AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Archives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Someya Min Hoa
Intendant
avatar

Peuple : Métis, Ai-Esu, Humain et Taltos
Second(s) Métier(s) : Ancien légionnaire
Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mar 15 Sep - 22:14

Someya avait passé des semaines infernales. D'abord, il avait fallu installer des quartiers à la nièce de Marquise, Blaithin, une adorable jeune fille cela dit en passant, et très coquette.
Il avait les discussions chiffons qu'il avait eu avec elle. Elle ne semblait pas se formaliser de ses tenues. Il était allé en ville, avec elle, pour le constituer une garde robe digne de ce nom, en attendant que les vêtements fait par le tailleur royal arrivent. La pauvre choupinette n'allait pas se promener nue dans les couloirs.
Il avait été quelque peu déçu de savoir que Balafre était reparti par monts et par vaux. Et puis, il avait encore fallu préparer des quartiers, cette fois pour Hereward Hale. L'intendant avait été déboussolé par la manière dont sa reine traitait ce membre des Hale. Elle lui portait un amour si fort, qu'il en était platonique. De sa vie, Someya Zhang He n'avait jamais vu ça, dans le comportement de sa souveraine.
Certes, elle avait des regards tendres pour le capitaine Hale, et parfois pour Balafre, mais jamais à ce point là. Plus étrange encore, elle avait un comportement presque maternel avec Blaithin. Un changement énorme, le Fou de la cour, n'avait jamais eu ce privilège. Son ancienne nièce, elle l'avait détestée, et bourrée de drogues, avant de la faire exécuter. Une sombre histoire.
Il lui semblait aussi, qu'elle se tenait tranquille. Chose inhabituelle.

Mais ce soir, Someya sortait pour son plaisir, après ses semaines de travail épuisant. Il se para de ses plus beaux atours, admira son fessier et ses hanches étroites dans le miroir, et quitta le palais, au soleil couchant. Il fit le chemin à cheval, escorté par deux gardes de la légion.
Quelques minutes plus tard, il laissait sa monture au garçon d'écurie, et passait les portes rutilantes du Vampiric's Hotel.
Son entrée, comme c'en était souvent le cas, se fit remarquer. Il ne s'attarda que peu d'instants à regarder les clients, certains ne l'émoustillant même pas.
Le Vampiric's était un établissement de qualité, et lui, était un hôte de qualité. Un hôte qui cherchait un moment de détente. Le garçon de cuisine n'était qu'un novice, et il ne s'était même pas risqué à tenter la chose. Il n'avait pas le temps d'apprendre à un novice. Il y aurait bien eu Balafre, mais, il se comportait parfois comme un étalon en rut, et son délicat postérieur, avait parfois du mal s'en remettre. Et puis, il voulait pouvoir s'exprimer pleinement, dans un art qu'il maîtrisait, d'une main de maître.
Le gérant, et propriétaire de l'hôtel se trouvait au bar, et, il le pointait du doigt, désignant sa personne à un jeune homme tout à fait charmant.
Someya s'installa juste à coté.
-Quel accueil Maeglin.... Sers moi donc un verre de liqueur, et je pardonnerai ton incorrection.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Dagastanovich

avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : Derrière toi attention....
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mer 16 Sep - 9:58

Armand regarda le fond de son verre tout en répondant à Maeglin.
-Oh, je les tue pas tous, la plus part ressortent en vie. Bon, en se traînant un peu j'avoue, mais en vie tout de même. Et certains sont tout à fait délicieux, je ne peux pas m'en empêcher. Par contre celui là... Pas très doué pour me distraire, mais un excellent choix autrement. Quel dommage, si il avait su allier les deux, je l'aurais peut-être laissé partir, ou au moins je l'aurais gardé plus longtemps avec moi.
Le prince hérilim bu son verre de liqueur d'une traite. Très bonne cette liqueur d'ailleurs.
-Et puis parfois j'en met derrière qui sont juste très amochés, et qui donc en allant se traîner jusqu'à la porte aurait laissé plein de traces ou de petites goutes un peu partout. Et je suis sur que tu sais que c'est très dur d'enlever des tâches de sang sur un parquet ou un tapis. Tu devrais même m'offrir ce verre de bonne grâce en sachant cela.
Maeglin, après lui avoir dit qu'il pouvait mourir pour le verre, lui montra un homme qui entrait assez théatralement en lui disant qu'en "parlant de stock...". Armand regarda par dessus son épaule le nouveau venu qui avait l'air offusqué d'être ainsi pointé du doigt et qui réclamait un verre, de liqueur également.
Armand sourit.
-Encore un verre s'il te plait Maeglin. Et, si vous voulez -dit-il en se tournant vers le nouveau client offusqué- je vous invite, pour vous faire oublier l'incorrection de notre cher aubergiste.




Like a cold ocean you encase me
Pierce my skin with thousand needles
You are S, I am M
The same pleasure we are sharing
A never ending dream of Pain
You are S, and I am M…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Someya Min Hoa
Intendant
avatar

Peuple : Métis, Ai-Esu, Humain et Taltos
Second(s) Métier(s) : Ancien légionnaire
Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mer 16 Sep - 22:58

Someya retirait ses gants, quand on l'apostropha gentiment. Ses gestes ralentirent un instant, écoutant la voix de l'homme à coté de lui. Il n'était pas inconscient, et encore moins ignorant, si Maeglin l'avait pointé du doigt, c'était que ce fringuant jeune homme et lui, avaient quelques points communs.
-Hmpf...
Il se tourna vers lui, pivotant sur son tabouret, croisant gracieusement les jambes. Se penchant, comme pour faire des confidences, l'intendant en profita pour être plus près que prévu.
-Vous savez, il suffirait que je dise un mot, et je pourrais... faire fermer cet établissement.
Ses yeux se tournèrent vers Maeglin, qui, il le savait très bien, écoutait.
-Mais, c'est un vieil ami, et nous ne pouvons pas faire de mal, à un vieil ami, si roublard soit-il... Mais soit, va pour un verre.

Il se redressa, repoussa ses gants sur le coté, et s'accoudant au bar, il plaça son menton sur le dos de ses mains jointes. Une fois de plus, son regard se fixa un instant sur l'aubergiste, avant de revenir à son interlocuteur.
-J'aimerai savoir, que vous disait-il, pour que je sois ainsi, désigné, à peine entré ?
Cette fois, il tourna complètement la tête, sa joue se reposant sur ses mains.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mer 16 Sep - 23:23

-Crève, cette liqueur vaut une fortune ! m'exclamais-je.
Et du même coup, les doubles portes s'ouvrirent. Someya Zhang He, cousin de l'illustre Liu Fei Long d'Hitokage, et lui même étant le non moins illustre intendant des Nil'Dae, faisait son entrée. Aussitôt, les têtes habituées se tournèrent vers lui, et les moins habitués, restèrent parfois... la bouche ouverte. Si Someya était déluré, un peu targe sur les bords, il n'en était pas moins, drôlement bien foutu, et avait cette manière de vous tournez autour...
-En parlant de stock, voila la meilleur pièce, tu devrais tester...
Je pointais du doigt l'intendant le plus excentrique encore jamais égalé, qui venait d'entrer. Il avait déserté le vampiric's pendant presque un mois et demi.

Évidemment, je me faisais réprimander par le dit intendant. Et le sieur herilim s'y mettait dès maintenant.
Allons bon, c'était parti. Je roulais des yeux, Someya était du genre... comédien, et Armand, faisait de même. Depuis une semaine, de pauvres types repartaient complètement cassés, parce qu'ayant succombé au charme faussement innocent et faussement soumis du prince herilim, qui attirait bien des attentions.
Je leur servais deux verres, sans noter la remarque de Someya, sur le pouvoir qu'il pouvait exercer sur la ville, et ses établissements. Un seul mot à la Rouge, et s'était fini.
Je m'éclipsais, ne souhaitant nullement me retrouver arbitre ou témoins, du jeu qui venait de commencer. Je prétextais un voyage en cuisine, et un tour en salle, pour m'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Dagastanovich

avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : Derrière toi attention....
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Archives   Jeu 29 Oct - 9:36

Le prince hérilim ne pu que regarder les jambes du nouveau client quand ce dernier les croisa en se tournant vers lui, il avait aussi pu constater que ses hanches était un véritable appel au... Ah, il pouvait faire fermer cette établissement d'un seul mot ? C'était donc qu'il était important ici. Interressant. La meilleure "pièce", de Cemenwin était haut placé.
Il pu aussi voir que son interlocuteur avait aussi de beaux yeux, et que de près comme de loin, il était toujours aussi bien fait. Un avantage, car certaines personnes sont très agréable à regarder, mais de très loin.
Armand restait simplement accoudé au bar, de trois quart vers celui qui, tout en le regardant avec sa joue posée sur ses mains, ce qui pouvait faire songer à un geste d'innocence, -si Armand ne se doutait pas qu'il ne l'était pas vraiment si innoncent, tout comme lui- lui demandait ce qui s'était dit à son arrivée.
L'hérilim sourit.
-Et bien, laissez moi d'abord vous expliquer le contexte, parce que sinon je crains que la réponse ne soit pas très clair sans ça. Cela fait une semaine que je suis ici, et je dois bien l'avouer, je m'ennuis assez.
Le prince bu un peu de son verre de liqueur avant de reprendre.
- J'ai eu, bien sur, quelques occasion de passer le temps et de me distraire, mais, on va dire que ces... "Distractions", ont très souvent été écourtées, parce qu'elles n'était pas si interressantes et plaisantes que cela.
Il termina son verre et se tourna complètement vers l'homme à qui il parlait.
-Et nous parlions donc de ma dernière tentative en date, pour trouver enfin quelqu'un de tout sauf ennuyeux. Tentatice lamentablement échouée je dois dire, pourtant au premier abord, elle avait eu l'air prometteuse. Et donc, quand vous ètes entré, Maeglin me faisait remarquer qu'ici, il n'y avait qu'une personne qui pouvait réellement réussir à me faire me sentir bien.




Like a cold ocean you encase me
Pierce my skin with thousand needles
You are S, I am M
The same pleasure we are sharing
A never ending dream of Pain
You are S, and I am M…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Someya Min Hoa
Intendant
avatar

Peuple : Métis, Ai-Esu, Humain et Taltos
Second(s) Métier(s) : Ancien légionnaire
Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Ven 30 Oct - 15:44

Someya perdit son sourire dans son verre, ses yeux fixant son interlocuteur.
-Je suis flatté par tant d'attention, et je vois que ma réputation n'est pas à faire.
Un petit frisson l'électrisa, Balafre avait raison, il avait eu bien besoin de sortir. Maeglin n'avait pas eu tort en les présentant. L'intendant aurait pu se rouler dans l'aura pleine de danger, et tellement sensuelle de l'homme aux yeux rouges en face de lui.
Sur sa langue, un léger parfum de sang frai, mais aussi l'odeur plus musquée des fluides corporels, et l'alcool de qualité. Le regard rouge qu'il avait porté sur ses jambes ne lui avait pas échappé. Cela lui plaisait. Un nouveau spécimen, quelqu'un de nouveau, qui ne s'accrocherait pas à lui pour en redemander.
De plus, yeux de braises avait l'air d'être assez expérimenté pour avoir épuisé le menu fretin qui venait régulièrement au Dies Irae. Il reposa délicatement son verre, avant de le faire glisser plus loin sur le comptoir.
-Vous avez dû bien mal tombé monsieur, pour ne pas trouver, ne serait-ce qu'une personne qui puisse répondre à vos attentes.

Someya décroisa les jambes, en détendit une, et posa son pied sur la barre du bas du tabouret d'Armand. D'une légère traction, aidée d'un petit coup de pouce mental, Someya fut dangereusement près du Herilim. La même jambe qui s'était tendue, revint vers lui, pour mieux passer autour des hanches d'Armand. L'autre resta fermement appuyé contre la barre du tabouret où l'intendant était assis.
Une main pâle se posa sur le torse d'Armand. Il eut le plaisir de sentir les muscles sous le tissus. Ses yeux se baissèrent furtivement vers l'entre-jambe, se demandant s'il allait pouvoir prendre énormément de plaisir. Son autre main repoussa le vers du Herilim, comme il l'avait fait pour le siens. Son visage assez près pour sentir le souffle alcoolisé et chaud qui émanait des lèvres du prince, Someya pencha doucement la tête.
-Dîtes moi...
Ses doigts coururent le long du torse.
-Devrions-nous faire plus ample connaissance, dans un endroit disons, plus intime... Maeglin m'en voudrait si je me donnais en spectacle ici même.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Ven 13 Nov - 15:27

Paddy avait décidé de squatter quelques jours chez Maeglin, de toute façon Abel l'avait contacté via cristal pour lui dire qu'il prenait les devants, envoyait la cargaison et bien évidemment lui laissait les frais à sa charge. Paddy s'était esclaffé, c'était typique d'Abel ça, le cul cousu de fric et radin comme personne. Enfin, la plupart du temps. Aizi s'occuperait de ça, il irait certainement voir Abel avant de prendre les pierres mais pour le moment il se sentait de squatter encore un peu chez Maeglin pour l'emmerder encore un peu dirons-nous.

Paddy s'occupait un peu en cuisine même si Maeglin aurait préféré qu'il n'y soit pas. Enfin en même temps Maeglin préférait pas qu'il soit au bar parce qu'il était du genre à draguer et se laisser draguer par un client, ça pouvait ou ne pouvait pas être bon pour les affaires. Enfin pas bon, les habitué(e)s étaient toujours là et passaient des yeux ou amusés ou jaloux ou indescriptibles sur lui quand il faisait une apparition. Il avait même eu le droit au commentaire chuchoté d'un monsieur-dame sur 'comment il était plaisant d'entendre quelqu'un autant prendre son pied'. Ca l'avait fait hurler de rire et il lui avait payé et fait envoyer un verre avec sa commande. Le reste du temps il s'était tenu à carreaux, sage comme une image qu'il avait dit sous l'œil un peu critique de Maeglin. Mais ça devenait vite lassant. Paddy abandonna sa surveillance du four à une des serveuses et passa derrière le bar. Ah, le fameux Armand avait encore ramassé quelqu'un pour la nuit apparemment. Flashy, les fringues. Pas qu'il soit jaloux, le style n'était pas vraiment le sien. Enfin... avec un peu de changements et d'ajustements ça lui irait certainement bien. Paddy roula ses yeux au ciel avec le sourire et chercha Maeglin du regard. Il chipa le plateau plein de la même serveuse qu'il avait assigné au four et passa lui aussi en salle. après avoir distribué les boissons il s'arrangea pour coincer Maeglin à la table quatre.
-Alors, plus intéressé par les frasques d'Armand ? J'avoue ne pas reconnaitre l'autre même s'il me dit quelque chose, je devrais ? Bon en même temps avec son nez collé pratiquement collé dans son cou je ne peux pas voir son visage...
Revenir en haut Aller en bas
Armand Dagastanovich

avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : Derrière toi attention....
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Archives   Sam 14 Nov - 0:13

-Certainement. Notre cher Maeglin aurait du me parler de vous dès le début, ça m'aurait sûrement évité de me faire perdre mon temps en novices et autres personnes ennuyeuses.
Une jambe tentatrice se posa sur le barreau de son tabouret, et d'une manière tout sauf "normale", le propriétaire de cette jambe s'approcha plus près de lui. Ce qui n'était pas du tout pour lui déplaire. Au contraire, une décharge d'exitation le parcouru de haut en bas, en sentant l'intendant s'approcher.
Tel un serpent, la jambe qui s'était tendue s'enroula autour de ses hanches, faisant se raprocher encore plus les deux hommes. La chaleur émanant de ce simple geste, et son contact, firent souffler doucement Armand, comme pour évacuer le trop plein de chaleur de son corps. Le regard de l'intendant, si furtif soit-il, fut capté par l'hérilim. Une sensation tout à fait agréable, tout comme celle de la pâle main sur son torse.
Entendant la proposition de celui qui s'était délicieusement coller à lui, les lèvres du prince s'étirèrent doucement en un sourire satisfait.

Se penchant lui aussi afin d'être à quelques milimètres à peine du visage de l'intendant, il souffla doucement, comme pour une faire une confidence à son interlocuteur.
-Je pense qu'il serait plus sage en effet, d'aller dans un endroit ou de pauvres petits yeux ne seraient pas choqués, et où des oreilles indiscrètes ne pourront nous entendre.
L'hérilim descendit encore un peu, afin d'avoir sa bouche assez proche de celle de Someya, comme pour l'embrasser. Il resta d'ailleurs quelques secondes bouche entr'ouverte, les yeux plongés dans ceux de l'intendant, comme s'il s'aprettait plus simplement à le faire.
-J'ai le lieu idéal pour ça, suivez moi, et faisons donc, plus ample conaissance.
Prenant la main de l'intendant, pour la garder en main, Armand passa celle qui était libre sur le mollet l'enserrant, et saisi doucement la cheville pour se retirer de l'étreinte plaisante qu'on affectuait sur lui, descendant de son tabouret, il attendit que Someya fasse de même pour l'emmener dans le lieu discret, à savoir sa chambre.




Like a cold ocean you encase me
Pierce my skin with thousand needles
You are S, I am M
The same pleasure we are sharing
A never ending dream of Pain
You are S, and I am M…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Sam 14 Nov - 15:50

-Disons qu'il se montre plus discret que toi, mon cœur.
Je me penchais pour embrasser Paddy sur le bout du nez. Un moyen de l'énerver un petit peu plus.
Je lui avais expressément interdit d'être un peu trop collant avec mes clients. Paddy était adorable, mais certaines personnes présentes dans ma salle, pouvaient parfois avoir des réactions... imprévisibles, et allant jusqu'à la limite du correct, et de la stabilité mentale. Paddy était frustré, mais ici, on était loin de l'ambiance flibustier d'un soir de Muina.
-Quand à l'autre, c'est Someya, l'Intendant de la Rouge. Il vient de temps en temps. Il paraît qu'ils ont été occupés là haut, mais tu sais...
Je le contournais, me sortant du chemin entre la quatre et la cinq.
-Tu n'es absolument pas son genre. Il ne ferait jamais ça dans mes toilettes par exemple.
Je souriais plaisamment à mon collègue, qui eut une moue boudeuse, à la limite de la colère. Des airs de Diva, qui rendait Paddy unique, comme était la plus grande prostituée aux frasques extravagantes.
-Je ne m'y intéresse pas, il n'y a que tes jolies fesses qui arrivent à capter mon attention.
Un mensonge éhonté, mais en même temps, c'était tellement vrai. Je secouais ma chevelure à la couleur proche du blanc, gardant une attitude digne.
Paddy avait du mal à se mettre dans le crâne que j'optais pour une politique de discrétion totale sur mes clients, ceux-ci devant respecter les règles de bonne conduite : pas de meurtre, pas de transaction douteuse dans l'établissement. Le Dies Irae était une sorte d'asile permettant aux pauvres hères de la cité de Cemenwin de venir se relaxer au calme. Un calme qui n'était perturbé que par les chuchotements, les bruits des couverts, et de pas. Un cheminant à l'air maladif, les cheveux noirs faisant comme un rideau devant son visage, gratouillait son violon en guise de bruit de fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Someya Min Hoa
Intendant
avatar

Peuple : Métis, Ai-Esu, Humain et Taltos
Second(s) Métier(s) : Ancien légionnaire
Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Archives   Dim 22 Nov - 22:51

Le herilim jouait bien. Et l'aura de danger qui l'entourait après sa déclaration à propos de novices, laissait l'intendant dans l'attente de plus. Ses yeux suivirent la main qui s'était posée sur son mollet.
L'intendant avala cul-sec le fond de son verre, avant de suivre Armand, qui venait de l'inviter d'une façon tout à fait charmante. Il capta certains regards alarmés.
Le Herilim avait dû se montrer vilain avec ces fameux "novices" pour qu'il y ait une telle réaction de la part de la salle. Someya songea donc qu'il pourrait se faire un peu mal mener, mais Armand apprendrait vite qu'on pouvait se faire prendre, tout en gardant un contrôle parfait. L'intendant n'était pas sans défense, il n'était pas arrivé à son poste en distribuant des chocolats et des bonbons.

-Et je suppose que ce lieu plus adéquat est votre chambre. Il y a longtemps que je n'étais pas monté à l'étage.
Someya frôla lascivement la hanche d'Armand, posant finalement une main sur son épaule, comme il l'aurait fait avec un amant de longue date. Les escaliers en colimaçons se déployèrent devant eux, les menant à l'étage. Ils traversèrent le couloir, et se retrouvèrent devant la porte de la chambre d'Armand. Someya s'adossa au mur, le temps que celui-ci l'ouvre pour les faire entrer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Sam 10 Avr - 23:54

Paddy ramassa les chopes, verres, tasses et autres assiettes vides et suivit un instant Maeglin les joues rougies et gonflées tout en faisant des grimaces dans le dos du dunpeal. Il le laissa partir devant en cuisine et resta comme un porte-manteau avec ses charges à bout de bras au milieu des tables et des clients.
-Gna gna gna… Je m’intéresse un peu et il me balance des vannes, pteuh ! Comme si ça lui écorcherais la bouche après toutes ses années de me faire un p’tit compliment.
Il prit une posture plus droite et rigide tout en approfondissant sa voix en une imitation tout à fait correcte de son collègue.
-Excellent travail Patrick.
-Oh laisse tomber ! -reprenant sa voix il agita de façon désinvolte les assiettes dans sa main droite en un geste de condescendance amusée. Pour ensuite re-imiter le dunpeal.
-Non c’est vrai, sur une échelle de un à dix tu vaux au moins onze.
-Oh Maggy, c’est trop ma grande ! Arrête ton char tu vas me faire rougir !
Le mercenaire qu’il avait failli re-décorer d’un reste de spaghettis froides s’esclaffa dans sa chope les épaules secoués. Paddy lui adressa la parole comme à un vieil ami.
-Ben quoi, c’est vrai. Il peu me traiter de folle tant qu’il veut mais il ne vaux pas mieux.

Les deux hommes qui avait fait tout un show de se bécoter étaient partis à l’étage pour continuer, les clients avaient remis les nez dans leurs assiettes. Paddy abandonna sa vaisselle en cuisine et reparti aussi vite en salle pour prendre les dernières commandes. Un fois qu’ils auraient fini le service il prendrait ses cliques et basta. A la base il n’avait pas eu l’intention de s’arrêter aussi long chez Maggy, juste assez pour prendre un repas avec son dunpeal préféré. Enfin préféré… Toujours est-il qu’il avait quelqu’un à voir et que plus il trainait plus Aizi allait lui flanquer la rouste du siècle pour l’avoir abandonnée elle et Shoshana aussi longtemps. Peut-être qu’avec un cadeau à toutes les deux il pourrait éviter la mort subite ?
Paddy cligna ses yeux gris-blancs et affichant un grand sourire -pour dévoiler ses criquettes pointues- répondit à l’appel d’un trio de vieilles dames aux poitrines opulentes et formes plus que généreuses.
Revenir en haut Aller en bas
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Sam 5 Juin - 22:28

Je levais les yeux aux ciels en voyant Paddy m'imiter. Une imitation presque parfaite, mais manquant cruellement de classe. Paddy manquait toujours cruellement de classe et de subtilité. La preuve en avait été faite, quand celui-ci avait pris mes latrines pour une chambre de bordel. Et le Dies Irae n'était pas un bordel enfumé de Muina. Ce qui se passait dans les chambres ? Peu m'importait. La seule chose demandée : Discrétion. De la discrétion avant tout. Et du calme.
Mon auberge, ou plutôt mon hotel, mon lieu d'asile, servait de phare au milieu de la tempête qui secouaient les égarés de Cemenwin, et des âmes passantes.
Je me détournai. Le Dunpeal était là depuis trop longtemps. C'en était presque inquiétant. Lui qui courait toujours rejoindre sa chère Aizi, qui l'attendait toujours. Je soupirai. Voila qui attisait pas curiosité. J'aimai Paddy, autant que j'aimai les âmes égarées qui parfois, réussissaient à me faire tomber amoureux. Un regard tourmenté, plein de larmes. Ah, ça, je n'y résistai pas. C'était plus fort que moi. Et qu'y pouvais-je ?

Je me détournai. Oh, je l'ai déjà dit. J'allumai les lampes. La nuit avait tout assombri. Et maintenant, c'était le tour de la clientèle de la Nuit. Celle qui ne supportait pas Aelius, mais adorait Mizuki. Pas besoin d'attendre que Minuit sonne. Les diables dansaient dès que la face du dieu glissait derrière les collines. Mais les véritables démons sortaient une fois ce visage resplendissant complétement voilé.
Je surpris à penser qu'Aelius serait rouge à son réveil. Je tournai la tête en direction du Palais. Quelque pressentiment ? Peut être juste mon imagination débordante. Une petite servante, se tordant les doigts, s'approcha. Et demanda son paiement.
-Ah, ma belle, je suis à toi maintenant.
Je l'entrainai vers l'arrière, là où seul mon personnel pouvait circuler. Elle me tendit sa gorge gracile, découverte. Se soulevant délicieusement. Encore une enivrée des baisers de vampire. Elle travaillait pour une morsure, et quelques pièces sonnantes. Je plantais mes dents dans la peau tendre de son cou. J'avais senti sa veine pulser rien qu'en m'approchant. Je perçai, et buvais.
Je ne laisserai que deux traces propres, qui seraient refermées d'ici trois jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sardaranth Tyr'Geirn
Officier
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Archives   Dim 31 Oct - 14:13

Le secrétaire ne répondit pas. Il savait ce qu'il faisait, il connaissait les risques et ce bien avant de faire appel au scientomage. Il ne l'aimait absolument pas non plus, et avait plus souvent envie de lui coller un coup de canne ou de l'épée qui était en dedancs que du prendre gentiment un thé avec lui. Mais si il avait possibilité de revenir en arrière au moment où il était arrivé pour la première fois devant sa porte, il frapperait sans hésiter.
Il savait bien que la général qui avançait encore plus vite à présent, ne lui disait pas ça pour simplement le faire chier royalement, et être lourde, elle s'inquiétait pour lui autant qu'il serait capable de s'inquiéter pour elle si la situation était inversée. Mais chacun avait une envie non exposable dans la vie, et tous le monde était capable du pire pour l'atteindre. Lui jouait avec les cartes qu'il avait trouvé, en sachant parfaitement qu'il y avait une épée en équilibre fort précaire au dessus de sa tête. Mais pour le résultat, il trouvait que ça en vallait la peine, même s'il savait qu'un jour tout serait découvert et que -comme disait si bien Soar- tout allait lui retomber sur un coin de la gueule, voir la gueule tout court.

Le rythme plus que soutennue qu'avait prit Orombre ralentit, faisant que Tyr pu la rejoindre, la jambe valide plus fatiguée encore. Il songea que l'intendant avait interêt à avoir soit une excuse en béton, ou au moins des excuses crédible pour le déplacement. Elle aboya des ordres, les hommes grognèrent. Tout cela fit que les gens de la rue s'écartèrent encore plus de leur chemin. Tyr gromella pour lui même.
-Vivement qu'on l'retrouve et qu'on l'ramène, j'en ai ma claque de tout ce chemin...

Une fois les portes de l'élégante bâtisse qu'était le Dies Irae passées, le secrétaire Général souffla. Il fallait demander le plus poliment possible au dunpeal gérant s'il avait vu l'intendant, et une fois la réponse positive donnée, Tyr irait se mettre sur la première chaise venue pendant que Soar ramenerait l'intendant débauché en bas.
Le dunpeal blond fut rapidement en vue, et Gwen'Galor n'y alla pas par quatre chemin.
-Maeglin, as-tu vu notre cher Someya passer dans ton hotel il y a de cela au moins trois jours ? Si c'est le cas il n'est pas réaparut depuis, comme à l'accoutumé, et on aimerait assez le récupérer, la Rouge veut son intendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Dim 31 Oct - 21:19

L'entrée des Légionnaires ne passa pas inaperçue. Loin de là. J'avais entendu quelqu'un brailler des ordres depuis la rue. Et la chevelure auburn qui allait avec la silhouette en armure, confirma qui s'agissait là du Lieutenant Orombre. Je me préparais, quand la Légion descendait au Dies, ça ne présageait rien de bon. Le silence se fit dans la salle. La tension en fut presque palpable.
Le secrétaire général en personne entra, de son pas claudiquant, suivit de la flamboyante Orombre, et de quatre légionnaires faisant une tronche de six pieds de long.
Voila qui fleurait bon les ennuis. J'attendis patiemment que le boiteux arrive jusqu'au bar. La question me surprit un peu, j'aurais cru Someya repartit depuis longtemps.
La lumière se fit dans ma pauvre cervelle. Les allées et venues d'Armand, les plateaux copieux, et surtout, son air satisfait. Le Hérilim avait séquestré l'Intendant de Marquise. L'horreur s'empara de moi. Pas parce que Armand avait enfermé Someya, mais parce que ça signifiait que j'avais dérogé à mon code d'honneur. Je n'avais pas veillé sur ma clientèle, et Someya m'en voudrait à mort. Qui savait ce que le hérilim avait pu lui faire. J'étais dans la merde jusqu'au cou cette fois. Et l'Intendant était du genre rancunier.

-A l'étage, le 2ème, chambre 7.

Je dénichai rapidement le double de la clef. Je devais être très pâle, parce qu'une de mes serveuses me jeta un regard qui en disait long. Nous étions en sursis. Et par ma faute. J'avais cru que le hérilim aurait assez de retenue pour éviter ce genre de débordement. Je l'aurais aussi cru plus intelligent. Je ne valais guère mieux.
-Je vous accompagne. Je ne donne jamais mes doubles de clefs.

J'espérai aussi qu'en étant celui qui ouvrirait la porte, Someya m'en voudrait moins. Ce qui était hautement improbable. Je montais, le pas lourd, jusqu'au deuxième, et traversais le couloir, jusqu'à la chambre. Je déglutis en déverrouillant la porte, que j'ouvris en grand.
L'odeur était épouvantable. La chambre exsudait presque le sexe par les murs. Someya gisait sur le lit. L'excentrique Intendant ne semblait plus qu'être l'ombre de lui même. Sa longue chevelure était collée par la sueur, et son visage crispé. Je m'écartais pour laisser passer Orombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Someya Min Hoa
Intendant
avatar

Peuple : Métis, Ai-Esu, Humain et Taltos
Second(s) Métier(s) : Ancien légionnaire
Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Archives   Dim 28 Nov - 19:13

Les escaliers faillirent le mettre au supplice, mais il parvint à descendre les deux étages, sans desserrer les dents pour gémir de douleur.
Maeglin suivait derrière. Someya jura de s'occuper de lui, et de bien le faire. Il couvrait ce qui pouvait arriver, dans la fameuse ruelle de derrière, il couvrait aussi les quelques exactions illégales qu'avait pu commettre le dunpeal. Qui visiblement, ne faisait pas très attention à sa clientèle. Armand avait dû le payer grassement. Someya payait sans doute encore plus, quand il venait passer une nuit, ou deux dans une des suites, avec un mignon, ou deux. Voire trois parfois.
Ses hanches lui faisaient mal. Il se sentait franchement sale, sa chevelure empestait l'odeur de la chambre. Et il brûlerait les vêtements qu'il portait, ceux d'Armand, dès qu'il serait de retour au palais.
Le chemin serait long.

La salle commune lui sembla lugubre. D'autant plus lugubre, qu'une chauve-souris avec une canne, attendait assise. Tyr, le Secrétaire Général, attendait en compagnie de deux légionnaires à la mine patibulaire. Deux autres hommes de la Légion attendaient également dehors.
-Tout ça rien que pour moi, parvint-il à dire, je suis on ne peut plus flatté.

Il gratifia Soar d'un sourire en coin. Il s'appuyait toujours sur elle, au risque de tomber s'il n'était pas soutenu. Il ignora la douleur de ses jambes à chacun de ses pas. Il prit l'air le plus digne possible, aussi hautain que possible. Il se redressa.
-Secrétaire Gwen'galor, quel plaisir de voir que le sort de ma personne vous intéresse au point, que vous vous déplaciez malgré votre jambe.

Nouveau sourire. Soar aboya des ordres. Les légionnaires vinrent les flanquer, pendant que ceux de dehors, leur tenaient la porte. En sortant, Someya gratifia Maeglin d'un sourire. Le sourire que l'Intendant portait quand quelqu'un allait mourir.
Une fois dehors, la fraîcheur de l'air le saisit. Il huma les odeurs de Cemenwin, parfums capiteux, humidité, vieilles pierres, crasse... Cela lui fit du bien. Le pas modéré, mais plus assuré, Someya quitta le Dies Irae sans un regard en arrière.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Archives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Noblesse du Poitou (Archives)
» Peines Alternatives : Procédures et déroulement (Archives)
» [archives] Scénario I : L'oiseau de feu
» Archives judiciaires
» Archives Plume Sagace
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Est :: Royaume de Cemenwin :: Cemenwin la Citadelle de la Reine :: Les Plaisirs de Lyuben-
Sauter vers: