnus Flint
Capitaine Pirate
avatar

Peuple : Sluagh
Second(s) Métier(s) : Gunner et épéiste
Armée/Guilde/Institution : Confrérie des Alliés, membre du Conseil des Treize
Localisation : En train de fourailler des tripes mon gars.
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 20/08/2009

MessageSujet: Re: Traquenard   Dim 30 Juil - 23:41

Les coups de canons emplissaient l’air de fumée, prenant d’assaut les narines et la gorge, une fumée âcre. Les boucliers des mages à bord crépitaient, empêchant les boulets de faire des trous dans la coque. Les deux navires se livraient une bataille dans une étreinte mortelle, un ballet dangereux, au-dessus de l’océan glacé du Nord. La magie rendait l’air aussi que celui d’une forge. Le navire Andanoréen luttait pour se dégager de la glace qui l’emprisonnait, l’empêchant de manœuvrer, l’alourdissant. Le navire penchait dangereusement, les marins glissaient à présent sur le pont qui n’était plus d’aplomb. Cela n’empêchait personne de s’étriper à grand renfort de lames, de pistolets ou de sorts. Euthalia le tenait informé de la situation. La télépathe était nichée à l’intérieur du navire, protégée par deux marins, et était en contact avec l’équipage entier, relayant ses ordres. Flint beuglait ses ordres, autant qu’il les envoyait en pensées violentes à la télépathe. La bataille était chaotique, comme à chaque fois. Des éclats de bois volaient de temps en temps. Des bruits d’eau sonores indiquaient parfois que des corps ou des débris tombaient dans la mer. Les moteurs des deux aéronefs vrombissaient, assourdissants. Le Corbeau en tremblait, le bois gémissait presque.
Un tir de canon solitaire éclata un mat, déchirant une voile. Flint beugla plus fort. Une boule de feu percuta la coque du navire Andanoréen, roussissant le bois, enflammant quelques cordages. Une vague d’eau mer balaya alors les deux navires.
Flint rattrapa son chapeau de justesse, alors que l’énorme vague emportait tout sur son passage. Il recracha l’eau de mer, replaça son couvre-chef détrempé sur sa tête dégoulinante d’eau. Euthalia lui signala que son équipage comme l’ennemi tentait tant bien que mal de se remettre debout. Elle lui signala que trois membres étaient tombés à l’eau. Flint ordonna de les repêcher. Deux blessés. Flint ordonna qu’ils reviennent. Un mort. Merde.

« Euthalia, si la Traque peut se secouer, dis-lui de prendre deux gars et d’aller m’envoyer par le fond ces enfoirés de mages. »

« Compris ».

Les canons de Corbeau tirèrent à nouveau, éclatant une partie de la coque de l’Andanoréen, qui répliqua par un violent jet de flammes, qui obligea les marins encore sur le pont de se jeter sur le sol. Flint se jeta derrière une rembarde, tenant son précieux chapeau. Le souffle d’air chaud lui roussit les écailles. Le bois du Corbeau avait pris, rougeoyant comme couvert de braises.

« Flotte ! »

A peine eut-il hurlé mentalement qu’une slave de vague surgit, s’écrasant sur la coque, qui se mit à fumer. Flint toussa, arma son mousquet, et abattit un Andanoréen qui tentait de monter à bord. La surprise passa sur le visage de l’homme qui lâcha le cordage qu’il tenait avant de basculer dans le vide.

-COUPEZ-MOI CETTE PUTAIN DE CORDE !

C’était le Corbeau qui prenait d’assaut le navire ennemi et par l’inverse. Kelaba, un énorme Esgaléen à la peau d’ébène abattit le tranchant de sa hache sur le cordage, envoyant à l’eau d’autres Andanoréens. Ceux accrochés à la corde s’écrasèrent contre la coque de leur navire. Cruel, un de ses mages envoya une vague qui se changea en glace. Flint claqua des mâchoires, courut vers la barre, l’arrachant aux mains de Varfolomey et fit faire une manœuvre à l’aéronef, secondé par ses élémentalistes qui poussèrent le navire à grand renfort d’eau et de vent. Le Corbeau s’écrasa violemment contre son adversaire, éclatant les marins gelés comme une masse s’abattant sur de la roche, enfonçant le flan de l’Andanoréen, le bois craqua, se fissura brutalement. Le Corbeau n’eut rien, protégé par ses boucliers qui crépitèrent, expulsant des gerbes d’étincelles. II vit Iwahara aider deux marins à repasser sur le pont du Corbeau. L’un d’eux se tenait le ventre, ses vêtements noircis de sang, les mains ensanglantées. Il dérapa, s’écrasa sur le pont et deux des yeux de Flint virent ses tripes se répandre sur le sol. Il vit Gisla, leur nouvelle guérisseuse sortir sur le pont, accompagnée de Hajna. Elle glissa mais se réceptionna, sur les genoux, jusqu’au marin. Elle remit sans ménagement ses tripes à l’intérieur avant de le soigner par magie. Flint entendit les râles et cris du marin par-dessus tout le reste.
Ses canonniers s’acharnèrent, continuant de tirer, mais les Andanoréens avaient remis leurs boucliers en place.

« Euthalia, La TRAQUE ! Maintenant ! »

Hors de question de perdre plus de temps. Plus cette bataille durerait plus il perdrait des hommes. Le compte des morts s’élevait maintenant à plus de cinq. S’il le pouvait, il aimerait éviter de couler le navire, mais Flint sut qu’il n’aurait pas le choix. Il ne comptait pas retourner à Tolceleg avant des mois, et remorquer une carcasse de navire prenait du temps. Surtout avec un trou pareil dans la coque. Le Corbeau fut agité de soubresauts. Ses propres mages commençaient à fatiguer, et si les moteurs pouvaient tourner seuls, les boucliers eux, ne seraient pas alimentés. Les minutes suivantes seraient celles qui compteraient.

« Euthalia, pas de quartier. Pas le temps de faire dans la finesse. Tant pis pour le navire. Couler le. »

Il sentit son ordre être relayé, ponctués par une nouvelle canonnade. Toujours trempé et à moitié cramé, Flint se dit qu’il faudrait impérativement qu’ils se sèchent tous avant de continuer, sans cela, ils crèveraient de froid, il résistait déjà à l’envie de claquer des dents, maîtrisant ses tremblements. Il serra et desserra les poings, ses mains s’engourdissaient.

« Fusil »

Sharka lui déposa un long fusil dans les mains. L’arme était sèche. Flint posa un genou à terre, appuya le canon sur le garde-corps. Un de ses yeux se concentra. Il se mit à tirer, abattant un à un les Andanoréens passant dans sa ligne de mire. Sharka, armé lui aussi d’une arme longue portée, le couvrait, évitant qu’un Andanoréen ne se secoue et commence aussi à les tirer comme des lapins. Viser était difficile dans toute ce chaos, à travers toute cette fumée. La vision de Flint était excellente, trouver des cibles, les tuer sur le coup ou les blesser pour permettre à d’autres de les achever était facile.

-PAR LES MAMELLES DE VIRVA !

Une puissante détonation troua complètement la coque de l’Andanoréen, Flint dut baisser la tête pour éviter des éclats de bois enflammés.
« Retraite ! »

Le navire Andanoréen n’allait pas tenir encore longtemps, l’épaisse fumée qui sortait de sa carcasse qui volait encore par miracle signalait que la Traque était passée par là. Plus de boucliers ni magie. L’aéronef émit un bruit faisant penser à un râle d’agonie avant de basculer lentement, lourdement, vers l’océan. Des cordes furent relancées depuis le Corbeau pour venir en aide aux pirates sur l’aéronef en train de sombrer et dont les moteurs luttaient encore, agonisant, en vain. Ses gars commençaient à revenir aussi vite que si les furies de Ciardha étaient à leurs trousses. Les Andanoréens cherchaient eux aussi à se sauver ou bien à continuer de tuer le plus de pirates possibles. Flint songea qu’il aurait fallu fouiller les quartiers du capitaine. Euthalia lui assura que cela avait été fait. Les trouvailles étaient intéressantes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Traquenard   

Revenir en haut Aller en bas
 

Traquenard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rusard a perdu son chat [LIBRE]
» Traquenard ! [ PV ]
» Traquenard organisé ( Dagget vs l'Iroquois et Mantis)
» Traquenard à la sith [Zora]
» Traquenard
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Océans & Îles :: Les Mers :: Mer de Fordaëtha-
Sauter vers: