AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Archives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Soirée au Vampiric's Hotel   Lun 25 Juin - 18:17

Belle enleva ses mains des bras des deux hommes et grimpant les trois marches, poussa la porte de l'établissement. Le Vampiric's Hotel était un endroit sombre et légèrement lugubre mais très bien. Peux de gens s'aventuraient ici et seuls les plus riches pouvait s'offrir de louer une des pièces spécialement réservés aux transactions les plus douteuses.
La pièce pricipale, le bar, n'était pas très bondé. Dans un coin, des créatures qui ressemblaient à des harpies discutaient en chuchotant dans une langue de cliquetis et grognements. Quelques autres patrons étaient présents mais ils retournèrent à leur chopes et repas lorsqu'elle leur envoya un regard noir.
Trouvant une table dans un coin, elle le montra du menton à ses compagnons et s'installa dos au mur, de façon à voir qui rentrait et qui les approchait. Enlevant son manteau, elle le plia doucement sur le dos de sa chaise et regarda ses compagnons s'installer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Lun 25 Juin - 19:04

Williams prit place face à belle. Le plaisir qu’il éprouva à reposer ses pieds fatiguer paraissait évident sur son visage. Il avait le trait tiré par la fatigue, mais il souriait toujours, comme un enfant le soir de noël. L’hôtel était des plus sinistres, mais le simple fait de savoir que son cœur bâtait toujours dans sa poitrine lui redonnait le moral. Quand il fit signe à une serveuse de venir a leurs table celle si accourut. Il commandât une assiette de riz blanc avec des légumes -(les membres de son ordre ne consommait jamais de chère morte)- et lésât ses 2 compagnons commandé à leur tour. Quand la serveuse voulut savoir se qu’il boirait, Williams coupas Belle et Armand avant qu’il ne puisse commander et demanda 3 vers d’eau sans glace. Il passa outre les protestations de ses compagnons de beuverie et attendis patiemment que la serveuse revienne avec les breuvages, un sourire ironique aux lèvres. Quand elle posa les breuvages sur la table, Williams les tiras ver lui et de sa poche il sortie une petite enveloppe rouge cacheter de cire. Il brisa le seau et partagea le contenue de l’enveloppe (une poudre noire) entre les trois verres. La réaction ne se fit pas attendre, car au contacte de la poudre, l’eau devin elle aussi noire et elle se mit a pétillé. Il poussât un verre à Belle et un autre à Armand.

- Du shiva, la liqueur de l’oublie.

Cette boisson célèbre dans le milieu des assassins, était reconnue pour procurer la sensation de détente à son buveur tout en aillant un gout des plus délicieux. En générale on en buvait quand on en avait gros sur la conscience et que l’on cherchait pour un cour lapse de temps le moyen d’oublier ses problèmes. Une boisson ors de prix, mais, qui semblait approprié.

Avant que la serveuse ne reparte il lui demandât une chambre pour la nuit avec un bain chaud de prêt quand il y monterait. La serveuse inclinât la tête avant de repartir pour revenir avec une clé qu’elle posa au coin de la table. Williams la remercia et paya avec ses dernières économies. Quand elle fut partie pour de bon il se tourna vers belle et lui posa la question qui lui brulait les lèvres depuis tout a leur.

- Vous avez surement du apprendre mon histoire au vue du poste que vous occuper je me trompe?
Revenir en haut Aller en bas
Armand Dagastanovich

avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : Derrière toi attention....
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mar 26 Juin - 0:04

Je prennais l'autre bras de Belle, chose que je n'avais jamais fait et cru ne jamais pouvoir faire. Un pensée traversa mon esprit et me fit sourire. Belle était bien entourée mais elle l'avait toujours été et le serrait toujours quoiqu'il arrive...

Nous arrivions enfin au Vampiric's Hotel, c'était le meilleur établissement de toute la ville. Je laissais Belle entrer la première et laissait Williams me précéder. L'endroit n'était pas bondé et je vis le quelques clients se tourner vers nous comme des loups avant qu'ils ne se retournent précipitement vers ce qui les regardait. Belle avait du leur envoyer un de ses célèbres regard noir. Je souris presque.

Nous nous installions à une table et c'est avec amusement que je vis Williams nous préparer de la liqueur de Shiva. Boisson couteuse, cet homme n'était pas n'importe qui...

Je n'avais pas envie de rester là, je préférais largement m'isoler dans une chambre avec un bon bain chaud pour me débarrasser du toucher de Marquise...et de Belle... Même si elle était ma maraine, elle était sans scrupules et même avec ce qui c'était passé durant l'entrevue avec Marquise... C'est à dire de son humeur, qu'elle n'ai pas tout simplement laissé Williams mourrir. Par pur plaisir de voir la lueur s'éteindre dans ses yeux.

Enfant j'avais vu la fureur de Belle une fois, et ça restera gravé dans ma mémoire pour le restant de mes jours. Pour un enfant voir une figure parentale en colère est extrèmement impressionant mais même de grands vampires de son entourage avaient reculé sur son passage...

Je drainais mon verre de Shiva d'un trait et me levait. Ce bain m'appellait. Me baissant je fis la bise à Belle lui souhaitant une bonne soirée. A Williams je fis un signe de tête.

Interpelant une serveuse j'organisais une chambre et un bain chaud. La serveuse me précéda dans les escaliers.




Like a cold ocean you encase me
Pierce my skin with thousand needles
You are S, I am M
The same pleasure we are sharing
A never ending dream of Pain
You are S, and I am M…


Dernière édition par le Dim 13 Jan - 11:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 26 Juin - 0:20

Belle regarda son verre de Shiva avec un peu de méfiance. Pas tellement qu'elle risquait d'être empoisonnée mais surtout à cause des propriétés de la liqueur. Si elle voulait garder l'ardeur dans sa cage il faudrait qu'elle fasse attention.
Les vampires les plus vieux pouvait très bien se restaurer en cas de besoin et ici n'était pas sur son territoire, elle devrait réduire ses victimes au maximum ou du moins faire en sorte de ne pas les tuer. De plus laisser une trainée de victimes derrière elle ne serrait pas une bonne idée. Elle était sûre qu'il y aurait forcément un abrutti qui tenterais de la faire assassiner...
Avant que la serveuse ne parte, elle organisa une chambre avec un bain chaud et un petit plat à manger. Armand après avoir drainé son verre, se leva et s'excusa lui faisant la bise. Elle savait exactement ce qu'il avait mais elle s'en fichait réellement. La vie d'un monarque n'était pas facile et si il voulait survivre une fois qu'il aurait hérité du trône il devrait être beaucoup plus puissant qu'il ne l'était maintenant. Elle le regarda partir à l'étage pour ne sortir de ses pensées que lorsque Williams s'adressa à elle.
"Oui je sais qui vous êtes Williams de Tornwos, mon réseau d'information est assez précis..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 26 Juin - 2:28

Le sourire de Williams diminua imperceptiblement. Sa main gauche restait en tout tant placer sous la table, avec un couteau prêt à servir, ici les murs avaient des oreilles et la faiblesse était signe de morts. Sa main droite restait posée sur la table et pianotait nerveusement a côté de son verre de Shiva.

- Je m’en doutais… Comme toute les autres personnes que j’ais croisé et qui savent se que j’ais fait vous devez me prendre pour un idiot.

Il prit une pose le temps de prendre une gorgé de Shiva. Pui il poursuivi.

- La vérité est tout autre mais personne n’a jamais voulu entendre ma version des fait, car oui une partie de l’histoire est resté secrète.

La voie de Williams tremblait d’émotion, parler lui faisait du bien car une seule personne mise à part lui connaissait le fond de l’histoire et se confier à quelqu’un, même si elle ne l’écoutait pas mettait un baume sur son cœur. Alors il commença son histoire comme si il lisait le journal de son épopée.

- L’été de mes 18 ans, Ma famille fut décimée. Mes parents moururent torturer et ma sœur fut initiez à l’art Mord-Sith. A l’époque j’étais jeune et ambitieux, je décidai donc de partir venger le sort de ma famille en tuent les responsable et libérer ma sœur, oui a l’époque je cherchais à la libérer…

Il prit une autre pause pour boire une nouvelle gorgé.

- Se plant me paraissait bien jusqu’au jour ou je rencontrai mon meilleurs amis et mentor. Il m’enseignât l’art de mettre à mort un homme pendant plus de 7ans. À la 6 e année de mon entrainement, je fus allé consulter les prophéties d’un temple -dont le nom n’importe pas- pour savoir si on parlait de moi…

Il prit une grande respiration avant de continuer.


- …Elle parlait de moi, mais aussi de ma sœur… surtout de ma sœur.

Il avala difficilement sa salive.

- Oh je sais il ne faut jamais prendre une prophétie pour acquis, mais celle la était une prophétie à deux branche… l’une disait que je réussirais à libérer ma sœur, mais que quelque année plus tard je mourrais assassiner par une secte obscures. Ma sœur elle folle de rage éliminerais tout sur son passage et provoquerais des milliers de mort, car comme vous le savez, de l’amour le plus profond née souvent le plus grand mal…

Le sourire de Williams se fit ironique (la devise Mord-Sith).

- L’autre côté de la branche annonçait que je tuerais ma sœur, que j’éviterais l’hécatombe, mais que j’en paierais le prix. La prophétie dit que je suis l’homme qui est née pour mourir deux fois… et ses deux morts je les ait vus de mes yeux dans ma cellule pendant qu’une Mord-Sith s’acharnait à me faire crier. L’ors de ma mort je serai très probablement mordu et transformer en vampire parce qui semble être une femme… que j’allais devenir l’esclave d’un roi ou d’une reine à l’ambition louche. je n’ai qu’entre aperçus le visage de la femme qui me transformera, mais depuis j’évite comme la peste tout vampire qui soit, vous exclus.

La main de Williams se mit à trembler prêt de son ver et il termina son récif comme si il se parlait à lui.

- Le reste de la prophétie dit que je ne connaîtrais jamais le bonheur ni la paix, que je ne connaîtrais jamais l’amour d’une femme ou le plaisir d’être père…

Il regardât son ver de Shiva …la liqueur de l’oublie… oui il en avait besoin. Il prit une longue gorgé sans pourtant vider le ver, car boire du Shiva comme l’avait fait Armand n’était pas une bonne idée pour un humain comme lui. Armand par contre n’avait rien d’humain…

Williams tourna ses yeux, ou brillait maintenant une lueur de désespoir ver s’eux de Belle. Avait-elle écouté? Et si oui elle devait rire intérieurement du sort don l’avenir lui réservait! Au moins il se sentait libérer du secret qui fut sa vie…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 26 Juin - 15:19

Hum, une prophétie ? Ca n'était jamais forcément très bon ce genre de chose. Elle ne pouvait pas dire qu'elle n'était pas intriguée, alors elle écouta même si elle restait impassible. Elle regarda ailleurs quand il eu fini, collectionnant ses pensées.
Oui, elle pouvait comprendre certaines choses de sa vie. Lorsqu'elle avait été vivante, il y avait de cela très longtemps, elle aussi avait été téméraire et naïve. Mais la création de l'ordre des Mord-Sîth avait tout changé. Elle avait appris ce que c'était la vraie douleur et elle devint assassine. Ce qui faisait bouillir son sang, c'était le pouvoir et les vies qu'elle tenait entre ses mains. Et puis elle avait rencontré son Maître, celui qui la créa.
Stupide, stupide jeune fille qu'elle avait été, elle l'avait aimé alors qu'il en aimait une autre. C'était l'une des raisons qu'elle était devenue ce qu'elle était. Sans la protection de son Maître un jeune vampire est une proie facile à la Cour du Council. Elle avait été donnée de Maître en Maître jusqu'à ce qu'un jour elle démontre assez de pouvoir.
L'ardeur elle avait été la première à l'avoir et ne sachant pas le contrôler les autres en profitaient. L'ardeur prenant possession de son corps et la rendant absolument incontrôlable. Lui faisant rechercher la compagnie des hommes pour assouvir la bête.
Et puis, elle avait réussi à le contrôler et c'est avec force de manipulations qu'il réussi à devenir un des Maîtres les plus proliférant de la Cour et s’imposer en Maître du Council. Elle était devenue le Chef de sa propre lignée et avait changé certaines de leurs lois. Oui, les vampires avaient le droit d’être décadents c’était leur nature, mais derrière des portes closes… Elle émergea et se tourna vers Williams.
"Vous pouvez enlever votre main de votre arme, Sir, si j’avais voulue vous tuer je l’aurais fait depuis longtemps. Quant à votre histoire, je ne porterais aucun jugement, nous avons tous fait des choses dont nous sommes ou ne sommes pas fier..."
C’était peut-être son humeur ou peut-être autre chose mais un coin de ses lèvres remonta en un vague sourire qui n'avait rien de malveillant. Si Williams voulait survivre, il faudrait qu'il fasse attention, il devrait tôt au tard arrêter de porter son coeur sur la manche de sa chemise...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 26 Juin - 16:42

Williams répondit chaleureusement au sourire, mais pourtant la main qui portait sa dague ne fit pas un geste pour la rengainer.

- je suis déçus que vous pouviez penser une tel chose de moi, dit-il, mais si vous aviez regardé de plus prêt vous auriez découvert que ce que je tien c’est une dague courte à pointe de diamant (un couteau de lancé).

Il sourit de plus belle.

- Très peu pratique pour tuer quelque qu’un d’aussi proche que vous.

Il finit son ver et pointât du menton un petit groupe d’homme attablé au fond de la table.

- Des chasseurs de prime, ils ont du être averti de mon évasion, je suis trop faible pour me défendre alors la seul chose qui les retienne encore c’est vous… je croie pouvoir en tué au moins 3 sur 5 quand ils se décideront, après ca…

Il tira la langue de façon coquasse pour signifier qu’il serait mort et se mit à rire.

- Je ne pourrais pas non plus monter à ma chambre car, il pointa la serveuse, elle à très probablement livrer mon numéro de chambre et un double de clé contre un petite part du Mago. Un tueur doit déjà m’attendre dans ma chambre.

Il prit une pose pour regarder à travers la fenêtre.

- Si ces tipes son malin ils auront aussi posté un homme à l’avant et à l’arrière de l’immeuble, alors depuis que nous somme entré vous m’avez, sans le savoir très probablement sauvé la vie plus d’une foi…

Qu’allait-il faire maintenant? Il pouvait toujours sortir par derrière éviter les carreaux d’arbalète qui l’y attendait tuer l’assassin, volé un cheval et quitter la ville. Oui, saurait été un bon plan si il avait eu un minimum de réserve d’énergie. Oh il pourrait toujours rester dans la salle commune jusqu'à se que la serveuse se dédise à l’empoisonner.

Williams était comme un raz dans une cage… piégé, mais il sans foutait. Tout ce qui importait maintenant pour lui c’était le moment présent, sa conversation avec Belle.

- Je suis plus que conscient de votre force et même en pleine forme vous auriez surement réussit à me tuer, mais je vous aurais donné beaucoup de file à retorde, dit-il son sourire revenu.

Il trouvait dommage quelle se soit fait une opinion de lui aussi rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 26 Juin - 17:03

Belle fit claquer sa langue dans sa bouche. Pourquoi croyais t'il qu'elle s'était assise de façon à ce que personne ne puisse passer derrière elle ?
[color=darkred]Les bras croisés sur son ventre, elle approcha son visage de celui de Williams de façon pour chacher son jeu face aux truands qui les regardaient.
"Ces hommes sont peut-être après vous, mais le moment qu'ils ne me verront plus dans les parages ils se jetteront sur vous comme des loups affamés et dans votre état, je crains qu'il n'y ai pas grand chose que vous puissiez faire. J'ai une proposition pour vous. Faites comme si vous étiez un très bon ami et suivez moi dans ma chambre. Si ils sont assez sots pour nous suivre ils ne sauront pas ce qui leur ai tombé dessus croyez moi... Mais j'en doute, ils savent que je vous êtes accompagné par le Prince Hérilim et la Chef du Council des Vampires, ils ne tenteront rien..."
Se faisant elle fit semblant de lui prendre la main de façon qui paraissait séductrice, mais en fait elle lui glissait un bague qui un instant auparavent avait été à son doigt. C'était une veille bague ouvragée qui lui appartenait depuis des siècles et qui avait été enchantée contre les poisons en tout genre. Ca avait été un présent d'un de ses "enfants" qui n'était plus et elle le portait toujours bien qu'elle n'en ai plus besoin depuis des lustres. Faisant un sourire qui se voulait aguicheur pour maintenir l'illusion elle chuchota doucement avant de retirer sa main.
"Mettez la, vous pourrez manger sans crainte."
Qui avait dit que Belle Morte n'était pas pleine de ressources ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 26 Juin - 18:48

Williams joua la comédie et fit une moue outré, comme si Belle morte avait dit une quelconque obscénité. Il prit la bague et la glissa à son annulaire gauche. Cette femme en plus d’être belle et forte était très intelligente et rusé. Elle avait immédiatement choisie une place prêt d’un mur et paraissait être tout bonnement en train de boire, mais en faite elle devait scruter chaque recoin de la pièce à la recherche d’une dague ou tout autre objet de mort. Elle avait du sang d’assassin c’était clair. Il se rendit complice de la comédie joué par la vampire. Il faisait semblant de murmurer des parole salace pendant que son bras droit remontait de sous la table. Pendant qu’il continuait sa *discutions* avec Belle son bras armé du petit couteux dessinais un entrelacs de ligne sur la table en bois polis d’une valeur inestimable. Quand il eu fini il retira sa main fessant place a un dessin aux lignes parfaite qui exposait un pentacle dans le quel était enchâsser un faucon. Se signe état celui d’une division de la Confrérie des fesseur de mort reconnut pour être sans pitié et très efficace. Il tenait à l’avertir que se n’était pas à des amateurs à qui ils avaient affaire. Voila au moins trois foi ou elle lui sauvait la vie, Williams commença à se demander si il pourrait un jour lui rendre la pareil. C’était quand même quelque peu intimident pour quelqu’un comme lui d’être assis en face de la chef du concile vampire, intimident et déroutant à la fois, car de toute sa vie il n’avait fréquenté que des fermiers ou des marchands. Au moins il aurait quelque chose à raconter, elle l’avait inviter dans sa chambre et se n’était pas rien… même si c’était pour tromper la mort, Williams ne put s’empêcher de sourire a cette pensé…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 26 Juin - 20:22

Belle regarda la gravure qu'avait faite Williams puis du coin de l'oeil observa le groupe qui était attablé. Hum, fichtre... Oh et puis si ils décidaient de faire les imbéciles, ça lui ferait de l'entraînement... Elle faillit rire mesquinement en pensant aux tueurs se tordants sur le sol comme de vulgaires catins, victimes de l'ardeur. Elle sirota de son alcool pour cacher son sourire narquois.
La serveuse arriva enfin avec leurs plats et c'est avec un sourire que Belle fit craquer le bois entre les deux baguettes pour manger. Des cubes de lait de soja frit, mélangé à de la viande épicée. Il y avait aussi de la salade râpée baignée dans un vinaigre de Sheshuän. Mais même par dessus la bonne odeur, elle sentait le poison dans les deux plats. Une légère odeur d'amandes à peine perceptible. Elle plaqua une mine insouciance sur son visage et pris la première bouchée de son assiette.
Au moins n'avaient ils pas trempé le plat dans le poison, s'aurait été bête de gâcher un si bon plat. Par contre il n'y avait pas assez d'épices. Prenant le petit bol de sauce rouge piquante qui avait été posé entre eux, elle en rajouta deux bonnes cuillérées. Ah tiens, il n'avaient pas rajouté de poison dans la sauce ?
Elle devait l'admettre mais manger ici dans cet établissement avec une compagnie amicale, était bien plus amusant que les longs dîners en compagnie des autres vampires pompeux du Council.
Ayant fini son plat, elle draina le reste de son verre attendant poliment que Williams ai finit puis repris son "rôle". Se levant, elle lui fit le clin d'oeil aguicheur qu'il fallait et attrapa la clé que la serveuse avait posé en bout de table quand elle leur avait servit leurs plats.
"Vous venez ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mer 27 Juin - 1:12

Williams sourit, oui il était prêt, mais il lui restait encore une chose à faire. Jetant un clin d’œil complice à Belle il prit son assiette vite, mise à par le jus de cuisson qu'il fit couler dans une petite fiole qu’il avait à la ceinture. Il sentait toujours le poisson qui lui piquait les joues, le genre de poison, qui quelque minute après la consommation donnait immédiatement la mort. La personne qui en avait mis dans leur plat était assurément la serveuse, car elle en n’avait beaucoup trop mis. Quand celle si passa prés de lui avec un plateau charger de cinq bières il la stoppa net. S’agenouillant devant elle il lui prit les mains et la baisa à la manière d’un gentleman. Il sentie la forte odeur de poison sur ses doit, oui il ne s’était pas tromper… il se relevât doucement quand la serveuse, plutôt jolie se mit à glousser bêtement. Il prit le plateau qu’elle tenait, le posa sur la table et la saisie par les anches et cola sa bouche contre la sienne. Elle ouvrit la sienne sans hésiter quand Williams fit pénétrer sa langue dans sa bouche. Williams n’en était pas à sa première foi, il embrasait de manière experte et la serveuse semblait l’apprécier. Ce quelle ne savait pas c’est que Williams par son baisé, signais son arrêt de morts, car la salive étais toujours empreinte du poison. Il détournât la serveuse du plateau de bière tout en continuant à tourner sa langue dans sa bouche. D’un mouvement fluide et quasi imperceptible, il décrochât la fiole qu’il avait remplit de jus de cuisson -donc de poison- et partagea son contenu entre les cinq chopes. Remettant la fiole à sa place il se retirât de la serveuse qui commençait à être toute exciter. Il la remercia chaleureusement pour le repas et se détourna d’elle aussi vite que quand il était venu. Williams venait de faire se qu’il faisait le mieux… tué. Se soir six personne perdrait la vie, la serveuse et chacun des
5 tueurs qui recevraient bientôt leurs bières. L’Artisan de la mort… il portait bien son nom! Il s’arrêtât à quelque pied de belle qui était resté prêt de la table. Prenant son armure il fit un sourire complice à la vampire qui, de loin, se voulait aguicheur, mais qui de proche avait une tout autre signification.

- Je vous suis…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mer 27 Juin - 2:07

Belle regarda Williams faire tout son cirque pour empoisonner les cinq tueurs. Une furieuse envie de tuer la serveuse de ses mains la prit. Serait-elle jalouse ? Elle fronça des sourcils. Non ça ne pouvait pas être ça... Attrapant son manteau, elle se détourna rapidement des yeux des autres patrons et pris les escaliers, ses grosses bottes claquant sur chaque marche. Williams la suivait, elle sentait sa présence dans son dos comme une vague de chaleur.
Elle jetta un coup d'oeil au numero de la clé, n°7. Franchissant la dernière marche, elle s'engagea dans le long couloir de chambres pour se retrouver devant la chambre 7.
Panchant la tête sur le coté, elle fixa son attention sur les bruits et ouvra son esprit sur la chambre. Il n'y avait personne dedans, à la bonheur ! Au moins elle n'aurait pas à expliquer au propriétaire de l'établissement, pourquoi il y avait des morceaux de viande collés un peu partout et au plafond...
Tournant la clé dans la serrure, elle ouvra la porte en grand et s'engouffra dans la chambre sombre, le petit feu de l'âtre avait l'air de s'éteindre. Quelle bande de muffles ! Ils auraient pu au moins allumer une lampe à huile, mais non... Grognonant, elle souffla sèchement et une lampe posé sur un petit bureau s'alluma et le bois dans l'âtre craqua s'enflammant et baignant soudainement la pièce de lumière. Ah il n'y avait pas à dire mais certains pouvoirs vampiriques de base étaient vraiment pratiques.
La chambre était faite dans des tons rouges et un grand lit dominait presque tout l'espace de la chambre. Dans un coin, il y avait un petit bureau avec une vieille chaise ouvragée. Une porte sur la droite menait dans une petite salle de bains et une grande fenêtre donnait sur la ville.
Quelqu'un toqua sur la porte restée ouverte et elle se retourna. Un jeune homme portant un grand seau d'eau fumant leur adressa un petit sourire timide. Belle jeta son manteau sur le lit et lui fit signe d'entrer. Il alla poser le seau d'eau chaude dans la salle de bain et ressortit de la chambre, fermant doucement la porte derrière lui. Même à travers la porte fermée, elle entendit le gamin courrir le long du couloir, comme s'il avait les chiens de l'enfer au trousses.
Elle s'asseya su le grand rebord de la fenêtre, les bras et jambes croisés et désigna la salle de bains du menton.
"Allez y Williams, vous en avez plus besoin que moi de toute façon."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mer 27 Juin - 18:48

Williams attendit que le domestique est fini de remplir le bain puis il ferma le porte, la verrouilla et posa la chaînette. Il ferma les volets en bois de la chambre et inspectât le mur d’une main experte, cherchant la moindre fissure qui pourrait mener à un passage secret, il n’en trouva aucun. Quand son inspection fut faite, il observa la chambre. Spacieuse elle hébergeait en son centre un grand lit à baldaquin aux bordures de bois ouvragé. Les murs était couver de riche ornement, comme des tapisseries ou des étagère qui abritait des petite bougie parfumer et de l’ansant. Lui qui était habitué de dormir à la belle étoile il était dépayser par tant de luxe… assurément que Belle avait eu le droit à une suite étant donné son titre. Williams se dirigea ver une armoire en bois polie, qui avait étés encastré a demie dans le mur lors de la construction. Il l’ouvrit et constatât qu’il y avait un support pour que les occupant de la pièce puisse y déposé leur pièce d’armure. Ainsi donc il entreprit de dégainés chacune de ses épées et dagues qu’il déposa sur un support prévu à cette effet. Il garda sa dague rituelle et la déposa à quelque pied du lit. Ensuite il s’afférât à dégrafer le bas de son armure qu’il avait gardé sur lui depuis au moins trois jour. Quand se fut fait il posa le tout dans l’armoire et la referma. Il prit une couverture et un oreiller de rechange que les domestiques avaient posé sur une table et les posa sur le sol. Belle en n’avait déjà trop fait pour lui, pas question qu’il empiète dans son espace. De toute façon coucher par terre ne serais pas si pire, le tapis était si moelleux qu’il ne verrait pas la différence. Il ne put tout de même s’empêcher de regarder avec regret le lit qui avait l’air si confortable. Quand Belle lui dit qu’il pouvait aller prendre son bains il la remercia chaleureusement. Normalement il aurait refusé, mais la, c’était à la limite du supportable. S’engouffrant dans la salle de bains, il tressa hie de surprise. Le bain, immenses, avait des allures de petite piscine. Williams fit le tour de la pièce avant de s’arrêter face à une petite table ou était posé des huiles pour le corps, une multitude de savon et des serviettes. Il se dévêtît posa ses vêtement et entra dans l’eau bouillante avec un soupir de bonheur. Il sourit à la vue des pétales de rose qui flottais à la surface de l’eau… parfois les hôtelier en fessait vraiment trop. Soufflant la bougie d’une lampe qui était posé non loin de lui, il se trouva seulement éclairer par l’éclairage tamisé des petites chandelles tout autour de lui. Lentement il s’assoupit, il ne manquais qu’une chose pour que se soit parfait…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mer 27 Juin - 20:07

Belle regarda le manage de Williams du coin de l'oeil. Comment quelqu'un pouvait il planquer autant d'armes sur un seul corps... En même temps elle pouvait comprendre, autant être prêt à tout. Elle, elle n'avait pas autant d'armes et encore, elles étaient métaphysiques.
C'est avec des sentiments mitigés qu'elle regardait Williams mettre au sol une couverture et un oreiller. Elle appréciait le geste, mais elle savait très bien qu'il ne dormirait pas confortablement dans son état. Et qu'elle, elle ne dormirait pas du tout. Williams s'engouffra dans la salle de bains et soupirant, elle attaqua les longs lacets croisés de ses bottes. Elle retira les couteaux jumeaux qui habitaient dans ses bottes et les posa à coté d'elle. Déchaussée, elle mit les pieds sur le sol et attrapa la couverture et l'oreiller par terre pour les mettre sur le grand rebord de la fenêtre. Elle attrapa son manteau sur le lit et le transféra sur le dossier de la chaise du bureau.
Se reperchant sur son siège de vigile, elle entreprit de se faire un coccon avec la couverture. Ses deux couteaux en argent, elle les mit sous son oreiller. Installée, elle pouffa de rire en pensant à la tête que ferrais les autres nobles du Council, s'ils la voyait comme ça. Gigotant un peu, elle ferma les yeux pensant à des choses vagues. Beaucoup auraient étés intrigués par la tournure de ses pensées mais son esprit divagua sur de vieux souvenirs, lorsque l'alliance entre le Council et les Hérilims était encore jeune et qu'Armand, enfant aux joues roses jouait avec Macha l'enfant lion-garou...
Ce n'était peut être que quelques minutes ou quelques heures mais Belle émergea de ses pensées en fronçant des sourcils. Elle regarda une des bougies. Non pas des heures mais définitivement assez longtemps. Que fichait Williams ? Elle n'avait pas envie de bouger de sous sa couverture mais il valait mieux qu'elle vérifie ce qui lui prenait autant de temps...
Se levant, elle posa les pieds au sol et alla frapper doucement à la porte de la salle de bains. Pas de réponse. Elle n'allait pas ouvrir la porte tout de même ! Chez elle, elle l'aurait certainement fait mais pas ici. Elle frappa un peu plus fort.
"Williams ?"
Cette fois, elle entendit quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Jeu 28 Juin - 0:44

Williams ne contais plus les minutes, depuis qu’il s’était immerger dans l’eau, il n’arrivait plus a bouger. Tout était noire autour de lui, jusqu’au moment ou une femme armé d’une torche pénétra dans la pièce. Dans un frissonnement d’horreur il la reconnut… Atrazine, Maîtresse Atrazine. Elle s’avança à pas de loue ver lui et telle un prédateur elle saisie son Agiel et avec, elle traça des scions sanglant sur sa peau nue.

- Sa dit-elle, c’est pour t’avoir enfuis…

Elle lui enfonça profondément sa main dans la cage thoracique et lui, il hurla à la mort. Émergeant de son chaos mental Williams constata qu’il baignait dans quelque chose de chaud… son sang? Impossible il y en avait trop, et pourtant… prenant appuis sur les rebords de la bassine il se souleva difficilement pour se posé sur les dalle froide de sa cellule… oui sa cellule… ainsi donc sa libération n’était qu’un rêve. Il saisit une serviette qui trainait sur une table et couvrir sa nudité. Il tremblait de tous ses membres quand la porte s’ouvrit à la volé laissant place à une femme qui l’appelait par son nom. Aussitôt il s’aplatit au sol le front collé contre le plancher, des larmes chaudes lui coulant sur les joues.

- Pardonner moi Maîtresse, je n’aurais pas dut m’enfuir… punissez, oui punissez moi pour que je de vienne meilleur.

Williams devenait-il fou? Son dressage avait-il laissé sa marque dans sa tête?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Jeu 28 Juin - 2:45

Belle avait fini par ouvrir la porte quand elle n'avait pas entendu de réponse mais que le bruit d'eau éclaboussée.
Williams était tapi au sol dans un coin de la pièce en train de gémir des choses qu'elles n'aurait jamais cru entendre de sa bouche. Pas que ça la choquait, ce genre de chose elle les entendaient tout le temps, mais chez elle.
"Williams ?"
Elle essaya à nouveau mais ça n'avait pas d'aspects positifs. Qu'avait il donc ? De qui parlait il ? Ecartant ces pensées de son esprit, elle s'approcha doucement, marchant sur la pointe des pieds. Belle aimait réduire certains hommes à cet état mais ça ne l'amusait pas lorsque ce n'était pas elle qui avait fait le travail. Elle s'accroupi près de lui et posa une de ses mains sur l'arrière de sa tête.
"Williams ? Réponds-moi, que ce passe t'il ?"
Il fallait qu'elle arrête de parler, il avait l'air de s'applatir encore plus lorsqu'elle parlait. Doucement Belle le força à se retourner et à s'allonger sur le dos. Ses yeux étaient complètements vides, comme si son esprit était omplètement parti. Il fallait qu'elle agisse vite, avant que la partie de lui qui était à la surface en ce moment ne prenne racine complètement. Il avait été torturé, ça elle l'avait su au moment où elle avait vu le sang sur son ventre. Mais jusqu'à quel point ? Elle se pencha au dessus de lui, chaque main encadrant son visage, le fixa droit dans les yeux et força sont passage dans son esprit.
L'esprit de Williams était un tourbillon chaotic d'images, malgré son corps relativement calm si juste tremblant. Il était difficile pour elle d'arriver à se distancer des vagues de terreur qui l'assaillait à chaque tournant. Il serrait tellement facile de se perdre dans ce blizzard de crainte, et, plus d'une fois, elle fallit se retirer de son esprit. Sauf qu'elle avait un lien avec Williams, oui, il avait prété serment mais elle aussi. Quand elle avait tranchée sa main, et avait mêlé son sang au sien. Il était son vassal et elle son maître, mais un maître protégeais et s'occupait des siens. Oui il n'avait pas réellement du savoir dans quoi il se lançait. Elle devait trouver son chemin dans ce maelstrom d'émotions... d'une façon ou d'une autre.
Belle percuta l'image d'une enfant puis d'une femme et elle s'accrocha de toutes ses forces à cette image et se fit entrainer dans les corridors de la mémoire de Williams. Atrazine, c'était son nom, et son image était entourée que de douleur et de curieusement de froid.
Belle s'aggripa de toutes ses forces et se força plus loin dans l'esprit de Williams. Une cellule noire et fétide lui apparue dans des flashs d'images et même si un autre aurait trouvé ça horrible, elle, elle n'était pas secoué par ce qu'elle voyait. L'enfant vint et repartie laissant place à Atrazine, qui l'avait joué comme un instrument.
Elle y mit toute sa volonté mais elle força l'image à stopper sur cette femme et creusa encore plus jusqu'à sentir ses émotions et ses sens à ce moment là. Elle sentait sa fatigue mais c'et par pure volonté qu'elle se mit à son oeuvre.
Combien de temps ça pris, elle n'aurait pas pu dire mais quand elle émergea de l'esprit de Williams, ses cheveux lui plaquaient au visage avec des gouttes de sueur teintées rouges. Son travail avait sappé le rete de ses forces et à la fois miracle et comble; l'ardeur restait dans sa cage pour le moment endormi. Tremblante elle se mit le dos au mur et écarta ses mèches trempées de son visage. Williams s'éveillerais dans quelques minutes, fatigué mais son esprit reconstruit.
Il n'avait pas effacé le souvenir, mais avait adouçit les contours de son esprit et créée une sorte de distance mentale entre l'événement et son souvenir.
Elle était lasse, tellement lasse. Ses yeux commencèrent à se fermer alors qu'une partie d'elle criait qu'il vaudrait mieux prendre un bain avant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Jeu 28 Juin - 4:27

Williams se réveilla la joue collé contre le sol froid de la salle de bain. Se secouant la tête pour s’éclaircir les idées, il retraça les derniers événements et se souvint de ce terrible cauchemar… À un moment donné il avait crus se réveiller, mais non… son cauchemar avait tourné à l’absurde quand il s’était retrouvé dans une bassine de sang chaud. Absurde, mais terrifiant. Alors qu’il perdait espoir de revoir un jour la lumière, un ange aux cheveux de feu lui était apparu dans toute sa splendeur, elle l’avait ramené au moment présent. Prenant sur lui williams mit ses deux mains au sol et se relevât sur ses jambe tremblante, cherchant à tentons la lampe qu’il avait éteinte quelque minute plus tôt, il fini par mettre la main dessus et l’allumât avec une des rares bougies qui brulais encore. Il s’habilla rapidement avec les vêtements qu’il avait déposés sur la table. Se retournant ver la porte il sursauta en découvrant Belle assise, accoté sur le mur, agité de tremblement, les paupières mit clause, c’était elle l’ange. S’agenouillant à ses coté il mit la main sur son front, il était chaud et humide, les quelques mèche de cheveux qui collait sur son visage lui empêchait de distinguer clairement ses trait. Il ne s’avait pas si elle était consciente, mais elle ne parlais pas donc s’était assez éloquent. Il déposât la lampe sur le sol et prit belle par la taille, la souleva et accota sa tête contre son épaule. Il la sentait tremblé contre lui… de froid ou de fatigue? Il aurait parié sur le deuxième choix. Il sortie de la salle des bains et la coucha doucement sur le lit. Il examinât la pièce et constata que le feu se mourrait dans l’âtre. Remarquant l’étrange arrangement prêt de la fenêtre. Il ne prit pas grand temps à Williams pour comprendre se qu’avait fait Belle. Il la reprit dans ses bras et la mena au petit coin douillait qu’elle s’avait fait un peut plus tôt, il la déposa sur le coté de la fenêtre et posa la couverture sur elle. Il parti vers la salle des bains et revins un peu après avec un seau remplit d’eau tiède. Il souleva la tête de Belle s’assied lui aussi sur le rebord de la fenêtre et posa la tête de Belle sur ses genoux. Il prit un linge qui flottait à la surface du seau, l’essora et épongea le visage, le front et le coup de Belle. Il ne se résigna pas à aller plus bas. Quand se fut fait il se mit à traisser en une seule couette les cheveux, maintenant propre de Belle. C’était grâce à sa sœur si il avait appris à faire sa, car, petite elle lui demandait souvent de la coiffer. Williams devait l’avouer, les cheveux ainsi peignier elle avait vraiment l’air d’un ange. Déposants un chaste baisé sur le front de belle, sa peau était si douce, il s’endormit avec la tête de belle sur ses genoux et sa propre tête accoté sur le mur. Belle ne tremblai plus sur lui, sa respiration aussi s'était calmé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Jeu 28 Juin - 14:59

Belle flottait, elle ne dormait pas, c'était la barrière entre le sommeil et le réveil. Elle était confortablement installée, sur quelqu'un et ce quelqu’un c'était un homme. Rien d'inhabituel. Par contre, une démangeaison persistante la narguait, dans son sommeil ses sourcils se froncèrent. Elle même si elle n'en avait pas envie, elle se força à émerger.
En ouvrant les yeux, elle se rendit compte qu'elle s'était blottie contre son compagnon et que la raison pour laquelle ses vêtements lui grattais, c'est parce qu'elle dormait avec ses habits en cuir. Dans son esprit fatigué tout revint dans un flash. Les souvenirs, les sensations,le piège mental et Williams....
Son corps alla plus vite que son esprit et c'est en bougeant qu'elle se rendit compte que c'était sur lui qu'elle c'était blottie. Un moment elle resta interdite puis le prochain un petit sourire fit surface. Elle aurait pu mentir et dire que c'était malgré elle, mais la notion de ce que Williams avait du faire, elle trouvait ça adorable. Se levant, elle se dégagea doucement de l’entrelas de draps et d’odeur indéniablement masculine. Elle hésita un peu, mais elle l’embrassa sur le coin de la bouche avant d’aller dans la salle de bain.
L’eau était froide mais tant pis. Elle enleva toute son ensemble de cuir le lâchant négligemment sur le sol et se lava comme elle le pu avec le seau d’eau froide. Les cheveux c’était moins facile mais elle y arriva. Une serviette enroulée autour d’elle et se sentant propre comme un sou neuf, elle hésita. Elle n’avait pas vraiment envie de se rhabiller pour dormir. En temps normal, elle ne l’aurait pas fait mais quelque chose l’arrêtait. C’était sûrement le débâcle dans la salle de l’auberge, oui ce devait être ça. On ne pouvait jamais savoir quand un nain à lunettes en tutu pouvait débarquer… Elle pouffa de rire oui elle était vraiment épuisée. Il valait mieux qu’elle se rhabille. Soupirant elle ramassa ses habits et se revêtis. Eteignant les bougies, elle sorti de la salle de bain silencieusement, le lit n’attendait qu’elle. Elle hésita, Williams n’avait pas l’air très confortable et il n’avait pas bougé. Pour elle qui était petite, dormir sur un espace restreint n’était pas gênant mais lui faisait une bonne tête de plus qu’elle et était tout simplement plus large. Elle s’approcha de lui sur la pointe des pieds et lui secoua doucement l’épaule. Son ton ne laissait pas à la désobéissance même si elle parlait doucement.
"Williams, lève toi de là et va te coucher sur le lit."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Jeu 28 Juin - 17:34

Williams se sentie secoué de l’extérieur. Non, il n’avait pas envie de se réveiller il dormait trop bien. Le cauchemar qu’il faisait était l’un des plus excitants de sa vie… il adorait faire des cauchemars, car la peur faisait du rêve une seconde réalité, plus rien n’était floue et il pouvait presque sentir les battements de son cœur s’accélérer quand le monstre de son cauchemar sautait à quelque pas de lui. Williams avait été un enfant des plus bizarres, quand les autres enfants de son village se réveillaient en sueur après un mauvais rêve, ils fonçaient se blottirent contre leur parent. Lui il se réveillait, tout sourire riant de la raclé qu’il avait infligé à la chimère. Il ouvrit un œil comme pour s’assurer qu’il n’avait personne dans la pièce, aperçu Belle qui le secouai et le refermât l’œil en râlant comme un enfant qui ne veut pas se lever pour aller à l’école. Belle continuât à le secouer et il finit par seder et ouvrit les deux yeux. Redevenue complètement lucide, mais déçus de ne pas avoir eu le temps d’achever le monstre à coup de planche à cloue. Il écarta doucement les volets en bois de la fenêtre, laissant échapper une brise froide dans toute la pièce. D’après la position de la Lune, Williams estima qu’il devait être deux heures du matin. Il refermât l’entement les volets, se tournât ver Belle et lui tira la langue, vengeance personnelle, avant de se lever et de se diriger ver le lit, froid, bien entendue étant donné le fait le feu était maintenant étain. Repoussant de nouveau les couvertures il se dirigeât ver l’âtre saisie les pierres de silex qui reposait au dessus du foyer et entrepris de rallumer le feu. Les quelques buche qu’il avait rajouté devrais en principe suffire… Ah enfin une étincèle embrasa les buches. Au lieu de retourner immédiatement se coucher, Williams s’assit en tailleur et regarda les flammes liché le haut de la cheminer. Le feu était comme une femme… ses courbes gracieuses, sa beauté, sa passion, sa chaleur et son coté insaisissable. Oui comme une femme pensa Williams avec un sourire en observant Belle du coin de l’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Jeu 28 Juin - 17:56

Belle croisa les bras sous sa poitrine et huffa. Non mais quel gamin ! C'était marrant mais même fatiguée l'envie de l'embêter la prit soudainement. Elle devait vraiment devenir sénile... Oh et puis zut d'abord !
Elle se jeta sur le lit avec un soupir exagéré de fatigue et se pelotonna sous la couverture. C'était l'équivalent de son tirage de langue. Levant un bras, elle visa aveuglement le feu dans la cheminée et fit monter les flammes d'un coup. Niark niark, elle aurait du regarder pour savoir s'il était tombé sur le cul...
Elle tira la couverture jusqu'à son menton et se tourna sur son coté. Au moins, elle était mieux installée que sur le rebord de la fenêtre. Déjà que pour elle ça avait été juste, mais Williams avait vraiment du avoir du mal à s'installer. Ses yeux commencèrent à se fermer. Si il voulait dormir, il n'avait qu'à se mettre de l'autre coté du lit, dos à elle. Elle remua un petit peu, pliant un peu plus ses jambes pour être mieux installée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Ven 29 Juin - 2:12

Le feu monta subitement et léchât le visage de Williams, celui si s’écarta vivement du brasier qui, commençais déjà à diminuer. Il avait seulement eu chaud… En effet, le feu est comme une femme… il mord. Se relevant il fixa Belle d’un faux regard de reproche. Une envie soudaine de lui écrasé un oreiller sur le visage lui prit, mais il écarta vite cette idée de son esprit, Il aimait bien trop ses dents pour se risquer à en perdre… Il se dirigea de son côté du lit, retirât sa chemise et s’étendit sur le matelas en plume doit, un luxe pas du tout désagréable, réchauffer par le feu, mais surtout par le corps de Belle. Belle qui… avait prit toute la couverture! À la c’en était trop d’abord elle tentait de le tuer avec le feu et maintenant elle lui piquait sa moitié de la couverture! Le pire dans tout sa, c’est qu’elle semblait en être totalement consistante vue le sourire espiègle qui marquait ses traits fatiguer. Au diable la diplomatie pensât-il en tirant toute la couverte ver lui avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Dim 1 Juil - 2:25

Belle commençait à se sentir partir quand ses yeux s'ouvrirent d'un coup. Qu..Eh ! Se tournant sur le dos, elle croisa ses bras sous sa poitrine et le fixa avec un regard réprobateur, un sourcil levé. Mais quel petit emmerdeur ! Se levant elle posa les pieds par terre et huffa avant d'aller chercher la couverture et le coussin qui étaient restés sur le bord de la fenêtre. Elle ramassa aussi ses deux couteaux, et les posa sur la table de chevêt du coté de son lit. Tapant dans ses coussins elle s'installa dos à Williams, allongée sur le coté et émitouflée dans sa couverture. Oh et puis il l'avais bien demandé !
Bougeant doucement elle se mit de travers sur le lit et donna un grand coup pour faire rouler Williams hors du lit. Le 'boum' fut des plus satisfaisants, et elle passa la tête par dessus le rebord du lit de son coté.
"Tu devrais voir ta tête c'est hilarant..."
Elle se réinstalla sur son coté du lit mais cette fois ci elle garda un oeil sur Williams, elle n'allait pas se faire avoir une seconde fois et puis de toute façon elle tombait littéralement de sommeil. Elle se frotta le visage d'une main et celle-ci retomba mollement sur le lit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mar 3 Juil - 18:07

Williams ne comprit pas ce qu’il lui arrivait avant d’entendre le bruit de sa propre chute. Celle si lui coupa le souffle, pas parce que le choc avait été violent, non plutôt parce qu’il riait trop. Belle était joueuse et il aimait sa, mais tout comme elle, il était épuiser et l’envie de dormir se faisait de plus en plus fort si bien qu’il ne prit même pas la peine de remonter sur le lit. Une partie de sa couverture était tombé avec lui dans sa chute, mais pas son oreiller. Bien conscient qu’il dormirait parterre, il s’emmitouflât dans sa couverture, passât ses deux bras croisé sous sa tête en guise d’oreiller et fixa le plafond en attendant que le sommeil passe le prendre. Pour lui, se soir était comme une nuit de noël… on se couchait tard, on était épuisé, mais l’excitation du moment faisait que le sommeil ne pointait pas à l’horizon. Le flot constant de pensé qui tournait dans sa tête lui faisait gardé les yeux ouvert. Qu’allait-il faire maintenant? N’avait-il plus de but dans la vie maintenant que sa quête prenait fin? Ou devrais il fuir jusqu’au jour ou la prophétie qui le hantai se réaliserait? Marcher un pied devant l’autre, c’est ce qu’il allait faire. Belle lui avait offert, par son aide, par sa simple présence et par sa chaleur un sentiment de liberté. Depuis sept ans il n’avait pas prit la peine de parler avec une femme. Il faut dire que son exile dans les bois entrait en ligne de compte… Williams pensa aux 5 tueurs qu’il avait empoisonné un peu plus tôt. Aux 5 tueurs et à la femme. La tué l’avait dégouté, pas parce qu’il éprouvait des remord, mais parce que le souvenir de sa bouche contre la sienne lui avait donné des hauts le cœur. Le fait que Belle eu été à proximité et qu’elle est vue la scène, ne faisait qu’ajouté à son malaise. Il se sentait traitre, mais pourquoi? Il l’ignorait! Le sourire de Williams quittât son visage avec une lenteur délibérer.

- Vous savez… pour la serveuse tout a leur… je… je ni ait pris aucun plaisir

Dit-il d’une toute petite voie, comme si il avait peur que Dieu lui-même l’entende. Il ne savait pas si Belle l’avait entendue, c’était peu probable, car elle devait surement dormir, mais le simple fait de savoir confesser… du moins justifier le libérait de pois. Sa conscience allégé il fermât les yeux et se laissât bercer par le son des brindilles de bois qui éclatait sous le pois des flammes…

***

…lentement il émergeât d’un sommeil profond. Les mince raillons de soleil qui filtrait a travers les volets réchauffait son visage. Il ne se souvenait plus de la dernière fois ou il avait si bien dormit. S’étirant il se levât sans faire de bruit pour ne pas réveiller belle qui dormait toujours. Une femme si forte, mais qui avait l’air si fragile pendant son sommeil… Williams se dirigeât ver l’armoire ou il avait laissé ses armes un peu plut tôt. Il enfilât son armure et passa couteau et épée dans leur baudrier. Quand il eu finit il refermât l’armoire sans que celle si ne grince sur ses gon. Se dirigeant ver la porte il l’entrouvrit passa un pied à l’extérieure tournât son regard en direction de Belle. Se révisant il se détournât de la porte et vint porter un baisé sur les lèvres de belle avec tant de douceur qu’on eu dit que se n’était pas une femme qu’il embrassait, mais une perle. Retournant ver la porte il la referma doucement quand il sortie et se dirigeât ver la salle commune. Belle en avait trop fait pour lui… pas question de l’impliquer d’avantage. Williams descendit les escaliers passât à coté du bar sans s’arrêter, il savait que les patrons avait fait ôté les corps. Maintenant Williams allait faire face à la musique… aujourd’hui la lame chanterait la mort de l’assassin qui l’attendait à l’extérieure. Ouvrant la porte à la volé, il ne prit pas plus de 2 secondes avant que le carreau d’arbalète file ver sa tête. D’une main sure Williams saisie la flèche à la volé. Il se dirigeât ver le tueur qui s’était caché entre deux poubelles dans une ruelle adjacente. Il le saisit par le coup et lui enfonça profondément la flèche dans la gorge. Un gargouillement sinistre sortie de la gorge de la victime quand Williams le lésât choir sur le sol. Se détourna en sifflant gaiment il partie en direction de la grande place. Il entendait la musique dans sa tête…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Archives   Mer 11 Juil - 21:24

Elle rêvait et dans son rêve, il y avait une multitude de choses qu'elle oublia dès que ses yeux s'ouvrirent. Inconsciemment sa main se porta à ses lèvres, et elle se précipita hors du lit fouillant la pièce d'un regard puis la salle de bain. Le muffle ! Il l'avait déserté !
Interdite elle s'arrêta en fronçant des sourcils. Mais pourquoi elle en avait quelque chose à faire d'abord ? C'est vrai, il avait une dette envers elle et elle aurait du l'écraser dès qu'elle l'avait voulu... Elle croisa les bras, de la colère commençant à faire son apparition. Pourquoi elle attachait tant d'importance à Williams ? L'avait il ensorcelé ? Impossible, elle l'aurait senti... Est ce que c'était le fait qu'elle l'avait trouvé beau et déjà à moitié détruit ? Peut-être. Elle n'aimait pas "s'amuser" avec des êtres qui n'avaient pas été fragilisés par elle. Elle regarda autour d'elle.
Il était parti sans laisser un mot ni rien d'autre, une rapide inspection de l'armoire le lui confirma.
Elle était intriguée, réellement, par le personnage de Williams. Il pouvait devenir grand ça il l'avait senti lorsqu'elle avait envahit son esprit. Mais il était comme Armand d'une manière. Pas arrogant, mais ses qualités n'étaient pas exploitées à leur maximum.
Elle pensa à Armand, d'un coté elle ne devrait pas l'abandonner, de l'autre elle en était bien capable. Décisions, décisions...
Avant qu'elle ne change d'avis, elle attrapa ses couteaux, enfila ses bottes et son manteau, sortant des replis du tissu son long fouet. Enfin un fouet, ça ressemblait plus à un énorme anaconda qu'autre chose. Elle l'accrocha à sa ceinture et courra presque, mais elle était Belle Morte, elle ne courrait pas. Elle se hâtais .
Elle descendit les escaliers et jeta une petite bourse remplie d'or à la serveuse qui accourait, l'arrêtant avant même qu'elle ne se mette à parler.
"Pour les deux chambres et le dérangement, passez mon salut à Maeglin."
Elle n'attendis pas de réponse et sortit de l'auberge, regardant à droite et gauche dans la rue. L'odeur de sang la frappa immédiatement et elle sauta dans la ruelle adjacente, au dessus des poubelles et découvrit le corps là, inerte.
Le corps était encore chaud, lorsqu'elle plongea le bout de ses doigts dans la plaie béante de son cou. Williams n'était pas loin donc.
Toute une multitude de questions se bouscula dans sa tête, devait elle le suivre ou non ? Et encore mieux pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Armand Dagastanovich

avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : Derrière toi attention....
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Archives   Mer 18 Juil - 21:43

J’avais réussi à dormir au moins deux heures d’affilées, si ce n’est plus.
Durant tout la nuit j’avais dû lutter contre mon poignard. Il était là, posé sur le lit, moi j’était assis en face de lui et je le regardais me narguer… Saloperie va !
Il m’appelait, me suppliant de l’utiliser… Je regardais mes poignets et mes entres jambes déjà si souvent marqué de figures tribales gravés grâce à lui,il m’avait aidé si souvent à évacuer ma souffrance et à me donner du plaisir…
Mais je lui répliquait que cette nuit c’était non, Belle est trop sensible à l’odeur du sang. C’est pas que je ne voulait pas, mais la voir débarquer dans ma chambre car elle pense que je suis en danger ou même être dérangé par elle alors que j’accomplis mon rite…
Non, je ferais ça un autre jour, je ne suis pas pressé et plus j’attendrais, plus le jour de la délivrance sera jouissif et me semblera merveilleux…
Je regardais à la fenêtre, je savais qu’ils étaient tout deux partis, Williams… Puis Belle.
Mais pour l’instant leur « fuite » ne m’importait guère…
Il était en Inwilis… Mon cher cousin, Darcia… Une vieille rivalité nous tenait… Je sais ce que tout le monde pense… « Ils sont rivaux, ils se détestent et blablabla… », si les gens savaient ce qu’il c’est passé réellement… Ça fait si longtemps, je me demande s’il à changé…
Belle me contacta mentalement… Elle allait le voir… Avec Williams… Ça m’a agacé de savoir ça… Je savais où elle allait, j’avais même très envie de les prendre de vitesse tout les deux…
Je me rhabillais en vitesse, descendis les escaliers quatre à quatre. Au comptoir on m’annonça que les chambres étaient réglées. Je partais rapidement dehors et… Pffff, je vais pas courir en plus… Bon, en fait si je suis obligé ou je ne les rattraperait jamais… Oui je vais me contenter de ça, les rattraper ou alors je devrais vraiment m’épuiser et j’ai pas envie… Allez Armand, une course à pied n’a jamais tué qui que se soit…




Like a cold ocean you encase me
Pierce my skin with thousand needles
You are S, I am M
The same pleasure we are sharing
A never ending dream of Pain
You are S, and I am M…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Archives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Noblesse du Poitou (Archives)
» Peines Alternatives : Procédures et déroulement (Archives)
» [archives] Scénario I : L'oiseau de feu
» Archives judiciaires
» Archives Plume Sagace
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Est :: Royaume de Cemenwin :: Cemenwin la Citadelle de la Reine :: Les Plaisirs de Lyuben-
Sauter vers: