AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Cottage de Piri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piri
Marchand
avatar

Peuple : Humaine Sous Protection Divine.
Second(s) Métier(s) : Sorcière Mineure.
Nombre de messages : 24
Localisation : Au coeur de la Forêt d'Iricht, ou bien à Dangweth.
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Le Cottage de Piri   Ven 16 Sep - 16:28

Bienvenue Au Cottage de Piri
Domaine sous la protection divine de Cùan des Animaux



Le Cottage de Piri se situe au beau milieu de la forêt d'Iricht. Si on ne peut l'apercevoir à travers les arbres, et encore moins y accéder par une route ou un chemin, c'est parce que le cottage a été construit dans une clairière, et que le seul sentier qui y a accès, est un vieux sentier oublié, qui n'apparait qu'aux voyageurs égarés, cherchant un endroit confortable où s'abriter. Le cottage est pourtant indiqué, selon les usages d'Aériaplume, un abris est signalé par un chat roulé en boule, généralement gravé sur un arbre, ou sur une pierre. Plusieurs chats signalent donc la présence de la maison de Piri, si incongrue soit-elle, en plein milieu de la forêt.
Piri est une humaine, mère de Galadan, le Seigneur des Andains, elle est protégée par le Dieu Cùan. Ce dernier veille sur elle, la protégeant des effets du Temps, l'empêchant de vieillir, et donc de mourir. Le cottage a été bâti sur les fondations de la vieille chaumière qui vit la naissance du Seigneur des Andains. Avec les années, la chaumière est devenue un véritable cottage, entouré d'un jardin luxuriant.


Le cottage n'est pas bâti au centre, laissant ainsi une grande place pour le jardin de Piri. Un chemin de terre, cerclé de pavés de pierres grises, mène jusqu'à la porte. Bordant ce petit chemin, des par terres de fleurs, de toutes les variétés possibles, et plus prêt de la maison, encerclé par une barrière en bois, se trouve le potager de Piri, ainsi qu'une petite serre où poussent les plantes et légumes les moins fragiles du Sud. C'est son jardin qui fournit la majorité de ses ingrédients à Piri, pour les diverses préparations qu'elle vend dans son magasin de Dangweth, "Chez Piri", et à "L'Arbre Chaman" boutique de son associé Nefbelethiel à Celebalda. Le cottage et le jardin sont bordés par les arbres, du coté de la maison, on trouvera une haie de bouleaux, avant que la forêt ne reprenne ses droits. Le cottage en lui même est un bâtiment en L, au toit de tuiles brunes, arrondi mais pointu au bout, en forme d'ogive, et de murs blancs aux soubassements de briques rouges, au trois quart recouverts de vigne vierge ou de lierre. Un porche masque la porte d'entrée, et un petit patio abrite les outils de jardin et le bois pour les chaudes flambées en hiver. Et il en faut pour alimenter les deux grosses cheminées, plus une troisième, servant à chauffer l'eau. Les fenêtres du rez de chaussé sont rectangulaires, et le mur à droite de la porte d'entrée, est percé de six de ses fenêtres, laissant entrer la lumière. A l'étage, on distingue lorsqu'on est face à la maison, quatre fenêtres. Celles qui sont percées dans le toit, on aussi une forme d'ogive. Pour ce qui est des volets, ils sont à l'intérieur, servant surtout à garder la chaleur lors des hivers rudes du Nord.

L'intérieur du cottage est aussi chaleureux que sa propriétaire. Et si les murs sont blanc, l'enduit a été étalé à coup de truelle, produisant du relief, et dissimulant les pierres. A l'exception d'un petit carré devant la porte d'entée et dans la cuisine dont le sol est fait de dalles de pierres brunes, le sol du séjour est un parquet couleur miel.
Le mobilier est essentiellement en bois clair. Les portes, et la plupart des surfaces en bois ont été sculptées, bien souvent les motifs reprennent des thèmes liés à la forêt, végétaux et animaux, attirant l'oeil.
Le rez de chaussé et une seule et même grande pièce, sauf pour le garde manger et la salle de beau dont les accès est fermé par une porte. La porte d'entrée donne directement sur le petit salon de Piri. Celui-ci se compose d'un sofa à deux places, dont l'assise et le dossier sont rembourrés, avec une housse crème, qui disparait sur les plaids et coussins colorés. Il en va de même pour les trois fauteuils de la pièce. Un tapis rond, épais, et lui aussi aux motifs colorés, quelque peu géométriques, recouvre le sol. Dessus, une table basse ovale à quatre pieds, souvent encombrées de livres que Piri ne remet pas toujours à leur place, dans une des étagères pleines à craquer qui tapissent les murs du séjour. Près de l'entrée, une bonnetière contient chaussures, gants, écharpes, châles et foulards. Un petit panier sert à entreposer des parapluies, et un tapis sert à s'essuyer les pieds.

La cuisine est séparée du séjour par un long plan de travail en pierre, partant du mur du fond. C'est contre ce mur que repose la première cheminée. Devant cette cheminée, et poussée contre le plan de travail, une table rectangulaire, entourée de cinq chaises, munies de coussins pour une assise plus confortable. Cette cheminée là sert à chauffer tout le cottage en hiver. A coté, la porte du garde manger, extension visible à l'extérieur de la maison, tout comme pour la salle de bain, dont la porte se trouve sous l'escalier.
Derrière le plan de travail, et bénéficiant en grande partie de la lumière venant des six fenêtres, la cuisine, le domaine de Piri. Au mur opposé à celui des fenêtres, sont suspendus des placards aux portes vitrées ou bien des étagères, laissant apparaitre leurs contenus de boites colorées et bocaux de verre, ainsi que la vaisselle. Le plan de travail continue le long des murs, des placards et tiroirs y sont encastrés. Piri y range ses nombreux ustensiles, casseroles et marmites, et ses innombrables moules et bocaux de toutes les tailles et formes.
Encastré dans le plan de travail, une cuisinière à six feu, et deux fours. Large, Piri y fait très attention, son alimentation se fait soit par feu de bois, soit par une recharge, du même genre que celle utilisée pour les Flyhighs. Et si la partie du plan de travail qui fait la séparation est rarement encombrée, ce n'est pas le cas du reste, fleurs, sacs de graine, préparations posées là pour décanter, livres ouverts, feuilles de notes, cuillers en bois, spatules, bouilloires... C'est un beau fatras, où Piri se retrouve, et qui est régulièrement déblayé lors des crises de nettoyage intensif, qui surviennent à peu près toutes les trois semaines.
Au plafond aux poutres apparentes, des bouquets de plantes séchées, attendent le bon vouloir de Piri, servant à confectionner des petits sachets, ou bien onguents et potions. Entre ses bouquets, qui les entourent à une distance raisonnable, pendent des petites lumières. Les plafonniers sont en fer noir, formée d'une sorte de cercle, à l'intérieur duquel est accroché une sphère de Lumière, le tout suspendu par trois fines chainettes à un crochet. Les sphères de lumière, alimentées par la lumière du jour, dégagent parfois de la chaleur, mais les risques d'incendie sont moins grands qu'avec des bougies. Cela n'empêche pas Piri de faire attention.

La salle de bain a été rajoutée lorsque Piri en eut besoin, et que des progrès énormes furent faits en matière d'assainissement des eaux usées. La pièce est donc une extension du coté de la maison donnant sur la haie de bouleaux. La fenêtre a des carreaux opaques, et une grille, prévenant les mauvaises surprises. La baignoire est alimentée en eau chaude, par la troisième cheminée, la plus petite, qui se trouve sous la baignoire, enterrée dans le sol. Une trape permet d'allumer le feu, et de l'alimenter. C'est parfois un peu difficile d'avoir la bonne température, mais il suffit d'actionner la pompe, pour que de l'eau froide arrive aussitôt. Une autre armoire trouve sa place dans cette petite pièce, contenant suffisamment de linges et savons pour que chacun y trouve son bonheur, lorsque Piri reçoit. Un deuxième petit meuble, accueille une panoplie de trousses de secours à l'intérieur, et une vasque sur son dessus. Au,dessus de laquelle, sur le mur, est suspendu un miroir ovale, au cadre de bois sculpté lui aussi. Un tapis des tribus du Nord, rectangulaire, recouvre une partie du sol en dalle de pierre brunes, pour le confort des pieds.

Collé au mur du fond du séjour, l'escalier en bois menant à l'étage. Sous celui-ci, la porte menant à la salle de bain, entre deux étagères bourrées de livres. L'escalier est en bois clair, décoré par des petites fleurs rouges, roses et violettes, que Piri a peinte avec l'aide d'Atrazine. C'était moins compliqué de le sculpter.
L'étage est aussi grand que le rez de chaussé, avec ses cinq pièces, et son petit palier, possédant une cheminée servant à chauffer l'étage.
La première chambre est celle de Piri, elle se trouve au dessus du séjour, et possède deux fenêtres. Les murs étaient à la base, lissés avec un enduis blanc, mais Piri a finit par dessiner et peindre dessus plantes, animaux, lune, étoiles, soleil, les murs ont leurs thèmes. Ces peintures sont en partie masquées par une armoire contenant ses vêtements, d'autres étagères craquant sous le poids des livres, et une coiffeuse au miroir oval. Des rideaux blancs très simples ornent ses fenêtres, évitant de surcharger la pièce déjà colorée par les peintures, et aussi par la parure de lit de Piri. Son lit est assez grand pour accueillir trois personnes. Six oreillers, deux couettes et un édredon évitent à Piri d'avoir froid en hiver. En été, elle se contente d'une seule couette.
En suite, il y a bien sûr la chambre de Galadan. Les murs sont aussi lissés avec un enduis blanc, tirant sur le beige, cette fois, on trouvera essentiellement des dessins d'animaux sur les murs, seulement en lignes et contours, à la peinture noire, notamment un loup bondissant. C'est Galadan lui même qui a peint les murs, lorsqu'il en eut assez des peintures enfantines de sa première chambre. Il ne profita guère peu de cette chambre, puisqu'il partit à l'age de seize ans, un ou deux ans après avoir exprimer son sens artistique. Une seule fenêtre donne de la lumière, les rideaux sont épais, violine, arborant la couleur du manteau de Galadan. Un large lit occupe l'espace central, équipé de deux paires d'oreillers, de deux couettes, ainsi qu'un dessus de lit donnant des couleurs à la pièce, cramoisi, des broderies brunes, ors, orangées, violines, s'entremêlent formant un tableau un peu abstrait, mêlant motif végétaux et animaliers, à l'image du reste de la maison. Une grande étagère en bois sombre croule aussi sous le poids de livres, de les âges, les couvertures offrent également une touche de couleur. Sur l'armoire en bois sombre, des arabesques dorés ornent les portes et les cotés, rapportée de l'Andanorië. De même que pour le lit, dont la tête, et les pieds ne sont pas sans rappeler les motifs de l'Andanorië. Un bureau, contre la fenêtre, de ce même bois sombre, sert également de table de chevet. Un fauteuil au cuir rouge siège devant le bureau, alors que son jumeau trône dans un coin.

Les deux autres chambres sont réservées aux voyageurs, et aux Andains qui viennent au cottage. La plus grande possède deux fenêtres, et accueille trois lits, un double, et deux simples. Chacun possédant sa petite table de chevet, avec tiroir. Une large commode à tiroir permet de ranger des vêtements, lors de longs séjours. Une petite armoire couleur miel, contient des vêtements de change. Les murs de cette chambre n'ont pas échappé à la frénésie décoratrice de Piri, reprenant les thèmes récurrent de la forêt, en dessins plutôt simples, sur fond orangé, donnant une note de chaleur à la chambre. Les lits sont aussi bien équipés que ceux des autres chambres. En été, les couettes en surplus, sont soigneusement pliées, et rangées dans des petits bacs sous les lits. A un des murs, sont accrochés des étagères, encombrées par des petites sculptures, photophores, petits cadres, pierres venant des quatre coins d'Inwilis, et bien entendu, quelques livres.
La dernière chambre est la plus petite, avec deux lits simples, et un berceau. Ancienne chambre de Galadan, avant qu'il n'en change. Les murs sont colorés, avec des dessins enfantins courant jusque sur le plafond. Le mobilier est en bois clair, verni. Une seule fenêtre grillagée, ayant vue sur la forêt, munie de rideaux violets, brodés de perles de couleur dans le haut. Une petite armoire avec des vêtements pour enfant, une petite étagère avec des livres de contes, un tapis épais, et deux coffres remplis de jouets accueillent les enfants qui viennent jusqu'ici, lorsque des Andains viennent avec leurs familles.

Il n'est pas rare que Piri ait du monde frappant à sa porte. D'autant que Galadan a gravé les fameux chats roulés en boule sur les arbres, indiquant le chemin du cottage aux voyageurs égarés, comme aux Andains venant lui rendre visite. Piri ne demande pas grand chose en échange du gîte et du couvert, un petit peu d'aide pour son jardin, ou la cuisine. Elle apprécie également les récits des voyageurs, et leur offre généralement un sac de provisions lorsqu'ils repartent.
Le cottage perdu en pleine forêt, offre donc un refuge pour ceux qui fuient, ceux qui veulent un endroit sûr où passer la nuit, ou bien simplement pour rendre visite à la jolie mère du Seigneur des Andains.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le Cottage de Piri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le Cottage de Piri
» Piri piri piri [comme Kiri]
» Piri, une humaine très spéciale.
» Le cottage de Lenwë & Lisa
» [RP] Ysdalio's cottage in Amiens.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Inwerin :: Iricht :: Cottage de Piri-
Sauter vers: