AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Retour au bercail après une longue absence.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Retour au bercail après une longue absence.   Lun 14 Mai - 22:47

La forêt lui murmura qu'elle avait conduit l'elfe et son dragon jusqu'à Sliabh. Sirgris la remercia pour sa bienveillance. Il y a des divinités qu'on ne nomme pas, mais les honorer, ne faisait jamais de mal. D'autant plus lorsqu'elle communiquait si directement avec des fils de dieux, si attachés à la terre. Sirgris pouvait aller jusqu'à faire mourir et pourrir arbres et plantes, s'il laissait la bride à son pouvoir, il lui sembla alors d'autant plus important de remercier une vieille amie. La forêt d'Iricht était celle qui l'avait fait grandir, lui avait permis de devenir un messager d'Aériaplume dans sa jeunesse. Il n'était pas vieux pour autant, lui qui y retournait. De Heurteloup avait l'impression depuis bien longtemps, en chevauchant vers Aériaplume, de sentir les bras aimant d'une famille l'étreindre pour lui souhaiter la bienvenue. Son coeur dégelait face à cet accueil que lui faisait l'Inwerin, malgré le chagrin lui noircissait l'âme depuis des années. Il venait de dire adieu à des années passés en tant que noble, répondant à l'appel d'Aériaplume, dont les supérieurs s'étaient toujours rappelés à son bon souvenir, et Sirgris avait alors toujours été généreux. Aériaplume vivait en ne comptant que sur elle même, et sur des donations, bien qu'elle formait des messagers attachés spécifiquement aux rois du Nord d'Inwilis. De Heurteloup avait été appelé pour plusieurs raisons. D'abord le décès d'un des dirigeants de la guilde, qui avait laissé un vide, depuis plusieurs mois. En suite, ces compétences, et l'accession au poste de régent du Falassost de Densham Menel'Willeen, maintenant officielle et ne tremblant pas sur ses fondations. Les troubles qui avaient suivi les folies et la mort de Al'Damaan avaient fini par ne plus être que des souvenirs. Il n'avait alors plus aucune obligations, et Densham, il le savait, saurait fort bien gérer les affaires du royaume sans lui. Quitter Fainros ne lui fut pas pénible, puisqu'il avait été éprouvant, de vivre dans un lieu où sa tendre Miwako et son fils adoré, Izan, étaient morts assassinés par une des factions de l'Empire. Le fils de Meirion se rembrunit, le temps orageux de l'automne planant dans ses pâles iris, alors qu'il franchissait les portes de Celebalda. Sans le paraître, la citée était fortifiée et la surveillance ne semblait jamais se relâcher, même en temps de paix. Les Inweriens étaient prudents, c'est ce qui les avaient sauvé durant la dernière guerre. Les fortifications de Celebalda étaient constituées d'épaisses murailles reliant le dernier cercle externe des Géants Gris, ses immenses arbres à l'écorce presque argentée. Les murailles en question ne se voyaient pas, mais se ressentaient, des crépitements dans l'air, et parfois visibles à l'oeil nu. La magie défendait la citée des arbres. Déjà vêtu comme un messager, Sirgris fut quand même arrêté aux portes. Il ne portait pas la broche qui identifiait chaque messager rentrant au bercail. Il dut sortir la missive envoyée par le siège d'Aériaplume pour qu'on consente à le laisser entrer.

La citée était toujours la même, peut être plus imposante encore que lorsqu'il y vivait. Celebalda avait vieilli elle aussi, tout comme lui. De Heurteloup fut cependant heureux, malgré son visage impassible, de revoir l'élégante citée. Le sol grouillait de monde, tout comme les escaliers, passerelles et longues avenues de bois suspendues. Le bruit était presque assourdissant, lui rappelant le port brailleur d'Armenelos. Le cavalier ne s'arrêta pas, ne perdant pas de temps, bien qu'il nota l'installation d'un nouvel artisan, maître forgeron, alors qu'il s'engageait dans l'avenue menant jusqu'au Géant Gris de la guilde des messagers. Un large portail était ouvert sur une cour qui bourdonnait d'activité, de chaque coté, deux sentinelles, deux rangers. Pas moins de trois géants gris abritaient Aériaplume, de leurs racines jusqu'au sommet. Parvenu aux deux rangers en faction, Sirgris tendit une fois de plus la missive, et eut un certain plaisir à voir les yeux du ranger s'écarquiller lorsqu'ils passèrent sur son nom.

-Heureux de constater que l'on ne m'a pas oublié.

La terreur des novices et des moins novices, Sirgris Heurteloup, revenait avec une particule en plus entre son prénom et son nom. Son regard glacial balaya la cour, avant de se reposer sur le ranger qui lui rendait sa missive. Celui-ci parvint à lui sourire, et l'Andain en déduisit qu'il en fallait plus à celui-là pour se laisser impressionner. Surtout pas par quelqu'un qui n'avait pas travaillé à Aériaplume depuis des années. Il aperçut des têtes familières, de ceux qui avaient vécu la grande guerre, il salua une femme qui n'était autre que Dielyn Eleuthrius, une des fondatrices qui donnait un cours en plein air, alors qu'il s'enfonçait jusqu'aux écuries. Sirgris démonta une fois devant les portes, attendant qu'on vienne s'occuper de son cheval, comme il était de coutume lorsqu'un messager rentrait. La tâche de s'occuper des chevaux étaient en partie remplie par les palefreniers d'Aériaplume, mais également par les messagers et rangers, qui effectuaient cette tâche, se la partageant par un système de roulement, ou de tours, afin d'éviter que certains y échappent.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Mar 29 Mai - 0:57

Huawei-compagnon-de-vie et moi n'échappions pas aux règles d'Aériaplume, nous les avions acceptés tous deux lorsque nous étions entrés dans cette institution bipède.
Et l'une d'entre elle qui me contrariait beaucoup, c'était qu'il fallait rentrer à chaque fin de mission pour rapporter ce qui s'était passé sur les routes, ou si le colis avait bien été livré. Nous nous étions posés sur le sol pour pouvoir passer les barrières-invisibles-magiques, puis avaient marchés jusqu'aux quartiers. Pendant la route, Huawei finissait d'écrire son rapport qu'il avait commencé en vol, une habitude qu'il avait voulu avoir dès le début de leurs vols ensemble, apprendre à écrire en vol. Et mon lié y arrivait très bien à présent après des débuts difficiles. Nous avions surveillés pendant une semaine un chemin escarpé que peu de bipèdes-pas-d'Aériaplume empreintaient, mais beaucoup de coursiers si. Il y avait eu de récentes traces d'ours, une femmelle avait eu des petits. Alors nous avons chassés la femelle plus loin afin de sécuriser le passage, sans les tuer pour rien. Mais rien de plus inquiétant. Le sol avait été assez solide pour que je me pose et l'arpente à patte, et le vent n'avait pas été trop fort.
J'allais directement vers l'arbre-maison d'Aériaplume, ais quand le chemin fut remplit de bipèdes, je sautais et reprenais la voie des airs. Certains bipèdes ne bougeaient pas quand ils me voyaient arriver vers eux, et c'était aussi agaçant qu'un caillou entre les griffes. Je pouvais voler entre les arbres-maison-gris mais dans deux ans, je savais qu'il faudrait que je marche ou que j'attende à l'extérieur de la forêt. Je grondais, pour quon fasse de la place dans la cour, afin d'éviter à mes patess d'écraser un être vivant. Les chevaux eurent peur pour ce qui n'étaient pas habitués, mais les autres ne firent que pousser un cri de mécontentement.
Une fois les pattes au sol, je repliais mes ailes, et m'ébrouais après qu'Huawei saute à terre.


Je caressais le flanc de Kesero une fois que mes deux pieds eurent touchés le sol. Je retirais complètement la cape doublée de fourrure que j'avais, n'en ayant plus besoin alors que le vent n'était pas aussi glacé que celui des montagnes.
Mon rapprt déjà écrit sous le bras j'allais vers les écuries. Je n'avais peut-être pas un cheval, mais un dragon, mais Kesero avait volé presque d'une traite de notre lieu de surveillance à ici, dès que nous avions laissé le champ libre à un autre ranger, et chasser n'allait pas être dans ses priorité. Il n'y avait pas une foule de dragonnier au service de l'institution mais une partie des écuries avait été aménagée afin de permettre aux écailleux de se reposer. On leur fournissait même une pièces de viande et de l'eau comme on fournissait du foin et un rafraichissement aux chevaux. Mon dragon était étonnament silencieux dans ses déplacements, je lui avais passé à chaque patte un bracelet tresse avec des perles gravées de runes de silences, quelque chose qu'on m'avait demandé pour éviter d'effrayer encore plus les chevaux qui n'avaient jamais vu de dragon.
Bien sur, on ne passait pas par la porte pour les chevaux, Kesero n'aurait pu y rentrer que la tête et le cou, notre entrée était à quelques mètre, aussi grande que la porte d'une grange de ferme. J'irais comme d'habitude chercher moi même la viande, je trouvais normal de m'occuper moi même de mon dragon, et de toute manière Kesero n'aurait pas accepté quelqu'un d'autre. En passant, je pu voir un messager que je n'avais jamais vu avant. Ce devait être un messager, vu qu'il attendait aux écuries qu'on s'occupe de son cheval. Je me dépêchais alors d'aller chercher le du de Kesero.


Huawei-lié-félin n'avait pas attendu comme d'habitude que je sois entré dans le batiment-sentant-le-cheval avant d'aller chercher ce qui serait mon repas.
J'avais sentit la curiosité le gagner en voyant l'homme-sentant-les-feuilles-mouillées-et-jaunes, et je connaissais assez mon lié pour savoir qu'il voulait satisfaire sa curiosité pour l'homme qui attendait. J'entrais donc seul, et me couchais sur le lit de foin qui m'attendait là, buvant dans un tonneau d'eau pour étancher ma soif. Huawei-curieux m'apporta ma viande et prit quand même la peine de m'étreindre le museau, avant de repartir vers l'entrée des chevaux. Je ne m'attardais pas sur ses motivations, et atrappa la pièces saignante entre mes pattes pour la manger.


J'avais serré Kesero dans mes bras, accroché ma cape sur un clou, et mon sac toujours sur le dos, je courrais vers l'entrée des écuries en voyant que les personnes devant jouer le rôle d'accueil n'avaient pas l'air d'être là, ou étaient prises. Et même j'avais cette irrepressible envie de savoir qui était ce nouveau visage chez Aériaplume, même si nouveau visage ne signifiait pas tout le temps, nouveau venu. J'ouvrais une porte de l'écurie, et en sortais donc. Une fois devant l'homme à l'air impassible, mes oreilles dressées en signe d'interêt, je m'inclinais un peu face à lui.

-Je vais m'occuper de votre monture monsieur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laelyr
Messager
avatar

Peuple : Fée
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 19
Localisation : En train de courir !
Date d'inscription : 18/05/2011

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Mar 29 Mai - 23:15

Les écuries n'étaient pas l'endroit le plus accueillant du monde pour une personne comme Laelyr, qui n'aimait que très peu les chevaux, il ne pouvait donc que soupirer lorsqu'il dut aller s'occuper des montures de la volière. C'était comme un accord tacite entre le jeune homme et les équidés, ils s'évitaient et tout allait pour le mieux, surtout pour le Fey qui avait toujours un peu peur de recevoir un coup de sabot, qui pourrait lui être fatal. D'habitude il échappait à la corvée de s'occuper des chevaux en repartant comme à son habitude sans trop tarder, prenant son rôle de messager très à cœur ; sauf qu'à chaque pause qu'il faisait, Laelyr ne pouvait pas y couper. Après un déjeuner copieux en compagnie de Munir, il fut assigné aux écuries, Avec tout le nécessaire pour s'occuper des chevaux.

D'abord, apporter de l'eau, un seau à la main il fit des allez-retours pour réapprovisionner chaque cheval en eau s'il en manquait. Le Fey avait déployer ses ailes et voletait pour gagner du temps, et éviter de trébucher et renverser de l'eau. Ensuite, il enchaîna avec la partie qu'il aimait le moins, car l'amenait au contact direct avec le sabot de l'animal, à savoir leur curage. Armé en conséquence, il s'occupa du premier animal, l'approchant doucement, et lui prit avec précaution l'une des pattes antérieur, et avec un cure-pied entrepris de nettoyer avec délicatesse le sabot du cheval, avant de passer un coup de brosse pour que tout soit bien propre. Sur les quatre pattes il n'eut aucun problème, et se sentit soulagé.

"Et voila, tu dois te sentir mieux non ?"

Il n'attendait pas de réponse, mais préférait se montrer gentil. Le léger vrombissement de ses ailes se fit entendre, alors qu'il prit un peu de hauteur, une étrille en main, il commença doucement et chassa les saletés, principalement les traces de boues et la poussière. Continua avec d'autres brosses, pendant un bon moment afin de rendre à la robe de l'animal tout son lustre. Laelyr termina avec un peigne, démêlant avec douceur sa crinière, tout en fredonnant une chanson qu'il avait appris étant jeune mais dont il avait, depuis le temps, oublié les paroles.
Du bruit fit brièvement sortir le Fey de ses pensées et de ses coups de peigne, et il en profita pour se poser et replier ses ailes, pour ne pas trop les fatiguer. De toute façon, il avait fini, et devait passer à un autre cheval. Laelyr sortit du box et vit à l'entrée deux hommes, l'un devant revenir de mission à cheval et le deuxième allant s'occuper de l'animal. Mais c'est le bruit de mastication, de l'autre côté, qui intriguait le jeune homme. Cela n'était clairement pas un équidé qui produisait un tel bruit, et cela venait de l'endroit aménagé pour les Dragons. Il n'en avait jamais vu jusqu'à présent, du moins pas de près et encore moins travaillant pour Aériaplume ; le Fey connaissait un dragonnier, mais n'avait jusqu'à lors pas vu son compagnon. Était-ce bien l'une de ces créatures qui faisait un tel bruit ?
Laissant son travail de côté un instant, et poussé par la curiosité, il alla voir rapidement, se sentant fébrile à l'idée de voir l'une de ses bêtes si majestueuse et quand il la vit...

"Ouaaaaah..."

Il était gigantesque, en train de dévorer de la viande avec ses puissantes mâchoires. Le Dragon était immense, et le Fey se dit qu'il devait paraître encore plus minuscule à côté de cet être qui n'était qu'une montagne de muscle et d'écailles, en plus d'être d'une grande intelligence. C'était incroyable, et il fut incapable de parler en regardant la créature, qui dut remarquer sa présence. Faute de mieux, il balbutia quelques paroles à l'intention de l'être en face de lui, tout en se reculant par réflexe.

"T-tu es un Dragon ? Euh, je veux dire, un vrai ?... Oh, excuse-moi, c'est la première fois que j'en rencontre un..."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Jeu 31 Mai - 22:26

La patience était une vertu. La ponctualité était la moindre des politesses. Sirgris de Heurteloup pinça les lèvres lorsqu'il jugea qu'il attendait depuis trop longtemps. Les écuries étaient à moitié pleines, comme il convenait aux écuries du siège d'Aériaplume. Pourtant, il ne semblait y avoir personne qui tiennent sur deux jambes, ou du moins, qui soit capable de prendre soin de sa monture. Le noble se retourna, ses yeux de glace balayèrent la cour, mais personne ne semblait lui prêter plus d'attention. Il eut un vague sourire, avant de froncer les sourcils, en voyant que le ranger aux portes le regardait. Poussant un soupire résigné, il commença à déboucler la selle, le faire devant les écuries lui éviterait d'avoir à le faire dans l'espace exigu du box où il conduirait sa monture. Bien qu'il n'ait pas vraiment pris soin des chevaux lorsqu'il était à Fainros, Sirgris ne s'était pas anobli au point d'oublier d'où il venait, et comment prendre soin d'une monture. Bien que le trajet depuis Dangweth n'ait pas vraiment pu la fatiguer, il avait fait attention à ne pas malmener l'équidé, et si Sirgris maîtrisait quelque chose, c'était bien d'arriver à l'heure et en temps voulu. Évidemment, cette ponctualité légendaire serait écornée, non seulement avait-il perdu du temps avec Tylia, mais il en perdait encore maintenant. Le fils de l'Automne pouvait déjà voir le sourire suffisant de Munir. Il fit glisser sa selle, la jetant sur son épaule, se retournant dans le même mouvement. Le vent lui apporta l'odeur de quelqu'un.
Sirgris eut bientôt devant lui un jeune Neko, plutôt frêle, aux cheveux aussi noirs que les siens, lui proposa de s'occuper de sa monture. Ne faisait guère partie de ses nobles arrogants, pensant que tout arrive sur un plateau d'argent, mais sans être d'une grande accessibilité, Sirgris, demeura impassible. Son visage resta de marbre, ses yeux froids examinèrent le Neko, vêtu comme un messager. Le vent lui apporta quelques renseignements supplémentaires. Celui-là revenait de voyage également, il sentait les montagnes où Sirgris avait grandi. Ce qui dégela quelques peu ses prunelles transparentes.

-Je crois qu'elle a surtout besoin de fourrage et d'eau. Elle vient de Dangweth, ses sabots ont été vérifiés ce matin.

Tendant gracieusement les rennes au Neko, Sirgris ne put s'empêcher de penser qu'il était petit, en plus d'être frêle. Et pourtant, il sentait autre chose. L'Andain donna un petit sursaut à la selle sur son dos, qu'il tenait d'une main, pour mieux la caler, après avoir repris ses fontes laissées par terre.

-Merci Messager. Je vais déposer moi même la selle, là où elle doit être. Si l'emplacement n'a pas changé. Il y a des années que je ne suis pas venu.

Il espérait aussi qu'il saurait retrouver son chemin dans le dédale de couloirs que contenaient les géants gris abritant la guilde, à ne pas s'y tromper, la fumée qui sortait de l'arbre ouest, était celle venant des fourneaux des cuisines, qui tournaient jour et nuit, accompagnants les horaires plus que flexibles et erratiques des messagers. Il n'avait pas entendu dire que la guilde ait subi quelque changement en matière d'architecture, ou d'organisation intérieure, mais il tint à s'en assurer.

-Je n'ai pas mis les pieds ici depuis au moins un siècle. L'endroit en semble pas avoir changé. L'office de Munir se trouve-t-elle toujours dans l'arbre du milieu ? Comme le reste de l'administration ?

Sirgris n'était jamais vraiment revenu après sa convalescence à Or Blanc, après la vague de mana qui les avait fauchés, lui et d'autres rangers et messagers, qui assuraient la liaison entre les armées de l'Alliance et celles d'Alatairë. Juste à la fin de la guerre. Une fois guérit, la guerre était finie, sa mère était morte, il avait eu alors le cœur trop lourd pour participer à la folie des représailles. En suite il y avait eu Fainros et Miwako. Et il avait simplement rencontré Dielyn, pour lui annoncer qu'il quittait Aériaplume.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Jeu 31 Mai - 23:12

La selle sur le bras, le nouveau visage n'avait pas attendu pour commencer à s'occuper de sa monture.
C'était normal, il attendait depuis un moment, et pour savoir que Kesero n'aurait pas aimé que je m'occupe tardivment de lui après un voyage, je me doutais que l'homme qui avait attendu avait pensé la même chose pour la jument qu'il avait chevauché. Je pris les rennes avec soin, et menais la jument près de moi, tendant la main pour caresser son encolure comme je l'aurais fais pour mon compagnon à écaille, sans pour autant que ça me fasse le même effet. Ainsi ils venaient tout deux de Dangweth, une route assez longue, la jument méritait amplement de boire, manger puis de calme pour récupérer. Mes oreilles imprimèrent un léger mouvement quand quelqu'un apparu devant Kesero. Mon dragon ne fit aucun mouvement, continuant de manger, l'être lui apparaissait petit, et non dangereux. Au contraire il semblait en avoir peur.


Je mangeais avec soin la viande que m'avait apporté Huawei, la tenant entre mes pattes de devant et en enlevant de grands morceaux par la force de mes crocs. J'avais sentit quelque chose approcher, quelque chose de pas très grand, et magique. Ce fut un bipède aux cheveux-couleur-ciel-d'été quise présenta devant moi, ayant l'air émerveillé qu'on les jeunes bipèdes en voyant un membre de mon espèce pour la première fois. Les paroles qu'il prononça après son exclamation de découverte me firent avaler ma viande plus vite, pour pouvoir le regarder fixement quelques secondes. Puis je tendais un peu mon cou vers l'être-magique-aux-cheveux-bleus, et soufflais un peu dessus.

[Ai-je l'air d'être fait de bois ou de pierre petit-bipède-bleu ?]

Huawei-compagnon-de-vie avait aussi une discussion avec le bipède-sans-expression-de-visage, que je suivais en même temps qu'il suivait ma vie au travers du lien unissant nos âmes.


J'hochais simplement la tête, un petit sourire flottant sur mes lèvres à cause de la réplique qu'avait formulé mon Kesero, quand le messager m'expliqua qu'il allait remettre lui même la selle dans le lieu où elles étaient toutes stockées. Mon esprit divagua un peu en pensant que celle de Kesero y était aussi et qu'il y avait longtemps que je ne l'avais pas entretenue, il fallait y remédier. Mais je ne me laissais pa trop distraire par cette pensée, et lorsque l'homme, qui d'après Kesero sentait l'automne, me demanda si l'office de Munir était toujours dans le bâtiment principal, je lui répondais.

-Oui, mais il n'est plus au deuxième étage, il a déménagé depuis peu au rez de chaussé, là où il y avait l'office des ressources humaines. Après, nous sommes ici depuis peu, donc je ne sais pas si quand vous étiez là, Munir occupait le bureau qu'il a occupé à notre arrivé, ni si les ressources étaient ici aussi.

Tout en parlant, je caressais le museau de la jument, pour la faire patienter un peu, le temps que je finisse de parler, et que je l'emmenne dans un des box libres.

-Mais si vous avez encore quelques minutes, je peux vous accompagner après l'avoir nourrie et désaltérée, ça ne me dérange pas le moins du monde, je dois rendre mon rapport en passant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Dim 3 Juin - 22:34

-A dire vrai, fit-il posément, Munir n'était même pas messager quand j'étais ranger d'Aériaplume. Mais j'ai eu l'occasion de le croiser. Une ou deux fois. Et il n'occupait pas encore de bureau.

L'Andain songea qu'il lui faudrait se mettre à la page rapidement, ce qui ne devrait guère être difficile pour quelqu'un comme lui. Il connaissait Munir Hal'Berek parce qu'il était passé à Fainros, monté sur le dos de Fiera, sa dragonne, et que Fiera était née au Collège de Turin Valdis, non loin de la capitale du Falassost. Munir et Fiera avaient fait partie de l'escorte, deux fois, de l'ambassadeur de Fendassë, lors des Conseils Annuels de l'Alliance. Se présenter à Munir Hal'Berek était une formalité, qui se résumait simplement à entendre les dernières informations sur les rangers que Sirgris de Heurteloup devrait maintenant coordonner, se familiariser avec les changements par lesquels étaient passé Aériaplume depuis qu'il était parti. En suite, Sirgris savait qu'il devait rencontrer les autres chefs qui se partageaient la direction d'Aériaplume, être présenté officiellement aux rangers et messagers, pour ceux qui ignoraient qui il était. Et ces derniers devaient maintenant être plus nombreux que ceux sachant encore qui était Heurteloup. Comme le jeune Neko qu'il suivait, entrant dans les écuries.
Alors que le messager menait sa jument à un box, Sirgris bifurqua, portant toujours sa selle sur le dos, ne répondant pas à l'invitation du Neko. La salle était vide, à l'exception de rangées entière de selles, et d'équipements destinés aux montures et aux cavaliers. Il déposa la selle, à coté de deux autres, près d'une large table destinée à la vérification du matériel. Chaque équipement de cavalier était vérifié, et il y avait autant de différence entre les différents types d'équipements que de types de montures. Les écuries d'Aériaplume abritaient bien sûr, des chevaux, mais également des Laurëcaras, utilisés pour porter des messages urgents, ou bien royaux, des Reith, ces animaux à mi-chemin entre le chameau et l'autruche, à la tête osseuses, presque de dragon, à la robe fauve, quelques lézards, et un espace aménagé pour les gros écailleux, à savoir les dragons. Les chevaux et les Laurëcaras étaient les seules montures herbivores, les autres étaient séparées dans des salles différentes, afin d'éviter qu'un Reith croque un morceau de cheval. La configuration n'avait pas changée, et Sirgris en fut fort aise. Revenant au près de sa jument, qui se faisait dorloter par le Neko, il daigna enfin lui répondre :

-J'accepte avec joie que vous me montriez le chemin. Les lieux n'ont pas l'air d'avoir tellement changé, mais j'aimerai éviter de me perdre. Ce serait le comble pour un ranger.

Le fils de Meirion s'écarta pour laisser passer le jeune messager avec un sac de grains. Au même moment, deux palefreniers revenaient des stalles réservées aux Laurëcaras, l'air fatigué, mais le sourire aux lèvres. L'un des deux étaient une très jeune femme, que Sirgris estima avoir moins de quinze ans, plutôt petite, aux cheveux aussi sombre que les siens, et des iris pâles, dépourvus de pupilles, des yeux qui lui ressemblaient. Mais elle n'était pas fille de Meirion, la terre lui disait qu'elle n'était pas Andaine. A coté d'elle, marchait, à première vue, un elfe. Mais Sirgris savait que Jalmari Zlatan était un des ces Aérial capable de dissimuler leurs ailes. Grand, musclé, blond aux yeux bleus, il avait été l'exact opposé de Sirgris, lorsque tout deux étaient rangers, jusqu'à ce qu'ils soient balayés par la vague de Mana, qui les amena au Sanctuaire d'Or Blanc.

-Jalmari.

Sirgris vit le même de surprise qu'avait eu le ranger aux portes, passer sur le visage de l'Aérial, tandis que la jeune fille le regardait d'un air confus. Il ne fallut pas longtemps au vieux ranger pour se ressaisir, un large sourire s'épanouissant sur ses lèvres.

-Ça alors ! Heurteloup ! Ou devrais-je dire monsieur De Heurteloup. Te voila donc revenu chez nous. T'auras mis le temps. Je vois tu as déjà fait la connaissance de Huawei, navré de pas avoir été là pour t'accueillir, mais une de nos Laurëcaras a mis bas cette nuit. Je m'oublie, la mioche à coté de moi, c'est Shirin, elle est novice. Laissez donc moi cette jument, j'imagine que Munir vous attend tous les deux.

-Tu parles toujours autant Jalmari.

Un léger air d'amusement passa sur le visage de Sirgris. Après Dielyn dans la cour, Jalmari était la deuxième personne qu'il connaissait, qui revoyait après des années. Peu enclin aux effusions de sentiments, et aux retrouvailles larmoyantes, Sirgris laissa à peine paraître sa joie de revoir après tant d'année, un vieux compagnon de route, et compagnon de convalescence.

-Et toi t'es toujours aussi peu causant, avec autant d'expression faciale qu'une statue de marbre. Huawei, tu reviendras me voir, j'ai procédé à quelques ajustements sur une des selles pour Kesero.

La discussion était close, et Sirgris attendit Huawei, puisque tel était le nom du Neko qui était venu à sa rencontre. La jeune Shirin le regardait avec curiosité, et l'Andain fit le choix de l'ignorer pour le moment. Lorsque Jalmari eut fini de tenir la jambe au Neko, Sirgris put lui emboiter le pas alors qu'ils se dirigeait vers le géant gris du milieu, traversant l'immense cour interne d'Aériaplume.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laelyr
Messager
avatar

Peuple : Fée
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 19
Localisation : En train de courir !
Date d'inscription : 18/05/2011

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Lun 4 Juin - 18:53

Le jeune Fey en avait vu des créatures lors de sa carrière de messager, qui pourtant n'était pas bien longue, et de toutes les bestioles qui en avaient eu après ses fesses afin de faire de lui leur casse-croûte, aucune n'égalait en beauté le Dragon face à lui, pas plus qu'en dangerosité à en juger par les griffes et les crocs qui déchiraient la pièce de viande. Laelyr ne put s'empêcher de penser que, s'il arrivait habituellement à se sortir des griffes de tous les monstres voulant l'attraper, un tel reptile en revanche ne lui permettrait aucune échappatoire. De ce qu'il en voyait, ses ailes bien que repliées devait être immense et lui permettre de voler sur de grandes distances en peu de temps ; il en était bien loin, avec ces petites ailes fragiles, qui peinaient à le faire voler très longtemps et peu loin.
Laelyr se sentait petit et humble face à cette créature, mais aussi heureux de contempler un être aussi beau. Du moins jusqu'à ce qu'il s'arrête de manger, et ne s'approche pour lui souffler dessus, ce qui le fit instinctivement reculer, et trébucher. Se retrouvant les fesses au sol, il entendit la voix du Dragon résonner dans sa tête, et il se sentit très bête d'avoir parlé sans réfléchir, sous le coup de l'émotion. Un peu tremblant il se releva, et prit une grande respiration, bien décidé à ne pas paraître décontenancé. Du moins plus que nécessaire. Il rétorqua donc au Dragon :

"Oh non non, excuse ma confusion, c'est que je m'y attendais pas, je n'avais jamais vu de Dragon ici, et tu as l'air trop vrai pour être vrai..."

Pas très convaincant, mais le Fey n'avait pas mieux à fournir pour sa défense. Depuis son plus jeune âge il rêvait de voir un Dragon, désir qui s'était estompé avec le temps, et avec le travail ; et là, il se retrouve nez-à-nez avec un écailleux, qui le regarde en mangeant. C'était inattendu, et une raison suffisante pour expliquer sa légère confusion. Laelyr voulait être dragonnier quand il était jeune, comme beaucoup d'autres choses, et n'avait pas poursuivi cette idée en étant émerveillé par le travail de messager. En cela il avait pu réaliser son rêve, et ne regrettait pas de ne jamais être aller voir si un œuf de Dragon l'attendait.
Pour un premier contact avec un de ces êtres majestueux, il trouvait que ça c'était plutôt bien passé, vu les circonstances. Il n'avait pas fini avec un membre en moins, ni du prendre la fuite. Il se reprit donc, après sa fin de phrase plutôt brouillon, pour essayer de se rattraper et se présenter plus convenablement.

"Moi c'est Laelyr, et je ferai mieux de me taire avant d'encore dire des bêtises... T'es nouveau ici ? Parce que bon, depuis le temps je t'aurais vu..."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Lun 4 Juin - 22:49

J'hochais la tête et entrais donc dans les écuries suivit de la jument, et quelques seconde de son cavalier. J'avais eu une bonne iitiative de préciser pour les bureaux, et surtout pour avoir proposé d'accompagner le messager, car si Munir n'était pas à Aériaplume lorsqu'il était présent, le messager ne pourrait forcément deviner où il se situait.
Je trouvais un box vide, et la laissait entrer à l'intérieur. Une fois qu'elle y était, j'enlevais sa bride et son mords, puis pendant qu'elle buvait, je la brossais un peu, lui parlant tout en lui retirant une partie de la poussière du voyage. Je me présentais à elle, lui parlai un peu de la couleur de son pelage que je trouvais jolie. Je savais grâce à Kesero qu'un peu de flatterie faisait plaisir, encore plus lorsque c'était sincère. Je souriais lorsque lors de mon compliment, la jument s'ébroua un peu, comme une dragonne se pavanant un peu, pour faire briller ses écailles au soleil.


Le petit-bipède-bleu recula et tomba sur son postérieur. J'atrappais le dernier morceau de mon repas et l'avalais comme le font les oiseaux-gobeurs-de-poissons, le lançant, puis le faisant glisser dans ma gorge. J'étais Dragon, et aussi le fait qu'on ai un peu peur de moi me plaisait autant que les compliments qu'on me faisait. Ceux d'Huawei-être-aimé étaient les plus importants à mes yeux. Ma gorge se secoua d'un rire qu'Huawei-lié qualifiait de grondant en entendant que j'étais trop vrai pour l'être, et je mis ma tête près du sol pour voir de près le petit bipède-magique.

[Si je suis trop vrai pour l'être cela ne veut pas forcément dire que je suis faux, vu que je suis vrai. Non ? Si le vrai était faux, tout serait faux et le vrai n'existerait pas. Mais le faux non plus.]


J'eu un rire bref mais sincère alors que j'allais chercher le grain pour la jument quand Kesero s'adressa à son petit bipède. Mes oreilles se tournèrent pour entendre le messager inconnu revenir, puis s'adresser à moi.
Il acceptait ma proposition, je le conduirais donc au géant gris de l'administration, jusqu'au bureau de Munir. Il s'écarta afin de me laisser passer, et je déposais le sac près de la jument qui arrêta bien vite de boire pour mettre le museau dedans, et alors que j'allais répondre, deux persones arrivèrent. Et je pu remarquer que le cavalier qui sentait l'Automne connaissait Jalmari, qui eu un air surpris qui passa sur son visage. Moi même quand j'entendis le "de" devant le nom du messager qui s'appelait donc de Heurteloup, je devais avoir le même air. Un noble, ce n'était pas chose courante, surtout pour un messager.


L'information qu'avait eu mon lié était inattendue. Apparament le nouveau avec qui Huawei-félin-étonné, était important chez les bipèdes, portant un "de" dans son nom.
Le bipède-ailé qui était face à moi n'en avait pas, mais pour un dragon, seul les crocs et la gloire au combat faisaient l'importance. Le petit bipède se contredisait, parlant de se taire, puis parlant encore. Je le regardait presque fixement dans les yeux, ma tête environ à deux pattes de lui. La maison-arbres des messagers était très grande, même pour moi, et il était possible Qu'Huawei-félin-lié et moi n'ayons pas vu le petite bipède. Surtout moi qui ne venais qu'après les missions pour manger et me reposer, puis nous repartions à l'entrée de la forêt le jour d'après pour être seuls, et chasser.

[Je suis Kesero, et nous sommes ici depuis six cycles de lune, ou six mois comme vous dites vous autres bipèdes. Mon compagnon-de-vie s'appelle Huawei, c'est un bipède-félin-aux-oreilles-et-queues-bougeantes, se promenant peu ici, nous ne restons pas longtemps dans la maison-arbre, trop de monde]


Je souriais doucement à Shirin que j'avais déjà croisée une ou deux fois. Quand à Jalmari je l'avais rencontré dès notre arrivée, afin qu'il me montre la partie que pourrait occuper mon dragon. C'était quelqu'un de très bavard, mais qui n'avait pas un mauvais fond, et que Kesero appréciait tout autant que moi.
J'écoutais alors Jalmari qui m'expliqua brièvement ce qu'il avait fait a une des selles pour Kesero. Tout simplement mettre de nouvelles courroies plus larges pour augmenter le confort, tout en réduisant la surface de la selle. L'idée semblait très bonne, Kesero qui n'appréciait que peu les selles me transmit même un sentiments de contentement. Même s'il n'était pas dit qu'elle lui plairait, l'attention lui plut.

-Je reviendrais alors, nous pourrons voir si elle lui va, même si l'idée lui plait déjà. Et merci, pour la jument, je l'ai brossée rapidement, pour la délasser un peu, tu sais quoi faire mieux que moi pour le reste.

Je me dépêchais de partir du box, et de Heurteloup me suivit donc dans la cour. Mes oreilles frémissaient d'impatience. Je mourrais d'envie de demander à de Heurteloup qui il était, ce qu'il serait ici, pour Jalmira avait eu l'air plus que surpris de le voir. Mais toutes ces questions ne pouvaient être posées immédiatement, je fis alors le choix d'en poser qu'une seule, et de me présenter moi même, parce qu'il n'était pas très poli de ne pas le faire.

-Je sais que Jalmari a dit mon nom tout à l'heure, mais je me présente quand même, je m'appelle Huawei Avaya. Et Kesero est mon compagnon, c'est un Dragon gris, nous venons de Fainros. Et, et vous ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laelyr
Messager
avatar

Peuple : Fée
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 19
Localisation : En train de courir !
Date d'inscription : 18/05/2011

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Mar 5 Juin - 14:44

Le Dragon ria avant de rétorquer au Fey à propos du trop vrai pour être vrai, avant de consentir à se présenter. Kesero, un nom qui lui allait bien trouva le messager, qui réfléchit un peu avant de répondre quoi que ce soit à son interlocuteur. Peut-être avait-il l'impression de s'adresser à un enfant, et lui faire clouer le bec avec de la rhétorique, mais s'il y avait une chose qu'aimait particulièrement Laelyr, était surprendre en montrant qu'il en avait clairement plus dans la caboche que ce que laissait supposer son apparence. Même s'il doutait de pouvoir faire le poids face à l'intelligence d'un Dragon.
Il se racla au préalable la gorge, et prit un air sérieux qui lui donnait un peu l'air d'un enfant qui allait réciter quelque chose au tableau, avant de lancer finalement.

"Disons qu'il s'agit plus de la réalité et de la perception que l'on en a ; on a pas toujours conscience qu'une illusion en est une, et je pourrai très bien avoir eu l'impression de voir un Dragon là où il y aurait eu de fortes chances qu'il y en ait un sans que cela soit réel pour autant, mais que mon esprit se forcerait à trouver réaliste. Et il faut dire que vous êtes bien trop majestueux pour que cela semble être autre chose qu'un rêve, Kesero."

Le compliment était sincère, comment ne pas être émerveillé par la beauté prédatrice d'un Dragon. Ce qui impressionnait le plus le Fey était le corps profilé pour le vol, et sans aucun doute fendre les cieux avec élégance. Lui-même avait une certaine élégance quand il voletait, mais ce devait être loin d'égaler pareil spectacle. Laelyr rougit un peu suite à ses paroles, ce sentant un brin gêné, et passa un peu nerveusement sa main dans ses cheveux bleus. Il bifurqua sur un autre sujet, un peu plus en rapport avec leur métier, et remarquant aussi que Kesero et son dragonnier étaient arrivé plutôt récemment.

"Vous êtes des petits nouveaux donc, moi ça va faire sept ans dans deux cycles lunaires que je parcoure les chemins pour livrer du courrier. Je suis pas particulièrement attaché à Celebalda, en fait je porte le courrier là où il faut, du coup je suis rarement au même ndroit très longtemps. Bon, je suis de corvée d'écurie, mais j'aime pas beaucoup les chevaux, alors si je peux faire quelque chose pour toi, j'en serais ravi."

Le Fey ponctua sa phrase d'un sourire. Ça s'était bien mieux passé qu'il ne l'aurait cru, malgré sa maladresse. Un Dragon travaillant pour Aériaplume... il savait que Munir était un dragonnier, mais il n'avait jamais vu Fiera, ou même parlé avec lui de ce sujet. A dire vrai Munir n'était pas des plus causant. Laelyr n'avait aucune idée de ce dont pouvait avoir vraiment besoin un Dragon, mais pouvoir être avec lui pour en apprendre plus sur eux était très forte, et ses yeux verts brillait d'impatience tout en regardant Kesero.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Mer 6 Juin - 17:17

Au moment de sortir des écuries, Sigris entendit Jalmari le rappeler. Il se retourna dans un mouvement gracieux, presque majestueux, le vent semblant s'engouffrer dans ses cheveux noirs, soulevant des feuilles mortes à ses pieds, qui n'étaient pas là lorsqu'il était entré.

-Hé Heurteloup ! Content que tu aies dit oui. On a bien besoin de quelqu'un qui sait y faire.

Les yeux pâles de l'Andain fixèrent intensément l'Aérial, qui ne s'était jamais laissé démonté face à ce regard. Fut une époque, Sirgris avait eu la parole et le sourire facile. La guerre l'avait rendu plus introverti, le meurtre brutale de sa famille avait achevé de le changer en cet être distant, froid, peut être hautain. Jalmari représentait alors ce qu'il était avant. Bien sûr, l'Aérial avait vieilli, quelques rides au coin de la bouche, des yeux. Un mince sourire étira les lèvres du noble, qui se contenta d'incliner respectueusement le buste. Jalmari répondit par un de ses sourires dont il avait le secret, avant de secouer la novice, qui continuait de regarder l'andain.

- Bon, Shirin ! Montre moi ce que tu sais faire, après avoir aidé une Laurëcaras à mettre bas, étriller une petite jument doit pas te faire peur.

De Heurteloup vit la jeune fille sursauter, et se retourner, le geste mal assuré. Il n'attendit pas pour voir comment elle se débrouillait avec la jument qui l'avait porté jusqu'ici. Huawei l'attendait à quelques mètres, ayant dû s'arrêter en s'apercevant qu'il n'était plus derrière lui. Quelques longues foulées de ses grandes jambes suffirent à rejoindre le Neko. Silencieux, Sirgris balaya à nouveau d'un regard la cour, Dielyn était toujours en plein cours, avec un groupe de futur messagers, assis en cercle autour d'elle. Elle aussi n'avait pas changé. Elle n'avait peut être même pas changé depuis la fondation d'Aériaplume. Huawei et lui évitèrent une messagère qui passa en courant, sans doute pour aller chercher une monture. Certaines missives n'attendaient pas. Une odeur de pain cuit montant au nez de Sirgris alors qu'il approchait des Géants Gris. Lorsque le Neko commença à parler, il en ressentit un certain agacement, avant de se dire qu'il devrait s'y faire. Il ne serait pas le seul à se poser des questions. Et Sirgris ne pourrait pas simplement congédier les importuns comme il l'avait fait à Fainros. Quand la question vint, il ne ralentit pas son allure de marcher, avançant toujours en longues foulées gracieuses, mais il posa un regard froid, et un visage inexpressif sur le jeune Neko. Il le fixa pendant quelques secondes, avant de regarder devant lui.

-Sirgris de Heurteloup, finit-il par lâcher après un moment de silence, j'ai travaillé pour Aériaplume il y a longtemps.

Et ce fut tout, puisqu'ils arrivèrent aux portes du Géant Gris, la base du tronc était sculptée en arcades, où se trouvaient alignés des tables, derrières lesquelles attendaient des préposés au courrier. Sirgris estima que Huawei attendrait pour en savoir plus, comme les autres, lorsqu'il serait présenté à nouveau à Aériaplume en tant que Premier Ranger. Chacun pourrait alors connaitre un peu de son histoire. Jusque là, la curiosité du chat devrait attendre. A moins qu'il ne pose des questions à Jalmari. Peu importait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Ven 8 Juin - 22:44

Je m'étais douté que je n'aurais pas plus de réponse qu'un prénom, mais les apparences pouvant être trompeuses j'avais un peu espéré avoir une réponse plus complète, même si je ne pouvais ignorer que chacun ne voulait pas forcément parler de soi dès qu'il rencontrait une nouvelle personne, et il revenait de voyage donc devait être fatigué. Par ailleurs, le nom du "nouveau" messager me rappelait étrangement quelque chose, enfin quelqu'un, sans que cela ne me revienne.

-Votre nom ne m'est pas inconnu, mais je ne me souviens pas pourquoi. Ca finira bien par me revenir, tot ou tard. En tout cas ravi de vous connaître monsieur de Heurteloup. Je suppose que je vais savoir assez tôt pourquoi vous revenez à Aériaplume ?

Le silence qu'il y eu après me laissa deviner que oui, j'attendrais. Mes oreilles retombèrent un peu, mais je gardais le sourire.


[Je te remercie de ta sollicitude Laelyr-petit-bipède-magique, mais mon lié viendra prendre soin de moi quand il aura remit le papier à donner à chaque fin de mission, contrairement aux chevaux je n'ai pas besoin d'être brossé, je sais le faire seul]

Je levais la tête, et regardais au loin. Huawei-félin-lié avait le coeur aussi bouillonnant que le feu que j'avais dans le ventre. Il se retenait avec la patience d'un dragon, de poser toutes ses questions à la fois, mais je sentais qu'il avait en lui l'envie primaire d'un chaton d'assouvir sa curiosité. La réponse donnée le déceva un peu, il n'eu que le prénom du nouveau-visage-sentant-l'automne et savait qu'il avait travaillé plusieurs lunes avant pour Aériaplume. Je grondais un peu, ressentant la frustration de mon lié, mais il se résigna en se disant que nous aurions nos réponses un jour.


Entrés dans le géant gris, je nous dirigeais tous deux vers le bureau de Munir. J'y allais avec plus d'assurance que la première fois où j'étais entré, et où je m'étais perdu. Il y avait à l'intérieur de l'arbre, une agitation digne d'une fourmillière au moment de faire les réserves. Les messagers passaient avec le courriers venant d'arriver, ou devant partir, certains avaient des colis dans les bras. Il y avait aussi les membres de la guilde qui eux n'officaient qu'en interne et s'occupaient donc des papiers, de l'approvisionnement des messagers, de leur fiches de mission et autres.
Je faisais quelques signes à des personnes que je reconnaissaient, puis pointais une porte de bureau à l'attention de Sirgris.

-Le bureau de Munir est juste ici.

Je frappais quelques coups à la porte, et attendais un vague grommellement avant de pousser pour entrer.


Mes yeux avaient retrouvés le petit-être-bleu-à-ailes. Je soufflais de nouveau vers lui et rapprocha ma tête du sol, puis de lui mais plus près qu'avant. Je savais qu'il n'était pas un jeune bipède, mais ses yeux faisaient lire qu'il en était un en ce moment. Et le seul bipède-jeune que j'avais rencontré, était la soeur-féline-intrépide de mon lié, qui avait voulu prendre mon museau dans ses bras comme le faisait son frère.

[Mais si tu veux petit-Laelyr, tu peux me toucher, comme ça tu seras assuré que tu n'as pas de vision-de-nuit éveillé.]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laelyr
Messager
avatar

Peuple : Fée
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 19
Localisation : En train de courir !
Date d'inscription : 18/05/2011

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Dim 10 Juin - 21:17

Laelyr fut un peu déçu, mais il comprenait. Et puis ce n'était pas vraiment le travail qu'on lui avait demandé, même s'il aurait été ravi de faire celui-ci à la place, s'occuper d'un Dragon, probablement plus difficile mais moins ennuyeux. Le Dragon sembla un moment ailleurs, mais finit par se pencher sur lui, et rapprocher sa tête, ce qui le fit un peu reculer. Qu'une créature aussi imposante et mortelle se retrouve si près de lui sans prévenir ne l'enchantait qu'assez peu, en raison de sa poisse, mais ce qu'il lui dit, ou plutôt proposa, le laissa sans voix. Aurait-il osé le demander ? Sûrement pas. Allait-il accepté ?
Il tendit une main un peu tremblante, et finalement la posa sur le museau du Dragon, caressant ses écailles avec émerveillement. Il resta ainsi quelques instants, avant de s'écarter, fébrile.

"J'ai touché un Dragon !! Quand je vais raconter ça à mon frère, il sera vert..."

Le Fey rit à cette pensée, tant à imaginer la tête de son petit frère, Damyr, qu'au fait que ce dernier ait déjà les même yeux vert que les siens, en plus de cheveux aussi vert que les forêt de l'Inwerin, et qu'il était par conséquent assez coloré pour ne pas avoir besoin d'en rajouter. Laelyr se demandait comment il allait, cela devait bien faire deux mois qu'il n'était pas passé par Dangweth, où sa famille était installé depuis toujours lui semblait-il. Dès qu'il avait l'occasion il retournait les voir, et quand le courrier l'en tenait loin trop longtemps il leur envoyait une lettre, ce qui était assez ironique quand on y pense.
Le jeune homme se reculant, encore un peu fébrile, puis se calma, et changea de sujet, revenant à un autre évoqué juste avant, à savoir ce qui tenait éloigné son dragonnier. Lui aussi connaissait cela, et partageait cette souffrance qu'était rédiger des rapports, d'autant que nombres d'entre eux ne le mettaient pas en valeur.

"Ah les rapports, y a rien de plus ennuyeux à faire. Depuis le temps que je dois me les coltiner..." Le Fey sortit ses ailes et s'éleva doucement, se reculant jusqu'à une botte de foin sur laquelle il s'assit. "Passer mon temps sur les chemins ne me déplairait pas, mais y a des corvées auxquels on échappe pas..."

Laelyr soupira, et porta son regard vers le reste des écuries. Il devait se remettre au travail, mais il lui manquait l'envie de le faire, il aurait plutôt voulu rester en apprendre plus sur Kesero, même s'il était possible qu'il l'ennuie un peu, lui le petit curieux qui lui tournait ainsi autour comme un enfant trop curieux. Il resta un petit moment sans rien dire, à balancer ses pieds comme un enfant, en écoutant le silence, et hésitant à se remettre au travail. Malgré son choix de ne pas reprendre immédiatement la route, le messager ne tenait déjà plus tant que ça en place, et ne voulait sûrement pas continuer à s'occuper des chevaux. Pourtant c'est ce qu'il devait faire...

"Bien, à moins que tu n'ais besoin de mon aide... je dois retourner m'occuper des équidés qui se trouvent ici... on a pas idée d'imposer ce genre de choses à quelqu'un qui ne monte pas à cheval..." Grommela-t-il, peu enthousiaste.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Mar 12 Juin - 18:00

Aériaplume était comme une ruche bourdonnante d'activité. Les oreilles de l'andain étaient assaillies par les martèlements des bottes sur le sol, le bruit du papier, des conversations. Il était à des lieues du calme apparent de la forêt d'Iricht qu'il avait traversé pour venir jusqu'ici. Le palais de Fainros avait été plus calme, malgré l'activité incessante qui y régnait. Si l'on y prenait pas garde, on pouvait se faire rapidement distraire et happer par toute cette agitation. Gardant une certaine distance entre eux, Sirgris suivait calmement Huawei, mémorisant rapidement le chemin jusqu'au bureau de Munir, qui cumulait depuis plusieurs mois les emplois du temps des messagers et des rangers. L'arrivée de Sirgris devrait le soulager d'un poids de taille, lorsqu'il prendrait officiellement ses fonctions. Lorsque Huawei s'arrêta devant une porte, Sirgris n'eut pas besoin de le savoir que c'était là le bureau de Munir, puisque si non, il ne se serait pas arrêté devant. Ne disant rien, il laissa le Neko frapper, et ils attendirent que l'homme grommelle un vague son ressemblant au mot : "entrez". Ce qu'ils firent, le messager précédent l'ancien membre. Le bureau de Munir était un de ses espaces conçus uniquement pour être fonctionnel, autrement dit, la moindre surface était optimisée, placards et tiroirs étaient creusés dans les parois du Géant Gris, constituant les murs du bureau, Munir pouvait s'estimer heureux de se trouver en bout de couloir, et de bénéficier d'une fenêtre creusée dans le mur du fond, pensa Sirgris, qui savait que certains bureaux, ou salles ne bénéficiaient pas de lumière venant de l'extérieur. Un large bureau occupait pratiquement tout le reste de l'espace, encombré de paperasse. Derrière se tenait donc Munir, un homme qui devait être grand, sans pour autant dépasser Sirgris qui était aussi grand qu'un Taltos. Rien qu'à le voir, il était aisé de savoir qu'il venait du Sud, des régions les plus chaudes, à savoir l'Andanorië ou bien l'Esgaleithel, Munir était typé, avec sa peau mate, ses cheveux et yeux bruns. Il lui manquait un bras, et le manteau passé sur ses épaules ne dissimulait rien. Ce n'était pas fait pour. La dernière fois que Sirgris avait vu Munir, il avait encore ses deux bras. Il resta en retrait le temps que Huawei fasse ce qu'il avait à faire, à savoir donner son rapport, et échanger quelques mots sur sa mission, et les banalités d'usage. Les yeux froids de Sirgris eurent amplement le temps de parcourir la pièce, d'enregistrer chaque détail, avant qu'il salue le jeune messager qui sortit, le laissant seul avec Munir.

L'entretient fut bref. Comme il s'y attendait, ni lui ni Munir n'étaient hommes à se disperser en paroles inutiles. Il était évidemment soulager de le savoir enfin arriver, Sirgris avait effectivement pris son temps avant de se décider. Certains des rangers vétérans se souvenaient de lui, se serait cependant à lui de désigner ceux qui lui serviraient pour l'épauler. Ses quartiers de Premier Ranger étaient prêts, ses bagages étaient arrivés bien avant lui. L'avantage d'avoir un ancien revenant à Aériaplume, était qu'il n'y avait pas grand chose à lui expliquer. Ce qui faisait gagner du temps à Munir qui n'en avait pas à disposition. Si Sirgris avait des questions, qu'il les pose à quelqu'un d'autres. De Heurteloup acquiesça, et confirma que ses questions auraient des réponses avec le jeune messager, Huawei, ou bien avec les vétérans. Munir lui remit sa broche qui l'identifierait comme Premier Ranger, et Sirgris eut la surprise de reconnaître la broche pour celle qu'il avait porté durant ses années de service. Munir avait précisé que cela venait de Dielyn, qui avait pensé que Heurteloup aimerait retrouver la broche à trois têtes de loup, monté sur une large feuille de hêtre. Sirgris avait eu un mince sourire, puis il avait simplement saluer Munir, qui lui avait dit qu'il pourrait se présenter de la façon qui lui plairait. Lui n'avait pas le temps d'y penser. De Heurteloup sortit, sa broche bronze et argent épinglée sur son manteau. Il eut la surprise de voir que Huawei l'attendait dans le couloir.

-Le Chat est bien trop curieux. J'imagine qu'avec vos oreilles, vous avez tout entendu messager. J'imagine que nous allons nous croiser souvent à l'avenir, j'ai moi même cru comprendre que vous étiez plus souvent affecté à des missions de ranger que de messager. Avoir un dragon est sans doute plus avantageux lorsqu'on est ranger. Je dois me prendre possession de mes quartiers, ceux des rangers sont toujours dans l'arbre aux cuisines ? ou bien cela a-t-il changé également ?

Le chat devait être un peu abasourdi, c'était là plus que ce que Sigris avait pu prononcer depuis leur rencontre. Cela ne serait pas toujours le cas. Mais parfois les mots étaient indispensables à la communication.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Jeu 28 Juin - 10:58

J'avais fais autant plaisir à Laelyr-petit-être qu'à la soeur-féline d'Huawei, en lui permettant de me toucher. J'avais remarqué que nous dragons faisons ce drôle d'effet aux jeunes gens, et même au moins jeune. Nous ommes impressionnant et majestueux, et nous écailles étaient les plus belles jamais portée sur ces terres et dans ces cieux.
Je secouais lentement la tête, comme Huawei-compagnon-de-vie quand ilétait un peu las. Ce n'était pas de la lassitude qui m'envahissait mais de l'impuissance. Je n'aimais guère les bout-de-papier-recouverts-de-noir qu'étaient les rapports, même si leur rédaction ne me dérangeait pas, c'était que mon félin devait aller els porter et comm si les papiers ne suffisaient pas, il devait parler au dragonnier-du-sud-a-un-bras qui était son supérieur. Je portais de nouveau mon regard vers Laelyr-etre-magique-ailé avant de lui répondre.

[L'écriture de ces bouts de papiers ne nous dérange pas. Huawei sait écrire alors que nous sommes entrain de voler au dessus des oiseaux, mais il faut sans cesse aller les donner, et dire de nouveau ce qu'il y a dedans alors que ça a été écrit. Je ne comprends pas pourquoi le papier ne suffit pas.]


J'échangeais justement les mots qui devaient aller avec le rapport avec Munir. L'homme du sud qu'il était ne parlait pas beaucoup et était quelques fois assez cinglant dans sa manière de parler, mais je savais qu'il pourrait être pire, et surtout que ça avait peut-être à voir avec le fait que sa dragonne ne soit pas là. Bien sur, j'étais curieux de savoir pourquoi, et de manière surprenante je ne cherchais pas à savoir à tout prix. J'avais moi même mon dragon, mon compagnon de vie, que j'aimais sans limite, et je savais que s'ils n'étaient pas ensemble, c'est qu'il devait y avoir eu quelque chose de grave, alors je respectais le silence du dragonnier.
Je savais juste que sa dragonne en était une car c'était Dielyn qui nous l'avait dit lorsque nous étions arrivé jusqu'ici pour prendre poste. La seule chose qu'elle avait dit, était que ça ferait de dragonniers dans ces montagnes, mais qu'il était dommage que la dragonne de l'autre dragonnier ne soit pas là, les écailleux se seraient peut-être entendus.
Puis je sortais du bureau et une fois la porte fermée, je restais quelques instants immobile, avant de me mettre un peu contre le mur, face au bureau et de tendre les oreilles. J'entendais ainsi l'échange qui se faisait. Ce n'était peut-être pas très respectueux, mais si je commençais à entendre quelque chose de trop personnel j'arrêterais, même si aucun des deux hommes ne semblaient être du genre à passer des heures à discuter d'autre chose que du travail.


J'écoutais avec attention moi aussi, la curiosité féline de mon compagnon me contaminant aussi. Ce que nous entendions était interessant, l'homme-sentant-l'automne serait sûrement l'un de nos supérieur, un Premier Ranger, qui avait donc déjà travaillé pour Aériaplume. Mon autre oreille écoutait elle Laelyr qui m'expliqua qu'il devait retourner s'occuper des animaux-ferrés-équins à moins que je lui demande quelque chose. J'avais l'impression que c'était comme un appel à l'aide.

[Es-tu seul à t'occuper des équidés-sellés Laelyr ? Jalmari -volant-aux-ailes-cachées est pourtant dans ces lieux, si tu lui demande peut-être qu'il te dispensera de ce travail que tu n'aime pas.]


J'étais à la fois rassasié d'information, surexité, et abasourdis. J'avais parlé à un ancien d'Aériaplume qui allait sans aucun doute être amenné à me donner mes missives en tant que Premier Ranger. Il connaissait l'une des fondatrice d'Aériaplume qui avait pensé à lui en lui rendant son insigne d'avant. Je n'avais pas pensé que ça se verrait que j'écoutais. Pourtant, quand de Heurteloup sortit du bureau, il m'en fit immédiatement la remarque, mais je ne savais pas si je devais le prendre comme une constatation ou un reproche, même si la deuxième possibilité fut celle qui m'apparut en premier. Je baissais les oreilles qu'il venait de nommer, tout en étant surpris d'entendre tant de mots d'un seul coup. Plus timidement que tout à l'heure, je répondais.

-Ils sont toujours dans le Géant aux cuisines, il y a juste plus de chambres qu'avant apparament, après une fois dedans, je ne serait pas très utile, je n'y dors jamais, nous préférons rester ensemble le plus souvent possible avec Kesero.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laelyr
Messager
avatar

Peuple : Fée
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 19
Localisation : En train de courir !
Date d'inscription : 18/05/2011

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Jeu 28 Juin - 18:38

"Le papier c'est pour être archivé, gardé pour je ne sais quel cas de figure, le rapport en lui-même est celui fait oralement, sans doute parce que c'est plus pratique que de devoir tout lire. Après, c'est une supposition... on me demande de porter des messages, pas de réfléchir à la gestion de l'administration." Conclut-il avec un geste de la main

Avec un air très sérieux le Fey avait répondu à la question de Kesero, même si un brin de malice pétillait dans ses yeux. Il n'aurait pas pensé devoir un jour apprendre quelque chose à un Dragon. Certes il n'était pas sûr de ce qu'il avançait, mais cela paraissait des plus logique. Il avait fait son rapport à Munir pendant qu'ils déjeunaient, le jeune homme trouvait que le gain de temps ferait plaisir au dragonnier, puis il avait couché le tout sur papier. Ce n'était pas le trajet le plus palpitant qu'il ait fait, et c'était toujours ennuyeux de décrire des heures de marche où il ne se passe pas grand-chose.
Cependant, son interlocuteur semblait soudainement distrait, sans doute communiquait-il avec son partenaire pensa-t-il, et il attendit quelques instants poliment que Kesero reporte son regard vers lui, pour lui poser une simple question, légitime au vu du peu de gaieté que lui suscitait l'idée d'aller s'occuper des chevaux. Après un soupir, Laelyr répondit, l'air un peu ennuyé.

"Je pense pas que l'on me laisse y échapper. Tout les messagers doivent s'occuper un peu des montures, vu qu'elles sont utilisés par tout le monde. Enfin tout le monde sauf moi, mais j'y échappe hélas pas, et même si je suis rarement très longtemps au même endroit, on finit par savoir que j'ai pas fait le compte." Il se renfrogna et continua en grommelant. "Pas faute d'avoir répéter et répéter que je ne montais jamais à cheval..."

Le jeune Fey soupira et commença à balancer ses pieds. Il avait voulu se reposer, et on le faisait brosser des chevaux. Là au moins il pouvait rester assis et discuter un peu avec quelqu'un qui le faisait s'émerveiller comme un enfant, et hormis par malchance personne ne viendrait le déranger. Laelyr se releva brusquement, comme frappé par la foudre, ou plutôt une idée qui lui vint. Un large sourire se dessina sur son visage, et il posa ses yeux verts sur Kesero, avec un air enjoué.

"Dis, je peux rester un peu te tenir compagnie ? Au moins le temps que ton dragonnier ne revienne, ça te paraîtra moins long et ça doit compter comme un travail dans l'écurie non ?"

L'idée était séduisante, et avait le mérite de concilier son envie de ne pas s'approcher à nouveau des chevaux -du moins pour un temps-, de rester avec le Dragon et de ne pas donner l'impression qu'il ne faisait rien. Il espérait que le Dragon serait favorable à son plan, même s'il pouvait décliner pour pouvoir se reposer tranquillement, ce qui serait compréhensible. Néanmoins, le Fey avait l'air aussi surexcité qu'un enfant qui allait recevoir un cadeau...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Lun 2 Juil - 22:54

-Bien. Cela au moins, n'a pas changé. Et vôtre aimable Premier Messager m'a informé que mes affaires se trouvaient déjà dans mes appartements.

Les pâles iris de Sirgris de Heurteloup restèrent posé sur Huawei, qui eut au moins la présence d'esprit de ne pas nier qu'il avait écouté. Après tout, la conversation n'était pas d'ordre privé, mais concernait Aériaplume. Le contenu de l'échange qu'il avait eu avec Munir, serait tôt ou tard, de notoriété publique. La broche à sur sa poitrine faisait comme un poids réconfortant, lui rappelant son passé, ce qu'il avait été. Une époque où le jeune ranger qu'il était, était encore naïf, et tellement plein d'espoir. Cela avait peu à peu changer, jusqu'à ce qu'il devienne se personnage distant, annonçant les prémices d'un hiver glacial. Il commença à avancer dans le couloir, rebroussant chemin, toujours en compagnie du Neko. Sirgris le sentait moins réceptif, peut être moins sûr de lui.

-Ce n'était pas un reproche, Huawei, poursuivit-il d'un ton détaché sans regarder le jeune dragonnier, un ranger se doit de disposer rapidement de toutes les informations, afin d'assurer sa propre sécurité, et celles des messagers qui dépendent de lui.

Un mince sourire illumina brièvement le visage inexpressif de Sirgris, qui avançait à longues enjambées, sa sombre chevelure agitée par un vent qui n'avait pas lieu d'être à l'intérieur du Géant Gris. Tenant la bride son pouvoir, l'Andain ne pouvait parfois pas, aller à l'encontre de celui-ci. En forêt, son influence était plus forte qu'en ville. Bien que sa présence apportent les mêmes effets partout, un vent chargé de l'odeur de pluie et de feuilles mortes, d'épices, et de feu de bois, sans compter la pourriture qu'il apportait, s'il n'y prenait garde, Sirgris pouvait faire pourrir jusqu'aux êtres vivants, simplement en étant à coté d'eux. Ses longues années de vie le préservaient de commettre une telle erreur. Et il n'avait pas essayé plus que de nécessaire d'exercer son pouvoir sur autrui. En revanche, De Heurteloup avait l'habitude d'intimider, voire de terroriser ses interlocuteurs, faisant preuve d'un calme sans limite, même lorsqu'il se mettait en colère, son visage n'exprimait rien. La moindre expression semblait l'avoir quitté depuis les morts brutales de Miwako et d'Izan. Des pointes douloureuses s'enfonçaient dans sa poitrine à chaque fois qu'il y pensait. Ils étaient morts pour rien. Sirgris chassa les souvenirs d'une vie heureuse, qui le hantaient, comme les fantômes hantent Alatairë.

-J'aimerai tout de même que vous m'y accompagnez, Huawei.

C'était sans appel. Et Sirgris ne manquerait pas d'avoir d'autres questions. Huawei était plus à même de lui répondre, sans le gaver d'anecdotes inutiles, comme l'aurait fait Jalmari. Le jeune Neko était un bon élément, doté d'un esprit d'initiative, sans doute motivé par sa curiosité, mais cela pourrait se tempérer par de la prudence et de l'expérience avec le temps.

-A moins que vous préfériez retourner auprès de votre compagnon, Kesero. Mais je crains d'avoir besoin d'aide pendant quelques heures encore. Quitte à ce que vous comptiez cela comme une mission.

Ils repassèrent devant les mêmes salles encombrées tant par le mobilier et les papiers, que par les membres d'Aériaplume, qui allaient et venaient, communiquaient, parlant ou hurlant parfois pour se faire entendre. Des passages intérieurs existaient entre les géant gris, mais Sirgris préférait passer par la cour. Lorsqu'ils ressortir à l'air libre, le vent accueillit l'Andain. La Cour était aussi animée que l'intérieur, mais cela ne dérangeait pas outre mesure De Heurteloup. Il tenait simplement à remercier Dielyn. La fondatrice d'Aériaplume le regarda passer, et Sirgris se contenta d'une révérence profonde, agrémentée d'un de ses minces sourires, toute fois plus large que la moyenne. Il reprit en suite son chemin en direction du Géant Gris qui abritait les chambres, cuisines et réserves d'Aériaplume.

-Avez-vous mangé depuis votre retour Huawei ? s'enquit Sirgris, il serait sage de vous sustenter avant que je vous confie vos premières missions en tant que Premier Ranger. Surtout si vous m'accompagnez jusqu'à mes appartements, qui sont sans doute dans les étages...





Dernière édition par Sirgris de Heurteloup le Dim 9 Sep - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Mer 29 Aoû - 13:14

J'eu un petit sourire, pas de satisfaction ou de victoire ça non, -je n'étais pas de ceux feignant la culpabilité pour s'entendre dire que ce n'était pas grave, non je m'étais vraiment sentit coupable- mais de soulagement quand Sirgris m'annonça qu'il ne me repprochait pas d'avoir écouté, il le présenta même comme une sorte de qualité.
Il était vrai qu'un ranger avertit était bien plus apte à prévoir et était plus efficace qu'un ignorant, mon ancien formateur quand je venais d'entrer ici me l'avais souvent dit. J'étais un peu plus léger de savoir que je n'avais pas forcément mal fait, même si souvent je devrais retenir ma curiosité, et mes oreilles se remir d'elles même à sursauter ou se tourner vers les bruits environnants.
Ce qu'elles firant quand de nouveau de Heurteloup m'adressa la parole afin de me demander de l'accompagner tout de même à ses quartiers, malgré ce que je venais de lui dire me concernant, enfin concernant le fait que Kesero et moi préférions partager son coin d'écurie ou une cache dans la forêt la plus proche, en lieu et place de démeurer dans les locaux de l'institution.

-Ah, euh.


Je me mettais à rire doucement, mon rire grondant dans ma gorge de feu, alors qu'Huawei-félin-lié ne savait quoi répondre à notre désormais chef-d'opérations. Moi j'écoutais avec attention les paroles du petit être magique face à moi, qui m'expliquait à quoi servait les papiers écris. Laelyr-être-bleu prenait ce que je lui disait pour la réalité, sans voir d'autre sens, nous savions à quoi servaient ces papiers et leur lectures, à conserver des traces du passés pour l'avenir si besoin, mais ce qui nous chagrinait c'est qu'ils nous éloignait.

[Je sais à quoi servent de façon pratique être-aux-cheveux-bleu, ce que je ne sais pas c'est si c'est si utile pour faire partir mon frère-de-vie loin de moi. Merci quand même de tes explications, elles sont justes, Huawei-félin-lié avait été curieux de savoir un jour, et à présent nous savons]

Il m'expliqua après qu'il devait s'occuper des montures. Je sentais qu'il n'aimait pas les quatre-pattes-hénissants-et-ruants, mon dragonnier ne leur vouai pas de haine, mais me préférait largement à eux, trop trouvaient nos professeurs qui avaient essayé de nous faire comprendre que notre lien était trop fort et trop fusionnel pour notre bien. Mais ce n'était que leur avis, car nous nous plaisons dans ce lien.

[Si tu veux reste donc, mais je ne te promets pas de grandes conversations car je suis fatigué. Mon compagnon ne reviendra pas immédiatement je le crains. L'homme-d'automne à besoin de lui.]


Sirgris me parla de retourner aupès de Kesero si j'en ressentais l'envie, mais qu'il avait besoin de moi tout de même, et que s'il le fallait je devrais considérer cela comme une mission. Je n'avais pas vraiment eu l'intention de refuser, après tout il était mon supérieur. Et puis il commençait tout juste à parler réellement, je n'allais pas le laisser.

-Bien sur, si vous avez besoin d'un peu d'aide je suis près à vous fournir toute celle que je pourrais. Kesero comprend, et il m'attendra un peu plus longtemps.

Après un rapide passage devant la cour d'entrainement, où la fondatrice d'aériaplume donnait un cour, nous nous dirigions vers les cuisines et les quartiers. L'odeur qui emenait des cuisines ne me plaisait qu'à moitié. Il y avait surtout trop de mélange de nourriture, même si les odeurs prises seules à seules étaient délicieuses, trop d'odeur finit par devenir écoeurant. Je commençais à songer à mon estomac qui n'avait pas été rempli par autre chose que du pain de voyage et quelques morceaux de viande séchées, et le Premier Ranger m'en parla à voix haute. Agitant mes oreilles avec gaité et une certaine impatience, je m'empressais de lui répondre.

-Non je n'ai pas manger, un arrêt aux cuisines ne serait pas de refus avec de rester autant de temps que vous en aurez besoin avec vous. Et peut-être que vous même vous devez avoir envie de manger non ? Ce que je préfère dans nos cuisines, c'est les tartes et tourtes, et les soupes l'hiver. Elles sont généreuses et calent bien en plus d'être chaudes.

Nos pieds nous transportaient surement vers le lieu dont je parlais, le seul que je connaissais réellement dans cette partie de l'organisation. Ouvrant l'accès, un brouhaha aussi important que dans les bureau, voir même un peu plus, s'échappa par les portes. Une bonne odeur de tourte à la viande chatouilla mon nez et je savais déjà ce que je prendrais à manger. Je fis un sourire à certaines personnes que je reconnaissaient, qui me le rendir aussi, je pu remarquer les regards qu'attiraient Sirgris sur lui, et les expressions qu'inspiraient son insigne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laelyr
Messager
avatar

Peuple : Fée
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 19
Localisation : En train de courir !
Date d'inscription : 18/05/2011

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Dim 2 Sep - 12:56

Laelyr rougit quand le Dragon lui souligna gentiment que ce n'était pas vraiment la réponse qu'il attendait, et même que c'était une question rhétorique, que lui avait ris au sens littéral. En même temps il ne pouvait pas savoir, n'étant pas obligé de se séparer bien souvent d'un ami ou partenaire, tout au plus se plaisait-il à faire équipe avec certains coursiers sans pour autant déplorer son absence. Ceci dit, le Dragon le prenait en riant, le remerciant même de ces explications.
Sans ce départir de sa légère honte, il sourit et tenta tant bien que mal de corriger sa légère erreur, puisant dans le peu qu'il savait de l'art administratif et d'un brin de cervelle.

"De rien, et oui c'est assez utile quand on y pense, savoir ce qui se passe sur les routes, les dangers rencontré, les embûches et tout les trucs du genre servent à ne pas envoyer un coursier à pied sans grande expérience dans une zone dangereuse. Et puis cela à pleins d'utilités rapport à la cartographie, et à certaines autres études, ou Rune sait quoi d'autre. Je pense que c'est nécessaire, et à moins que tu ne te vois accompagner malgré ta taille ton compagnon, ou obliger à faire venir ici un responsable, je crains que vous ne soyez obliger d'être un peu séparé. Mais vous n'auriez pas sans ça un certain plaisir à vous retrouver après tout. Enfin pour ce que j'en dis..."

Quand Kesero parla de l'homme-d'automne, le Fey se souvint d'histoire qu'il avait entendu sur un ancien d'Aériaplume, un certain Heurteloup, Andain fils de l'automne. C'était un cavalier de légende, une terreur à ce que l'on racontait, même si LAelyr n'avait jamais porté grande attention à ces histoires. Il y avait, après tout, bien assez de responsables de cette guilde qui était terrifiant sans brandir le nom d'un des leurs parti depuis un bon bout de temps. Il chassa ses pensées, il y avait peu de chances que revienne après tout ce temps un homme de légende qui était parti vivre sa vie ailleurs.
La Dragon sembla un brin épuisé, du moins c'est ce qu'il dit, le jeune homme aux cheveux bleus n'avait pas l'œil pour voir les humeurs ou la fatigue chez l'un des siens, mais après tout lui aussi éprouvait de la fatigue après un retour de mission. Il resta un moment à se balancer, en se disant qu'il parlait beaucoup de toute façon, et il laissa échapper un petit rire, qu'il expliqua au Dragon sans tarder.

"On dirait que je suis tout à fait capable de faire la conversation pour nous deux. N'ai crainte je ne te demande pas tant. Rien que te regarder me convient amplement. Tu es si... impressionnant..."

Le jeune Fey avait de nouveau des étoiles pleins les yeux, alors qu'il observa dans les moindres détails l'anatomie du Dragon si grand et majestueux, se disant qu'il ne pourrait peut-être plus en voir un d'aussi près, ou d'aussi gentil. Il pensa en riant que c'était un peu comme avec les filles quand il était jeune, il les admirait tout en ayant un soupçon de crainte. Sauf qu'il n'aurait su dire ce qui était le plus à craindre : la colère d'une fille ou d'un Dragon ? Les deux conclut-il en souriant, sans cesser d'admirer les magnifiques écailles bleue de Kesero.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Dim 9 Sep - 19:35

-J'ai eu l'occasion de manger avant de venir. D'où mon retard, répondit laconiquement l'Andain, mais je ne serais pas contre prendre un peu de repos pendant que vous mangerez.

Les cuisines d'Aériaplume jouxtaient bien évidemment une salle commune énorme, où les messagers, rangers, et autres membres d'Aériaplume venaient partager leurs repas, boire, se détendre en jouant aux dès, au Conquérant, aux cartes, échanger des anecdotes... Il y avait toujours du monde dans cette partie d'Aériaplume, jour et nuit. Les messagers et les rangers n'avaient pas d'heures fixes, si bien qu'à tout heure, on pouvait trouver quelqu'un à qui parler, ou se régaler des mets des cuisiniers d'Aériaplume. La salle était haute de plafond, creusée dans le tronc de l'énorme Géant Gris, les cuisines avaient été agrandies, Sirgris avait pu apercevoir des ajouts, raccrochés au tronc, à l'extérieur. Les racines noueuses de l'arbre n'étaient pas creusées, mais servaient de mur d'appui pour les nombreux garde-manger de la guilde. Le fonctionnement de cette partie d'Aériaplume était un mécanisme bien huilé, et si la taille était considérablement plus grande que du temps où il officiait comme simple ranger, le reste ne changeait pas. Certaines tablées étaient pleines, on trouvait ça et là de plus petits groupes, des couples, et des solitaires. La salle était animée, le bruit des conversations se mêlaient à celui d'un Fey jouant distraitement du violon dans un coin, l'air rêveur, et aux bruits provenant des cuisines. Pour se servir, il fallait attendre qu'on vienne vous voir. En suite, on vous donnait le choix entre les différents plats préparés aujourd'hui, et vous n'aviez plus qu'à choisir. Cela fonctionnait un peu comme une auberge. Les tourtes et tartes d'Aériaplume étaient toujours au menu, les ingrédients variaient selon ce que les cuisiniers préparaient, mais on pouvait en manger à toute heure. De nuit, on se régalait plutôt de viandes froides, de ragoûts qui restaient à mitonner sur le feu... Les fournées de pain étaient régulières, si bien que le pain était toujours frai, parfois même encore tiède lorsqu'on vous le servait. Le pain rassis était transformé en pain perdu, et de ce fait, rien ne se perdait à Aériaplume. Question d'économie. Et si Sirgris en savait autant, c'était parce que tous les novices d'Aériaplume faisaient un jour ou l'autre, un séjour dans les cuisines. Quand on ne les punissaient pas à coup de corvées, éplucher les légumes, ou récurer les marmites. De quoi éviter d'éventuels écarts en matière de discipline. Sirgris avait eu son compte, dans sa jeunesse. L'adolescent effronté et ne tenant pas en place, avait céder la place à un ranger émérite. Bien que, la discipline lui fut enseignée dans l'armée de Dangweth, où il occupait le rang d'Archer.

Il se laissait guider jusqu'à la table qu'Huawei choisirait. Le jeune ranger était connu, et les sourires étaient chaleureux. Sourires qui se figeaient pour certains, lorsqu'ils voyaient qui se tenait derrière le Neko. Certains se turent et le dévisagèrent, la broche sur sa poitrine y étant sans doute pour quelque chose. D'autres ne relevèrent même pas la tête, trop occupés à manger, ou discuter entre eux. De Heurteloup, aussi impassible qu'à son habitude, se contenta de darder ses pâles prunelles sur ceux qui insistaient un peu trop du regard. Les plus jeunes eurent vite fait de baisser les yeux. Le malaise qu'il déclenchait vint à bout de ceux qui ne se laissèrent pas aussi facilement intimidé. Un vacarme retentissant couvrit le brouhaha général, et les oreilles de Sirgris de Heurteloup tintèrent en entendant une bordée de jurons familiers.

- Heurteloup !

L'Andain s'arrêta. Il ferma un instant les yeux, poussa un soupir, et se retourna. Derrière lui, une vaste tablée s'était tue, au milieu, une femme s'était levée. Elle se tenait debout les poings sur les hanches, dans une attitude de défis qu'il lui connaissait bien. La peau halée par le soleil, les cheveux bruns coupés court, à l'exception d'une fine tresse sur sa nuque, des yeux gris, et un sourire insolent aux lèvres, elle était vêtue de vêtements qui avaient déjà fait bon usage. Ada Kenelm, que tout le monde ici devait appeler Kenelm, était aussi débraillée que la dernière fois où Sirgris l'avait croisée. Des bandes d'un noir délavé entouraient et masquaient sa poitrine. Sa tunique, usée, trop ample glissait de ses épaules. Sa taille était entouré par un large ceinture qui remontait sur son ventre, à demi-dissimulé par sa tunique. Deux autres ceintures pendaient à sa taille, bardées de poignards. La jeune femme et lui se connaissait parce qu'elle faisait souvent la route jusqu'à Fainros. Malgré son apparence négligée, la ranger était férue d'histoire, notamment celle d'Aériaplume. Culottée au possible, elle était venue le harceler plusieurs fois, parce que Jalmari n'avait pas su fermer son clapet. Bien que les registres d'Aériaplume renferment les exploits autant que les missions ordinaires accomplies par chacun des membres de la Guilde. D'où des rapports recopiés et soigneusement archivés. Ada était le genre de personne qui n'avait peur de rien, et voulait relever des défis, quitte à le provoquer en duel, un soir, à Fainros. C'était également elle qui était venue lui porter la nouvelle de la mort de Erak McDom, son prédécesseur, ainsi que l'invitation de Dielyn a venir rejoindre les rangs d'Aériaplume.

-Ada Kenelm, fit posément Sirgris dans le demi silence qui régnait maintenant dans la salle commune.

Elle monta sur la table, avec ces chaussures pleine de boue. Son pantalon était resserré tout autour de ses mollets, par des liens de cuirs, qu'elle avait du nouer elle même, ne faisant qu'accentuer son aspect débraillé et négligé. Sa tenue, même au sein du Palais de Fainros, était restée la même, jurant fortement avec les beaux atours de la Cour. Ada ressemblait plus à une voleuse de grand chemin, qu'à une ranger. Marchant sur la table, elle poussa deux autres rangers qui se dévissaient la tête pour voir qui était Heurteloup, et sauta entre eux, avant de venir se planter devant Sirgris. Poings sur les hanches, elle le dévisagea, bronchant à peine sous son regard glacial.

-Bordel, je m'attendais ! Dielyn disait que t'accepterait, Munir disait que t'avais déjà refusé. T'as pris ton temps, Premier Ranger. Jolie insigne.

Ada se retourna vers ses compagnons de tablée, et tous ceux qui regardaient la scène. Pointant du pouce Sirgris, elle brailla :

-V'là notre nouveau chef les gars ! Sirgris de Heurteloup, qui nous revient après une longue absence.

Un géant aux cheveux hirsutes et rouges leva une chope de bière mousseuse, et le salua. Un homme sec aux cheveux blonds se fendit d'un hochement tête, et ainsi de suite, la tablée salua plus ou moins bruyamment Sirgris. L'attention de la salle se détourna peu à peu d'eux.
De Heurteloup n'avait dit mot. Il s'était attendu à ce qu'on le reconnaisse, mais à ce qu'un ranger, qui était maintenant sous son commandement, ne le présente ainsi. Des regards curieux glissaient sur eux. Le calme olympien de l'Andain était mis à rude épreuve, mais il fallait plus qu'une gamine pour le déstabiliser, et le faire sortir de ses gonds. Impénétrable, Sirgris resta drapé dans sa cape, comme un spectre au milieu de cette foule vivante. Ses yeux de glace posé sur la ranger, celle se retourna, croisant son regard.

-Quoi ? Fallait bien commencer quelque part. C'est pas avec Timide que tu vas faire connaissance avec les rangers sous ton commandement. Mais venez manger avec nous, y'a de la place, si on pousse un peu Jarl.

De Heurteloup en déduisit que Jarl devait être le géant à la crinière rouge. La tablée de la ranger attendait le retour de celle-ci, avec ou sans eux. Ada afficha un de ses sourires insolents, mais fit un clin d'oeil à Huawei, qu'elle semblait enfin avoir remarqué. Sans se départir de son masque inexpressif, Sigris posa ses yeux sur le Neko à coté de lui.

-Je comprend pourquoi tu préfères rester avec Kesero, s'il y a toujours autant de bruit ici. Il semble qu'il soit pratiquement impossible de pouvoir manger en paix.

L'ombre d'un sourire plana sur le visage de l'Andain. Il darda pourtant un regard glacial sur Ada, parlant avec cette voix posée et calme qui le caractérisait.

-Je te remercie de ton offre Ada Kenelm, mais ce n'est pas à moi de décider.

De Heurteloup laissait le choix à Huawei. Celui-ci semblait connaitre du monde, mais n'avait pas eu l'intention de se joindre à une tablée. Peut être par égard pour Sirgris, ou simplement parce que cela n'était pas dans ses habitudes. Sans doute mangeait-il avec son dragon, dans les écuries. Le Chat ne semblait pas être timide, la curiosité devait souvent le pousser à engager la conversation, mais Ada, et sa tablée, pouvaient sans doute faire peur à n'importe qui. L'isolement caractéristique des couples dragons et liés devaient également constituer un obstacle.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Mar 13 Nov - 10:46

Après un dernier mouvement de tête vers le petit-être-bleu-magique qui le remerciait du silence qu'il m'offrait, je fermais les yeux pour me reposer dans l'ombre. Je ne reposais que mon corps, mon esprit voguant sans fin avec mon félin-lié-aimé qui s'approchait de nourriture et de bruits. Je ressentais ses sensations comme étant les miennes.
Nous avions faim et les odeurs agressaient notre museau tout autant qu'elles le ravissait, nous reconnaissions celles que nous amions, mais aussi celles qui nous déplaisaient. Nous prendrions la tourte à la viande de boeuf, son odeur surpassait toutes les autres. Nous ouvrions la porte, et nous voyons la salle remplie de confrère d'Aériaplume, causant et mangeant. Nos oreilles bougeaient vite, en quète de son interressant, nous étions curieux de tout savoir...


Rien de très palipitant ne fit frémir mes oreilles. Quelques missions terminées, des histoire drôle plus ou moins correctes. Je nous menais à une table un peu plus éloignée des autres. Pas que je n'appréciais pas la compagnie, mais je préférais celle de mon lié à celle des deux pattes et le fait d'être éloigné de Kesero me rendais un peu plus taciturne que le voulait ma nature curieuse. Quand il me venait l'envie de me mêler aux autres, j'allais souvent dans de grands groupes. Ca pourrait sembler contradictoire, mais je les préférait aux petits parce qu'avec plein de gens, on faisait moins attention à moi, et les informations fusaient dans ce genre de groupe. Je n'étais donc pas trop sollicité, mais j'en apprenai beaucoup. Et quand j'avais besoin d'approffondir ce que je venais d'apprendre, alors j'allais parler avec la personne faisant circuler l'information.
Alors que j'avais pensé aller simplement à une table demander ma tourte, la manger soit en silence, ou en répondant à d'éventuelles questions du Premier Ranger m'accompagnant, une voix de femme couvrit sans problème le bourdonnement ambiant, jurant comme un conducteur de Gaarman, et n'hésitant pas à se mettre debout sur une table afin de mieux se faire voir.


Nos oreilles reconnurent la voix de Kenelm, une deux-pattes qui n'hésitait pas à dire ce qu'elle pensait et souvent au moment où elle le pensait. Je sentais Huawei sursauter et eu un sursaut moi-même dans mon sommeil superficiel. Je sentais la crainte de devoir se mêler à des gens alors qu'il ne l'avait pas souhaité de mon lié-aimé. Je posais mon esprit plus fort contre le sien, pour lui insufler le courage de pouvoir rester plus longtemps séparer de moi. Ca ce n'était pas se mêler en lui même qui dérangeait mon félin-lié, c'est qu'être avec plus de gens, faisait plus de conversations, qui prenaient plus de temps, et donc il reviendrait moins vite auprès de moi.

J'écoutais surtout en priant pour que Kenelm fasse juste un petit discours, puis qu'elle retourne à sa tablée. Pas que je ne l'aimais pas, mais rester plus de temps que nécessaire à manger ne me plaisait pas. Je sentis l'étreite plus forte de Kesero dans mon esprit, et la lui rendit. Quand De Heurteloup se tourna vers moi, me laissant visiblement le choix de rejoindre ou non la tablée, un malaise monta en moi ainsi que du soulagement.
Je pouvais refuser et donc passer moins de temps ici, ou accepter de peur de froisser Kenelm. Mais mon choix entre Kesero et elle était vite fait.

-Désolé Kenelm, mais je reviens tout juste de mission, je ne serais pas de bonne compagnie. Ca pourra se faire plus tard, ce n'est pas le temps qui va manquer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Dim 18 Nov - 19:19

Le regard pâle de Sirgris de Heurteloup passa de Ada à Huawei, alors qu'il venait de lui laisser le choix. Ou bien s'installait-il à la tablée brailleuse des amis de Kenelm, ou opterait-il pour une tablée pour tranquille ? Dans les deux cas, Heurteloup connaissait suffisamment Ada pour savoir qu'elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Il le savait parce que n'avait jamais eu aucune rancune contre lui, même après qu'il l'ait battue plusieurs fois de suite, lors des duels qu'elle ne cessait de demander contre lui. Contre toute attente, Huawei refusa. Le refus ne fut pas aussi poli que Sirgris l'attendait. Le Neko avait accepté de lui obéir à lui, déférant ses retrouvailles avec son Dragon, alors qu'il n'avait qu'une envie, y retourner. Sans doute avait-il dit oui à Heurteloup seulement parce que celui-ci était devenu, en l'espace de quelques minutes, son supérieur. La curiosité était peut être aussi une de ses motivations. Qu'il dise non à Ada, dénotait d'une certaine assurance. La ranger avait plus d'années de service à Aériaplume que lui, à n'en pas douter, et elle était intimidante. Sirgris aurait cru que le Neko s’aplatirait, mais ce ne fut pas le cas. Une lueur d'intérêt passa des ses iris glacés, avant qu'ils ne se pose à nouveau sur Ada.
La ranger avait perdu un peu de son sourire. Elle se gratta l'arrière du crâne, baissant la tête par la même occasion. Elle poussa grognement de frustration, avant d'écarter les bras, en signe d'impuissance.

-Bah ! Dommage, j'aurai bien aimé pouvoir t'emmerder un peu De Heurteloup, mais t'as déjà un guide.

Puis, Ada s'adressa à Huawei, sourire revenu sur son visage. Sirgris nota à quel point les émotions d'Ada était visible sur son visage, et c'était ce qui la trahissait, la rendait prévisible durant leurs duels. A moins que cela ne soit qu'une feinte, pour qu'il finisse pas baisser sa garde. Ce que Sirgris De Heurteloup ne faisait jamais, pas depuis que Miwako et Izan étaient morts assassinés, dans ses appartements à Fainros. Plus jamais. Penser à sa famille le mettait toujours dans un état second, mais rien ne transparut sur son visage. Sirgris savait rester de marbre. Ada lui jeta un coup d’œil, avant de poursuivre :

-Et oui, une prochaine fois Huawei. Ce serait bien que tu restes pas toujours tout seul, ou avec ton dragon. A force, tu risquerais de finir comme Sieur Heurteloup ici présent. Aussi engageant qu'une ruelle de Cemenwin la nuit.

-Ada.

La ranger se fendit d'un sourire.

-Sans vouloir t'offenser grand chef.

Sirgris leva brièvement les yeux au ciel, sachant qu'il pourrait très bien punir la jeune ranger pour son insolence, mais cela ne ferait qu'aggraver les choses, et les compagnons de Kenelm pouvaient très bien mal le prendre. Lui, qui n'avait pas mis les pieds ici depuis des années, se permettant de punir l'un des leurs. Sirgris était peut être froid, distant, mais ses années passées à Aériaplume, Dangweth, ou même Fainros, lui avaient appris que le respect et la confiance ne pouvaient pas être gagné si l'on tentait de s'imposer par la force. Il lui fallait avoir de l'autorité, mais il n'avait pas encore officiellement été investi des fonctions de Premier Ranger.

-Je ne suis pas tout à fait encore, le grand chef, Ada Kenelm, mais quand je le serais, il faudra faire quelque chose pour ton insolence. Je me demande comment Erak McDom a fait pour tenir toutes ses années...

Ada regarda Sirgris comme si elle le voyait pour la première fois, avant de se mettre à rire. Elle avait d'abord eu peur, un instant, que l'Andain ne s'énerve. Elle ne l'avait jamais encore vu en colère, ou si peu, et savait que les colères froides sont les pires. Sirgris était du genre à rester calme, même en pleine rage, et c'était cela, le plus effrayant, en dehors de son regard perçant, qui l'avait mise mal à l'aise au début. Elle s'inclina, parodie de révérence.

-Pardon mon seigneur, mais je n'ai pas pu m'empêcher. Et nous verrons bien, si tu tiendras aussi longtemps que McDom. Huawei.

La ranger les salua militairement, avant de faire demi-tour, braillant à deux rangers de lui faire de la place, pour qu'elle regagne la sienne, de l'autre coté de la table. Elle jeta un dernier regard à Sirgris, avant de s'emparer d'une chope, et de répondre à la question de Jarl, le géant à la crinière rouge, haussant les épaules. Sirgris n'entendit pas ce qu'elle disait, sa voix se perdant dans le brouhaha général. Le fils de Meirion ferma un instant les yeux, avant de se tourner vers Huawei, reprenant leur marche vers le comptoir, là où le ranger pourrait demander à manger.

-Pas de bonne compagnie ? répéta-t-il après un moment de silence, vous avez du cran pour tenir tête à quelqu'un comme Kenelm. Peut être préférez-vous manger dans un endroit plus au calme ? A moins que vous ne soyez vraiment trop éreinté par votre mission, et que j'ai abusé de mon autorité en vous demandant de rester avec moi.

La question était simplement pour le tester. Peu importait la réponse du Dragonnier, Sirgris ne lui en tiendrait pas rigueur. Ils atteignirent le comptoir, évitant un novice chargé d'un lourd plateau contenant du fromage et des tranches de pains. Les novices, comme messagers et rangers, participaient aux tâches ménagères d'Aériaplume, cela incluait également le service en salle. Rien n'avait vraiment changé, il suffisait de demander au comptoir ce que l'on voulait, et quelqu'un vous l'apportait, vous retrouvant par miracle au milieu des tablées plus ou moins pleine, ou bien vous attendiez et preniez vous même votre commande. Derrière le large comptoir de bois, l'ouverture en arc de cercle donnait sur les cuisines, et Sirgris pouvait voir les cuisiniers s'y agiter, les odeurs s'échappant des plats qui cuisaient.





Dernière édition par Sirgris de Heurteloup le Mer 13 Mar - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Mer 27 Fév - 20:41

Je ne fis rien d'autre que de regarder Kenelm avec un petit sourire désolé quand elle clama sa déception. C'était vrai que je restais souvent avec Kesero, mais si d'un coté j'avais consience que notre vie sociale ne se développait pas, en dehors de quelques autres dragonniers, ou des collègues de mission que nous cotoyons régulièrement, nous ne pouvions prétendre avoir beaucoup d'amis. J'allais une fois ou deux par ans voir ma famille, et nous en profitions pour passer au collège, voir comment se portais ceux qui restaient, ou ceux qui passait comme nous. Les années passées dans ce lieu étaient de bons souvenirs, et chacun y retournait pour donner et prendre des nouvelles. Mais cet absence de vie en dehors de nous, nous convenait, car même éloigné nous n'étions pas seul, et nous nous comprenions instantanément.
La remarque manquant de tact de Kenelm, je ne la relevait presque pas, et pourtant vu certaines réactions autour de nous, ça ne devait pas forcément être du meilleur goût. Mais venant d'Ada, ça ne me surprenait pas trop. Même si ce qui me surprenais un peu, était envers qui elle avait dit cela, il allait être premier Ranger quand même, elle pourrait être un peu plus fine que ça.
De Heurteloup releva un peu, mais sans donner vraiment suite, je notais donc qu'il savait être clément, ou au moins reconnaitre lorsqu'on ne pensait pas réellement ce qu'on venait de dire. Le chemin vers le comptoir fut reprit, l'idée de la tourte à la viande me revenant en tête. Je ne la prendrais pas entière, mais plus une moitié, avec en reste une poelée de légumes, de la sauce, et de l'eau, ou une bierre brune. Le gout du malt était très bon avec ce genre de repas. Une oreille se tourna vers Sirgris, qui lui posait des questions, enfin qui lui faisait remarquer quelques choses. Je secouais la tête.

-Ca ne me dérange pas de manger ici, c'est plus le fait d'être dans une grande tablée, avec des gens aussi éxhubérants qu'Ada qui ne me conviens pas vraiment, surtout quand je reviens de mission. Le brouhaha ici à quelque chose que je trouve rassurant en soit, avec lui même manger à une table sans personne avec soit ne vous fait pas vous sentir seul.

Arrivé devant le comptoir mes yeux s'illuminèrent un peu. Tout avait l'air bon, et si j'avais pu manger autant que Kesero, je m'en serait donné à coeur joie. Malheuresement pour mon estomac qui souhaitait tout gouter, et heureusement pour les cuisiniers et cuisinières, je ne pourrais pas tout engloutir. Je demandais alors ma tourte, ma sauce mes légumes, une pomme en dessert et une bière brune.

-Après, vous n'avez pas abusé, j'aurais pu vous conduire à quelqu'un passant plus de temps ici et donc plus à même de vous aider à retrouver vos marques. Si j'ai accepté, c'est de mon plein gré,soyez sur que même si je n'en ai pas l'air, je sais dire non quand je ne veux pas de quelque chose.

La jeune femme qui m'avait demandé ce que je voulais et qui avait prit ma commande me donna mon plateau, avec tout ce que j'avais demandé, je la remerciait avec un grand sourire, et me tournais pour choisir une table où me poser et manger tout ça.

-Et pour Ada, je ne sais pas si on peut appeler ça du cran, elle est gentille dans le fond, je savais que lui dire non ne m'apporterais pas d'ennuis, et qu'elle aime la franchise. Par contre elle m'en aurait voulu si j'avais dis oui juste parce qu'elle est plus remarquable que moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Mer 13 Mar - 15:38

Le visage de marbre, le noble suivit comme un ombre, drapé de son manteau gris sombre, le jeune Neko, jusqu'au comptoir, où plus jeune Sirgris, avec d'autres, notamment, Jalmari, avaient passé du temps à flirter avec les filles des cuisines, autant qu'à commander d'énormes plats et des tournées de bières, puis plus tard, de vins, lorsqu'ils étaient venus à réellement apprécier les vins blancs du Nord. Tard le soir, c'était les liqueurs d'amande, ou de fruits qui primaient, lorsqu'il fallait se requinquer. Ses prunelles pâles furetaient sur la salle, comme aux aguets, alors qu'en vérité, il cherchait d'autres visages familiers, tombant parfois dessus. Son examen ne l'empêcha pas d'écouter le jeune messager, qui exposa ses raisons. Sirgris songea qu'il avait plus de caractère qu'il ne l'avait d'abord pensé, ce qui finalement paraissait couler de source pour celui qui deviendrait sous peu le Premier Ranger : aucun dragonnier n'était dépourvu d'un certain caractère. Les Dragons étaient des êtres tous capricieux, bien que certains soient plus aimables que d'autres, mais dans l'ensemble, aucun d'entre eux ne se liaient à mortel n'étant pas dignes de ses forces de la nature.

-Dîtes plutôt que votre curiosité vous a poussé à accepter. Vous êtes un Neko, et votre peuple partage ce trait de caractère. Tout comme les Andains aiment leur solitude et leurs secrets.

Un mince sourire flotta sur les lèvres du Noble, qui commanda à son tour. Le fils de Meirion demanda un morceau de magret de canard en croûte d'herbes, accompagné d'une salade de cresson, champignons crus, noisettes, ainsi que d'un peu de poêlée de légumes. Il arroserait le tout avec un vin rouge du Falassost, à l'arrière goût de framboise. Faisant comme tout le monde, peu importait le rang, car à Aériaplume tout le monde était logé à la même enseigne, De Heurteloup prit son plateau, et suivit Huawei, jusqu'à une table un peu en retrait. Ils s'installèrent, et le fumet de la viande allécha l'Andain, qui avait pourtant manger avant d'arriver. Il se demanda d'ailleurs si la jeune elfe, Tylia, et son étrange compagnon draconnique étaient arrivés.

-Je ne pense pas que vous soyez moins remarquable qu'Ada. Disons, qu'elle a seulement une plus grande propension à parler plus fort.

Sirgris découpa son morceau de viande, et fut ravi de le voir légèrement saignant, pas tout à fait rosé, comme il aimait. La cuisine d'Aériaplume ne vaudrait peut être pas celle du palais de Fainros, ou de sa propre maison à Fainros, mais le goût de celle-ci était celui de son adolescence, avant que la vie de perde un peu de sa saveur. La salade était rehaussé d'une vinaigrette à l'huile de noisettes, écho aux noisettes en morceaux, qui apportait du croquant. Bâtie au cœur d'Iricht, Celebalda bénéficiait des trésors de la vieille forêt, les fruits secs, noix, noisettes, châtaignes se trouvaient à foison, de même que le gibier, les baies, et fruits sauvages. Les légumes venaient des cultures plus loin au Nord, à la lisière d'Iricht. La poêlée de Sirgris se composaient de légumes racines, différentes variétés de carottes, du panais, quelques morceau de pomme de terre vitelotte, apportant une couleur insolite.

-Les choses fonctionnent toujours de la même façon, je crois que je n'aurais pas de difficulté à m'adapter, énonça plutôt lui même de sa voix basse l'Andain.

Ses prunelles pâles se posèrent à nouveau sur Huawei.

-McDom n'étant pas là pour me passer le flambeau, et Munir étant plutôt avare de son temps, comme de nouvelles, que pouvez-vous me dire sur les messagers ? La façon dont fonctionnait McDom... Outre le fait qu'il ait laissé Kenelm et son insolence impunies...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huawei / Kesero
Ranger
avatar

Peuple : Neko / Dragon
Second(s) Métier(s) : Dragonnier / Monture
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 28/05/2012

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Jeu 15 Aoû - 16:03


J'eu un petit sourire en mangeant un morceau de ma tourte à la viande, quand Sirgris mentionna que Kenelm avait juste une plus grande bouche que la mienne, mais qu'elle ne devait pas être moins remarquable que je devait l'être. J'eu un grondement de fierté dans le poitrail, mais me rappelant que c'était une sensation draconique, je me rendais compte que ça ne venait pas de moi. Je sentais la fierté que ressentais mon dragon en entendant les paroles de notre nouveau supérieur, et ça se transcrivait sur moi par un balancement plus ample et rapide de ma queue féline. La bouchée que j'avais prise fondait sur ma langue, moelleuse, le goût de la viande était divin, c'était de la biche avec une sauce aux cèpes pour en relever le goût. C'était à la fois stimulant et reposant, réveillant ma bouche tout en détendant mes muscles. Je sentais à présent la frustration de Kesero, qui ressentais mes émotions, mais n'avait pas le goût en gueule ce qui faisait qu'il ne pouvait pas pleinement comprendre. Mon oreille s'agita un peu nerveusement suite à cette frustration, mais je n'en montrais pas plus. Après tout ça n'était pas la mienne.
J'entendis la petite réflexion émise par de Heurteloup sur le fonctionnement d'Aériaplume qui n'avait pas l'air d'avoir changé, une réflexion sûrement faite pour l'émetteur lui même. J'eu un léger rire quand il termina sa dernière demande sur une remarque à propos de l'insolence de Kenelm laissée impunie par son prédécesseur. Je terminait les légumes que je venais de prendre, avant de répondre à cette demande.

-Je vais commencer par la manière de fonctionner qu'avait McDom, c'est elle qui a influencée la manière de penser ou d'agir de beaucoup de ranger sous ses ordres. Un certain nombre est arrivé, comme mon dragon et moi, directement sous sa directive, nous avons donc été formés à sa manière. Mais ne vous en faites pas, en tant que ranger nous savons nous adapter, c'est la première qualité qu'il est demandé à notre métier n'est-ce pas ?

Je n'attendais pas vraiment de réponse à mon affirmation. Tous ceux travaillant à Aériaplume savaient qu'une adaptation rapide est quelque chose d'essentiel. Il fallait savoir s'adapter au terrain, à la météo, aux gens, aux animaux, aux ordres donnés. Et le système faisait que chacun devait passer de ranger à serveur au réfectoire, ou écuyer dans les écuries, savoir aussi ranger et classer les papiers lorsque le travail débordait. Il ne fallait pas s'attendre à rester juste ranger ou messager, avoir un petit train-train quotidien. Ceux qui désirait ça feraient mieux de devenir boutiquier ou lavandière.

-McDom était très carré. A cheval sur les règles, les ordres, les rapports, les chiffres, sur tout. Munir l'appréciait sur ce point, il avait ses rapports rendus dans les temps, les missions données pour ses rangers s'écoulaient à un bon rythme, en production il était irréprochable, vraiment. Par contre, nous les rangers, on ne le connaissait que par ça, et parce que c'était lui qui nous disait quoi faire et quand le faire. Il n'a jamais été très accessible comme chef, on ne le voyait qu'afin de recevoir nos ordre de mission, et pour donner un rapport complémentaire quand il y en avait besoin. Et encore les échanges se bornaient au strict minimum, un peu comme Munir, même en pire je dirais vu qu'il avait un caractère plus explosif que Munir.

Je prenait une ou deux bouchées de plus, laissant à mon interlocuteur, le temps d'assimiler tout ce que je venais de lui dire. Avalant ce que j'avais en bouche, je prit ma pinte, et la portais à mes lèvre pour me rafraichir et me désaltérer un peu. D'un coup je me rendais compte qu'il n'y avait plus trop de réaction chez Kesero, qui venait vraisemblablement de tomber dans un sommeil profond.

-Il n'aimait pas trop les initiatives non plus, et la moindre chose qui ne se déroulait pas exactement comme il le voulait le mettait hors de lui. Il est devenu de plus en plus irritable au fil des ans. Ada lui en a fait voir des vertes et des pas mûres, et il a plus d'une fois puni son insolence, mais ça ne l'a pas arrêté pour autant, au contraire plus il se bornait dans une idée fixe, plus ça avait l'air de la motiver. Vers la fin, il devenait complètement irrassible et incohérent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirgris de Heurteloup
Noble
avatar

Peuple : Andains, fils de Meirion.
Second(s) Métier(s) : Premier Ranger
Armée/Guilde/Institution : Aériaplume
Nombre de messages : 45
Localisation : Là où les feuilles brunissent et tombent sous le vent de l'Automne
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Retour au bercail après une longue absence.   Dim 1 Sep - 15:47

Le vin du Falast se mariait parfaitement avec la viande et le goût de la noisette. Sirgris savourait son repas, constatant que les cuisines d'Aériaplume s'étaient bonnifiées avec le temps. Cela devait faire près de cinquante ans qu'il n'était pas revenu, peut être plus. Sans doute beaucoup plus. La salle semblait plus grande, plus bruyante encore que dans ses souvenirs. Dans cet atmosphère, l'Andain parvint à se détendre un peu, et ce fut comme si ses prunelles glacées devenaient plus chaleureuse, comme lorsque le soleil parvient à illuminer les premières couches de neige, lorsque Athanasius n'est encore qu'au début de son règne. Il écoutait attentivement Huawei, se contentant de froncer les sourcils de temps en temps.
De ce qu'il savait de McDom, avant que le Neko ne lui en parle, était qu'il venait du Maëldan à en juger par son nom, et c'était tout. Sirgris ne s'était guère intéressé à Aériaplume lorsqu'il était à Fainros, n'ayant que des brides d'informations lorsque Ada, en mission, décidait subitement de venir l'importuner dans ses quartiers. De Heurteloup ne connaissait rien du défunt Premier Ranger. Lorsque lui-même était encore un jeune ranger, il avait été formé par Frida Hilverla, une Nordique pure et dure, née dans les montagnes de Dangweth, aussi grande et large qu'un ours. Elle avait déjà la trentaine passée lorsque Sirgris était entré à Aériaplume. Frida avait incarné pour lui tout ce que devait être un véritable meneur d'hommes. Elle était même plus virile et plus forte que les trois quarts des rangers accomplis qu'elle côtoyait chaque jour. Frida s'entendait alors parfaitement avec Estienne Velimir, Première Messagère à l'époque. Dame Hilverla était morte pendant la garde guerre, tandis que Estienne avait survécu, elle avait été dans la même maison de guérison que Sirgris. Après Frida, il y avait eu d'autres Premiers Rangers, jusqu'à McDom, puis lui-même. McDom semblait avoir fait du bon travail, lorsqu'on ne prenait en compte que les chiffres ou le règlement. Quand au reste...
L'Andain ne répondit à Huawei que lorsque le dragonnier eut terminé. Le portrait de son prédécesseur était maintenant dressé, et De Heurteloup ne l'aimait guère. Lui non plus n'était pas un modèle de sociabilité, mais chacun savait que la bonne entente et une bonne connaissance de ceux avec qui l'on travaille chaque jour était essentiel au fonctionnement de Aériaplume. Bien sûr, il était impossible de retenir chaque nom, chaque visage, mais McDom semblait avoir, en quelque sorte, cassé une des pierres fondatrices du fonctionnement d'Aériaplume.

-Je n'aime guère le portrait que tu me fais de celui qui m'a précédé, fit De Heurteloup avec sa voix lugubre, je crains d'avoir plus de travail que je ne le pensais. J'en viens même à me demander comment les rangers peuvent encore fonctionner après cela. J'imagine que les pitreries d'Ada offraient un divertissement... Est-ce toujours Dame Velimir qui occupe la fonction de Première Messagère ?

Sirgris l'espérait, car au moins, il connaissait sa manière de fonctionner. Si c'était toujours elle à la tête des messagers cela expliquait comment Aériaplume continuait de fonctionner correctement. Estienne avait dû s'évertuer à développer cet esprit d'initiative qui semblait tant déplaire à McDom, et qui pourtant était primordial lorsqu'on était ranger ou messager. Huawei l'avait bien résumé, un ranger devait être capable de s'adapter à n'importe quelle situation, et il en allait de même pour le messager.





Dernière édition par Sirgris de Heurteloup le Lun 14 Juil - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Retour au bercail après une longue absence.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Après une longue journée de dur labeur... [PV]
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Inwerin :: Celebalda Capitale Elfique :: Aériaplume-
Sauter vers: