AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Archives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mar 8 Avr - 22:40

Je riais doucement en l'entendant, et servais un double wiskey à la jeune dame. Un fire aussi.
-Voila, du pur feu, un double, fis-je en posant le verre empli du liquide ambré très foncé devant elle.
Je regardais ce que faisait Paddy de coin de l'oeil, voyant se dernier passer derrière le comptoire, c'est à dire de mon bord, si vous n'aviez pas compris. Je m'attendais à m'en prendre une, mais non.
Je me tournais pour le regarder, en fait, je me penchais plus exactement, il venait de se ramasser, aussi c'est un Paddy la tête dans le parquet qui m'ordonna de me taire, alors que les coins de ma bouche me tiraillaient furieusement.
Je le laissais faire, soupirant, et passant une main dans mes cheveux blonds.
-Un vieil ami, précisais-je à la demoiselle qui nous regardait, j'vais avoir droit au rôle du psy dans quelques minutes...
Paddy allait raconter des insanités sur Torgan, juste parce qu'il était vexé que ce dernier est pris la poudre d'escampette, bon pas très loin, deux étages plus haut, mais ça, il le savait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 8 Avr - 23:56

Mona rit ,sa faisait longtemps qu'elle n'avait pas rit .. peut etre meme etait-ce la premiere fois ..
Le psy ... sa c'etait drole ,elle en revanche ne s'imaginait pas écouter qui que se soit en prenant des notes ...
Quoi que , sa ferait pas de mal a ses finances qui etaient au plus bas , pour ne pas dire nulles .
L'hybride passa a son tour la main dans ses cheveux et porta son attention sur le verre de fire wiskey .Elle porta le verre a sa bouche, buvant a petites gorgées l'alcool qui venait de trucider les levres écorchées du type assis a coté d'elle .
Pauvre de lui ... enfin ,elle buvait ca comme du petit lait , son esprit de rêveuse pervertie divaguant quelque peut ..
A présent elle riait d'imaginer ce que faisait le 'vieil ami' de Maeglin dans les toilettes avec son sceau (mais elle ne l'imaginait pas trop fort car comme je l'ai déjà dit elle est rêveuse a la base ) .Puis elle se mit a miler Maeglin avec plus ou moin d'insistance ,cachée deriere sa frange rose qui avait perdu son éclat a cause de l'alcool , et qui semblait désormais rose bonbon mal léché .
Pour le reglemment de sa boisson, sa allait faire suremment un peut Just mais elle savait comment combler le reste ... avec une bonne vieille guitare = )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mer 9 Avr - 3:05

Torgan ouvrit la paume, la gorge nouée. Mais à quoi pouvait bien rimer de prendre une chambre quand on venait de .. Brrr.. Non, rien que d'y penser, ce n'était pas agréable, du tout. Il referma ses doigts sur la clef que l'aubergiste lui avait remise quelques instants plus tôt. Juste le temps de récupérer sa précieuse lame endormie sur la banquette à proximité des bières et de tanguer un peu dans les escaliers. Comme passer d'une porte à une autre, on change d'atmosphère, ça peut brusquer un peu, sorte de mutation aigre-douce, passer de l'entrée au dessert sans goûter le plat principal, du plaisir à la souffrance, mauvais mélange de sucré salé, trop de sel pique la langue, et trop de sucre soulève l'estomac.
Grimpant les marches d’un pas chancelant, l’homme se trouvait à présent devant la porte numérotée vingt-deux. Les deux mêmes chiffres, entortillés comme des serpents, tentateurs. Deux mêmes êtres à genoux dans la même position. Flash.
Torgan frissonna, pris de terreur, il entra rapidement dans sa chambre, après un cliquetis et un bruit de clenche. Une fois là, il se laissa retomber dos à la porte, sans lâcher la poignée. Il était sauf, mais sale, si souillé. Il sentait le fauve en plus.
La clef tourna de nouveau dans la serrure.
Se tortillant nerveusement, le bretteur se débarrassa de tous ses vêtements, son paquetage, tout, éparpillant joyeusement un bazar le long du chemin jusqu’à la salle d’eau en face. Nu comme un vers, il autorisa les gerbes d’eau lui flanquer des claques froides dans la figure, puis chaudes, puis tièdes. Il frissonnait à nouveau, les larmes picotaient ses paupières pourtant si habituées à résister au sable des tempêtes extérieures. Il les reflua une seconde fois. Sale, meurtri, impossible d’être lui-même à présent. C’était comme si on l’avait violé.
« Mais c’est toi qui a fait ça. » Couina-t-il la tête baissée, recroquevillé sous l’eau qui coulait abondamment, or on ne savait pas s’il parlait de ‘il’ Paddy ou de ‘il’ lui-même. Le bruit étouffait sa voix, mais ses paroles se répercutant en écho accentuaient la gravité qu’il donnait à la situation.
« Toi, et moi. » Continua-t-il, dans la confusion la plus totale, écœuré qu’il ait pu ne serait-ce que toucher à un autre s*** que le sien.
« Pourquoi ? »

A cela seulement le robinet lui répondit que, non, il ne devait pas gaspiller trop d’eau, et bien frotter surtout. Quand on est couvert de crasse, on frotte. Se dégottant une éponge et une pierre ponce dans un placard en hauteur au mur à côté de la baignoire, il entreprit de gratter.
Au bout d’une demi-heure à refroidir dans l’eau, le bretteur termina sa toilette, propre comme un sou neuf, mais un peu rougeaud au niveau des épaules et des bras d’avoir tant frotté. Mais au moins il était propre, de fond en comble, je ne vais pas vous faire toute son anatomie non plus.
« Voaaaaalà. » Lâcha-t-il en compagnie d’un soupir satisfait.
Encore plus retourné que lui son ventre lui rappela son existence.
« Beuh.. » Fit le dépit en sautant sur la satisfaction comme un déglingué.
Farfouinant dans ses affaires, le bretteur finit par trouver une miche de pain, rassis qui plus est.
« Super… »
S’affalant sur son lit sans faire attention à la décoration il grignota tout en se balançant d’avant en arrière. « Penser à autre chose, penser à autre chose. »
Il était encore sale, et s’il y avait eu toute l’eau du monde dans le réservoir de l’auberge, il l’aurait vidé pour se nettoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Lun 21 Avr - 0:23

Il n’avait pas eu à faire son propre ménage depuis des années, pas depuis qu’il avait ses filles dans son auberge, sous sa protection. Le dunpeal trempa la serpillère dans l’eau bulleuse au savon glycériné et la rinça avec débordement d’automatisme, laissant celle-ci retomber par terre avec un ‘flop’.
Il se sentait mal. Il pouvait chouïner autant qu’il le voulait en faisant sa diva, et réitérer ses jérémiades à Maeglin sur: comment Torgan avait bousillé son ‘afterglow’. Toujours est il qu’il avait l’impression d’être allé beaucoup trop loin ce coup ci. Même s’il essayait de se convaincre que le type ne lui avait pas tellement laissé le choix. M’enfin voilà, il aurait très bien pu se dégager et dire non au dernier moment, même si sur le coup il avait sautillé de joie mentalement. La serpillère flopa de nouveau dans le seau, envoyant quelques gouttes voler par-ci par-là.

-Verdamnt !
Dépité Paddy alla fermer la porte des WC et se laissa tomber sur les toilettes. Non seulement parce qu’il avait une envie présente, mais le besoin soudain de s’assoir et de se cogner la tête sur le mur dégouté. Il était complètement dépravé en matière de sexe, ça ne lui avait jamais posé de problème de mettre un partenaire dehors à six heures du matin, en dessous les fringues dans les bras. Alors pourquoi est-ce que là, ça lui posait problème ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Lun 21 Avr - 2:53

Le sommeil fut long à trouver, très long. Sa maigre collation terminée, arpentant la pièce en long et en large une fois le corps de nouveau réchauffé par un bain sans fin, le bretteur se demandait à quoi bon dormir, surtout si c’était pour faire des cauchemars de Paddy en petite culotte avec des boucles rousses lui dégringolant sur des épaules dénudées et aguicheuses. Il secoua la tête violemment.
Plusieurs heures plus tard, il tournait et se retournait dans son lit, accentuant la désagréable sensation de chaleur qui s’emparait de son corps et de sa tête, incapable de calmer son esprit et de se laisser enivrer par les joies réparatrices du sommeil. L’oubli. Ce qui vous permet de faire surface le lendemain sans vous poser de questions sur la veille parce que ladite veille est rangée dans la case « passé ».
Torgan se releva, ouvrit précautionneusement la fenêtre qui laissa entendre un grincement du côté du bois, et alluma sa pipe. L’air frais lui gifla gentiment le visage, l’apaisant tout au plus quelques secondes. Il repensa à son faucon, qu’il n’avait pas revu depuis son entrée dans l’auberge, autrement dit avant la catastrophe. D’ailleurs, il n’avait guère scruté la salle commune, en partant. Les regards avaient dû fuser dans sa direction, les sourires narquois et les moqueries habituelles. A présent ses mains tremblaient. Etait-ce le tabac, le froid, ou simplement ses pensées ?
Il ne le sut, et attendit patiemment que cela passe.
Les heures défilèrent, la pluie avança ses nuages et le clapotis de ses gouttes, puis se retira silencieusement.
Le lendemain matin, Torgan eut l’impression qu’on lui avait assené un coup sur le crâne, sa tête bourdonnait de fatigue, et c’est d’un pied pesant qu’il se leva.
Il resta toute la matinée dans la salle commune, dans un recoin sombre, caché, sans regarder personne. Perdu dans ses pensées moroses.
Jonglant avec trois petits pois dans sa petite cuillère sur l’heure du midi, il se demandait à chaque retombée de la petite bille verte, si, oui, il allait parler à Paddy, Maeglin devait certainement savoir où il se trouvait, ou si, non, il remontait dans le nord, laissant cette affaire ici, en n’y remettant jamais les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Lun 5 Mai - 17:28

Durant tout ce temps ... Mona, toujours son wiskey a la main commencait a voir des petites étoile de çà de là ... plus encore dans la chevelure blonde de l'aubergiste qu'elle voyait aller et venir . Elle se donna un coup de pied aux fesses mental et se concentra sur une guitarre ,une jolie guitarre noire et mordorée . Lorsque cette derniere apparut dans ses mains, elle posa les quelques pieces qui lui restaient sur le comptoir , s'assit dessus et commenca a chanter une chanson d'un anglais qu'elle esperait bon { Celle ci } ... Le silence qui se fit dans la salle etait remarquable . Tout doucement, aprés avoir chanté, elle se saisit d'un chapeau qu'elle tenait d'on ne sait ou et le fit passer dans l'assistance ... Mona fit le compte ... là, elle pouvait régler son alcool ... Elle se rassit, et mine de rien , l'auberge reprit ses bruits habituels ...
Revenir en haut Aller en bas
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Lun 5 Mai - 18:03

Maeglin avait laissé faire Paddy, en le regardant faire avec une moue d'homme pas convaincu. Il n'y avait pas trop de monde ce soir, encore heureux, avec sa serveuse qui s'était faite tuée parce qu'elle n'avait pas respecté ses consignes, il aurait été débordé.
Il avait passé la nuit debout, comme la plupart de ses clients, il ne dormait pas beaucoup, de toute façon, pour un dunpeal vivre la nuit ne lui posait aucun problème, surtout dans une citée avec une forte concentration de gens de la nuit, qui étaient, il fallait bien le dire, sa première clientèle, celle de base, celle qui avait toujours fait tourner son commerce.
La jeune femme avec le bandeau sur l'oeil était aussi restée debout, elle lui avait semblé un peu dans le brouillard, mais elle était encore suffisament lucide pour sortir une guitare, qu'il n'avait pas vu, et jouer un morceau pour payer son verre. La chanson avait eu le mérite d'être réussie, elle avait un peu la voix rauque, mais ça avait été agréable. Il l'avait resservie, en disant que c'était pour lui, avec son sourire un brin vampirique, comme son hotel. Bah, on ne se refaisait pas. Elle aussi avait passée la nuit dans la salle [désolé au vu du post de Torgan, on ne peut pas faire autrement que de passer au lendemain] et puis les clients diurnes étaient partis se coucher, et certains clients nocturnes descendaient. Maeglin fut donc occupé.

Le lendemain le client, le fameux Torgan que Paddy avait molesté, bouh le pauvre, était descendu, il se terrait maintenant au fond de la salle, et la jeune femme elle, n'avait pas bougée. Maeglin lui avait d'ailleurs offert un petit déjeuné, composé d'oeufs à la coque, avec des mouillettes, et une grosse tasse de ce qu'elle voulait dedans.
L'aubergiste passa à coté de la table de Torgan.
-Il est encore dans les toilettes, j'vais aller le chercher, déguerpissez avant ça, j'aimerai autant éviter à si généreux client un moment déplaisant.
Maeglin ouvrit la porte des chiottes, puisqu'avec ce qui avait été fait dedans, on ne pouvait plus appeler ça des toilettes. Meh.
-Yo Paddy, tu comptes passer ta vie le cul sur le trône ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Lun 5 Mai - 22:33

Mona fût trés touchée par le geste du Maeglin ! Bien qu'elle n'eut pas dormit de la nuit(ce qui se remarquait légerement grace a son seul oeuil visible , déromais rouge ) , regardant le continuel va et viens des autres clients, elle se sentait reposée et sereine .. Aussi aprés avoir ingéré le petit déjeuner qui lui avait été si gentiment offert ,elle se sentit, malgrés un esprit de naturel plutot ingrat voir meme bétement méchant , emplie d'une soudaine envie de donner un coup de main . Mona traina son corps vers l'arriere du comptoir et attrapa un torchon avec lequel elle se mit a nettoyer les tables vacantes avec entrain . La jeune Hérilim avait maintenant fini de nettoyer les tables et retourna a sa place ... faisant des ronds avec ses bracelets lorsqu'elle vit qu'il y avait un peut de vaisselle a faire .. qu'a cela ne tienne, de toutes façons, elle n'avait jamais rien d'autre a faire alors elle repassa coté staff et frotta les couverts ... Ses longs cheveux roses ondulés relevés en un chignon qui cachait son bandeau et ses longs ongles noirs commencaient a passr, mais elle s'en moquait ... Le fait de trouver une occupation a ses mains faisait voyager son esprit ,non pas au pays du savon et des fourchettes sales , mais dans la maison de son enfance .. A ses cadavres de merles, les cris stridents de sa mere ... les grognements de son pere ... bizarement, tout cela la faisait se sentir chez elle ... A force de manipuler l'eau chaude, elle finit par pousser une suée et releva son badeau pour laisser paraître son autre oeuil , semblable a l'autre en tout point, en apparence du moin ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 20 Mai - 1:07

Il avait passé la nuit entière assis sur la cuvette, pantalon baissé autour de ses genoux à cause de ses bottes pleines de plaques de métal (new rock quoi) Et même s'il avait passé la nuit comme ça et que son derrière n'avait plus de sensations par endroits il avait tout passé comme un junkie à regarder le plafond sans tellement cligner des yeux, ou même fermer l'œil. Maeglin faisant irruption dans les toilettes avec sa bonne humeur perpétuelle était à damner. Paddy shoota dans la porte, toujours assis sur le trône.
-OUI !
La porte re-claqua sous la force de son coup de pied, mais il se leva quand même. Tirant la chasse et remontant son pantalon, les lacets décidant à ce moment précis de lâcher.
-Et merde.
Une main remontant le pantalon il sortit de la stalle, tirant sa chemise vers la bas pour cacher le devant de son pantalon défait. Tout allait de travers depuis qu'il était arrivé, et ça s'était la constatation du siècle. Diva qu'il était il aurait pu soit se mettre à faire son caprice avec quelques larmes dans le lot, soit faire comme si de rien n'était et se cacher derrière une colère qui n'était absolument pas logique. Il opta pour le caprice sans vraiment réfléchir.
-Maggy... Mon pantalon est fichu et chuis dans un état lamentable. Mon brushing est complètement bousillé et mon maquillage à coulé...Snif.
Bon peut-être un peu trop de caprice, un peu de colère refis surface.
-C'te grosse brute n'aurait même pas dit merci. Non juste le wam, bam, le 'thank you man' tu peux l'oublier. Le dunpeal soupira en se frottant les yeux pour essayer d'essuyer le coulis de noir. M'tired...
Revenir en haut Aller en bas
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mar 20 Mai - 22:33

Maeglin constata à quel point il avait l'air... pitoyable et blessé. En général, on refusait pas Paddy, et on partait encore moins comme ça, mais l'Torgan avait l'air d'être un peu coincé du fessier.
-Oh Paddy-kun...

Le dunpeal attrapa son confrère pour lui faire un câlin, essuyant avec un mouchoir sorti d'une poche, les joues pleines de noires... oui Paddy avait une sacrée couche de maquillage à chaque fois. Il regarda en bas, traverser la salle, avec l'air complètement débraillé, et en tenant son pantalon n'avait rien de quelque chose de facile. L'aubergiste le lâcha, tirant sur le lien noir, qui tenait les petites tresses dans ses cheveux, pour les retenir en arrière. Une cascade de cheveux blonds arriva sur son visage, et il regarda Paddy, tenant le lacet noir entre ses doigts.
-Ca dépannera en attendant nee ?
Il s'accroupit, de toute façon il avait déjà vu le loup. Il retira le lacet craqué, et le replaça par le sien, sous les réflexions indignées de Paddy, il poussa plus loin, donnant une léchouille sur son nombril découvert, avant de rabattre la chemise par dessus et de se relever.
-Tu peux faire comme d'habitude, et aller dormir dans ma chambre, j'ai changé les draps y'a deux jours, et y'a tout ce qu'il faut dans ma salle de bain, et y'a encore des affaires à toi, dans l'armoire.


Dernière édition par Maeglin le Dim 25 Mai - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mer 21 Mai - 2:54

Il avait réussi à se mettre dans un état lamentable tout seul, et ça c'était pathétique. Le hissy -sissy- fit d'une diva goth, c'était déplorable. Le dunpeal se laissa faire avec une mine légèrement défaite, couinant et protestant quand Maeglin se chargea de son pantalon pour lui, momentanément embêté qu'on le touche. Il jouait avec une de ses mèches noires, le regard fuyant vers le mur.
-Thanks peaches...
Se tâtant momentanément Paddy finît se lança comme d'habitude tête première même si là c'était plus pour remercier son confrère que le mettre mal à l'aise comme il essayait toujours de le faire. Sautant sur la pointe des pieds il planta un baiser sincère sur la joue de Maeglin et s'éclipsa rapidement des toilettes avant que le dunpeal décide de lui flanquer une baffe sur l'arrière du crâne.
Passant en coup de vent dans la salle, il grimpa les escaliers quatre à quatre et fonça pratiquement sur la porte de la chambre de Maeglin, claquant celle ci d'un coup de talon derrière lui.
S'accroupissant il tira une malle de sous le lit, fouillant un peu pour dégoter quelque chose à mettre qui n'était pas flamboyant comme il avait l'habitude de porter. Chose difficile d'ailleurs parce que des fringues sobres, il en avait peu. Les rares occasion où Maeglin remontait vers le nord il s'arrêtait en général chez lui aussi, et c'était le même système pour les habits.
Il opta pour un débardeur à lacets tout simple et un pantalon qu'il avait lui même coupé mi-mollet; noirs évidement, d'ailleurs il n'y avait aucune couleur dans le contenu de cette malle. Il re-glissa la malle sous le lit, puis se changea pliant ses vêtements avant de les poser au sol au pied du lit, il avait une horreur du désordre parfois maniaque.
Tirant les rideaux il s'emmitoufla sous la couette, gigotant trois fois plus que normal rien que pour trouver une position confortable. Un bras replié sous l'oreiller, il se gratta doucement le ventre, jouant avec les billes en travers de son nombril. Il avait laissé tout un côté pour Maeglin, même s'il doutait que celui-ci ne pointe le bout de son nez.
Revenir en haut Aller en bas
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Dim 25 Mai - 21:47

Maeglin le regarda déguerpir, au moins, il avait vraiment nettoyé les toilettes, ce qui montrait bien l'état dans lequel Paddy était. Paddy... Maeglin y avait déjà touché, et réciproquement, ben oui, deux débauchés bourrés dans un même lit, soit ils tombent comme des masses et ronflent, soit ils ont des tendances sexuelles communes, et là...
Il soupira et sortit des toilettes, après un certain laps de temps, pour trouver une salle propre, et la jeune femme aux cheveux roses les mains dans la vaisselle, le bandeau de son oeil relevé.

Le dunpeal leva les sourcils, un peu étonné, il avait bien vu qu'elle n'avait pas de quoi payer en pièces sonnantes, aussi, finalement, n'était-ce pas tellement surprenant. Même si beaucoup aurait déguerpi après avoir un petit déjeuné gratuit, sans rien demander.
En même temps, elle avait l'air de travailler efficacement, malgré le fait qu'elle ait la tête dans le brouillard. Il avait perdu une serveuse, autant dire qu'après ça, les autres avaient fui, attendant que ça se calme, même si Maeglin s'étonnerait de découvrir une de ses filles morte encore une fois, le type qui l'avait tué l'avait fait pour se défendre, donc, aucune raison de se venger, vu que ceux qui lui cherchaient des noises étaient aussi crevés que sa serveuse. Bouh.
Qui ne tente rien, n'a rien.
-Dîtes, est-ce que vous cherchiez du travail par hasard ? demanda-t-il de but en blanc, en s'appuyant sur le comptoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Lun 26 Mai - 21:22

Mona cligna des yeux, regarda Maeglin et dit d'un ton qui se voulait neutre ( qui se voulait n'est ce pas car ,elle est Herilim de profession ;donc elle travaille avec ses émotions)

-Si vous me le proposez si gentiment .. j'accepte volontier de prendre n'importe quel poste que vous me proposererez ici ... Les temps sont durs pour les personnes de ma profession ..

Elle arbora le sourire d'un conquérant qui découvre un territoire tout nouveau ... neutre, là ou personne ne le connait , où il peut redemarrer une nouvelle existence ... ...Son sourire évaporé, elle se rendit compte que elle n'avait meme pas prit la peine de dire son nom a son futur employeur ... Bah , pas grave .. elle le ferait plus tard .Elle tendit sa main gauche a Maeglin afin de serrer la sienne et de sa main droite elle se recoiffa .Lorsqu'ils se furent sérrés la main, elle lui dit

- j'oubliais .. je me nomme Mona ... Moor ..
Revenir en haut Aller en bas
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mar 27 Mai - 22:56

-Maeglin, ravi de vous prendre à mon service, fit-il en lâchant la main de Mona, je vous demanderais pas grand chose, je vois que vous savez faire la plonge, et nettoyer des tables... vous savez remettre une chambre en état, ou faire la cuisine ? Faire le service c'est pas trop compliqué, même si c'est un peu difficile au début.

Le dunpeal fronça légèrement les sourcils.
-Vôtre profession ?
Maintenant qu'il y repensait, en tant qu'ancien exécuteur, il en avait vu pas mal, mais ce genre d'attitude un peu endormie, ayant toujours besoin de quelque chose pour se réveiller, lui rappelait fortement certaines personnes présentes dans les groupes d'exécutions discrètes qu'il avait cotoyé. Les Herilims. Il sourit.
-Oubliez, j'viens de comprendre, j'ai croisé plusieurs de vos collègues durant ma longue existence.
Avoir des cheveux roses mettrait aussi une touche de gaieté dans l'auberge, et avec une Herilim, il était sûr qu'elle pouvait se défendre comme une grande, et de traumatisé certains aux mains un peu trop balladeuses, sans qu'il ait à intervenir.
Repassant derrière le comptoire, Maeglin fouilla dans le tiroir de la caisse, et sortit un ruban noir. Il rattacha ses cheveux, ses derniers étant trop encombrant pendant le service, et servir des assiettes couvertes de cheveux blonds, n'était pas du meilleur goût.
-Il y a deux ou trois règles auxquelles il ne faut pas manquer ici, je n'autorise pas le meurtre, ma dernière serveuse a été mêlée à une tentative d'assassinat en l'autorisant dans l'auberge, et elle en est morte. Pas de vente d'esclave humain, ni de maltraitance des filles qui viennent ici, le premier péquenot qui tape dessus, c'est dehors. Tout comme les transactions se font dans la ruelle, derrière l'hotel. Je crois que c'est à peu près tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mer 11 Juin - 23:31

Manque de pot pour ses grandes ailes, la porte de cette grande auberge lugubre ne s'ouvrait guère fréquemment. Il y faisait plus tiède à l'intérieur, on se gelait les plumes dans ce trou pardi !
Faucon avait donc dû dénicher, avec un grand bonheur, une ouverture entre les tuiles du toit, et se faire tout petit pour surveiller Torgan qui, il le savait, allait encore se fourrer dans le pétrin jusqu'à ses yeux bleu de biche.
Après deux ou trois entortillements entre les poutres massives qui soutenaient le toit, il déboucha à bonne hauteur des tables, mais à proximité des lustres dont la lumière ne réchauffait pas tant que ça. La poussière émanant du toit se colla à ses plumes, lui donnant une impression de saleté. Qu'est-ce qu'il fallait pas faire pour ce bretteur, corne de bouc.
Faucon aiguisa sa vision et braqua sur un blond svelte se dirigeant vers les rest-room, il voleta sans bruit pour tenter d'accrocher quelques mots de la conversation. Torgan cherchait à percer les ragots concernant une certaine Luin. Sa femme ou bien sa mère habitait dans le sud, maintenant qu'ils s'y trouvaient, l'oiseau servait de perruche à son maître, pas très glorieux.
Les perruches qu'il avait côtoyé à la volière étaient d'un ennui mortel, bonnes à rester en compagnie des dames.
Quelques bribes se détachèrent jusqu'à atteindre le plafond. Des geignements. Si son ouïe ne lui faisait pas défaut, c'était en rapport avec Torgan. Ce bougre n'était pas là, parti dormir à cette heure bien avancée.
Les pas s'en furent, des escaliers.
Ca paie vraiment mal de faire espion... Quoi ? Et il est gay en plus ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mer 23 Juil - 1:36

C'est fraichement lavé, habillé, maquillé, et faussement décoiffé (brushing stylisé) que Paddy fît son apparition. Il avait opté pour une paie de bottes à lacets avec des gros talons métalliques, un pantalon avec plus de trous qu'un fromage suisse, un fin pull tellement moulant qu'on aurait pu le croire peint et des gants façon archer (l'index et le majeur seulement). Rien de tel pour quelqu'un qui aimait prendre soin de sa petite personne, de se faire un speudo relooking. On est Queen ou on l'est pas. Et Paddy l'était terriblement, même s'il jouait beaucoup dessus rien que pour rigoler. Y'avait pire plus bas. Narcissus, champion toutes catégories.
Le dunpeal ignorait pertinemment ce coin de la grande salle. Et tout le monde en fait. Il n'avait dormi que quelque heures mais pour quelqu'un comme lui, hyperactif, ça lui suffisait amplement.
Paddy passa derrière le comptoir, sourire large collé à la super glue sur son visage. Il adressa un signe de tête à l'hérilim aux cheveux roses et puis se pencha sur la pointe des pieds pour faire un chu à Maeglin.
-Va te coucher si tu veux. Je peux bien gérer les affaires pour toi quelques heures.
Oh, s’il décidait de suivre sa proposition il lui pincerait même les fesses tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Jeu 24 Juil - 16:53

Maeglin regarda son confrère descendre avec une meilleur mine, alors qu'il remettait un autre lacet noir, trouver dans la boîte à lacet sous le comptoire, pour tenir ses cheveux. Manquerait plus qu'il y en ai dans les assiettes ou les verres, pour un hotel de cette qualité, le dunpeal ne pouvait pas se permettre de faire des erreurs de débutant.
Il regarda Paddy avec un sourire inhabituel, enfin fort peu sincère, il ne ressemblait en rien aux habituels smirk du goth... ce qui fit tirer une tête de six pied long à l'aubergiste.
-Freak...

Pinçant la joue de Paddy, et ayant l'autre main sur la chance, Maeglin secoua la tête.
-Arrête de sourire comme ça, ça foutrait la trouille à Marquise elle même.
Lâchant la joue, le dunpeal se pencha pour parler de façon à ce que seul Paddy l'entende.
-Ne tente pas le diable, après ce que j'ai entendu hier dans mes toilettes, évite de ramasser la savonette.
Sur ce, il lui pinça discrètement les fesses, évitant d'attirer l'attention toute particulière de ce coin de la salle si particulier, mais si rentable. Lui jaloux ? Non jamais. Simplement excité, il avait l'ouie très fine, et les cris de Paddy ni ses expressions, rien ne s'oubliait.
-J'vais dormir.
Très franchement, ça lui calmerait un peu les nerfs. Il était subitement sujet à une humeur sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Ven 25 Juil - 1:06

Voir la tête qu'avait tiré Maeglin, mémorable; à inscrire dans les anales vraiment. Freak, oui plus que certain, et alors. On s'assume ou non. Maeglin lui pinça les fesses, Paddy lui répondit avec une taloche bien sentie au derrière, et un smirk coulant en prime. Il attendit que le dunpeal disparaisse avec une drôle d'expression pour soupirer et se frotter le crâne.
Il avait vraiment fait une belle connerie aujourd'hui, une vraiment grosse connerie. Lui et Maeglin savaient tous les deux pourquoi il s'arrêtait un jour ou deux au Vampiric's et vice-versa. C'était un arrangement doublement consenti, même s'ils menaient leurs vie respectives à côté. Mais c'était bien la première fois qu'il avait fait ça devant Maeglin. Le dunpeal était toujours l'autre, et là il avait simplement suffit d'une belle gueule, passablement, pour le rendre tout chose. S'en était pathétique, même lui devait se l'admettre.
Paddy secoua la tête, ses yeux félins fixant l'homme qui venait de l'adresser et hochant la tête à la commande. Ca allait être folklo, et il allait devoir attendre que l'auberge dégorge pour aller parler avec Maeglin. Il n'avait pas du tout aimé cette expression. Il n'avait pas à s'excuser -une putain est une putain, et il aimait son métier- mais Maeglin était son ami, depuis plus longtemps que quiconque. Si ce qu'il avait fait fouttait la merde -pour ainsi dire- il s'en voudrait.

Il se glissa avec aisance dans le rôle du pseudo-patron, les chopes de bières et autres verres d'alcool fusèrent, glissèrent sur la surface polie du bois vers leurs propriétaires respectifs. Ca allait passer lentement, il le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Sam 26 Juil - 1:07

Le dunpeal s'était étalé comme une m-crêpe sur son lit, prenant à peine le temps de se déchausser. Il était jaloux, pas par le fait que Paddy couche, ça c'était évident, même pour un gosse de deux ans, ou la plus pure des vierges naïves and co, non il l'était parce que cette fois il n'était pas le premier servi. Même s'il doutait être le premier à chaque fois que Paddy venait.
Et surtout ce qu'il avait entendu, lui rappelait les gémissements de quelqu'un d'autre, et ses propres gémissements. Il n'avait pas oublié la façon dont il s'était fait avoir comme un bleu quand il avait dû traiter avec lui. Et ça faisait longtemps depuis ce moment là. Pourtant tout ce qu'il espèrait c'était de ne jamais le revoir et même temps... Enfonçant sa tête dans l'oreiller Maeglin poussa un cri qui fut étouffer par les plumes, mais bon sang... Ca faisait longtemps, vraiment longtemps. Frustrer ? OUI ! Bordel, enfin non pas bordel, les bordels le rammenaient vers autre chose. Se sortant la tête de l'oreiller, les cheveux déjà en pagaille, l'aubergiste et tueur à gage à ses heures perdues soupira, et finit par se laisser aller, autrement dit, à s'endormir comme une masse.


Le réveil fut... pénible, voila pourquoi il n'aimait pas dormir, parce qu'il fallait se réveiller. S'extirpant de la couette et des oreillers mis à présent sans dessus dessous, il se traina jusqu'à la salle de bain, se déssapant sur le chemin. Regardant en bas, le dunpeal songea qu'il avait dû faire un rêve agréable. Avant de s'asperger d'eau, en vérité, ce système inventé par cette femme dans le nord était génial. Le je-te-lave-d'en-haut-kun était une merveille, l'eau vous arrivait dessus, à la température que vous vouliez, autrement dit, très chaude. Il ignorait combien de temps il avait dormi, mais il était sûr que Paddy s'était très bien occupé de la salle en bas. Appuyant sa tête contre la faillance, ses mains s'occupèrent de soulager ce que son rêve avait provoqué. La prochaine fois, il demanderait à Paddy de faire ça dans une chambre, là où il ne l'entendrait pas. Parce que cette fois, Maeglin avait tenu le rôle du uke, et qu'il en avait redemandé, son cerveau ne pensait plus qu'à ça, à la peau plus sombre qui le tenait, aux yeux noirs qui le regardaient, et à ce qu'il savait faire. Bon sang... Entreri savait tenir sa réputation, et dans les moindres détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 5 Aoû - 5:38

Paddy avait fini par attraper un paquet de cigarettes sous le comptoir, et avait vidé déjà la moitié du paquet alors que seulement quelques heures avaient passées. Et pourtant fumer n'était pas dans ses habitudes, non la dernière fois qu'il avait coincé une cigarette au coin de sa bouche c'était dans sa jeunesse. Quand il pouvait en piquer dans les poches ou les sacs des gens.
La salle se vidait enfin, un peu, mais ce n'était plus l'heure forte. Ça, ça viendrait dans une heure ou deux. Ecrasant le filtre de sa cigarette il en attrapa une autre dans le paquet, glissant le cylindre entre ses lèvres et l'allumant. Après réflexion il mit le briquet et le paquet dans sa poche, puis alla prévenir au cuisines qu'il montait et donc d'envoyer quelqu'un devant.

Au début Paddy hésita à toquer à la porte de Maeglin, et puis se grattant le front en expirant sa bouffée il se traita de con et toqua. Obtenant aucune réponse, alors il poussa la poignée et entra.
Le lit était vide et il entendait l'eau couler dans la salle de bains. Le dunpeal referma la porte, à clé tant qu'à faire et s'installa sur le bord du lit, croisant les jambes et posant ses coudes joints sur ses genoux, une main soutenant sa joue, l'autre portant sa cigarettes à ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Jeu 7 Aoû - 0:25

Tournant le bouton du 'Il-pleut-sur-ta-yeule-kun' d'une main, le dunpeal s'essora les cheveux avec l'autre. Attrapant une serviette, il l'enroula autour de sa tignasse, avant de la mettre en turban. S'essuyant avec une autre pour éviter de mouillé le parquet de la chambre, Maeglin y retourna et manqua de se casser la gueule en voyant Paddy assit sur le bord de son lit.

-Oh p-u-tain.
Le mouvement de recul invonlontaire défit le turban-serviette, et le fit pendre lamentablement avec des cheveux emmêlés. Regardant le dunpeal, il soupira tout en s'essuyant encore un peu. Le fait d'être à poil ne le gênait pas plus que ça.
-Je te demande pardon, j'aurais pas dû m'énerver pour ça...
Bon bien sûr, il éviterait de mentionner le fait que Torgan était resté dormir et était partit le matin avant que Paddy n'arrive en salle. Haherm.
-Mais par pitié, la prochaine prend une chambre pour le faire. Bon pas la mienne hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 2 Sep - 5:11

Quand il entendit la porte de la salle de bain enfin s'ouvrir, ses yeux bifurquèrent vers celle-ci. La tête de Maeglin aurait pu être comique, et en tant normal paddy se serrait largement foutu de lui, surtout vu les sons qui avaient filtrés sous la porte. Ses yeux se reportèrent vers la porte de la chambre qu'il ne regardait pas vraiment et il tapota les cendres de son Death Stick dans le creux de sa main en haussant les épaules.

-Pah, pas la peine de t'excuser, une putain est une putain quelque soit ce qu'on s'illusionne à penser. Il leva la main pour stopper Maeglin avant que celui-ci ne puisse répondre. Je retiendrais pour la prochaine fois. -Mais il n'y aura pas de prochaine fois-
Mettant les cendres froides sur la table de nuit et époussetant ses mains -cigarette coincée au coin de la bouche- Paddy se laissa tomber en arrière sur le lit défait, bras croisés derrière la tête. Avec un regard appuyé et un smirk de nouveau plaqué sur le visage, il désigna la salle de bain du menton.
-Alors c'était bon ? J'm'en serrais voulu si j'avais interrompu quelque chose…Entreri c’est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mer 3 Sep - 22:17

Maeglin avait enfilé un des inombrables shorty noirs de sa collection de lingerie, et avait manqué de se casser la gueule en entendant la réflexion, ô combien subtile, sur ses activités dans la douche.
Il regarda Paddy qui semblait très fier de lui. Le dunpeal soupira, son confrère était exaspèrant.
-C'était très bon, fallait bien que je me débarrasse de cette envie que tes adorables petits cris ont provoqués, en résonnant jusque dans mes oreilles...

L'aubergiste enfila une de ses chemises noires, aussi sempiternelles que ses shorty. Ouvrant le tirroir du haut de la table de chevet, il sortit le paquet collector de cigarettes Black Death, pour s'en griller une, avant de resdescendre. Prenant une profonde bouffée, il souffla la fumée par les narines, avant de poursuivre.
-Pour Entreri c'est un collègue de boulot, de mon autre boulot, celui qui est occasionnel. Il est vraiment très bon... dans tous les domaines j'veux dire, pas seulement pour "ça". Je te le présenterais, s'il repasse par là. Même si ça se fera pas avant un moment. La dernière fois que je l'ai vu, il courrait après Rochel. On dirait que l'bougre c'est collé dans un sacré pétrin. Pour changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Dagastanovich

avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : Derrière toi attention....
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mar 18 Aoû - 21:04

J’avais pris une chambre ici, au Vampirics Hotel, et j’étais ici depuis quelques jours déjà.
Cemenwin était une ville des plus intéressante, et je n’avais pas vraiment eu le temps de m’ennuyer. En effet j’avais rencontré quelqu’un qui partageait mes goûts en matière d’occupation nocturne, ou diurne si on préfère le faire à la lumière bien entendu.
Alors je m’en étais donné à cœur joie… Et avant qu’il puisse faire quoi que ce soit, je lui avais fait découvrir un autre « hobby » que j’avais, et dont il ne s’était pas relevé.
Il était allongé sur le lit, sans rien d’autre sur lui que les chaînes qui le maintenait en croix, et que le bâillon qu’il avait dans la bouche. Debout, un pied de chaque coté de ses hanches, je m’étais saisis d’une cravache et je l’avais abattu sur mon nouveau jouet, visant les cotes. Elles se brisèrent ou bout de deux coups, je n’avais pas une force anodine. Une ecchymose conséquente se forma, déclinant toutes les teintes de violet, montrant qu’une hémorragie se formait.
Puis je le frappais au visage. Il appréciait visiblement, moi aussi, mais moi je connaissais la fin et ce n’était pas celle qu’il devait s’imaginer. Quelques coups plus tard, le sang coulait, l’arcade sourcilière était éclatée. Je faisais s’abattre mon objet, à plusieurs reprises, je m’acharnais sur les parties déjà blessées, à savoir le visage et le torse. Il hurlait, mais ses hurlements étaient grandement étouffés par le bâillon. Il voyait bien que je ne jouais plus, ses traits étaient déformés par la peur et la douleur trop extrême pour lui. Comparé à moi, il était un petit joueur.
Mais je me lassais des coups blessants trop peu, même si ils faisaient horriblement mal. J’avais un but, et ce n’était pas une cravache qui allait me le faire atteindre.
Attrapant une sorte de règle en fer, je la tenais fermement dans ma main.
Je souris, en voyant des lambeaux de chairs sanguinolents se détacher du corps. Je frappais là où ça fait très mal… Sur la virilité de l’homme hurlant attaché au lit sans pouvoir faire quelque chose, il hurlait même le safe word qu’on avait utilisé plus tôt, enfin, hurlait de manière étouffée avec le bâillon. Sauf que je n’arrêterais pas cette fois. Je l'écrasais d'abord du pied, poussais, écrasais encore, puis je fit glisser le morceau de fer dessus caressant aussi doucement que si je l’avais fais d’une main aimante, avant de remonter le long de l'abdomen, jusqu'à la mâchoire, puis le milieu du menton. Je le regardais, calme, souriant même.
J’avais fini de m’amuser, j’avais faim.
Je prenais une dague, et traçais la ligne de ses pectoraux. Je descendais de plus en plus bas, presque allongé sur lui, un sourire fendant mes lèvres, dévoilant une partie de ma dentition. La pointe du couteau s’enfonça un peu dans la peau, et en remontant une entaille sanguinolente se creusa. Je coupais plus profondément avant le cou, évitant ainsi les artères. Je collais mes lèvres sur la plaie, comme pour offrir un baiser apaisant, mais je n’embrassais pas, je suçais le sang qui coulait étanchant la soif qui m’avait tiraillée plus tôt. Les lèvres rouges, j’ouvrais plus la bouche, mes dents grattant la peau avant de se loger dans le creux de chaire creusé par mon couteau. Je mordais à pleine dent comme dans une pomme. Un morceau de chaire et de peau grand comme la paume de ma main se détacha de mon camarade attaché.
Je finissais de me lécher les doigts. J’avais réussis à faire ça proprement, pas une seule goutte de sang n’était allée par terre, même les draps étaient épargnés. Des sanglots violent parcouraient mon ami. J’approchais ma bouche de son oreille, susurrant de manière rassurante.
-Chuuut, ne t’en fais pas, tu ne vas pas mourir. L’aubergiste ne veut pas de cadavre ici, donc tu n’as pas à t’en faire. Tu as l’air pâle… Et si nous allions prendre l’air hein ?
Je retirais les cordes tenant celles qui tenaient ses poignets et ses chevilles ensemble. Je l’enveloppais d’une vieille cape un peu passée de mode que je ne mettais plus, et le prit dans mes bras comme un enfant. Il n’émettait aucune protestation, en même temps il était épuisé. J’étais des plus discret et passait par l’arrière, pour aller le déposer dans la ruelle derrière l’auberge.
-Voila, ici, l’aubergiste tolère les morts. Dommage non ?
Je prit son cou entre mes mains et écrasait sa trachée, doucement. Quand son cœur cessa de battre, je le lâchais, et retourna dans l’auberge, en salle cette fois.
-Maeglin, tu me sers un peu de liqueur ?




Like a cold ocean you encase me
Pierce my skin with thousand needles
You are S, I am M
The same pleasure we are sharing
A never ending dream of Pain
You are S, and I am M…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maeglin
Aubergiste
avatar

Peuple : Dunpeal, origines Lios & Ai-Esu
Second(s) Métier(s) : Prostitué à ses heures et assassin.
Nombre de messages : 53
Localisation : Eh bien très cher, vous ai-je embarrassé ?
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mer 19 Aoû - 16:16

[passage en roleplay 1ère personne]

Je nettoyais le comptoir à un endroit où un vampire avait siroté un verre. Un nouveau vampire, il en avait foutu partout, ne sachant pas trop boire avec ses nouvelles canines qui avaient heurté le verre à chaque fois qu'il avait essayé de boire.
Et il avait joliemment taché le marbre du plateau. J'ignorais où Paddy était allé se fourrer, ou se faire faire fourrer pour être plus exact. Il ne s'était pas montré depuis quelques jours. Mon cher collègue avait du repartir.
Au moins, mes toilettes étaient de nouveau sauves de toutes intrusions sexuelles.
En revanche, pour les chambres, mes chers clients continuaient leurs petites habitudes. En parlant d'habitude...
-Tout de suite triste sire, répondis-je au prince Herilim.

Armand Dagastanovich, j'avais vu une de mes serveuses pâlir quand il y était entré, il y avait maintenant une semaine et des poussières. Elle m'avait murmuré qu'il avait fait parti du groupe qu'on avait tenté d'empoisonner. J'avais haussé les épaules, le monsieur était seul, et avait de l'argent.
Je l'avais accueilli comme n'importe quel client pouvant payer. J'avais cependant vite appris ses goûts en la façon qu'il avait de s'occuper dans sa chambre pendant des heures. J'avais bien entendu veiller à ce que les règles que j'imposais à l'établissement soient respectées. Armand était un bon client, qui tuait parfois les siens.
Je posais un petit verre à liqueur devant lui, et lui servis une de mes meilleurs liqueurs de cerises.
-Si tu continues, tu vas finir par expirer le stock d'hommes consentants de tout Cemenwin. Enfin, tout tu n'en mets pas partout, et tu ne traumatises pas mon personnel. C'est déjà ça. C'était bon au moins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Archives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Noblesse du Poitou (Archives)
» Peines Alternatives : Procédures et déroulement (Archives)
» [archives] Scénario I : L'oiseau de feu
» Archives judiciaires
» Archives Plume Sagace
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Est :: Royaume de Cemenwin :: Cemenwin la Citadelle de la Reine :: Les Plaisirs de Lyuben-
Sauter vers: