AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'antre de Maeglin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ophrys
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: L'antre de Maeglin   Mar 21 Mar - 17:56

Les yeux du semi-Lios étaient perdus dans l'écrin entre ses doigts. Le rire de Maeglin fut comme une balle en pleine poitrine et lui arracha une grimace, mais le reste de sa diatribe le laissèrent de marbre. Ophrys écouta tout les reproches du Dunpeal, les yeux fixés sur le souvenir de cette petite Yokai, même si ses pensées en était loin.

Tout un éventail de réactions et d'émotions défilèrent dans l'esprit d'Ophrys : s'indigner et partir la tête haute ; fondre en larme sous la dureté des propos ; piquer une colère digne de la diva caractérielle qu'était Narcisse ; posément contredire chaque chose dite... Tout ça et bien d'autres choses.
Le jeune homme n'en fit rien.
Tout ces conflits laissèrent un vide en lui. Il se sentait étonnamment creux. Ce n'était pas comme s'il n'accordait aucune importance aux paroles de son interlocuteur, au contraire il y avait du vrai. Tout cela avait été ponctué par la demande de sortir et il hocha vaguement la tête avant de, sans conviction, récupérer ses affaires. Le Lios pouvait sentir en lui une envie dévorante de faire ou dire quelque chose, de se rebeller contre une situation en train de lui échapper...

Il se raccrochait à un souvenir. Maeglin n'avait pas tort. Même s'il voulait aller de l'avant, il restait accrocher aux traces de Narcisse, sans même s'en rendre vraiment compte. Essayer de passer à autre chose, changer de profession, mais garder quelques accroches, des habitudes... Il aurait pu remercier le Dunpeal pour lui avoir donné cette gifle verbale, même s'il aurait surtout voulu le contredire.
Tout deux appartenaient à des mondes différents, même si dans l'enceinte d'un établissement tel que les plaisirs de Lyuben, les barrières ne signifiaient pas grand-chose. Le Lios s'y était vu comme un artiste et flirter avec un tenancier n'était pas grand-chose. Mais Ophrys était un garçon d'une famille plutôt aisée et surtout respectée d'Armenelos, quand Maeglin était sans doute un enfant des bas-fond de Cemenwin, ou quoi qu'ait pu être son enfance ; le blondinet était loin d'être un joli minois trop propre sur lui et dépourvu de cicatrices, mais ce n'était sans doute rien à côté.

Une fois rhabillé sans perdre de temps mais sans toutefois y mettre plus qu'un automatisme, Ophrys s'apprêta à quitter la chambre. Pas une seul fois il ne l'avait regardé, mais dans l'embrasure de la porte, ses yeux dépourvu d'émotions se fixèrent sur Maeglin.
"Ce n'est pas mon ami."

Il n'y avait rien de plus à dire. Le mercenaire n'allait pas attendre le druide. Personne. Ses pas le portèrent vers la sortie sans prêter attention à quoi que ce soit. A chaque battement de son cœur il avait l'impression de l'avoir en feu et de brûler sa poitrine à chaque pas.
Ophrys savait quoi faire désormais et il n'avait pas besoin d'un compagnon de route.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'antre de Maeglin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» A FOS NOU GOUMEN ANTRE NOU
» L'antre de la Bande dessinée
» L'antre du démon {pv Zarathos}
» (-18)( Mission de classe D ) Dans l'antre du diable...
» Un antre de paix. (libre)
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Est :: Royaume de Cemenwin :: Cemenwin la Citadelle de la Reine :: Les Plaisirs de Lyuben-
Sauter vers: