AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Embuscade Rouge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shurayev Livjatar
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Sluagh et Drow
Second(s) Métier(s) : Légionnaire, Maitre Espionne
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire
Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Embuscade Rouge.    Sam 18 Déc - 17:33

C'est l'humeur sombre que Six attendait de pied ferme de voir arriver les trois silhouettes encapuchonnées. Les méthodes de la Marche n'avait pas changées. Il faut dire qu'elle avaient cessé d'évoluer depuis un siècle. Un siècle que Alatairë, le précieux siège de la Marche du Sanctuaire avait été réduit à des ruines hantées par des spectres.
Six arpentait la Limite Désertique depuis trois jours. Elle était arrivée avant eux. De Cemenwin, elle avait pris la voie des Airs jusqu'à Emaine Macha. De là, elle avait pris les pierres levées pour Fendassë. Et depuis Fendassë, elle avait pris un Sableu pour Iskandar l'Avant Poste, et la voici qui campait à la lisière des Plaines de sables. Dans l'ombre des roches qui la surplombait, la chaleur était plus supportable.
Six avait été envoyée sur la trace des ressuscités dès que les Sceaux avaient été brisés. Elle avait perdu la piste à Morna, le Seigneur Forbesii s'était envolé. Sans doute littéralement. Avec une seconde personne.
Et elle avait dû se résoudre à regagner Cemenwin, sans rien d'autre qu'une vague certitude que l'ancien Empereur était bien de nouveau en vie.
Des informations venues de taupes à Nargothrond étaient parvenues jusqu'à la Légion, il y avait un mois et demi de ça maintenant. Et puis finalement, deux semaines auparavant, d'autres informateurs avaient signalés un groupe de voyageurs, au nombre de trois, portant les grises capes de la Marche, un ordre pourtant disparu. Un groupe de trois, qui voyageaient, emprutant la piste Brune. Marquise avait alors su, et les Mord Sith avaient été envoyées pour les intercepter. Six était la première sur la ligne. Il n'était pas dans l'intérêt de Marquise que Lys et Forbesii se retrouvent et passent la Mer du Milieu. Marquise avait moins d'influence dans le Nord.

La Mord sith fit tourner son agiel dans sa main, fixant l'horizon brouillé par la chaleur. Les coins de sa bouche frémirent. Un sourire sardonique apparut sur son visage. Les capes grises, trois points dans le lointain, au débouché de la longue route aux pavés larges et bruns. Six se déplaça, prenant soin de rester invisible. Elle frapperait quand ils arriveraient à proximité. Un jeu d'enfant. Ses yeux brillèrent un instant, donnant une lueur malsaine à son regard. Elle se lécha les lèvres, impatiente. Un frisson d'anticipation la secoua. Six réprima une envie de rire. Cela promettait d'être bon, excitant, jouissif.
Elle avait l'ordre de ne pas toucher à Lys. Marquise se méfiait de ce qu'Ishimaru Lenwë avait pu inventer enfin de réaliser ses plans. Six avait ordre d'agir rapidement, et de s'occuper des accompagnateurs. La princesse Lys serait à alors à la merci du soleil, et seule, et sous la menace de mourir dans l'immédiat si elle ne la suivait pas. Six devait la garder en vie, et se méfier des traces de sortilège qu'elle pourrait sentir sur la personne de la jeune épouse de Forbesii. Aegashjamur de la Triade ne s'était pas méfiée du lanceur du sort, du samildanach qu'avait été Lenwë. Elle l'avait tué, mais il l'avait emporté avec lui dans les Royaumes de Dämons. Marquise soupçonnait Lenwë d'avoir placer le même genre de sort mortel sur Lys et sur Forbesii. Capturer Lys, une proie facile, permettrait d'attirer Forbesii, et d'éviter qu'ils ne montent que le Haut Trône. Celui-ci n'était qu'un symbole, mais un symbole qui unifiait les contrées. Et Marquise n'aimait guère l'idée d'unification.
Six se leva, agiel au poing. Trois. Un homme, et deux femmes, vêtus de capes grises.
Six sourit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Sam 18 Déc - 21:09


Alatairë pouvait s'apercevoir depuis Iskandar l'Avant Poste, mais la distance à parcourir n'en était pas moins colossale. Il fallait coûte que coûte la Piste Brune, qui protégeait les voyageurs des spectres de l'ancienne ville blanche, autrefois centre d'Inwilis, aujourd'hui ruine hantée.
Hinamori le savait, et pourtant, le trajet lui parut interminable. La route sombre sinueuse avait semblé s'étendre devant eux, à l'infini. Et Fendassë avait parut être au bout du monde. Le Soleil et la chaleur étaient accablants quand la face d'Aelius était à son zénith. Anorion les faisait alors invariablement s'arrêter, et ils tendaient leurs capes au dessus d'eux, afin d'être à l'ombre. Ils se ravitaillaient en eau à chaque puis qu'ils rencontraient, et mangeaient de façon à ne pas avoir à mourir de faim avant d'atteindre Iskandar. Anorion, comme Lys semblaient avoir quelques difficultés au soleil, un contre coup du Sortilège des Sceaux. Ils avaient dû s'arrêter fréquemment pour leur permettre de se reposer, avant de poursuivre.
Les pierres levées d'Alatairë n'étant plus opérationnelles, le Gardien, qui ne devait pas être Haldamir encore à l'époque, avait pris soin de les briser, pour éviter les curieux et les imprudents, et les assoiffés du pillages. Aussi n'avaient-ils pu utiliser celles-ci, afin de se déplacer plus rapidement. Hinamori n'était même pas certaine que les Pierre Levées accepteraient deux revenants du Royaume de Dämons dans le réseau.
Le fonctionnement de ses moyens de transports n'étant pas tout à fait connu, les différentes composantes étaient trop hasardeuses pour qu'on prenne le risque d'essayer.
Les hautes tours d'Alatairë continuaient de se voir dans le bleu du ciel, et devenaient parfois même tellement brillantes quand le soleil tapait dessus, que Hinamori préféra éviter de regarder en arrière.
Peu à peu, la ligne sombre des roches de la Limite Désertique firent leur apparition. Une mince ligne qui au fur et à mesure des jours s'étaient épaissie sous ses yeux. Épaissie pour devenir un amas de rocs d'une couleur presque rouge. Un amas de rochers derrière lesquels se trouvait Iskandar l'Avant Poste.
Une petite citée qui abritait une garnison importante, chargée de veillée à la sécurité des voyageurs, des caravanes, et surtout, d'exterminer les pillards et les pirates du ciel.
La Limite Désertique était très nette, un résultat de la Grande Guerre, qui avait rendu les plaines fertiles de l'Esgaleithel à un désert de sable gigantesque. Derrière les roches de la Limite, les marécages et la jungle. Et surtout, Fendassë et la Mer du Milieu.
Leur destination était encore loin, mais la Limite était une première étape de franchie. Ils laisseraient le désert derrière eux. Avec un peu de chance, Lys et Forbesii pourraient se retrouver en chemin. Hinamori fut ragaillardie à cette perspective.
Si ragaillardie qu'elle faillit ne pas sentir la présence qui les épiait quand ils s'engagèrent entre les rocs rouges. Elle se raidit, et se rapprocha de l'ancien commandant général de la Marche, et chuchota :

-Anorion, il y a quelqu'un ici.

Hinamori porta la main à son katana, prête à dégainer. Elle n'était pas paranoïaque, mais prudente. Un excès de prudence valait mieux que de se laisser avoir. Si petite et si frêle qu'elle put paraitre, elle était prête à se battre.
Il vit quelque chose remuer du coin de l'oeil. Rapide, Hinamori dégaina et lança un rapide sort de feu. Une simple sphère rouge, qui alla s'écraser contre la roche dans une explosion formidable. Rouge. La douleur la frappa en pleine poitrine, le coupant le souffle, alors que son dos rencontrait durement le sol, le sable amortissant à peine sa chute. Le sable lui rentrant dans la bouche et le nez. Sa vision troublée, Hinamori chercha Lys et Anorion, et surtout, elle chercha où était leur agresseur.

Revenir en haut Aller en bas
Shurayev Livjatar
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Sluagh et Drow
Second(s) Métier(s) : Légionnaire, Maitre Espionne
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire
Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Sam 18 Déc - 21:25

Et ils passèrent, s'engouffrèrent dans le goulet de pierres qui menait à Iskandar; Trois silhouettes grises.
Six sourit.
Elle sauta de son perchoir. La plus petite des silhouettes dégaina et lança un sortilège de feu, qu'elle évita.
Le propre de la mord sith est d'absorber la magie de son attaquant. Elle s'empara du sortilège de feu, et le fit sien. Elle tenait la silhouette qui était lame à la main. Cela ne dura qu'une fraction de seconde. Six évita quand même la sphère de flamme, qui explosa contre la roche où elle s'était tenue quelques secondes plus tôt.
D'une roulade, Six fut de nouveau sur pied, agiel au poing. Elle frappa en pleine poitrine la silhouette armée, de toutes ses forces. Elle entendit le bruit des os, celui de la respiration qui se coupe brutalement, et vit l'expression de stupeur et de douleur passer sur le visage de la silhouette. Comme au ralentit, ses grands yeux bruns s'écarquillèrent, et sa bouche s'ouvrit sur un cri muet. Jusqu'à ce que le corps s'éloigne, pour aller se fracasser contre le sol. La victime était une brunette. Ce n'était pas Lys, Six savait que Lys était plus grande, et ses cheveux étaient bouclés.
Deux sur trois.

Restait à savoir laquelle des deux capes grises étaient la princesse. Facile. Lys n'avait pas les cheveux d'un blond si brillant, qu'on les aurait dit faits de soleil. Et surtout, Lys devait être celle qui se tenait derrière, la tête rentrée dans les épaules, dans une posture trahissant sa peur. L'autre avec lui aussi une lame au poing. Elle n'attendit pas qu'il se découvre complètement. Six fonça, et dégaina sa main gauche, la dague dissimulée dans son dos.
L'acier rencontra l'acier. L'impact vibra dans ton son bras. Et son sourire s'élargit. Six n'ayant plus à se soucier de la brune par terre, qui souffrirait de côtes certainement cassées, en plus de souffrir le martyr dès qu'elle essaierait d'utiliser ses pouvoirs, elle put se concentrer sur l'homme blond qu'elle affrontait.
Elle connaissait son identité. Anorion Lenwë, le frère du Samildanach, du créateur des Sceaux, qui piégé dans la création de son frère jumeau. Six lui envoya un coup vicieux d'agiel en pleine figure. L'Agiel était un petit fouet, presque une cravache, de couleur rouge, et qui, tenu par une Mord Sith, découplait la douleur et la violence des coups qu'il donnait. Un simple effleurement pouvait fêler des os, et si on appuyait trop, c'était la mort.
Le rire qu'elle réprimait monta lentement dans sa gorge, avant d'éclater. Dément. Six se mit à hurler de rire, continuant de frapper sans relâche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Sam 18 Déc - 21:51

Anorion plaça Lys derrière lui, et dégaina, quand Hinamori lui passa devant, avant de s'écraser dans le sable. Elle était vivante, puisqu'elle cracha et toussota. Découvrant sa tête, pour avoir une plus large vision, il regarda la femme en rouge qui venait de les attaquer. Elle ne portait pas l'uniforme de la garde d'Iskandar, mais du rouge et du noir. Et dans sa main.
Anorion frémit. Une Mord Sith. L'utilisation de la magie lui était interdite, sous peine de se retrouver à la merci de la femme en rouge. Les mord sith s'appropriaient le pouvoir, et contrôlaient leur utilisateur par son biais, le forçant à obéir à leurs moindres désirs, et à tous leurs caprices, sous peine de se voir infliger les douleurs les plus extrêmes.
Il se tint prêt, et para la première attaque, survenue avec une dague. Une arme inhabituelle. Anorion évita de justesse le coup d'Agiel, ne devant son salut qu'à sa souplesse.

-Lys ! Mettez-vous à l'abri ! Fuyez et cachez-vous ! Dépêchez !

Il repoussa l'épouse de Forbesii, lui secoua violemment l'épaule. Celle-ci semblait pétrifiée sur place. Il croisa ses yeux un instant, et Anorion voulut oublier ce qu'il y lut. Elle sembla revenir à elle, et détala. Anorion put alors empêcher la mord sith de lui courir après. Sauf que celle-ci n'essaya même, se contentant de lui asséner des coups à répétitions, aussi bien de dague que d'Agiel. Anorion para, ou bien recula pour se mettre hors de portée. Il décida de l'éloigner aussi d'Hinamori.

-Qui t'as envoyée ? cria-t-il entre deux crissements de lames et les éclats de rires, qui ?!

Sa main libre commença à esquisser des gestes familiers, il s'interrompit de justesse avant de lancer le sort. La magie ne lui serait d'aucun secours. En revanche... Anorion se baissa, et ramassa une poignée de sable, qu'il jeta au visage de son adversaire, l'aveuglant momentanément. Il en profita pour tailler dans le bras qui tenait la dague. Le sang rougit le sable, et la lame tomba. Un simple croc en jambe réussit à faire tomber la mord sith aveuglée. Anorion prit soin de lui appliquer sa lame contre la peau de son cou.
-Je répète, qui t'as envoyée ?

Là dessus, il y avait un tas de possibilité. Dont une qui lui semblait plus que probable. L'auteur ne pouvait être que la Rouge. Une mord sith, peut être folle, vu ses réactions. La garce n'avait cessé de rire que quand elle s'était pris le sable dans la figure.
La pression sur sa gorge augmenta, alors qu'il vit le filet de sang s'échapper.
-Répond !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Sam 18 Déc - 22:01

Lys faillit crier, mais elle resta pétrifiée. Voila que tout recommençait. Elle s'était cru en sécurité avec eux, et elle avait cru qu'elle pourrait rejoindre Forbesii sans subir le moindre mal. Qu'elle était hors d'atteinte.
Elle vit Hinamori se prend le coup, elle aussi entendit l'horrible bruit que firent les os.
Lys se souvint de sa propre mort. Terriblement longue, terriblement douloureuse, et son bourreau qui s'excusait doucement, auprès d'elle, auprès des Dieux. Et la douleur, si vive, de l'enfant qui grandissait en son sein arraché, du l'odeur du sang, et de sa vie qui s'échappait lentement. Et puis le froid, si froid. Et ses propres cris, tombant dans l'oreille d'un sourd, qui continua de la massacrer.
Son bras lui fit mal. Elle croisa le regard d'Anorion, et ne comprit pas immédiatement ce qu'il lui criait. Il la secoua, et elle décampa. Le sol était inégale sous ses pieds, et les cailloux roulaient sous ses chaussures, menaçant de la faire tomber. Lys se réfugia derrière un rocher, tombant presque derrière lui.
Ses genoux heurtèrent le sol. Elle le ramassa contre sa poitrine, et se blottit dans l'ombre de rocaille, tremblante, se mordant la lèvre, et s'enfonçant les ongles dans les paumes de ses mains. Elle devait rester cachée, elle aurait dû fuir plus loin. Le bruit des lames se fracassant l'une contre l'autre continua.
Elle ne saurait dire combien de temps, mais il cessa aussi brusquement qu'il avait commencé.
Elle entendit Anorion crier quelque chose qui lui parut incompréhensible. Ne pas bouger, on viendrait la chercher. La douleur était terrible. Elle en pleurait presque. Elle se souvenait de tout. Elle aurait tant aimé que Forbesii, que quelqu'un qu'elle connaissait vraiment soit là. Lys se mit à prier Lior et noir frère Feardorcha, pour qu'elle soit préserver de la douleur et des dangers.
Elle ne voulait pas revivre ça.
Elle se risqua quand même à un coup d'oeil par dessus le rocher derrière lequel elle s'était cachée. Elle vit Hinamori qui tentait de se relever, et Anorion qui avait désarmé la femme en rouge, et qui la tenait en respect, sous la menace de lui trancher la gorge.
Le soulagement s'empara d'elle, et elle se risqua à se relever. Il fallait que quelqu'un aide Hinamori. Anorion empêcherait qu'on leur fasse du mal. Après tout, il était le Commandant Général de la Marche, que l'ordre soit disparu où non, ne changeait rien à son grade, encore moins à ses capacités.
Lys descendit la pente qu'elle avait gravie à toutes jambes, et accouru près d'Hinamori. Elle ne pouvait pas utiliser de magie pour la soigner, comme elle l'avait fait pour Anorion, tant que la mord sith serait en vie.

-Hinamori, je suis là, ça va aller.

Lys aida la shinigami à se mettre sur son séant. Elle avait la respiration difficile, et le devant de sa cape était rouge, son menton aussi. Lys pria que les côtes n'aient pas perforé un poumon. Elle se retourna vers Anorion.

-Il faut que vous la tuiez, je ne peux pas soigner Hinamori si non.
Revenir en haut Aller en bas
Shurayev Livjatar
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Sluagh et Drow
Second(s) Métier(s) : Légionnaire, Maitre Espionne
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire
Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Sam 18 Déc - 22:27

Le sable. De la triche. Un coup bas.
Le sable lui arriva en plein visage. En plein dans les yeux. Elle battit des paupières par réflexe, et se retrouva complètement aveuglée, de rage, elle frappa devant elle. Sa chaire fut entaillée par la lame, et elle dut lâcher la dague. Dague qu'elle n'utilisait jamais. Seulement l'Agiel pouvait être couper par l'épée, et il était logique que l'escorte de Lys soit armée. Pour parer l'acier, il fallait de l'acier.
Son rire s'arrêta net dans sa gorge, et Six hoqueta en tombant par terre. Il l'avait déséquilibrée, elle allait lui faire mordre la poussière. Elle tenta de se relever, mais elle sentit la pointe de l'épée contre sa gorge. La mord sith se résigna, et se laissa retomber sur le sol, soulevant encore du sable.
Elle entendit l'homme lui crier après, lui demandant qui l'avait envoyée. Comme si elle allait lui répondre bien gentiment. La pointe de la lame piqua sa peau, et elle sentit la fine morsure, qui ferait couler un peu de sang. Elle entendit quelqu'un dévaler la roche, sans doute Lys qui avait couru se cacher, quand Anorion lui avait ordonné de le faire.
Une voix de femme demanda à ce qu'on la tue. La garce que cette pleutre là. Et l'autre imbécile qui croyait l'avoir à sa merci.

Six tourna ses paumes vers le haut, et prit une grande inspiration. Et le feu bleu jaillit. Leur bleue à travers ses yeux qui papillonnaient toujours pour se débarrasser du sable. Du feu, contenant toute sa colère, dirigé vers l'homme à l'épée, dont les vêtements s'embrasèrent, de même que ses cheveux couleur de soleil. Six l'entendit hurler, et le rire revint.
Une satisfaction que de sentir l'odeur de la chair brûler. La lame quitta sa gorge, elle se remit debout, repoussant l'homme enflammé avec sa propre épée, qu'elle lui passa presque amoureusement en travers du corps. Six lui souffla dessus encore une fois, satisfaite.
Elle soupira, et d'une démarche proche de celle d'un pantin désarticulé, les bras ballants, chevelure défaite, elle se rapprocha des deux silhouettes floues. Elle riait doucement, et voyait mieux à présent.
Son pouvoir tordit celui de la petite shinigami, qu'elle entendit elle aussi crier, faisant écho aux cris du grande Anorion Lenwë qui brûlait comme on brûle un morceau de papier. Elle tâtonna sur le sol, à la recherche de son agiel perdu, et le retrouva rapidement.

Elle avait pour ordre de ne pas faire de mal à Lys, mais... L'agiel fusa, frappa le visage, et la garce, princesse ou non, s'écroula en gémissant. Six attrapa sa foisonnante chevelure bouclée, et la traina plus loin.

-Laisse moi le temps de m'occuper de ton amie, et je suis toute à toi.

Six la gratifia de quelques petites tapes d'Agiel sur le haut de la tête, avant de lui balancer un coup de pied. Elle se traina presque jusqu'à la brune qui souffrait, la douleur rendait son visage si délicieux, que Six en aurait presque envie de la voir s'extasier en même temps, jouir en même temps que d'avoir mal. Elle était menue, et si jolie. L'expression d'extase qu'elle pourrait avoir durant un orgasme, mélanger à celle de la douleur, cela vaudrait peut être le détour. Elle hésita.
Et se rappela ses ordres.
Six s'accroupit doucement devant elle.
-Hm, ça va aller, je suis là.

Un doigt se tendit pour repousser une mèche de cheveux derrière l'oreille de la brunette. Six la regarda tendrement, avant de lui enfoncer l'Agiel dans l'oreille. Profondément. Le sang coula sur ses doigts, et les os du crâne craquèrent. Six soupira d'aise. Son orgasme à elle, s'était ça. Et pas en se faisant trousser par un vulgaire mâle, et son engin. Elle attendit un peu. Et retira l'agiel, rouge, avec peut être des petits morceaux de cervelle.
Le corps tomba sans vie devant elle.
Elle se releva, et pivota, comme soulée par ses émotions. Son regard tomba sur Lys. Peut être que finalement, elle pourrait se l'offrir, se visage en extase et déformé par la souffrance. Lys n'était pas vilaine, avec une jolie bouche, et de jolis yeux. Une peau soyeuse et blanche.

-Bien, à ton tour.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Mar 28 Déc - 0:04

Hall chevauchait Ennyon depuis que ce fantôme de son passé était arrivé sur le pas de sa porte. Il n'avait pas apprécié au d'abord qu'Uranach soit là, trop de mauvais souvenirs et trop à perdre aujourd'hui. Mais celui-ci avait su se montrer un brin compréhensif, et au final persuasif. Il ne ressemblait pas à l'homme qu'il avait connu alors même si ça n'avait été que furtivement. Les cheveux avaient étés plus longs, et il avait ses deux yeux. Mais le plus extraordinaire avait été l'orage qui l'entourait comme un manteau. Suréel, c'était la première chose qui lui avait traversé l'esprit quand ils avaient été invités par Kalie à s'assoir et qu'elle était allée leur préparer le thé. Hall n'avait pu que se crisper ensuite quand Caled, aillant entendu qu'ils avaient un invité tardif, s'était réveillé et était venu dans le salon, adorablement ébouriffé et tout ensommeillé. Peut-être que c'était sa propre réaction, ou alors Kalie avait simplement mit le holà, mais Caled avait vite été remit au lit après avoir bredouillé un au revoir furtif à l'ancien général.
Comment ne pas être crispé dans cette situation ? Certes les grands de la guerre avait alors eu d'autres chats à fouetter, et personne n'était venu lui demander des comptes, mais il s'était toujours attendu à cette visite même si elle venait une centaine d'années trop tard.
Uranach le connaissait assez pour savoir qu'il n'avait pas trahit Lys, même s'il avait malheureusement contribué à sa mort par son absence. Quand il ressassait trop le passé Kalie lui assurait qu'il s'était repenti pendant assez longtemps. Mais quand Uranach lui annonça que Lys était vivante, comment cela était possible...Hall en resta sans voix. Le général lui demanda alors ce qu'il voulait que Hall fasse et il n'avait pu qu'acquiescer d'un hochement de tête. Uranach avait alors pris son congé.
C'était Kalie qui l'avait alors secoué et été allée préparer Ennyon pendant qu'il rassemblait quelques affaires. Et l'avait embrassé passionnément après lui avoir donné un sac de provisions, comme si elle l'avait su tout le long.

Il avait sollicité la vitesse d'Ennyon comme jamais il ne l'avait fait jusqu'alors et la laurëcaras avait eu un mal fou à tenir la cadence mais avait traversé le Maeldan en un temps record. La traversée de la mer du milieu n'avait pas été une mince affaire mais Hall avait trouvé un aéronef rapide et propre à accepter Ennyon à bord en échange de quelques pièces dorées. Et enfin l'Andanorië.
A Armenelos et Fendassë il avait repris contact avec de vieux amis dont il savait qu'il pouvait compter sur leur discrétion, et il avait à chaque fois organisé un refuge. Il avait laissé Ennyon se reposer et se ressourcer autant que possible à Fendassë, puis il avait ressauté en selle et la jument s'était poussée à bout sur la route des marécages, et ensuite dans la jungle, évitant habilement les plantes qui les prenaient un peu trop en considération.
Arrivés à Iskandar il avait ressenti dans sa poitrine que Lys était et son lien d'homme-lige avait rugi dans sa poitrine. Non seulement Lys était proche mais quelque chose n'allait décidément pas du tout. Ennyon vola sur le sable.

Deux corps s'étendaient dans le sable, l'un calciné, l'autre poisseux de sang. Deux femmes restaient, l'une debout, les bras ballants et le corps tordu, l'autre étendue dans le sable le côté du visage commençant rapidement à bleuir. Ennyon toujours élancée à bride abattue Hall attrapa le marteau qu'il avait dans le dos et la masse que Kalie avait accroché à la selle. Le marteau vola. Hall passa sa jambe droite par dessus l'encolure d'Ennyon et sauta à terre. La jument dépassa les deux femmes, fit demi-tour et s'arrêta non loin de Lys. Hall n'avait d'yeux que pour la mord-sith qui se tenait devant lui comme un pantin désarticulé.

-Toi ma fille, je ne sais pas qui t'es, mais ça va mal se finir pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Mar 28 Déc - 23:50

Lys rassembla un pan de sa cape pour appuyer sur la blessure aux côtes d'Hinamori, et elle essuya du pouce le sang qui avait coulé de son nez. La noble trouvait la petite shinigami un peu verte, et surtout, la sueur perlant sur son front, et les rictus qui crispaient son visage, en disait long sur sa souffrance. La Mord Sith l'avait en son pouvoir. La magie, avait-elle appris très jeune, n'était d'aucun secours face à une Mord Sith, sauf si elle a pour but de vous tuer avec votre adversaire. Une Mord Sith absorbe la magie, et s'empare de celle-ci, pour en faire un lien avec son utilisateur, et le maintenir sous son autorité absolue. Le seul moyen de se défaire d'un tel lien ? Tuer la Mord Sith, ou bien mourir.
Du coin de l'oeil, elle vit l'éclat bleu, violente couleur dans tout ces rouges et ocres.
Lys tourna la tête, les yeux agrandis par l'horreur. Des flammes bleues, qui grimpèrent comme une horde rampante sur les bras de Anorion. Très vite, la chevelure aux éclats de Soleil s'embrasa d'un bleu malsain. Et le visage aux nobles arrêtes fut déformé par des hurlements de douleur, et les flammes qui le dévoraient. D'un appétit vorace, elles ne s'éteignirent pas alors que l'ancien commandant général se roulait sur le sol, tentant de les étouffer ainsi. Les flammes bleues continuèrent de tout ronger. La femme en rouge ramassa l'épée qu'Anorion avait lâché, et la lui passa en travers le corps. Elle se mit alors à rire. Un rire affreux. Lys ferma les yeux, et pour un peu, elle se serrait boucher les oreilles, si cela avait pu la soustraire à cette horreur.
Lys n'entendit que trop tard que la Mord Sith avait bougé, et le coup reçu en plein visage lui fit l'effet de ce que devait faire un marquage au fer rouge.
Elle porta les mains à sa figure en même temps que de pousser un cri étouffé.
Empoignée par les cheveux, elle se débattit comme elle put, et la poigne de fer se resserra sur ses boucles, manquant de lui arracher le cuire chevelu. Elle fut trainée sans ménagement loin d'Hinamori, qui se tordait sur le sol. Lys eut droit à quelques coups, pas très fort, mais l'agiel décupla suffisamment la douleur pour qu'elle ait l'impression que son crâne allait se fendre en deux. Le coup de pied la prit par surprise, et la fit se plier en deux, le visage dans le sable et la caillasse.
Ses yeux embués de larmes, Lys en prise avec sa propre souffrance, assista impuissante à la mise à mort d'Hinamori. Elle entendit distinctement le puissant crac que fit l'os en se brisant. Quand la femme en rouge se releva, Hinamori retomba. Sa tête ne ressemblant plus qu'à une pastèque trop mûre, qui se serait éclatée sur le pavé d'une rue. Elle n'avait plus rien d'humaine, juste une partie de la tête, le reste n'étant qu'une bouillie informe.
Lys hoqueta et vomit.
La Mord Sith arriva vers elle, tordue. Le corps tordu, comme un pantin qu'on s'amuserait à faire marcher de la façon la plus torturée possible.

Lys gémit, et se traina, à quatre pattes, engoncée dans sa robe, et prise dans les pans de sa longue cape grise. Cette fuite, elle le savait, ne la conduirait pas bien loin. Comme ce fameux soir, où Daren le Triste avait pris son temps. Toujours en s'excusant. Elle s'était trainée de la même façon, comme si elle avait pu avoir ne serait-ce qu'une chance de pouvoir s'échapper. Lys hoqueta une nouvelle fois, elle ne voyait plus rien. Sa tête lui faisait mal. Elle avait le visage en feu. Et le sol écorchait ses mains et ses genoux.
Et dans sa tête, comme une éternelle litanie, elle se répétait que ça n'était pas vrai, que ça ne pouvait pas se passer comme ça encore une fois. Et quand les pas et le rire furent plus proches, la seule chose qu'elle faisait, c'était de prier pour que quelqu'un vienne la sauver.
Elle s'arrêta, défaite.
Et puis le sol trembla sous ses mains, d'un martèlement rude. Lys se retourna. Un géant, monté sur un cheval des elfes arrivait vers elles. La Mord Sith l'avait aussi bien sentit et entendu qu'elle, si bien qu'elle s'était retournée. Lys essaya de se remettre debout pour prendre la fuite plus vite. Le cavalier sauta de selle, armé, et le Laurëcaras continua son chemin jusqu'à elle. L'animal magnifique vint se planter fermement dans le sol juste derrière elle.
Lys n'en crut pas ses yeux. Il avait vieilli, et peut être qu'il avait plus de cicatrices aussi. Elle recula cependant, jusqu'à pouvoir s'aider du cheval pour se relever. Sa vision se troubla, et elle vacilla. Mais elle tint bon, et se releva, son coeur cognant dans sa poitrine, alors que le lien s'était ouvert brutalement. Le cavalier n'était personne d'autre que son Homme Lige, Hallbjörn, le grand frère de son enfance, et le protecteur de son ancienne vie. Le quelqu'un qu'elle avait prié de venir la sauver, était quelqu'un qu'elle n'aurait jamais pensé revoir aujourd'hui. Hall était toujours aussi massif. Et sans doute toujours aussi imperméable aux attaques magiques et physiques. Lys reprit courage, malgré la nausée qui la fit se retrouver à genoux, vomissant violemment.
Revenir en haut Aller en bas
Shurayev Livjatar
Officier
avatar

Peuple : Métisse, Sluagh et Drow
Second(s) Métier(s) : Légionnaire, Maitre Espionne
Armée/Guilde/Institution : Légion Noire
Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Mer 29 Déc - 0:04

Six regarda la gracieuse princesse se trainer, pour lui échapper. Tellement craquant. Elle ne put qu'en rire. C'était mignon, de croire qu'elle pouvait encore se sauver. Personne ne lui échappait. Personne. Elle était Six, et elle avait ce qu'elle voulait. Son premier maitre, Lestari, avait lui ausi, toujours eu ce qu'il voulait. Et il avait aussi eu ce qu'il méritait. Une mort atroce et pleine de souffrance.
La petite princesse avait sa chevelure soyeuse en vrac, ses vêtements l'empêchait de courir, ou de ramper plus vite. Six songea qu'il faudrait peut être l'en débarrasser. Elle n'en serait que plus mignonne. Elle la présenterait à Marquise avec pour seuls vêtements, des plaies et des ecchymoses, sa chevelure tondue, et rassemblée en une tresse, que Six lui accrocherait autour de la taille. Oh oui. Ce serait tellement beau.
Elle prendrait son temps.
Six marcha lentement, encore toute chamboulée par la mort de la shinigami. Elle sentait et entendait encore l'os de la boite crânienne craquer, se casser, et la peau éclater, pour que sa cervelle se répande au mieux à ses pieds. Son hilarité redoubla d'intensité. Elle avança, pas à pas, vers Lys, l'adorable Lys, qui allait perdre ses pétales à un à un. Et sa beauté serait alors toute fanée. Six gloussa. L'excitation monta, et son plaisir avec. Six s'en mordit la lèvre, et les doigts.

Mais voila qu'on venait tout gâcher. Envoler son plaisir. Une monture et sans doute un cavalier allant de paire avec, faisaient autant de bruit qu'une avalanche. Six pivota, de cette même façon désarticulée qu'elle avait de marcher. L'autre n'irait pas bien loin de toute façon. La bête surgit, martelant le sol à une vitesse folle, chevauchée par un géant. Six se lécha les lèvres. Voila qui était franchement excitant, intéressant. Un joli rebondissement. Et surtout, un divertissement qui promettait de durer plus longtemps que les deux shinigamis.
Elle fit claquer son agiel dans l'air. Elle vit le marteau. Sans réfléchir, Six s'élança. Le feu bleu sous ses pieds, pour la propulser plus loin, transformant le sable en verre à chacune de ses longues foulées. Le rire lui échappa de nouveau. Et c'est enflammée et agiel au poing, que la Mord Sith bondit sur le cavalier descendu du monture. Elle ignora la bestiole, elle s'en occuperait plus tard. D'abord l'homme. Et quel sacré morceau d'homme.
Viser la tête, les côtes, ou bien l'entre jambe. Six se tordit en plein saut, prête à tourner sur elle même, si elle venait à être repoussée, pour mieux retomber sur ses quatre appuis.
L'homme parla, mais elle n'entendit pas. Elle devait frapper avant lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Lun 23 Mai - 14:57

L'odeur de chair calcinée empestait l'air comme le font généralement les odeurs nauséabondes en plein été. L'expression sur le visage de Hall était partagé entre le dégout face à l'odeur et le mépris profond qu'il ressentait pour la folle face à lui. Folle incroyablement dangereuse mais qui manipulait tout de même magnifiquement bien le feu. Cent ans avaient eu beau être passés il exécrait toujours autant les mord siths, s'il ne devait pas en revoir avant encore une centaines d'années ça serrait trop tôt.

Ça faisait aussi des années qu'il n'avait pas combattu à proprement parler, et la masse n'était pas la meilleure des armes dans un combat rapproché. Depuis son lamentable échec, il s'était toujours senti insuffisant, il avait alors définitivement posé les armes et s'était retiré sur la Grande Nord. La seule chose qu'il avait gardé sous la main c'était quelques haches, et il ne s'en était pas servi comme arme à proprement parler, seulement comme outil. Il avait abandonné ses entrainements journaliers au profit d'un travail honnête pour sa propre survie, puis une fois qu'il avait un véritable toit au dessus de sa tête, pour son propre confort.
C'était Kalie qui était venue tout chambouler, enceinte et complètement perdue. Elle lui avait redonné un but, une certaine joie de vivre qu'il avait cru ne plus jamais retrouver. Puis Caled était né et Hall avait une famille pour laquelle il ferrait n'importe quoi, le petit était son fils en absolument tout. Et quand Caled avait été assez grand et que Kalie avait exprimé le souhait d'aller s'installer en ville et ouvrir la boutique dont elle rêvait. Vivre comme une vrai famille... il avait brièvement pensé à reprendre les armes. A travailler comme mercenaire. Sauf qu'il n'avait pu s'y résoudre, mais il ne pouvait aussi rien lui refuser, c'était elle qui le faisait avancer à présent.
Ils s'étaient installés à Fainros dans une maison modeste, confortable. Il avait pu la payer avec les économies qu'il avait, et puis il avait travaillé un peu plus que Kalie l'aurait voulu pour rassembler les fonds nécessaires. Et un jour la boutique avait vu le jour. Leur vie était confortable, domestique, et quand il sentait le besoin physique de faire quelque chose de vraiment physique il détruisait des murs de briques au lieu d'abattre des arbres, ou encore des hommes comme il avait du parfois le faire, avant.

La seule chose qu'il pouvait espérer si les choses tournaient au pire, c'était que Lys sente combien il était urgent qu'elle quitte les lieux et vite. Ennyon étant une Laurëcaras elle était suffisamment intelligente pour savoir où la porter à Iskandar pour la mettre à l’abri. Ses contactes se changeraient du reste si l'orageux n'intervenait pas avant, Hall ne savait pas quoi penser à son propos.
Il laissa tomber la masse derrière lui et se campa fermement dans le sable, une fraction de seconde après son adversaire lui arrivait dessus avec un sourire maniaque. Hall leva les mains et l'empoigna par les manches. La fille lui envoya un coup de pied rageur visant les parties intimes, il eu tout juste le temps et la présence d'esprit de bouger la jambe pour que son tibia frappe le jarret. Hall grogna et son adversaire ricana haut et fort en lui plantant ses ongles dans les avant-bras. Des flammes bleues jaillirent de celles-ci et embrassèrent immédiatement ses manches, l'odeur des poils brulés de ses avant-bras lui chatouilla les narines et sa peau commença à bruler, à cloquer et peler. Il raffermit sa prise sur elle et, tournant sur un quart de tour pour avoir de l'élan, l'envoya valser dans les airs. Loin de lui, et surtout loin de Lys.
Elle se réceptionna souplement, il ne s'attendait pas à moins de sa part, elle grimaçait de toutes ses dents accroupie au sol comme un félin enragé prêt à bondir. Il se débarrassa de sa chemise qui se consumait et la chargea. Le besoin de frapper l'avait prit tout entier, plus fort que quand un mur s'avérait plus dur à briser qu'il le croyait. Plus fort que quand il était d'un humeur massacrante et avait vraiment besoin de se défouler sur des parpaings. Tellement, tellement plus fort. Fort comme quand il avait apprit que celle qu'il considérait comme une petite sœur était morte et que l'assassin vivait toujours. Fort comme, de la rage. La honte qu'il avait ressenti alors ne le remplissait pas, Lys était là , vivante. Vivante.
Il lui envoya quelques coups de poings, jaugeant, calculant, et avec l'agilité d'un félin la fille se tortillait et esquivait. Il feinta de baisser sa garde et elle le frappa avec son agiel, il répliqua d'un coup de pied pour lui faucher les jambes. Elle commença à tomber en arrière, il l'attrapa au col de la main gauche et de la droite la frappa en plein visage. Elle s'affaissa dans le sable. Son dos avait à peine touché terre qu'elle ramenait ses genoux vers le torse et le propulsait en arrière d'un coup puissant à l'estomac. Il s'écroula dans le sable en grognant et roula sur le coté pour mieux se relever juste à temps pour parer son agiel. Elle avait les mains crispées, toutes griffes dehors et elle embrasa ses poings. Elle le frappait répétitivement et ce fut à lui de bloquer cette fois, une expression d'intense frustration marquait son visage parce qu'il ne s'enflammait pas comme elle le voulait. Hall lui renvoya son plus large et sinistre sourire. Elle fulminait véritablement, frappait de manière de plus en plus incontrôlée et le forçant à reculer. Son talon butta sur quelque chose de dur, la masse, Hall tenta le tout pour le tout. Il balaya son bras gauche et la frappa d'un uppercut du droit. Il entendit l’écœurant craquement de sa mâchoire se briser sur son poing, il ramassa sa masse et la leva haut au dessus de sa tête avant de l'abattre sur la sienne.

Hall souffla bruyamment. Il tira brusquement la masse de ce qu'il restait du crâne brisé avec une grimace de dégoût. Il n'aimait vraiment pas tuer, même quand c'était nécessaire. Le bruit du sang et des autres morceaux éclaboussant le sable avec des bruits de succion et bulles lui donna un haut le cœur. Il bloqua l'odeur forte et métallique avec son poignet et ferma les yeux un instant, se détourna. Quand il rouvrit les yeux c'était Lys qui s'offrait à sa vue, tremblante, les traits tirés et accrochée au pommeau de la selle d'Ennyon. Le visage d'Hall se draina d'un coup et ses mains se mirent à trembler. Il laissa la masse glisser d'entre ses doigts.
L'ennemi mort tout le désarroi qu'il avait pu ressentir face à la mort de Lys, et son plus terrible échec, remonta à la surface. Il fallait qu'il la sorte de là, ce n'était pas le moment de repenser à ces choses là, mais il avait besoin d'implorer son pardon. Il se laissa tomber à genoux dans le sable, les mains sur les genoux et la tête baissée.

-Pardonne-moi, Lys. Je t'en prie, pardonne-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Ven 3 Juin - 19:14

Son estomac s'était contracté sur du vide longtemps après qu'elle ait fini de régurgiter ce qu'elle avait avalé dans la journée. Son crâne menaçait d'exploser, là où la mord sith l'avait touchée. Sa nausée venait de là, et la nausée avait provoqué ses vomissements. Elle était restée prostrée, suivant les mouvements de Hall' à travers ses yeux embués de larmes et ses cheveux défaits. Le goût de la bile, la gorge en feu, Lys tenta de se relever, sans pour autant quitter la scène des yeux. La mord sith venait d'enflammer sa chemise. Lys ne se rappelait que trop bien qu'Anorion avait flambé comme un vulgaire morceau de papier. Elle s'avança, comme pour aller le protéger. Se retrouvant à quatre pattes, s'appuyant sur ses mains. Son cœur s'emballa en les voyant revenir dans sa direction, mais son homme lige jeta, littéralement, la Mord Sith loin d'elle.
La Laurëcaras piaffa, et lui donna un petit coup de museau affectueux. Le geste fébrile, elle repoussa la jument elfique, et réussit à se mettre sur les genoux, en se redressant. Elle ferma les yeux un bref instant. C'était difficile. La gorge en feu, et l'arrière goût acide de la bile, Lys sentait que si elle bougeait, elle vomirait de plus belle, même si elle n'avait plus rien dans le ventre. Elle respira comme elle put. Machinalement, elle passa sa langue sur ses lèvres, et un goût métallique lui emplit la bouche. D'un revers, elle s'essuya. Elle nota qu'elle saignait du nez. Sans doute à cause des petits coups d'Agiel sur le haut de son crâne. Elle repoussa ses cheveux, le geste plus assuré. Elle resta pourtant sur les genoux, incapable de bouger, parce que chaque mouvement lui donnait l'impression que sa tête allait exploser. Comme celle d'Hinamori. Lys hoqueta. Respirer. Doucement. Ne pas vomir. Doucement.
Le sable volait dans tous les sens, la mord sith mordit la poussière, Lys vit distinctement le poing gigantesque de Hallbjorn s'écraser dans son visage, le corps de la femme en rouge projeta une gerbe de sable sous la force de l'impact. Elle vit Hall être repoussé, et rouler dans le sable. Son cœur se serra. Ses doigts s'enfoncèrent dans le sable, se crispant. Il y eut un nouvel échange, rapide, trop rapide pour qu'elle puisse suivre, jusqu'à qu'elle voit encore le poing s'écraser son la joue de la mord sith. Hall eut un mouvement étrange, il se penchait. Et puis ce fut rouge. Comme la tête d'Hinamori, celle de la mord sith ne ressemblait plus à une tête. Le corps eut un étrange mouvement, comme celui d'une bannière flottant au vent, comme si Hall l'agitait du bout de sa masse. Le corps de la femme en rouge tomba lourdement sur le sol, le feu de ses poings et ses pieds s'éteignit brutalement. La masse était encore enfoncée dans le crâne. Hall la dégagea d'un bref mouvement.
Lys resta un instant complétement paralysée, réalisant doucement qu'elle était morte, et que son homme lige venait vraiment de surgir sur un cheval blanc. Si elle avait pu, elle aurait souri. Seulement il n'avait rien qui prêtait à sourire. Anorion et Hinamori étaient morts. Elle avait failli mourir, sans avoir revu son bien aimé, sans avoir pu ne serais-je que l'apercevoir, comme du temps où ils ne se connaissaient pas encore, et qu'elle cherchait à le voir par dessus les innombrables têtes de la foule assemblée pour voir l'arrivée de l'Empereur de Morna à Bois-Blanche.
Sa main trouva les rennes, l'autre trouva l'étrier. Doucement, Lys se remit debout, alors que Hall ne bougeait plus. Était-il blessé ? Les jambes flageolantes, la tête trop lourde à supporter, ayant comme un poids sur le front l'empêchant de penser clairement... Hall la vit, et elle crut qu'il allait venir vers elle. Au lieu de ça, il s'affaissa, comme s’affaisserait une montagne. A genoux dans le sable, elle l'entendit lui demander pardon dans cet endroit de rocailles étrangement silencieux.
Aidée par la jument, elle avança doucement jusqu'à lui, se laissant presque tombée dans ses bras, parce qu'elle avait du mal à tenir debout. Elle tomba à genoux elle aussi, ses mains posées sur ses larges épaules. Ignorant le cadavre ensanglanté à coté d'eux, elle posa une main sur une de ses joues, la faisant glisser doucement jusqu'à sa mâchoire pour lui relever la tête. Quand elle croisa son regard, Lys éclata en sanglots, laissant s'échapper toute sa peur. Jetant ses bras autour de ses épaules, elle se contenta de le serrer, comme quand, petite, elle venait de tomber, et de se faire mal. C'était vers lui qu'elle allait pour se faire consoler. Le lien qu'elle avait lui, son homme lige, son frère adoptif, s'ouvrit complétement, comme une porte qui s'ouvre enfin malgré les années, et des gonds rouillés. Il n'y avait rien à pardonner, parce qu'elle n'aurait pas pu être sauvée, le jour où elle était morte assassinée. Ils avaient fait ça bien, en éloignant tous ceux qui auraient pu la protéger. Hall n'y était pour rien. Et aujourd'hui, il venait de la sauver... Elle fit en sorte qu'il le sache, le lien servait à ça. Et pour l'instant tout ce qu'elle put dire, se résuma à prononcer son nom.

-Oh, Hall...

Lys se recula un peu, et essuya ses larmes, de se même revers de bras, comme elle le faisait quand elle était petite. Elle eut un sourire. Si quelqu'un devait se faire des reproches et avoir des regrets, c'était seulement elle. Pas lui. C'était elle qui devait toujours être protégée, qui mettait les autres en danger. Et qui finissaient par les faire tuer. Elle se savait être le point de départ d'une guerre qui avait fait des ravages, qui avaient laissés des cicatrices à tel point que même un siècle plus tard, la rancœur et la haine avaient toujours leurs places dans les coeurs de certains. Elle savait ce que Hall ressentait, tout comme lui devait maintenant savoir ce qu'elle ressentait. Lys glissa ses mains si petites, dans les grandes paluches de Hallbjorn, et elle les serra, entrelaçant ses doigts aux siens. Elle se rappela avoir souvent comparé la taille de leurs mains, enfant. Elle avait fait ça à chaque anniversaire, pour voir si elle avait grandi. Sauf que Hall' grandissait lui aussi. Elle leva leurs mains, et bougea ses doigts, pour qu'ils soient à plat contre sa main.

-On dirait bien que je n'ai toujours pas réussi à grandir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    Dim 28 Oct - 18:17

Le thé était fort, elle l'avait laissé trop longtemps infusé, mais boire était essentiel. Elle avait froid. Elle avait froid depuis le coup qu'elle avait reçu sur le crâne. L'embuscade de la Mord Sith datait maintenant de deux semaines. Hall avait tenté d'enterrer les corps d'Anorion et Hinamori, mais le sol de la limite désertique était trop dur. Fait essentiellement de roche, et non pas de terre. Deux cairns de pierres se dressaient maintenant au milieu de cet endroit, marquant les deux tombes. Cela avait pris des jours à Hallbjorn pour recouvrir les corps avec les pierres qu'il trouvait autour de lui, mais Lys avait insisté, elle ne pouvait pas laisser les deux corps de ceux qui avaient des ses compagnons de voyage, aux charognards. Hall avait monté un camp, un peu plus loin, derrière plusieurs rochers, protégeant la tente des vents venus du désert, mais pouvant aussi servir de promontoire, et surtout, cela dissimulait le camp à d'éventuels regards. La femme en rouge n'était peut être pas la seule à rôder dans les parages, à attendre Lys. Elle avait voulu aider Hall, mais Lys avait été incapable de marcher toute seule, et elle avait encore vomi en essayant de se lever. La nausée de l'avait pas quitté pendant les jours où Hall, bien qu'hésitant, l'avait laissée en compagnie de sa Laurëcaras pour seule gardienne, alors qu'il s'occupait des tombes. Il l'avait prévenue que si ses provisions venaient à manquer, ils devraient repartir. Lys ignorait où se trouvait Forbesii, il devait être vivant. Anorion avait opté pour le Nord, mais Hall lui, avait plutôt penser à retourner dans l'Empire de Morna, donnant à Lys les informations qui lui manquaient pour comprendre sa décision. Argental Tar Sùrion était devenu empereur. Dans l'Empire, Lys trouverait certainement un ami, si non un soutient, une protection, auprès de l'ancien ami de Forbesii, qui, elle l'apprit aussi de la bouche de Hall, avait été un de ses généraux pendant la guerre.
Mais Hall était moins préoccupé par leur destination que part la plaie sur son crâne. Il l'avait soigné, retirer le sang, en lui lavant un peu les cheveux, retirant le sang séché de ses boucles brunes. Lys s'était laissée faire, en proie à une douleur constante. Il l'avait recousue, et elle avait essayé de ne pas broncher, et puis, en suite, il lui avait bandé la tête, et lui avait dit de dormir. Les journées suivantes, Lys les avaient passée à attendre que Hall revienne, après avoir commencer son dur labeur. Elle avait interdiction de l'aider, elle était trop mal pour ça. Elle guérissait, mais la tête lui tournait encore parfois. Lys dormait la plupart du temps, souffrant un peu de la chaleur, mais les roches offraient parfois, un peu d'ombre, à divers moment de la journée. Lorsqu'elle s'était sentie mieux, elle avait trié les affaires de ses compagnons morts, récupérant ce qui pouvaient leur servir, notamment la nourriture, et leurs deux gourdes, qui n'avaient, heureusement, rien eu.

Ennyon s'avéra être de bonne compagnie, la jument, n'était pas un vulgaire cheval, mais une Laurëcaras, ses yeux brillaient d'intelligence, et elle semblait toujours comprendre ce que Lys lui disait. Ce qui était étrange. S'occuper d'elle, de sa robe argentée, et de sa crinière d'un argent plus sombre, était une occupation qui ne la lassait pas pour l'instant. Ennyon n'avait reçu aucune blessure, contrairement à Hall. Il avait été brûlé à certains endroits, et des ecchymoses avaient fleuri sur sa peau. Il avait refusé qu'elle l'aide à se soigner, et Lys n'avait pas eu la force de piquer une crise. Hall semblait encore s'en vouloir, pour ne pas avoir su la sauver, et même si personne n'aurait pu à l'époque, car, il serait certainement mort s'il avait été là, ce soir là. Lys se souvenait parfaitement de cette soirée, parfaitement du regard de celui qui l'avait tué. Tout était gravé dans sa mémoire. Mais le plus douloureux, était de penser à Forbesii, et si, lui aussi, était tombé dans une embuscade ? Était il vivant ? Son cœur se serrait, et Lys avait parfois du mal à respirer, la chaleur la suffoquait, et le soir, elle grelottait malgré le feu. Hall voulait l'emmener dans le Sud, et la logique voulait que Lys s'accorde sur ce point avec lui, mais son regard se portait souvent au Nord. Elle lui avait demandé, comment, il avait fait pour la trouver. Sa réponse avait laissé Lys perplexe, songeuse. Liam Uranach était un ami proche de son cousin, Elwë Emaine, dont la citée de Bois-Blanche avait pris le nom, pour devenir Emaine Macha. Hall l'appelait l'Orageux, et ne semblait pas beaucoup l'aimer. Mais il lui avait dit de chercher Lys dans cette région, parce qu'une samildanach avait été emmené depuis Alatairë, jusqu'à Freyr. Lys soupira de soulagement, Isil était vivante. La jeune femme l'avait aidé, lorsqu'elles étaient toutes deux sorties de sa tombe. Et elle avait donné l'information à Uranach ? Elle savait où elle se trouvait. C'était probable, mais le fait que Hall ne lui fasse pas confiance... Hall avait souvent eu un jugement plus sûr que le sien. Peu importait, puisqu'il l'avait trouvé, et qu'il l'avait sauvée.

Lys but une gorgée de thé, appréciant la saveur de celui-ci, malgré le fait qu'il soit fort, elle s'était permise d'ajouter un morceau de sucre et demi, et le thé ramollirait le gâteau dur et sec qu'elle trempait à présent dans le liquide chaud. Elle avait donné l'autre moitié du biscuit à la Laurëcaras. Hall refusait de partir tant qu'ils n'y seraient pas obligés, il avait réussi à trouver de l'eau, et la nuit, quelques animaux sortaient, et faisaient leur repas. Et ils avaient encore quelques vivres en réserve, avec les rations d'Anorion et Hinamori. Son homme lige avait dit d'attendre encore un ou deux jour, le temps qu'il lui retire les fils de ses points du suture. En suite, ils repartiraient, elle découvrirait Emaine Macha, bâtie sur les ruines de Bois-Blanche, dont le centre de la citadelle, était devenu le palais. Bien des choses avaient changé, la petite citée nichée au creux des montagnes étaient maintenant une cité-état, immense, flottant à moitié dans les airs. Hall ne l'avait jamais vu non plus, mais il en avait entendu parler. La vie de Hall, après sa mort, avait été une vie de réclusion, jusqu'à ce qu'une femme ne l'en sorte. Il avait une famille, et Lys s'en voulait un peu, de l'avoir arracher à cette vie paisible qu'il avait. Même si Hall semblait heureux, peut être serein, d'avoir quelqu'un à protéger. Il était parti chasser, et trouver de l'eau, peut être restait-il encore de l'eau quelque part, après la pluie torrentielle, mais courte, qui s'était abattue sur la région, les roches avaient toutes dégouliné, et Hall s'était empressé d'emmagasiner de l'eau. Denrée ô combien précieuse dans un environnement comme celui-ci. Ce matin, Hall avait fini par lui dire qu'il attendait quelqu'un d'autre. L'orageux avait envoyé plusieurs personnes la chercher, et l'une d'elle n'était plus très loin. C'était à celui qui arrivait à la trouver en premier. L'Esgaleithel et ses plaines ensablées étaient vastes, terriblement vastes, si bien, qu'il était logique de ne pas envoyer une seule personne. Mais Lys avait le sentiment que tout lui échappait, même si elle savait que Hallbjorn était honnête avec elle. Elle soupira, gardant son thé entre ses mains, regardant les flammes danser devant de ses yeux, alors que le ciel était piqueté d'étoles. Lys se demanda quand elle le reverait pour la énième fois. Elle resserra les pans de sa couverture autour d'elle, s'appuya contre la jument couchée derrière elle. Elle lui tendit un autre morceau de biscuit.
Lys se demanda si, vraiment, elle avait encore sa place dans ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Embuscade Rouge.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Embuscade Rouge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Esgal :: Limite Désertique-
Sauter vers: