AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Clan des Alaric.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mavrag
Mercenaire
avatar

Peuple : Thuatann
Second(s) Métier(s) : Chef du clan Alaric
Nombre de messages : 12
Localisation : Là où les Alaric vont.
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Clan des Alaric.    Dim 27 Mar - 23:48

I - Identité :

Nom, prénom : Mahadev, Mavrag & Magnhild dit Brand.

*Age : Ils ont tous vécus la grande guerre, ce qui est suffisant pour estimer leurs âges.
*Caste (métier) : Mercenaires du Clan Alaric dont Mavrag est le chef.
*Peuple :Andain fils de Azar et d'une hybride Aérial-Marcheur pour Mahadev, et Thuatanns pour Mavrag et mi-Thuatann mi-Ethérie pour Magnhild.
*Sexe : Hommes.


II - Physique :

Magnhild et Mavrag ont un physique typique du Thuatann né en Maëldan, une stature avoisinant les deux mètres, et une puissante musculature leur conférant une carrure imposante. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les cheveux gris argent de Magnhild ne sont pas dus à son âge, mais au sang d'Ethérie qui coule dans ses veines. Il les porte longs, du moins suffisamment pour sa chevelure retomber sur ses épaules. Le visage de Magnhild est anguleux, sans pour autant être dénué d'une certaine finesse qu'il doit à sa mère également. Ses yeux sont d'un brun chaud, surmonté par d'épais sourcils plus sombres que ça chevelure, qui le rendent finalement assez expressif. Sa bouche est bien dessinée, le genre de bouche qu'on aime embrasser. Son nez est droit, plutôt fin pour quelqu'un d'aussi imposant. Ses joues anguleuses font ressortir ses pommettes. Sa peau est mate, comme celle de n'importe quel Thuatann, faisant du plus bel effet avec ses yeux et sa chevelure. Magnhild possède une voix profonde, mais plutôt mélodieuse pour un Thuatann, ce qui contraste avec son physique.
Ce guerrier est vêtu à la mode Maëldanaise, pantalon de cuir, chemise tissée, ceinturon large à boucle de métal ciselée, veste de cuir renforcée, bracelets de forces en métal pour couvrir ses avant-bras, bottes renforcées de métal pour protéger ses tibias. Une large cape rouge pour se protéger du vent, et une deuxième doublée de fourrures contre la neige et le froid. Magnhild aime les vêtements qui allient l'aisance et la légèreté, tout en restant une protection efficace. Bien entendu, le tartan de son clan lui barre parfois la poitrine, maintenu par une broche de métal à l'effigie de la large épée plate qu'utilisent les Alaric. Cette même épée est suspendue à un fourreau dorsal, avec lequel il s'arnache durant ses voyages.
Cependant, quand un combat le réclame, Magnhild portera une armure légère, plastron de cuir renforcé, et plaques de métal sur la poitrine, de même que sur les bras, jusqu'à hauteur d'épaule, jambières de métal jusqu'à mi-cuisses, et casque avec visière, laissant le pas de son visage à découvert. Une ceinture retiendra une jupe de cuirs si usés qu'ils en sont déchirés, lui protégeant les cuisses et bas ventres, dissimulant les défauts de son plastron.

Mavrag ressemble un peu à Magnhild, mais uniquement par la couleur de peau, la taille et la carrure. Ce Thuatann ayant un Andain fils de Ceallach parmi ses ancêtres, à une épaisse crinière corbeau qui retombe sur ses épaules, encadrant son visage lui aussi anguleux. N'ayant nullement d'affiliation Ethérie pour adoucir ses traits, Mavrag à un visage dur, qui n'est pourtant pas dépourvu d'une certaine beauté. Son nez droit de Thuatann y contribue largement, du même que sa bouche. La dureté vient de ses yeux d'un gris d'orage et de l'expression fermée, presque belliqueuse qu'affiche son visage. Ses vêtements et sa chevelure lui donnent un aspect hirsute. Mavrag est le plus découvert des trois, affichant cicatrices, muscles, et tatouages bleus des Alaric. Son pantalon ample est bleu rayé de noir, enfoncé dans d'épaisses bottes dont la fourrure d'Earthaë dépasse sous les lanières de cuir. Des plaques de métal sont fixés au niveau des pieds, de même qu'il porte de larges et épaisses genouillères de métal. Sa taille est enserrée par trois ceintures. Une première de tissus bleu rayé de vert sombre -tartan des Alaric- la deuxième ceinture passe sous les tours de la première, et pend sur une de ses cuisses. Rouge, des cercles de métal sont cousus à son extrémité. Et enfin, trois lanières de cuir, tressées, à laquelle il accroche ses trophées du moments. Son bras gauche est couvert jusqu'à hauteur du coude, une sorte d'enfilade de bracelets de métal, sur une pièce de tissus, se terminant par de la fourrure au poignet. Un bracelet de cuir tressé souligne son biceps orné d'une ligne bleue. Son bras droit a un simple bracelet de forces de cuir renforcé. Ses épaules sont protégées par des épaulettes. A droite, l'épaulette est plus grosse, parce que faite de métal, et ornée de piques. De la fourrure de tigre des mers, dont on peut voir les griffes orner son épaule gauche. La fourrure est maintenue par le même type de lanière de cuir, légèrement dorées. Un système de broche permet d'ôter le tout. Ses côtes droites sont ornées de trois bandes bleues, que l'on retrouve aussi en travers de son visage, une bande horizontale, lui passant sur le nez, et une verticale passant sur son œil droit. L'état d'usure de sa tenue montre qu'il en fait un usage intensif.
Et pourtant, en qualité de Chef des Alaric, Mavrag sait faire preuve d'adaptation quand il se rend à Armenelos. Il troquera alors ses vêtements de voyages pour un pantalon de cuir noir, des bottes brunes, une chemise tissée, veste de cuir noir, ceinture de tissus, et tartan lui barrant la poitrine...


Mahadev est le plus spécial des trois, d'abord parce que Mahadev ne ressemble guère à un Thuatann du Maëldan. Mahadev ressemble à un Aérial enflammé. Son visage n'a rien d'humain, et se rapproche plus du masque. Ni bouche, ni nez, seuls des angles marqués indiquent l'emplacement d'un éventuel nez, et ses pommettes. Ses yeux semblent entièrement faits de flammes orangées. Son visage étant figé, Mahadev fait passer ses émotions par sa voix mélodieuse, qui sort de sa gorge, malgré l'absence de bouche.
Sa peau semble aussi épaisse que du cuir brun, mais cela n'est valable que pour son torse. Ses jambes comme ses cheveux, sont faits de flammes éthérées, d'une couleur oscillant entre le sable et le blanc. De grandes ailes, aux plumes d'un brun chaud aux reflets dorés, ajoute à sa grandeur. On retrouve d'ailleurs le motif des plumes sur son plastron et ses épaulettes. Mahadev est rarement vêtu autrement qu'avec son plastron fait d'une matière un peu particulière, qu'on ne trouve que chez les Marcheurs. Fait spécialement lui, le plastron le couvre des épaules, et se terminent en couches successives dont les bords se recourbent pour former une pointe marquant son entre-jambe. Ses épaulettes sont à deux couches courbes et lisses, pardessus trois rangées de "plumes". Il en va de même pour son torse. La matière épouse ses formes au niveau de ses pectoraux, et le plumes commencent juste en dessous. Quatre couches comme des pétales composent le reste de l'armure, aussi bien devant que derrière. Une ceinture du même matériau lui passe en travers de la poitrine. Les protections qui vont de ses coudes aux dessus de ses mains sont aussi faites de cette matière à la couleur brune. Une écharpe de tissus brun est croisée sur sa poitrine. A sa ceinture pend le fourreau d'une épaisse lame en forme de plume elle aussi, et à la garde torsadée. Un genre de sabre appartenant aussi aux Marcheurs.
A la lumière d'Aelius Mahadev semble être couvert d'or, tandis que par temps couvert, il semble fait de bronze, et d'argent sous la lumière de Mizuki.

III - Historique, personnalité, armement :

o Histoire :

"Le Nom Alaric signifie : "Souverain de tous", rois et illustres héros comptent parmi nos morts. Nous les Alaric sommes originaires du Maëldan, nous sommes un clan ancien et qui continue de prospérer. Notre valeur se mesure à notre Bravoure. La Bravoure est la seule valeur que nous reconnaissons, de quelle que soit la forme qu'elle prenne. Nous honorons la mémoire et les faits d'armes de nos morts. Nous sommes un clan de guerriers. La coutume veut que ceux qui sont destinés à la guerre aient un nom commençant par la lettre M. La coutume veut que les enfants naissent entre les murs de notre fief, la citadelle de Miervaldis, qui se situe près du fleuve Duinfain. Le fief des Alaric se dresse sur ses berges depuis la Première Grande Guerre, et elle a tenu bon durant les guerres suivantes. Il faut savoir que nous les Alaric, si nous vivons essentiellement de notre force, en louant nos services. Ceux qui ne sont pas des guerriers voyagent parfois avec ceux qui le sont, ou bien restent à Miervaldis cultivant la terre ou élevant du bétails afin de nourrir notre clan. Des générations entières d'Alaric ont vécu ainsi, et il en va de même aujourd'hui. Le Clan des Alaric se compose essentiellement de Thuatanns du Maëldan. Nous sommes grands et forts, certains nous traitent de barbares parce que nous vivons du combat. Mais nous ne nous limitons pas seulement à batailler dans les arènes, durant des tournois, nous voyageons partout en Inwilis, là où notre présence est requise, escorte, protection... Les Alaric prêtent leur force légendaire. Notre arme de prédilection nous a rendu célèbres, en plus de nous rendre bien des services. De tout temps, les Alaric ont utilisée une épée qui en réalité se compose de plusieurs lames. L'ensemble donne une arme massive, la lame est plate, avec les deux ou seul bord tranchant. Les lames qui la compose peuvent être maniées séparément. Une seule lame sert de base, les trois autres peuvent être assemblées dessus, selon l'utilisation voulue. Son maniement requiert force et habilité. Nous sommes les seuls à les porter, d'ailleurs, on ne la nomme pas Lame Alaric pour rien. Nous reconnaissons immédiatement un faux Alaric d'un des notre. Ceux qui font l'acquisition d'une Lame Alaric, sans avoir vécu parmi nous, sont reconnaissables aisément pour les guerriers, accomplis ou novices du clan. Le maniement est différent...
Mais ce qui fait notre force, est aussi notre faiblesse.
Notre bravoure et notre force, notre apparence, notre réputation, rebutent parfois les femmes. Trouver des compagnes se révèle alors être une tâche ardue. Pourtant, il nous faut assurer la pérennité des Alaric. Autrefois, nos ancêtres enlevaient des femmes d'autres clans, ou épousaient une femme des Alaric, mais aujourd'hui les Alaric, bien que prospères, sont moins nombreux qu'avant...

Je suis Mavrag des Alaric, et voila ce qui nous a été inculqués à moi et mes frères et sœurs de bataille. Aujourd'hui je suis Chef de Clan, et demain je pourrais aussi bien être dans le Royaume de Dämons, qu'être toujours à la tête des Alaric. Miervaldis est toujours debout, c'est une des citadelles les plus peuplées du Maëldan, son emplacement attire d'autres clans nomades quand la Saison d'Athanasius vient, et que le Seigneur de l'Hiver prend possession de la terre. Je ne m'occupe guère des affaires de Miervaldis, sauf en ce qui concerne la sécurité dans la citadelle. Le reste est géré par une femme du clan, et un homme qui agit en mon. Je ne suis guère souvent à Miervaldis, je chevauche sur les routes avec les Alaric nomades. Mon attention est toute accaparée à trouver des contrats, et les mener à bien, que se soit dans le Nord, le Sud, ou même les Plaines de Sable. Nous voyageons aux quatre coins d'Inwilis, construisant notre fortune sur nos faits d'armes, comme il en a toujours été pour les Alaric.
Miervaldis n'est pour moi qu'un lieu de repos, et le lieu qui m'a vu naître, comme presque tous les enfants des Alaric. Je n'ai quitté la citadelle avec ma mère qu'à l'âge de six ans, pour rejoindre les nomades. Dès notre enfance, nous sommes entrainés à devenir des guerriers. Nous portons alors un nom provisoire. Quand un ou une Alaric devient un guerrier, il ou elle prend alors un nom commençant par cette fameuse lettre M. Je me suis choisi le nom de Mavrag, qui n'a guère de signification.
Mon enfance fut rythmée par les déplacements du clan, ainsi que par les entrainements. Un Alaric n'est jamais seul. J'eus pour compagnon dès mes six ans, celui qui se nomme Magnhild. Il prit ce nom deux ans avant que je prenne le mien. Magnhild était de deux ans mon ainé, et je fus témoin de son ascension et de son déclin.
Plus tard, nous fûmes rejoints par celui qui se nomma Mahadev. L'avoir avec nous constitua un atout sérieux, et surtout il cimenta notre amitié. Nous fîmes le serment de toujours être ensemble, en tant qu'Alaric.
Cela remonte à bien longtemps maintenant, mais je m'en souviens encore. Mahadev n'était encore qu'un blanc-bec quand la Guerre éclata. Quand à Magnhild et moi, nous étions guerriers Alaric. Nous n'attendîmes guère que le Maëldan entre en guerre. Je vous l'ai dit, nous allons où notre présence est requise. La guerre se déroulait sur les flans de l'Eredmorn, sous la citée qui jadis se nommait Bois Blanche, aujourd'hui Emaine Macha. Nous nous sommes engagés auprès du Souverain de la Citée, pour épauler l'armée... "



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mahadev
Mercenaire
avatar

Peuple : Andain fils de Azar
Nombre de messages : 18
Localisation : Vif comme Tuuli, éclatant comme Azar
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Clan des Alaric.    Dim 27 Mar - 23:53

"Je suis Mahadev, et mon histoire commença seulement après ma première bataille. Je pris le nom de Mahadev. Avant ça, j'étais seulement connu comme l'Andain Alaric. Ma mère, Yleane, était une hybride. Née d'un père marcheur et d'une mère Aériale, elle fut offerte à mon père Megnos, en guise de récompense. D'autres Alaric eurent droit également à une épouse hybride, du genre de ma mère. Seulement, je ne suis pas né de Megnos, mais de l'union du dieu Azar et de ma mère. Je faillis consumer la vie de ma mère quand vint le temps de la délivrance. Ma naissance secoua le clan. Mon apparence particulière faillit me coûter la vie. Mais la prêtresse de Azar qui avait assisté l'Accoucheuse, mit en garde Megnos, me tuer reviendrait à offenser Azar, dont la colère serait terrible. Megnos se plia à l'exigence du dieu. Je ne peux guère le considérer comme mon père, puisque ma chère mère dut me confier aux soins de la mère de Mavrag, pour que je rejoigne les nomades du Clan. Megnos refusant de m'emmener et de m'enseigner, je me retrouvais donc avec Mavrag et Magnhild, à apprendre à manier la Lame Alaric, sous l'égide de Morea, une Alaric accomplie.
Mon apprentissage fut double, puisque Morea embaucha un élémentaliste du Feu pour que j'apprenne à me contrôler. Maître Jehan, était originaire de l'Andanorië, et j'étais fasciné par son apparence si différente de celle des Alaric. Plus petit, la peau sombre, et des yeux bruns, vifs et perçants, et la chevelure tressée, dont les perles s'entrechoquaient à chacun de ses mouvements. Je lui dois la maitrise de mon propre corps, qui n'est pas entièrement fait de chair. Et une curiosité maladive pour tout ce qui ressemble à un livre.
Quand je pris le nom de Mahadev, je reçu de ma mère ma première armure, du même genre que celle que je porte maintenant presque constamment. Je pris mon nom après avoir participé à une des nombreuses batailles qui eurent lieu sous les remparts d'Emaine Macha. Ma bravoure fut reconnue, et on me laissa choisir mon nom. Malgré la guerre, j'eus droit à une beuverie improvisée par Mavrag et Magnhild, mes deux frères. Ce soir là, nous fîmes serment de fraternité. Nous étions Frères Alaric.
Cela ne devait guère durer. La Guerre affecta chacun d'entre nous. Aucune guerre n'est propre. Et la dernière grande guerre ne fut en aucun cas propre. Nous fûmes témoins d'abominations, et nous apprîmes vite à brûler nos morts, sous peine de les voir revenir à la vie, pour nous affronter le lendemain de leur mort. Mon affiliation avec le Feu me rendit fort utile pour cette tâche : ne jamais laisser un cadavre derrière nous.
Nous étions encore à Emaine Macha, étant trop peu nombreux pour empêcher les armées du Sud de déferler sur l'Esgaleithel. Nous nous étions retranchés derrière les remparts de la ville, et nous faisions au mieux pour la protéger.
La guerre prit fin avec ce drame que tous connaissent, la Grande Explosion, qui est un terme trop inexact pour décrire ce qui s'est passé. Nous n'étions pas très loin du point d'implosion, et le choc se répercuta durement, jusqu'au Nord, et jusqu'au Sud. Après ça, chacun lécha ses plaies, le temps d'un bref répit. Un répit qui fut de courte durée, puisque commença la période des Représailles. Le reste des armées du Nord se rassemblèrent pour aller ravager le Sud.
Je ne vis rien avant qu'il ne soit trop tard pour nous trois, qui étions frères. Nous étions toujours sous contrat avec la souveraineté d'Emaine Macha. Notre première erreur fut de ne pas retourner dans le Nord retrouver Miervaldis pour nous soigner. Nous étions des troupes qui descendirent l'Eredmorn, et qui ne s'arrêtèrent de ravager la terre qu'une fois devant les Gorges de Dragica.
Les représailles étaient l'équivalent d'un massacre, qui n'avait pas lieu d'être, puisque les deux camps étaient épuisés, l'un comme l'autre. Ce qui s'était passé à Alatairë, les survivants ne voulaient pas en parler, et bientôt ceux qui étaient restés pour s'occuper des morts, se retrouvèrent face aux Abominations. Des créatures issues de l'implosion des sortilèges, et qui se constituèrent à partir de corps, ou bien de fragments de tissus organiques et morceaux de machines... Des créatures qui n'avaient pas une once de sentiments, détruisant toute vie sur leur passage. Je crois que c'est à ce moment là, quand nous faisions route pour regagner Miervaldis, que Magnhild perdit la raison..."


"J'ai enterré l'Alaric que j'étais. Le serment que j'avais fait, je l'ai brisé. Je n'ai pas pu supporter. Dans le Sud, nous avons eu un comportement aussi primitif et barbare que les Abominations qui se sont nourries aussi bien des vivants que des morts. Je crois que c'est en voyant ce que ces créatures faisaient, que j'ai compris ce que moi, j'avais fait. La haine et la vengeance nous aveuglaient encore, mais cela ne justifia en rien les atrocités commises à Hitokage, dans tout Morna, sur les flancs de l'Eredmorn, où les rares villages n'ayant pas déjà été mis à sac, ou rasés par la Guerre, devenaient un lieu de cauchemar quand les armées des Représailles fondirent dessus. Ce fut massacre sur massacre. Œil pour œil, dent pour dent, nous faisions la même chose que certaines des armées du Sud.
Et pire, nous avions eu le même comportement que les Abominations. Toute vie était anéantie. Le fleuve Mokosh se jetant bruyamment dans les Gorges de Dragica nous dissuada d'aller plus loin dans notre folie. La présence de la Triade nous dissuada d'aller ravager Zeichen la Divine.
Mais voila que je me sentais sale, comme empêtré dans mes crimes, poursuivis par ces gens que j'avais tué, innocents ou non. En combat, ou par derrière, quand ceux-ci avaient pris la fuite, me montrant leur dos. Mes frères ne comprirent pas. Ou ne voulurent pas s'engager sur le même chemin que moi. Ni Mavrag, ni Mahadev ne comprirent ce que je ressentais. Peut être qu'au fond, ils savaient eux aussi. Mais ils refusèrent de réfléchir comme je l'avais fait. Frappé par l'horreur. Les Abominations ont un jour été des êtres comme vous et moi. Mais ce qui s'est passé à Alatairë, à changer pour toujours leur nature profonde... Et ce qui restent chez ces êtres, c'est l'envie de se venger. On raconte que les Abominations n'ont pas d'âmes. Détrompez-vous, elles en ont une. Mais elles sont tellement obsédées par leur vengeance, elles souffrent tellement d'être devenues ce qu'elles sont, que plus rien d'autre ne comptent que de propager cette souffrance. Je le sais, je les ai entendu parler, durant toutes ces nuits que j'ai pu passer dans les Plaines de Sable, ou bien dans la ville même d'Alatairë. J'ai été témoin des phénomènes qui se produisent si vous touchez, si vous effleurez à peine, une de ces sphères noires enchâssées dans les murs blancs et fissurés de la citée. Les pierres de Mémoires vous montreront une ville prospère, rieuse, charmante. Vous aurez l'impression d'y être, de faire partie de ce souvenir, les fantômes que vous verrez, rentreront en interaction avec vous. Et puis le ciel va virer au rouge sang, se couvrir de nuages noirs, et vous ne verrez plus que des cadavres, et des âmes hurlantes. Et les Abominations viendront.
J'ai entendu dire, bien plus tard, quand je me terrais dans les montagnes de l'Inwerin, qu'Alatairë avait un Gardien. Une de ces entités créée par Mei et Dämons afin de préserver l'équilibre de ce monde. Personne ne pouvait s'introduire à Alatairë sans subir le courroux du Gardien, s'il vous mettait la main dessus. J'ai entendu nombres d'histoires, sur des chasseurs de trésor, voulant pour eux les richesses et les connaissances à portée de main dans l'ancienne capitale de l'Esgaleithel. Peu d'entre eux sont revenus sains et saufs.
Quand à moi, j'ai semé mes frères une nuit, quitté le clan. Et enterré celui que j'étais. Je me suis fait errant. J'ai cherché la rédemption pour les horreurs que j'avais perpétré. J'ai coupé tout contact avec Alaric. Je me suis défié d'eux, comme de tous ceux qui croisaient mon chemin. J'ai fui mon clan quand celui-ci me cherchait encore. J'ai décidé de me creuser une tombe, et d'y inscrire mon nom. Je crois bien qu'un Alaric l'a vue, car ils ont cessé de me chercher. J'ai fait en sorte d'enterrer quelqu'un d'aussi grand que moi à ma place. A l'époque, ça n'était pas les cadavres de Thuatann qui manquaient. J'ai enterré ma Lame Alaric avec. Ce n'est que bien plus tard que je l'ai reprise avec moi.
Je ne l'utilise guère, mais je la porte tout de même. Je me sers plutôt d'une larme aussi large, mais qui n'a pas de rapport avec les Alaric.
Pourquoi ne pas être revenu ? Parce que lorsque j'étais presque à l'agonie dans les Plaines de Sable, un homme m'a sauvé. Je me dois de payer ma dette, avant de pouvoir retourner chez moi. Si tant est que j'en ai envie.
Ma rencontre avec Emaine, le Dragonnier, bien que fortuite, fut une bénédiction. L'eau est vitale dans les plaines de Sable, mais ma gourde était vide depuis longtemps, et trouver de l'eau se révèle impossible quand on ne fait pas partie des nomades de l'Esgaleithel. J'étais trop éloigné de la Piste Brune, et malgré le fait d'être dans un de ses villages faits de terre, j'étais seul, avec un puits asséché. L'absence d'eau expliquait l'absence d'être vivant dans ce village, où j'avais cru trouver mon salut, j'étais à deux doigts de me laisser mourir sous l'écrasante lumière d'Aelius. L'ombre apparut avec Emaine et sa dragonne Equilibris qui était encore vivante alors. Je fus ramené à Emaine Macha, là où mon âme avait commencé à s'avilir. Là où la raison avait commencé à doucement me quitter, jusqu'à ce que je devienne abjecte. Peut être plus que mes frères et sœurs Alaric.
Rencontrer Emaine me permit d'avoir une dette à payer, une raison de continuer. Je lui devais ma vie, et si misérable que ce fut, je lui offris alors d'entrer à son service, comme homme lige. Je pris alors le nom de Brand. Je fus son complice quand il décida de sortir Uranach de sa prison de Bois Blanche. Equilibris nous porta jusque dans les confins et replis de la Grande du Nord. Ni Emaine et sa dragonne, ni Uranach en proie à ses propres démons, ne pouvaient quitter la montagne. Je fus le seul à faire les allers et retours de la montagne à Dangweth et de Dangweth à la montagne. Voyages qui prenaient au moins une semaine sous le règne d'Athanasius, et cinq jours sous celui de Haven. Voyages qui parfois prenaient plus de temps quand le temps m'obligeait à lutter contre neige et brouillard. Uranach profita d'une de mes absences pour disparaitre, sans laisser la moindre trace. Il était étrangement calme depuis des mois, et Emaine y voyait là une amélioration, peut être la preuve qu'il allait retrouver l'homme qu'il avait aimé. Emaine partit à sa recherche immédiatement, ne m'attendant pas. Quand il revint dans les montagnes, ce fut à pieds, sans Equilibris, la Dragonne s'était éteinte.
Depuis ce jour, je peux savoir où se trouve Emaine, sans que j'ai à me dire que jamais je ne pourrais payer ma dette. Le dragonnier sans dragon connaissait et possédait suffisamment de magie pour pratiquer ce rituel que font les souverains et leurs hommes liges, un rituel créant un lien psychique fort, ressemblant presque à un lien de Sacrifice et de Combattant, mais pouvant se défaire plus facilement.
Je n'ai pas quitté Emaine de toutes ses années, ce n'est que depuis mon dernier voyage jusqu'à Dangweth, où j'ai entendu d'étranges rumeurs, que nous avons quitté le havre de paix qu'était la Grande du Nord. Nous sommes passé alors par Celebalda, Emaine ayant besoin d'affermir ces certitudes, de voir ses hypothèses confirmées ou infirmées. Puis, nous avons commencé notre longue descente pour le Sud. Et les rumeurs finirent par ce concrétiser, quand nous apprîmes que Morna était sous le contrôle d'un nouvel empereur, Argental Tal Sùrion, une figure connue de ceux qui ont vécu la Grande Guerre. Et la rumeur sur l'Orage qui ne cessait d'apparaitre et de disparaitre, sans qu'il agisse au gré des vents, intrigua d'avantage Emaine. Nous étions près de l'Oasis, qui marque la dernière étape vers Emaine Macha, quand ma situation changea. Après un affrontement qui se termina par l'intervention d'Emaine, qui signa l'arrêt de mort de notre adversaire, celui-ci, et je l'appris de la façon la plus inattendue, était un Combattant. Quand l'homme mourut, il me transmit le lien qu'il partageait avec son Sacrifice... "

"Les Alaric vivront encore bien longtemps après ma mort, j'en suis certain. Peut être que la mémoire de Mavrag sera aussi honorée que celles des illustres héros et rois que notre clan a un jour compté... Comme nous honorerons la mémoire de Magnhild. Nous n'avons pas rapporté sa dépouille. Ni Mahadev ni moi n'en avons eu le courage. Notre légendaire bravoure nous fit défaut quand nous avons vu de nos propres yeux la tombe de notre frère, et le corps qui n'était plus qu'ossements et vêtements en lambeaux, serrant entre ses mains la lame de notre clan. Nous avons repris nos vies, en emportant son souvenir avec nous. J'ai engendré des enfants sans prendre d'épouse officielle comme le font de nombreux Alaric.
J'ai accédé au rang de chef de clan après avoir terrassé mon prédécesseur. Mahadev est en quelque sorte mon bras droit. Et de Magnhild ne restait déjà plus rien. D'autres guerriers Alaric avaient pris la place de ceux morts en Esgaleithel depuis longtemps.
Ma nouvelle position me rendit sans doute plus sage que je ne l'avais jamais été. J'ai dû, tardivement, me consacrer à l'apprentissage poussé de la lecture et de l'écriture. Enfant, j'avais toujours préféré le grand air et manier l'épée, plutôt que de manier la plume, et de déchiffrer laborieusement les mots en suivant la ligne avec mon doigt.
Mahadev m'enseigna ce que je me devais de savoir, bien qu'il put accomplir cette tâche à ma place, mais un chef de clan se doit de pouvoir faire ce que tout membre de son clan est en mesure d'accomplir. J'ai appris vite, parce que Mahadev est un bon professeur, à l'image de Morea et de son élémentaliste de mentor Jehan. Bien que nous n'ayons guère le même goût en matière de livres, je finis par leur trouver un certain attrait.
Mon apprentissage ne s'arrêta pas là, je dus également apprendre à me rendre plus ou moins présentable quand Armenelos appelaient à la réunion des chefs de Clan. Je n'ai jamais tenté ma chance au Tournois Sacré du Roi, pour une seule raison, devoir rester confiner entre quatre murs, et devoir me vêtir convenablement pour tenir une cour. Bien que les rois et reines du Maëldan aient tous été des guerriers, et que la simplicité a bien souvent caractérisée la cour d'Armenelos, je n'ai pas assez de patience pour les mondanités... "

"Si on fait encore attention à mon physique ? Pas vraiment. Avec les années les sangs mêlés sont encore plus courant qu'avant. Et même si les Andains le sont toujours un peu moins, j'ai l'avantage d'appartenir à de fortes communautés. Il m'arrive de délaisser un peu les Alaric pour me rendre dans une de ces cités volantes. J'ai parfois même quelques contacts avec des Marcheurs.
Je fais toujours parti des Alaric nomades, mais j'occupe une fonction un peu importante depuis que Mavrag a pris la tête du Clan. J'assure une liaison permanente entre les nomades que nous sommes et Miervaldis notre fief, grâce aux services d'Aériaplume, qui a parfois compter des Alaric dans ses rangs. Nous sommes toujours aussi fier d'être Alaric, et notre technique d'épéiste n'a jamais dépassé les frontières de notre clan, de même que la fabrication d'une Lame Alaric reste complexe pour le forgeron qui n'est pas du Clan, même avec le métissage important qui règne maintenant à Miervaldis.
Je n'ai pas le temps de m'ennuyer, et même si parfois Magnhild nous manque, à nous ses frères, nous fêtons sa mémoire quand nous célébrons les Morts et Dämons au Temple de Moor dans les landes.
L'accession au rang de Chef de Mavrag se fit après un combat de succession violent, qui se solda par la victoire de Mavrag, et des fractures et des plaies pour les deux participants. Et la récompense de Mavrag fut de m'avoir sur le dos nuit et jour, pour lui apprendre à lire et écrire de la façon la plus fluide qui soit. Si Mavrag est un élève qui apprend vite, c'est surtout dû à son impatience, quelque peu tempérée depuis qu'il est à la tête du clan, et qu'il doit parfois supporter de fastidieuses rencontre avec d'autres chefs de clan, ou bien avec les représentants des différentes castes à Miervaldis quand il ne peut se décharger de ce fardeau. Je trouve ça assez drôle, sauf quand je me retrouve à sa place en qualité de bras droit. Mais cela aussi ces avantages, comme de passer des heures parmi les rayonnages de l'Université Séananan à Armenelos quand lui se trouve à Helmet Hall..."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brand
Homme Lige
avatar

Peuple : Mi-Thuatann Mi-Ethérie, Clan Alaric
Second(s) Métier(s) : Guerrier
Nombre de messages : 44
Localisation : Au coté d'Emaine
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Clan des Alaric.    Dim 27 Mar - 23:58


o Caractère :
Brand ne dira jamais rien quand il s'agira de son passé. Il se considère comme un monstre sanguinaire, et se sent coupable des horreurs qu'il a commis pendant la dernière guerre. Il recherche donc sa rédemption, mais malgré les années passés au coté d'Emaine, Brand n'ait pas encore certain d'avoir expié ses crimes.
C'est donc un personnage plutôt silencieux, animé par une force tranquille. Il n'est plus aussi prompt à la colère qu'avant, l'âge et l'expérience lui évitent de se comporter comme un jeune fou, et lui accorde résistance, endurance, esprit tactique et observateur. Très patient, rien ne peut le faire bouger, quand Brand a pris une décision. Loyal, il est rongé par le fait d'avoir rompu le serment prêté à ses deux frères, mais il est aussi lié à Emaine, à qui il doit la vie. Et Brand se retrouve dépositaire d'un lien nouveau avec un jeune homme qu'il n'a pour ainsi dire jamais vu. Réservé, il n'extériorise que rarement ses émotions, faisant de lui un homme presque froid. Et s'il est déstabilisé, Brand préférera trouver son équilibre seul, comme il le fait depuis la guerre avec ses démons intérieurs. Il a en horreur la pitié, et la faiblesse quand elle tient sa source de la résignation. Alaric, il tient en haute estime le courage sous toutes ses formes, l'intelligence, la combativité... Mal à l'aise avec les démonstrations d'affections, il pense, que celles-ci ne doivent se faire qu'en privé.
Brand, comme n'importe quel Alaric est un maniaque du contrôle et de la maitrise. En aucun cas sa force ne doit être utilisée sous le coup de l'émotion. Maitrise est son maitre mot. Sauf que Brand peut faire encore preuve de passion, et parfois sa colère est trop forte pour être maitrisée.

L'intellect prévaut chez Mahadev, andain un peu éthéré. La douceur et le calme sont naturels chez lui, et il n'a pas besoin de penser à se contrôler, si ce n'est qu'à réguler l'éclat de son corps. Curieux, sa soif de connaissances ne semble jamais se tarir. Il est le plus affable des trois. Magnanime il respecte autant les faibles que les forts. Sa différence l'a rendu très tolérant. Il a parfois le don d'exaspérer Mavrag, parce qu'il cherche à tempérer l'impulsivité de son chef. Vigilant, Mahadev s'est juré de ne plus jamais laisser quelqu'un sombrer comme Magnhild sans réagir. Une fois mort, qu'importe l'honneur et le courage ?
Mahadev est un esprit libre, et de tout le clan, il est peut être celui qui pense le moins comme un Alaric. Peut être que sa capacité à s'envoler, est liée à sa faculté de prendre du recul, et trouver une solution aux problèmes qui se présentent à lui. Prévoyant, Mahadev se laissera rarement surprendre. Vif, il est capable de retourner toute situation à son avantage, ce qui en fait un redoutable adversaire. Génie habile, Mahadev est parfois beau parleur, dangereux et fascinant séducteur à l'image de son père. Il ne fait pas l'unanimité au sein du Clan, mais en tant que bras droit de Mavrag, il est efficace, et ses faits d'armes en font un guerrier respecté, malgré son extrème ouverture d'esprit, qui le pousse à tout essayer, et accepter plus de choses qu'un Alaric, et en même temps à se poser des questions. Mahadev est loyal, mais il remettra sa loyauté en question, si Mavrag prenait une décision qui ne serait pas en accord avec ses convictions. Sur ce point, Mahadev est très Alaric. Un Alaric doit être fidèle à ce qu'il est.

Puissance est ce qui caractérise Mavrag. Chef des Alaric, il possède une forte présence qui n'est pas seulement due à son imposante stature. En effet, chacun des mouvements de Mavrag, son immobilité et ses paroles transpirent de cet alliage de force, souplesse, endurance et esprit tactique qui font des guerriers redoutables. A moins que ça ne soit dû à son expression dure et à son regard pénétrant. Respecté ou craint, peu importe, du moment que les ordres qu'il donne son appliqués. Aimant être obéi, il ne tolère pas qu'on questionne son autorité. En revanche, il accepte les avis critiques en ce qui concernent ses décisions. Sa confiance et son respect ne se gagnent pas facilement. Mavrag n'a d'estime que pour ceux qui ont prouvé leur valeur, et pour ceux qui arrivent à lui tenir tête, aussi bien physiquement que verbalement. De son sens de l'observation découle son sens aigue de la déduction, et Mavrag ne dément pas quand on le traite de barbare inculte et de sauvage sans manière. Il est toujours plus facile de vaincre un adversaire qui vous sous-estime. Il est vrai qu'il fait preuve d'impulsivité en étant prompt à la colère, mais Mavrag garde rarement rancune à ses offenseurs. En général, il s'en occupe lui même, et il lave l'offense en se servant de celui qui l'a insulté, lui ou son clan, comme d'une serpillère. C'est là son petit coté expéditif. Mavrag a de la patience, mais pas suffisamment pour supporter qu'on lui manque de respect à cause d'une jugement hâtif. Mavrag préférera toujours se faire sa propre opinion d'une personne. Et il ne jugera jamais quelqu'un sur son apparence, ayant vu Mahadev se faire insulter trop de fois dans leur jeunesse. Mahadev occupe une place importante, celle de conseiller et de régulateur, quand il s'emporte un peu vite.


o Passions, phobies :

Si Magnhild aimait se battre, Brand préfère recourir au combat comme dernière solution. Brand est un personnage calme, aimant la méditation et les activités simples. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, Brand s'est occupé du jardin chez Emaine, trouvant la nature apaisante. Brand aime jouer au Conquérant, un jeu qui requière de faire marcher ses méninges pour éviter de se faire submerger par son adversaire. Trait commun à ce qu'il était, et à celui qu'il est aujourd'hui, Brand aime voyager, le grand air, et la liberté. Prendre soin des montures qui passent entre ses mains est aussi une tâche qu'il apprécie. Brand aime écouter Emaine parler des temps d'avant la guerre. Il apprécie la bonne cuisine, et ce qui est plutôt normal, vu qu'il faut une sacrée quantité de nourriture pour le sustenter. Brand prend soin de son corps, et de ses armes, afin de rester prêt en toute circonstances.
Son pire cauchemar, il l'a déjà vécu, et parfois il a l'impression d'être encore dedans.

Mahadev adore les livres, sur tous les sujets possibles et imaginables. Il aime aussi la chevelure d'une femme, ou celle de ces hommes qui acceptent de le laisser entrer chez eux. Mahadev n'a pas de tabou, et il adore essayer de nouvelle chose, là aussi, quelque soit le sujet. Il aime aussi profiter de ses ailes, et voler pendant de longues heures, tout comme il aime se détendre en bonne compagnie. Il aime jouer avec le feu pour épater la galerie, et adore les joutes verbales, surtout quand c'est lui qui gagne. Mahadev à le rire facile, et apprécie l'humour, quand celui-ci ne vise pas l'apparence de celui qui en est la cible. S'il y a bien une chose qu'il déteste se sont les jugements de valeurs reposant sur l'aspect d'une personne. Il sait mieux que personne ce que ça fait d'être pointé du doigt.

Mavrag apprécie les combats qui arrivent à lui délier les membres et les muscles. Il aime avoir des adversaires à sa hauteur, qu'il soit d'os et de chair, ou bien des feuilles de papier. Les grands espaces lui plaisent, bien qu'il apprécie aussi de faire escale dans certaines villes, telles que Miervaldis le fief des Alaric, ou bien Armenelos, ou encore Iskandar. Comme Mahadev, une bonne blague le fera rire, et boire et manger entouré de son clan, vaut bien une victoire de celui-ci.
Mavrag exècre les lâches et les parjures. Ce qu'il redoute le plus serait d'avoir un deuxième Magnhild au sein du clan, et de ne pas voir le malaise.

o Armes :
Mavrag et Mahadev utilisent tous deux la lame Alaric.
Une Lame Alaric se composent de quatre lames, chacune pouvant se manier séparément. Une épée principale, dont la largeur varie selon le degré d'ouverture du centre de la lame. Ce centre de lame est écartable quand un Alaric choisit de livrer bataille avec cette seule lame.
Les trois autres épées s'attachent à cette épée principale.
La deuxième lame est lisse, et la poignée est totalement intégrée à la lame en elle même. La troisième est dentelée, avec une poignée extérieur. Et la quatrième lisse, plus petite, à une poignée pliable.
Brand utilise la Lame Alaric, mais seulement face à un adversaire qui à la fin du combat, ne pourra pas parler de lui et de sa lame. Les Alaric veillent jalousement sur leurs épées, et ceux qui en possèdent sans être Alaric, sont vite repérés.
Pour passer inaperçu, il portera une lame de type large, proche de la conception d'une Lame Alaric, sans avoir les particularité de celle-ci.

o Pouvoirs :

Brand et Mavrag n'en possèdent aucun, mais comme tous les Alaric, ils ont une incroyable résistance à la magie, quel que soit son type, son manieur...
Mahadev quand à lui, manipule le feu en digne fils de Azar. Et il le manipule bien, puisqu'il constitue son propre corps.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isil
Guérisseur
avatar

Peuple : Humaine. Myope.
Second(s) Métier(s) : Samildanach
Nombre de messages : 598
Localisation : Dans le Sud, avec les psychopathes de l'Arène.
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Clan des Alaric.    Lun 28 Mar - 0:06

Comment dire...

C'est énooorme !

Je crois que vous avez la palme de la présentation la plus longue. Ça valait le coup d'attendre !
Comme prévu, Miervaldis sera créée dans les semaines qui viendront.

Bienvenue et bon jeu en Inwilis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inwilis.heavenforum.com
Nivarel
Chaman
avatar

Peuple : Elfe blonde.
Nombre de messages : 301
Localisation : Cernée par des fous, et une montagne à clochette borgne et brute.
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: Clan des Alaric.    Lun 28 Mar - 0:10

Et bien, quoi dire d'autre ?

Si. Wahou !! Des hommes des vrais, yeeeeah !!

Aherm.

Bon, vu que la palme est déjà distribuée, il me reste plus qu'à vous dire bienvenue tout les trois, et qu'le rp sur Inwilis vous sourit !!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valas
Mercenaire
avatar

Peuple : Eldarin
Nombre de messages : 345
Localisation : Vous saurez où me trouvez quand vous aurez besoin de mes services...
Date d'inscription : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Clan des Alaric.    Lun 28 Mar - 14:14

Et bin, j'ai de la concurrence. Voila des gars au côté de qui j'aimerai bien fendre des crânes ! Bienvenue les gars, j'espère que vous trouverez c'que vous chercher ici !

Et au plaisir de croiser le fer, côte-à-côte... ou non Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogweed Fardale
Aubergiste
avatar

Peuple : Versipellis
Second(s) Métier(s) : Cuisinière et magicienne
Armée/Guilde/Institution : Ancienne d'Aeguishor
Nombre de messages : 125
Localisation : Derrière le bar ou en salle mon p'tit chou.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Clan des Alaric.    Ven 1 Avr - 18:57

Les Soeurs Fardale n'ont que deux choses à dire...
D'abord : Vive le Maëldan pour avoir autant de.. d'érotisme de clans !

Et surtout bienvenue et bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Clan des Alaric.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les Orks d'Alaric - surtout du Goff
» Premier Baptême... |Tout le Clan|
» Nouveau super pack de clan !
» La Guerre des Clan - Thelegend - Partenariat ? # Besoin de Membres.
» NTW3 Clan Wars League
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Hors Jeu :: Le Hall de Présentation :: Inwilissiens Initiés-
Sauter vers: