AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Anya Mussel [Edit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anya
Serveur/Serveuse
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 14/08/2011

MessageSujet: Anya Mussel [Edit]   Dim 14 Aoû - 23:08

I - Identité :

 

Nom, prénom : Anya Mussel

 

*Age : 26 ans

*Caste (métier) : Aubergiste, cuisinière.

*Peuple :  Métisse, versipellis et sidhe.

*Sexe :  Femme.

 

 

II - Physique :

La métisse mesure près d’un mètre soixante dix, presque tout en jambe qu’elle a d’assez longues. Elle en joue avec des tenues qui la grandissent, portant toujours des talons, petits ou moyens, avec lesquels elle est parfaitement à l’aise pour marcher, courir, ou même se battre. Ses bras se terminent par des mains fines aux doigts agiles, et ses jambes par des pieds assortis à ses mains par leur finesse. Elle a une silouhette agréable à regarder, possédant de jolies hanches, une taille fine et une poitrine généreuse.

Son visage se termine par un ovale fin, au menton doux, elle une bouche un peu mutine aux lèvres roses, et un petit nez la surplombe. On ne peut voir souvent que l’un de ses deux yeux, l’autre caché par une mèche blonde, mais les deux sont de couleur océan, et surmontés d’un sourcil à la forme un peu particulière. Ses cheveux blonds mi longs, s’arrêtant au niveau de sa nuque, et souvent une mèche vient cacher son œil droit. Sa garde robe varie peu, souvent ses jambes seront gainées de bas opaques ou de collant opaques, une jupe plus ou moins courte viendra couvrir ses fesses, et des chemisiers couvriront le haut. Après elle agrémentera sa tenue d'un gilet passant sous sa poitrine, ou d'une veste blazer, d'un collier, de bracelet. Dès fois elle portera un pantalon à la coupe droite, et ses vêtements ont une large gamme de couleur, bien qu'elle privilégie souvent les couleur foncées pour ce qui est des jupes, pantalons et gilets. En chaussures, se seront toujours des bottines plus ou moins haute en cuir, agrémentées de talons eux aussi plus ou moins hauts.

III - Historique, personnalité, armement :

 

o Histoire :

Anya est née en plein été, à Armenelos, et n’était pas forcément prévue. Ses parents, Aïrleen et Calmeron, avait déjà un fils, James, qui était de douze ans son aîné. Son frère, Anya ne le connu que peu, impétueux et turbulent, il était déjà en période de rébellion lorsqu’elle est née, clamant qu’il partirait de la maison un jour où l’autre, et qu’il deviendrait célèbre, voir craint.

Il s’était abreuvé seul d’histoire de pirate pilleurs et insaisissables, des trésors qu’ils amassaient, et de la liberté dont ils jouissaient, liberté qu’il n’avait pas forcément, car contraint par la société et ses parents. Ces histoires il les lui racontait quelque fois, mais en règle générale, ils n’étaient pas souvent ensemble, elle était trop petite pour qu’il s’intéresse vraiment à elle, et elle ne s’en souvient pas vraiment. Lorsqu’Anya eu trois ans, James disparut, ainsi qu’il l’avait dit, et malgré les recherches, on ne le retrouva pas. Furieux, son père fit l’action de le renier, purement et simplement. Il n’avait pas de fils, et n’en avait jamais eu. Il le fit après avoir perdu son emploi, étant tailleur de pierre, car il ne s’y rendait plus pour rechercher James. Quand ils ne purent compter que sur Aïrleen pour subvenir aux besoins de leur famille, et que son père se mit à l’élever, Anya put remarquer du haut de ses quatre ans le changement s’opérer dans sa famille. Son père se referma un peu sur lui-même, sa mère ne rentrait que tard le soir de son travail, elle était lavandière et dame de ménage, et Anya avait le droit de sortir tout le temps. Son père n’était pas vraiment dans son dos en permanence, il restait souvent dans son fauteuil sans trop bouger et en soupirant. Quelques fois sa mère lui criait dessus, et dans ces cas là elle sortait, et ne rentrait que plus tard, dans l’indifférence totale de ses parents. C’était lors de ces sorties qu’elle se découvrit ses dons de versipellis, hérités de sa mère. Alors s’était sous forme d’une cigogne noire, au bec rouge écarlate, qu’elle sortait s’aérer l’esprit. Elle survolait la ville sans pour autant la parcourir de fond en comble alors qu’elle en aurait largement eu l’occasion. Anya prit goût à cette ville vue du dessus, et quand elle la parcourait à pied, les échoppes et les gens lui plurent tout autant. Elle n’avait que sept ans quand elle posa réellement le pieds sur les pavés des rues, et fut remarquée par quelques boutiquiers qui se demandèrent ce qu’elle faisait seule comme ça. Elle expliqua que son papa était toujours triste à la maison car il n’avait plus de travail, et un élan de solidarité s’activa.

Son père effectua plusieurs petits travaux pour différents commerçant, et retrouva sa vigueur et sa joie de vivre. L’ambiance fut plus détendue à la maison, et s’il était toujours interdit de parler de James, ce que ce dernier avait cassé en s’enfuyant se reconstruisait petit à petit. Anya alla à l’école, et ses parents reprirent contact avec leur famille, qu’ils n’avaient plus vu depuis plus de quatre ans. Tout allait mieux pour eux, son oncle d’Halvardheim vint même leur rendre visite une fois, il devait effectuer une livraison de minerait à la capitale, et en avait profité pour passer les voir. Il était grand et bourru, des cheveux légèrement grisonnant, et quelques traces de brûlures dans le cou. Il avait aussi un très beau courir, et Anya, jeune fille de treize ans, en tomba un peu amoureuse, sans que ça ne dépasse le stade de l’amour platonique. Il resta une bonne semaine, et parla beaucoup avec Calmeron durant celle-ci. Son père entretint une correspondance régulière avec son frère pendant presque un an suivant sa visite. Anya découvrit une nouveauté en ville, une auberge tenue par une versipellis .Mais elle n’obtint pas l’autorisation de s’y rendre, pour la simple raison que c’était réservé aux voyageurs les auberges. Enfin, selon ses parents. L’adolescente comprit à demi mot que ses parents avaient d’autres choses à faire que de payer un repas qu’ils pourraient cuisiner eux même. Entre temps, l’ambiance avait encore changé. Son père arrêta de faire ses petits boulots, et semblait plongé dans un tas de papiers, sa mère rentrait plus tôt et ils étaient souvent à parler à voix basse tous les deux. Lorsqu’un soir, sa mère annonça d’un ton enjoué que ce serait bien de dîner à l'auberge pour une fois, Anya avait sentit le coup venir. Son père avait trouvé du travail chez son frère habitant à Halvardheim, ce qui lui semblait être le bout du monde. Elle n’en était pas heureuse, loin de là, partir pour une ville plus froide, inconnue, alors qu’elle commençait à peine à se faire des amis… Ca ne lui plaisait pas du tout. Malgré la tension qu’il y avait entre ses parents, et elle, elle avait aimé l’auberge qui était ouverte depuis à peine deux ans. La chaleur de l’aubergiste, de la salle, le repas de qualité, et les chants d’un barde lui firent oublier qu’elle était ici pour que la pilule du déménagement passe mieux. Cette soirée fit naître en elle l’envie d’être aubergiste à son tour, pour donner à travers son auberge et sa cuisine, de l’amour aux autres, et donner à manger à ceux qui ont faim. Elle quitta à regret la ville, mais son rêve partit avec elle, et elle se jura de revenir, au moins pour essayer de travailler là bas.

 
N’ayant pas vraiment son mot à dire dans leur déménagement, elle suivit donc ses parents à Halvardheim. Elle arrêta d'étudier à ses dix-huit ans, pour aller apprendre le métier de cuisinier auprès d’un maître dans les cuisines du château. Anya apprit à être rapide, efficace et organisée pendant son apprentissage, son maître étant sévère mais juste. Lavarnia était une humaine d’un âge moyen aux cheveux blonds ternes et tressés, et elle lui apprit à obéir aux ordres en cuisine, mais paradoxalement à ne pas se laisser faire. Leur relation fut étrange pour qui les voyait, Anya paraissait insolente envers son maître qui elle n’hésitait pas à répliquer. Mais c’était l’apprentissage étrange de Lavarnia, qui ne tari pas d’éloge lorsque les parents d’Anya lui demandèrent si elle s’en sortait. Elle lui fit également une belle lettre de recommandation en l’envoyant à l’auberge la plus réputée de la ville. Si elle voulait être aubergiste, il fallait qu’elle apprenne avec un aubergiste. Kerlam, fut réticent quand elle arriva, mais en lisant la lettre il l’accueillit à bras ouverts. Si Lavarnia l’aimait, c’est qu’elle devait être exceptionnelle.


En dehors de son apprentissage, elle se forgea son petit caractère en côtoyant les gens des mines. Elle était devenues plus jolies en grandissant et avait tous les atouts d’une femme désirable et les garçons s'intéressaient à elle, et elle a eux. Elle avait un faible pour les homme un peu du genre de son oncle, grand costauds, et en voyant certains de ses collègues, elle comprit que les visages lisses et propre de beaux parleurs ne l’interressaient pas du tout. Mais les hommes étaient bourrus, et quelques fois bourrés, et leur mains cherchaient à se balader un peu partout sur son corps sans qu’elle en ai forcément l’envie. Sur les conseils de Kerlam, elle se trouva un maître pour apprendre à se défendre. Ayant toujours ses entrées au château, ce fut l’un des capitaine de milice qui la prit sous son aile, et il lui apprit à se défendre. Et principalement à l'aide de ses jambes. Pourquoi ses jambes ? Parce qu'un cuisinier à besoin de ses mains pour cuisiner pardi, elle ne pouvait pas se permettre de se casser un bras sous peine de chômage technique. Elle démontra qu'elle était assez souple de sa personne, et qu’elle avait des jambes à la force extraordinaire, sûrement grâce à la parenté sidhe du côté de son père. Elle put faire quelques passes contre des gardes, pour s’entrainer, puis garder la forme, tout en assimilant ce qu’il fallait savoir afin d’être une aubergiste digne de ce nom.

Chaleur, humanité, cuisine, ménage, compte, tout était devenu un jeu d’enfant pour elle en l’espace de trois ans. Elle en resta deux de plus pour parfaire tout ça, et même se voir confier l’auberge un moi entier le temps que Kerlam prenne quelques vacances dont il profita pleinement. En revenant de ces vacances, il expliqua à Anya qu’il lui faudrait prendre un nouvel apprenti à présent, et qu’il lui faudrait trouver un emploi durable maintenant. Elle lui parla alors de l’auberge d’Armenelos, celle qui lui avait donné l’envie d’être aubergiste. Elle savait que l’établissement avait grandit depuis et avait une réputation qui n’était pas à refaire, et la métisse souhaitait travailler là bas, ou du moins essayer d’y travailler. Kerlam l’encouragea dans cette voie et lui promit d’envoyer une lettre à l’aubergiste pour la recommander. Il fit même plus, envoyant la lettre de Lavarnia avec la sienne, et demandant à Mogweed de faire suivre ces courriers si jamais elle n’avait pas de travail à fournir à la blondinette.

Anya fit donc ses bagages sous les yeux fiers de ses parents. Ils avaient vieillis tous les deux, même s’ils conservaient un visage jeune pour leur âge. Le temps leur avait permit de faire le point sur l’histoire de James, et ils demandèrent à Anya, si un jour il venait à revenir à Armenelos, de lui faire savoir qu’ils ne lui en voulait plus, et qu’ils souhaitaient le revoir. Elle s’en alla de bon matin, partant avec une livraison de minerais pour Miervaldis, et son cousin, le fils ainé de son oncle, qui prenait un très bon chemin pour lui ressembler. Elle fit une partie du chemin seule, lorsque la route se séparait pour aller à Miervaldis d’un coté, et Armenelos de l’autre, avec ses jambes pour la porter, et quelques fois ses ailes noires de cigogne.

 

Elle arriva devant les portes de la ville avec un sentiment d’être enfin rentrée chez elle. Alors qu’elle essayait de se souvenir du chemin, elle remarqua un mendiant et son chien, blottis dans un coin contre un mur. Anya ne se posa pas de question, et alla vers le duo, réveillant le chien qu’elle gratouilla gentiment. Le mendiant, un vieux troll aux défenses cassées, fut surpris de la voir. Elle lui donna le reste de ses provisions de voyage, qui était conséquent, car elle avait beaucoup pêché sur la route, de l’eau et une de ses couvertures. En échange, elle lui demanda le chemin de l’auberge, car en douze ans d’absence, elle en avait oublié des choses. Il mit un point d’honneur à l’accompagner, se faisant son guide et répondant aux quelques questions qu’elle avait quand à certaines échoppes qui étaient toujours là, ou qui avaient fermées.

Ils passèrent devant son ancienne maison, occupée par une nouvelle famille à présent, et à la façade refaite. Puis enfin le bâtiment de l’auberge du cercle des fées. La première chose qu’elle remarqua, c’était qu’elle était bien plus grande qu’avant, la propriétaire ayant acheté les bâtisses autour, et que la façade était magnifique. L’enseigne lui plu, et avant d’entrer par la porte, galamment tenue par son mendiant de guide, elle lui demanda une dernière fois si il ne voulait pas d’un bon repas chaud qu’elle lui offrait. Comme il refusait, elle n’insista pas, et entra donc, prête à aller voir l’aubergiste qui avait été son inspiration, et prête à savoir si elle avait du travail pour elle.

 

 

o Caractère : Anya est quelqu’un de passionnée. Quand quelque chose lui tient à cœur, lui plait, fait vibrer une corde sensible en elle, elle n’hésite pas à foncer tête baissée et à se donner les moyens de réussir ce qu’elle veut entreprendre. Généreuse, elle n’hésite pas à donner de sa personne quand la cause lui semble juste. Elle est aussi très sociable, ne voyant pas pourquoi elle n’apprécierait pas quelqu’un d’emblée, et sachant bien sur réviser son jugement si la personne ne mérite pas son amitié ou son respect. Dynamique, elle est toujours souriante et pleine d’énergie, pouvant enchainer des heures de travail ou d’entrainement sans faiblir moralement. La métisse est aussi assez dragueuse auprès de la gente masculine, sachant qu’elle a des atouts que beaucoup d’hommes aiment, par contre, elle n’est pas du genre à s'acoquiner avec le premier venu pour autant. Elle sait être une belle tête de mule quand elle est persuadée d’avoir raison.

 

o Passions, phobies : Anya a une grande phobie, celle de ne plus être libre, que ce soit de corps ou d’esprit. Après elle a des peurs moins grandes, celle des asticots grouillant par millier par exemple, ça c’est une vision d’effroi assez écœurante. La métisse aime la cuisine, sucrée salée, elle peut passer des heures derrière des fourneaux sans pour autant s’en lasser, mais elle aime aussi le contact avec des êtres humains, donc elle va aussi en salle servir ce qu’elle vient de cuisine. Elle aime le bruit joyeux, les chants des bardes et leurs histoires, les muscles des hommes et leur barbe naissante...

 

o Armes : Les meilleurs armes de la jeune femme, lorsqu’on parle d’armes à proprement parler, son les ustensiles de tous cuisiniers, les couteaux. Elle possède sa propre panoplie de couteau, gravés à son nom avec de jolis motifs runiques gravés le long du dos de la lame. Après ses jambes sont tout aussi redoutables que ses lames, possédant une force qu’on ne soupçonne pas à une paire de jambes fuselées.

 

 




Dernière édition par Anya le Mar 17 Juin - 18:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Nombre de messages : 594
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Anya Mussel [Edit]   Mar 16 Aoû - 15:26

Bienvenue Anya !
J'en connais un qui doit être absolument ravi d'avoir sa sœur sur le forum... -tousse-

Bon jeu !



Skalds and Shadows
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com
Rhys
Artisan
avatar

Peuple : Fils de Dämons
Second(s) Métier(s) : Père Indigne
Grade : Forgeron
Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Anya Mussel [Edit]   Mar 16 Aoû - 15:28

Bienvenue Anya !
[pointe Calant du doigt] Ha ha hahahaaaaa ha !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anya
Serveur/Serveuse
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 14/08/2011

MessageSujet: Re: Anya Mussel [Edit]   Mar 16 Aoû - 23:39

Merci pour l'accueil !

Je pense qu'il est très heureux aussi...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Anya Mussel [Edit]   Dim 21 Aoû - 10:09

Salutation et bienvenue.

Pense : * Si c'est la sœur de quelqu'un, peut être qu'en la kidnappant je vais pouvoir gagner beaucoup d'argents avec une bonne grosse rançon niark niark ...*


Bon Rp à toi et en espérant que nos routes se croisent *rapidement*
Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
 

Anya Mussel [Edit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Anya Mussel [Edit]
» F.T Anya Bella [Valider]
» Anya Black
» anya solis
» Edit royal sur la libre circulation des clercs
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Hors Jeu :: Le Hall de Présentation :: Inwilissiens Initiés-
Sauter vers: