AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En quête d'une bonne lame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassian Scaevola
Dragonnier
avatar

Peuple : Humain
Second(s) Métier(s) : Maître hallebardier
Armée/Guilde/Institution : Tour Blanche
Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 05/11/2012

MessageSujet: En quête d'une bonne lame   Mer 7 Aoû - 19:47

Les écailles rouges et brunes du Dragon aux ailes plumeuses brillaient d'un éclat enchanteur sous le soleil qu'Aelius semblait vouloir être plus chaud sous cette contrée que partout ailleurs. Domptant les vents, Pyrrhus déployait ses larges ailes aux pennes rougeoyantes, et piqua vers les chaudes plaines, aux abords de Fendassë, afin que le dragonnier puisse entrer seul dans la cité. Cette dernière ne possédait guère d'attraits ou de place pour le grand Dragon, qui préférait de loin aller voler le long des côtes, profiter du paysage ; cela faisait longtemps que le duo n'avait pas pris quelques jours pour voyager, ou plutôt qu'ils n'avaient pas eu de raison de déroger au quotidien auquel ils s'étaient habitués.
Mais au cours d'une leçon, un élève particulièrement dissipé, las des remontrances de Cassian, professeur de combat aérien, défia ouvertement devant ses camarades le vieux guerrier, lui reprochant de ne leur enseigner que la théorie ; ce n'était que de jeunes dragonniers, et le soldat à la retraite leur présentait les consignes les plus essentiels avant de les entraîner aux véritables affrontements. Mais le jeune homme, fils de noble quelque peu imbu de sa personne, semblait vouloir démontrer à quel point il était fort, et n'avait pas besoin des conseils d'un enseignant infirme.
La correction fut facilement administrée, le jeune dragonnier mal dégrossi pensait avoir l'avantage sur un ancien de la Grande Guerre à la chevelure grisonnante, et que tous savaient incapable d'user correctement de son bras droit, à cause d'une vieille blessure de guerre ; pourtant c'est à la hallebarde que Cassian affronta l'effronté, qui mania sa lance avec arrogance mais un manque totale d'expérience. Le professeur envoya l'élève au sol, après l'avoir désarmé, mais le Dragon du jeune homme, au tempérament aussi peu amical que celui de son compagnon lié, qui attaqua alors le professeur ; mais Pyrrhus s'interposa, de même que les autres Dragons liés aux élèves.

Finalement, le Dragon avait voulu mordre le vieux guerrier, et avait refermé ses crocs sur sa fidèle hallebarde, déformant totalement la lame sous ses crocs, et brisant la hampe par la même occasion. Elle semblait irréparable, et c'était bien dommage, car un modèle ancien, qui avait survécu à la Grande Guerre. Un autre professeur, venant de Fendassë, lui avait appris que lors de sa dernière visite, quelques mois auparavant, il avait vu une forge qui avait ouvert, et dont il n'avait eu que de bons échos ; peut-être pourrait-elle faire quelque chose pour lui.
Il avait chaud, engoncé qu'il était dans sa tunique arborant un rouge plutôt clair, et une cape. Il regrettait de ne pas avoir plus adéquat à porter sous pareille chaleur, mais sous les vents glaciales des hauteurs, cela était plus qu'utile. A sa ceinture était attachée la lame déformée par les crocs du Dragon, et il se jura de faire payer les réparations au jeune trouble-fête qui était responsable de l'état actuel de son arme adorée ; s'il le fallait, il irait jusqu'à Armenelos et plus haut encore pour trouver un bon forgeron, et non pas un de ces incapable d'Akaash, qui ne savait faire que ce qu'on leur apprenait, c'est à dire pas les anciens modèle d'armes d'hast datant de plus de cent ans.

Il déambula longuement dans la grande ville, s'arrêtant parfois pour demander son chemin. Cassian hésitait à chaque fois de demander son chemin, de peur qu'on le reconnaisse. Dhaval n'avait pas oublié son passage, et il savait qu'on parlait encore là-bas du bras gauche de Morna ; peut-être aussi à Fendassë, même s'il espérait de tout cœur que n'ait pas survécu les rancœur du passé, de la guerre.
Enfin il trouva la boutique qu'il cherchait, au nom prometteur de "l'Art du Métal". Lâchant un soupir de satisfaction, il poussa la porte, et entra, appréhendant la chaleur qu'il devait faire, ajoutant celle de la forge à l'intenable soleil qui frappait tout ce qu'il trouvait d'une chaleur douloureuse...
"Excusez-moi, je viens pour faire réparer une lame ; c'est ici ?" S'enquit-il, de sa voix grave et assurée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête d'une bonne lame   Mer 7 Aoû - 21:29

Les coups répétés sur le métal chaud sonnait comme une douce mélodie, Virnar, un Iskandaréen issu d'un métissage avec une mère Faë, s'occupait des achats alors que Nurtz, un Dunpeal avec une forte musculature bien qu'il soit petit, surveillait les clients d'un oeil discret pour ne pas les effrayer -qui voudrait que quelqu'un d'origine vampire vous fixe constamment-, Tailla avait réparé plus de cinq épées et deux lances ce matin, un client peu coopératif s'était enfui avec une dague en mithril mais il fut rattrapé aussi vite qu'il fut sortit, un bon coup de poing de Nurtz suffit à calmer les ardeurs du voleur qui s'en sortit avec une amende assez conséquente. La chaleur de la forge faisait parfois transpirer quelque acheteurs mais la Demi-Drow avait toujours un courant d'air entre les orteils grâce à ses bottes et dans les cheveux grâce à la petite fenêtre ouverte continuellement.

Après quelques heures de travail, Tailla avait enfin fini de réparer les armes qui lui avait été confiées quand la porte s'ouvrit, ce qui était habituel, un homme avec un regard froid s'avança et adressa des paroles à la forgeronne.

-Réparer c'est mon métier monsieur, montrez-moi votre lame s'il vous plaît.

En voyant la hallebarde vielle de cent ans la Demi-Etherie s'émerveilla mais son sourire fut totalement réprimander par son état.
Tailla prit l'arme avec une extrême délicatesse, la posant sur son établi elle l'observa avec attention le manche, la boutiquière en avait un similaire de la réserve et lame qui semblait avoir été mordue par un Dragon pouvait être rafistoler en quelques vingtaines de minutes.
L'humain devait être énormément attaché à cette lance pour vouloir la remettre en état.

-Cela va prendre une heure ou deux, vous pouvez vous assoir et vous servir un verre ou si la chaleur est trop oppressante vous pouvez toujours sortir, Nurtz viendra vous cherchez quand j'aurais terminé.

Le temps estimé suffit pour donner un coup de neuf à la hallebarde, le Dunpeal alla chercher l'homme aux cheveux gris pour qu'il constate le résultat du travail de l'artisane qui lui tendit celle-ci.

-Voilà sir, treize pièces d'or et six pièces d'argent mais comment est-ce arrivé ?
C'est la première fois qu'elle se montra curieuse, quelque chose la poussa à le faire. Peut-être cette formidable arme d'hast qui semblait maintenant neuve.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cassian Scaevola
Dragonnier
avatar

Peuple : Humain
Second(s) Métier(s) : Maître hallebardier
Armée/Guilde/Institution : Tour Blanche
Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 05/11/2012

MessageSujet: Re: En quête d'une bonne lame   Ven 9 Aoû - 20:32

L'endroit dans lequel il entra plu à Cassian, qui se trouvait dans ce qu'il attendait à voir dans une forge. Ce n'était pas comme chez les quelques maréchal-ferrant chez qui il avait cherché de l'aide, et qui avait refusés de s'occuper d'une arme, arguant que c'était l'affaire des forges militaires. Et ces derniers ne voulaient vendre ou réparer uniquement les modèles standards. Pour pouvoir obtenir des armes moins dans la norme, il fallait soit les faire importer, soit trouver un indépendant, mais peu voulait se risquer dans un endroit comme Akaash.
Il fut satisfait donc de trouver un endroit plus accueillant et un peu plus... remplie d'armes diverses et variées, plutôt que la salle aux râtelier bien rangés de l'armurerie où il avait été avant son périple. Mais si l'Andonariéen à la peau marquée par le soleil semblait parfaitement à sa place dans l'endroit, le Dragonnier fut surpris de voir un homme ayant des traits de Dunpeal, et une Drow ; il ne s'attendait pas à ce que des représentant de peuples à tendances nocturnes s'établissent dans un endroit aussi... ensoleillés. Mais, après tout, tous étaient libre d'aller faire commerce n'importe où ; et l'on voyait plus extravagant que cela. Bien plus extravagant.

La Drow alla droit au but, et Cassian en fut satisfait. Il préférait éviter les inutiles palabres, et voir son arme réparée sans trop tarder. Alors la lame déformée à la hampe brisée quitta la ceinture du guerrier, et finit entre les mains de la forgeronne, qui observa d'un œil expert la lame, qui bien que centenaire, avant bénéficié de l'entretien nécessaire, avec un grand soin, que lui avait apporté son propriétaire.
Ce dernier fut content de savoir que ce serait vite fini, et s'inclina avant de se retirer, suivant le judicieux conseil de ne pas rester à suffoquer en intérieur, surtout dans son accoutrement qui lui donnait affreusement chaud.

L'étranger drapé de rouge avait trouvé non loin un petit salon de thé, avec quelques tables installées à l'extérieur ; ôtant sa cape bleu nuit, il s'installa à son aise, à l'ombre d'une teinture prévue pour éviter le soleil. Le serveur, un Fendassëen, lui apporta un thé à la menthe, parfumé de quelques gouttes de fleur d'orangé, qui exhalait un arôme aussi délicat pour l'odorat que pour le goût.
Avec une certaine satisfaction, le guerrier se délassa. Il n'avait pas l'air si vieux que ça, mais il traînait derrière lui un plus d'un siècle, ce qui faisait beaucoup pour un humain ; mais sa longévité était expliquée par son lien avec Pyrrhus. Alors il ne montrait que quelques signes de vieillesse, comme ses cheveux gris, ou les rides qui étaient apparus ça et là sur son visage, lui donnant une certaine maturité.
Alors qu'il se délassait, il sentit grâce au lien qui l'unissait à Pyrrhus que ce dernier profitait bien de ce petit temps de vacances, planant et virevoltant le long des falaises, en prenant garde de ne pas se mouiller les plumes.

Celui qui fut désigné sous le nom de Nurtz vint chercher le guerrier alors qu'il somnolait à demi dans la chaleur si apaisante qui régnait dans ce port aux allures quelque peu paradisiaques, ou du moins éloignées de tout ce qu'il connaissait. Sortant de sa torpeur, l'ancien militaire se relever, et remettre sa cape dans un ample mouvement, avant d’emboîter le pas de l'apparent Dunpeal, sans oublier de laisser de quoi payer sa consommation, ainsi qu'un raisonnable pourboire.
Cassian retrouva alors l'Elfe Noire dans sa boutique, et sa chère hallebarde, qui avait repris sa forme d'origine, exempte de la morsure qui avait enfoncé le métal comme s'il s'agissait d'une simple feuille. Le prix fut annoncé, suivi d'une petite question ; tout d'abord, le dragonnier se saisit de sa bourse bien remplie, qui était attachée à l'arrière de sa ceinture, puis en sortit quatorze pièces d'or, n'ayant pas de monnaie. Et, comprenant que l'on puisse s'interroger sur l'origine d'une telle déformation du métal, il prit la peine de répondre, d'une voix neutre.
"Un de mes élèves un peu... turbulent à voulu jouer au plus fort, et a mordu mon arme."
Il eut un rictus amusé, en repensant à cette histoire, mais qui s'estompa assez vite, alors qu'il regardait sa lame remise à neuf, grâce à la dextérité de la Drow. Sa fidèle hallebarde avait été une compagne aussi fidèle que l'était Pyrrhus, mais chargée de bien plus funestes souvenirs, même si l'arme n'était pas à blâmer. Mais elle lui rappelait aussi celui qui lui avait offert, Amulius Scaevola.
Puis le vieux guerrier tiqua, en se rendant compte que ce qu'il venait de dire pouvait paraître étrange ; cela faisait de trop longues années qu'il n'avait pas bougé d'Akaash, où il faisait parti de la vie de tout les jours, avec Pyrrhus qui ne savait pas vraiment comment passer inaperçu. Il s'empressa alors d'ajouter un petit commentaire afin d'éclaircir ses dires.
"Je suis dragonnier." Il observa ensuite son arme, qui connaissait une seconde jeunesse. "Merci pour la hampe, je n'en demandais pas tant. Vous faites un très bon travail."

Après s'être incliné poliment avec déférence, il prit congé, mais sans pour autant partir. Il se planta dans la rue, qui n'était pas très empruntée en ce milieu d'après-midi quelque peu étouffant. Refermant ses phalanges sur la nouvelle hampe de son ancienne compagne, il voulut faire quelques passes, afin de s'assurer que son arme avait bel et bien retrouver son équilibre, et toute son énergie.
Il décrivit dans la rue de grands mouvements de lames, décrivant de rapides paraboles, des arcs de cercles, avec une effrayante précision. Puis il se baissa brusquement, sa cape bleue suivant avec élégance son mouvement, alors que la hallebarde balayait devant lui le sol, avant d'ôter sa main droite. D'une main, il se releva, effectuant un habile moulinet, et passa l'arme dans son autre main, qui, bien que faible et sans force, profita sans encombre de la cinétique imprimée par la gauche ; puis il fit décrire à l'acier une nouvelle arabesque, avant d'arrêter la hampe de sa main gauche, et mettre fin à la démonstration.
Malheureusement... la hampe céda, alors qu'il imprimait toute sa force en un seul point du bois, qui se rompit dans sa main ; la lame continua alors son mouvement, et il fut contraint de lâcher la lame, qui dérapa sur le sol sur plusieurs mètres.

Après l'avoir récupéré, l'air quelque peu soucieux, il retourna, la mine sombre, vers la forge dont il ne s'était en réalité guère éloigné ; il n'avait pas l'air en colère ou contrarié, et il s'adressa calmement aux individus qui se trouvait à l'intérieur, et plus particulièrement à la Drow.
"Je crains que cette hampe ne soit pas assez solide. Elle était parfaitement équilibrée, mais je crains que le bois n'a pas supporté le maniement que j'en fais."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête d'une bonne lame   Ven 9 Aoû - 23:04

La Drow était satisfaite de son travail et d'avoir empoché de l'argent qui lui servira pour les prochaines importations de matières premières, elle avait eut le temps de discuter avec le dragonnier qui lui semblait assez vieux pour être professeur mais cela ne la dérangeait pas plus que ça, c'était sa vie pas la sienne. Le client, satisfait lui aussi, sortit de la boutique. Tailla pu enfin se reposer et manger un petit morceau. La Demi-Drow passa une porte derrière le comptoir, elle s'assit sur une des chaises, l'avança légèrement et pris un couteau et une fourchette, coupa son bout de venaison et une fois le repas savouré, la Demi-Etherie se rendit dans la salle de la forge en apportant une tasse de thé à chacun de ses gardes et en saluant ses clients qui discutaient entre eux dans la bonne humeur. Arrivé près de la caisse où elle s'asseyait la plupart du temps, le même homme qui était venu il y a quinze bonnes minutes faire sa réparer sa fidèle hallebarde, Tailla souffla d'un air méprisant mais, pour faire bonne impression, sourit et renchérit par :

-Eh bein monsieur musclor, puis en essayant d'être le plus agréable possible du moins pour son caractère et surtout dans SA boutique, vous devez être l'homme le plus gentil du monde pour revenir deux dans le même magasin, elle reprit son sérieux et observa l'arme, la lame est parfaite mais c'est ma hampe le problème, je crains de devoir retourner la réserve pour trouver un manche plus solide, beaucoup plus même. Nurtz, essaie de me trouver une hampe pour cette hallebarde, le plus vite possible s'il te plaît, il ne faudrait pas faire attendre cet homme. Une fois le Dunpeal dans la réserve, la forgeronne demanda :

-Puis-je savoir votre nom, monsieur et passez-vous souvent par ici, sous ce grand soleil ? Ah oui, inutile de vous demandez, Nurtz et moi aimons le soleil tant qu'il y a de l'ombre.

Une demi-heure après, Nurtz revint avec un manche, à vue d'oeil cela semblait être le même que celui brisé mais c'était du caryer, un bois très lourd mais résistant.

-Vous aurez une perte de maniabilité mais pourra supporter les chocs. Je ne vous ferais pas payer, vous avez de la chance. Cette fois, ça ne devrait pas prendre longtemps.

L'artisane se mit au travail rapidement après la conversation. Une fois la hampe installée, Tailla proposa au dragonnier de l'emmener dans une petite salle d'entraînement qu'elle avait aménagé pour les gardes du magasin, la boutiquière adressa un sourire à Cassian, ce qui ne lui ressemblait pas, pour le convaincre de se rendre dans cette salle pour voir comment celui-ci combattait pour qu'il est pu brisé le manche.
Revenir en haut Aller en bas
Cassian Scaevola
Dragonnier
avatar

Peuple : Humain
Second(s) Métier(s) : Maître hallebardier
Armée/Guilde/Institution : Tour Blanche
Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 05/11/2012

MessageSujet: Re: En quête d'une bonne lame   Dim 11 Aoû - 20:17

Cassian plissa légèrement les yeux en entendant l'interjection de la Drow, mais n'en fit rien ; il pouvait comprendre sa contrariété de voir le guerrier si peu soigneux à l'encontre de son travail, mais ce n'est pas comme s'il l'avait fait exprès. L'arme avait cédé sous l'usage qu'il en avait fait, et fort heureusement il en avait fait l'essai, car si cela était arrivé en combat, il en aurait fait les frais.
Mais elle ne fut pas si vexée que ça, et se proposa de remplacer la hampe brisée par une autre beaucoup plus résistante, ce à quoi le guerrier acquiesça. Il espérait vivement que Pyrrhus ne soit pas gêné de devoir attendre un peu, et par télépathie, il s'assura que son compagnon n'ait aucun problème avec le fait de patienter un peu plus. Ce dernier lui assura qu'il n'y avait aucun problème, d'autant qu'il voulait aller se baigner un peu, et qu'en attendant qu'il sèche, ils ne pourraient de toute façon pas repartir.

Ce détail réglé, il revint à la conversation que sembla vouloir entamer la Drow, afin de passer le temps sans doute, lui demandant son nom, s'il connaissait la région, et répondant à la question silencieuse que plus tôt il s'était justement posée, sans en faire cas ; les gens font ce qu'ils veulent après tout. Même s'il n'aimait pas trop discuter avec des inconnus, il fit tout de même un effort.
"J'ai déjà vu plus extravagant, n'ayez crainte. Mon nom est Cassian, et je crois que ma dernière visite dans la région date d'avant la Grande Guerre ; Fendassë a changé depuis. En bien, ceci dit. Mais j'en profiterais bien plus si je n'étais pas vêtu de la sorte. Il fait bien plus frais à Akaash, et les cieux sont plutôt froid à arpenter."
La discussion qui s'ensuivit fut plutôt banale, et ponctuée de quelques blancs. C'était purement pour la forme, car le dragonnier n'avait guère envie de parler de sa vie, et il n'y avait guère à raconter, après tout. Si ce n'est tout ce qui se déroula lorsqu'on l'appelait le "bras gauche de Morna", cette guerre dont il gardait des souvenirs comme tant d'autres soldats ; mais les siens n'étaient pas de ceux que l'on raconte autour d'un feu de camp.

La hampe fut finalement trouvé, et la Drow s'empressa de remplacer celle qui n'avait pas supporté la pression de sa main, entraînée pour compenser son handicap. Il remercia à nouveau la forgeronne quand celle-ci lui indiqua qu'elle ne lui ferait pas payer la nouvelle hampe, et, alors que le guerrier allait vers l'extérieur pour essayer son arme, et se préparer à appeler Pyrrhus, l'Elfe Noire sembla vouloir le voir s'entraîner au sein de sa boutique, plutôt qu'à l'extérieur. Elle ponctua sa demande d'un sourire, ce qui intrigua quelque peu le dragonnier ; mais, ne voyant guère de raison de refuser, il acquiesça, et lui emboîta le pas.
"Autant vous prévenir tout de suite, je doute qu'un jour vous trouviez quelqu'un qui ait une technique semblable à la mienne."
Il dit ces mots sans prétention aucune, même si on pourrait les interpréter ainsi, quand l'on ne connait pas son handicap ; en effet, il ne devait pas y avoir d'autres combattants, ou alors Cassian ne les connaissait pas, qui pouvait se targuer de manier une arme à deux mains, en usant finalement de la force que d'une seule des siennes. Cela ne faisait pas de lui un combattant hors pair, un bretteur infaillible, mais il était plutôt unique en son genre, et s'il n'en tirait aucun orgueil, il préférait avertir ceux qui s'interrogeaient que cette façon de combattre, il était seul à en user, car seul à devoir compenser ainsi un défaut physique pour se battre à la hallebarde ou à la lance.




Dernière édition par Cassian Scaevola le Ven 6 Sep - 12:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête d'une bonne lame   Mar 13 Aoû - 22:08

Alors qu'elle menait Cassian dans la salle, celui lança que personne n'avait une technique comme lui, la Drow fut surprise mais pas énormément, il semblait ne pas aimer parler et elle comprenait tout à fait. Une fois arrivé dans la pièce en faite dans la cave où se trouvaient des tonneaux, des caisses remplis de légumes, des râteliers sûr lequel était placé l'arc de Tailla, au fond l'on pouvait voir des mannequins entaillés mais lorsque que Nurtz appela la Demi-Drow pour qu'elle répare une lame.

-Je ne m'absenterai que très peu de temps.


Là haut, Tailla observa l'arme la répara puis son propriétaire paya neuf pièces d'or, celle-ci aurait pu être remis à neuf par importe quel forgeron.

Tailla redescendit dans la cave humide avec un fin bout de venaison dans l'assiette et elle la posa sur la table adjacente à sa chaise. Elle essaya de ne pas proposer la viande mais c'était trop dur car elle était dans sa boutique. Tailla se rendit compte qu'elle avait oublié ses couverts, la boutiquière s'excusa une nouvelle fois et se rendit dans la pièce derrière le comptoir puis pris deux fourchettes et deux couteaux et rajouta une assiette. Une fois en bas, la Demi-Etherie se remit à sa place et observa un peu le dragonnier et sa  hallebarde qui semblaient concentrés, tous les deux. Quelques minutes plus tard, l'Elfe noire eut l'envie de tirer à l'arc, cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas utiliser, la dernière fois c'était pour aller chasser le cerf, il y a de ça deux ans mais maintenant la Demi-Drow l'achète vu que l'argent rentre dans les caisses. La tentation prit le dessus, la Drow banda son arc et décocha une flèche, elle atterrit juste au dessus du centre.

-Hein ! D'habitude, je la met dans le mille !


L'Elfe avait oublié son invité et la boutique allait bientôt fermer, elle demanda ce qu'il pensait de son arme tout en rangeant son arc, Nurtz et Virnar n'avait pas eut besoin d'elle. Tailla ramassa son assiette de venaison -elle a prit la fâcheuse habitude de tout le temps manger cette viande-et monta à l'étage pour la donner à Virnar qui n'avait rien manger depuis hier soir puis descendit dans la cave et adressa la parole à Cassian.

-Eh bien, sir, j'espère que vous reviendrez bientôt et votre façon de vous battre est ... Inhabituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Cassian Scaevola
Dragonnier
avatar

Peuple : Humain
Second(s) Métier(s) : Maître hallebardier
Armée/Guilde/Institution : Tour Blanche
Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 05/11/2012

MessageSujet: Re: En quête d'une bonne lame   Mar 10 Sep - 13:02

Suivant la Drow jusqu'à sa salle d'entrainement privé, le guerrier ne put s'empêcher de se demander pourquoi elle tenait à ce qu'il essaye son arme sous sa surveillance. Peut-être pour s'assurer qu'il ne se rate pas en public, ou bien, plus probablement, pour observer sa manière de se battre, qui avait valu à l'arme de finir le manche brisé. Cela ne dérangeait pas vraiment Cassian, qui ne trouvait pas sa technique particulièrement exceptionnelle ; simplement sans égale, dans sa forme, et il avait maints fois trouvé bretteur plus talentueux que lui, même si dans les cieux il avait une maîtrise que peu de dragonniers avaient du combat aérien, qui était autrement plus complexe que celui au sol. Ou plutôt ne répondait pas aux mêmes règles.
Alors qu'il se mettait en position d'attaque, prêt à tester la résistance de son nouveau manche, un signal indiqua qu'un client venait à réclamer les services de l'artisane, qui prit alors congé. D'un signe de tête, Cassian fit sentir qu'il comprenait parfaitement, et alors que la jeune femme disparaissait pour aller remplir son office, le guerrier ne se fit pas prier et usa de son arme avec talent, répétant avec une précision mortelle les mouvements qu'il avait exécutés plus tôt dans la rue.

Il ne vit pas le temps passer, et ne remarqua pas immédiatement la forgeronne revenir ; ce ne fut que lorsqu'elle posa son assiette qu'il la remarqua. D'un habile moulinet de la main gauche, il mit son arme pointe vers le bas, et posa cette dernière sur le sol. Se son autre main, il s'essuya le front, et se dit qu'une pause ne serait pas de trop. Il n'avait pas particulièrement envie de manger, et ne s'attendait pas à ce qu'elle lui propose de sa pitance, mais elle fit preuve d'une certaine amabilité en lui en offrant tout de même, bien que cela sembla la gêner quelque peu ; mais avant que le guerrier ait pu réagir, elle décida de chercher de quoi le servir aussi.
Et comme elle s'en allait, l'hallebardier ne toucha en rien au repas ; la Drow revint quelques instants plus tard, avec une autre assiette et des couverts, séparant la portion en deux. Cassian s'assit devant le plat qui lui était proposé, et observa d'un œil mauvais les couverts. Il ne les aimait guère, du moins quand il fallait les utiliser en même temps, son bras n'aidant pas : s'il tenait son couteau de son bras blessé, il ne pouvait pas couper avec, et inversement, avec la fourchette, il ne pouvait pas la maintenir convenablement pour pouvoir couper comme il faut.
Il s'était arrangé avec les cuisines de la Tour Blanche pour que ses repas soient coupés au préalable, petit privilège qu'il devait non seulement à son statut de vétéran, mais aussi au fait qu'il s'entende très bien avec l'une des cuisinières, avec qui il discutait occasionnellement. Mais pour l'heure, il s'accommoda tant bien que mal de son handicap, et avec quelques jurons, parvint à se servir convenablement de ses couverts pour couper la viande, et se sustenter quelque peu. Il ne demanda pas d'aide, et ne prêta pas vraiment attention aux réactions qu'aurait pu avoir l'Elfe Noire ; il avait l'habitude, depuis le temps, qu'on regarde étrangement son bras si faible, incapable de faire plus que tenir sans guère pouvoir appliquer de force.

Il retourna ensuite à ses mouvements, faisant tourbillonner élégamment son arme, l'abattant avec rapidité sur le mannequin, qui se fit balloter en tout sens par les coups répétés de la hallebarde, qui frappait avec précision ; le bretteur appliquait toute sa force de la main gauche, et dirigeait de la main droite, sans jamais faillir. La forgeronne le regarda, avant de décider de s'exercer à son tour. Elle prit son arc, et Cassian fit une petite pause, soufflant quelque peu ; s'il faisait plus frais par rapport à l'extérieur, il n'avait pas pour autant moins chaud que ce dont il était coutumier.
La Drow usa de son arc, et exécuta un tir qui impressionna tout de même le vétéran, mais qui ne sembla pas satisfaire l'Elfe Noire.
"On ne gagne pas à tout les coups," lui répondit-il avec un air sage.

Puis vint, après quelques autres passes, le moment de repartir, et Cassian remercia respectueusement l'Elfe Noire pour son travail, et le repas généreux. Elle lui dit ensuite au revoir en lui suggérant de revenir, et il ne put s'empêcher un petit commentaire, à la façon dont Pyrrhus aimait parfois gratifier les gens qu'il appréciait.
"J'espère que non, cela voudrait dire que votre travail n'est pas des plus efficaces ; mais si à l'avenir un de mes élèves se prend de nouveau l'envie de goûter à ma lame -littéralement- je saurais où venir faire réparer mon équipement."
Il compléta ses dires d'un demi-sourire, très léger, et s'inclina respectueusement, en guise d'au revoir.

Sa cape eut un claquement sec alors qu'il sortait de la boutique, à cause du vent qui se levait, apportant avec lui les senteurs épicées de la ville, le murmure chaud et sec du désert, ainsi que de la poussière. Cela avait quelque chose de reposant, et changeait agréablement d'Akaash ; peut-être passait-il trop de temps là-bas, cantonné à son rôle de professeur. Les rumeurs d'une nouvelle guerre allait bon train, et quelque chose de mauvais se tramait à l'horizon. Le guerrier craignait qu'Argental puisse faire appel à lui et son compagnon draconique ; mais il ne savait guère comment réagir. Son devoir allait avant tout à Forbesii, et après sa mort, il avait jeté son dévolu sur le collège, et les responsabilités de son poste.
Comment réagirait-il ? Il n'avait aucune idée, mais changer d'air pourrait peut-être l'aider un peu à avoir les idées claires, plutôt que de rester encore un siècle de plus prisonnier de la même routine, certes satisfaisante et agréablement routinière, mais manquant sincèrement de ce frisson qu'il avait tant aimé puis redouté. Dans le doute, il préféra consulter son compagnon.
*Pyrrhus ?*
*Tu devrais venir, l'eau est vraiment bonne, chaude et tout... c'est pas comme à Morna !*
*Non, je n'ai pas pris de quoi me changer pour me baigner... mais-*
*J'ai trouvé une super petite crique, tu pourras y aller en sous-vêtement, et les faire sécher ; ça va vite avec le soleil.*
*J'ai dis non, et puis-*
*T'es pas drôle, un vrai rabat-joie.*
*J'allais te proposer de prendre des vacances, mais puisque tu insistes...*
*Attends ; des vacances ? Toi ? Tu veux... ? Qui êtes-vous, et qu'avez-vous fait de Cassian ?!*
Le dragonnier leva les yeux au ciel, avec un rictus amusé au coin des lèvres ; il demanda ensuite à son compagnon-lié de venir le rejoindre, mais celui-ci répondit qu'il devait d'abord sécher. Le temps que cela se fasse, Cassian eut envie de reprendre une tasse de thé, et il se mit alors en route pour pouvoir agréablement patienter, avant de rentrer à Akaash.


[HRP]Désolé pour l'attente, la fin des vacances et la rentrée ont été un peu mouvementées ^^"[/HRP]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

En quête d'une bonne lame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ~ Aide pour former une bonne équipe.~
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» Eske zafè Lame kapout, gade komandan Mario Andresol
» Bonne Année
» Bonne Année 2011
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Andanorië :: Fendassë Capitale de l'Andanorië :: Rues & Quartiers-
Sauter vers: