AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La cour intérieure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sararegui
Souverain
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: La cour intérieure.   Dim 14 Nov - 22:13

Sararegui avait passé le reste de la journée d'hier, dans son lit, avec des sueurs froides, et une fatigue intense qui l'empêchait presque de bouger.
Pourtant il n'avait pas vraiment dormit, enfin, pas très bien même si, temporairement parlant, il avait bien plus dormit qu'à l'habitude. Lui qui était fier de régir Nargothrond, et de dire que cette ville était la tolérance même. Lui qui en était le souverain, avait dénigré sa soeur et ce qu'elle était, il n'avait pas voulu voir ce qu'elle était et même quand elle le lui avait dit il avait fermé les yeux. C'était idiot, et tout sauf dans l'esprit dans lequel son père avait bâtit cette citée. Il avait prit la décision d'arrêter de chercher l'absolue similitude avec le passé, les habitudes qu'il avait, tout cela devait partir, ou du moins il devait changer pour éviter de faire les même bourdes monumentales qu'il avait accomplit. Dans la soirée, il avait fait convoqué ses médecins, et avait argumenté avec eux jusqu'à une heure assez avancée du soir. Finalement quand ils étaient ressortis, il avait eu ce qu'il voulait, tout en s'assurant qu'il n'y aurait pas de mauvaise conséquences. Le roi avait prit une décision, et irait à présent de l'avant.
Ce matin il changea son café noir habituel pour un café lait et chicoré, accompagné de viennoiseries et de fruits. Il était encore tôt, bien plus tôt qu'à l'accoutumé. Il n'avait pas mangé avec sa soeur encore une fois, mais ce n'était ni pour l'éviter, ni par peur de sa réaction. Non, il avait décidé de la surprendre un peu, positivement il espérait. Tjaar lui avait rapporté quelques informations sur ce qu'avait dit Pwyll quand il n'avait pas été là, et sur le fait que Toutou voulant jouer avait été un moyen pour elle de se défouler après.

Après avoir profité d'un bain agrémenté de sels revigorants préconisés par ses soigneurs pour les après crises, il regarda dans ses vêtements pour trouver une tenue qui conviendrait à de l'entrainement. Tjaar l'aida sur ce point, car Sararegui n'avait pas du tout l'habitude de ce genre de choses. Il lui faudrait s'en faire fabriquer une spécialement pour cela à l'avenir. L'homme lige finit par aller chercher les vêtements de Barahir, le père des souverains, enfin ceux qu'il avait porté quand il était une jeune adulte, parce que Sararegui n'avait pas du tout la carrure de son père dans la force de l'âge. Déjà les vêtements d'entrainement de son père plus jeune étaient un peu trop larges, mais ils feraient l'affaire en attendant qu'un tailleur en fabrique d'autres sur mesure au souverain. Descendant dans la cour d'entrainement vêtu d'un habit inhabituel, les gardes qui s'entrinaient déjà, ou qui venaient à peine d'arriver, furent surpris de le voir ici. Il les salua avec un grand sourire, et s'adressa au Capitaine de la garde du palais pour qu'il le conseille sur des armes pas trop lourdes et ne l'obligeant pas à faire trop d'effort de maniment.
C'était la condition sinéquanon pour que ses médecins l'autorise à en apprendre le maniment, ça et pas plus d'une heure et demi d'effort. Le choix premier du capitaine fut sur tout ce qui était arme à feu qui n'avaient pas vraiment besoin d'un entrainement très physique, et un arc de taille moyenne, qui ne nécessitait pas d'efforts trop importants pour être bandé et manié. Tout ce qui était épées et sabres demanderaient trop d'efforts. Mais ça allait à Sararegui qui ne voulait pas devenir un soldat émérite, mais plus apprendre à au moins se défendre à distance à défaut de physiquement pouvoir le faire de près.
A présent, il ne manquait plus que le professeur de qui il voulait prendre les leçons, à qui il souhaitait proposer un marché également. Il attendit, debout s'appuyant un peu sur son arc, que Pwyll montre le bout de son nez pour son entrainement matinal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pwyll
Souverain
avatar

Peuple : Métisse, Mi-Eldarin Mi-Lios
Second(s) Métier(s) : Guerrière
Localisation : En train de te regarder mordre la poussière.
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: La cour intérieure.   Dim 28 Nov - 14:43

L'incident de la veille avait... forcé le respect des plus récalcitrants à l'encontre de cette semi-souveraine, qui ne savait rien faire d'autre que se battre. Ou plutôt, l'incident d'hier avait répandu une vague de crainte parmi ces gens de la cour qui se disaient depuis toujours qu'elle n'était qu'une vache à lait sans cervelle. Le dernier qui l'avait dit, avait cru qu'elle n'avait pas entendu, et le lendemain, elle s'était personnellement chargé de son entrainement quotidien. Et cela s'était soldé par des cotes fêlées, et un poignet presque cassé.
Ce matin, la servante avait filé rapidement après lui avoir servi son petit-déjeuné. Elle avait donc mangé sur le balcon, avec pour seule compagnie Toutou. Elle avait pris son temps, savourant la vue qu'elle avait sur la ville, enfin la partie qu'elle pouvait voir. Elle avait donné une partie de son bacon grillé à Toutou, qui l'avait remercié par une léchouille bien baveuse.
En suite, elle avait entendu sur le balcon de sa chambre, l'œil un peu vide. Se sentant étrangement calme, comme ce calme inquiétant avant la tempête. Son père lui avait souvent décrit ce sentiment, qu'on ressentait à la veille d'une bataille cruciale. Son père, Barahir avait été un fier guerrier, qui avait fondé cette ville, afin d'en faire un havre de paix. Un havre de paix possédant une forte force armée, mais qui veut la paix prépare la guerre, comme il le disait alors si bien. Pwyll avait adoré son père, à sa mort, elle s'était sentie comme complétement perdue, comme si son seul bouclier, sa seule arme venait de lui être arraché.
Son père était-il fier d'elle ? De ce qu'elle était devenue ? De ce qu'elle avait fait hier ? Pwyll se sentait d'humeur morose.

Elle enfila distraitement un pantalon sombre, et une simple tunique de coton brune. Elle boucla une ceinture pardessus, et enfila une veste en cuir, complétement usée, mais pour un entrainement, pas besoin de se vêtir comme pour aller à une rencontre officielle avec un ambassadeur. De vieilles bottes complétèrent sa tenue.
Suivie de Toutou, elle se rendit jusqu'au terrain, du coté du corps de garde. Déjà occupé par certains, qui s'entrainaient, aussi bien à mains nues, qu'armés d'épées ou de lance, elle fut saluée par le même entrain. Pwyll répondit avec un sourire éclatant, et quand un bleu lui assura qu'avoir un dragon pour les défendre c'était carrément mieux que toutes les portes magiques du monde... La semi-eldarin finit par rire à gorge déployée. Un autre lui signala qu'au moins, les camarades et lui, ne se questionneraient plus sur leur force maintenant.
Cela revigora Pwyll, qui répondit avec des accolades, et des éclats de rire, qui finirent par mourir doucement quand elle vit son frère. Habillé pour être libre de ses mouvements, et surtout sans son habituelle opulence, sa joie retomba, pour laisser place à une sorte de tristesse méfiante.

-Qu'est ce que tu fais ici ? Et pourquoi cette tenue ?

C'était certes, brutal, et fort peu délicat de sa part de demander ça ainsi. Mais depuis que son propre frère l'avait vue comme une reproductrice, elle se demandait s'il l'avait jamais vu comme autre chose qu'un ventre ambulant, capable de jeter des gens. Toutou s'immobilisa à coté d'elle, prenant appui contre sa jambe. Le loup était une présence réconfortante, qui l'apaisait. Elle glissa une main dans son épais pelage noir, appréciant sa douceur, et sa chaleur.
-Je croyais que le terrain d'entrainement t'était interdit par tes médecins.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sararegui
Souverain
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: La cour intérieure.   Ven 3 Déc - 22:25

Sararegui s'était attendu à une réaction de ce genre, froide et peu sympathique, il l'avait prévu. En effet, comment croire qu'elle allait lui sauter dessus avec un rire enfantin en lui demandant joyeusement pourquoi il était là, et si c'était pour lui faire une surprise, et qu'elle était si heureuse de le voir ? Non, croire ça serait s'enfermer encore dans une bulle où la vie était rose et les monde tout beau et lisse. Il savait que regagner un peu d'estime de sa soeur serait une pente difficile, mais il avait décidé de réparer toutes ses erreurs au mieux. Ou du moins, de passer plus de temps avec elle, afin de mieux comprendre cette partie cachée d'elle, qu'il venait de découvrir.
-Hier mes médecins sont venu parce que je les ai convoqué. Il fallait qu'ils m'examine pour ce qui s'est passé, mais j'avais aussi une idée à leur soumettre. Autant te dire que la négociation a été rude, mais j'ai gagné, si je puis dire. Ils ont tout de même choisit au mieux pour ma santé.

Le souverain se montra d'un geste de main. Pui il désigna l'arc qu'il tenait, et le pistolet qui pendait à sa ceinture. Calui faisait drôle d'avoir des armes sur lui, alors que quans il avait eu la possibilitée d'en apprendre le maniement, il avait refusé.
-J'ai une demande, à te faire, et aussi une proposition. Si tu ne veux pas de la proposition, ce n'est pas grave, je ne te contraint à rien. Les médecins sont tombés d'accord sur le fait que me faire faire une heure et demi d'excercices légers ne pouvait me faire de mal, et je trouve, que compter uniquement sur les autres pour me défendre, ce n'est pas très loyal, surtout si je peux apprendre au moins à aider. J'aimerais, que ce soit toi qui m'apprenne, à tirer, aussi bien à l'arc qu'au pistolet. Et en échange, si tu veux, je te propose d'aller à ma place au conseil annuel dans quatre mois, et donc de t'apprendre un peu de politique étrangère afin de t'y préparer. Qu'en pense tu ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pwyll
Souverain
avatar

Peuple : Métisse, Mi-Eldarin Mi-Lios
Second(s) Métier(s) : Guerrière
Localisation : En train de te regarder mordre la poussière.
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: La cour intérieure.   Sam 18 Déc - 14:14

Pwyll avait pris une posture défensive, les bras croisés sous son opulente poitrine, le pied ferme, elle fixa son frère. Sa bouche se tordit involontairement lorsqu'il ajouta qu'il ne la contraignait en rien. "Encore heureux" songea-t-elle. La pression de Toutou contre sa jambe se fit plus forte, comme s'il pouvait sentir son humeur. La souveraine se força à se détendre, un peu.
Et puis soudain, elle crut avoir mal entendu. Son frère venait de lui proposer sa place au Conseil Annuel des Contrées, qui auraient lieux d'ici quelques mois maintenant. Mois qui fileraient aussi vite qu'une fée ayant un chat sauvage à ses trousses. Mois qui serraient courts pour qu'elle apprenne la diplomatie, et pour parfaire des talents de négociatrices, qu'elle n'avait que pour marchander le prix d'une cargaison d'armes, ou bien de denrées pour la garde. Mais sa première réaction fut de regarder son frère de la tête aux pieds, et puis d'examiner les armes qu'il avait choisi.

-L'arc n'est pas un bon choix. Il te faudra faire des efforts intenses pour le bander. Et ni le bois ni la corde ne te faciliteront la tâche en étant plus souple. L'arme à feu, je veux bien. Je ne suis pas une experte. Mais la seule à déplorer, c'est le recul quand on tire. On finit par s'y habituer. En revanche, si tu veux te défendre correctement, il faut aussi que tu apprennes à te défendre au corps à corps. Pas besoin de savoir frapper fort. Il suffit de savoir frapper. Père le disait souvent, la stratégie prime bien souvent sur la force brute. Et je ferais parfois d'en prendre de la graine.

Pwyll s'était mise à parler sans la moindre hésitation. Elle parlait de ce qu'elle connaissait, de ce en quoi elle excellait. Digne fille de sa mère et de son père sur ce point, elle devait aussi ses capacités exacerbées à l'éducation qu'elle avait reçu, de bons maitres. Parfois un peu durs, mais la discipline ne s'apprenait pas avec des cajoleries. Et des cajoleries, seule la mort en prodiguait sur un champ de bataille.

-Même si la force a parfois bien des avantages, on peut vaincre quelqu'un de bien plus fort que soit, en le touchant à des endroits plus ou moins sensibles. Et je ne parle pas forcément en terme... d'entre jambes, Pwyll eut un sourire, il y a une discipline qui vient d'Hitokage, elle se pratique avec des aiguilles, ou même rien qu'avec les mains. Le but est de toucher les nerfs, les articulations, tous les points sensibles de son adversaire, pour le paralyser, le neutraliser voire le tuer. Cela n'exige qu'une forte concentration, une visée parfaite, et un effort bref, peut être intense, mais bref. Et tu peux toujours apprendre à te servir d'une lame. Des deux mains. Tu n'auras pas besoin d'être un attaquant, alors inutile de prendre des risques.

Pwyll venait, sans le dire, d'accepter la proposition de son frère. Sa partie eldarine n'en manifesta aucune joie. Mais c'était aussi pour Nargothrond qu'elle le faisait. Pwyll ne s'occupait pas de politique, mais elle savait ce qui se passait au Sud. Comme tous, elle vivait à la frontière de l'Eredmorn, et comme tous, elle ne savait que trop bien que l'orage arrivait. Que le calme, n'était que celui que l'on ressent avant que la tempête ne fasse rage. Sa moitié dragon pouvait le sentir. Nargothrond était neutre, mais cela n'empêcherait nullement les autres nations d'essayer de les embarquer dans leur lutte, si la guerre venait à éclater, comme il y avait déjà presque un siècle de cela.

-Je suppose que j'aurais droit à de jolies leçons moi aussi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sararegui
Souverain
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: La cour intérieure.   Dim 8 Mai - 15:11

Lorsque Pwyll lui parla, Sararegui pu voir qu'elle était sûre d'elle, experte. Et que lui même n'y connaissait rien, ou pas grand chose. Déjà le choix des armes ne s'arrêtait pas à l'espect simple que ça pouvait avoir, sauf pour le pistolet qu'il avait choisit ce n'était pas une si mauvaise idée, bien que sa soeur disait ne pas être experte quand à leur maniement. Il nota intérieurement tout ce qu'elle lui disait.
Il pourrait apprendre à se servir des armes à feu et à s'habituer à leur recul, mais également la défense au corps à corps, dans un style venant de Hitokage se concentrant sur des points précis à toucher afin d'immobiliser son adversaire. Ca s'averrait plus diversifié que ce qu'il s'était imaginé au début. Lui qui pensait que savoir se défendre ou attaquer était en grande partie une question de force physique, puis qu'ensuite venait la stratégie, il n'avait pas imaginé que la stratégie avait une si grande place. Il pourrait même manier une lame des deux mains, une lame courte tenue par les deux mains, ou une sorte de grande épée ne pouvant être maniée qu'avec les deux mains ?
Il sourit doucement à sa soeur.

-Oui. Je te prendrais une partie de ton après midi pour ça. Tu as déjà des talents de négociatrice je le sais, tu sais ce que tu veux et aussi tu ne te laisse pas marcher sur les pieds, ce sont déjà de bonnes bases à tout cela.

Le souverain le pensait, et c'était vrai, sa soeur avait de bonnes bases, elle était juste un peu trop impulsive, et maintenant qu'il savait qu'elle comprenait bien mieux que ce qu'il pensait, ce serait certainement un peu plus facile pour elle d'apprendre, que lui qui ne possédait sûrement rien d'un combattant.

-Il va donc falloir apprendre à enrober tout ça dans beacoup de mots soigneusement pesés, de compromis et de diplomatie. Mais si tu arrive à m'apprendre à mettre à terre quelqu'un de plus fort que moi, il n'y a aucune raison pour que de ton coté tu ne puisse pas apprendre à négocier un traité économique avec un intendant ou un roi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La cour intérieure.   

Revenir en haut Aller en bas
 

La cour intérieure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Seule l'explosion intérieure permet de briller. // ft. Willow
» Le Gvt haitien n'a pas annule la plainte contre JBA: Preval
» Qui vient troubler ma paix intérieure ? [Tissudouw ;D]
» DES ATTRIBUTIONS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ARTICLE 136
» You're such a backstabber | Calixte
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inwilis :: Les Royaumes du Sud-Ouest :: Royaume de Nargoryth :: Nargoryth des Cavernes :: Palais des Myriades-
Sauter vers: