AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une collation devant les cuisines.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Noorah
Intendant
avatar

Peuple : Métissée Lios et Taltos
Second(s) Métier(s) : Magicienne
Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Une collation devant les cuisines.   Dim 10 Fév 2013, 14:46

Notant que Luvia disait ne pas savoir, alors que Noorah l'avait prévenue avant d'entrer, la magicienne se dit qu'il lui faudrait répéter les choses un certain temps, pour que la jeune louve comprenne. Comme avec certains enfants, où on devait constamment répéter les choses. Parfois, même adultes, c'était encore le cas. Elle tempéra son jugement en pensant que c'était une chose d'être prévenue, et une autre de se retrouver face à un Lycanthrope pour la première fois de sa vie. Comme la première fois que Noorah avait pu glisser ses doigts dans la fourrure d'Eileen. Eileen était une louve de grande taille, mais plus fine que ses congénères masculins. Son pelage était gris, légèrement plus foncé sur son dos, doux et soyeux, épais. Noorah aimait aussi la chaleur qu'elle dégageait, aimant se prélasser toutes les deux devant la cheminée, lorsque Armenelos était plongé sous la neige, ou quand Athanasius répandait son froid mordant sur le Maëldan. La magicienne pouvait presque sentir l'odeur du feu crépitant, l'odeur musquée d'Eileen sous forme de louve, avec cette odeur propre à l'hiver, sous-jacente à tous le reste. Cette sensation de quiétude, de sécurité, la chaleur baignant son corps, une douce léthargie, qu'elle appréciait. Malgré les années, Noorah pestait encore contre le climat du Nord, elle qui avait passé son enfance sous les chauds rayons d'Aelius...
Elle comprit que Luvia avait aussi du se sentir perdue, et entrer sur le territoire d'une autre meute, devait être déroutant pour elle. D'autant qu'elle n'était pas réellement une vraie louve, courant à quatre pattes, recouverte de fourrure. Elle était étrange, et la magicienne eut un bel aperçu du comportement déroutant de Luvia, lorsqu'elle passa d'un sérieux mortel à une curiosité plus qu'enfantine. La grande femme sourit, passant une main sur son crâne lisse, ses boucles d'oreilles tintèrent doucement.

-Si tu sortais déjà de cette chambre, fit-elle malicieusement, on pourrait déjà voir comment ça se passe. En suite, si tout c'est bien passé en cuisine, et je te suggère de présenter tes excuses à Térésa.

La porte s'ouvrit sous le regard de la magicienne, dont les bras étaient chargés. La métissée Taltos se courba légèrement pour passer la porte, et attendit que Luvia soit ressorti pour intimer à la porte de la chambre de se refermer.

-Même si ce n'était pas entièrement de ta faute, tu lui as fait peur, à Tabitha aussi, poursuivit Noorah tout en avançant dans le couloir, et présenter des excuses, ça aide toujours pour détendre l'atmosphère. Bien ! Allons donc voir aux cuisines voir ce que tu pourras manger. Comme tu sembles d'humeur à l'aventure, tu feras toi même ton repas, à la manière des Deux-pattes, comme tu dis. En suite, nous verrons ce qui te tente le plus.

Arrivée à un croisement, la magicienne lâcha son gros livre, qui partit de lui même en flottant dans le vide, voletant en direction de la bibliothèque où Noorah l'avait pris. La magie domestique était une véritable bénédiction dans un lieu aussi grand et labyrinthique que Helmet Hall. La semi-Taltos n'était pas ce qu'on peut appeler une fainéante, mais parfois, user de raccourcis, pouvaient s’avérer très utile, en plus d'être un gain de temps.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvia
Inwillissien
avatar

Peuple : Louve. Si si, j'vous jure !
Nombre de messages : 41
Localisation : Dis-moi d'abord où tu es et peut-être que je te dirai où je suis...
Date d'inscription : 18/03/2011

MessageSujet: Re: Une collation devant les cuisines.   Jeu 14 Fév 2013, 22:58

La louve ne saisit pas tout de suite que pour sortir, elle devrait elle-même ouvrir la porte, son esprit vagabondant un peu loin, courant après la succession d'idées qui s'enchaînait sans fin, une idée en accrochant une autre, selon une suite logique que seule elle pouvait suivre... et finalement, elle en oubliait presque l'essentiel. Presque. Ses oreilles se relevèrent soudainement, comprenant ce qui n'allait pas, mais la porte s'ouvrit d'elle-même, ce qui étonna un peu la louve qui n'en dit rien, s'en voulant un peu de son manque de politesse. Elle sourit maladroitement, partagée entre une légère gêne et un certain amusement. Sa tendance tête-en-l'air qu'elle s'était découverte au côté des Deux-pattes ne cessait de la faire doucement rire.
Elle laissa poliment Noorah passer devant elle, essayant de faire preuve du peu de savoir-vivre dont elle avait connaissance ; autant dire que c'était là très limité, mais mieux que rien. Cependant, elle déchanta alors qu'elle comprit de quoi parlait son amie à la fin de sa phrase, à savoir l'incident de la cuisine. Après un court gémissement, elle répondit, la mine soudain assez basse.

"Si, c'était tout de ma faute, même si j'avais pas fais exprès ; alors je m'excuserais de dire pardon, parce que je veux pas qu'ils soient fâchés."

Les oreilles basses, se mordillant un peu la lèvre, la louve s'en voulait sincèrement maintenant, se sentant mal d'avoir fait peur à une petite fille toute mignonne. Plus à elle puisqu'elle a du avoir plus peur que les autres, mais cela ne l'empêchais pas de s'en vouloir aussi pour avoir fait peur tout court. Elle avait comme le poids sur elle d'une honte certaine de s'être mal comportée, mais aussi l'envie de se faire pardonner. Et puis, autre chose interpella vivement son intérêt.

"Tu es sûre que je peux faire moi-même du manger de Deux-pattes ?" Elle afficha un intérêt qui prit lentement le pas sur la gêne qu'elle éprouvait. "Qu'est-ce que je pourrais faire tu crois ? Et puis je me servirais de les poils ? D'ailleurs pourquoi ça s'appelle poil, ça a pas de fourrure, c'est en métal qui brûle..."

A nouveau son esprit fourmillait de questions, et s'imaginait déjà utiliser les ustensiles de cuisine, cherchant dans sa mémoire le peu qu'elle avait vu, et se demandait ce qu'elle pourrait faire, si elle avait bel et bien droit de faire à manger pour elle. C'était quelque chose de plutôt nouveau pour elle, le concept lui avait semblé assez abstrait, puisque dans la nature Luvia et les siens mangeaient ce qu'ils trouvaient. Cependant, elle avait beaucoup apprécié ces nouveaux goûts, et semblait toute joyeuse d'en connaître de nouveaux, qu'elle aurait elle-même créé. Elle suivit donc sans histoire et le cœur empli d'allégresse Noorah, mettant de côté la honte qu'elle pouvait ressentir à cause des excuses qu'elle devait faire...




~ The Wolf Whistling Song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noorah
Intendant
avatar

Peuple : Métissée Lios et Taltos
Second(s) Métier(s) : Magicienne
Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Une collation devant les cuisines.   Dim 17 Fév 2013, 15:19

La dernière tirade de Luvia arracha un rire à Noorah, un chaud, rappelant à coup sûr, à ceux qui les connaissaient, les chaudes plaines de sable de l'Esgaleithel, les parfums épicés de l'Andanorië. Les cercles de bronze de ses boucles d'oreilles tintèrent joyeusement. Elle s'aperçut pour la première fois que Luvia était plus petite qu'elle, beaucoup plus petite. De son père Taltos, Noorah avait hérité une grande taille, et elle dépassait même Eileen de quelques centimètres. Les Maëldanais n'avaient rien à envier aux Taltos en matière de taille, surtout les clans du Nord du Maëldan, comme les Alaric ou les Fearghas. Des détails physiques que Noorah, en tant qu'étrangère, lorsqu'elle était arrivée accrochée au bras d'Eileen, n'avait pu s'empêcher de noter. En arrivant ici, elle avait d'abord souffert du froid, mais elle avait découvert une autre façon de vivre. Il n'y avait pas d'esclaves, du moins, l'esclavage n'était pas toléré dans l'Alliance du Nord, même si certains vivaient et étaient comme des esclaves... Noorah avait vite après que peu importait la façade, il y avait toujours une part d'ombre, et rien ne pouvait y remédier. Les cœurs des hommes recelaient toujours cette propension à détruire, à avilir.

-Nous verrons cela, mais nous commenceront pas quelque chose de facile à faire, éluda Noorah ne tenant pas s'engager dans une discussion sur la prononciation de poêle et poil, qui était légèrement différente, mais qui semblerait trop abstraite pour la jeune louve.

La magicienne supposait que Luvia ne savait ni lire, ni écrire, et encore moins compter quand il s'agissait d'argent, puisqu'elle avait demandé à voir comment l'argent fonctionnait, s'imaginant sans doute qu'il sortait des poches comme par enchantement. A dire vrai, la monnaie était utilisée en ville, parfois dans les villages, mais dans les landes, c'était le troc, ou l'échange de service qui prévalait. Cela facilitait la création de liens et de relations entre les différents clans.

Les deux femmes arrivèrent à un escalier de pierres plutôt étroit, s'enfonçant en spirale vers le bas. Noorah passa devant, guidant la jeune louve. Les épais murs étaient percés pour accueillir des cercles métalliques, servant de passant à une lourde et épaisse corde, qui tenait lieu de rambarde. La lumière provenait de globes lumineux, régulièrement enchâssés dans la pierre, éclairant les marches. Noorah mit en garde la louve, si elle les touchait, elle risquait de se brûler. Elles descendirent donc, quittant l'aile des serviteurs et des soldats, pour rejoindre l'énorme rez-de-chaussé toujours bourdonnant d'activité. Une des salles de garde cotoyait les larges et grandes cuisines de Helmet Hall. Attenantes à ces dernières, les salles des lavandières. Cette dernière salle donnait sur une cour intérieure, beaucoup plus petite que la cour principale qui donnait sur tout le reste de la forteresse. Celle là était fermé, et donnait sur un puits, où les lavandières pouvaient aller chercher de l'eau, mais c'était aussi un petit jardin, ou le linge pouvait être étendu. Noorah appréciait l'endroit, autant pour les conversations des lavandières que pour son caractère isolé. Une étroite ouverture donnait sur les jardins d'Helmet Hall. Ces derniers n'étaient pas très grand, mais quand on avait la lande et les plages à portée d'yeux, et à quelques minutes à cheval, inutile de rester enfermés ici. Helmet ayant une fonction défensive, placée stratégiquement à l'embouchure du fleuve, la forteresse n'était pas conçue pour être plaisante.

Noorah fit entrer Luvia dans un monde qu'elle avait entrevu un peu plus tôt. Autour d'elle, soldats et serviteurs étaient dans un perpétuel ballet, allant d'un lieu à un autre. Ici, c'était le Hall des Intendants, un Hall dont les grandes portes ouvertes donnaient la cour par laquelle, elles étaient entrées. La lumière de l'extérieur inondait l'endroit, économisant les globes, ou l'utilisation de torches ou de bougies. Vieille construction, Helmet ne disposait pas toujours, des glyphes qui permettaient d'avoir de la lumière. Au moins les cuisines bénéficiaient-elles des glyphes pour chauffer l'eau, ou pour allumer un feu. Les portes des cuisines étaient ouvertes, et le bruit incessant, autant des instruments que des gens, s'en échappait. L'endroit était plus sombre que le Hall des Intendants, où des caisses et sacs attendaient d'être remisés, ou des soldats jouaient aux dés dans un coin, ou d'autres discutaient avec des lavandières, qui s’éparpillèrent aux vents en gloussant. Noorah se sentait à l'aise ici, bien plus que parmi les Lairds Maëldanais, bien que la noblesse Maëldanaise n'ait rien de l'arrogance ni le pompeux de la noblesse de Freyr. Noorah, toujours talonnée par Luvia, pénétra dans les cuisines. Personne ne s'interrompit, sauf Térésa, qui avisa la louve. La grande brune posa les mains sur ses hanches, interrogeant Noorah du regard. La magicienne s'effaça pour laisser passer Luvia, l'encourageant d'un sourire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvia
Inwillissien
avatar

Peuple : Louve. Si si, j'vous jure !
Nombre de messages : 41
Localisation : Dis-moi d'abord où tu es et peut-être que je te dirai où je suis...
Date d'inscription : 18/03/2011

MessageSujet: Re: Une collation devant les cuisines.   Mar 12 Mar 2013, 20:51

La louve oscillait avec une certaine grâce entre l'émerveillement, et la crainte. Il y avait pleins de choses à voir, elle en avait la tête qui tournait, et trop de questions lui emplissait la tête, sans qu'elle n'ose les poser, tant par leur nombre qu'à cause de sa gorge quelque peu nouée. Elle ne comprenait pas tout ce qu'elle voyait dans cette immense demeure de pierre, bien plus grande et insolite que ce dont elle avait déjà pu voir des tanières de Deux-pattes, et la jeune femme se promit de demander à Noorah de lui faire tout visiter, afin de la questionner copieusement sur tout ce qu'elle voyait.
Son regard furetait un peu n'importe où, sans qu'elle ne sache où fixer son attention ; elle ne se rendit pas vraiment compte tout de suite qu'elles étaient si vite arrivées devant les cuisines, ce qui ne manqua pas de faire se rabattre ses oreilles vers l'arrière, et réveiller chez elle les sentiments si désagréable qu'elle n'aimait pas : peur, honte, envie de fuir...

Luvia n'en fit rien, voulant se montrer forte, et se disant que Parthalan aurait voulu qu'elle s'excuse. Cela lui mis du baume au cœur que de penser obéir, comme elle savait si bien le faire, à la hiérarchie de la meute. Mais elle avait tout de même peur, cela ne s'effaçait pas comme ça, et la jeune femme se demandait, assez perplexe, pourquoi elle redoutait cela à se point. Sans doute cela découlait de la honte. Elle devrait faire avec, et assumer d'avoir réagit de façon totalement inapproprié, même si elle n'avait pas vraiment pu faire autrement.
Le chaos de son esprit ne lui laissait guère le choix ; c'était la première fois qu'une telle chose arrivait, et elle redoutait que cela puisse recommencer. Sa gorge se noua sous le regard de la cuisinière, quand elle fut entrée, et elle perçu, sans regarder, que Noorah recula légèrement, lui faisant comprendre discrètement qu'elle devait faire ses excuses seule.
La gorge nouée, ses mains se refermèrent instinctivement sur le tissu de sa petite robe, alors qu'elle cherchait ses mots. Malgré la tension, elle sentit quelque chose d'étrange lui effleurer. Un étrange sentiment de déjà vu, comme si elle avait déjà connu une telle situation, sans l'avoir vécu... mais elle mit ce trouble de côté, pour résoudre celui auquel elle faisait face.

"Pardon d'excusez-moi. Je sais que je n'ai pas bien réagi, mais j'avais jamais vu des loups-Deux-pattes et ça m'a fait peur et... et..." Elle serra ses mains sur sa robe, tremblant légèrement. "Je suis désolée, je ferai attention."

Elle s'inclina poliment, quoiqu'un peu raide, et son regard afficha une détermination farouche, alors que sa queue, dans son dos, se figea, comme pour témoigner de l'inflexibilité de sa volonté. Même si ses jambes lui semblait en guimauve, que sa gorge était noué, et ses jointures blanches tant elle fermait les poings sur le tissu. La honte n'était pas une chose qu'elle avait l'habitude de côtoyer, mais elle acceptait d'assumer ses erreurs, et d'en faire l'expérience ; elle savait en partant vers ce monde si différent du sien, qu'elle découvrirait aussi bien des choses merveilleuses que d'autres qui l'étaient bien moins.
Cependant, elle persistait à penser que les merveilles seraient plus nombreuses et éclipseraient ce qu'il pouvait y avoir de négatif ; une vision bien utopique quelque part, et enfantine. Mais la louve avait vécu une vie simple, harmonieuse... elle n'était alors que peu sujette aux états d'âme et contrainte à une maturité dénué d'autres sentiments que la soumission à la meute. Pourtant c'était en elle, cette curiosité, et ce tempérament, qui faisait se livrer bataille l'instinct animal et l'intérêt débordant pour l'extérieur de son monde. Comme prise entre deux mondes. Et pour l'heure, elle voulait découvrir l'envers du miroir, les beauté qui se cachent hors de la forêt.
Relevant sa petite tête, essayant de chasser la légère tension en expirant longuement, et arborant un sourire maladroit, elle essaya de faire comme si ces excuses ne lui avaient pas coûté grands efforts sur sa timidité. Luvia se tourna alors vers son amie, puis reposa le regard sur la cuisinière, bravant plus encore ses quelques réticences à parler alors qu'elle avait honte.

"Noorah m'a dit que je pourrais me faire du manger. Vous... vous pourriez m'apprendre un peu comment qu'on fait ?" Demanda-t-elle, en ayant quelque peu l'air de chercher ses mots.




~ The Wolf Whistling Song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noorah
Intendant
avatar

Peuple : Métissée Lios et Taltos
Second(s) Métier(s) : Magicienne
Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Une collation devant les cuisines.   Mer 17 Avr 2013, 19:19

Noorah n'eut alors plus qu'à s'assoir sur un banc, dans un coin, histoire de ne pas gêner Térésa. La grande brune et cuisinière en chef, avait accepté les excuses maladroites - dans l'expression - mais sincère de la jeune louve. Térésa était le type même de femme que Noorah appréciait, semblable à Eileen, à ceci près que la cuisinière possédait une crinière de cheveux noirs et brillants, retenus en une lourde tresse, qui balançait dans son dos. Tabitha n'était nulle part en vue, et l'enfant devait partie vagabonder dans le château, ou aider à ailleurs, dans la mesure de ces petits moyens. Les serviteurs ayant des familles vivaient en ville, Helmet Hall ne pouvait pas héberger autant de monde, et avoir un chez-sois permettait de souffler et de se couper de son lieu de travail, si agréable soit-il. La magicienne laissa donc Luvia entre les mains expertes de Térésa, sans pour autant manquer de vigilance. A la moindre tension, Noorah était prête à employer la magie, à réagir rapidement, ayant deux sortilèges prêt à jaillir de sa bouche pour immobiliser, ou bien temporairement endormir Luvia. La magicienne s'en voulait de ne pas avoir réagit rapidement, lorsque Luvia, rendue nerveuse, avait failli causer un incident, qui aurait pu être pire... Cette fois-ci, malgré les promesses et la bonne volonté de la jeune louve, Noorah se montrerait prudente.

Les cuisines de Helmet Hall étaient énormes, faisant la moitié de la salle du trône, pour donner une taille approximative. Les hautes cheminées se disputaient aux fourneaux, étagères et placards, la place contre les murs. La lumière provenaient de fenêtres percées après la constructions, agrandissement des anciennes meurtrières. Les fenêtres étaient pourtant étroites, et l'éclairage principale se faisant à l'aide de lustres suspendus au plafond. Le milieu de la pièce était occupée par de longues tables en bois massif, probablement du chêne, ayant visiblement du vécu et de l'usage. Une autre partie de la salle, s'ouvrait sur trois lourdes portes, la première, ouverte, laissant entrevoir un garde manger bien rempli, légumes, sacs de farines, bocaux. La deuxième fermée, contenait une chambre froide, où étaient stockées les viandes et les denrées périssables. La chambre froide fonctionnait à l'aide de la magie élémentaire de glace, et le renouvellement de l'énergie se faisait à partir de gemmes, imprégnées de mana, qui se plaçait dans un boîtier encastré dans la pierre du mur. Une seule et énorme pierre suffisait à alimenter le sortilège pendant une période de trois mois plein, avant de devoir être changer. La troisième porte donnait sur la cave, où étaient entreposés d'autres denrées, ainsi que les vins, bières, liqueurs, qui pouvaient offrir Helmet Hall. Les cuisines étaient pour le moins organisées, les grandes tables étaient divisées en thème, viandes, légumes et fruits, pains et pâtisserie. Pour la table de la viande, d'énorme planches à découpées en bois ou en pierre mate occupaient une partie de l'espace. Partout, divers ustensiles attiraient l’œil, en bois ou en métal. Évoluant dans cet étrange environnement, le personnel se divisaient en cuisiniers, commis, mais aussi serviteurs de salle qui mettaient parfois la main à la pâte, une large tablée était dévolue aux repas de la maisonnée, comme des gardes, qui venaient prendre ici, leurs repas. Noorah aimait ce lieu vivant, qui selon elle, était le cœur principal de la forteresse, toujours en activité, quelle que soit l'heure. En tant qu'intendante, Noorah avait la charge de superviser le personnel, les gardes, palefreniers et forgerons, tanneurs, chasseurs, n'étaient pas sous sa responsabilités, bien qu'elle soit en relation avec les chasseurs, auprès de qui elle passait commande pour le gibier. Noorah était également en relation avec différents commerçants d'Armenelos, pêcheurs, meuniers, agriculteurs... Pour l'aider dans cette tâche titanesque, elle était épaulée par des responsables, tel que Térésa première cuisinière. Il en allait de même pour les lavandières, les femmes de chambres, et autres serviteurs, soigneusement divisés et supervisés. Son passé d'esclave, et un pragmatisme et un sens de l'organisation remarquable faisait de Noorah une intendante plus que compétente. Elle s'adonnait même à la cuisine, et prenait également part à la décoration et ameublement de Helmet Hall. La magicienne s'assit donc sur un des bancs qui parsemaient les cuisines, et laissa Térésa, maîtresse de son art, enseigner un peu de celui-ci à Luvia.

Térésa n'était pas une louve, mais son mari l'était, si bien, qu'elle faisait partie de la meute. Tout comme Noorah, la cuisinière était marquée de l'odeur de la meute, Gerulf ayant ainsi désigné Térésa comme sa seule et unique compagne. Gerulf était un des maîtres d'armes de Helmet Hall, amené ici, lorsque Parthalan était venu assumer la royauté. Tabitha était donc une sang mêlée, mais ayant hérité de son père. A son âge, la petite fille se transformait en louveteau, ce que Noorah trouvait comique. Térésa était donc un peu plus vieille que Noorah, de petites rides creusées au coin de ses yeux de biche, d'un brun-roux. Ses cheveux noirs étaient tenus en une grosse tresse. Vêtue de vêtements pratiques, composé d'une unique robe couleur safran, à manches courtes, il faisait chaud en permanence aux cuisines, même au cœur de l'hiver. La jupe de sa robe était fendue sur le coté, laissant apparaitre une seconde jupe, plus légère, portée dessous, d'un turquoise foncé, brodés de petites fleurs rose et jaunes. Pardessus tout ça, un tablier blanc, muni de poches tâché par endroits, signes qu'il avait déjà servi. Térésa dégageait de la douceur, mais également une autorité naturelle, et Luvia ne devrait alors par avoir trop de mal à rester attentive à ce qu'elle disait. La cuisinière, après avoir jeté un regard à Noorah, qui hocha imperceptiblement la tête, avait donc accepter de servir de professeur à Luvia. Elle entraina donc la jeune femme en robe bleue avec elle.

-Bien, je peux t'apprendre quelques petites choses, mais la cuisine, ça se pratique. Il faut cuisiner plusieurs fois avant de savoir le faire correctement. On va donc commencer par des choses simples. J'ai cru comprendre que tu aimais la viande... Je peux t'apprendre à la cuisiner de différentes façons, et je peux t'apprendre à cuisiner des légumes pour aller avec. A moins que tu n'aies une idée précise de ce tu veux apprendre à faire ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvia
Inwillissien
avatar

Peuple : Louve. Si si, j'vous jure !
Nombre de messages : 41
Localisation : Dis-moi d'abord où tu es et peut-être que je te dirai où je suis...
Date d'inscription : 18/03/2011

MessageSujet: Re: Une collation devant les cuisines.   Mer 15 Mai 2013, 12:37

Rassuré par le comportement de Térésa, la louve sut que ses excuses étaient acceptés, et, les joues rougissantes, elle se mit à observer un peu tout ce qui l'entourait, les lèvres brûlantes de question, en témoignant ses oreilles légèrement frémissantes, ses mains jointes dans le dos, mais elle se retint, par respect, sentant que les questions seraient plus que superflu, et qu'elle saurait tout ce qu'il fallait savoir en tant voulu. La jeune louve se montra très calme, écouta attentivement, les oreilles dressés, et se balançant légèrement. Chose intéressante, quand l'on sait qu'elle n'avait jamais auparavant portée de robe, qu'elle se sentait parfaitement bien dedans. A ceci près qu'un petit quelque chose la gênait, ou plutôt son absence ; un sous-vêtement, pour être précis, mais jamais se disait-elle une louve comme elle ne pourrait accepter de porter une chose pareille. Du moins, c'est ce qu'elle pensait pour le moment...
Luvia prit une grande inspiration, son air le plus sérieux, et commença à réfléchir à la question qui lui était posée. Elle était bien déterminée à ne pas se laisser à sa tendance à poser pleins de questions, elle devrait choisir ; la jeune femme voulait se montrer exemplaire, pour que Parthalan soit content d'elle, et cet objectif lui parut être plus important que tout autre, même si le reste, à savoir apprendre et découvrir des choses, restait une quête personnelle des plus sérieuse. Cependant, ses tentatives de réflexions sur le sujet "as-tu une idée de ce que tu veux apprendre" se résultèrent par un seul mot :
"Euh..."
Ce simple onomatopée, associé à son regard totalement perdu, semblait en dire plus long que n'importe quel discours ou tentative de montrer à quel point la louve pouvait être ignorante des choses de la cuisine. Les loups sauvages n'avaient pas vraiment de définition de la cuisine, ils chassaient, dévoraient, survivaient... et puis ils craignaient le feu. Luvia s'en méfiait toujours, crainte instinctive de cet élément incontrôlable, destructeur, mais avait fini par remarquer que les Deux-pattes en avaient la maîtrise, qu'il y avait peu de risques.
Mais la curiosité de la jeune louve prenait le pas sur la peur instinctive qui la titillait à la vue du feu, et elle était prête à faire ce qu'il fallait pour apprendre à cuisiner. Mais pratiquer... elle n'en aurait que peu l'occasion, pensait-elle, surtout de se promener avec tout l'attirail nécessaire, de s'occuper de tout cela avec assiduité... la jeune femme aimait bien plus l'aventure que la sédentarité, même si présentement, rester à Helmet Hall semblait être une chose à faire, qui ne manquerait pas d'abreuver sa soif de nouveauté... pour un temps. Une évidence lui apparut à l'esprit, essentiellement parce que Térésa l'avait elle-même soufflé, et elle fit immédiatement part de son constat.
"La viande. J'aime goûter pleins de choses mais toute seule c'est ça que je mange, alors si je dois apprendre des choses de la cuisine, ce serait pour que la viande soit bon ; même si ça l'est déjà !"


Ses oreilles se dressèrent fièrement, et un large sourire illumina son visage. Elle repassa en mémoire toute cette jeunesse passée à dévorer des proies, et la façon dont les quelques plats cuisinés avaient su les sublimer, même si la viande cuite lui paraissait beaucoup trop tendre, là où ses crocs avaient l'habitude de morceaux bien plus nerveux. Et puis il y avait toutes ces herbes, dont elle pouvait retrouver quelques fragrances dans la senteur complexe de cette cuisine, et qu'elle connaissait, que durant ces chasses la louve avait pu sentir, et qui chez elle avait provoqué de fugaces envies indescriptibles, qu'elle comprenait mieux à présent.
Elle lissa pensivement sa robe, comme par habitude, alors que c'était la première fois qu'elle en mettait une, et offrit un sourire radieux à la femme face à elle. Malgré l'enthousiasme débordant qui illuminait son visage, l'on pouvait sentir les efforts qu'elle déployait pour rester calme... même si le mouvement frénétique qu'imprimait sa queue touffue de droite à gauche était amplement éloquent, quoi qu'elle réussissait tout de même à la garder assez basse pour ne pas trop se dévoiler ; cependant, sa tempérance était louable, et son regard d'un bleu sombre pénétrant fixait avec toute l'attention dont elle était capable la femme qui serait son instructrice dans les arts culinaires.




~ The Wolf Whistling Song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noorah
Intendant
avatar

Peuple : Métissée Lios et Taltos
Second(s) Métier(s) : Magicienne
Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Une collation devant les cuisines.   Sam 15 Juin 2013, 20:47

Térésa passa les heures suivantes à montrer comment accommoder la viande à Luvia, lui apprenant à reconnaître différentes herbes et épices, mais aussi à la cuir, le plus simple étant simplement de griller sur le feu. La cuisinière assura à Luvia que le résultat serait toujours garanti, mais qu'il fallait éviter que la viande noircisse. La jeune louve put expérimenté de tout ceci, Térésa disant qu'il n'y avait rien de mieux pour apprendre que d'essayer par soi-même. Luvia put aussi goûter à la viande qu'elle avait elle-même préparée et cuite. Térésa lui montra en suite avec quoi elle pouvait la manger, du pain, des légumes, des sauces. La grande brune précisa tout de même qu'en ville, Luvia pourrait trouver la viande déjà prête. Ce à quoi la louve lui répondit qu'elle avait mangé de la viande préparée dans une pâte croustillante faisant plein de miettes, et Térésa et Luvia achevèrent cette première séance sur la confection d'une tourte avec des restes. Luvia déplora de ne pouvoir tout manger, mais Térésa lui assura que rien ne se perdait jamais ici, la plupart des loups n'étaient jamais contre une collation, ou bien elle servirait ce qu'elles avaient cuisiné au dîner.
Noorah avait donc passé ses quelques heures assises, établissant sur un coin de table dégagé pour elle, son bureau, d'où elle donna ses ordres, répondit aux sollicitations et aux questions, tout en gardant un œil sur la jeune louve. Ses yeux clairs suivaient souvent Luvia des yeux, cherchant le moindre signe d'agitation, mais la jeune fille semblait s'être finalement acclimatée, si ce n'était adaptée à ce nouvel environnement. Il lui restait tout de même beaucoup à apprendre, mais commencer à Helmet Hall était mieux que de la lâcher en pleine ville, seule, quitte à ce qu'un autre incident se produise.

L'après-midi touchant à sa fin, Noorah décida d'emmener Luvia avec elle, visiter cette partie du palais, lui montrant la buanderie où les lavandières manipulaient le linge, puis les jardins, où le linge mouillé séché pendu entre les arbres fruitiers, essentiellement des pommiers et des poiriers, des parcelles cultivées, avant de sortir dans la cour, Noorah lui montra les écuries, passa devant le corps de garde, où Luvia fut chaleureusement saluée, Fearghas et gardes d'Armenelos se côtoyaient, bien que la clan des Fearghas aient encore la plupart de ses guerriers. Noorah et Luvia restèrent en suite un moment dehors, où Noorah lui décrivit, les différentes parties de la forteresse, et tenta, tant bien que mal, de lui décrire les fonctions, le rôle de Parthalan, en se référant au fonctionnement d'une meute. C'était encore un peu abstrait pour Luvia, mais elle avait l'air d'avoir bien saisi le concept de royaumes, similaire à ceux d'un territoire, sans pour autant bien comprendre qu'elle pouvait passer d'un royaume à un autre sans problème, bien que les frontières soient gardées. Elle tenta aussi de lui expliquer le fonctionnement de la meute des Fearghas, et Luvia put alors se rendre compte que le fonctionne d'une meute lycanthrope est assez proche d'une véritable meute de loup, comment ils pouvaient vivre avec ceux qui n'étaient pas des loups. Toutes ses informations étaient sans doute difficiles à assimiler, et Luvia aurait certainement besoin de plus de temps qu'une simple journée pour saisir tout ce qui lui disait l'Intendante, mais aussi d'obtenir les réponses aux questions qu'elle posait. Luvia était curieuse, bien décidée à comprendre ce qu'on lui disait, même si parfois, elle grimaçait en réfléchissant, et Noorah se taisait alors, de peur que la jeune louve n'ait trop de chose à prendre en compte d'un seul coup. Ce qui était quand même le cas. Interrompant un instant leur conversation, un serviteur traversa la cour, au milieu de laquelle se tenaient les deux femmes. Une chambre pour Luvia avait bien été préparée, dans le quartier des invités cette fois.

-Merci, nous allons allez voir ça. Térésa s'en sort pour le dîner ?

-Oui Dame, et la petite salle est déjà prête.

-Parfait, je vous retrouve tout à l'heure.

-Bien Dame.

Noorah tourna alors ses yeux clairs vers Luvia, souriant largement. Dans le mouvement, les boucles d'oreilles de la magicienne teintèrent joyeusement.

-Si nous allions voir cette chambre ? J'espère qu'elle sera à ton goût !




La Suite


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une collation devant les cuisines.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une collation devant les cuisines.
» René Civil devant le tribunal criminel
» Devant la Cathédrale
» j''me suis fait tout p''tit devant une poupée qui disait non
» L'un des fils de Sarkozy devant un tribunal.
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Maëldan :: Armenelos Capitale des Clans :: Helmet Hall-
Sauter vers: