AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre au crépuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aluna
Tisseur
avatar

Peuple : Fey Nocturne
Nombre de messages : 73
Localisation : Essaye de me trouver pour voir, tu auras peut-être une surprise...
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Rencontre au crépuscule   Mar 2 Aoû - 23:42

Déjà deux jours passés dans cette ville poussiéreuse, ou plutôt deux nuits à déambuler dans des ruelles vides en quête d'un peu d'exotisme, mais il fallait pas rêver, les gens ne semblaient pas savoir s'amuser ici. Je commençais à me demander pourquoi j'avais quitter le sud, sans doute avais-je imaginé en entendant parler des beautés de Fendassë, saveurs épicées et nuits enivrantes, j'avais fait escale à Iskandar en espérant y trouver un vague avant-goût, un petit aperçu de ce qui se tramait sous la chaleur du désert... chaleur tu parles, dès que cet enfoiré d'Aelius se planque, le froid s'installe. Maudis soit-il ce dieu de malheur, avec ces rayons m'aveuglant, je me contenterai de la douce beauté de Mizuki.
Et pourtant j'avais cherché, déambulé à travers toutes les petites ruelles, pour trouver une activité amusante, de nouvelles expériences, après tout le monde nous réserve tant de surprises, et la seule qui me vint fut de voir qu'il n'y avait rien de surprenant ; ce n'était qu'un tas de gravats sortant de la poussière, ou des gens propres sur eux vivaient leur petites existences vide d'intérêt. A croire qu'il n'y avait aucune sore d'amusement dans ce coin d'Inwilis, j'en venais à regretter les clubs privés de Cemenwin, malgré les traces de morsures laissé par quelques rencontre faites dans la lumière tamisée et la musique entraînante.
Iskandar avait cependant une chance de me plaire, car abritant une cuisine m'étant inconnu et des produits locaux que j'aurai souhaité essayer. Ah, le souk, j'aurai aimé y aller, seulement comme la majeure partie des habitants de cette ville étaient diurne, la nuit il n'y avait personne... Astre du jour à l'éclat néfaste, je te haïs...

C'était la dernière nuit que je passerai dans cette ville ennuyeuse, rester trop longtemps à un même endroit, surtout s'il n'y a aucun intérêt, n'était pas vraiment conseillé ; les gens comme moi, qui sortent la nuit, s'habillent de frusques, et traînent dans les coins malfamés, ont tendance à se faire remarquer par les milices locales, ce qui est souvent injustifié : malgré mon allure, je respecte la loi. La plupart du temps. Et je bois parfois. Me drogue. Vole ce qui m'est nécessaire pour vivre... Rien de bien méchant.
J'avais passé la jour à dormir dans une ruelle, blotti dans un coin à l'abri des regard, quand je me suis réveillé pour voir si je partais définitivement de ce bled pourri où non. Foutu Aelius, me contraindre à attendre qu'il masque ses rayons... j'espérais fortement que les étals ne soit pas fermé, l'on en était au crépuscule et les commerçants allaient sûrement se préparer à rentrer ; je devais, en, conséquence, faire vite.
Pour me vêtir, j'avais déniché une cape bleu nuit -qui devait être une nappe ou un rideau auparavant- un peu déchiré par endroit, mais pourtant encore en bon état. A mes pieds de jolies sandales, de bonnes factures, usées par la marche et avec un trou sous le pied droit. Et pour finir, un pantalon en toile beige, ayant un trou au niveau des genoux, à chaque jambe. N'ayant nul deniers pour des dépenses vestimentaires, j'avais recyclé ce que les gens d'ici gâchaient dans leurs poubelles...

Je me hâtais donc dans mes superbes frusques de retrouver le souk, et ses quelques merveilles, me pressant pour arriver avant qu'il n'y ait plus rien à acheter -ou voler selon mes moyens- pour ne pas avoir l'impression d'être venu à Iskandar pour rien. Je me dépêchais donc, pressant le pas pour arriver au plus vite, mais pas trop non plus, si je me mettais à courir avec mon allure l'on pourrait me trouver suspect. Alors que je tournai à une intersection, j'eus à peine le temps de regarder devant moi qu'un individu entra en collision avec ma personne, nous envoyant tout deux à terre.

"Ça va, rien de cassé ?" Demandai-je, en me relevant, bien que la seule chose qui m'importait était de continuer mon chemin vers ma destination en espérant qu'il ne soit pas trop tard.


"Pourquoi vendre son âme, quand on peut vendre son corps ?..."


~ Closer ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thahaj Al-Husayn
Inwillissien
avatar

Peuple : Humain
Nombre de messages : 5
Localisation : T'as pas autre chose à faire que de savoir où je suis ?
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au crépuscule   Dim 25 Sep - 18:12

La nuit tombait doucement, la lumière d'Aelius faiblissait doucement pour laisser place à l'astre de Mizuki. Les étales du souk commençaient à fermer, les gens rentraient pour dîner, ou sortaient au contraire. Dans les rues, peu d'agitation. Sauf une personne courant très vites, poursuivit plus loin par trois autres. Thahaj courait à à peine la moitié de sa vitesse, et ce depuis une heure au moins. Il fatiguait doucement ses poursuivait, Kassim et deux de ses amis.
Et tout ça parce que, un jour où il s'ennuyait et que Kassim et ses amis étaient à porté de voix, Thahaj avait fait un rapprochement particulier entre l'air un peu pervers de Kassim et la soumission qu'avait ses amis envers lui. Un jeu de soumission fait dans une cave entre Kassim et ses copains devait avoir aboutit à cela d'après lui, et vu l'air de sniffeur de culotte de Kassim ça devait être régulier. N'ayant pas supporté qu'il dise cela devant tout le monde, donc qu'il dise la vérité, Kassim s'était mit en tête de casser celle de Thahaj et de laisser pourrir le reste du corps dans le désert. Mais le Al-Husayn était trop rapide pour lui, et s'amusait de ça depuis bientôt deux semaines.
Mais là il commençait vraiment à se faire tard, chez lui le dîner allait être servit, et avec une mère telle que Dhiery il valait mieux arriver à l'heure. D'autant qu'il préférait éviter d'attirer sur lui les foudres de sa mère qui étaient déjà très souvent dirigées dans son sens. Et dire qu'il arrivait en retard car il était poursuivit n'arrangerai pas son état.
Autant se tuer seul, ou se faire attraper.

Il acceléra donc d'un coup, et prit un virage serré. Il allait les semer en toute quiétude dans une série de ruelle pleines de palissades, voir les perdre et rentrer tranquillement chez lui en jouant au fils parfait qui n'a pas eu d'ennuit aujourd'hui devant sa mère. En plus elle reviendrait de Fendassë avec ce qu'il lui avait demandé, alors autant être à l'heure, voir même serviable.
Il tournait de nouveauquand il frappa de plein fouet quelque chose. Enfin quelqu'un. Tombant directement sur les fesses, et cognant un os du bas du dos qui fait extrèmement mal, Thahaj jura comme un conducteur de Gaarman. Complètement crispé, et sifflant entre ses dents tout en se retenant de se frotter les fesses et d'hurler sur le type qui l'avait fait tomber, Thahaj ouvrit les yeux et les posa sur un type... Rose ?
Et vêtu comme un sac à patate. Ishman serait là, il hurlerait à l'outrage envers Nevaeh. Mais il n'était pas là et ce n'était pas la question. Il pu entendre une voix peu douce et mélodieuse hurler.
-
Al-Husaaaayyn !!!

Thahaj vit arriver dans une glissade -involontaire, et très peu maîtrisée- Kassim qui avait presque la bave aux lèvres tant il était hargneux. Il ratrappait son retard très vite le bougre. Se relevant en jurant entre ses dents, l'humain se remit à courir, éclaboussant son passage de sable, et prenant brièvement appuit sur l'épaule du type rose en guise d'appuit -donc s'appuyant sur lui- il s'élança très rapidement dans une petite ruelle, apparament sans issue car une palissade de bois se dressait au fond. Le bois s'écarta comme un rideau, et laissa passer Thahaj, qui fit de même pour trois ou quatre autres ruelles, puis une fois sur que Kassim ne le suivait plus, ou de très loin, Thahaj partit vers chez lui, en sifflotant.



Moi ? Des emmerdes ? Ouai, j’en ai pas mal, mais ce n’est pas forcément de ma faute, les gens n’ont aucun humour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aluna
Tisseur
avatar

Peuple : Fey Nocturne
Nombre de messages : 73
Localisation : Essaye de me trouver pour voir, tu auras peut-être une surprise...
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au crépuscule   Lun 26 Sep - 18:23

J'étais visiblement tombé sur un cas, moi qui pensait que ce bled pourri n'abritait qu'une population de vieux qui se couchent en même temps que leur bétail, là au moins il y avait de l'animation ! Le jeune homme sur qui j'étais tombé répondit à ma question avec une éloquence des plus singulières, proférant même quelques jurons que je ne connaissais pas, et pourtant j'en avais entendu. A l'oreille je cru reconnaître de la rage dans la voix de celui qui hurlait derrière ce drôle d'oiseau qui était tombé du ciel, et qui face à la menace imminente pris le parti de s'envoler à tire-d'aile.
Pour gagner en rapidité, il s'appuya à ce qu'il pouvait trouver de plus proche : moi. J'allais pour faire de même, sauf qu'il posa avec une telle délicatesse sa main sur mon épaule que je me retrouvai à voir le sol de plus près. Et en passant ses "amis" qui jouait au chat et à la souris, eurent vite fait de m'envoyer du sable dans leur précipitation. Autant dire que j'étais vexé, et déterminé à retrouver ma petite souris pour réclamer quelques excuses, et/ou bon tuyau pour s'amuser dans ce trou perdu et poussiéreux.

Encore fallait-il rattraper mon rongeur, avant le trio de félin qui m'était passé sous le nez. Heureusement, comparé à eux, j'étais un aigle ; non sans agilité, et rapidité, j'usai de ma technique favorite pour échapper aux gardes, aux marchands, et à ceux qui remarquaient que je les délestais, à savoir grimper en haut de la façade d'une maison pour atteindre le toit, et ainsi me déplacer plus vite, avec un certaine aisance... du moins quand je ne glisse pas sur une tuile, ce qui était déjà arrivé...
C'est donc en courant tel une ombre dans le crépuscule, sautant de toit en toit, avec grâce et élégance -enfin je trouve- tout en suivant le trio à l'allure furieuse qui cavalait à la recherche de mon cher petit fuyard à qui j'extirperais des excuses. Eux semblaient l'avoir perdu, mais du haut de mon perchoir, et de mes yeux de lynx, je parcourais les ruelles sous moi pour y trouver mon fuyard, que je retrouvais après quelques changements de point de vue.

Me précipitant vers ma proie, je remarquais dans la rue où il se trouvait, une écurie ; les animaux y logeant était déjà prêt à s'endormir maintenant qu'Aelius disparaissait, mais une charrette remplie de foin qui n'avait pas été rangée, et qui était justement placée, me donna des idées. Prenant mon élan non sans un sourire amusé, je me précipitai vers le bord du toit, bondissant avec grâce, ma cape flottant derrière moi, les bras écartés, avant de me retourner dans les airs et atterrir dans le foin, qui amortit le choc, et me permit d'en ressortit, un air triomphal sur le visage, et sans me retirer l'envie de saluer un public inexistant, avant de me tourner vers ma proie, que mon petit spectacle ne manqua d'attirer l'attention.
Je me plantai donc devant lui, bras croisés, le regardant un peu de haut, l'air mécontent, avant de déclarer avec une certaine froideur, plus pour le principe qu'autre chose :

"Eh, tu pourrais répondre quand on te pose une question mon mignon, et témoigner un minimum de politesse -et de délicatesse- à l'encontre de ceux que tu percutes."


"Pourquoi vendre son âme, quand on peut vendre son corps ?..."


~ Closer ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thahaj Al-Husayn
Inwillissien
avatar

Peuple : Humain
Nombre de messages : 5
Localisation : T'as pas autre chose à faire que de savoir où je suis ?
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au crépuscule   Lun 7 Nov - 12:26

Thahaj repartait tranquilement quand le bruit d'une cape -enfin d'un rideau pour le coup- claquant dans le vent se fit entendre. Puis un bruit de foin percuté, les chevaux renaclèrent et s'agitèrent en entendant cela, et pour finir, le type rose à présent couvert de foin, sortit de la charrette dans laquelle il avait atterrit.
Le Al-Husayn le regardait s'avancer vers lui, impassible, limite blasé. Encore un qui cherchait à épater la galerie pour montrer qu'il est trop fort à défaut d'avoir une vraie vie, et une garde robe qui n'est pas faite avec les rideaux de sa grand mère transformés en cape. En plus il le regarda de haut, froid et hautain, enfin essayant de ce donner ce genre, et lui fit des reflexions. Thahaj se retint de vomir au mot "mon mignon". D'une il n'avait pas envie de gacher le peu de contenu restant dans son estomac pour la chose rose face à lui, puis il aurait provoqué un scandal, et pour finir il serait vraiment trop en retard.
La capitulation fut la seule option envisageable pour éviter de perdre trop de temps, même si c'était celle qu'il préférait le moins, il aurait l'impression de passer pour un tapis sur le quel l'autre en rose allait marcher en croyant qu'il avait gagné. Ou même peut-être essayerait-il d'en faire une autre cape. A cette pensée il fallut à Thahaj toute la contenance qu'il possédait pour pouvoir garder son sérieux, et prendre un air légèrement désolé.
-Pardon, c'est juste que ces types me collent aux basques dès que je pose un pied dehors, et j'ai eu peur qu'ils m'attrappent cette fois. C'est vrai que, j'aurais du faire un peu plus attention, mais c'est par instinct de survie que j'ai fait ça, pas parce que j'en avais rien à cirer.

En excellent acteur qu'il était -si il arrivait à faire croire à sa mère que pendant des semaines d'affilées il n'avait rien eu comme problème, il aurait pu faire croire à la reine de Fendassë qu'il était son frère caché- il avait prit un air de plus en plus désolé, sans pour autant faire faux. Il avait même eu une pointe de rage dans sa voix en parlant de Kassim.
-Donc, j'ai rien de cassé ça va, je suis désolé pour t'avoir prit comme appui, pour t'avoir fait tomber déjà... Pour les jurons aussi, j'me suis un peu fait mal quand même en tombant, c'est sortit tout seul. Et toi t'as pas eu trop mal ? Enfin, j'me doute que non pour avoir fait le bond tout à l'heure....

Il regarda un peu en l'air et équarquilla les yeux, complètement horrifié.
-Aaah !! Il est déjà si tard ?! Ma mère va me tuer ! Et mes frères, et mon père, enfin toute la famille quoi ! Encore désolé pour tout à l'heure, mais si j'ai réussis à échapper aux trois affreux, mais que j'arrive en retard pour diner, je vais me faire massacrer ! -ce qui en soit était cette fois-ci la pure vérité- Je te payerais un coup à boire à l'occasion hein, si on se recroise. A plus tard !

Sur ce le Al-Husayn, s'éloigna en courant, direction sa maison, en riant intèrieurement sur la crédulité que pouvaient avoir les étrangers venant à Iskandar qui tombaient tous dans le panneau brandit par le jeune homme. Bien sur, s'il recroisait le gars, il ne lui payerait jamais son coup, et le type rose comprendrait à ce moment là qu'il s'était fait avoir comme un bleu, et Thahaj s'amuserait à lui agiter ses vérités sous le nez.



Moi ? Des emmerdes ? Ouai, j’en ai pas mal, mais ce n’est pas forcément de ma faute, les gens n’ont aucun humour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aluna
Tisseur
avatar

Peuple : Fey Nocturne
Nombre de messages : 73
Localisation : Essaye de me trouver pour voir, tu auras peut-être une surprise...
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au crépuscule   Mar 8 Nov - 16:22

Mon entrée des plus artistiques laissa de marbre mon adorable fuyard, ce qui me peinait un peu ; j'avais fait cela pour me réceptionner en vitesse, mais je pensais avoir fait preuve d'un tant soit peu d'élégance... bon j'attendais pas non plus d'applaudissement, seulement, une figure improvisé comme ça... Je ne montrai rien de ma déception, souhaitant avant tout des excuses, ce qui ne tarda pas à venir. C'était d'ailleurs un peu rapide, pour un jeune homme qui avait pourtant l'air de n'y accorder aucune importance. Mais il s'excusa comme il se devait, avant de prendre un air effrayé et clamer que sa mère allait le tuer.
Sans doute était-ce vrai, mais ça sonnait surtout comme une excuse pour filer en vitesse, après des excuses qui auraient du me suffire. Alors qu'il se retournait pour partir, un léger sourire se dessinait sur mon visage... On apprend pas à un Sluagh comment faire la grimace...
Portant prestement ma main vers une planche qui traînait plus loin dans la ruelle, un léger fil d'énergie fendit les airs en un instant pour venir imprégner le bout de bois, s'animant d'un seul coup d'une volonté propre. Le jeune homme n'eut pas vraiment le temps d'anticiper le brusque mouvement de l'objet qui se précipita vers ses jambes pour stopper sa course, finissant inévitablement par le faire trébucher. Pour ma part, je m'avançai tranquillement vers mon nouvel ami, riant autant à cause de sa chute que de l'audace qu'il avait eu de penser que j'étais idiot. M'arrêtant à côté de lui, je le regardai avec malice et un large sourire, me retenant d'éclater de rire.

"Tiens, mais quel hasard, je ne pensais pas te recroiser de sitôt, d'autant que j'ignore qui tu es, où tu vis, et comment te retrouver..." Baissant un peu le ton, je continuai. "Tu ne te débarrasseras pas de moi si facilement, surtout après avoir gâché ma seule chance de voler quelque chose de décent dans cette foutue ville diurne où il ne se passe rien d'amusant une fois qu'Aelius est couché. Soit tu trouves un moyen de compenser ce désagrément, soit je fais en sorte que ce soit un problème autant pour toi que pour moi ; et je te conseille vivement le premier choix..."

Un sourire vint ponctuer la fin de ma phrase, dévoilant mes jolies canines que j'avais hérité de ma maman dont la dentition était prévue pour manger de la viande et briser des os afin d'en sucer la moelle. De plus, il avait pu voir que tenter de me semer dans les rues était peine perdue, tel un majestueux aigle je le débusquerais, et ce, même si il trouvait refuge, j'irai le déloger au fond de son terrier... même si pour un aigle, c'est un peu dur. Pour une belette, moins... un aigle-belette... non, c'est stupide.
En bref, il ne m'échapperait pas.
Après toutes ces péripéties, je pris appui contre le mur le plus proche, et mirai de mon regard d'une teinte de rose si élégante la pauvre âme que j'allais sans doute devoir torturer, vu qu'il n'avait pas l'air des plus raisonnable ; mais dans le genre obstiné je me défendais, et de plus enquiquiner un aussi joli minois serais presque une compensation en soit.

"Alors mon mignon, qu'est-ce qu'on fait ?"


"Pourquoi vendre son âme, quand on peut vendre son corps ?..."


~ Closer ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thahaj Al-Husayn
Inwillissien
avatar

Peuple : Humain
Nombre de messages : 5
Localisation : T'as pas autre chose à faire que de savoir où je suis ?
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au crépuscule   Mer 1 Fév - 21:35

Thahaj n'eu même pas le temps d'assimiler le fait qu'un truc allait dans ses jambes qu'il avait déjà le nez dans le sable. Le jeune homme s'était fait avoir par une planche lancée vraissemblablement par le type rose. Comment avait-il fait ? Téléphatie, dont d'artiseur, ou même d'élémental, possible, mais presque peu importe. Là il fulminait, nez dans le sable, en plus il avait eu la bouche un peu ouverte par le choc donc du sable entrant dedans.
Le sourire de l'autre rose avec sa demi corne lui donna envie de passer aux mains, alors qu'il savait bien que sa force n'était pas forcément son meilleur atout. Il detestait qu'on le prenne pour le dernier des Gaarmans, et allait lui faire ravaler son sourire. Il aurait pu le laisser partir chez lui, et point. Mais là, non, il allait devenir une sangsue ce truc incapable de s'habiller correctement, et l'appelant mon mignon comme s'ils avaient garder les Reiths ensemble. Le Al-Husayn écouta d'un oreille peu encline à être compatissante, et décida d'en finir avec le type, de rentrer, et d'oublier ce truc à jamais.
-On fait rien. Rien !

Thahaj se releva d'une manière vive, en ayant ras les babouches de ce gars qu'il venait pourant tout juste de croiser.
L'enfant du désert se débarassa avec véhémence du sable qu'il avait sur ses mains, puis ses genoux, sa figure, son ventre, ses bras puis de nouveau sa figure. Il avait l'impression plus que probable que les grains étaient entrés dans ses vêtements et que seul un bais les retirerait. Quoi que, mort, tué par sa mère, car il serait en retard, il s'en ficherait plus que certainement. Ses yeux noirs dardèrent avec fureur celui qui l'avait envoyé valdinguer au sol. Il parla bien plus franchement que tout à l'heure.
-Nan mais quand on te dit si on se recroise un jour, tu comprends "passe à la maison on se fera un tajine" ?! Non, ça veut dire que je vais revenir dans cette ville et que j'aurais certainement le malheur de te croiser toi et ton allure grotesque. Tu sais que tu ressemble à l'intérieur d'une poubelle ? Sur ce je me tire, et tu peux t'assoir sur le verre que j't'aurais sûrement pas offert de toute manière. Et ça.

Thahaj tendit le bras vers la planche qui s'était mise dans ses jambes tout à l'heure, cette dernière fonça alors sur Aluna, et le frappa derrière la tête, avant qu'il ne se rende compte de ce qui lui arrivait dessus. Le jeune homme prit la planche sous son bras et regarda le type vêtu d'un rideau et sonné devant lui.
-Ca, c'est pour avoir utilisé mon élément contre moi. Et au plaisir de jamais te revoir, le mielleux.

Cette fois, c'était bon, il fila à toute jambe sur le sable, puis jeta la planche de bois sur ses pieds et glissa dessus jusque chez lui. Il slaloma entre les étales fermant sur le marché, et salua quelques personnes pouvant encore le supporter. Il serait à l'heure pour le dîner cette fois, et c'était sur.



Moi ? Des emmerdes ? Ouai, j’en ai pas mal, mais ce n’est pas forcément de ma faute, les gens n’ont aucun humour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aluna
Tisseur
avatar

Peuple : Fey Nocturne
Nombre de messages : 73
Localisation : Essaye de me trouver pour voir, tu auras peut-être une surprise...
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Re: Rencontre au crépuscule   Mer 8 Fév - 16:34

Décidément ce garnement se révélait plus amusant que je ne l'aurais cru, laissant la subtilité et la comédie bonne à bernée le premier venu derrière lui pour exprimer plus clairement son point de vue ; sans doute appréciait-il très peu que je retourne ces promesses bidons contre lui, à me prendre pour un Earthaë on s'en mord les doigts. Ou se mange du sable dans ce cas précis. Je ne pouvais que sourire en voyant à quel point il était furieux, et il avait raison, en matière de filouterie il avait trouvé son maître. Peut-être étais-je allé un peu loin, mais il méritait une bonne leçon, bien qu'il n'ait pas l'air de vouloir faire entrer dans son petit crâne qu'il allait devoir accéder à ma requête s'il voulait avoir la paix.
Car il s'obstina, sans doute par refus de reconnaître m'avoir causé du tord, ou à cause de ma capacité à passer outre ses ruses pour qu'on lui fiches la paix. Cela me fit sourire de plus belle, dévoilant mes dents et m'obligeant à me retenir de rire. Se relevant en s'époussetant, je ne me gênai pas pour le reluquer. Charmant, avec un caractère explosif... je savais bien que le désert recelait quelques perles, qui n'attendaient que moi...

Quoi qu'il en soit il se révolta, pesta qu'il allait sûrement me recroiser bien qu'il n'en ai pas la moindre envie, et je savais qu'avec l'habileté dont il avait fait montre en fuyant ses poursuivants je ne le reverrai jamais, et dans le cas contraire, je n'aurai aucune chance d'avoir réparation. Au moins maintenant c'était clair, en plus d'une remarque déplacé sur mon accoutrement, qui était en effet sorti tout droit d'une poubelle et avait été habilement remanié. Non mais.
Je ne vis pas venir la planche qui me frappa le crâne, même si je pouvais m'attendre à une vive réaction de sa part, si j'étais déterminé à avoir compensation lui était trop têtu pour m'en offrir une, il avait eu la présence d'esprit de couper court à d'éventuelles négociations. Le choc me vrilla le crâne, et je finis à quatre pattes en grognant de douleur, mes pics dorsaux se dressant furieusement par réflexe. Malgré tout je souris en le regardant disparaître. Un sale garnement... mais tellement craquant...

La douleur calmée, et une fois sur pied, il était trop loin pour que je le rattrape. Je n'avais que son visage, et aucune idée de savoir comment le retrouver, sinon par chance, et il comptait sur ça pour se soustraire à mon envie de réparations. Abandonner n'était cependant pas dans mes habitudes, et dors et déjà j'imaginai comment attraper mon cher ami du désert et obtenir ce que je voulais, tout en marchant vers le souk, espérant qu'il resterait un ou deux étals de nourriture.

"Tu ne perds rien pour attendre..." Murmurais-je en souriant.


"Pourquoi vendre son âme, quand on peut vendre son corps ?..."


~ Closer ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rencontre au crépuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le bosquet du crépuscule... - Terminé
» La beauté d'un Crépuscule en attire plus d'un... | PV Hivernou ? |
» Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]
» Sombre Crépuscule qui enivre mes Songes d'une douloureuse tristesse |P.V ma Crêp|
» Une compagne pour Ombre du Crépuscule
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Esgal :: Iskandar des Roches :: Places, Rues & Habitations-
Sauter vers: