AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Annexe IV : Voyager en Inwilis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Conteur

avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Annexe IV : Voyager en Inwilis   Jeu 14 Nov - 21:45

Voyager en Inwilis


Les Routes

Inwilis est vaste, très vaste. Se déplacer peut donc prendre énormément de temps. La plupart des royaumes disposent de routes. Les routes sont fréquemment utilisées, et les routes principales servent aux caravanes marchandes qui parcourent parfois Inwilis tout entier. Attelages, convois, et cavaliers solitaires s'y croisent, parfois surveillés par des patrouilles.
Sur le continent Nord, c'est le Falast qui a les meilleures routes. En Inwerin, les routes sont moins nombreuses, à l'exception de la vallée de Dangweth où la population est répartie dans de nombreux villages. En Maëldan, il n'y a que des routes principales, pour le reste, les routes sont des chemins de terre, quand ils existent. Une partie de la population étant nomade, les Maëldanais sont habitués à se déplacer et à se repérer sans avoir besoin de routes concrètes. Les routes principales sont généralement pavées, et bien entretenues. Elles traversent villes et villages, et sont parfois bordées par des auberges ou encore des maisons d'étapes, où les voyageurs peuvent passer la nuit. La sécurité est à la charge des seigneurs ou chefs de clans qui ont la charge d'une terre.
Sur le continent Sud, les routes des royaumes de l'Est, à savoir l'Empire, Cemenwin et Eiren, sont toutes pavées et parfaitement entretenues. Elles sont régulièrement parcourues par des patrouilles des forces armées respectives à ses royaumes. Dans le cas des royaumes de l'Ouest, c'est un peu particulier. Le royaume de l'Esgal, ou en tout cas ce qu'il en reste, est traversé au Nord, d'Ouest en Est, par la Piste Brune, qui relie Iskandar à Dhaval. La Piste Brune est une route sinueuse, qui s'adapte au relief changeant du désert. Construite par les forces conjuguées de mages et de bâtisseurs, la Piste Brune est imprégnée d'un champ protecteur qui empêchent les Abominations d'attaquer les voyageurs et les caravanes. Les Abominations se heurtent à un mur invisible, qui les empêchent de traverser la Piste Brune, ce qui fait qu'au Nord de la Piste, il n'y a aucune Abominations. Le reste de l'Esgal n'est qu'un désert, et aucune route concrète n'y resterait. Les nomades qui s'y déplacent se repèrent aux étoiles, mais aussi à la position des différentes villes et reliefs. En Andanorië, la Piste Brune remonte jusqu'à Fendassë, mais le sortilège de protection est moins actif. On trouve d'autres routes qui sillonnent le royaume tout entier. Pour parcourir ces routes, ou bien couper à travers champs, les voyageurs utilisent bien évidemment les chevaux, ceux du Nord sont robustes, résistants au froid, ceux du Maëldan sont les plus massifs, tandis que ceux du Falast sont plus fins et rapides. Quand à l'Inwerin, les Inweriens font l'élevage de Laurëcaras, une race de chevaux plus que résistants, robustes, et dont célérité pour être le nom. Dans le Nord, on trouvera également les imposants Earthaës, ses gros bovins à la robe laineuse et grise, capable de tirer des attelages deux fois plus lourds qu'eux. En Falast, on trouvera aussi des griffons, principalement atour de Valin, mais aussi de Fainros, la plupart sont montés par l'armée. Depuis quelques années, on trouve aussi des Reiths, ses animaux venus du Sud, dont l'apparence est un croisement entre une autruche et un dromadaire, sans compter leurs têtes osseuses et reptiliennes. Très rapide, mais également doté d'une bosse qui les dispense de devoir boire pendant plusieurs semaines. Dans le Sud, il n'y a pas d'Earthaë, mais des Garmans. Les garmans sont moins gros que certains Earthaë, et plus proche du rhinocéros que du bovin. Ils servent aussi au travaux de forces, comme à tirer de lourds attelages. Dans le Sud, les Reiths croisent aussi les Lézards, communément appelés Sableus, ils sont capables de se déplacer aussi bien dans le sable que dans la rocaille ou encore dans les steppes de l'Empire. L'Empire a également ses chevaux, des chevaux plutôt petits, mais extrêmement endurants, et aux robes sombres, tandis que ceux de l'Esgal ou de l'Andanorië ont des robes plus claires.

Les Navires

Inwilis, c'est aussi des océans et des fleuves. Péniches et barges remontent et descendent les fleuves, côtoyant les petites embarcations des pêcheurs, ou bien de petits voliers. Sur le lac d'Or Blanc, les voiliers sont plus nombreux et sillonnent ses eaux, certains relient le Sanctuaire d'Or Blanc, Celebalda mais aussi les villages autour de l'immense lac. Sur le lac d'Olmbryn, qui est d'une taille moindre que celui d'Or Blanc, les voiliers sont remplacés par des barques. Sur les océans, les navires des royaumes se croisent, certains naviguant pendant des mois pour atteindre des destinations lointaines. Sur la mer de Fordaëtha, durant les deux saisons froides, les seuls navires qui parviennent à accéder aux côtes Nord du Falast et à l'Archipel Galaedor, sont les brises-glaces. Les navires du Nord ont des aspects différents, les navires de l'Archipel sont plutôt fuselés, et leurs voiles sont rayées ou bien de couleurs. Ceux du Falast sont élégants, avec des figures de proue très travaillées. Tandis que ceux du Maëldan sont plus massifs, et portent sur leurs voiles les emblèmes des clans auxquels ils appartiennent. Les navires de l'Empire et de Cemenwin sont pour l'essentiel des jonques ou bien des atakebunes. Les jonques ont ses fameuses voiles lattées, et ont des coques longues. Les jonques ont des tailles variables, et certaines peuvent être énormes. Les atakebunes sont d'énormes vaisseaux cuirassés, servant principalement aux légions de l'Empire et à la Légion Noire de Cemenwin. Les navires de l'Andanorië sont essentiellement des voiliers, plus ou moins massifs. Quand à l'Esgal, il n'existe plus aucun port au Sud du royaume, puisque toute la côte a été dévastée lors de la Chute d'Altare, ravagée par les vagues de magie. Il existe bien des ruines, et il n'est pas rare de croiser des épaves de navires Esgaléens échoués ou encore amarrés à ce qu'il reste des ports. Quand aux bâtiments des hors la loi, ils sont divers et variés, puisqu'ils viennent de tous les horizons, et utilisent les navires qu'ils capturent en mer.

Les Pharazras

De tout Inwilis, les chantiers de l'Andanorië ont longtemps été les seuls à produire des navires vivants. Les Andanoréens les appellent Pharazras, et ces navires aux figures de proue vivantes sillonnent les mers depuis le Premier Âge. Ils n'étaient que de simples navires au départ, puis les fils et filles de Mei insufflèrent la vie en eux, créant d'autres êtres vivants. Peut-être est-ce là que ce qui déclencha la Purge ? Toujours est-il qu'avec la Purge, il n'y eut plus de Pharazra de construit, et ceux que l'on croise aujourd'hui sur les mers d'Inwilis datent du Premier Âge, car plus aucun andain ne s'est risqué à une telle création. Voila pourquoi les familles qui possèdent un Pharazra en prennent soin, voila pourquoi ils sont si rares en Inwilis, et que chaque Pharazra qui disparait est une tragédie. Un Pharazra a une vie et une personnalité qui lui est propre, si bien que si sa volonté s'oppose à celle de son capitaine, les conséquences peuvent être terribles, et résulter en un naufrage dans les cas les moins pires, ou bien par la destruction du bâtiment dans le pire des cas.

Les Aéronefs

Outre les navires de type maritime ou fluvial, ont trouve les navires aériens : les aéronefs. Les aéronefs sont apparus au Deuxième Âge dans le but de réduire la durée des voyages, lorsqu'on cherche à rallier une ville en partant d'une autre. Il n'y a bien sûr que les grandes cités qui sont équipées de ports aériens. Les aéronefs sont principalement utilisés à l'intérieur des territoires, bien que certains traversent la mer. Ils fonctionnent à l'aide de magie élémentale, soit, les navires sont ensorcelés pour voler, et avancent grâce à des moteurs alimentés par l'énergie solaire ou bien par l'énergie d'élémentalistes. Ou bien ce sont les élémentalistes de l'équipage qui se relayent pour que l'aéronef vole, s'appuyant également sur un système de moteur pour faire avancer ce type de navire. La taille et la forme des aéronefs varient, les aéronefs de transport de passagers sont généralement élégants, tandis que ceux de marchandises sont plus massifs et grossiers. Les aéronefs les plus petits sont généralement des aéronefs privés. Comme dit précédemment, la plupart des grandes cités ont des ports aériens, mais celui de Nargoryth se trouve à l'extérieur, à plusieurs dizaines de mètres des Portes qui ferment la cité des cavernes. Quand à l'Archipel Galaedor ou les grandes cités qui sont trop au Nord, la glace empêchent l'utilisation d'aéronefs. Le temps des voyages en aéronefs sont plus courts que ceux en navires maritimes ou fluviaux, mais ces voyages ont un prix, et dépendant de la distance, le coût pour se révéler élevé. Tout comme les navires maritimes ou fluviaux, les aéronefs sont aussi des proies pour les pirates de l'air, ou même du désert lorsque les aéronefs traversent l'Esgal. Enfin, dépendant de l'endroit où vous désirez vous rendre, il est possible qu'aucun aéronef ne s'y rende.

Les Portails

Il existe un moyen de se déplacer très rapidement, mais celui-ci coûte très cher, sans compter que les déplacements sont soumis à certaines limites. Dans chaque capitales et grandes villes il existe des Portails, généralement bien en vu sur les grandes places. Les portails sont actionnés par des mages, et ne peuvent pas être détournés. Ils ne donnent que les autres portails situés dans les villes qui en sont dotés. Voyager de cette façon ne peut pas se faire à longueur de journée, et on ne peut effectuer plus de trois voyages les uns à la suite des autres. Le voyage par Portail, donc par magie, nécessite une partie de l'énergie magique du mage qui active le portail, mais aussi du voyageur. Faire plus de trois voyages fait courir un risque au voyageur, qui risquerait de perdre connaissance pendant un quatrième voyage, voir pire. La perte de connaissance lors d'un voyage peut s'avérer fatale, puisque le voyageur n'a plus sa destination en tête. Le prix du voyage par Portail varie, d'une à deux pièces d'or, à une dizaine selon la distance. L'autre contrainte de ce genre de voyage, c'est qu'un voyageur ne peut emmener avec lui qu'un nombre limité de bagages, et la plupart du temps, les animaux ne supportent pas ce genre de déplacements.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Annexe IV : Voyager en Inwilis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Annexe: L'OCP (Archives)
» Annexe de l'Hôpital
» Lire c'est voyager ; voyager c'est lire. [V. Hugo]
» Demandes de Job Annexe
» ANNEXE ? Les femmes à Pompéi
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Hors Jeu :: L'Encyclopédie-
Sauter vers: