AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Résidence Isamani - Chambre de Lochiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Mer 18 Nov - 2:58

Le gamin était complètement shooté, tellement parti dans son trip qu'il avait une expression presque béate sur le visage. Expression qui tourna bientôt à une de douleur quand je le secouais un peu, et lui flanquait une bonne claque pour qu'il ouvre les yeux. Il essaya misérablement de se débattre de mon emprise avec des petits gémissements de protestation tout en poussant contre ma poitrine. Mais il arrêta les mains toujours accrochés à ma chemise, le visage blême.

Je posais ma main sur son front, sa sueur collait à ma paume, chaude puis froide l'instant ou je la décollais. J'avais une vrai loque dans les bras et je ne pouvais décemment pas le laisser crever la gueule ouverte maintenant que je voyais l'état dans lequel il était.
-Si tu me vomis dessus...
Je passais une main derrière ses épaules, l'autre sous ses genoux et le soulevait dans mes bras notant avec un certain choc le petit poids que c'était. Il était plus léger qu'Haruka. Sa tête dodelina sur mon épaule avec un gémissement plaintif, j'ignorais la confusion dans ses yeux vitreux pourtant si bien fixés sur moi. J'ignorais aussi les marmonnements presque inaudibles, regardant autour de moi les murs dégueulasses comme s'ils allaient me donner une réponse claire sur la marche à suivre.
Je pris l'option la plus simple, ou peut-être pas aussi simple en définitive, et me mit en route pour rentrer. J'aimais pas ça mais j'allais devoir envoyer quelqu'un d'autre chercher Haruka. Et j'allais aussi devoir appeler mon médecin, celui qui ne posait pas de questions inutiles et qui faisait juste son boulot.

***


Le neko était dans mon lit, j'avais envoyé la garde privée des Isamani chercher discrètement leur maitresse et s'assurer qu'elle allait bien, et j'avais appelé le docteur. Maintenant que j'avais réussi à faire ses trois choses là je me demandait pourquoi j'avais fait deux d'entre elles. Oui, j'aurais été incapable de laisser le neko à son sort dans cette foutue ruelle mais ça ne voulait pas dire que j'avais eu besoin de le ramener ici, dans ma chambre. J'aurais pu juste le laisser l'hôpital général ou il aurait bénéficié des soins gratuits, aussi simple que ça.
Je regardais pour la énième fois le front plissé d'inconfort de mon "hôte". Non, quelque part, à un moment ou à un autre j'avais écouté la supplique, le cri au secours marqué sur tout son visage. Mon observation silencieuse fût interrompue par les coups frappés à ma porte, je n'eu pas besoin d'être devin pour savoir qu'il était enfin là que Kenneth rentrait déjà.
-J'ai fais aussi vite que j'ai pu, son état est stable ?
Je hochais la tête et reculais, récupérait au passage son sempiternel manteau blanc et son chapeau de bétailler. On se connaissait depuis des années, on avait même étés soldats dans la même division. Et qu'est ce que ça remontait loin tout ça...

Kenneth, enfin Irvine, était un gunner d'élite, mais son autre spécialité vient du fait que c'est un soigneur naturel. Dans l'armée son aptitude était appréciée mais rien de plus, il n'y avait pas le temps de former un bleu sur le tas à ce moment là. Après la grande guerre Irvine n'avait pas voulu garder les armes en main, il avait intégré l'ordre des soigneurs du pays et depuis ce temps là travaillait pour l'hôpital général de la ville aidant ceux dans le besoin. Parfois je le traitais de grande folle rouquine (un gros paradoxe) mais ce n'était pas bien méchant, Irvine soignait, aidait parce que c'était ce qu'il aimait faire. Je sursautais un peu quand il me secoua l'épaule.
-Ca va ?
-Désolé j'étais ailleurs.
-Comme toujours. Peux-tu sortir de la chambre, ta signature spirituelle ne me facilite pas la tache et s'il se réveille il faudra que je lui parle.
-Je serais dans l'autre pièce.

Viré de ma propre chambre, superbe. Je savais pertinemment qu'Irvine mentait à propos de ma signature, je n'étais pas si puissant, mais comme il devait respecter le code... Je posais mes fesses sur l'accoudoir du fauteuil de mon petit salon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Mer 18 Nov - 22:44

J'avais tenté faiblement d'attrapper celui qui m'avait giflé par les épaules, enfin je croyais, en fait tout était devenu si flou, vague incompréhensible, qu'en fait je ne comprenais que quelques secondes, quand il me secouait pour me tirer des réactions. J'avais réagis, enfin je crois... Je me sentais nauséeux, mais surtout malade j'avais chaud alors que mes extremitées étaient gélées, et quoi que disait celui qui me secouait, j'avais l'impression d'entendre une langue totalement étrangère.
Je ne saurais dire ce qui s'était passé mais je m'étais réveillé un peu plus conscient dans un lit, et dans un endroit qui n'avait pas l'air de l'autre de tout à l'heure. Un bruit de claquement se faisait entendre, et encore une fois l'homme revint près de moi. Mais il avait l'air différent cette fois...
On m'ouvrit les yeux, faisant entrer une lumière aveuglante dedans, puis une sorte de léger courant électrique parcouru mon corps à partir de ma poitrine. Ca me chatouilla un peu. On tira ma manche et me tourna le bras dans tout les sens. Une main se glissa dans la mienne. Je la trouvais brûlante.
-Jeune homme ? Vous m'entendez ? Vous pouvez me serrer la main ?

Je comprenais pas trop, mais je fis ce que j'avais compris, je lui serrais la main. Enfin serrais, ma main se contracta un peu. Je trouvais ça un peu paniquant, surtout que tout le reste de mon corps ne semblait pas vouloir vraiment bouger comme je le voulais. Mon esprit redevint confus. Ma vue déjà embrouillée vira doucement au noir. Une petite claque me les fit rouvrir.
-Est-ce que vous pouvez parler ?
Le ton devenait un peu plus pressant. On me tourna sur le coté et en fronçant les sourcils je pu un peu plus détailler l'homme. Ce n'était pas celui de la ruelle... Quoi que je ne savais plus...
-M-oui...
-Que vous êtes vous injecté ? Et combien ?
-...
-Ecoutes moi, si tu ne me réponds pas, je ne pourrais pas te soigner, et quoi que je tente tu vas crever. C'est ce que tu veux ?
-N-non...
-Alors réponds !
-D-de l'héroïne, brune... Deux...
-Deux seringues, pleines ?!
J'hochais la tête, l'envie très forte de dormir me reprenant. Il me remit une claque pour me garder réveiller.
-Ne t'endors surtout pas !

Je l'entendais farfouiller quelque chose. Moi je suivais sa directive, cherchant à garder mes yeux grands ouverts malgrés le poids que mes paupières semblaient faire. Il approcha de mon nez quelque chose qui me fit ouvrir les yeux de plus belle tant l'odeur était âcre et salée. Puis il me fit ouvrir la bouche et me mit quelque chose sous la langue. Puis il désinfecta mon bras, mit un truc froid et crèmeux près du creux de mon coude, et le banda du dessus du coude à en dessous.
Le frisson électrique se reprouit encore, mais plus poussé dans mes veines, et il resta plus longtemps. Finalement l'homme m'obligea à le regarder de nouveau.
- Je n'ai pas le pouvoir de purifier le sang, du moins pas totalement. Estime toi heureux d'avoir été trouvé très rapidement, vu la dose injecté, quelques minutes de plus et tu mourrais. Ce que je t'ai donné fera passer la sensation de malaise, et aidera à faire baisser ta fièvre. J'ai vu que tu t'étais charcuté le bras à coup d'aiguilles, c'est pas ta première prise ?
-...
-Si tu veux arrêter, ou parler, demande à Lochiel de m'appeller. Tout ce qui s'est passé ici restera entre nous. Par contre je t'interdis de te lever ou d'aller vadrouiller avant demain.

Je regardais la couverture sur moi, ne pouvant pas vraiment répondre, et me sentant comme un enfant prit en flagrant délit, et qui se faisait gronder pour la bêtise qu'il avait faite. Avant qu'il n'ouvre la porte, je lui disait un faible merci.
Irvin referma la porte, et s'adressa alors à quelqu'un, d'une voix forte au début, sûrement pour que je sache que je ne pourrais pas tricher. Répétant que je ne devais pas sortir du lit avant le lendemain midi, il dit aussi que je devrais manger un peu avant de me reposer, et qu'il fallait l'appeler si je remontrais de trop grands signes de fatigue, ou si j'avais du mal à bouger. Puis sa voix se fit plus basse, et je ne pu comprendre ce qu'il disait, surtout qu'il semblait séloigner de la porte.
Je comprenais que j'avais faillis mourir dans cette ruelle, et que je le serais, sans l'homme qui m'avait parlé et giflé pour que je reste éveillé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Jeu 19 Nov - 2:12

Irvine sorti peu après que je me sois levé à cause des protestations de mon fessier. Je me tournais vers lui qui affichait encore le masque du mode médecin, écoutait et hochait la tête à toutes ses instructions. Il parlait délibérément fort tout en faisant un signe de tête vers la porte, pour que son patient n'ai pas de mauvaises idées. Il baissa ensuite le ton et enfila son manteau gardant son chapeau à la main.
-Il a presque fait une overdose mortelle, tu es arrivé au bon moment Lochiel.
Irvine sembla presque un peu gêné devant mon absence de réaction et caressa le bord en feutrine brune de son chapeau, donnant un léger soupir incertain.
-Si tu ne veux pas le garder ici, je peux toujours envoyer quelqu'un le chercher quand je serais de retour à l'hôpital.
-Non c'est pas la peine Irvine merci. Je vais le garder la nuit, après s'il veut partir demain je ne vais pas le retenir, c'est sa vie après tout. T'en fait pas s'il y a un problème je t'appelle. Je lui dirais où te trouver sinon.
Irvine hocha la tête et enfila son chapeau avant de sortir soudainement pressé. Je ne savais pas comment il faisait, être toujours à l'écoute des autres à ce point. Bon en attendant quand je lui avait demandé il m'avait dit que j'avais déjà bien assez du mal à mettre un pied devant l'autre sans me préoccuper des autres...

Un peu plus tard, je toquais à la porte de ma propre chambre avant de rentrer un plateau repas à la main. Rien de bien méchant, une soupe de légumes avec une pointe de fromage frais, un grand verre de jus d'orange pressé et un morceau de pain encore chaud du four. J'avais laissé mon propre plateau dans le salon, sauf que j'avais opté pour des pates fraiches et une côtelette d'agneau à la crème muscade.
Je me rendais compte en regardant la petite forme recroquevillée sous ma couette que je ne savais toujours pas son nom. Je posais le plateau sur la table de nuit et tirait une chaise jusqu'au chevet, m'installant dedans avec aise. Ses oreilles frétillaient imperceptiblement, ainsi que ses paupières. Je secouais la tête amusé faisant tinter mes boucles d'oreilles à breloques.
-Pas la peine de faire semblant de dormir, je ne mords pas tu sais. Et puis ta soupe va refroidir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Jeu 19 Nov - 20:28

Je soufflais quand le docteur était partit, et laissait le truc fondre sous ma langue. Ca n'avait pas bon goût, et l'odeur des sels me restait dans les narines, mais je me sentais plus calme, et moins pateux. Je me rendais compte qu'on m'avait volé mon sac, mes affaires, mon argent, mes doses, et surtout, ma pelotte... Je devrais tout racheter, et donc travailler encore plus... Je n'allais jamais m'en sortir de cette rue. J'avais une boule au ventre, mes affaires, j'y tenais tant...
En entendant quelqu'un toucher à la porte, je me mettais sur le coté, tourné de l'autre coté, les yeux fermés et recroquevillé sur moi même. Un bruit de quelque chose posé sur une table se fit entendre. J'essayais d'empêcher mes oreilles de chats de bouger en les plaquant contre ma tête, mais ce n'était pas simple du tout. Le bruit de quelque chose tiré et posé les fit bouger un peu, j'espérais que ce n'était pas trop visible.
Visiblement on pouvait les voir puisque qu'on m'adressa la parole. Mes oreilles se relâchèrent un peu, mais tout en restant basses. J'ouvrais un peu les yeux, et me tournais tout doucement vers l'homme qui m'avait sortit de la ruelle. J'étais très surpris de voir que c'était celui qui m'avais fait tombé tout à l'heure.

-J-je pensais vous avoir semé après être partit...
Un énorme grognement venant de mon estomac se fit entendre, puis je regardais le plateau sur la table de chevet. Déglutissant, je regardais de nouveau l'homme, mouillant un peu mes lèvres. Je décidais de ne pas écouter le vide dans mon ventre, et de m'xcuser un peu, après tout, même si j'avais pensé le semer, ne pas réellement l'avoir fait m'avait tout de même sauvé la vie.
-Je, désolé, j'ai été surpris de vous voir, je ne pensais pas... Je vous remercie, p-pour m'avoir trouvé, et amené ici... Je, je vous dois la vie, merci beaucoup...
Regardant encore le plateau avec un oeil avide, je ne savais pas quoi faire, le prendre et manger, attendre que l'homme parte, ou même ce n'était peut-être pas pour moi. Un deuxième grognement se fit entendre, me faisant même une légère crampe. J'osais pointer de la tête le plateau, me surprenant par ma hardiesse.
-Est-ce que, c'est pour, pour moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Jeu 26 Nov - 0:00

-Tu ne m'as pas réellement semé, j'ai un peu laissé tombé quand tu es parti. J'avais quelqu'un à trouver... Mais quand je suis revenu sur mes pas un peu plus tard j'ai reconnu ton sac. Oui, je sais c'est bizarre, mais c'est mon métier de faire attention aux petits détails. Et puis comme tu avais plus l'air de vouloir te barrer en vitesse et que tu n'avais pas l'air dans ton assiette j'ai, on va dire, enregistré certains éléments.
Je tapotais du bout des doigts le bras de mon siège et me redressait un peu, devenant un peu plus sérieux. Je fixais mes yeux d'abord sur le motif du tissu puis mes yeux bifurquèrent à son visage. Il évitait mes yeux pour je ne sais qu'elle raison, j'essayais de m'approprier quand même son regard.
-En parlant de ton sac, je l'ai récupéré. Pas qu'il y avait grand chose de spécial dedans, enfin mis à part tes seringues et tes doses. Enfin ce kit particulier. Bon autant être clair, je ne vais pas te faire la morale et puis déjà ça ne me regarde pas. Par contre autant mettre le ton tout de suite. Irvine, le toubib, me tuera si jamais son patient va encore plus mal, donc pas de drogues jusqu'à ce que tu sois parti. Par contre si tu veux arrêter Irvine pourra t'aider à t'en sortir.

Je passais une main dans mes cheveux tout en soupirant de lassitude, et regardais le plateau oublié sur la table de nuit. Je la désignais du menton.
-Ta soupe va refroidir, mange avant que ce ne soit froid.
Ce n'était pas très encourageant de ma part apparemment, en même temps je ne pouvais pas le blâmer. Il continua de fixer le plateau, puis ses yeux passèrent sur moi sans vraiment me fixer. Je saisis qu'il n'était pas assez à l'aise pour manger devant moi.
-Ecoute, j'y suis peut-être allé un peu fort niveau explications et je suis peut-être...je sais pas moi intimidant ? Chiant ? ...J'en sais rien et sincèrement je m'en fou un peu de ce que tu peux bien penser de moi. En tout cas... Si ce qui t'inquiète c'est ça, sache que tu ne me dois rien. J'aurais pu te déposer directement à l'hôpital général mais tu y serrais mort. La seule chose que je te demande si tu veux vraiment me remercier c’est de faire comme j’ai dit et d’aller mieux d’accord ?
Je cherchais une réaction quelconque de sa part mais je n’en eu pas, même ses oreilles de chat restèrent statiques. Mordant l’intérieur de ma joue je me levais et lissais l’avant de ma veste. Comme d’habitude je ne savais pas vraiment comment me la fermer quant il le fallait. Je me dirigeais vers la porte et m’arrêtais avant de l’ouvrir complètement.
-Mange au moins un peu ? Tu es libre de te balader aussi, je serais par là si tu veux…discuter…ou me dire que je suis un effroyable prétentieux qui mérite un bon coup de pied au cul…
Mon ton avait été léger mais je voyais bien que ma tentative d’humour étant un peu nulle, voire totalement nulle. J’ouvrais la porte en grand et tentait une dernière petite théâtralité avant de sortir.
-N’hésite pas hein, je n’suis pas allergique aux chats.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Mar 1 Déc - 21:38

En entendant le mot sac, mes oreilles se redressèrent. Mon sac il avait reconnu mon sac, il l'avait retrouvé, il l'avait gardé aussi, donc il devait être quelque part dans la pièce, ou à coté. C'était étonnant de noter ce genre de chose, enfin il avait peut-être gardé les yeux dessus je ne savais pas trop après tout, je ne regardais pas où il regardait, j'observais surtout ses chaussures. D'ailleurs je ne m'en rappelais même plus de ses chaussures, leur couleur, forme, aspect... Je m'empêchais de regarder les yeux de Lochiel, mais ses yeux m'appelais presque, alors j'osais parfois les croiser.
Ils étaient... Profonds, pénétrants. Je détournais rapidement les miens, ayant l'impression qu'il pourrait d'un simple regard dans mes yeux, voir les tréfonds de mon âme souillée et sale. Je n'osais pas lui répondre, écoutant d'une oreille assez attentive ce qu'il me disait. Une chose me semblait être une évidence, la prise de mon addiction. Je n'étais ni fou, ni suicidaire, je ne voulais pas risquer de mourir en m'injectant en moins d'un jour, trois doses. Deux avaient déjà failli me tuer, je ne tenterais pas la Mort avec une troisième... Avant de me piquer de nouveau, je me soulagerais des mes envies autrement, j'avais, rangé dans une chaussette, des sachets et comprimés que je pouvais respirer ou avaler. Et aussi dans une petite bouteille, quelque chose qui allait rapidement me manquer, et qui m'étais nécessaire, pour m'éviter d'attraper une maladie bénigne pour les autres, et qui pour moi serait une semaine dans un lit avec une énorme fièvre.

Je m'étais étonné il y a deux ans de cette lente dégradation de mon état de santé, mais à cette époque je n'avais pas osé contacter de guérisseur, soigneur et autre médecin, et il y a quelques mois, après être resté deux semaine alité dans un lit miteux d'une auberge tout aussi miteuse, à cause d'un rhume, que j'étais partis voir un médecin, sans non plus prendre le plus renommé. Et ce qu'il m'avait dit m'avais fait sombrer encore plus...
Et enfin, récemment, j'avais du faire un choix, la drogue, ou ma vie pourrait-on dire... Et j'avais choisis la drogue. Choix que j'avais regretté même pas deux heures après avoir choisis. Il ne me restait presque plus rien de cette potion qui était assez chère pour moi, deux jours, trois en diminuant légèrement, et je n’avais plus assez pour l’acheter… Je n’étais qu’un idiot, un idiot complet… Mais c’était un peu tard pour regretter, il faudrait qu’une fois partit d’ici, je trouve de l’argent, peut-être en volant quelqu’un. Je ne réagissait pas, à cause de mes reflexions surtout et comprennais la moitié de ce qu'il me disait.
J'avais comprit qu'il croyait que j'avais peur de lui, que je devais m'inquiéter pour rien et qu'il était chiant, que je devais aller mieux, et qu'il n'était pas allergique aux chats... Allergique aux chats ?

-Hein ? P-pourquoi vous parlez de chats, enfin d'allergie ? Oh, euh, ah, oui, je... Excusez moi je pensais et je... Ne vous écoutais pas, trop. Je, vous remercie, vraiment, pour, pour m'avoir sortit de, de là, et pour mon sac aussi...
Je me tordais les doigts en me mordant la lèvre inférieure, avant d'oser de le regarder droit dans les yeux, peut importait son regard perçant, et s'il voyait au fond de moi.
-Mon sac, je pourrais, vous pouvez me le rendre, s'il vous plait, je vous promets de rien prendre, de pas me... Me piquer ou d'autres trucs, c'est que. C'est mes affaires, les seules choses que j'ai, j'y tiens, c'est mes, mes affaires... S'il vous plait, je promets de ne rien toucher, je veux juste. Les avoir avec moi, vous pouvez enlever mon kit si vous voulez, je le reprendrais qu'en partant. Je veux, simplement mes affaires.
J'espérais vraiment, sincérement qu'il me croirait, quitte à ce qu'il retire réellement mon kit pour m'injecter, je voulais avoir mon sac avec moi, quand on vit dans la rue, sans famille, c'est tout ce qu'on a, ses affaires, qui sont les choses les plus importantes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Dim 10 Jan - 17:02

J'étais resté dans l'embrasure de la porte, et du coup me sentait comme une tanche. Ça devait être la conversation la plus longue que j'avais eu avec un quelqu'un autre qu'Haruka, Akeginu, Irvine et quelques employés. Et cet.... hurluberlu n'en avait même pas écouté la moitié. Je fis mine de m'écrouler et de rouler les yeux au ciel en même temps, essuyait -l'imaginaire- grosse goutte qu'il y avait à l'arrière de mon crâne. Je ne pu empêcher le léger grincement de dents.
-Mange ta soupe, je te ramène ça après que tu auras mangé.
J'admet, je claquais un brin la porte en partant, je ne devrait pas, surtout que c'était MA porte. Je m'installais devant mon assiette, plantait un peu rageusement la fourchette dans les pâtes et couteau dans ma côtelette d'une telle façon qu'elle aurait pu vêler d'indignation. Pour une fois que je faisait un effort on ne m'écoutait pas, super.

Mon assiette vide et nettoyé de toute sauce je me laissais tomber dans le fond de mon siège. Brof, je ne pouvait pas lui en vouloir au gosse, il était fatigué et un peu hors de tout. Il irait mieux demain, certainement. D'ailleurs... J'attrapais le sac vide et replaçais les vêtements soigneusement pliés dedans. Je n'étais pas dupe, j'avais bien regardé dans tous les recoins au cas ou. heureusement ou pas d'ailleurs. Le kit tout maigrichon avait une sorte de jumeau médical que j'avais mit avec. Je savais ce qu'étais la plupart, d'autres pas la moindre idée. Je me levais, le sac à bandoulière dans une main et le reste dans l'autre main, puis je retoquais à ma porte avant d'entrer.
-C'était bon ? Tiens, je t'ai ramené ton sac.
Je tentais un approche plus sympathique que mon départ de tout à l'heure et lui posait le sac sur les genoux. Le reste je le posais sur la table de nuit avec un regard appuyé.
-Ça, c'est tout ce qu'il y avait dans ton sac. Bon, je veux bien que ce soit ta pharmacie mais comme je ne sais pas exactement ce que sont certaines choses j'aimerais que tu me le dise ? Si tu as des choses à prendre pour telle ou telle raison...enfin en temps normal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Dim 10 Jan - 18:25

Je regardais l'homme au cheveux noirs... S'écrouler sur lui même, ou s'évanouir, mais pas totalement, puis essuyer quelque chose derrière sa tête. Est-ce que j'avais dis ou fait quelque chose... D'idiot ? De déplacé ? Ou c'était pour me faire rire. Dans le doute, je me contentais de le regarder. Il n'avait pas l'air d'avoir fait ça pour me faire rire... Mes oreilles se baissèrenet vivement quand la porte claqua.
J'avais du le vexer, en écoutant pas, ou par ma demande. Je me sentais mal. Je prit le bol de soupe, qui avait refroidit, mais qui était tout de même encore tiède. Plongeant ma cuillère dedans, je mangeais doucement, pour ne pas en mettre partout, et pour être sur d'apprécier. Je mangeais le fromage frais... Et lêchait avec soin le fond de l'assiette. Si il y en avait eu encore, j'en aurais reprit avec plaisir. Je passais ma main sur ma bouche, puis me nettoyais la main comme un chat. En entendant frapper à la porte, je m'arrêtais, et posais rapidement mes mains devant moi.

C'était celui qui m'avait tiré de la ruelle, qui était partit il y a peu de temps en claquant la porte, et qui tenait mon sac dans une main. Mon sac ! Mes deux yeux étaient braqués sur ce qui contenait les seules choses que j'avais au monde, mes affaires. J'en aurais presque pleuré d'émotion. En plus, l'homme aux cheveux noirs me parlait normalement, plus doucement que le ton sec de tout à l'heure. Il devait ne plus trop m'en vouloir !
-Oui, c'était très bon, merci.
Je n'ajoutais pas qu'en j'en reprendrais bien un peu, c'était pas poli, et ce serait aussi, gacher de la nourriture pour quelqu'un d'insignifiant. Je ne servais pas à grand chose, et personne n'avait besoin de moi... Je secouais la tête. Ce n'était pas le moment de se reperdre dans ce genre de pensées. Mon sac fut posé sur mes genoux, je le sentais sur eux avec un grand sourire.

Grand sourire que je perdais en voyant toute ma... Mini pharmacie (?) se faire poser sur la table de nuit. Dedans, il y avait toutes les choses qui ne servait à rien d'autre, qu'à me faire planer... Et toutes celles qui me tenait "en vie" dirons-nous. Apparament, la partie numéro une avait été identifiée, mais pas la numéro deux, qui se composait d'un fiole de potion vide au trois quart, de poudre à boire de couleur rosâtre, et de comprimés bleus.
En fait, il allait vraiment faire ce que je lui avais dis qu'il pourrait faire, prendre les drogues, pour me les rendre après, mais il ne voulait pas me priver d'éventuels vrais médicaments. Et comme je n'étais pas sur de tout ce qu'il savait...
- La fiole, le sachet de poudre rose, et les comprimés bleus. Je dois les prendre tous les jours... C'est des médicaments pour...
Je ne savais pas si je devais dire pour quoi, j'en avais honte, et j'avais peur qu'il réagisse mal, en me mettant dehors comme un pariat, ou autre chose. J'optais pour ne rien dire, pour éviter un incident.

-Pour une maladie que j'ai... Le reste, j'en prends aussi, mais ce n'est pas parce que je suis malade... Enfin, vous devez comprendre, quoi.
Une de mes mains alla dans mon sac. J'avais vraiment bien fait de l'acheter, avec ce truc magique, j'avais de quoi remplir une commode de vêtements, sans parler du reste. Je posais la main sur une forme ronde, et douce. Le sortant de mon sac, je regardais ma pelotte bleue, et la serrait contre moi, soulagé, apaisé.
Je regardais le propriétaire du lit dans lequel j'étais, regardant son visage, et quelques fois ses yeux.
-Pour cette nuit, je, je ne veux pas rester dans votre lit. C'est le votre, et c'était déjà assez gentil de me le prêter jusque là, mais je me contenterais de peu pour la suite... Une chaise, un fauteil, le dessus d'une armoire, ou même un coussin dans une boîte me suffira.

Je vis son expression changer. Ah, mince, c'est vrai qu'un être "normal" ne dort pas en haut d'une armoire, ou sur une chaise. Je m'imaginais sans être transformé, dormir en haut d'une armoire, ou pire, dans une boîte à chaussur. Un sourire se plaqua sur ma bouche, et j'eu du mal à ne pas éclater de rire. Surtout que l'expression de mon interlocuteur n'aidait pas.
-Désolé, j'ai oublié de dire, avant de dire ça, je peux me transformer en chaton, donc, je pourrais vour rendre votre lit pour la nuit, et prendre un tout petit peu de place ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Mar 24 Aoû - 18:16

Je savais que je n'avais pas l'air particulièrement impressionné, néanmoins je rassemblais les choses qu'il n'avait pas lieu d'avoir sous le nez et les fourraient dans mes poches. Pendant que je m'assurait que j'avais bien tout prit, je le vis fouiller dans son sac et en ressortir une...pelote de laine bleue qu'il caressa comme si c'était un doudou, ou son jouet favori. Je tiquais, quoique, il avait les oreilles de chat, peut-être qu'il en avait aussi le caractère ?
Cette maladie, je n'avais pas lieu de la lui demander, Irvine le devinerait sans doute sans aucun problème quand je lui montrerait le contenu de mes poches. Et s'il le décidait il me ferrait savoir ce que c'était, ce qui était rarement le cas.

Quant il me parla du fait qu'il pouvait dormir ailleurs j'eus vraiment l'image de lui, tel quel dormir dans des endroits et des positions pas possibles. Puis j'eus la délicate surprise de découvrir qu'il pouvait se métamorphoser en chat. Est-ce que tous les nekos pouvaient faire ça ? Je secouais la tête et me ressaisi.
-Tu peux dormir dans le lit si tu veux, sauf si tu préfère vraiment dormir ailleurs. Si c'est le cas, je recommande le salon. Le tapis devant le cheminée est en fourrure de troll, très confortable. Je m'y endors tout le temps.
Je me grattais la joue, notant qu'il faudrait que je me rase, puis passait mes mains dans ma tignasse, notant qu'il faudrait que je la coupe. Waouh, quel programme en perspective !
-Dis, tu connais mon nom mais moi, comment je dois t'appeler ? Chaton ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Mar 24 Aoû - 21:16

Je secouais la tête quand Lochiel parla de rester dans son lit, lui montrant que non, je ne voulais pas. C'était son lit à lui, et moi je l'accaparait suffisament comme ça... J'avais l'impression de le salir. Devrais-je lui dire de changer les draps ? Parce que j'étais quelqu'un de "souillé" et que je me sentais sale, ou devrais-je prétendre être contagieux vis à vis de ma maladie? Non, faire ça ferait qu'il me chasserais, et dormir au chaud et dans un endroit propre une nuit me ferait le plus grand bien. Par contre j'agitais positivement la tête quand il parla du tapis en fourrure dans le salon qu'il décrivait comme très confortable. En chaton je ne prendrais pas beaucoup de place, et puis tout me paraîtrait confortable.
Je titillais le bout de ma pelotte bleue. Un réflexe que j'avais toujours eu, pour qui ou quoi, peu importait, mais j'aimais beaucoup. Je me retenais quand même de la lancer pour foncer derrière comme un fou, et donner une raison à Lochiel de rappeller son ami médecin pour me faire interner chez les personnes qui avaient perdues la raison.
Puis j'eu une légère coloration de mes joues, et les oreilles lévées en signe de surprise.
-C-ça fait un peu trop... A-amoureux ça non ?

Je rosissais encore plus. Et baissa mon regard et mes oreilles, me faisant plus petit en signe de soumission et pour montrer que j'étais désolé. J'avais parlé sans vraiment réfléchir, en fait ça avait été la première chose m'ayant traversée l'esprit.
-P-pardon, je n'aurais pas du dire ça. C'est juste que j'y ai pensé et...
Mes oreilles se soulevèrent un peu en voyant que Lochiel n'avait pas l'air d'être en colère, irrité, ou d'avoir une quelconque mauvaise réaction envers mes paroles spontanées. Je tripatouillais encore plus ma pelotte bleue, puis leva un peu les yeux pour répondre.
-Je m'appelle Itsu.... Je vais, peut-être, aller ailleurs, me coucher. Je vais poser mon sac dans le petit coin là bas pour qu'il ne vous dérange pas.
Je me glissais hors du lit, et sentis un peu mes jambes flageoler. Mais je tenais bon et allait poser mes affaires dans le coin désigné par mon doigt tout à l'heure, et posais ma pelotte sur le sol.

Puis d'un coup, mon corps rapetissa à vu d'oeil, et se couvrit de poil. Mes vêtements restèrent avec moi-enfin, ils semblèrent disparaître sous mes poils noirs-, entrainés par les sortilèges de mes maudits bracelets et de mon collier. Mon mini moi remarqua que la pièce était encore plus grande vu de ma hauteur. Mon oreille me démengea soudainement, et je me retrouvais les fesses par terre, la patte derrière mon oreille, à ss'agiter pour me gratter. Puis ma langue passa sur ma queue que je réarrangeait. Puis ma vision capta la pelotte devant moi... Et je ne me souciais plus de la vie autour de moi, je sautais dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Jeu 2 Sep - 17:22

Je passais la main dans mes cheveux, puis m’arrêtais en plein mouvement et me raclais la gorge. Je ne pouvais donc rien dire de relativement gentil sans qu’on ai des sorte d’arrières pensées ? Je ne devais vraiment pas avoir l’air impressionné ou enchanté, mais je me retins de dire quoique ce soit puisque des excuses filèrent tout aussi vite hors de sa bouche.
J’allais quelque chose dans les tons de ‘laisse tomber’ et ‘c’est pas grave’ quand je vis ses mains s’agiter autour de sa pelote de laine bleue. On dirait vraiment un chat… ce qui était une pensée un peu stupide puisqu’en définitive il était un chat.
-Très bien Itsu, fait comme bon te semble alors, je vais… ranger ça.
Je ramassais le plateau et l’observait avec soin s’extirper du lit, il s’y prit lentement alors je n’eus pas trop l’impression qu’il allait se retrouver face contre terre. Puis sa forme changea, pour certaines personnes c’est comme si elles disparaissaient et réapparaissaient sous une autre forme, pour d’autres on entend le changement s’opérer. Lui c’était une métamorphose fluide et rapide, un peu comme la mienne. Sauf que moi je finissais toujours plus grand et que je devais faire ça dehors.
Je me demandais un instant si je ne devais pas verser un peu d’eau dans un cendrier propre pour qu’il puisse boire, puis me rappelant que je détestais moi-même qu’on me donne de l’eau dans un seau, je me ravissais donc. De plus ça n’était pas très poli. Mais s’il avait soif ? Je haussai les épaules, je lui verserais un verre d’eau que je laissais sur la table basse de mon salon en y allant, et posais son plateau avec le mien. J’avais la grosse flemme de ramener ça en cuisine, avec un peu de chance on viendrait le faire pour moi.
J’entendis des miaulements de chat excité par le jeu, des gros ‘mroow’ et des bruits de griffes dérapant sur le parquet de ma chambre. J’y passais rapidement la tête et observait amusé Itsu courir après sa pelote. Il avait à peu près la taille d’un chaton, ce qui voulait dire qu’il rivalisait au niveau de la taille avec sa pelote. Je décidais d’en faire abstraction et allais m’installer dans mon fauteuil au salon, je sélectionnais le livre sur le dessus de la pile et mit le nez dedans. La couverture jurait avec le contenu, en même temps ce n’était pas la couverture originale. Il faudrait d’ailleurs que je songe à en utiliser une autre parce qu’à un moment ou un autre quelqu’un allait s’apercevoir que je lisais toujours le même livre. Mais je préférais largement qu’on croit que je relisais pour la énième fois les théologies de la thaumaturgie plutôt qu’on sache que mon petit plaisir c'était lire des romans légers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Jeu 2 Déc - 18:54

Je sautais un peu partout, courant derrière ma pelotte qui semblait être la chose la plus captivante et atirrante au monde. De ma gueule sortait de léger miaulements, puis de plus gros, montrant que je m'attaquais à la laine bleue qui était aussi grande que moi.
Cette chose roulante, mouvant et douce était tellement belle, je ne pouvais pas m'empêcher de sauter dessus, et de continuer à la faire rouler, encore et encore. Elle s'arrêta près de la porte. Je la regardait, tentante et m'appelant. Mon petit postérieur se leva, mon thorax alla sur le sol. Mes deux pattes de devant étaient plisées, prêtent à se tendre, mes griffes pomponaient le sol, mes pattes arrière se tenaient prêtent aussi à se lancer. Les oreilles en arrière, je ronronnais en songeant a ce que j'allais lui faire. L'attraper, la mordiller, la labourer avec mes griffes. Un miaulement et je m'élançais pattes grandes ouvertes, allant pour saisir cette sphère bleue.
Quand je percutais la porte à la suite d'un très mauvais calcul de distance.
Je secouais la tête, essayant d'arrêter le mouvement du sol sous moi quand je vis un feu. Un feu. Qui disait feu, disait chaleur, et qui parlait de chaleur parlait de paradis. J'y allait tout doucement, en trotinant, pour ne pas faire de bruit. Passant à coté du fauteuil, je remarquais Lochiel assit entrain de lire. Je m'arrêtais.

J'avais envie de voir son livre, ça avait l'air interressant. Mais je ne pouvais pas le déranger comme ça. Je retournais vers le feu... De deux pas. Mes yeux félins revinrent sur Lochiel. Souplement je sautais sur l'accoudoir. Enfin, je m'agrippais au mieux à l'accoudoir pour ne pas tomber en cherchant à remonter. Une fois dessus totalement, j'allais vers le livre et me fichait pile devant pour voir les mots.
Posant mes deux pattes sur une page, je regardais Lochiel en miaulant. Puis j'allais vers la tête de Lochiel, et lui pomponant le torse je ronronnais en cherchant une main pour me frotter le dos. J'avais envie de caresses, d'un coup, et le montrais avec entrain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Ven 20 Mai - 5:45

J'étais absolument absorbé par ce romanesque récit des petites autochtones du désert d'Esgaleithel, Petites Femmes le titre. En fait j'étais tellement absorbé que je faisais complètement abstraction de tout sauf ce que je lisais, est ce que ce n'est pas toujours le cas quand on en arrive à un passage osé ?
'Elle apparut dans le bosquet, sa robe légère trempée par la mousson. Au travers Gilbert pouvait voir les fermes contours de son physique fort et fier de native du désert. Elle se tenait là sans honte aucune et le regarda droit dans les yeux. Elle était tout ce qu'il avait imaginé durant ce long périple depuis la Citadelle Rouge. Soudainement elle se tenait devant lui, et il contempla avec émerveillement ses -a demi-nus et parfaitement formés- ...'
-MROW?-
Très soudainement j'avais un chat, ou plutôt chaton qui enfouissait son nez dans mon livre. Je refermais celui-ci très vite avec un claquement de vieux papier. Itsu ne semblait pas s'en être formalisé le moins du monde puisque j'avais sa tête en plein dans mon nez. Il miaulait de la façon habituelle qu'on les chats quand ils veulent absolument qu'on s'occupe d'eux, en tout cas tous les chats que j'avais connus avait fait comme ça. La seule différence c'est que quand celui-ci me miaulait dessus il n'avait pas la forte haleine qu'on les vrais chats. Un bon point pour l'hygiène buccale.
Je roulais les yeux au ciel avec bonne humeur et laissait tomber mon livre au sol. J'appliquais les doigts de ma main droite à l'arrière de sa tête et spécifiquement de ses oreilles tandis que de l'autre je le plaçais un peu mieux, erreur grossière puisqu'il pris celui-ci pour un perchoir sur lequel s'allonger. Je soupirais amusé et le grattais entre les oreilles puis sous le menton.
-Votre altesse est-elle bien installée ? Mmm, je crois bien que oui, ces ronronnements semblent être un bon indicateur. 
La dernière fois que j'avais entendu autant de bruit ça avait été durant mon dernier voyage en aéronef. Sauf que le monteur que j'avais présentement sous les yeux était bien plus petit et compacte. Et moins prompt à me donner un mal de tête évidement.

-...Par contre si tu peux éviter de mettre des trous dans mon pourpoint avec tes griffes ça serrait superbe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Lun 6 Juin - 12:50

Je ronronnais à pleine puissance.
Les doigts couraient sur ma fourrure, gratouillaient délicieusement ma peau, provocant de plaisant frissons qui me donnaient envie d'en avoir toujours plus. Je levais mon corps à la rencontre de sa main, je frottais le haut de ma tête contre le torse de Lochiel, cherchant un contact plus grand entre lui et moi, amplifiant les frissons. J'en avais presque de petit coups de jus, qui m'électrisaient, mes pattes pomponnaient sans griffer le torse, en demandant encore, toujours, plus. J'émis un petit miaulement quand il fit mine de s'arrêter pour mieux se mettre, puis il reprit. Je n'en pouvais presque plus. Les yeux à demi fermés, je laissais ma tête et mon museau contre lui, les laissant glisser de temps à autre pour le marquer de mon odeur, montrant que je l'acceptais dans mon monde. Progressivement, les caresses se firent plus longues, plus précises, la main épousait la courbe de mon échine à la perfection, je glissais un peu de coté, offrant mon flanc et une partie de mon ventre à ses doigts agile. Mais le rythme ralentissait doucement, inexorablement, alors que je n'avais qu'une envie, sentir encore la chaleur de sa main contre moi, avoir de nouveau ces picotements provoqués par ses caresses, éprouver l'électrisante sensation de mes poils se dressant à son contact.

Je me remettais debout, et retournais à l'assaut, réclamant encore sa main, réclamant son contact, je me montrais plus insistant. Les vibrations de ma poitrine s'emplifièrent, les passages de la mains me faisaient tourner la tête. Encore, toujours, j'en voulais plus. Ma tête se frotta encore, et grossit, mon corps s'allongea, mes pattes devinrent des bras, des jambes. Mes mains se posèrent sur ses épaules, ma chevelure et mon front entèrent en contact avec sa joue, ma poitrine vibrait toujours aussi fort voir plus, je la collais à celle de Lochiel, et faisait le même mouvement de va et vient que j'avais lorsque j'étais dans ma précédente forme. Une jambe de chaque coté de lui, les fesses se soulevant doucement. J'étais bien, et je ne comprenais pas immédiatement pourquoi ses caresses s'étaient arrêtées. Je collais encore ma tête contre sa joue, mon nez dans son cou. Ses cheveux me chatouillaient. Je pressais mon bas ventre contre lui en soupirant...
Mes yeux s'ouvrirent en grands, et je me rejetais immédiatement, et brusquement en arrière. Je me cognais le bas du dos contre une table, mais continuais à reculer, l'entraînant avec moi plus loin. Mes oreilles étaient plaquées sur le coté, j'haletais comme si je venais de courir durant des heures, je regardais les genoux de Lochiel avec un mélange d'horreur et de gêne.

-J-j-je... Je s-sais pas ce qu-... Pardon ! Pardon !

Je pris la fuite, lâchement, attrapant sans précaution mon sac en passant dans la chambre, oubliant ma pelote, déversant un peu de vêtements et les ramassant à la va vite, fuyant dans le couloir, les joues brûlantes, les yeux me piquants, le coeur serré, les entrailles glacées. Ce que je venais de faire m'avait semblé si naturel, et sur le coup, j'aurais presque faillit continuer, mais il ne fallait pas. Non. Lochiel m'avait aidé, il n'était pas un client, je ne devais pas l'entraîner la dedans, je ne devais pas le salir de mon corps. J'étais sale, dépravé, drogué, inutile, je ne valais pas plus qu'un moins que rien, lui m'avait aidé. Je courrais, sans savoir où je me dirigeais, cet endroit m'était inconnu, et il était immense. Il faisait froid, il faisait nuit. Je me mettais à trembler, mes jambes ne couraient plus. Je me plaquais contre un mur et laissait quelques sanglots passer au travers de mes paupières closes, mon sac posé entre mes jambes avec des vêtements froissés dessus, je me laissais tomber par terre, et posais mes coudes sur mes genoux, le visage entre mes mains.
Je devrais trouver un nouvel endroit où dormir cette nuit... Au moins j'avais manger quelque chose de chaud...


Et j'aime le net au boulot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Dim 24 Juil - 18:06

Mes yeux avaient commencés à se fermer tout doucement, les vibrations puissantes de le petite bête sur mon torse toujours aussi forts mais pas gênant le moins du monde. Néanmoins ma main était toujours active, caressant son dos sur toute sa longueur puis revenir à sa tête pour caresser derrière ses oreilles, et recommencer. Au fur et à mesure j'en étais venu à glisser un peu dans mon siège pour être plus confortablement installé, jambes étendues loin devant moi et croisées aux chevilles.
J'étais bien parti pour passer la nuit sur mon fauteuil.
Sauf que le poids sur ma poitrine changea subitement. J'ouvris alors brusquement les yeux. Itsu -aussi humain qu'il l'avait jamais été- confortablement installé dans mon giron et...émoustillé. J'eus un gros, gros blocage. Ma main droite, qui étais posée sur le bras du fauteuil, en agrippa le rebord. Ma main gauche qui avait été posée sur son dos de chat était maintenant sur sa nuque humaine. Et d'autres parties pressaient les miennes avec une certaine insistance.
Itsu se jeta en arrière très brusquement et je restais toujours aussi interdit, le temps que je me lève en passant la main sur mon visage il était parti tel un coup de vent. Perdre le contrôle de sa transformation ça arrivait à tous les métamorphes au moins une fois. Mais pour quelqu'un comme Itsu dont la transformation était de seconde nature ? Est ce qu'il avait voulu chercher à me rem-...? Non, il n'aurait pas réagit de cette façon et ne serrait pas parti précipitamment. Ça me rassurait aussi bizarre que ça puisse paraitre. Je me passait de nouveau la main sur le visage en me tenant au dos du fauteuil que je venais d'évacuer.
Je ne savais pas comment prendre ce qu'il venait de se passer. Je n'allais pas crier au viol. Mais je n'étais pas de ce bord là. Je repensais vite fait à si j'avais pu laisser sous-entendre quelque chose, mais il ne me semblait pas. Ou alors Itsu avait réagi de cette manière parce que, quoi ? Parce qu'il s'était à moitié jeté sur moi ? Non c'était ridicule, même insultant je dirais. Comme si je ne saurais pas me défendre. Et là ce fut comme si une bougie venait de s'embraser, et je me sentais très bête aussi. Mais lui aussi il était débile ! Comme si je n'étais pas capable de me défendre ou lui expliquer que je ne mangeais pas de ce pain là, il s’attendait à quoi, que je lui mettes une trampe ? Certes, on ne se connaissait pas du tout, mais je l'avais câliné quand ça avait été un chat. Et les gens qui aiment les chats sont en général de gens relativement gentils, non ? Je laissais de coté le fait que beaucoup de méchants dans mes romans avaient des chats sur les genoux. Je refermais la porte de ma chambre derrière moi, me rendant compte que j'étais pieds-nus après quelques pas.
-Fait ch-!
Oh et puis zut, je n'avais pas que ça à faire, et puis il était allé où ? Grognant je fis appel à ma propre métamorphose, et c'est en cheval que je continuais mon chemin dans les couloirs de la maison de ma maitresse. J'allais me faire enguirlander par sa nourrisse, Akeginu est moi c'est l'amour fou, mais à l'instant je m'en battait la crinière. Il était forcément allé dehors, en tout cas c'est ce que je ferrais. Mais il était aussi possible qu'il soit allé sur le toit. Je suivis mon odorat, passant difficilement les portes même si comme cheval je n'étais pas des plus impressionnants. J'ouvrais les naseaux le plus possible, suivant l'odeur féline qui voguait dans l'air et débarquait finalement sur le jardin.
La terre était douce sous mes sabots, je m'ébrouais par pur plaisir, grattant d'un sabot puis donnant une petite ruade. Je me laissais distraire, mais malheureusement c'est ça le problème quand on est un cheval, on est vite occupé avec toutes ces odeurs, bruits et envies. Mes oreilles bougeaient dans tous les sens détectant tous les bruits. Le vent souffla dans l'herbe, dans les branches des arbres et souleva quelques feuilles qui vinrent chatouiller mes paturons. J'entendis un mulot gratter à quelques mètres de là puis filer en voyant mon ombre se déplacer vers lui. Puis , mes oreilles se tournèrent vers ces bruits autres, ceux d'un visiteur dans un paysage nocturne. Je ronflais et parti au petit trot trouver l'intrus qui se baladait sur mon territoire. Le deux pattes que je cherchais. Je lui fourrais mon museau dans les cheveux, attrapant une mèche de ses cheveux comme je le ferrais du fourrage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Résidence Isamani - Chambre de Lochiel   Lun 25 Juil - 15:15

Je reniflais un peu, et m'essuyais les yeux avec mes poignets.
J'avais tellement honte de ce que j'avais fais, tellement honte de m'être laissé aller comme si j'étais avec un vulgaire client, comme si j'avais eu en face de moi un de ces types obscènes et lubriques qui composaient les trois quart de ma clientèle. Heureusement il y avait des types gentils, attendrissant presque et des filles aussi, mais elles, elles étaient rares,et venaient plus pour parler avec moi de leurs problèmes que pour le faire. Mais là, même s'il avait été très gentil, Lochiel n'était pas un client, il n'était pas comme ça. Et sa réaction laissait à penser que les hommes ce n'était pas son genre. J'eu une pointe glacée dans le coeur. Non seulement j'avais fais ça, je m'étais collé à lui, frotté à lui, j'avais même soupiré de contentement, mais encore en plus il devait être entrain de penser que j'étais anormal et dégoûtant... Et il avait raison.
Je me sentais comme une tâche dans ce lieu, dans ce monde même, une tâche visible, malodorante, poisseuse et qu'on chercherait à laver à tout prit sans en venir à bout. J'avais réussit à dire ça à un vendeur de charmes comme moi, qui n'était pas des plus délicats avec les autres et qu'i m'avait proposé de me prêter une corde pour me pendre. Mais le fait était là, j'étais trop lâche pour me tuer, je préférais la solution de facilité, et m'envoler psychiquement grâce à la drogue. Je sentais de nouvelles larmes arriver, et remit mon front sur mes bras, regardant mes affaires sous moi. Des bruits de sabots firent sursauter mes oreilles à chaque pas, mais j'étais tellement absorber dans mes pensées noires que je ne me rendais compte de la présence de la monture, que quand elle décida de brouter mes cheveux.

Ma réaction fut vive, mes cheveux se dressèrent et gonflèrent, mes poils aussi, je sifflais et crachais d'un coup, les yeux grands ouverts par la surprises, et bondissais de coté, attérissant dans une position sur le bout des pieds et des mains, le dos vouté, la queue en panache.
Puis je regardais ce qui m'avait mangé un peu mes cheveux. Un cheval, grand, enfin il m'apparaissait comme grand à mon échelle. Il me regardait tout simplement. Je soupirais, en tremblant un peu à cause de mes pleurs récent. Ce n'était qu'un cheval.
-Q-qu'est-ce que tu fais ici ? Sans cav-

Mes oreilles se dressèrent encore une fois, et je me levais, prenant mon sac contre moi, et regardai derrière moi, autour, et allant regarder de loin derrière le cheval. Il n'y avait personne. J'avais eu tellement peur que son cavalier soit pas loin, au aguêts, attendant de voir qui était l'intru. Oui j'étais un intru, et s'il y avait des gardes je pourrais avoir des ennuis s'ils me trouvaient. Peut-être qu'en parlant de Lochiel ils n'auraient pas dit grand chose, ou m'aurait fait juste sortir, mais j'avais peur qu'il me conduise à lui. Et je ne voulais pas lui imposer de reposer les yeux sur moi. Après ce que j'avais fais...
Je me reposais un peu comme tout à l'heure, sans le mur. Gardant mon sac entre mes jambes. Il n'était pas complet. Mon sauveur avait gardé des points essentiels, et vitaux, de mes affaires. Je m'adressais au cheval, sans vraiment m'adresser à lui, c'était un peu comme parler a une plante.
-Il a encore mes doses... Et mes médicaments... Je vais devoirs travailler encore plus si je veux pouvoir m'en racheter... Et si j'ai vitalement besoin des médicaments, je sais que je m'acheterais une dose en premier... Parce que je suis un idiot, raté, nul, inutile et faible...
Revenir en haut Aller en bas
 

Résidence Isamani - Chambre de Lochiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» A PLATEFORME ALTERNATIVE SEMBLE EMPÊCHER L'INITE DE CONTROLER LA CHAMBRE BASSE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Esgal :: Dhaval l'Aérienne :: Quartiers Hauts-
Sauter vers: