AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jacyek Deskora, acteur rescapé d'une tragédie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacyek
Cheminant
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 04/08/2012

MessageSujet: Jacyek Deskora, acteur rescapé d'une tragédie   Sam 4 Aoû - 23:39

I - Identité :

Nom, prénom : Jacyek Deskora

*Age : 147 ans, mais n'en a vécu qu'une cinquantaine
*Caste : Cheminant
*Peuple : Hybride Fey Nocturne et Sidhe
*Sexe : Masculin


II - Physique :

Je plais aux hommes comme aux femmes.
Quoi ? C'est pas suffisant ? Très bien...
Je suis un jeune homme à la peau un peu pâle et aux délicats cheveux violets, que j'ai hérité de ma mère, ainsi qu'un port altier que je dois à mon père. Des oreilles pointus, des yeux d'un violet foncé et des sourcils fin qui durcissent mon regard et me donne un côté ténébreux. Ma peau est bien lisse et j'en prend grand soin, tout comme de ma chevelure descendant un poil plus bas que mes épaules coiffé habituellement en une raie au milieu assez élégante. Mon visage est très expressif, et j'ai gardé un visage d'adolescent, que j'aime à cacher derrière des masques selon les rôles que je joue ; car je suis un acteur, un bel éphèbe qui sait jouer et à un talent naturel pour captiver de mes gestes souple, de ma grâce naturelle.
Côté vestimentaire ça dépend du moment, de la saison, de la mode de là où je me trouve et bien entendu, du personnage que j'interprète s'il s'agit d'un costume.

III - Historique, personnalité, armement :

o Histoire :

Parmi les Fey Nocturnes, nous sommes quelques uns à avoir cette particularité qui est la mienne, et qui nous vaut le surnom de "Gargouille", particulièrement malpropre et vulgaire pour qualifier ceux qui sont parmi les plus beau Fey évoluant dans les ténèbres suivant le crépuscule. Mais assez juste, car les nôtres ont en effet sous une apparente beauté la faculté de changer notre peau en roche, et même d'y faire parfois pousser des excroissances rocheuses, sous réserve de consommer de notre énergie.
Nous sommes Nocturnes, car la journée, même sans rencontrer les rayons d'Aelius nous sommes contraint de nous changer en roche, devenant des statues jusqu'à ce que les faveurs de la nuit nous autorisent à sortir de notre léthargie. Mon peuple pourtant discret est surtout connu pour ses talents de sculpteur, car vous l'aurez compris, notre lien avec la roche est une évidence, et il en découle une qualité inégalée chez toutes les statues commandées à une Gargouille.

Si vous venez de Freyr, vous connaissez peut-être mon père, pas de vue car il est sans doute mort depuis longtemps, mais son nom, Kafey Deskora, doit encore figurer sur certaines des statues qui doivent encore être érigé. Pour le reste, il était un architecte très talentueux, et un restaurateur d'œuvre d'art minutieux. Il rencontra ma mère, une Sidhe charmante, et leur union avait d'assez rare qu'en général des hybridations étaient plus courantes chez les peuples vivant, comme nous, de nuit. Mais mon père devait être plutôt beau, et ma mère pas vraiment gêné par la contrainte de vivre sous le regard de Mizuki.
Ma naissance ne se fit pas attendre, mais je ne saurais vous donner beaucoup de détail puisqu'il est assez dur de s'en souvenir, bien que j'étais présent. Je peux vous dire cependant que j'avais hérité d'une fabuleuse chance, qui se manifesta par un accouchement effectué de jour, faisant un pied-de-nez à la malédiction de mes ancêtres, celle de devoir rester de marbre sous le soleil. Car je dois être l'un des rares à posséder du sang de Gargouille au premier degré, tout en pouvant me vanter d'être diurne.
Cela rendit mon père assez absent, même si mon rythme de vie fut très tôt de me lever au zénith pour plonger dans le sommeil au milieu de la nuit. Ma mère fut mon institutrice, mes horaires de vie étant trop décalé pour l'école, et je ne perdis pas au change car elle était une passionnée de lecture, et une femme très cultivée. Elle venait d'une famille fortunée à ce que je me suis laissé dire, même si elle était assez discrète là-dessus, ses parents à elle n'aimant pas l'idée qu'elle ait épousé un Nocturne. J'ignore jusqu'à son nom de jeune fille, avant qu'elle ne devienne Taya Deskora.

J'ai toujours été un enfant calme, un doux rêveur, attiré par les contes et les légendes. A mes seize ans, mon père souhaita m'initier à l'art de la sculpture, mais je ne m'y sentais aucune affinité, je préférais d'autres formes de raffinement, que ce fut au travers de la musique, ou de la poésie. Il en fut déçu, mais ne tenait pas à me forcer, même s'il me criait dessus à cause de tout ce temps plongé dans les livres où à flâner. Mais je ne lui en ai jamais voulu, un père fait tout pour assurer l'avenir de ses enfants, non ?
Autant dire que ce fut mouvementé à la maison, lorsque j'ai annoncé que je voulais faire du théâtre après mon vingtième anniversaire, être cheminant qui rejouerait les plus belle scène de la littérature. Mon père fut fou de rage, ma mère tenta de le calmer, mais aussi de me raisonner. Sauf que ma décision était prise, et mon paternel, pourtant si gentil, me chassa de notre foyer, me demandant de rentrer quand je serais redevenu raisonnable. Ce n'est jamais arrivé.
Cela remonte à très loin, et je n'ai plus revu mes parents ni ce qui était chez moi depuis lors. Les souvenirs que j'en ai sont flous, et si j'ai fait des erreurs par la suite, je ne regrette pas mon choix. Et même si j'ai fait nombres de choix discutable voir immoraux... je me suis bien amusé. Mais, vous jugerez par vous-même...

Je ne sais plus vraiment comment j'ai échoué dans les bas-fond de Vasundhara, un hiver glacial à mes vingt-et-un ans. Le beau verbe avait perdu de son intérêt, et mes début en temps que cheminant avait été un désastre. J'en étais presque réduit à retourner chez mes parents, honteux d'avoir ainsi perdu mon temps et vécu comme un mendiant. On a beau dire que les artistes se nourrissent d'amour et d'eau fraîche, j'aspirais à un peu mieux que ça. C'est alors qu'un homme me tendit la main, après avoir remarqué les miennes. Pour pallier au froid sous les quelques frusques qui ne m'en protégeaient pas tant que ça, j'avais changé en pierre les portions de peau à découvert. Cela intéressa l'homme qui me repéra, Sigurd Helmrich, et qui devint un précieux ami. Un homme de main, travaillant pour un noble local, un riche exploitant en minerai qui avait des raison de craindre pour sa vie ; et comment lui en vouloir alors que les gorges de Dragica recelait d'énormes richesse...
Je devins dès lors un garde du corps, et non des moindres car ma faculté à me changer en pierre servait à ce que j'assiste à tout les rendez-vous en tête à tête, quand la présence d'autres oreilles auraient pu être un problème pour l'homme reçu ; mais étant invisible, l'honneur était sauf et je pouvais surgir pour protéger mon employeur. Le reste du temps, mes connaissance en pierre firent mise à profit dans les mines exploitées par mon employeur, accompagné de mon ami Sigurd. C'était un Sil'ura très bon vivant, capable de se changer en tigre, ce dont on avait du mal à se douter car c'était un éternel maladroit, qui passait son temps à trébucher, et un homme sympa, pas franchement costaud et manquant cruellement de souplesse et d'agilité. Pourtant, je l'avais déjà vu courser un homme sous sa forme animale, et faire preuve d'une rapidité et d'une totale maitrise de ses bonds gracieux et de sa course, sans fausse note. Ses cheveux étaient noires, et il portait de petites lunettes qui lui donnaient un air d'érudit, et le vieillissait un peu malgré qu'il n'avait qu'une petite trentaine d'année.
Mais toutes les précautions de notre employeur ne suffirent pas, car rien ne l'empêcha même s'il n'était pas bien vieux de voir son cœur lâcher. Son héritière, une charmante jeune femme assez capricieuse et bien moins préoccupée par sa sécurité nous renvoya sans ménagement, Sigurd, moi, et d'autres étant rattaché à la sécurité du défunt.

Nous étions deux jeunes hommes lâchés sur les routes, moi qui rêvais de jouer les acteurs aux tirades épiques, et mon compagnon à ce qu'il m'avait dit souhaitait pouvoir vivre tranquillement en mangeant à sa faim. En effet, Sigurd été né esclave, depuis la Purge sa famille avait du subir de se plier à la volonté de maitres faisant monnaie de leur vie, et parfois même de leur peau, et fort heureusement pour lui il avait pu briser ce cycle en regagnant sa liberté, dont il espérait profiter. Mais pour pouvoir vivre, nous dûmes trouver un emploi, et nous n'avions pas pu trouver plus aisé pour deux paumés dans notre genre que nous engager dans l'armée de Freyr.
Ce furent les années les plus amusantes que l'on a connu Sigurd et moi, enfin après les entrainements et tout ce qui allait faire de nous des soldats, car une fois achevé nous fûmes intégrer au corps de l'armée qui nous convenait le mieux : le Qillaq. On a travaillé en binôme pour assurer nos arrières, et parce qu'il était dur pour moi de m'infiltrer en tant que statue très stylisée pour écouter aux portes et, occasionnellement, mettre un terme à une vie. Car je dus en effet à plusieurs reprise donner la mort à ceux qui menaçaient Freyr et la paix, même si ce fut je dois le reconnaître la pire expérience de toute mon existence.
Donc, nous fîmes face au problème qu'était nous infiltrer, et l'idée vint de ma passion pour le jeu d'acteur, car c'est ce que nous fîmes, montant une petite troupe qui eut plus de succès que lorsque j'étais seul, et surtout parce que nous commençâmes par jouer à la cour du Roi Meadh pour nous faire bien voir et être invité ailleurs. Nous jouions en costume, parfois revêtu de masques, et ma fois nous n'étions, à l'époque, assez bon, et pûmes ainsi nous incruster dans de nombreuses cours, rejouer des scènes historiques et parfois clamant pour faire découvrir des œuvres pas toujours très connus, mais choisies avec goût.
Je ne peux vous dire exactement où j'ai été ni quelles informations j'ai pu récolté, ce serait manqué à mon serment en tant que membre du Qillaq.
Nous n'avons pas pensé qu'une guerre allait éclaté, et pourtant se fut le cas, la Grande Guerre arriva et nous fûmes mon compagnon et moi catapulté dans les cités adverses pour espionner l'ennemi. Là encore je tairais ce que j'ai pu entendre, mais ce fut une époque qui me marqua, et qui fut marqué par le sang. Et une fin digne des récits les plus tragique de notre culture frappa Alatairë. Et je peux en témoigner, car j'y étais.

L'air était lourd de cette atmosphère si particulière en temps de guerre, et les combats s'étaient étalés jusque dans la cité, où Sigurd et moi étions confinés lorsque la ville fut assiégée. Nous nous cachâmes comme nous pûmes, dans un cellier car quand cela se produisit, nous nous trouvions dans une taverne. On pouvait entendre les cris et les bruits depuis les soupiraux, et je revois encore les autres se boucher les oreilles. Sigurd me tenait la main, effrayé, cherchant un contact amical...
C'était comme si le monde s'était arrêté de respirer, avant que la déflagration ne retentisse. Cette impression que le temps s'allonge, alors que l'on comprend sans savoir comment ce qui est en train d'arriver, quelque chose me hurla que le danger était imminent... Je me changeai en pierre sans réfléchir, par pur instinct, me fermant entièrement alors que mon corps tout entier se transforma en roche. Je n'ai même pas senti la déflagration de mana qui irradia toute vie alentours, et mutilant les plus chanceux qui se battait à une certaine distance de l'épicentre de la catastrophe. Je dus être l'un des rares à survivre à ce qui est arrivé en étant entre les murs de la cité.
Et encore...

Un siècle s'est écoulé avant que je ne me réveille, reprenant ma forme organique et surtout mon souffle comme si j'avais failli me noyer, et mon corps convulsant à cause de la violence de ce qui m'était arrivé. La déflagration avait irradié la roche qu'était mon corps, me maintenant dans un état de mort qui dut me rayer de la liste du Qillaq sur le champ. Mais lentement la pierre, saturé de ce mana dangereux, s'en déchargea, mais le temps écoulé fut proportionnel à l'intensité de l'exposition, si bien que ce ne fut qu'après cent longues années que je m'éveillais enfin à nouveau, reprenant vie dans la ville morte, ma main que je serrais contre celle de mon ami, désintégré sans que je n'ai pu faire quelque chose. Il ne reste plus que mon vieux sac à dos, avec quelques masques et costumes dégradé par l'impulsion mystique et le temps.
Au moment ou ma nouvelle vie commence, au sortir d'un bâtiment en ruine, je n'ai même pas conscience qu'une centaine d'année s'est écoulé pendant mon sommeil forcé, et que tout ce que j'ai connu à sans doute depuis longtemps disparu...

o Caractère :

Flâneur, joueur et rieur, j'ai du mal à être sérieux, sauf pour le boulot bien sûr, ou il faut être concentré et appliqué, mais pour le reste... La vie est sombre, parfois glauque et c'est pour ça qu'il faut pas se laisser aller à la déprime, et que je me laisse pas aller, je fais ce que j'aime, et si je peux pas, et bien je ferais autre chose. Je suis pas obstiné, même si je peux me montrer déterminer, surtout quand on me vexe, car je peux être très rancunier et déraisonnable.
Il est à noter que je suis aussi végétarien, pour la simple raison que la viande, j'aime pas le goût que ça a. Et puis quand je fais une promesse ou que je suis redevable, je m'y tiens, et j'aurai du mal à refuser d'aider quelqu'un dans le besoin, ma mère disait toujours que j'avais le cœur sur la main et pas pour rien...

o Passions, phobies :

Le théâtre, pardi ! J'aime le beau verbe et les jeux de mots, la finesse d'esprit tout comme l'humour même noir ou un peu grivois. J'ai horreur de la vulgarité. Ainsi que des Hérilims, ils me foutent la trouille rien qu'à savoir ce qu'ils peuvent faire...

o Armes :

On sous-estime le potentiel d'un bon pain dans la face. Surtout quand le poing qui les distribue est en pierre, là ça fait assez mal.

o Pouvoirs :

Ma peau et tout mon corps peut se changer en pierre, et faire naitre sur la roche qui la compose des excroissances modelé par ma volonté, mais ça m'épuise fortement. Faut savoir aussi que si l'on me brise un membre ou une quelconque partie de moi alors que je suis sous ma forme minérale, elle peut se régénérer sous l'effet de ma volonté ; par contre, si les dégâts son fait sous forme organique, là c'est foutu, un bras en moins reste en moins, je pourrais pas y couper...

*Choses particulières à votre personnage : Je sors un peu le Fey Gargouille de nul part, mais je trouve que c'est un bon truc nocturne, et ça l'faisait trop avec un perso comme ça.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Nombre de messages : 597
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Jacyek Deskora, acteur rescapé d'une tragédie   Dim 5 Aoû - 19:33

Quelques petites fautes de français, mais très bonne présentation.
Un bon point sur l'idée des Gargouilles, je pourrais rajouter ce trait particulier à ces feys, tout en proposant d'autres minerais.

Bienvenue en Inwilis !



Skalds and Shadows
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com En ligne
Jacyek
Cheminant
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 04/08/2012

MessageSujet: Re: Jacyek Deskora, acteur rescapé d'une tragédie   Dim 5 Aoû - 19:42

Merci, et je suis plus qu'heureux d'apporter ma pierre à l'édifice qu'est ce monde.

Et je ferais plus attention à l'avenir aux tournures de mes phrases.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calant
Aubergiste
avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: Jacyek Deskora, acteur rescapé d'une tragédie   Jeu 9 Aoû - 21:42

Bienvenue à toi sur Inwilis !
Et que le rp soit avec toi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Jacyek Deskora, acteur rescapé d'une tragédie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Créa avec un petit japonais (chanteur ou acteur je sais pas
» Les débuts d'une tragédie... (PV Darth Ynnitach)
» Quel(lle) est l'acteur(trice) que vous préférez ?
» [RP Kaiyo Crozzia] « La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort…
» La liste des victimes et des rescapés du Drakkar
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Hors Jeu :: Le Hall de Présentation :: Inwilissiens Initiés-
Sauter vers: