AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au départ d'une promenade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Parthalan
Souverain


Peuple : Lycanthrope, Maëldanais.
Second(s) Métier(s) : Guerrier, chef de meute et de clan des Fearghas.
Nombre de messages : 44
Localisation : Préoccupé, autant par son royaume, que par son épouse
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Au départ d'une promenade   Dim 28 Sep - 19:50

Dans la cour, le soleil semblait aveuglant après la traversée des sombres couloirs de Helmet Hall, que la lumière d'Aelius atteignait à peine.  Une fois dehors, le vent apporta l'odeur iodée de la mer qui lui monta aux narines. Sa crinière brune striée de gris s'agita sous l'impulsion du souffle de Tuuli, et il put alors sentir que le fond de l'air était frai, signe de l'approche du règne de Meirion. Bientôt, le vent mordrait leur peau, plus froid que jamais. Mais pas encore. Le temps comme l'avait dit son épouse, était agréable. Sur leur droite, les portes extérieure des cuisines laissaient sortir de la fumée et des odeurs délicieuses, mais rien qui n'éveilla la faim du souverain, qui était rassasié pour l'instant. Les serviteurs et la garde devaient manger, à en juger par le bruit. Les bannières grises à tête de loup et à tête de loup cornu claquèrent au vent. Sur les murailles, des guerriers en armure patrouillaient, signe que Helmet Hall restait toujours vigilant.

Toujours sur leur droite, des larges portes ouvertes de l'écurie, deux palefreniers et des écuyers sortirent plusieurs montures toutes équipées. Son destrier, Grendel, une grande bête puissante, à la robe alezan l'attendait sellé, tout comme la Laurëcaras à la robe argenté et à la crinière cuivrée de son épouse. La selle était du meilleur cuir et piquetée de petites fleurs de pêcher roses et décorée de perles blanches. Le harnais de Lamrei, c'était ainsi que ce nommait la magnifique jument, était aussi décoré. A coté, Grendel, le monstrueux cheval de Parthalan, avait l'air encore plus énorme et grossier. Pourtant tout respirait la puissance chez sa monture, et si l'équipement était de qualité, il était dépourvu d'ornements. Six autres montures étaient sellées, et quatre Fearghas portant les couleurs du clan et armes, et deux serviteurs montèrent en selle.

-Nous ne serons pas vraiment seul, j'en ai bien peur, dit-il sur un ton d'excuse à Nueonia alors qu'il amenait lui-même la Laurëcaras à sa maitresse.

La jument respirait l'intelligence, et Parthalan avait plutôt l'impression qu'elle marchait à sa hauteur, plutôt que de le suivre. Il laissa Nueonia lui faire quelques caresses.

-Un roi et une reine ne peuvent décemment pas sortir sans escorte. Et il nous faudra bien quelqu'un pour tenir nos montures si nous mettons pieds à terre. Ce qui risque fort d'arriver si vous n'avez jamais visité Armenelos avant.

Les yeux mordorés du Loup se posèrent sur son épouse. A la lumière du soleil, elle semblait rayonner. Peut-être était-ce dû à sa nature de Dryade ? Elle était jolie, peut-être pas d'une beauté à couper le souffle, le genre qui ne faisait que mettre de la distance, mais une beauté plus accessible, plus axé sur quelque chose de frai, de délicat et de fragile. Même s'il devait admettre qu'il n'était pas insensible aux restes de ses charmes. Il ne pouvait pas ignorer la poitrine ferme et ronde moulée par le tissus de son bustier, ses hanches fines soulignées par le corset qu'elle portait, et si elle était à présent chaussée de bottes, il savait que ses jambes étaient fuselées. Comme il la dévorait du regard, il se rendit compte de ce qu'il faisait. Il cligna des yeux, réalisa ce qu'il était en train de faire, et se dit qu'il commençait à briser la promesse qu'il s'était faite. Elle était belle et jeune, et il était laid et vieux. Il s'était juré de ne pas songer au corps qui s'offrait à lui, ne pas faire cet affront à son épouse. Elle ne méritait pas qu'il la regarde ainsi. Il se détourna un instant, gratifiant Lamrei d'un caresse sur le museau. Ce qui eut pour effet de lui mettre sa main griffue sous le nez. Un goût amer envahit sa bouche. Il devrait faire attention à l'avenir. Parthalan sembla alors se reprendre, et la distance qu'il maintenait entre lui et son épouse, se réinstalla. Tenant fermement les rennes de la Laurëcaras, il fit en sorte qu'elle se place, sans qu'il ait d'effort à faire, parce que le cheval elfique comprenait tout de suite ce qu'on attendait d'elle, pour que Nueonia puisse monter en selle.

-Si vous voulez bien vous donner la peine, l'invita-t-il en désignant la selle.

Un palefrenier se tenait en retrait, près à aider la souveraine à monter en selle. Nueonia était une bonne cavalière, Parthalan en avait eu des échos, et il avait pu le voir, alors qu'il l'avait observé rentrer d'une de ses promenades matinales depuis les remparts. Elle se tenait parfaitement en selle, et n'avait guère besoin d'aide pour monter et démonter. Pourtant, la selle en amazone, n'était pas celle qu'elle utilisait pour ses sorties à cheval, mais elle était plus adaptée à sa tenue, qu'une selle normale. D'ordinaire, il savait qu'elle se vêtait de pantalon, mais elle avait pensé qu'ils iraient à pieds. Mais Armenelos était grande, vaste, et on s'épuisait vite. D'autant que Noorah lui avait dit qu'elle avait donné une coquette somme à Nueonia, et Parthalan savait qu'ils ne rentreraient pas les mains vides. Le temps de sa réflexion dura quelques secondes.

-Peut-être préférez-vous vous changer, et porter une tenue plus adaptée ? Nous ne sommes pas pressé, et je peux bien attendre quelques minutes.




Forme Thérianthrope & Forme Bestiale


Dernière édition par Parthalan le Dim 12 Oct - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nueonia
Souverain


Peuple : Dryade
Second(s) Métier(s) : Ancienne cultivatrice
Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 01/06/2009

MessageSujet: Re: Au départ d'une promenade   Lun 29 Sep - 21:51

La reine rit de bon cœur avec les autres quand Balthir eut le droit à une remarque de la part d’Eileen. Ce genre de petite scène n’était pas inédite à table, depuis que la cour avait diminuée, pour devenir la cour habituelle d’avant son mariage, Nueonia s’était sentie bien plus en confiance. Le cousin de son royal époux lançait toujours quelques répliques sur bien des sujets, et trouvait une réponse plus ou moins cinglante, mais toujours sans animosité, de la part d’Eileen ou même du roi. Elle-même n’osait pas encore, peut-être qu’avec le temps elle arriverait à répondre au cousin du roi, mais elle avait toujours en tête la réplique hasardeuse et confuse qu’elle avait adressé au chef de clan des Alarics, et n’avait pas envie de refaire une gaffe, même si le cousin du roi se montrerait sûrement compréhensif. Le reste de la cour ne le serait probablement pas. Elle songeait à dame Iseabel surtout, qui ne manquerait pas de souligner et appuyer la moindre de ses erreurs.
La suite du repas se passa bien. Elle se resservit un peu de légumes lors d’un second service, mais se réserva plus pour les fromages et les desserts. La dryade prit surtout des fromages à patte molle, qu’elle dégusta avec du pain au maïs et au noix. Elle but même un peu d’hypocras et d’hydromel, ayant une nette préférence pour se dernier qui était plus sucré, et mêlé de fruits rouges. En dessert, elle prit une part de tarte aux fruits. Après le repas, elle fut rejointe par les jeunes femmes qui composaient sa suite.

Elle avait été surprise quand un jour on les lui avait présentées. La jeune reine, encore un peu ignorante, n’avait pas pensé au fait qu’il lui faudrait plusieurs suivantes. Nueonia avait donc fait la connaissance de Brianna en premier. Elle était plus âgée qu’elle, et avait une superbe chevelure blonde disciplinée que la reine lui enviait, elle qui avait des cheveux aussi sauvage que du feuillage, et aussi des vêtements qu’elle avait cousu elle-même, qui étaient superbes. Maìri et Shiri étaient arrivées quelques jours plus tard. Un peu l’inverse l’une de l’autre, Maìri avait l’impétuosité d’une chasseuse, ce qu’elle était, et Shiri le calme et la timidité de son âge. La première aimait tout autant le cheval qu’elle, et la seconde aimait les chansons d’amour qu’elle interprétait avec une voix magnifique. Lonàn était la dernière arrivée, bien qu’il restait encore à une jeune femme de venir. Ayant son âge, elle faisait partie de la meute de son époux, et était calme, posée. Nueonia appréciait chacune d’entre elle, même si elle gardait une petite préférence pour Nimue qui avait été la première de ses suivantes, et le groupe qu’elles formaient s’entendait bien.
Le temps que le roi termine une partie de conquérant contre dame Iseabel, Lonàn alla chercher ses bottes de cavalière, et ses suivantes lui redonnèrent encore une fois, leur liste de lieux favoris dans la ville. Brianna trouva dommage de ne pas accompagner la reine, et l’enjoint à lui dire si elle souhaitait faire une promenade en mer à l’occasion. Son clan serait ravi de mettre à sa disposition un navire. Nueonia jaugea que c’était une excellente idée et remercia Lonàn qui arriva avec ses bottes. Elle les mit avec l’aide de Brianna, qui lui souhaita une agréable promenade, lui faisant un clin d’œil. La reine en fut un peu gênée, surtout que Parthalan l’avait vu, ce qui la fit rougir.

Ils quittèrent la cour sous quelques sourires en coin qui ne firent qu’empirer le rose aux joues de Nueonia, qui sentait un sourire lui monter aussi aux lèvres. Elle n’avait pas manqué de sentir le regard glacial de dame Iseabel, ce qui lui conféra également un certain soulagement de quitter la petite salle.
Après les long couloirs de la forteresse, l’extérieur lui sembla immense. Elle inspira profondément. L’air était salé et un peu frais, mais elle, ça la vivifiait. Elle vit le nombre de chevaux, et comprit qu’elle ne serait pas seule avec le roi, ce que ce dernier lui confirma en amenant Lamrei jusqu’à elle. La reine eut un petit pincement au cœur, mais c’était évident qu’ils ne pouvaient pas sortir en ville seuls. Lamrei lui présenta son museau qu’elle caressa avec douceur, adressant un sourire à sa jument qui la regardait avec un regard plein d’intelligence.

-Oui, c’est logique. Et oui, nous mettrons pied à terre, j’aimerai bien trouver quelques petites choses à acheter.

Le roi fit aussi une caresse sur le museau de Lamrei. Il retira sa main plutôt rapidement, ce qui surprit un peu Nueonia. Lamrei se déplaça un peu pour lui permettre de monter, n’ayant pas vraiment besoin qu’on la guide pour se faire. La dryade admira la selle décorée qui avait été mise sur sa jument. Elle était drôlement belle, et l’attention des fleurs de pêcher lui fit plaisir. Son époux s’inquiéta soudainement de sa tenue, peu adaptée pour chevaucher de manière traditionnelle. C’était vrai qu’elle se promenait surtout assise normalement sur sa selle, chose qu’elle ne pourrait faire sans être inélégante. Heureusement, on le lui avait apprit avant son mariage, vu qu’elle porterait lus souvent des robes mais surtout qu’il lui faudrait être bien plus distinguée que quand elle chevauchait au verger. Il avait donc fallut qu’elle sache chevaucher élégamment, vêtue d’une robe, et elle avait apprit sur un cheval à la couleur baie, appelé Omgrane. Elle savait donc se tenir en amazone, même si elle ne l’avait pas fait depuis qu’elle était partit du fief des Fingal.

-Ne vous en faites pas.

Elle posa le pied droit sur son étrier, tenant le pommeau de la selle d’une main et se hissa sans difficulté. Assise de manière à avoir la tête de Lamrei légèrement en biais d’elle et non pas en face, elle ajusta son assise et la mise en place de la petite besace qu’elle portait en bandoulière avant de prendre les rennes que le roi lui tendait. En le faisant, elle effleura les doigts griffus de son époux, et en ressentit un léger frisson, qui était différents de ceux qu’elles avaient eu les premières fois qu’elle l’avait vu. A cette époque, elle avait juste peur de lui et de son apparence. Maintenant, elle savait qu’il ne mordait pas, et qu’il était loin d’être ce que son physique laissait entendre de prime abord. Elle lui adressa un sourire amusé, et un brin triomphant.

-Je me débrouille bien non ?




Tribute to Hula
Poi dance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parthalan
Souverain


Peuple : Lycanthrope, Maëldanais.
Second(s) Métier(s) : Guerrier, chef de meute et de clan des Fearghas.
Nombre de messages : 44
Localisation : Préoccupé, autant par son royaume, que par son épouse
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Au départ d'une promenade   Dim 12 Oct - 22:06

Son épouse ne semblait pas avoir remarqué son trouble. Il n'aurait su dire si cela le peinait, ou si cela le soulageait. Avec elle, il ne savait pas sur quel pied danser. Il l'avait épousée pour mettre fin aux pressions des clans sur lui. Les rois du Maëldan n'étant pas choisi par filiation, il n'avait pas besoin d'une épouse pour concevoir des héritiers. Il songea qu'elle aurait une vie bien triste à devoir attendre qu'il  meurt, ou bien qu'il renonce à sa charge. Cette dernière option serait une première : les souverains du Maëldan ne se défaisaient que de leur couronne qu'à leur mort. Il ne comptait pas être une exception, et les loups vivaient vieux, s'ils ne mourraient pas en se battant. Il se demanda aussi, si un jour, elle finirait pas lui en vouloir de l'avoir choisie. Pour l'instant, elle semblait plus ou moins s’accommoder de son sort, mais l’insouciance et la jeunesse ayant une fin, peut-être viendrait-il un temps où elle le haïrait. Et la même question qu'il se posait depuis l'annonce de son mariage revint encore, avait-il bien fait de se marier ? Il aurait largement pu survivre aux pressions des clans. Il était moins sûr que Nueonia survive au milieu de toute cette politique. Ce n'était pas non plus le moment de penser à tout cela, ni même le moment pour avoir une discussion sérieuse. A dire vrai, ils n'avaient pas vraiment passé beaucoup de temps ensemble, pas autant que de jeunes mariés l'auraient dû. Mais Parthalan se sentait plus à l'aise à gérer les affaires  de son royaume qu'à s'occuper de son épouse. Avec les femmes, il n'avait jamais été très doué, même avant sa transformation. Les loups n'avaient d'ailleurs pas un tempérament frivole. Lorsqu'un ou une lycanthrope prenait un compagnon ou une compagne, celui-ci n'allait jamais voir ailleurs. La fidélité et la notion de possession étant imprimés dans leur comportement, à l'instar des véritables loups.

Il eut un sourire amusé quand son épouse répondit de ne pas s'en faire, l'assurant par là même qu'elle était parfaitement capable de chevaucher en amazone. La selle ornée était d'ailleurs conçue pour cette position. Noorah faisait décidément son travail à la perfection. Il tint les rennes de Lamrei pour laisser sa reine monter. Elle se hissa en selle sans mal, et s'installa en position. La selle était déjà ajustée pour qu'elle s'y sente à l'aise. Il s'esclaffa lorsque, fière d'elle, elle lui demanda si elle se débrouillait bien.

-Vous vous en sortez fort bien. Les cours que vous a donné le maître palefrenier de Gwiltan ont l'air d'avoir payé.

Ce fut à son tour d'afficher un petit air triomphant en voyant son air de surprise. Il rit de nouveau, lui tendant les rennes de sa laurëcaras.

-Un roi se doit d'être toujours bien informé.

Un des palefreniers lui amena sa propre monture, qui avait des airs de géant à côté de la finesse de Lamrei. Grendel n'était pas vraiment approprié pour faire un tour en ville, mais les palefrois n'étaient  généralement pas capables de supporter son poids, ni de supporter l'odeur du loup et de la bête sauvage sur lui. Il tapota l'encolure de l'imposant cheval, avant de mettre le pied à l'étrier et de se hisser en selle. Grendel était entrainé, comme les autres destriers des Fearghas, à supporter l'odeur d'animal sauvage qu'ils portaient sur eux, et à ne pas broncher même en présence de prédateurs, en plus de l'entrainement d'un cheval de bataille classique, qui se devait de pouvoir supporter la peur, l'odeur du sang et la frénésie des combats, sans détaler ou paniquer. Le palefrenier lui tendit ses rennes, celles-ci étaient simples, presque ordinaires à côté des magnifiques ornements de celles de Nueonia. Leur escorte était en selle elle aussi. Les portes s'ouvrirent plus grand pour se préparer à les laisser sortir. Parthalan mena tranquillement Grendel, le guidant avec de simples pressions de ses genoux, laissant ses mains reposer sur le pommeau, auprès de Lamrei. Il faillit rire en voyant, qu'encore une fois, il était plus grand que Nueonia, la situation était constamment la même avec elle. Mais au moins, cette fois, il n'y avait pas de Alaric pour l'encadrer et lui rappeler sa petite taille.

-Prête ?

Il n'attendit pas vraiment la réponse, et d'un signe de la main, leur petit cortège s'ébranla.  Il leur faudrait atteindre le second mur d'enceinte, érigé après les différents agrandissement de la forteresse et pour englober ses jardins et son verger qui se dressaient sur les flancs Sud et Est, et passer par les portes, puis sous la herse, et enfin par le pont levis. Les rois et reines Maëldanais avaient été un peu paranoïaques quant à la défense de Helmet Hall. Des générations de souverains avaient ajoutés des tourelles, des murs, mais aussi des styles différents, la modernité remplaçant l'ancienne forteresse de bois. Hors de l'enceinte, Parthalan savait qu'ils devraient passer par les avenues les plus grandes, traversant d'abord les quartiers les plus riches avant d'atteindre ceux des marchands, et le restant de la cité. Des mouettes se mirent à piailler, et comme chaque fois qu'il entendait leurs cris, Parthalan ne put s'empêcher de penser qu'elles riaient, se moquant de lui à ses dépends.



Forme Thérianthrope & Forme Bestiale


Dernière édition par Parthalan le Ven 17 Avr - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nueonia
Souverain


Peuple : Dryade
Second(s) Métier(s) : Ancienne cultivatrice
Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 01/06/2009

MessageSujet: Re: Au départ d'une promenade   Jeu 2 Avr - 19:26

La jeune reine du avoir un air suffisament surpris pour que son époux affiche un petit air triomphant. C’était vrai qu’elle ne s’était pas attendu à ce qu’il sache qu’elle avait prit des cours d’équitation afin de monter comme une vraie dame, et elle se demanda si il savait aussi pour les cour de diction qu’elle avait du suivre, afin de perdre un accent pas assez gracieux pour une possible future reine , Il lui arrivait de le retrouver brièvement, quand elle s’énervait contre quelque chose, comme ce matin avec le tiroir de sa commode qui avait décidé de ne pas la laisser prendre ses bas en se coinçant. Elle l’avait un peu injurié et, vexé, il avait enfin accédé à sa demande, à savoir s’ouvrir sans faire d’histoire.
On amena alors la monture de son époux, un cheval robuste, à l’aspect un peu brut comparé à la finesse de Lamrei. L’étalon du roi avait beau être un cheval de batail massif, Nueonia ne le trouva pas moins beau. Il respirait le calme et la force tranquille. La dryade songea quelques secondes qu’elle aimerait bien le monter un jour, voir ce que ça faisait d’être sur un cheval aussi imposant. Peut-être en aurait-elle l’occasion un jour. Son époux avança sa monture à coté de la sienne, et ils furent de nouveau confronté à la situation de l’un plus petit que l’autre. Elle sourit en y songeant, et se dit qu’à moins qu’elle ne pousse d’un seul coup –ce qui n’était plus possible sa croissance étant terminée-, elle ne serait jamais aussi grande. Et puis, ça ferait bizarre si elle était aussi grande que son époux. Lamrei jaugea l’étalon à coté d’elle, un peu curieuse, mais quand le cortège commença à avancer, son attention ne fut que pour la route.
Nueonia sentait l’impatience de sa jument qui piaffait un peu, la comprenant. Le vent était chargé des odeurs des landes, et lui donnait aussi envie de courir et s’élancer vers la ville qui était plus bas. Mais bon, ce n’était pas une ballade ordinaire, pendant laquelle elle laissait Lamrei se dépenser en galopant et en faisant la course avec les autres chevaux. Il s’agissait de se rendre en ville, et de faire un peu plus connaissance avec Parthalan. En jetant un coup d’œil à ce dernier, il lui sembla qu’il était un peu troublé, comme si il ne savait pas trop quoi faire. D’un autre coté, elle aussi ne savait comment entamer la conversation et briser le silence qui s’était installé. Un nouveau piaffement de sa jument, et un lui donna alors une idée un peu folle. Elle s’installa bien sur la selle, vérifiant qu’elle ne bougerait pas. D’une légère pression sur les rennes, elle alla un peu plus près du cheval de son épou qu’elle regarda avec un petit air malicieux.

- Il fait drôlement beau aujourd’hui… Je vous parie que j’atteinds le second mur d’enceinte avant vous, mon roi.

Elle attendit juste le temps que Parthalan comprenne ce qu’elle venait de lui dire, et donna un petit coup de talon à Lamrei qui n’attendait que ça pour s’élancer. Le chemin n’était pas très long, au plus quatre ou cinq kilomètre, la course ne serait pas palpitante ou de longue haleine, et même si elle chevauchait une Laurëcaras, la compétition étant un sprint, il était possible que son époux gagne. D’autant plus qu’elle était en amazone ce qui ne lui permettait pas de se dresser sur sa selle pour gagner de la vitesse. Elle entendit très vite les sabots de l’étalon de son mari, et eut un très large sourire. Il s’était prit au petit jeu, elle se serait retrouvée un peu bête s’il ne l’avait pas fait.




Tribute to Hula
Poi dance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parthalan
Souverain


Peuple : Lycanthrope, Maëldanais.
Second(s) Métier(s) : Guerrier, chef de meute et de clan des Fearghas.
Nombre de messages : 44
Localisation : Préoccupé, autant par son royaume, que par son épouse
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Au départ d'une promenade   Sam 18 Avr - 19:56

Le silence s'installa entre eux, tandis que la petite colonne qu'ils formaient passait par l'ouverture pratiquée dans le rempart. Les doubles portes étaient grandes ouvertes, épaisses comme un homme, faites de bois et renforcées de métal. L'intérieur du rempart formait un goulet suffisamment large pour laisser passer un large chariot, et il pouvait être bloqué par deux herses, une première qui s'abaisserait en coupant le chemin par le milieu, une seconde à l'entrée. Autrefois, la herse de l'entrée était complétée par un pont levis, mais lorsque la forteresse s'était agrandie, et qu'un des souverains du Maëldan avait fait construire les jardins, un second rempart, plus solide, avait été érigé plus bas, et les anciennes douves comblées, le pont levis retiré. Ils émergèrent sur le chemin menant au second rempart, le soleil inondant les pavés qui étaient surtout bordés par de la roche, où poussaient des herbes folles, et quelques arbres tordus. Vers le Sud-Est, le cercle de roche était coupé en deux par un rempart, derrière lequel se trouvait les jardins. Ils n'égalaient la majestée et le luxe des jardins de Fainros, étant plutôt sauvages, les arbres, buissons, et fleurs avaient été planté sans ordre ni discipline. A l'exception du potager, rien n'était droit ni ordonné, un peu à l'image des Maëldanais et de leur vie dans la lande. Avec l'arrivée de Nueonia, Noorah avait jugé bon de faire nettoyer certaines parties du jardin, tout en les réaménageant, pour que la dryade puisse en profiter. Parthalan pensait que cela adoucirait sans doute la vie de Nueonia, de pouvoir sortir sans avoir à s'éloigner d'Helmet Hall et d'avoir à sortir sous escorte. La vue était en partie bouchée par le second rempart, et la route pavée qu'ils empruntaient descendait fortement vers l'entrée, sur une large distance. Une petite ville aurait pu tenir entre les remparts. Les zones planes servaient à planter les tentes des lairds ou de leurs serviteurs, comme lors du mariage, Helmet Hall n'ayant pu accueillir chaque chef de clans et sa suite.

Le vent ayant tourné, il charriait maintenant les odeurs venues de la baie, apportant l'air marin, balayant les odeurs des landes et du printemps. Parthalan se demanda ce qu'il pouvait dire pour relancer la conversation. Chaque fois qu'il était en présence de son épouse, il était incapable d'être naturel, et si d'ordinaire, le silence ne le dérangeait pas, ici, il devenait gênant, suscitant un certain malaise. Mais peut-être que ça n'était que son ressenti. Il eut un sourire en l'entendant reprendre la conversation. Il la vit lever le nez vers le ciel dégagé, souriante sous le soleil. Quelque chose dans sa posture... Un pari ? Le souverain fronça légèrement les sourcils, et eut à peine le temps de comprendre, qu'elle était déjà partie, lançant sa monture au galop. Nueonia dévalait la pente à toute allure la pente. Un sourire carnassier étira ses lèvres, alors que Grendel répondait à sa propre excitation. D'une simple pression des genoux, son étalon sécha sur place leur escorte, qui mirent quelques secondes de plus à réagir. Lachant la bride à son étalon, le monture fit démonstration de sa puissance, courant derrière la jument, qui avait pourtant pris de l'avance. Ses sabots claquaient avec fracas sur les pavés, alors qu'il se rapprochait de son épouse qui cavalait toujours, mais atteindrait bientôt le second rempart. Parthalan poussa encore Grendel, sans pour autant y aller pleinement. L'étalon n'était pas un Laurëcaras, et autant éviter, avec la pente, qu'ils se brisent tous les deux quelque chose. Son épouse avait des avantages certains. Il était surpris par cette soudaine spontanéité. Peut-être commençait-elle à se détendre un peu en sa présence... Habituellement, il a sentait précautionneuse, comme si elle ne savait pas vraiment sur quel pied danser. Il finit par tirer sur les rennes, pour ralentir Grendel, le rempart arrivant trop vite. Nueonia faisait déjà pivoter sa monture quand il arriva finalement à sa hauteur, à peine une minute après elle. Il tira encore un peu sur les rennes, retenant encore un peu plus sa monture, le temps qu'elle se calme. Grendel renâcla, et fit un écart, avant de s'ébrouer et de se tenir tranquille.

-Je vous concéderai bien cette victoire sans concession, mais vous n'avez pas vraiment joué franc-jeu ! fit-il en souriant.

Il flatta l'encolure de Grendel, qui ne demandait qu'à repartir. Son étalon n'avait guère eu l'occasion de pouvoir se défouler ses derniers temps. Il s'était retiré dans ses quartiers, s'enfermant dans ses devoirs de roi, plutôt que de vivre comme l'avait fait avant son mariage. Mais il imaginait difficilement proposer une partie de chasse à sa dryade de reine. Ce fut à son tour de faire pivoter sa monture, pour se mettre à la hauteur de la cavalière, bien qu'il dut se pencher sur sa selle pour pouvoir être à sa hauteur. Grendel était monstre, et Lamrei avait la finesse et la taille modeste et élancée des Laurëcaras, et Nueonia était encore plus petite que lui.

-Enfin, je ne voudrai pas passer pour un mauvais perdant. Mais j'ose espérer que j'aurai droit à une revanche.

Leur escorte choisit alors d'arriver, les rattrapant enfin, sans se presser. Levant le nez, et se redressant, Parthalan fit un signe aux Fearghas sur le haut des remparts, qui avaient assisté à la course et à l'arrivée triomphale de Nueonia. Les deux hommes d'armes en faction près des portes souriaient largement.

-Je vous déconseille ce genre de course en ville, poursuivit-il en se penchant à nouveau vers elle et tout en se plaçant de façon à pouvoir sortir, mais peut-être que je vous accompagnerai lors d'une de vos sorties dans les landes. Si vous le voulez bien...

D'une main, il indiqua l'entrée du rempart, qui leur permettrait de rejoindre la grande avenue qui courait jusqu'au port, après avoir traverser le pont levis qui permettait de passer au dessus du fossé creusé pour la défense de la forteresse. Ils auraient à traverser les beaux quartiers, avant d'atteindre les places et artères commerciales de la cité.



Forme Thérianthrope & Forme Bestiale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Au départ d'une promenade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Rang C] Une promenade qui tourne mal...
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ d'anthoni
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Départ non réfléchi et vite regrété.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Maëldan :: Armenelos Capitale des Clans :: Helmet Hall-
Sauter vers: