AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une guide à couettes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Une guide à couettes.   Ven 29 Mar - 14:23

Maëlle marchait avec enthousiasme. Reineen à coté d'elle avait un air un peu plus rustre que dans l'auberge, le loup savait que dehors, la fillette risquait plus qu'à l'intérieur. Et il y avait tant d'odeurs et de personnes différentes qu'il n'aimait pas trop etre à l'extérieur de l'auberge. Cette dernière s'occupait avec attention de leur client, il devait aller au marcher s'acheter des vêtements parce qu'il était habillé bizarrement. Enfin, pas bizarre mais plus pas comme il fallait s'habiller vu la saison. Et puis s'était abimé ce qu'il portait, et pas beau. Elle lui montra une porte d'une boutique.

-La c'est la boutique d'une fée, une vraie fée, avec des ailes et tout. On était passée la voir pour des vêements, tu peux aller la voir toi si tu as besoin de t'habiller, elle est gentille, et dès fois elle me donne un petit truc quand on passe lui dire bonjour, ou prendre des choses chez elle. Après il y a des choses moins chères au marché si tu préfères, et pis si tu trouve rien là bas, et bien on peut revenir ici vu que c'est sur la route du retour à l'auberge. C'est là où j'ai eu mes robes, et beaucoup de mes vêtements !

Les bruit des conversations des gens forfmaient un large brouhaha , qui s'intensifia à mesure qu'ils s'approchaient du marché d'Hosse. Les odeurs aussi se faisaient plus présentes et plus vives. Odeurs de nourriture, mais aussi de cuir, de métal, de parfum. Reineen atrappa la manche de la fillette pour lui indiquer un chemin étant moins empreinté que les autres.
Maelle s'y engagea, prenant la main de son client.


-Fais attention à dedans tes poches, on pourrait essayer de te piquer des choses. Et n'écoutes pas trop les marchands là bas, les deux hommes et la femmes avec des tresses partout, ils vendent des chausses qui semblents vraies mais quei ne sont que des copies. Et leur tabac serait dégoutant. Les gens qui vendent des vetements sont par là, et plus loin il y a le forgeron.

La fillette slalomait avec aisance derrière son loup qui faisait s'écarter les gens. Pas de peur, les lycans et les loups étaient monnaie courrante par ici, et justement les gens faisaient bien attention à ne pas marcher sur les pattes des loups. Parce que dès fois ce n'était pas que des animaux, et on se retrouvait rapidement avec un lycan enragé sur le dos.
Comme ça en plus Maelle pouvait se concentrer sur Kalem.


-Là on va aux vetements, c'est là où qu'ils vendent aussi la pince à cheveux avec le loup, comme ça on fait d'une pierre des coups. euh, non deux coups, une pierre deux coups. C'est bien ça ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalem
Technomage
avatar

Peuple : Elfe noir
Nombre de messages : 43
Localisation : Loin de Cemenwin...
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Une guide à couettes.   Mer 3 Avr - 23:47

C'était des plus reposant, pour une fois, de sortir sans qu'il y ait un tas de ferrailles me collant au train. Pourtant ça ne faisait pas si longtemps que je possédais Aeril ; juste le temps de fuir à travers Cemenwin, de m'embarquer sur une nef expérimentale, qui s'était crashé en plein sur Tolceleg. Une chance, si on peut dire, dans la mesure où l'île valait mieux que la grande Virva, qui ne me ferait guère de cadeaux désormais.
J'avais donc troqué mon lourd et silencieux compagnon, contre une petite demoiselle et son loup, qui faisaient plus discret et animait un peu plus la balade que nous faisions tous trois. Elle ressemblait un peu à ma nièce dans le fond, même si elle était déjà bien grande la dernière fois que je l'avais vu. Et je ne la reverrais sans doute jamais, comme le reste de ma famille.
Certaines choses vous brisent des liens aussi solides que ceux de la famille...

Ah, je goûtais à l'exotisme de cette ville du Nord, et de ce marché aux senteurs aussi délicieuses que pouvaient l'être la vue de toutes ces choses nouvelles. La senteurs de la nourriture, et tout l'artisanat, de quoi attirer la foule, et foule il y avait ! Ceci dit, nous avions la place pour circuler, et les gens semblaient avoir la politesse que n'avaient pas certains compatriotes dans les rues de Cemenwin. Pour cela, je ne regrettais pas ma patrie.
Et puis il y avait ce charme, si rustique, si chaleureux, et ce ciel si proche de nous. Les nuages sombres portés par Tuuli, et gorgés des eaux de Virva, étaient si bas que j'avais l'impression qu'en levant la main j'en aurais crevé la surface... C'était assurément autre chose que le dôme ! Ou même le temps dégagé que nous avions eux à Tolceleg et en mer. Là, l'on perdait l'immensité de la voûte céleste, pour voir les cieux comme vouloir nous écraser, nous imposer leur présence, rappelant qu'ils sont là.
Cela avait un petit quelque chose d'exaltant et de terrifiant, mais j'évitai de trop regarder le ciel, et me décidai à davantage m'occuper de ce qui se trouvait devant mon nez.

Maëlle fut une guide hors pair, me donnant moult indication des plus clair sur les précautions à prendre, et les bonnes adresses. Je glissai que nous verrions la boutique sur le retour, et lorgnai avec une certaine méfiance les faussaires. Je n'appréciais guère les contrefaçons, vendue à un prix malhonnête pour de la piètre qualité, ce n'était pas du tout commercial. Du vol, et les gens repartent avec le sourire ! Non mais quel monde...
Et puis, la gamine n'était pas non plus du genre innocente, à l'amener en premier lieu voir s'il n'y avait pas vêtements à son goût là où se trouvait l'objet de sa convoitise. C'était mignon, si charmant !

"D'une pierre, deux coups" dis-je, en montrant mon index du en relevant le majeur, pour illustrer mon propos.

Mon regard courut sur les étoffes qui étaient proposés, le choix impressionnant de couleur, de textures, de matières, comme si un arc-en-ciel avait vomi sur l'étal. Avec un très beau rendu ceci dit. Il y avait aussi des bijoux, sur d'élégants présentoirs en bois, et des vêtements déjà tout prêt, ensemble seyant. Je n'étais pas très au fait des besoins que requérait le temps que j'aurais à affronter, ni même très renseigné sur la mode d'Armenelos. Je ne tenais pas à ce que l'on me refourgue le premier ensemble qui me ferait passer pour un bon gros touriste venu goûter aux spécialités du terroirs.
Pourtant, j'étais un peu largué, comme un pigeon dans une fauconnerais. Je m'étais toujours contenté de vêtements simple, toujours chez le même tailleur peu cher mais tout de même de qualité qui m'habillait depuis, me semblait-il, toujours. Sobre, pratique, la tenue d'un parfait trifouilleur de mécanique. Mais quand il s'agissait d'avoir un minimum de prestance, sans pour autant me départir d'un air de monsieur-tout-le-monde, là c'était une autre pair de manches... sans mauvais jeu de mots.

"Vous avez du choix, dites-moi ; tu as bien fait de m'amener ici, Maëlle. Je souhaiterais savoir ce que vous auriez comme vêtements chaud, pour affronter les intempéries," demandais-je poliment, et tout sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Une guide à couettes.   Jeu 27 Fév - 16:22

Maëlle laissa Kalem regarder ce qui l’interressait, ce qu’il recherchait. Elle elle se tourna directement vers ce qui l’interressait elle, les accessoires pour cheveux. Il y avait des rubans, des élastiques de toutes les couleurs, des foulards et des bandanas. Et un grand morceau de l’étal, consacré uniquement, aux pinces à cheveux. Il y en avait de toutes les formes, de toutes les tailles, de toutes les couleurs. Des pinces en os, en bois, en métal, ou avec plusieurs matériaux. Ca allait des toutes simples, aux plus travaillées, avec ou sans motif gravé dessus, avec des perles, des chaînettes, de la peinture. Il y avait d’abord les simples, faites seulement pour tenir les coiffures sans ornement ni chichis. Puis les végétales, qui ressemblaient à du lierre, des roses, des tulipes, soit avec un motif simplement peint ou gravé, mais aussi en reprenant directement la forme. Et là, juste à coté, les animaux. Au milieu des animaux, il y avait celle en forme de loup. Bon il y en avait plusieurs bien sûr, mais celle là était la plus belle : Un loup hurlant à la lune, sculpté dans le bois et posé sur un oval couché à l’horizontal. Le bord de l’oval était entouré de nœuds maëldanais gravés dans le bois, les traits de l’animal était gravée aussi, laissant le bois brut determiner le couleur de l’animal. Il n’y avait qu’une touche fantaisiste, la perle ambrée représentant l’œil.
L’une des vendeuse la reconnue et lui sourit. Ce n’était pas la première fois que la petite s’arrêtait pour dévorer des yeux ses articles, et celui là en particulier. Maëlle lui rendit son sourire et désigna la pince, montrant la main renfermant l’argent pour l’acheter.


-Bonjour ! Je viens pour l’acheter s’il vous plait !
 
-Bonjour à toi aussi. Et bien, depuis le temps que tu viens la regarder je me serais sentie triste pour toi si je l’avais vendue à quelqu’un d’autre.
 
En parlant la vendeuse avait prit la pince, et l’avait mise dans un petit sac en papier pour le transport. Reineen observa son geste quelques secondes avant de retourner à son observation de la foule. Il était vigilant, sachant qu’il était chargé de veiller sur Maëlle et sa mère en l’absence du loup dominant.
La fillette tendit la pièce d’argent à la vendeuse qui lui rendit en monnaie trois pièces de cuivre, et son petit sac que la fillette récupéra avec un merci enjoué. Puis après une demi seconde d’hésitation, elle décrocha un collier fait d’une fine lanière de cuir noire avec une pierre d’ambre en forme de goutte d’eau en pendentif.

 
-Allez, cadeau, dit-elle avec un clin d’œil, c’est assortit à la pince.
 
-Oh merci !
 
-De rien ma petite, tu diras bonjour à ta tante Liadan quand tu la verras, de la part de Meena, on a déjà fait un bout de chemin ensemble à l’occasion.
 
-Promit je lui dirais.

Après un moment où il avait gardé le silence Kalem se décida à parler et remercia Maëlle de l’avoir amené jusqu’ici. Fière comme un loup ayant atrappé sa première proie, elle lui offrit l’un de ses sourire les plus éclatant et reprit son observation intensive de la pierre ambrée, la mettant au soleil pour la faire briller.
Meena écouta la demande de Kalem, attentive.

 
-Alors, des vêtements chauds.
 
Elle farfouilla un peu sur son étal avant de sortir quelques pulls dans des couleurs sombres, trois pantalons, une veste de cuir doublée de fourrure et une autre en feutrine un peu plus élégante. Elle les posa devant Kalem.
 
-Je pense qu’au niveau de la taille ça ira, peut-être un peu larges pours les vestes, mais avec un bon pull en dessous ça n’y paraitra plus. Nous avons aussi des chaussettes, bonnets, gants, quelques chaussures aussi. Si vous souhaitez essayer nos article vous pouvez le faire dans notre roulotte derrière.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalem
Technomage
avatar

Peuple : Elfe noir
Nombre de messages : 43
Localisation : Loin de Cemenwin...
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Une guide à couettes.   Mar 22 Avr - 1:17

La demoiselle s'appelait donc Meena, j'eus le loisir de l'apprendre lorqu'elle conversa avec Maëlle pour acheter cette pince qui lui faisait tant envie. Une très jolie pince, il fallait l'avouer, même si c'était la vendeuse qui attira quelque peu mon regard. Cependant je retins quelque peu mon envie de jouer les charmeurs avec Maëlle dans les parages. Étrangement, l'idée de mal me comporter en présence de ma guide à couettes me déplaisait fortement ; même si être charmant avec une demoiselle n'était pas vraiment quelque chose de mal...
Ma jeune accompagnatrice eut le plaisir de recevoir un petit cadeau, ce qui la ravit, puis l'on en vint à l'objet de ma présence dans ce charmant marché, alors que le temps menaçait quelque peu de nous gratifier d'un peu de pluie...

J'avais fait ma demande, qui aboutit à l'arrivée de toute une profusion de vêtements à l'allure chaude qui m'aurait presque fait regretter le climat plutôt tempéré de ma cité natale... mais le dépaysement était une bonne chose et je pus constaté que les pulls choisis avaient des couleurs qui allaient bien avec mon teint. A la fois chic et pratique, une combinaison que j'appréciais particulièrement ; un travail salissant ne permet pas toujours de bien s'habiller.
Mes habits actuels étaient d'ailleurs tâché de sang séché, de boue et après mon périple à Tolceleg et dans les fonds de Virva, me faisait sans doute dégager la "fraîcheur campagnarde du gros bétail en rut", comme l'aurait dit avec tant de poésie feu mon maître. Il me manquait énormément, mais ce qui ne me manquera pas, ce sera l'odeur crasseuse qui me collait à la peau.
Il me fut proposé d'aller dans la roulotte afin d'essayer mes probables futures vêtements, même si j'aurais aimé enlever les miens et ceux de la demoiselle dans ladite roulotte. Tant de tensions ces derniers temps, je chassais mes envies de détente avec la jolie demoiselle pour me concentrer sur le choix de mon habillement. Ma tranquille petite vie de Cemenwin me manquait... du moins celle qui précédait les événements ayant conduits à ma fuite. J'avais bon espoir de reprendre un nouveau départ dans le Nord, si je ne me faisais pas pincer au préalable.

Tout en regardant les vêtements et en les inspectant sous toutes les coutures, je souris. Ces habits avaient des teintes sombres qui allaient bien avec la nuance de noir de ma peau. C'était chaud et même sans être un connaisseur je sentais que ces vêtements seraient résistant. Pile ce qu'il me fallait. Je me fendis d'un sourire plus aimable encore et planta mes yeux dans ceux de la vendeuse.

"Je débarque d'un long voyage en mer et je n'ai pas encore pu me décrasser ; je ferais affront à vos marchandises si je venais à les porter en étant dans un tel état. Je vous fais confiance pour la taille, vous m'avez l'air d'avoir l'œil expert." J'ajoutais un petit clin d'œil, avant d'exposer un bref instant mes dents avec une moue rieuse. "Je prendrais volontiers une paire de chaussure et deux de chaussettes bien épaisse. Autant être à l'aise !"

Ayant exercé et pas qu'un peu le métier de vendeur -même si ce fut de produit technomagiques-, je savais qu'il était toujours plaisant d'avoir face à soi un client agréable. Toutefois j'espérais ne pas avoir l'air trop agréable... il fallait dire, en y pensant, qu'elle me faisait un peu penser à une Svart que j'avais connu quand j'avais dix-neuf ans... Mais je m'égarais. J'étais là pour me vêtir, après tout, puis trouver un forgeron. A cette pensée, je revis Aeril, ainsi que toutes les responsabilités qui m'incombaient. Tout ce pourquoi j'avais fui.
Bien que je continuais de sourire, tout me sembla d'un seul coup moins joyeux. Il fallait que je répare ma fidèle armure, et que je reprenne la route... pourtant j'avais envie de rester un peu dans cette charmante ville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlle
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Une guide à couettes.   Ven 20 Juin - 0:02

Après leur arrêt au stand des vêtements, et surtout de la pince, Maëlle avait fait faire un grand tour du marché à son... Client ? Elle lui racontait encore et toujours des anecdotes et des histoires sur presque tous les stands qu'ils pouvaient croiser. Comment la femme de celui-ci avait trouvé son amoureux sur le stand juste à coté, comment un jour le monsieur de ce stand de pipes et de briquet à amadou avait mit le feu à sa barbe, qui n'existait plus maintenant, pourquoi la dame là elle ne l'aimait pas parce qu'elle avait traité Reineen de chien miteux. La fillette avait un mot pour chaque étal, et beaucoup de personnes. Sa tante disait qu'elle était comme ça maman à son âge, un vrai moulin à parole. Alors Maëlle l'avait prit comme un compliment. Elle ressemblait à sa maman, et ça, s'était super.

-Et là c'est le forgeron, il doit faire une pause, parce que sinon ça fait tout le temps Tap ! Tap ! Tap tap ! Tap tap ! Et même des Pchsiiiiiit, Blorblorm. Et puis encore des Tap ! Tap ! Tap ! Enfin des bruits qu'il fait quand il fait du forgeage. Je me demande comment il fait pour pas être sourd à faire toujours du bruit. Et puis il fait tout le temps chaud parce que un forgeron c'est près d'un feu. Mais c'est pas bizarre quand on pense que le métal c'est toujours tout froid, il faut bien se réchauffer quand on travaille avec sinon on a froid. Mais là à chaque fois c'est toujours trop chaud... Elle est froide ton armure qui parle ou elle a du chauffage dedans ??

Le temps que Kalem réponde ils étaient arrivés devant le forgeron. La fillette s'occupa de remettre bien quelques poils de Reineen pendant que son client discutait avec le forgeron. Elle mit aussi son nouveau collier, puis le mit à Reineen, pour que quand elle porte sa pince, ils soient assortis ensemble. Bizarrement ça lui allait bien, ça se voyait pas trop, ne dérangeait pas le loup, et elle qui savait trouvait ça joli. C'était officiellement son collier à partir de cette constatation.
Une fois Kalem revenu auprès d'elle de son entretien avec le forgeron, ils refirent tous les trois le chemin du retour, mai par un autre morceau du marché, pour faire découvrir de la nouveauté à son client. Et s'en suivit le lot d'anecdotes de ce coté ci du marché, toujours aussi variées et nombreuses. La fillette espérait que quand ils rentreraient, Kalem fasse son éloge, et que sa maman soit là pour qu'elle sache qu'elle fait bien les travaux qu'on lui confie. Ca la ferait peut-être sourire, maman ne souriait plus beaucoup depuis que son père était partit rechercher les méchants qui avait voulu leur faire du mal. Maëlle était triste aussi de voir qu'il était partit, mais elle s'était dit qu'il fallait qu'elle devienne une petite fille parfaite, pour que papa soit fier d'elle en revenant, et que sa maman ne se fasse pas du soucis pour elle en voyant qu'elle savait se débrouiller. Reineen jappa, et lui mit un coup de museau dans l'épaule. Elle sourit et lui fit un bisou sur la truffe en marchant. Il ne fallait pas qu'elle soit triste ! Elle était un guide à couette hors pair, et le monde netier parlerait de ses qualité de guide partout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalem
Technomage
avatar

Peuple : Elfe noir
Nombre de messages : 43
Localisation : Loin de Cemenwin...
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Une guide à couettes.   Dim 22 Juin - 23:44

Quelques pièces que j'avais "emprunté" au coupe-jarret passèrent à la charmante vendeuse, qui me remit un paquet contenant tout le linge dont j'avais besoin pour être présentable. Vint alors le moment de saluer la vendeuse et de s'en retourner vers notre quête. Enfin, nous devions allez chez un maître du marteau et de l'enclume, et Maëlle prit son rôle très à cœur. J'eus droit à de nombreuses anecdotes, parfois amusantes et cocasses, d'autres plus informatives, et j'écoutais avec plaisir. Les tranches de vies étaient toujours agréables, témoignages de la vie d'une cité.
Puis nous arrivâmes enfin à destination, avec un commentaire de Maëlle qui me laissa à penser qu'en effet, c'était bien une forge qui était devant nous. Avant d'entrer pour faire affaire, je pris avec un sourire le temps de répondre à ma guide qui s'interrogea sur le métal, et celui de ma compagne de voyage si intrigante.

"Elle est froide, mon armure. Quand le métal est froid, il devient très résistant, alors que si on le chauffe très fort, il devient plus malléable... enfin, on peut lui donner la forme que l'on veut."

Dans la limite du possible, j'essayais de ne pas utiliser de mot trop compliqué, pour ne pas perdre cette jeune demoiselle, qui elle me perdait dans ses questions et explications ; mais c'était de son âge, en plus d'être mignon. Mais l'heure n'était pas à l'attendrissement, plutôt à la discussion avec le forgeron. Son atelier était imposant, rempli d'outils et des créations du propriétaire de l'endroit, un imposant Thuatann torse nu qui savait sans l'ombre d'un doute manier le marteau avec une grande habilité.
J'eus un sourire, car c'était là pile ce que j'imaginais en entendant le mot "forgeron". La conversation ne dura pas longtemps, je me présentai et exposai mon problème, demandant une estimation pour les réparation.Très aimable, le colosse maëldanais me répondit calmement et avec une voix enjouée qu'il ne refusais jamais un peu de travail, et me demanda des précisions. Il dut se demander, au vu de son air perplexe, ce qu'un Drow comme moi avec une carrure normale pouvait faire avec une armure pareille. Un petit sourire s'esquissa aux coins de mes lèvres en imaginant sa réaction lorsqu'il verrait Aeril...

En sortant, je pu constater que ma guide avait pu se parer de ses nouvelles acquisitions, tout en partageant son butin avec son compagnon quadrupède. Elle rayonnait de bonheur, ce qui n'étais pas sans m'attendrir ; il suffisait d'un rien à un enfant pour être heureux, ce qui redonnait du baume au cœur. J'appréciais définitivement cette escapade dans le nord.
A dire vrai, à cet instant, alors que nous reprenions la route et que Maëlle reprenait le fil de ses anecdotes sur les marchands du coin, l'envie me prit de rêver m'installer dans cette ville. Avoir mon échoppe, mes clients... une famille...
Famille...

Les nuages étaient de plus en plus menaçants alors que le soir tombait sur Armenelos. Notre petite escapade prenait fin, le marché était désormais derrière nous et un léger parfum de tristesse sembla flotter sur notre petit trio. Les souvenirs sombrent me tiraient vers le passé, mais j'eus brusquement peur que cela donne l'impression à ma petite guide à couette que la visite qu'elle m'eut faite n'avait pas été à mon goût, alors qu'elle avait été plus que plaisante.

"Ah, quelle charmante balade ! J'espère que tout les guides sont comme toi, parce que sinon ils ne sont pas à la hauteur." Je souriais. "Rentrons, avant que ta tante ne s'inquiète. Ou qu'il ne se mette à pleuvoir, je sais que j'ai besoin de me laver mais je préfère éviter que la pluie ne s'en charge."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une guide à couettes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Guide] Le charpentier
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» [Guide]Le prestige
» coulisseau et son guide
» [Guide]Du métier d'avocat
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Maëldan :: Armenelos Capitale des Clans :: Le Marché d'Hossë-
Sauter vers: