AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aux portes du Sanctuaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tylia
Inwillissien
avatar

Peuple : Elfe blonde
Nombre de messages : 31
Localisation : En forêt, cachée dans les buissons, et guettant ma proie...
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Aux portes du Sanctuaire   Mar 3 Mai - 19:27

Tylia n'avait pas eu à beaucoup marcher, ni chercher bien longtemps pour trouver le Sanctuaire. Elle ne resta pas longtemps à admirer ces édifices construit sur des arbres qui sortaient de l'eau, bien que ce fut impressionnant. La jeune Elfe se dépécha, elle n'avait qu'une hâte rencontrer Sliabh, même si elle était un peu effrayée à l'idée d'entrer en ce lieu inconnu rempli de personnes qui lui était parfaitement inconnu. Et si ses parents étaient venus au Sanctuaire ? Et si quelqu'un de Celebalda qu'elle connaissait la croisait ? Et... et... elle avait peur, alors qu'elle se retrouvait aux portes de l'endroit qu'elle avait approché avec tant d'espoir. C'était comme si on lui avait renversé un seau d'eau froide sur la tête ; mais elle ne devait pas se laisser aller, si elle ne se décidait pas à entrer, à faire ce nouveau pas dans la vie, elle n'avait plus qu'à rentrer chez elle. Et Tylia n'avait certainement pas fait tout ce chemin pour rien...
Elle ne pouvait que rester bouche bée face à l'endroit qui était si beau, si vaste vu de l'intérieur... Elle fit quelques pas, qui lui semblèrent résonner dans cette grande pièce, et elle regarda les gens marcher plus loin. Servahn se décida alors à passer du bas du dos de la jeune femme à sa nuque, sortant de sous ses vêtements pour regarder l'endroit où ils étaient.

*C'est sympa ce coin. Quand est-ce qu'on mange ?*

*Servahn... l'inutilité de ta remarque me surprend... tu ne peux pas manger, tu le sais très bien...*

*... je sais... mais ça me manque... j'ai beau ne pas me souvenir de mon ancienne vie, je suis sûr que je mangeais des créatures comme ça...* Déclara-t-il en regardant une jolie demoiselle tout en se lêchant les lèvres. *Appétissante...*

*Tu es un tatouage, Servahn, et même si tu pouvais je ne te laisserais pas faire.*

Claquant des dents, le Dragon foudroya du regard Tylia, du moins il pointa la tête en direction des yeux de sa partenaire, qui le sentit faire sans cependant le voir. Elle regardait autour d'elle, et le peu de personnes qui se trouvait dans la grande salle où elle se trouvait. Elle n'osait vraiment approcher l'un d'elle, se sentant un peu... perdue. Servahn quand à lui, ne cessait de glisser autour de son cou, cherchant du regard un signe qui dénoncerait la présence de celle qu'ils cherchaient, à savoir une créature lui étant semblable en plein milieu de la figure d'une demoiselle, ce qui ne courait certainement pas les rues... La jeune Elfe finit cependant par oser demander à qui voulait bien l'entendre :

"Excusez-moi, je... je cherche la prêtresse Sliabh..."

Elle n'avait pas parlé très fort, mais sa voix lui sembla résonner dans cet endroit si... vaste... c'en était troublant. Tylia en venait à ne plus savoir où se mettre, serrant les doigts autour du sac en peau de cerf fraîchement dépecé, contenant viande et os. Un cadeau certes un peau étrange trouvait-elle, de la part d'une jeune Elfe mal à l'aise et de son compagnon des plus... improbable. Elle ne savait pas vraiment à quoi s'attendre avec cette femme qu'elle venait voir, cette prêtresse, bien qu'elle en eut une idée au vu de ce que lui avait dit Sirgris, ce qui n'était pas forcément pour la rassurer... elle attendit donc, mal à l'aise, Servahn se déplaçant toujours le long de sa gorge, guettant le moindre signe annonciateur de la venue de celle qui possédait un autre exemplaire de malédiction semblable à la sienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Dim 7 Aoû - 11:17

Le Sanctuaire d'Or blanc était un immense complexe construit entre et dans les Géants Gris, ses arbres anciens et massifs qui poussaient dans le Lac. Les cours dites, intérieures, étaient en faites des terrasses géantes, suspendues entre les arbres, de même que certaines Maisons étaient reliées entre elles par des escaliers extérieurs, ou pas un système de monte charge, qui servait essentiellement au transport des blessés, et des vivres, quand ceux-ci n'arrivaient pas par voie terrestre. L'édifice possédait un petit port, pour ceux qui venaient du lac, et un pont levis pour ceux qui venaient par la terre. Chacun ses affinités. Pas de passerelles aériennes, trop dangereux, les aéronefs ne venaient jamais aussi loin dans le Nord, et les dragons savaient où aller, leurs dragonniers devait venir ici via un autre moyen. C'était une question de protection. Et de bon sens.
La première cour accueillait les visiteurs, les marchands... Elle grouillait de monde, et cette activité ne diminuait que peu durant la nuit. Le Sanctuaire était naturellement gardés par des Templars, aussi bien guerriers que mages, gardant un oeil sur toute cette foule. Et parmi les visiteurs, novices et religieux déambulaient. Une petite novice, une Sil'ura vêtue d'une courte tunique verte, ses cheveux bruns flottant sur ses épaules, s'arrêta en entendant le nom de Sliabh. Elle pivota, pour regarder celle qui la demandait. Une elfe, avec un dragon sur la joue, qui semblait vivant. La seule personne que la novice connaissait, et qui avait un dragon dans son corps, était Sliabh, la haute prêtresse de Ceallach. L'Elfin tenait un sac en peau encore fraîche, à peine tannée, et qui... La novice se pencha pour renifler, et sentit la viande. Son regard s'illumina, et elle fit un sourire à la blonde et à son dragon.

-Je m'appelle Lyra, je suis novice de Cùan, mais je sais où se trouve la haute prêtresse Sliabh. Elle est dans la deuxième cour, si tu veux bien me suivre, c'est par là. Je t'y emmène parce que quand on connait pas, ça arrive qu'on puisse se perdre.

Lyra agita la main en direction d'un grand escalier qu'une flopée de gens montaient ou descendaient.

-Ce que tu as dans son sac va lui faire plaisir, allez viens !

Sans attendre la jeune novice prit la main libre de l'Elfe qui cherchait Sliabh. Le pourquoi ne la regardait pas, et elle avait dans l'idée que le dragon sur la joue de l'elfe n'était pas étranger au fait qu'elle demande à voir Sliabh. Et si elle amenait de la viande, elle était sûre d'être bien accueillie.
Lyra lui fit monter les escaliers, pas trop vite, sous peine de se faire réprimander par des novices plus âgés, ou un des Templars. Sur le chemin elle lui indiqua les lieux qu'elles traversaient, ou qu'elles voyaient de loin. Là les maisons de guérisons, la partie du temple réservée à Cùan, si elle avait besoin, elle la trouverait là. Ici la garnison des Templars, là les maisons des hôtes qui accueillaient les voyageurs, la maison de la Déesse Ning...
Enfin Lyra lâcha sa main, devant une grande cours où se trouvaient des novices en tunique bleu-vert, et des prêtres et prêtresses accomplis, le fracas des lames, les cris des novices répétant en parfait unisson les gestes du prêtre qui les formait, et supervisant tout ça, un peu en retrait et en hauteur, assise sur les marches menant à la Maison de Ceallach, se trouvait Sliabh.

-Là bas c'est Sliabh. Traverse la cour en passant sur le coté, ça évitera de te prendre un coup. A plus !

La Haute Prêtresse Sliabh était en effet en train de regarder, de son œil avisé les différents mouvements. Elle gardait autant un œil sur les novices que sur les initiés, et les prêtres. Ceallach dispensaient son enseignement à tous, pas seulement à ceux qui voulaient se vouer à la prêtrise. Bien que cela ne soit guère très contraignant, en dehors de quelques règles. La preuve étant qu'elle tenait à la main une petite coupe venant de Morna, et une jolie bouteille d'alcool Mornien était posée à coté de ses pieds. La journée avait commencée tôt, elle avait fait quelques étirements, et puis était allée se laver. Un guerrier se doit d'entretenir son corps, et pour ça, il faut aussi passer par la case Virva, autrement dit, se tremper un peu. Puis elle avait mangée, attablée avec les autres prêtres et prêtresses, une joyeuse tablée qui n'avaient cesses d'échanger des anecdotes. D'autant qu'un des leurs était revenus du Sud, et qu'il en avait à raconter.
Et puis ceux qui avaient entrainement s'étaient levés comme un seul homme, et étaient partis se préparer. Elle, elle aurait bien voulu être de la partie, mais malheureusement, on l'attendait pour une réunion d'administration avec les autres hauts prêtres. Une formalité dont elle se serait bien passée, mais sa secrétaire du mois lui avait remis une liste de fournitures dont la Maison de Ceallach avait besoin. Sliabh y était donc allée, rien que pour au moins déposer la liste.
A son retour, elle s'était pris une petite bouteille de cet alcool de riz que faisaient les Morniens, et s'était assise sur les marches, juste là. Le meilleur endroit pour boire tout en regardant les siens se démener.
Rhaego s'agita sous sa peau. Et dans sa tête le Dragon lui signala que deux personnes étaient devant l'entrée de la cour. Sliabh dirigea son oeil vers l'endroit. Elle identifia les deux personnes, la première était une novice de Cùan à la tunique d'un riche vert feuille. En revanche la deuxième portait des vêtements de civil, et tenait un gros sac. A la façon dont la novice la pointa du doigt, Sliabh devina aisément que l'elfe était là pour la voir.
La prêtresse décida de l'attendre là où elle était, reprenant un peu d'alcool de riz, son oeil rivé sur l'avancée de l'elfe.

-On dirait bien qu'on a de la visite mon cher Rhaego.

Le dragon répliqua part un léger rire, tout en restant lui aussi, absorber par les mouvements de la nouvelle arrivée. Ou plutôt, des nouveaux arrivants. De vieux souvenirs surgirent, et Sliabh les chassa en avalant une nouvelle gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Tylia
Inwillissien
avatar

Peuple : Elfe blonde
Nombre de messages : 31
Localisation : En forêt, cachée dans les buissons, et guettant ma proie...
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Mer 7 Sep - 17:12

La jeune Elfe était un peu déboussolée, et en lançant sa question elle n'était pas sûre d'obtenir une réponse. Pourtant quelqu'un s'approcha pour la renseigner, et plus encore, l'accompagner. En voyant la jeune femme s'approcher et engager la conversation, Tylia se crispa un peu, elle se sentait étrangement vulnérable dans cet endroit immense, avec autant de gens, et balbutia un vague "merci" quand elle lui proposa de l'emmener pour qu'elle ne se perde pas, ainsi qu'un sourire peu convaincant alors qu'elle confirma que le contenu de son sac allait plaire à la prêtresse ; Sirgris avait vu juste.
Elle eut un léger sursaut quand la dénommée Lyra prit sa main, pour la conduire à travers l'immense sanctuaire, mais elle se laissa faire, sans rien dire. Servahn, quand à lui, trouvant la situation barbante, glissa jusqu'à sa place favorite au creux des reins de celle à qui il était lié pour s'assoupir, même si rien ne l'obligeait à piquer un roupillon ; sa façon à lui de dire qu'il trouvait la situation ennuyante.

Tylia eut droit à une brève visite, du moins une description de ce qu'on faisait dans les salles qu'elles longeaient, et l'Elfe n'osa pas sortir un seul mot, intimidée par tant de nouvelles choses, et par Lyra qui était débordante d'énergie, ce à quoi elle n'était pas accoutumée. Finalement elles arrivèrent à destination, et lui fit indiqué qui était Sliabh. Elle remercia sa guide, qui repartit, la laissant seul avec son compagnon qui repointa le bout de son museau au-dessus de la poitrine de l'Elfe, pour regarder de loin avec sa vue perçante son semblable coincé dans la même situation.

*Alors c'est à ça que l'autre à osé me comparer ? J'ai tout de même plus de classe que cette vulgaire boursouflure...*

*Tais-toi Servahn...*

Malgré l'appréhension et les commentaires de Servahn qui la gênait, la Tylia avança avec prudence vers celle qu'elle était venu voir. Quand elle fut devant la prêtresse, elle ne put s'empêcher de regarder le Dragon qui ornait son visage. Elle était de l'avis de Servahn sur le fait qu'il avait plus de charme sous la forme d'un élégant tatouage que celui incrusté dans la peau de Sliabh, mais il n'étai pas dénué d'une certaine beauté, d'un petit quelque chose d'indéfinissable qui faisait que la jeune Elfe ne trouvait pas qu'il ressemblait à une "vulgaire boursouflure".
Tylia resta un moment sans dire un mot, un peu par trac et timidité, mais surtout parce que son compagnon, toujours allongé au-dessus de sa poitrine, avait relevé la tête et regardait son semblable avec un regard supérieur tout en bombant fièrement le torse, pour se pavaner. La jeune femme parvint toutefois à prendre sur elle pour oser parler malgré le comportement de son familier cutané, gardant toutefois une certaine gêne sur le visage et une voix légèrement tremblotante.

"Bonjour, vous êtes Sliabh ? C'est... c'est Sirgris qui m'envoie, il m'a dit que vous pourriez m'aider. J'ai pris mon indépendance, mais je n'ai pas vraiment les aptitudes qu'il faut pour me débrouiller toute seule..." Elle lui tendit le baluchon en peau de cerf, avec la viande et les os. "C'est pour vous..."

Ne sachant pas quoi ajouter, elle resta debout, un peu crispé, et le regard détourné en demandant à Servahn d'arrêter de se pavaner comme un paon, ce qui lui valu une insulte dont elle avait l'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Dim 11 Sep - 21:58

Sliabh sirota presque son alcool, la coupe entre le pouce et l'index, le geste élégant. Elle regarda l'elfe venir pardessus les bords de la coupe, avant d'avaler son contenu, cul sec, renversant la tête. Elle reposa la coupe à coté de la bouteille, à ses pieds. Deux novices se permirent le luxe de regarder la nouvelle arrivante, émettant un commentaire sur son postérieur, avant d'être rappeler à l'ordre par une énorme taloche donnée du plat d'une lame en bois, part un novice en passe d'être ordonné prêtre de Ceallach. L'elfe finit par se planter devant elle, et Rhaego s'agita, hilare en voyant le dragon se pavaner sur la peau de la jeune femme. Sliabh eut un sourire en coin, avec un caractère pareil, pas étonnant que l'elfe n'ait pas vraiment les aptitudes. Le dragon, elle l'imaginait, devait passer son temps à lui dire quoi faire, sans jamais rien faire de plus pour l'aider. Et si elle ratait, ou faisait une erreur, il devait s'en donner à coeur joie. Comme de traiter Rhaego de vulgaire boursoufflure, au milieu d'une Cour remplie de gens capables de les entendre. Et elle pouvait les entendre grâce à Rhaego. Son dragon jugea inutile de répondre à l'insulte, pas plus qu'à la démonstration de fierté. Il ne se sentait nullement menacer par un Dragon incapable de fusionner correctement avec sa partenaire. Makiko et lui avaient atteint un équilibre parfait, une fusion qui faisaient d'eux un être complet. Par son biais, elle pouvait utiliser le feu, se mouvoir avec l'armure de Haute Prêtresse, entendre les pensées des autres, communiquer par la pensée, entre autre. Et lui, il pouvait agir par le biais de son corps, voir, ressentir, goûter, toucher, chose qu'il n'aurait pu faire sans corps.
Rhaego laissa donc éclater son rire, pour l'autre l'entende, alors Sliabh souriait plus largement. Ils purent constater que l'elfe avait de la volonté, et que malgré son malaise, et sans doute une grande part d'appréhension, elle réussit à articuler, et à lui donner le sac qu'elle portait.
Sliabh et Rhaego avaient senti l'odeur de viande, fraîchement cuite, cette odeur de feu de bois. Elle reconnut la lanière de cuir brun tressée, De Heurteloup était du genre à avoir ça sur lui. Il était Ranger d'Aériaplume avant d'être noble. Sliabh posa sa jambe droite, pliée, pour qu'elle repose sur sa cuisse gauche. Elle prit le sac en peau que lui tendait l'elfe, sans rien dire. Elle le posa sur le support que faisait ses jambes, avant de l'ouvrir.

-Sacré De Heurteloup, j'imagine qu'il était encore pressé pour ne pas être venu lui même.

Sliabh n'y croyait pas, seulement Sirgris n'était pas du genre à passer, pour rendre visite à une amie. Sauf s'il était obligé. Rhaego s'intéressait de très près à la viande. Agile, la Haute Prêtresse lança un morceau de viande sur la gauche, avant de cracher des flammes, pour le griller et de rattraper le morceau avec sa main, sans en sentir la brûlure.

-Je l'aime juste un peu plus grillée sur le dessus et encore juteuse à l'intérieur.

Elle mordit dedans, mâcha longuement, savourant le goût, et pris le temps de terminer. Elle referma le sac, en s'aidant de sa bouche. Elle aboya en suite le nom de son secrétaire du mois, avant de s'adresser à Tylia.

-Jeune Fille, laisse moi te dire que tu viens de me prendre par les sentiments. J'imagine que c'est lui qui t'a dit de me le donner. J'imagine que vous venez pour apprendre à vous débrouiller. Et que je suis la seule prêtresse avec un dragon dans son corps. Je suis bien Sliabh, et voici...

"Rhaego, la vulgaire boursoufflure. Ravi de te rencontrer jeune elfe."

Et le dragon n'oublia pas non plus de saluer le compagnon écailleux de l'elfe.

"Le Paon."

Sliabh roula de l'oeil. Brynjar, prêtre, ayant la tâche ingrate de servir de secrétaire à Sliabh ce mois-ci, arriva l'air enchanté. La Haute Prêtresse lui tendit le sac, et le visage de Brynjar s'illumina. Il salua Tylia, se présentant et la remerciant pour son présent. Avant de lancer abruptement à Sliabh qu'il ferait préparer un lit pour la nouvelle Novice.

-J'imagine que tu vas rester un moment, jusqu'à ce que tu puisses te débrouiller en tout cas. Bienvenue à Or Blanc. C'est quoi vos p'tits noms ? demanda-t-elle avant de continuer, détend toi, et viens t'assoir à coté de moi.

Sliabh tapota la marche sur laquelle elle était assise.

-Je mords pas. Et puis on va rester là un moment, alors autant que tu poses tes jolies fesses, et que tu me racontes ton histoire. Enfin, votre histoire.


Dernière édition par Sliabh le Dim 15 Jan - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tylia
Inwillissien
avatar

Peuple : Elfe blonde
Nombre de messages : 31
Localisation : En forêt, cachée dans les buissons, et guettant ma proie...
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Lun 26 Sep - 18:47

Tylia écouta sans oser dire grand-chose. Elle se sentait un peu insignifiante à côté de la prêtresse, et gênée du comportement de Servahn, qui semblait encore plus enjoué et fier d'être un magnifique tatouage alors que son semblable montrait qu'il n'en avait pas grand-chose à faire, et le traita de paon, ce qui lui fit claquer les mâchoires, sa manière à lui de rire. A la demande de Sliabh elle s’exécuta, s'asseyant à côté de la prêtresse, toujours crispé, et la phrase qui était censé l'encourager à délier sa langue eu l'effet inverse.
Son compagnon, en revanche, se sentait parfaitement à son aise...

*Servahn. Enchanté de te rencontrer Rat-d'égout, et désolé si je t'ai vexé, c'est juste que je m'attendais à plus... élégant...*

Si Tylia n'avait pas déjà honte de ce qu'avait lâché son ami en ne se doutant pas une seule seconde qu'ils l'entendraient tout deux, la jeune femme pouvait maintenant avoir une très bonne excuse pour se mettre à rougir, gênée par le manque de délicatesse du Dragon cutané autant que par son insolence tout à fait calculée.
Cependant elle décida d'ignorer l'incident, espérant que ni la prêtresse ni son compagnon ne lui en voudrait ; après tout, elle ne pouvait pas forcer Servahn à ne rien dire... Avec beaucoup de difficulté, elle reprit contenance et fit ce que Sliabh attendait d'elle, à savoir lui expliquer comment ils en étaient arrivé à lui demander son aide.

"Je m'appelle Tylia, je viens de Celebalda, et..."

La jeune Elfe resta un moment sans rien dire, cherchant ses mots le regard perdu dans le vague, ne sachant pas par où commencer. Comment résumer tant de choses en quelques phrases ?...

"... mes parents ont été très, très protecteurs à mon égard. Ils me couvaient, peut-être un peu trop d'ailleurs... je crois que dans le fond, ils avaient peur... peur de Servahn... peur de moi... Je n'ai pu sortir qu'à un certain âge, et encore, pas sans surveillance... Et puis il y avait le défilé des médecins et des mages venus pour m'examiner, et tout ceux que la curiosité attirait... j'étais comme une bête de foire..."

Sa voix mourut dans sa gorge, et la tristesse se lisait dans ses yeux. Le poids de la solitude, de se sentir différente, si... particulière... mais elle se reprit bien vite, se redressant en prenant une profonde inspiration, ne voulant pas paraître si pathétique devant Sliabh. Son compagnon cutané claqua des mâchoires comme pour l'encourager.

"Je veux leur montrer à tous que je suis pas une petite chose fragile, et que Servahn n'est pas une tare, je peux très bien m'en sortir !... Mais... je ne sais pas m'y prendre avec les gens, et tant de temps passé dans ma prison dorée... je ne sais pas vraiment me débrouiller toute seule..."

Ne sachant pas trop quoi ajouter, elle se tut, regardant droit devant elle, et essayant de ne pas se départir de son léger regain d'assurance, donné par son envie de prouver au monde qu'elle n'était plus une petite fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Lun 17 Oct - 23:47

-Je vois, j'ai entendu parler de toi lorsque tu es née. Après tout, la plupart des accoucheuses et accoucheurs viennent de ce temple. Et une fille avec un dragon sur le corps, capable de bouger, ça n'est pas monnaie courante. J'ignore même si toi et moi, nous sommes les deux seules à avoir ce genre de compagnon. Pour répondre à d'éventuelles questions, je ne suis pas une experte en matière de dragon interne, je ne suis pas née avec. Et si je ne cache pas l'existence de Rhaego, personne n'est venu me trouver lorsque tu es née. Dépendant de ton âge, je ne suis même pas sûre d'avoir été présente dans le Nord à ta naissance.

Sliabh se pencha pour se resservir une nouvelle rasade d'alcool mornien. Elle reboucha soigneusement la bouteille, avant de se saisir de la petite coupe, et de la porter à ses lèvres. Son regard s'attarda sur une botte parfaitement exécutée par un novice sur un des prêtres confirmés. La Haute Prêtresse eut immédiatement le sourire, avant d'avaler le breuvage venu du Sud.

-Tu as frappée à la bonne porte. Au plutôt, tu as rencontré le bon fils de l'Automne. Si tu veux apprendre, si tu veux devenir plus forte, les enseignements du dieu Ceallach te seront d'une grande aide, comme ils l'ont été pour nous. Mais si tu veux apprendre à te débrouiller seule, je vais devoir t'envoyer suivre les enseignements d'autres Dieux, tel Cùan des Animaux pour la chasse, Primura pour la connaissance des plantes, et bien d'autres. Un guerrier n'est pas que combats. Il est aussi fait de discipline, d'un mental solide, de connaissances sur divers sujets, comment se soigner, se nourrir, les coutumes des autres guerriers d'Inwilis. Mais le combat n'est pas seulement fait de lames qui s'entrechoquent. Tu devras te battre contre toi-même, repousser tes limites, affronter tes peurs, si tu veux vraiment devenir forte.

La prêtresse avala le reste de sa coupe, la reposa au pied de la bouteille. Rhaego eut un sourire mental. Lorsqu'ils étaient entrés en Inwilis, et que Sliabh avait décidé de se prendre en mains, ils avaient entendu un discours très similaire.

-Pour ce qui est de la relation avec les autres, c'est à toi de surmonter ta timidité. Avec un dragon aussi fanfaron, ça ne devrait pas être difficile de prendre exemple sur lui. Dans une certaine mesure. Parce qu'il est facile d'être arrogant et insolent, lorsqu'on ne risque pas sa propre peau, mais celle de sa compagne.

-Quand aux réponses que vous cherches tous les deux, enchaîna Rhaego, j'ignore si nous pouvons y répondre à toutes. Notre cas est un peu particulier. Et nous ne connaissons pas la nature exacte de la relation que te lie à Servahn. Mais c'est là un sujet qu'il nous faudra aborder lorsqu'il y aura moins d'oreilles. Sliabh.

La prêtresse soupira. Tournant la tête, elle darda son œil bleu et brillant sur le novice qui était figé sur place à les écouter. Il sursauta lorsqu'il se rendit compte qu'il s'était effectivement laissé distraire. Sliabh se contenta de sourire, et le novice bredouilla des excuses, avant de filer comme s'il avait un dragon enragé aux trousses. Elle secoua la tête.

-Ah, ces jeunes, soupira-t-elle.

Elle se leva, prenant au passage sa petite coupe plate et sa bouteille. Aucune affaire particulière ne réclamait son attention. Rhaego se mit à rire, et demanda à sa compagne d'y aller doucement. Sliabh répondit qu'elle serait délicate, comme d'habitude. L'échange eut eu lieu en privé, empêchant quiconque de les entendre.

-Voyons ce que tu sais faire. Il y a des armes à ta disposition, ce sont des armes d'entraînement, alors à l'exception des flèches, les lames sont émoussées. Choisis-en une, et montre moi de quoi tu es capable Tylia.
Revenir en haut Aller en bas
Tylia
Inwillissien
avatar

Peuple : Elfe blonde
Nombre de messages : 31
Localisation : En forêt, cachée dans les buissons, et guettant ma proie...
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Mar 8 Nov - 19:52

La jeune Elfe écouta la prêtresse lui parler, regardant devant elle en tentant de se montrer confiante, même si elle avait un peu peur, notamment quand elle parla de se battre contre soi-même et affronter ses peurs ; cependant, elle hocha la tête, ne voulant pas abandonner. Servahn quand à lui, commença très vite à s'ennuyer, et fila se rouler en boule dans un coin de peau tranquille, et sous les vêtements, n'aimant pas vraiment qu'on le regarde dormir. Il écouta néanmoins la conversation, et se sentit vexé là où Tylia rougit, quand la prêtresse parla du comportement assez particulier du Dragon.
Rhaego prit à son tour la parole, leur informant que concernant les questions sur le pourquoi de leur situation des plus singulières, elles ne seraient pas abordées en ces lieux. Finalement la prêtresse se leva, et demanda à la jeune Elfe de faire ses preuves, du moins ce qu'elle savait faire pour la jauger. Cette dernière se leva prestement, et se tourna vers les armes qu'elle lui avait désigné.

N'ayant comme guide que des instructions qu'elle trouvait un peu vague, Tylia se dirigea vers les armes, se demandant ce qu'elle allait devoir faire pour "montrer de quoi elle était capable" à Sliabh. Elle n'avait pas envie de la décevoir, et par conséquent, ne voulait pas demander son aide, et comprendre toute seule ; mais comment lui montrer ? Et, plus pressant, comment faire alors qu'elle ne savait pas du tout se battre ?
Alors qu'elle s'avançait vers un râtelier où se trouvait des armes, dans le but d'en choisir une, Tylia se tourna vers une personne susceptible de lui apporter une quelconque aide sans avoir l'impression de ne pas se débrouiller toute seule...

*Tu sais te battre Servahn ?*

*Parce que tu crois qu'un Dragon ça se sert d'une épée, quand il est si facile de croquer les stupides bipèdes qui osent le défier ?!*

*... je me demande vraiment à quoi tu sers...*

Ignorant les grommellements du Dragon contrarié qui préféra retourner à sa sieste, la jeune Elfe, qui n'avait jamais touché à une arme plus dangereuse que son couteau de chasse, n'était pas plus avancé tant dans le choix de l'arme qu'elle allait devoir utiliser que dans la façon dont elle allait devoir faire ses preuves, où tout du moins montrer ce qu'elle savait faire ; autrement dit rien. Après un moment de réflexion, elle choisit l'arme se rapprochant le plus de ce qu'elle connaissait, une épée courte. La première partie du problème était réglée, plus qu'à déterminer ce qu'elle devait faire.
Alors que Tylia allait interroger le Dragon, elle fut surprise de voir ce dernier anticiper la question, et un peu déstabilisée en entendant ses paroles.

*Faire preuve d'initiative, c'est bien, mais quand on ne sait pas ce qu'on fait, mieux vaut s'en remettre à son professeur. T'es là pour apprendre, alors si t'as une question demande, n'ai pas honte, parce que si tu fais une bêtise, on va croire que je suis lié à une longues-oreilles sans cervelle...*

Pendant un instant la jeune Elfe resta sans rien dire, pas vraiment habituée à une telle réaction de la part de Servahn. En même temps, elle n'avait jamais été dans une telle situation... Le Dragon lui avait rarement conseillé de s'en remettre à quelqu'un d'autre, mais elle n'avait jamais pu ne s'en remettre qu'à ses parents qui ne l'avait jamais comprise. Tylia avait toujours eu l'impression que son compagnon cutané était hostile avec tout le monde parce qu'il était comme ça, mais... Ses réflexions furent interrompues par un claquement de mâchoire du Dragon, et la sensation qu'il pointait du museau la prêtresse.

"Sliabh, que... que dois-je faire exactement ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Dim 20 Nov - 23:28

L'elfe prit son temps, sans doute déstabilisée par la demande de la haute prêtresse de Ceallach. C'était un premier test, et Tylia le savait, aussi Sliabh se contenta-t-elle de rester à la regarder, sans rien dire. Rhaego se taisait, observant également. Il était encore trop tôt, et ce n'était ni l'endroit, ni le moment, pour déterminer la nature et l'état de la relation que Tylia et Servahn partageaient. Sliabh pouvait néanmoins être certaine que la fusion s'était faite naturellement, qu'elle n'avait en aucun cas état le fait d'un être extérieur. Pas comme pour Rhaego et elle. Elle eut un vieux réflexe, celui de passer ses doigts sur la cicatrice en forme de dragon, qui était chaude, vivante à son toucher. C'était comme si son dragon était physiquement présent, comme lorsqu'elle avait rallié la Grande du Nord, retournant en Inwerin, fuyant un pays où elle avait laissé son fils. Son seul et unique regret, était de n'avoir pas été assez forte pour l'emmener avec elle.
Elle devait faire en sorte que Tylia n'ait aucun regret. Et l'elfe semblait être dans la totale incertitude, elle tenterait sans doute de demander de l'aide à son dragon. Silencieuse, elle fit son choix. Une épée courte. Sliabh nota sans mal qu'elle choisissait une arme proche de celle qu'elle connaissait, car Tylia avait un couteau de chasse. La question était, savait-elle se servir de ce couteau pour chasser, pour tuer ? Ou bien était-elle totalement novice ?
Peu importait en vérité, l'issue d'un combat ne se détermine pas qu'avec la force, ou de la technique.
Au bout de ce qui dura quelques minutes, l'elfe semblait avoir pris une décision, et sans le moindre doute, Servahn le Paon, avait parlé, se montrant sous doute coopératif avec elle. D'une façon inattendue, vu l'air de surprise qui passa sur le jeune visage de Tylia.
Sliabh eut un large sourire, l'elfe venait de poser la question qu'elle avait espérer entendre de bien des aspirants aux enseignements de Ceallach.

-Tu viens déjà de réussir la première étape. Tu me demandes ce que tu dois faire, c'est une bonne chose. L'ignorance peut être fatale. Tu as choisi une épée courte, voyons voir si tu as de l'instinct, des prédispositions avec cette arme. Sache seulement, que Ceallach n'enseigna pas uniquement le maniement des lames à ses prêtres. Si tu n'as pas d'aptitude pour l'épée, alors ce sera pour autre chose. Bien...

Sliabh se saisit d'une épée similaire, courte, en bois, une arme d'entrainement, déjà bien éprouvée. Elle fit un moulinet avec, s'assurant de sa prise en main.

-Une épée courte est plus difficile à manier qu'une longue, la lame et la garde sont plus larges. Mais elle a l'avantage en combat rapproché. Tu chasses, et une proie, lorsqu'on a une lame, on la tue lorsqu'on est à coté. Si l'on excepte le lancer de couteau. Bien, voyons ce que tu sais faire. En garde Tylia !

Elle attaqua aussitôt, couvrant l'espace qui la séparait de l'elfe, rapide. La prêtresse se contenta d'un coup du plat de la lame, comme une tape, frappant Tylia à la cuisse, aussi vive qu'un serpent, avant de se mettre en position.

-A ton tour maintenant, défend toi.
Revenir en haut Aller en bas
Tylia
Inwillissien
avatar

Peuple : Elfe blonde
Nombre de messages : 31
Localisation : En forêt, cachée dans les buissons, et guettant ma proie...
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Mar 10 Jan - 16:43

Soupirant de soulagement, la jeune Elfe fut contente de constater qu'elle venait de faire ce qu'il fallait et que, pour une fois, Servahn avait fait preuve d'autre chose que de sarcasme ou de commentaire déplacé. Ce dernier se contenta d'un sourire satisfait, avant d'en retourner à sa sieste ; qui fut de bien courte durée, lorsqu'une lame heurta la peau de Tylia. Le Dragon le sentit, et entendant la demande du nouveau professeur de sa protégée, fut d'un coup d'une humeur plus combative, tout comme sa partenaire, qui ressentait un mélange d'appréhension mais aussi d'excitation.
C'était différent de la chasse, et même si elle ne savait pas vraiment comment s'y prendre, elle était bien décidée à faire de son mieux. Ne faisant pas attendre la prêtresse, elle attaqua maladroitement mais avec conviction, frappant un coup de taille vers le flanc, qui se retrouva bien vite paré. Elle ne se démonta pas, après tout Sliabh était une guerrière expérimenté et la jeune chasseresse en était à son premier combat, et était bien décidé à lui montrer ce qu'elle savait faire, tirant parti de son agilité pour attaquer sans s'arrêter et à de nombreux endroits consécutifs son adversaire, pour l'empêcher de répliquer ; mais si l'idée était bonne, elle ne fit pas vraiment preuve d'une grande efficacité, Sliabh parant sans grande difficulté les coups et ne cédant pas un pouce de terrain.

Tylia essaya de feinter maladroitement, faisant mine de frapper un endroit mais déviant la lame, mais sans parvenir à faire mouche. Puis la fatigue vint au bout d'un certain temps, l'Elfin commençant à s'essouffler bien qu'elle ait montré une très bonne endurance, dut à l'entrainement que lui avait donné son père dans le but de traquer le gibier. Mais alors que la jeune femme allait s'avouer vaincue, une sensation étrange l'envahit ; le tatouage représentant Servahn la brûla, lui arrachant une grimace de douleur, et elle eut l'impression de perdre connaissance un instant.
Quand ses yeux se rouvrirent, ils avaient prit une étrange teinte pourpre, leur beau bleu habituel se mélangeant à du rouge d'une façon curieuse. Une lueur de défi brûlait dans son regard, et un sourire étrange déformait son visage, et sans prévenir elle frappa avec une vitesse impressionnante, ayant pris son épée lame vers le bas. Une parade put vite être exécutée, les lames glissant l'une sur l'autre, et avant toute autre réaction l'épée de l'Elfe changea de main, se retrouvant dans la gauche, qui eut le tant de frapper avec force du plat de la lame sur la cuisse de la prêtresse.
Tylia bondit en arrière, et toisa avec fierté et un sourire satisfait Sliabh, avant qu'elle ne semble à nouveau perdre l'espace d'un instant connaissance, revenant à elle alors que le bruit métallique de l'épée ne résonne. Ses yeux étaient à nouveau bleu, et elle semblait totalement désemparée, ne comprenant pas ce qui était arrivé.

*J'ai réussi !* S'exclama avec satisfaction le Dragon.

*Servahn ! Qu'est-ce que tu as fait ?! C'était... bizarre... qu'est-ce que t'as foutu ?!*

*J'avoue ne pas bien comprendre comment ça marche, mais nos esprits peuvent un instant se lier étroitement, et profiter de mes talents ; et ils sont nombreux.*

*... depuis quand tu sais ça ?*

*Depuis que tu sais marcher je dirai. Mais imagine ce qu'aurait fait tes parents si on avait essayé avant...*

Un peu contrariée, Tylia se tourna vers Sliabh et s'inclina respectueusement.

"Excuse-moi, je n'ai pas vraiment voulu faire ça..."

*Mais on t'a rendu ton coup !* Proclama fièrement le Dragon dont la tête était visible sur le cou de sa partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Dim 15 Jan - 16:29

Comme ils s'y étaient attendu, Sliabh et Rhaego n'eurent pas à faire d'effort pour contrecarrer les attaques désordonnées de l'elfe. Le dragon ne celle-ci ne prenant d'abord pas part à l'exercice, comme s'il en était complétement désintéressé, jusqu'à ce qu'elle frappe une deuxième fois Tylia du plat de la lame, sur l'autre cuisse. Cela eut le mérite de faire réagir le dragon, l'informa Rhaego, qui prit lui aussi d'un intérêt certain bougea légèrement, faisant grimacer fugacement la prêtresse, qui avait l'habitude de cette douleur permanente et sourde qu'était la marque de sa fusion avec Rhaego. Il s'y était faite, comme on apprend à supporter toutes sortes de Douleur à une Mord Sith. Elle s'était aussi faite au fait ne plus avoir de bras, et de se servir uniquement d'un seul bras mécanique, ressentant toujours la présence de ses membres, comme si elle était entière. Elle s'estimait heureuse d'avoir encore eu ses jambes, qui l'avaient portée quand Jagha l'avait fait sortir du Sithin où son cher époux la tenait enfermée.
Tylia en face d'elle, commençait à fatiguer, ses attaques étaient moins fortes, se voulaient moins précises dans leur tentatives. Cela faisait peut être une heure ou plus que la jeune elfe s'acharnait à l'attaquer, et qu'elle parait, répliquant parfois, la touchant toujours du plat de la lame. Épaule, bras, avant bras, jambes, hanches, à chaque fois, Sliabh portait des coups, se retenant, inutile de faire apparaitre des ecchymoses violacées sur tout le corps de Tylia, elle se contentait de laisser des marques rouges, et peut être certes, aurait-elle des bleus, mais elle aussi était passée par là. Il ne fallait pas avoir peur d'avoir mal.
Et puis soudain Rhaego s'agita, et Sliabh remarqua le changement chez Tylia, elle se tenait fière, très droite, et l'expression de son visage suintait de suffisance, ses yeux devenus pourpres brillant d'un éclat de prédateur. Rhaego lui confirma que l'Elfe n'était plus au commande, c'était le Paon. Sliabh eut un mince sourire. Intéressant.
La Paon changea de main, et la frappa à la cuisse, sans retenir son coup. Si elle avait été vindicative, ou aussi imbue de sa personne que le dragon dans le corps de l'elfe, elle aurait violemment répliqué, et serait passé à la limite de fracasser le crâne de l'elfe. Fort heureusement, Sliabh et Rhaego se maitrisaient suffisamment, les maîtres qui les avaient aidé, avaient fait en sorte que des tels incidents ne puissent pas arriver, après que Sliabh ait cassé plusieurs membres, et manquer de décapiter un autre élève du temple, lorsqu'elle était encore novice, et que l'impétuosité de Rhaego et sa férocité prenaient le dessus.
Le changement fut rapide, et Tylia se retrouva aux commandes. Dommage, songea Rhaego, une petite leçon n'aurait pas été de trop. Mais Sliabh désapprouva, battre quelqu'un juste parce qu'il vous tapait sur les nerfs n'était pas une solution. Elle même avait été la victime d'un Sidhe colérique, et avait bien cru en mourir. Rhaego la réconforta mais lui rappela qu'il ne fallait pas encore laisser son esprit vagabonder.

-Un coup sur une dizaine Dragon. Mais il faut apprendre à te contrôler mieux que ça. J'ai réussi à t'agacer, et vois comme tu as réagi. Trop de hâte, ne pas être maître de ses émotions, voila qui est dangereux lors d'un combat, ou d'un entrainement. Cela peut signifier la mort.

"De plus, pourquoi avoir changer si rapidement ? demanda Rhaego de sa voix clame, Il était intéressant de voir comment vous pouviez entrer en contact. Et pourquoi n'as-tu pas dis que tu savais que tu pouvais le faire. Ta compagne doit se sentir trahie que tu lui aies caché cela. C'est d'une importance capitale. Sliabh et moi étions précisément en train de nous demander comme nous pouvions vous aider à être ensemble, non pas comme vous l'êtes à présent, car vous vous comportez comme des hôtes, mais comme deux parties complémentaires..."

-Le plus dur étant de trouver ce point où vous n'avez même plus besoin de vous parler pour vous comprendre, ou faire un geste. Rhaego et moi, nous nous considérons comme deux moitiés d'un seul être, qui ne pourrait fonctionner sans l'un ou l'autre. C'est un peu compliqué à transcrire en mot, mais vous devez sans doute comprendre de quoi je parle... Mais il faut aussi être capable de se dissocier, pour certaines situations.

Sliabh se retourna pour voir Brynjar qui attendait patiemment qu'ils aient fini. Le prêtres et secrétaire du moment confirma qu'un lit avait été préparé pour Tylia, et qu'elle partagerait la chambre de deux autres novices : Svana et Diarmuid.

"Svana doit avoir le même âge que Tylia, elle est arrivée il y a trois mois. Et Diarmuid est en passe d'être ordonné prêteur de Ceallach. C'est un beau parleur, mais si tu as des questions, il saura y répondre. Je crois qu'il serait temps que vous fassiez le tour du temple de Ceallach, pour vous familiariser avec l'endroit. Nous avons largement le temps."

Cette assertion fut confirmée par Brynjar qui déclara qu'ils auraient tous le temps d'aller se restaurer, le réfectoire servait le déjeuné entre onze heure et quatorze heure, ce qui permettaient aux novices, prêtres et prêtresses de pouvoir articuler sans problème leur emploi du temps. Brynjar prit en suite congé, Sliabh avait le temps de faire faire la visite elle même, puisqu'il s'occupait de ses affaires. La Haute Prêtresse tiqua et roula de l'oeil alors que le grand prêtre s'éloignait. Brynjar aurait pu être Haut Prêtre, mais faire les services religieux le barbait, alors il avait choisi de rester maître, et de tyranniser les aspirants serviteurs de Ceallach.
Sliabh jeta son épée en bois sur le tas et toucha machinalement la cicatrice qu'était Rhaego. Elle fit signe à Tylia, et donc à Servhan.

-Vous n'êtes pas aveugles, ici c'est la Cour, en général s'est un peu désert lorsque le réfectoire est ouvert. La plupart des entrainements et enseignements sont dispensés ici, à l'air libre, quelque soit le temps.
Pour l'apprentissage lié au service de Ceallach ça se fait dehors aussi.


La prêtresse pointa du doigt l'autel qui surplombait la cour, où une représentation du Dieu trônait fièrement, armé de pied en cap, sculptée dans du bois. Ceallach était debout, une lance dans sa main gauche, une épée dans sa main droite, son corps musculeux sculpté dans une position donnait l'illusion qu'il avançait. Coiffé de son heaume, le visage du Dieu disparaissait dans la pénombre. Son armure était rehaussée d'or, de plumes rouges, et le pagne était de ce tissut bleu-vert qui portait ses serviteurs. Le socle sur lequel reposait la statue était de bois également, et on pouvait distinguer des scènes de batailles d'une infinie précision lorsqu'on s'approchait. Aux pieds du Dieu, comme offrandes, des armes, ou des pièces d'armures, mais aussi des fleurs, de l'encens, de la nourriture, et divers objets ayant des significations pour ceux qui les avaient déposés là.

"Les gens viennent prier ici, dans le fracas des armes, ou les prières récitées par les novices et les prêtres. Derrière l'autel, c'est la maison des prêtres, Sliabh et moi y logeons, devant nous, le réfectoire du temple, ses cuisines, les réserves, et les salles d'armes. Et sur notre droite l'aile des novices et des visiteurs."

Le temple était organisé simplement, mais prenait de la hauteur avec l'arbre, le Géant Gris dans lequel il était en partie creusé. Rhaego précisa que derrière se trouvait des chemins de services qui permettaient de faire monter les victuailles jusqu'ici, l'eau également, par un ingénieux système de pompes, qui puisaient l'eau du Lac, mais aussi avec la récupération de l'eau pluie. Sliabh désigna successivement des tuyaux ou des cuves.

"Au dessus de nous, c'est le temple de Tuuli, nos voisins sont les Temples respectifs de Primula, et Zedekiah. Au dessus vous trouverez aussi les temples d'Hikmat et Rune, qui ont besoin de calme. Le reste, vous le verrez par vous même. Je ne doute pas que vous trouviez du temps pour visiter. Nous ne sommes pas cantonné à notre seul espace. Bien, allons voir cette chambre. Si nous nous souvenons bien, elle est à l'étage."

Ils laissèrent le temps à Tylia de ramasser ses affaires et de remettre sa tenue en ordre, avant de traverser la cour, croisant un groupe de trois prêtres qui saluèrent bruyamment Sliabh et sa protégée. La prêtressa précisa à Tylia et Servhan que ceux là partaient demain, et qu'ils avaient quartier libre pour la journée. La porte de l'aile droite était ouverte.

-Au rez de chaussé, tu as les douches, enfin tout ce qu'il faut pour être propre, ou soulager une envie pressante. Le bureau des prêtres ou novices en passe d'être ordonnés et qui font des rondes la nuit, ou ouvre la porte à ceux qui sortent le soir. Il n'y pas de couvre feu, tant que tu te pointes le lendemain. Là pièce là, c'est là où tu laisses ton linge sale, les femmes de chambre s'en occupent, par contre, il faut revenir le chercher lorsqu'il est propre. Tu dois avoir un panier à ton nom. Là, c'est la salle commune.

Et celle-ci était occupée, ceux qui les virent passer leur firent des signes ou les saluèrent. Sliabh continua de parler administration, notamment des horaires. Le réfectoire ouvrait tôt dans la nuit, et ne fermait qu'en milieu de matinée le temps de préparer le repas du midi, et le soir, il était ouvert en début de soirée et ne fermait assez tard. Gravissant un escalier, la Haute Prêtresse ne s'arrêta qu'au deuxième palier, et s'engagea dans un couloir flanqué de rangées de portes. Elle désigna celle de Tylia.

"C'est ici que tu dormiras jusqu'à ce que nous quitte. Tu n'as plus qu'à t'installer, tu n'auras qu'à descendre au réfectoire si tu as faim. Nous te laissons ton après-midi pour te familiariser avec le Sanctuaire."
Revenir en haut Aller en bas
Tylia
Inwillissien
avatar

Peuple : Elfe blonde
Nombre de messages : 31
Localisation : En forêt, cachée dans les buissons, et guettant ma proie...
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Aux portes du Sanctuaire   Sam 31 Mar - 18:57

Servahn écouta en silence les paroles de la prêtresse et de son semblable beaucoup moins charismatique, sa tête au creux du cou de sa protégée les regardant avec une surprenante neutralité, restant de marbre face aux remarques qui aurait, en d'autres circonstances, provoqués une réplique immédiate de la part de sa langue acérée, mais il resta sans bouger, à les observer. Ce fut l'Elfe qui observa son professeur d'un œil mauvais, et qui s'apprêta à répliquer vivement, voulant protester contre le jugement hâtif de Sliabh et de son compagnon à l'encontre du sien. Car si Tylia pouvait rester de marbre quand on la rabaissait, elle ne supportait pas les paroles diffamatoire sur son ami épidermique.
Pourtant, ce fut ce dernier qui la retint, avec quelques paroles.

*Laisse. Il ne nous connaisse pas encore.*

L'Elfe ravala les paroles qu'elle s'apprêtait à lancer, et laissa sans un mot la prêtresse en échanger quelques uns avec une autre personne, et revenir leur signaler qu'une chambre était prête pour eux. Quand Rhaego leur appris qu'ils allaient avoir des compagnons de chambre, Tylia se sentit un peu gêné, et à l'inverse Servahn ria, et glissa pour prendre place sur le visage de sa protégée afin d'observer avec plus d'attention les lieux qu'ils allaient habiter pendant un certain temps. A cette idée, le cœur de l'Elfe se serra un peu. Elle avait fait un immense saut dans l'inconnu, et se sentait un peu déstabilisée en se disant qu'elle ne retournerait pas avant longtemps chez elle, là où elle avait grandi.
Elle ramassa ses quelques affaires, puis écouta Sliabh et Rhaego leur décrire les lieux, ce qui contribua au léger malaise qui lui enserrait l'estomac, sans rien en laisser transparaitre. Son compagnon lui, se contenta de regarder autour d'eux, de mémoriser les salles et tout ce que disait Sliabh ; il sentait la confusion de Tylia, et savait qu'il valait mieux la laisser digérer tout ce qu'elle vivait. La seule aide qu'il pouvait lui apporter, était de se souvenir de tout ce que la prêtresse disait, et que l'Elfe ne retiendrait pas, vu qu'elle écoutait d'une oreille distraite.

Enfin, ils furent accompagné jusqu'à la porte de leur chambre, et Tylia remercia respectueusement la prêtresse, tandis que le tatouage mouvant se contenta d'un "salut" assez neutre, qui laissa la jeune Elfe assez mal à l'aise. Mais ce ne fut rien comparé au malaise qui la tenaillait alors qu'elle allait ouvrir la porte de sa nouvelle chambre.

*Servahn... promets-moi de te tenir tranquille...*

*Comme d'habitude quoi.* Rétorqua le Dragon en se lovant au creux du cou de Tylia.

*C'est justement ce qui me fait peur...*

*Relax, ça va bien se passer.*

Inspirant puis expirant un grand coup, la jeune chasseuse ouvrit la porte de sa chambre, et tomba nez-à-nez... avec personne. Elle s'y précipita et referma la porte en soupirant. Servahn quand à lui, fit pareil, mais pas pour les mêmes raisons... L'Elfe regarda sans trop s'y attarder la pièce, localisa son lit, et alla s'y allonger sans perdre un instant, laissant tomber son baluchon au pied de ce dernier. La jeune Elfe se détendit un peu, souffla un bon coup, et apprécia pendant un instant le calme qui régnait dans la pièce.

"Tout ça va un peu trop vite..." Murmura-t-elle pour elle-même.

*Tu aurais préféré rester enfermée à la maison ?*

*Certainement pas. Mais tout ça s'enchaîne si vite... notre fugue, la rencontre de Sirgris, l'arrivée au Sanctuaire... ça fait du bien de souffler.*

*Si pour toi c'est dur de bouger un peu tes fesses, je me demande pourquoi tu as tenu à suivre l'enseignement de Ceallach...*

"Oh tais-toi un peu..." Lâcha-elle à voix haute, avec un sourire aux coins des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Aux portes du Sanctuaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les Portes de la Moria
» Gardiens des Portes
» Journée Portes-Ouvertes [Suite]
» La seule chose que j'aime chez toi, c'est la haine que tu me portes ? Sarily
» Les portes d'Azkaban.....
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Royaumes du Nord :: Inwerin :: Sanctuaire de Nîniaunthyl-
Sauter vers: