AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Huawei et Kesero

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Huawei et Kesero   Lun 28 Mai - 23:05

I – Identité :

Nom, prénom : Huawei Avaya ; Kesero

* Age : 23 ans ; 6 ans
* Caste (métier) : Dragonnier /Dragon, mais aussi ranger tous deux.
* Peuple : Neko ; Dragon
* Sexe : Des mâles tous les deux.

II - Physique :

En croisant Huawei dans la rue, la seule chose qui pourrait montrer qu’il est dragonnier, serait ses pantalons renforcés aux cuisses par du cuir très épais gravé de runes de protections, sinon son physique est plus celui d’un cheminant musicien, ou d’un sorcier. Pas de muscles surdéveloppés, le Neko à la musculature féline nécessaire pour qu’il puisse grimper sans trop de difficulté, se tenir en selle avec les jambes et manier son bâton. Et il a toujours un air jovial, et doux. Ses yeux bleus savent bien transmettre ses sentiments comme les cacher, et ses oreilles noires plantées sur des cheveux courts tous aussi noirs font aussi bien office d’ouïe que de transmetteurs d’humeur. Tout comme sa queue noire. Le plus souvent quand il ne partent pas trop loin, il monte Kesero à cru, portant ce dont il a besoin dans un sac sur son dos, pêchant, chassant ou cueillant ce qu’il lui faut en cour de route. Si la route est plus longue il mettra une selle souple sur son compagnon. Lui-même se vêt souvent de tuniques amples de couleur claires avec des pantalons serrés et renforcés, et des tricots de corps au col roulés portés en dessous des dites tuniques et avec un manteau doublé lors des hivers.

Kesero est un jeune dragon d’environ 6 mètre et demi de long, et douze d’envergure. Il en fait trois au garrot et pour l’instant n’a pas de piquants perçant ses écailles, ce qui peut être expliqué soit par son jeune âge, ou par sa parenté éloignée avec des dragons d’eau qui n’en ont pas ou très peu. Ses écailles sont déjà très dures, coupantes sur leur bord, et sont d’un gris anthracite sur son dos, et gris roche sur sa gorge et son ventre. La membrane de ses d’ailes sont du même gris anthracite que ses écailles dorsales. Il est doté de solides cornes au somment de sa tête se développant de plus en plus au cours des années. Sa tête est triangulaire, se finissant sur un museau plutôt doux pour un mâle, mais lui permettant de fondre dans l’aire plus facilement, ainsi que les sortes de corolles faites en plaques osseuses trônant de la fin de sa mâchoire supérieure, au début de ses cornes. Il est fait pour voler vite, mais aussi pour courir vite et il nage comme un poisson même s’il n’est pas un dragon aquatique.


III -Historique, personnalité, armement :

o Histoire :

Nous n’avons pas eu un parcours très palpitant, ou épique.

Pour ma part, je suis le cadet d’une famille de trois enfants, ayant un frère aimé et une benjamine, nous habitions à Fainros, donc pas très loin de l’école de Turin. On voyait les dragons passer dans le ciel mon frère et moi quand on était petits, et on s’était promit que l’on irait tenter notre chance là-bas pour voir si un dragon voudrait de nous. On s’était fixé l’âge de quinze ans pour aller voir, l’âge ou de toute manière on avait le droit de se présenter, il se présenterait quatre ans avant moi mais ça n’était pas important pour nous. En attendant mes quinze ans j’ai eu une enfance normale, une scolarité moyenne, voir quelque fois pas très bonne, vu que j’avais surtout la tête dans le ciel, à me demander comment était le reste du monde, comment c’était de voler, si le désert était aussi grand qu’on nous l’apprenait.
J’avais le droit à des remontrances de la part de mes professeurs et de mes parents, qui me comparaient sans cesse à mon grand frère, sur combien Shiwon était doué à l’école, qu’il était assidu et appliqué. Je n’en ai pas trop voulu à mon frère d’être sans arrêt comparé à lui, mais à mes parents si, un peu. Je n’étais pas Shiwon, mais je faisais quand même des efforts, et j’avais parfois l’impression que ça ne se voyait pas. Ayal, ma petite sœur, est née quand j’ai eu dix ans, et même s’il y a une grande différence d’âge entre nous je l’adore.
Elle est tout mon contraire, têtue, démonstrative et ne tient pas en place. Une tornade aux oreilles claires, comme celles de notre père. Un an après sa naissance Shiwon alla à Turin se présenter aux œufs. Il y resta quatre jours, et aucun œufs le choisissant est rentré à la maison les oreilles basses, en me souhaitant par avance bonne chance pour dans quatre ans. Il est devenu par la suite apprenti chez un mage, étant chargé de préparer les sortilèges ménagers sur les parchemins et de l’assister lors des enchantements. Moi qui avais toujours cru qu’il serait choisi grâce à ses résultats scolaires, car pour m’encourager –ou me menacer au choix- mes parents m’avaient dit que les dragons ne choisissaient pas des gens ayant de mauvais résultats. Ca m’avait encouragé oui, j’avais augmenté mes notes avec difficulté, mais j’étais loin de Shiwon, et le voir échouer à la sélection faisais que je ne croyais pas pouvoir être choisi.
Préparant un échec que j’étais sûr d’avoir, j’avais demandé un apprentissage chez un boutiquier. Je ne pensais pas ouvrir une boutique, pas une boutique fixe en tout cas. Ayant toujours rêvé de voyager, j’aurais ouvert une boutique ambulante, ou même été cherché les marchandises un peu partout pour un patron, ou un associé, importer en me déplaçant aux quatre coins d’Inwilis. Stevan, le boutiquier, accepta de me prendre en apprentissage dès que j’eu treize ans. Au contact de son frère, Stelian, qui s’occupait de toute la partie importation, j’ai appris la logistique, à reconnaître ce qui est de qualité ou non, même à estimer la valeur de beaucoup de choses. Voyant que je m’intéressais surtout à la partie logistique, la route et autre, Stelian me parla d’Aériaplume. Le service de courrier pouvait permettre d’aller dans un tas d’endroit, qu’on devienne coursier ou ranger. Cette idée me trotta distraitement dans la tête alors que je mêlais encore école et apprentissage. Puis j’ai eu quinze ans, et me présenta au collège Turin sans grande conviction, mais avec un nœud à l’estomac.

Je ne suis resté que deux jours. Le premier rien ne s’est passé, je m’étais dit qu’il valait mieux partir tant que je n’avais pas encore trop perdu la face, mais c’était Shiwon, qui m’avait accompagné, qui avait insisté pour qu’on reste. Le deuxième jour, un œuf couleur ardoise vibra quand je le touchais. Intrigué j’avais arrêté de le toucher, et lorsque j’avais de nouveau posé la main dessus, l’œuf se remit à bouger. Ce n’est que lorsqu’un de gardiens des œufs m’annonça que ça voulait dire que j’avais été choisi, que j’ai compris ce qui m’arrivait. J’ai eu le droit de rentrer chez moi l’annoncer à mes parents, et surtout prendre mes affaires, car j’intègrerai l’école au plus tôt. Je devais laisser l’œuf à l’école cependant, pour éviter qu’on ne me le vol. Mes parents furent fiers, et étonnés tout de même, que j’ai été choisi. Mes affaires ont été faites très rapidement, et c’est avec presque toute ma famille que je suis partit une deuxième fois pour Turin, même si cette fois-ci je ne reviendrais pas avant un bon moment.
J’ai été logé chez ceux qui n’avaient pas encore leur dragon, et qui avait donc besoin d’une chambre toute bête. On m’apprit que l’éclosion de mon œuf pouvait être longtemps après le choix, des mois plus tard, voire des années. Je partageais ma chambre avec trois autres futurs dragonniers, Hella, Aert et Erim. Hella avait été choisi il y avait trois mois, Aert un, et Erim quelques jours avant moi. Chacun d’entre nous ne quittait pas son œuf, au cas où il viendrait à éclore, et aussi parce qu’une drôle de force nous poussait à le garder avec nous pour le protéger, lui parler. C’est difficile à expliquer, mais on était aussi dépendant de l’œuf que lui de nous.

J’ai commencé les cours avec les autres, on nous a appris en tout premier lieu, le mode de vie des dragons. Comment ils vivaient à l’état sauvage, de la naissance à leur mort, la reproduction, leurs différents habitats, les différences entre mâle et femelles. Les plantes qui les soignaient, les renforçaient, les rendaient malades. Comment savoir au premier coup d’œil si un dragon était énervé, triste, heureux, joueur, ou même malade. En bref tout sur ces futurs compagnons qui n’étaient même pas encore éclos. Deux ans après, Mon œuf décida qu’il était temps pour lui de se briser afin de dévoiler le dragonneau qui était dedans. J’ai quitté la salle de cours après avoir eu la bénédiction de notre professeur, un dragon vert et or nommé Ghaeth, et suis partit dans ma chambre aider mon dragon à sortir. Il était petit, de la taille d’un gros chat, et surtout je le trouvais rond. Quand on voit un dragon adulte, long, fuselé, et un dragonneau qui a peut-être un coup long, mais une tête en boule, un ventre gonflé et une petite queue, moi je pense qu’on peut ne trouver ça que rond.
Un fois dehors le dragonneau marchait déjà vers moi, alors qu’il y avait quelques minutes il était coincé dans sa coquille, et quand je l’ai touché j’ai établi aussi notre premier lien mental. La conscience que j’effleurais était jeune, mais pas que, comme si il y avait dans le petit être pataud face à moi la conscience d’un enfant, et d’un vieillard. Je ne m’attardais pas sur ce détail, et ai passé le reste de la journée allongé sur mon lit, les rideaux fermés, à caresser autant des mains que de l’esprit le petit dragon qui était sur mon ventre et me reniflait. Je l’ai aussi nourrit, et ais pu constater qu’il était encore plus rond après avoir mangé.
Je lui proposais plus tard une liste de noms, et il accepta le deuxième, Kesero. Comme il grandissait vite, on nous a transféré dans une chambre bien plus spacieuse, qui était en fait une pièce pouvant accueillir un dragon d’au moins 8 mètres, avec deux grandes portes coulissantes s’ouvrant uniquement par magie vu la lourdeur, pourvue d’un espace pour le dragonnier. Lit, bureau, espace pour manger, et un coin d’eau. Les douches et toilettes étaient communes. Au début ça m’a fait bizarre, autant d’espace, alors que Kesero mesurait deux mètres et semblait tout petit dans la pièce. On m’expliqua que les parents de Kesero étaient des dragons ayant atteint des tailles immenses, et qu’il serait donc comme eux.


C’est quand les bipèdes-enseignants parlèrent de mes concepteurs que je leur demandais qui ils étaient, et ce que leur noms évoquaient. Ma mère était Lenora, une dragonne grise ayant dans ses parents un dragon préférant l’eau à l’air, qui faisait la taille d’une colline et liée à un semi-orc. Ils avaient fait de grands combats lors de la guerre, et ma mère était une pondeuse donnant des dragonneaux robustes. Mon père lui n’était autre qu’un des fondateurs de l’école, Melianthos le noir, au nom connu partout chez les dragons comme chez les bipèdes.
Les cours que nous avons reçu mon lié et moi pendant les quatre ans où nous sommes restés tous les deux nous ont appris à voler ensemble. Notre principal professeur dans le vol était maître Ghaeth-écailles-d’or-et-d’émeraude, qui n’avait jamais eu de lié, et qui apprenait aussi aux liés à plonger ensemble dans la mer. Maitre Ghaeth-écailles-scintillantes m’a trouvé doué pour un dragonneau n’ayant pas un physique totalement fait pour l’élément marin.

J’ai craché un feu acide pour la première fois lorsque j’ai eu six mois. Huawei-félin-lié était très heureux, même si le rocher sur lequel j’avais craché avait fondu vite effrayant les autres bipèdes-liés. Mon corps a cessé de grandir vite lorsque j’ai atteint un an et demi. Je grandis toujours mais plus doucement à présent, même si je grandis vite pour les yeux d’un bipède. Nous n’avons pas poursuivi longtemps notre formation, car dès le début les choses étaient claires, autant pour mon lié que pour moi, nous ne voulions pas combattre. Huawei-aimé savait se battre suffisamment pour pouvoir se défendre s’il avait besoin grâce à l’école, et moi-même n’aspirait pas à perfectionner celui qu’on m’avait appris. Les rêves d’avenir et de voyages de mon lié me plaisaient, et me convenaient. Nous sommes donc partis, afin de trouver l’institution d’Aériaplume de Fainros.
Là-bas nous avons passé du temps avec la famille de mon lié, la mère-féline-aimante-d’Huawei était contente de l’avoir plus souvent à la maison, et me parlait comme si j’étais un de ses enfants, son frère-félin-magique lui demandait beaucoup de chose sur moi, et avait un peu peur de m’adresser directement la parole, son père-vieux-chat-juste me disait tout le temps « vous » et sa petite-sœur-déterminée-farouche a réclamé plus d’une fois un vol sur mon dos pour voir ce que ça faisait. Nous avons exhaussez son vœux quand après une formation de plusieurs mois chez Aériaplume mon lié et moi sommes partis pour notre première mission, qui serait de faire une patrouille sur les routes menant jusqu’à Celebalda, puis une fois là-bas nos devions rencontrer un chef-des-rangers afin d’avoir des missions plus à notre mesure dans les montagnes-hautes-pas-pratiques-sans-ailes du nord.



o Caractère :

Huawei est un bipède-sentant-le-félin calme, et qui s’enchante beaucoup pour beaucoup de chose. Il n’aime pas le combat, mais ce n’est pas un fuyard il a du courage lorsqu’il lui en faut. Ses oreilles-qui-bougent-tout-le-temps sont toujours en train d’écouter partout et comme les félins-couverts-de-fourrure il est curieux. Il ne refuse jamais un moment avec moi, que ce soit pour jouer ou être seuls, des moments où il s’installe entre mes pattes et me caresse la tête en me racontant des histoires ou encore en me chantant quelque chose.

Kesero est un dragon qui au début était comme tous les dragonneaux, joueur, excité, mais jamais impatient, il a toujours su laisser tout bouillonner en lui pour tout ressortir plus tard. Bien sûr il est encore jeune, comme moi, et son caractère à juste évolué en quelque chose de plus calme, moins excité, mais toujours aussi prompt à jouer avec moi. Ce qu’ont pu dire de nous deux nos professeurs, c’est qu’on est un duo calme et sympathique. Et notre travail à Aériaplume pour le moment, ne déplait à personne.

o Passions, phobies :

Huawei-compagnon-de-vie apprécie les vols que nous faisons dans les airs-hauts-et-glacés, car nous sommes seul et ils aiment quand nous sommes seuls. Nous passons beaucoup de temps ensemble, et quand nous ne pouvons pas, Huawei me laisse toujours son esprit ouvert. Mon lié aime la nuit et les étoiles, les chansons et les histoires. Il apprécie aussi la compagnie des autres bipèdes quand il ne peut pas être avec moi. Huawei-être-aimé n’aime pas quand les autres disent autre chose que ce qu’ils pensent, et lui-même essaye de ne jamais le faire, même si il y a des fois où les évènements l’obligent à le faire.

Les plaisirs de Kesero sont plutôt simples, il aime voler, chasser ses proies, mais aussi nager et courir. Je n’ai pas vu beaucoup de dragons à l’école se déplacer ailes contre le corps, sur le sol, aussi souvent et aussi rapidement. Il aime aussi tous les moments qu’on peut passer ensemble, d’ailleurs, je dors peu souvent dans un lit avec un toit sur la tête. Je préfère de loin, et lui aussi, ses pattes pour matelas, et son aile pour toit. Il n’aime pas du tout quand on s’approche trop vite de lui, ou qu’on lui parle comme à un animal domestiqué. Même s’il n’a jamais été sauvage, ce n’est pas un animal domestique. Je ne le considère même pas comme un animal.

o Armes :

Je me défends avec un bâton s’allongeant selon mes besoins. Il peut s’étendre d’un à trois mètres, et est taillé dans de l’ébène, donc très dur. Au besoin je sais bien me défendre avec mes poings et mes griffes, car étant un Neko, mes ongles ne sont pas que des ongles. Comme mes canines félines plus grandes que les humaines.

Mes griffes, mes crocs et mes cornes sont des armes que je possède en moi comme tous les dragons, tout comme le feu acide que je crache et qui brûle et fait fondre ce qu’il touche. Mes écailles me protègent des attaques et du feu mieux que les armures simples des bipèdes.

o Pouvoirs :

Je n’ai pas vraiment de pouvoirs très définis, bien sûr comme tout dragonnier je maître la magie, mais après je touche un peu à tout, sans forcément être plus doué d’un côté que de l’autre. Les sorts liés aux éléments par exemple, j’en connais beaucoup, mais des basiques, et je maitrise mieux l’eau et la terre. Je sais soigner des plaies, tant qu’elles ne sont pas mortelles dans l’immédiat, je peux les soigner. Je ne sais pas invoquer, enfin je sais la théorie mais n’ai jamais réussis en pratique…

Le feu que je crache est un pouvoir en soit, et mon être recèle de la magie, mais elle n’est pas aussi maîtrisable que celle que les bipèdes utilisent.

*Choses particulières à vos personnages :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Nombre de messages : 600
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Huawei et Kesero   Mar 29 Mai - 0:08

Bienvenue à tous les deux !

En voila une fiche mignonne, sympathique à lire, et qui m'a fait sourire. Bonne chance pour la suite à Aériaplume !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com
Laelyr
Messager
avatar

Peuple : Fée
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Localisation : En train de courir !
Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 18/05/2011

MessageSujet: Re: Huawei et Kesero   Mar 29 Mai - 23:12

Bienvenue parmi nous !

Des nouveaux chez Aériaplume, c'est cool. Et fait gaffe où tu mets les pattes Kesero !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Huawei et Kesero   Mar 29 Mai - 23:15

Merci pour cet accueil, on va faire de notre mieux !

Et mes yeux voyant plus haut que le sol, c'est à toi petit-bipède-aux-cheveux-bleus, d'éviter mes pattes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Huawei et Kesero   Jeu 31 Mai - 22:29

Il aurait été inconvenant de ma part de ne pas vous souhaiter la bienvenue, alors que vous jouez admirablement avec moi.

Bienvenue Huawei et Kesero, et à tout de suite en roleplay.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Huawei et Kesero

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Huawei et Kesero
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Hors Jeu :: Le Hall de Présentation :: Inwilissiens Initiés-
Sauter vers: