AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liadan Fardale
Messager
avatar

Peuple : Versipellis
Nombre de messages : 105
Localisation : Là où le courier me porte !
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Dim 4 Jan - 17:11

Juchée sur une Reith robuste, au plumage brun moucheté de noir, Liadan avançait à une allure tranquille, mais constante, sur un des larges sentiers de terre, balisés par des piquets peints, qu'on appelait routes dans le coin. Au dessus d'elle, l'épaisse frondaison de la forêt d'Iricht. Ici, même au cœur du règne d'Athanasius, certains arbres, parmi les plus anciens, et Primula savait qu'ils étaient nombreux avec leurs troncs aussi larges que dix Maëldanais, gardaient leurs feuilles. Entre les branches entremêlées, et les quelques trouées, la messagère pouvait voir un ciel bas, d'un gris clair uniforme. Aelius peinait à percer, et l'air était frai, sentant l'humidité. La question était, pluie ou neige ? Liadan préférait la première, avec la pluie, elle pourrait continuer à avancer. Avec la neige, la progression serait plus difficile, surtout lorsqu'elle serait à découvert, lorsqu'elle gagnerait le sud de la vallée de Dangweth.

La Versipellis avait quitté Celebalda alors qu'il faisait encore nuit, chargée de deux sacs de courriers, et d'un autre, plus petits, de petits paquets. Les plus gros étaient acheminés autrement, par chariot, et prenaient plus de temps pour arriver à destination, surtout quand il fallait les amener jusque dans les petits hameaux disséminés à travers la campagne du Nord. La charge de Liadan diminuerait au fur et à mesure de son voyage, alors qu'elle traverserait les relais d'Aériaplume, où elle laisserait le courrier à d'autres messagers locaux. Elle entamait un nouveau voyage qui promettait d'être long. Depuis Celebalda, elle avait prit vers l'Ouest, pour le Falast. Son voyage se terminerait à Valin, et cela lui prendrait un mois, peut être un peu moins, et peut être plus. Elle aurait pu prendre une barge et descendre le Duinfain depuis le lac d'Or Blanc, mais son précédent retard avait été puni par Munir, qui avait décrété qu'elle ferait le voyage à pieds. Évidemment, Estienne Velimir, première Messagère, avait tempéré la sentence en lui concédant une monture. Heureusement pour Liadan, elle n'avait pas eu à reprendre Tempête, l'horrible Laurëcaras du ranger Méric Sildivène, qui l'avait à peine remerciée d'avoir ramener son bourrin à Celebalda. Liadan s'était empressée de fuir ce matin, pour éviter de nouvelles remontrances de la part de Munir. L'ancien ranger et messager était une vraie plaie. Bien trop à cheval sur les règles... Et la ponctualité.

L'humidité ambiante imprégnait ses cheveux, et collait à sa peau et ses vêtements, mais aussi aux plumes de sa Reith. Nommée Noisette, un nom fort original, elle s'était vite accommodée de sa nouvelle cavalière. Liadan avait l'habitude des Reiths, qu'elle préférait nettement aux chevaux, ou à toute autre monture. Sans doute parce que ces bestioles étaient intelligentes et vives. Et elles se montraient rarement aussi stupides qu'un foutu laurëcaras. Noisette s'immobilisa soudainement, ses oreilles bougeant. Elle piaffa, sa mâchoire osseuse claquant. Liadan porta instinctivement la main à son épée, surveillant les fourrés. Des branches craquèrent sous les pas de quelqu'un, légèrement sur sa droite, derrière elle. Elle fit pivoter sa monture, se mettant face à la direction dont provenait les bruits. Prudente, elle ne lança aucun "qui va là ?" ni "montrez-vous" car le bruit pouvait très bien être une diversion. Mais il aurait fallu être complétement fêlé du carafon pour s'en prendre à une messagère, pour la simple raison qu'à part la Reith, le reste ne valait rien, et Liadan en possédait pas grand chose. Et on ne pouvait pas dire que sa bourse était un butin digne de ce nom. Pas plus que le courrier qu'elle transportait. Sur le qui vive, elle entendit le bruit se rapprocher, et elle sortit sa lame de son fourreau, avant de voir ce qui lui arrivait dessus. Ou plutôt, qui lui arrivait dessus.


-Ah !

Liadan se retrouva nez à nez avec un homme, plutôt jeune, qui ne semblait pas franchement avoir l'étoffe d'un brigand. L'épée qu'elle avait dégainé fut baissée, la pointe n'étant qu'à quelques centimètres du visage de l'inconnu. Noisette exprima son opinion avec un soupir désappointé, agrémenté d'un claquement de mâchoire marquant son désintérêt.

-Vous m'avez foutu la trouille à sortir des fourrés comme ça, pouviez pas faire comme tout le monde et marcher sur la route ? Enfin si on peut appeler ça une route, maugréa-t-elle, encore un peu et j'vous trucidais.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuo
Érudit/Professeur
avatar

Peuple : Kitsune pardi !
Second(s) Métier(s) : Aventurier
Nombre de messages : 11
Localisation : C'est moi qui vais te trouver, pas l'inverse !
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Mer 4 Fév - 21:27

Les forêts inwilissiennes étaient décidément plus sauvages, une fois hors des sentiers battus, que dans mes terres natales. L'humidité ambiante, non contente de me geler jusqu'aux os, donnait sur le long terme une luxuriance aux fougères et autres ronces qui foisonnaient entre les troncs millénaires. Cependant je ne me laissai pas faire par la végétation qui en voulait après mes frusques, car à grand renfort de flammes je débroussaillais devant moi.
Ma dernière rencontre dans les bois avait quelque peu joué sur mon humeur, et contribuait à cette démonstration flamboyante de mon tempérament ; j'avais préféré coupé à travers champs, ou plutôt bois, au lieu de céder à l'envie grandissante de corriger le petit effronté qui m'avait cherché. Mais j'étais plus grand et mature. A la place je calcinais un peu de végétation pour me tailler un passage.

Je commençais à désespérer de trouver enfin un nouveau sentier pour continuer mon périple, irriter surtout par l'étouffante humidité. En continuant en ligne droite, j'avais une chance d'en croiser un de nouveau, ou de sortir de la forêt au moins, ce qui me laisserais plus de choix quant à une destination future. Car je n'avais aucune idée d'où aller, après mon périple à Dangweth ; je devais seulement mettre le plus de distance possible entre les royaumes du nord, au-delà d'Inwilis, et moi.
Quand enfin les fourrés denses me laissèrent respirer et entrevoir un chemin, ce fut pour m'arrêter à un pouce d'une lame, maniée par une dame, qui de sa monture me dominait, l'air suspicieux. Il y eut un moment de flottement, qui parut la rassurer ; pensait-elle sûrement voir un bandit de grand chemin, ou un quelconque danger surgir. Cela me vexa quelque peu de ne pas paraître menaçant, mais si ça pouvait m'épargner de prendre du métal dans la carotide...

"En effet, ça aurait été dommage... vu que je ne suis pas armé..."

Avec un petit rire, je fis s'éteindre les deux sphères de flammes que j'avais générées au creux de mes paumes ; ces dernières, tournées vers l'extérieur, protégeaient à la vue le feu magique, le temps d'identifier la menace, et ne pas révéler immédiatement mes cartes. Ce fut une sage décision, puisque la demoiselle ne souhaitait pas m'occire et s'était simplement montré méfiante. Comment lui en vouloir, dans pareil endroit ?
Je me raclai la gorge, histoire de passer ce moment de gêne, et lui offris mon plus beau sourire dans l'espoir de détendre l'atmosphère. Je dus avoir l'air d'un idiot, mais c'était un moindre mal vu que je n'avais pas été raccourci d'une tête au niveau du coup. Cela valait bien de montrer mes dents blanches pendant quelques secondes, avant de tendre poliment la main.

"Moi c'est Kazuo, je voyageai vers le sud quand j'ai été... contraint de couper à travers bois. Et je me suis perdu... pourrais-je vous accompagner jusqu'à la prochaine cité à laquelle vous ferez halte ? Cela m'enlèverais une belle épine du pied."

J'espérais avoir été assez courtois pour qu'elle n'y prête pas de mauvaises intentions. Ce que je n'avais pas, bien que cette demoiselle ait été fort plaisante à regarder. Mais pas assez rousse à mon goût et peut-être un peu jeune ; même si je ne faisais pas mon âge, après tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitre-renard.skyrock.com/
Liadan Fardale
Messager
avatar

Peuple : Versipellis
Nombre de messages : 105
Localisation : Là où le courier me porte !
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Dim 15 Fév - 22:26

Elle garda une bonne prise sur la poignée de son épée. La dite lame était proche d'une claymore, en plus fine et plus élégante. La garde ciselée pour former des motifs de plumes, protégeait efficacement sa main, à la manière d'une garde de rapière. Les petites runes gravées sur le centre de la lame luisaient d'une douce lueur violette. Elle identifia l'homme devant elle comme un Thérianthrope ou un Versipellis. Il arrivait que les Versipellis choisissent de garder des caractéristiques animalières dans leur physique - ce qu'elle ne faisait pas - ou que des Thérianthropes soient coincés entre leurs deux formes. Mais Liadan optait plus pour le côté Versipellis, plutôt que Thérianthrope. Elle remarqua la lueur orangée dans ses deux mains, qu'il prenait soin de garder paumes vers lui et le sol.

-Ne pas être armé ne veut pas dire que vous n'êtes pas dangereux, sourit-elle aimablement.

Les deux lueurs orangées disparurent, et Liadan se contorsionna pour rengainer, jugeant qu'elle en craignait effectivement rien. Sa lame glissa sans bruit dans son fourreau de couleur brune, un peu élimé. Il y eut un petit moment de flottement, que le Renard brisa en se présentant et en expliquant la raison de sa présence dans les fourrés.


-Liadan Fardale, se présenta-t-elle à son tour, messagère pour Aériaplume. Et on a vite fait de se perdre dans Iricht, quand on ne la connaît pas. Les Irichtanis ont des sentiers partout, mais même après toutes ses années à arpenter la forêt, j'évite de quitter les sentiers des rangers.


Elle se pencha en avant sur sa selle, alors que Noisette, la Reith, restait impassible, l'échange la laissant indifférente. Elle se mit à gratter le sol de ses pattes griffues, cherchant de quoi manger, insectes ou racines.

-Je ne vais pas faire halte dans une cité avant trois semaines au moins, je dois passer par plusieurs patelins dans la vallée avant de gagner le fleuve et de descendre jusqu'à Fainros, avec quelques escales en chemin. Je dois livrer tout ça, fit-elle en redressant pour aller tapoter les deux énormes sacs de toiles harnachés à selle.

Les deux sacs étaient pleins à craquer, luisant d'humidité, l'eau ruisselant dessus, signe qu'elle était passée par une clairière, où la pluie avait pu la tremper. Fort heureusement, tout contenant de transport d'Aériaplume était ensorcelé contre l'humidité, le papier risquant de moisir quand ce n'était pas l'encre qui risquait d'être effacée.


-Mais je doute que vous arriviez à sortir d'ici sans aide. Alors si ça ne vous dérange pas de prendre votre temps, alors ouais, on peut faire l'chemin jusqu'à la prochaine cité ensemble. Z'êtes pas vraiment du coin pas vrai ? Si non vous vous seriez pas enfoncé là dedans.

Liadan désigna d'un mouvement de tête les épais fourrés qui couvraient tout le sol entre les troncs d'arbres énormes de la forêt. Une trouée apparaissait à l'endroit d'où était sorti Kazuo. Le nom sonnait comme Mornien, mais l'accent qu'il avait laissait entendre qu'il ne venait pas de l'empire. Ses vêtements étaient aussi différents, rien qu'elle ne puisse identifier comme venant d'un royaume en particulier. Il était visiblement peu à l'aise, craignant sans doute qu'elle ne change d'avis et se mette à vouloir lui passer son épée en travers du corps. Elle espérait que sa réponse et son air nonchalant, comme si rencontrer des voyageurs égarés était chose commune pour elle, achèverait de le détendre.





Dernière édition par Liadan Fardale le Mer 23 Déc - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuo
Érudit/Professeur
avatar

Peuple : Kitsune pardi !
Second(s) Métier(s) : Aventurier
Nombre de messages : 11
Localisation : C'est moi qui vais te trouver, pas l'inverse !
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Ven 11 Déc - 12:08

Mes oreilles ne purent s'empêcher de tressaillir à la remarque de la demoiselle. Elle était loin d'être sotte apparemment ou alors très observatrice et il était plaisant de croiser des jeunes gens aussi vif d'esprit. Liadan disait-elle s'appeler et à ses dires elle n'avait pas l'air de beaucoup aimer sortir des sentiers battus ; ce que je pouvais comprendre sans l'ombre d'une difficulté.
Elle se présenta aussi comme messagère et évoqua non sans que cela ne me fasse un peu sourire le travail de livraison qu'elle devait faire, me rappelant le métier de livreur que j'avais dû précipitamment quitter. C'était loin de me déranger que de me balader quelques temps en forêt, même si je n'aimais pas vraiment celle-ci ; j'étais là pour voyager ceci dit, voir du pays et je voyais surtout un joli brin de fille qui me proposait de me guider dans un environnement hostile à mon égard, compatissante qu'elle semblait à ma détresse. Comment refuser de l'accompagner ?

"Pas du coin, c'est peu dire ; cela doit faire quoi, presque vingt ans que je ne suis pas revenu en Inwilis ?..." Je dus paraître quelques instants me perde dans mes pensée, cherchant brièvement à calculer cela. "Peu importe, je serais ravi de vous accompagner ! Je ne suis attendu nul part et du moment que je sors de cette forêt... je vous suis."

Bien que toujours un peu mal à l'aise avec la luxuriance d'Iricht autour de moi, j'étais cependant plutôt content de trouver quelqu'un pour me guider ainsi que discuter pour en apprendre un peu plus sur les changements opérées depuis mon départ. Ne sachant pas vraiment quoi dire, je décidais de me montrer poli en appelant à ce qu'elle avait évoqué en ce présentant, et à la vue des sacs de courriers plutôt imposant.

"J'y pense mais j'avais failli travailler pour Aériaplume ; seulement ils n'étaient pas très enthousiaste de mes lacunes en géographie Inwilissiennes. On avait peur que je me perde et... avec vos forêts, je comprend pourquoi à présent !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitre-renard.skyrock.com/
Liadan Fardale
Messager
avatar

Peuple : Versipellis
Nombre de messages : 105
Localisation : Là où le courier me porte !
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Mer 23 Déc - 22:50

-Ravi hein ? Vous allez être moins ravi quand on sortira de sous les arbres que la pluie vous trempera la tronche, mais bon. Si vous voulez sortir d'Iricht, d'ici, le plus direct c'est d'aller vers le Sud-Ouest.

Ces quelques paroles avaient éveillé la méfiance de Liadan. Des fugitifs, elle en avait croisé, souvent. Des esclaves débarquant sur les côtes du Nord, fuyant leurs maîtres du Sud, cherchant à mettre le plus de distance possible entre eux et les possibilités d'être rattrapés ou raflés à nouveau, des voleurs, des pauvres types criblés de dettes, des victimes fuyant leurs bourreaux... Elle se demanda si c'était finalement une bonne idée de voyager avec lui. A part son nom, elle ne savait rien, et elle n'avait pas envie de se foutre dans le pétrin. Elle était déjà dans le collimateur de l'administration de la guilde, un contretemps supplémentaire se traduirait par une réduction considérable de sa solde. Au pire, elle pourrait toujours opter pour la fuite elle aussi. Elle le jaugea une nouvelle fois, se posant quelques questions. Elle finit par secouer la tête.

-Avec vos frusques, c'est à peine concevable que vous ayez réussi à couper à travers la forêt. J'espère que vous n'avez rien fait brûler, où personne ne pourra vous sortir d'ici. Si vous connaissez un tant soit peu Iricht, je serais vous, je rangerai mes flammes autant que possible.

Elle s'écarta pour lui laisser plus de place sur le sentier. Elle dérangea Noisette dans sa quête de nourriture. La Reith rechigna, claquant ses mâchoires osseuses, avant de s'ébrouer, secouant pelage et plume. Elle fixa un oeil jaune sur le Versipellis qui allait marcher à coté d'elle. Elle lui claqua les mâchoires au visage, et Liadan la rabroua d'une vive torsion des rennes, tirant sur son harnais.

-Désolée, elle déteste être dérangée quand elle s'est mis en tête de manger. Mettons nous en route. Par là.

Elle lui indiqua la direction. Il suffisait de suivre le sentier de terre battue, étrangement bien entretenu, malgré la végétation sauvage et anarchique qui poussaient de chaque côté. Les bois étaient quasi-impénétrables. La faible luminosité empêchait son regard aiguisé de voir loin. Mais elle était habituée, et elle ne s'en faisait pas vraiment. Elle avait perçu Kazuo suffisamment longtemps à l'avance pour qu'elle ait eu le temps de réagir. Et si un prédateur du type carnivore passait dans le coin, Noisette, réagirait d'instinct. Kazuo marchait donc à côté d'elle, elle avait encore ralenti l'allure. Au prochain village, elle demanderait une monture pour lui, ou bien, il se débrouillerait pour continuer seul si elle prenait trop de retard. Elle le jeta un regard en biais, narquoise :

-Déjà, si vous pensez qu'Aériaplume couvre tout Inwilis, c'est pas étonnant que la guilde vous ait dit non. Aériaplume n'officie que dans l'Alliance du Nord, ailleurs, ce sont d'autres guildes ou corps de messagers qui s'occupent du courrier. Et Aériaplume ne fait pas passer ses chemins uniquement dans les forêts. Y'en a même qu'on évite.

Noisette marchait souplement, et leur conversation était étouffée par la pluie qui tombait toujours, mais qui mouillait à peine le sol de la forêt, tant les feuillages au dessus étaient denses. La lumière était à la fois obstruée par les nuages et par les arbres, les plongeant dans une semi-pénombre grisâtre. Liadan savait que le brouillard tomberait dans la soirée, et ne se lèverait pas avant le lendemain.

-J'espère que vous aimez marcher. Le prochain village est à trois jours de route à dos de Reith, mais avec vous à pied, il faudra bien compter le double. Pour ce soir, si vous accélérez un peu le mouvement, on devrait pouvoir atteindre un relais un peu après que la nuit soit tombée.

Elle l'observa encore un peu.

-J'imagine que vous n'avez rien sur vous non plus qui soit utile pour monter un camp ? A part vos flammes pour faire un feu.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuo
Érudit/Professeur
avatar

Peuple : Kitsune pardi !
Second(s) Métier(s) : Aventurier
Nombre de messages : 11
Localisation : C'est moi qui vais te trouver, pas l'inverse !
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Lun 11 Jan - 15:29

Courtois, je laissais la demoiselle me donner ses instructions et précisions, même si je sentais qu'elle restait assez songeuse. Cependant je ne m'en formalisai pas, après tout j'étais un étranger en qui elle n'avait aucune raison de faire confiance et qui, comme elle le précisa, avait tracé mon chemin dans la forêt à grand renforts de flammes magiques.

Sa monture -un Reith si ma mémoire était bonne- ne semblait pas très aimable, mais ayant connu bien pire comme mauvais caractère animal, je trouvais ça charmant qu'il ait un peu de personnalité et ne soit pas une bête docile... ou qui avait envie que je lui serve de déjeuner. Un juste milieu n'était pas pour me déplaire et j'affichais donc un grand sourire ravi lorsque nous nous mîmes en route, tandis qu'elle me donna quelques notions de géographie inwilissienne me faisant défaut ; du temps où j'officiais à l'académie mon attention était plus porté sur mon emploi de surveillant que l'agrandissement de mes connaissances.

Ce furent ses doutes sur mon habitude de la marche et la question de mes capacités à survivre en milieu sauvage qui déclenchèrent tout d'abord un regard incrédule, puis un fou rire qui ne manqua pas de dévoiler les crocs hérité de mon lignage animal. Mon hilarité n'avait rien d'insultant ou diriger vers ma nouvelle amie, qui avait toutes les raisons de se poser la question.
Mon accoutrement ne laissait guère suggérer de prime abord que je courrais la campagne avec aisance ; c'était surtout dû à ma veste, d'un beau tissu rouge arrivant à mi-mollet et aux manches vert clair, le tout rehaussé d'un col en fourrure et de quelques petites touches d'apparat, comme la ceinture en tissu qui ceignait ma taille afin de garder la veste fermée, la belle boche dorée sertie d'une ambre qui maintenait la fourrure en place ainsi que ma fine boucle d'oreille à la droite, très fin cylindre cuivré.

Une fois remis de mon petit rire, je me raclais la gorge et d'un mouvement de bassin fit jouer la sangle de ma sacoche de voyage en cuir pour l'avoir sous les mains et fouiller dedans. A dire vrai, j'y enfonçais presque tout le bras, malgré que les dimensions de la sacoche ne semblait pas le permettre ; j'en ressortais une poêle un peu cabossée.

"J'ai aussi une tente, un sac de couchage et quelques autres choses," dis-je avec malice en rangeant mon ustensile de cuisine. "Et bien sûr mes flammes."

Je fis jouer apparaître une petite flamme au creux de ma main et la fit rouler entre mes doigts, avant de la faire éclater en un petit nuage de fumée.

"N'ayez crainte, nous pouvons accélérer le pas. Jusqu'à très récemment -et pendant des années- j'officiais en tant que coursier pour un homme important de ma patrie natale, la belle Val l'Ancienne. Ma tenue a été conçue pour être pratique sur de longues distances tout en restant chic aux yeux de ceux que je devais rencontrer pour le compte de mon employeur ; ma veste est élégante mais sert surtout de coupe-vent qui va de pair avec le haut en laine que je porte dessous."

L'espace d'un instant je dû paraître mélancolique. Ce furent des cadeaux d'Orwell, employeur et ami, qui était mort depuis déjà quelques semaines ; ce fut la raison qui m'avait poussé à fuir si loin au sud. Grâce à lui j'avais toujours pu voyager avec aisance et c'était encore le cas alors que je déambulais au côté de cette charmante Liadan, dans cette forêt plutôt humide.

"Bref, j'ai l'habitude de marcher, je ne serais pas un boulet ; et la pluie n'est pas un problème. En fait, le climat ici est bien plus clément que là d'où je viens. Inwilis est tellement fabuleuse ! D'ailleurs j'avais toujours cru qu'Inwilis était l'autre nom de l'alliance du Nord, et qu'au sud c'était Morna... En fait, par rapport aux Terres de Val l'Ancienne, vous êtes juste les royaumes du Sud."

Je me sentais d'un coup assez vieux, alors que je cherchais à me rappeler des connaissances que j'avais sur Inwilis. Cela faisait quelque chose comme vingt ans que j'avais quitté mon post à Armenelos pour retourner chez moi. Le poids de l'âge se faisait sentir alors que je prenais conscience des quelques rides qui commençaient à marquer mon visage, discrètement. Ce fut à mon tour de secouer la tête, chassant mes idées noires pour arborer à nouveau un sourire ; après tout, je faisais ce que j'aimais le plus dans la vie, voyager, et en prime j'avais quelqu'un avec qui discuter.

"Bien, pressons alors, même si je suis équipé pour la belle étoile, je préfère de loin quelque chose qui s'apparente à un lit pour la nuit !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitre-renard.skyrock.com/
Liadan Fardale
Messager
avatar

Peuple : Versipellis
Nombre de messages : 105
Localisation : Là où le courier me porte !
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Mer 10 Fév - 23:26

Elle se demanda un instant s'il n'était pas un peu fêlé du carafon. Son hilarité la laissa perplexe, elle se demanda si elle n'avait pas dit quelque chose comme étant considéré comme de l'humour dans le pays natal de Kazuo. Noisette émit un son qui semblait refléter un jugement négatif sur le voyageur, claquant en suite des mâchoires pour appuyer son argument. Finalement, il lui montra une besace qu'elle n'avait pas vue, et dans laquelle il plongea le bras. Un sourire étira ses lèvres.

-Un sans fond ! Ces choses là sont fort pratiques, mais elles coûtent horriblement cher, grimaça-t-elle, et si l'enchantement est mal fait, vous perdez tout. Enfin, y'a peut-être quelqu'un, quelque part qui se récupère vos affaires, mais personne n'a jamais pu dire... Mais ça veut pas dire que vous tiendrez la cadence.

Elle eut un sourire aimable, et finalement, elle hocha simplement la tête en entendant le Kitsune lui faire état de son précédent emploi, et donc de ses capacités supposées.

-Val'Ancienne, ça sonne comme du Norfendrois, ils ont des patelins avec ce genre de noms en Norfendre, comme Durfort, Estrefond, ou Combronde... Et pour le climat, attendez d'être en hiver, et nous verrons. Et messager pour le compte d'un particulier, ça m'aurait barbée. Encore plus si l'employeur me forçait à porter des fringues choisies par lui.

La Versipellis était du genre réfractaire à l'autorité, et elle portait un uniforme très personnalisé de la guilde, et seuls les sacs de courriers, la selle de sa monture et le motif repoussé d'ailes sur le dos de sa veste en cuir, la signalait comme une messagère. Liadan éclata de rires à la mention de la petite erreur géographique du Kitsune.

-Faudrait pas que des Montagnards vous entende les traiter de Sudistes, y'en a qui le prendraient mal. Nan, l'Alliance du Nord regroupe l'Inwerin, le Falast et le Maëldan. L'Archipel Galaedor est un allié constant, Aériaplume a des avant-postes là bas, mais j'aime pas y aller, on s'y gèle trop le cul, et pour peu que vous tombiez à la mauvaise saison, vous pouvez y rester coincé pendant des mois...

La messagère poursuivit son cours de géo-politique Inwilissienne tout en faisant avancer sa monture à un rythme soutenu, mais que Kazuo pouvait suivre sans problème en étant à pied.

-Toujours dans le Nord, il y a Tiërn, qui se croit toujours être un empire. Norfendre, berceau des Norrois, les Montagnards et les Maëldanais en sont les cousins ou les frères, ça dépend du degré de patriotisme et d'alcool partagé... Et Dol Blathnat, c'est une île un peu isolée. On dirait Celebalda à l'époque où l'Inwerin était fermé à l'extérieur.

Orientant sa Reith, elle lui fit prendre un embranchement, s'engageant sur une sente plus large que celle qu'ils venaient d'emprunter. Les feuillages audessus d'eux étaient pourtant toujours aussi denses, et la pluie ne donnait qu'une humide désagréable à l'air ambiant.

-Et puis au Sud, j'imagine que d'ici un siècle ou deux, Morna aura tout conquis...

Liadan devint pensive. Le Sud était loin, et était un continent maudit qui lui avait pris un être cher. Mais c'était aussi un continent rempli de merveilles, et dont elle gardait de précieux souvenirs.

-Mais dans le Sud, le mieux, c'est les boulettes de lézards aux piments
de feu, c'est une tuerie. Ca et, les pâtisseries au miel et aux fruits secs. C'est un délice. Je parle de la nourriture Andanoréenne et Esgaléenne, dans l'Empire, ils ont des boules faites avec du riz, qui collent aux dents.


Elle sauta du coq à l'âne, rebondissant sur ce qu'avait dit Kazuo. Elle décida qu'il fallait lui expliquer ce qui l'attendait.

-Oh, vous attendez pas à du grand luxe, les relais d'Aériaplume dans ce genre d'endroit, c'est souvent une cahute en pierres et en bois, avec un foyer où se faire à manger et de se réchauffer, des hamacs, quelques outils, et avec de la chance, un puit ou un cour d'eau pas trop loin. En ville ou dans les villages, la guilde a général une bicoque, voir un manoir dans les plus grandes. Et là, y'a tout le confort.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuo
Érudit/Professeur
avatar

Peuple : Kitsune pardi !
Second(s) Métier(s) : Aventurier
Nombre de messages : 11
Localisation : C'est moi qui vais te trouver, pas l'inverse !
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Lun 18 Avr - 3:51

J'étais plutôt content, malgré sa réaction, de mon petit effet. Mon amie avait un point de vue similaire sur le mode de fonctionnement des authentique sans-fond que celui de mon oncle, qui avait conçu le mien. Il s'agissait en cela d'un modèle unique, qui ne donnait pas sur une sous-dimension, mais qui offrait à la place un espace immense lui-même replié dans le maigre espace qu'offrait le sac.
En d'autres termes, c'était plus grand à l'intérieur qu'à l'extérieur.

J'essayai de retenir les informations géographiques qui me furent dispensée ensuite, mais j'étais plutôt mauvais élève si je n'avais pas un support pour me figurer un peu mieux tout ceci. Je retins tout de même que dire à certains du nord d'Inwilis qu'ils sont du sud par rapport aux royaumes au nord d'eux, serait quelque chose qui les vexerait.
Je fis par de mon amusement à mon amie, qui partagerait sans doute avec moi l'ironie de cet état de fait.

"De toute façon, le nord, le sud... selon comment on est tourné, ça change tout," dis-je avec un sourire tranquille. "Val l'ancienne se trouve bien plus au nord que votre alliance du Nord, mais nous étions nous-même considéré comme les terres du Sud par les fous qui vivaient de l'autre côté de l'épine dorsale, dans les landes où la neige ne fond jamais. Un endroit charmant mais il y fait un frisquet."

Et c'était peu de le dire. Il n'y avait là-bas qu'une seule saison : l'hiver. Encore et toujours. Même dans les terres de Val l'ancienne, malgré le froid il arrivait au temps d'être clément quand l'été nous faisait le plaisir de pointer le bout de son nez.
Il en découlait aussi que j'avais dû de nombreuses fois dormir dans des conditions déplorables, au cours de voyages dans des terres peu hospitalières. Le tas de foin dans une grange sans porte en hiver était presque devenue une habitude, confirmée par de nombreuses années à courir par monts et par vaux à travers la campagne, sans pouvoir toujours me voir offrir l'hospitalité.

"Cela fait quoi, vingt ans que je voyage un peu partout ? La simple idée d'avoir un toit au-dessus de la tête me suffit. Mais j'ai eu de la chance, malgré toutes mes mésaventures. Même mon patron, s'il tenait à ce que j'ai une bonne tenue, il n'a fait que la financer et je l'ai faite faire à mon goût. C'était marrant de bosser pour lui... paix à son âme."

Les élans de tristesse, ce n'était pas vraiment mon genre, mais maintenant que je pouvais discuter avec quelqu'un plus posément, loin de la panique que fut ma fuite des terres du Nord, je me rendais compte que mon mentor et ami, assassiné brutalement, allait cruellement me manquer.
Ces émotions ne se lurent pas longtemps sur mon visage. Je ne voulais pas ennuyer ma charmante camarade de voyage avec mes états d'âme et arborait un sourire qui cachait mon léger mal-être à l'idée d'être en exil de ma terre natale. D'autres soucis plus immédiat allait nécessité mon attention, comme ma réserve d'argent qui commençait à se faire maigre.
J'allais sans doute devoir m'installer en Inwilis pour un petit bout de temps, réalisais-je.

"Je ne sais d'ailleurs pas ce qu'un vieux renard comme moi pourrait faire, une fois sorti de cette forêt." Je secouais la tête. "Excusez-moi, j'ai l'habitude de parler tout seul quand je suis dans mes pensées. J'ai rarement de la compagnie lorsque je voyage ici et là."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitre-renard.skyrock.com/
Liadan Fardale
Messager
avatar

Peuple : Versipellis
Nombre de messages : 105
Localisation : Là où le courier me porte !
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Dim 24 Juil - 13:12

Liadan jeta un coup d'oeil, amusée, au Renard, elle lui décocha un sourire malicieux, presque torve.

-Vingt ans hein ? Un peu partout, mais visiblement pas dans l'Alliance,fit-elle en riant à gorge déployée, si je n'étais pas passée par là,  vous auriez pu ne pas rencontrer âmes qui vivent avant des jours. Les Irichtanis se déplacent tout le temps durant la saison, à vrai dire, ils se déplacent régulièrement dans tout Iricht jusqu'au retour de l'hiver. Encore que... certaines tribus continuent de bouger pour suivre le gibier. Et à part des messagers ou des rangers, et quelques patrouilles armées, vu l'immensité de la forêt, vous auriez pu continuer longtemps comme ça... Et avec vos flammes...

Elle secoua la tête, agitant son épaisse chevelure acajou.

-Une quelconque créature aurait fini par vous tomber dessus. Non vraiment, quelle idée de débroussailler comme ça... 

Ils avancèrent en suite dans un silence relatif, les bruits de la forêt étaient tout autour d'eux, branches craquant, cris d'oiseaux, feuilles s'agitant sous le vent, et le bruit des sabots de sa monture, celui de leurs souffles. Tant qu'on entendait de la vie à Iricht, c'est qu'il n'y avait pas de danger, quand la forêt devenait silencieuse, mieux valait filer, ou bien se mettre à l'abri. La messagère scrutait quand même régulièrement les alentours. Leur progression s'effectuait à un rythme raisonnable, mais cadencé, sur le petit sentier de forestier entretenu par les rangers de la guilde. Elle finit par s'arrêter, pour descendre de sa monture. Noisette la remercia d'un claquement de mâchoire, suivi d'un hululement et d'une agitation de son long cou qui secoua ses plumes. Elle la portait depuis Celebalda, elle et les sacoches de courriers, et si Liadan voulait éviter qu'elle se fatigue, elle devait alterner entre des périodes de chevauchée, et des périodes où elle mettait pieds à terre. Elle se laissa donc glisser sur le sol, et donna un morceau de barres de céréales à la Reith, avant de la faire boire. Finalement, le renard reprit la conversation alors qu'elle remplissait l'auge de Noisette. Elle haussa un sourcil interrogateur, le Renard semblait désemparé. Elle se redressa, laissant Noisette boire.

-Ce que vous voudrez, en fait, répondit-elle avec un haussement d'épaules, ça dépendra de ce que vous savez faire. Au prochain manoir de la guilde, à Pern, vous trouverez peut-être de quoi vous aiguiller.

Elle ne releva pas pour l'habitude de parler à voix haute, elle faisait pareil, elle parlait toute seule quand elle voyageait, ou bien elle parlait à sa monture, même si celle-ci ne répondait jamais vraiment. Elle ramassa l'auge, la secoua pour l'égoutter, et la fourra dans ses fontes. Elle prit en suite la bride de Noisette, et reprit la marche.

-Et cette forêt comme vous dîtes, elle recouvre les trois quart de l'Inwerin en fait. Je sais pas si vous le saviez. C'est pour ça que je vous ai dit que vous auriez pu errer longtemps sans croiser personne. Et Iricht est suffisamment vieille pour prendre ombrage quand on se fraye un chemin en brûlant arbustes et ronces.

Un sourire indulgent s'épanouit sur son visage. Ce devait être difficile d'arriver dans un pays que l'on ne connaissait pas, et surtout, en étant perdu dans ce qu'on pouvait penser être une grande forêt, mais qui en réalité était véritablement immense, et surtout très ancienne.

-D'ici une semaine on devrait pouvoir atteindre la lisière, et un jour après, on arrivera sur les villages et hameaux frontaliers avec le Falast. Faudra passer par un petit bout de montagne pour gagner le fleuve et descendre vers Fainros. Si ça vous dit d'aller jusque là bas. Si non, vous pouvez remonter dans la vallée, et gagner Dangweth.

Elle sortit une petite boussole, de bronze et ouvragée, de sa la poche intérieure de sa veste de cuir. Elle ouvrit le clapet d'un geste du pouce. Elle la regarda quelques secondes, avant de lever le nez.

-On a encore quelques heures devant nous. Je pense qu'on gagnera le relais après la tombée de la nuit, mais j'ai de quoi nous éclairer. 

***


Liadan avait fini par remonter sur le dos de Noisette, et ils avaient poursuivi leur route, suivant le sentier, avant de devoir couper à travers les broussailles. Elle interdit à Kazuo de se servir de ses flammes. Elle nota dans un calepin qu'il faudrait qu'une équipe s'occupe de cette partie du sentier, qui avait été recouvert par la végétation. Elle grommela un peu, maudissant les rangers. Une fois sorti des fourrés qui avaient ralentis leur progression, le sentier s'était réduit à une fine ligne terreuse entre les arbres et les fourrés. Elle avait remis pied à terre, pour pouvoir guider Noisette, et lui éviter de se casser une patte. La conversation avec Kazuo s'orienta sur la Reith, et Liadan lui avoua adorer les Reiths, les préférant aux chevaux. Elle avait dû voyager avec l'étalon d'un camarade de la guilde, et ce dernier avait été une vraie plaie. Les Reiths pouvaient être d'une chiantise sans nom, mais c'était plus par ennui, que par mauvaise volonté. Puis, ils avaient parlé équipement, et Liadan souhaita que la guilde investisse dans des sacs sans fonds, les charges de courrier seraient allégées, et les livraisons iraient plus vites. Elle expliqua à Kazuo que la guilde utilisait aussi des oiseaux, mais que le prix était plus cher qu'une livraison à pieds. Dresser de bons oiseaux coûtait cher, et les messages qu'ils pouvaient porter étaient restreints. Un messager sur une monture pouvait acheminer plusieurs sacs de missives, des petits colis. Le prix était donc moins élevé mais le temps d'attente était plus long, surtout sur de longues distances. Mais Aériaplume ne se contentait pas de livrer du courrier, pour la guilde fonctionne, il fallait aussi les rangers, qui se chargeaient d'entretenir les sentiers, les relais, mais il fallait aussi tout un tas d'autres personnels pour pouvoir gérer la guilde, former les nouvelles recrues, s'occuper des montures, nourrir tout ce monde... Liadan expliqua le système de chambre. Elle, elle n'avait droit qu'à des temporaires, puisqu'elle pouvait loger chez sa sœur, à Armenelos, si bien, qu'elle trimbalait une partie de ses affaires avec elle. Elle avait appris à alléger son paquetage au fil des années. Elle voyageait léger. Si elle avait besoin de vêtements spécifiques, comme des fourrures pour pouvoir supporter un voyage jusqu'à Galaedor, la guilde lui en prêtait. Elle lui parla un peu d'Armenelos, de ses deux sœurs, ajoutant même :
 

-Si jamais vous ne trouvez rien à faire, ou que personne ne veut de vous, rendez-vous chez ma sœur Mogweed, elle vous dégotera un travail en un rien de temps. Elle connait la moitié des artisans de la cité personnellement, et connait au moins la totalité de noms.

Kazuo lui avait parlé de sa vie dans son Nord natal, de ses habitudes, et lui avait livré certaines anecdotes comiques ou valant la peine d'être racontée. Le jour baissa au fur et à mesure qu'ils avancèrent, et Liadan déchira un parchemin à usage unique, leur procurant une sphère de lumière blanche pour une durée limitée, qui éclaira le chemin autour d'eux. Ils atteignirent le relais deux heures après la tombée de la nuit. Relais était, comme l'avait décrit Liadan, une cahute de bois et de pierres. La cahute en question était entretenue, de l'espace était dégagé autour d'elle. Contre son flanc gauche étaient appuyées de longues planches de bois, qui formant triangle avec le mur et le sol de la cahute, faisaient office d'écurie. Un petit puits sortait de terre sur la droite du relais, et un second appentis, plus petit, abritait lui, du bois sec. Le relais en lui même était pourvu d'un toit pentu, d'une porte solide, et d'une seule fenêtre, solidement fermée par des volets. Une cheminée ornait son toit. Liadan guida Noisette jusqu'à l'écurie, où elle délesta la Reith de son fardeau. Elle demanda à Kazuo de transporter le fardeau en question à l'intérieur du relais.
A l'intérieur, le Renard devait trouver une pièce unique, surmonté d'un étage auquel on accédait par une échelle de meunier. Une cheminée flanquée d'étagères garnie d'ustensiles pour cuisiner, de pots et des boîtes, voire de conserves pour pouvoir se sustenter, de quoi allumer un feu. Une petite table et quelques sièges, un établi, et de quoi pouvoir s'occuper de sa monture, de son équipement. A l'étage, hamacs et couvertures étaient rangés dans des coffres ensorcelés pour éviter que le tout ne prennent l'humidité. Le relais lui même était protégé par des runes, gravées sur le linteau, les murs, pour en garantir la sécurité. Liadan s'affaira à mettre Noisette à l'aise, la nourrissant et lui donnant de l'eau, après avoir ouvert le puits, en poussant l'énorme dalle de pierre qui le refermait. Son nez perçut de bonnes odeurs alors qu'elle tirait l'eau. Kazuo savait faire preuve d'initiative. Elle sourit, et retourna s'occuper de sa monture.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuo
Érudit/Professeur
avatar

Peuple : Kitsune pardi !
Second(s) Métier(s) : Aventurier
Nombre de messages : 11
Localisation : C'est moi qui vais te trouver, pas l'inverse !
Date d'inscription : 16/01/2012

MessageSujet: Re: L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]   Dim 6 Aoû - 1:57

La route était plus agréable avec de la compagnie, surtout pour me donner quelques indications sur cette partie de la région dont j'ignorais tout. Mes voyages au sein de l'Alliance remontait. Et elle put le constater lors du trajet, au fil de mes nombreuses anecdotes, après l'avoir écouté avec beaucoup d'intérêt lui parler de sa vie au sein de la guilde et de ce type d'organisations dont j'ignorais tout, en ma qualité d'indépendant. Cela avait l'air beaucoup plus stable et beaucoup d'intérêt à mes yeux, comme mes histoires de voyages semblait en revêtir à ses yeux.
De riches échanges jusqu'à la nuit tombée ; j'avais offert d'éclairer notre route de quelques flammes ignifugées, mais un sort spécialement conçu paru plus approprié, d'autant plus pour éviter de m'épuiser. Il aurait toutefois été impoli de ma part de ne pas le proposer.


***


Notre destination m'apparut bien luxueuse en comparaison à certains abris en pleine nature auxquels je m'étais essayé. Liadan me laisse ses affaires et le soin de préparer l'endroit à sortir de sa léthargie, pour lui laisser le temps de s'occuper de sa monture. Une sphère enflammé au creux de la paume, je découvris l'endroit et nota un établi sur lequel je posais le fardeau de la ranger, avant d'entamer de faire du feu, après avoir rapidement allumé sans problème un reste de bougie posée sur la petite table au centre de l'unique pièce un peu petite mais très chaleureuse pour un abri forestier.

Il restait à côté de l'âtre un panier dans lequel reposait des petites branches sèches, et un petit tas de bûche, le nécessaire pour commencer un bon feu dans les cendres du précédent ; une affinité avec les flammes avait ses avantages, mais une partie des maîtres du feu se contentaient de seulement en produire, sans vraiment le comprendre, au point de ne pas savoir comment s'occuper d'une cheminée quand pourtant celle-ci garde bien mieux au chaud pendant des heures sans requérir d'énergie magique.
La seule utilisée fut pour pour allumer les branchages sur lesquels j'avais disposé deux petite bûches pour ne pas prendre trop de place et installer la grille sur laquelle je poserais une casserole.

Les placards conservaient quelques denrées et mon choix s'arrêta sur quelque chose de simple mais toujours efficace pour contenter tous le monde, surtout lorsque les goûts de ses comparses étaient inconnus. Le tout fini dans une casserole en fonte, préalablement inspectée et jugée propre ; quelques flammes sorties du bout des doigts furent toutefois une précaution supplémentaire. Consciencieusement, je vérifiais à l'aide d'une spatule -désinfectée à ma façon elle aussi- le bon déroulé de la cuisson et entreprit avec entrain de sortir deux assiettes en céramique, des couverts en métal et des gobelets en bois. Le tout était rustique mais avait l'avantage de coller au cadre en plus de ne pas manquer de charme, dans le fond.

Une fois la nourriture en train de cuire au-dessus du ronronnement des flammes, je m'empressais de monter à l'étage pour déposer mon sac, après en avoir toutefois extrait un fin bâton d'essence et une coupelle dans lequel le poser. L'endroit portait en son sein l'odeur rurale de la forêt et des voyages fourbus, certes agréable mais une touche d'écorce ajoutait une touche plus fine et saine à l'air, sans pour autant en devenir capiteux ; une arrière-senteur de plante fraîche pour ne pas avoir trop l'impression de dormir dans un relais en pleine forêt.
Cela finit près d'un lit, au pied duquel mes affaires furent déposés, pour concentrer au plus le parfum délicat dans un coin au cas où il ne sait pas au goût de ma future camarade de chambrée pour une nuit.
Ses conseils étaient précieux, même après une vie à barouder de par le monde. Ma situation avait changé et je ne me sentais plus tout jeune, parler avec elle m'avait, l'air de rien, soulager après cette fuite, si peu de temps auparavant. J'avais pris mes affaires et fui le Nord sans vraiment réfléchir à l'avenir. Aux changements. La moindre des choses était de remercier Liadan pour m'avoir donné quelques pistes à suivre.

Sans ma veste longue et plutôt luxueuse, j'arborais le simple ensemble en tissu porté dessous, même si le pantalon était doublé pour le confort. La voyageuse rentra au moment où je descendais et l'accueillit avec un sourire, puis un geste de la tête vers l'âtre.

"Dans le doute, j'ai pris de simples haricots au moins pour commencer ; les végétariens peuvent être vindicatifs, parfois..."

Une leçon apprise à mes dépends, des années auparavant. Cela n'avait rien eu de drôle sur le moment, avec l'implication de membre d'une petite tribu guerrière et de dogmes religieux, d'esprits totems, de viande séchée proposée par habitude et d'une course-poursuite en pleine tempête de neige. Mais avec le temps, et raconté ainsi, c'en devenait amusant, à sa façon.
Avec un petit rire, je retournais près du feu pour y approcher les mains et contrôler la cuisson.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitre-renard.skyrock.com/
 

L'hermine part en vadrouille et peut-être en bonne compagnie [Pv Kazuo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Alex part en vadrouille (ou pas ?)
» Bébé part en vadrouille au centre commercial ! [Fe]
» ~ Aide pour former une bonne équipe.~
» "Il y a surement une bonne raison de mentir, mais il y aura toujours une meilleur de dire la vérité"
» Une dérision peut parfois devenir une passion. [Feu Follet]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Inwerin :: Iricht-
Sauter vers: