AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Départ aux Portes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Départ aux Portes.   Dim 2 Oct - 16:05

Soar emprunta un de ses tramway qui descendait jusqu'en bas, jusque dans la partie basse, au pied de l'Eredmorn, où se trouvait les enclos à lézards, et autres animaux, et les tentes de voyageurs qui ne voulaient pas monter et se payer une auberge. Une petite taverne était ouverte, et les lèves tôt déambulaient déjà. Soar récupéra ses trois Sableus, dont un chargé de deux barriques d'eau, et de plusieurs outres en peaux, glissées dans des paniers, pour éviter qu'elles prennent des chocs pouvant les percer. L'eau était une denrée rare et précieuse dans les Plaines de Sable. La Piste brune était jalonnée de puits, et de quelques oasis, mais il arrivait parfois, que les puits soient vides. Et Soar tenait à éviter les mauvaises surprises. Évidemment, l'autre endroit, il y avait à coup sûr de l'eau, certains en avaient témoigné, c'était la citée fantôme d'Alatairë. Mais même en plein jour, l'endroit était risqué. Des voleurs avaient tenté leur chance, cherchant des trésors, des mages avaient voulu récupérer le savoir perdu d'Alatairë, d'autres avaient simplement voulu prouver qu'ils pouvaient un passer la nuit, et peu nombreux étaient ceux qui en étaient revenus indemnes. La rumeur disait qu'Alatairë avait un Gardien, qui repoussait les vivants.
Soar voulait bien le croire, mais pour rien au monde, elle s'écarterait de la Piste Brune. Si elle avait décidé de faire le chemin sur la terre ferme, c'était parce que cette semaine de voyage dans les airs avaient été un calvaire. Et que Sellan avait effrayé l'équipage, et qu'il était hors de question qu'elle refasse le voyage dans un espace aussi petit avec eux.

Menant ses Sableus par la bride, elle parcourut la distance qui la séparait des portes, un simple chemin de terre battue. Le ciel s'éclairait un peu alors qu'Aelius s'éveillait. Il était plus que temps de partir. Le voyage serait long, presque trois semaines, peut être moins, s'ils forçaient l'allure sans pour autant se tuer. Le plus long était d'attendre que le soleil soit moins fort. L'amure décida de pourvoir Soar d'un turban, elle pourrait ainsi utiliser un des pans pour masquer sa bouche, et il protégerait en partie ses yeux et aussi sa nuque. Un manteau de tissus léger, blanc lui couvrit les bras. Arrivée aux portes, elle attendit, Ilory et Merkan ne devraient pas tarder, et Sellan devait déjà être là, puisqu'elle ne l'avait pas vu à l'auberge. L'idée l'effleura qu'il était peut être parti de son coté, délaissant la traque de Del'Nor, car après tout, rien ne l'obligeait à retrouver un ancien officier de la Légion Noire, et de le ramener à Cemenwin.
Mais ce voyage dans le désert serait aussi un moyen de tenir Ilory à l'oeil, et le gros chat aussi. Peut être Soar en apprendrait plus. Et au pire, elle pourrait simplement forcer Ilory à lui avouer ce qu'elle savait. Et ainsi apprendre pourquoi et comment Gaétéo était mêlé à cette histoire. L'anguille sous la roche s'agita.
Soar porta son regard sur les dunes encore grises sous le manteau de la nuit qui s'effilochait. Devant elle, à ses pieds, s'étendait la Piste Brune, une longue route sinueuse, inchangée depuis sa construction.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sellan
Guerrier
avatar

Peuple : Hybride créé génétiquement.
Localisation : Je ne sais pas, je découvre le monde.
Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 29/05/2010

MessageSujet: Re: Départ aux Portes.   Ven 14 Oct - 16:25

Des éclats de voix lui parvenait, de loin, quelque chose mis entre eux gênait son ouïe... il n'entendait que des bribes... Tout était noir, il ne pouvait pas bouger, et ces sons... qu'était-ce ? Il ne comprenait pas, il ne savait pas, rien n'avait de sens ; il entrouvrit les yeux, et dut les fermer... c'était étrange. Quelque chose parcourut son corps, ça lui faisait mal, et il essaya de crier, de hurler, mais il n'y eut que des bulles qui sortirent de sa gorge, de sa bouche... Panique, incompréhension, il ne savait pas ce qu'il faisait là, où il était... qui il était...
Se débattre, sortir, fuir ; il se heurta à quelque chose de dur, tout autour de lui, et des choses, des fils, reliés à lui... Aussi fort qu'il put, il frappa sur la surface qui lui faisait face, criant à plein poumon dans le liquide qui l'entourait...
La paroi se brisa, et il se sentit soudain tiré vers l'avant, et percuta de plein fouet le sol. Il avait froid, du liquide dégoulinait sur lui, et il avait mal. Difficilement, il se releva, tout son corps tremblant, crachant, toussant, titubant... il ne pouvait pas ouvrir les yeux, et autour de lui des sons qui lui donnait mal à la tête...

~ ~ ~

Sellan se réveilla en sueur, le souffle haletant. Encore un cauchemar.Le souvenir de sa "naissance", ou plutôt du jour où il fut assez mature pour sortir de la cuve où il avait évoluer jusqu'à un certain stade de maturité. "Voici l'avenir de la guerre !" avait dit l'un de ses créateurs ; ce jour-là il ne pouvait pas comprendre ses mots, mais après avoir su parler, il s'en était souvenu... N°7 se leva, enfila son pantalon, et sa cape dissimulant le dernier legs de ses créateurs, le symbole de son appartenance. Le symbole qui marquait sa différence. Sa solitude... Il avait du mal à comprendre le monde, et il n'avait pas sa place en ce monde. Du moins il ne voulait pas être à la place pour laquelle on le destinait.
Il sortit de sa chambre. L'aube n'était pas encore levée, il serait en avance ; Soar ne tarderait pas à se lever, mais il ne voulait pas l'attendre, il avait envie d'être tranquille. Pendant le voyage il allait être sans cesse avec d'autres être vivants, entre Ilory qui le traite comme un imbécile et Soar qui elle au moins cherche à l'aider. Pour une fois qu'on se montrait patient avec lui, il n'allait pas s'en plaindre.

La veille il avait dormi un long moment avant de descendre manger, avec une certaine retenue, en ayant toutefois pris soin de remplir son estomac pour être au mieux de sa forme lors de leur escapade dans le désert, ce qui risquait d'être très long et ennuyeux, surtout avec l'autre femme qui n'arrêtait pas de lui crier dessus. Au moins il n'avait plus faim venu le matin, il était calé pour la journée même s'il se nourrirait certainement à nouveau ; mais pour l'heure il n'allait pas s'alimenter à nouveau, l'air frais de la nuit l'appelait, Sellan voulait marcher un peu, avant que ne disparaissent les étoiles.

Arrivé aux portes de la citée, l'expérience s'assit sur le sol, dans un coin, attendant ses compagnons de voyages. Il n'avait croisé que brièvement dans la soirée précédente Soar, mais il savait qu'elle était allez préparé sa nourriture, de l'eau, et des montures. Il espérait ne pas être obligé de rester juché sur un reptile pendant tout le voyage, déjà qu'il n'y aurait rien à faire, s'il ne pouvait même pas marcher au lieu de se laisser bêtement porter... Son attente, assis à regarder les gens, s'interrompit lorsqu'il vit celle qu'il attendait arriver avec les lézards, et un de ces étranges couvres-chef que portent certains de ceux qui voyagent sous le soleil du désert. Il trouvait cela ridicule, bien que sans doute utile, mais il n'en porterait jamais.
Esquissant ce qui ressemblait à un sourire, il se leva, et approcha de sa compagne de voyage.

-Bonjour. J'espère que les autres vont bientôt arriver, j'ai hâte d'y aller.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilory Falo et Merkan
Compagnon de Lien
avatar

Localisation : Pourquoi tu veux savoir ça?!
Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2010

MessageSujet: Re: Départ aux Portes.   Mer 14 Déc - 3:26

Cette tête enflée de Sellan l’avait poussé à s'éloigner du groupe le temps d’une nuit. Elle en avait besoin. Pire qu'une nécessité, c'était viscéral. Sinon, elle allait poser un geste… qu'elle allait regretter ? Peut-être pas, mais bon.
Même Merkan se tenait à l'écart. Il marchait dans son ombre et faisait tout pour être le plus petit possible alors qu'il était tout sauf petit.
Cheminant dans les rues qu'elle n'avait pas sillonnées depuis bien des lunes déjà, Ilory prit un court instant avant de retrouver ses repères. Cette ville n'était pas aussi grande que Cemenwin, mais étrangement, le fait qu'elle ait été battit en hauteur lui donnait un aspect encore plus étendu.
Avant de s'aventurer vers les auberges, Ilory et Merkan parcoururent les étals marchands à la recherche des fournitures nécessaires au confort du voyage. Comme Soar avait dit s'occuper des lézards, elle s'empressa plutôt d’amasser nourriture et vêtements. Elle savait que Merkan serrait sans doute le plusieurs touché par ce voyage, car la viande se préservait très mal avec de telles températures. Il assura pouvoir se trouver quelques rongeurs et elle y comptait bien, car pas question pour elle de supporter l'odeur immonde de la viande avariée. En ce qui concernait la chaleur, elle se trouva une voile clair qui pouvait lui servir de cache-vent en cas de tempête de sable. Elle avait proposé la tonte à Merkan, mais, étrangement, il avait refusé en grondant.
En milieu d’après-midi, elle avisa Soar au loin, mais elle fit un détour pour éviter de la croiser.
Après cette petite séance de magasinage – et de vas-et-viens dans les foutus escaliers – les deux comparses partirent en quête d’une auberge digne de ce nom et dont la nourriture était potable et les lits abordables. Elle et son vivier passèrent donc une nuit solitaire et bien méritée avant un long voyage épuisant – et pas seulement à cause du soleil.
Aux aurores le lendemain matin, elle du pousser Merkan en bas du lit pour le réveiller – et aussi pour l'enlever de sur elle. Après un petit-déjeuner rapide, ils se lancèrent dans la descente abrupte des escaliers. Étant parmi les premières personnes debout, Ilory se trouvait dérangeante à descendre ces escaliers grinçants avec ses bottes de fers.
Une fois en bas, elle se rendit directement aux portes, promenant son regard aux alentours pour aviser les deux autres. Comme ils ne semblaient pas encore être là, elle s'adossa à un mur et sortit une pomme de son sac. Merkan s'assit à son côté et sembla faire le guai pendant qu'elle dégustait son fruit juteux. Lorsqu'elle l'eut terminé, elle avisa le regard presque suppliant de son vivier.


- T’es presque pas subtil.
Comment avoir ce qu'on veut autrement ?

Elle lui lança son cœur de pomme qu'il dévora sans demander son reste. Elle fouilla ensuite dans son sac et en sortit le seul paquet de viande qu'elle avait acheté et le donna à son compagnon. C'était un gros gigot qui ne le sustenterait sans doute pas jusqu'au lendemain, mais c'était déjà mieux que rien.
Merkan n’en était qu'à la moitié de son repas lorsqu’Ilory vit des têtes de lézards se promener au-dessus de la foule. Elle attendit de voir qui les conduisait, puis, reconnaissant Soar, mit son paquetage à son épaule dérangea son compagnon pour ranger son gigot et s'avança à la rencontre de la soldate. Presque au même moment, Sellan la rejoignit à son tour.
Elle les vit parler, mais avant qu'elle ne les ait rejoints, ils cessèrent pour la regarder venir.


- Bien. On y va ? Fit-elle en plaçant son voile sur sa tête.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soar Orombre
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Versipellis - Sidhe
Grade : Capitaine
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire (Cemenwin)
Localisation : Et mon pied dans ton...
Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Départ aux Portes.   Mer 21 Déc - 19:25

-Hâte ? D'ici quelques jours, tu ne diras plus que tu as hâte de voyager entre des dunes de sable brûlant, aveuglé par la lumière du soleil.

Déjà sarcastique, voici ce que Soar servit à Sellan en guise de bonjour. Son front était plissé, elle était quelque peu contrariée, mais c'était le cas depuis qu'elle avait quitté Cemenwin, après avoir reçu son ordre de mission, d'autant qu'elle n'avait pas eu le loisir de réprimander à sa guise le Secrétaire général pour être entré en contact avec Gaétéo. Enfin, elle n'était pas mieux, elle, la capitaine qui voyageait en compagnie de deux sbires du scientomage aux dents rayant le parquet.
Tenant fermement les brides des trois Sableus, les lézards suivaient docilement, mais elle ne voulait prendre aucun risque.
Aux portes, Sellan fut donc le premier à la rejoindre, et elle l'avait accueilli avec son amabilité habituelle. Ce fut au tour d'Ilory et Merkan de les rejoindre, lui évitant d'avoir à faire la conversation. De toute façon, pour l'instant, la suite était simple : suivre la piste, et aller jusqu'à Iskandar, là, un autre légionnaire l'y attendrait. Lorsqu'Ilory parla, Soar lui adressa un regard qui en disait long. Ce "on y va" semblait totalement hors contexte, venant de la dernière arrivée. En silence, Soar tendit une bride à Sellan, le Sableu était énorme, presque impatient, sa robe était d'un bleu presque gris, à peu l'image de la peau de Sellan. Le loueur de Sableu le lui avait conseillé, après qu'elle lui ait fait une description du caractère de l'expérience. Elle même enfourcha le sien, un Sarouge, à la robe foncé, presque brune, à l'image de ses cheveux. Ilory ayant dit qu'elle monterait Merkan, et la panthère était suffisamment massive pour rivaliser avec les lézards des sables, qu'ils ne seraient probablement pas distancer.
Elle fixa la dernière bride, du Sajaune, plus longue, à sa selle, le Sajaune était d'un naturel calme et soumis, plus que les deux autres, et suivrait ainsi sans problème sa propre monture. C'était lui transportait l'eau. Déplacement son Sarouge uniquement avec ses genoux, comme tout bon cavalier, Soar distribua trois outres.

-Faites-en bon usage, économisez l'eau. Il y a des puits et des Oasis sur le long de la Piste Brune, mais parfois, il se peut, qu'il n'y ait rien, ou que l'eau ne soit pas bonne pour les vivants, contaminée par une carcasse, ça arrive. Alors prenez en soin. L'eau c'est l'or du désert. Allons-y.

Comme lorsqu'on monte un animal du désert, lézard ou chameau ou un dromadaire, Soar émit le fameux "hut hut hut" qui fit avancer la bestiole à un rythme régulier, sans être trop rapide, afin de ne pas fatiguer l'animal. Les portes ouvertes sur les Plaines de Sable étaient immenses, et bien gardées. Passer sous l'arche prenez quelques minutes, tant elles étaient épaisses. Après tout, Emaine Macha avait connu bien des guerres, et ses défenses avaient tenu face aux armées à pieds, mais failli lorsque les attaques étaient venues du ciel. Soar connaissait par coeur cette période de l'histoire, puisque la Légion Noire était alors une phalange d'élite des Légions de l'Empire. Rien à voir avec ce qu'elle était actuellement, bien que l'actuelle Légion Noire ne fasse honte en rien à l'ancienne.
Le voyage leur épargneraient sans doute de devoir se parler, jusqu'à ce qu'elle confronte Ilory. Mais elle devait attendre qu'ils soient vraiment en plein désert, la privant d'échappatoire. La Capitaine n'était pas stupide, et commencer ici et maintenant serait totalement stupide.
Les pattes du Sarouge crissaient sur le sol dallé qui disparaissait sous le sable de l'Esgaleithel. Les gens du coin disaient souvent qu'un jour le sable recouvriraient tout, et qu'il n'y aurait plus alors que la haute Alatairë, cité fantôme, qui serait épargnée. Alors ce serait le temps des morts.
Pour sa part, Soar savait qu'au bout de cette route, il y aurait probablement des morts, si non du sang versé. Elle espérait que ça ne serait pas le sien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sellan
Guerrier
avatar

Peuple : Hybride créé génétiquement.
Localisation : Je ne sais pas, je découvre le monde.
Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 29/05/2010

MessageSujet: Re: Départ aux Portes.   Mer 25 Jan - 13:56

L'expérience génétique avait un rapport particulier avec les animaux, depuis qu'il était dehors et qu'il croisait des créatures, sauvages ou domestiques, elles avaient tendance à sentir sa "différence", l'étrange mélange qu'il était et qui n'était pas des plus naturel, une sorte d'instinct leur signifiant qu'ils avaient en face d'eux rien de commun. Certains êtres intelligent avaient aussi cette sensation, et réciproquement, Sellan sentait ce malaise. Le gros lézard le toisa avec méfiance, et N°7 le lui rendit. L'expérience n'avait aucune envie de se jucher sur l'animal, et l'animal pas plus envie de l'avoir sur le dos. Mais avait-il vraiment le choix ?
Quand il faisait à sa façon, on le regardait de travers. L'expérience avait conscience de penser et agir différemment, et mettait ça sur le compte de son éducation et de son manque de connaissance du monde extérieur. A peine deux mois, pas plus, ne lui avait pas laissé le temps d'appréhender les concepts un peu compliqués, sinon que faire comme tout le monde est préférable ; mais il était fier de qui il était.

Il approcha du Sableu, le regardant droit dans les yeux, et posa doucement sa main sur sa cou de l'animal, qui ne bougea pas, et tapota gentiment. Sa main glissa le long du flanc de l'animal, alors qu'il avançait au niveau de la selle, pour monter dessus. Un pied dans l'étrier, il escalada un peu maladroitement l'animal, avant de parvenir enfin à se placer correctement sur la monture, mal à l'aise à cause de la maladresse de son cavalier. Une fois en place, il donna une petite tape à l'animal, qui se calma. Sellan savait y faire avec les animaux, même s'il ne comprenait ni comment ni pourquoi. C'était inné, sans doute à cause de certains de ses gênes ; il aurait aimé savoir exactement avec quoi il était fait, lui-même ne savait pas tout sur ses propres facultés...
Soar lui donna une gourde d'eau, et conseilla d'économiser le précieux liquide. L'attrapant, il la fixa à la selle, et regarda son amie -du moins partageaient-ils des intérêts communs dans cette histoire et avaient peu de chances de se retrouver l'un contre l'autre- commencer sans trop se presser leur périple.

-Allez, avance, murmura-t-il au lézard au lui donnant une nouvelle tape sur le cou.

Le Sableu commença à avancer à son tour, et Sellan se crispa sur la selle, peu habitué aux chevauchés. Il attrapa la bride de sa monture, bien qu'il ne pensait pas en avoir besoin, estimant que le lézard était assez intelligent pour l'écouter. Une pensée le traversa alors qu'ils commençaient à peine leur périple hors des portes de la citée, et lança à voix haute :

-Le manque d'eau n'est pas ce qui m'inquiète le plus. Je me préoccupe plus des Morts-qui-marchent... espérons que notre voyage ne croise pas pire qu'un coup de soleil.

Il avait beau dire cela, Sellan savait qu'il allait devoir affûter ses griffes... mais pour affronter qui, il n'aurait su le dire... le voyage s'annonçait long et très pénible...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Départ aux Portes.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Départ aux Portes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Les Portes de la Moria
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Esgal :: Dhaval l'Aérienne :: Quartiers Hauts-
Sauter vers: