AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un dernier regard sur Dhaval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brand
Homme Lige
avatar

Peuple : Mi-Thuatann Mi-Ethérie, Clan Alaric
Second(s) Métier(s) : Guerrier
Nombre de messages : 44
Localisation : Au coté d'Emaine
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Un dernier regard sur Dhaval    Dim 5 Mai - 0:33

Dhaval était une cité comme Brand en avait rarement vue. S'il se souvenait parfaitement de Miervaldis, sa cité natale, de son imposant bastion, des champs, vergers et moulins qui s'étendaient autour, il devrait garder en mémoire Dhaval comme une des villes les plus impressionnantes, bien que tout ce vide, cette suspension dans l'air, lui donne parfois le tournis. La magie faisait bien des choses, mais le Alaric n'y avait jamais touché, et ne s'était guère penché que sur la façon d'éliminer rapidement un jeteur de sorts. La magie fonctionnait mal si un Alaric l'utilisait, et pour cause, ils étaient normalement immunisés contre ses effets, bien que des sortilèges puissent se révéler extrêmement agaçants. Peut-être pas autant que Brand ne l'avait cru. Il était depuis peu, un Anamchara, fait exceptionnel pour un Alaric, mais Brand ne l'était qu'en partie, sa mère était une Ethérie, et son héritage maternelle avait permis la création du lien entre lui, et un inconnu. Letty n'était plus tellement un inconnu, mais il ne le connaissait pas vraiment. Il ne savait pas à quoi il ressemblait, mais savait qu'il était très jeune, et sans doute aussi perdu que lui, bien qu'il ait eu l'habitude de l'étrange lien entre Anamchara. Le front de Brand, orné d'une cicatrice en forme de croix, était plissé de concentration, reflet de ses préoccupations. Le vent chaud soufflait dans ses cheveux courts et argentés, soulageant la brûlure du Soleil sur son visage. Il avait abaissé le chèche couleur crème qu'il portait autour de la tête, à l'image des nomades du désert. Il portait une tunique bleu pâle ouverte sur son buste musclé et tanné par le soleil, à la coupe simple, mais de tissus léger; un pantalon de cuir souple brun, d'épaisses bottes à revers, dans lesquelles il avait chaud, mais cela fallait mieux que de marcher en sandales.
De là où il était, il avait vue sur la cité suspendue, une vue en contre plongée, comme celle de son arrivée, mais depuis l'autre flan, et légèrement plus en hauteur, ce coté-ci de la ville était bien ancré dans le flanc de l'Eredmorn. Brand avait donc également vue sur l'autre versant de la ville, coté désert. Derrière lui, l'Eredmorn, la forêt de Kétih, et leur destination, l'Empire de Morna, où Brand devait retrouver Letty, son Anamchara. Bientôt, se promit-il, bientôt. C'était comme une démangeaison de l'esprit, un tiraillement constant, qui l'attirait vers le Sud, lui disait d'aller vers le Sud. Ce tiraillement ne le laissait jamais en paix, et cela ne faisait qu'empirer lorsqu'il restait trop longtemps inactif. Il n'avait qu'une hâte, se rendre auprès de son Anamchara. Et de l'autre coté, il avait son serment d'Homme Lige à Emaine. L'ancien dragonnier lui avait sauvé la vie, et il s'était depuis, mis à son service. Brand était mort pour les siens depuis la fin de la dernière guerre, celle qui avait donné naissance à cette ville, Dhaval, à la place d'une autre cité qu'il avait du défendre, mais qui était passée par le feu et par la ruine.

Derrière lui, le marchand fit du bruit, amenant les deux lézards qu'ils monteraient lui et Emaine. Les lézards étaient plus adaptés aux montagnes que les Reiths qu'ils avaient montés jusqu'ici. Et surtout, ils étaient capables de se passer de route, ce qui serait utile. Brand les examina encore une fois, pattes, muscles, écailles, dents et yeux. Les énormes reptiles étaient en bonne santé, et leurs selles, constata-t-il, étaient bien manufacturées, du cuir épais mais souple, huilé, de bonne qualité. Brand paya avec les lys d'or qu'il avait obtenu en revendant les Reiths. Emaine ne louait pas ses montures, il les achetaient et les revendaient. C'était parfois et sans doute plus coûteux, mais cela laissait moins de traces. L'ancien dragonnier était soupçonneux. Le mercenaire chargea les sacs de provisions qu'il avait acquise avec le reste de l'argent de la vente des Reiths, et une partie de son pécule à lui, avant de mener les deux gros lézards par la bride, jusqu'à l'auberge où ils avaient séjourné. Emaine se tenait devant, son visage et sa chevelure flamboyante dissimulées sous l'ample capuche d'une cape crème. Brand avait lui aussi remit son chèche à la manière des nomades, ce qui dissimulait son front, et sa cicatrice, cela lui évitait aussi d'avoir les yeux abîmés par l'éclat du soleil. Ni lui, ni Emaine n'avaient plus eu l'habitude qu'Aelius brille autant, ni qu'il fasse aussi chaud. La chaleur, Brand s'y était fait, mais la réverbération... Et il avait refusé de porter des verres fumés, les lunettes lui donnaient l'impression de voir moins bien, alors que sa vue était excellente. Bientôt, ce serait l'Eredmorn, et ils devraient sortir les vêtements plus épais de leurs paquetages, la montagne n'était pas froide, mais les averses et l'humidité étaient gênante. Ils passeraient sans doute par Himrain pour gagner le coeur de l'Empire. Emaine n'aimait pas beaucoup passer les gardes frontières. Brand se demandait s'il s'attendait réellement à ce qu'on le reconnaisse. Les gens reconnaissaient difficilement les morts, il n'y faisait pas attention. Il parlait d'expérience, même s'il ne s'était pas risqué à recroiser le chemin de ses frères Mavrag et Mahadev. Ils lui manquaient parfois, Miervaldis, ses forges et ses moulins étaient un tableau qui lui apportait une douce nostalgie.

Brand aida l'ancien dragonnier à charger les paquetages et à les arrimer convenablement aux selles, ses doigts vérifièrent plusieurs fois la bonne tenue des sangles et des boucles, voir si tout tenait en place, bien serré. Inutile de perdre du matériel en route en cas de course. Le Alaric vérifia que son épée large, la lame Alaric, était bien empaquetée, et invisible. Il n'utilisait qu'une large lame bâtarde, énorme hachoir, n'utilisant que la Lame Alaric qu'en cas de combat sérieux. Brand était pourtant aussi doué avec son épée actuelle qu'avec celle qui reposait dans son fourreau. Seulement, sa vieille lame, qu'il entretenait toujours avec soin, était comme une extension de lui même, une partie de son corps. Le lien avec Letty le tirailla un instant, et Brand repoussa la démangeaison dans un coin de son esprit. En silence, lui et Emaine enfourchèrent leurs lézards. Ils prirent le même chemin qui avait ramené Brand jusqu'à l'auberge, mais prenant une route différente pour atteindre les portes de la cité coté Empire.
Brand jeta un dernier regard sur Dhaval, cité merveilleuse, donc le vieux cœur resplendissait sous l'éclat d'Aelius. Le grand mercenaire ajusta son chèche, protégeant ainsi son visage du soleil et de la poussière de la route. Sous ses jambes, les muscles nerveux et endurcis du Sableu se mouvaient, dégageant puissance et rapidité. Le tiraillement qu'il ressentait s'apaisa un peu, maintenant qu'il s'était remis en route.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un dernier regard sur Dhaval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès
» Le dernier Tavernier ou "la Louisiane"
» Creation d'une base de donnees sur le dernier recensement
» Choléra, dernier bilan: 305 morts et 4649 cas de contamination
» 1.07/1.08 : Un dernier battement de coeur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Esgal :: Dhaval l'Aérienne :: Quartiers Hauts-
Sauter vers: