AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un curieux équipage entre à Iskandar.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Mer 25 Avr - 23:22

La tempête de Sable avait été éprouvante, mais pas autant que les cris d'Ilory durant cette nuit là. Soar s'était à moitié blottie contre son Sableu, tenant fermement la toile de tente, qui les couvrait, celle-ci devenant de plus en plus lourde. Le Sortilège de la Piste Brune aurait au moins pu s'étendre au sable, et pas qu'aux abominations, pesta-t-elle lorsqu'une bourrasque violente faillit soulever la toile, et faire entrer ce maudit sable. La semi-brownie serra les dents et ferma les yeux, tentant de prendre un peu de repos, malgré le chaos qui régnait à l'extérieur du cocon qu'elle avait fabriqué. Elle ignora jusqu'à Sellan, retranchée dans son propre monde. Jusqu'à ce que Ilory ne se mette à crier, elle attendit, tendue, mais rien d'autre ne s'était produit, et il se demanda si Merkan avait pu survivre à un tel déchainement des puissances divines. Si dieu il y avait derrière cette manifestation. Elle avait peut être dormi un peu, une ou deux heures, vers la fin.
C'est son lézard qui avait bougé, et qui l'avait réveillée. Le reptile s'était relevée, et elle s'était retrouvée la tête dans le sable, occupée à râler, alors que sable déposé sur la toile, se déversait à moitié du elle. La Légionnaire jura comme un charretier, se relevant rapidement, l'armure la débarrassant des grains, qu'elle expulsait, alors qu'elle redonnait à Soar des vêtements plus appropriés que la tenue de cuir et de métal qu'elle portait encore, depuis qu'elle avait attaqué Ilory.
La jambe de Sellan était guérie. La morsure sanguinolente avait laissé la place à une peau luisante et neuve. Sauf que Sellan était condamné à voyager pieds nus, ou avec une seule botte, jusqu'à ce qu'ils arrivent à Iskandar, ou qu'il puisse s'acheter une paire de chaussures dans une caravane. Mais avec Ilory qu'ils transportaient comme une vulgaire criminelle, Soar savait que les marchands ou les voyageurs ne s'approcheraient pas d'eux.
Le déjeuné fut encore plus frugal que les autres jours, la Légionnaire avala une tranche de pain de voyage sur le pouce, faisant passé ses bouchées déchiquetées à belles dents, par des gorgées d'eau. Elle grignotta des fruits secs, crachant les noyaux dans le sable. Autour d'eux, le paysage avait changé, seule la Piste Brune ne semblait pas affectée par les changements, et étrangement, les pavés bruns sortaient un à un du sable qui les avait recouvert. Un phénomène que Soar ne chercha pas à s'expliquer, ne voulant pas entrer dans des considérations magiques.
Elle fit boire et manger Ilory, qu'elle devait quand même garder en vie. Elle regarda sa tête, et y découvrit qu'elle lui avait fait une belle bosse. La vifière s'en remettrait. Soar l'avait chargé comme un vulgaire paquet sur le dos d'un Sableu, bien arrimée à la selle. Ils se mirent en route. La Légionnaire ne parla pas, elle n'en avait pas envie, et elle se disait également, qu'adresser la parole à l'expérience, qui clairement, ruminait encore sa défaite d'hier, serait une très mauvaise idée. Elle voulait éviter de reproduire ce qui était arrivé dans l'Aéronef, où seules les réactions ultra rapides de son armure l'avait sauvée, et lui avait éviter de se faire arracher la gorge. Le voyage fut silencieux, et quand la nuit vint, ils ne s'arrêtèrent pas, ralentissant seulement rythme pour manger et de désaltérer. Les seuls arrêts arrivèrent trois jours après la fuite de Merkan, il fallut nourrir les reptiles, et dormir un peu.
Lorsque le sable laissa la place à de la pierre brune et brûlante, Soar put apercevoir aux loins les hautes murailles d'Iskandar. Ils avaient atteint la Limite Désertique, cette étrange bande de rocailles, qui marquaient une frontière très nette entre les Plaines de Sable, et les bords du fleuve Varilë. Même au loin, Soar voyait les marais, la végétation luxurieuse de Skeljiren, et l'eau miroitant entre les différentes plantations qui entouraient Iskandar. Soar s'était arrêtée, elle était descendue, et s'était plantée devant Ilory.

-Je n'ai pas envie d'attirer l'attention, tu vas donc entrer assise sur ce Sableu. Tu garderas ta bouche fermée. Si je t'entends, je me ferais plaisir de te battre, et ton chat souffrira aussi. Tu entreras en tant qu'esclave en fuite, que son riche propriétaire à Fendassë tient à récupérer, parce que tu lui as coûté une fortune. Avec ta jolie gueule, ça devrait faire l'affaire.

Elle ne s’assura pas que Sellan ait bien compris, c'était inutile. Jouer le rôle de mercenaires seraient amplement suffisant, pour passer les portes lourdement gardées d'Iskandar. Les cordes qui entravaient Ilory se muèrent en chaîne de bronze, un lourd collier entoura sa gorge, de là, partaient les chaînes qui reliaient le collier aux menottes à ses poignets. Ses chevilles étaient attachées par le même procédé, mais à la selle. Soar déchira sans ménagement les vêtements d'Ilory, la dénudant un peu.

-Maintenant, comporte toi comme une esclave en fuite, qui vient de s'en prendre une, et qui n'a plus aucun espoir. Ah mais j'oubliais, tu dois savoir faire ça très bien...

Soar remonta en selle, tenant la bride du Sableu d'Ilory, qu'elle avait préalablement aidé à se mettre assise. Ils parcoururent alors la distance qui les séparaient d'Iskandar Alors qu'ils approchaient de la citée, ils rejoignirent des caravanes qui gagnaient elles aussi Iskandar, tandis que d'autres les dépassaient, en partance pour Fendassë ou bien Emaine Macha. Autour de la route la pierre laissa peu à peu la place à la terre, aux champs aux systèmes d'irrigations ultra perfectionné, et l'équipage de Soar, Sellan, et d'Ilory, attirèrent quelques regards curieux, avant que ceux-ci se détournent, retournant vaquer à leur travail des champs. Les portes furent en vue, lourdes, et derrières les remparts, on pouvait voir la pointe de lances étincelantes, des balistes, et des arbalétriers qui surveillaient d'un oeil perçant, la foule qui passaient les portes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sellan
Guerrier
avatar

Peuple : Hybride créé génétiquement.
Localisation : Je ne sais pas, je découvre le monde.
Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 29/05/2010

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Sam 28 Avr - 21:22

Une tempête de sable n'était pas l'expérience la plus enrichissante qu'avait pu faire Sellan durant la période qui avait suivi son éveil jusqu'à l'instant où il émergea après que le vent se fut calmé. Ils avaient passé un temps considérable confiné derrière la toile, dissimulant leur vue, le vent bloquant leur ouïe... N°7 n'aimait pas cela, mais il dut se résoudre le temps déplorable. Dormir ne fut pas aisé, mais il y parvint, se fermant au monde extérieur et attendant patiemment que ce termine ce désagréable et long moment. Au moins, sa blessure aurait le temps de guérir.
Quand autour de lui cela commença à s'agiter, son oreille tiqua et il se remit à bouger. Soar pestait à l'encontre du sable, et resta d'ailleurs très silencieuse durant le voyage. N°7 mit cela sur le compte de la trahison de leur compagnons, qui devait affecter son moral. Lui-même éprouvait une certaine rage à l'encontre du félin, et n'avait pas envie de parler. Finalement cela les arrangeait tout les deux.
Il avait du abandonner sa deuxième botte, ce qui le contrariait assez, car il appréciait la protection qu'elles offraient à ses pieds. De plus, comme il ne possédait pas de haut hormis sa cape qu'il avait retiré à cause de la chaleur, il se retrouvait avec comme seule pièce vestimentaire son léger pantalon en toile. Sellan n'avait pas d'à priori sur la nudité, mais il avait connaissance de la pudeur que pouvait avoir les gens normaux, de la fragilité de ses organes reproducteurs, ainsi qu'un conditionnement à force de toujours être vêtu. Et sans ses bottes, il avait l'impression d'être presque nu.

Leur périple touchait presque à sa fin, Soar n'eut nul besoin de le préciser car les changements dans leur environnement était assez flagrants pour que l'être artificiel les remarque. Ils allaient se retrouver à nouveau dans une ville, et pouvoir se ravitailler, acheter de nouvelles bottes, et avancer dans leur traque qui pour le moment n'avait abouti qu'à une trahison. Arrivé en vu de la cité qui était leur destination, ils durent s'arrêter car Soar avait certaines choses à expliquer à leur captive, sans doute pour passer inaperçu. Elle n'eut pas besoin de s'adresser à l'expérience, qui de toute façon avait sa propre idée pour se fondre dans la masse.
Reprenant sa cape un peu déchirée qu'il avait attachée à la selle de son sableu, il en déchira à nouveau un large pan, et confectionna un peu hâtivement une protection contre le soleil, masquant son visage et ne laissant visible que ses yeux perçants, le bout de ses oreilles dépasser, et sa longue chevelure cascader sur la cape qu'il avait enfiler, pour protéger son dos. Il n'en avait guère besoin, mais cela paraissait moins étrange que s'il ne portait rien en prévention du soleil qui pourtant ne marquait pas sa peau.
L'expérience génétique était alors prête, et tiendrait son rôle, à savoir ne rien dire, ne rien faire, et laisser Soar opérer, car elle savait qui ils devaient retrouver, et comment. Mais Sellan restait toutefois à l'affût, au cas où le félin soit sur leur trace, ou qu'un quelconque danger les menaces.
N°7 ne se sentit d'ailleurs pas très à l'aise à la vue de la milice surveillant les abords de la cité. Il serra les mains sur les rennes de son Sableu, qui réagit à sa tension en secouant la tête. Bien qu'il ne put expliquer par quel moyen, il savait qu'ils allaient rencontrer des ennuis.
Était-ce de l'instinct ? L'expérience n'aurait su le dire...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilory Falo et Merkan
Compagnon de Lien
avatar

Localisation : Pourquoi tu veux savoir ça?!
Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Mer 9 Mai - 3:14

Le voyage fut éreintant. Non pas seulement à cause de la chaleur, de l'inconfort que lui prodiguait la selle sur laquelle elle était couchée ou du manque flagrant de tentative de communication de la part de ses geôliers, mais aussi à cause de Merkan. Il était blessé, faible, pas adapté à un tel environnement et loin d’elle. Jamais ils n'avaient été séparés par une si grande distance et, lorsqu'une fois il piqua un sprint, elle en perdit même conscience. S'il en avait fait autant, elle n'aurait su le dire, car en reprenant conscience, elle constata le ciel noir autour d’elle.
La blessure que Merkan avait reçue n'allait pas au mieux, car elle ressentait toujours de la douleur. Son visage l'irritait sans cesse et le sang perla de nouveau près de son œil lorsque son vifier avait perdu patte dans une crevasse et s'était frappé le visage au sol. Elle avait les mains et les pieds brûlés et un horrible goût de sang dans la bouche.
Malgré son état de prisonnière, elle ne fut pas malmenée ou négligée. Soar la nourrit et lui permit même de marcher sans toutefois la libérer de ses liens ou la quitter des yeux. Sellan, lui, imita avec une grande facilité l'ignorance la plus totale. Pas un mot, pas un regard. Le néant complet. Elle eut malgré elle un sentiment de satisfaction, car c'était à cause de son vifier s'il réagissait ainsi.
Merkan n'était pas si loin que ça devant eux. Cinq à six heures au maximum, mais cela était suffisant. En autant qu'ils ne le rattrapaient pas tout irait pour le mieux. Et avec eux qui s'abstenaient de lui demander où il était, c'était encore mieux. Leur plan ne tombait peut-être pas à l'eau tant que ça finalement.
Elle finit par perdre le compte des jours et son sens de l'orientation disparut complètement. La tête callée contre la selle, elle n'avait aucunement conscience des mouvements du soleil et des directions empruntées. Malgré cela, elle se consola en sachant que, plus le temps passait, plus ils se rapprochaient d’Iskandar.
Comme de fait, elle fut réveillée par les roches qui grinçaient sous les bottes d’une personne en approche. Elle se redressa autant qu'elle pu pour voir qui venait et reconnu Soar. Ses propos lui firent comprendre qu'ils étaient en approche tout en affirmant avec plus de conviction son état de prisonnière. Son bâillon toujours en bouche, elle ne put rien dire pour répliquer à ses propos, mais elle espérait que son regard enflammé lui fasse comprendre son irritation.
Soudain, ses liens se muèrent en chaîne et, malgré le soulagement de cette libération, elle était toujours attachée. Les chaînes la lièrent à la selle, sur laquelle elle put enfin s'asseoir en massant ses joues. Le soulagement fut tel, qu'elle prit quelques inspirations pour se remettre de cette désagréable expérience. Respirer avait été un calvaire depuis le début de sa captivité, non pas seulement à cause de cette foutue selle qui lui coupait le souffle et de ce bâillon qui obstruait la voie, mais aussi de ses bras sans cesse tirés en arrière et qui coupait encore plus l'arrivée d’air.
Lorsque Soar parla, elle lui lança un regard noir avant qu'un tic mauvais n'agite sa mâchoire. Elle ne dit rien cependant, car… c'était atrocement vrai. Elle n'en laissa rien paraître cependant et continua de fusiller du regard la légionnaire qui retournait à sa selle.
Elle n'avait pas envie de fuir. Certainement pas à cause de l'amabilité de ses compagnons, mais parce qu’ainsi elle pourrait communiquer des informations à Merkan sur leur position, lui permettant de les éviter et de rejoindre Dosiän avant eux.
Alors que ses compagnons avaient le regard fixé aux portes qu'ils approchaient, elle, elle posa ses yeux sur ses chaînes et ferma les yeux.
Merkan ?

~ ¤¤¤ ~

Le sommeil était accueillant… le sommeil était agréable… mais le sommeil était aussi mortel…
Merkan ne parvenait cependant pas à en retirer ses esprits. Il était si friand de repos depuis si longtemps qu'il n'arrivait pas à convaincre son corps d’en sortir et il s'avait pertinemment que cela pouvait mener à sa perte. S'il dormait trop longtemps, les autres prendraient une telle avance qu'il lui serrait impossible de les devancer de nouveau. Les pattes grattant le sol avec peu de conviction, la poussière volant devant son nez, il n’arrivait à rien.
Ce fut l'appel de sa vifière qui le ramena dans le monde de vivants. Il s'y accrocha et parvint ainsi à reprendre conscience. Il du faire un effort supplémentaire pour ouvrir les yeux. Il sentit que le sommeil voulait reprendre ses droits, il se força donc à se redresser. Il resta coucher, mais sur le ventre et la tête haute. Il bailla à s'en décrocher la mâchoire avant de répondre à Ilory.
Qui a-t-il ?
Nous arrivons à Iskandar. Où es-tu ?
Merkan promena son regard alentour, mais à part les buissons, il ne voyait rien. Il ne se rappelait pas de ces buissons et ce dit qu’il devait avancer en automate au point ou son esprit avait prit le pas et l'avait fait avancer, lui faisant oublier tout le reste. Il se força donc à se lever et ce n'est que là qu'il ressentit la vive douleur à ses pattes. Ses coussinets étaient à vif et il boita vers l'extérieur de son refuge. Son esprit automate l'avait aussi protégé de la douleur. Une fois dehors, il scruta les alentours.
La première chose qu'il vit fut l'eau. Une immense étendue d’eau se profilait devant lui. Il dut se retenir pour ne pas s'y jeter, remettant cette envie à la fin de sa discussion. Il aperçu ensuite la ville, à une dizaine de kilomètre au loin.
J'ai perdu mon avance. Je vois la ville.
Parts. Nous allons sans doute nous arrêter ici pour la nuit et peut-être la journée de demain aussi. Tu auras ainsi deux jours d’avance.
Mais… nous allons perdre le contact…
Peu importe nous, Merkan. Tu as déjà vécu sans moi, tu y arriveras à nouveau. L’important c'est de retrouver Dosiän. (Il sentit la gorge d’Ilory se nouer) Je vais rouvrir mon lien avec lui… tu pourras ainsi le localiser via moi. Parts…
Merkan resta paralysé. Jamais il n'avait cru perdre cette connexion qui, même s'il l'avait rejetée au début, faisait maintenant partit de lui. S'en défaire le terrorisait…
Mais il n'avait pas le choix.
Aussitôt qu'il sentit un second attirement, il se détourna du premier…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Ven 25 Mai - 23:36

-Tu peux bien me regarder avec ces yeux là maintenant, mais fais-ça devant la garde, et je n'aurai pas d'autre choix que de t'en mettre une. Baisse la tête. Et tout ira bien pour toi.

Passer les portes n'étaient pas le problème. Ils avaient pris du retard avec la tempête de sable, elle avait pris du retard dans ce qu'elle devait faire. Elle n'avait encore contacté personne à propos de cette mission. Elle le ferait dès qu'ils seraient derrière les murs d'Iskandar. Elle contacterait son supérieur, et le membre de la Légion, qui n'était pas venu à leur rencontre. A ce stade, Soar ne serait pas surprise de ne pas pouvoir entrer en contact avec lui. Si ça mission était aussi fausse que les états d'âme de Someya, alors la légionnaire serait presque blasée de savoir que personne ne devait l'attendre. Cependant, il y avait toujours quelqu'un de la Légion à Iskandar, la citée était bien placée, pour atteindre en suite Muina. En général, la légion envoyait plusieurs espions, chargés d'occuper différent status au sein d'une ville, un seul, serait trop peu. Elle était confiante. Elle saurait contacter un des membres. Elle l'avait déjà fait. Elle était déjà venue, pour d'autres raisons, impliquant un mord sith renégat, oui Un. Un des rares mord sith mâle, qui en général terminait mal. Ce fut le cas pour lui. L'ordre des mord sith se gérait habituellement tout seul, mais pas cette fois là.
La distance qui les séparaient des portes s'amenuisa, et son sableu renâclait déjà d'impatience, alors qu'elle s'imposait un rythme presque nonchalant. Ilory faisait une esclave de choix. Pas étonnant que l'autre cinglé suceur de sang l'ait choisie. C'était un bon élément, avec suffisamment de jugeote. Dangereuse. Soar songea qu'il lui faudrait sans doute lui ouvrir la gorge, lui briser la nuque, si jamais Ilory, devenait trop intelligente pour son bien. La légionnaire n'était pas sans ignorer que les vifiers partageaient un lien très fort, autant physique que télépathique. Ilory avait très bien donner leur position à Merkan. Soar ignorait jusqu'à quelle distance il pouvait communiquer, mais elle était suffisamment au fait des vifiers où la distance pouvait être de plusieurs royaumes, sans que le lien ne se rompe, ou s'estompe. La légion comptait son lot de vifier, et tous à Cemenwin connaissait Uace Hale et Dúbhshláine, dragonnier et dragon, dont le lien était plus que fusionnel. Elle restait donc sur ses gardes, s'attendant à voir surgir le fauve de derrière un rocher, pour tenter de délivrer sa compagne. A moins qu'Ilory ait autre chose en tête. La vifière était coriace, et Soar savait qu'elle n'avait pas tout dit. Voire quasiment rien, à part le fait certain que Gaétéo avait fait quelque chose à Del Nor, et que cela le rendait dangereux. Voire capable de la tuer, si elle essayait de le ramener. Soar eut un sourire en coin. Le port de tête haut, et le regard méprisant, elle toisa les gardes en faction à la porte, produisant un faux pli, d'un riche seigneur de Fendassë, attestant des loyaux services de ces deux mercenaires. Le seigneur en question était à Fendassë pour le compte de la légion. Ce qui permettait de ne pas avoir à expliquer qui était le seigneur en question. Le garde examina le papier, avant de les regarder, ses yeux se posèrent sur Ilory, une lueur de convoitise les animant :
-Eh ben, elle a du coûter cher celle là. Serait pas un peu farouche par hasard ?

-Farouche ou pas, une esclave finit toujours par se retrouver enchainée par vrai ? répondit la Légionnaire, celle là, elle a le regard mauvais, mais le fouet de son maître la remettra vite fait à sa place, ça ou les grandes mains de mon associé. C'est du pareil au même.

Elle se fendit d'un sourire tordu, et lorsqu'elle parla, Soar s'exprima avec le fort accent des gens de Fendassë, de ceux qui viennent du port. Le garde répondit à son sourire, avant de lui rendre le papier, qu'elle plia et rangea soigneusement, du haut de son sableu.

-Messieurs.

Autorisés à entrer dans la citée des sables, ils purent passer les lourdes portes de métal noir et bronze, s'engouffrant dans l'épaisse muraille, bénéficiant enfin d'un peu d'ombre. D'autres gardes étaient postés à la sortie du petit tunnel, et Soar repéra les portes latérale, dissimulée dans l'ombre du tunnel. Les Iskandaréens étaient vicieux, avaient le sang chaud, et excellaient dans le maniement des lances et autres piques et hallebardes. Sans compter leurs origines Fendasséennes, qui faisaient d'eux des virtuoses du cimeterre. La chaleur était aussi écrasante à l'intérieur des murs qu'à l'extérieur, et Soar n'avait plus qu'une hâte, trouver un établissement où on ne posera pas trop de questions, et où les laisseraient tranquilles. Elle en connaissait un qui ferait l'affaire. Tenant fermement la bride du sableu d'Ilory, Soar s'enfonça dans Iskandar, qui fourmillait d'activité rien que devant ses portes, même en plein soleil. Mais avant...

-On doit laisser les lézards ici. Ce sera plus simple pour se déplacer. Sellan, je te confie la surveillance d'Ilory, je vais être occupée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sellan
Guerrier
avatar

Peuple : Hybride créé génétiquement.
Localisation : Je ne sais pas, je découvre le monde.
Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 29/05/2010

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Ven 29 Juin - 20:37

Il n'était guère compliqué pour Sellan de tenir son rôle de guerrier inébranlable tandis que Soar parlementait avec la sentinelle. Les doigts serrés de l'Expérience sur la bride de sa monture était le seul signe visible de son anxiété, le reste de son corps gardant son attitude décontractée tout en restant sur le qui-vive. Il n'écouta que d'une oreille distraite les paroles de sa compagne de voyage, qui se chargea de les faire entrer sans qu'il n'y ait de problème. Sellan grommela légèrement en passant près du garde, mais ce dernier ne réagit pas. L'Expérience génétique commençait à s'impatienter, il avait été créé et entraîné pour se battre et la façon dont le gros chat l'avait attaqué avant de s'enfuir ne l'aidait pas à contenir son envie de déverser sa rage.
Au paroles de Soar, l'Expérience acquiesça et mit pied à terre. Il approcha du Sableu d'Ilory, et la saisit sans ménagement, avant de la laisser sur son épaule comme un vulgaire sac. Elle ne pesait pas bien lourd, et au moins elle ne pourrait pas s'échapper en courant, bien que ce soit assez improbable qu'elle y parvienne alors que N°7 la surveillait.

-Tente quoi que ce soit, et je te tranche l'un de tes membres, en espérant que ton gros chat souffre autant que toi...

L'animosité n'était pas vraiment naturelle chez l'Expérience, et pourtant il ressentait une grande colère à l'encontre de la panthère, qu'il voulait voir morte, mais il n'avait que sa compagne, qui l'insupportait à lui crier tout le temps dessus pour rien, et critiquer tout ses choix. Ce serait donc une exécution qui le satisferait pleinement. Mais pour l'instant il se contentait de suivre Soar, tenant fermement la femme sur son épaule, enfonçant légèrement ses griffes dans son ventre, près à lui perforer au moindre mouvement suspect.
Il déporta son attention vers sa compagne, qui à l'inverse de lui savait où ils devaient se rendre pour faire... quelque chose qu'ignorait Sellan, mais au vu de la situation ils devraient chercher des traces du passage de la proie qu'ils cherchaient. Il s’enquit tout de même d'une réponse, pour être sûr.

-Où allons-nous au juste ? Et comment trouver la proie que nous traquons ? Mes talents de pisteur sont hélas plutôt mauvais ; l'on ne m'a pas enseigné comment retrouver une proie. Et j'aimerai me nourrir si possible, je ne veux pas que la faim nuise à ma concentration...





Dernière édition par Sellan le Jeu 21 Fév - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Mar 28 Aoû - 22:47

-Pas si près des portes, souffla la légionnaire, les murs ici ont des yeux et des oreilles. Je dois chercher quelqu'un, une dénommée Basira. Elle aura peut être des réponses à mes questions. Mais allons d'abord nous remplir l'estomac, le reste pourra bien attendre. De toute façon, nous ne pourrions pas repartir dans la même journée. Les lézards sont endurants, mais le chemin jusqu'à Fendassë est long.

La métisse était beaucoup plus petite maintenant qu'elle était descendue de son énorme Sableu. Retrouver le sol lui parut un instant étrange, comme ses pieds n'y étaient plus habitués. Elle avait forcé l'allure, et n'avait que rarement touché terre depuis l'incident avec Ilory et Merkan, cherchant à mettre le plus de distance possible entre le fauve et eux. Non pas qu'elle ne soit pas capable de se défendre, mais ce n'était pas sa mission que de régler son compte aux deux compagnons de Vif. Surtout quand l'un deux détenait probablement encore beaucoup d'informations, qu'elle ne lui avait pas encore révéler. Soar répugnait à employer la torture, mais si elle devait en arriver à devoir écorcher la peau des doigts d'Ilory, elle le ferait. Il était hors de question qu'elle paie pour les erreurs d'un autre. Celui qui s'écartait du chemin de la Légion Noire n'était pas digne d'y revenir. Au pire, il devait périr. Iskandar ne lui avait pas manqué, malgré le fait que Soar appréciait la diversité de la population, et le fait que des pirates et voleurs notoires y faisaient parfois un tour en toute impunité.
La légionnaire s'éloigna de la rue principale, choisissant de gagner une partie de la ville moins connue des voyageurs honnêtes. Les quartiers où elle emmenait Sellan et Ilory étaient visités par des marchands peu scrupuleux, les mercenaires, les repreneurs d'esclaves, des affranchis vengeurs, criminels... Iskandar était une citée frontalière qui avait deux visages, la corruption avait gangrénée une petite partie de la garde, et cela avait suffit pour que l'Avant Poste, soit contaminé par un morceau des cul de basses fosses de Muina. La chaleur régnait, mais les bâtiments aux toits terrasses, offraient tout de même de l'ombre, dans des ruelles qui rétrécissaient à mesure que Soar s'enfonçait dans la ville. L'étroitesse des rues protégeant du vent, le sable y avait plus de difficulté à s'infiltrer. En revanche, la proximité des bâtiments offraient de véritables routes à ceux qui voulaient fuir le plus rapidement possible. Les toits constituaient aussi des perchoirs parfaits pour les assassins ou les voleurs.

Au milieu de ce terrain dangereux, échoppes, habitations, mais aussi auberges animées.
Soar leva le nez, humant l'air, et reconnaissant à l'odeur, l'établissement qu'elle cherchait. Une odeur très forte de cuisine épicée - pour masquer le goût déplorable des denrées le plus souvent - mélangée à des relents de voyageurs venus se reposer et se restaurer. Le pas plus sûr, elle tourna encore une fois, et déboucha sur une rue un peu plus large que celle qu'ils venaient de quitter. Elle fit quelques pas, leva le nez pour regarder l'enseigne, ricana, et entra dans l'auberge du Nomade et de la Lamia. L'enseigne plus qu'équivoque, représentait un voyageur aux prises avec une Lamia, mi-femme mi serpent, à la beauté sensuelle. Elle repoussa le foulard qu'elle avait sur la tête, dévoilant sa chevelure auburn. Sa tenue changea, plus provocante, moulante, dévoilant même sa peau par endroit. Sitôt qu'elle fut entrée, elle fut accueillie par des beuglements :

-Regardez qui pointe le bout de son nez !

- La Suricate Rouge !

-Ca fait une paye !

Soar se fendit d'un sourire radieux, bien qu'insolent, et entra dans la salle commune enfumée par les amateurs de narguilés. Les habitués la connaissaient, elle avait passé des mois à traquer le mord sith renégat, et elle avait passé beaucoup de temps ici. Sa petite taille et son mordant lui avaient valu le surnom de Suricate, ses cheveux avaient fait qu'ils avaient fini par l'appeler le Suricate Rouge. La semi-Silura avait même des petites dents pointues pour l'occasion, transformation opérée grâce au peu de glamour qu'elle possédait, et à sa moitié Sil'ura.

-Je suis pas toute seule. Et bas les pattes Ghalib, on touche pas.

Nonchalante, elle se dirigea vers le bar, où un Iskandaréen l'attendait avec un rictus malicieux sur le visage, essuyant l'air de rien, des verres. Soar pointa du pouce Sellan qui trimballait toujours Ilory.

-J'ai besoin d'un endroit où on pourra garder au chaud ce petit paquet, t'aurais ça pour moi Khalil ?


L'homme sourit, dévoilant des dents blanches, et plissant le coin de ses yeux. Khalil tenait le Nomade et la Lamia d'une poigne de fer, aidé par ses frères, qui empêchaient qu'on lui vole l'argent qu'il gagnait plus ou moins honnêtement. Soar fit la moue, se voulant enjôleuse, et quand la main de Khalil disparut sous le bar, avant de plaquer une clef sur le comptoir, elle se fendit d'un nouveau sourire. Tirant habilement quelques pièces de sa bourse, la métisse les échangea contre la clef. Elle se retourna vers Sellan.

-Colle la dans la pièce du fond, c'est là qu'on garde les esclaves en fuite, en attendant que leurs maîtres paient. Je m'occupe de nous prendre à manger. Rien de trop épicé pour toi, je te rassure.

Khalil, toujours silencieux, haussa un sourcil. Soar n'avait ni le ventre, ni le palais délicat, et pouvait enfourner des bouchées énormes de plats aussi épicés et brûlants que l'étaient les plaines de Sables à midi, lorsqu'Aelius est au summum de sa splendeur. Une sale habitude prise ici même.

-Il a eu un soucis avec une queue de lézard... Rien de grave. Je vais poser mes miches à une table, sers nous ce que t'as. Mais vas-y mollo pour lui. Et pas de blague Khalil, c'est pas un drôle.

-Mais je t'en prie ta majesté, va poser ton derrière sur une de mes chaises. Tâche de ne casser les dents de personne cette fois, répliqua sarcastiquement Khalil, le temps que je t'apporte de quoi remplir ton estomac, et celui de ton... collègue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sellan
Guerrier
avatar

Peuple : Hybride créé génétiquement.
Localisation : Je ne sais pas, je découvre le monde.
Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 29/05/2010

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Mar 4 Sep - 12:19

Sellan grogna une fois que Soar avait fini son explication. Il connaissait cela, les Créateurs étaient toujours méfiant, parlaient à demi-mot de ce qui concernait leur œuvre, de peur que les responsables puissent entendre leurs craintes, leurs doutes, et arrêtent le projet. Les oreilles trainent, collés à des visages anonymes qui filaient avertir qui cela intéresserait. Il sourit intérieurement en se disant qu'il faisait bien de ne parler sans rien dire clairement. Il se contenta ensuite de suivre la guerrière mot dire, son bras resserré sur le corps inanimé d'Ilory pour éviter de la faire glisser, et ses griffes se plantant un peu dans sa chair, traversant les vêtements et mordant la peau, faisant couler un peu de sang. Si elle n'était pas déjà éveillé, elle le serait, consciente de ce qu'il lui arrivait.
N°7 sentit s'éveiller un étrange sentiment. Il se délectait de sa souffrance.
Il ne prêta guère attention à ce qui l'entourait, sans pour autant relâcher sa garde, prêt à agir au moindre signe d'hostilité. Soar savait ce qu'elle faisait et l'Expérience s'en remettait presque aveuglément à elle, il était là pour l'aider après tout, lui obéir en quelques sortes. Il ne put s'empêcher de se dire que cela ressemblait à ce que ses Créateurs attendaient de lui, et qu'il se plaisait à faire sans broncher. Pourtant quelque chose entrait en compte concernant ceux qui lui avait donné la vie : la colère, la rage, et une chose qu'il n'aurait pas su décrire... l'honneur ? Probablement. Ils avaient tué N°8. Ils n'avaient mérité que la mort. Pourtant...

L'endroit sentait fort. Des odeurs et effluves diverses se mêlaient pour offrir une fragrance étrange qui poussa Sellan à froncer le nez en grognant. Mais il ne dit rien, à tout cela se mêlait le parfum si doux à ses sens de la viande. Ses ongles se plantèrent un peu plus dans la chair d'Ilory, et il écouta attentivement les échanges qui se faisaient avec Soar, qui avait en ces lieux hérités d'un surnom obscur aux longues oreilles de l'être artificiel. Il comprit juste qu'ils avaient un endroit où laisser provisoirement leur prisonnière, le temps qu'ils sachent où était leur proie. Elle commanda par la même occasion à manger, et vu leur dernier repas il posa son regard sur elle, sans mot dire. Elle le rassura, sous le regard incrédule de leur hôte, et elle expliqua sans trop en dire la mésaventure de Sellan, qui lui arracha un grognement

Après s'être emparé de la clef il s'en alla là où on lui avait indiqué l'endroit où déposer le colis calé sur son épaule, déverrouillant la porte et l'ouvrant sur une chambre qui ressemblait un peu plus à une cellule sommaire. Il balança sans aucune délicatesse Ilory sur le sol, contre le mur opposé à la porte, Sellan faisant barrage, mais de toute façon elle était ligotée. Et si le choc ne l'avait pas réveillée, il s'accroupit et lui asséna un coup de point violent, qui devrait lui laisser un beau coquard quand l'hématome se fera visible.

-Tu vas rester un bon moment ici. Mais crois-moi, je n'ai qu'une envie, déchirer ta chair de mes griffes, et me repaitre du peu que tu as sur le dos. Maintenant tu as une raison de me détester, car quoi qu'il advienne je finirais par te tuer, sale chienne.

Lâchant l'une des rares insultes qu'il connaissait, Sellan recula, ne la perdant pas de vue jusqu'à ce qu'il ait pu fermer la porte. Il la regardait avec haine, détestant la compagne de la panthère qui l'avait salement blessé, tant à son corps qu'à cette chose, la fierté, qui le poussait à en vouloir à ceux qui lui faisaient affront. Finalement il revint dans la salle commune, après avoir verrouillé derrière lui, et serra fortement la clé dans sa main, comme pour s'assurer que la captive ne puisse trouver moyen de s'enfuir.
Il retourna s'asseoir, ôtant le tissu qui couvrait sa tête en essayant d'imiter les gens du désert, et se défit de sa cape, laissant choir par-terre les bouts de tissu qu'il ramasserait. Sur un tabouret, au comptoir et à côté de Soar, l'expérience lâcha un autre grognement en espérant avoir à manger. Cette épopée dans le désert lui laissai un goût amer dans la bouche, et le confrontait à des choses étranges dans sont esprits, et le semblait lui faire perdre sa froideur guerrière au profit d'une rage plus primitive, dangereuses. C'est sans doute de pouvoir avoir ces "émotions" qui poussèrent les scientifiques à se méfier.
Il était torse nu, ses muscles saillants semblant prêt à répondre et laissait envisager son évidente force. Dans son dos, un symbole simple était tatoué en noir, deux croissants entre lequel se fichait une sorte de bande noir pointu des deux côtés. Il en ignorait le sens, sinon celui qu'il imputait à sa signification, celle de son appartenance à un projet, à des plans le dépassant. N°7 se dit qu'il était au-dessus de ça, ou plutôt avait choisi d'en être exclu. Ses cheveux noirs étaient parsemé de grains de sable, ses longues oreilles en pointes frémissaient au moindre bruit, et ses yeux aux iris de sang furetaient alors que sa langue passa sur sa dentition carnassière qu'il révéla pendant un instant.
Tout en lui suppurait le danger, encore plus depuis qu'un éclat sauvage, fou, s'y était logé après la fuite de la panthère.

-J'ai faim. Dit-il simplement, sur un ton sec et tranchant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Lun 10 Sep - 15:46

Soar grimaça quand Sellan fut parti, s'écroulant sur un des tabourets, à moitié avachie sur le bar. Khalil qui terminait d'essuyer ses verres, lui jeta un regard amusé, avant que son expression se ferme lorsqu'un choc sourd se fit entendre. Soar se redressa, tendant l'oreille. Si Sellan tuait Ilory, c'était foutu pour retrouver rapidement Del'Nor. Si jamais on lui donnait l'ordre de poursuivre sa mission, qu'elle soupçonnait de ne pas en être une. Elle attendit un peu, mais n'entendant rien de plus, elle soupira, fermant les yeux. La traversée l'avait éprouvée, déjà qu'elle ne pouvait pas s'empêcher de se triturer les méninges, cherchant à percer le mystère de toute cette histoire. Quand elle rouvrit les yeux, ce fut pour voir Khalil qui la regardait avec un air bizarre. Elle eut un petit sourire, carra les épaules, et décida qu'elle se laisserait aller à la fatigue plus tard.

-Sers moi un verre. De l'eau citronnée, quelque chose de rafraîchissant. Je sors des Plaines de Sable, comme tu peux voir, ça a pas été une franche partie de rigolade.

Le gérant du Nomade et la Lamia jeta un dernier regard suspicieux à la pièce du fond, avant de sourire un peu à Soar. Il s'exécuta, sortant une des carafes d'eau qu'il gardait constamment pleine sous son bar. Soar but à longues gorgées, savourant le coté désaltérant du citron, et surtout, enfin de l'eau qui n'avait pas le goût de l'eau chauffée par le soleil.

-J'pourrais bouffer un Garman, s'exclama-t-elle avant de demander plus bas, tu saurais pas où se trouve Basira en ce moment ? J'ai deux ou trois questions pour elle.

Khalil se retourna et beugla quelque chose dans un des dialectes que parlaient les nomades, réclamant à manger, puisqu'une voix tout aussi sonore, de femme, lui répondit depuis la cuisine. L'auberge était petite, ne payant pas de mine, elle était sans doute un peu crasseuse, mais les lits n'étaient pas miteux, et n'étaient pas non plus infestés de vermines. Soar appréciait. La cuisine était succulente, la femme de Khalil, Lamia, était celle qui s'en occupait. Son mari avait d'ailleurs un curieux sens de l'humour en baptisant son auberge. Lamia signifiait radieuse, brillante, mais c'était aussi le nom donné à un peuple des Feys, plutôt enclin à dévorer les imprudents pris dans leurs filets. Et ce que Soar appréciait pardessus tout, c'était les prix.

-Je sais pas où est Basira, répondit finalement Khalil, mais Lamia saura peut être. Mais une de ses filles vient chercher à manger le soir, tu pourras lui demander toi même. Les Lionnes ont du faire profile bas, l'une d'elle a malencontreusement tué son ancien maître. Les affranchis se laissent souvent emporter par la colère. Basira ne se montre pas trop.

Soar grimaça une nouvelle fois, voila qui compliquait les choses. Mais elle ne pouvait pas s'attendre à ce que tout fonctionne comme prévu, rien ne fonctionnait comme prévu depuis qu'elle avait quitté Cemenwin. Elle qui aurait été plus encline à faire confiance à Ilory, avait finalement eu tort. Non pas qu'elle puisse faire totalement confiance à Sellan. L'Expérience semblait de plus en plus colérique, plus sombre, taciturne et laconique, depuis que Merkan lui avait croqué un bout de mollet pour défendre sa compagne de lien. Passant une main dans ses épais cheveux auburn, Soar sentit la mauvaise humeur de Sellan quand il s'assit enfin à coté d'elle. Le regard suppliant, elle pressa Khalil, qui servit simplement un verre d'eau citronnée à Sellan, se retournant pour chercher les plats en cuisine.

-Ça vient, répondit simplement et calmement Soar, tu verras, la compagne de Khalil cuisine comme personne.

Le dit Khalil revint accompagné d'une femme à aux courbes opulentes, à la chevelure d'ébène, aux yeux d'un bleu lipide, et aux lèvres sombres. Lamia était une beauté, et son sourire valait bien son nom. Soar soupira d'aise en voyant ce qu'elle avait préparé. Plusieurs plats arrivèrent, accompagné par une assiette de pain plat. Soar expliqua ce que c'était à Sellan :

-Ça, c'est de le hoummous, c'est une purée froide, douce, un peu âcre parfois, qu'on mange avec le pain et l'huile d'olive. En suite, les boulettes sont aux légumes, tu les trempes dans la sauce beige là, c'est de la crème de sésame, c'est très doux. Et les petits croissants, ils sont fourrés à la viande, tu peux aussi les tremper dans la sauce.

Soar se retourna vers Lamia.

-Erm, pour moi ça ira, surtout si tu as fait tes merveilleuses bouchées au fromage, fit-elle dans le dialecte de la cuisinière, mais tu pourrais faire venir de la viande, j'ai senti de la chèvre en venant. Je crois que ça lui plairait plus. Et j'aimerai évité qu'il soit contrarié. Sans épices, il aime pas ça.

Lamia la regarda avec des yeux ronds, avant de les lever au ciel, et de sourire.

-Bien sûr, je t'apporte ça, Suricate. Et du chevreau, la chèvre, c'est parfois trop dur à manger.

Soar eut un sourire aussi radieux que celui de la femme, et indiqua à Khalil que son verre était vide. Elle déchira une galette de pain, d'une main experte, elle arrosa l'hoummous d'huile, et trempa allégrement le morceau de galette dedans. Elle l'enfourna, savourant le goût des pois-chiches légèrement grillés, mélangé au tahini, la crème de sésame. Elle mastiqua bruyamment, s'enfila une gorgée d'eau, et précisa à Sellan.

-J'ai demandé qu'on t'apporte de la viande. Sans épices. Je pense que ça te plaira plus que le reste.

Sans attendre plus longtemps, elle croqua dans une boulette brune, chaude à souhait, qu'elle fit dégouliner de sauce en la trempant généreusement. Elle eut un petit sourire. Ce fut Khalil qui apporta la viande chevreau, deux gigots longuement rotîs, fleurant bon les herbes et l'ail, le tout laqué d'une sauce où du miel avait été dilué avec le jus de la viande. Elle regarda avec appréhension Sellan goûter, terminant la boulette qu'elle tenait entre ses doigts, non sans l'avoir trempée une nouvelle fois.

-On doit attendre ce soir pour pouvoir trouver celle que je cherche. Elle est pas dans les bonnes grâce des autorités en ce moment, l'informa-t-elle, mais une fois que je saurais où elle est, nous saurons qui nous devons chercher. Je doute que Del'Nor ait gardé son nom, mais je sais aussi à quoi il ressemble, à quel période il a commencé à être connu dans... le milieu où les autorités ne sont pas les bienvenues. Je dois en suite contacter quelqu'un d'autre, en suite, on saura ce qu'on doit faire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sellan
Guerrier
avatar

Peuple : Hybride créé génétiquement.
Localisation : Je ne sais pas, je découvre le monde.
Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 29/05/2010

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Mar 25 Sep - 22:02

Il écouta à peine Soar quand elle lui dit que cela arrivait. D'un geste rapide Sellan se saisit du verre et en vida le contenu d'un trait, pour se réhydrater, se échant à nouveau les lèvres pour ne pas perdre une goutte du liquide légèrement sucré et acidulé. Quand la nourriture arriva, l'Expérience montra son enthousiasme au travers d'un mouvement d'oreille assez éloquent, ces dernières se relevant brusquement, ainsi que par un regard affamé qui en disait long. Il écouta attentivement ce que lui dit Soar, afin de savoir comment manger cela, et il s'empressa de gouter au pain avec la viande, qu'il enfourna sans aucune finesse après l'avoir trempé de sauce.
Elle lui signala aussi qu'elle avait demandé de la viande, mais Sellan s'en fichait. A dire vrai, les gens fournissant de la nourriture avait souvent le réflexe de lui servir spontanément de la viande, à cause de sa dentition particulièrement adaptée à un régime carnassier, lui permettant de broyer les os les plus durs, mais l'être artificiel aimait manger de tout. Son sens du goût était d'ailleurs le moins développé, même s'il aimait bien manger.
Il attrapa ensuite de la galette et la plongea dans la purée, avant de le mettre en bouche alors qu'il venait à peine de la vider. La viande vint à arriver, et il écouta attentivement Soar, tout en reniflant la pièce de viande, avant de mordre afin de la goûter. Il mâchonna un moment la bouchée, puis il se figea, et finit plus lentement, le regard perdu dans le vague. Il laissa échapper un long soupir, et murmura doucement :

-Autorité...

L'expérience eut un éclat étrange dans le regard en répétant le mot, comme si quelque chose se réveillait en lui. Il le murmura comme pour s'assurer qu'il avait compris, et se tourna lentement vers Soar, légèrement troublé. Il se souvenait brièvement des gardes qui avait voulu l'arrêté dans un petit village, jusqu'à ce qu'un vieil homme, qui avait été autrefois scientomage, l'avait pris sous son aile. Il lui avait appris certaines choses, mais uniquement pour voir sa faculté d'adaptation, sa force. Des expériences en somme, et Sellan eut vite fait de partir après avoir appris le plus possible, ne souhaitant pas devenir la marionnette de cet individu sordide.
L'autorité... le concept même lui échappait. Il était troublé, et regarda Soar, la dominant de sa hauteur, la tête légèrement penchée sur le côté. Puis il la secoua, comme pour chasser ses pensées, et se concentrer sur la viande. Ses griffes s'allongèrent un peu, ces merveilles de kératines renforcés, qui plongèrent dans la viande afin de s'en saisir, soulevant la pièce de viande, et, ouvrant grand sa gueule, il y planta les dents, déchiquetant comme un animal sauvage la viande, se bâfrant tout en envoyant un peu de sauce et quelques morceaux autour de lui. Le massacre durant un moment, avant qu'il ne s'interrompe, attrapant à nouveau une galette qu'il plongea dans le hoummous avant de l'avaler, et de demander à Soar :

-Que vas-tu faire une fois que nous aurons ce que nous voulons ? Et je préfère le moumousse. Dit-il, en laissant sa pièce d'agneaux, et avant de se lécher les ongles.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Dim 30 Sep - 16:28

L'instinct de Soar lui hurla de se méfier, et ses gestes se firent délibérément plus lent, alors qu'elle observait Sellan d'un regard curieux. L'expérience était instable mentalement parlant, ses accès d'humeurs aussi changeants que brusques, fatiguait la légionnaire, qui préférait de loin opérer avec des gens qui savaient garder leur sang-froid, ou qui tout du moins, avec un schéma opératif constant. Avec Sellan, elle ne savait jamais sur quel pied danser. Et cela pourrait devenir dangereux pour elle. Elle fit taire l'hostilité instinctive qui naissait dans un coin de son crâne, et se contenta de mâcher, savourant le goût du hoummous, appréciant la qualité de l'huile d'olive, et le goût du pain plat fait par Lamia. Elle se recula un peu, quand l'expérience s'attaqua aux petits cuissots de chevreau qu'on venait de lui servir. Il mangeait salement, avidement. Elle se demanda ce qui se serait passé s'il n'avait pas eu de viande pendant plus de semaines encore que celles qu'avaient duré la traversée du désert. Elle n'osait imaginé le résultat, et elle préféra continuer de manger, impassible. Elle fit signe à Khalil que Sellan ne se mettrait pas à tout casser, et l'aubergiste lâcha ce qu'il tenait. Soar ne pouvait pas voir ce que c'était, et ça non plus, elle ne voulait pas le savoir. Si Basira était en disgrâce auprès des autorités, Khalil lui ne l'était pas, et il était aussi dangereux qu'aimable. La survie ne s'embarrassait pas de scrupules ici. Comme ailleurs. Elle même disposait d'un étrange moyen de survivre, réagissant uniquement sur la base de son instinct. Sa tenue changeait et s'adaptait selon ses besoins, parfois avant même qu'elle n'ait eu le temps d'y penser.
Elle se servit un second verre d'eau citronnée, elle but longuement, regardant Sellan pardessus son verre. Elle se demanda s'il avait vraiment entendu ce qu'elle venait de lui dire. Et ce serait stupide de sa part de parler plus avant, de la Légion, dans une salle où tout le monde pouvait l'entendre. Ici, elle était Soar, le Suricate Rouge, qui trainait dans les bas-fonds, s'enivrait, et cognait ceux qui tentaient d'entrer entre ses jambes.

-Ce que nous voulons ?


Elle secoua la tête amusée. L'expérience était bien étrange. Rien ne le retenait, il n'avait aucun serment, aucune obligation, et pourtant, il disait nous en parlant d'une mission qui en définitive, ne le concernait absolument pas. Elle eut un petit rire, et reposa son verre, remplissant son assiette.

-Je viens te dire ce que je vais faire. J'attends de pouvoir trouver Basira, elle aura des réponses à mes questions. Je dois passer par elle, pour entrer en contact avec quelqu'un d'autre. Et en suite, et seulement en suite, je saurais ce que je peux faire. C'est tout.

Soar sauta à bas de son tabouret, et remplis à nouveau le verre. Elle le calla dans l'assiette, au milieu des diverses bouchées.

-Khalil, la clef.

L'aubergiste la lui lança, et Soar la rattrapa au vol. Elle prit en suite l'assiette, et anticipa la question qui devait venir à Sellan.

-C'est pour elle. Je tiens pas à ce qu'elle nous claque dans les pattes. Son maître paiera moins cher si on lui ramène un cadavre.

Elle planta là l'expérience, et s'engouffra dans le couloir, assiette dans une main, et clef dans l'autre. Elle ignorait dans quel état exactement était Ilory. La séparation avec Merkan devait être douloureuse. Et tout au long du voyage, elle avait semblé souffrir, et les cernes sous les yeux de la jeune femme, faisait que Soar avait gardé un œil sur elle. Sellan n'était pas fiable non plus, sa colère et son désir de vengeance l'aveuglaient, et il était bien capable de trancher la gorge d'Ilory, juste pour se venger de Merkan. La panthère n'avait fait que défendre sa compagne de lien. Ce que Soar comprenait parfaitement, elle même n'avait pas été très tendre avec Ilory. Elle avait été déçue, pensant qu'elle pourrait plus se reposer sur elle, que sur Sellan. Au final, Soar se sentait isolée. Il fallait qu'elle trouve et voit Basira le plus rapidement possible. Elle ouvrit la porte, et la referma soigneusement derrière elle. Faisant disparaitre la clef, elle déposa l'assiette et le verre sur le sol. Elle fronça les sourcils et le nez. Le froncement de sourcils était une réaction aux marques de griffures sur les flans d'Ilory, et Soar serra les dents. Sellan était trop instable. Et le nez, parce qu'Ilory ne fleurait pas bon le savon, mais plutôt la sueur et la poussière du voyage, ainsi que le vieux cuir, odeur des Sableus.

-Mange, tu dois avoir faim. Je vais te chercher de quoi te laver et te changer.

Soar ajusta les chaînes de sa captive, lui donnant un peu plus de mou, sans pour autant qu'elle puisse arpenter la pièce. La légionnaire sortit de la pièce, revenant quelques minutes plus tard, munie d'une bassine en cuivre. Elle s'occupa de la remplir au petit robinet dans la pièce où était enfermée Ilory. Elle la déposa sur le sol également, avec de quoi se laver, savon, linge pour se sécher. Elle sortit une seconde fois, pour revenir avec de l'onguent pour les plaies, une carafe d'eau, encore de la nourriture, une soupe d'orge avec des morceaux de chevreau, quelques peu épicées et accommodées avec des légumes. Et elle portait sur son épaule, des vêtements.

-J'ignore si tu t'es décidée à parler. J'ai du mal à comprendre pourquoi tu protèges Del'Nor, ou peu importe comment il s'appelle maintenant. Je ne compte ni le tuer. Mes ordres étaient de le ramener vivant à Cemenwin, pour qu'il puisse répondre devant la légion. A moins que tu ne protèges ton maître aux dents pointues et suceur de sang. Mange. Il n'y a rien d'autre que de la nourriture. Si ce n'est pas moins qui viendra pour t'apporter à boire et à manger, ce sera Lamia ou Khalil. Je ne compte pas laisser Sellan avec toi. Tiens, ça c'est pour les griffures.

Soar désigna le pot d'onguent. Elle se releva, alors qu'elle s'était accroupie pour parler à Ilory. Elle tira un sac rembourré de paille d'un coin de la pièce, et le rapprocha d'Ilory. Elle y jeta une des couvertures, qui devait servir à chaque fois que quelqu'un séjournait dans cette pièce-ci.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilory Falo et Merkan
Compagnon de Lien
avatar

Localisation : Pourquoi tu veux savoir ça?!
Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Dim 14 Oct - 21:38

Ilory souffrait. Après qu’ils aient passé les portes de la ville, elle avait sentit son lien avec Merkan s’affaiblir puis disparaître. Elle en avait des crampes douloureuses à l'estomac et un mal de tête atroce. Les griffures, les mots et le coup de Sellan n'avaient aucunement surpassés cette douleur là.
Couchée sur le flanc, dans une pièce sombre et sur un plancher à la propreté douteuse, elle gémissait et sentait la sueur perler sur son front. Elle ne percevait plus rien des pensées, émotions et états d’âme de son compagnon de vif et c'était la pire des tortures. Elle se tordit dans tous les sens pour trouver une position qui amoindrirait ses souffrances, mais il n'y avait rien à faire.
Elle ignorait cela faisait combien de temps qu'elle était là quand la porte s'ouvrit. Soar entra et vint déposer un plat devant elle. Ilory avait atrocement faim, mais l'odeur du plat lui souleva l'estomac. Elle porta son regard fiévreux à la légionnaire lorsqu'elle parla et se laissa mettre en position assisse lorsqu'elle s'engagea à délier quelque peu ses chaînes. Elle aurait pu faire une tentative de fuite, mais elle n'en avait ni la force ni l'envie.
Soar repartit non pas sans lui dire qu'elle reviendrait bien vite. Ilory porta son regard à la nourriture. Elle hésita, déglutit difficilement, mais consentit finalement à manger. Cela faisait quelques jours qu'elle devait se satisfaire de rations et maintenant qu'une nourriture aussi savoureuse traversait ses lèvres, elle du manger lentement et par petites bouchées. Sa gorge était serrée et la nourriture passait mal et puis elle était beaucoup plus épicée que son dernier repas.
Soar revint et remplie une bassine en cuivre au robinet. Ilory n'y porta pas attention et continua de manger. Elle ressortit et Ilory cru qu'elle ne reviendrait pas, mais il ne lui fallu pas attendre longtemps avant que la porte ne s'ouvre de nouveau. Soar déposa alors plus de nourriture devant elle et elle sentit son estomac se contracter. Jamais elle ne pourrait manger autant.
Lorsqu'elle parla, elle reporta à nouveau son regard fiévreux sur elle. Elle l'écouta sans l'interrompre, tentant de mettre de l'ordre dans son esprit et de comprendre ce qu'elle disait. Une fois qu'elle eut terminé, elle alla tirer une paillasse pour la rapprocher d’elle. Ilory la regarda ensuite faire mine de s'en aller.


- Il s'appelle Myrdanos maintenant… dit-elle en éclaircissant difficilement sa voix, et je ne protège pas Gat… Je le hais, je hais ce qu'il a fait de moi, ce qu'il a fait de nous… Si tu trouvais le moyen de le tuer j'en serrais ravie. (Elle prit une courte pause) Del’Nor n’est pas partit de la Légion. Gat lui a tendu un piège, mais même si tu lui poses la question, il ne pourra pas te répondre : je t'ai dit l’autre jour qu'il a perdu la mémoire à cause de ce qu’on lui a fait.
» Je veux t'aider à le retrouver. Pas pour obéir à Gat, mais pour lui éviter de s'attirer plus d’ennuis. Il n'est plus l'homme qu'il était et je sais comment faire pour le calmer si jamais ça tourne mal.
(Elle porta son regard rougis par la douleur à la légionnaire.) Laisse-moi t'aider.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Dim 14 Oct - 23:47

-Ce serait plutôt à moi de t'aider.

Soar s'était accroupie, restant tout de même sur ses gardes, pour poser une main fraîche sur le front de la Vifière. Elle était brulante de fièvre, la mauvaise nourriture, le manque d'eau, de sommeil, les privations en somme, et la séparation avec Merkan, qui devait être aussi mal qu'elle. Elle avait bien spécifié qu'elle ne devait pas crever, si Ilory mourait ici, de la fièvre, Orombre ne doutait pas des conséquences désastreuses que ça auraient. Ilory était plus stable que Sellan, moins encline à succomber à ses émotions, et si Soar avait besoin de fournir des preuves de ce qu'elle avancerait quand elle prendrait contact avec la Légion, et bien, Ilory pourrait corroborer ses dires de vive voix. La Fey eut une moue agacée, c'était bien le moment de tomber malade, et elle pesta entre ses dents, après Sellan qui pouvait avoir refiler des infections à la jeune femme, avec ses griffes.

-Vu ton état, je vais demander à ce que Lamia t'apporte de quoi faire baisser la fièvre. Tu devrais pouvoir dormir sans être inquiéter ici. J'emmènerai Sellan avec moi. T'es pas obligée de tout manger, gardes-en pour plus tard. Bois, c'est de l'eau citronnée, sans sucre, ça rafraichit plus. Au moins ici, tu n'auras pas à souffrir de la chaleur.


Soar était maintenant à genoux, son ton était moins dur, n'étant plus celui de la légionnaire, mais celui d'une femme, d'une guerrière à une autre. Elle examina les plaies d'Ilory, celles, fraîches dues à Sellan, d'autres plus anciennes, que Soar lui avait infligée en la maîtrisant. La légionnaire secoua la tête.

-Le mieux serait de te foutre à poil, et te laver. Je peux t'aider pour le faire, et en suite, je pourrais soigner tes blessures, et t'aider à enfiler des vêtements propres. Les tiens sentent aussi bon qu'un Earthaë mort.

Un sourire vint illuminer le visage de l'officier, qui tendit le verre d'eau à Ilory, qu'elle n'avait pas encore pris. Elle scruta l'elfe, guettant le moindre signe d'hostilité, de réaction, pouvant indiquer qu'elle tenterait de s'échapper. Soar soupira :

-Je ne compte pas ramener Del'Nor, Myrdanos, de force. Je ne suis pas cruelle au point de le trainer pour répondre de ses actes, alors que tu m'as dit qu'il ne se souvenait probablement de rien. D'après les renseignements que j'ai eu, et j'en aurais d'autre dans la soirée, il a déjà refait sa vie. Et.. cette mission, n'est pas une mission officielle, j'en ai la certitude. Marquise se préoccupe peu des légionnaires qui disparaissent, elle nomme quelqu'un pour les remplacer, c'est comme ça que ça marche. Non, le plus grave... C'est que quelqu'un a du traiter avec Dents Longues pour qu'il puisse choper Del'Nor. Le général n'était pas quelqu'un qui se laisse attraper aussi facilement, si non, il n'aurait pas été général.

Soar se recula, regardant sérieusement Ilory. Ce qu'elle venait de lui dire, elle ne l'avait pas dit à Sellan, il faudrait d'ailleurs qu'elle le fasse, quand elle aurait bien eu la confirmation, que sa mission n'était pas commanditée par la Légion. Ce malaise qu'elle ressentait depuis le début de cette expédition ne faisait que s'accroitre, alors qu'elle était de plus en plus persuadée que rien de bon ne sortirait de cette histoire, sauf peut être pour les victimes de Gaétéo, qui s'il avait touché à un légionnaire, eh bien... Ce retrouverait avec la Légion Noire entière collée au train.

-Je dois rencontrer quelqu'un ce soir. Elle me dira où se trouve Myrdanos, et si tu vas mieux, on repartira directement. Si ce n'est pas le cas, ça attendra que tu ne sois plus sur le point de me claquer entre les doigts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilory Falo et Merkan
Compagnon de Lien
avatar

Localisation : Pourquoi tu veux savoir ça?!
Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Mar 16 Oct - 23:27

Ilory sentit un poids s'enlever de sur ses épaules. Non pas que Soar avait répondu à sa requête, mais elle ne la rabattit pas, ne lui dit pas qu'elle mentait, ne lui fit pas non plus part d’un quelconque commentaire mal placé. À force de subir de telles rebuffades, elle avait finit par se faire à l'idée que Soar ne l'écouterait pas.
La légionnaire s'approcha d’elle et posa une main froide sur son front. Cela lui fit presque du bien étant donné la chaleur dont elle souffrait et elle ferma les yeux. Elle lui parla ensuite d’une certaine Lamia et elle acquiesça, ne sachant pas vraiment que faire d’autre. Elle fut étrangement soulagée lorsqu'elle lui dit que Sellan irait avec elle. Quand Merkan était encore… là, elle ne l'avait pas vraiment craint, mais maintenant il s'avérait être une menace étant donné ce que son vifier lui avait fait.
Elle sentit le regard de Soar sur elle et comprit qu'elle observait ses blessures. Sa main, involontairement, monta vers son visage, tâter les trois traces rouges des cicatrices de Merkan qui étaient toujours sensibles. Les paroles qui suivirent la firent sourire, car elle était d’accord avec elle : sa propre odeur lui était aussi désagréable.

- Un bon bain ne serrait pas de refus, parvint-elle à répondre, et ton aide serrait appréciée…
Elle acceptait surtout son offre parce qu'elle était d’accord avec elle : se nettoyer de la tête aux pieds lui serrait plus profitable et elle savait que Soar refuserait de lui retirer ses chaînes si elle était pour la laisser seule.
La légionnaire lui tendit ensuite un verre d’eau et elle s'en saisit d’une main tremblante. Elle du le boire par lente gorgée, mais elle passa tout de même près de s'étouffer lorsque le liquide froid passa dans son gosier. Une fois rassasiée, elle essuya sa bouche d’un revers de manche et remercia Soar d’un hochement de tête.
Elle écouta ensuite ses paroles et fut soulagée de comprendre qu'elle ne comptait pas forcer la main de Dosiän. Elle eut de même un sourire involontaire lorsqu'elle évoqua les possibles conséquences que se mériteraient Gaëtéo.
Elle l'écouta jusqu'à la fin puis parvint à trouver la force de lui répondre.

- Je ne compte pas te rendre les choses plus difficiles. Je tiens à le retrouver autant, sinon plus que toi. Et même si je suis dans ce lamentable état, partir le plus tôt serrait le mieux. J'ai toujours détesté les grandes villes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Dim 21 Oct - 16:42

La légionnaire secoua la tête, alors qu'elle s'approcha, avançant sur ses genoux, alors que son armure changeait pour elle. En entrant ici, elle avait porté des vêtements de tissus et de cuir, elle ne portait plus maintenant qu'une robe légère, assez courte, seulement retenue par de fines bretelles. Elle éviterait de se tremper en aidant Ilory à se lever. Une clef apparut dans la main de la métisse Sil'ura, et elle défit les menottes de l'humaine, examinant du même coup la morsure du métal dans la peau tendre de ses poignets. Sellan avait serré les menottes trop fort, et les avait suspendu trop haut. Soar laissa pourtant une menotte à une des chevilles de Ilory.

-Si je te libère maintenant... Eh bien, je ne veux pas courir de risque. Et on ne repartira pas tant que tu seras malade. Inutile de courir, Del'Nor ne sait pas que nous venons, et il ne s'en ira pas bien loin. Tu ne peux pas voyager avec de la fièvre.

Sans plus de cérémonie, Soar aida Ilory à enlever ses vêtements collant de sueur et de la poussière de la route, des grains de sable tombèrent sur le sol. Elle aida l'humaine à monter dans la bassine, et à s'y assoir tant bien que mal.

-Et si tu trouves qu'Iskandar est une grande ville, attend de voir Fendassë. C'est encore plus grand que Cemenwin, mais pas autant que Akaash l'Ancienne dans l'Empire. Mais c'est plus qu'une grande ville. Parce que si Myrdanos est un hors la loi, je crois qu'on devrait pouvoir retrouver sa trace en se renseignant auprès des militaires de Fendassë. Si je n'obtiens pas les renseignements que je veux ce soir.

Usant d'une vasque, Soar aspergea généreusement la tête de la jeune femme, prenant bien soin de ne pas laisser des mèches de cheveux qui ne soient pas trempées. Elle devrait débarrasser Ilory de la saleté accumulée pendant son voyage en travers de la selle du Sableu, et les privations étaient ce qui avaient rendu malade l'humaine, plus que la position parfois inconfortable qu'elle avait du adopter. Elle laissa le soin à Ilory de se savonner, avec le savon fabriqué à Iskandar, une vieille recette à base d'huile d'olive et de laurier, d'eau et de soude végétale. Soar en profita pour pousser un peu la nourriture, à laquelle Ilory avait à peine touché. La soupe d'orge devrait mieux passer que le reste, même si elle ne mangeait pas les morceaux de viande. La légionnaire devrait s'assurer qu'elle mange encore peu.

-Quand tu auras fini, je t'aiderai à te rincer. Quand tu seras sèche, je vais mettre du beurre de karité dans tes cheveux. Je te les tresserais pendant que tu mangeras encore un peu. En suite, je t'aiderai pour tes blessures.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilory Falo et Merkan
Compagnon de Lien
avatar

Localisation : Pourquoi tu veux savoir ça?!
Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Dim 4 Nov - 16:44

Ilory regarda la légionnaire s'avancer une clef à la main et l'observa la défaire de ses menottes, sauf de celle à sa cheville. Elle ne s'en plaignit pas, car elle comprenait sa réticence à la libérer complètement. Une fois nue, elle se glissa dans l'eau du bassin. Elle était froide et elle en grelotta d’inconfort, mais la légionnaire porta peu d’attention à ses plaintes et lui aspergea la tête pour qu'elle soit complètement trempée.
Soar lui donna alors un pain de savon et Ilory lui fut reconnaissante de ne pas avoir prit pour acquis qu'elle devait la nettoyer. Elle n'était pas malade à ce point et, même si sa nudité ne la dérangeait pas, se faire toucher par une femme n'était spécifiquement agréable pour elle.
Elle perçu la saleté quitter son corps et elle se sentit immédiatement bien. Sa peau devint lisse et ne l'irritait plus. Ses cheveux furent plus difficile à nettoyer tant ils étaient emmêlé. Le vent, la poussière et les positions peu habituelles en étaient la cause.
Soar l'informa ensuite de ce qu'elles allaient faire après son bain et, malgré que l'idée de manger ne lui plaisait guère, elle acquiesça. Avait-elle le choix ?
Elles firent donc comme elle avait dit. Enfiler des vêtements neufs et propres lui fut d’un grotesque plaisir alors que, sentir les mains de Soar sur sa tête, la laissa tendue. Elle était dans son dos, dans une position d’autorité et, même si elle lui vouait une étrange confiance, elle n'apprécia pas ça.
Une fois propre, habillée et nourrie, Soar s'attaqua à ses blessures. Elle n'en avait pas beaucoup et aucune n'était dangereuse ou alarmante, mais elle mit tout de même des bandes de tissu autour de ses poignets, sur les griffures de Sellan et les éraflures causées par la selle.

- Merci, dit-elle une fois qu'elle eut terminé (Elle hésita à parler) Écoute… je sais que nous sommes mal partit toi et moi, mais j'aimerais que tu reconsidères mon aide. Je ne te demande pas de me détacher si tu ne me fais plus confiance. Je te demande juste de ne pas me mettre de côté ou de me trainer comme un bagage encombrant. Je ne vais pas te mettre de bâton dans les roues.
Alors que ces mots traversaient sa bouche, elle se demanda si elle devait lui dire pour le lien qui les unissait elle et Myrdanos…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   Lun 5 Nov - 21:47

Soar s'occupa donc d'Ilory, sans pour autant se comporter avec elle comme avec une enfant. Elle remarqua qu'elle grelottait dans l'eau, malgré la chaleur ambiante, même s'il faisait plus frai à l'intérieur, que dehors en plein soleil, l'eau froide n'aurait pas du la gêner plus que ça. La Vifière avait sans doute de la fièvre, ce qui ne serait pas pour arranger leur situation. Elle vit combien Ilory avait du mal à avaler, même si la soupe passa mieux que le reste, en plus d'avoir l'avantage de réhydrater l'humaine qui avait mal supporté le voyage à partir du moment où Merkan avait fuit. Soar s'était occupé de tresser ses cheveux et de les enduire de beurre de karité, elle lui fit des tresses serrées sur le crâne, laissant ses cheveux non tressés à partir du milieu du haut du crâne. Une coiffure simple, qui mettrait à l'humaine de se sentir peut être mieux, et elle pourrait toujours attacher ses cheveux de la façon qui lui plairait, et surtout, la légionnaire n'avait pas le temps de tout tresser.
Les blessures d'Ilory étaient superficielles, mais mieux valait-il prévenir que guérir, et éviter une éventuelle infection, si bien que la légionnaire finit par bander les poignets écorchés de la jeune femme, et toutes les zones où la peau était à vif, cela éviterait des frottements désagréables avec les vêtements.
Soar lui jeta un regard étrange, avant de soupirer. Elle était toujours assise en tailleur, mais elle faisait face à Ilory, et elle n'était plus dans son dos. Elle se gratta le crâne, l'autre main appuyée sur sa cuisse. Elle émit un grognement de frustration.

-De toute façon, je ne devrais même pas être à crapahuter en Esgaleithel avec deux civils. Même si Sellan a juste l'air d'être un tueur né, c'est quand même un civil. Les affaires de la Légion ne devrait regarder que la Légion. Depuis le début cette histoire sent la bouse de chameau, et ça ne me plait pas.

Elle marqua une pause, tendant brièvement l'oreille, pour s'assurer que personne n'écoutait à la porte. L'armure changea, sous son impulsion, elle n'avait plus besoin d'être à moitié nue, et avec la chaleur qu'il faisait, elle avait eu le temps de sécher. Aider Ilory à se laver les cheveux l'avait éclaboussée. Elle reprit une tenue simple, dévoilant la peau pâle de Soar, et mettant surtout en valeur sa poitrine opulente, dans un simple soutient gorge de cuir renforcé par du métal, et décoré de franges rouges. Un pantalon court en toile noire, complété par une ceinture à laquelle pendait des morceaux de tissus blancs, faisant comme une jupe longue qu'on aurait fendue, des sandales de cuir, et surtout une écharpe rouge, complétaient la tenue que venait de lui fournir son armure. Si Soar voulait voir Basira, elle devrait en montrer.

-J'aurai une réponse plus claire ce soir. Si j'arrive à rencontrer celle que je cherche. Notamment sur la position de Del'Nor. Je ne compte pas t'y emmener, tu n'es pas en état d'attendre des heures debout. Tu es sans doute fiévreuse, à cause du manque de son compagnon de lien, et des privations pendant le voyage. Et je ne suis pas sûre de pouvoir entrer en contact ce soir... Ce qui complique les choses. Tu vas en profiter pour dormir. Si tu ne veux pas être un fardeau, tu dois d'abord faire en sorte de ne pas être malade. Tant que je n'aurai pas de réponses, personne ne partira d'Iskandar. Quand à te libérer, j'attendrai demain, je dois d'abord ménager oreilles pointues. J'attendrai qu'il ait le ventre bien plein lui aussi, avant de parler de sujet énervant.

Elle s'arrêta une nouvelle fois, pour se relever.

-Tu devrais dormir. Profite, personne n'ira te chercher des noises ici. Khalil ne laisse personne entrer dans cette pièce. Et Ilory, je suis une légionnaire, je ne fais confiance à personne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un curieux équipage entre à Iskandar.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un curieux équipage entre à Iskandar.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un curieux équipage entre à Iskandar.
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Esgal :: Iskandar des Roches :: Places, Rues & Habitations-
Sauter vers: